Séminaire de l’ANR « Histoire de l’enseignement de la musique en France au XIXe siècle (1795-1914)

Dans le cadre du programme de recherche ANR HEMEF : histoire de l’enseignement musical public en France au XIXe siècle (1795-1914), piloté par Cécile Reynaud, département de la Musique, BnF : Mercredi 18 mai 2016, 16h-18h

Lieu : Salle de réunion de l’IReMus, 2, rue Louvois 75002 PARIS, 1er étage

Programme :
  • Thierry Maniguet, Musée de la musique : Les avancées de la facture instrumentale et son influence sur les méthodes du Conservatoire.
  • Guy Gosselin, Université de Tours : L’enseignement de la musique à Lille au XIXe siècle.

Image de une : Lauréats du Conservatoire. Concours de l’année 1849 / A. Collette

Citer cet article : Olivier Jacquot, "Séminaire de l’ANR « Histoire de l’enseignement de la musique en France au XIXe siècle (1795-1914)". Dans Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France, ISSN 2493-4437, 15 février 2016. Disponible en ligne, url : <https://bnf.hypotheses.org/162> (consulté le 20 novembre 2018).

Christian Förstel, docteur ès-lettres

Christian Förstel, conservateur responsable des fonds grecs du département des Manuscrits a obtenu le titre de docteur ès-lettres avec une mention très honorable, assortie des félicitations du jury. Il est encouragé à publier rapidement les fructueux résultats de sa thèse intitulée « Marsile Ficin et les Ennéades : la génèse de la traduction et du commentaire de Plotin », et préparée sous la direction de M. Philippe Hoffmann.

Jury

Le jury était composé de : M. Riccardo CHIARADONNA, M. Sebastiano GENTILE, M. Philippe HOFFMANN, M. Marwan RASHED, M. Stéphane TOUSSAINT

Résumé de la thèse

La publication en 1492, par Marsile Ficin, de la première traduction latine des Ennéades et du monumental commentaire qui l’accompagne marque le retour de Plotin en Occident. Le manuscrit de travail de Ficin, le Parisinus graecus 1816 de la Bibliothèque nationale de France nous offre un témoignage exceptionnel concernant les principales étapes philosophiques et historiques qui ont marqué l’élaboration du Plotinus latinus. Les quelque 2500 annotations inscrites par Ficin sur les marges de ce manuscrit qui fut mis à sa disposition par Côme l’Ancien sont ici éditées, traduites et commentées. Cet important apparat exégétique jusque là inédit éclaire les différentes facettes du travail accompli par Ficin durant plusieurs décennies sur le texte très difficile de Plotin : des corrections apportées au texte transmis – une partie de ces interventions ont trouvé leur chemin jusque dans les éditions contemporaines sans toutefois que leur origine ait toujours été reconnue – à la confrontation doctrinale avec le néoplatonisme profondément original de Plotin, le manuscrit met en scène un Ficin soucieux d’intégrer les Ennéades dans sa vision à la fois chrétienne et platonicienne de la concordia philosophorum, mais aussi conscient des aspérités et audaces difficilement récupérables du texte plotinien. Cette lecture ficinienne des Ennéades produit à son tour de multiples échos dans l’œuvre propre de Ficin et contribue ainsi à irriguer les débats philosophiques de la Renaissance et au-delà.


Image à la une : Grec 1816.

Citer cet article : Olivier Jacquot, "Christian Förstel, docteur ès-lettres". Dans Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France, ISSN 2493-4437, 6 février 2016. Disponible en ligne, url : <https://bnf.hypotheses.org/78> (consulté le 20 novembre 2018).

Parution du tome 26 des Trésors monétaires

Publié avec le soutien de la Direction régionale des affaires culturelles d’Ile-de-France – Ministère de la Culture et de la Communication, le tome XXVI de la série « Trésors monétaires » est paru. Il analyse 10 trésors de la moitié nord de la France enfouis sous le Haut Empire romain (Ier – IIIe siècle après J.-C.).TM26

Plusieurs auteurs ont été mobilisés pour cette parution :

– Le trésor de sesterces de Saint-Sauveur (Somme) par Ludovic Trommenschlager et Pierre-Yves Groch
– Un trésor de bronzes romains du Haut-Empire provenant du village de Bray (Eure) par Mehdi Meguelati
– Le trésor de Courcelles-sur-Nied (Moselle), 132 deniers et 59 antoniniens, 253 AD par Dominique Hollard, Lonny Bourada, Jean-Denis Laffite et Jean-Jacques Bigot
– Les trésors de sesterces de Famars #3 (Nord) et de Lahoussoye (Somme) (terminus décennie 250) par Fabien Pilon
– Les trésors nordistes de Carvin et d’Élincourt. Recherches autour de deux ensembles d’antoniniens de Gordien III à Postume par Daniel Gricourt
– Les trésors d’antoniniens de Forges-les-Bains #2 (Essonne) et de Lieusaint #1 (Seine-et-Marne) (terminus 269 après J.-C.) : émissions monétaires et thésaurisation sous Victorin par Fabien Pilon.

Rappelons que le programme « Trésors monétaires » fait partie du « plan triennal de la recherche » de la BnF (désormais quadriennal), dispositif permettant de mettre en oeuvre des programmes de recherche financés sur les fonds propres de l’établissement.

Citer cet article : Olivier Jacquot, "Parution du tome 26 des Trésors monétaires". Dans Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France, ISSN 2493-4437, 4 février 2016. Disponible en ligne, url : <https://bnf.hypotheses.org/65> (consulté le 20 novembre 2018).

Matthieu Bonicel, docteur en histoire

Matthieu Bonicel, conservateur du département des Manuscrits, responsable de l’informatique et de la numérisation, a obtenu le titre de docteur en histoire pour sa thèse intitulée « Arts et gens du spectacle à Avignon à la fin du Moyen Âge (1450-1550), une approche numérique », menée à Paris 1, en partenariat avec Laboratoire de médiévistique occidentale de Paris (LAMOP), sous la direction de M. Jean-Philippe Genet.

Jury

Le jury était composé de : Mme Claudia Fabian, Mme Élisabeth Lalou, M. Jean-Philippe Genet (directeur de thèse), M. Paul Bertrand et M. Darwin Smith.


Rapport d’étape de thèse

Image de une : Français 20, fol. 25, Romains au théâtre

Citer cet article : Olivier Jacquot, "Matthieu Bonicel, docteur en histoire". Dans Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France, ISSN 2493-4437, 22 novembre 2015. Disponible en ligne, url : <https://bnf.hypotheses.org/145> (consulté le 20 novembre 2018).

Signature d’un accord cadre entre le CNRS et la BnF

Le 21 octobre 2015, la BnF a signé une nouvelle convention cadre avec le CNRS pour la période 2015-2020. La BnF et le CNRS ont décidé de poursuivre une collaboration entamée depuis 1978, en renouvelant l’accord cadre qui les liait.

Le texte de la convention a entièrement été revu avec la Direction d’Appui à la Structuration Territoriale de la Recherche (DASTR) et les contributions scientifiques des Institut des sciences humaines et sociales (InSHS) et Institut des sciences de l’information et de leurs interactions (InS2I).

Les principaux objectifs de recherche concernent la bibliographie ; la bibliologie ; les corpus ; les supports, usages et circulation de l’écrit ; l’histoire de l’art ; la conservation / restauration du patrimoine documentaire ; les supports numériques et nouvelles technologies.


Citer cet article : Olivier Jacquot, "Signature d’un accord cadre entre le CNRS et la BnF". Dans Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France, ISSN 2493-4437, 21 octobre 2015. Disponible en ligne, url : <https://bnf.hypotheses.org/55> (consulté le 20 novembre 2018).

Roman provincial coinage. Volume III, Nerva, Trajan and Hadrian (AD 96-138)

Fruit d’une collaboration entre le British Museum et le département des Monnaies, médailles et antiques de la Bibliothèque nationale de France, un nouveau volume du Roman provincial coinage (RPC) est paru.

RPC IIICe volume présente pour la première fois un inventaire des pièces de monnaie frappées dans les provinces romaines pendant la période du règne de Nerva, en l’an 96, à la mort d’Hadrien, en l’an 138 et comprend les trois règnes de Nerva (96-98 après J.-C.), Trajan (98-117 après J.-C.) et Hadrien (117-138 après J.-C.). L’ouvrage offre la vue la plus complète du sujet, à même de répondre aux attentes des numismates mais aussi de fournir une référence essentielle pour les historiens, les archéologues et les autres amateurs de l’Empire romain. Les essais introductifs sont suivis par les catalogues qui se veulent exhaustifs, complétés d’index. Le tableau des émissions recense près de 300 villes situées dans la partie orientale de l’Empire romain, de Appollonia en Albanie à Trébizonde en Turquie et de Tomi en Roumanie à Alexandrie en Egypte (les monnaies sont classées par ville puis par Empereur). Le catalogue comprend les monnayages des villes de la province romaine d’Asie et la monnaie complexe d’Alexandrie en Egypte.

Comprenant 2 volumes (Part I, Catalogue : XVII- 971 p. ; Part II, general introduction, indexes and plates : 340 p. de pl.), la somme compte 6 570 entrées pour plus de 50 000 monnaies référencées issues des principales collections mondiales (les « core collections« ), y compris celles du British Museum et de la Bibliothèque nationale de France.

La publication de ce volume a justifié la parution, en ligne, d’un supplément pour les volumes déjà parus, Consolidated Supplement I-III (1992-2015), par Pere Pau Ripollès.
Signalons que l’ensemble est consultable en ligne dans la base de données Roman Provincial Coinage Online. Pour les données de ce volume 3, l’internaute consultera le lien suivant : http://rpc.ashmus.ox.ac.uk/search/advanced/?v=3&search=Search

Citer cet article : Olivier Jacquot, "Roman provincial coinage. Volume III, Nerva, Trajan and Hadrian (AD 96-138)". Dans Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France, ISSN 2493-4437, 15 octobre 2015. Disponible en ligne, url : <https://bnf.hypotheses.org/68> (consulté le 20 novembre 2018).

Marianne REFAAT AYAB AZAD, Égypte

Dates du séjour : du 1er au 31 octobre 2015

Drapeau de l´Égypte

Marianne REFAAT AYAB AZAD est bibliothécaire à l’Institut français d’archéologie orientale au Caire.

Sujet d’étude : Définir un référentiel pour le catalogage des documents en arabe à partir d’un échantillon documentaire issu des collections de la BnF, dans le cadre du projet de portail de numérisation partagée Bibliothèques du Levant.

Amandine Postec, docteur ès-lettres

Amandine Postec, conservateur au service des Manuscrits médiévaux du département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale de France, a obtenu le 11 septembre 2015 le titre de docteur ès-lettres de l’Université Lumière Lyon 2 avec une mention très honorable, assortie des félicitations du jury. Elle est encouragée à publier  les fructueux résultats de sa thèse intitulée « Profil intellectuel d’un homme de pouvoir : les quodlibets de Matthieu d’Aquasparta disputés à Paris et à la Curie entre 1277 et 1287  » et préparée sous la direction de Mme Nicole BERIOU, Professeure émérite des universités.

Jury

Le jury était composé de : M. Jean-Louis GAULIN, Professeur des universités, Université Lumière Lyon 2, Mme Nicole BERIOU, Professeure émérite des universités, Université Lumière Lyon 2, M. Dominique POIREL, Directeur de recherche, C.N.R.S., M. Sylvain PIRON, Directeur d’Études, Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, M. Marc SMITH, Directeur d’Études, Ecole Nationale des Chartes, M. Jacques VERGER, Professeur émérite des universités, Université Paris 4.

Résumé de la thèse

Matthieu d’Aquasparta (v. 1240-1302) est une figure emblématique de la fin du XIIIe siècle. Maître en théologie de l’Université de Paris, son oeuvre est abondante ; franciscain, il est élu ministre général de l’Ordre ; nommé cardinal par Nicolas IV, il est un des plus fidèles alliés du pape Boniface VIII. Pourtant, malgré ses écrits et son parcours politique, Matthieu d’Aquasparta ne connaîtra aucune postérité avant d’être redécouvert au début du XXe siècle. Son oeuvre de théologien acquiert une place croissante dans les analyses des historiens et des philosophes médiévistes grâce aux éditions de ses Questions disputées, publiées par les frères de Quaracchi ; les interprétations s’affinent progressivement : après l’avoir longtemps considéré comme un « néo-augustinien » convaincu, les historiens s’interrogent sur sa place parmi les franciscains de sa génération, son lien avec Thomas d’Aquin et ses rapports avec la tradition aristotélicienne. L’édition de ses six Quodlibets disputés à Paris et à la Curie pontificale offre de nombreuses perspectives de recherches. Ces textes sont conservés principalement dans deux manuscrits, un autographe et une copie corrigée par l’auteur ; il s’agit par conséquent d’un témoignage exceptionnel pour étudier le travail d’un maître en théologie. L’analyse de ses manuscrits (autographes et manuscrits de travail) complétée par l’étude du contenu des questions éditées permettent d’esquisser une introduction biographique du personnage. La diversité des questions quodlibétiques contribue ainsi à éclairer différents aspects de la pensée du maître sur des sujets aussi divers et précis que la forme substantielle unique ou le métier des avocats et des juges.

Commentaire

L’édition critique qu’elle donne de ces textes de débats intellectuels du XIIIè siècle fait la preuve de sa pleine maîtrise de la paléographie ; le jury a souligné la qualité du volume d’analyse qui s’attache à souligner la cohérence entre la pensée et de l’action de ce franciscain, qui fut professeur à la Sorbonne, maître général de l’ordre et cardinal : il a joué un rôle important  dans les  débats théologiques de l’université et dans la situation politique italienne, alors pour le moins troublée. Les différents membres du jury ont trouvé des mots justes pour exprimer tout ce que le travail quotidien du conservateur apporte à la qualité des recherches académiques, notamment grâce à l’intime familiarité ainsi créée avec des manuscrits de natures très diverses.


Référence : diplôme de master : Le genre quodlibétique au XIIIe siècle, défense et illustration de la pensée d’un maître en théologie Matthieu d’Aquasparta (v. 1240-1302), O.F.M. Édition critique et commentaire des trois premiers Quodlibets

Image de une : Matthieu d’Aquasparta (1240?-1302)

Citer cet article : Olivier Jacquot, "Amandine Postec, docteur ès-lettres". Dans Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France, ISSN 2493-4437, 11 septembre 2015. Disponible en ligne, url : <https://bnf.hypotheses.org/172> (consulté le 20 novembre 2018).

Naïma KEDDANE, Maroc

Dates du séjour : du 3 août au 30 septembre 2015

Drapeau du Maroc

Naïma KEDDANE est directrice du département Monographies et collections spécialisées à la Bibliothèque nationale du Royaume du Maroc à Rabat.

Sujet d’étude : Identification des ouvrages et documents sur le Maroc en vue d’enrichir Gallica, la bibliothèque numérique de la Bibliothèque nationale du Royaume du Maroc et le portail du Réseau francophone numérique.

Natalia GONZALEZ TOMASSINI, Argentine

Dates du séjour : du 4 mai au 30 juin 2015

Drapeau de l´Argentine

Natalia GONZALEZ TOMASSINI est coordinatrice du service de Référence et de consultation des archives et collections particulières à la Bibliothèque nationale de la République d’Argentine à Buenos Aires.

Sujet d’étude : Les pratiques de numérisation de la BnF ainsi que les procédures et techniques de contrôle et de préservation des fichiers numériques.

Thi Huong Giang DUONG, Vietnam

Dates du séjour : du 1er avril au 30 juin 2015

Drapeau du Vietnam

Thi Huong Giang DUONG est chargée des relations francophones à la Bibliothèque nationale du Vietnam à Hanoï.

Sujet d’étude : Identification des ouvrages et documents publiés au Vietnam dans le fonds du dépôt légal indochinois en vue d’enrichir Gallica, le futur portail Indochine et le Réseau francophone numérique.

Maxence Hermant, docteur en Histoire de l’art

Maxence Hermant, conservateur au Service des Manuscrits médiévaux  du département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale de France a obtenu sa thèse de doctorat en Histoire de l’art pour sa thèse intitulée Art, artistes et commanditaires en Champagne du nord, milieu du XVe-fin du XVIe siècle, soutenue le 14 décembre 2013 à l’École pratique des hautes études (Paris), Section des sciences historiques et philologiques et préparée sous la direction de Guy-Michel Leproux.

Jury

Le jury était composé de : Mme Marianne Grivel (présidente du jury, Paris-Sorbonne), M. Guy-Michel Leproux, M. Michel Hochmann (EPHE), M. Frédéric Elsig (Université de Genève).

Résumé de la thèse

Dans bien des ouvrages et des esprits, la commande et la production d’œuvres d’art en Champagne aux XVe et XVIe siècles se résument à celles de la Champagne méridionale. La ville de Troyes a en effet été un des plus importants foyers artistiques du royaume de France en dehors de Paris et de la Vallée de la Loire. La Champagne du Nord, autour des villes archiépiscopale de Reims et épiscopale de Châlons, n’est en revanche jamais considérée comme un centre particulièrement actif à la même époque. Ce travail propose d’en réévaluer l’importance en suivant deux axes indissociables et complémentaires : un repérage et une analyse des œuvres dans tous les champs de la création artistique, ainsi qu’un large dépouillement de sources documentaires, sur une période allant du renouveau économique au milieu du XVe siècle, jusqu’à la fin du XVIe siècle.


Image à la une : Horae (Troyes) [Heures à l’usage de Troyes]

Citer cet article : Olivier Jacquot, "Maxence Hermant, docteur en Histoire de l’art". Dans Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France, ISSN 2493-4437, 14 décembre 2013. Disponible en ligne, url : <https://bnf.hypotheses.org/186> (consulté le 20 novembre 2018).

Êtes-vous déjà entré à l'intérieur d'une encyclopédie ?