Thi Huong Giang DUONG, Vietnam

Dates du séjour : du 1er avril au 30 juin 2015

Drapeau du Vietnam

Thi Huong Giang DUONG est chargée des relations francophones à la Bibliothèque nationale du Vietnam à Hanoï.

Sujet d’étude : Identification des ouvrages et documents publiés au Vietnam dans le fonds du dépôt légal indochinois en vue d’enrichir Gallica, le futur portail Indochine et le Réseau francophone numérique.

Maxence Hermant, docteur en Histoire de l’art

Maxence Hermant, conservateur au Service des Manuscrits médiévaux  du département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale de France a obtenu sa thèse de doctorat en Histoire de l’art pour sa thèse intitulée Art, artistes et commanditaires en Champagne du nord, milieu du XVe-fin du XVIe siècle, soutenue le 14 décembre 2013 à l’École pratique des hautes études (Paris), Section des sciences historiques et philologiques et préparée sous la direction de Guy-Michel Leproux.

Jury

Le jury était composé de : Mme Marianne Grivel (présidente du jury, Paris-Sorbonne), M. Guy-Michel Leproux, M. Michel Hochmann (EPHE), M. Frédéric Elsig (Université de Genève).

Résumé de la thèse

Dans bien des ouvrages et des esprits, la commande et la production d’œuvres d’art en Champagne aux XVe et XVIe siècles se résument à celles de la Champagne méridionale. La ville de Troyes a en effet été un des plus importants foyers artistiques du royaume de France en dehors de Paris et de la Vallée de la Loire. La Champagne du Nord, autour des villes archiépiscopale de Reims et épiscopale de Châlons, n’est en revanche jamais considérée comme un centre particulièrement actif à la même époque. Ce travail propose d’en réévaluer l’importance en suivant deux axes indissociables et complémentaires : un repérage et une analyse des œuvres dans tous les champs de la création artistique, ainsi qu’un large dépouillement de sources documentaires, sur une période allant du renouveau économique au milieu du XVe siècle, jusqu’à la fin du XVIe siècle.


Image à la une : Horae (Troyes) [Heures à l’usage de Troyes]

Citer ce billet : Olivier Jacquot. “Maxence Hermant, docteur en Histoire de l’art”. Dans Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France [En ligne]. https://bnf.hypotheses.org/186 (consulté le 14 décembre 2013).

Charles-Éloi Vial, docteur en histoire

Charles-Éloi Vial, conservateur au Service des manuscrits modernes et contemporains du département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale de France, a obtenu le titre de docteur en histoire le 17 octobre 2013 pour la thèse « Les chasses des souverains en France (1804-1830) », menée sous la direction de Jacques-Olivier Boudon, Université Paris-IV Sorbonne.

Jury

Le jury était composé de M. Jean-Michel Leniaud (EPHE), Mme Natalie Petiteau (Université d’Avignon), M. Daniel Roche (Collège de France).

Résumé de la thèse

Activité prisée des rois de France depuis l’époque médiévale, la chasse était devenue pour les derniers Bourbons plus une passion dévorante qu’une simple distraction. Louis XV et Louis XVI furent critiqués par l’opinion publique naissante, qui considérait que leurs chasses onéreuses les éloignaient du gouvernement. Après la chute de la monarchie, les chasses royales disparurent. Elles furent remises au goût du jour par Napoléon Ier, soucieux de s’approprier les apparences de la légitimité monarchique. Le maréchal Berthier fut ainsi nommé Grand veneur en 1804. Grâce à lui, Napoléon put faire de ses chasses un instrument politique puissant, une distraction de Cour prisée, le tout avec une économie substantielle de moyens. La Restauration, au lieu de revenir à l’organisation d’Ancien Régime, choisit de conserver l’équipage de chasse et l’administration mise en place pour Napoléon, qui fonctionnèrent jusqu’en 1830. Naquit ainsi le paradoxe d’une Restauration affichant, à la suite de l’Empire, la volonté de renouer avec la tradition monarchique, mais cela grâce à un équipage formé pour Napoléon. C’est cette continuité, humaine, budgétaire, mais aussi politique et symbolique qu’il convient d’étudier au travers des éléments constitutifs des chasses : une implantation autour de Paris permettant une circulation de la Cour autour de différentes résidences de chasse, une pratique régulière destinée à la distraction du souverain et de ses proches, des invitations de personnages politiquement importants, qui donnent à certains jours de chasse bien précis une résonance particulière. Autant d’aspects qui se retrouvent dans les sources : archives, journaux, mémoires, œuvres d’art.


Image de une : Gaston Phébus, Livre de la chasse.

Citer ce billet : Olivier Jacquot. “Charles-Éloi Vial, docteur en histoire”. Dans Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France [En ligne]. https://bnf.hypotheses.org/180 (consulté le 17 octobre 2013).

Êtes-vous déjà entré à l'intérieur d'une encyclopédie ?