Archives de catégorie : Parutions

Parution : La famille royale au Temple. Le remords de la Révolution (1792-1795)

Charles-Éloi Vial1, chargé de collections « manuscrits modernes et contemporains » au département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale de France, fait paraître La famille royale au Temple. Le remords de la Révolution (1792-1795).

Résumé

Le 10 août 1792, l’émeute parisienne renverse le trône fragile de Louis XVI. Trois jours plus tard, la famille royale est enfermée au Temple, dans un donjon édifié au XIIIe siècle. Dans ce lieu sinistre périront successivement le roi, sa femme Marie-Antoinette, sa sœur Madame Élisabeth, tous trois guillotinés ; et enfin son fils, le dauphin « Louis XVII ». Seule survivante, la fille du couple royal, Marie-Thérèse de France, sera finalement libérée le 19 décembre 1795, après une détention de plus de mille jours. Entre-temps, le Directoire a remplacé la Convention et les thermidoriens tentent de terminer la Révolution en faisant oublier la Terreur.

Pour la première fois, un historien se penche sur l’histoire globale de cette captivité. Nourri de nombreuses archives encore inexploitées, Charles-Éloi Vial raconte avec un sens rare de la narration le quotidien des captifs et brosse le portrait de l’ensemble des protagonistes du drame, la famille royale au premier chef, mais aussi les geôliers, les employés, les gardes et les visiteurs, sans oublier les figures politiques souvent rivales à l’instar d’Hébert et de Robespierre. Ce récit prenant interroge enfin la Révolution, et plus précisément la Terreur, sur l’antinomie entre la grandeur de ses principes et certains de ses actes. Un grand livre d’histoire sur un lieu d’histoire et de mémoire, qui incarne et marque l’origine de la guerre entre les deux France.

La Princesse Marie-Thérèse-Charlotte fille du Roy Louis XVI part de Paris pour se rendre en Suisse : accompagnée de Madame de Souci d’un officier de gendarmerie et autres personnes… : [estampe] / p. par Antoine Deif ; gravé par C. Silanio, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b6950275n

Informations pratiques

Description : Broché, 1 vol. (448 p.- p. de pl. en coul.) : couv. ill. en coul. ; 24 cm.
Date de parution : 2018
ISBN/EAN : 978-2-262-07082-3 / 9782262070823
Éditeur : Perrin
Prix : 25 €

Le Temple : [dessin] / [non identifié, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b52501628c
  1. Cf. sa bibliographie, url : <http://production-scientifique.bnf.fr/CV/vial-charles-eloi>. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Table ronde : Une carrière de géographe au siècle des Lumières, Jean-Baptiste d’Anville

Le département des cartes et plans de la Bibliothèque nationale de France organise une table ronde à l’occasion de la parution de l’ouvrage Une carrière de géographe au siècle des Lumières Jean-Baptiste d’Anville.

Une carrière de géographe au siècle des Lumières, Jean-Baptiste d’Anville

Véritable « Strabon français » pour ses contemporains, Jean-Baptiste d’Anville (1697-1782) est l’auteur d’une œuvre cartographique considérable qui a renouvelé en profondeur la cartographie du monde. Pour la première fois, une monographie qui s’appuie sur les recherches d’une dizaine de spécialistes internationaux lui a été consacrée.

Par Catherine Hofmann et Lucile Haguet, directrices de l’ouvrage, conservatrices à la BnF et à la bibliothèque du Havre, avec la participation de plusieurs contributeurs de l’ouvrage.

Informations pratiques

Mercredi 26 septembre 2018, 18h30-20h
Bibliothèque nationale de France, site Richelieu – Salle Émilie du Châtelet
Entrée libre sur réservation obligatoire au 01 53 79 49 49 ou visites@bnf.fr 58, rue de Richelieu, Paris 2e

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Bibliographie historique de la Bibliothèque nationale : un outil au service de la recherche

Pour qui s’intéresse à l’histoire de la Bibliothèque nationale, avant la consultation des sources proprement dites que sont les archives de l’établissement conservées soit au département des Manuscrits, soit à la Mission pour la gestion de la production documentaire et des archives, soit enfin aux Archives nationales, seuls quelques ouvrages furent produits avant le XXe siècle, au final peu nombreux si l’on considère la longue histoire de cette institution 1.

Cette singularité permet de les qualifier d’ouvrages de référence. Mentionnons-les puisque l’on affirme leur rareté :

C’est pourquoi, au-delà de ces quelques ouvrages monographiques, le recours aux bibliographies rétrospectives s’avère nécessaire pour identifier la littérature consacrée à l’établissement issue des publications plus généralistes et surtout des périodiques. Hélas, là encore, le chercheur et l’historien doivent faire face à la pénurie puisque seules deux bibliographies rétrospectives sont à leur disposition.

Émile Pierret

La première de ces bibliographies est celle publiée en 1892 par Émile Pierret et fort modestement intitulé Essai d’une bibliographie historique de la Bibliothèque nationale ((Émile Pierret, Essai d’une bibliographie historique de la Bibliothèque nationale, Paris : E. Bouillon, 1892,  1 vol. (161 p.). Disponible en ligne, url : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k376443p>)). Bibliothécaire de la Bibliothèque nationale, également romancier et essayiste, Émile Pierret avait publié quelques années plus tôt un Inventaire détaillé des catalogues usuels de la Bibliothèque nationale2. Sa production bibliographique s’arrête à ces publications.

Léon Vallée

Deux années plus tard seulement, en 1894, Léon Vallée faisait paraître La Bibliothèque nationale : choix de documents pour servir à l’histoire de l’établissement et de ses collections ((Léon Vallée, La Bibliothèque nationale : choix de documents pour servir à l’histoire de l’établissement et de ses collections, Paris : É. Terquem, 1894, 1 vol. (XII-525 p.). Disponible en ligne, url : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6248351m>)).

Conservateur adjoint à la Bibliothèque nationale, Léon Vallée (1850-1919) est quant à lui un bibliographe qui a déjà publié un certain nombre de catalogues et de bibliographies, avec le catalogue de la Bibliothèque du Grand cercle en 1874, un Essai d’une bibliographie de la Nouvelle-Calédonie et dépendances en 1883, mais surtout, une Bibliographie des bibliographies de 1883 à 18873.

Avec ce dernier ouvrage, Léon Vallée se place dans la lignée de Francesco Tonelli, auteur de la première bibliographie des bibliographies4 et de Joseph Sabin (1821-1881)5.

Origines – 1800 : et puis vint Simone Balayé

Ces deux ouvrages ont longtemps constitué les seules bibliographies d’ensemble consacrées à la Bibliothèque. Au fil des ans, quelques travaux ont fourni des éléments bibliographiques plus récents. Ainsi, pour la période des origines à 1800, la bibliographie de l’ouvrage de Simone Balayé, La Bibliothèque nationale des origines à 1800 (Genève : Droz, 1988) leur apporte un complément utile, encore d’actualité et toujours disponible à la vente à la date de publication de cet article.

1800 – 1850 : Jean-François Foucaud

Pour la première moitié du XIXe siècle, les chercheurs disposent de la bibliographie de la thèse de Jean-François Foucaud, La Bibliothèque royale sous la Monarchie de Juillet : 1830-18486, et des bibliographies beaucoup plus sommaires qui figurent à la fin des contributions de Simone Balayé, Jean-François Foucaud, Thérèse Kleindienst et Pierre-Yves Duchemin à l’Histoire des bibliothèques françaises (Paris, 1988-1992) ou dans d’autres ouvrages comme les Études sur la Bibliothèque nationale et témoignages réunis en hommage à Thérèse Kleindienst7.

20e siècle

Pour la période récente comprenant les débuts de la Bibliothèque nationale de France, l’ouvrage publié en 2001 sous la direction de Daniel Renoult et Jacqueline Sanson, La Bibliothèque nationale de France : collections, services, publics8 comporte une importante bibliographie.

Bibliographie historique de la BN/BnF

Après la mise en place de son Comité d’histoire, la Bibliothèque nationale de France a projeté, en mai 2000, de produire une bibliographie historique d’ensemble consacrée à l’établissement. Le XXe siècle était paradoxalement la période la moins bien répertoriée alors que les trente dernières années se caractérisaient par une véritable inflation documentaire sur l’établissement. Aussi, il a semblé préférable de commencer un travail de recensement et de rédaction d’une bibliographie à rebours et de procéder par tranches chronologiques :

  • 1975-1994 : de la fin de la Direction des bibliothèques et de la lecture publique (DBLP) et de la Réunion des Bibliothèques nationales à la création de la Bibliothèque nationale de France.
  • 1930-1975 : « l’ère Julien Cain ».
  • 1874-1930 : « les années Léopold Delisle ».

Le projet consistait à y faire figurer :

  • tous les articles et les ouvrages consacrés à l’histoire de la BN.
  • tous les articles et les ouvrages consacrés aux bâtiments, aux services, à l’organisation et au fonctionnement de la BN.
  • une sélection d’articles consacrés aux acquisitions, aux grandes collections et aux manifestations culturelles.

En ce qui concerne la presse quotidienne, il avait été décidé de se limiter à un choix des principaux articles (articles « longs » du cédérom du quotidien Le Monde : plus de 2 colonnes et de 7000 caractères). Enfin, les rapports de « littérature grise » ne devaient être mentionnés que s’ils étaient accessibles au public dans les collections de la BN.

En revanche, cette bibliographie concernant l’histoire de la BN, par principe certaines productions ne devaient pas y figurer :

  • les publications de la BN (notamment les catalogues de fonds ou d’expositions), qui pourraient faire l’objet d’un complément ou d’une reprise de l’ouvrage très complet Les Catalogues imprimés de la Bibliothèque nationale : liste, description, contenu, Paris : Bibliothèque Nationale, 1943, 1 vol. (204 p.) et Les Catalogues imprimés de la Bibliothèque nationale : liste établie en 1943 suivie d’un supplément (1944-1952), Paris : Bibliothèque nationale, 1953, 1 vol. ([VII]-204-XXVII p.)9.
  • les articles et les ouvrages consacrés aux documents conservés par la Bibliothèque nationale, ainsi que ceux qui traitent de fonds particuliers recensés par ailleurs dans le cadre du Dictionnaire des fonds spéciaux et des principales collections et provenances, dont les notices comprennent une bibliographie10. En revanche, les études générales, du type « le fonds des imprimés russes de la Bibliothèque nationale » sont retenues.
  • toutes les informations qui ne concernent que le calendrier ou les horaires réguliers de l’établissement.
  • les annonces ou les comptes rendus d’expositions qui ne reprennent que les éléments figurant dans les catalogues.
  • les articles des journaux ou des revues d’information générale de moins d’une page.

Le plan de la bibliographie s’inspirait de celui, traditionnel, des rapports annuels d’activité de l’établissement11 :

1. Histoire générale de la BN
2. Organisation et moyens
2.1. Structure et services
2.2. Personnels et vie sociale
2.3. Bâtiments et matériels (dont l’informatique)
3. Accroissement des collections
3.1. Dépôt légal
3.2. Acquisitions
3.3. Échanges et dons
4. Traitement et diffusion bibliographiques
4.1. Catalogage courant
4.2. Catalogage rétrospectif et catalogues collectifs
4.3. Travaux méthodologiques
5. Conservation des collections
5.1. Magasins
5.2. Sauvegarde
5.3. Restauration
6. Communication des collections
6.1. Information bibliographique
6.2. Communication sur place et à distance
7. Recherche et valorisation
7.1. Activités de recherche
7.2. Expositions
7.3. Autres grands événements
8. La BN et les autres bibliothèques

À l’époque de ces réflexions programmatiques, le travail de recensement avait déjà été engagé. Avec l’aide d’Isabelle Pastorelli, qui lui a fourni quelques éléments bibliographiques, Bernard Vouillot avait établi une première liste sous Excel pour la période 1975 (éclatement de la DBLP) à 1994 (création de la BnF). Le travail consistait à :

  • Dépouiller entièrement les principales revues professionnelles (Bulletin des bibliothèques de France ; Bulletin d’informations de l’Association des bibliothécaires français ; Revue de la Bibliothèque nationale ; etc.).
  • Dépouiller les principales revues professionnelles étrangères (Biblioteche Oggi ; IFLA Journal ; International Cataloguing and Bibliographic Control ; International Library Review ; Journal of Librarianship and Information Science ; LIBER Bulletin ; Zeitschrift für Bibliothekswesen und Bibliographie ; etc.).
  • Dépouiller les revues d’histoire du livre ou d’érudition :
    • françaises (Arts et métiers du livre ; BEC : Bibliothèque de l’École des chartes ; Bulletin du bibliophile ; IMEC ; Livres ; NLA : Nouvelles du livre ancien ; Revue de bibliologie ; Revue française d’histoire du livre) ;
    • étrangères (La Bibliofilia ; British library journal ; Gutenberg-Jahrbuch ; Library history ; Publishing history ; etc.).
  • Consulter les grandes bases bibliographiques (FRANCIS, LISA : Library and information science abstracts, LE MONDE, etc.).
  • Établir la liste des travaux scientifiques des agents de chaque département, en reprenant par exemple les rapports annuels.
  • Examiner les titres intéressants en recherchant par mots clefs dans le système informatique de la BnF et dans les anciens catalogues et fichiers alphabétiques de matières.

Ainsi est née la Bibliographie historique de la Bibliothèque nationale / Bibliothèque nationale de France, produite au moyen d’un tableur Excel faisant l’objet d’exports réguliers, publiés sur le site internet de la BnF, sous forme de fichiers pdf après conversion du tableau en document Word par Nadine Férey, alors au département de recherche bibliographique (DRB). Il était en effet apparu naturel qu’un tel travail de dépouillement bibliographique courant et rétrospectif échoie à des bibliographes de ce département. Cependant, même si les initiateurs du projet soulignaient la lourdeur de l’entreprise (« outre la recherche bibliographique proprement dite, cela représente un très lourd travail de saisie dactylographique des données, puis d’uniformisation et de mise en forme sous tableur, qu’une seule personne ne peut pas poursuivre seule en supplément de toutes ses autres activités »), et envisageaient de répartir les dépouillements de revues entre plusieurs collègues12, le dépouillement et le signalement n’ont au final jamais été menés que par une seule personne, sur une base bénévole, en plus de sa charge de travail.

Au départ par voie de mutation de Nadine Férey, l’entreprise fut reprise par l’auteur de billet, à l’époque également du département de recherche bibliographique. Ce dernier entreprit un chantier de mise en ligne de la bibliographie de sorte à proposer à la communauté des utilisateurs des références disponibles dans des formats exploitables par des logiciels de gestion de références bibliographiques.

druplicon-logo

Pour ce faire, il développa un site de production et un site de consultation avec l’outil de gestion de contenu Drupal (version 7 mais installé avec une base de donnée PostgreSQL) employant notamment le module contributif Biblio13. Grâce à ce module, l’outil offre la possibilité d’importer (en contribution) et d’exporter (pour tout un chacun) les références à l’unité ou par lots aux formats  RIS ou BibTeX, standards reconnus par la plupart des logiciels de gestion de références bibliographiques comme Mendeley, EndNote, RefWorks et surtout zotero.

http://bibliographie-historique.bnf.fr/

Un site web

La Bibliographie historique de la Bibliothèque nationale / Bibliothèque nationale de France s’organise par tranches chronologiques, dont les deux plus récentes sont consultables dès maintenant :

  • 1975-1993 : de la fin de la Direction des Bibliothèques et de la Lecture Publique et de la Réunion des Bibliothèques nationales à la création de la Bibliothèque nationale de France.
    Après la disparition en juillet 1975 de la Direction des bibliothèques et de la lecture publique et de la Réunion des Bibliothèques nationales, la Bibliothèque nationale passe sous la tutelle du Service des bibliothèques, au sein du Secrétariat d’État aux universités puis sous celle du ministère de la Culture en 1981. Plusieurs rapports (d’André Miquel, nouvel administrateur, en 1984, de Francis Beck en 1987) font état des difficultés de l’établissement, même si des réalisations importantes ont vu le jour (informatisation, extension des locaux). Le 14 juillet 1988, François Mitterrand lance le projet d’une nouvelle bibliothèque, bientôt surnommée « TGB », qui se concrétise par le lancement d’un concours architectural, remporté par Dominique Perrault et la création de l’Établissement public de la Bibliothèque de France. Débats et polémiques se développent alors, tant au sujet de l’architecture que des missions du nouvel établissement et de ses relations avec la Bibliothèque nationale.
  • 1994-2007 : des débuts de la Bibliothèque nationale de France à nos jours.
    L’année 1994 voit la naissance de la Bibliothèque nationale de France, issue de la fusion de la Bibliothèque nationale et de l’Établissement public de la Bibliothèque de France : elle ouvre la période qui verra l’inauguration du bâtiment de Dominique Perrault, baptisé « site François-Mitterrand », et l’ouverture au public des salles de la Bibliothèque d’étude (Haut-de-jardin) en décembre 1996, puis de celles de la Bibliothèque de recherche (Rez-de-jardin) en 1998. À partir de 2001, la BnF a trouvé son rythme de fonctionnement courant et peut mettre en œuvre de nouveaux chantiers : rénovation du site Richelieu, Bibliothèque numérique européenne, dépôt légal du web.

Dans chaque tranche chronologique, les références s’organisent selon un cadre de classement qui reste globalement le même d’une période à l’autre. Les principales différences sont la présence dans la tranche 1975-1994 d’une section consacrée au projet de la Bibliothèque de France et à l’EPBF qu’on ne retrouve pas ailleurs, et la prise en compte à partir de 1994, de l’évolution de l’organigramme de la nouvelle Bibliothèque nationale de France.

À l’intérieur des rubriques du cadre de classement, les références se présentent dans l’ordre des années de publication des documents, puis selon l’ordre alphabétique des noms d’auteurs. Seul le chapitre consacré aux polémiques autour du projet de la BdF est classé dans un ordre chronologique incluant si possible le mois de publication des articles pour permettre un meilleur suivi des débats.

Les références ne sont pas répétées et se trouvent sous une seule rubrique thématique, quand bien même elles pourraient parfois légitimement appartenir également à une autre. De façon générale, le chapitre Histoire générale sera préféré aux rubriques thématiques dans le cas de documents à caractère historique et rétrospectif : ainsi, les articles sur Labrouste figureront dans Histoire 19e siècle (tandis que les articles sur l’annexe Vivienne publiés au moment de son ouverture se trouveront sous la rubrique Architecture). De même, le chapitre Départements et collections sera privilégié dès qu’une référence se rapporte plus spécialement à un département : un article sur le supplément IV – Atlas cartes et plans de la Bibliographie nationale française sera classé sous la rubrique Département des Cartes et plans, plutôt que sous la rubrique Bibliographie nationale française.

Dans sa version pdf, la bibliographie ne disposait pas d’indexation matière, seule susceptible pourtant de permettre des recherches fines et transversales et d’atténuer la rigidité relative du plan de classement. Un index des noms de personnes, renvoyant à une page et non à une notice précise, était donc proposé. Le développement de la base de données a rendu obsolète la production d’index puisque la recherche par mots-clefs offerte par le moteur de recherche facilite la consultation de l’outil qui se révèle indispensable à toute personne s’intéressant à l’histoire de la Bibliothèque nationale de France.

Fréquentation et perspectives

Au-delà de son caractère spécialisé et de la rareté des travaux scientifiques portant sur l’histoire de la Bibliothèque nationale qui justifierait son emploi, l’outil souffre sans doute d’une certaine méconnaissance qui nuit à sa visibilité.

Ainsi, pour l’année 2017, la fréquentation du site totalise 1836 visites générant 3453 pages vues.

La fréquentation mensuelle fut la suivant au cours de l’année 2017 :

Malgré ce score plus que modeste, la Bibliographie continue d’être alimentée. Sans doute pourrait-elle être plus consultée si sa couverture chronologique pouvait être élargie. Plusieurs chantiers, déjà identifiés, ne requièrent que de la main d’œuvre d’agents volontaires, membres ou pas du Comité d’histoire de la BnF.

Revue de presse

L’un d’entre eux concerne la revue de presse de la BnF. La mission des archives dispose d’une collection chronologique couvrant la période 1991-1998 complétés par les versements du service de presse de la délégation à la communication. Après des abonnements de type « Argus de la presse » sur support papier, la  délégation à la communication s’est abonnée à un service de presse électronique fourni par la société Kantar Media. Si cette version est dépouillée, un chantier rétrospectif pourrait être mené concernant la période antérieure 1944-1984 dont certains articles sont annexés aux dossiers d’archives administratives en guise de documentation. Par ailleurs, il existe une collection d’articles couvrant à peu près la période 1937-1991 représentant 10 mètres linéaires non classés. La mission des archives avait envisagé de classer ces articles par département ou par thème, de les reproduire et d’adresser à chaque département spécialisé sa revue de presse rétrospective14. Le dépouillement de cette revue de presse ne manquerait pas d’enrichir notablement la Bibliographie historique de la Bibliothèque nationale / Bibliothèque nationale de France.

Dépouillement rétrospectif

Un autre chantier pourrait consister à recenser la production des périodes :

  • 1930-1975 : « l’ère Julien Cain ».
  • 1874-1930 : « les années Léopold Delisle ».

en exploitant notamment la Revue des bibliothèques pour les années 1897-1911 et 1912-1934, la Bibliothèque de l’École des chartes 1874-1985 qui a désormais le mérite d’être disponible en ligne sur Persée15, etc.

Ressources audiovisuelles

La Bibliographie historique a longtemps formé un répertoire bibliographique au sens strict ne référençant que des documents imprimés16, mais il serait d’un grand intérêt de la compléter par une liste des documents audiovisuels consacrés à la bibliothèque. D’ores et déjà, au département de l’Audiovisuel, un stagiaire a rassemblé en 2007 l’ensemble des informations existantes sur les tournages à la BnF, et inventorié les supports trouvés à la délégation à la Communication. Cela a débouché sur une liste de travail où ne figurent que les films conservés par la BnF. La liste a été enrichie des documents qui se trouvaient à la Mission pour la gestion de la production documentaire et des archives mais elle n’a pas été actualisée avec les tournages postérieurs à 2007-2012.
Un chantier pourrait être mené autour des ressources audiovisuelles consacrées à la BN/BnF en définissant un périmètre du recensement : faire la part des « vrais » films sur la BnF et des simples tournages (sujets au journal télévisé, quelques plans limités dans un long métrage, une vidéo musicale, etc).

  1. Institution qui ne s’est pas encore lancée dans une histoire monumentale telle celle que le Musée du Louvre a fait paraître en 2016 avec ses 3 volumes de son Histoire du Louvre, http://editions.louvre.fr/fr/les-ouvrages/visiter-le-louvre/lhistoire-du-palais/histoire-du-louvre.html []
  2. Émile Pierret, Inventaire détaillé des catalogues usuels de la Bibliothèque nationale, Paris : Quantin, 1889, Gr. in-8°, 31 p. Tiré à part du « Livre », mai 1889. []
  3. Vallée, Léon (1850-1919), Bibliographie des bibliographies. Première partie : Catalogue des bibliographies générales et particulières, par ordre alphabétique d’auteurs avec indication complète du titre, des lieu et date de publication, du format, etc. Seconde partie : Répertoire des mêmes bibliographies, par ordre alphabétique de matières, Paris : E. Terquem, 1883-1887, 2 vol. (VI-773, 354 p.). Vol. 1 disponible en ligne, url : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k2209011>. []
  4. Francesco Tonelli, Bibliotheca bibliographica antica, e moderna, d’ogni classe, e d’ogni nazione, In Guastalla : nella regio-ducale stamperia, 1782-1783, 2 vol. (6-167, 8-162 p.) ; in-4°.)), de Julius Petzholdt (1812-1891) ((Neuer Anzeiger fur Bibliographie und Bibliothekwissenschaft []
  5. Sabin, Joseph (1821-1881), A Bibliography of bibliography, or a Handy book about books which relate to books. Being an alphabetical catalogue of the most important works descriptive of the literature of Great Britain and America, and more than a few relative to France and Germany, New York : J. Sabin & sons, 1877, 1 vol. (150 p.). Disponible en ligne, url : <https://catalog.hathitrust.org/Record/001166628>. []
  6. Foucaud, Jean-François (1950-….), La Bibliothèque royale sous la Monarchie de Juillet : 1830-1848, Paris : Bibliothèque nationale, 1978, 1 vol. (211 p.). (Mémoires de la Section d’histoire moderne et contemporaine / Comité des travaux historiques et scientifiques ; 5). []
  7. Études sur la Bibliothèque nationale et témoignages : réunis en hommage à Thérèse Kleindienst, secrétaire général honoraire de la Bibliothèque nationale, Paris : Bibliothèque nationale, 1985, 1 vol. (XXIII 347 p.-VI p. de pl.). Disponible en ligne, url : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9759830k>. []
  8. La Bibliothèque nationale de France : collections, services, publics / sous la dir. de Daniel Renoult et Jacqueline Melet-Sanson ; avec la collab. de Marcelle Beaudiquez, Bruno Blasselle, Isabelle Boudet… [et al.] ; préf. de Jean-Pierre Angremy,…, Paris : Éd. du Cercle de la librairie, cop. 2001, 1 vol. (238 p.-[12] p. de pl. en coul.). (Bibliothèques). []
  9. Cette reprise est désormais en cours d’enrichissement dans le Répertoire des catalogues accessible en ligne sur le site du Comité d’histoire de la BnF, à l’adresse url : <http://comitehistoire.bnf.fr/repertoire_catalogues_imprimes>. []
  10. Ce Dictionnaire des fonds spéciaux et des principales collections et provenances est également accessible en ligne sur le site du Comité d’histoire de la BnF, à l’adresse url : <http://comitehistoire.bnf.fr/dictionnaire-fonds-sp%C3%A9ciaux-principales-collections-provenances>. []
  11. Les rapports d’activité de la Bibliothèque sont une des premières sources à consulter pour toute recherche sur l’histoire de la Bibliothèque même s’ils ont été produits de façon irrégulière, avec des objectifs, des destinataires et une périodicité qui a varié au fil des années. Le premier rapport conservé date de 1875, sous le mandat de Léopold Delisle. La liste des rapports, avec les liens vers leur version numérique quand elle existe, figure sur le site du Comité d’histoire de la BnF, à l’adresse url : <http://comitehistoire.bnf.fr/node/4>. []
  12. Les porteurs du projet avaient même caressé l’idée qu’un correspondant puisse être désigné dans chaque département pour le dépouillement des revues spécialisées (Gazette du livre médiéval ; Nouvelles de l’Estampe ; Notes ; Revue numismatique ; etc.) et pour les publications des agents de ces départements dans diverses revues, dans les limites établies ci-dessus. La désignation d’un tel correspondant apparaissait également utile pour les notices du dictionnaire des fonds spéciaux et des principales collections et provenances. []
  13. Bibliography Module, https://www.drupal.org/project/biblio []
  14. Une stagiaire assistante bibliothécaire – documentaliste a consacré un mois à ce travail à titre expérimental. Seul 1/47ème de la collection a été traité. Ce projet représenterait environ quatre ans de travail pour une personne à temps complet… Il semblait donc raisonnable de reconsidérer ce projet pour proposer plutôt la reconstitution purement chronologique de cette collection qui offrirait de meilleurs délais. []
  15. Cf. https://www.persee.fr/collection/bec. Rappelons que ce périodique a longtemps constitué une sorte de bulletin officiel de la Bibliothèque nationale, annonçant les nominations, départs, décès d’agents issus de l’École des chartes. []
  16. Désormais la Bibliographie prend en compte les ressources électroniques disponibles en ligne. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Parution en ligne : Étienne Colaud et l’enluminure parisienne sous le règne de François Ier

En 2016, la thèse de Marie-Blanche Cousseau était parue à titre posthume aux Presses Universitaires de Rennes. Désormais, les Presses universitaires François-Rabelais la font paraître sous forme électronique au sein de leur portail OpenEdition books.

Présentation

La production parisienne de manuscrits illustrés demeure à ce jour mal connue pour le règne de François Ier. L’étude de Marie-Blanche Cousseau vient combler cette lacune. En s’appuyant sur de nombreux documents d’archives inédits ainsi que sur l’étude minutieuse des œuvres qui nous sont parvenues, l’auteur parvient à dresser un panorama très complet du monde de l’enluminure dans la capitale, tant sur le plan quantitatif que qualitatif. Elle recense près d’une trentaine d’artistes, ce qui érige Paris au rang de centre majeur durant cette période, et restitue avec précision les pratiques professionnelles et commerciales et les processus de création. Étienne Colaud occupe une place centrale dans ce travail. Son nom est depuis longtemps associé aux manuscrits des Statuts de l’ordre de Saint-Michel produits en série à Paris pour le roi, mais la découverte d’un livre d’heures portant sa souscription permet de mieux cerner sa personnalité artistique et de comprendre le rôle qu’il joua au sein de cette production. La confrontation des actes documentant sa carrière entre 1512 et 1541 avec dix-huit manuscrits de grande qualité, dans lesquels on peut désormais reconnaître sa main, éclaire aussi d’un jour nouveau l’autre activité à laquelle il se livra, celle de libraire, qui lui permit de recevoir des commandes prestigieuses et de collaborer avec plusieurs autres artistes importants.

Marie-Blanche Cousseau (1976-2011)

Marie-Blanche Cousseau avait soutenu sa thèse à l’École pratique des hautes études en 2009 mais n’avait pu achever la mise au point de son manuscrit. Décédée le 30 novembre 2011, c’est donc Guy-Michel Leproux qui s’est livré, à partir des notes qu’elle avait laissées, à un travail de reconstitution du texte et de préparation du manuscrit avec les amis de Marie-Blanche Cousseau.

À la Bibliothèque nationale de France, Marie-Blanche Cousseau1 était assistante de recherche au département des Manuscrits depuis février 2010, où elle était chargée du catalogue des manuscrits germaniques enluminés, ambitieuse entreprise à laquelle elle s’était attelée avec ténacité et extrême rigueur. Le programme, mené dans le cadre du plan triennal de la recherche 2010-2012, s’est donc interrompu. Au cours de l’année 2012, malgré recherches et sollicitations, le département des Manuscrits n’est pas parvenu à identifier un chercheur susceptible de continuer le programme. Celui-ci s’avère en effet particulièrement complexe en raison de la diversité des manuscrits en question,  en termes de couverture chronologique et géographique, ce qui soulève des difficultés quant aux compétences à maîtriser, notamment paléographiques2. Au terme du programme, la publication d’un catalogue imprimé reste à l’ordre du jour.

Sommaire

Guy-Michel Leproux

Avant-propos

François Avril

Préface

Informations pratiques

  • Éditeur : Presses universitaires François-Rabelais, Presses Universitaires de Rennes
  • Collection : Renaissance
  • Lieu d’édition : Tours
  • Année d’édition : 2016
  • Publication sur OpenEdition Books : 16 juillet 2018
  • ISBN (Édition imprimée) : 9782869064126
  • ISBN électronique : 9782869065437
  • DOI : 10.4000/books.pufr.8467
  • Nombre de pages : 373 p.
  • URL : https://books.openedition.org/pufr/8467
  1. Cf. sa notice dans le catalogue général de la BnF (http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb16548797r) et sa bibliographie. []
  2. Le programme a continué dans le cadre du Plan triennal de la recherche 2013-2015 de la BnF, mené par Laure Rioust, chargée de collections au département des Manuscrits, assistée d’Olga Karaskova ((Cf. sa page et sa thèse, http://www.theses.fr/2014LIL30019 []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Parution : Bibliographie génovéfaine

Second volet d’un diptyque consacré à l’histoire des génovéfains, la Bibliographie génovéfaine : ouvrages publiés par les chanoines réguliers de Saint-Augustin de la Congrégation de France, 1624-1800 de Nicolas Petit regroupe 3 600 notices et un appareillage riche mettant en lumière la diversité des écrits produits par les génovéfains sous l’Ancien Régime.

Présentation

Cet ouvrage, publié à titre posthume, constitue le second volume du diptyque monumental consacré aux génovéfains par Nicolas Petit.   En 2008, Nicolas Petit avait publié sous les auspices de l’École des chartes la Prosopographie génovéfaine. Ce premier ouvrage offrait le répertoire biographique complet des 5 352 religieux ayant fait profession dans la Congrégation de France de 1624 à 1789. Voici maintenant son complément naturel : la Bibliographie génovéfaine, qui recense pour sa part tous les ouvrages publiés par les chanoines réguliers de saint Augustin de la Congrégation de France (1624-1800), depuis la fondation de l’ordre et jusqu’au lendemain de la Révolution, plusieurs génovéfains ayant continué d’écrire après la disparition de leur ordre. Nicolas Petit en avait pratiquement achevé la rédaction dès 2012 et même esquissé une mise en page qui a guidé les pas des éditeurs. Ce sont plus de 3 600 notices, réparties en douze sections, que complètent une table chronologique et plusieurs autres index, par titres, topographique par ville et par imprimeurs-libraires, une table analytique et un index des localisations. Après avoir recensé et individualisé chaque membre de la Congrégation en 2008, Nicolas Petit, dans cet ultime ouvrage, passe au crible toute la production intellectuelle de l’ordre dans sa très grande diversité, parfois même surprenante. Comme l’écrit ici-même l’auteur de la préface, on ne pourra désormais plus dire avec Flaubert et son Dictionnaire des idées reçues, « Génovéfain : on ne sait pas ce que c’est ».

L’auteur

Nicolas Petit (1955-2014), archiviste-paléographe (prom. 1980), a été conservateur durant dix-sept ans à la Réserve de la bibliothèque Sainte-Geneviève – où il a contribué au catalogue de l’exposition sur Le Cabinet de curiosités de la bibliothèque Sainte-Geneviève (1989) et publié L’Éphémère, l’occasionnel et le non-livre (1997) – avant de rejoindre en 1998 la Réserve des livres rares de la Bibliothèque nationale de France, où il a notamment collaboré au Catalogue des incunables (CIBN) dont il a assuré l’achèvement avec la rédaction du dernier fascicule, publié en mars 2014.

Table des matières

Préface par Isabelle Brian
Introduction
Remerciements

Première partie. Catalogue bibliographique

  • I. Règles & constitutions
  • II. Décrets des chapitres généraux & des diètes
  • III. Liturgie
  • IV. Circulaires, instructions & mandements
  • V. Thèses
  • VI. Collèges & séminaires
  • VII. Auteurs
  • VIII. Factums
  • IX. Actes officiels concernant les génovéfains
  • X. Dévotion & Hommages
  • XI. Polémique & divers
  • XII. Gravures

Deuxième partie. Tables & index

  • Table chronologique, 1621-1800
  • Index des titres
  • Table topographique (par villes et imprimeurs-libraires)
  • Table analytique
  • Localisations

Bibliographie
Table des illustrations

Informations pratiques

Description : Broché, 1 vol. (678 p.) : ill., couv. ill. ; 30 cm.
Date de parution : 20 février 2018
ISBN/EAN : 978-2-35723-095-8 / 9782357230958
Éditeurs : Paris : École nationale des chartes
Collection : Matériaux pour l’histoire, ISSN 1272-2596 ; 10
Poids : 1930 gr
Prix : 58 €

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Parution : Observatoire du dépôt légal 2017

La BnF publie chaque année une synthèse et des statistiques sur la production éditoriale nationale en s’appuyant sur les dépôts et collectes réalisés grâce au dépôt légal. L’édition 2018 qui couvre l’année 2017 vient de paraître.

Quelle est la personnalité politique la plus représentée en 2017 dans la production éditoriale collectée par le dépôt légal ? Combien de nouveaux titres de périodiques et combien de titres ont-ils cessé de paraître ? Dans quel domaine collecte-t-on le plus de partitions? Que représente l’autoédition dans les entrées de livres imprimés ? La BnF publie la septième édition de l’Observatoire du dépôt légal. Réalisé par les départements de dépôt légal, le département Droit, économie et politique a aussi apporté son éclairage au focus de cette édition « 2017, année politique ».

L’Observatoire apporte un regard sur la production culturelle nationale à travers le prisme du dépôt légal. Il s’appuie sur un réservoir de données statistiques diffusé sur BnF API et data.gouv.fr utilisé par d’autres communautés professionnelles (organismes publics et privés, chercheurs, éditeurs, imprimeurs, producteurs, etc).

À consulter

Les chiffres clés du dépôt légal en 2017

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Parution : Les monnaies de fouille du monde grec (VIe-Ie s. a.C.)

Frédérique Duyrat, directrice du département des Monnaies, médailles et antiques de la BnF et Catherine Grandjean, responsable du CeTHiS (Centre Tourangeau d’Histoire et d’études des Sources – EA 6298 de l’Université François-Rabelais) ont fait paraître en 2016 la publication Les monnaies de fouille du monde grec (VIe-Ie s. a.C.). Apports, approches et méthodes.

Couv. Les monnaies de fouille du monde grec

L’ouvrage consiste en la publication des actes du colloque des 28 et 29 novembre 2014 organisé à l’École française d’Athènes.

Résumé

Ce livre donne un état des récentes découvertes de monnaies de fouille en Méditerranée  orientale dont celles faites en Égypte lors des fouilles sous-marines dans le delta du Nil en Égypte ou en Grèce sur les sites royaux de Macédoine. Une grande partie de ce matériel est inédite. L’ambition des auteurs est d’abord méthodologique : les monnaies de fouille sont des monnaies principalement perdues, souvent de faible valeur ou hors d’usage (décri, monnaies modifiées, fausses monnaies). L’objectif classique de leur étude est de fournir des marqueurs chronologiques aux archéologues, d’enrichir les corpus monétaires ou d’étudier la circulation. En réalité, elles offrent bien d’autres possibilités à la recherche (étude des phases de circulation et de décri, des pratiques monétaires, histoire économique, histoire des pratiques sociales, etc.), qu’elles soient trouvées en groupe ou isolées, dès lors qu’elles sont remises en contexte archéologique, de concert avec les autres artefacts, notamment céramiques.

Abstract

This book provides an overview of recent finds of coins in excavations in the eastern Mediterranean region, including those in the well-publicised underwater excavations off the Nile Delta in Egypt and from the royal sites of Macedonia in Greece. A large part of this material is as yet unpublished. The aim of the authors is first and foremost methodological: excavation coins are principally lost coins, often of low value or not acceptable (withdrawn from circulation, altered or forgeries). The traditional objctive of the study of such coins has been to provide chronological indicators to excavators, to enrich the classification of numismatic material, or to study circulation. In fact, they offer many other possibilities for research (the study of periods of circulation and demonetisation, of monetary habits, of economic and social history, etc.), whether they are found in groups or individually, when they can be located in an archaeological context, alongside other artefacts, particularly ceramics.

Table des matières

Avant-propos : p. 9
Catherine Grandjean, Introduction : p.  11

1. Monnaies de fouille et histoire

  • John Davies, An Economic Historian’s Agenda  : p. 19
  • Frédérique Duyrat, Les monnaies de fouilles au Levant. Une approche régionale : p. 35
  • Catherine Grandjean, Les monnaies grecques des fouilles de l’EfA à Argos : p. 51
  • Olivier Picard, Les monnaies de fouille du monde grec : l’apport de Thasos : p. 65
  • Christos A. Gatzolis, Selene E. Psoma, Olynthos and Stageira: Bronze Coinageand Political History : p.  83

2. Traiter les données

  • Donald T. Ariel, Coins from a Small Country : How Excavated Coins are Managedin Israel, from the Dig to the Bookshelf : p.  99
  • Thomas Faucher, Cartographie des monnaies de fouilles (1950-2050) : p. 113
  • Lionel Fadin, Véronique Chankowski, Monnaies de fouilles et SIG : l’exemple de Délos : p. 123

3. Faciès

  • Andrew Meadows, Coins from Underwater Excavations. The Case of Thonis-Herakleion : p. 133
  • Panagiotis Tselekas, Treasures from the Deep: Coins from Hellenistic and Roman Republican shipwrecks : p. 147
  • Sophia Kremydi, Katerina Chryssanthaki-Nagle, Aigeai and Amphipolis: Numismatic Circulation in two Major Macedonian Cities : p. 157
  • Nikos Akamatis, Numismatic Circulation in the Macedonian Kingdom. The Case of Pella : p. 177
  • Marie-Christine Marcellesi, Territoire, institutions et rayonnement de Pergame : l’apport des monnaies de fouilles : p. 203

4. Masses monétaires et contextes

  • Kevin Butcher, Coin Finds and the Monetary Economy: the Good, the Bad, and the Irrelevant : p. 225
  • François de Callataÿ, De quoi les monnaies grecques trouvées en fouilles sont-elles le reflet ? Propos diachroniques de méthode : p.  239
  • Panagiotis P. Iossif, Using Site Finds as Basis for Statistical Analysesof the Seleucid Numismatic Production and Circulation.An Introduction to the Method : p. 263
  • Frédérique Duyrat, Some Recommendations for Publishing Coins from Excavations : p.  297
  • John H. Kroll, Conclusions : p. 303

Bibliographie : p. 307
Index général : p. 333
Index des personnages historiques : p. 339
Index des trésors : p. 343
Index des sites archéologiques : p. 345
Index des sources écrites : p. 349
Résumés : p.  351

Informations pratiques

Description : Broché, 1 vol. (359 p.) : ill. en coul. ; 24 cm
Date de parution : 2016
ISBN/EAN : ISBN 978-2-35613-170-6 (Ausonius). – ISBN 978-2-86958-283-5 (ÉFA). EAN 9782356131706
Éditeurs : Bordeaux ; Pessac : Ausonius éditions ; Athènes : École française d’Athènes
Collection : Scripta antiqua ; 93
Disponibilité : Épuisé
Prix : 25 €

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Parution : Une carrière de géographe au siècle des Lumières Jean-Baptiste d’Anville

Véritable ‘Strabon français’ pour ses contemporains, Jean-Baptiste d’Anville est considéré comme l’un des plus grands géographes des Lumières. Ce livre, fruit du travail d’analyse d’une dizaine de spécialistes internationaux, fondé sur des sources nombreuses et souvent inédites, est la première monographie à lui être consacrée.

L’ouvrage est le fruit du programme de recherche « Un cabinet savant à l’époque des Lumières : cartes, archives et manuscrits du géographe du roi Jean-Baptiste d’Anville (1697-1782) » mené dans le cadre du plan triennal de la recherche de la BnF pendant les années 2010-2012 et 2013-2015, par Lucile Haguet, sous la direction de Catherine Hofmann.


Comment cet inconnu, fils de tailleur parisien, se retrouve-t-il à vingt-deux ans géographe du roi et précepteur du jeune Louis XV ? C’est ce parcours extraordinaire que retracent les auteurs de cet ouvrage, en reconstituant le réseau qu’il a su se créer tout en s’assurant la protection des ducs d’Orléans sur trois générations et l’intérêt de la couronne portugaise. Au fil des chapitres se révèle l’impressionnante habileté intellectuelle de d’Anville, capable de satisfaire les exigences de ses mécènes sans trahir ses sources, conservant son intégrité de savant malgré la pression des enjeux diplomatiques. Sans quitter son cabinet parisien, par le seul exercice d’une critique aiguisée et d’un croisement systématique des sources (textes anciens, récits de voyage, mesures astronomiques, informations orales…), d’Anville remodèle les contours du monde ancien et moderne, avec une exactitude qui sera validée par les mesures de terrain a posteriori.

Ce livre dresse un portrait tout en nuances d’un géographe de cabinet au siècle des Lumières. Penché derrière l’épaule du savant, le lecteur découvre comment il élabore très tôt une rigoureuse méthodologie de travail, bâtit sa carrière, constitue l’une des plus grandes collections de cartes du XVIIIe siècle, et influence jusqu’à nos jours la représentation du monde et de ses frontières.

Sommaire

  • Laurence Engel, Préface
  • Christian Jacob, Avant-propos
  • Lucile Haguet et Catherine Hofmann, Introduction générale
  • I. Faire carrière au dix-huitième siècle
    • 1. Participer à l’éducation des princes : d’Anville et son élève Louis XV (1718-1730), Pascale Mormiche
    • 2. Elargir ses réseaux, diversifier ses commandes : les travaux de d’Anville pour la couronne portugaise, Júnia Ferreira Furtado
    • 3. Convaincre ses mécènes: un plan d’affaire prévisionnel pour faire commerce de cartes, Mary Sponberg Pedley
  • II. Dessiner le monde depuis sa chambre
    • 1. La bibliothèque cartographique, outil de travail du géographe de cabinet, Lucile Haguet
    • 2. Une ‘science de pure érudition’, la géographie critique et comparée selon Jean-Baptiste d’Anville, Georges Tolias
    • 3. L’utilisation des sources orientales par Jean-Baptiste d’Anville, Jean-Charles Ducène
    • 4. Jean-Baptiste d’Anville et la cartographie de l’Amérique du Nord, Jean-François Palomino
  • III. La réception de l’œuvre de d’Anville
    • 1. Entre publicité, débat scientifique et vulgarisation: Jean-Baptiste d’Anville dans les journaux, Nicolas Verdier
    • 2. D’Anville, Gibbon et l’espace des empires : la réception britannique du géographe français à travers l’exemple de l’historien anglais, Robert Mankin
    • 3. L’appropriation des cartes de d’Anville dans le monde luso-brésilien : mémoire toponymique et stratégie diplomatique dans la région amazonienne, 1798 et 1904, Iris Kantor
  • IV. La réception institutionnelle, patrimoniale et symbolique d’un ‘grand homme’
    • 1. Splendeur et décadence d’un ‘grand homme’ : réception et postérité de d’Anville et son œuvre, Lucile Haguet
    • 2. La ‘collection d’Anville’ au ministère des Affaires étrangères (1772-1828) : modalités et enjeux d’une appropriation, Catherine Hofmann
    • 3. D’Anville et la Bibliothèque royale/nationale : forces et ambiguïtés d’un héritage, Catherine Hofmann
  • Conclusion : célèbre et méconnu – un géographe réévalué, Jean-Marc Besse
  • Annexes
  • Bibliographie
  • Index

Informations pratiques

Description : Broché, 528 pages, 90 illustrations, 15,6 x 23,4 cm
Date de parution : 14 mai 2018
ISBN/EAN : 978-2-7177-2653-4 (BnF) / 9782717726534 / 978-0-7294-1209-4 (Voltaire)
Editeurs : Coédition BnF Éditions / Voltaire Foundation
Collection : Oxford University Studies in the Enlightenment ; 2018.05
Distributeur : BnF Éditions
Disponibilité : Disponible
Prix : 89 € : 87 £
Pour les résumés en anglais, voir ici
Pour pièces préliminaires, voir ici

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Parution : Trésors monétaires, vol. XXVII : Monnayages de Francie, des derniers Carolingiens aux premiers Capétiens

Partie prenante du plan quadriennal de la recherche de la BnF, le programme Trésors monétaires donne lieu à la publication régulière d’un nouveau volume de la série éponyme.

Le présent volume qui présente six trésors et deux synthèse est entièrement consacré aux trésors médiévaux du Xe au tout début du XIIe siècle, soit :

  • Le trésor dit « du Loiret » : présentation, catalogue et étude caractéroscopique par Steve Achache, Marc Bompaire, Aude Castelas, p. 1-99.
  • Le trésor du Xe siècle de Maffliers (Val-d’Oise). Deniers et oboles d’Hugues Capet duc par Bruno Foucray, p. 101-127.
  • Le trésor de Cuts (Oise). Monnaies et circulation monétaire autour de l’an Mil dans le royaume de France sous Hugues Capet et Robert II le Pieux par Bruno Foucray, Marc Bompaire, Jean-Yves Kind, p. 129-182.
  • Le trésor monétaire double de Vignacourt (Somme). Monnaies et circulation monétaire dans l’Amiénois et l’Orléanais au début du règne de Philippe Ier par Bruno Foucray et Marc Bompaire, p. 183-272.
  • Le trésor de Bordeaux-en-Gâtinais (Loiret). Deniers et fausses monnaies au début du XIIe siècle. Étude numismatique et analyses métalliques par Marc Bompaire et Maryse Blet-Lemarquand, p. 273-297.
  • Un petit dépôt de monnaies royales du début du XIIe siècle à l’église de Marly-la-Ville (Val-d’Oise) par Bruno Foucray, p. 299-303.
  • Le monnayage en Francie occidentale au Xe siècle. L’apport des nouveaux trésors par Marc Bompaire, p. 305-327.
  • Catalogue des monnaies royales et féodales de Francie des derniers Carolingiens aux premiers Capétiens (936-1108) par Bruno Foucray, p. 329-373.

Le trésor dit « du Loiret »

Le trésor du Loiret fut découvert vers 1970. Il aurait été enterré selon Jean Duplessy1 entre 936 et 954. Le nombre précis des monnaies composant ce trésor n’est pas connu ; l’étude du volume porte sur 1001 pièces acquises par la BnF en 1998-1999.

Le trésor de Maffliers

Issu d’une fouille illégale menée près du château de Maffliers, au nord de Paris, le trésor et une hache de bronze ont ainsi été saisis le 22 novembre 2012 par les officiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (OCBC) auprès du pilleur. Constitué de 300 monnaies, seules 269 ont pu être récupérées et étudiées dans le volume : 243 deniers, 26 oboles. Ces pièces d’argent du 10ème siècle ont révélé certaines pièces inconnues des collections nationales.

Le trésor de Cuts

Découvert en 1998 dans un bois privé du village de Cuts dans l’Oise, le trésor se compose de 1108 monnaies d’argent émises de la fin du Xe au début du XIe siècle : 1009 deniers et 99 oboles, toutes conservées à la BnF. Le Trésor2 est exceptionnel par son état de conservation et par le fait que la quasi-totalité des monnaies qui le composent étaient considérées comme inconnues à ce jour.

Le trésor de Vignacourt

Enfoui entre 1075 et 1100, ce trésor comprend 1237 deniers, 245 demi-deniers et 32 oboles. Découvert le dimanche 24 mars 2002 par un chasseur, le trésor a été confié à la DRAC Hauts-de-France. L’inventaire et l’étude du trésor ont été menés par Bruno Fourcray et Marc Bompaire. Sa composition – principalement des deniers d’argent accompagnés de 245 demi-deniers et de 32 oboles – est exceptionnelle car elle comprend, explique Bruno Fourcray, « deux ensembles monétaires contemporains, provenant d’univers économiques étanches de ce dernier quart du XIe siècle l’Orléanais et l’Amiénois ». Ce trésor comprend aussi 220 monnaies inédites, notamment 146 deniers et 69 demi-deniers de Philippe 1er (1060-1108) frappés à Montreuil-sur-Mer. Le trésor était vendu par la maison de vente Rossini en octobre 20073 avec les fragments de la poterie dans lequel il avait été enfoui. C’est le musée d’Amiens qui a préempté le trésor.

Le trésor de Bordeaux-en-Gâtinais

Conservé à la BnF, ce trésor est composé de 220 deniers issus de 6 monnayages de la région. Quatre de ces monnayages sont représentés par des fausses monnaies.

Dépôt de Marly

Les fouilles réalisées en 2005 dans l’église de Marly-la-Ville ont permis de découvrir un ensemble de 7 deniers et 1 obole de Philippe Ier qui témoigne de la circulation monétaire en Île-de-France au début du XIIe siècle.

Informations pratiques

Description : Broché, 21 × 29,7 cm
Date de parution : 30 janvier 2018
ISBN/EAN : 978-2-7177-2748-7 / 9782717727487
Editeurs : BnF Éditions
Distributeur : BnF Éditions
Disponibilité : Disponible
Prix : 99 €

  1. Jean Duplessy, Les monnaies françaises féodales. Tome 1, Paris : Platt, 2004, 404 []
  2. Cf. Les 1107 monnaies d’argent du Trésor de Cuts font leur entrée à la BnF : communiqué de presse, [Paris] : BnF, 30 mars 2016. Disponible en ligne, url : <http://www.bnf.fr/documents/cp_acquisition_tresor_cuts.pdf>. []
  3. Cf. http://www.rossini.fr/html/fiche.jsp?id=347384&np=2&lng=fr&npp=20&ordre=1&aff=1&r= et notamment le descriptif détaillé : https://www.auction.fr/_fr/lot/tresor-de-vignacourt-1552015#.WpRu4eciHs0 []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Incursion dans les humanités numériques du Comité d’histoire de la BnF

Pour donner à voir la profondeur historique de la Bibliothèque nationale de France, son Comité d’histoire s’est livré à une modeste incursion dans le domaine des humanités numériques en géolocalisant les différentes implantations de la bibliothèque au fil de son histoire.

Depuis la librairie du roi, bibliothèque personnelle suivant le souverain au gré de ses pérégrinations et de ses résidences successives, jusqu’à la Bibliothèque nationale de France et ses 7 sites, en passant par la Bibliothèque royale, impériale, nationale, etc., la carte employant l’API Google Maps1, permet de filtrer au moyen de calques, les différentes localisations de la bibliothèque par siècles. Un clic sur les épingles permet d’obtenir un petit résumé historique ainsi que les dates extrêmes de l’implantation dans le lieu incriminé. Le classement par dates est celui du début de l’implantation (ex. le site François-Mitterrand ayant été ouvert en 1996, il se trouve classé au 20e s.).

Cette carte intègre aussi les bibliothèques de dépôt légal imprimeur (BDLI) d’autant plus que ces établissements sont habilités à mettre en place un accès à distance aux collections du dépôt légal de l’internet de la BnF2, devenant par là des emprises de la BnF en région. Cet accès à distance aux archives de l’internet de la BnF continue de se mettre progressivement en place.

Enfin, la carte propose un calque recensant les Centres techniques et les centres de recherche et sociétés savantes hébergés.

La carte omet les localisations relevant de l’action de Julien Cain en tant qu’administrateur général de la Réunion des bibliothèques nationales (1930-1977)3 puis directeur des Bibliothèques et de la Lecture publique (1946-1974)4 puisque cela reviendrait à proposer une carte à la fois du réseau de la lecture publique et des bibliothèques universitaires…

  1. Les fervents des logiciels libres et/ou open source voudront bien nous excuser de ne pas avoir employé l’outil uMap d’OpenStreetMap mais si la clé utilisée pour le libellé des calques fonctionne en mode édition, à l’enregistrement pour publication, uMap a toujours affiché le nom du calque et non la clé souhaitée… À preuve ici : https://umap.openstreetmap.fr/fr/map/implantations-de-la-bibliotheque-nationale-de-fran_196714#6/51.021/2.000 []
  2. Cf. Accès à distance aux archives de l’internet dans les BDLI : mémento, [Paris] : Bibliothèque nationale de France, [s.d.]. Disponible en ligne, url : <http://www.bnf.fr/documents/memento_acces_distant_archives_web.pdf>. []
  3. Cf. « Réunion des bibliothèques nationales », Wikipédia. Disponible en ligne, url : <https://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9union_des_biblioth%C3%A8ques_nationales>. []
  4. Les services constituant la Direction chargée des bibliothèques et de la lecture publique qui relevait du Ministère de l’Éducation nationale, depuis 1932, est passée en 1974 sous la responsabilité du Secrétariat d’État aux Universités sous le nom de Direction des bibliothèques et de la lecture publique (par décret n° 74-613 du 27 juin 1974). []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Parution : Catalogue des monnaies celtiques, 2. Les monnaies à la croix

Le programme Catalogue des monnaies celtiques (CMC) initié dans le cadre du plan triennal de la Bibliothèque nationale de France (BnF), visait à établir un nouveau catalogue commun des collections nationales des monnaies celtiques conservées à la Bibliothèque nationale de France (BnF) et au Musée des antiquités nationales de Saint-Germain-en-Laye (MAN).

Après la publication en 2014 du 1er volume du catalogue consacrée aux Arvernes (Centre de la Gaule), c’est désormais le deuxième volume qui est paru consacré aux monnaies à la croix.

Les monnayages à la croix constituent l’ensemble monétaire le plus abondant et le plus caractéristique de la Gaule méridionale. Un ouvrage sans précédent qui permet d’appréhender les pratiques monétaires en Gaule méridionale, et, plus largement, de saisir les réalités économiques, ethniques et territoriales des populations de l’âge du fer.

L’auteur, Eneko Hiriart1, est chargé de recherche au CNRS (IRAMAT-CRP2A, UMR 5060). Il a soutenue en 2014 une thèse de doctorat en Sciences Archéologiques (Ausonius, UBM), sous la direction de K. Gruel (DR. CNRS-ENS) et de Fr. Tassaux (PR. UBM) intitulée Pratiques économiques et monétaires entre l’Èbre et la Charente (IIIe-Ier s. a.C.).

L’ouvrage est coédité par la Bibliothèque nationale de France et le Musée d’Archéologie nationale, avec le concours du laboratoire AOrOc (CNRS-ENS, UMR 8546).

Cette série entend se substituer progressivement au catalogue publié en 1889 par Ernest Muret et Anatole Chabouillet2 en mettant à disposition les deux fonds nationaux les plus importants en France, pour au final constituer une collection de référence facilitant les identifications et publications des monnaies découvertes.

Informations pratiques

  • Description
    Broché, 356 pages, 2500 illustrations, 21 x 29,7 cm, 1510 g.
  • Date de parution
    16 novembre 2017
  • ISBN/EAN
    978-2-7177-2744-9 / 9782717727449
  • Prix
    65 €
  • Editeurs
    BnF Éditions
  • Distributeur
    BnF Éditions
  • Disponibilité
    Disponible

Enregistrer

Enregistrer

  1. Cf. sa page personnelle sur le site de son laboratoire, url : <http://www.iramat-crp2a.cnrs.fr/spip/spip.php?article260> []
  2. Catalogue des monnaies gauloises de la Bibliothèque nationale, Paris : E. Plon, Nourrit et Cie, 1889, 1 vol. (XXVII-327 p.). Disponible en ligne, url : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5759384k> (version standard), <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k3990745> (version interfoliée et annotée). []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Parution de l’ouvrage : « Emmanuel Le Roy Ladurie : une vie face à l’histoire »

Stefan Lemny, chargé des collections d’histoire à la Bibliothèque nationale de France et spécialiste de l’histoire culturelle du XVIIIe siècle1 s’était attelé depuis plusieurs années à la biographie de l’historien Emmanuel Le Roy Ladurie.


La biographie Emmanuel Le Roy Ladurie : une vie face à l’histoire est la première à montrer la personnalité de l’historien dans toute sa complexité, à partir de fonds d’archives inédits et notamment ceux de l’historien même. En effet, Stefan Lemny, a gagné au fil des ans toute la confiance d’Emmanuel Le Roy Ladurie au point que ce dernier lui ait accordé généreusement le droit de consulter ses volumineuses archives personnelles et professionnelles.

Au-delà de l’historiographie, la biographie explore la vie intellectuelle des soixante dernières années, dont Emmanuel Le Roy Ladurie fut un incontournable acteur et un précieux témoin comme en témoignent les superlatifs qui l’ont désigné : Historien de haut vol, magicien de l’histoire, historien total.

Né en 1929, auteur d’ouvrages majeurs, parmi lesquels Paysans de Languedoc (1966), Histoire du climat depuis l’an mil (1967) et Montaillou, village occitan (1975), il a marqué de sa pensée et de sa plume l’historiographie de la deuxième moitié du XXe siècle, qui a vu s’affirmer des courants novateurs comme l’École des Annales, l’histoire quantitative ou l’histoire du climat.

Cependant, si l’œuvre est essentielle, elle n’explique pas seule sa renommée exceptionnelle. Le rôle qu’il a joué dans le développement de plusieurs institutions prestigieuses – l’EHESS, le Collège de France, la BnF, l’Institut de France – n’y a pas moins contribué. À cela s’ajoutent la place particulière qu’il a occupée sur la scène médiatique, ses prises de position dans les débats de société et son combat en faveur des droits de l’homme dans les années 1970 et 1980, au plus fort du totalitarisme communiste.

Historien marqué par l’Occupation puisqu’en tant que fils de Jacques Le Roy Ladurie, secrétaire d’Etat à l’Agriculture et au Ravitaillement sous le Régime de Vichy, Emmanuel Le Roy Ladurie est aussi ce que Pierre Rigoulot a nommé un enfant de l’épuration2 ce qui peut constituer pour l’historien ce qu’Éric Conan et Henry Rousso considèrent comme un passé qui ne passe pas3. On le voit (cf. la table des matières ci-dessous), la biographie d’Emmanuel Le Roy Ladurie est aussi une histoire familiale, celle des Le Roy Ladurie qui l’ont précédé,  ainsi qu’une histoire intellectuelle et politique de la France depuis la montée des périls, l’engagement au sein du Parti communiste français4, l’anticolonialisme, jusqu’aux luttes contre les dérèglements climatiques.

Informations éditoriales

  • Description
    Broché, 570 pages, 15 x 23 cm
  • Date de parution
    14 février 2018
  • ISBN/EAN
    978 2 7056 9508 8
  • Prix
    28 €
  • Editeur
    Hermann
    Collection Hors collection
  • Disponibilité
    Disponible

Table des matières

Avant-propos
Abréviations utilisées

I. La saga d’une famille

Les ancêtres
Edmond Le Roy Ladurie, l’entrepreneur
Emmanuel Le Roy Ladurie, le capitaine
Gabriel Le Roy Ladurie, l’oncle énigmatique
Jacques Le Roy Ladurie, le père agriculteur et politicien

II. Une enfance normande

Villeray
Le collège catholique Sainte-Marie à Caen
Le premier voyage
Au collège Saint-Joseph
Le journal du débarquement
Le bachelier

III. Les années d’études parisiennes (1945-1953)

La khâgne

D’Henri-IV à Lakanal
Les maîtres et les camarades
La conversion idéologique

Le Normalien

1949, l’année des grandes épreuves
Les nouveaux maîtres
Le militant communiste
Le leader syndical
Du théâtre à la presse
Les études et les premières recherches
Les amitiés

IV. L’expérience languedocienne

Sous les drapeaux
« Les promesses d’un excellent professeur »
Désillusions communistes
La naissance de l’historien

L’historien « à mi-temps »
Le chercheur au CNRS
L’assistant universitaire

De nouvelles recherches politiques et militantes

L’Union rationaliste
Socialisme ou barbarie
Le Comité de défense des libertés et l’Union
de la gauche socialiste
Le Parti socialiste unifié

Les cercles de l’intimité

V. Une première décennie de vie scientifique à Paris (1963-1973)

Au Centre de recherches historiques

L’âge des grandes enquêtes
Un promoteur de la coopération internationale
L’expérience américaine
Chercheur et enseignant

Aux Annales
Le Mai 68 de l’historien
De la Sorbonne à Paris VII
Au CRH après 1973

VI. De l’histoire des paysans à l’histoire du climat

Les Paysans de Languedoc (1966) : une thèse qui fait date
L’historien du monde rural
L’historien du climat
L’historien, l’ordinateur et la plume

VII. Au Collège de France

Les étapes d’une élection
Le cours inaugural : « L’histoire immobile »
Cours, séminaires et recherches
Un militant de base FO
Dans la routine des élections
En campagne pour Roland Barthes, Gérard Genette,
François Furet, Maurice Agulhon, Marc Fumaroli
Invités de prestige
Les dernières années : Pierre Bourdieu, Daniel Roche

VIII. L’histoire d’un best-seller : Montaillou, village occitan,
de 1294 à 1324

Dans l’atelier de l’historien : naissance d’un livre
Les premières réactions
La légende du tirage : les éditions françaises
Un village français qui a conquis le monde :
les éditions étrangères
Le succès mondial : à la une de la presse écrite
Rencontres publiques, radio, télévision
De l’enseignement au tourisme
De la bande dessinée au cinéma
Dans le miroir de la critique savante
Expliquer l’inexplicable

IX. L’âge de la nouvelle histoire

Le Territoire de l’historien et la nouvelle histoire
Carnaval et révolte, amour et mort, sorcellerie
Histoire de France : L’État royal et L’Ancien Régime
Le triomphe de l’égo-histoire : Paris-Montpellier.
P.C.-P.S.U. (1945-1963)
L’historien journaliste
Parmi les historiens
L’historien au micro et à l’écran
Le devoir de mémoire

X. L’historien dans la Cité

L’historien comme chroniqueur du temps présent
L’historien face au pouvoir
« CIEL !! Mon mari… »
Dans les autres lieux du militantisme : le Centre Royaumont,
la fondation Saint-Simon, ATD Quart-monde…
Contre l’invasion de l’Afghanistan et les JO de Moscou
« Une nation fidèle à son histoire » : la Pologne
Pour la défense des droits de l’homme

Au « centre du totalitarisme » : l’URSS
Les pays de l’Est
Les « boat-people »
Le Moyen-Orient
Le totalitarisme de la « périphérie » : l’Amérique latine

L’école, l’université, l’enseignement de l’histoire
Pour l’Europe
La défense des libertés
Contre l’antisémitisme, le racisme, la xénophobie
Les marginaux : « Il faut faire quelque chose
pour ces malheureux »
Un combat sur (presque) tous les fronts

XI. À la tête de la Bibliothèque nationale

Un lecteur de longue date
La nomination d’un « administrateur d’exception »
De la BN à la BnF : la gestion d’une transition

La « BN bis » d’Emmanuel Le Roy Ladurie
La BN face à la « bibliothèque d’un type
entièrement nouveau »
La BN et la Bibliothèque de France : vers la fusion (1989-1992)
1993 : la dernière année de la BN

L’agenda du dernier administrateur général de la BN

En quête d’un « modèle idéal » de bibliothèque
Vers l’apaisement des conflits sociaux
Nouvelle direction, nouveaux chantiers
Enrichir, conserver et valoriser les collections patrimoniales
« Une fenêtre sur le monde » : le rayonnement de la BN
« Que n’aurais-je fait ! Toujours pour la BN »
Voeux pour le Nouvel an et adieux

Président du conseil scientifique de la BnF
Le retour du « lecteur de base »

XII. Le retour de l’historien à plein temps

De l’Académie française à l’Académie des sciences morales et politiques

Une cérémonie riche en symboles
L’activité de l’académicien

Le défi biographique : les Platter
Saint-Simon : une approche « essentiellement systématique »
Entrer dans un nouveau millénaire
L’âge des synthèses

Histoire de France des régions
Histoire des paysans français
Histoire humaine et comparée du climat
… et le combat de l’historien du climat

Une retraite active

Bibliographie sélective
Index des noms
Remerciements

  1. en particulier de la famille princière Cantemir. Nous renvoyons à sa bibliographie recensée à l’adresse url : http://production-scientifique.bnf.fr/CV/lemny-stefan. []
  2. Pierre Rigoulot, Les enfants de l’épuration, Paris : Plon, 1993, 1 vol. (532 p.). En vertu du jugement rendu le 1er juillet 1949 par la Haute Cour de Justice, Jacques Le Roy Ladurie bénéficia d’un non-lieu. Emmanuel Le Roy Ladurie s’est attaché à publier les mémoires de son père, Jacques Le Roy Ladurie, Mémoires (1902-1945), texte établi et présenté par Anthony Rowley et Emmanuel Le Roy Ladurie, Paris : Flammarion, Plon, 1997. []
  3. Éric Conan et Henry Rousso, Vichy, un passé qui ne passe pas, [Paris] : Pluriel, DL 2013, 1 vol. (401 p.). []
  4. passé sur lequel Emmanuel Le Roy Ladurie, avec le franc-parler et le refus des tabous qui le caractérise a évoqué dans Paris-Montpellier : P.C.-P.S.U. [Parti communiste-Parti socialiste unifié], 1945-1963, [Paris] : Gallimard, 1982,  1 vol. (261 p.). []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Sciences pour tous, 1850-1900

En écho à l’exposition Sciences pour tous, 1850-1900, présentée du 25 avril 2017 au 27 août 2017 sur le site François-Mitterrand de la Bibliothèque nationale de France, un site web est publié à l’adresse url : http://expositions.bnf.fr/sciencespourtous/.

Sa direction scientifique a été  assurée par Michel Netzer, directeur du département Sciences et techniques, Marie Boissière, chargée de collections, département Sciences et techniques et Anne Boyer, chargée de collections, département Sciences et techniques.

Très iconographique, le site propose un accès chronologique :

  • années 1850 : création de nombreuses revues qui popularisent les sciences : Cosmos (1852), La science pour tous et l’Année scientifique et industrielle (1856).
  • 1863 : Jules Verne publie son premier roman : Cinq semaines en ballonw.
  • 1864 : création par Edouard Charton de la Bibliothèque des merveilles.
  • 1873 : création de la revue La Nature par Gaston Tissandier.
  • 1879 : Camille Flammarion publie son Astronomie populaire.
  • 1889 : Exposition universelle à Paris où les visiteurs découvrent la Tour Eiffel.
  • 1890-1891 : publication de La science amusante de Tom Tit qui aura de très nombreuses éditions jusqu’en 1914.

Un accès thématique fournit des entrées (diffusion, pédagogie, nature, médecine, voyage, techniques) permettant de consulter une importante iconographie commentée et des focus.

En complément une web série de 14 vidéos est également publiée : chaque épisode porte sur différentes thématiques retraçant l’histoire de la science populaire dans la seconde moitié du XIXe siècle, de la médecine à la chimie, en passant par l’hygiène et l’aéronautique.

Sciences dans les journaux.

La féerie scientifique.

Des vulgarisateurs engagés

Mademoiselle Lili.

La science amusante.

La vie sur Mars.

L’histoire d’une bouchée de pain.

L’hygiène pour tous.

Le livre d’or de la santé.

L’invention de l’automobile.

Un triste record.

Le roman scientifique.

L’invention du cinématographe.

Le Globe Céleste.

Par ces productions, la BnF contribue à sa façon à la stratégie nationale de la culture scientifique, technique et industrielle1.
  1. Remise de la Stratégie nationale de la culture scientifique, technique et industrielle, url : <http://www.culturecommunication.gouv.fr/Thematiques/Enseignement-superieur-et-Recherche/La-culture-scientifique-et-technique/Remise-de-la-Strategie-nationale-de-la-culture-scientifique-technique-et-industrielle>. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Histoire de la BnF : Bibliothèque-musée de l’Opéra

Après la création du Comité d’histoire de la BnF,  certains de ses membres s’étaient attachés à publier des notices biographiques des différents directeurs de la Bibliothèque nationale du XIVe siècle à nos jours ainsi que des biographies des directeurs de départements « historiques » de la bibliothèque, à savoir les départements des Imprimés, des Périodiques, des Manuscrits, des Monnaies, médailles et antiques (directeurs du département des Monnaies, Médailles et Antiques depuis 1719 ; intendants et gardes du Cabinet des médailles des origines à 1753), et des Estampes et photographie.

Une lacune était à noter dans ce travail de nature prosopographique, paradoxalement le plus complet, celui de la Bibliothèque-musée de l’Opéra.

Rappelons que la Bibliothèque-musée de l’Opéra est rattachée à la Bibliothèque nationale depuis 1935. Elle tire son origine de la bibliothèque et des archives de l’Opéra, créés en 1866, et du musée, ouvert au public en 1881.  À la création du département de la musique en 1942, la bibliothèque-musée de l’Opéra lui est rattachée. Bénéficiant auparavant d’une direction, elle est désormais un service du département de la musique dont le directeur actuel, auteur du travail prosopographique, était l’adjoint au directeur de la bibliothèque-musée de l’Opéra.

La Bibliothèque est installée dans l’ancien « Pavillon de l’Empereur » du Palais Garnier, destiné à Napoléon III. Situé dans l’aile occidentale du bâtiment, côté jardin, ce pavillon comprenait une rampe d’accès à une rotonde « à couvert » pour les voitures à chevaux. À l’étage supérieur, se trouvaient un salon et un fumoir, d’où le chef de l’État pouvait accéder à sa loge. Après la chute du Second Empire, cet espace fut cédé à la Bibliothèque-musée.

La configuration actuelle de la Bibliothèque-musée de l’Opéra date de 1991. La salle de lecture occupe le salon, les expositions temporaires la rotonde basse, et les collections permanentes du musée l’ancien fumoir.

Avec le lancement d’un nouveau site du Comité d’histoire de la BnF (http://comitehistoire.bnf.fr/), cette lacune est désormais comblée.

En sus, en guise d’addendum, nous proposons à la communauté des chercheurs, historiens et amateurs de l’histoire de la BnF, une liste des archives conservées à la BnF concernant la Bibliothèque-musée de l’Opéra (BMO) et dont une partie reste conservée à la BMO.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Captation : La collection de cartes murales Vidal-LaBlache – Paul Vidal de la Blache : comment parler d’un territoire perdu ?

Les captations de l’après-midi d’étude Tableaux de la France : géographie – L’héritage de Paul Vidal de La Blache (1845-1918) tenue en 2017,  sont mises en ligne.

Considéré comme le fondateur de la géographie moderne française jusque dans les années 70, Paul Vidal de La Blache en a renouvelé le champ scientifique, social, politique. Il a contribué au développement de la cartographie moderne avec la conception d’une soixantaine de cartes physiques, humaines et politiques qui seront utilisées dans toutes les écoles de France et d’un Atlas innovant. Son « Tableau » présentait une description inédite du paysage français et il a institutionnalisé une discipline universitaire nouvelle et indépendante de l’Histoire. Un siècle plus tard, la figure de la France a changé. Quel est aujourd’hui l’héritage de l’œuvre et de la pensée vidaliennes ? En quoi ont-elles été innovantes ?

Conférence du 14 novembre 2017 : La collection de cartes murales Vidal-LaBlache – Paul Vidal de la Blache : comment parler d’un territoire perdu ? Bernard Tassou, Olivier Loiseaux

51 min

Présentations

Olivier Loiseaux est Chef de service acquisitions et collections géographiques, au département des Cartes et plans.

Conférence du 14 novembre 2017 : Vidal de La Blache : quelles ouvertures contemporaines ? Marie-Vic Ozouf-Marignier, Marie-Claire Robic, Jean-Louis Tissier animée par Sylvain Allemand

91 min

Présentation

Le Tableau de la géographie de la France de P. Vidal de la Blache – Jean-Louis Tissier [fichier .pdf – 1356 Ko – 08/01/17 – 8 p.]

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts