Archives de catégorie : Parutions

La recherche à la BnF

Publication d’un document de synthèse sur la stratégie et l’organisation de la recherche à la BnF

La recherche à la BnF : couverture
La recherche à la BnF : couverture

Dans la continuité d’un séminaire autour de l’activité scientifique de la BnF tenu en octobre 2018, l’année 2019 a été consacrée à mettre en œuvre une série d’actions destinées à mieux soutenir et rendre plus lisible l’activité de recherche au sein de l’établissement, notamment en formalisant dans un document de référence, la stratégie et l’organisation de la recherche à la BnF.

Fruit d’un an de travail, et de plusieurs consultations internes et externes, La recherche à la BnF est le premier document de synthèse sur les enjeux et l’organisation des activités de recherche, individuelles et collectives, à la BnF. Apportant des repères aux encadrants comme à tous les personnels concernés, il permet également de présenter à ses publics et partenaires scientifiques les enjeux et l’organisation de la recherche que conduisent en propre ses personnels scientifiques (près de 200 engagés dans des projets de recherche) : une recherche partenariale et ouverte sur les problématiques contemporaines.

Structuré en quatre grandes parties, le document a pour objectifs :

  1. d’inscrire la recherche dans l’histoire longue de la Bibliothèque et en rappeler la finalité, en cohérence avec ses missions fondamentales ;
  2. d’organiser cette activité en grands domaines thématiques et en donner des exemples concrets dans les problématiques de recherche les plus contemporaines ;
  3. de préciser la manière dont cette recherche se vit à la Bibliothèque, à la croisée des activités collectives et individuelles ;
  4. de définir une politique de diffusion de ses résultats, incluant la gestion des données.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Parution du N°4 de la Revue focales

Le numéro 4 de la revue Focales vient d’être mis en ligne. Il comporte un dossier consacré à la « photographie mise en espace ». Les contributions réunies là interrogent les nouvelles formes d’agencement des images au sein des lieux d’exposition ainsi que sur le web. Les dispositifs spatiaux élaborés alimentent la perception des photographies qui ne sont pas abordées isolément, mais prises dans des relations qui se construisent au travers des déambulations ‒ physiques ou virtuelles ‒ des spectateurs. Les diverses formes de « mise en espace » des images se présentent sous le signe de la variabilité, chaque nouvelle actualisation entraînant une évolution de l’enjeu et de la portée des œuvres. Un entretien d’Arno Gisinger par Oliver Lugon (accompagné d’un portfolio) complète cette réflexion.

Dans ce numéro, vous découvrirez les textes de Flora Triebel, conservatrice en charge de la photographie ancienne au sein du département des Estampes et de la photographie de la BnF depuis 2018 et de Lydia Echeverria, chercheuse associée au sein du département des Estampes et de la photographie de la BnF pour l’année 2019-2020.

Arno Gisinger et Georges Didi-Huberman, Histoires de fantômes pour grandes personnes, Le Fresnoy, Tourcoing, 2012, photographie : Arno Gisinger
Arno Gisinger et Georges Didi-Huberman, Histoires de fantômes pour grandes personnes, Le Fresnoy, Tourcoing, 2012, photographie : Arno Gisinger

Philippe Chevallier

Adjoint au responsable de la coordination de la recherche de la Bibliothèque nationale de France

More Posts

Mise en ligne de l’inventaire des archives du secrétariat général de la Bibliothèque, dit fonds Mortreuil (1827-1936)

La mission Archives de la BnF vient d’achever la description des archives du secrétariat général de la Bibliothèque couvrant le premier quart du XXe siècle, qui a connu deux phases de traitement vers 1944 puis vers 2005 sans jamais avoir été terminé.

Présentation du fonds et traitement

Envoi en province des fonds les plus précieux en septembre 1914
(2005/028/455). © BnF, Archives administratives
Envoi en province des fonds les plus précieux en septembre 1914
(2005/028/455). © BnF, Archives administratives

Le fonds est appelé communément fonds Mortreuil, du nom de Théodore Mortreuil (1850-1937), entré à la Bibliothèque en 1870 et nommé secrétaire-trésorier auprès des administrateurs de 1885 à 1925, bien que ce fonds couvre en réalité une période plus large. Il a été scindé en deux à une date indéterminée (antérieure à la Seconde Guerre mondiale).

La partie ancienne couvrant les années 1858 à 1899 est conservée au département des Manuscrits sous les cotes Archives modernes 187-263, tandis que la partie plus récente couvrant théoriquement la période 1900-1926 est conservée par la mission sous les cotes 255/028/001 à 2005/028/593.

L’objectif du chantier entamé en 2018 était d’une part d’achever la description de l’ensemble des 593 dossiers et d’autre part de rendre ce fonds plus accessible aux chercheurs par le biais d’un instrument de recherche méthodique, c’est-à-dire par grands thèmes, disponible dans le catalogue BnF Archives et manuscrits.

L’exercice s’est avéré particulièrement complexe en raison de l’histoire du fonds. Les choix de traitement successifs appliqués par les bibliothécaires ou les archivistes au début du XXe siècle, pendant la Seconde guerre mondiale et au milieu des années 2000, mal documentés et parfois contradictoires, ont en effet « déstructuré » le fonds et en ont rendu la compréhension complexe.

Contexte de production de ces archives

Ce n’est probablement pas un hasard si ce fonds débute en 1858 puisqu’il s’agit d’une date charnière pour la Bibliothèque, qui est alors réorganisée. La commission de réorganisation confiée à Prosper Mérimée se réunit de 1857 à 1858 et propose des réformes pour remédier aux dysfonctionnements de la Bibliothèque. En effet, bien qu’elle ait connu un enrichissement exceptionnel de ses collections par les confiscations des biens du clergé, du roi, des princes et des émigrés, puis de saisies sous le Consulat et l’Empire, celles-ci sont peu décrites et cataloguées, et donc difficilement communicables au public.

En outre, la direction de l’établissement reposait depuis le décret du 25 Vendémiaire an IV (16 octobre 1795) sur un Conservatoire réunissant l’ensemble des conservateurs, qui désignait chaque année parmi ses membres un directeur pour présider les débats. Les tentatives de réforme avaient jusqu’alors échoué mais la commission Mérimée bénéficie d’un contexte plus favorable, la France du second Empire souhaitant rayonner sur les plans artistique et culturel, en concurrence avec le Royaume-Uni.

Le décret du 14 juillet 1858 nomme Jules-Antoine Taschereau administrateur-général, crée la fonction de trésorier-comptable, étend les heures d’ouverture de la bibliothèque et revalorise le statut de ses employés, et prévoit la création de deux salles de lecture pour le département des Imprimés.

Histoire des traitements successifs

Les archives du secrétariat général étaient initialement triées de façon chronologique et selon le plan de classement ci-dessous :

  • 1. Prêt à Paris
  • 2. Réintégration dans les collections
  • 3. Approbation des dépenses
  • 4. Règlement intérieur
  • 5. Demandes d’emploi
  • 6. Dépôt légal
  • 7. Entretien
  • 8. Prêt à l’étranger
  • 9. Prêt dans les départements
  • 10. Publications
  • 11. Propositions d’acquisitions
  • 12. Bâtiments
  • 13. Demandes d’autorisation de publication
  • 14. Dons
  • 15. Demandes de renseignements
  • 16. Personnel
  • 17. Catalogues et inventaires
  • 18. Relations diverses avec l’extérieur
  • 19. Comité consultatif
  • 20. Revendications du Louvre, du Musée de l’Artillerie, divers
  • 21. Lettres de service
  • 22. Salles de lecture
  • 23. Acquisitions exceptionnelles
  • 24. Affaire Bernay. Tête d’Argent
  • 25. Comptabilité
  • 26. Demandes d’autorisation de photographier
  • 27. Visites
  • 28. Catalogues de ventes publiques
  • 29. Échanges avec les bibliothèques de Paris
  • 30. Cabinet de l’Empereur (jusqu’en 1871)

Ces rubriques sont reportées sur chaque document sur lequel figure un tampon « Bibliothèque nationale – Archives » avec le numéro d’enregistrement, ainsi que sur les chemises regroupant les documents qui précisent également le millésime.

Il convient toutefois de noter que l’application du plan de classement a connu des variations au fil des ans. Ainsi la rubrique « 18. Relations diverses avec l’extérieur » a parfois été privilégiée par le personnel du secrétariat par rapport à d’autres rubriques apparemment plus pertinentes, ce qui entraîne des dossiers très volumineux et complique les recherches.

La reprise du traitement en 2018 s’est heurtée à deux difficultés de nature différente. Tout d’abord, lors des opérations de classement dans les années 1940, les bibliothécaires ont rapproché du fonds originel du secrétariat pour la période 1900-1926 des dossiers plus anciens (remontant jusqu’à 1827) ou au contraire postérieurs (jusqu’en 1936), parfois issus d’autres fonds (rapport d’activité 1943-1945, p. 63). Ainsi, les dossiers cotés 2005/028/001 à 085 sont issus du ministère de l’Instruction publique, des cultes et des beaux-arts, avec la présence ponctuelle d’archives provenant du fonds Mortreuil. Cet ensemble ne comporte donc pas de mention de rubrique de plan de classement, sauf les dossiers qui ont vraisemblablement été extraits du fonds Mortreuil conservé au département des Manuscrits pour être insérés dans les dossiers du ministère (cotes 109, 111, 112, 115).

Par ailleurs, lors de la reprise du chantier en 2005, probablement pour gagner du temps, les archivistes ont fait le choix de décrire et de coter en continu les dossiers alors en vrac, sans se soucier de l’ordre initial ou de proposer un classement méthodique préalable pour les dossiers sur lesquels ne figurait aucune mention de rubrique. En outre, des registres situés à proximité géographique mais dont on ignore la provenance et couvrant une période quasiment similaire ont alors été intégrés à cet ensemble déjà peu cohérent (2005/028/589 à 2005/028/593).

Enfin, comme dans tous les chantiers de classement qui se prolongent sur plusieurs années, les descriptions ont été rédigées par différentes personnes, à des époques différentes, ce qui entraîne une grande hétérogénéité des analyses, du point de vue du vocabulaire choisi, mais également du degré de précision.

Traitement entrepris en 2018

Lors de la reprise du chantier en 2018, l’archiviste en charge du fonds devait compléter les descriptions manquantes, apporter d’éventuelles corrections ou précisions, et établir un instrument de recherche méthodique pour un accès intellectuel plus aisé, en dépit des difficultés évoquées plus haut.

L’objectif était également d’améliorer les conditions de conservation de ce fonds important : les éléments métalliques ont systématiquement été enlevés, les documents estampillés et l’ensemble du fonds reconditionné dans des matériaux adaptés.

En raison de l’application partielle et complexe du plan de classement initial, l’archiviste a fait le choix de proposer un nouveau plan de classement, tout en respectant l’ordre physique des dossiers et donc leur cotation de 2005, et en mentionnant dans l’instrument de recherche la rubrique d’origine du dossier lorsqu’il y en avait une :

  • Administration générale de la Bibliothèque
    • Direction, Comité consultatif de la Bibliothèque
    • Fonctionnement, règlement intérieur
    • Questions financières
    • Personnel
    • Bâtiment et infrastructures
  • Entrées dans les collections
    • Acquisitions, échanges
    • Dons et legs
    • Dépôt légal
    • Restitutions, revendications
  • Inventaires, communication et valorisation des collections
    • Catalogues et inventaires
    • Salle de lecture : demandes, incidents
    • Prêt
    • Valorisation et utilisation des collections
  • Relations avec l’extérieur
    • Demandes de renseignements
    • Visites, échanges
    • Divers
Exemple de fiche
© BnF, Archives administratives
Exemple de fiche
© BnF, Archives administratives

Au sein-même de chaque rubrique de l’instrument de recherche, le classement chronologique tel qu’il a prévalu dans la tenue de ces archives par le secrétariat central a été rétabli quand il existait.

Enfin, il a été décidé de ne pas modifier la cotation établie en 2005 dans la mesure où une partie des dossiers avait déjà été communiquée.

Ces choix – plan de classement méthodique, classement chronologique, non recotation – expliquent pourquoi dans ce nouvel instrument de recherche, les dossiers ne sont pas présentés dans un ordre numérique.

La mission conserve également les fiches établies pour chaque document qui passait par le secrétariat général, conservées dans un meuble en bois et en mauvais état général. Elles sont aujourd’hui peu exploitables puisqu’elles renvoient au numéro d’enregistrement des documents, mais la date et la rubrique du plan de classement peuvent guider la recherche d’un document (qui sera conservé soit au département des Manuscrits, soit à la mission archives). Ces 33.800 fiches ont été reproduites en format pdf (image) en 2019 afin d’éviter leur manipulation et leur déclassement. À terme, il est prévu de mettre en ligne ces fiches sur Gallica.

Intérêt du fonds

Note de l'architecte au sujet de l'éclairage de la salle de lecture (2005/028/558).
© BnF, Archives administratives
Note de l’architecte au sujet de l’éclairage de la salle de lecture (2005/028/558).
© BnF, Archives administratives

Ce fonds est particulièrement important pour l’histoire de la Bibliothèque nationale à plusieurs titres. En effet, il permet de suivre toutes les affaires qui transitaient par le secrétariat général, de l’administration générale de la Bibliothèque à la gestion des collections. On y trouve des lettres de candidature comme des propositions de dons, mais aussi de nombreuses demandes diverses. À l’heure d’Internet et des moteurs de recherches, on oublie parfois le rôle alors prépondérant des bibliothèques pour toute recherche d’information.

Le fonds témoigne de ce qui pouvait être l’action administrative il y a un siècle, quand chaque document était enregistré, classé et fiché. Ainsi le fichier évoqué plus haut, organisé par grandes entrées (« dons », « demandes de renseignements », « prêts » …), permet d’offrir une vision synthétique des activités de la Bibliothèque sur plus d’un demi-siècle. Ces méthodes de travail contrastent avec l’ampleur des flux d’information qui passent aujourd’hui dans un établissement comme la BnF.

Consultation

Ce fonds est consultable en salle T de la bibliothèque de recherche de la BnF, en rez-de-jardin, en adressant une demande au moins 48 heures (jours ouvrés) à l’avance à archives@bnf.fr.

Exemple d'échange entre l'administrateur et l'architecte (2005/028/558). © BnF, Archives administratives
Exemple d’échange entre l’administrateur et l’architecte (2005/028/558). © BnF, Archives administratives

Covid-19 : alimentez les archives ouvertes

Vous êtes un agent de la Bibliothèque nationale de France confiné chez vous ? Vous êtes coupé des applications informatiques professionnelles ? Et si vous en profitiez pour alimenter le portail d’archives ouvertes de l’établissement qui reste accessible, avec toute connexion internet, à l’adresse url : https://hal-bnf.archives-ouvertes.fr ?

Logo HAL

Alors que ce 19 mars 2020, l’Association française des directeurs et personnels de direction des bibliothèques universitaires et de la documentation (ADBU), le consortium Couperin.org et EPRIST lancent un appel commun invitant les éditeurs scientifiques à laisser le libre accès aux publications scientifiques en cette période de pandémie de Covid-191, nous invitons les personnels de la Bibliothèque nationale de France à déposer leurs publications scientifiques dans le portail d’archives ouvertes de l’établissement

Vous rejoindrez ainsi les nombreuses initiatives d’ouverture et de partage de données que la pandémie a fait naître, comme par exemple les espaces de partage de bibliothèques personnelles à suivre avec les hashtag #BiblioSolidaire et #biblisolidaire sur Twitter et le groupe Facebook La Bibliothèque Solidaire du confinement. Celles-ci s’ajoutent à celles des éditeurs scientifiques pour aider le monde académique à faire face aux conséquences de la crise sanitaire actuelle et qui sont recensées sur cette page du site du consortium Couperin.org : Covid-19 : recensement des facilités offertes par les éditeurs du fait de la pandémie.

Nous signalons aussi l’ouverture élargie des publications sur OpenEdition Books et OpenEdition Journals recensées sur son carnet de recherche L’Édition électronique ouverte, à l’adresse : https://leo.hypotheses.org/16941.

Quelles publications déposer ?

La loi « pour une République Numérique » (art. 30)2.

  1. Covid-19, « Ouvrez largement l’accès aux publications scientifiques ! » / “Open access to scientific publications!” – Appel ADBU, Couperin, EPRIST aux éditeurs académiques, url : <https://adbu.fr/appel-adbu-couperin-eprist-aux-editeurs-academiques/>. []
  2. « LOI n° 2016-1321 du 7 octobre 2016 pour une République numérique », JORF, 8 octobre 2016, n° 0235. Disponible en ligne, url : <https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000033202746&categorieLien=id>.) vous donne le droit – sans le rendre obigatoire – de mettre en ligne vos publications.

    Selon le Centre pour la communication scientifique directe, sont éligibles au dépôt les textes « d’une qualité équivalente à celle des articles que les auteurs soumettent aux revues scientifiques de leur champ disciplinaire ». Au-delà des données issues d’une activité de recherche financée au moins pour moitié par l’Etat, vous pouvez déposer les versions dites « auteur » des documents suivants :

    • les documents non publiés (thèses, communications, working papers, etc.).
    • les pré-publications, post-publications et publications (articles de revues, chapitres d’ouvrage, etc.).
    • des notices bibliographiques contenant les références de publication des article, livre publié, chapitre de livre, communication à un colloque, etc. mais sans le texte intégral.

    Les textes à déposer (sous la forme d’un fichier Word, Libre/Open office, PDF) peuvent se présenter sous trois versions :

    • Version finale éditeur : version du texte telle que publiée avec la mise en page de l’éditeur. C’est la version à privilégier pour tous les éditeurs qui l’autorisent.
    • Post-publication auteur : version du texte telle que publiée par un éditeur, mais sans la mise en page de l’éditeur.
    • Pré-publication auteur : texte publié mais dans sa version avant acceptation finale par l’éditeur.

    La loi encadre les contrats signés entre les chercheurs et leurs éditeurs pour ce qui concerne les écrits scientifiques publiés “dans un périodique paraissant au moins une fois par an”.

    En l’absence de contrat signé avec l’éditeur l’auteur conserve de toute façon l’ensemble de ses droits patrimoniaux sur la publication. Par conséquent le dépôt de la publication dans une archive ouverte peut avoir lieu sans délai à compter de la publication de l’article. En revanche, il ne peut s’agir que de la version “auteur” : la diffusion de la version “éditeur” (avec logo de l’éditeur, pagination éditeur, etc.) doit faire l’objet d’une autorisation de sa part.

    A partir de quand puis-je déposer ?

    La loi fixe des délais à l’expiration desquels le dépôt peut se faire dans une archives en ligne. Ces délais sont au maximum de :

    • 6 mois pour une publication dans le domaine des sciences, de la technique et de la médecine ;
    • 12 mois dans celui des sciences humaines et sociales.

    Le délai court à partir de la date de première diffusion en ligne de la publication par l’éditeur, et pas de la date de parution du numéro de la revue qui peut être ultérieure. Si l’éditeur l’autorise, le dépôt peut se faire sans délai ou dans un délai plus court.

    Comment connaître la politique des éditeurs ?

    Pour connaître la politique des éditeurs en matière de dépôt en archive ouverte, vous pouvez consulter les sites :

    A partir du titre ou de l’ISSN d’un période ou du nom d’un éditeur, le site SHERPA / RoMEO fournit sa politique sous une forme rapidement visible. Voici l’exemple avec les Nouvelles de l’estampe :

    SHERPA / RoMEO

    Le site SHERPA / RoMEO donne à voir, par une charte colorimétrique, les différentes « voies » de l’open access qui ne s’appliquent qu’à partir du moment où il existe un contrat signé entre l’éditeur et l’auteur :

    RoMEO Colour
    • Vert : les documents peuvent être archivés aussi bien avant qu’après publication (pre- et post-print) dans la version éditeur.
    • Bleu : la version post-impression (c’est-à-dire le projet final post-relecture) ou la version de l’éditeur/PDF peuvent être archivées (mais pas les pre-print).
    • Jaune : l’archivage des pre-print est autorisée.
    • Blanc : aucun archivage n’est autorisé, que ce soit avant ou après la publication.

    Comment déposer ? Formations en ligne

    Si vous n’avez jamais déposé et redoutez de vous lancer, sachez que le Centre pour la communication scientifique directe maintient ses formations en ligne pendant la période de confinement.

    Ces formations d’une heure permettent de se familiariser avec le dépôt dans HAL. Le contenu d’une session vous apprendra à :

    • définir vos préférences de dépôt,
    • créer une notice bibliographique,
    • effecter un dépôt avec fichier de texte intégral,
    • gérer vos dépôts.

    Ces formations s’adressent aux chercheurs, enseignants-chercheurs et doctorants, qu’ils aient déjà déposé ou non.

    Pour s’inscrire, il convient de suivre ce lien.

    Une fois inscrit, vous recevrez par mail un lien pour visionner et participer à la séance. Vous pourrez interagir avec les intervenants au moyen d’un chat.

    L’inscription est gratuite. Pour permettre des échanges via le chat avec les intervenants, les sessions sont limitées à une quinzaine de participants.

    Les dates programmées :

    • Jeudi 09 avril :  11h-12h
    • Jeudi 16 avril :  14h-15h
    • Jeudi 23 avril : 15h-16h
    • Jeudi 30 avril : 11h-12h

    Au-delà de ces formations accessibles sur inscription, des tutoriels video permettent à tout un chacun d’aborder rapidement la procédure du dépôt et quelques points précis. Ces tutoriels didactiques multipliant les captures d’écran, sont disponibles à l’adresse url : <https://doc.archives-ouvertes.fr/tutoriels-video/>.

    Voici un exemple avec le tutoriel sur le dépôt d’un article scientifique publié :

    Contact

    Pour toute question relative au dépôt ou au portail, la coordination de la recherche reste à votre disposition (à l’adresse : recherche.coordination@bnf.fr ou à l’adresse professionnelle nominative d’Olivier Jacquot []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Parution : Mélodies en vogue au XVIIIe siècle. Le répertoire des timbres de Patrice Coirault

Les mélodies en vogue au XVIIIe siècle sont celles qui ont servi de timbres. Composer sur « Sur l’air de » suppose l’utilisation d’un air connu pour porter de nouvelles paroles. Cette méthode de composition relève d’un genre musical qui dessine quantité d’espaces transitionnels, de passerelles entre les genres musicaux, les groupes sociaux, les espaces géoculturels et temporels. Si le principe compositionnel est toujours d’actualité, les airs ayant servi de support pour véhiculer les textes connaissent de nettes mutations au cours du XIXe siècle : alors qu’ils étaient, jusqu’alors, essentiellement issus d’une mémoire collective profondément enracinée dans le temps, ils s’adaptent peu à peu à l’éphémère des phénomènes de modes et se dégagent de toutes possibilités de mouvance au fur et à mesure que se mettent en place les moyens de diffusion à grande échelle.

Ce volume recense les timbres antérieurs à cet élan du XIXe siècle. Aussi, il liste les airs encore régulièrement utilisés dans le courant du siècle précèdent. Charnière, cette période garde trace des lignes mélodiques remontant à des temps bien plus anciens tout comme elle témoigne de celles qui sauront porter de nouveaux textes au cours de la période suivante. Aussi, d’une clef (La Clef des chansonniers, Ballard, 1717) à l’autre (La Clé du Caveau, Capelle, 1811, 1re éd.), cette publication rend compte des airs présents dans les recueils publiés durant cette période qui conduit ce genre à son apogée et qu’encadrent ces deux incontournables publications le concernant.

Ce répertoire est directement issu du méticuleux travail de dépouillement de Patrice Coirault (1865-1958). Laissé à l’état de manuscrit dans son fichier déposé à la Bibliothèque nationale de France, il a été ici totalement mis en forme et complété des recollements personnels de Georges Delarue.

Ainsi près de 2 000 timbres et encore plus de mélodies sont ici recensés. Chaque entrée synthétise l’ensemble des appellations du timbre et précise son origine lorsqu’elle est connue ; elle donne de l’air au moins une ligne mélodique ; elle liste, de manière structurée, les références aux ouvrages où la notation musicale est présente et celles où l’air a été employé sans être noté. C’est surtout pour établir des parallèles avec les chansons traditionnelles que Coirault avait élaboré ce répertoire. Aussi l’entrée vers la « tradition orale » est l’un des apports indéniables de cet ouvrage. Pour autant, il intéressera, également, les amateurs de chansons, les historiens, les chercheurs en matière de théâtre et, de manière plus générale, le milieu de la musicologie.

Informations pratiques

  • Révisé, organisé et complété par : Marlène Belly et Georges Delarue
  • Description : Broché, 962 pages, 64 illustrations couleurs, 21 × 29,7 cm
  • Date de parution : 19 mars 2020
  • ISBN/EAN : 978-2-7177-2747-0 / 9782717727470
  • Editeurs : BnF Éditions
  • Distributeur : BnF Éditions
  • Prix : 155 €

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Parution : La ligne et l’ombre : dessins d’architectes, XVIème – XIXème siècle

La ligne et l'ombre
La ligne et l’ombre

Après la Cité de l’architecture qui présentait l’exposition Trésors de l’Albertina. Dessins d’architecture rassemblant des dessins de grands maîtres ayant pour thème l’architecture, c’est au tour de la Bibliothèque nationale de France de faire montre de la richesse de ses collections en la matière, avec la publication La ligne et l’ombre : dessins d’architectes, XVIème – XIXème siècle.

Signés par les plus grands architectes français (du Cerceau, Mansart, Boullée, Viollet-le-Duc…), ces 160 dessins retracent l’histoire de l’architecture du XVIe au XIXe siècle. Traduisant l’ambition d’atteindre un idéal urbain et éclairant le processus créatif de leurs auteurs, ils proposent une expérience sensible et intellectuelle au lecteur.

Cet ouvrage sur le dessin d’architecture de la Renaissance au XIXe siècle fournit une iconographie de 160 dessins en couleur réalisés par les plus grands architectes français offrant par là une plongée dans les fonds de BnF abritant l’une des plus riches collections au monde

Résumé

Le dessin d’architecture constitue un domaine vaste et divers. Les architectes le pratiquent pour acquérir une connaissance intime des édifices et développer leur habileté à les imaginer ; ils l’utilisent comme le support de leurs échanges avec les différents métiers du bâtiment ; ils en font un moyen pour toucher le public et les décideurs, jusqu’à l’élever parfois au rang d’œuvre d’art.
Signés par les architectes dessinateurs les plus brillants – de Jacques Androuet du Cerceau à Etienne Louis Boullée, de Gilles Marie Oppenord à Jean Jacques Lequeu, de Charles Percier à Henri Labrouste, d’Eugène Viollet-le-Duc à Charles Garnier – les 160 dessins présentés dans cet ouvrage retracent une histoire de l’architecture française de la Renaissance au dernier XIXe siècle.

Dans un domaine où le défi majeur consiste à donner à voir un édifice par anticipation, ces dessins témoignent de l’ambition partagée par les architectes d’atteindre un idéal architectural et urbain. Comme le manuscrit de l’écrivain, ils éclairent un processus créatif, avec ses hésitations, ses corrections ou ses reprises. A la différence du texte, ils possèdent toutefois la force et l’autonomie des figures, qui « parlent » à l’œil de façon immédiate. Ils nous proposent ainsi une expérience à la fois sensible et intellectuelle en exprimant le rapport de leurs auteurs à l’espace, à la matière, à la couleur, à l’intelligence des structures.

Auteurs

  • Pauline Chougnet, chargée de collections, département des Estampes et de la photographie
  • Jean-Philippe Garric, professeur d’Histoire de l’architecture à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Archiviste paléographe, Pauline Chougnet est conservatrice au département des Estampes et de la photographie de la Bibliothèque nationale de France. Responsable des collections de dessins depuis 2015, elle s’est notamment chargée de l’inventaire des dessins de l’architecte François Joseph Bélanger (1744-1818). Elle est membre du comité de lecture des Livraisons d’histoire de l’architecture.

Jean-Philippe Garric est professeur d’histoire de l’architecture contemporaine à l’université Paris I-Panthéon-Sorbonne. Pendant plus de quinze ans, il a pratiqué et enseigné le dessin d’architecture avant de choisir la voie des travaux historiques. Spécialiste de l’architecture en France et en Europe du milieu du XVIIIe siècle à la Première Guerre mondiale, il a consacré sa thèse de doctorat aux modèles italiens dans les livres d’architecture français, sous la direction de Françoise Choay. Auteur de nombreux ouvrages et articles sur la théorie, les livres et les représentations graphiques de l’architecture, ainsi que sur l’enseignement de l’architecture et sur les architectes de Napoléon, Charles Percier et Pierre Fontaine, il a été commissaire de la première exposition Charles Percier (New York, 2016, Fontainebleau, 2017) et cocommissaire de la première exposition Jean Jacques Lequeu (Paris, 2018). Il a notamment publié Recueils d’Italie. Les Modèles italiens dans les livres d’architecture français (2004) ; Le Livre et l’Architecte (dir. avec É. d’Orgeix et E. Thibault, 2010) ; Percier et Fontaine. Les Architectes de Napoléon (2012) ; Vers une agritecture. Architecture des constructions agricoles 1789-1950 (2014) ; Charles Percier. Architecte et designer (dir. 2016) ; L’École de Percier. Imaginer et bâtir le XIXe siècle (avec M.-L. Crosnier Leconte, 2017) et Jean-Jacques Lequeu. Bâtisseur de fantasmes (dir. avec L. Baridon et M. Guédron, 2018), couronné par le prix Sade du livre d’art 2019.

Informations pratiques

  • Description : Broché, 224 pages, 160 illustrations, 24 × 28 cm
  • Date de parution : 12 mars 2020
  • ISBN/EAN : 978-2-7177-2829-3 / 9782717728293
  • Editeurs : BnF Éditions
  • Distributeur : Interforum
  • Prix : 45 €

Les illustrations issues du volume sont disponibles à la consultation sur Gallica : https://gallica.bnf.fr/, sur la banque d’images de la BnF : http://images.bnf.fr, et à la vente auprès du département Images et prestations numériques : reproduction@bnf.fr.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Parution : Bibliographie de la presse française politique et d’information générale : 05 Hautes-Alpes

Couverture
Couverture

Argument

La parution de ce 74e volume de la Bibliographie de la presse française politique et d’information générale vient achever la couverture de la région Provence-Alpes-Côte-d’Azur.

Rappelons que par l’ampleur de son objet, ce travail, accompli conjointement par le service de l’Inventaire rétrospectif de la Bibliothèque nationale de France et les bibliothèques et services d’archives en région, constitue une référence incontournable.

Par la précision de ses informations, le présent ouvrage vient enrichir une collection qui constitue véritablement un premier jalon pour l’étude de l’histoire des mentalités, de la vie intellectuelle ou culturelle des territoires.

Auteurs

  • Valérie Gressel
  • Wojciech Kolecki
  • Anne-Marie Granet. Préfacier

Informations pratiques

  • Description : Broché, 98 pages, 15,5 x 24 cm
  • Date de parution : 14 novembre 2019
  • ISBN/EAN : 978-2-7177-2827-9 / 9782717728279
  • Editeurs : BnF Éditions
  • Distributeur : BnF Éditions
  • Prix : 24 €

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Parution : L’indexation matière en transition – De la réforme de Rameau à l’indexation automatique

L'indexation matière en transition
L’indexation matière en transition

Auteur

Etienne Cavalié. Directeur de publication

Etienne Cavalié est responsable de l’équipe Analyse et Traitement des données au sein du département des Métadonnées de la Bibliothèque nationale de France. Il participe activement au groupe Systèmes & Données du programme de la Transition bibliographique. Il anime depuis 2008 le blog Bibliothèques (reloaded) (https://bibliotheques.wordpress.com/) consacré à l’informatique documentaire. Il s’est entouré des meilleurs spécialistes pour dresser ici un état des mutations en cours, résumées par l’expression « Transition bibliographique ».

Résumé de l’éditeur

L’indexation matière en transition retrace et explique, 40 ans après la création du langage documentaire Rameau, l’actualité mouvante autour des questions d’indexation dans le monde des bibliothèques et des métiers de l’information-documentation. Pourquoi la réforme du langage documentaire Rameau ? A quoi doit-elle servir ? Quels problèmes est-elle censée résoudre ? Quels impacts va-t-elle avoir dans les catalogues des bibliothèques ? Comment anticiper les évolutions à venir, et résoudre les problèmes qui en découleront ? Partant de ces questions d’actualité sur un processus encore en cours, l’indexation matière en transition explore l’ensemble des mutations à l’oeuvre autour de l’indexation matière : l’évolution des données bibliographiques et d’autorité, l’évolution des interfaces et des services, les potentialités offertes. 
Au-delà de l’utilisation bien connue en recherche avancée, par facette ou par rebond, d’autres modalités d’utilisation sont décrites, afin d’explorer les potentialités de l’indexation matière. Cet ouvrage pose également la question de l’évolution des outils et des données au coeur de la Transition bibliographique. Il s’interroge sur le compétences métier et l’offre de formation pour les acquérir. Les perspectives à moyen ou long terme autour de l’indexation automatique n’impliquent pas une disparition du métier, mais une transformation de ses missions, de ses activités : cette évolution doit se préparer aujourd’hui, afin que les professionnels des bibliothèques restent maîtres de leur collections, des données qu’ils gèrent et des services qu’ils offrent.

Sommaire

  • Introduction [Etienne Cavalié, BnF]1
  • Partie 1 : le contexte normatif et la Transition bibliographique
    • Chapitre 1. Indexation et grammatisation [Bruno Bachimont]
    • Chapitre 2. Le sujet dans le modèle IFLA LRM [Françoise Leresche, BnF]
    • Chapitre 3. La réforme de Rameau : principes, méthode, étapes [Florence Ménard, BnF]
    • Chapitre 4. Perspectives d’évolution de Rameau après la réforme [Ewa Nieszkowska-Serlan]
    • Chapitre 5. Des nouvelles de la classification décimale Dewey [Jean Maury, BnF]
  • Partie 2 : l’indexation comme contexte au sein d’une collection
    • Chapitre 6. Analyser les données d’indexation : comment ? pourquoi ? [François Pichenot]
    • Chapitre 7. Les chantiers d’indexation rétrospective à la Bibliothèque nationale de France  [Etienne Cavalié, BnF] 2
    • Chapitre 8. Indexation automatique des documents : de nouvelles métadonnées pour de nouveaux services [Jean-Philippe Moreux, BnF]
    • Chapitre 9. La formation à l’indexation dans l’enseignement supérieur : approche comparative des diplômes visant une insertion en bibliothèque de lecture publique [David Guillemin]
  • Partie 3 : l’indexation comme appui à une offre de services
    • Chapitre 10. Plaidoyer pour une indexation collaborative… Mais laquelle ? [Hélène Cavalié]
    • Chapitre 11. Utiliser l’architecture de Rameau pour naviguer dans les données d’un catalogue [Pierre Bournerie]
    • Chapitre 12. Indexation et médiation [Bernard Strainchamps]
    • Chapitre 13. L’indexation comme outil de politique documentaire [Géraldine Geoffroy]
    • Chapitre 14. Visualiser l’indexation : au-delà de la cartographie [Raphaëlle Lapôtre, BnF]
  • Conclusion  [Etienne Cavalié, BnF] 3

Informations pratiques

  • Editeur : Paris : Éditions du Cercle de la librairie
  • Date de parution : 6 décembre 2019
  • Description matérielle : 1 vol. (227 p.) ; 24 cm
  • Collection : (Collection Bibliothèques, ISSN 0184-0886)
  • ISBN 978-2-7654-1623-4 (br.) : 40 EUR

En savoir plus

Cette parution fera l’objet d’un « Bibliothèques en débat », à la BnF, le mercredi 11 Mars, de 17h à 18h30, quai François-Mauriac, Paris 13e (salle 70).

Entrée libre dans la limite des places disponibles (70).

Bibliographie sélective

Extrait à feuilleter

  1. Disponible en ligne, url : <https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-02435623>. []
  2. Disponible en ligne, url : <https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-02435624>. []
  3. Disponible en ligne, url : <https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-02435623>. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Parution : Chefs-d’oeuvre romans de Saint-Martial de Limoges

Chefs-d'oeuvre romans de Saint-Martial de Limoges
Chefs-d’oeuvre romans de Saint-Martial de Limoges

Une exposition consacrée à des œuvres artistiques réalisées au sein de l’ancienne abbaye Saint-Martial de Limoges a été organisée conjointement par la Bibliothèque nationale de France et la Ville de Limoges. Cette exposition fut présentée au musée des Beaux-Arts de Limoges du 23 novembre 2019 au 24 février 20201.

Le projet d’exposition « Chefs-d’œuvre romans de Saint-Martial de Limoges » s’inscrit dans le cadre du cycle de présentations d’œuvres hors-les-murs intitulé « Dans les collections de la BnF » mis en place, en 2017, par la Bibliothèque nationale de France. L’objectif est de faire découvrir et partager les richesses patrimoniales de la Bibliothèque, en présentant des pièces exceptionnelles issues de ses collections dans plusieurs établissements culturels en région. Ces pièces sont choisies en fonction de leur valeur emblématique mais aussi pour leurs liens avec les collections locales ou la thématique d’un événement donné.

La BnF a proposé au musée des Beaux-Arts de Limoges de mettre temporairement à sa disposition quatorze manuscrits médiévaux (Xe-XIIe siècles), provenant du fonds de l’abbaye Saint-Martial de Limoges. Outre le prêt de ces pièces prestigieuses, le musée a bénéficié d’une collaboration scientifique avec le Service des manuscrits médiévaux de la BnF. Cette exposition avait pour but d’illustrer l’importance historique de l’abbaye Saint-Martial de Limoges à l’époque romane, grâce à la valorisation scientifique, esthétique et pédagogique des manuscrits présentés qui furent mis en relation avec d’autres œuvres issues de l’abbaye, appartenant à d’autres domaines artistiques, tels que l’émail, la sculpture ou encore la musique.

Auteurs

Résumé de l’éditeur

L’abbaye Saint-Martial, établie autour du tombeau du premier évêque de Limoges, fut un centre de création majeur du Moyen Âge européen. Son scriptorium a notamment produit les manuscrits enluminés romans, conservés à la Bibliothèque nationale de France, présentés dans cet ouvrage. Ces pièces prestigieuses, véritables trésors artistiques, sont valorisées grâce à une mise en regard avec d’imposantes sculptures lapidaires, habituellement dans les réserves du musée limousin, mais aussi de précieuses châsses et plaques émaillées ou des documents historiques prêtés par d’autres institutions.

Informations pratiques

  • Editeur : Gand : Snoeck
  • Date de parution : 19 novembre 2019
  • Description matérielle : 1 vol. (143 p.) : ill. en coul., couv. ill. en coul. ; 22 cm
  • ISBN 978-94-6161-556-5 (br.)  : 25 €
4e de couv.  Chefs-d'oeuvre romans de Saint-Martial de Limoges
4e de couv. Chefs-d’oeuvre romans de Saint-Martial de Limoges
  1. Voir, page url : <https://www.bnf.fr/fr/agenda/chefs-doeuvre-romans-de-saint-martial-de-limoges>. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Parution : Répertoire d’imprimeurs / libraires (vers 1470 – vers 1830)

La BnF fait paraître une nouvelle édition mise à jour et augmentée de son Répertoire d’imprimeurs/libraires qui compte désormais de 10 256 notices.

Répertoire d’imprimeurs / libraires (vers 1470 – vers 1830)

Auteurs

Résumé de l’éditeur

Depuis sa première édition en 1988, le Répertoire d’imprimeurs/libraires de la Bibliothèque nationale de France, constamment enrichi et actualisé, s’est imposé comme un instrument d’identification et de datation essentiel à l’échelle internationale et comme une aide précieuse à la recherche. Cette cinquième édition considérablement augmentée (10 256 notices, soit un quasi-doublement depuis la dernière parution) couvre désormais tous les siècles de l’imprimerie artisanale (vers 1470 – vers 1830) et recense les imprimeurs, libraires, éditeurs d’une trentaine de pays ayant exercé dans 902 localités sur quatre continents.

 
Établi et présenté par une petite équipe experte (service de l’Inventaire rétrospectif, BnF) qu’anime Jean-Dominique Mellot, conservateur général et historien du livre, le Répertoire offre beaucoup plus d’informations et de références précises que les listes, index et thésaurus existant à ce jour, en ligne comme sous forme imprimée. Grâce à la qualité et à l’abondance de ses sources (catalogage livre en main, dépouillement d’articles, de monographies, de fichiers, d’enquêtes inédites, de bibliographies et de catalogues, de données en ligne…), il propose une notice riche pour chacun des personnages ou officines traités. Clairement structurées, les informations livrées sous chaque entrée permettent de préciser : identité, dates biographiques, dates et lieu(x) d’activité, adresses et enseignes, devises et données diverses sur les parentés, les carrières, les associations, etc., ainsi que les sources, publiées ou non, auxquelles on a eu recours.
Un index regroupe à la suite les différents imprimeurs/libraires par lieux d’activité. Enfin, sous la forme d’une liste alphabétique des sources citées dans le corpus, la bibliographie générale – véritable bibliographie internationale d’histoire du livre et de l’édition pour les XVe-XIXe siècles – comprend plus de 2 000 références accessibles à la Bibliothèque nationale de France.

Le Répertoire d’imprimeurs/libraires de la BnF représente à ce jour l’outil le plus complet et le plus fiable pour tous ceux – amateurs, chercheurs, historiens, libraires d’ancien, professionnels des bibliothèques – qui sont amenés à dater et à identifier des publications antérieures à l’âge industriel ou à les resituer dans leur contexte éditorial, en France et en Europe notamment. Il alimente d’ailleurs, outre BnF Catalogue général en ligne et l’ISNI (International Standard Name Identifier), plusieurs bases de données de référence, notamment IdRef du SUDOC (Système universitaire de documentation) et le Thesaurus du CERL (Consortium of European Research Libraries).

Informations pratiques

  • Editeur : Paris : Bibliothèque nationale de France
  • Date de parution : 2 décembre 2019
  • Description matérielle : 1 vol. (1663 p.) : couv. ill. ; 30 cm
  • ISBN 978-2-7177-2819-4 (br.)  : 99 €

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Prix Javier Conde Garriga 2019 : Trésors monétaires volume XXVIII : Trésors de monnaies espagnoles dans la France des XVIIE et XVIIIE siècles

Trésors monétaires 28

Nous avions signalé dans ce carnet, la parution du volume de Trésors monétaires sur les trésors de monnaies espagnoles dans la France des XVIIe et XVIIIe siècles.

Aussi, nous nous réjouissons de signaler que l’Asociación Numismática Española (ANE, https://numisane.org/) vient d’attribuer au volume, le prix Javier Conde Garriga 2019 pour « le meilleur ouvrage de numismatique (sur l’Espagne) de l’année ».

Félicitations à l’auteur, Jérôme Jambu, conservateur au département des Monnaies, médailles et antiques, et aux éditions de la BnF.

Jérôme Jambu recevra formellement ce prix à Barcelone le 13 mars.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Parution : Histoire du tarot : origines, iconographie, symbolisme

Histoire du tarot

Auteur

Isabelle Nadolny

Historienne de formation, spécialisée dans l’histoire des livres anciens, Isabelle Nadolny travaille à la Bibliothèque nationale de France où elle a pu puiser l’essentiel des documents qui ont nourri ses recherches. Parallèlement, elle est également tarologue, actrice et conteuse. Elle propose de multiples activités comme des ateliers et des conférences sur l’histoire du tarot, et des spectacles de théâtre et de contes.

Résumé de l’éditeur

L’histoire du tarot est fort méconnue. Si de nombreux livres abordent sa pratique ou ses significations, les rares publications historiques existantes circulent peu en dehors du cercle des chercheurs. Isabelle Nadolny entend y remédier en proposant au grand public un vaste panorama du tarot à travers les siècles.

Cette présentation est assortie d’illustrations issues des fonds de la Bibliothèque nationale de France, de collections privées ou publiques, qui, pour certaines, sont publiées ici pour la première fois. Toute personne ayant prêté attention à ces cartes à la fois simples et mystérieuses est naturellement amenée à se poser quelques questions : sait-on vraiment d’où vient le tarot ? Comment fut-il constitué et dans quel but ? N’est-il qu’un modeste jeu de cartes, et si oui, pourquoi est-il devenu un des piliers de l’ésotérisme contemporain ? Le néophyte intrigué et le praticien expérimenté trouveront dans ces pages un compte rendu des connaissances actuelles sur le tarot et son histoire, basées sur les documents d’archives, l’iconographie originale, des textes et tarots anciens.

Bien loin de vouloir imposer une vision, l’auteure livre le fruit de ses recherches par le biais de cette prudente grille de lecture : ceci est avéré, ceci est probable, ceci est incertain. De nombreuses reproductions enrichissent cet exposé historique, en commençant par les tarots Visconti aux splendides enluminures. Depuis le berceau antique, où déjà jeu et divination s’entremêlent, au Moyen Âge dans lequel s’ancre aussi la symbolique des couleurs et figures, des œuvres de la Renaissance italienne au mouvement occultiste français du XIXe siècle, l’Histoire est convoquée pour expliquer le tarot. Entre autres trouvailles, l’auteure dévoile également dans ce beau livre les plus anciens tirages et interprétations du tarot. Extraits du fond des âges de la cartomancie, certains de ces écrits n’avaient jamais été divulgués jusqu’alors.

Explorez les arcanes d’un système pluriséculaire, joyau culturel de l’Europe.

Informations pratiques

  • Editeur : Escalquens : Éditions Trajectoire
  • Date de parution : 11/04/2018
  • Description matérielle : 1 vol. (271 p.) : ill. en coul. ; 28 cm
  • Note : Bibliogr. p. 261-264. Webliogr. p. 265-266
  • ISBN 978-2-84197-758-1 (rel.) : 35 EUR

Lire les premières pages

Histoire du tarot

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Parution : Dessiner l’antique. Les recueils de Jean Baptiste Muret et de Jean Charles Geslin

Fruit du programme de recherche « Une histoire de l’art antique inachevée : les dessins de Jean-Baptiste Muret (1795-1866) », la BnF, le Musée du Louvre et l’INHA font paraître l’ouvrage Dessiner l’antique Les recueils de Jean Baptiste Muret et de Jean Charles Geslin publié sous la direction de Cécile Colonna et Laurent Haumesser.

Deux dessinateurs, Jean-Baptiste Muret et Jean-Charles Geslin, ont pendant des années dessiné des antiques au sein des deux principales collections archéologiques françaises : le premier au Cabinet des médailles de la Bibliothèque nationale de France, de 1830 à 1866, et le second au musée du Louvre, de 1863 à 1870.
Qu’il s’agisse de bijoux, de bronzes ou de terres cuites polychromes, venus d’Orient, de Grèce ou d’Italie, les deux dessinateurs ont su créer une documentation scientifique et sensible, alliant la précision du regard archéologique et le talent de l’artiste. Leurs recueils, qui rassemblent plusieurs centaines de dessins largement inédits, témoignent d’une sorte d’âge d’or de la documentation graphique au sein des musées, au moment même du développement de la photographie.
Ils constituent aussi une source de première importance sur le goût de l’antique au XIXe siècle et sur l’histoire de l’archéologie et des collections françaises et européennes.

Informations pratiques

  • Description : Broché, 256 pages, 101 illustrations, 17 × 24 cm
  • Date de parution : 7 novembre 2019
  • ISBN/EAN : 978-2-7177-2820-0 / 9782717728200
  • Editeurs : BnF Éditions / Musée du Louvre Éditions / Les Éditions de l’INHA
  • Distributeur : BnF Éditions
  • Prix : 35 €

Pour en savoir plus

Pour en savoir plus sur le programme de recherche, consultez le carnet de recherche Digital Muret, https://digitalmuret.hypotheses.org/

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Mise en ligne des Nouvelles de l’estampe

Les Nouvelles de l’estampe, revue scientifique française portant sur l’histoire de l’estampe, des origines à nos jours viennent d’inaugurer leur espace sur la plateforme de diffusion en ligne OpenEdition Journals : https://journals.openedition.org/estampe/ .

La revue qui du Comité national de l’estampe possède ses bureaux au département des Estampes et de la Photographie de la Bibliothèque nationale de France, qui la soutient depuis sa création.

OpenEdition Journals est la plateforme publique d’édition électronique en sciences humaines et sociales qui propose plus de 500 revues scientifiques représentant le meilleur de la recherche française. La revue, seule revue académique sur l’estampe et la gravure, des origines à nos jours, y fera désormais paraître l’intégralité de ses articles.

Vous pouvez d’ores et déjà y trouver les numéros 227 à 261, c’est-à-dire les neuf dernières années de parution. Les nouvelles parutions viendront s’y ajouter au fur et à mesure de leur acceptation et de leur traitement éditorial.

Le fonctionnement de la revue ne change pas : le comité de lecture reçoit les textes et juge de leur intérêt et validité scientifique, avant leur éventuelle prise en charge pour publication par la revue. De même pour les textes sur la création contemporaine, dans le respect du droit d’auteur des artistes dont il sera question.

N’hésitez pas à diffuser la nouvelle autour de vous, dans les cercles pouvant être intéressés par notre publication : nous vous remercions d’ainsi contribuer à faire vivre cette revue unique en son genre !

Pour en savoir plus

La revue dispose de son propre site Internet qui renseigne sur le Comité national de l’estampe : https://nouvellesdelestampe.fr/ et son activité éditoriale.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Parution : Les petits Paris. Promenade littéraire dans le Paris pittoresque du XIXe siècle

Résumé

Une promenade littéraire au cœur du Paris du XIXe siècle. Chaque arrondissement regroupe des textes et des illustrations extraits notamment de la presse de l’époque. En marge d’un Paris en capitales, sujet de larges fresques, on y trouvera des milliers de Paris minuscules, décrivant une humanité modeste et des quartiers populaires souvent oubliés par la grande littérature.

Argument

Les Petits Paris invitent à une promenade littéraire au cœur de la bohème et des petits métiers de la capitale au XIXe siècle. Une centaine de textes étonnants, touchants ou humoristiques emmènent le lecteur-flâneur dans un Paris pittoresque et oublié – celui que magnifia en photographie Eugène Atget -, dépeint avec talent par des auteurs comme Gustave Geffroy, Joris-Karl Huysmans, Jules et Edmond de Goncourt ou Léon Blum. Peintures, caricatures, photographies, extraits de presse… Plus de 120 documents exceptionnels issus des collections de la BnF illustrent cet univers foisonnant qui ravira les amoureux de Paris et son histoire.
Au fil de cette balade littéraire en 101 étapes dans les 20 arrondissements de la capitale, le lecteur explore le Paris vécu, truculent et parfois excentrique de la bohème et des petits métiers emblématiques du XIXe siècle. Il se familiarise avec le « Matelas épatant » de la rue des Vertus, fait connaissance avec « la Marchande de plaisirs » du Palais Royal ou « le Tatoueur » de la rue Polonceau, s’étourdit à « La Foire de Ménilmontant », visite « L’Éléphant » de la place de la Bastille ou encore assouvit son goût du sensationnel à « La Cité du sang » de La Villette ou au « Ratodrome » de la Porte Maillot…
Cet ensemble de « petites histoires » restitue des expériences urbaines hautes en couleur et invite le lecteur à se perdre dans les « faubourgs de l’imprimé », tout en (re)découvrant des auteurs tels que Germain Nouveau, Octave Uzanne, Georges Montorgueil ou Jules Vallès.

Auteurs

  • Laurent Portes est conservateur en chef des bibliothèques. Il a effectué toute sa carrière à la BnF où il assure la sélection de numérisation du département Philosophie, histoire, sciences de l’homme. Il est par ailleurs l’auteur d’une anthologie de Charles Virmaître, Paris du vice et du crime.
  • Coordinateur scientifique à la BnF, Jean-Didier Wagneur, s’est consacré pendant 25 ans à la création et au développement de Gallica. Chercheur au Centre des Sciences des Littératures en langue française (Université Paris Nanterre), il est l’auteur de plusieurs articles sur les sociabilités bohèmes et la culture de la petite presse. Il a publié avec Françoise Cestor Les Bohèmes 1840-1870 (Champ Vallon).

Informations pratiques

  • Description : 1 vol. (432 p.) : 122 ill. ; 21 cm
  • Date de parution : 26 septembre 2019
  • ISBN/EAN : 978-2-7177-2810-1 (br.) / 9782717728101
  • Editeur : BnF Éditions
  • Prix : 29 €

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts