Archives de catégorie : Parutions

Parution : Dessiner l’antique. Les recueils de Jean Baptiste Muret et de Jean Charles Geslin

Fruit du programme de recherche « Une histoire de l’art antique inachevée : les dessins de Jean-Baptiste Muret (1795-1866) », la BnF, le Musée du Louvre et l’INHA font paraître l’ouvrage Dessiner l’antique Les recueils de Jean Baptiste Muret et de Jean Charles Geslin publié sous la direction de Cécile Colonna et Laurent Haumesser.

Deux dessinateurs, Jean-Baptiste Muret et Jean-Charles Geslin, ont pendant des années dessiné des antiques au sein des deux principales collections archéologiques françaises : le premier au Cabinet des médailles de la Bibliothèque nationale de France, de 1830 à 1866, et le second au musée du Louvre, de 1863 à 1870.
Qu’il s’agisse de bijoux, de bronzes ou de terres cuites polychromes, venus d’Orient, de Grèce ou d’Italie, les deux dessinateurs ont su créer une documentation scientifique et sensible, alliant la précision du regard archéologique et le talent de l’artiste. Leurs recueils, qui rassemblent plusieurs centaines de dessins largement inédits, témoignent d’une sorte d’âge d’or de la documentation graphique au sein des musées, au moment même du développement de la photographie.
Ils constituent aussi une source de première importance sur le goût de l’antique au XIXe siècle et sur l’histoire de l’archéologie et des collections françaises et européennes.

Informations pratiques

  • Description : Broché, 256 pages, 101 illustrations, 17 × 24 cm
  • Date de parution : 7 novembre 2019
  • ISBN/EAN : 978-2-7177-2820-0 / 9782717728200
  • Editeurs : BnF Éditions / Musée du Louvre Éditions / Les Éditions de l’INHA
  • Distributeur : BnF Éditions
  • Prix : 35 €

Pour en savoir plus

Pour en savoir plus sur le programme de recherche, consultez le carnet de recherche Digital Muret, https://digitalmuret.hypotheses.org/

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Mise en ligne des Nouvelles de l’estampe

Les Nouvelles de l’estampe, revue scientifique française portant sur l’histoire de l’estampe, des origines à nos jours viennent d’inaugurer leur espace sur la plateforme de diffusion en ligne OpenEdition Journals : https://journals.openedition.org/estampe/ .

La revue qui du Comité national de l’estampe possède ses bureaux au département des Estampes et de la Photographie de la Bibliothèque nationale de France, qui la soutient depuis sa création.

OpenEdition Journals est la plateforme publique d’édition électronique en sciences humaines et sociales qui propose plus de 500 revues scientifiques représentant le meilleur de la recherche française. La revue, seule revue académique sur l’estampe et la gravure, des origines à nos jours, y fera désormais paraître l’intégralité de ses articles.

Vous pouvez d’ores et déjà y trouver les numéros 227 à 261, c’est-à-dire les neuf dernières années de parution. Les nouvelles parutions viendront s’y ajouter au fur et à mesure de leur acceptation et de leur traitement éditorial.

Le fonctionnement de la revue ne change pas : le comité de lecture reçoit les textes et juge de leur intérêt et validité scientifique, avant leur éventuelle prise en charge pour publication par la revue. De même pour les textes sur la création contemporaine, dans le respect du droit d’auteur des artistes dont il sera question.

N’hésitez pas à diffuser la nouvelle autour de vous, dans les cercles pouvant être intéressés par notre publication : nous vous remercions d’ainsi contribuer à faire vivre cette revue unique en son genre !

Pour en savoir plus

La revue dispose de son propre site Internet qui renseigne sur le Comité national de l’estampe : https://nouvellesdelestampe.fr/ et son activité éditoriale.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Parution : Les petits Paris. Promenade littéraire dans le Paris pittoresque du XIXe siècle

Résumé

Une promenade littéraire au cœur du Paris du XIXe siècle. Chaque arrondissement regroupe des textes et des illustrations extraits notamment de la presse de l’époque. En marge d’un Paris en capitales, sujet de larges fresques, on y trouvera des milliers de Paris minuscules, décrivant une humanité modeste et des quartiers populaires souvent oubliés par la grande littérature.

Argument

Les Petits Paris invitent à une promenade littéraire au cœur de la bohème et des petits métiers de la capitale au XIXe siècle. Une centaine de textes étonnants, touchants ou humoristiques emmènent le lecteur-flâneur dans un Paris pittoresque et oublié – celui que magnifia en photographie Eugène Atget -, dépeint avec talent par des auteurs comme Gustave Geffroy, Joris-Karl Huysmans, Jules et Edmond de Goncourt ou Léon Blum. Peintures, caricatures, photographies, extraits de presse… Plus de 120 documents exceptionnels issus des collections de la BnF illustrent cet univers foisonnant qui ravira les amoureux de Paris et son histoire.
Au fil de cette balade littéraire en 101 étapes dans les 20 arrondissements de la capitale, le lecteur explore le Paris vécu, truculent et parfois excentrique de la bohème et des petits métiers emblématiques du XIXe siècle. Il se familiarise avec le « Matelas épatant » de la rue des Vertus, fait connaissance avec « la Marchande de plaisirs » du Palais Royal ou « le Tatoueur » de la rue Polonceau, s’étourdit à « La Foire de Ménilmontant », visite « L’Éléphant » de la place de la Bastille ou encore assouvit son goût du sensationnel à « La Cité du sang » de La Villette ou au « Ratodrome » de la Porte Maillot…
Cet ensemble de « petites histoires » restitue des expériences urbaines hautes en couleur et invite le lecteur à se perdre dans les « faubourgs de l’imprimé », tout en (re)découvrant des auteurs tels que Germain Nouveau, Octave Uzanne, Georges Montorgueil ou Jules Vallès.

Auteurs

  • Laurent Portes est conservateur en chef des bibliothèques. Il a effectué toute sa carrière à la BnF où il assure la sélection de numérisation du département Philosophie, histoire, sciences de l’homme. Il est par ailleurs l’auteur d’une anthologie de Charles Virmaître, Paris du vice et du crime.
  • Coordinateur scientifique à la BnF, Jean-Didier Wagneur, s’est consacré pendant 25 ans à la création et au développement de Gallica. Chercheur au Centre des Sciences des Littératures en langue française (Université Paris Nanterre), il est l’auteur de plusieurs articles sur les sociabilités bohèmes et la culture de la petite presse. Il a publié avec Françoise Cestor Les Bohèmes 1840-1870 (Champ Vallon).

Informations pratiques

  • Description : 1 vol. (432 p.) : 122 ill. ; 21 cm
  • Date de parution : 26 septembre 2019
  • ISBN/EAN : 978-2-7177-2810-1 (br.) / 9782717728101
  • Editeur : BnF Éditions
  • Prix : 29 €

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Parution : lancement du site SESPOA. Sceaux et empreintes de sceaux du Proche-Orient ancien

Les sceaux-cylindres ne sont pas noirs et blancs.

La Bibliothèque nationale de France et le LabEx Les Passés dans le présent sont heureux de pouvoir annoncer la mise en ligne des premiers résultats d’un projet de recherche visant à numériser et à faire connaître la collection des sceaux-cylindres orientaux conservés à la Bibliothèque nationale de France, à la fois par l’entremise du projet CDLI (Cuneiform Digital Library Initiative, <https://tinyurl.com/y6rua6g2>) et via les pages d’un nouveau portail web bilingue spécialement dédié : SESPOA, Sceaux et empreintes de sceau du Proche-Orient ancien <http://sespoa.huma-num.fr>.

La BnF abrite la deuxième plus grande collection de sceaux-cylindres orientaux en France, après celle du musée du Louvre. Avant notre travail, cette collection était surtout connue par l’ancien Catalogue de L. Delaporte, publié en 1910, où n’est cependant enregistrée qu’environ la moitié des quelque mille sceaux-cylindres aujourd’hui conservés à la BnF. L’objectif de notre projet est détaillé sur les pages du site SESPOA, où les visiteurs trouveront également des informations sur l’histoire de cette importante collection, qui a ingéré au fil du temps diverses collections privées plus petites. Les objectifs du projet et l’histoire de la collection sont également détaillés dans un article à paraître dans la prochaine livraison de la revue Syria (2019).

Le travail de numérisation et de présentation en ligne de la collection de sceaux-cylindres de la BnF est le fruit d’une collaboration entre la BnF et le pôle d’excellence (LabEx), Les passés dans le présent <http://passes-present.eu>, en coopération avec les universités d’Oxford et de Southampton au Royaume-Uni.

Le projet SESPOA est dirigé par Bertrand Lafont (CNRS Paris-Nanterre) et Jacob L. Dahl (Oxford), avec Nordine Ouraghi comme chercheur postdoctorant à Paris (archéologue Éveha financé par le LabEx) et Kate Kelley comme postdoctorante à Oxford (financée par le projet jumeau SIANE à Oxford). La majorité des travaux d’imagerie a été réalisée par Nordine et Kate, avec l’assistance de David Young de l’Université de Southampton (projet SIANE) qui a conçu et produit, avec Kirk Martinez et Jonathon Hare, également de l’Université de Southampton, le kit de capture numérique spécifiquement conçu pour les sceaux-cylindres.

Le projet SIANE1, Seals and their Impressions in the Ancient Near East, a été originellement un projet pilote de douze mois, financé par le Fonds John Fell de l’Université d’Oxford et qui a visé à mettre au point et à tester des méthodes innovantes et adaptées pour permettre la capture numérique de ces petits objets que sont les sceaux-cylindres, avec de premières applications dans les collections de la BnF et de l’Ashmolean Museum d’Oxford. Le kit de capture SIANE qui a été produit à cette occasion et utilisé par la suite est décrit dans les pages web du projet SESPOA. La numérisation des sceaux de la collection de l’Ashmolean Museum est en grande partie achevée et sera ajoutée aux sites CDLI et SESPOA à l’issue du traitement en cours des images et données.

Les porteurs du projet espèrent que leur travail sur ces deux collections clés de sceaux-cylindres, avec les technologies et outils de recherche novateurs qu’ils proposent, ouvriront la voie à la création de nouvelles mises en ligne de sceaux proche-orientaux, afin de favoriser les études sur la glyptique et l’histoire administrative de l’ancien Proche-Orient, le développement des humanités numériques dans ces domaines et la protection de ces divers corpus d’objets du patrimoine culturel mondial désormais si menacés.

  1. Le projet SIANE est décrit dans un article d’un volume édité par Kelley et Woods, “Digital Imaging of Artefacts: Developments in Methods and Aims”, publié en 2018 et disponible en ligne <http://www.archaeopress.com/public/displayProductDetail.asp?id=%7B5538CD4D-1A45-47F9-AACD-42A389B5ABCA%7D>. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Parution : Trésors monétaires volume XXVIII : trésors de monnaies espagnoles dans la france des XVIIe et XVIIIe siècles

Couverture Trésors monétaires 28

Ce nouveau volume de Trésors monétaires rassemble plusieurs trésors de monnaies d’or espagnoles perdus au XVIIe siècle : l’un découvert sur une plage de Donville-les-Bains dans la Manche (24 monnaies, vers 1623-1629), un autre dans des maisons de Castillonnès dans le Lot-et-Garonne (45 monnaies, vers 1630-1635) ou encore à Aurillac dans le Cantal (24 monnaies et deux bijoux, vers 1665).

S’y ajoute le spectaculaire trésor de monnaies d’argent espagnoles de l’épave de la Jeanne-Élisabeth, vaisseau suédois coulé en 1755 au large de la Maguelonne, sur la côte méditerranéenne. Ce trésor de quelque 4 000 pièces d’argent est remarquable par les péripéties qui accompagnent sa perte – course anglaise, naufrage, pillage – mais aussi par la richesse des informations qu’il nous fait connaître. L’archéologie du trésor et l’examen des archives permettent de comprendre comment et où les lots ont été constitués, quelle a été la vitesse de circulation de cet argent depuis les ateliers américains jusqu’aux cales de la Jeanne-Élisabeth. Il met aussi en lumière le rôle des marchands français dans la circulation des métaux américains, les zones privilégiées de circulation de l’or et de l’argent dans une économie mondialisée qui va des Amériques à l’Inde et à la Chine en passant par l’Europe et le Proche-Orient.

Ce volume s’accompagne aussi d’un article de synthèse sur l’or espagnol en France au XVIIe et au XVIIIe siècle qui permet de situer ces ensembles monétaires dans leur contexte historique, économique, politique…

Auteur

Jérôme Jambu, conservateur au département des Monnaies, médailles et antiques

Informations pratiques

  • Description : Broché, 180 pages, 13 planches, 21 × 29,7 cm
  • Date de parution : 13 mai 2019
  • ISBN/EAN 978-2-7177-2821-7 / 9782717728217
  • Editeur : BnF Éditions
  • Distributeur : BnF Éditions
  • Disponibilité : Disponible
  • Prix : 80 €

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Parution : Où sont les bibliothèques françaises spoliées par les nazis ?

L’ampleur des pillages effectués par les forces nazies durant la Seconde Guerre mondiale dans tous les pays occupés a été révélée à la Libération. Des opérations d’identification et de restitution des livres spoliés ont été mises en œuvre, notamment en Europe occidentale.

En mars 2017, un colloque international, co-organisé par le Centre Gabriel Naudé de l’Enssib, posait cette question : où sont les livres spoliés par les nazis ? Une partie des contributions sont rassemblées dans cet ouvrage, plus particulièrement, celles cherchant à localiser quelque 14 000 livres spoliés déposés dans une quarantaine de bibliothèques françaises entre 1950 et 1953 et à en connaître les caractéristiques.

Après un demi-siècle d’amnésie institutionnelle, des travaux de recherche ont montré qu’une quarantaine de bibliothèques françaises avaient été affectataires de livres spoliés par les nazis, dont la Bibliothèque nationale de France. Elles cherchent aujourd’hui à honorer la mémoire des propriétaires de ces bibliothèques disparues en identifiant ces documents – traces muettes de la volonté d’exterminer la population juive -.

Eve Netchine, directrice du département des Cartes et plans, et
Anne Pasquignon, adjointe au directeur des Collections pour les questions scientifiques et techniques présentent ici les recherches relatives à la BnF.

Sommaire de l’ouvrage

  • Introduction. La souffrance des livres en exil, par Martine Poulain
  • Partie 1. Les spoliations de bibliothèques longtemps ignorées
  • Chapitre 1.Les pistes paneuropéennes des livres pillés par les nazis : trop d’ouvrages encore en exil, par Patricia Kennedy Grimsted
  • Chapitre 2. Restituer leurs bibliothèques aux spoliés, un impératif toujours actuel, par Martine Poulain
  • Partie 2. Bibliothèques spoliées : restituées, perdues, retrouvées, cachées ?
  • Chapitre 3. Une bibliothèque alsacienne disparue en Allemagne en 1940 : une quête en cours, par Nathalie Neumann
  • Chapitre 4. La bibliothèque d’art d’August Liebmann Mayer : Munich – Paris – Munich, par Maria Tischner
  • Chapitre 5. Livres français spoliés dans les collections de la Bibliothèque nationale de Biélorussiepar Anatole Steburaka
  • Chapitre 6. “28 sacs” de livres français pour la bibliothèque universitaire de Vienne : présentation d’une recherche de provenance en cours, par Christina Köstner-Pemsel
  • Chapitre 7. Paris-Berlin-Paris. Sur la piste de livres spoliés en France par les nazis : comment les retrouver et les restituer, par Sebastian Finsterwalder
  • Chapitre 8. La spoliation d’une bibliothèque privée sous l’Occupation : le cas de Pierre Guerquin, bibliophile, par Patricia Sorel
  • Partie III. Des livres spoliés dans les bibliothèques publiques françaises
  • Chapitre 9. Les documents spoliés déposés à la Bibliothèque nationale : les résultats d’une enquête, par Anne Pasquignon, avec la collaboration de Cécile Bellon
  • Chapitre 10. Les livres spoliés déposés à la Bibliothèque des langues orientales : une source pour l’histoire de la destruction des diasporas d’Europe centrale et orientale en France, par Benjamin Guichard
  • Chapitre 11. Le « Fonds Séquestres » de la BDIC, histoire d’une spoliation invisible, par Dominique Bouchery
  • Chapitre 12. Spoliations, confiscations et vols à la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg entre 1940 et 1944, par Catherine Maurer
  • Chapitre 13. Octobre 1942 à la Bibliothèque nationale : des faits de collaboration par les livres, par Eve Netchine
  • Glossaire
  • Index
  • Bibliographie
  • Liste des illustrations
  • Encadré. Les principes de Washington
  • Liste des auteurs
  • Table des matières

Informations pratiques

  • Parution : mai 2019
  • Broché
  • Editeur : Presses de l’enssib

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Parution : Roman Provincial Coinage Supplement 5

RPC suppl. 5

Un nouveau supplément de la publication de référence sur le monnayage romain Roman provincial coinage vient de paraître.

Auteurs

  • Pere Pau Ripollès Alegre
  • Michel Amandry
  • Jerome Mairat
  • Andrew Burnett
  • Antony Hostein
  • Marguerite Spoerri

Ce 5e supplément aux volumes I, II, III, VII, 1 et IX recensant les monnaies romaines provinciales enrichit le précédent Supplément 5 paru en 2015. Le travail a été dirigé par Pere Pau Rpollès (de l’université de Valence).

Le texte intégral de la parution est accessible à l’adresse : https://rpc.ashmus.ox.ac.uk/supp/rpc-supp-5.pd

Le précédent de Supplément 4 (Volumes I, II, III, VII.1 et IX) était paru en 2017 : https://rpc.ashmus.ox.ac.uk/supp/rpc-supp-4.pdf

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Parution : Le style de la science

Alors que les émissions de vulgarisation scientifique se multiplient, la Revue de la BnF s’interroge sur le « style de la science » : comment formule-t-elle ses résultats tant auprès des chercheurs que du grand public, comment produire un discours scientifique et pour qui ?


Revue de la BnF, n° 58

Sous la direction de Joëlle Le Marec, Marie Boissière et Alain Carou

Tout travail de connaissance passe nécessairement par la production d’un discours. Ce numéro s’interroge sur le style de la science – ou sur son absence revendiquée –, sur la manière dont elle formule ses résultats auprès du grand public et de la communauté des chercheurs.

Vulgarisation, communication, valorisation

Jean-Marc Lévy-Leblond revient sur l’opposition traditionnelle entre monde savant et monde profane à travers le cliché du savant distrait, aux savoirs inaccessibles…

L’opposition entre savant et profane, scientifique et littéraire, correspond toutefois plus à une frontière théorique, historique et institutionnelle, qu’à la réalité des pratiques du savoir, selon Yves Jeanneret. Les sciences, s’exprimant principalement sous forme de textes, produisent elles-mêmes de la littérature, également traversée par l’imaginaire et la rhétorique.

Baudouin Jurdant, spécialiste des questions de vulgarisation scientifique, insiste quant à lui sur la nécessité de “parler la science” : si la science est avant tout écrite (accédant par là même au statut de vérité objective et universelle), elle se doit d’être constamment discutée au sein d’une communauté plus large que celle des spécialistes…

L’écriture scientifique comme production culturelle/littéraire

L’écriture scientifique emprunte-t-elle à la littérature ? Certains objets d’étude nous forcent à penser au-delà d’un simple dualisme entre science et fiction, telle la sphère de Dyson, mégastructure bâtie autour d’une étoile, jamais observée à ce jour, traitée aussi bien dans des articles d’astrophysique que des romans de science-fiction.

Thierry Hoquet constate que le XVIIIe siècle a vu s’opposer deux manières d’écrire l’histoire naturelle : l’extrême concision de Linné et la grandiloquence de Buffon. On aurait tôt fait d’en conclure que l’un serait plus rigoureusement scientifique et l’autre plus littéraire. Leur différence de styles nous renseigne davantage sur le type de public et de science visés par chacun des auteurs, interrogeant par là-même l’idéal d'”objectivité” de la science.

L’activité scientifique comme acte de “création”

Dans tout projet intellectuel, selon Jean-François Bert, rien n’est anodin, brouillons, lettres, fiches, marginalia… L’étude de ces traces nous révèle comment le savant travaille, mettent en évidence des styles et des modes opératoires personnels. De même, les carnets de thèse en ligne, nouveaux lieux d’expression et de réflexion individuelles pour les doctorants, font émerger des manières différentes d’écrire la science, à la première personne…

Les sciences et les arts

Un entretien inédit avec Jacques Réda autour de sa Physique amusante nous éclaire sur son choix d’écrire à propos de la physique contemporaine, dans la longue tradition de la poésie scientifique.

Alice Leroy retrace quant à elle l’histoire du docteur Jean Comandon, dont l’ambition fut de filmer la science. Ses films microcinématographiques, réalisés en laboratoire, se redécouvrent aujourd’hui tant pour leur qualité scientifique qu’esthétique. Sans jamais renoncer à la valeur didactique de ses images, il en reconnaissait aussi l’enchantement singulier…

Représentations scientifiques graphiques

Didactisme et enchantement, c’est également ce que vise le courant merveilleux-scientifique, qui se développe au tournant du XXe siècle dans la presse de vulgarisation, empruntant aux motifs du conte de fées. La représentation graphique spécifique au traité d’anatomie que nous révèle Elsa Tadier, illustre parfaitement ce dilemme entre les savoirs et leur nécessaire diffusion sous la forme de discours.

Rubriques

  • “Autour d’une œuvre” consacrée à la Somme rural de Jean Boutillier
  • La “Découverte” de la collection de photographie japonaise contemporaine de la Bibliothèque nationale de France
  • Une “Galerie” autour des lettres illustrées de Paul Morand à son épouse Hélène
  • La rubrique “Insolite” raconte l’histoire mystérieuse des momies de la Bibliothèque nationale de France
  • Une nouvelle rubrique “Résidences” fait place aux observations de l’écrivain Thomas Clerc, “lecteur-imposteur” à la Bibliothèque

Informations pratiques

  • Parution : 14 mars 2019
  • Broché, 176 pages, 120 illustrations, 17 x 24 cm
  • ISBN/EAN : 978-2-7177-2795-1 / 9782717727951
  • Editeur : BnF Éditions
  • Distributeur : Interforum
  • Disponibilité : Disponible

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Journée d’étude : Les instruments scientifiques et les livres

Au moment de la publication du Mathematical Instruments in the collections of the Bibliothèque Nationale de France par Anthony Turner avec Taha Arslan et Silke Ackermann (co-édition Brepols / BnF, 2018), il a semblé opportun de consacrer une journée d’étude à la place des instruments dans les bibliothèques et plus largement à la relation entre les livres et les instruments. Cette journée se tiendra à la Bibliothèque de l’Arsenal, qui fait partie, avec le département des Monnaies, médailles et antiques et celui des Cartes et plans, des trois départements de la BnF couverts par le catalogue.

Programme

  • 14 h : Accueil : Olivier Bosc, directeur de la Bibliothèque de l’Arsenal, et Catherine Hofmann, conservatrice au département des Cartes et plans
  • 14 h 15 : The Circulation of Knowledge of Instruments in the Islamic World : Taha Y. Arslan, chercheur au département d’Histoire des sciences de l’université Medeniyet à Istanbul
  • 14 h 45 : L’Astrolabe et le livre en France au seizième siècle : Anthony Turner, historien indépendant
  • 15 h 15 : The Horary quadrant and the Book in mid-17th Century England : Jim Bennet, ancien directeur du Musée d’Histoire des Sciences, Oxford
  • 15 h 45 :  La Représentation des instruments dans la presse du XIXe siècle : Paolo Brenni, chercheur au CNRS-Italie, Président de la Scientific Instrument Society
  • 16 h 30 Pause
  • 17 h : La Pendule aux quatre continents de la bibliothèque de l’Arsenal : enjeux esthétiques et résultats d’une restauration : Sophie Nawrocki, conservatrice à la Bibliothèque de l’Arsenal, Jean Perfettini et Elisabeth Grall, restaurateurs
  • 17 h 30 : Examen commenté de la ‘Pendule aux quatre continents’ et/ou Présentation des instruments exposés issus des collections du département des Monnaies, médailles et antiques et du département des Cartes et plans
Couverture de : Mathematical Instruments in the collections of the Bibliothèque Nationale de France

Informations pratiques

  • Mardi 22 janvier 2019, 14h-18h30
  • Bibliothèque de l’Arsenal, 1, rue de Sully – Paris 4e
  • Entrée libre sur inscription 01 53 79 49 49 ou visites@bnf.fr

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Parution : Imago libri Représentations carolingiennes du livre

Bibliologia, n° 47

Argument

Le renouveau culturel carolingien confère au livre une place majeure dans la société, qui perdure dans le monde ottonien. Sa production est suffisamment abondante pour que près de 9000 manuscrits de cette époque nous soient parvenus, et le soin apporté à la qualité de leur confection est remarquable. Les manuscrits, précieux ou non, corrigés, glosés, comparés, échangés, servent à l’action, politique ou judiciaire, à la spiritualité, à la réforme religieuse, au développement de l’« humanisme » carolingien. Dans la société et la culture chrétiennes, l’objet-livre revêt un caractère précieux et somptuaire, comme en témoignent sa place de choix au sein des trésors d’église et sa haute valeur monétaire. Il est l’incarnation à la fois de l’autorité sacrée, du pouvoir et du savoir ; investi d’une forte dimension symbolique, il peut aussi être source de conflits et victime de destructions. Polymorphe, il intervient dans de multiples situations : il peut être tour à tour exhibé sous l’aspect d’un rouleau, d’un codex ouvert ou fermé, mangé, foulé aux pieds, dissimulé, utilisé pour prêter des serments… À la fois contenant et contenu, objet et parole, le livre est aussi imaginaire et imaginé. L’enquête collective envisagée ici dépasse la dimension archétypale du livre pour cerner, à travers une approche pluridisciplinaire combinant l’histoire sociale, culturelle et artistique, la spécificité des représentations carolingiennes du livre.

Table des matières

Charlotte Denoël, Anne-Orange Poilpré et Sumi Shimahara
Introduction

1. Dire et figurer le livre

Charlotte Denoël
L’Épiphanie du Verbe. Essai d’une typologie formelle des représentations du livre au premier Moyen Âge dans les portraits des évangélistes

Bruno Bon et Krysztof Nowak
Autour de Liber : étude (e-)lexicographique

Isabelle Marchesin
Mise en voir mathématique et intermédialité du Verbe dans les Évangiles carolingiens. Genèse d’une tradition iconographique

Lawrence Nees
Design, Default or Defect in Some Perplexing Represented Books

2. Livre, loi et autorité

Stefan Esders
Deux libri legum au service des fonctionnaires du royaume d’Italie à l’époque carolingienne

Anne-Orange Poilpré
Dans et avec le livre : Jérôme, David et les souverains carolingiens

François Bougard
Le livre de l’autorité du siècle

Helmut Reimitz
Livres d’histoire et histoire du livre à l’époque carolingienne

3. Livre et Bible

Yves Christe
Un nouveau Sinaï pour Pierre et Paul

Sumi Shimahara
Le livre dans le Livre : parcours exégétiques

Beatrice E. Kitzinger
Representing the Gospels Beyond the Carolingian Center

Eliza Garrison
Movement and Time in the Egbert Psalter

4. Livre et liturgie

Adam Cohen
The Book and Monastic Reform

Cécile Voyer
Mise en abyme. Le sacramentaire de Marmoutier et ses images

Jean-Pierre Caillet
Le livre dans l’édifice cultuel aux temps carolingiens et ottoniens

Marie-Céline Isaïa
Un simple objet ? Le livre dans l’hagiographie médiolatine (IXe-XIe siècle).

5. Livre, signes, images littéraires

Francesco Stella
Les représentations du livre dans les textes poétiques carolingiens et ottoniens. Naissance de la poésie paratextuelle

Fabrizio Crivello
Tabulae et livres dans les tables des Canons de l’école de la cour de Charlemagne. Questions ouvertes

François Bougard
Le livre dans tous ces états. Conclusions

Index des noms de personnes
Index des noms de lieux
Index des manuscrits

Liste des contributeurs

Informations pratiques

  • Editeurs scientifiques : Charlotte Denoël (BnF), Anne-Orange Poilpré (Université Panthéon Sorbonne), Sumi Shimahara (Université Paris Sorbonne)
  • Description : 1 vol. (336 p., 26 ill. + 96 ill. en coul., 11 tableaux), 210 x 270 mm
  • Parution : 2018
  • Editeur : Brepols
  • ISBN 978-2-503-56767-9
  • Textes : Français, Anglais
  • Prix : 85 euros

Image de une : Recueil composite constitué de deux manuscrits différents : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8478985p/f129.item

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Présentation du livre : Le web français de la Grande Guerre. Réseaux amateurs et institutionnels

Le labex Les passés dans le présent, la Bibliothèque nationale de France, La contemporaine et Télécom ParisTech sont heureux de vous inviter à la présentation du livre Le web français de la Grande Guerre. Réseaux amateurs et institutionnels

Label Mission du centenaire
  • Sous la direction de Valérie Beaudouin, Philippe Chevallier et Lionel Maurel
  • Contributions de Muriel Amar, Valérie Beaudouin, Philippe Chevallier, Frédéric Clavert, Arnaud Dhermy, Lionel Maurel, Zeynep Pehlivan, Agnès Sandras, Peter Stirling et Valérie Tesnière.
  • Collection « Les passés dans le présent », Presses universitaires de Paris Nanterre

Pour lointaine qu’elle soit, la guerre 14-18 a ses espaces de discussion et de publication sur le web, aussi vivants que structurés, majoritairement animés par des amateurs. Ces espaces sont des vecteurs de valorisation de recherches individuelles, mais aussi d’acquisition de compétences et d’élaborations collectives. Comment analyser ces lieux de mémoire d’un genre nouveau, alors même que le web semble trop grand pour l’œil et l’esprit humain ? En croisant démarches quantitatives et qualitatives, sociologie et sciences des données numériques, ce livre collectif, fruit d’un projet de recherche de trois ans, propose une démarche inédite et pluridisciplinaire pour appréhender le web français de la Grande Guerre. Il éclaire la manière dont les sources documentaires numérisées circulent et dont les réseaux s’organisent à partir ou autour de ces sources.

Informations pratiques

  • Lundi 10 décembre, à la BnF, site François-Mitterrand,
    Quai François-Mauriac, Paris 13e, Salle 70
  • 17h-19h
  • Entrée libre (dans la limite des places disponibles)
  • Avec les interventions, entre autres, de Sarah Gensburger (CNRS-Institut des sciences sociales du politique) et Laurent Veyssière (Mission du centenaire de la Première Guerre mondiale).
Logo Labex PP
Logo-BnF
Logo BnF
Logo Telecom ParisTech
Logo La contemporaine

Philippe Chevallier

Responsable des études à la délégation à la Stratégie et à la recherche de la Bibliothèque nationale de France

More Posts

Parution : Réveiller l’archive d’une guerre coloniale

Couverture de Réveiller l’archive d’une guerre coloniale

L’auteur

Pierre Schill, chercheur associé au laboratoire CRISES de l’Université Paul Valéry – Montpellier 3 fait paraître Réveiller l’archive d’une guerre coloniale. Photographies et écrits de Gaston Chérau, correspondant de guerre lors du conflit italo-turc pour la Libye (1911-1912).

Argument

Consacré à l’expérience vécue par Gaston Chérau, écrivain missionné à Tripoli pour couvrir la guerre italo-turque  (1911-1912), l’ouvrage est organisé autour de la documentation photographique et écrite de cet écrivain, membre de l’académie Goncourt, conservée à Bibliothèque de l’Arsenal, département de la Bibliothèque nationale de France.

Présentation de l’éditeur

« Romancier en vue de la Belle Époque et photographe amateur, Gaston Chérau (1872-1937) devient correspondant de guerre lors du conflit italo-turc pour la Libye (1911-1912). Ses 200 photographies, ses articles dans le journal Le Matin, sa correspondance privée et un texte réminiscent publié en 1926 dévoilent comment ce néophyte affronte une guerre en contexte colonial, un « ailleurs » qui le met face à la mort et à l’étranger.
En nous plongeant dans le travail et le quotidien d’un reporter aux débuts du photojournalisme, cette documentation inédite et sa mise en perspective historique révèlent comment ce témoin est tiraillé entre sa mission de rendre compte des événements et sa manipulation par les belligérants et les journaux. Elle permet dès lors de montrer comment cette expérience condense de multiples enjeux – principalement économiques et politiques – liés à la fabrique de l’actualité. C’est seulement en restituant la part qui revient à chacun des protagonistes dans la construction du récit journalistique que l’on peut mesurer la manière dont le correspondant de guerre, témoin singulier généralement peu questionné dans l’historiographie de la guerre, engage sa responsabilité.
La seconde partie de l’ouvrage propose une analyse réflexive du projet « À fendre le cœur le plus dur » qui a donné lieu au partage de cette source historique avec des artistes et à la production d’une exposition. Les artistes sont les écrivains, Jérôme Ferrari (prix Goncourt 2012) et Oliver Rohe, la plasticienne, Agnès Geoffray, et le danseur-chorégraphe, Emmanuel Eggermont. L’exposition a fait entrer en résonance l’archive avec ces créations et les oeuvres d’autres artistes contemporains ayant abordé dans différents contextes guerriers la question du témoignage et de la violence de guerre. »1

Sommaire

  • Avant-propos : Au risque de l’archive (Pierre Schill)
  • Introduction : Un écrivain correspondant de guerre (Pierre Schill)
  • L’archive Gaston Chérau (présentée par Pierre Schill) 
    • Photographies
    • Articles et photos publiés dans la presse
    • Correspondance
    • Une réminiscence littéraire : « Sur le trésor des caravanes », 1926
  • Analyse historique : À l’épreuve de la guerre (Pierre Schill)
  • Regards croisés sur une archive : À fendre le cœur le plus dur
    • Le projet À fendre le cœur le plus dur : une « histoire sensible » polyphonique (Caroline Recher)
    • Fragments d’un journal de la création Strange Fruit d’Emmanuel Eggermont (Smaranda Olcèse)
    • Des images et des armes, sur À fendre le cœur le plus dur de Jérôme Ferrari et Oliver Rohe (Mathieu Larnaudie)
    • Les temps de la photographie, les temps du regard (Caroline Recher)
    • Les voix de l’historien (Quentin Deluermoz)
  • Sources et bibliographie
  • Index
  • Abréviations

Informations pratiques

  • Auteurs :  Pierre Schill, avec des contributions de Caroline Recher, Smaranda Olcèse, Mathieu Larnaudie et Quentin Deluermoz.
  • Editeur :  Créaphis
  • Date de parution : 2018
  • Description :  480 p. Relié, cartonné, 165 x 225 mm, 230 photographies, plusieurs papiers de création
  • ISBN 978–2–35428–141–0
  • Prix : 35 euros

Image de une : Gaston Chérau, portrait du 24 novembre 1926 (Académie Goncourt/Agence Rol, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b53170476r).

  1. À propos de l’exposition « À fendre le cœur le plus dur », un article de la revue Artpress []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Parution : Napoléon à Sainte-Hélène

C’est à une plongée dans le quotidien de l’exil de Napoléon qu’invitent les Éditions de la BnF et Perrin. Cet ouvrage, richement illustré, présente un grand nombre de documents inédits issus des collections de la BnF et apporte un éclairage essentiel sur les dernières années de l’empereur à Sainte-Hélène.

La France défaite à Waterloo, Napoléon se livre aux Anglais le 15 juillet 1815, sans se douter qu’il sera envoyé sur une île perdue au milieu de l’Atlantique sud. Le 17 octobre suivant, après une traversée de plus de deux mois, il débarque à Sainte-Hélène où il vivra ses dernières années sous étroite surveillance. Cet exil, tragique, marque le point de départ de la légende napoléonienne.

Explorant les collections de la BnF, Charles-Éloi Vial a étudié des documents d’exception, pour la plupart méconnus ou entièrement inédits. En grande partie rédigés de la main même de Napoléon ou de celle de son « geôlier » Hudson Lowe, lettres, factures, rapports de surveillance, plans de fortifications et autres témoignages nous livrent des pans entiers de la vie quotidienne à Longwood House.

Dans ce livre richement illustré, amateurs et spécialistes découvriront, au fil des pages, une histoire renouvelée de la captivité et de la mort de l’empereur des Français.

L’auteur

Archiviste paléographe, docteur en histoire, Charles-Éloi Vial est conservateur aux département des Manuscrits de la BnF. Après un remarqué Les Derniers Feux de la monarchie : la cour au siècle des révolutions, sa biographie de Marie-Louise a été couronnée l’année dernière par le prix Premier-Empire de la Fondation Napoléon.

Informations pratiques

  • Description : 1 vol. (352 p.) : couv. ill. en coul.
  • Date de parution : 22 novembre 2018
  • Éditeur : BnF Éditions : Perrin
  • Prix : 29 euros ; ePub : 18,99 euros

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Parution : Trésors de la musique classique. Partitions manuscrites XVIIe-XXIe siècle

Couverture de Trésors de la musique classique

Un accès inédit aux manuscrits de 34 chefs-d’œuvre

Charpentier, Rameau, Bach, Vivaldi, Haydn, Mozart, Beethoven, Berlioz, Chopin, Liszt, Schubert, Schumann, Rossini, Gounod, Verdi, Wagner, Bizet, Offenbach, Massenet, Saint-Saëns, Franck, Fauré, Debussy, Dukas, Stravinsky, Boulanger, Ravel, Satie, Poulenc, Jolivet, Strauss, Messiaen, Dutilleux, Boulez.

Parcourant l’histoire de la création musicale, ce recueil de manuscrits lève le voile sur la fabrique de 34 chefs-d’œuvre de la musique classique, précieusement conservés dans les collections de la Bibliothèque nationale de France. Leur reproduction en fac-similé offre un accès inédit au processus de création des plus grands compositeurs de l’Europe baroque jusqu’aux audaces des XXe et XXIe siècles en passant par l’âge classique, la période romantique et les grandes heures de l’opéra. Chaque partition autographe est accompagnée du double éclairage d’un spécialiste, commentant la trajectoire du compositeur ainsi que la singularité du manuscrit. Une occasion unique d’entrer en contact avec les originaux d’œuvres inestimables, composées de mains de maîtres.

Auteurs

  • Mathias Auclair est directeur du département de la Musique à la Bibliothèque nationale de France. Il est l’auteur avec Élizabeth Giuliani de Rameau et la scène (BnF, 2014) et avec Pierre Provoyeur du livre Le Plafond de Chagall à l’Opéra Garnier (Gourcuff Gradenigo, 2014).
  • Avec les contributions de Rosalba Agresta, Benoît Cailmail, Damien Colas, Boris Courrège, Pénélope Driant, Valère Étienne, Romain Feist, Séverine Forlani, François-Pierre Goy, Bérenger Hainaut, Paul Prévost, Agnès Simon-Reecht, Marie-Gabrielle Soret, Catherine Vallet-Collot, Jean-Michel Vinciguerra.

Informations pratiques

  • Description : Relié, 272 pages, 100 pages de reproductions de partitions manuscrites et 90 illustrations, 24 × 32 cm
  • Date de parution : 24 octobre 2018
  • ISBN / EAN :  978-2-84597-700-6 / 9782845977006 ; 978-2-7177-2792-0 / 9782717727920
  • Éditeur :  BnF Éditions / Éditions Textuel
  • Prix : 55 euros

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Parution : Murs de papier. L’atelier du papier peint (1798-1805)

Cet ouvrage des éditions de la BnF invite à découvrir une histoire haute en couleur qui s’écrit sur les murs des intérieurs bourgeois à la fin du XVIIIe siècle, à l’heure où le papier peint s’impose comme un objet de décoration à la mode, grâce à la grande variété de ses motifs.

Couverture de Murs de papier. L’atelier du papier peint (1798-1805)

Argument

L’ introduction revient sur les raisons de ce succès, lié à la naissance de la société de consommation et à l’évolution des conditions d’habitat : facile d’utilisation, porté par un milieu manufacturier en pleine expansion qui n’hésite pas à recourir à la publicité, le papier peint a su capter les envies de confort et de nouveauté de la société d’alors et séduire tant par son univers visuel et coloré que par l’imagination des dessinateurs et l’habileté des imprimeurs. Aujourd’hui encore, il continue d’inspirer les créateurs et décorateurs contemporains.L’ouvrage se présente sous la forme d’un répertoire de motifs dans le but de révéler pleinement cette créativité qui joue sur différents registres : les papiers en arabesque ; les motifs architecturaux ; le monde végétal ; les animaux et les fruits ; l’imitation des matériaux ; les motifs géométriques ; le modèle antique ; les scènes de genre ; l’imitation du textile. Le lecteur se trouve ainsi plongé dans un univers de formes et d’associations de couleurs parfois surprenantes, voire tout à fait inattendues.Tous les échantillons présentés proviennent de la collection de la Bibliothèque nationale de France, constituée entre 1798 et 1805, à la faveur de la législation révolutionnaire qui invitait les manufacturiers à y déposer leurs créations pour se protéger de la contrefaçon.Des focus viennent éclairer de manière plus précise certains aspects comme la fabrication des papiers peints, le monde de la boutique, la question épineuse de la propriété intellectuelle, ou encore le contexte révolutionnaire.

Auteurs

  • Ancienne élève de l’École normale supérieure, Christine Velut est docteur en histoire moderne de l’université de Paris I Panthéon-Sorbonne. Elle a soutenu sa thèse, sous la direction de Daniel Roche, sur « La production, la commercialisation et les usages des papiers peints à Paris de 1750 à 1820 » (publiée par Monum, Éd. du patrimoine, en 2006). Dans le cadre de la préparation de sa thèse, elle a réalisé le catalogage de la collection de papiers peints du département des Estampes et de la photographie de la Bibliothèque nationale de France.
  • Vincent Darré est décorateur-designer. Après avoir travaillé dans le secteur de la mode, il se consacre à l’univers de la maison, entre inspirations baroques et obsessions dadaïstes.

Informations pratiques

  • Description : 220 pages, 150 illustrations, 23 x 33 cm, broché
  • Date de parution : 31 octobre 2018
  • ISBN / EAN :  978-2-7177-2776-0 / 9782717727760
  • Éditeur :  BnF Éditions
  • Prix : 39 euros

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts