Archives de catégorie : Publications

Parution : L’invention du surréalisme

L'invention du surréalisme
L’invention du surréalisme

En lien avec l’exposition censée se dérouler du 15 décembre 2020 au 14 mars 2021, sur le site François-Mitterrand de la BnF, organisée pour marquer le centenaire de la publication par André Breton et Philippe Soupault de leur recueil commun, Les Champs magnétiques, la BnF publie l’ouvrage L’invention du surréalisme sous la direction de Jacqueline Chénieux-Gendron, Isabelle Diu, Bérénice Stoll et Olivier Wagner sur le surréalisme littéraire, avec des textes de Carole Aurouet, Laurence Campa, Jean-Michel Hirt et Masao Suzuki.


L’année 2020 marque le centenaire de la publication des Champs magnétiques, « première œuvre purement surréaliste » et moment de rupture majeur dans le domaine de la création littéraire. Ce texte d’André Breton et Philippe Soupault marque en effet la naissance de l’écriture automatique.

Cette première exposition consacrée au surréalisme organisée à la BnF est centrée sur les années de jeunesse du mouvement, au moment où, sur les décombres de la Première Guerre mondiale, émerge un besoin radical de liquidation des valeurs passées et de renouvellement des formes d’expression.

Le catalogue édité à cette occasion propose des éclairages inédits de ces pages fascinantes et révèle au grand public, avec des analyses neuves, certains des « trésors » de la BnF, comme le manuscrit de travail des Champs magnétiques (1919) ou celui de Nadja, réputé perdu, tout récemment retrouvé (l’une des plus importantes acquisitions patrimoniales de ces dernières années, jamais encore exposé).
Si l’accent est mis sur le traitement novateur apporté par le surréalisme à l’écrit et au langage, la place est aussi faite à une grande diversité de supports, afin de rendre compte de la poétique surréaliste dans sa globalité. Les quatre sections – Guerre et esprit nouveau, Rêve et automatisme, Manifestes et provocations, Amour et folie : Nadja, l’âme errante – qui rythment l’exposition structurent l’ouvrage, chacune organisée autour d’un document littéraire exceptionnel, auquel répondent tableaux, dessins, photographies, films, costumes, objets.
Une vision kaléidoscopique pour restituer l’aventure de cette génération de poètes qui, au lendemain d’une expérience barbare, cria son dégoût pour le monde dans des éclats de rire sauvages.

Informations pratiques

  • Description matérielle : 1 vol. (192 p.) : 90 ill. ; 23 cm
  • Date de parution : 12 novembre 2020
  • ISBN/EAN 978-2-7177-2832-3 / 9782717728323
  • Editeur : BnF Éditions
  • Prix : 29 €

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Parution : Wikipédia : dans les coulisses de la plus grande encyclopédie du monde

Wikipédia : dans les coulisses de la plus grande encyclopédie du monde
Wikipédia : dans les coulisses de la plus grande encyclopédie du monde

Président de Wikimédia France de 2011 à 2014 puis de son conseil scientifique de 2014 à 2017 et conservateur au département des Estampes et de la photographie de la Bibliothèque nationale de France depuis 2010, Rémi Mathis est spécialiste des estampes anciennes, du jansénisme et du XVIIe siècle.

Argument

Pénétrez dans les coulisses de la plus grande encyclopédie du monde ! Qui décide des règles de Wikipédia ? Certains articles peuvent-ils être censurés ? Y a-t-il un rédacteur en chef ? Quel est le modèle économique qui la régit ? Combien y a-t-il d’articles à ce jour ? Qu’est-ce qu’un wikipédien ? Nous l’utilisons tous les jours, et pourtant elle reste très mystérieuse à nos yeux. Certains en sont adeptes, d’autres l’accusent de tous les maux.
En 2020, l’encyclopédie Wikipédia fêtera ses 20 ans, avec plus de 2 millions d’articles publiés. Rémi Mathis, président du conseil scientifique de Wikimédia France de 2014 à 2017, connaît l’encyclopédie mieux que personne. Il répond dans ce livre à toutes les questions que vous vous êtes toujours posées sur l’encyclopédie libre.

Informations pratiques

  • Editeur : Paris : First Editions
  • Date de parution : 21 janvier 2021
  • Description matérielle : 1 vol. (219 p.) : couv. ill. ; 21 cm.
  • ISBN 978-2-412-06420-7 (br.) : 14,95 €

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Parution : La bibliothèque municipale de Rouen : 200 ans d’histoire(s)

La bibliothèque municipale de Rouen
La bibliothèque municipale de Rouen

La bibliothèque de Rouen est l’une des bibliothèques municipales françaises les plus importantes par ses collections. Son histoire est exceptionnelle tant par les fonds que par les hommes et les femmes qui ont œuvré à son service et à celui du public. Les manuscrits des abbayes normandes, les livres imprimés du XVIe siècle à nos jours, les dessins des XVIIe et XVIIIe siècles, les photographies, les manuscrits de Flaubert donnent à l’institution une aura locale, régionale et internationale. La bibliothèque qui comptait 20 000 ouvrages à son ouverture en 1809 voit ses fonds s’enrichir de plus de 140 000 unités à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle grâce à des achats ou des dons remarquables. Citons notamment les bibliothèques Leber et Montbret, la collection de Jules Hédou, le don des manuscrits normands de Flaubert par sa nièce Caroline Franklin-Groult.

Ce livre est une histoire des lieux, une galerie de portraits des bibliothécaires qui, à la suite de dom Gourdin le premier d’entre eux, développent l’institution avec le soutien des maires. Pensons au savant historien André Pottier, à l’ouvrier-poète Théodore Lebreton, à l’ami de Flaubert Louis Bouilhet, au journaliste Eugène Noël, à Henri Labrosse qui pose les fondements du réseau des bibliothèques de quartier et de la lecture publique. Cet ouvrage donne également la parole aux souvenirs des personnels et des lecteurs pour lesquels la découverte des collections a souvent été primordiale. L’histoire s’arrête à la fin du XXe siècle. Le XXIe siècle est une autre aventure.

Ont collaboré à ce volume dirigé par Marie-Françoise Rose :
Daniel Authouart, Diederick Bakhuÿs, Virginie Beaunier, Jean Bourienne, Pierre-Yves Cachard, Daniel Charles, Michel Croguennec, Christelle Di PietroJoann ÉlartAnnie Ernaux, Sophie Étiemble, Max Guesdon, Catherine Hubbard, Marlo Johnston, Isabelle Laboulais-Lesage, Élisabeth Lalou, Aurélie Lâpre, Brigitte Lelièvre, Yvan Leclerc, Anne-Bénédicte Levollant, Jean-Dominique Mellot, Christiane Mervaud, Michel Mervaud, Philippe Monart, Michael Monnier, Pascale Mormiche, Sophie Nasi, Valérie Neveu, Marie-Dominique Nobécourt-Mutarelli, Denis Pallier, Élodie Perrot, Guy Pessiot, Catherine Poirot-Bourdain, Christelle Quillet, Stéphane Rioland, Joëlle Robert, Catriona Seth, Yannick Simon, Christel Valières.

Parmi les contributeurs, on note Jean-Dominique Mellot, chef du service de l’Inventaire rétrospectif de la BnF, qui connait bien l’histoire des bibliothèques à Rouen avant la révolution  et  l’édition rouennaise au siècle des Lumières.

Sommaire

Sommaire :

Préface

Avant-propos

Remerciements

Première partie. Histoire des bibliothèques de Rouen

Chapitre 1. Les origines
Rouen et ses bibliothèques avant la bibliothèque municipale
La bibliothèque municipale, une création révolutionnaire

Chapitre 2. Le lieu
De l’hôtel de ville au musée-bibliothèque
Le décor de Paul-Albert Baudoüin
Encadré 1. La restauration des peintures de Baudoüin

Chapitre 3. La lecture à Rouen aux XIXe et XXe siècles
XIXe siècle
XXe siècle
Encadré 2. Le dépôt légal
Encadré 3. Recrutements dans les années 60

Chapitre 4. Portraits de bibliothécaires
Les érudits
L’ère des professionnels
Encadré 4. Théodore Lebreton vu par un lycéen

Chapitre 5. Lecteurs et visiteurs
Encadré 5. Je me souviens

Deuxième partie. Les collections

Chapitre 6. Des collections prestigieuses
La constitution des fonds
De la collecte à la signalisation
Histoire du catalogage
Les fonds spécifiques

Chapitre 7. Les « monuments »
Manuscrits normands
Manuscrits littéraires
Encadré 6. L’analyse génétique des manuscrits de Madame Bovary
Encadré 7. Le pavillon Flaubert

Chapitre 8. Le livre à Rouen du XVe au XXe siècle
Encadré 8.La librairie Brunet

Chapitre 9. Les grandes collections

Chapitre 10. Archives et bibliothèques de Normands
Encadré 9. La maison Corneille

Conclusion. La bibliothèque aujourd’hui
Encadré 10. Les horaires au cours des siècles

Annexes

Sources et bibliographie

Les auteurs

Table des figures et crédits

Index des noms de personnes

Informations pratiques

  • Editeur : Mont-Saint-Aignan : Presses universitaires de Rouen et du Havre
  • Date de parution : 11 février 2021
  • Description matérielle : 1 vol. (280 p.) : couv. ill. en coul. ;
  • Bibliogr. Index
  • ISBN 9791024013985 (br.) : 27 €

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Parution : Dictionnaire Sade

Dictionnaire Sade
Dictionnaire Sade

Conservateur des bibliothèques au Canada (EBSI, Université de Montréal), Christian Lacombe est actuellement bibliothécaire au département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale de France. Après avoir publié, Sade et l’Arétin, une consanguinité d’esprit à L’Infini chez Gallimard et La Vérité sur le marquis de Sade aux éditions La Bibliothèque, il souhaitait publier un Dictionnaire Sade depuis quelques années, avant de découvrir les archives de Jean-Jacques Pauvert.

Parmi les auteurs sollicités par Christian Lacombe figurent d’autres personnels de la BnF, comme Marie Françoise Quignard ou Charles-Eloi Vial. L’ouvrage intègre les notices rédigées par Jean-Jacques Pauvert qui représentent près de 300 textes issus du fonds Jean-Jacques Pauvert, acquis par la BnF en 2016 et conservé sous la cote : NAF28891

Argument

Il s’agit du premier dictionnaire consacré au Marquis de Sade.

Jean-Jacques Pauvert avait eu l’idée de publier un Dictionnaire Sade au début des années 90, ses notes sont à l’origine de cet ouvrage.

Depuis le début des années 1920, après que Maurice Heine ait, le premier, sorti les écrits de Sade de l’ombre, la pensée du marquis a fait l’objet de multiples interprétations ; il était nécessaire d’effectuer une synthèse. Christian Lacombe propose un ouvrage collectif à dimension internationale, en faisant appel à près de 40 chercheurs et écrivains venus des quatre coins du monde, afin de montrer la diversité des lectures de Sade.

Avec plus de 500 entrées, le Dictionnaire Sade interroge de nombreux genres littéraires, comme le roman, le théâtre, la poésie, la correspondance et s’adresse également à l’art, à la musique et à presque toutes les disciplines des sciences humaines, pour se demander sans cesse : qu’est-ce que le marquis de Sade à bien pu vouloir dire ?

Informations pratiques

  • Editeur : Paris : l’Harmattan
  • Date de parution : 8 février 2021
  • Description matérielle : 1 vol. (627) : ill., couv. ill. en coul. ; 24 cm
  • ISBN 978-2-343-22243-1 (br.) : 44 €
  • EAN 9782343222431
  • EAN PDF 9782140170942
Dictionnaire Sade : 4e de couv.
Dictionnaire Sade : 4e de couv.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Parution du tome 29 des Trésors monétaires

Publié avec le soutien des crédits du Plan quadriennal de la recherche de la BnF, le tome XXIX de la série « Trésors monétaires » est paru. Il porte sur le trésor de Saint-Germain-lès-Arpajon (Essonne), un dépôt géant du IIIe siècle après J.-C.

Trésors monétaires XXIX
Trésors monétaires XXIX

Ce nouveau volume de Trésors monétaires est consacré à un unique ensemble, le gigantesque trésor gallo-romain de Saint-Germain-lès-Arpajon (Essonne). Les quelque 34 000 monnaies qui forment ce dépôt représentent une accumulation de métal de plus de 100 kg. Si ce n’est sa taille hors norme, le profil de cet ensemble est assez classique en apparence. Il est constitué pour l’essentiel de petites pièces en alliage cuivreux frappées au cours de la période dite de « l’Empire gaulois » (260-274). Les monnaies les plus récentes datent du règne de Probus (276-282). La thésaurisation s’inscrit dans un contexte troublé, tant au niveau politique (usurpations, invasions et autres révoltes) qu’économique (inflation, réformes monétaires).

Outre l’habituel volet numismatique, l’étude aborde ce dépôt monétaire en tant qu’objet archéologique à part entière. Car nous avons la chance rare de disposer d’un ensemble complet qui a pu être fouillé sur les lieux de la découverte puis en laboratoire. La microfouille de l’un des deux contenants combinée à l’analyse des monnaies ont révélé que deux ensembles distincts ont été réunis au moment de l’enfouissement. Ceci confère son originalité au trésor.

Plusieurs autres dépôts massifs du même type sont connus, mais rares sont ceux qui ont pu être publiés dans leur intégralité comme c’est ici le cas. Le volume s’accompagne d’un article de synthèse sur ces dépôts géants pour tenter de mieux comprendre pourquoi ces énormes accumulations de métal ont été enfouies et jamais récupérées.

Le volume a été dirigé par Vincent Drost, chef de projet Trouvailles monétaires, au département des Monnaies, médailles et antiques. Ce projet est le fruit d’une coopération étroite avec la DRAC Ile de France qui a co-financé l’étude.

Récompense

Le volume vient de recevoir le prix Babut1 2020 décerné par la Société française de numismatique.

Informations pratiques

  • Description : Broché, 230 pages, 50 planches, 21 × 29,7 cm
  • Date de parution : 30 juillet 2020
  • ISBN/EAN : 978-2-7177-2842-2 / 9782717728422
  • Editeurs : BnF Éditions
  • Distributeur : BnF Éditions
  • Prix : 99 €
  1. Voir la présentation du prix, url : <http://www.sfnumismatique.org/prix-babut/>. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Parution : Joseph-Philibert Girault de Prangey (1804-1892)

Sylvie Aubenas, directrice du département des Estampes et de la photographie de la BnF publie avec Thomas Galifot le catalogue officiel de l’exposition Girault de Prangey photographe (1804-1892) présentée au musée d’Orsay du 15 décembre 2020 au 14 mars 2021.

Joseph-Philibert Girault de Prangey (1804-1892)
Joseph-Philibert Girault de Prangey (1804-1892)Joseph-Philibert Girault de Prangey (1804-1892)

Oublié pendant plus d’un siècle, le Langrois Joseph-Philibert Girault de Prangey s’est imposé depuis une vingtaine d’années parmi les figures majeures des débuts de la photographie française. Cet aristocrate fortuné qui choisit de se faire peintre et dessinateur, archéologue et historien de l’architecture, savant amateur de plantes et d’oiseaux rares, est aussi un pionnier du daguerréotype. Cette technique, qu’il maîtrise parfaitement dès 1841, lui permet de réaliser une oeuvre dont l’ambition et l’ampleur sont presque incomparable.
Le corpus réalisé par Girault de Prangey compte non moins de 1 000 daguerréotypes répertoriées à ce jour, ce chiffre pouvant augmenter tant son oeuvre demeure mystérieuse. Il a été réalisé en majorité entre 1842 et 1844, lors d’un tour du bassin méditerranéen de l’Italie à l’Égypte en passant par la Grèce, la Turquie, la Syrie, le Liban, Jérusalem et la Palestine.
De manière totalement inédite, cet ensemble est replacé au sein de la production plus large du photographe, restée peu étudiée pour la partie précédant le voyage, et largement inconnue pour celle lui succédant. Est ainsi révélée une oeuvre photographique sur papier d’une variété et d’une qualité insoupçonnées, avant tout inspirée par son domaine et ses jardins. C’est une vision nouvelle de Girault de Prangey qui est ici proposée, celle, plus complète, du grand photographe qu’il a été des années 1840 aux années 1870, et dont ses daguerréotypes spectaculaires ne donnaient qu’une idée partielle.
Première monographie en France consacrée à l’oeuvre photographique de Girault de Prangey, l’exposition du musée d’Orsay et l’ouvrage qui l’accompagne mettent en valeur ces découvertes dans  le contexte français des années 1830 aux années 1880 – contexte artistique, archéologique, celui de l’essor de l’édition scientifique illustrée et des sociétés savantes d’archéologie, d’acclimatation et d’horticulture – pour proposer une compréhension résolument neuve de la personnalité de Girault de Prangey et de son évolution en tant qu’artiste.

Informations pratiques

  • Editeur : Paris : Musée d’Orsay : Hazan
  • Date de parution : 12/11/2020
  • Description matérielle : 1 vol. -256 p.) : ill. en noir et en coul., couv. ill. ; 23 cm.
  • ISBN 978-2-7541-1200-0
  • Pris 49,95 €
Joseph-Philibert Girault de Prangey (1804-1892)
Joseph-Philibert Girault de Prangey (1804-1892)

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Parution : L’atelier de Christine de Pizan

Christine de Pizan, Cent balades d'amant et de dame - 1400-1410 - BnF, Département des Manuscrits
Christine de Pizan, Cent balades d’amant et de dame – 1400-1410 – BnF, Département des Manuscrits

Inès Villela-Petit, chargée de collections, médailles, monnaies byzantines et monnaies de l’Orient latin à la BnF, archiviste paléographe, diplômée de l’École du Louvre, conservatrice du patrimoine, poursuit des recherches sur les arts de l’époque de Charles VI dite « Gothique International » et les pigments de la peinture médiévale. Elle est l’auteur d’études sur les Très Riches Heures du duc de Berry, le Livre de chasse de Gaston Fébus, les Heures du maréchal Boucicaut, le Bréviaire de Châteauroux, et elle a contribué à l’Album Christine de Pizan (2012).

Femme de lettres sans pareille parmi les auteurs du début du XVe siècle, engagée dans les débats littéraires et politiques de son époque, Christine de Pizan s’est illustrée comme poétesse, critique, moraliste, théoricienne et biographe. Créant son propre atelier de copie, elle tint le rôle de libraire (au sens médiéval d’éditeur) pour multiplier les exemplaires de ses œuvres et en assurer la diffusion et le succès. Pas moins de cinquante-quatre manuscrits originaux, autographes ou corrigés de sa main, en témoignent.

Christine de Pizan se révèle aussi une remarquable narratrice, à travers ses textes mais aussi les cycles d’images qu’elle conçoit pour les illustrer et séduire son lecteur. Son imagination féconde est à l’origine de compositions nouvelles qui marquent encore l’imaginaire contemporain, telle la « cité des dames ».

Dans cet ouvrage, Inès Villela-Petit, historienne de l’art et spécialiste de l’enluminure médiévale, nous emmène dans les coulisses de la création christinienne. L’étude des brouillons d’auteur, l’encre et le parchemin, l’ornement de la page par filigranes et vignetures, les « histoires » en peinture et les reliures au décor animalier livrent une très riche moisson pour l’histoire du livre. Inès Villela-Petit replace ici l’atelier de Christine de Pizan dans son contexte matériel, sa culture et la société du temps, suivant pas à pas la réalisation du manuscrit de l’achat des matières premières jusqu’à la remise du livre à la reine.

Informations pratiques

  • Description : broché, 144, 53 illustrations, 16,5 x 24 cm
  • Date de parution : 19 novembre 2020
  • ISBN/EAN : 978-2-7177-2852-1 / 9782717728521
  • Editeurs : BnF Éditions
  • Prix : 29 €
L’atelier de Christine de Pizan
L’atelier de Christine de Pizan
L’atelier de Christine de Pizan #1
L’atelier de Christine de Pizan #2

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Parution : Le siècle de Labrouste : un élève, un ami, un maître

Au cours de deux plans triennaux de la recherche successifs, le département des Estampes et de la photographie de la BnF a mené un important chantier de mise en valeur de ses fonds d’architectes français du XIXe siècle. Un premier programme s’est attaché en particulier au traitement des fonds des architectes Henri Labrouste, Jacques-Denis Antoine et Paul Abadie : restauration et microfilmage partiels en particulier pour les grands formats et certains calques très fragiles. Mais une bonne partie de ces fonds restait à inventorier, conditionner, restaurer, et décrire.

Dans la perspective du Projet Richelieu, un programme fut spécifiquement consacré à la personnalité d’Henri Labrouste (1801-1875), architecte de la Bibliothèque nationale de 1854 à 1875. Il a permis de classer et inventorier (dessins, manuscrits, objets, etc.) entièrement ce fonds d’une richesse unique, comme cela peut être constaté grâce à la numérisation opérée pour la bibliothèque numérique Gallica.

Après la publication de l’ouvrage portant sur le quadrilatère Richelieu. Quatre siècles d’histoire architecturale au cœur de Paris en 2017, paraissent désormais les actes du colloque Henri Labrouste et son temps que la BnF avait consacré à l’architecte.

Elle est l’oeuvre de Marc Le Cœur, qui menait les programmes mentionnés sous la direction de Corinne Le Bitouzé, et de Jean-Philippe Garric.

Argument

Auteur de deux réalisations magistrales, la bibliothèque Sainte-Geneviève et la Bibliothèque nationale, Henri Labrouste (1801-1875) présente à la fois l’image d’un enfant prodige du système – pensionnaire de la villa Médicis, chef d’atelier, puis membre de l’Institut – et celle d’un artiste en marge, introverti et indocile.
Si l’historiographie a parfois souligné leur portée novatrice, notamment dans l’emploi qu’il fit du métal, sa démarche et son œuvre s’enracinent pourtant dans son siècle, que l’architecte semble avoir traversé en trois temps : à l’École, puis à Rome, il est d’abord Labrouste jeune, au mitan de son parcours, il gagne un prénom, orthographié parfois « Henry », enfin, dans ses dernières années, son nom seul suffit à le désigner.
Ce livre reflète ces trois grandes séquences, qui impliquent aussi trois générations successives : celle de ses maîtres, architectes d’un autre siècle qui, de Charles Percier à Antoine Laurent Thomas Vaudoyer, portèrent l’architecture Beaux-Arts sur les fonts baptismaux, celle de ses condisciples et de ses compagnons, souvent qualifiée de « génération romantique », celle, enfin, de ses nombreux élèves et de ses enfants, qui connaîtront les développements du béton armé et les prémices des mouvements modernes. De sorte que, des années 1780, où se dessine la gloire de ses aînés, jusqu’à la fin des années 1920, où sa fille publie ses « souvenirs » et parachève sa légende, les essais réunis ici inscrivent l’architecte dans un très long XIXe siècle, mais aussi dans un paradoxe. Labrouste, considéré à juste titre comme l’un des enfants les plus audacieux des Beaux-Arts, y apparaît moins comme une figure singulière que comme le fil conducteur d’une histoire qui lie les derniers feux de l’Académie royale d’architecture aux élans de l’entre-deux-guerres.

Essais de Corinne Bélier, Martin Bressani, Hervé Doucet, Fabienne Doulat, Jean-Philippe Garric, Ralph Ghoche, Marie-Agnès Gilot, Marc Grignon, Guy Lambert, Marc Le Cœur, Sigrid de Jong, Natacha Lubtchansky, Caroline Soppelsa & Estelle Thibault.

Sommaire

Introduction

  • Un élève, un ami, un maître, par Jean-Philippe Garric et Marc Le Cœur

Les années de formation

  • De maître à élève : Augustin Nicolas Caristie et Henri Labrouste. Correspondance, 1822-1826, pat Marie-Agnès Gilot
  • Henri Labrouste, l’Étrusque. De l’Antiquité rêvée à l’archéologie, par Natacha Lubtchansky
  • Le progrès vers le primitif : le mémoire de Labrouste sur Paestum en perspective, par Sigrid de Jong
  • Le monument à La Pérouse : Labrouste et le topos d’un tombeau face à la mer, par Jean-Philippe Garric

L’œuvre dans son époque

  • Labrouste et la prison, par Caroline Soppelsa
  • « Que nos constructions conservent le caractère d’étais ». Labrouste, architecte attaché à la Commission des monuments historiques, par Corinne Bélier
  • Le monument funéraire comme paradigme du rapport au passé chez Labrouste, par Martin Bressani et Marc Grignon
  • Guillaume Abel Blouet et Labrouste, regards croisés, par Fabienne Doulat
  • « Un art nouveau complet ». On Simon Claude Constant-Dufeux’s Project for a Chamber of Deputies, par Ralph Ghoche

Labrouste en partage

  • « Mon cher maître et ami… » Parcours croisés de Labrouste et de ses élèves, par Marc Le Cœur
  • Entre Labrouste et Viollet-le-Duc, Gustave Klotz architecte de l’œuvre Notre-Dame à Strasbourg, par Hervé Doucet
  • Labrouste dans la généalogie des maîtres. Voies divergentes du rationalisme et conflits de mémoire académique dans la rénovation de l’enseignement de l’architecture à la fin du XIXe siècle, par Guy Lambert
  • Le rationalisme des enfants de Labrouste, par Estelle Thibault
  • Chronologie
  • Bibliographie
  • Index nominum

Information pratiques

  • Le Siècle de Labrouste. Un élève, un ami, un maître,
  • Dir. Jean-Philippe Garric, Marc Le Cœur
  • Paris : Éditions des Cendres, 2020
  • 1 vol. (284 p.) : ill. ; 24 cm
  • ISBN 978-2-86742-297-3
  • Prix : 42 €

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

De nouveaux carnets de recherche Hypothèses à la BnF

Fondée en 2009, la plateforme Hypothèses (https://fr.hypotheses.org/) de carnets en sciences humaines et sociales regroupe plusieurs milliers de blogs d’une grande variété de types. Le catalogue recense ainsi des carnets de programmes de recherche (973 au jour de la publication de ce billet), des carnets de chercheurs, de structures de recherche, de séminaires, de thèse, de vulgarisation, de master mais aussi de bibliothèques, de méthodologie, etc.

Certains départements de la Bibliothèque nationale de France ont adopté l’outil pour valoriser leurs collections et leurs activités scientifiques1.

Comme cela est le cas pour de plus en plus de programmes de recherche, les porteurs des programmes du plan quadriennal de la recherche de la BnF2 se saisissent de cette opportunité offerte par OpenEdition pour publier des carnets.

En voici le recensement :

Répertoire des Écritures Musicales du Département de la Musique

Ce programme vise à réaliser une base de données pour l’indexation des manuscrits musicaux conservés au département de la Musique de la BnF. La base de données sera dotée d’un outil de fouille automatique des images qui sera en mesure de proposer des concordances entre un manuscrit donné et ceux présents dans la base.

La Bibliothèque nationale sous l’Occupation. Des sources pour l’histoire du livre et des collections entre 1940 et 1946

Ce projet a pour but la description et l’étude des archives de l’établissement portant sur le fonctionnement administratif de la Bibliothèque nationale et l’enrichissement des collections (dons, échanges, acquisitions) de l’arrivée de Bernard Faÿ, le 6 août 1940 au retour effectif de Julien Cain à la tête de l’établissement, début 1946.

Les Contes de Perrault illustrés par Gustave Doré. Histoire éditoriale, analyse iconographique, valeur iconotextuelle

Ce projet de recherche a pour objet l’histoire éditoriale et l’analyse iconographique de l’ouvrage Les Contes de Perrault illustrés par Gustave Doré, publié chez Pierre-Jules Hetzel, en 1861, dont les différentes éditions et rééditions françaises et étrangères, sont conservées dans les collections du département Littérature et art, ainsi qu’à la Réserve des livres rares de la BnF.

  1. Ceux-ci sont listé dans la rubrique “Carnets collectifs” dans la navigateur situé à la droite de cette page. []
  2. Dispositif interne de financement de programmes de recherche sur 4 ans qui compte, pour l’exercice 2020-2023, 9 programmes. Voir : Plan quadriennal de la recherche 2020-2023. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Parution : les Grandes Heures d’Anne de Bretagne

C’est l’un des plus célèbres manuscrits au monde : enluminées au début du XVIe siècle par le peintre du roi Jean Bourdichon, les Grandes Heures d’Anne de Bretagne éblouissent par la beauté de leurs miniatures religieuses mais aussi par la richesse de leur décor végétal, sorte d’encyclopédie botanique en marge d’un texte destiné à la dévotion.

Sommaire

Les Grandes Heures d’Anne de Bretagne

Duchesse de Bretagne, deux fois reine de France, Anne était entourée d’une cour brillante où ses collections artistiques tenaient une place centrale. Trouvant son origine dans le trésor des ducs de Bretagne, cet ensemble n’eut de cesse de croître, par achats, cadeaux ou héritages. Les Grandes Heures en sont un joyau, aujourd’hui conservé à la Bibliothèque nationale de France. Les peintures de Bourdichon y sont portées à un très haut niveau, avec de forts effets de lumière (atmosphères nocturnes, couchers de soleil, lanternes) et des personnages à la beauté idéalisée et sculpturale. Mais ce sont aussi les bordures qui ont fait la renommée de ce manuscrit, que le botaniste Antoine de Jussieu a sollicité l’autorisation royale de consulter en 1722 : on y retrouve des centaines de variétés végétales et quantité d’insectes et de petits animaux représentés de façon réaliste.

Auteur : Maxence Hermant, conservateur, département des Manuscrits, Bibliothèque nationale de France, p. 4-29.

Portfolio

Nativité, Adoration des mages, Fuite en Egypte, calendrier, saints et saintes, pages florales, insectes et petits animaux… : ce portfolio reproduit 32 des plus belles pages du manuscrit et donne à apprécier l’art de Bourdichon à son sommet.

Auteur : Maxence Hermant, conservateur, département des Manuscrits, Bibliothèque nationale de France, p. 30-61.

Nouvelles de l’enluminure

Manuscrits enluminés de la collection Calouste Gulbenkian. Tarots enluminés au musée français de la Carte à jouer à Issy-les-Moulineaux. Trésors du duc d’Aumale à Chantilly.

Auteurs : Albert Châtelet ; François Avril, Conservateur général honoraire, département des Manuscrits, Bibliothèque nationale de France, p. 62-64.

Informations pratiques

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Parution : De la BN à la BNF : chronique de la Grande bibliothèque (1987-1991) : entretiens

De la BN à la BNF : chronique de la Grande bibliothèque (1987-1991) : entretiens
De la BN à la BNF : chronique de la Grande bibliothèque (1987-1991) : entretiens

La Bibliothèque nationale de France (BnF) se dresse aujourd’hui sur plus de sept hectares entre la Seine et le réseau ferré de la gare d’Austerlitz. Ses quatre tours, visibles de tous les coins de la capitale, constituent un des hauts lieux touristiques du paysage culturel français. Mais sa construction n’aura pas été un long fleuve tranquille. Entre la vieille Bibliothèque nationale de la rue Richelieu – alors dirigée par l’historien Emmanuel Le Roy Ladurie – et le projet élyséen d’une très grande bibliothèque (TGB) inscrite dans la suite des Grands Travaux, vont s’enchaîner polémiques, luttes intestines et manœuvres en tous genres.

En effet, le projet de transférer une partie des collections de la BN vers le futur site va être vécu, rive droite, comme un véritable casus belli en même temps qu’une mort annoncée. Comment l’idée de cette bibliothèque futuriste, dotée de toutes les vertus de la modernité, va-t-elle évoluer au fil des événements pour devenir la nouvelle Bibliothèque nationale ? C’est à cette question, et à quelques autres, qu’Emmanuel Le Roy Ladurie répond ici pour la première fois.

Réalisés entre 1987 et 1991, ces entretiens nous offrent un document exceptionnel sur le fonctionnement d’une institution culturelle et ses enjeux politiques, en l’occurrence une bibliothèque nationale tout à la fois lieu de transmission et de conservation patrimoniale. Un terrain familier pour cet historien de l’Ancien Régime qui ne s’interdit nullement, au fil des pages, quelques digressions sur son oeuvre, sa jeunesse militante, sa famille et plus largement la discipline historique.

Informations pratiques

  • Editeur : Paris : l’Harmattan, 
  • Date de publication : 11 décembre 2018
  • Description matérielle : 1 vol. (272 p.) ; 24 cm
  • ISBN : 978-2-343-15450-3
  • EAN13 : 9782343154503
  • EAN PDF : 9782140107634
  • Disponible dans les salles de lectures de la BnF : https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb45636997z
4e de couv.
4e de couv.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Parution : France et Angleterre : manuscrits médiévaux entre 700 et 1200

La Bibliothèque nationale de France a le plaisir d’annoncer la parution d’une publication menée dans le cadre du programme « France-Angleterre : manuscrits médiévaux entre 700 et 1200 », soutenu par la Fondation Polonsky.

Bibliologia 57

Argument

Grâce à un mécénat exceptionnel de la Fondation Polonsky, fondation dont l’objectif est de favoriser l’accès au patrimoine culturel du plus grand nombre, la Bibliothèque nationale de France et la British Library ont noué un partenariat inédit dans le domaine des manuscrits médiévaux autour d’un programme intitulé « France-Angleterre 700-1200 : manuscrits médiévaux de la BnF et de la British Library ». Il concerne 800 manuscrits, conservés pour moitié à la BnF pour moitié à la British Library, qui ont été sélectionnés en fonction de leur importance pour l’histoire des relations franco-anglaises au Moyen Âge, ainsi que pour leur intérêt artistique, historique ou littéraire. Produits entre le VIIIe et la fin du XIIe siècle, ces manuscrits couvrent des domaines très variés représentatifs de la production intellectuelle du haut Moyen Âge et de l’époque romane.

À l’occasion du lancement officiel des deux sites web réalisés dans le cadre du programme, la bibliothèque numérique « Gallica marque blanche » qui réunit tous les manuscrits du corpus et permet leur comparaison (BnF)1 et un site web à visée pédagogique proposant d’explorer une sélection de manuscrits (BL)2, un colloque international organisé par la BnF s’est tenu les 21-23 novembre 20183. Rassemblant différentes contributions consacrées aux manuscrits du corpus Polonsky et réparties en trois thématiques – histoire de l’art, acteurs et histoire des textes –, ces actes jettent un regard renouvelé sur les échanges culturels entre France et Angleterre au Moyen Âge, abordés dans une perspective interdisciplinaire.

Sommaire

Laurence Engel et Roly Keating
Préface

Charlotte Denoël et Francesco Siri
Introduction

HISTOIRE DE L’ART

Anne-Orange Poilpré
L’iconographie des Évangiles de saint Augustin et leur postérité?

Fabrizio Crivello
Prolégomènes à l’étude de l’enluminure carolingienne de Sens. À propos de la décoration du Sacramentaire Harley MS 2291-2292 de la British Library

Elizabeth Morrison
Founding a Visual Tradition for the Bestiary: London, British Library, Add MS 11283

Hanna Vorholt
The Ruled Line and the Drawn Line in Medieval Maps

ACTEURS

Stéphane Lecouteux
Les moines et leurs livres au Moyen Âge. Échanges spirituels, intellectuels, culturels et artistiques dans l’espace anglo-normand (Xe-XIIe siècle)

Benjamin Pohl
Who wrote Paris, BnF, latin 2342? The identity of the Anonymus Beccensis revisited

Richard Gameson
The Apostle of the English in a Manuscript from Flanders and English and Flemish Benedictine Libraries in the Twelfth Century

Laura Cleaver
Ralph of Diceto’s Opuscula and the Making of History at the End of the Twelfth Century

Emily A. Winkler
William of Newburgh, Henry II, and the Kings of France

HISTOIRE DES TEXTES

Laura Light
Genealogies, Chronicles, and the Interpretation of Hebrew Names: The Foigny Bible in Context

Laura Albiero
Interférences liturgiques entre la France et l’Angleterre

Lucile Trân-Duc
Échanges cultuels entre France et Angleterre (XIe-XIIe siècles): le manuscrit Paris, BnF, latin 5362

Frédéric Duplessis
La diffusion des scholies auxerroises sur Juvénal en Angleterre avant la conquête normande (IXe-XIe siècles)

Franck Cinato
La diffusion des signes de construction syntaxique entre la France et l’Angleterre

Monica H. Green
Medicine in France and England in the Long Twelfth Century: Inheritors and Creators of European Medicine

Laure Miolo
La Scientia stellarum entre la France et l’Angleterre

Informations pratiques

  • Editeurs : Charlotte Denoël, Francesco Siri
  • Description matérielle : 1 vol. (448 p.) : 10 ill. + 101 ill. en coul., 22 tableaux, 216 x 280 mm
  • Date de parution : 2020
  • ISBN : 978-2-503-58772-1
  • Langues : Français, Anglais
  • Prix : 90 €
  1. Voir : <https://manuscrits-france-angleterre.org/>. []
  2. Voir : <https://www.bl.uk/fr-FR/medieval-english-french-manuscripts>. []
  3. Voir : <https://www.youtube.com/watch?v=zF-gW-QW1q0> et <https://www.youtube.com/watch?v=nYIcvn_BSbE> []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Nouveau carnet de recherche : La Bibliothèque nationale sous l’Occupation

Un certain nombre de programmes de recherche menés par la Bibliothèque nationale de France (BnF) se saisit de l’opportunité offerte par l’OpenEdition Center (CLEO) pour créer des carnets de recherche sur la plateforme Hypotheses (https://hypotheses.org/) afin de rendre compte des étapes de la recherche en train de se faire, susciter des collaborations et annoncer manifestations, séminaires ou publications.

Ce fut ainsi le cas des carnets cités ici même dans le navigateur de droite.

Aujourd’hui nous avons le plaisir d’annoncer la publication du carnet de recherche du programme de recherche du plan quadriennal de la BnF : ARC-BN2GM : La Bibliothèque nationale sous l’Occupation : des sources pour l’histoire du livre et des collections entre 1940 et 1946.

https://arcbn2gm.hypotheses.org/

Le carnet a pour but de présenter le projet et son déroulement et de faire part des découvertes et des questionnements autour des méthodes de traitement archivistiques ou de problématiques historiographiques. Il se veut également un espace de dialogue entre professionnels (archivistes, bibliothécaires, chercheurs, étudiants…) intéressés par cette histoire et/ou notre démarche.

Les contributions sont ouvertes à tous après contact avec le comité éditorial : chercheur s’intéressant à l’histoire des bibliothèques, des archives et du monde culturel en général pendant cette période, chercheur associé, partenaire…

Tout jeune carnet, celui-ci affinera progressivement les aspects éditoriaux entre des sujets plus historiques et des problématiques plus archivistiques.

Le carnet de recherche est une oeuvre collective impliquant :

  • Anne Leblay-Kinoshita, cheffe de la mission pour la gestion de la production documentaire et des archives
  • Éve Netchine, directrice du département des Cartes et plans, Bibliothèque nationale de France (BnF)
  • Aurélie Outtrabady, adjointe à la cheffe de la mission pour la gestion de la production documentaire et des archives, Bibliothèque nationale de France (BnF)
  • Anaelle Lahaeye, assistante de recherche à la mission pour la gestion de la production documentaire et des archives, Bibliothèque nationale de France (BnF)
  • Yann Potin, maître de conférences associé à l’université Paris Nord (Histoire du droit) et chargé d’études documentaires au pôle Culture, département Éducation, culture, Affaires sociales des Archives nationales (AN)
  • Juliette Robain, responsable des imprimés anciens et estampes anciennes, département de la bibliothèque et de la documentation, Institut national d’histoire de l’art (INHA)
  • Juliette Trey, directrice adjointe du département des études et de la recherche, Institut national d’histoire de l’art (INHA)

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Enquêtes à la BnF : la BnF et vous

La BnF et vous
La BnF et vous

Depuis plus de 25 ans, la BnF conduit des études pour connaître ses publics. Il s’agit de comprendre les profils des lecteurs qui consultent les collections et la façon dont sont valorisées nos ressources. Tous les trois ans, une large enquête est reconduite par questionnaire : vous pouvez prendre de 10 à 30 minutes (en fonction de ce que vous faites à la BnF !) pour y répondre, ou consulter ce billet pour en savoir plus sur cette activité de la délégation à la Stratégie et la recherche de l’établissement.


Que nous ont appris les dernières  enquêtes menées auprès des publics de la Bibliothèque ?

Elles dessinent en creux les profils, variés, des usagers de la Bibliothèque : ainsi, les gallicanautes seraient les publics les plus âgés de la BnF, les trois-quarts des lecteurs en salle disent venir au moins une fois par semaine, et plus de la moitié des visiteurs d’exposition, même ceux pourtant plus jeunes de l’exposition Tolkien, déclarent avoir fait des études longues. Bien sûr, il importe d’approfondir au moyen d’approches qualitatives ces quelques traits. Ainsi, la BnF questionne-t-elle ses publics sur les souvenirs de leurs premières visites, leur exploration des ressources ou encore les utilisations des productions en ligne dans le milieu scolaire. Deux sociologues de l’établissement réalisent chaque année des entretiens, des observations, des analyses de traces, en fonction des demandes des services ou en tenant compte de problématiques émergeantes, avec le concours de prestataires ou d’équipes de recherche. Une synthèse des études conduites au cours des 25 dernières années est disponible ici.

Une enquête phare : « l’Observatoire des publics »

Parmi ces démarches, l’Observatoire des publics est une vaste enquête par questionnaire reconduite tous les trois ans pour cartographier les multiples usages des offres et services de l’institution. En 2020, cette enquête est administrée principalement en ligne et s’attache plus particulièrement à comprendre les pratiques documentaires des enquêtés, qu’ils soient visiteurs d’expositions, habitués des manifestations, chercheurs en salle de lecture, usagers des ressources en ligne ou lecteurs des publications de la BnF sur les réseaux sociaux. Répondre à l’enquête, même pour des usagers éloignés ou occasionnels, nous permet de mieux prendre la mesure des diversités de pratiques. Les données anonymement recueillies seront ensuite analysées pour les  comparer avec les résultats des  enquêtes précédentes, repérer les transformations à l’œuvre dans les usages mais aussi identifier les principales attentes et enfin s’en servir pour faire évoluer nos offres et services.

Les chercheurs qui souhaiteraient conduire tout ou partie d’un travail sociologique prenant la BnF comme terrain de leur recherche peuvent bien sûr contacter Irène Bastard ou Floriane Zaslavsky pour envisager une collaboration.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Parution mise à jour : Protection et mise en valeur du patrimoine des bibliothèques : recommandations techniques

En 1998, la Direction du livre et de la lecture avait assuré la coordination technique et la publication de l’ouvrage Protection et mise en valeur du patrimoine des bibliothèques : recommandations techniques.

Quelques décennies plus tard, le Service du livre et de la lecture a estimé que cet ouvrage de référence pour les professionnels nécessitait un important travail de refonte et/ou de mise à jour de certains chapitres (devenus obsolètes) et de rédaction de nouveaux textes portant sur des sujets et problématiques nouveaux, ou non traités dans l’ouvrage de 1998.

Assurant la coordination technique du projet, le Service du livre et de la lecture a constitué un groupe de travail chargé de mettre en œuvre et de coordonner le volet scientifique, avec l’aide de la Bibliothèque nationale de France. Tous les textes ont été rédigés par des experts en poste dans cette institution de référence en matière de conservation-restauration du patrimoine des bibliothèques.

Ce travail a été réalisé entre 2016 et 2019 par divers collègues de la Bibliothèque nationale de France sous la coordination de Philippe Vallas, adjoint au directeur du Département de la Conservation et celle d’Isabelle Bonnard, expert en restauration au sein du département, pour la partie restauration.

Certaines problématiques sont nouvelles par rapport aux recommandations initiales (conservation numérique plan d’urgence), voire inédites (désacidification).

Accès au document

Plusieurs textes sont consultables en ligne, sur les sujets suivants :

  • Dépoussiérage et entretien des fonds anciens, rares et précieux. 371 Ko

DÉPOUSSIÉRAGE ET ENTRETIEN DES FONDS ANCIENS.PDF

  • La désacidification de masse des documents écrits et graphiques. 413 Ko

DÉSACIDIFICATION DE MASSE.PDF

  •  La communication des documents patrimoniaux. 309 Ko

COMMUNICATION DES DOCUMENTS PATRIMONIAUX.PDF

  • La conservation des documents audiovisuels. 230 Ko

CONSERVATION DES DOCUMENTS AUDIOVISUELS.PDF

  •  La conservation des journaux. 698 Ko

CONSERVATION DES JOURNAUX.PDF

La reproduction de sauvegarde des documents patrimoniaux (3 sous-parties)

  • Numérisation et conservation. 281 Ko

LA REPRODUCTION DE SAUVEGARDE – NUMÉRISATION.PDF

  • La préservation numérique. 345 Ko

LA REPRODUCTION DE SAUVEGARDE – PRÉSERVATION NUM.PDF

  • Micrographie et conservation au XXIe siècle. 132 Ko

LA REPRODUCTION DE SAUVEGARDE – MICROGRAPHIE.PDF

  • La planification d’urgence et des interventions pour la sauvegarde des collections de bibliothèque. 694 Ko

PLANIFICATION D’URGENCE.PDF

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts