Archives de catégorie : Outils de la recherche

La BnF lance un site consacré à son histoire

2018 est une année exceptionnelle pour la Bibliothèque nationale de France puisqu’elle marque les 20 ans de l’ouverture de la bibliothèque de recherche (le Rez-de-jardin du site François-Mitterrand), inaugurée le 7 octobre 1998 et les 650 ans de la création de la Bibliothèque.

L’anniversaire de l’ouverture de la bibliothèque de recherche sera notamment célébré par une exposition consacrée à la création du site François-Mitterrand de la Bibliothèque nationale de France.

Croquis réalisés en 1990 par Dominique Perrault pour le projet de la future Bibliothèque François-Mitterrand © Dominique Perrault architecte / ADAGP

Conçue par l’architecte lui-même, Dominique Perrault, elle permettra dans une scénographie originale de revenir sur la genèse de ce bâtiment emblématique.

Au-delà de cet anniversaire, si l’on admet communément que la naissance de la bibliothèque remonte à l’an 1368, date de l’installation par le roi Charles V de sa bibliothèque personnelle au Château du Louvre, c’est donc le 650e anniversaire de la création de la Bibliothèque que l’on fête également en cette année 20181.

Pour célébrer ces anniversaires, la BnF a procédé à la rénovation de son Comité d’histoire, désormais doté d’un Conseil scientifique composé d’universitaires et lance un site (http://comitehistoire.bnf.fr/) qui permettra de faire mieux connaître ses travaux, de fédérer les recherches en cours et les ressources utiles à tous ceux qui s’intéressent à la longue histoire de la Bibliothèque royale, nationale, impériale, nationale de France…

Développé dans le cadre du plan quadriennal de la recherche 2016-2019, ce site propose des contenus sur l’histoire de l’Établissement et entend attirer les chercheurs en signalant des projets de recherche à mener.

La plateforme propose entre autres ressources appelées à s’enrichir :

Développé avec l’outil de gestion de contenu Drupal par Olivier Jacquot, coordonnateur à la recherche de la délégation à la stratégie et à la recherche, en charge de la documentation et diffusion numérique au sein du bureau du Comité d’histoire de la BnF, le site propose plusieurs moteurs de recherche dédiés à l’interrogation des importants ensembles documentaires qu’il propose :

  1. Ayant été dispersée en 1435, après la mort du roi Charles VI, une continuité de l’établissement se met davantage en place avec la reconstitution de la bibliothèque royale par Louis XI (1461-1483), après la guerre de Cent Ans []
  2. Précédemment consultable uniquement en intranet par le personnel de l’établissement. []
  3. En cours d’alimentation. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Api et jeux de données de la BnF : découvrez et utilisez les données de la BnF

Dans la continuité de sa politique d’ouverture des données, ce 23 novembre, la Bibliothèque nationale de France lance un nouveau portail donnant accès à ses API1 et ses jeux de données.

Le site web (http://api.bnf.fr/) a pour objectif de décrire et documenter l’ensemble des API qui permettent  d’interroger et de récupérer les métadonnées des catalogues et les collections numérisées de la BnF. Pour faciliter l’accès aux données et leur utilisation, des jeux de données (images et textes, métadonnées, statistiques) ont également été constitués et sont directement téléchargeables via le portail. Chaque API ou jeu de données y donne lieu à une présentation du contenu, une documentation technique, des précisions sur les droits d’utilisation et un accès direct aux données.

Le caractère ludique des ces données n’est pas à exclure car elles sont aussi mises à disposition pour que tout à chacun et notamment les chercheurs en humanités numériques les exploitent et inventent de nouveaux services ou fassent émerger de nouvelles problématiques liées aux données.

Vous trouverez notamment sur BnF API et jeux de données :

  • l’API d’affichage et de récupération des images de Gallica (IIIF), les API d’interrogation des métadonnées de Gallica et de BnF Catalogue général (SRU, Z39.50, OAI) et le sparql endpoint de data.bnf.fr,
  • des jeux de données qui constituent des extractions d’ensembles cohérents des catalogues (produits bibliographiques, dumps de data.bnf.fr),
  • des corpus documentaires réalisés dans le cadre de projets de recherche, par exemple les fichiers images et textes constitués dans le cadre du projet Europeana Newspapers,
  • des pages éditoriales (qui s’étofferont au fur et à mesure de l’avancée du projet) destinées à guider les utilisateurs dans la découverte et le choix des modes de récupération des données qui conviennent à leurs besoins.

Par cette publication, la BnF poursuit sa stratégie d’ouverture des données affirmée par l’adoption en 2014 de la Licence ouverte  pour l’ensemble de ses métadonnées, en structurant l’ensemble de son offre de diffusion de données. Il s’agit de simplifier ainsi l’accès à ces données et de susciter de nouveaux usages (alimentation de catalogues, création d’applications innovantes, fouille de données, datavisualisation, etc.) auprès de publics professionnels diversifiés (développeurs et développeuses, entrepreneurs et entrepreneuses, acteurs et actrices de la culture et de la chaîne du livre, chercheurs et chercheuses, digital humanists) ou tout simplement des amateurs et amatrices de culture.

Cependant, des conditions d’utilisation des données décrites et accessibles sur le portail BnF API et jeux de données sont différentes selon qu’il s’agit de métadonnées (Licence ouverte de l’Etat) ou de documents numérisés (conditions d’utilisation de Gallica). Pour certaines API et jeux de données fournis par des partenaires, des conditions d’utilisation spécifiques peuvent s’appliquer. Sur chaque page décrivant une API ou un jeu de données, la fiche technique précise la licence d’utilisation des données concernées.

L’ensemble des métadonnées décrivant les collections de la BnF (notamment les métadonnées de BnF Catalogue général, de BnF Archives et manuscrits, de Gallica, de data.bnf.fr) sont placées sous « Licence ouverte » de l’Etat.

Les métadonnées sont ainsi mises à disposition gratuitement, pour tout type de réutilisation, y compris commerciale, avec obligation de citation de la source. Il s’agit de promouvoir l’usage de données de référence et de qualité, sur le web, à des fins de mutualisation, de coopération et d’interopérabilité juridique, tout en permettant le suivi de ces réutilisations.

Les documents numérisés et accessibles sur la bibliothèque numérique Gallica sont soumis aux conditions d’utilisation de Gallica.

Ces documents sont pour la plupart des reproductions numériques d’œuvres tombées dans le domaine public provenant des collections de la BnF. Ces contenus sont considérés, en vertu du code des relations entre le public et l’administration, comme étant des informations publiques et leur réutilisation s’inscrit dans le cadre des dispositions prévues aux articles L. 321-1 à L. 327-1 de ce code :

  • La réutilisation non commerciale de ces contenus est libre et gratuite dans le respect de la législation en vigueur et notamment du maintien de la mention de source des contenus telle que précisée ci-après : « Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France » ou « Source gallica.bnf.fr / BnF ».
  • La réutilisation commerciale de ces contenus est payante et fait l’objet d’une licence. Est entendue par réutilisation commerciale la revente de contenus sous forme de produits élaborés ou de fourniture de service ou toute autre réutilisation des contenus générant directement des revenus. Cliquer ici pour accéder aux tarifs et à la licence

Pour en savoir plus sur les conditions d’utilisation de Gallica.

Pour tout renseignement qui ne trouverait pas sa réponse sur le portail, vous pouvez adresser un courriel à l’adresse suivante : coordination-bibliographique@bnf.fr

À vous de jouer !

  1. Application Programming Interface, https://fr.wikipedia.org/wiki/Interface_de_programmation []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

data.bnf.fr pour les nuls

Mis en ligne en 2011, data.bnf.fr permet de rendre les ressources de la BnF plus visibles des internautes et plus utiles sur le web. Ce site s’inscrit dans une démarche de la BnF d’ouverture des données et d’adoption des standards du web sémantique. Conçu sur le modèle FRBR, ce service permet de rassembler sur des pages web l’ensemble des ressources de la BnF sur un auteur, une œuvre ou un thème. Les données brutes de data.bnf.fr sont sous Licence ouverte de l’Etat.

data.bnf.fr couvre aujourd’hui une partie des ressources de la BnF, et poursuit son développement et son accroissement.

Dans l’univers croissant du Web de données, les chercheurs qui développent des portails documentaires ne manqueront pas d’être intéressés par les données fournies par data.bnf.fr, soit :

  • des URI pour les ressources, actionnables et pérennes ;
  • une exposition RDF en « Linked open data » pour les données de data.bnf.fr, disponible pour chaque page (par négociation de contenu) et pour toute la base ;
  • un service SPARQL endpoint pour interroger les données.

Par ce biais, la BnF s’inscrit dans l’environnement des données liées avec de nouvelles coopérations et partenariats dans et hors de la communauté des bibliothèques.

Pour tout savoir sur data.bnf.fr en 2 minutes 42, voici une vidéo :

Data BnF gathers BnF resources and external resources on pages devoted to an author, a work, a subject, a year or a place. The project intends to make the data produced by Bibliothèque nationale de France more useful on the Web, thanks to open data policy and the use of semantic web standards.

Pour les équipes de recherche qui souhaiteraient se lier à des données validées de la BnF ou mener des travaux de fouille de texte, signalons que le contenu RDF de data.bnf.fr est récupérable en totalité ou par type de ressource.

Sinon il est possible de récupérer un produit à façon via SPARQL, comme par exemple les 100 auteurs les plus étudiés. Des exemples de requêtes sont fournis dans le Guide SPARQL (en français) ou en anglais (BnF SPARQL guide).

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

MANUSCRIPTA : nouveau carnet de recherche

Un nouveau carnet de recherche, baptisé « MANUSCRIPTA : Manuscrits médiévaux conservés à la BnF » (https://manuscripta.hypotheses.org/), a été créé sur la plate-forme hypotheses.org.

Ce carnet vise à informer sur les actualités, comme les expositions en cours en France ou à l’étranger, les colloques ou conférences impliquant les fonds manuscrits médiévaux de la BnF. IL entend proposer une veille scientifique des publications sur les mêmes manuscrits et donne les renseignements bibliographiques lors de la parution de catalogues imprimés ou publiés en ligne. Les programmes de numérisation du patrimoine manuscrit de la BnF feront l’objet de billet et il renseignera les lecteurs sur les nouvelles acquisitions ou sur les restaurations effectuées des documents.
Le public visé est d’abord celui des médiévistes, qu’ils soient à leur premiers pas dans ce domaine ou qu’ils soient déjà affirmés dans leur domaine. Néanmoins, tout lecteur intéressé par les manuscrits médiévaux est également le bienvenu et il est invité à participer au débat soulevé par les billets publiés dans le carnet.

Le carnet de recherche MANUSCRIPTA est animé par :

Laura Albiero, docteur en paléographie, est spécialiste de manuscrits liturgiques. Ses recherches portent sur l’histoire du bréviaire au Moyen-Âge et sur la sémiographie des notations musicales. Elle coordonne le projet Iter Liturgicum Italicum à l’Institut de recherche et d’histoire des textes (CNRS, Paris).
Page personnelle sur academia.edu

Véronique de Becdelièvre, archiviste paléographe, est chargée de recherche au département des Manuscrits, service des Manuscrits médiévaux, dans le cadre du projet de recherche sur la librairie royale sous Charles V et Charles VI. Autres sujets de recherche et publications : La politique architecturale de la congrégation de l’Oratoire de France aux XVIIe et XVIIIe siècles ; L’ancienne abbaye cistercienne de Fontfroide (diocèse de Narbonne) aux XIIe et XIIIe siècles ; Le dernier contrôleur général des finances, Claude Guillaume Lambert (1726-1794).

Charlotte Denoël est archiviste paléographe et conservatrice en chef au Département des manuscrits de la Bibliothèque nationale de France où elle est en charge du service des manuscrits médiévaux. Ses travaux de recherche portent essentiellement sur le premier Moyen Âge et abordent les images dans une perspective transdisciplinaire. Les manuscrits et leur décor y sont analysés au prisme de l’histoire culturelle, de l’histoire de l’art et de l’iconographie. Charlotte Denoël a par ailleurs participé à diverses expositions et assuré le commissariat des expositions Trésors carolingiens. Livres manuscrits de Charlemagne à Charles le Chauve (BnF, 2007) et Les temps mérovingiens (Musée de Cluny, 2016-2017). Elle dispense également un enseignement sur l’enluminure médiévale à l’École nationale des chartes.
http://production-scientifique.bnf.fr/CV/denoel-charlotte

Christian Förstel, archiviste paléographe, docteur en philosophie,  est conservateur en chef chargé des manuscrits grecs au département des Manuscrits, auteur d’une thèse intitulée Marsile Ficin et les Ennéades : la genèse de la traduction et du commentaire de Plotin.
CV et liste des publications.
http://production-scientifique.bnf.fr/CV/forstel-christian

Maxence Hermant, archiviste paléographe, conservateur au département des Manuscrits,  a obtenu sa thèse de doctorat en Histoire de l’art pour sa thèse intitulée Art, artistes et commanditaires en Champagne du nord, milieu du XVe-fin du XVIe siècles. Il est chargé des manuscrits enluminés occidentaux des 15e, 16e et 17e siècles.
Page personnelle sur LinkedIn.
Publications

Delphine Mercuzot, archiviste paléographe, est conservateur au département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale de France, au sein duquel elle se consacre à la littérature médiévale française et à l’histoire des bibliothèques.
Page personnelle sur academia.edu.
Corpora.

Amandine Postec, archiviste paléographe, est conservateur chargé de manuscrits médiévaux au département des Manuscrits ; docteur en histoire de l’université Lyon II, auteur d’une thèse sur les Quodlibets de Matthieu d’Aquasparta.
Publications

Laure Rioust, archiviste paléographe, est conservateur au service des Manuscrits médiévaux du département des Manuscrits, spécialisée dans le domaine des manuscrits enluminés.
Publications

Francesco Siri, docteur en Histoire de la philosophie et histoire des idées (Université de Rome « La Sapienza »), coordonne le programme  France et Angleterre, 700 et 1200, soutenu par la Fondation Polonsky, au département des Manuscrits, service des Manuscrits médiévaux. Ses recherches sont consacrées aux écoles du XIIe siècle, à la transmission des œuvres latines médiévales, et au catalogage des fonds manuscrits des collections publiques et privées.

Marie-Hélène Tesnière, archiviste paléographe, est conservateur général au département des Manuscrits. Elle conduit le programme La Librairie des rois Charles V et Charles VI.
http://production-scientifique.bnf.fr/CV/tesniere-marie-helene

Louisa Torres, archiviste paléographe, est conservateur des manuscrits médiévaux et Renaissance à la bibliothèque de l’Arsenal. Elle a consacré sa thèse d’École des chartes à l’humanisme avignonnais du XIVe siècle.

Alexandre Tur, archiviste paléographe, est conservateur chargé de collections médiévales au département des Manuscrits, responsable de la base d’enluminures Mandragore. Il a consacré sa thèse d’École des chartes aux prédictions astrologiques annuelles dans l’Europe du XVe siècle.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Publication des schémas XML-TEI du projet Reliures (reliures.bnf.fr)

mois_de_marie_compose_le_pelle_btv1b55007376tLa Réserve des livres rares de la Bibliothèque nationale de France1 publie une nouvelle version des schémas de définition XML-TEI et personnalisations ODD qui encadrent le corpus Reliures BnF (reliures.bnf.fr). Ces documents sont disponibles sur le site : bibnum.bnf.fr/reliure

Pour mémoire, le projet d’encodage (reliures.bnf.fr/projet) a pour ambition de répondre aux enjeux très spécifiques de la description des reliures anciennes, modernes et même contemporaines, en s’attachant aussi bien à décrire les objets eux-mêmes (techniques, ornements), qu’à renseigner le contexte de leur création et écrire leur histoire en y incluant les données relatives aux ateliers, aux commanditaires et aux possesseurs.

L’objectif de cette mise à jour est de parachever le travail de documentation entamé en 2010 par Anna Markova et Florence Clavaud (dans le cadre d’un Master de l’École nationale des Chartes). Il s’agit donc ici de proposer une description entièrement revue, actualisée et cohérente des usages qui se sont établis au fil des ans et de l’évolution du corpus encodé. Les choix techniques et intellectuels qui ont été faits sont documentés par des définitions précises et un référentiel enrichi, illustrés d’exemples concrets.

La Bibliothèque nationale de France propose également à la communauté un manuel d’encodage afin qu’elle y trouve matière à réflexion dans le paysage actuel des humanités numériques ou matière à débat quant aux solutions proposées et retenues pour la description des reliures.

La publication est organisée de la manière suivante :

  1. Manuel d’encodage, avec une section recensant l’ensemble des balises utilisées (à l’image des Guidelines TEI) ;
  2. Personnalisation ODD et schémas liés, en quatre sections distinctes : notices reliures, notices personnes, notices collectivités et références bibliographiques ;
  3. Deux exemples de notices reliure en XML-TEI pour illustrer la minutie du travail d’encodage effectué dans le cadre du projet.

schemateiL’ensemble de cette documentation est téléchargeable et réutilisable sous réserve de mentionner la paternité de l’information et de citer explicitement le nom de la Bibliothèque nationale de France (Licence Ouverte).

La Bibliothèque nationale de France remercie l’Equipex Biblissima, dont la contribution a permis de mener à bien et à son terme cet important travail de mise à jour et de mise à disposition de la description du format lié au projet Reliures BnF.

La Bibliothèque nationale de France invite la communauté des digital humanists et des bibliothécaires souhaitant décrire des corpus de reliures à prendre connaissance de la publication sur bibnum.bnf.fr ainsi qu’à consulter les dernières mises à jour de la base reliures.bnf.fr

  1. Fabienne Le Bars, BnF, Direction des Collections, Réserve des livres rares, Responsable de la base Reliures et Lauranne Bertrand, BnF, DCO, Réserve des livres rares / Biblissima, Responsable développement de la base Reliures []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Un nouveau parcours guidé pour les Archives de l’internet

festivals bannière

Un nouveau parcours consacré à La ronde des festivals sur le web vient d’être mis en ligne sur les postes des salles de recherche.

L’été est la saison des festivals, dont les thèmes de plus en plus variés attirent un public croissant, à la recherche de formes inédites d’échanges. Depuis la fin des années 90, les archives de l’internet accumulent des instantanés historiques sur cette effervescence. Elles contiennent des pages sur la plupart des festivals français et donnent à voir des concerts de rock, des spectacles de marionnettes, des scènes de théâtre ou encore des lectures de poésie … La diversité et l’insolite sont mis en valeur dans ce parcours qui définit le festival de façon extensive, comme un lieu de rencontres où sont célébrés le lien social et la participation du public sur place ou à distance. Le numérique offre aussi de nouveaux modes d’expression : des bandes annonces de films sont publiées en ligne tandis que l’art numérique se joue directement sur le web ; il est même des festivals qui n’existent que sur la toile.

Dans une approche chronologique, le parcours présente d’abord le point de vue des organisateurs. Les éditos des sites web montrent bien souvent leurs intentions et les enjeux : découvrir de nouveaux talents, défendre une cause, offrir des lieux de rencontres sont autant de raisons pour lancer une manifestation et attirer des publics. Il est aussi nécessaire de penser au financement, à la programmation, au choix des artistes et à la logistique. Autant de préparatifs qui restaient confidentiels avant l’apparition du web mais qui, désormais, sont mis au grand jour. La question du financement devient un sujet ouvert aux internautes, qui peuvent apporter une contribution directe en ligne à côté des subventions publiques. De façon plus pragmatique, les internautes peuvent facilement réserver leur billet en ligne ou trouver une place en covoiturage. Tout cela n’était pas envisageable avant l’apparition du web et transforme la vie quotidienne.

Les réactions des publics et la mémoire des événements ont également leur place en ligne. En contribuant à la démocratisation de la culture, les festivals suscitent débats et polémiques. Les forums, les blogs, les réseaux sociaux sont autant de formes éditoriales propres au web qui facilitent l’expression citoyenne à côté de celle de la presse. Les internautes peuvent voter en ligne pour faire pencher le choix des jurys vers telle ou telle œuvre. Enfin, nombreux sont les sites web qui archivent les programmes et les descriptifs des œuvres, pour permettre à un public plus vaste que celui qui a assisté aux festivals de partager ce plaisir artistique. Le web favorise ainsi une plus grande circulation des créations et une meilleure connaissance des artistes et contribue  à la démocratisation de la culture.

Treize parcours pour vous guider

Ce parcours guidé est le treizième mis en ligne. Les précédents portaient sur des sujets aussi divers que le web militant, les images amateurs, les journaux personnels, les carnets de voyage, la vulgarisation scientifique ou l’internet électoral, par exemple.

Tous ces parcours guidés des archives de l’internet sont des sélections parmi les très nombreux sites collectés par la BnF. Ils proposent, pour chacun des sites retenus, une centaine par parcours,  une description, une illustration et un lien direct vers une page intéressante dans les archives, à partir de laquelle il est possible de rebondir, dans le temps ou dans l’espace de la toile.

Ils ne prétendent pas à l’exhaustivité, mais ont pour but de faire découvrir la richesse et la variété des archives. Ils ont vocation à la fois à guider les recherches dans la masse considérable de données que proposent les archives et à montrer pour chacun des domaines commentés en quoi le web change la donne et la nature des sources de recherche.

Les Archives de l’internet ont 20 ans

Les Archives de l’internet fêtent cet année un double anniversaire : les 10 ans de la loi attribuant à la BnF, en partenariat avec l’INA, la responsabilité du dépôt légal du web et les 20 ans des archives proposées. La BnF conserve en effet des archives du web qui s’étendent de 1996 à aujourd’hui, soit plus de 668 To de données et 26 milliards de fichiers.

Pour tenter de remplir au mieux sa mission de collecte des sites web, le dispositif choisi par la BnF évolue sans cesse pour tenter de suivre les évolutions très rapides du web, et repose sur une solution mixte qui mêle deux modes d’entrée : des collectes dites larges les plus automatisées possibles et des collectes ciblées beaucoup plus fines mais limitées en taille. Les collectes larges sont réalisées une fois par an à partir de la liste de tous les sites en .fr fournie par l’AFNIC et des listes de quelques autres hébergeurs, ce qui a donné environ 4,5 millions de sites lors de la dernière collecte à l’automne 2015. Ce mode de capture entièrement automatisé est la meilleure façon de collecter le tissu du web, c’est-à-dire les pages mais aussi les liens entre elles. Mais il a aussi des défauts : la profondeur de la capture est souvent insuffisante, les sites personnels et les blogs ne sont souvent pas collectés.

C’est la raison pour laquelle a été ajouté un deuxième mode d’entrée, les collectes ciblées, qui ont pour but de repérer plus précisément les sites qui pourraient échapper à la collecte large. Ce sont des collectes beaucoup plus limitées en nombre mais qui permettent de constituer des archives plus complètes, plus profondes et plus fréquentes. Elles sont lancées à partir de listes de sites repérés par des bibliothécaires spécialistes de chaque discipline, ainsi que des universitaires ou des partenaires extérieurs. À ce jour près de 39 000 sites sont ainsi archivés via les collectes ciblées, parmi lesquels de très nombreux blogs et sites personnels.

Des accès de plus en plus nombreux

Afin de protéger les auteurs et producteurs de sites et d’éviter tout risque d’utilisation non souhaitée, les Archives de l’internet ne sont pas mises en ligne, leur consultation ne peut s’effectuer qu’après accréditation dans les salles de Recherche de la BnF, à Tolbiac mais aussi à Richelieu et tous les autres sites de la BnF.

Mais vingt-six pôles associés, dans toutes les régions de France et d’outre-mer, ont également vocation désormais à les proposer dans leurs collections. La carte de ces accès distants s’étoffe au fil des mois et compte déjà onze bibliothèques ou établissements partenaires.

Les Archives de l’internet sont encore peu consultées par les chercheurs, alors même qu’elle pourraient devenir des sources principales ou complémentaires très appréciables dans des disciplines très variées.

Au-delà des parcours guidés, de nouveaux outils permettant un mode d’accès plus précis à ces sources devraient être mis en place à partir de la rentrée pour faciliter l’exploration et l’exploitation par la recherche de ce patrimoine d’un genre nouveau.

Christine Genin

Littérature française contemporaine, dépôt légal du web et valorisation en ligne au Département Littérature et art, Bibliothèque nationale de France

More Posts

Publication d’une concordance de cotes entre la BnF et les Archives nationales

Solène de la Forest d’Armaillé, doctorante1 qui a conduit le programme de recherche « Développement d’outils d’analyse, de documentation et de conservations des chartes scellées du département des Manuscrits » du plan triennal de recherche 2013-2015 de la BnF, publie la concordance des cotes entre les moulages conservés aux Archives nationales et les sceaux originaux desquels ils sont tirés, à la BnF, dans la collection « Lorraine » uniquement.

Le document est librement offert à la consultation des chercheurs dans le carnet de recherche du programme Trésors de cire. Sceaux et actes scellés de la Bibliothèque nationale de France à la page : Concordance des cotes de Lorraine (BnF)/Curzon (Archives nationales). Disponible en ligne : <https://sceau.hypotheses.org/concordance-des-cotes-de-lorraine-bnfcurzon-archives-nationales>.

La page reprend la concordance des cotes entre les moulages conservés aux Archives nationales et les sceaux originaux conservés dans la collection « Lorraine »2, elle même intégrée à l’ensemble « Provinces françaises » du département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale de France. Un tiers environ des moulages a été pris sur la collection de Lorraine de la BnF, cotes L1122-1213 .

Le fichier de base ayant servi à l’établissement du document, sans concordance à la pièce, est issu du Catalogue de la collection de moulages de sceaux dite « Collection Lorraine » établi par Henri de Curzon (1861-1942) et repris informatiquement en 2003 par Martine Lepany des Archives nationales. Ce catalogue décrit les moulages de sceaux recueillis dans divers fonds de manuscrits de la Bibliothèque nationale et, en particulier, dans la collection Lorraine (SC/L 1 à 1595).

Pour compléter cette importante ressource de nature à faciliter les recherche dans les collections sigillographiques de la BnF, Solène de la Forest d’Armaillé oeuvre à la transcription des différents tomes de l’Inventaire des sceaux de la collection des pièces originales du Cabinet des titres à la Bibliothèque nationale de Joseph Roman (1840-1924). Pour mémoire seul le premier volume est paru en 1909, (V-943p.), les volumes II (notices Nade à Ruault) et le volume III (Ruault à Zoboly) étant restés inédits et manuscrits.


Image de Une : ACTES DES ROIS DE FRANCE ou relatifs à leurs règnes (1195-1559). I. 51 Lettres des représentants du roi de France, Gilles, archevêque de Narbonne, Pierre, évêque d’Auxerre, Louis, comte d’Évreux, Robert, duc de Bourgogne, Amé, comte de Savoie, Jean, comte de Dreux, agréant les propositions, faites par les représentants des Flamands. 29 février 1304. Avec six sceaux.

  1. Croire dans les actes royaux français. Sémio-technologie et diplomatique des signes de validation modernes (1461-1610). Description disponible en ligne, url : <http://www.theses.fr/s92361> []
  2. Collection de Lorraine. Description []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Presse locale ancienne

La Bibliographie de la presse française politique et d’information générale, connue sous l’acronyme de « BIPFPIG », recense, département par département, les journaux français publiés de 1865 à 1944 initialement et des origines à 1944 pour les volumes publiés depuis 1980.

Après plusieurs années d’enrichissement des données du catalogue de la Bibliothèque nationale de France et de développement d’une base de consultation dédiée, cette importante ressource est désormais accessible en ligne sous le titre Presse locale ancienne, à l’adresse : http://presselocaleancienne.bnf.fr/

Le site donne accès à près de 1 400 journaux, pour un total de plus de 29 000 références. La recherche peut s’effectuer via une carte de France, par la liste des journaux publiés dans les différents arrondissements, les départements ou les régions de son choix. Dès lors qu’une version numérisée d’un journal est disponible, un lien est proposé var Gallica ou d’autres bibliothèques numériques.

Notons que la Bibliographie de la presse française politique et d’information générale dépasse le cadre des collections de la BnF : véritable catalogue collectif, elle recense de la façon la plus exhaustive possible tous les titres de presse politique et d’information générale des départements dussent-ils n’être conservés que dans des bibliothèques municipales et spécialisées, archives départementales et municipales, etc. C’est là que réside l’utilité de l’outil : signaler les lieux de conservation des collections de presse à l’échelle nationale.

Image en une : « Au petit déjeuner », huile sur toile de Laurits Andersen Ring (1898) (photo : Nationalmuseum, Suède)

Citer cet article : Olivier Jacquot, "Presse locale ancienne". Dans Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France, ISSN 2493-4437, 20 avril 2016. Disponible en ligne, url : <https://bnf.hypotheses.org/87> (consulté le 19 septembre 2018).

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

BnF’s blog

The Bibliothèque nationale de France collects, preserves and makes known the national documentary heritage.
The BnF’s historic mission aims to lead research programs in relation to the heritage of which it is responsible. This mission, reaffirmed in the BnF creation decree of 3 January 1994 is an important vector of its influence.
The research focuses on the collections of the Library but it often takes a national or international dimension, which relies on a network of public and private partners.
The BnF’s blog intends to report this activity by presenting research activities and thier results, scientific events and publications.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts