Archives de catégorie : Outils de la recherche

Le “Digital Muret” et l’archéologie au XIXe siècle (23/03)

À l’occasion de la mise en ligne du « Digital Muret », cette table ronde présentera et mettra en perspective les recherches menées dans ce programme depuis 2017.

Jean-Baptiste Muret, Recueil des monuments antiques, VIII, pl. 47, figurine de Sphinge trouvée en Cyrénaïque (collection Muret).
Jean-Baptiste Muret, Recueil des monuments antiques, VIII, pl. 47, figurine de Sphinge trouvée en Cyrénaïque (collection Muret).
Continuer la lecture de Le “Digital Muret” et l’archéologie au XIXe siècle (23/03)

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Publication des instruments de recherche de la Joie par les livres/Centre national de littérature pour la jeunesse

Dépliant diffusé par la bibliothèque de la Joie par les livres à Clamart (2009/050/0260). © BnF, archives administratives
Dépliant diffusé par la bibliothèque de la Joie par les livres à Clamart (2009/050/0260). © BnF, archives administratives

La mission Archives de la BnF conserve plusieurs versements d’archives du Centre national de littérature pour la jeunesse (CNLJ), rattaché à la BnF et successeur en 2008 de la Joie par les livres créée en 1963 et qui offre des ressources documentaires et des services sur la littérature pour la jeunesse et la lecture pour la jeunesse : actions de formation initiale et continue, publications et action internationale.

Carnaval organisé par la bibliothèque de la Joie par les livres à Clamart (2009/050/0260). © BnF, archives administratives
Carnaval organisé par la bibliothèque de la Joie par les livres à Clamart (2009/050/0260). © BnF, archives administratives

La mission a mis en ligne dans le catalogue BnF Archives et manuscrits l’ensemble des instruments de recherche décrivant les archives de La Joie par les livres, de l’association des Amis de la Joie par les livres et du Centre national de la littérature pour la jeunesse. Ces instruments vont du simple inventaire à l’instrument de recherche, mais consistent majoritairement en des bordereaux de versement.

Journal des enfants de la bibliothèque de la Joie par les livres à Clamart (2009/050/0260). © BnF, archives administratives
Journal des enfants de la bibliothèque de la Joie par les livres à Clamart (2009/050/0260). © BnF, archives administratives

L’inventaire des archives cotées 2009/050 a été établi à partir du récolement des archives de la Joie par les Livres lors de son rattachement à la Bibliothèque nationale de France, qui représentait un total de plus de 1800 boîtes. Les descriptions sommaires proviennent des informations figurant sur les boîtes versées. Un classement et des descriptions plus détaillés, conformes aux principes archivistiques, sont prévus mais il s’agit d’un travail de longue haleine en raison de l’importance matérielle du fonds. Pour le moment, seule la série historique de ce fonds (série H), a pu être traitée et recotée en 2019/024, tandis qu’un repérage d’archives éliminables a permis d’identifier les archives ne présentant pas d’intérêt historique ou administratif (essentiellement des éléments de comptabilité tels que des bons de commande et des factures) et donner lieu à l’élimination de la série Comptabilité, ainsi que de quelques boîtes éparses au sein des versements (ces éliminations figurent dans les descriptions).

Statuts de l'association  la Joie par les livres (2019/024/1/5) . © BnF, archives administratives
Statuts de l’association la Joie par les livres (2019/024/1/5) . © BnF, archives administratives

Les autres instruments de recherche sont des bordereaux de versement de différentes entités (secrétariat de direction, secteur formation…) qui versent très régulièrement leurs archives et donnent lieu à de multiples instruments de recherche, qu’on a donc souhaité regrouper pour plus de lisibilité pour les chercheurs.

Procès-verbal de la délibération du conseil d'administration de l'association  la Joie par les livres (2019/024/1/1) . © BnF, archives administratives
Procès-verbal de la délibération du conseil d’administration de l’association la Joie par les livres (2019/024/1/1) . © BnF, archives administratives

Depuis 2018 les archives éliminables sont prises en charge de façon différenciée des archives définitives afin d’éviter des opérations de reclassement susceptibles d’entraîner des changements de cotation.

L’ensemble des archives définitives versées depuis 2009 a fait l’objet d’un reconditionnement dans des matériaux plus appropriés pour la conservation définitive afin de garantir la bonne conservation des archives et leur protection en cas de sinistre.

Foucault Fiches de Lecture : ouverture de la plate-forme publique

Les porteurs du projet ANR Foucault Fiches de Lecture1 ont le plaisir d’annoncer l’ouverture de la plateforme FFL-Eman, accessible à l’adresse : http://eman-archives.org/Foucault-Fiches.

Le projet ANR Foucault Fiches de Lecture a notamment pour objectif de mettre en ligne plusieurs milliers de feuillets de notes de lecture de Michel Foucault, appartenant au fonds Foucault conservé au département des Manuscrits de la BnF depuis 2013 (sous la côte des Nouvelles acquisitions françaises : NAF 28730, URL : https://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc98634s).

Un premier échantillon de 3 boîtes (soit 1 855 pièces) a été publié via le système Eman-Omeka :

  • Boîte n°1 : Système pénal. Moyen-âge, XVIe siècle. [14 chemises, 335fiches]
  • Boîte n°39 : Freud. Sexualité. Folie. (Cours de Vincennes) [45chemises, 728 fiches]
  • Boîte n°44 A : Neurophysiologie Lagache & EEG. [36 chemises, 687 fiches]

La description archivistique, en particulier l’indexation des personnes et le relevé des références bibliographiques, sont le résultat d’un travail mené depuis 2017 et impliquant une équipe de chercheurs et ingénieurs.

Par ailleurs, la plate-forme accueillera prochainement 22 boîtes supplémentaires (voir l’inventaire complet réalisé par l’équipe : http://eman-archives.org/foucault-fiches/files/theme_uploads/Foucault-fiches-de-lecture_inventaire_chemises.pdf), et le site est encore en cours de construction.

Si vous êtes intéressé par les fiches de lecture de Foucault, et souhaitez participer au travail de description/enrichissement, veuillez contacter les porteurs du projet pour demander un accès à l’espace collaboratif privé.

Pour plus d’informations sur le projet FFL, voir le carnet de recherche : https://ffl.hypotheses.org

Michel Foucault © Roland Allard/Agence VU’
  1. Voir : https://anr.fr/Projet-ANR-17-CE38-0001 []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Parution : lancement du site SESPOA. Sceaux et empreintes de sceaux du Proche-Orient ancien

Les sceaux-cylindres ne sont pas noirs et blancs.

La Bibliothèque nationale de France et le LabEx Les Passés dans le présent sont heureux de pouvoir annoncer la mise en ligne des premiers résultats d’un projet de recherche visant à numériser et à faire connaître la collection des sceaux-cylindres orientaux conservés à la Bibliothèque nationale de France, à la fois par l’entremise du projet CDLI (Cuneiform Digital Library Initiative, <https://tinyurl.com/y6rua6g2>) et via les pages d’un nouveau portail web bilingue spécialement dédié : SESPOA, Sceaux et empreintes de sceau du Proche-Orient ancien <http://sespoa.huma-num.fr>.

La BnF abrite la deuxième plus grande collection de sceaux-cylindres orientaux en France, après celle du musée du Louvre. Avant notre travail, cette collection était surtout connue par l’ancien Catalogue de L. Delaporte, publié en 1910, où n’est cependant enregistrée qu’environ la moitié des quelque mille sceaux-cylindres aujourd’hui conservés à la BnF. L’objectif de notre projet est détaillé sur les pages du site SESPOA, où les visiteurs trouveront également des informations sur l’histoire de cette importante collection, qui a ingéré au fil du temps diverses collections privées plus petites. Les objectifs du projet et l’histoire de la collection sont également détaillés dans un article à paraître dans la prochaine livraison de la revue Syria (2019).

Le travail de numérisation et de présentation en ligne de la collection de sceaux-cylindres de la BnF est le fruit d’une collaboration entre la BnF et le pôle d’excellence (LabEx), Les passés dans le présent <http://passes-present.eu>, en coopération avec les universités d’Oxford et de Southampton au Royaume-Uni.

Le projet SESPOA est dirigé par Bertrand Lafont (CNRS Paris-Nanterre) et Jacob L. Dahl (Oxford), avec Nordine Ouraghi comme chercheur postdoctorant à Paris (archéologue Éveha financé par le LabEx) et Kate Kelley comme postdoctorante à Oxford (financée par le projet jumeau SIANE à Oxford). La majorité des travaux d’imagerie a été réalisée par Nordine et Kate, avec l’assistance de David Young de l’Université de Southampton (projet SIANE) qui a conçu et produit, avec Kirk Martinez et Jonathon Hare, également de l’Université de Southampton, le kit de capture numérique spécifiquement conçu pour les sceaux-cylindres.

Le projet SIANE1, Seals and their Impressions in the Ancient Near East, a été originellement un projet pilote de douze mois, financé par le Fonds John Fell de l’Université d’Oxford et qui a visé à mettre au point et à tester des méthodes innovantes et adaptées pour permettre la capture numérique de ces petits objets que sont les sceaux-cylindres, avec de premières applications dans les collections de la BnF et de l’Ashmolean Museum d’Oxford. Le kit de capture SIANE qui a été produit à cette occasion et utilisé par la suite est décrit dans les pages web du projet SESPOA. La numérisation des sceaux de la collection de l’Ashmolean Museum est en grande partie achevée et sera ajoutée aux sites CDLI et SESPOA à l’issue du traitement en cours des images et données.

Les porteurs du projet espèrent que leur travail sur ces deux collections clés de sceaux-cylindres, avec les technologies et outils de recherche novateurs qu’ils proposent, ouvriront la voie à la création de nouvelles mises en ligne de sceaux proche-orientaux, afin de favoriser les études sur la glyptique et l’histoire administrative de l’ancien Proche-Orient, le développement des humanités numériques dans ces domaines et la protection de ces divers corpus d’objets du patrimoine culturel mondial désormais si menacés.

  1. Le projet SIANE est décrit dans un article d’un volume édité par Kelley et Woods, “Digital Imaging of Artefacts: Developments in Methods and Aims”, publié en 2018 et disponible en ligne <http://www.archaeopress.com/public/displayProductDetail.asp?id=%7B5538CD4D-1A45-47F9-AACD-42A389B5ABCA%7D>. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Medieval Francophone Literary Culture Outside France

Le Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France se propose de recenser des ressources issues de programmes de recherche portant sur des collections de la bibliothèque.

Titre

Medieval Francophone Literary Culture Outside France

Pays

Royaume-Uni

Auteur(s)

  • King’s College London
  • University of Cambridge
  • University College London

Description

Ce projet mené de 2011-2015 visait à étudier l’expansion de la littérature francophone en Europe et au-delà vers 1200-c.1450. Il s’agissait d’explorer la transmission des textes littéraires le long de deux axes principaux : une route du nord qui s’étend de l’Angleterre à la Bourgogne et à la Rhénanie en passant par les Pays-Bas ; une route du sud à travers les Alpes jusqu’en Italie du nord et jusqu’en Méditerranée et en Adriatique, au Moyen-Orient.

URL

hhttp://www.medievalfrancophone.ac.uk/

À noter

  • L’outil exploite un nombre important de manuscrits de la Bibliothèque nationale de France : 19 de la Bibliothèque de l’Arsenal, plus d’une centaine du département des Manuscrits.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Le mariage sous l’Ancien Régime

Le Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France se propose de recenser des ressources issues de programmes de recherche portant sur des collections de la bibliothèque.

Titre

Le mariage sous l’Ancien Régime

Pays

Canada

Auteur(s)

Description

URL

https://mariage.uvic.ca

À noter

  • L’outil donne accès à des estampes de la BnF  : https://mariage.uvic.ca/toc_gravure.html
  • Chaque image fait l’objet d’une indexation originale car encore rare dans les humanités numériques puisqu’elles ont été balisées en XML-TEI à l’aide du logiciel Image Markup Tool. Des mots-clefs ont été ajoutés par zones de l’image, ainsi qu’une transcription de la lettre et une restitution en français moderne.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Archives numériques de la Révolution française

Le Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France se propose de recenser des ressources de référence, complémentaires des outils de signalement1 et de diffusion de la BnF2.

Titre

Archives numériques de la Révolution française = French Revolution Digital Archive

Pays

Etas-Unis

Langue(s)

Français et anglais. Le site est bilingue. Si les entrées des Archives parlementaires ont été traduites en anglais, les articles restent en français.

Auteur(s)

  • Stanford University Libraries
  • Bibliothèque nationale de France
  • Pilote du projet : Sarah Sussman

Description

Les Archives numériques de la Révolution française (ANRF) réunissent deux sources fondamentales pour la recherche : les Archives parlementaires (AP) et les Images de la Révolution française, large ensemble iconographique issu des collections de la Bibliothèque nationale de France. Ces deux corpus constituaient les Archives de la Révolution française, vaste ensemble documentaire rassemblé par la BnF et Pergamon Press à l’occasion du bicentenaire de la Révolution en 1989. Les AP y étaient accessibles en microfilm et les Images sur vidéodisque.

Les Archives parlementaires sont un recueil, au jour le jour, des débats et discussions qui ont eu lieu au sein des trois organes parlementaires exerçant le pouvoir législatif en France entre 1789 et 1794. 
Dans les AP, les noms d’orateurs, les dates, ainsi que les termes figurant dans les index publiés des AP, ont tous été marqués dans le texte, renforçant ainsi considérablement les capacités d’exploration de ce corpus. 

Les images sélectionnées pour les Archives numériques couvrent uniquement la période 1787-1799, des années précédant immédiatement le début de la Révolution jusqu’à l’apparition de Napoléon. Seule l’iconographie directement liée à la Révolution a été sélectionnée.

URL

URL : https://frda.stanford.edu

À noter

Les deux collections des Images et des Archives parlementaires peuvent être exploitées séparément mais le site permet également d’effectuer des recherches croisées. 

  1. Comme le catalogue général, http://catalogue.bnf.fr/, BnF archives et manuscrits, http://archivesetmanuscrits.bnf.fr/, BnF Médailles et Antiques, http://medaillesetantiques.bnf.fr/ []
  2. Comme la bibliothèque numérique Gallica, https://gallica.bnf.fr/ []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Digital Averroes Research Environment (DARE)

Le Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France se propose de recenser des ressources de référence, complémentaires des outils de signalement1 et de diffusion de la BnF2.

Titre

Digital Averroes Research Environment

Pays

Allemagne

Auteur(s)

  • Universität zu Köln, Philosophische Fakultät Fakultät, Thomas-Institut
  • Pilote du projet : Andreas Speer
  • Coordonnateur scientifique : David Wirmer

Description

Né en 2010, le projet entend donner accès à l’ensemble des textes d’Averroes. Le projet est très ambitieux car il entend fournir, pour chaque texte, la version numérisée, la transcription et les éditions. Si cette dernière partie pose  le problème des droits nécessaire à la diffusion en ligne des travaux, notons le nombre important de manuscrits déjà accessibles en version numérisée (plus de 700) et transcrite. Le visualiseur permet de lire la numérisation et la transcription en vis-à-vis.

L’interface de consultation n’est disponible qu’en anglais.

Le site lancé début 2018, propose 3 principaux accès :

  • works (oeuvres) : avec des filtres par catégories, traducteurs des textes  et langues (arabe, hébreu, latin)
  • sources : permettant d’accéder aux manuscrits par langue, pays de conservation, ville, lieu de conservation
  • bibliography : avec des filtres par type de média, catégories, oeuvres, noms, tranches de dates.

URL

URL : http://dare.uni-koeln.de/

À noter

L’outil donne accès à des collections de la BnF (chiffres de décembre 2018) :

  • Bibliothèque de l’Arsenal : 4 manuscrits (4 arabes, 1 hébreu)
  • Bibliothèque nationale de France : 152 manuscrits (89 hébreux, 57 latins et 7 arabes)

La majorité des copies numériques des manuscrits sont disponibles gratuitement à l’adresse suivante : https://bilderberg.uni-koeln.de.

Bref, de la belle ouvrage !

  1. Comme le catalogue général, http://catalogue.bnf.fr/, BnF archives et manuscrits, http://archivesetmanuscrits.bnf.fr/, BnF Médailles et Antiques, http://medaillesetantiques.bnf.fr/ []
  2. Comme la bibliothèque numérique Gallica, https://gallica.bnf.fr/ []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Le CCFr, qu’est-ce que c’est ?

Étudiants et chercheurs connaissent le Sudoc (système universitaire de documentation), soit le catalogue des bibliothèques de l’enseignement supérieur. Mais saviez-vous qu’il existe un métacatalogue encore plus important dans sa couverture et le nombre de documents signalés ?

Alimenté par la Bibliothèque nationale de France et ses partenaires, le Catalogue collectif de France (CCFr) offre un accès unique au patrimoine des bibliothèques françaises.

Le CCFr permet de localiser plus de 30 millions de documents conservés dans les bibliothèques françaises et donne accès au Répertoire national des bibliothèques et des fonds documentaires.

2 minutes pour tout savoir sur le CCFr


Le Catalogue Collectif de France – Qu’est-ce que c’est ?

Un accès unique et simultané aux grands catalogues français

Actuellement, le CCFr donne accès aux catalogues suivants :

  • BnF-CG : le Catalogue général de la Bibliothèque nationale de France,
  • Sudoc (système universitaire de documentation) : le catalogue des bibliothèques de l’enseignement supérieur,
  • Base patrimoine : un catalogue de plus de 6,8 millions de documents (fonds anciens, locaux ou spécialisés) conservés dans 202 bibliothèques françaises,
  • Bases Manuscrits et Archives : un catalogue de quatre bases dédiées aux manuscrits : le Catalogue général des manuscrits (CGM), BnF Archives et manuscrits, le Répertoire des manuscrits littéraires français du XXe siècle (Palme), et Calames (manuscrits conservés dans les établissements relevant de l’Enseignement supérieur),
  • Plusieurs catalogues intégraux de bibliotheques municipales : Dijon, Limoges, Rennes, Bordeaux, Montpellier, les villes-centres de la région Rhône-Alpes à travers le catalogue Lectura (Bourg-en-Bresse, Chambéry, Grenoble, Lyon, Roanne, Saint-étienne, Valence) et les onze bibliothèques patrimoniales de la Ville de Paris,
  • RACHEL : le catalogue collectif du Réseau européen des bibliothèques judaica et hebraica, sept bibliothèques spécialisées dans le domaine de la culture juive,
  • Réseau Valdo : catalogue du réseau européen de bibliothèques d’institutions protestantes ou associées.

Le Répertoire du CCFr

Le Répertoire recense plus de 5 000 bibliothèques et centres de documentation. Il fournit à la fois des informations pratiques et des renseignements sur les collections des établissements.
Le Répertoire permet en outre d’accéder à la description de plus de 3 500 fonds conservés dans plus de 500 bibliothèques tels que les fonds Montesquieu à la Bibliothèque municipale de Bordeaux ou le fonds gourmand à Dijon.

Historique

Créé à la fin des années 1990 dans le cadre d’un projet commun aux ministères en charge de la Culture et de l’Éducation nationale, le CCFr est géré par la Bibliothèque nationale de France, en partenariat avec le Service du Livre et de la Lecture du Ministère de la Culture, et l’Agence bibliographique de l’enseignement supérieur (ABES) du Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche.


Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

CartoMundi – Valorisation en ligne du patrimoine cartographique

Le Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France se propose de recenser des ressources issues de programmes de recherche, complémentaires des outils de signalement1 et de diffusion de la BnF2.

URL

http://www.cartomundi.fr/site/

Description

Pour aider les voyageurs, qu’ils soient  randonneurs ou automobilistes, les producteurs et diffuseurs de cartes et plans imprimés proposent des tableaux d’assemblage qui permettent de repérer la portion qui les intéresse d’un territoire cartographié à des échelles non reproductibles sur une seule feuille.

Exemples de tableaux d’assemblage de cartes Michelin

A l’autre bout de la chaîne éditoriale, les bibliothécaires emploient aussi des tableaux d’assemblage pour gérer et communiquer les fonds de leurs cartothèques, notamment pour identifier les cartes qu’ils possèdent.

Or, le site CartoMundi entend offrir des tableaux d’assemblages interactifs permettant de naviguer au sein du catalogue collectif des cartes et plans qu’il recense et de leurs reproductions. D’une certaine façon il a informatisé le travail auparavant effectué par les cartothécaires sur des fiches ou des tableaux imprimés. Ainsi, à partir d’un tableau d’assemblage virtuel, le public du site peut aisément identifier les cartes recensées par le site voire consulter leur version numérique quand les bibliothèques partenaires, dont la Bibliothèque nationale de France, ont procédé à leur numérisation.

Un accès cartographique géoréférencé permet aisément d’accéder au tableau d’assemblage d’un pays, d’une région, d’une ville pour ensuite visualiser le plus petit niveau de granularité produit par un éditeur de carte et possédé par une bibliothèque : à partir d’un planisphère interactif, un cadre permet de sélectionner la zone géographique recherchée.

Auteur(s)

  • Jean-Luc Arnaud, directeur de recherches au Centre National de la Recherche Scientifique – CNRS, Maison méditerranéenne des sciences de l’homme – MMSH, laboratoire Telemme, Aix-en-Provence

  • Le programme est porté par un consortium coordonné par l’Université de Provence, la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme et le laboratoire Telemme, avec la collaboration de la Bibliothèque nationale de France et de l’Institut géographique national

Pays

France

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Mandragore, base des manuscrits enluminés de la BnF

Le Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France se propose de recenser des ressources issues de programmes de recherche, complémentaires des outils de signalement1 et de diffusion de la BnF2.

Page d’accueil de Mandragore

URL

http://mandragore.bnf.fr/

Description

La base de donnée Mandragore est un effet secondaire d’un programme de recherche interne de la Bibliothèque nationale de France conduit par le département des Manuscrits autour des manuscrits enluminés. Le projet était porté par le Centre de recherche des manuscrits enluminés (CRME), entité interne créée par François Avril.

Le programme visait à recenser et cataloguer, en fonction de leur origine géographique, les manuscrits à peintures conservés à la bibliothèque. En 1989, ce projet de recensement et de catalogage s’est vu complété du projet de constitution d’une base de données pour enregistrer le matériel iconographique contenu dans ces manuscrits. Ce volet était réalisé par l’ingénieur d’études Jean-Pierre Aniel et la technicienne de recherche Nicole Fleurier.

À partir de là, le projet Mandragore est devenu un programme à part entière consistant à mener l’indexation iconographique des manuscrits en employant un même thesaurus pour l’ensemble des manuscrits, qu’ils soient occidentaux ou orientaux. Pour ces derniers, il était prévu de couvrir toutes les peintures des manuscrits persans de la BnF (achevé en février 1993 avec plus de 6000 images indexées), 25 manuscrits orientaux de la collection Smith-Lesouëf, les manuscrits coptes (achevé en novembre 1993), les manuscrits syriaques et géorgiens (achevé en janvier 1995), éthiopiens, arabes (160 manuscrits représentant 6000 images), arméniens, hébreux et turcs, et éventuellement des manuscrits indiens et sanskrits.

Au départ uniquement accessible en interne, le projet de publication de la base a été porté par Monique Cohen. Au terme de sa mise en ligne, le travail d’enrichissement et d’indexation s’est poursuivi – et se poursuit – dans le cadre des activités scientifiques du département des Manuscrits.

En accroissement continu, la base compte plus de 170 000 notices analysant des œuvres conservées du département des manuscrits mais aussi de la Bibliothèque de l’Arsenal employant un vocabulaire de plus de 18 000 descripteurs.

Chaque manuscrit et chaque enluminure font l’objet d’une notice bibliographique et iconographique structurées, réalisées selon des principes de catalogage préétablis et un contrôle strict des formes retenues (œuvres copiées, enlumineurs, date et lieu de décor, scène représentée, texte rubriqué, inscriptions dans l’image et notes).

L’indexation applique un vocabulaire iconographique multilingue (français, anglais, allemand, espagnol, italien) de 20 349 termes. Ce référentiel est construit selon les principes de description du Système descriptif des représentations de François Garnier, commandité en 1981 par le Ministère de la Culture et le Centre National de la Recherche Scientifique , mais a largement dépassé ce cadre de départ au fur et à mesure de son enrichissement. Il se rapproche en cela des thésaurus des bases de données Initiale (CNRS, enluminures des bibliothèques publiques de France) ou Joconde (Ministère de la Culture, collections des musées de France), conçus selon les mêmes principes, mais dont l’évolution s’est faite séparément.
Le vocabulaire iconographique de Mandragore n’est pas hiérarchisé, mais les concepts qui le composent sont classés selon les principales classes et sous-classes de la classification décimale de Dewey.

Au gré du développement de la numérisation, cette indexation est complétée de l’image numérisée de l’iconographie avec plus de 80 000 images.

Pays

France

Langue(s)

Français

Auteur(s)

Bibliothèque nationale de France (BnF)

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

COLLECTA : Archive numérique de la collection Gaignières (1642-1715)

Le Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France se propose de recenser des ressources issues de programmes de recherche, complémentaires des outils de signalement1 et de diffusion de la BnF2.

URL

https://www.collecta.fr

Description

Ce site résulte d’un programme de recherche porté par l’École du Louvre, mené en collaboration avec l’Université de Paris I-Sorbonne en partenariat avec la Bibliothèque nationale de France et l’IRHT.

Collecta est une base de données qui reconstitue la collection dispersée de l’antiquaire du XVIIe siècle François-Roger de Gaignières (1642-1715) dispersée entre différents lieux de conservation (plusieurs départements de la Bibliothèque nationale de France et la Bibliothèque Bodléienne d’Oxford). Construite à partir des anciens inventaires, la base de données et son interface permettent de redonner une vision globale de la collection avant sa dispersion et de retrouver le système classificatoire très perfectionné mis en place par l’antiquaire.

Elle permet un accès aux documents conservés numérisés en lien avec les sites des institutions détentrices et elle fait le lien avec les documents des XVIIIe et XIXe siècles montrant un usage ultérieur de la collection.

La collection de papier de l’antiquaire du XVIIe siècle François-Roger de Gaignières offre une vaste documentation textuelle et iconographique constituée d’originaux et d’une majorité de copies, servant l’histoire de la noblesse et de la monarchie française, l’histoire des monuments ou encore celle du costume.

Auteur(s)

Direction

  • Anne Ritz-Guilbert (historienne de l’art – enseignant-chercheur hdr, École du Louvre).
  • Sophie Fétro (designer – maître de conférences en design, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

Membres associés au projet

  • Pascal Schandel (historien de l’art – chargé de mission, École du Louvre)
  • Anthony Masure (designer d’interfaces – chargé de mission, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
  • Matthieu Lacroix (développeur-programmeur)
  • Josselin Morvan (encodeur TEI)
  • Virginia Cassola (doctorante, École du Louvre)
  • Camille Jolin (élève en Master 2, École du Louvre)
  • Anne-Sophie Rincel (élève en Master 2, École du Louvre)
  • Stéphane Lab (élève en Master 2, École du Louvre)

Pays

France

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Manuscrits en caractères hébreux conservés dans les bibliothèques de France

Le Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France se propose de recenser des ressources issues de programmes de recherche, complémentaires des outils de signalement1 et de diffusion de la BnF2.


Haggadah de Pâque (hébreu)

Description

Les manuscrits sont utilisés beaucoup plus fréquemment mais ils le sont sur des reproductions dont le support est essentiellement électronique, même si on peut en faire un tirage papier. L’établissement d’une paléographie hébraïque médiévale nous permet désormais de donner une bonne description matérielle des manuscrits et de proposer une datation et une localisation très probables. L’étude des textes en caractères hébreux et de leur publication durant le Moyen Âge a montré que la majorité d’entre eux ne dérivent pas d’un seul original mais de plusieurs.

La recherche menée sur les manuscrits datés nous a montré que les manuscrits hébreux sont fortement marqués par l’individualité des circonstances de la copie, souvent faite pour l’usage personnel du scribe. En conséquence, une importance beaucoup plus grande doit être attribuée au manuscrit hébreu médiéval en tant qu’objet historique. Il est unique à tous les points de vue ; et c’est avec une attention accrue que l’on doit décrire les témoins matériels et textuels de cette histoire particulière : codicologie, paléographie, reliure, notes de possesseurs, en caractères hébraïques ou en d’autres caractères, censure, ex-libris et estampilles. Ces détails sont en relation étroite avec le texte et ils en révèlent souvent les particularités. Ils doivent donc être donnés avec précision. On veut désormais en rendre compte au lecteur de manière détaillée et explicite. Nous ne croyons plus à une totale neutralité de la science historique. Certes, tous les détails doivent être décrits avec la plus grande exactitude possible ; cependant, un lien de compréhension et d’intimité unit le catalogueur, personne humaine, allant à la rencontre d’autres personnes humaines (celles qui ont laissé dans ce manuscrit la trace de leur main et de leurs idées), C’est une rencontre personnelle et c’est parce qu’elle est personnelle que le lecteur du catalogue comprendra à son tour le manuscrit.

Responsable(s)

  • Philippe Bobichon, chargé de recherche CNRS, membre de la section hébraïque de l’IRHT
  • Laurent Héricher, chef du services des Manuscrits orientaux, Bibliothèque nationale de France
  • Colette Sirat,  directeur d’études à l’École Pratique des Hautes Études

Volumes parus

2016

2015

2014

2011

2008

2006

Editeur

Brepols : http://www.brepols.net/Pages/BrowseBySeries.aspx?TreeSeries=CMCH

Pays

France

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

A Comprehensive Edition of Tocharian Manuscripts (CEToM)

Le Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France se propose de recenser des ressources issues de programmes de recherche, complémentaires des outils de signalement1 et de diffusion de la BnF2.

URL

https://www.univie.ac.at/tocharian/?home_fr

Description

L’objectif de ce site est de proposer une édition complète des textes tokhariens : reproduction numérique de l’original, transcription et traduction des dits textes. Le site décrit les collections de Londres, Paris (Bibliothèque nationale de France (collection Pelliot), Saint-Pétersbourg, Berlin (collection Turfan).

Le site est disponible (pour l’introduction) en anglais, allemande, français, russe, japonais et chinois.

La rubrique “Manuscrits” permet de consulter la liste de tous le textes tokhariens recensés dont ceux de la Bibliothèque nationale de France, conservés au département des Manuscrits, sous la cote : PK-n° pour “Pelliot Koutchéen”. Cela concerne les manuscrits numérotés 676 à 833 de la base.

La rubrique “Words” donne accès à une liste alphabétique de tous les mots compris dans les manuscrits.

Il est intéressant de noter que le site n’est développé qu’en PERL et HTML.

Auteur(s)

Pays

Autriche

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Filemaker versus web sémantique

Comme tout laboratoire ou institution menant ou finançant des programmes de recherche, la Bibliothèque nationale de France fut confrontée à la problématique des bases de données développées par les chercheurs dans le cadre de leurs programmes.

Bien souvent, pour la création d’une base de données relationnelle, faute d’ingénieurs1 et de compétences personnelles en développement informatique, mais aussi faute de crédits pour solliciter des prestations dédiées, le choix se porte vers un logiciel propriétaire au format propriétaire, par exemple MS Access, mais plus communément encore, notamment en sciences humaines et sociales, le logiciel FileMaker Pro2.

Cela se comprend et peut se justifier pour des travaux individuels, notamment dans le cadre d’une thèse qui doit être menée selon un rythme soutenu et quand la base n’a pas vocation, ni à être publiée en ligne, ni à être pérennisée. Cette assertion est évidement sujette au caution devant l’injonction croissante de la preuve qui conduit de plus en plus à fournir les données ayant permis d’obtenir des résultats. Le principe de la science ouverte implique de fournir, sinon la base de données, du moins le jeu de données ayant permis d’obtenir des résultats, afin de permettre à d’autres de rejouer le jeu, afin de confirmer ou d’infirmer les conclusions3.

Or, comme le confirment les témoignages de jeunes chercheurs4, FileMaker leur est recommandé par leurs professeurs, fussent-ils ingénieurs “pratiquant des humanités numériques”.

Autre preuve, Access et Filemaker sont les seuls logiciels de bases de données cités par Sébastien Poublanc dans son billet « Sur le bureau de l’historien » de La boîte à outils des historien·ne·s5.

La question de l’emploi de FileMaker et surtout de la pérennisation des bases créées se pose régulièrement à tout nouveau développeur6.

Dans le cadre de programmes collaboratifs de recherche, l’emploi de telles bases se justifie d’autant moins dès lors que l’un des objectifs du projet consiste à mettre en ligne la base, à la publier sur le web, ce qui soulève les questions de sa mise à jour, de sa pérennité et surtout de son interopérabilité. Pour les informaticiens se pose également le problème, souvent ignoré des chercheurs, du maintien en condition opérationnelle, c’est-à-dire de l’évolution nécessaire des matériels et logiciels pour garantir dans le temps la disponibilité du produit développé. Cela a un coût humain et financier rarement pris en compte par les chercheurs car relevant, à leurs yeux, des problématiques propres à la direction des systèmes d’information (DSI) de leur laboratoire ou de leur université.

Petit à petit, l’action d’acteurs comme la TGIR Adonis devenue Huma-Num porte auprès des équipes adoptant les bases PHP/SQL voire se lançant même dans les technologies du web sémantique pour gérer des données structurées et liées. Cependant, malgré les multliples interventions
de ces infrastructures et consortia7 oeuvrant pour l’interopérabilité et la pérennisation des BDD dans maints colloques et actions nationales de formation (ANF)8, l’usage de la base de donnée propriétaire et fermée sur elle-même, reste encore largement répandu, et ce malgré le succès des «  humanités numériques » mises à toutes les sauces ainsi que les différentes injonctions des financeurs de la recherche et du CNRS en faveur des données ouvertes.

L’emploi de logiciels propriétaires par les laboratoires ne manquent pas d’étonner depuis la circulaire n° 5608-SG du 19 septembre 2012 et son annexe qui s’attachent à promouvoir le logiciel libre dans les administrations et ont mené à la mise en place d’un socle interministériel de logiciels libres (SILL)9. Il faut croire que la “liberté” de l’enseignant-chercheur, garantie par le Code de la recherche, l’exonère de se considérer comme fonctionnaire ou du moins de relever de l’administration.

Par ailleurs, il faut bien reconnaître que les facilités offertes par les éditeurs commerciaux de logiciels n’aident pas ce mouvement vertueux vers le “libre”, l’interopérabilité ou l’accès ouvert. Ainsi, la fonction « Publication Web instantanée » proposée par l’éditeur de FileMaker Pro, « qui intègre tous les logiciels requis pour la publication d’une base de données sous forme de pages Web sur un réseau local ou intranet »10 s’avère être un concurrent de poids du pack NAKALONA11 de l’infrastructure Huma-Num.

D’aucuns persistent à oeuvrer pour que les nouvelles générations de chercheurs adoptent les bonnes pratiques déjà mentionnées. Ainsi par exemple de cette école d’été organisée en 2017 par l’Université Paris 1 et l’Université du Québec à Montréal (UQAM)12.

Dans le même état d’esprit qu’HumaNum ou de l’Agence nationale de la recherche, du temps de son appel “Corpus”, la Bibliothèque nationale de France, dans son appel à projets interne pour son plan quadriennal de la recherche (http://c.bnf.fr/xu5), a prescrit quelques bonnes pratiques à respecter dès lors qu’un projet envisageait la création d’une base de données. Rappelons que c’est ce dispositif qui a financé des bases telles que Mandragore (http://mandragore.bnf.fr), la base de données iconographiques du département des Manuscrits développée en 1989 avant la naissance du web avec MS Access et mise en ligne en 2003, mais aussi la base des Reliures numérisées de la Bibliothèque nationale de France (http://reliures.bnf.fr), première base de la BnF gérant des fichiers XML-TEI ou encore BP16, le Renouard13 numérisé de la Bibliothèque nationale de France (http://bp16.bnf.fr).

Hors de France, la problématique des bases de données est la même. Des organismes oeuvrent à diffuser de bonnes pratiques, comme par exemple le JISC14, le Arts and Humanities Research Council (AHRC)15, ou encore l’American Council of Learned Societies qui a publié en 2006 le rapport Our Cultural Commonwealth16 qui, pour la création d’une infrastructure pour les sciences humaines et sociales, recommande qu’elle ait 5 caractéristiques :

  1. It will be accessible as a public good.
  2. It will be sustainable.
  3. It will provide interoperability.
  4. It will facilitate collaboration.
  5. It will support experimentation.

Pour y parvenir, 8 recommandations sont énoncées :

  1. Invest in cyberinfrastructure for the humanities and social sciences, as a matter of strategic priority.
  2. Develop public and institutional policies that foster openness and access.
  3. Promote cooperation between the public and private sectors.
  4. Cultivate leadership in support of cyberinfrastructure from within the humanities and social sciences.
  5. Encourage digital scholarship.
  6. Establish national centers to support scholarship that contributes to and exploits cyberinfrastructure.
  7. Develop and maintain open standards and robust tools.
  8. Create extensive and reusable digital collections.

Même si la question des bases de données n’y est pas directement abordée, il peut être utile de rappeler le travail de la Visual Resources Association qui diffusait en 2006 un Cataloging Cultural Objects: A Guide to Describing Cultural Works and Their Images ((Murtha Baca, Patricia Harpring, Elisa Lanzi, Linda McRae, Ann Baird Whiteside, Cataloging Cultural Objects: A Guide to Describing Cultural Works and Their Images, Chicago : ALA Editions, 2006, XIII-396 p. Disponible en ligne, url : <http://cco.vrafoundation.org/index.php/toolkit/cco_pdf_version/>.)) recommandant l’établissement de liens et l’emploi de vocabulaires contrôlés. Utile à mentionner quand on constate le relatif retard pris pas l’histoire de l’art en matière d’humanités numériques.

En 2007, la National Information Standards Organization diffusait la 3e édition de son A Framework of Guidance for Building Good Digital Collections17, soit un recueil de bonnes pratiques pour créer et gérer des collections numériques.

En Europe, il convient de mentionner l’action des Archives fédérales suisses qui, dès 2007, proposaient une solution complète d’archivage des bases de données, avec le SIARD (Software Independent Archiving of Relational Databases)18 qui est un standard de mise en forme XML de données provenant de tout système de base de données. Pour effectuer une conversion du format de données source dans le format standard SIARD, les Archives fédérales proposent un logiciel libre de conversion. Le standard permet de stocker des données et leur structure dans des fichiers texte (XML), ce qui est de nature à permettre de pérenniser l’accès aux données.

En France, il faut citer l’action du Centre informatique de l’enseignement supérieur (CINES) qui mène des actions comparables, avec par exemple la publication en 2013 du Guide méthodologique sur l’archivage des bases de données ((Philippe Prat ; Lorène Béchard, Guide méthodologique sur l’archivage des bases de données, [S. l.] : Centre informatique National de l’Enseignement Supérieur, 2016, 24 p. Disponible en ligne, url : <https://alfresco.cines.fr/alfresco/d/d/workspace/SpacesStore/ca323bcc-804a-43e3-822f-5d18fa304dff/GM_archivage_BDD.pdf>.)) ou encore la mise au point du Standard d’Echange de Données pour l’Archivage (SEDA)19.

Bref, le chemin pour mener à des bases de données ouvertes, documentées et pérennes, est long mais progresse au gré des recommandations et des initiatives vertueuses comme la publication de la liste des sites web hébergés par Huma-Num (https://www.huma-num.fr/annuaire-des-sites-web), de nature à donner à voir les résultats tangibles de l’application des bonnes pratiques de la science ouverte.

  1. Ingénieurs de recherche (IR), ingénieurs d’études (IE) ou assistants ingénieurs (AI). []
  2. Le fort taux d’équipement en MacBook dans le monde académique pourrait expliquer l’entrisme de FileMaker, filiale d’Apple Inc., auprès des chercheurs – même si une majorité d'”humanistes digitaux”, adeptes des “bonnes pratiques” (Guides de bonnes pratiques, url : <https://www.huma-num.fr/ressources/guides>) sont également équipés de la marque de Cupertino… []
  3. « Les données primaires de la recherche étant affichées, elles peuvent être corroborées, critiquées ou interprétées par quiconque possédant l’expertise ou la compétence nécessaire, qui peut alors participer à l’effort de collaboration.», Contributeurs de Wikipédia, “Science ouverte”, Wikipédia, l’encyclopédie libre, 6 juin 2018. Disponible en ligne, url : <http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Science_ouverte&oldid=149276531>. []
  4. Raphaëlle Talbot, https://hcp.hypotheses.org/4918 et Clémentine Souchaud, https://acares.hypotheses.org/953 []
  5. Sébastien Poublanc, « Sur le bureau de l’historien », La boîte à outils des historien·ne·s, 15 juin 2015. Disponible en ligne, url : <http://www.boiteaoutils.info/2015/06/sur-le-bureau-de-lhistorien/>. Cette assertion est à relativiser avec la mention de Base et MySQL par Émilien Ruiz, dans son billet du 21 mars 2015 : Émilien Ruiz, « Se former aux logiciels de bases de données », La boîte à outils des historien·ne·s, 21 mars 2015. Disponible en ligne, url : <http://www.boiteaoutils.info/2015/03/fomations-bdd/>. []
  6. Comme le dit Matthieu Thivet « Quel avenir pour les multiples BDD produites par les étudiants ? », dans Matthieu Thivet, Base de données archéologiques. Disponible en ligne, url : <https://theta.obs-besancon.fr/IMG/pdf/JBDD_MatthieuThivet.pdf>. []
  7. CAHIER – Corpus d’Auteurs pour les Humanités : Informatisation, Édition, Recherche,Archives des ethnologues, CORLI – Corpus, Langues et Interactions, Consortium 3D-SHS, MASA – Mémoires des archéologues et des sites archéologiques, COSME – Sources Médiévales, IMAGEO – Cartes et photographies pour les géographes, Musica, ArchiPolis – Archives des sciences sociales du politique, ArcMC  – Archives des mondes contemporains []
  8. Comme par exemple « Concevoir et exploiter les sources numériques de la recherche en SHS », url : <http://anf.msh-vdl.fr>. []
  9. Socle logiciels libres. Disponible en ligne, url : <http://references.modernisation.gouv.fr/socle-logiciels-libres>. []
  10. Selon « Publication de bases de données sur le Web », Aide FileMaker Pro 12. Disponible en ligne, url : <https://fmhelp.filemaker.com/help/12/fmp/fr/html/publish_web.html>. []
  11. Cf. Diffuser ses données, https://www.huma-num.fr/services-et-outils/diffuser#nakalona []
  12. Méthodes et outils numériques : les bases de données en histoire, url : <https://www.paris-iea.fr/fr/evenements/methodes-et-outils-numeriques-les-bases-de-donnees-en-histoire>. []
  13. Bibliographie des éditions parisiennes du 16e siècle, rédigée d’après les manuscrits de Philippe Renouard légués à la Bibliothèque nationale en 1952. []
  14. Dès 2008 – bien avant les plans de gestion de données -, le JISC exigeait que les porteurs des programmes qu’il finance élaborent un plan de sortie/soutenabilité des résultats des projets. []
  15. AHRC ICT Methods Network Workgroup on Digital Tools Development for the Arts and Humanities. []
  16. American Council of Learned Societies Commission on Cyberinfrastructure for the Humanities and Social Sciences, Our Cultural Commonwealth, New York : American Council of Learned Societies, 2006, 43 p. Disponible en ligne, url : <http://www.acls.org/cyberinfrastructure/OurCulturalCommonwealth.pdf>. []
  17. National Information Standards Organization, A Framework of Guidance for Building Good Digital Collections, Baltimore : National Information Standards Organization, 2007, 95 p. Disponible en ligne, url : <https://www.niso.org/sites/default/files/2017-08/framework3.pdf>. []
  18. SIARD Suite, Archives fédérales suisses, url : <https://www.bar.admin.ch/bar/fr/home/archivage/outils-et-instruments/siard-suite.html>. []
  19. Cf. url : <https://www.cines.fr/publication-de-la-v1-0-du-seda-standard-dechange-de-donnees-pour-larchivage/>. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts