Archives de catégorie : Outils de la recherche

Le CCFr, qu’est-ce que c’est ?

Étudiants et chercheurs connaissent le Sudoc (système universitaire de documentation), soit le catalogue des bibliothèques de l’enseignement supérieur. Mais saviez-vous qu’il existe un métacatalogue encore plus important dans sa couverture et le nombre de documents signalés ?

Alimenté par la Bibliothèque nationale de France et ses partenaires, le Catalogue collectif de France (CCFr) offre un accès unique au patrimoine des bibliothèques françaises.

Le CCFr permet de localiser plus de 30 millions de documents conservés dans les bibliothèques françaises et donne accès au Répertoire national des bibliothèques et des fonds documentaires.

2 minutes pour tout savoir sur le CCFr


Le Catalogue Collectif de France – Qu’est-ce que c’est ?

Un accès unique et simultané aux grands catalogues français

Actuellement, le CCFr donne accès aux catalogues suivants :

  • BnF-CG : le Catalogue général de la Bibliothèque nationale de France,
  • Sudoc (système universitaire de documentation) : le catalogue des bibliothèques de l’enseignement supérieur,
  • Base patrimoine : un catalogue de plus de 6,8 millions de documents (fonds anciens, locaux ou spécialisés) conservés dans 202 bibliothèques françaises,
  • Bases Manuscrits et Archives : un catalogue de quatre bases dédiées aux manuscrits : le Catalogue général des manuscrits (CGM), BnF Archives et manuscrits, le Répertoire des manuscrits littéraires français du XXe siècle (Palme), et Calames (manuscrits conservés dans les établissements relevant de l’Enseignement supérieur),
  • Plusieurs catalogues intégraux de bibliotheques municipales : Dijon, Limoges, Rennes, Bordeaux, Montpellier, les villes-centres de la région Rhône-Alpes à travers le catalogue Lectura (Bourg-en-Bresse, Chambéry, Grenoble, Lyon, Roanne, Saint-étienne, Valence) et les onze bibliothèques patrimoniales de la Ville de Paris,
  • RACHEL : le catalogue collectif du Réseau européen des bibliothèques judaica et hebraica, sept bibliothèques spécialisées dans le domaine de la culture juive,
  • Réseau Valdo : catalogue du réseau européen de bibliothèques d’institutions protestantes ou associées.

Le Répertoire du CCFr

Le Répertoire recense plus de 5 000 bibliothèques et centres de documentation. Il fournit à la fois des informations pratiques et des renseignements sur les collections des établissements.
Le Répertoire permet en outre d’accéder à la description de plus de 3 500 fonds conservés dans plus de 500 bibliothèques tels que les fonds Montesquieu à la Bibliothèque municipale de Bordeaux ou le fonds gourmand à Dijon.

Historique

Créé à la fin des années 1990 dans le cadre d’un projet commun aux ministères en charge de la Culture et de l’Éducation nationale, le CCFr est géré par la Bibliothèque nationale de France, en partenariat avec le Service du Livre et de la Lecture du Ministère de la Culture, et l’Agence bibliographique de l’enseignement supérieur (ABES) du Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche.


Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

CartoMundi – Valorisation en ligne du patrimoine cartographique

Le Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France se propose de recenser des ressources issues de programmes de recherche, complémentaires des outils de signalement1 et de diffusion de la BnF2.

URL

http://www.cartomundi.fr/site/

Description

Pour aider les voyageurs, qu’ils soient  randonneurs ou automobilistes, les producteurs et diffuseurs de cartes et plans imprimés proposent des tableaux d’assemblage qui permettent de repérer la portion qui les intéresse d’un territoire cartographié à des échelles non reproductibles sur une seule feuille.

Exemples de tableaux d’assemblage de cartes Michelin

A l’autre bout de la chaîne éditoriale, les bibliothécaires emploient aussi des tableaux d’assemblage pour gérer et communiquer les fonds de leurs cartothèques, notamment pour identifier les cartes qu’ils possèdent.

Or, le site CartoMundi entend offrir des tableaux d’assemblages interactifs permettant de naviguer au sein du catalogue collectif des cartes et plans qu’il recense et de leurs reproductions. D’une certaine façon il a informatisé le travail auparavant effectué par les cartothécaires sur des fiches ou des tableaux imprimés. Ainsi, à partir d’un tableau d’assemblage virtuel, le public du site peut aisément identifier les cartes recensées par le site voire consulter leur version numérique quand les bibliothèques partenaires, dont la Bibliothèque nationale de France, ont procédé à leur numérisation.

Un accès cartographique géoréférencé permet aisément d’accéder au tableau d’assemblage d’un pays, d’une région, d’une ville pour ensuite visualiser le plus petit niveau de granularité produit par un éditeur de carte et possédé par une bibliothèque : à partir d’un planisphère interactif, un cadre permet de sélectionner la zone géographique recherchée.

Auteur(s)

  • Jean-Luc Arnaud, directeur de recherches au Centre National de la Recherche Scientifique – CNRS, Maison méditerranéenne des sciences de l’homme – MMSH, laboratoire Telemme, Aix-en-Provence

  • Le programme est porté par un consortium coordonné par l’Université de Provence, la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme et le laboratoire Telemme, avec la collaboration de la Bibliothèque nationale de France et de l’Institut géographique national

Pays

France

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Mandragore, base des manuscrits enluminés de la BnF

Le Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France se propose de recenser des ressources issues de programmes de recherche, complémentaires des outils de signalement1 et de diffusion de la BnF2.

Page d’accueil de Mandragore

URL

http://mandragore.bnf.fr/

Description

La base de donnée Mandragore est un effet secondaire d’un programme de recherche interne de la Bibliothèque nationale de France conduit par le département des Manuscrits autour des manuscrits enluminés. Le projet était porté par le Centre de recherche des manuscrits enluminés (CRME), entité interne créée par François Avril.

Le programme visait à recenser et cataloguer, en fonction de leur origine géographique, les manuscrits à peintures conservés à la bibliothèque. En 1989, ce projet de recensement et de catalogage s’est vu complété du projet de constitution d’une base de données pour enregistrer le matériel iconographique contenu dans ces manuscrits. Ce volet était réalisé par l’ingénieur d’études Jean-Pierre Aniel et la technicienne de recherche Nicole Fleurier.

À partir de là, le projet Mandragore est devenu un programme à part entière consistant à mener l’indexation iconographique des manuscrits en employant un même thesaurus pour l’ensemble des manuscrits, qu’ils soient occidentaux ou orientaux. Pour ces derniers, il était prévu de couvrir toutes les peintures des manuscrits persans de la BnF (achevé en février 1993 avec plus de 6000 images indexées), 25 manuscrits orientaux de la collection Smith-Lesouëf, les manuscrits coptes (achevé en novembre 1993), les manuscrits syriaques et géorgiens (achevé en janvier 1995), éthiopiens, arabes (160 manuscrits représentant 6000 images), arméniens, hébreux et turcs, et éventuellement des manuscrits indiens et sanskrits.

Au départ uniquement accessible en interne, le projet de publication de la base a été porté par Monique Cohen. Au terme de sa mise en ligne, le travail d’enrichissement et d’indexation s’est poursuivi – et se poursuit – dans le cadre des activités scientifiques du département des Manuscrits.

En accroissement continu, la base compte plus de 170 000 notices analysant des œuvres conservées du département des manuscrits mais aussi de la Bibliothèque de l’Arsenal employant un vocabulaire de plus de 18 000 descripteurs.

Chaque manuscrit et chaque enluminure font l’objet d’une notice bibliographique et iconographique structurées, réalisées selon des principes de catalogage préétablis et un contrôle strict des formes retenues (œuvres copiées, enlumineurs, date et lieu de décor, scène représentée, texte rubriqué, inscriptions dans l’image et notes).

L’indexation applique un vocabulaire iconographique multilingue (français, anglais, allemand, espagnol, italien) de 20 349 termes. Ce référentiel est construit selon les principes de description du Système descriptif des représentations de François Garnier, commandité en 1981 par le Ministère de la Culture et le Centre National de la Recherche Scientifique , mais a largement dépassé ce cadre de départ au fur et à mesure de son enrichissement. Il se rapproche en cela des thésaurus des bases de données Initiale (CNRS, enluminures des bibliothèques publiques de France) ou Joconde (Ministère de la Culture, collections des musées de France), conçus selon les mêmes principes, mais dont l’évolution s’est faite séparément.
Le vocabulaire iconographique de Mandragore n’est pas hiérarchisé, mais les concepts qui le composent sont classés selon les principales classes et sous-classes de la classification décimale de Dewey.

Au gré du développement de la numérisation, cette indexation est complétée de l’image numérisée de l’iconographie avec plus de 80 000 images.

Pays

France

Langue(s)

Français

Auteur(s)

Bibliothèque nationale de France (BnF)

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

COLLECTA : Archive numérique de la collection Gaignières (1642-1715)

Le Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France se propose de recenser des ressources issues de programmes de recherche, complémentaires des outils de signalement1 et de diffusion de la BnF2.

URL

https://www.collecta.fr

Description

Ce site résulte d’un programme de recherche porté par l’École du Louvre, mené en collaboration avec l’Université de Paris I-Sorbonne en partenariat avec la Bibliothèque nationale de France et l’IRHT.

Collecta est une base de données qui reconstitue la collection dispersée de l’antiquaire du XVIIe siècle François-Roger de Gaignières (1642-1715) dispersée entre différents lieux de conservation (plusieurs départements de la Bibliothèque nationale de France et la Bibliothèque Bodléienne d’Oxford). Construite à partir des anciens inventaires, la base de données et son interface permettent de redonner une vision globale de la collection avant sa dispersion et de retrouver le système classificatoire très perfectionné mis en place par l’antiquaire.

Elle permet un accès aux documents conservés numérisés en lien avec les sites des institutions détentrices et elle fait le lien avec les documents des XVIIIe et XIXe siècles montrant un usage ultérieur de la collection.

La collection de papier de l’antiquaire du XVIIe siècle François-Roger de Gaignières offre une vaste documentation textuelle et iconographique constituée d’originaux et d’une majorité de copies, servant l’histoire de la noblesse et de la monarchie française, l’histoire des monuments ou encore celle du costume.

Auteur(s)

  • Direction

    • Anne Ritz-Guilbert (historienne de l’art – enseignant-chercheur hdr, École du Louvre).
    • Sophie Fétro (designer – maître de conférences en design, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

    Membres associés au projet

    • Pascal Schandel (historien de l’art – chargé de mission, École du Louvre)
    • Anthony Masure (designer d’interfaces – chargé de mission, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
    • Matthieu Lacroix (développeur-programmeur)
    • Josselin Morvan (encodeur TEI)
    • Virginia Cassola (doctorante, École du Louvre)
    • Camille Jolin (élève en Master 2, École du Louvre)
    • Anne-Sophie Rincel (élève en Master 2, École du Louvre)
    • Stéphane Lab (élève en Master 2, École du Louvre)

Pays

France

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Manuscrits en caractères hébreux conservés dans les bibliothèques de France

Le Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France se propose de recenser des ressources issues de programmes de recherche, complémentaires des outils de signalement1 et de diffusion de la BnF2.


Haggadah de Pâque (hébreu)

Description

Les manuscrits sont utilisés beaucoup plus fréquemment mais ils le sont sur des reproductions dont le support est essentiellement électronique, même si on peut en faire un tirage papier. L’établissement d’une paléographie hébraïque médiévale nous permet désormais de donner une bonne description matérielle des manuscrits et de proposer une datation et une localisation très probables. L’étude des textes en caractères hébreux et de leur publication durant le Moyen Âge a montré que la majorité d’entre eux ne dérivent pas d’un seul original mais de plusieurs.

La recherche menée sur les manuscrits datés nous a montré que les manuscrits hébreux sont fortement marqués par l’individualité des circonstances de la copie, souvent faite pour l’usage personnel du scribe. En conséquence, une importance beaucoup plus grande doit être attribuée au manuscrit hébreu médiéval en tant qu’objet historique. Il est unique à tous les points de vue ; et c’est avec une attention accrue que l’on doit décrire les témoins matériels et textuels de cette histoire particulière : codicologie, paléographie, reliure, notes de possesseurs, en caractères hébraïques ou en d’autres caractères, censure, ex-libris et estampilles. Ces détails sont en relation étroite avec le texte et ils en révèlent souvent les particularités. Ils doivent donc être donnés avec précision. On veut désormais en rendre compte au lecteur de manière détaillée et explicite. Nous ne croyons plus à une totale neutralité de la science historique. Certes, tous les détails doivent être décrits avec la plus grande exactitude possible ; cependant, un lien de compréhension et d’intimité unit le catalogueur, personne humaine, allant à la rencontre d’autres personnes humaines (celles qui ont laissé dans ce manuscrit la trace de leur main et de leurs idées), C’est une rencontre personnelle et c’est parce qu’elle est personnelle que le lecteur du catalogue comprendra à son tour le manuscrit.

Responsable(s)

  • Philippe Bobichon, chargé de recherche CNRS, membre de la section hébraïque de l’IRHT
  • Laurent Héricher, chef du services des Manuscrits orientaux, Bibliothèque nationale de France
  • Colette Sirat,  directeur d’études à l’École Pratique des Hautes Études

Volumes parus

2016

2015

2014

2011

2008

2006

Editeur

Brepols : http://www.brepols.net/Pages/BrowseBySeries.aspx?TreeSeries=CMCH

Pays

France

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

A Comprehensive Edition of Tocharian Manuscripts (CEToM)

Le Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France se propose de recenser des ressources issues de programmes de recherche, complémentaires des outils de signalement1 et de diffusion de la BnF2.

URL

https://www.univie.ac.at/tocharian/?home_fr

Description

L’objectif de ce site est de proposer une édition complète des textes tokhariens : reproduction numérique de l’original, transcription et traduction des dits textes. Le site décrit les collections de Londres, Paris (Bibliothèque nationale de France (collection Pelliot), Saint-Pétersbourg, Berlin (collection Turfan).

Le site est disponible (pour l’introduction) en anglais, allemande, français, russe, japonais et chinois.

La rubrique « Manuscrits » permet de consulter la liste de tous le textes tokhariens recensés dont ceux de la Bibliothèque nationale de France, conservés au département des Manuscrits, sous la cote : PK-n° pour « Pelliot Koutchéen ». Cela concerne les manuscrits numérotés 676 à 833 de la base.

La rubrique « Words » donne accès à une liste alphabétique de tous les mots compris dans les manuscrits.

Il est intéressant de noter que le site n’est développé qu’en PERL et HTML.

Auteur(s)

Pays

Autriche

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Filemaker versus web sémantique

Comme tout laboratoire ou institution menant ou finançant des programmes de recherche, la Bibliothèque nationale de France fut confrontée à la problématique des bases de données développées par les chercheurs dans le cadre de leurs programmes.

Bien souvent, pour la création d’une base de données relationnelle, faute d’ingénieurs1 et de compétences personnelles en développement informatique, mais aussi faute de crédits pour solliciter des prestations dédiées, le choix se porte vers un logiciel propriétaire au format propriétaire, par exemple MS Access, mais plus communément encore, notamment en sciences humaines et sociales, le logiciel FileMaker Pro2.

Cela se comprend et peut se justifier pour des travaux individuels, notamment dans le cadre d’une thèse qui doit être menée selon un rythme soutenu et quand la base n’a pas vocation, ni à être publiée en ligne, ni à être pérennisée. Cette assertion est évidement sujette au caution devant l’injonction croissante de la preuve qui conduit de plus en plus à fournir les données ayant permis d’obtenir des résultats. Le principe de la science ouverte implique de fournir, sinon la base de données, du moins le jeu de données ayant permis d’obtenir des résultats, afin de permettre à d’autres de rejouer le jeu, afin de confirmer ou d’infirmer les conclusions3.

Or, comme le confirment les témoignages de jeunes chercheurs4, FileMaker leur est recommandé par leurs professeurs, fussent-ils ingénieurs « pratiquant des humanités numériques ».

Autre preuve, Access et Filemaker sont les seuls logiciels de bases de données cités par Sébastien Poublanc dans son billet « Sur le bureau de l’historien » de La boîte à outils des historien·ne·s5.

La question de l’emploi de FileMaker et surtout de la pérennisation des bases créées se pose régulièrement à tout nouveau développeur6.

Dans le cadre de programmes collaboratifs de recherche, l’emploi de telles bases se justifie d’autant moins dès lors que l’un des objectifs du projet consiste à mettre en ligne la base, à la publier sur le web, ce qui soulève les questions de sa mise à jour, de sa pérennité et surtout de son interopérabilité. Pour les informaticiens se pose également le problème, souvent ignoré des chercheurs, du maintien en condition opérationnelle, c’est-à-dire de l’évolution nécessaire des matériels et logiciels pour garantir dans le temps la disponibilité du produit développé. Cela a un coût humain et financier rarement pris en compte par les chercheurs car relevant, à leurs yeux, des problématiques propres à la direction des systèmes d’information (DSI) de leur laboratoire ou de leur université.

Petit à petit, l’action d’acteurs comme la TGIR Adonis devenue Huma-Num porte auprès des équipes adoptant les bases PHP/SQL voire se lançant même dans les technologies du web sémantique pour gérer des données structurées et liées. Cependant, malgré les multliples interventions
de ces infrastructures et consortia7 oeuvrant pour l’interopérabilité et la pérennisation des BDD dans maints colloques et actions nationales de formation (ANF)8, l’usage de la base de donnée propriétaire et fermée sur elle-même, reste encore largement répandu, et ce malgré le succès des «  humanités numériques » mises à toutes les sauces ainsi que les différentes injonctions des financeurs de la recherche et du CNRS en faveur des données ouvertes.

L’emploi de logiciels propriétaires par les laboratoires ne manquent pas d’étonner depuis la circulaire n° 5608-SG du 19 septembre 2012 et son annexe qui s’attachent à promouvoir le logiciel libre dans les administrations et ont mené à la mise en place d’un socle interministériel de logiciels libres (SILL)9. Il faut croire que la « liberté » de l’enseignant-chercheur, garantie par le Code de la recherche, l’exonère de se considérer comme fonctionnaire ou du moins de relever de l’administration.

Par ailleurs, il faut bien reconnaître que les facilités offertes par les éditeurs commerciaux de logiciels n’aident pas ce mouvement vertueux vers le « libre », l’interopérabilité ou l’accès ouvert. Ainsi, la fonction « Publication Web instantanée » proposée par l’éditeur de FileMaker Pro, « qui intègre tous les logiciels requis pour la publication d’une base de données sous forme de pages Web sur un réseau local ou intranet »10 s’avère être un concurrent de poids du pack NAKALONA11 de l’infrastructure Huma-Num.

D’aucuns persistent à oeuvrer pour que les nouvelles générations de chercheurs adoptent les bonnes pratiques déjà mentionnées. Ainsi par exemple de cette école d’été organisée en 2017 par l’Université Paris 1 et l’Université du Québec à Montréal (UQAM)12.

Dans le même état d’esprit qu’HumaNum ou de l’Agence nationale de la recherche, du temps de son appel « Corpus », la Bibliothèque nationale de France, dans son appel à projets interne pour son plan quadriennal de la recherche (http://c.bnf.fr/xu5), a prescrit quelques bonnes pratiques à respecter dès lors qu’un projet envisageait la création d’une base de données. Rappelons que c’est ce dispositif qui a financé des bases telles que Mandragore (http://mandragore.bnf.fr), la base de données iconographiques du département des Manuscrits développée en 1989 avant la naissance du web avec MS Access et mise en ligne en 2003, mais aussi la base des Reliures numérisées de la Bibliothèque nationale de France (http://reliures.bnf.fr), première base de la BnF gérant des fichiers XML-TEI ou encore BP16, le Renouard13 numérisé de la Bibliothèque nationale de France (http://bp16.bnf.fr).

Hors de France, la problématique des bases de données est la même. Des organismes oeuvrent à diffuser de bonnes pratiques, comme par exemple le JISC14, le Arts and Humanities Research Council (AHRC)15, ou encore l’American Council of Learned Societies qui a publié en 2006 le rapport Our Cultural Commonwealth16 qui, pour la création d’une infrastructure pour les sciences humaines et sociales, recommande qu’elle ait 5 caractéristiques :

  1. It will be accessible as a public good.
  2. It will be sustainable.
  3. It will provide interoperability.
  4. It will facilitate collaboration.
  5. It will support experimentation.

Pour y parvenir, 8 recommandations sont énoncées :

  1. Invest in cyberinfrastructure for the humanities and social sciences, as a matter of strategic priority.
  2. Develop public and institutional policies that foster openness and access.
  3. Promote cooperation between the public and private sectors.
  4. Cultivate leadership in support of cyberinfrastructure from within the humanities and social sciences.
  5. Encourage digital scholarship.
  6. Establish national centers to support scholarship that contributes to and exploits cyberinfrastructure.
  7. Develop and maintain open standards and robust tools.
  8. Create extensive and reusable digital collections.

Même si la question des bases de données n’y est pas directement abordée, il peut être utile de rappeler le travail de la Visual Resources Association qui diffusait en 2006 un Cataloging Cultural Objects: A Guide to Describing Cultural Works and Their Images ((Murtha Baca, Patricia Harpring, Elisa Lanzi, Linda McRae, Ann Baird Whiteside, Cataloging Cultural Objects: A Guide to Describing Cultural Works and Their Images, Chicago : ALA Editions, 2006, XIII-396 p. Disponible en ligne, url : <http://cco.vrafoundation.org/index.php/toolkit/cco_pdf_version/>.)) recommandant l’établissement de liens et l’emploi de vocabulaires contrôlés. Utile à mentionner quand on constate le relatif retard pris pas l’histoire de l’art en matière d’humanités numériques.

En 2007, la National Information Standards Organization diffusait la 3e édition de son A Framework of Guidance for Building Good Digital Collections17, soit un recueil de bonnes pratiques pour créer et gérer des collections numériques.

En Europe, il convient de mentionner l’action des Archives fédérales suisses qui, dès 2007, proposaient une solution complète d’archivage des bases de données, avec le SIARD (Software Independent Archiving of Relational Databases)18 qui est un standard de mise en forme XML de données provenant de tout système de base de données. Pour effectuer une conversion du format de données source dans le format standard SIARD, les Archives fédérales proposent un logiciel libre de conversion. Le standard permet de stocker des données et leur structure dans des fichiers texte (XML), ce qui est de nature à permettre de pérenniser l’accès aux données.

En France, il faut citer l’action du Centre informatique de l’enseignement supérieur (CINES) qui mène des actions comparables, avec par exemple la publication en 2013 du Guide méthodologique sur l’archivage des bases de données ((Philippe Prat ; Lorène Béchard, Guide méthodologique sur l’archivage des bases de données, [S. l.] : Centre informatique National de l’Enseignement Supérieur, 2016, 24 p. Disponible en ligne, url : <https://alfresco.cines.fr/alfresco/d/d/workspace/SpacesStore/ca323bcc-804a-43e3-822f-5d18fa304dff/GM_archivage_BDD.pdf>.)) ou encore la mise au point du Standard d’Echange de Données pour l’Archivage (SEDA)19.

Bref, le chemin pour mener à des bases de données ouvertes, documentées et pérennes, est long mais progresse au gré des recommandations et des initiatives vertueuses comme la publication de la liste des sites web hébergés par Huma-Num (https://www.huma-num.fr/annuaire-des-sites-web), de nature à donner à voir les résultats tangibles de l’application des bonnes pratiques de la science ouverte.

  1. Ingénieurs de recherche (IR), ingénieurs d’études (IE) ou assistants ingénieurs (AI). []
  2. Le fort taux d’équipement en MacBook dans le monde académique pourrait expliquer l’entrisme de FileMaker, filiale d’Apple Inc., auprès des chercheurs – même si une majorité d' »humanistes digitaux », adeptes des « bonnes pratiques » (Guides de bonnes pratiques, url : <https://www.huma-num.fr/ressources/guides>) sont également équipés de la marque de Cupertino… []
  3. « Les données primaires de la recherche étant affichées, elles peuvent être corroborées, critiquées ou interprétées par quiconque possédant l’expertise ou la compétence nécessaire, qui peut alors participer à l’effort de collaboration.», Contributeurs de Wikipédia, « Science ouverte », Wikipédia, l’encyclopédie libre, 6 juin 2018. Disponible en ligne, url : <http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Science_ouverte&oldid=149276531>. []
  4. Raphaëlle Talbot, https://hcp.hypotheses.org/4918 et Clémentine Souchaud, https://acares.hypotheses.org/953 []
  5. Sébastien Poublanc, « Sur le bureau de l’historien », La boîte à outils des historien·ne·s, 15 juin 2015. Disponible en ligne, url : <http://www.boiteaoutils.info/2015/06/sur-le-bureau-de-lhistorien/>. Cette assertion est à relativiser avec la mention de Base et MySQL par Émilien Ruiz, dans son billet du 21 mars 2015 : Émilien Ruiz, « Se former aux logiciels de bases de données », La boîte à outils des historien·ne·s, 21 mars 2015. Disponible en ligne, url : <http://www.boiteaoutils.info/2015/03/fomations-bdd/>. []
  6. Comme le dit Matthieu Thivet « Quel avenir pour les multiples BDD produites par les étudiants ? », dans Matthieu Thivet, Base de données archéologiques. Disponible en ligne, url : <https://theta.obs-besancon.fr/IMG/pdf/JBDD_MatthieuThivet.pdf>. []
  7. CAHIER – Corpus d’Auteurs pour les Humanités : Informatisation, Édition, Recherche,Archives des ethnologues, CORLI – Corpus, Langues et Interactions, Consortium 3D-SHS, MASA – Mémoires des archéologues et des sites archéologiques, COSME – Sources Médiévales, IMAGEO – Cartes et photographies pour les géographes, Musica, ArchiPolis – Archives des sciences sociales du politique, ArcMC  – Archives des mondes contemporains []
  8. Comme par exemple « Concevoir et exploiter les sources numériques de la recherche en SHS », url : <http://anf.msh-vdl.fr>. []
  9. Socle logiciels libres. Disponible en ligne, url : <http://references.modernisation.gouv.fr/socle-logiciels-libres>. []
  10. Selon « Publication de bases de données sur le Web », Aide FileMaker Pro 12. Disponible en ligne, url : <https://fmhelp.filemaker.com/help/12/fmp/fr/html/publish_web.html>. []
  11. Cf. Diffuser ses données, https://www.huma-num.fr/services-et-outils/diffuser#nakalona []
  12. Méthodes et outils numériques : les bases de données en histoire, url : <https://www.paris-iea.fr/fr/evenements/methodes-et-outils-numeriques-les-bases-de-donnees-en-histoire>. []
  13. Bibliographie des éditions parisiennes du 16e siècle, rédigée d’après les manuscrits de Philippe Renouard légués à la Bibliothèque nationale en 1952. []
  14. Dès 2008 – bien avant les plans de gestion de données -, le JISC exigeait que les porteurs des programmes qu’il finance élaborent un plan de sortie/soutenabilité des résultats des projets. []
  15. AHRC ICT Methods Network Workgroup on Digital Tools Development for the Arts and Humanities. []
  16. American Council of Learned Societies Commission on Cyberinfrastructure for the Humanities and Social Sciences, Our Cultural Commonwealth, New York : American Council of Learned Societies, 2006, 43 p. Disponible en ligne, url : <http://www.acls.org/cyberinfrastructure/OurCulturalCommonwealth.pdf>. []
  17. National Information Standards Organization, A Framework of Guidance for Building Good Digital Collections, Baltimore : National Information Standards Organization, 2007, 95 p. Disponible en ligne, url : <https://www.niso.org/sites/default/files/2017-08/framework3.pdf>. []
  18. SIARD Suite, Archives fédérales suisses, url : <https://www.bar.admin.ch/bar/fr/home/archivage/outils-et-instruments/siard-suite.html>. []
  19. Cf. url : <https://www.cines.fr/publication-de-la-v1-0-du-seda-standard-dechange-de-donnees-pour-larchivage/>. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Problématique des bases de données en sciences humaines et sociales

La recherche scientifique est souvent évaluée à l’aune de ses livrables, soit la production qui résulte d’un programme de recherche individuel ou collectif. Sachant qu’en sciences humaines et sociales les productions scientifiques les plus valorisées ont longtemps été l’ouvrage et l’article dans des revues internationales à comité de lecture, quel est le sort réservé au développement de bases de données, à l’alimentation des portails, à la production d’éditions électroniques ? Quel est l’impact du développement des nouvelles technologies de l’information et de la communication1 dans la carrière du chercheur ?

Ce jargon de la gestion de projet s’est d’autant plus répandu dans le monde de la recherche depuis le développement du financement de la recherche sur projets par des agences de financement (régions, ANR, Commission européenne, etc.) qui obligent les chercheurs à penser en tâches, jalons et livrables – pour ne pas dire Work packages et tasks -, comme l’évoque le titre du billet Penser par livrables ((Sylvain Piron, « Penser par livrables », Évaluation de la recherche en SHS, 12 février 2011. Disponible en ligne, url : <https://evaluation.hypotheses.org/1226>.)) du carnet Évaluation de la recherche en SHS.

Production scientifique

Cette notion de production déclinée en production scientifique résulte des travaux concernant, moins l’évaluation des résultats de la recherche que leur quantification par des indicateurs. Ainsi, quand dans les années 1970, des organismes comme l’UNESCO réfléchissaient à la normalisation internationale des statistiques relatives à la science et à la technologie, l’objectif consistait bien à produire des indicateurs de la production ou des résultats des activités en science et technologie et en particulier de recherche & développement2.

Inputs versus outputs

C’est la même logique qui a prévalu à l’élaboration du Manuel de Frascati de l’OCDE qui, dans son édition de 2002, évoquait les « intrants » pour les ressources affectées à la recherche, à mettre en parallèle aux « résultats de la R-D » ou outputs en anglais3.

D’ailleurs certains organismes mentionnent explicitement les « outputs » comme par exemple l’UNESCO dans son rapport Mesure de l’output de la recherche et du développement expérimental4 et, plus récemment, le Fonds national suisse de la recherche scientifique (FNS) – équivalent helvétique de notre Agence nationale de la recherche – qui décrit les « outputs » attendus dans les projets qu’elle finance5.

Produits de la recherche

Dans le système de la recherche français, la question de la mesure de la production scientifique a peu à peu été normalisée à la suite de la loi de programme n° 2006-450 du 18 avril 2006 pour la recherche6, notamment par l’Agence d’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur (AÉRES) puis par le Haut Conseil de l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur (Hcéres),  qui lui a succédé en 2014.   Le Haut Conseil parle de produits de la recherche et définit des indicateurs de production de la recherche7. L’un des critères d’évaluation de la recherche concerne la « production scientifique » déclinée en rubriques :

  • Publications scientifiques : ouvrages, chapitres d’ouvrages, éditions de textes, traductions, articles dans des revues à comité de lecture, communications avec actes, etc. ;
  • Conférences et autres communications orales sans publication : communications orales sans actes, communications par affiche, conférences données sur invitation, jeux de diapositives déposés, etc. ;
  • Autres productions scientifiques : rapports scientifiques ou techniques (rapports de fouille, par exemple), catalogues d’exposition, atlas, corpus, démonstrateurs, logiciels, prototypes, productions audio-visuelles à caractère scientifique, créations artistiques théorisées, etc. ;
  • Production d’instruments, de ressources, de méthodologie : éditions critiques, glossaires, bases de données, collections, cohortes, observatoires, plateformes technologiques, etc.

Ainsi, ce qui a prévalu jusqu’à la date de publication de ce billet, est la nomenclature du Haut Conseil dans le cadre de travaux relatifs à la liste de revues en SHS8 qui propose une codification des publications et productions9 :

  • ACL : Articles dans des revues internationales ou nationales avec comité de lecture répertoriées par l’AERES ou dans les bases de données internationales (ISI Web of Knowledge, Pub Med…).
  • ACLN : Articles dans des revues avec comité de lecture non répertoriées par l’AERES ou dans des bases de données internationales.
  • ASCL : Articles dans des revues sans comité de lecture.
  • BRE : Brevets (indiquer les licences éventuelles).
  • C-INV : Conférences données à l’invitation du Comité d’organisation dans un congrès national ou international.
  • C-ACTI : Communications avec actes dans un congrès international.
  • C-ACTN : Communications avec actes dans un congrès national.
  • C-COM : Communications orales sans actes dans un congrès international ou national.
  • C-AFF : Communications par affiche dans un congrès international ou national.
  • DO : Directions d’ouvrages ou de revues.
  • OR : Outils de recherche (bases de données, corpus de recherche…).
  • OS : Ouvrages scientifiques (y compris les éditions critiques et les traductions scientifiques).
  • PV : Publications de vulgarisation.
  • PAT : Productions artistiques théorisées (compositions musicales, cinématographiques, expositions, installations…).
  • PT : Publications de transfert.
  • AP : Autres productions : bases de données, logiciels enregistrés, comptes rendus d’ouvrages, rapports de fouilles, guides techniques, catalogues d’exposition, rapports intermédiaires de grands projets internationaux, etc.

Les laboratoires faisant l’objet d’une évaluation sont ainsi inviter à  classer la production de leurs membres selon cette classification.

Le sort des bases de données

Comme on le constate dans cette codification, les « bases de données » – présentes à deux endroits… – et les « logiciels enregistrés » sont pour ainsi dire dévalorisés puisqu’à inclure par le chercheur dans la rubrique fourre-tout « Autres productions ». Même si l’AERES/HCERES indiquait que « L’ordre proposé […] n’est pas hiérarchique car la valeur des supports de publication varie selon les disciplines », il n’en demeure pas moins que l’ensemble de la communauté scientifique comprenait fort bien que le dernier rang de la liste « comptait » beaucoup moins que les trois premiers dans l’évaluation du chercheur.

Cette répartition a longtemps prévalu dans les documents de l’HCERES et de nombreux sites de laboratoires de recherche l’affichent en clair10, avec l’ordre indiqué par l’HCERES qui a bien été compris comme étant hiérarchique11.

Reconnaissance tardive des Produits et outils informatiques

Cependant, dans son référentiel d’évaluation des unités de recherche pour la campagne 2018-201912, le HCERES propose aux laboratoires une nouvelle typologie des produits et activités de la recherche qui nous semble vouloir faire une plus grande place aux « Produits et outils informatiques ». Cette nouvelle typologie des produits de la recherche est la suivante :

  1. Journaux / Revues
    1. Articles scientifiques
    2. Articles de synthèse / revues bibliographiques
    3. Autres articles (articles publiés dans des revues professionnelles ou techniques, etc.)
  2. Ouvrages
    1. Monographies et ouvrages scientifiques, éditions critiques, traductions Direction / édition scientifique
    2. Chapitres d’ouvrage
    3. Thèses publiées / éditées
  3. Colloques / congrès, séminaires de recherche
    1. Édition d’actes de colloques / congrès
    2. Articles publiés dans des actes de colloques / congrès
    3. Autres produits présentés dans des colloques / congrès et des séminaires de recherche
  4. Développements instrumentaux et méthodologiques
    1. Prototypes et démonstrateurs
    2. Plateformes et observatoires
  5. Produits et outils informatiques
    1. Logiciels
    2. Bases de données / cohortes
    3. Corpus
    4. Outils présentés dans le cadre de compétitions de solveurs
    5. Outils d’aide à la décision
  6. Brevets, licences et déclarations d’invention
  7. Rapports d’expertises techniques, produits des instances de normalisation
  8. Produits des activités didactique
    1. Ouvrages
    2. E-learning, moocs, cours multimédia, etc.
  9. Produits destinés au grand public
    1. Émissions radio, TV, presse écrite
    2. Produits de vulgarisation : articles, interviews, éditions, vidéos, etc.
    3. Produits de médiation scientifique
    4. Débats science et société
  10. Autres produits propres à une discipline
    1. Créations artistiques théorisées
    2. Mises en scènes
    3. Films

Grâce à cette typologie et ses guides des produits et activités de la recherche13, le HCERES a mis en forme l’annexe 4 du dossier d’autoévaluation des unités de recherche, qui permet à ces dernières de présenter une sélection de leurs produits et activités de recherche, quelles jugent la plus représentative14.

On y constate la disparition de la rubrique « Autres productions » au profit notamment de deux rubriques à part entière, « Développements instrumentaux et méthodologiques » et « Produits et outils informatiques », destinées, la première aux prototypes et démonstrateurs et plateformes et observatoires, la deuxième au signalement des logiciels, bases de données / cohortes, corpus, outils présentés dans le cadre de compétitions de solveurs, outils d’aide à la décision.

Quel chemin parcouru

Cette évolution apportée à la classification de la production scientifique des chercheurs est sans doute aussi la conséquence du lent travail mené par certaines communautés autour des données de la recherche et des logiciels comme ce fut le cas avec le projet de Software Heritage (http://www.softwareheritage.org/) initié par l’Inria et ensuite adoubé par l’UNESCO qui encourage l’accès universel à l’information et la préservation du savoir, notamment avec sa Charte sur la préservation du patrimoine numérique, adoptée en 2003.

Avant cela, rappelons-nous du  Comité de concertation pour les données en sciences humaines et sociales (CCDSHS créé par le Décret n°2001-139 du 12 février 200115 et supprimé en 2015) qui eu pour mission de proposer des orientations nationales pour une politique publique de données pour la recherche en sciences humaines et sociales selon trois grandes dimensions : faciliter l’accès aux ensembles de données utiles à la recherche, accroître l’utilisation de ces données, soutenir la réalisation de grandes enquêtes utiles à la recherche. 

Avant cela le Consortium of European Social Sciences Data Archives (CESSDA), fondé en 1976 jusqu’à devenir une infrastructure européenne de recherche en 2013, dotée depuis 2017 du statut juridique d’ERIC (European Research Infrastructure Consortium) a apporté sa pierre à l’édifice, notamment dans le cadre de PROGEDO (PROduction et GEstion des DOnnées en SHS).


Données de la recherche

Il se peut que cette amélioration de la part du HCERES résulte de la prise en compte des recommandations européennes concernant les données de la recherche. En effet, la Commission européenne a publié le 25 avril 2018 une recommandation relative à l’accès aux informations scientifiques et à leur conservation16.

Cette publication fait suite à celle des Guidelines on FAIR Data Management in Horizon 202017 dont l’annexe abordait les données de la recherche.

Le souci des données de la recherche conduit désormais à l’élaboration de Plans de gestion des données (PGD, ou data management plan, DMP). Ainsi, à l’échelle européenne, l’European Research Council propose son ERC Data Management Plan template (Disponible en ligne, url : <https://erc.europa.eu/sites/default/files/document/file/ERC_DataManagementPlan_template.docx>.) quand, en France, les laboratoires et les équipes de recherche peuvent employer l’outil de saisie mis à disposition de l’Enseignement Supérieur et Recherche français par l’Inist-CNRS : DMP OPIDoR (Data Management Plan pour une Optimisation du Partage et de l’Interopérabilité des Données de la Recherche, url : <https://opidor.fr/modele-horizon-2020-fair-dmp-en-version-francaise-sur-dmp-opidor/>).

Désormais la question des plans de gestion des données tend à se généraliser dans le cadre des projets de recherche financés par les agences de financement. Ainsi, des appels à projets lancés par la Commission européenne dans le cadre d’Horizon 2020 en exigent, comme c’est le cas pour le projet « Open research data pilot ».

En France, si l’ANR n’en prescrit pas encore, la recommandation est malgré tout faite sous la forme d’une incitation : « Concernant les données de recherche, l’ANR n’impose pas de plan de gestion des données (DMP) dans l’appel générique 2018. Elle attire cependant l’attention des déposants sur l’importance de considérer la question des données de recherche au moment du montage et tout au long du projet. »18.

Produits et outils informatiques

Si les communautés relevant de la section 27 du Conseil national des université peuvent estimer enfin disposer des outils de la reconnaissance de leur production, encore récemment confortée par la possibilité offerte de déposer des logiciels dans Hyper-Articles en ligne (HAL) depuis le 25 septembre 201819, une réserve semble devoir malgré tout être formulée concernant, encore et toujours, le sort des productions numériques des sciences humaines et sociales, notamment quand elles sont collaborativement enrichies. En effet, comme on le voit, les nouveaux dispositifs paraissent adaptés au signalement des prototypes et démonstrateurs et plateformes et observatoires, ainsi qu’aux logiciels, bases de données / cohortes, corpus, outils présentés dans le cadre de compétitions de solveurs, outils d’aide à la décision. Ainsi, pour rester en sciences humaines, l’ingénieur et le développeur qui ont créé l’outil permettant de produire un catalogue de manuscrits, un catalogue raisonné d’un artiste, une édition électronique d’un corpus ou une base de manuscrits (comme e-man de l’ITEM) peuvent désormais se montrer satisfaits. Mais qu’en est-il de l’historien d’art ou du généticien qui alimente ces outils ? Comment et dans quelle rubrique peut-il signaler sa production qui ne relève pas du chapitre d’un ouvrage scientifique ni d’un article d’un revue ?

Cas des notices de catalogues en ligne

Prenons le cas des notices descriptives des manuscrits (mais cela pourrait concerner les estampes, les monnaies, les photographies, etc.) qui sont décrites dans des catalogues dédiés comme par exemple BnF archives et manuscrits ou des catalogues collectifs comme e-codices.

Quand les notices sont signées20, comme on le voit dans e-codices avec l’exemple du Codex de Santa María Tepexoyucan (https://www.e-codices.unifr.ch/fr/description/fmb/cb-0902/), comment cette production peut être signalée par le chercheur dans les outils de recensement de sa production, avec ce nouveau classement  HCERES ?

Si le précédent classement de la production scientifique du HCERES laissait une place dans les « Autres productions », la nouvelle classification évacue ce type de productions pourtant courantes en SHS21. Misère des SHS…

Conclusion

Cette prise en compte des données de la recherche et l’obligation de concevoir des plans de gestion des données de la recherche attestent de la prise de conscience de la valeur des données brutes de la recherche, notamment informatiques22. Il nous semble que ce mouvement est un effet collatéral de l’exploitation des données informatiques par les GAFA (Google-Apple-Facebook-Amazon) qui créent de la valeur à partir de données – notamment personnelles collectées gratuitement avec le plein accord des personnes concernées. La vogue des big data a révélé à la communauté scientifique la valeur des données qu’elle hébergeait dans ses laboratoires, auparavant dans des silos fermés quand ce n’était pas sur des supports physiques périssables23.

  1. Les fameuses NTIC dont le terme commençait à dater avant d’être largement supplanté en SHS au profit des Digital humanities et maintenant encore davantage par l’Intelligence artificielle, le text and data mining et le deep learning… []
  2. Nous renvoyons à la Recommandation concernant la normalisation internationale des statistiques relatives à la science et à la technologie, disponible en ligne, url : <http://unesdoc.unesco.org/images/0011/001140/114032f.pdf#page=197> qui a abouti à la publication du Guide des statistiques relatives à la science et à la technologie, Paris : UNESCO, 1984, 1 vol. (153 p.). Disponible en ligne, url : <http://unesdoc.unesco.org/images/0006/000635/063537fo.pdf>. []
  3. OECD, Manuel de Frascati 2015. Lignes directrices pour le recueil et la communication des données sur la recherche et le développement expérimental, Paris : Éditions OCDE, 2016. Disponible en ligne, url : <https://read.oecd-ilibrary.org/science-and-technology/manuel-de-frascati-2002_9789264299047-fr> ; DOI:http://dx.doi.org/10.1787/9789264257252-fr. La version anglaise cite les « outputs from R&D », Frascati Manual 2015 : Guidelines for Collecting and Reporting Data on Research and Experimental Development, The Measurement of Scientific, Technological and Innovation Activities, Paris : Éditions OCDE, 2015.Disponible en ligne, url : <https://read.oecd-ilibrary.org/science-and-technology/frascati-manual-2015_9789264239012-en> ; DOI:http://dx.doi.org/10.1787/9789264239012-en []
  4. Christopher Freeman, Mesure de l’output de la recherche et du développement expérimental : rapport-inventaire, Paris : Unesco, 1970. (Rapport et études statistiques ; 16). Disponible en ligne, url : <http://unesdoc.unesco.org/images/0019/001922/192234fo.pdf>. []
  5. Cf. « Quels sont les outputs de la recherche pertinents pour le FNS ? », FNSNF, [s.d.]. Disponible en ligne, url : <http://www.snf.ch/fr/pointrecherche/faq/Pages/faq-outputdaten-relevante-forschungsoutputs.aspx>. []
  6. Disponible en ligne, url : <https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000426953&dateTexte=&categorieLien=id>. []
  7. Cf. « 1.7.5 Indicateurs de production de la recherche proposés par le HCERES », dans MENESR, Cadre de cohérence Recherche, [S. l. n. d.]. Disponible en ligne, url : <https://esr-wikis.adc.education.fr/ca2co/index.php/1.7.5_Indicateurs_de_production_de_la_recherche_proposés_par_le_HCERES>. []
  8. Cf. « 4.1.2 Nomenclature proposée par le HCERES dans le cadre de travaux relatifs à la liste de revues en SHS », dans Cadre de cohérence des systèmes d’information « Recherche », 2017. Disponible en ligne, url : <https://esr-wikis.adc.education.fr/ca2co/index.php?title=Nomenclatures_:_4.1.2_Nomenclature_proposée_par_le_HCERES_dans_le_cadre_de_travaux_relatifs_à_la_liste_de_revues_en_SHS&mobileaction=toggle_view_desktop>. []
  9. Cf. en ligne, url : <https://www.collecte.evaluation-contractualisation.fr/c/document_library/get_file?p_l_id=10276&folderId=10356&name=DLFE-125.pdf>. []
  10. Exemples : https://www.umiess.net/index.php?option=com_content&view=article&id=387:production-scientifique&catid=146:article&Itemid=48 ; http://www.ihd.cnrs.fr/spip.php?rubrique12&debut_articles=10 []
  11. C’est le même classement employé d’ailleurs par la BnF pour son site de recensement de sa Production scientifique, avec quelques aménagements malgré tout. []
  12. Référentiel d’évaluation des unités de recherche pour la campagne 2018-2019, Paris : HCERES, 2017. Disponible en ligne, url : <https://www.hceres.fr/content/download/31686/485369/file/R%C3%A9f%C3%A9rentiel_recherche_UR.pdf>. []
  13. Cf. https://www.hceres.fr/MODALITES-D-EVALUATIONS/Campagne-d-evaluation-2018-2019/Guides-des-produits-et-activites-de-recherche []
  14. Cf. https://www.hceres.fr/content/download/28683/439653/file/Annexe%25204%2520Selection%2520des%2520produits%2520et%2520activites%2520de%2520recherche%2520UR.docx []
  15. https://solidarites-sante.gouv.fr/fichiers/bo/2001/01-07/a0070425.htm []
  16. Cf. « Recommandation (UE) 018/790 de la commission du 25 avril 2018 relative à l’accès aux informations scientifiques et à leur conservation », Journal officiel de l’Union européenne, 31 mai 2018. Disponible en ligne, url : <https://eur-lex.europa.eu/legal-content/FR/TXT/PDF/?uri=CELEX:32018H0790&> []
  17. Disponible en ligne, url : <http://ec.europa.eu/research/participants/data/ref/h2020/grants_manual/hi/oa_pilot/h2020-hi-oa-data-mgt_en.pdf>. []
  18. Disponible en ligne, url : <http://www.agence-nationale-recherche.fr/missions-et-organisation/open-access/> []
  19. Agnès Magron, « Le dépôt de logiciel maintenant disponible sur HAL et tous les portails », CCSD, 25 septembre 2018. Disponible en ligne, url :<https://www.ccsd.cnrs.fr/2018/09/le-depot-de-logiciel-maintenant-disponible-sur-hal-et-tous-les-portails/>. []
  20. Reconnaissons que les acteurs de ces SHS restent en retrait quant à la question de leur identité numérique et quant à la valorisation de leurs travaux puisqu’ils ont rarement milité pour que leur signature apparaissent dans de tels outils ou n’ont pas toujours obtenu gain de cause. Cela explique leur attachement à la production de catalogues imprimés et leur méfiance à l’égard de l’édition électronique qui n’est acceptée que lorsqu’il s’agit des versions numériques -type e-book- d’un catalogue et non sous la forme d’une base de donnée catalographique. []
  21. Le chercheur les signale généralement quand ces notices servent à produire des catalogues imprimés ou des notices de catalogues d’exposition, ces dernières étant rarement considérées comme relevant du chapitre d’ouvrage. Faut-il rappeler que le catalogue d’exposition – constituant pourtant l’aboutissement de la recherche de l’historien d’art – est dévalué par ce type de classement ? []
  22. CIGREF, Valoriser les données de l’Entreprise 2020 : maturité, pratiques et modèle, Paris : CIGREF, 2016, 1 vol.  (45 p.). Disponible en ligne, url : <https://www.cigref.fr/wp/wp-content/uploads/2016/11/CIGREF-Valorisation-des-donnees-Pratiques-Modele-2016.pdf>. []
  23. Simon Chignard et Louis-David Benyayer, Datanomics, les nouveaux business models des données, Fyp Editions. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Comte de Caylus. Recueil d’antiquités, 1752-1767

Le Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France se propose de recenser des ressources issues de programmes de recherche, complémentaires des outils de signalement1 et de diffusion de la BnF2.

Titre

Comte de Caylus. Recueil d’antiquités égyptiennes, étrusques, grecques, romaines et gauloises 1752-1767

Pays

France

Auteur(s)

  • Maîtres d’ouvrage : ANHIMA, BnF, INHA
  • Responsables du projet : Irène Aghion (Conservatrice en chef au Département des Monnaies, médailles et antiques de la BnF), Mathilde Avisseau-Broustet (Conservatrice en chef au Département des Monnaies, médailles et antiques de la BnF), Alain Schnapp (Professeur d’archéologie grecque à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

Description

La base de données créée à partir du Recueil d’antiquités du comte de Caylus résulte du programme européen sur l’histoire et les archives de l’archéologie AREA, Archives of European Archaeology3, initié en 1999 et qui réunissait douze institutions partenaires internationales.

La partie française a développé particulièrement trois axes de recherche :

  • l’identification et la description de fonds d’archives de diverses institutions, archives mais aussi bibliothèques, centres de recherche, musées, dont le musée des Monnaies, Médailles et Antiques de la BnF.
  • un catalogue systématique de la littérature antiquaire française de la naissance de l’imprimerie à la fin du XVIIIe siècle avec, en projet, la numérisation de l’ensemble de cette production (http://www.muzarp.poznan.pl/antiquarian-database/)
  • une étude approfondie des travaux du comte de Caylus, dans le cadre des recherches sur la naissance de l’archéologie en France, en partant de son œuvre archéologique majeure, le Recueil d’Antiquités Égyptiennes, Étrusques, Grecques, Romaines et Gauloises (7 vol., 1752-1767).

Le site consiste en l’édition numérique du Recueil avec constitution de la base de données qui met en rapport les renseignements et les gravures fournis par Caylus avec les objets conservés au cabinet des Médailles ou identifiés dans des collections extérieures.

Le site s’articule autour de trois axes :

  • le comte de Caylus, avec une biographie, une bibliographie et la liste de ses travaux d’antiquaire ;
  • le Recueil d’Antiquités, avec accès à la version numérisée, une analyse du Recueil et de la méthode de Caylus ; le recensement des sources utilisées dans le Recueil ;
  • le catalogue des 2 900 objets décrits dans le Recueil, sous la forme d’une base de données qui présente en vis-à-vis une synthèse des renseignements fournis par Caylus et les gravures du Recueil ainsi qu’une fiche moderne qui propose datation, attribution et bibliographie.

Ces objets proviennent majoritairement de ses collections, offertes au roi au fur et à mesure de l’avancement de ses travaux, et aujourd’hui conservées au département des Monnaies, médailles et antiques. D’autres ont été identifiés dans des musées français et étrangers. L’exégèse et le dépouillement systématique du recueil ont pour but de mettre en lumière la démarche novatrice de Caylus et d’offrir un panorama du savoir antiquaire au XVIIIe siècle.

URL

http://caylus-recueil.huma-num.fr/

À noter

L’outil donne accès à un catalogue d’œuvres décrites dans le répertoire de Caylus dont 1623 issues des collections de la BnF : http://caylus-recueil.huma-num.fr/base/index.php?r=recueil/oeuvre/recherche

  1. Comme le catalogue général, http://catalogue.bnf.fr/, BnF archives et manuscrits, http://archivesetmanuscrits.bnf.fr/, BnF Médailles et Antiques, http://medaillesetantiques.bnf.fr/ []
  2. Comme la bibliothèque numérique Gallica, https://gallica.bnf.fr/ []
  3. Cf. http://www.area-archives.org/index.html []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

La BnF lance un site consacré à son histoire

2018 est une année exceptionnelle pour la Bibliothèque nationale de France puisqu’elle marque les 20 ans de l’ouverture de la bibliothèque de recherche (le Rez-de-jardin du site François-Mitterrand), inaugurée le 7 octobre 1998 et les 650 ans de la création de la Bibliothèque.

L’anniversaire de l’ouverture de la bibliothèque de recherche sera notamment célébré par une exposition consacrée à la création du site François-Mitterrand de la Bibliothèque nationale de France.

Croquis réalisés en 1990 par Dominique Perrault pour le projet de la future Bibliothèque François-Mitterrand © Dominique Perrault architecte / ADAGP

Conçue par l’architecte lui-même, Dominique Perrault, elle permettra dans une scénographie originale de revenir sur la genèse de ce bâtiment emblématique.

Au-delà de cet anniversaire, si l’on admet communément que la naissance de la bibliothèque remonte à l’an 1368, date de l’installation par le roi Charles V de sa bibliothèque personnelle au Château du Louvre, c’est donc le 650e anniversaire de la création de la Bibliothèque que l’on fête également en cette année 20181.

Pour célébrer ces anniversaires, la BnF a procédé à la rénovation de son Comité d’histoire, désormais doté d’un Conseil scientifique composé d’universitaires et lance un site (http://comitehistoire.bnf.fr/) qui permettra de faire mieux connaître ses travaux, de fédérer les recherches en cours et les ressources utiles à tous ceux qui s’intéressent à la longue histoire de la Bibliothèque royale, nationale, impériale, nationale de France…

Développé dans le cadre du plan quadriennal de la recherche 2016-2019, ce site propose des contenus sur l’histoire de l’Établissement et entend attirer les chercheurs en signalant des projets de recherche à mener.

La plateforme propose entre autres ressources appelées à s’enrichir :

Développé avec l’outil de gestion de contenu Drupal par Olivier Jacquot, coordonnateur à la recherche de la délégation à la stratégie et à la recherche, en charge de la documentation et diffusion numérique au sein du bureau du Comité d’histoire de la BnF, le site propose plusieurs moteurs de recherche dédiés à l’interrogation des importants ensembles documentaires qu’il propose :

  1. Ayant été dispersée en 1435, après la mort du roi Charles VI, une continuité de l’établissement se met davantage en place avec la reconstitution de la bibliothèque royale par Louis XI (1461-1483), après la guerre de Cent Ans []
  2. Précédemment consultable uniquement en intranet par le personnel de l’établissement. []
  3. En cours d’alimentation. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Api et jeux de données de la BnF : découvrez et utilisez les données de la BnF

Dans la continuité de sa politique d’ouverture des données, ce 23 novembre, la Bibliothèque nationale de France lance un nouveau portail donnant accès à ses API1 et ses jeux de données.

Le site web (http://api.bnf.fr/) a pour objectif de décrire et documenter l’ensemble des API qui permettent  d’interroger et de récupérer les métadonnées des catalogues et les collections numérisées de la BnF. Pour faciliter l’accès aux données et leur utilisation, des jeux de données (images et textes, métadonnées, statistiques) ont également été constitués et sont directement téléchargeables via le portail. Chaque API ou jeu de données y donne lieu à une présentation du contenu, une documentation technique, des précisions sur les droits d’utilisation et un accès direct aux données.

Le caractère ludique des ces données n’est pas à exclure car elles sont aussi mises à disposition pour que tout à chacun et notamment les chercheurs en humanités numériques les exploitent et inventent de nouveaux services ou fassent émerger de nouvelles problématiques liées aux données.

Vous trouverez notamment sur BnF API et jeux de données :

  • l’API d’affichage et de récupération des images de Gallica (IIIF), les API d’interrogation des métadonnées de Gallica et de BnF Catalogue général (SRU, Z39.50, OAI) et le sparql endpoint de data.bnf.fr,
  • des jeux de données qui constituent des extractions d’ensembles cohérents des catalogues (produits bibliographiques, dumps de data.bnf.fr),
  • des corpus documentaires réalisés dans le cadre de projets de recherche, par exemple les fichiers images et textes constitués dans le cadre du projet Europeana Newspapers,
  • des pages éditoriales (qui s’étofferont au fur et à mesure de l’avancée du projet) destinées à guider les utilisateurs dans la découverte et le choix des modes de récupération des données qui conviennent à leurs besoins.

Par cette publication, la BnF poursuit sa stratégie d’ouverture des données affirmée par l’adoption en 2014 de la Licence ouverte  pour l’ensemble de ses métadonnées, en structurant l’ensemble de son offre de diffusion de données. Il s’agit de simplifier ainsi l’accès à ces données et de susciter de nouveaux usages (alimentation de catalogues, création d’applications innovantes, fouille de données, datavisualisation, etc.) auprès de publics professionnels diversifiés (développeurs et développeuses, entrepreneurs et entrepreneuses, acteurs et actrices de la culture et de la chaîne du livre, chercheurs et chercheuses, digital humanists) ou tout simplement des amateurs et amatrices de culture.

Cependant, des conditions d’utilisation des données décrites et accessibles sur le portail BnF API et jeux de données sont différentes selon qu’il s’agit de métadonnées (Licence ouverte de l’Etat) ou de documents numérisés (conditions d’utilisation de Gallica). Pour certaines API et jeux de données fournis par des partenaires, des conditions d’utilisation spécifiques peuvent s’appliquer. Sur chaque page décrivant une API ou un jeu de données, la fiche technique précise la licence d’utilisation des données concernées.

L’ensemble des métadonnées décrivant les collections de la BnF (notamment les métadonnées de BnF Catalogue général, de BnF Archives et manuscrits, de Gallica, de data.bnf.fr) sont placées sous « Licence ouverte » de l’Etat.

Les métadonnées sont ainsi mises à disposition gratuitement, pour tout type de réutilisation, y compris commerciale, avec obligation de citation de la source. Il s’agit de promouvoir l’usage de données de référence et de qualité, sur le web, à des fins de mutualisation, de coopération et d’interopérabilité juridique, tout en permettant le suivi de ces réutilisations.

Les documents numérisés et accessibles sur la bibliothèque numérique Gallica sont soumis aux conditions d’utilisation de Gallica.

Ces documents sont pour la plupart des reproductions numériques d’œuvres tombées dans le domaine public provenant des collections de la BnF. Ces contenus sont considérés, en vertu du code des relations entre le public et l’administration, comme étant des informations publiques et leur réutilisation s’inscrit dans le cadre des dispositions prévues aux articles L. 321-1 à L. 327-1 de ce code :

  • La réutilisation non commerciale de ces contenus est libre et gratuite dans le respect de la législation en vigueur et notamment du maintien de la mention de source des contenus telle que précisée ci-après : « Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France » ou « Source gallica.bnf.fr / BnF ».
  • La réutilisation commerciale de ces contenus est payante et fait l’objet d’une licence. Est entendue par réutilisation commerciale la revente de contenus sous forme de produits élaborés ou de fourniture de service ou toute autre réutilisation des contenus générant directement des revenus. Cliquer ici pour accéder aux tarifs et à la licence

Pour en savoir plus sur les conditions d’utilisation de Gallica.

Pour tout renseignement qui ne trouverait pas sa réponse sur le portail, vous pouvez adresser un courriel à l’adresse suivante : coordination-bibliographique@bnf.fr

À vous de jouer !

  1. Application Programming Interface, https://fr.wikipedia.org/wiki/Interface_de_programmation []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

data.bnf.fr pour les nuls

Mis en ligne en 2011, data.bnf.fr permet de rendre les ressources de la BnF plus visibles des internautes et plus utiles sur le web. Ce site s’inscrit dans une démarche de la BnF d’ouverture des données et d’adoption des standards du web sémantique. Conçu sur le modèle FRBR, ce service permet de rassembler sur des pages web l’ensemble des ressources de la BnF sur un auteur, une œuvre ou un thème. Les données brutes de data.bnf.fr sont sous Licence ouverte de l’Etat.

data.bnf.fr couvre aujourd’hui une partie des ressources de la BnF, et poursuit son développement et son accroissement.

Dans l’univers croissant du Web de données, les chercheurs qui développent des portails documentaires ne manqueront pas d’être intéressés par les données fournies par data.bnf.fr, soit :

  • des URI pour les ressources, actionnables et pérennes ;
  • une exposition RDF en « Linked open data » pour les données de data.bnf.fr, disponible pour chaque page (par négociation de contenu) et pour toute la base ;
  • un service SPARQL endpoint pour interroger les données.

Par ce biais, la BnF s’inscrit dans l’environnement des données liées avec de nouvelles coopérations et partenariats dans et hors de la communauté des bibliothèques.

Pour tout savoir sur data.bnf.fr en 2 minutes 42, voici une vidéo :

Data BnF gathers BnF resources and external resources on pages devoted to an author, a work, a subject, a year or a place. The project intends to make the data produced by Bibliothèque nationale de France more useful on the Web, thanks to open data policy and the use of semantic web standards.

Pour les équipes de recherche qui souhaiteraient se lier à des données validées de la BnF ou mener des travaux de fouille de texte, signalons que le contenu RDF de data.bnf.fr est récupérable en totalité ou par type de ressource.

Sinon il est possible de récupérer un produit à façon via SPARQL, comme par exemple les 100 auteurs les plus étudiés. Des exemples de requêtes sont fournis dans le Guide SPARQL (en français) ou en anglais (BnF SPARQL guide).

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

MANUSCRIPTA : nouveau carnet de recherche

Un nouveau carnet de recherche, baptisé « MANUSCRIPTA : Manuscrits médiévaux conservés à la BnF » (https://manuscripta.hypotheses.org/), a été créé sur la plate-forme hypotheses.org.

Ce carnet vise à informer sur les actualités, comme les expositions en cours en France ou à l’étranger, les colloques ou conférences impliquant les fonds manuscrits médiévaux de la BnF. IL entend proposer une veille scientifique des publications sur les mêmes manuscrits et donne les renseignements bibliographiques lors de la parution de catalogues imprimés ou publiés en ligne. Les programmes de numérisation du patrimoine manuscrit de la BnF feront l’objet de billet et il renseignera les lecteurs sur les nouvelles acquisitions ou sur les restaurations effectuées des documents.
Le public visé est d’abord celui des médiévistes, qu’ils soient à leur premiers pas dans ce domaine ou qu’ils soient déjà affirmés dans leur domaine. Néanmoins, tout lecteur intéressé par les manuscrits médiévaux est également le bienvenu et il est invité à participer au débat soulevé par les billets publiés dans le carnet.

Le carnet de recherche MANUSCRIPTA est animé par :

Laura Albiero, docteur en paléographie, est spécialiste de manuscrits liturgiques. Ses recherches portent sur l’histoire du bréviaire au Moyen-Âge et sur la sémiographie des notations musicales. Elle coordonne le projet Iter Liturgicum Italicum à l’Institut de recherche et d’histoire des textes (CNRS, Paris).
Page personnelle sur academia.edu

Véronique de Becdelièvre, archiviste paléographe, est chargée de recherche au département des Manuscrits, service des Manuscrits médiévaux, dans le cadre du projet de recherche sur la librairie royale sous Charles V et Charles VI. Autres sujets de recherche et publications : La politique architecturale de la congrégation de l’Oratoire de France aux XVIIe et XVIIIe siècles ; L’ancienne abbaye cistercienne de Fontfroide (diocèse de Narbonne) aux XIIe et XIIIe siècles ; Le dernier contrôleur général des finances, Claude Guillaume Lambert (1726-1794).

Charlotte Denoël est archiviste paléographe et conservatrice en chef au Département des manuscrits de la Bibliothèque nationale de France où elle est en charge du service des manuscrits médiévaux. Ses travaux de recherche portent essentiellement sur le premier Moyen Âge et abordent les images dans une perspective transdisciplinaire. Les manuscrits et leur décor y sont analysés au prisme de l’histoire culturelle, de l’histoire de l’art et de l’iconographie. Charlotte Denoël a par ailleurs participé à diverses expositions et assuré le commissariat des expositions Trésors carolingiens. Livres manuscrits de Charlemagne à Charles le Chauve (BnF, 2007) et Les temps mérovingiens (Musée de Cluny, 2016-2017). Elle dispense également un enseignement sur l’enluminure médiévale à l’École nationale des chartes.
http://production-scientifique.bnf.fr/CV/denoel-charlotte

Christian Förstel, archiviste paléographe, docteur en philosophie,  est conservateur en chef chargé des manuscrits grecs au département des Manuscrits, auteur d’une thèse intitulée Marsile Ficin et les Ennéades : la genèse de la traduction et du commentaire de Plotin.
CV et liste des publications.
http://production-scientifique.bnf.fr/CV/forstel-christian

Maxence Hermant, archiviste paléographe, conservateur au département des Manuscrits,  a obtenu sa thèse de doctorat en Histoire de l’art pour sa thèse intitulée Art, artistes et commanditaires en Champagne du nord, milieu du XVe-fin du XVIe siècles. Il est chargé des manuscrits enluminés occidentaux des 15e, 16e et 17e siècles.
Page personnelle sur LinkedIn.
Publications

Delphine Mercuzot, archiviste paléographe, est conservateur au département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale de France, au sein duquel elle se consacre à la littérature médiévale française et à l’histoire des bibliothèques.
Page personnelle sur academia.edu.
Corpora.

Amandine Postec, archiviste paléographe, est conservateur chargé de manuscrits médiévaux au département des Manuscrits ; docteur en histoire de l’université Lyon II, auteur d’une thèse sur les Quodlibets de Matthieu d’Aquasparta.
Publications

Laure Rioust, archiviste paléographe, est conservateur au service des Manuscrits médiévaux du département des Manuscrits, spécialisée dans le domaine des manuscrits enluminés.
Publications

Francesco Siri, docteur en Histoire de la philosophie et histoire des idées (Université de Rome « La Sapienza »), coordonne le programme  France et Angleterre, 700 et 1200, soutenu par la Fondation Polonsky, au département des Manuscrits, service des Manuscrits médiévaux. Ses recherches sont consacrées aux écoles du XIIe siècle, à la transmission des œuvres latines médiévales, et au catalogage des fonds manuscrits des collections publiques et privées.

Marie-Hélène Tesnière, archiviste paléographe, est conservateur général au département des Manuscrits. Elle conduit le programme La Librairie des rois Charles V et Charles VI.
http://production-scientifique.bnf.fr/CV/tesniere-marie-helene

Louisa Torres, archiviste paléographe, est conservateur des manuscrits médiévaux et Renaissance à la bibliothèque de l’Arsenal. Elle a consacré sa thèse d’École des chartes à l’humanisme avignonnais du XIVe siècle.

Alexandre Tur, archiviste paléographe, est conservateur chargé de collections médiévales au département des Manuscrits, responsable de la base d’enluminures Mandragore. Il a consacré sa thèse d’École des chartes aux prédictions astrologiques annuelles dans l’Europe du XVe siècle.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Publication des schémas XML-TEI du projet Reliures (reliures.bnf.fr)

mois_de_marie_compose_le_pelle_btv1b55007376tLa Réserve des livres rares de la Bibliothèque nationale de France1 publie une nouvelle version des schémas de définition XML-TEI et personnalisations ODD qui encadrent le corpus Reliures BnF (reliures.bnf.fr). Ces documents sont disponibles sur le site : bibnum.bnf.fr/reliure

Pour mémoire, le projet d’encodage (reliures.bnf.fr/projet) a pour ambition de répondre aux enjeux très spécifiques de la description des reliures anciennes, modernes et même contemporaines, en s’attachant aussi bien à décrire les objets eux-mêmes (techniques, ornements), qu’à renseigner le contexte de leur création et écrire leur histoire en y incluant les données relatives aux ateliers, aux commanditaires et aux possesseurs.

L’objectif de cette mise à jour est de parachever le travail de documentation entamé en 2010 par Anna Markova et Florence Clavaud (dans le cadre d’un Master de l’École nationale des Chartes). Il s’agit donc ici de proposer une description entièrement revue, actualisée et cohérente des usages qui se sont établis au fil des ans et de l’évolution du corpus encodé. Les choix techniques et intellectuels qui ont été faits sont documentés par des définitions précises et un référentiel enrichi, illustrés d’exemples concrets.

La Bibliothèque nationale de France propose également à la communauté un manuel d’encodage afin qu’elle y trouve matière à réflexion dans le paysage actuel des humanités numériques ou matière à débat quant aux solutions proposées et retenues pour la description des reliures.

La publication est organisée de la manière suivante :

  1. Manuel d’encodage, avec une section recensant l’ensemble des balises utilisées (à l’image des Guidelines TEI) ;
  2. Personnalisation ODD et schémas liés, en quatre sections distinctes : notices reliures, notices personnes, notices collectivités et références bibliographiques ;
  3. Deux exemples de notices reliure en XML-TEI pour illustrer la minutie du travail d’encodage effectué dans le cadre du projet.

schemateiL’ensemble de cette documentation est téléchargeable et réutilisable sous réserve de mentionner la paternité de l’information et de citer explicitement le nom de la Bibliothèque nationale de France (Licence Ouverte).

La Bibliothèque nationale de France remercie l’Equipex Biblissima, dont la contribution a permis de mener à bien et à son terme cet important travail de mise à jour et de mise à disposition de la description du format lié au projet Reliures BnF.

La Bibliothèque nationale de France invite la communauté des digital humanists et des bibliothécaires souhaitant décrire des corpus de reliures à prendre connaissance de la publication sur bibnum.bnf.fr ainsi qu’à consulter les dernières mises à jour de la base reliures.bnf.fr

  1. Fabienne Le Bars, BnF, Direction des Collections, Réserve des livres rares, Responsable de la base Reliures et Lauranne Bertrand, BnF, DCO, Réserve des livres rares / Biblissima, Responsable développement de la base Reliures []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Un nouveau parcours guidé pour les Archives de l’internet

festivals bannière

Un nouveau parcours consacré à La ronde des festivals sur le web vient d’être mis en ligne sur les postes des salles de recherche.

L’été est la saison des festivals, dont les thèmes de plus en plus variés attirent un public croissant, à la recherche de formes inédites d’échanges. Depuis la fin des années 90, les archives de l’internet accumulent des instantanés historiques sur cette effervescence. Elles contiennent des pages sur la plupart des festivals français et donnent à voir des concerts de rock, des spectacles de marionnettes, des scènes de théâtre ou encore des lectures de poésie … La diversité et l’insolite sont mis en valeur dans ce parcours qui définit le festival de façon extensive, comme un lieu de rencontres où sont célébrés le lien social et la participation du public sur place ou à distance. Le numérique offre aussi de nouveaux modes d’expression : des bandes annonces de films sont publiées en ligne tandis que l’art numérique se joue directement sur le web ; il est même des festivals qui n’existent que sur la toile.

Dans une approche chronologique, le parcours présente d’abord le point de vue des organisateurs. Les éditos des sites web montrent bien souvent leurs intentions et les enjeux : découvrir de nouveaux talents, défendre une cause, offrir des lieux de rencontres sont autant de raisons pour lancer une manifestation et attirer des publics. Il est aussi nécessaire de penser au financement, à la programmation, au choix des artistes et à la logistique. Autant de préparatifs qui restaient confidentiels avant l’apparition du web mais qui, désormais, sont mis au grand jour. La question du financement devient un sujet ouvert aux internautes, qui peuvent apporter une contribution directe en ligne à côté des subventions publiques. De façon plus pragmatique, les internautes peuvent facilement réserver leur billet en ligne ou trouver une place en covoiturage. Tout cela n’était pas envisageable avant l’apparition du web et transforme la vie quotidienne.

Les réactions des publics et la mémoire des événements ont également leur place en ligne. En contribuant à la démocratisation de la culture, les festivals suscitent débats et polémiques. Les forums, les blogs, les réseaux sociaux sont autant de formes éditoriales propres au web qui facilitent l’expression citoyenne à côté de celle de la presse. Les internautes peuvent voter en ligne pour faire pencher le choix des jurys vers telle ou telle œuvre. Enfin, nombreux sont les sites web qui archivent les programmes et les descriptifs des œuvres, pour permettre à un public plus vaste que celui qui a assisté aux festivals de partager ce plaisir artistique. Le web favorise ainsi une plus grande circulation des créations et une meilleure connaissance des artistes et contribue  à la démocratisation de la culture.

Treize parcours pour vous guider

Ce parcours guidé est le treizième mis en ligne. Les précédents portaient sur des sujets aussi divers que le web militant, les images amateurs, les journaux personnels, les carnets de voyage, la vulgarisation scientifique ou l’internet électoral, par exemple.

Tous ces parcours guidés des archives de l’internet sont des sélections parmi les très nombreux sites collectés par la BnF. Ils proposent, pour chacun des sites retenus, une centaine par parcours,  une description, une illustration et un lien direct vers une page intéressante dans les archives, à partir de laquelle il est possible de rebondir, dans le temps ou dans l’espace de la toile.

Ils ne prétendent pas à l’exhaustivité, mais ont pour but de faire découvrir la richesse et la variété des archives. Ils ont vocation à la fois à guider les recherches dans la masse considérable de données que proposent les archives et à montrer pour chacun des domaines commentés en quoi le web change la donne et la nature des sources de recherche.

Les Archives de l’internet ont 20 ans

Les Archives de l’internet fêtent cet année un double anniversaire : les 10 ans de la loi attribuant à la BnF, en partenariat avec l’INA, la responsabilité du dépôt légal du web et les 20 ans des archives proposées. La BnF conserve en effet des archives du web qui s’étendent de 1996 à aujourd’hui, soit plus de 668 To de données et 26 milliards de fichiers.

Pour tenter de remplir au mieux sa mission de collecte des sites web, le dispositif choisi par la BnF évolue sans cesse pour tenter de suivre les évolutions très rapides du web, et repose sur une solution mixte qui mêle deux modes d’entrée : des collectes dites larges les plus automatisées possibles et des collectes ciblées beaucoup plus fines mais limitées en taille. Les collectes larges sont réalisées une fois par an à partir de la liste de tous les sites en .fr fournie par l’AFNIC et des listes de quelques autres hébergeurs, ce qui a donné environ 4,5 millions de sites lors de la dernière collecte à l’automne 2015. Ce mode de capture entièrement automatisé est la meilleure façon de collecter le tissu du web, c’est-à-dire les pages mais aussi les liens entre elles. Mais il a aussi des défauts : la profondeur de la capture est souvent insuffisante, les sites personnels et les blogs ne sont souvent pas collectés.

C’est la raison pour laquelle a été ajouté un deuxième mode d’entrée, les collectes ciblées, qui ont pour but de repérer plus précisément les sites qui pourraient échapper à la collecte large. Ce sont des collectes beaucoup plus limitées en nombre mais qui permettent de constituer des archives plus complètes, plus profondes et plus fréquentes. Elles sont lancées à partir de listes de sites repérés par des bibliothécaires spécialistes de chaque discipline, ainsi que des universitaires ou des partenaires extérieurs. À ce jour près de 39 000 sites sont ainsi archivés via les collectes ciblées, parmi lesquels de très nombreux blogs et sites personnels.

Des accès de plus en plus nombreux

Afin de protéger les auteurs et producteurs de sites et d’éviter tout risque d’utilisation non souhaitée, les Archives de l’internet ne sont pas mises en ligne, leur consultation ne peut s’effectuer qu’après accréditation dans les salles de Recherche de la BnF, à Tolbiac mais aussi à Richelieu et tous les autres sites de la BnF.

Mais vingt-six pôles associés, dans toutes les régions de France et d’outre-mer, ont également vocation désormais à les proposer dans leurs collections. La carte de ces accès distants s’étoffe au fil des mois et compte déjà onze bibliothèques ou établissements partenaires.

Les Archives de l’internet sont encore peu consultées par les chercheurs, alors même qu’elle pourraient devenir des sources principales ou complémentaires très appréciables dans des disciplines très variées.

Au-delà des parcours guidés, de nouveaux outils permettant un mode d’accès plus précis à ces sources devraient être mis en place à partir de la rentrée pour faciliter l’exploration et l’exploitation par la recherche de ce patrimoine d’un genre nouveau.

Christine Genin

Littérature française contemporaine, dépôt légal du web et valorisation en ligne au Département Littérature et art, Bibliothèque nationale de France

More Posts