Archives de catégorie : Recherches sur les collections

« Ms-10138 » : contre-enquête dans les archives de la police des Lumières

La BnF accueille chaque année des chargés de recherches documentaires (CRD) qui conduisent un travail au plus près de ses collections. Marie-Elisabeth Jacquet , accueillie à la Bibliothèque de l’Arsenal pour son projet de valorisation du fonds Bastille de la Bibliothèque.

Continuer la lecture de « Ms-10138 » : contre-enquête dans les archives de la police des Lumières

Marie-Elisabeth Jacquet

Chargée de recherches documentaires sur le fonds Bastille de la Bibliothèque de l'Arsenal (2020-2024). Thèse en cours de préparation sous la direction de Vincent Milliot (IDHE.S. Paris 8) : "L'ordre et ses papiers. Les archives de la Lieutenance générale de police de Paris (1716-1789-1889)" Chargée de cours à l'université Paris 8-Vincennes-Saint Denis. Normalienne et agrégée d'histoire.

More Posts

« Musique légère » : embarras et délicatesses d’un cadre de classement au département de la Musique

La BnF accueille chaque année des chercheurs associés qui conduisent un travail au plus près de ses collections. Aujourd’hui Marie Goupil-Lucas-Fontaine présente ses recherches sur la musique légère.

Continuer la lecture de « Musique légère » : embarras et délicatesses d’un cadre de classement au département de la Musique

Marie Goupil-Lucas-Fontaine

ATER - Doctorante en histoire contemporaine - Université Paris 1-Panthéon-Sorbonne (ED 113) - Centre d'Histoire du XIXe siècle (EA 3550) Chercheuse associée BNF, département de la Musique

More Posts

Entre destruction et modernité : l’édition révolutionnaire et impériale à travers les sources numériques du Dépôt légal (1793-1810)

Introduction1

Parmi les historiens du livre et de l’édition, le dépôt légal de la Révolution et de l’Empire est un peu comme le Commandeur du Don Giovanni de Mozart2.  Tout le monde sait où il se trouve, tout le monde en parle, mais personne n’ose s’y approcher de trop près dans la crainte d’en être écrasé ou englouti. Le dépôt légal demeure donc toujours en surplomb et en arrière-plan des recherches qui sont consacrées à l’histoire de l’édition de cette période : s’il est souvent cité, il n’est que très rarement analysé de près. Pour preuve, il suffit de voir les nombreuses références qui sont faites au dépôt légal dans les plus importants textes d’histoire du livre consacrés à cette période3 : les historiens continuent à se léguer les uns les autres les chiffres élaborés par Robert Estivals, qui, seul, a eu le courage de défier (et de vaincre) le Convive de pierre et de proposer, il y a désormais plusieurs décennies, une étude quantitative des registres du dépôt légal de l’époque révolutionnaire et impériale, seulement en partie corrigé par la suite4.

Les recherches actuelles ne souhaitent pas revenir sur les résultats proposés en son temps par M. Estivals, même si un premier et partial examen laisse supposer qu’il conviendrait d’en remettre en question certains acquis revoyant fortement à la baisse les volumes de la production éditoriale de cette époque. A quoi bon, en effet de savoir que, une fois éliminées les répétitions et les erreurs d’enregistrement, attentivement séparés les dons et les partitions musicales, réduites à portion congrue les publications périodiques et les tomes déposés séparément, en l’année VIII (1800) les publications déposées au titre du dépôt légal ont été 512 plutôt que 709 (-24,5%)5 ?

Image 1. Production éditoriale déposée au dépôt légal au régime de la loi du 17 juillet 1793.
Image 1. Production éditoriale déposée au dépôt légal au régime de la loi du 17 juillet 1793. En rouge les chiffres proposés par Estivals, en bleu ceux élaborés au cours de mes recherches cette année.

Quoique les nouvelles recherches se fondent en partie sur les mêmes sources utilisées par Estivals et en moindre partie par Hesse, elles souhaitent plutôt comprendre le processus de construction de ces chiffres, saisissant les logiques (culturelles, économiques et politiques) qui les déterminent. A cette condition, c’est-à-dire à condition de restituer au dépôt légal sa dimension sociale qui lui appartient en l’inscrivant dans un contexte plus vaste, ce tableau perd sa dimension abstraite. Intégrée avec d’autres sources, il peut devenir le biais à travers lequel il est possible d’une part d’appréhender l’impact de la Révolution sur le monde de l’édition6, autant qu’il peut être l’occasion, d’autre part, d’interroger les dynamiques de reconfiguration des capitaux culturels qui caractérisent l’Europe post-révolutionnaire et napoléonienne7.

Image 2. La France en l’an XI (1802-1803)
Image 2. La France en l’an XI (1802-1803)8.

Les dispositions prévues par la loi du 17 juillet 1793, qui régissent le régime libraire de la République, s’appliquent jusqu’en février 1810 sur un espace politique et culturel qui ne cesse de s’agrandir. Dans cette carte de l’an XI, l’on peut voir la départementalisation des Pays-Bas Autrichiens sur la frontière nord, du canton du Léman et de la région piémontaise à l’est.  

Les principes et les enjeux de la loi du 19 juillet 1793

Approuvé à un moment où la République était menacée de survie et passé presque inaperçu, le décret du 19 juillet 1793 constitue néanmoins un tournant dans l’histoire de l’édition9. Il est un tournant, car ce texte fonde le moderne droit d’auteur en France10, en le consacrant en tant que droit naturel et imprescriptible. Toutefois, cette loi constitue aussi un tournant dans la mesure où, à partir de ce premier postulat, ses auteurs, Marie Joseph Chénier, qui rédige le texte, et Joseph Lakanal qui le présente à la tribune11, construisent, aussi et plus largement, le cadre juridique qui organise un régime éditorial inédit, fondé sur le rejet radical de l’expérience et des principes de la période monarchique12. Ainsi, même si des anciennes pratiques sont restaurées, la logique qui préside à leur usage est nouvelle si bien celui-ci acquiert une nouvelle signification et nouvelle portée performative au sein le monde de l’édition13. Tel est le cas par exemple du dépôt légal14.

Instauré en 1537 par François Ier, modifié à maintes reprises au cours du XVIIIème et tombé en désuétude lors des premières années de la Révolution, sans pour autant être officiellement jamais abrogé, le dispositif est remis en vigueur par la loi en 1793, qui est en fait même le socle à partir duquel s’agence le processus d’accumulation du capital culturel de la nouvelle République. A proprement parler, il s’agit moins d’une restauration que de l’institution d’une nouvelle pratique socio-culturelle.  

Jusqu’en 1789, le dépôt légal s’inscrivait au sein d’un dispositif complexe visant à encadrer et à contrôler la production et la circulation de l’imprimé de la part de la monarchie. Ce qui avait expliqué, par-delà même les tensions qui avaient caractérisé l’existence du champ éditorial absolutiste15, son progressif durcissement à fur et à mesure que la diffusion de l’imprimé se propageait dans la société et devenait un vecteur de médiation culturelle en mesure de toucher de pans de plus en plus larges de la société. Il ne permettait pas seulement de vérifier les contenus que ces textes véhiculaient, mais surtout de s’assurer de la régularité du processus de production éditoriale qui était strictement encadrée par les privilégies concédés par la royauté, justifiant ainsi le rôle actif joué par les Communautés des libraires et imprimeurs au sein de ce processus de régulation. Si dans le règlement de 1723, la Bibliothèque du Roi était reconnue, quant à elle, destinataire de deux copies de chaque texte imprimé au sein du Royaume, elle avait un rôle totalement passif, déléguée qu’à recevoir et patrimonialiser des ouvrages que d’autres avaient en charge de saisir et d’en examiner la conformité aux règles en vigueur16.

La Révolution bouleverse ce système d’interactions, car elle bouleverse les principes sur lesquels se fonde le pacte social. En 1793, l’établissement du dépôt légal s’inscrit dans le sillage de la Déclaration des Droits de l’homme et du citoyen approuvé quatre ans auparavant et, plus particulièrement, il est motivé par l’exigence de garantir l’application de l’article 11 de celle-ci qui prévoit que « tout Citoyen peut parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l’abus de cette liberté dans les cas déterminés par la Loi »17. Il s’agit d’une traduction juridique tardive certes, aboutissement dernier de nombreux projet de lois et de pressions contradictoires qui ont jalonné son élaboration18, mais néanmoins logique. Comment serait-il autrement possible de protéger le droit imprescriptible et « exclusif » que « les auteurs d’écrits en tout genre, les compositeurs de musique, les peintres et dessinateurs qui feront graver de tableaux ou dessins » ont « de faire vendre, distribuer leurs ouvrages […] et d’en céder la propriété » sans conserver une trace précise des ouvrages imprimés sur le sol de la République19 ? Toutefois, comment éviter que la conservation et la patrimonialisation des publications dérivées du besoin de reconnaître à sa juste valeur « le génie » à travers ne remette pas en discussion le caractère sacré et inconditionné du droit d’auteur20 ? Comment exclure que l’institution, qui se porte garante de ce dépôt, qui le certifie même par le biais de ses récépissés qu’elle livre à tout dépositaire, puisse dévoyer ce pouvoir pour exercer une forme de contrôle, même ex post, qui à terme pourrait devenir une menace pour la liberté d’expression ?

La volonté de trouver un équilibre entre ces deux besoins à la fois légitimes et contradictoires aboutit à la refonte complète de la pratique du dépôt légal. Une refonte dans la mesure où la reconnaissance pleine et entière du droit d’auteur en tant que forme sacrée de propriété, dont la légitimité précède la loi positive, implique que son usage ne puisse pas être subordonné et conditionné à une médiation étatique obligatoire, qui remettrait en question son caractère sacré et inconditionné, à la fois du point de vue de principes et du point de vue pratique. Le dépôt légal ne peut qu’avoir un caractère volontaire, qui résulte du choix de l’individu.

Toutefois, privé de son pouvoir de contrôle, l’Etat acquiert la responsabilité d’une tâche encore plus importante : il doit organiser l’usage social de la production éditoriale. Ce qui implique une transformation profonde de ses prérogatives. D’abord, dans la mesure où l’exercice de l’édition n’est encadré que par le droit naturel dont la puissance publique est, et il ne peut pas être autrement, le seul garant, l’Etat s’affirme comme le seul acteur qui peut décider de la politique libraire nationale. Déléguer cet exercice à un corps intermédiaire reviendrait à renoncer à une portion de la souveraineté. Ensuite, comme l’intervention étatique ne se justifie qu’un nom de sa capacité d’assurer le respect des droits naturels dont jouit chaque citoyen, soit-il auteur ou imprimeur, l’action des institutions publiques doit se limiter à prouver le bien-fondé de prétentions de celui-ci d’une part et à en sanctionner leur éventuel abus d’autre part, expliquant son rôle de régulation du système éditorial.

Ainsi, si en aval, sans surprise, l’Etat se réserve le monopole de la répression de la contrefaçon par le biais des tribunaux et du contrôle de police, en amont, ce nouveau régime libraire repose désormais sur l’expertise des conservateurs de la Bibliothèque devenue Nationale, dont les connaissances sont mises au service de la République. En tant que fonctionnaires, ceux-ci ne doivent plus surveiller, mais ordonner ; non pas censurer, mais examiner et protéger l’œuvre de tous les citoyens pour en faire un patrimoine commun de tous pour tous21. Tâche décisive qui traduit l’importance acquise par la Bibliothèque révolutionnée au sein des institution républicaine22, mais aussi plus largement la mutation du savoir bibliographie qui devient, ou mieux complète sa mue, pour devenir un outil de construction de l’orthodoxie du champ culturel républicain23. De ce point de vue, alors les registres du dépôt légal peuvent être considérés comme autant de précieux jalons pour comprendre les évolutions de celui-ci et les dynamiques qui le caractérisent. 

Image 3. Exemplaire de récépissé, livré par les conservateurs du département des imprimés de la Bibliothèque nationale.
Image 3. Exemplaire de récépissé, livré par les conservateurs du département des imprimés de la Bibliothèque nationale. Il s’agit de Gougis du Favril, traducteur du Digeste ou Pandectes de l’empereur Justinien, traduits en français par M. G* D. F*,… et révisés par une société de jurisconsultes, Paris, 1803.

Usages du dépôt légal : surgissement d’un nouveau paradigme économique

Si une notice bibliographique singulièrement prise n’offre que quelques renseignements concernant un livre spécifique, la construction d’une base de données composée par des milliers de titres échelonnées dans le temps à intervalles réguliers, permet de déceler les logiques de fonctionnement du système éditorial qui se définit à la suite des lois de 1793, amoindrissant les spécificités liées à la conjoncture temporelle ou aux comportements des individus24. Tout particulièrement, à rebours des affirmations des mémoires des libraires et des imprimeurs de l’époque, tendant à présenter celui-ci comme le royaume de l’arbitraire dont « l’extravagance de règles » aurait permis l’instauration d’un « pillage général des propriétaires littéraires » où aux bons éditeurs s’opposeraient des pirates sans états d’âme25, l’analyse comparée des registres du dépôt légal et des principaux journaux bibliographiques de l’époque révèle que la loi de 1793 fait rapidement l’objet d’une réappropriation par les acteurs du monde de l’édition pour être intégrée au sein d’un ensemble de pratiques commerciales cohérentes qu’elle participe finalement à structurer26.

Certes, pendant les premières années directoriales, la pratique du dépôt légal semble se révéler aléatoire et presque exclusivement limitée au champ éditorial parisien à tel point qu’il est difficile, à l’état actuel des recherches, de déceler la cohérence des choix opérés par les imprimeurs27. Toutefois, déjà en 1800 et 1803, celle-ci se précise, montrant une forme de discipline du champ éditorial sur la base de la loi de juillet 1793, prouvée d’une part par la répétition des comportements des éditeurs et d’autre part par leur universalité. Plus un ouvrage coûte cher à produire en raison de la qualité du support ou du travail éditorial qu’il nécessite pour le confectionner, et surtout plus est-il susceptible d’être commercialisé à large échelle, plus il est rapidement et exactement déposé au dépôt légal. À l’inverse, moins les coûts de production sont importants et surtout, moins significatives sont les chances de commercialisation dans le temps ou dans l’espace, moins les imprimeurs se soucient de se rendre rue Richelieu pour déposer les copies réglementaires, se contentant d’annoncer la parution de l’ouvrage par les biais des annonces libraires. Des exceptions existent bien évidemment et ce cadre est complexifié par des différences géographiques, qui concourent à une sous-représentation, à vrai dire de moins en moins significative dans le temps, de la production provinciale. Elles ne sauraient toutefois remettre en cause le décalage marginal entre les annonces libraires et les ouvrages déposés au dépôt légal concernant les livres illustrés, les almanachs et tous les usuels, les œuvres théâtrales, ou encore, les romans dont l’importance quantitative est majeure au sein de la production éditoriale de l’époque. Ces mêmes sources attestent en revanche des différences majeures concernant les essais, les textes d’occasion ou, encore, les ouvrages à intérêt local, la nature même de l’ouvrage ou les circonstances de publication amoindrissant les possibilités de fraude et donc le besoin de recourir à la protection de la loi de 1793 aux yeux des éditeurs et des imprimeurs eux-mêmes.

Si cet élément explique en partie l’écart significatif qui existe entre les annonces publicitaires et les œuvres effectivement déposés à la Bibliothèque Nationale, il contribue surtout à restituer la rationalité des pratiques éditoriales qui caractérisent le champ éditorial post-révolutionnaire et qui aboutit finalement à la construction d’un nouveau régime libraire, démentant l’idée que la Révolution et l’adoption d’un cadre légal moins intrusif aient favorisé l’avènement du chaos et de l’anarchie éditoriale. Au contraire, si celui-ci demeure précaire et toujours menacé par des comportements controversés ou illégaux28, son efficacité ne cesse de s’accroître au fil du temps. Aux procédures légales entamées pour contrefaçon qui parsèment la chronique judiciaire prouvant la persistance de l’ancienne dichotomie entre la capitale et la province héritée de l’Ancien régime, à l’activité douteuse d’imprimeurs libraires dont les titres ne sont jamais enregistrés au dépôt légal, et pour cause29, il convient d’opposer l’uniformisation croissante du marché éditorial témoignée par deux éléments. A la variété et le poids accru des livraisons faite de la part des éditeurs provinciaux, qui s’intègrent de plus en plus dans un marché transnational ou impérial s’ajoute l’existence d’un dépôt légal « tardif » ou « rétrospectif » pratiqué par des ayant droits qui déposent des ouvrages publiés des années auparavant, parfois avant même juillet 1793, pour se prévaloir de la protection, juridiquement discutable, de la loi.

Image 4. Pourcentage d'ouvrages publiés à Paris entre 1800 et 1810
Image 4. Pourcentage d’ouvrages publiés à Paris entre 1800 et 181030. Selon les données du dépôt légal, entre l’année 1800 et l’année 1809, les imprimeurs-libraires ou éditeurs parisiens publient 11% moins de titres, passant du 91% du total à 80%.

D’importance diverse, ces deux pratiques prouvent la volonté des acteurs d’intégrer un ordre libraire dont ils estiment, à tort ou raison, pouvoir en tirer davantage des bénéfices en l’intégrant qu’en y étant exclus. La conviction de l’efficacité de la protection du dépôt légal se renforce rapidement si bien que, déjà en 1803, le décalage entre les annonces libraires et les livres réceptionnés par les conservateurs n’est plus que de la moitié environ de ce qu’il était trois ans plus tôt (13,7% en 1803 d’annonces en plus par rapport au dépôt alors que le pourcentage dépassait 26,2% en 1800). En 1806, ce décalage s’est inversé et les entrées au dépôt légal dépassent largement les annonces commerciales31. L’étroit contrôle imposé au monde de l’imprimerie parisienne par le Ministre de Police, doublé d’un dépôt obligatoire à la Préfecture de Police de Paris pour les imprimeurs de la capitale32, n’est pas étranger à ce changement qui traduit, au moins en partie, la progressive normalisation et recomposition du champ libraire33.

Le royaume des pirates et de la contrefaçon, qui aurait accompagné la décadence du noble art typographique si violemment dénoncés à longueur des pages par imprimeurs-libraires, au moment de la proclamation de l’Empire si ce n’est pas déjà un souvenir, il ne le sera jamais totalement d’ailleurs34, il est désormais réduit à une clandestinité qui exclut toute production d’envergure ou bien il se développe à l’extérieur des frontières, en Italie du Nord d’une part et encore plus en Allemagne, comme en témoignent les informateurs du ministère de la Police35. Dès lors, pourquoi les attaques des imprimeurs-libraires à l’égard du régime libraire établi par la loi de juillet 1793, loin de s’estomper, se renforcent à fur et à mesure que celui-ci s’établit ? Faudrait-il simplement les mettre sur le compte d’un esprit de parti exacerbé, d’un conservatisme aveugle qui caractériserait leurs auteurs ?

Le triomphe de l’auteur ou la longue agonie de l’imprimeur-libraire

Pour répondre à ces questions, on aborde l’aspect le plus original et, peut-être, le plus important des registres du dépôt légal créés par la Révolution en tant que source pour l’histoire de l’édition. Dans la mesure où ceux-ci sont censés constituer le support légal pour toute action en justice concernant le droit d’auteur, les conservateurs de la Bibliothèque qui les remplissent ne se limitent pas à enregistrer les données classiques qui permettent d’identifier précisément le support matériel qui leur est livré en le distinguant des autres textes. Ils consignent également le titulaire de ces droits, qu’il le soit à titre définitif car il est l’auteur du texte (ou des images) ou bien qu’il le soit à titre provisoire parce qu’il en est l’éditeur, l’imprimeur ou encore le traducteur36. Ce faisant, ils construisent une base de données, à maints égards, unique.

Unique, car, les publications sans titulaires des droits étant extrêmement rares, il est possible de percer l’anonymat qui caractérise encore des centaines de textes de l’époque, laissant par la même occasion entrevoir la possibilité de renouveler les connaissances sur la composition du monde littéraire post-révolutionnaire. Unique encore, car le catalogage opéré par les conservateurs offre la possibilité d’une part de cartographier les rapports de propriété qui régissent l’ensemble du champ éditorial. Unique enfin et surtout, car leur analyse diachronique permet de reconstruire les logiques éditoriales qui président à son fonctionnement autant qu’à sa transformation.

Image 5. Exemple de page tirée des registres du dépôt légal, floréal an XII (mai 1804)
Image 5. Exemple de page tirée des registres du dépôt légal, floréal an XII (mai 1804)37.

Cette page illustre la variété et la fluidité du monde de l’édition post-révolutionnaire. Le premier texte appartient, l’imprimeur libraire Le Normant, qui acheté les droits à l’auteur pour l’imprimer et le vendre. Le quatrième est un livre à compte d’auteur, imprimé par un tiers mais commercialisé et possédé par son auteur. Le sixième en revanche appartient à Barba, un « libraire » qui agit comme un éditeur moderne. Après avoir acheté les droits à l’auteur, Barba fait imprimer le texte par un autre intermédiaire pour ensuite lui se charge de la commercialisation.

A ce propos justement, l’essor que connaissent les livres à compte d’auteur, ce que l’on appellerait aujourd’hui l’autoédition, est tout à fait révélateur38

Même si les décrets de 1777 avaient déjà favorisé l’essor du phénomène autorisant les auteurs à commercialiser leurs ouvrages, avec l’événement de la Révolution celui-ci atteint une ampleur inédite, comme le révèle l’analyse des livres déposés pendant la première décennie du XIXème siècle.

Image 6. Répartition des titres de propriétés des livres déposés au dépôt légal (1800-1809)
Image 6. Répartition des titres de propriétés des livres déposés au dépôt légal (1800-1809)39.

Les données mettent en évidence un léger recul de la part d’ouvrages à compte d’auteur sur le total dans la décennie analyse : : 33% en 1800, 35% en 1803, 31% en 1806 et 29 % en 1809. Si cette tendance ne remet pas en cause l’essor connu de ce type de publications pendant la période révolutionnaire, d’autre part cet affaiblissement de la démocratie éditoriale issue de la Révolution facilite la recomposition conjoncturelle de 1810.   

Selon cet échantillon d’environ 2000 notices, au moins un tiers des droits de propriété appartient à leurs propres auteurs, peu importe si ceux-ci décident ensuite de commercialiser leurs ouvrages par le biais des libraires auxquels ils confient les copies qu’ils ont fait imprimer à leur frais (ce qui est le plus souvent le cas) ou bien s’ils se chargent de le faire eux-mêmes, essentiellement par vente directe si l’auteur habitait dans la capitale. Comment expliquer cette mutation extrêmement rapide alors que, avant 1789, cette typologie de livres n’atteignait pas le 10% des texte publiés ?

D’une part, certes ces données prouvent la démocratisation de la sphère littéraire, qui survient avec la Révolution et qui va de pair avec l’autonomisation et le renforcement de la condition de l’auteur. Celui-ci devient un sujet actif au sein de l’espace éditorial s’émancipant du rapport de subalternité qui avait caractérisé l’Ancien régime. D’autre part toutefois, du point de vue plus strictement éditorial, cette montée en puissance de l’auteur est indissociable de l’affaiblissement des imprimeurs-libraires, de leur fonction de médiatisation qui avait si centrale jusqu’alors pour faire accéder le manuscrit au statut de publication.

 A l’état actuel des recherches, il est difficile de comprendre les raisons de ce retrait massif qu’il conviendra d’étudier s’appuyant également sur de cas qualitatifs : découle-t-il d’un amoindrissement global des capacités d’investissement d’une communauté épuisée par le changement des attentes culturelles du public, par la succession des vagues répressives et d’anarchie législative ? Ou bien, est-il plutôt le résultat d’une stratégie économique calculé, visant à minimiser les risques, préserver le capital et éviter de s’exposer dans une conjoncture de marché, jugée trop changeante et risquée ? Les deux à la fois, probablement, même si le fait que ce pourcentage ait tendance à passer du simple au double, concernant certaines catégories de publications telles que les essais ou les œuvres littéraires (les romans exclus), et du simple à se réduire à un pourcentage négligeable pour les textes à large diffusion, tels que les almanachs ou les étrennes, laisse supposer que cette évolution soit attentivement maîtrisée par les imprimeurs. Elle permet d’externaliser les coûts et les investissements dans une part de marché risquée, soumise aux aléas de la politique, des goûts changeants et aux modes pour se concentrer sur le renouvellement et la mise à jour constant des usuels.

La suite des recherches se chargera de mieux comprendre les logiques et les contours de cette mutation. Pour l’heure, il est suffisant de s’en tenir au caractère structurel de ces chiffres qui révèle à la fois l’ampleur de la déstructuration du système productif d’Ancien régime et l’incapacité de l’ancienne organisation productive à maîtriser les changements qui caractérisent la société française contemporaine. Car, s’il est bien vrai que les imprimeurs libraires ne disparaissent pas, leur choix de n’investir que sur les usuels, les almanachs, les annuaires ou les publications financées par l’Etat, tout en louant leurs presses au plus offrant, constitue à la fois une forme de repli et de renoncement.

 Un repli prudent et efficace qui a court terme leur permet de préserver la structure productive dont ils sont propriétaires, comme le laisse supposer le léger recul de la part des livres en compte d’auteur (35% en 1803, 31% en 1806 et 29% en 1809) et qui, naturellement, s’accompagne avec une augmentation proportionnelle de la capacité d’investissement de la part des imprimeurs-libraires. Ce repli économique ne saurait pas cacher toutefois sa nature de renoncement, imposé ou choisi ici peu importe, face à ce qui constitue le véritable élément de nouveauté qui caractérise l’époque post-révolutionnaire : l’affirmation, contrastée relative, d’un marché éditorial unifié et subordonné aux goûts d’un public dont la Révolution a consacré la puissance et la centralité. Si cet élargissement et démocratisation du marché éditorial avait commencé bien avant la crise de la fin du siècle et il avait été l’un des éléments qui avaient rongé la stabilité du système absolutiste40, l’écroulement de l’Ancien régime lui donne cependant une envergure inconnue, la crise du marché du livre s’accompagnant également par la montée en puissance de l’imprimé éphémère, le pamphlet, et périodique, le journal41.

Dès lors, par-delà des destins particuliers spécifiques à toute imprimeur, cette marginalisation systémique de la figure de l’imprimeur-libraire révèle sa difficulté à s’adapter à une réalité socio-culturelle en pleine mutation et qui est caractérisée par le basculement d’un modèle fondé sur la limitation de la demande à un autre basé sur la variété de l’offre.((Voir à ce propos les considérations développées sur l’usage du livre en Révolution par Daniel Roche et Roger Chartier, « Introduction » in F. Barbier, Cl. Jolly et S.  Juratic (ed.), Livre et Révolution, Paris, Mélanges de la Sorbonne, 1988, p. 5-15 et C. Hesse, Publishing and cultural politics in revolutionary Paris, 1789-1810, cit.)). Ce qui implique une nécessaire refonte des pratiques éditoriales autant que des outils de production, car la richesse et la puissance ne se construisent plus désormais sur la propriété de l’ensemble de la chaîne productive, dont l’achat et les frais de fonctionnement peuvent absorber inutilement toute la capacité financière de l’activité. Elle réside plutôt sur la capacité de satisfaire le marché, voire de le construire, à travers une activité de médiation entre les attentes que celui-ci exprime, la production des auteurs et enfin les contraintes imposées par la puissance étatique pour aboutir à la construction d’une politique éditoriale viable du point de vue économique. En d’autres termes, le temps est aux libraires-éditeurs, pour utiliser un terme d’époque, ou tout simplement, pour en utiliser un autre, aux éditeurs au sens moderne du termes, qui savent se séparer l’activité de production pour se concentrer sur la création et le financement d’un produit éditorial, suscitant une demande qui ont su autant que possible anticiper, encourager, voire même créer. Si le XIXème siècle marquera le triomphe de cette figure42, les registres du dépôt légal consulaire et impériale, quant à eux, en enregistrent le premier essor certain, comme le prouve le dernier graphique, qui montre la part de titres dont la propriété revient à cette nouvelle figure professionnelle, à laquelle les décrets napoléoniens de 1810 reconnaîtront pour la premier fois une responsabilité juridique à défaut d’en préciser totalement les contours.

Image 7. Répartition des titres de propriétés des livres déposés au dépôt légal (1803-1809)
Image 7. Répartition des titres de propriétés des livres déposés au dépôt légal (1803-1809)43.

Conclusions

Inutile de considérer ces pages pour ce qu’elles ne sont pas : une étude définitive. Il ne s’agit que des premiers résultats d’une recherche qui mérite d’être continuée, peaufinée, consolidée par l’élargissement de la base de données et par le traitement de nouvelles sources. Des affirmations seront nuancées, d’autres précisées. Pour cette raison, cette étude méritait sa place ici dans ce Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France. Néanmoins, de vieilles intuitions se confirment et de nouvelles pistes se dégagent nombreuses.

Loin d’entrer en contradiction avec les mémoires des libraires publiés à l’époque, l’analyse des registres du dépôt légal permet de leur attribuer une nouvelle valeur, de mieux expliquer les raisons du violent refus de l’ordre voulu par la Révolution. Certes, la régularité des courbes, et plus encore l’intelligibilité des logiques qui les ordonnent, permet de nuancer les défaillances du régime libraire établi par le décret de juillet 1793. Le « capitalisme de butin » qui avait caractérisé la dérégulation révolutionnaire permettant à des nouveaux acteurs de s’affirmer s’estompe avec la création d’un marché unique à l’échelle (trans)nationale et la lente consolidation de nouvelles hiérarchies internes au nouveau champ éditorial, que le dépôt légal de 1793 contribue à construire avant même de les certifier. Avec le Consulat le temps des pirates se termine.

Pour autant, cette idéalisation d’un âge d’or passé par rapport à la noirceur d’un présent qui est sans cesse répétée s’explique, se légitime encore mieux à l’aulne de la géométrie de ces graphiques. Avec un langage qui trahit la permanence des structures mentales héritées de l’Ancien régime, cette ferme opposition vers le régime libraire imaginé par la Révolution traduit le ressenti commun de leurs auteurs face la violence d’une mutation systémique, à laquelle ils sont soudainement confrontés et qui débouche sur la remise en question de la figure professionnelle qu’ils incarnent. Une figure qui avait caractérisé pour deux siècles le système éditorial de l’absolutisme et dont ces mêmes auteurs sont le plus souvent les héritiers, à défaut d’en avoir été les protagonistes. La Révolution avec ses lois détruit à la fois un monde et un modèle économique. Et des identités et des destins professionnelles, aussi.

Bien sûr, les décrets de 1777 avaient déjà fissuré la toute-puissance de l’imprimeur libraire, tout comme la littérature clandestine aux frontières avait réduit sa puissance économique dès les débuts du XVIIIème siècle. D’ailleurs, dans les remontrances de l’époque, les imprimeurs parisiens ne s’étaient pas plaints, déjà à l’époque, du fait que la décision royale ruinait le commerce libraire, laissant le champ libre aux pirates ? Le commerce et la production libraires n’étaient pas déjà en une profonde crise dès le début des années 1780 ? Toutefois, rien n’est comparable à la violence de l’onde de choc révolutionnaire, dont au fond ces mémoires, ces pétitions sont les meilleurs témoignages, à nuance près. Ce qui à l’époque est appréhendé en termes de déchéance et de décadence se révèle être en réalité un surgissement, ou plutôt la première étape, extrêmement rapide, d’un changement de paradigme productif et qui entraîne, logiquement, une mutation des pratiques et de hiérarchies éditoriales qui vont avec.

De ce point de vue, plus encore que révéler un phénomène inattendu, l’étude des registres du dépôt légal restitue l’étendue et le rythme du surgissement de celui-ci, permettant d’en préciser les contours. Elle permet de mesurer la profondeur de la désarticulation qui l’investit et qui constitue le préalable d’une mutation qui s’étalera, en s’accélérant après 1830, sur toute la première moitié du XIXème siècle. Tout comme, elle permet de saisir pleinement le caractère foncièrement rétrograde des mesures napoléoniennes adoptées en 1810, visant à contrôler la production libraire par le biais de la limitation de l’offre et la construction d’un système policier, dont le dépôt légal (à nouveau obligatoire) aurait dû être le socle44. D’une part, il est vrai, pour la première fois, les dispositions du 5 février 1810 entérinent la naissance de la figure de l’éditeur, lui attribuant un statut juridique spécifique45. D’autre part toutefois, cette évolution s’inscrit dans une approche au monde de l’édition obsolète. Nouveau maquillage d’un ancien échafaudage rendu désirable par l’éclatement brutal imposé par la Révolution46, les décrets de 1810 et 1811 constituent au fond le dernier sursaut victorieux d’un monde affaibli, qui tarde à mourir, mais qui garde encore l’oreille du prince et qui sait lui offrir aussi des garanties politiques dans un contexte de renforcement de l’autorité impériale47. Si dans l’immédiat ils arrivent à reconstruire un ordre et à favoriser la recomposition d’un système éditorial affaibli, d’autre part le prix à payer sera de retarder l’éclosion d’un temps nouveau dont les registres du dépôt légal ont permis de mieux en saisir les lueurs.

Notes

  1. Ces pages sont la version remaniée et largement accrue de l’intervention prononcée le 15 avril 2021, lors de la réunion plénière de la Direction des Services et des Réseaux de la Bibliothèque nationale de France sous le titre de « Au bonheur des registres : repenser l’histoire du dépôt légal et l’édition révolutionnaire à partir de sources numérisées ». Les recherches étant encore en cours, les données présentées doivent être considérées comme provisoires. D’autres articles, mieux étayés, suivront les prochains mois. Qu’il soit permis en revanche de remercier dès maintenant M. J.-D. Mellot pour les conseils et la gentillesse qu’il a voulu exprimer à mon égard. Pour toute critique ou suggestion que ces pages sauront inspirer, écrire à l’auteur. []
  2. Comme déjà remarqué par Jean-Dominique Mellot, l’expression dépôt légal n’est jamais utilisée pendant l’Ancien régime. J-D. Mellot, « Dépôt légal, « bibliothéconomie politique » et identité(s) en France sous l’Ancien Régime » in Frédéric Barbier et István Monok (dir.), Les Bibliothèques centrales et la construction des identités collectives, Leipzig, Leipziger Universitätsverlag, 2005, p. 266-267. Pour ma part, je me permets de rajouter qu’elle ne l’est pas non plus durant l’époque révolutionnaire et impériale. Je me permets donc de l’utiliser ici dans un souci de clarté et efficacité. []
  3. Entre autres M. Lyons, Le triomphe du livre, Paris, Promodis, 1987, p. 12-13 ; C. Hesse, Publishing and cultural politics in revolutionary Paris, 1789-1810, Berkeley, Los Angeles, Oxford, University of California Press, 1990, p. 205-206 et passim ; D. Bellos, « La conjoncture de la production », in R. Chartier – H.-J. Martin (dir.), Histoire de l’édition française, Le livre triomphant, 1660-1830, Paris, Fayard, p. 730-737 et plus récemment P. Sorel, Napoléon et le livre, la censure sous le consulat et l’Empire, Presses Universitaires de Rennes, 2020. []
  4. R. Estivals, La Statistique bibliographique de la France sous la monarchie au XVIIIème siècle, Paris : Impr. nationale, 1965, notamment p. 415. Carla Hesse a pour sa part réalisé une étude de la période 1793-1799, ce qui justifie en partie mon choix de concentrer mon attention sur la période suivante (1800-1810), même si l’approche demeure différente : C. Hesse, Publishing and cultural politics in revolutionary Paris, 1789-1810, cit. p. 126-162. Conservés au Département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale de France (dorénavant BnF), les registres des livres déposés à la Bibliothèque sont désormais disponibles et consultables sur Gallica et sur le site des archives et des manuscrits de la BnF. Voir : https://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc14130k. Il s’agit des seuls registres existants pour la période 1793-1810, alors que pour la période successive aux décrets du 5 février 1810, ceux-ci se multiplient. A la BnF, on conserve les registres des livres déposés par la Préfecture de Police de Paris aussi bien que le catalogue des livres effectivement reçus par le Département des manuscrits. Les Archives Nationales conservent en revanche les registres de tous les livres envoyés par les Préfectures de l’Empire tandis que chaque archive départementale, le plus souvent dans la série T, garde trace des déclarations des imprimeurs actifs dans sa juridiction. Le croisement de différentes sources, effectué par échantillon par Lyons, révèle que chaque registre livre des informations légèrement différentes. Lyons, Le triomphe du livre, cit., p. 14-15. []
  5. Sources: BnF, Archives Modernes, 130, 1800 (nivôse an VIII/nivôse an IX); 132, 1803; 135, 1806; 138, 1809 ; 1812 qui demeure à consolider Bibliographie de l’Empire français ou Journal de l’Imprimerie et de la Librairie, n°13-66, 1 janvier-25 décembre 1812. Méthodologie adoptée : en prenant en compte un an sur 3 à partir de 1800, je n’ai pas comptabilisé les dons (entre 1 et 3% des notices enregistrées), les partitions musicales (leurs volumes évoluant de façon importante d’an sur l’autre, 22% du total des notices enregistrées en 1800, 35% en 1803, 16% en 1806, 25% en 1809). Les titres déposés séparément par volume ou les publications périodiques ont été comptabilisé une seule fois par an. []
  6. S’il est généralement reconnu que la période révolutionnaire et impériale constitue un moment de passage fondamental dans la définition de l’éditeur moderne, les modalités précises de cette mutation font l’objet de débat. A ce propos, utile pour encadrement plus théorique la question : F. Barbier, « Qu’est ce que la médiation ? ou l’invention de l’éditeur », in G. Bonet (éd.), Imprimerie, édition et presse dans la première moitié du XIXème siècle, Perpignan, Publications de l’Olivier, 2004, p. 93-110 ; J.-Y. Mollier, Une autre histoire de l’édition française, Paris, la Fabrique éditions, p. XX-130. M. Lyons, Le triomphe du livre, cit. ; R. Chartier ; H.-J. Martin (dir.), Histoire de l’édition française, Le livre triomphant, 1660-1830, cit. ; C. Hesse, C. Hesse, Publishing and cultural politics in revolutionary Paris, 1789-1810, cit. et Ch. Haynes, Lost illusions : the politics of publishing in nineteenth-century France, Cambridge : Harvard university press, 2010. D’autres suggestions aussi J.-D. Mellot, É. Queval, V. Sarrazin, « La liberté et la mort ? Vues sur les métiers du livre parisiens à l’époque révolutionnaire », in Revue de la Bibliothèque nationale, n° 49, automne 1993, p. 76-85 et R. Darnton, Editer et Pirater, cit. []
  7. En plus de la littérature consacrée à la période napoléonienne, voir à ce propos les réflexions méthodologiques développées par C. Charle, Introduction, in C. Charle (sous la direction de), Le temps des capitales culturelles, Paris, Champ Vallon, 2002, p. 9-26 et F. Moretti, Graphes, Cartes et Arbres, Paris, les Prairies Ordinaires, 2008. []
  8. P.-G. Chanlaire, Carte itinéraire de la République française divisée en départements comprenant l’ancien et le nouveau territoire de la France, Paris, 1801 [en réalité 1802-1803]. Source en ligne Gallica-BnF, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8439197b []
  9. M. J. Guillaume (éd.), Procès-verbaux du Comité d’instruction publique de la Convention nationale, Paris, 1894, Tome 2, tome 2, p. 78 et, pour l’histoire de ce décret, p. 80-81 []
  10. Sur la loi de 1793, voir C. Hesse, « Enlightenment Epistemology and the Laws of Authorship in Revolutionary France, 1777-1793 » in Representations, 1990, Spring, n° 30, p. 109-137. De manière plus générale sur l’évolution de la fonction et le statut de l’écrivain, voir les considérations de M. Foucault replacées dans leur contexte et commentées : D. Ribard, 1969 : Michel Foucault et la question de l’auteur, Paris, 2019. []
  11. Cette hypothèse a été déjà avancée, à juste titre, par C. Hesse, « Enlightenment Epistemology and the Laws of Authorship in Revolutionary France, 1777-1793 », cit., p. 128-129. En effet, les papiers du Comité d’Instruction publique de la Convention Nationale révèlent que Chénier s’était saisi du dossier très tôt, sans pour autant procéder à l’élaboration d’un projet de loi attendu. Le 20 février 1793, dans le contexte des discussions suscitées par la circulation d’écrits contre-révolutionnaires, qui aboutiront à l’approbation de la loi répressive de mars 1793, le comité invite le député à accélérer ses travaux, qui, selon une note publiée sur le Moniteur, sont terminés à la date du 1° avril. M. J. Guillaume (éd.), Procès-verbaux du Comité d’instruction publique de la Convention nationale, Paris, 1891, Tome 1, p. 347-348 Proche des députés qui signent les protestations suite aux événements du 31 mai et 2 juin et désavoué sur un autre projet de loi, Chénier préfère déserter la Convention en juillet, laissant ainsi que son projet de loi soit lu par son collègue au comité Lakanal. Celui-ci pris de court par la pétition des hommes de lettre du 16 juillet n’a même pas le temps d’écrire le rapport de loi et reprend un autre discours déjà prononcé par un troisième Baudin du comité en mars. Pour ces détails, voir M. J. Guillaume (éd.), Procès-verbaux du Comité d’instruction publique, cit. Tome 2, 79. Ce qui en revanche ne semble pas avoir attiré l’attention de Hesse ou Guillaume est l’apport donné par les imprimeurs ou éditeurs dans le processus d’élaboration de la loi, qui est révélé par le fait que le rédacteur de la note du Moniteur soit Huet, un éditeur de partitions musicales qui avait été également à l’initiative d’une pétition en juin 1792 demandant une loi sur le droit d’auteur. []
  12. Cette question doit être plus largement abordée compte tenu des discussions concernant les limites de la liberté d’expression en révolution qui caractérisent le contexte politique de 1793, à ce propos voir A. Soderhjelm, Le régime de la presse pendant la Révolution française, Helfingords, s.e., 1900, p. 109-143 et C. Magoni, Le pour et le contre, Rome, Storia e Letteratura, 2014, p. 39-87. []
  13. Concernant le dépôt légal d’Ancien régime : R. Estivals, Le dépôt légal sous l’Ancien régime de 1737 à 1791, Paris, Rivière, 1964 et J- D. Mellot, « Dépôt légal, « bibliothéconomie politique », cit., p. 260-270. []
  14. Il est à remarquer que le projet de loi initial de Chénier ne prévoyait pas le rétablissement du dépôt légal, ce qui est plutôt l’effet de la proposition du député Pierre Jean Auguis, figure assez marginale dans l’Assemblée. Elle est accueillie par le rapporteur et intégrée sans débat dans le projet de loi. M. Mavidal et E. Laurent (éd), Archives parlementaires de 1787 a 1860 première série, tome LXIX, Paris, 1889, séance du 19 juillet, p. 188. []
  15. L’application du dépôt légal se révèle un outil décisif pour asseoir le monopole contrasté de la corporation parisienne dans l’univers éditorial de la monarchie absolutiste, notamment après les dispositions de 1783. Sur cet aspect, entre autres, R. Chartier ; H.-J. Martin (dir.), Histoire de l’édition française, Le livre triomphant, 1660-1830, cit. Th. Rigogne, Between state and market : printing and bookselling in eighteenth-century France, Oxford, Voltaire Foundation, 2007; J. McLeod, Licensing Loyalty Printers, Patrons, and the State in Early Modern France, The Pennsylvania State University Press, Pennsylvania 2011, p. 97-125 et, plus récemment, R. Darnton, Editer et pirater. Le commerce des livres en France et en Europe au seuil de la Révolution, Paris, Gallimard, 2021 []
  16. Pour les dispositions de loi, voir C.-M. Saugrain, Code de la librairie et imprimerie de Paris, ou Conférence du règlement arrêté au Conseil d’État du Roy, le 28 février 1723, et rendu commun pour tout le royaume, par arrêt du Conseil d’Etat du 24 mars 1744. Avec les anciennes ordonnances, édits, déclarations, arrêts, règlements et jugements rendus au sujet de la librairie et de l’imprimerie, depuis l’an 1332, jusqu’à présent, Paris, Aux dépens de la communauté, 1744 et pour un cadre général, François Furet, « La « librairie » du royaume de France au XVIIIe siècle », in F. Furet, Livre et société dans la France du XVIIIe siècle, t. 1., Paris, La Haye, 1965, p. 3-32 []
  17. Texte de la Déclaration des droits de 1789 : https://www.legifrance.gouv.fr/contenu/menu/droit-national-en-vigueur/constitution/declaration-des-droits-de-l-homme-et-du-citoyen-de-1789. Lorsque la loi est rédigée par Chénier, mars 1793, le Déclaration des Droits de l’homme de l’an I n’était pas ni écrite ni adoptée. Elle ne le sera qu’en juin. []
  18. A ce propos, J. Guillaume (éd.), Procès-verbaux du Comité d’instruction publique, cit., p. 80-81 et encore plus, même si l’aspect dialectique des rapports entre les Assemblées et le monde de l’édition, est totalement gommé, C. Hesse, « Enlightenment Epistemology and the Laws of Authorship in Revolutionary France, 1777-1793 », cit., p. 117-129 []
  19. Art. 1 de la loi du 19 juillet 1793. Texte : Archives Nationales, F/18/1. []
  20. Pour le texte du rapport de loi, que Lakanal copie d’un autre rapport de Baudin, M. Mavidal et E. Laurent (éd.), Archives parlementaires de 1787 a 1860, cit., séance du 19 juillet, p. 188. []
  21. Sur le rôle des institutions en tant qu’outil d’institution sociale, voir : D. Poulot, Musée, nation et patrimoine, Paris, Gallimard, 1997. []
  22. Sur cet aspect, même si la bibliographie est très riche, S. Balayé, La Bibliothèque nationale des origines à 1800, Genève, Droz, 1988, mais aussi C. Jolly, « Les Idéologues et les bibliothèques », in Barbier F. (a cura di), Le Livre et l’historien : études offertes en l’honneur du Professeur Henri Martin, Geneve, Droz, 1997. []
  23. Cécile Robin, « La bibliographie, de la science du bibliographe à l’outil administratif. Naissance d’une science officielle sous la Révolution et l’Empire », Annales historiques de la Révolution française, n° 380, 2015, p. 101-123. []
  24. Les données présentées ici, dont il convient de rappeler leur nature provisoire, sont fondées sur l’analyse d’un échantillon d’environ 2000 notices extraites des registres du dépôt légal, en raison 500 notices par an tous les trois ans à partir de l’année 1800, la première à avoir une assise suffisamment large pour amoindrir les effets de conjoncture. A terme, après 1800, 1803, 1806, 1809, l’objectif à minima est d’élargir l’analyse comprenant 1812 et de cibler davantage certaines catégories d’ouvrages ou certains éditeurs, avec une attention spécifique à l’espace italien, comme prévu par le projet qui a mérité l’attribution de la bourse du comité d’histoire de la BnF en 2020. Pour la période avant 18 Brumaire, voir C. Hesse, Publishing and cultural politics in revolutionary Paris, cit. []
  25. L’instauration d’un régime libraire prévu par la loi de 1793, qui pour autant avait été rédigée sous pression et avec le concours d’une partie des imprimeurs-libraires parisiens, suscite à moyen terme la mobilisation d’autres imprimeurs éditeurs, qui publient des nombreux textes pour dénoncer les effets et en exiger l’abolition. Le premier passage est tiré de la mémoire de Louis J. Goujon, Essai sur la garantie des propriétés littéraires, Paris, Goujon fils, an IX, p. 2 et l’autre P. Catineau-Laroche, Réflexions sur la librairie, dans lesquelles on traite des propriétés littéraires, des contrefaçons et de la censure […] ouvrage adressé à Sa Majesté, Paris, 1807, p. 2. Hesse a déjà proposé une analyse d’une partie de ces textes en C. Hesse, « Economic uphaveals in publishing » in D. Roche et R. Darnton, Revolution in print : the press in France : 1775-1800, Berkeley ; London : University of California press, 1989, p. 69-97 []
  26. L’analyse a été faite croisant les données des registres du dépôt légal pour l’année VIII-IX (1800) et l’année XI-XII (1803) avec les deux journaux bibliographiques les plus répandus de l’époque à savoir : Journal général de la littérature de France, ou Indicateur bibliographique et raisonné des livres nouveaux en tous genres qui paraissent en France, classés par ordre de matières, Paris, Treuttel et Wurtz, et Journal typographique et bibliographique ou annonce de tous les ouvrages qui ont rapport à l’imprimerie […], Paris, Pierre Roux. Sources du dépôt légal : BnF, Archives Modernes, 130, 1800 (nivôse an VIII/nivôse an IX); 132, 1803. []
  27. Selon les données recueillies par C. Hesse, sur 2018 ouvrages déposés au titre du dépôt légal entre 1793 et 1799, auquel il convient d’ajouter 768 partitions musicales, seulement 5,38% sont attribuables avec certitude à des éditeurs provinciaux. C. Hesse, Publishing and cultural politics in revolutionary Paris, cit., p. 256-257. Pour l’instant, je n’ai pas abordé cette période. []
  28. Le dépouillement des rapports de police concernant les sections du Panthéon et du Théâtre français, où se concentraient l’essentiel des imprimeurs et des libraires parisiens (et donc par ricochet de la République entière), prouve la rareté des dénonciations pour non-respect de la loi de juillet 1793 (moins d’une trentaine pour la première décennie d’application de la loi, aucune pour la période entre l’an X et 1815). La concentration spatiale des imprimeurs favorise une forme de discipline indirecte ou directe des acteurs du monde de l’édition de ces quartiers, la plupart de ces rapports étant occasionnés par d’autres imprimeurs. Toutefois, l’inertie de la police, ce qui laisse penser que l’application de la loi n’était pas très stricte au moins jusqu’à Brumaire, ce qui par ailleurs souvent dénoncés par les citoyens qui s’estiment lésés. Archives de la Préfecture de Police, AA, 201-204, section du Panthéon et  241-245 section du Théâtre Français []
  29. L’analyse croisée du Journal général de la littérature de France, cit., et Journal typographique, cit. avec le dépôt légal laisse entrevoir des cas douteux d’éditions de mêmes ouvrages, avec des titres légèrement différents à distance de quelque semaine. Parfois une édition est déposée à la BN, parfois aucune. Pour la seule année 1800, il s’agit d’une quinzaine de cas douteux (sur 500 titres environ) qui baissent légèrement en 1803. Toutefois, seule une étude plus attentive des textes pourra vérifier le taux des contrefaçons. Pour les sources, voir note 25. []
  30. Élaboration des données recueillies sur la base de la méthodologie expliquée à la note 25. []
  31. Pour les sources de cette élaboration, voir la note 25. []
  32. Il n’a pas été possible de comprendre si les livres collectés par la Préfecture de Police étaient ensuite reversés à la BN, comme cela a été le cas après 1810. Il n’y a aucune trace à ce propos. []
  33. A ce propos, voir H. Welschinger, La Censure sous le premier empire, avec documents inédits, Paris, Perrin 1887 et plus récemment P. Sorel, Napoléon et le livre, La censure sous le Consulat et l’Empire (1799-1815), Rennes, PUR, 2020 []
  34. En plus de la référence au livre de Sorel, voir aussi : Veronica Granata, « Marché du livre, censure et littérature clandestine dans la France de l’époque napoléonienne : les années 1810-1814 », in Annales historiques de la Révolution française, 343, 2006, p. 93-122 []
  35. E. Hauterive (éd.), La police secrète du premier Empire : bulletins quotidiens adressés par Fouché à l’Empereur, Paris, Perrin, 1908-1922, 3 vol. qui couvrent la période 1804-1807. Pour la période après 1810, voir la série F/18 conservée aux Archives Nationales. Un article est en préparation à ce propos []
  36. Même si la loi de 1793 ne prévoit pas un statut spécifique pour le traducteur, les registres du dépôt légal font état régulièrement de traducteurs qui s’attribuent les droits d’auteur du texte en question. ce qui est, tout en étant parfaitement légal en l’absence d’un accord international sur le copyright, met en évidence le statut ambigu de la traduction à l’époque. []
  37. BnF, Archives modernes, 133, an XII []
  38. Voir le livre, très utile, consacré à ce sujet par Marie-Claude Felton, Maitres de leurs ouvragesl’édition à compte d’auteur à Paris au XVIII siècle, Oxford University, 2014. L’étude de Felton n’aborde pas la période qui suit 1789. []
  39. Pour la méthodologie utilisée dans le traitement des données, voir la note 17 []
  40. Parmi les nombreuses publications consacrées à ce propos, voir R. Koselleck, Le règne de la critique, Paris, Éditions de Minuit, 1979 ; R. Chartier, Les Origines culturelles de la Révolution française, Paris, Seuil, 1990 []
  41. Sans avoir aucune prétention d’exhaustivité tellement la littérature est vaste à ce propos, je me limite à signaler quelques études à caractère général : P. Retat (dir.), La révolution du journal, 1788-1794, Lyon, Presses Universitaires, 1989 ; H. Gough, The Newspaper press in the French Révolution, Chicago, the Dorsey Press, 1988 ; J. Popkin, La presse de la Révolution : journaux et journalistes, 1789-1799, Paris, 2011 et plus largement D. Kalifa, Ph.  Regnier, M.-È. Thérenty (dir.), La civilisation du journal, Histoire culturelle et littéraire de la presse française au XIXe siècle, Paris, Nouveau Monde, 2011. []
  42. Référence au texte classique : H.-J. Martin ; R. Chartier (sous la direction de), Histoire de l’édition, Le Temps des éditeurs du Romantisme à la Belle époque (1830-1900), Paris, Fayard, 1990 []
  43. Ce graphique est le résultat de l’analyse d’un échantillon d’environ 200 titres pour les années 1803, 1806 et 1809. L’attribution du titre de « libraire éditeur » est rare dans les registres originaux même si elle a tendance à se multiplier au fil du temps (3 occurrences en 1800, 18 en 1809). Elle est donc le résultat d’un contrôle croisé qui a permis de prouver qu’un titulaire de droits défini comme « libraire » avait délégué l’impression du texte à un autre imprimeur, se réservant le rôle de médiateur entre l’auteur et celui-ci. Extrêmement utile à cet égard, J.-D. Mellot, É. Queval, N. Aguire, C. Bellon, W. Kolecki et A. Monaque, Répertoire d’imprimeurs / libraires (vers 1470-vers 1830), Paris, BnF éditions. Les imprécisions qui caractérisent l’année 1800 ont justifié l’exclusion de l’échantillon en question. []
  44. A ce propos voir, O. Krakovitch, « Le décret du 5 février 1810 », in P. Sorel, F. Leblanc (sous la direction de), Histoire de la librairie française, Paris, Cercle de la librairie 2008. p. 5-15 et aussi P. Sorel, Napoléon et le livre, cit. []
  45. Voir les considérations de J.-Y. Mollier, « La police de la librairie (1810-1881)», in P. Sorel, F. Leblanc (sous la direction de), Histoire de la librairie française, cit. p. 16-18, déjà partiellement anticipées en J.-Y. Mollier, Une autre histoire de l’édition française, cit. []
  46. Sur ce point les conclusions, qui à mériteraient peut-être d’être nuancées, de J.-D. Mellot, É. Queval, V. Sarrazin, « La liberté et la mort ? », cit. p. 84-85 []
  47. Voir à ce propos, les discussions au conseil sur ce propos J. G. Locré (éd.), Discussions sur la liberté de la presse, la censure, la propriété littéraire, l’imprimerie et la librairie qui ont eu lieu dans le Conseil d’État pendant les années 1808, 1809, 1810 et 1811, Paris,  Garnery, 1819 []

Francesco Dendena

Chercheur associé à la Bibliothèque Nationale de France et à l'Université de la Suisse Italienne, Francesco Dendena est spécialiste de l'histoire culturelle de l'époque révolutionnaire et impériale. Lauréat du prix du comité d'histoire de la BNF, il est en train de mener de recherches sur l'histoire du dépôt légal et sur le monde de l'édition au début du XIXème siècle.

More Posts - Website

Les albums de « Costumes péruviens » du fonds Léonce Angrand (2/2)

Isabelle Tauzin-Castellanos, professeure des universités à l’Université Bordeaux Montaigne (EA3656) – Institut Universitaire de France, nous propose de revenir sur la personnalité de Léonce Angrand, dont les collections sont présente dans plusieurs départements de la BnF.


Le second album d’aquarelles péruviennes, 1837-1849

Le second album de « Costumes péruviens. Scènes de la vie religieuse et populaire à Lima ». 2e partie 1837 à 18491 a été ordonné a posteriori, ce que l’on peut déduire de la numérotation des aquarelles, qui portent cette fois, toutes le monogramme AL (pour Angrand Léonce).

Deux aquarelles de l’album sont entrées au répertoire des représentations les plus connus au Pérou, et ont été reproduites à l’envi : c’est l’annonce de la vente de billets pour un combat de coqs, une aquarelle datée du 20 avril 18372, sur un sujet qui a également inspiré Francisco Fierro3.

C’est d’autre part le retour de la fête d’Amancaes, une aquarelle d’Angrand datée de septembre 1837, une scène violente et festive, sorte d’enlèvement des Sabines lors d’une manifestation populaire traditionnellement célébrée à l’occasion de la Saint-Jean, en juin, lorsque le mont Amancaes, près de Lima, est recouvert d’un parterre de fleurs jaunes, à l’orée de l’hiver austral.

Les Afro-Péruviens acquièrent une visibilité chez Angrand, plus sans doute que les les groupes indiens et métis, qui vivent à la périphérie de la capitale, et exercent des métiers semi-ruraux comme le groupe de vanniers et de fagotiers mis en scène dans la première aquarelle datée de 18364.

L’aquarelle du 30 avril 1837 rassemble un groupe de sept personnages représentatifs des classes populaires, composé d’indiennes et de métis : trois soldats en tenue de parade dialoguent avec quatre femmes en corsages et longues jupes, dépourvues de l’élégance des « tapadas » enveloppées dans des soieries. Le militaire s’amuse d’une souris, au centre de l’image.

L’arrière-plan est à peine ébauché, tandis que Léonce Angrand a dessiné par ailleurs, quantité d’églises et de places, de paysages et de monuments, une infinité de croquis restés inachevés qu’Edgardo Rivera Martinez a reproduits en partie dans son ouvrage consacré à Léonce Angrand.

Les scènes de marché ont aussi retenu l’attention du voyageur étranger. Le diplomate français représente une ville où la nourriture abonde, la nature est généreuse, mères et enfants vivent dans un espace public ouvert à tous les regards.

La misère est visible à côté du luxe ostentatoire. La prostitution est omniprésente et côtoie le pouvoir religieux sur la voie publique. Les processions sont dépeintes avec une grande diversité5.

L’insécurité guette le voyageur au premier carrefour. Peinte par Angrand, Lima est une cour des miracles.

Cet aperçu montre combien la centaine d’aquarelles des albums Angrand sur le Pérou est d’une extraordinaire complexité. Les deux albums sont intéressants pour les historiens tout comme les historiens de l’art. Certes, il ne s’agit pas d’instantanés, mais de constructions élaborées, des scènes imaginaires, porteuses de sens, renvoyant à une réalité ethno-historique précise que le peintre voyageur va retrouver et continuer d’illustrer au Guatemala, au milieu du siècle.

Les aquarelles d’Angrand, de Merino et de Fierro constituent une encyclopédie illustrée de l’Amérique du sud au sortir des guerres d’indépendance, avant que les coutumes et l’habillement traditionnel ne soient relégué du fait de l’essor des modes importées de France. Les Péruviens enrichis grâce au guano réorientent la culture nationale dans une capitale qui devient de plus en plus européanisée à partir de 1850, jusqu’au retournement de sensibilité et la revendication autochtone des années 1920, à l’occasion du Centenaire de l’Indépendance du Pérou, par des peintres comme Mario Urteaga, José Sabogal originaires des Andes.  

Bibliographie

Sources primaires

  • Angrand, Léonce, Costumes péruviens, scènes de la vie religieuse et populaire à Lima, Paris, Bibliothèque Nationale. 2 albums. Département des Estampes et de la Photographie. RESERVE OF-32 (1 et 2)-PET FOL. 
    Album 1: https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb403584916
    Album 2 : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10540833w
  • Inventaire des livres et documents relatifs à l’Amérique recueillis et légués à la Bibliothèque Nationale par M. Angrand, Paris, Bibliothèque Nationale. Département des imprimés, 1887. Disponible en ligne, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k255697k>.
  • Lafond de Lurçy, Gabriel, Voyages autour du monde et naufrages célèbres, Paris, Pourrat, 1843-1844, t. 1-3. 
  • Tristan Flora, Pérégrinations d’une paria, Paris, Ladvocat, 1838.
  • Tschudi, Johann Jacob von, Esquisses d’un voyage au Pérou, Besançon, La lanterne magique, 2020 (traduction).

Sources secondaires

  • Barron, Josefina, Pancho Fierro. Un cronista de su tiempo, Lima, Munilibros, 2018. Disponible en ligne, url : <https://publicacioneslima.pe/wp-content/uploads/2018/11/munilibro-15.pdf>.
  • Greatorex-Bell, Coryn et Christopher H. Lutz, Reflections of Guatemala: costume and life in the 19th century, Guatemala, Cirma, 2016.
  • Jacquot, Olivier, « Le fonds Angrand », Amoxcalli, 7 janvier 2018. Disponible en ligne, url : <https://amoxcalli.hypotheses.org/640>.
  • Jacquot, Olivier, « Le musée d’antiquités américaines du Louvre », Amoxcalli, 17 juin 2019. Disponible en ligne, url : <https://amoxcalli.hypotheses.org/10639>.
  • Kusunoki, Ricardo, Ignacio Merino. Pintor de Historia, 200 años, Lima, Municipalidad Metropolitana, 2018. Disponible en ligne, url : <https://publicacioneslima.pe/wp-content/uploads/2018/10/munilibro-9.pdf>.
  • Majluf, Natalia, La creación del costumbrismo. Las acuarelas de la donación Juan Carlos Verme, Lima, MALI, 2016.
  • Portocarrero, Gonzalo, La urgencia por decir nosotros: los intelectuales y la idea de nación en el Perú republicano, Lima, PUCP, 2015.
  • Rivera Martinez, Edgardo, La obra peruanista de Angrand (1834-1838, 1847), Lima, Fundación Bustamante, 2010.
  • Riviale, Pascal, Los viajeros franceses en busca del Perú antiguo, 1821-1914, Lima,IFEA, 2000, 357-383.
  • Riviale, Pascal, « Un explorateur si dilettante », HISAL, 2020, 14. Disponible en ligne, url : <https://www.hisal.org/revue/article/view/riviale2020a>.
  • Saint-Fuscien, Emmanuel, « La querelle Castilla Saillard : enseignements historiques d’un duel diplomatique », hSAL1997-1. Disponible en ligne, url : <« >https://web.archive.org/web/20160119125424/http://www.univ-paris-diderot.fr/hsal/hsal971/esf97-1.html>.
  • Tauzin-Castellanos, « La otredad en la intersección de la cultura letrada y la iconografía del Perú Republicano: Pancho Fierro y Ricardo Palma,  Léonce Angrand y Gabriel Lafond », 2019,  III Conferencia Internacional  Perú XIX, FIU, Miami. Disponible en ligne, url : <https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-02528688/file/PWPMiami.pdf>.
  • Villegas Torres, Luis Fernando, «El costumbrismo americano ilustrado: el caso peruano. Imágenes originales en la reproducción técnica», Anales del Museo de América, Madrid, n° 19, p. 7-67.

Notes

  1. Cf. url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10540833w>. []
  2. N° 72, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10540833w/f13.item>. []
  3. Cf. Anuncio de pelea de gallos, Museo de Arte de Lima. Donación Juan Carlos Verme, url :<https://mali.pe/objects/24767/convite-o-anuncio-de-pelea-de-gallos;jsessionid=E8826D0210966A454424DF533B6DE928>. []
  4. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10540833w/f2.item []
  5. On se reportera à la planche de contact de l’album, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10540833w/f19.planchecontact>. []

emila

Recherches latino-américanistes. Circulations humaines et transferts culturels

More Posts - Website

Follow Me:
Facebook

Les albums de « Costumes péruviens » du fonds Léonce Angrand (1/2)

Isabelle Tauzin-Castellanos, professeure des universités à l’Université Bordeaux Montaigne (EA3656) – Institut Universitaire de France, nous propose de revenir sur la personnalité de Léonce Angrand, dont les collections sont présente dans plusieurs départements de la BnF.


Léonce Angrand est un diplomate qui a beaucoup voyagé et manifesté tout au long du XIXe siècle, une grande curiosité pour les populations locales, les coutumes et les vestiges des lieux où il s’est déplacé entre l’Europe et l’Amérique. Avant sa mort (1886), il a légué à la Bibliothèque nationale de France un fonds unique de mille trois cents ouvrages, une centaine de cartes, des carnets de dessin, de croquis et d’aquarelles, des albums sur le Pérou et le Guatemala, ainsi que d’autres œuvres sur le Mexique et Cuba. L’inventaire du fonds révèle l’existence de documents uniques dans le monde, acquis par Léonce Angrand jusqu’à la fin de sa vie1.  Une partie de son œuvre iconographique exceptionnelle, autrefois réservée à une consultation Rue de Richelieu, est accessible grâce à la numérisation sur le site Gallica, notamment les deux albums d’aquarelles péruviennes objet de cette contribution scientifique. La synthèse biographique ci-dessous est suivie d’une présentation de quelques aquarelles représentatives du contenu des albums péruviens du fonds Angrand.

Léonce Angrand : diplomatie et américanisme

La naissance de Léonce Angrand en 1808 à Paris illustre l’alliance de la noblesse traditionnelle et de la haute fonction publique postrévolutionnaire2. La carrière diplomatique conduit la famille en Angleterre : Aimé Angrand, nommé consul à Malte au début de la première Restauration, en 1814, est ensuite consul à Liverpool puis à Edimbourg en 1833.   

Léonce Angrand débute la carrière diplomatique comme secrétaire particulier de l’ambassadeur de France à La Haye, en 1830 ; il est nommé ensuite vice-consul de France à Cadix, et occupe les mêmes fonctions deux ans plus tard, en 1833, à Lima, où il reste pendant six années.

Les années 1830 sont tumultueuses au Pérou et ont été définies comme une époque d’anarchie, du fait des coups d’état à répétition (« revoluciones »), et des menaces que la Bolivie et le Chili ont fait peser sur l’unité territoriale. Lorsque Léonce Angrand débarque au port du Callao, la jeune république péruvienne est en proie à la plus grande instabilité politique. Elle est présidée successivement par les généraux Gamarra, Orbegoso, Salaverry, et unifiée à la Bolivie par le général Santa Cruz allié au général Orbegoso. Le 21 août 1838, Lima est occupée par la Coalition péruano-chilienne sous les ordres des généraux Gamarra et Bulnes disposée à piller les commerces étrangers3. De nombreux Français favorables à la Confédération péruano-bolivienne quittent le Pérou et rentrent en France. Angrand est nommé vice-consul à Cuba en 1839.

Les albums du Fonds Angrand conservés à la Bibliothèque Nationale concernant le Pérou correspondent pour l’essentiel aux années 1837-18384.

Léonce Angrand est nommé en juin 1842 consul à Cadix. Il y accueille le peintre Eugène Delacroix, et est présent au moment de l’expédition coloniale au Maroc ; il est alors élevé au rang d’officier de la Légion d’Honneur.

En 1846, il est envoyé en Bolivie et parcourt à nouveau les Andes péruviennes, en tenant des carnets de croquis. Les voyageurs (Flora Tristan, Eugène de Sartiges…) ont été nombreux à écrire sur le Pérou de la décennie 1833-1842, parallèlement à toute la documentation privée et publique ainsi que la presse locale, dont le quotidien El Comercio, apparu en 1839 à Lima et devenu le doyen de la presse péruvienne.5.

Selon l’écrivain péruvien Edgardo Rivera Martinez, qui a étudié une grande partie de l’œuvre d’Angrand dans les années 1960, sur les traces de l’hispaniste Marcel Bataillon et du diplomate Raúl Porras Barrenechea6, Léonce Angrand est rappelé de Bolivie en 1849, alors qu’il se passionnait pour le site archéologique de Tiahuanaco, à proximité du lac Titicaca. En 1850, il fait don au Louvre d’une collection de tissus et de céramiques complétée par « la magnifique collection d’étoffes et de costumes rapportée tout récemment par M. J. Merino »7. La liste des objets reçus par le Louvre est répertoriée aussitôt. Elle témoigne de la proximité entre le diplomate français et le peintre péruvien, Ignacio Merino8. La même proximité est visible et soulève plusieurs questions concernant un des albums d’aquarelles péruviennes de la Bibliothèque nationale de France.

Les relations entre Léonce Angrand et Ignacio Merino

Ignacio Merino est aujourd’hui considéré comme l’un des grands peintres du Pérou du XIXe siècle. Né dans le nord du pays en 1817, d’une famille de l’aristocratie locale, il est envoyé enfant à Paris, et revient à Lima dans le contexte de la guerre internationale entre le Pérou, le Chili et la Bolivie, tout juste âgé de vingt ans, en 1838.

Le général Santa Cruz, admirateur de l’empire napoléonien et à la tête de l’éphémère Confédération péruano-bolivienne, a promulgué en 1838 un décret pour former des lithographes à Lima en favorisant l’installation de deux artisans français9. C’est dans ce contexte de soutien à l’activité artistique, qu’Augustin Gamarra, vainqueur du Bolivien Santa Cruz et partisan du protectionnisme, nomme en 1839, comme directeur de l’École de Dessin de Lima, Ignacio Merino, après le décès du fondateur de l’école, l’Équatorien Francisco Javier Cortés10.

Merino et Angrand ont pu faire connaissance à l’occasion du premier ou du second séjour d’Angrand au Pérou, en 1838 ou en 1847. Plusieurs peintres étrangers ont séjourné à Lima dans ces mêmes années et ont peint des portraits ou des scènes de la vie quotidienne, comme l’Allemand Maurice Rugendas, natif d’Augsbourg (1842-1844), ou le Bordelais Raymond Quinsac de Monvoisin (1845-1847). Le Pérou présidé par le général Ramon Castilla sort de trente années de guerre et profite désormais de la manne que représente l’exportation du guano, cet engrais miraculeux pour les agriculteurs européens et connu depuis des temps immémoriaux sur le territoire péruvien.

Ignacio Merino retourne en France en 1850. C’est dans ce contexte que se situe le don de céramiques et de tissus au musée du Louvre par les deux hommes. Merino s’installe à Paris et y réside jusqu’à la fin de sa vie (1876)11.

En 1852, Ignacio Merino illustre le court roman de Jules Verne Martin Paz situé à Lima (dans la ligne du personnage de la Perrichole imaginée par Prosper Mérimée en 1829), et paru en feuilletons dans Le Musée des familles. Il dessine aussi les images du recueil poétique Lima por dentro y por fuera édité à Paris en 185412. Cependant, le succès de la peinture historique sous le Second Empire conduit Merino à se détourner des tableaux de genre et des scènes pittoresques, pour exposer dans les Salons annuels et satisfaire les commandes d’acheteurs fortunés en quête de notoriété artistique13.

Le premier album de « Costumes péruviens » : Angrand, Merino et Fierro

En 1851, Léonce Angrand est nommé consul général au Guatemala où il réside pendant près de trois années, dessine et peint des scènes de la vie quotidienne. Il se retire de la vie publique en 1857 pour se consacrer à ses collections ethnographiques et archéologiques pendant près de trente ans.

Les deux albums d’aquarelles qu’il a légués à la Bibliothèque Nationale, ont pour titre « Costumes péruviens. Scènes de la vie religieuse et populaire à Lima ». Le premier album porte comme sous-titre « 1ère partie : 1834 à 1837 »14 et le second « 2e partie. 1837 à 1849 »15. En réalité, le premier album contient quelques aquarelles datées du premier séjour de Léonce Angrand au Pérou (1833-1839), mais aussi d’autres peintures de 1847-1848, dates du second séjour. Peindre les « costumes » sous-entend aussi la peinture des « coutumes » (« costumbres » en espagnol).

Le premier feuillet de l’album réitère le titre ; le premier dessin est une œuvre signée « Merino, 1844 », sans attrait esthétique16.

Après le premier dessin, l’album contient une collection d’aquarelles provenant des ateliers de Francisco Fierro, ces véritables cartes postales avant l’heure, représentant des « types péruviens ». Un Nota bene précise que « tous ces dessins depuis le n° 2 inclusivement jusqu’à celui qui précède (n° 50) sont les produits d’un art ou plutôt d’une industrie locale. Ils ont été réalisés par un homme de couleur appelé Sancho (Francisco) Fierro qui n’avait jamais appris à dessiner »17.

Les recherches de Natalia Majluf et de Fernando Villegas ont montré que la production de centaines d’aquarelles attribuées à Francisco Fierro avait aussi été l’œuvre de peintres équatoriens18. Une autre partie des aquarelles dites de Pancho Fierro, ont été réalisées par des artisans chinois.

L’album d’Angrand présente une galerie d’une vingtaine de « tapadas », ces élégantes au visage caché19 qui ont hanté l’imaginaire des voyageurs européens de passage à Lima, avec toutes les variations de modèle de jupe (« saya »), plus ou moins amples et colorées.

Le succès des dessins de Fierro a entraîné l’essor d’une industrie de la reproduction à Canton, dans le cadre de la seconde mondialisation à partir de l’indépendance politique du continent sud-américain. Le papier de riz chinois était employé comme support des aquarelles de « costumes péruviens », ce qui a prouvé la circulation des modèles et des copies entre la Chine, le Pérou et l’Europe20.

Une légende en espagnol accompagne souvent les images qui se répondent ou se complètent, avec un clin d’oeil humoristique, que Léonce Angrand n’a pas transposé dans ses traductions au bas des images. Le diplomate efface le ton de connivence et le double sens comme c’est le cas pour l’aquarelle 14: « J’appartiens à un chargé d’affaires» (« Soy de todo un encargado de negocios … guah ! ») est devenue la légende neutre : « Dames de Lima. 1834 ».

La date de 1834 renvoie aux premiers temps du séjour d’Angrand, sous l’autorité du chargé d’affaires Barrère favorable aux libéraux péruviens et comme eux, à la libre-circulation des marchandises, profitable aux négociants européens. Quant à l’érotisation des deux silhouettes, de face et de dos, elle est imperceptible dans la formulation diplomatique « Dames de Lima ». Les voyageurs européens, imprégnés par l’orientalisme culturel qui a émergé au début du XIXe siècle, se plaisaient à comparer Lima à une ville orientale, du fait des silhouettes féminines et des coupoles des églises.

Outre la série des Tapadas, l’album offre un autre motif récurrent dans les images associées au nom de Fierro, dans l’album d’Angrand tout comme dans la collection Verme du Musée d’Art de Lima, la collection Palma de la Pinacothèque Municipale de Lima), et la collection Sartiges21. Il s’agit de l’Indienne au lama.

Une « Indienne de la vallée de San Mateo (bassin supérieur du Rimac) conduisant un llama [sic] chargé de charbon » est incluse dans l’album Angrand. Le même type féminin est repérable dans d’autres collections, défini comme muletière ou charbonnière, privilégiant le métier au lieu de la catégorisation ethnique22. Les noms des vêtements ont été ajoutés au crayon par Angrand, comme pour mémoriser le vocabulaire spécialisé quechua.

Indienne de la vallée de San Mateo, aquarelle 23
Indienne de la vallée de San Mateo, aquarelle 23, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10540832f/f27.item

Les carnets de croquis de Léonce Angrand comportent de nombreuses inscriptions qu’il s’agisse des couleurs ou des étoffes, ou d’autres informations de première importance pour le voyageur. Microfilmées et consultables au Département des Manuscrits de la Bibliothèque Nationale, les innombrables esquisses qui s’ajoutent aux aquarelles, témoignent de la passion américaniste d’Angrand, comme dans le dessin ci-dessous réalisé à Ayacucho par le diplomate, attentif à tous les détails de l’habillement.

Métisse d’Ayacucho (BNF microfilm - Tauzin, 2015).
Métisse d’Ayacucho (BNF microfilm – Tauzin, 2015).

Les aquarelles du premier album présentent des figures d’autorité, portraiturées seules sur la feuille de papier: il s’agit de juges, de religieux, de médecins, d’alcaldes indiens, en plus des marchands ambulants et de quelques scènes de fêtes populaires (danse des ciseaux, danse des diables à Guayaquil, deux scènes que l’on retrouve dans la Collection Sartiges décrite par Pascal Riviale). La datation est très variable, entre 1834 et 1847.

L’album est complété par dix aquarelles plus élaborées, aux couleurs lumineuses, accompagnées d’une légende, mais sans la signature AL omniprésente dans le second album23  

Dans l’album d’Angrand, la planche numérotée 59, non signée, est accompagnée d’une explicitation de la scène :

Femmes négresses et mulâtresses en grand costume de fête suivantes ou anciennes esclaves de dames de la ville, ornées par leurs maîtresses de leurs propres bijoux et de leurs plus beaux châles, suivant les grandes processions, marchant en avant du dais et brûlant des parfums ou portant des plateaux de mistura envoyés en offrande à l’Église. On en a vu parfois jusqu’à cinquante réunies.

Une date figure dans l’angle supérieur droit : 18 -2-37. La scène correspond à un moment de trêve pour la Confédération Péruano-Bolivienne après un premier blocus du port du Callao par l’armée chilienne et l’échec du général Gamarra à rallier l’Équateur contre le Pérou.

Deux domestiques sont de profil, l’une d’elles porte un plateau de mistura, mélange de fruits et de fleurs destinés à parfumer l’espace extérieur et les églises tout comme les encensoirs d’argent en forme de paon ou de lampe, employés pour aromatiser la ville en liesse au moment du carnaval. Si les trois domestiques portent des soieries et des bijoux, et ont une longue chevelure afro couverte de fleurs, la masculinité des trois visages surprend. Est-ce le signe d’une maladresse technique d’Angrand ou faut-il y voir une intention satirique ?24

La dernière aquarelle de l’album, numérotée 60, s’inscrit dans la continuité de la scène du trio des « mistureras ». De fait, elle est datée du 22 février 1837, quatre jours après. Il s’agit d’un autre trio, masculin cette fois. La légende explique de la sorte: « Scène de rue –frère lai du couvent des Récollets quêtant par la ville – mulâtre maricon en grande tenue de trottoire [sic] – écolier étudiant de philosophie au collège de San Carlos, ou à l’université de Lima en grande tenue d’apparat ».

Loin d’être une scène anodine de bavardage, il s’agit de montrer les mœurs qu’observe le vice-consul français, et que d’autres dessinateurs ont répertorié à la même époque aussi dans Lima. Ici, l’homosexualité est affichée ; le « maricon », pour reprendre le terme qu’Angrand s’abstient de traduire, porte un poncho rouge et un pantalon blanc moulant (le rouge et le blanc sont les couleurs du drapeau péruvien, que l’on retrouve dans la cocarde de l’étudiant. Des fleurs dans les cheveux et un rasoir à la main, le travesti fait face au jeune homme qui lisse sa moustache en s’adressant à lui. Quant au frère lai, il dissimule une forte poitrine sous l’habit, se protège du soleil sous une ombrelle et chevauche en amazone un mulet. L’absence de signature et le placement de l’aquarelle à la fin du premier album, sont peut-être les indices d’un doute ou d’une censure du propriétaire de l’album, vis-à-vis d’une représentation taboue, à la différence des autres aquarelles toutes signées AL dans le second album. La datation, février 1837, correspond à la période où Angrand s’est trouvé au Pérou, et Merino, selon ses biographes, n’était pas encore revenu dans son pays natal. La longue note explicative, tout comme la fermeté du trait en revanche conduisent à s’interroger sur l’auteur de cette aquarelle exceptionnelle, radicalement différente des « maricones » de Pancho Fierro qui se trouvent aussi dans l’album, marchands ambulants d’ascendante africaine, vêtus d’un pantalon blanc, vendeurs de fleurs (n° 31, 1838)25 ou de bonbons (n° 32, 1847)26.

Notes

  1. Cf. Inventaire des livres et documents relatifs à l’Amérique / recueillis et légués à la Bibliothèque nationale par M. Angrand. Disponible en ligne, url : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k255697k>. []
  2. Léonce Angrand est un fils d’Aimé Angrand, contrôleur général du Trésor Public et de Philippine Bernier de Valois []
  3. Le voyageur suisse Tschudi a retranscrit les menaces en espagnol, placardées dans les rues de Lima : « Les étrangers viennent dans votre pays, vous prennent votre travail, votre commerce, vos richesses et vos femmes. Ils sont les ennemis de votre liberté et veulent faire appel à Santa Cruz. Libérez votre pays de ces infâmes et refaites une nuit de la Saint-Barthélemy… », Esquisses d’un voyage au Pérou, ed. La lanterne magique, Besançon, 2020, p. 103 []
  4. Sur la situation politique des années 1838-1840 qui marquent le début de l’ascension politique du général Ramón Castilla, on se reportera à l’article d’Emmanuel Saint-Fuscien, « La querelle Castilla Saillard : enseignements historiques d’un duel diplomatique », hSAL1997-1, https://web.archive.org/web/20160119125424/http://www.univ-paris-diderot.fr/hsal/hsal971/esf97-1.html []
  5. On se reportera à la bibliographie des sources françaises recensées par Pascal Riviale dans Los viajeros franceses en busca del Perú antiguo, 1821-1914, Lima, IFEA, 2000, 357-383, url : <https://books.openedition.org/ifea/3581>. []
  6. La obra peruanista de Angrand (1834-1838, 1847), Lima, Fundación Bustamante, 2010 []
  7. Cf. Olivier Jacquot : « Le musée d’antiquités américaines du Louvre », url : <https://amoxcalli.hypotheses.org/10639> []
  8. Cf. url : <https://bibliotheque-numerique.inha.fr/collection/item/10100-notice-des-monuments-exposees-dans-la-salle-des-antiquites-americaines>. []
  9. Cf. url : <https://emila.hypotheses.org/2500>. []
  10. Natalia Majluf, La creación del costumbrismo. Las acuarelas de la donación Juan Carlos Verme, Lima, MALI, 2016, p. 26 []
  11. Cf. Kusunoki, Ricardo, Ignacio Merino. Pintor de Historia, 200 años, Lima, Municipalidad Metropolitana, 2018, url : <https://publicacioneslima.pe/wp-content/uploads/2018/10/munilibro-9.pdf>. []
  12. L’auteur de ces poèmes satiriques, qui signa sous le pseudonyme de Simon Ayanque, était Esteban Terralla y Landa, un Andalou qui vécut à Lima à la fin du XVIIIe siècle, url :<https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb300424610>. []
  13. Luisa Gonzalez de Andia y Orbegoso, petite-fille du président Orbegoso et épouse du magnat du guano, Auguste Dreyfus, soutint financièrement le peintre dans ses dernières années de bohème parisienne, Kusunoki, op. cit., 81 []
  14. Cf. url : <https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb403584916>. []
  15. Cf. url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10540833w>. []
  16. Angrand explique en note qu’il s’agit d’une « dame de Lima en costume de ville portant la saya desplegada [jupe sans plis] –nouvelle mode inaugurée en 1837 en l’honneur du général Orbegoso qui venait d’être élu Président de la République. Ce genre de saya était une modification de la mode appelée saya descanutada qui n’était autre chose que la saya ajustada décousue pour plus de commodité jusqu’à la hauteur du bas des reins. Dessin et lithographie de M. Ygnacio Merino peintre péruvien (1844) » []
  17. Cf. url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10540832f/f55.item> []
  18. Majluf attribue certaines à Francisco Javier Cortés (2016,26) tandis que Villegas (2011, 17) les rapproche du savoir-faire de José del Pozo, arrivé à Lima avec l’expédition Malaspina []
  19. « tapar » signifie en espagnol « cacher » []
  20. Cf. Villegas, « El costumbrismo americano ilustrado. El caso peruano. Imágenes originales en la era de la reproducción técnica», Anales del Museo de América, 2011, 19, 7-67. Disponible en ligne, url : <https://dialnet.unirioja.es/servlet/articulo?codigo=4149969>. []
  21. « Un explorateur si dilettante », HISAL, 2020, vol.14, article nº 1. Disponible en ligne, url : <https://www.hisal.org/revue/article/view/riviale2020a>. []
  22. c’est aussi « la quesera », « la marchande de fromage », reproduite par Josefina Barron dans Pancho Fierro. Un cronista de su tiempo, 2018, p. 37 []
  23. Certaines sont proches des modèles plus tardifs des lithographies d’Auguste André Bonnaffé, revenu en France en 1855 et à l’origine de deux albums distincts de « types, costumes et coutumes » dont un exemplaire est conservé au Getty Research Institute – cf. url : <https://archive.org/details/gri_33125011191315/mode/2up>  et un autre se trouve à l’université Bunka (Tokyo) – cf. url : <https://digital.bunka.ac.jp/kichosho_e/search_list2.php>. []
  24. Une autre aquarelle de l’album, numérotée 16, présente une misturera zamba (afro-américaine)de dos,dans le style des compositions de Pancho Fierro et est datée de 1847, acquisition faite à l’occasion du second voyage d’Angrand au Pérou. Cf. url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10540832f/f20.item>. []
  25. Cf. url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10540832f/f35.item>. []
  26. Cf. url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10540832f/f36.item>. []

emila

Recherches latino-américanistes. Circulations humaines et transferts culturels

More Posts - Website

Follow Me:
Facebook

La photographie dématérialisée : quels enjeux de création, de conservation et de valorisation ?

Héloïse Conesa, conservatrice en charge des collections photographiques contemporaines, Bibliothèque nationale de France et Alain Carou, chef du service image à la BnF, posent les questions des enjeux de création, de conservation et de valorisation soulevés par la photographie dématérialisée.

La présentation a eu lieu au cours des Journées professionnelles des patrimoines, tenues les 10 et 11 octobre 2019 et organisées par la direction générale des Patrimoines, ministère de la Culture en lien avec l’Institut national du patrimoine. Elles avaient pour titre : Photographie numérique – Photographies numérisées : Problématiques patrimoniales. La numérisation, ma meilleure ennemie ?

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

A la recherche d’un format de conservation de la photo numérique : l’expérience de la BnF

Stéphane Reecht, chef de service de la Gestion centralisée des acquisitions, Bibliothèque nationale de France rend compte de l’expérience de la BnF dans la recherche d’un format de conservation de la photo numérique.

La présentation a eu lieu au cours des Journées professionnelles des patrimoines, tenues les 10 et 11 octobre 2019 et organisées par la direction générale des Patrimoines, ministère de la Culture en lien avec l’Institut national du patrimoine. Elles avaient pour titre : Photographie numérique – Photographies numérisées : Problématiques patrimoniales. La numérisation, ma meilleure ennemie ?

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

La conservation des collections d’archives et de bibliothèques

Le Service interministériel des Archives de France a produit une série de films tutoriels courts, destinée aux professionnels des bibliothèques et des archives. Il s’agit d’outils pédagogiques qui ont comme objectif de permettre à ces derniers d’acquérir des notions de base en conservation préventive, et de leur fournir des informations utiles pour la gestion des collections dont ils ont la charge.
Cette première série aborde un sujet récurrent dans les services d’archives et de bibliothèques, celui de la contamination des locaux et des collections par les moisissures.

Tournés notamment à la Bibliothèque nationale de France et aux Archives nationales, ils mettent en avant les techniques et procédés mis en oeuvre par des experts et professionnels de la conservation-restauration, physico-chimistes et biologistes qui mettent leurs compétences au service de la sauvegarde du patrimoine national.

Episode 1 : Connaître et prévenir les moisissures

Cet épisode décrit succinctement ce qu’est une moisissure, son cycle de développement, les conditions favorables à sa germination et sa croissance, et les actions de conservation préventive à mettre en place pour éviter son apparition sur les collections d’archives et de bibliothèques.

Episode 2 : Comment gérer une contamination par les moisissures ? Les mesures 

Lorsque des moisissures apparaissent sur les collections d’archives et de bibliothèques, il est important de prendre rapidement les mesures adéquates pour enrayer leur développement et éviter qu’elles ne se propagent. Dans cet épisode, des conseils sont donnés pour une prise en charge rapide et efficace des collections et des locaux moisis.

Episode 3 : Comment gérer une contamination par les moisissures ? Les procédés

Dans cet épisode, sont décrits les procédés à utiliser ou à proscrire pour désinfecter des collections d’archives et de bibliothèques contaminées par les moisissures.

Au-delà de leur public destinataire, ces courts métrages donnent à voir les coulisses de ces grands établissements documentaires au public amateur comme à leurs usagers de leurs salles de lecture.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

4000 cartes par jour : des réseaux de neurones artificiels pour récupérer les géodonnées du passé

La BnF accueille des chercheurs qui conduisent un travail au plus près de ses collections. Rémi Petitpierre, mastérant de l’École polytechnique fédérale (EPFL) a été accueilli au département des Cartes et plans, pour son projet sur la vectorisation automatique des cartes 1.


Imaginons une intelligence artificielle capable de récupérer des siècles d’histoire urbaine. Imaginons des politiques informées par des millions de cartes historiques. Imaginons une promenade dans l’Exposition universelle de 1889, dans la Rome de Nolli, dans l’Inde coloniale. Imaginons l’apparition de mondes miroirs, reflets numériques tangibles basés sur les big datas du passé. Ces mondes, qui pourraient être peuplés artificiellement par nos aïeuls prendraient place dans un univers 4D, à travers l’espace et le temps.

Récemment, la Bibliothèque nationale de France et le laboratoire d’Humanités digitales de l’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL) ont franchi un premier pas dans cette direction en développant une technologie basée sur les réseaux de neurones convolutifs, complexes entrelacs de fonctions mathématiques dont le fonctionnement s’approche du cortex visuel humain. Ce projet expérimental a permis d’établir un moteur de recherche spatio-temporel, baptisé Jadis, basé sur près de 350 cartes de Paris issues des collections de la BnF.

À la base de ce projet, les collections cartographiques numérisées de la BnF. Grâce à la numérisation, l’objet carte est enregistré sous la forme de pixels. Pour autant, pour l’ordinateur, l’image virtuelle de la carte n’a aucun sens. Seules ses qualités visuelles existent numériquement, mais les informations géographiques s’effacent. Malgré sa numérisation, la carte, si riche en informations, n’est réduite qu’à une photographie, un objet d’art. La technologie implémentée à la BnF, appelée segmentation sémantique, révolutionne ce paradigme. Le réseau de neurones artificiels identifie en effet les objets géométriques de la carte, comme les rues, les îlots, les cours d’eau et leur attribue une classe ou un label. L’assemblage hétéroclite qui, selon les cartes, se retrouve représenté par des ondelettes noires, des hachures bleues ou un blanc homogène peut désormais être identifié par l’ordinateur comme la Seine. En définitive, cette segmentation sémantique permet de rendre la carte numériquement intelligible avec une exactitude étonnante. Sur près de 1500 cartes parisiennes des collections de la BnF et de la Bibliothèque historique de la Ville de Paris (BHVP), plus de 96% des pixels sont classés correctement, lorsque l’on cherche à identifier les rues et les îlots urbains.

Aucune magie n’est à l’œuvre pourtant. Les réseaux de neurones convolutifs ne sont en effet intuitivement qu’une suite de filtres qui, comme ceux que l’on utilise quotidiennement sur nos photos ou sur Instagram, accentuent certaines qualités visuelles ou certaines couleurs de l’image. La différence principale réside dans le fait que ces filtres et les poids correspondants sont optimisés automatiquement au terme d’une phase d’entraînement du réseau. Durant son apprentissage, une succession d’exemples d’entraînement composés d’une image (question) et d’un label (réponse) sont soumis au réseau. En fonction de la prédiction obtenue, les poids du réseau sont réajustés pour optimiser la performance, dans un processus de rétro-propagation. L’efficacité de cet apprentissage est capitale pour déterminer l’applicabilité de la technologie dans des cas concrets, au-delà du contexte théorique. Pour certains problèmes, l’entraînement requière plusieurs millions d’exemples et le temps d’apprentissage se compte en mois. Dans le cas présent cependant, une solution technologique pratique a pu être développée. Un processus de pré-entraînement dans lequel un réseau spécialiste, par exemple déjà entraîné sur Paris, est transformé en un réseau générique en lui présentant des exemples plus variés issus de villes du monde entier a été implémenté. Grâce à cela et à d’autres améliorations, le nombre d’exemples d’apprentissage a été considérablement réduit, à seulement 120 exemples. L’apprentissage, qui ne doit être effectué qu’une seule fois, dure moins de 1h40. Le passage d’un réseau générique à un réseau spécialiste mais plus précis est aussi possible directement, par exemple pour développer un réseau spécialiste des cadastres napoléoniens.

Fonctionnement du réseau de neurones

Dans de nombreux cas cependant, cela n’est pas nécessaire. En effet, plus encore que le résultat et l’efficacité, c’est la généricité de la technologie qui surprend. Les réseaux de neurones sont en effet capables de dépasser les représentations visuelles de base, comme la couleur et la texture, sans les écarter et d’implémenter des stratégies complexes, basées sur la morphologie, la topologie et la hiérarchisation sémantique. Ces mécanismes uniques expliquent la suprématie de ces technologies et surtout leur très grande flexibilité représentationnelle. Un réseau de neurones peut ainsi identifier un même objet, représenté de manière très différente dans un ensemble hétérogène de cartes. Semblablement, il est aussi possible de différencier des objets sans distinction figurative grâce à leur contexte. Et ces performances savent aussi s’affranchir des biais occidentaux. En étendant les essais à 256 cartes historiques représentant quelques 182 villes différentes dans 90 pays du monde, l’exactitude des résultats reste pratiquement inchangée, malgré la grande diversité des figurations et des formes urbaines. Ainsi, les rues historiques de Marseille, Rome, Tokyo ou encore Calcutta ont pu être extraites automatiquement, sans aucune intervention humaine. Sur une carte graphique récente –ce composant de votre ordinateur qui vous permet également de jouer aux jeux vidéos–la technologie permet de traiter en moyenne une carte toutes les 20 secondes, soit plus de 4000 par jour !

Segmentation sémantique du Nouveau Plan de la Rome Moderne, par Nolli et Ruga, 1818. En blanc le réseau viaire, en rouge le contenu cartographique autre, en gris le cadre de la carte. Nolli, Giovanni Battista, et Pietro Ruga, ‘Nuova Pianta Di Roma Moderna’ (Rome, Italie: Publicata a spese di Venanzio Monaldini, 1818).

Ces géodonnées sémantisées représentent une inestimable source d’informations sur l’histoire urbaine des villes qui pourraient, à l’avenir, nourrir des simulations d’urbanisation, résoudre des problèmes de mobilité, informer architectes et urbanistes sur le passé d’un quartier et évidemment contribuer significativement à la création de mondes miroirs 4D pour l’éducation, les musées, l’industrie cinématographique et les jeux vidéos. Alors que la population converge vers les villes-monde, nous manquons toujours d’outils scientifiques permettant de simuler l’impact des politiques publiques. De tels modèles pourraient, à terme, être nourris par l’évolution de milliers de cités pendant des siècles.

La sémantisation des cartes les rend également plus facilement cherchables et manipulables numériquement. Plus de 300 cartes de Paris ont ainsi pu être réalignées automatiquement sur des coordonnées géographiques actuelles, sans intervention manuelle. Grâce aux ilots extraits, la morphologie du tissu urbain peut en effet être appariée d’une carte à l’autre et avec les géodonnées actuelles avec une grande précision. Les déformations naturelles de la carte, dues à l’usure, à l’humidité ou à un entoilage, ainsi que les déformations d’origine dues à des imprécisions de relevés ou aux choix artistiques des cartographes de l’époque peuvent également être corrigées automatiquement en se basant sur un référentiel contemporain.

Ce processus de traitement des cartes représente un saut qualitatif en matière d’interopérabilité des données patrimoniales. À terme, cette technologie devrait en effet permettre de tisser des liens entre des sources historiques jusqu’ici disjointes : plans cadastraux, registres fonciers, minutes notariales ou archives paroissiales. Un projet pilote d’intégration complète des données est notamment en cours sur le cas de Lausanne. D’ici quelques années, il devrait donc être possible de lancer une recherche historique sur internet en sélectionnant un immeuble et de connaître toutes les attributions antérieures du bâtiment. Il sera possible de découvrir les déménagements de vos ancêtres sur 10 générations et d’explorer leur réseau social aussi simplement que sur facebook. Les ingénieurs pourront visualiser les réseaux souterrains oubliés pour installer la fibre plus rapidement. Les architectes pourront économiser des mégalitres de béton en exploitant des fondations pré-existantes. Les historiens pourront conquérir le passé.

Et l’essor des humanités digitales ne fait que commencer.

Pour aller plus loin

  • Petitpierre, Rémi, ‘Neural Networks for Semantic Segmentation of Historical City Maps: Cross-Cultural Performance and the Impact of Figurative Diversity’ (EPFL, Lausanne, 2020)  <dx.doi.org/10.13140/RG.2.2.10973.64484>.
  • JADIS Paris <bnf-jadis.github.io>
  • Kaplan, Frederic, et Isabella di Lenardo, ‘The Advent of the 4D Mirror World’, Urban Planning, 5.2 (2020), 307–10 <doi.org/10.17645/up.v5i2.3133>.
  • Long, Jonathan, Evan Shelhamer, et Trevor Darrell, ‘Fully Convolutional Networks for Semantic Segmentation’, in Proceedings of the IEEE Conference on Computer Vision and Pattern Recognition, 2015, p. 3431–40 <arxiv.org/abs/1411.4038>.
  1. Voir son mémoire qui a obtenu la meilleure note attribuable par l’École, Neural networks for semantic segmentation of historical city maps: Cross-cultural performance and the impact of figurative diversity, Lien DOI: 10.13140/RG.2.2.10973.64484. []

Petitpierre Rémi

Ingénieur de l'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) en Humanités digitales travaillant actuellement sur le projet Lausanne Time Machine.

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Les Catalogues d’éditeurs ou la société au miroir

La BnF accueille cette année 7 chargés de recherches documentaires (CRD) qui conduisent un travail au plus près de ses collections. Sophie Bros , accueillie au département Littérature et art pour son projet Editions illustrées et roman d’aventures : l’influence de l’image dans les romans d’aventures illustrés français et anglais des années 1870-1920 décrit l’apport du fonds Q10.


Ce que le fonds Q10 nous révèle

Parmi les fonds que possède la Bibliothèque nationale de France, il en est un fort discret, et pourtant incroyablement riche : le Q10, « collection unique de catalogues de libraires, d’imprimeurs et d’éditeurs, français et étrangers1 », qui s’étend des origines à nos jours, liste incommensurable de titres et forme de dictionnaire des œuvres à deux entrées : maison d’édition et dates de mise en vente.

Ces catalogues d’éditeurs fonctionnent, pour qui se penche et se perd sur la multitude de boîtes qui les contient, un peu comme des livres d’Histoire : ils nous offrent page après page le récit des lectures d’une époque donnée, et, partant, se révèlent être de véritables instantanés de la société d’alors. Précieux creusets d’information, ils exposent les goûts et modes de pensée de leurs contemporains, gravés en filigrane dans les présentations d’ouvrages publiés, les titres mis en avant, les choix de rééditions soigneuses, les « romans nouvellement dotés d’illustration » et les publicités pour livres d’étrennes, auxquelles il faut adjoindre les commentaires qui ponctuent ces annonces de parution.

L’étude en particulier des couvertures de catalogues s’avère révélatrice, puisque ces dernières ont pour vocation de fonctionner comme produits d’appel, voués à intriguer et allécher, mettant en avant, selon les choix du libraire-éditeur, ou bien des nouveautés recherchées, ou bien des valeurs sûres attestant le sérieux et la construction réfléchie d’un ensemble bibliographique.

Voyageons-donc, le temps de quelques exemples, dans le XIXe que nous offrent ces fascicules qui n’avaient pas vocation à survivre, mais qu’une conservation attentive — et la notion de dépôt légal— ont préservés.

Cette plongée dans l’esprit XIXe est tout à fait frappante à l’examen des catalogues de la maison Baillière, maison d’édition scientifique et notamment médicale, fondée par Jean-Baptiste Baillière en 1818, qui fut l’éditeur officiel de l’Académie royale, puis nationale, puis impériale, et à nouveau nationale de Médecine : l’évolution de ce titre seul, qui figure en première page des catalogues distribués, écrit une page de l’Histoire de France. C’est sur cette maison d’édition que nous allons nous pencher ici, à titre d’exemple, de 1844 à 1910.

Au XIXème : catalogue médical et enjeux religieux

En 1844, la librairie de Germer Baillière annonce en première page de son catalogue la publication d’un ouvrage intitulé Le Magnétisme et le somnambulisme devant les corps savants, la cour de Rome, et les théologiens, rédigé « par M. l’Abbé J.-B. L., prêtre, ancien Élève en médecine ». L’emphase volontaire sur la double casquette de l’auteur, qui est présenté comme la solution pour une voie médiane, unissant propos religieux et raison, va de pair avec la France de la Monarchie de Juillet, dont la politique est définie par le souverain lui-même comme celle de la tentative du « juste-milieu », jeu d’équilibriste entre velléités républicaines et conservatisme, entre tenants d’une monarchie de droit divin et athées convaincus.

Numérisation d’un des catalogues de l’éditeur Germer Baillière, année 1844, conservé à la BnF, fonds Q10B.
Numérisation d’un des catalogues de l’éditeur Germer Baillière, année 1844, conservé à la BnF, fonds Q10B.

Il s’agit alors de ménager la chèvre et le chou, en montrant que « la plupart des magnétiseurs ont abusé de la science pour attaquer le Catholicisme ; [mais] que, d’un autre côté, les Ecclésiastiques sont allés trop loin en attaquant la science pour défendre l’intégrité de la Religion ». Le catalogue choisit donc de porter la parole d’un homme à la fois de science et de robe, dissertant de sujets qui occupent nombre d’esprits depuis le dix-huitième — comme le magnétisme, et la distinction juste ou non, existante ou factice, entre magnétisme animal et magnétisme humain –, témoignant ainsi des tâtonnements médicaux d’alors, et de la difficile scission entre science et charlatanisme : bref, reflétant divers aspects constitutifs des années 1840.

Notons d’ailleurs que la question soulignée n’est pas tant celle de la validité scientifique de la thèse, que celle de l’attaque à la « foi et aux mœurs », d’une façon qui ne manque pas aujourd’hui de nous faire sourire, mais qui n’est peut-être après tout que les prémices de nos questionnements éthiques.

Le remède dans le mal

Ailleurs, c’est à la lecture des réclames qui émaillent les pages des catalogues d’ouvrages que nous sourions, comme celle dans les années 1840 pour le Vin de Bellini, « apéritif fébrifuge » et « aliment fortifiant et réparateur, recommandé aux enfants débiles ».

Page de réclames issue du Bulletin mensuel bibliographique et industriel de Germer Baillière, années 1840
Page de réclames issue du Bulletin mensuel bibliographique et industriel de Germer Baillière, années 1840

Mais il est vrai que l’alcool est encore une boisson quotidienne2 – on consomme alors en période de moisson une moyenne de deux litres de vin par jour et par personne (hommes comme femmes) dans le Languedoc3 – boisson dont les méfaits commencent cependant à être dénoncés par le mouvement hygiéniste, ce qui débouchera sur la création en 1872 de la Société française de tempérance, et de son mensuel Le Bon Conseiller.

Extrait du Bon Conseiller, mensuel de la Société française de Tempérance, année 1886
Extrait du Bon Conseiller, mensuel de la Société française de Tempérance, année 18864

Cela n’empêche pas que l’alcool (qui, après tout, désinfecte !) reste un des remèdes phares du siècle, si l’on en croit les prix de l’Exposition internationale de Paris, où une mixture d’alcool et de viande crue a remporté la médaille d’argent, comme nous le fait savoir l’annonce qui en fait la publicité : l’élixir alimentaire Ducro (l’emploi seul du terme « élixir » dans un domaine scientifique étonne aujourd’hui).

Réclame pour l’ « Elixir Ducro » issu du Catalogue Baillière coté 8 Q10B 1852
Réclame pour l’ « Elixir Ducro » issu du Catalogue Baillière coté 8 Q10B 1852

L’intérêt du produit réside, notez bien, dans l’immense panel de maladies qu’il cure : des « maladies consomptives », à l’albuminerie (présence d’albumine dans les urines, une protéine qui ne devrait se trouver que dans le sang), en passant par le rachitisme : l’alcool et la viande crue semblent bons pour tout — à condition semble-t-il d’en consommer « tous les jours » ! Etonnamment, à la même époque, l’impératrice Elisabeth d’Autriche utilise un régime similaire (jus de viande crue en guise de repas) pour au contraire rester le plus mince possible : la viande crue a décidément toutes les vertus, qu’on se le tienne pour dit. De fait, on la promeut même sur les murs parisiens :

Presse merveilleuse à jus de viande, guérison de l'anémie. La presse Drevelle extrait à la minute 50% de jus de viande [...] Exposition publique tous les jours 98, boulevard de Sébastopol, 98, Paris. : [affiche] / Harland
Presse merveilleuse à jus de viande, guérison de l’anémie. La presse Drevelle extrait à la minute 50% de jus de viande […] Exposition publique tous les jours 98, boulevard de Sébastopol, 98, Paris. : [affiche] / Harland

L’existence et la promotion de ce qui nous semble aujourd’hui relever de recettes douteuses de sorcières se convertit ici en témoignage des progrès de la médecine et de la pharmacopée, tout en signalant plus simplement la mise en place d’une certaine façon de faire de la publicité (par écrit), et donc d’une société qui se tourne de plus en plus vers l’imprimé, et dans laquelle l’alphabétisation va augmentant.

De fait, un ensemble de catalogues, même de maison d’édition médicale et scientifique, ne permet pas uniquement d’avoir une meilleure vision de ce qu’était la médecine et sa pratique quotidienne au XIXe, mais nous offre aussi une véritable plongée dans tout un pan de notre histoire culturelle, en nous révélant via les titres mis en vente les sujets d’intérêt et de recherche de l’époque.

Avancées technologiques et présupposés raciaux : les instantanés d’une société

Ainsi, à la fin du siècle (la maison Baillière se nomme désormais J.-B. Baillière et fils ; nous sommes en 1896), l’éditeur choisit de consacrer l’intégralité de sa première page de catalogue à la présentation d’un ouvrage dont la présence au beau milieu d’un fascicule de titres médicaux et scientifiques peut surprendre : le Formulaire des nouveautés photographiques.

Première page du catalogue de la maison J.-B. Baillière coté 8°Q10B 1982, paru en 1896
Première page du catalogue de la maison J.-B. Baillière coté 8°Q10B 1982, paru en 1896

La présentation nous indique dès la première ligne que « la photographie a pris une extension considérable et, [que] tous les jours, les inventeurs, les savants, les amateurs, enrichissent le domaine […] des connaissances pratiques et techniques », nous faisant pénétrer de plain-pied dans un monde de technicité et de goût pour la technologie. En effet, depuis le lancement du Kodak portatif en 1888 par George Eastman — innovation possible grâce à l’invention de la pellicule qui remplace les plaques de verre pour l’impression — il n’est plus besoin d’être photographe professionnel pour prendre des clichés. Cette première page entérine matériellement l’entrée dans un monde médiatique, obsédé depuis un siècle par la possibilité de fixer (ce qu’on voit comme ce qu’on entend), d’enregistrer de manière immarcescible ce qui était jusque-là voué à l’éphémère.

L’image, qui envahit au XIXe tous les lieux, des affiches placardées sur les colonnes Morris aux pages de journaux en passant par les murs grâce aux lanternes magiques, devient le média principal5 ; or, la présence d’un ouvrage portant sur la photographie dans des pages consacrées habituellement à la médecine, à l’anthropologie, à l’agriculture, etc. cristallise bien ce caractère plurivoque de la photographie, à la fois art, technique, et avancée scientifique. En ce sens, les formulations de la présentation de l’ouvrage sont tout à fait révélatrices, évoquant « les applications de la photographie scientifique et artistique : la photographie des couleurs, le cinématographe, la reproduction à distance des dessins et gravures, la radiographie ou photographie de l’invisible, la photographie et l’illustration du livre, etc. ». Sont inscrits en creux et en puissance, pêle-mêle dans cette phrase, les développements de l’imagerie médicale et les recherches des Curie, les réflexions d’un Benjamin sur l’œuvre d’art à l’époque de sa reproductibilité technique, et les essais des frères Lumière, balbutiements de ce qui deviendra la plus grande industrie culturelle du XXème siècle.

Mais l’essor de la photographie n’incarne pas uniquement un tournant dans notre société, qui va n’avoir de cesse de se transformer en monde de l’image ; elle va aussi de pair avec une volonté anthropologique d’illustrer les diverses découvertes, en les étiquetant, les organisant. Car l’homme du XIXème est taxinomiste par excellence, et tout ce qui l’entoure se prête alors à une logique de tri et de classification, velléité qu’attestent là encore les catalogues d’éditeurs, dont les listes de titres se font les témoins des divers sujets d’études du moment de leur publication. Ainsi, dans la Bibliothèque des Connaissances utiles, « collection de 100 volumes in-16 illustrés », qui se veut généraliste, nous trouvons à la fois des titres comme L’Engrais, L’Alcool, Aide-mémoire pratique de la photographie, L’Economie domestique, L’Electricité ou Le Dessin, mais aussi Les Ballons dirigeables ou Le Cheval anglo-Normand, car, comme l’explique le catalogue : « la question chevaline passionne à juste titre tous ceux qui s’intéressent à la prospérité et à la défense du pays ». Et bien entendu, le fascicule met l’accent sur le fait que l’ouvrage est illustré de « nombreuses photogravures » qui permettent de distinguer tous les types d’étalons.

Mais ce goût de la représentation allié au goût de la taxinomie ne porte pas uniquement sur les animaux et les plantes, mais va aussi jusqu’à « l’étude de l’homme ». Ainsi, une couverture comme la suivante (datée de mars 1891), mettant en évidence comme l’œuvre la plus importante parmi les nouvelles parutions un ouvrage intitulé Les Races humaines est aujourd’hui un précieux témoignage des dérives anthropologiques et du racisme constitutif de la société XIXe :

Couverture de numéro de Catalogue de mars 1891 de la librairie Baillière
Couverture de numéro de Catalogue de mars 1891 de la librairie Baillière

Et, à nouveau, il convient de noter l’emphase sur le caractère imagé de l’ouvrage « illustré de 530 figures », mais aussi ce que cela dénote du tropisme pour l’ailleurs et les modes de vie étrangers d’une société pour laquelle la notion de terra incognita a encore un sens (quand celle de voyage rime encore avec aventure), et à laquelle on prend donc plaisir à exposer – et représenter – l’inconnu : « types, scènes de mœurs, paysages, vêtements, parures, outils, armes… ». Bien entendu, le tout s’inscrit dans une logique coloniale particulièrement marquée en France et en Angleterre, et que le développement des Expositions universelles et Expositions coloniales traduit, expositions dont les illustrations et comptes rendus émaillent les catalogues de libraire.

Le poids de la morale

Dans cette société-là, la morale, toujours teintée de religion, tient le haut du pavé, fournissant une liste de titres aujourd’hui parfaitement surannés et surprenants.

Ainsi, si c’est simplement le nom parfaitement prédestiné du professeur Robinet qui prête à sourire lorsqu’il écrit un traité élémentaire d’Hygiène (et l’affirmation absolue que « toutes les maladies [contagieuses] sont évitables »), c’est en revanche tout ce qu’on devine d’interdits et de normes corsetées qui nous frappent dans le titre suivant : La Gymnastique des Demoiselles.

Extrait d’un catalogue de la Librairie J.-B. Baillière et fils, ca 1900
Extrait d’un catalogue de la Librairie J.-B. Baillière et fils, ca 1900

Car si les normes imposées par la morale et les bonnes mœurs se perçoivent dans tous les domaines de la société et envers tous, il n’en demeure pas moins que ce sont surtout les femmes qui en font les frais (à l’usage desquelles on se met alors à employer fréquemment et médicalement le terme d’hystérique), et que les restrictions vont viser en priorité.

Ainsi, en 1896, c’est l’ensemble des ouvrages du docteur Coriveaud promus par le catalogue de Baillière qui attirent notre attention, puisque « l’auteur a pris la jeune fille à l’âge où elle n’est plus une enfant (…), et l’a conduite jusqu’au mariage » ( !), afin d’octroyer des conseils d’hygiène, notant au passage « les inconvénients que présente le séjour des villes pour les jeunes filles », terminant par « quelques considérations sur le mariage précoce, car à partir de là la jeune fille va devenir femme et mère ». C’est d’ailleurs là tout le propos d’un de ses autres écrits : Le lendemain du mariage, titre étonnant pour une étude d’hygiène, dont la simple liste des sous-titres est fort révélatrice : « l’amour et le mariage – La première nuit de noces  – le voyage de noce – la chambre à coucher …etc. », ou encore « Plaisirs permis et plaisirs défendus » !

Extrait d’un catalogue de la librairie J.-B. Baillière datant de 1896.
Extrait d’un catalogue de la librairie J.-B. Baillière datant de 1896.

Il faut dire que le mariage a fait couler beaucoup d’encre, et notamment celle des plumes médicales (alors même que la question nous semble plutôt relever d’un juriste), comme l’atteste la présentation du livre Le Mariage, écrit par le professeur Bouardel en 1901, qui ne manque pas de nous surprendre – et signale une fois de plus le poids des conventions : « depuis la loi sur le divorce6, les médecins ont eu à débattre bien des questions relatives au mariage ».

Double-page issue d’un catalogue de la librairie J.-B. Baillière, 1901
Double-page issue d’un catalogue de la librairie J.-B. Baillière, 1901

Sujet alors indissociable de celui du mariage (l’union sexuelle ne pouvant aller ouvertement sans une union juridique), les relations sexuelles et leurs conséquences occupent une place de choix dans les parutions médicales de la fin du siècle, et témoignent là encore des us d’une époque. Ainsi de cet ouvrage accolé à celui sur le mariage du professeur Bouardel, dans lequel l’auteur s’attaque à l’avortement. La simple présence d’un tel écrit dit l’existence d’une telle pratique, quand la façon dont elle est qualifiée souligne le point auquel elle est décriée ; le premier adjectif employé ne laisse ainsi aucun doute sur la posture morale apparente de l’auteur « l’avortement criminel est de tous les temps et de tous les pays » (il faudra attendre encore 73 ans avant que Simone Veil ne se rende à l’assemblée pour présenter son projet de dépénalisation de l’avortement, et l’année 1975 pour que la loi soit adoptée). Il est à noter justement que l’auteur a conscience de la fréquence des tentatives d’avortement, et ne cherche pas à le cacher «  si le nombre d’accusations d’avortement en France est très peu élevé, tous les médecins savent combien sont plus fréquents en réalité les avortements provoqués » ; et d’ailleurs l’ouvrage, qui se veut étude générale de l’avortement, y précise les « substances abortives inefficaces et celles ayant une action directe sur l’utérus », ce qui signifie qu’il donne des clefs à ceux qui souhaiteraient en faire usage – qu’il les donne dans ce but ou non, la question est ouverte. Elle se veut d’ailleurs résolue par une note dans la présentation de l’ouvrage suivant Etude médico-légale sur l’avortement, qui précise qu’il a été fait à certains auteurs ce reproche d’indiquer les diverses méthodes employées pour interrompre une grossesse, mais que « les méthodes abortives et les agents abortifs sont trop connus, même en dehors du public médical, pour que leur exposé puisse être considéré comme fournissant des armes à ceux qui en font usage » : le propos étonne, mais rend manifeste le caractère fréquent d’une pratique alors illégale, livrant ici encore des indices quant à la société dans laquelle de tels ouvrages paraissent.

La sexualité examinée à la lumière des normes sociales ne se reflète cependant pas uniquement dans les études portant sur la procréation ; et c’est ainsi qu’en mars 1877 une des publications présentées concerne Les passions dans leur rapport avec la santé et les maladies, sous-titré « l’Amour et le Libertinage », nom qui semble fort peu idoine pour un traité scientifique, qui plus est écrit par (ça ne s’invente pas !) le docteur L.-X. Bourgeois. Cette association entre passion et maladie souligne le lien qui est fait entre les maux et ce qui est considéré comme mal ; illustrant une fois de plus le poids de la bien-pensance, et surtout les cadres dans lesquels se développe le propos médical.

Catalogue de la librairie Baillière de Mars 1877, 2ème série, n°117
Catalogue de la librairie Baillière de Mars 1877, 2ème série, n°117

Ainsi, ce qui de prime abord pouvait sembler simple liste de publications (obsolètes puisque médicales et datées dans le cas de la libraire Baillière) se fait évocation des différents aspects d’un siècle : balloté entre sciences et pseudosciences, tiraillé entre raison, empirisme et religion, poids du catholicisme et des « bonnes mœurs », marqué par les indications des régimes politiques qui se succèdent et des modes de pensée dominants.

Les catalogues d’éditeurs, qui appartiennent de manière évidente à l’Histoire du Livre, témoins des publications autorisées et censurées, des modalités de vente et des formats, de la capacité à illustrer ou non les ouvrages, s’inscrivent alors à juste titre dans l’Histoire des sciences et des mœurs, nous révélant tout autant lorsque nous nous livrons à une analyse lexicale (il en va ainsi par exemple de l’Histoire de la sexualité et des genres) qu’à une analyse chiffrée (se penchant par exemple sur le nombre de rééditions ou d’ouvrages traitant d’un même sujet).

Loin d’être réservée aux archivistes et spécialistes du monde éditorial, l’étude ou la consultation d’un fonds comme le Q10 se fait de la sorte source intarissable pour l’historien des mentalités comme pour celui des arts ou des sciences, et offre au chercheur en lettres d’inestimables témoignages sur le contexte de production des ouvrages, nous permettant de plonger dans le quotidien livresque d’une époque révolue.

Pour aller plus loin

  1. Voir url : <https://bnf.libguides.com/catalogues_editeurs>. []
  2. D’où des publicités où l’on parle de « liqueur de table » ! Voir, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b9012541v?rk=321890;0>. []
  3. Emmanuel Le Roy Ladurie, Les Paysans du Languedoc, Flammarion, champs histoire n° 7, 1977. []
  4. []
  5. Rappelons-nous du jeune Marcel du début de À la recherche du temps perdu, évoquant la valeur quotidienne de ces  fameux éléments du paysage urbain parisien, placardés de couleurs et d’images « Tous les matins je courais jusqu’à la colonne Morris pour voir les spectacles qu’elle annonçait. Rien n’était plus désintéressé et plus heureux que les rêves offerts à mon imagination par chaque pièce annoncée, et qui étaient conditionnés à la fois par les images inséparables des mots qui en composaient le titre et aussi de la couleur des affiches encore humides et boursouflées de colle sur lesquelles il se détachait. » Du côté de chez Swan, Marcel Proust. Pour plus d’exemples et d’informations sur les affiches, voir, url : <https://gallica.bnf.fr/html/und/images/affiches-acces-par-auteur?mode=desktop>. []
  6. Rappelons que la loi autorisant le divorce a été rétablie en juillet 1884, après une première période d’instauration de 1792 à 1816. []

Le « Grand Renouard » du papier au numérique

La BnF accueille cette année 28 chercheurs associés qui conduisent un travail au plus près de ses collections. Arrivés à mi-année, nous leur avons proposé de présenter leur parcours scientifique et leurs recherches en cours – occasion de montrer la diversité des travaux conduits et des compétences qu’ils mobilisent.


Du nom du bibliographe Philippe Renouard (1862-1934), les fascicules « Grand Renouard » sont des outils bibliographiques consacrés à la production des libraires-imprimeurs parisiens du XVIe siècle. Organisés alphabétiquement par nom de libraire-imprimeur, ils ont été constitués en grande partie par Jeanne Veyrin-Forrer, ainsi que par d’autres chercheurs et conservateurs à la Réserve. Toutefois, en raison de la précision des notices, les fascicules Renouard ne concernent qu’une minorité de libraires-imprimeurs : ceux dont le nom commence par les lettres A et B, et quelques autres libraires-imprimeurs tels Jean Loys et Guillaume Cavellat. D’autres fascicules en cours sont respectivement consacrés à Chrétien Wechel, Gilles Corrozet et Michel de Vascosan, auxquels s’ajoute notre fascicule sur Jean Petit.

Marque de libraire de Jean Petit (n° 881), extraite de Philippe Renouard, Les marques typographiques parisiennes des XVe et XVIe siècles, Paris: H. Champion, 1926, p. 283.
Marque de libraire de Jean Petit (n° 881), extraite de Philippe Renouard, Les marques typographiques parisiennes des XVe et XVIe siècles, Paris: H. Champion, 1926, p. 283.

Les fascicules Renouard présentent dans leur forme traditionnelle une introduction générale sur la production du libraire-imprimeur et des notices avec des caractéristiques communes : une description bibliographique permettant d’identifier l’édition, la transcription diplomatique du titre, de l’adresse et du colophon, une analyse structurée du contenu, un relevé du matériel typographique, des indications sur la mise en page, des notes sur la filiation de l’édition, une bibliographie secondaire et la liste des localisations d’exemplaires connus dans le monde. De telles notices sont par conséquent longues à réaliser : la constitution d’un fascicule Renouard est un travail qui s’étend sur plusieurs années.

À l’heure du numérique, se pose la question de savoir comment les fascicules Renouard doivent poursuivre : quel est aujourd’hui l’intérêt d’un fascicule « Grand Renouard » ? Un outil informatique pour ce travail pourrait-il contribuer à la recherche sur les libraires-imprimeurs parisiens du XVIe siècle ? Si oui, quelles adaptations pouvons-nous proposer ?

En effet, nous devons commencer par rappeler que l’histoire du livre à Paris au XVIe siècle dispose déjà d’une base de données : la Bibliographie des éditions parisiennes du XVIe siècle (BP161). Cette base a été développée au sein de la Réserve des livres rares de la BnF à partir de l’Inventaire chronologique de Brigitte Moreau, qui recense de manière systématique les éditions parisiennes imprimées de 1501 à 1540. Les notices sont plus concises que celles du « Grand Renouard » et sont organisées par année puis par ordre alphabétique d’auteur. La base BP16, qui reprend et poursuit ce travail, contient aujourd’hui l’essentiel des éditions parisiennes connues de la première moitié du XVIe siècle.

Le « Grand Renouard » et l’Inventaire chronologique se sont développés de manière simultanée dans la deuxième moitié du XXe siècle, mais pas pour les mêmes raisons : alors que l’Inventaire chronologique devait permettre un recensement général de la production imprimée du XVIe siècle, le « Grand Renouard » devait offrir une description précise de chacun de ces livres et une étude approfondie de la production d’un libraire-imprimeur. Pourtant, ces deux objectifs du « Grand Renouard » ont évolué différemment : alors que les numérisations offrent un accès plus direct aux ouvrages et concurrencent la rédaction de notices extensives, l’étude de l’activité des libraires-imprimeurs et de leurs réseaux prend une place de plus en plus importante dans la recherche sur le livre ancien.

La réalisation d’un fascicule « Grand Renouard » destiné à Jean Petit arrive dans ce contexte et pause aussi d’autres difficultés : personnage central du monde du livre à Paris, Jean Petit participe à la publication de près de 10% des imprimés parisiens connus entre 1495 et 1540, soit plus d’un millier d’éditions. Travaillant systématiquement avec d’autres libraires et imprimeurs, Jean Petit nous permet d’accéder au fonctionnement des réseaux du métier du livre à Paris, et d’étudier notamment les imprimeurs anonymes, encore mal connus des travaux sur le livre ancien.

Le « Grand Renouard » apparaît comme le principal outil nous permettant d’effectuer ce travail parce qu’il s’appuie sur un ensemble de conventions qui sont communes aux différents fascicules de la collection, notamment pour ce qui concerne le relevé du matériel typographique. Ces conventions permettent d’établir des liens entre la production de Jean Petit et celle des autres libraires-imprimeurs. Dans le même temps, nous pouvons nous demander en quelle mesure l’exhaustivité des notices traditionnelles nous permettront de répondre à nos questions : dans le contexte actuel de la recherche, pouvons-nous proposer des adaptations ?

Sans engager l’ensemble de la collection, nous avons procédé à la mise en place d’une base de données consacrée à la production de Jean Petit. Cette base présente trois principaux objectifs : l’organisation du travail de recherche, l’exploitation des données et la publication des notices bibliographiques – sous le format numérique ou papier. Il s’agit actuellement du principal outil que nous utilisons dans notre travail à la Réserve.    

La mise en place d’une base de données pour le « Grand Renouard » pose toutefois plusieurs types de questions, et d’abord des questions structurelles : une base de données ne peut se concevoir comme un outil papier. Nous pouvons par exemple donner l’exemple des index2.

Dans la bibliographie papier, les index se situent à la fin, et permettent une meilleure exploitation des informations. Mais si la bibliographie perd son index, elle peut toujours être utilisée, bien que de manière plus limitée. Dans le cas de la base de données, tout le fonctionnement du système repose sur le principe d’indexation : les notices d’autorité sont au fondement même de la structure de la base. Le rapport entre les notices bibliographiques et les notices d’autorité est ainsi fondamentalement différent entre la bibliographie papier et la base bibliographique, même si dans les deux cas le résultat final est la notice bibliographique.

En parallèle, comme nous l’avons annoncé plus haut, se posent aussi des questions de contenu. Dans la mesure où nous disposons aujourd’hui de plusieurs ressources qui n’existaient pas auparavant, nous pouvons nous demander si certains aspects des notices traditionnelles du « Grand Renouard » ne pourraient être repensés, en particulier pour ce qui concerne la transcription diplomatique des pages de titre et colophons ou l’analyse du contenu à la page près. Pour notre base de données, nous avons maintenu l’ensemble des éléments constitutifs de la notice traditionnelle, en donnant toutefois des transcriptions normalisées et une analyse du contenu simplifiée. En revanche, le relevé du matériel typographique est aussi exhaustif que possible, afin de permettre de plus précises datations et identifications des ateliers d’impressions.

La troisième question consiste enfin à savoir comment la base de données s’inscrit dans le paysage informatique de la recherche et des bibliothèques. La base bibliographique pose en effet des problématiques proches de celles qui se présentent aujourd’hui pour les catalogues de bibliothèques dans le cadre notamment de la transition bibliographique. Par exemple, alors que le premier niveau de description de la bibliographie papier est l’édition (manifestation), la base bibliographique devient mieux exploitable à partir du moment où il existe un niveau supérieur consacré aux textes (œuvres). Ce rapprochement pourrait ainsi permettre sur le long terme d’envisager un modèle de base bibliographique interopérable, du moins en partie, avec les catalogues informatisés. Dans le même temps, il faut aussi considérer que ces outils répondent à des questions différentes et ne pourraient se concevoir exactement de la même manière.

En somme, le contexte actuel de la recherche et les spécificités de la production de Jean Petit nous ont amené à envisager une base de données pour la réalisation de notre fascicule « Grand Renouard ». Ce projet repose nécessairement sur la description des livres issus de la production de Jean Petit, mais a pour principale finalité de reconstituer des réseaux de libraires-imprimeurs. Entre-temps, il nous permet de préciser les repères pour la datation des ouvrages et l’identification des ateliers d’impression. La base de données « Grand Renouard » est ainsi un outil que nous mettons en place pour organiser notre travail et mieux exploiter nos résultats, tout en les rendant accessibles à l’ensemble des chercheurs.

Note

La réflexion relative au passage du « Grand Renouard » du papier au numérique accompagne celle que nous menons actuellement pour le projet La réception d’Érasme en France au XVIe siècle (dir. Christine Bénévent), projet dans lequel nous travaillons également.

  1. Voir url : <http://bp16.bnf.fr/>. []
  2. Je remercie Tiphaine Foucher (BnF) et Gina Mars (Bibliothèque Mazarine) pour les échanges sur cette question. []

Sonates « pour dessus instrumental » à la mandoline : le cas de Scarlatti

La BnF accueille cette année 28 chercheurs associés qui conduisent un travail au plus près de ses collections. Arrivés à mi-année, nous leur avons proposé de présenter leur parcours scientifique et leurs recherches en cours – occasion de montrer la diversité des travaux conduits et des compétences qu’ils mobilisent.


En tant que musicienne-chercheuse associée au département de la Musique et spécialiste des mandolines anciennes, je concentre mes recherches et mes activités musicales sur le répertoire historique de la mandoline, dont le département de la Musique de la BnF détient l’une des collections parmi les plus riches au monde. Cette abondance de sources musicales pour mandoline conservées à Paris est mieux comprise à la lumière d’un contexte plus large. En effet, il existe de nombreux témoignages historiques et iconographiques de la faveur indéniable dont cet instrument jouissait en France dans la seconde partie du siècle des Lumières, surtout auprès de l’aristocratie et de la haute bourgeoisie.

De gauche à droite : Pierre-Étienne Falconet, La joueuse de mandoline, seconde moitié du XVIIIe siècle ; Jean-Baptiste
André Gautier-Dagoty, Marie-Josephine de Savoie, comtesse de Provence, 1777; Cazes le fils, Portrait de madame
Louis Chénier en costume grec ou en costume de mariée, XVIIIe siècle.
De gauche à droite : Pierre-Étienne Falconet, La joueuse de mandoline, seconde moitié du XVIIIe siècle ; Jean-Baptiste
André Gautier-Dagoty, Marie-Josephine de Savoie, comtesse de Provence, 1777; Cazes le fils, Portrait de madame
Louis Chénier en costume grec ou en costume de mariée, XVIIIe siècle.

En dehors des œuvres destinées à la mandoline, la BnF conserve également une source très importante qui témoigne d’une pratique d’interprétation à la mandoline d’un répertoire qui n’a pas été conçu à l’origine pour cet instrument. Il s’agit d’un manuscrit conservé à la Bibliothèque de l’Arsenal et qui porte l’indication « per mandolino e cimbalo » (« pour mandoline et clavecin »), au début du premier mouvement de l’une des sonates pour clavecin de Domenico Scarlatti, la sonate en ré mineur K 891.

Domenico Scarlatti, Sonate en ré mineur K 89, premier mouvement. Bibliothèque de l’Arsenal, Ms-6785, f. 198v-199.

Ce document risque de surprendre ou intriguer plus d’un connaisseur de la musique pour clavier du compositeur napolitain, puisque les 555 sonates de Scarlatti sont principalement connues du grand public dans leur version pour clavecin seul. Cependant, il est maintenant communément admis que, dans la vaste production pour instruments à clavier du compositeur napolitain, il est des œuvres dont le type d’écriture semble se tourner davantage vers un instrument soliste accompagné de la basse continue que vers le clavecin. C’est justement à partir de la découverte du manuscrit de l’Arsenal qu’un petit nombre de sonates de Scarlatti (K 77, 81, 88, 89, 90, 91) est entré dans le répertoire de la mandoline depuis les années 1990.

Plusieurs questions se posent à l’interprète, face à cette source : est-il raisonnable de supposer que le répertoire que les mandolinistes jouaient en France au XVIIIe siècle était plus vaste par rapport à ce que l’on pourrait croire aujourd’hui ? Quels sont les moyens que nous pouvons mettre en œuvre pour élargir ce répertoire tout en restant dans une démarche cohérente avec les sources dont nous disposons ? Comment restituer ces pièces à la mandoline, en sachant qu’elles n’ont pas forcément été conçues pour cet instrument, en s’appuyant sur les informations contenues dans les méthodes instrumentales de cette époque ?

Une partie initiale de mon travail a donc été consacrée à l’étude de la musique originale écrite pour la mandoline à cette époque, et en particulier aux méthodes instrumentales publiées à Paris entre 1768 et 17722. L’importance de ces méthodes réside dans le fait qu’elles réunissent de façon systématique toutes les différentes techniques de jeu qui étaient utilisées à l’époque. D’une part, elles permettent de comprendre quels sont les éléments qui rendent une sonate idiomatique pour la mandoline ; d’autre part, elles donnent à l’interprète les éléments clés sur la façon de procéder afin d’adapter à la mandoline certaines sonates qui n’ont pas été composées à l’origine pour cet instrument.

Gabriele Leone, METHODE, / Raisonnée. / Pour passer du Violon à la Mandoline et de / L’archet a la plume où le moyen
seur de Jouër sans / maître en peu de temps par des Signes de Convention / assortis à des exemples de Musique facile.
Paris, l’auteur, [1768]. Département de la Musique, CU-55.
Gabriele Leone, METHODE, / Raisonnée. / Pour passer du Violon à la Mandoline et de / L’archet a la plume où le moyen
seur de Jouër sans / maître en peu de temps par des Signes de Convention / assortis à des exemples de Musique facile.
Paris, l’auteur, [1768]. Département de la Musique, CU-55.

En partant du manuscrit conservé à la Bibliothèque de l’Arsenal, la deuxième étape de mon travail a été de parcourir le corpus de sonates de Scarlatti qui présentent une écriture à deux voix, similaire à celle qu’on trouve dans la sonate K 89, et qui semblent donc avoir été écrites pour un dessus instrumental accompagné de la basse continue. À l’intérieur de ce corpus, j’ai essayé d’identifier les œuvres les plus idiomatiques pour la mandoline et de proposer une restitution de ces pièces. Mon objectif a été d’aborder ces œuvres du point de vue d’un interprète moderne qui doit chercher à se réapproprier d’un répertoire qui n’a pas été conçu à l’origine pour son instrument, toujours dans le respect des pratiques d’interprétation anciennes.

L’analyse du texte musical m’a également permis d’identifier le type de mandoline le plus approprié pour chaque sonate. Certaines de ces œuvres sont à l’évidence destinées à un instrument accordé par quintes, comme la mandoline napolitaine ou le violon. Par contre, d’autres sonates, peu idiomatiques ou même impossibles à jouer sur une mandoline napolitaine, se révèlent parfaitement adaptées à un instrument accordé par quartes, comme la mandoline lombarde, qui avait elle aussi un certain nombre d’amateurs en France à la même époque.

Mandoline napolitaine, Antonius Vinaccia, Naples, 1768. Photo : Bernard Martinez
Mandoline napolitaine, Antonius Vinaccia, Naples, 1768. Photo : Bernard Martinez
Mandoline lombarde d’après Antonio Monzino, Milan, 1792, conservée au Museo Teatrale alla Scala.
Copie réalisée par Tiziano Rizzi à Milan en 2010. Photo : Bernard Martinez
Mandoline lombarde d’après Antonio Monzino, Milan, 1792, conservée au Museo Teatrale alla Scala. Copie réalisée par Tiziano Rizzi à Milan en 2010. Photo : Bernard Martinez

Le programme « Sonates pour mandoline de Scarlatti » a été présenté en concert au Petit Auditorium de la BnF le 18 juin 2019 par mon ensemble, Pizzicar Galante, dans le cadre de la série « Les Inédits de la BnF ». Notre enregistrement de ces sonates a été récemment publié par le label Arcana, et a également fait l’objet d’un vidéoclip réalisé par le cinéaste Luca Marconato :

Scarlatti : mandolin sonatas – Ensemble Pizzicar Galante – disque Arcana A 115 (CD teaser).
Anna Schivazappa, mandolines baroques, Ronald Martin Alonso, viole de gambe, Daniel de Moraïs, théorbe et
guitare baroque, Fabio Antonio Falcone, clavecin.

Perspectives…

Je poursuis actuellement mon travail de valorisation des compositions pour mandoline conservées au département de la Musique, avec l’accompagnement de mon tuteur, François-Pierre Goy. En particulier, un nouvel enregistrement en lien avec mon projet de recherche est prévu au cours de l’année prochaine, avec le souhait de faire découvrir au public des œuvres peu connues, mais aussi de proposer une nouvelle approche des classiques du répertoire de la mandoline baroque.

Pour aller plus loin

Le site de l’ensemble Pizzicar Galante

Pour écouter

  1. La lettre K suivie d’un numéro renvoie au catalogue des sonates de Scarlatti établi par le claveciniste et musicologue américain Ralph Kirkpatrick (1911 – 1984). []
  2. Michel Corrette, Nouvelle Méthode pour apprendre à jouer en très peu de temps de la mandoline, Paris, Lyon, Dunkerque, 1772 ; Département de la Musique, RES VMB-64 ; Pierre Denis, Méthode pour apprendre à jouer de la mandoline sans maître, Paris, [ca 1768-73] ; Jean Fouquet, Méthode pour apprendre facilement à jouer de la mandoline à 4 et à 6 cordes, Paris, aux adresses ordinaires de musique ; Lyon, Castaud, [ca 1770] ; Giovanni Battista Gervasio, Méthode très facile pour apprendre à jouer de la mandoline à quatre cordes, instrument fait pour les dames, Paris, Boüin, 1767. Gabriele Leone, Méthode raisonnée pour passer du violon à la mandoline et de l’archet à la plume, Paris, Bailleux, 1768. Des exemplaires des méthodes de Corrette, Denis, Fouquet et Leone font partie des collections du Département de la Musique de la BnF. []

Anna Schivazappa

Spécialiste des mandolines anciennes, Anna Schivazappa est doctorante en musicologie à Sorbonne Université (en cotutelle avec l’Université Statale de Milan) et musicienne-chercheuse associée à la Bibliothèque nationale de France (département de la Musique) depuis 2017.

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebookYouTube

L’apostolat par les livres et la langue mandchoue : lecture d’Aristote et des catéchismes à Pékin au XVIIIe siècle

La BnF accueille cette année 28 chercheurs associés qui conduisent un travail au plus près de ses collections. Arrivés à mi-année, nous leur avons proposé de présenter leur parcours scientifique et leurs recherches en cours – occasion de montrer la diversité des travaux conduits et des compétences qu’ils mobilisent.

Alice Crowther est titulaire de la bourse d’excellence 2019-2020 de la BnF.


Les origines de la traduction en mandchou des livres chrétiens

En 1707, à Pékin, parmi les vieux livres en vente lors de la foire mensuelle d’un temple bouddhique, le prince mandchou Surgiyen trouva une traduction en chinois du De l’âme d’Aristote. L’histoire est racontée dans une lettre envoyée le 20 août 1724 par Dominique Parrenin (1665-1741), jésuite lyonnais missionnaire à Pékin, à un confrère habitant à Paris1. Le lieu de gravure des planches du livre était un temple « du Dieu du ciel », et, ressentant « que le but de ce livre était bien différent des autres livres que j’avais lus jusqu’à alors », le prince envoya un serviteur chercher ce temple et d’autres de leurs livres. Son serviteur trouva alors l’église catholique à Pékin des jésuites portugais, appelée la Salle du Maître du Ciel (Tianzhu tang 天主堂), où les prêtres lui donnèrent, sans demander paiement, de nombreux livres dont « celui qui traite de la vraie connaissance de Dieu » – le plus probablement le Tianzhu shiyi 天主實義 (Le vrai sens du Maître de Ciel) (1603)2, un catéchisme par Matteo Ricci (1552-1610) qui connut de nombreuses réimpressions, et « celui des sept victoires », qui doit être le Qike 七克 (Sept victoires) (s. d.) de Diego de Pantoja (1578-1618) et Yang Tingyun 楊廷筠 (1562-1627), un traité sur les sept péchés capitaux, ainsi que les sept vertus qui permettent de les surmonter3.

L’église des jésuites portugais était située à l’extérieur et un peu à l’est de la cité impériale, tandis que la nouvellement établie (1701) église des jésuites venus de France, dite Beitang « l’église du nord », où Parrenin vivait, venait d’être construite dans les jardins attachés au nord du palais impérial (voir figure 1). Cette disposition spatiale, qui rendait l’église française plus isolée de la vie de la ville et plus difficile à atteindre discrètement, contribua à amener le serviteur de Surgiyen d’abord à l’église portugaise, où il rencontra notamment le père Joseph Suarez (1656-1736)4.

Figure 1. « Église du Beitang en vue plongeante, avec personnages en procession dans les jardins du Palais impérial », Pékin, vers 1701-1703. Département des Estampes et de la photographie, Bibliothèque nationale de France
Figure 1. « Église du Beitang en vue plongeante, avec personnages en procession dans les jardins du Palais impérial », Pékin, vers 1701-1703. Département des Estampes et de la photographie, Bibliothèque nationale de France (https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b541001700)5.

Les temples jouaient un rôle important dans la vente ainsi que l’impression des livres en Chine impériale tardive. A Pékin, les foires les plus importantes pour l’achat des livres de tous sortes étaient celles des temples bouddhiques du Huguosi 護國寺 (Temple de la protection de l’État), au nord de la cité impériale, du 7 au 8 de chaque mois, et du Longfusi 隆福寺 (Temple de la félicité abondante), pas loin de l’église portugaise,  les 9 et 10 de chaque mois6. Des temples de la capitale, tels le Longfusi, mais aussi le Da Ci’ensi 大慈恩寺 (Temple de la grande bienfaisance), le Yanfusi 延福寺 (Temple du bonheur prolongé) ou le Guanyinsi 觀音寺 (Temple de Guanyin) étaient aussi des imprimeurs et des éditeurs des livres7. Les activités de publication et de distribution de livres entreprises par les églises s’inséraient naturellement dans ce contexte culturel. Le marché diversifié de livres qui fleurissait en Chine, et les difficultés administratives que les missionnaires rencontraient pour circuler librement sur le territoire de l’Empire, motivèrent l’adoption d’une méthode de travail privilégiant « l’apostolat par les livres »8.

Figure 2. Toit du temple Huguosi (Pékin), fermé au public, en 2016. (Photo : Alice Crowther, 2016).
Figure 2. Toit du temple Huguosi (Pékin), fermé au public, en 2016. (Photo : Alice Crowther, 2016).

Dans les premières décennies du dix-septième siècle deux jésuites écrivirent des adaptations des commentaires du Collège jésuite de Coimbre sur le De l’âme d’Aristote et le Parva naturalia, les traités aristotéliciens sur la perception, la mémoire, le sommeil et les rêves, la vieillesse, et la respiration9. Francesco Sambiasi (1582-1649) donna oralement une exégèse et son collaborateur, le célèbre mandarin converti Xu Guangqi 徐光啓 (1562-1633), mit ses explications par écrit en bon chinois classique. Leur Lingyan lishao 靈言蠡勺 (Un pochon des mots sur l’esprit) fut publiée par le Shenxiutang 慎修堂 (la Salle de la pratique soigneuse [du vertu]) en 162410. Pourtant, la recherche par Surgiyen d’un temple « du Dieu du ciel », quête qui le mena à l’église portugaise de Pékin, semble indiquer que le vieux livre qu’il avait entre les mains n’était probablement pas cette traduction de 1624, mais plutôt celle en trois fascicules de Giulio Aleni (1582-1649), le Xingxue cushu 性學觕述 (Exposé grossier sur l’étude de la nature [de l’homme])11. Cette traduction, commencée des 1623 mais seulement publiée dans sa version définitive en 1646, était imprimée par le Chijian Tianzhutang 敕建天主堂 , « la Salle du Maître du Ciel fondée par ordre impériale », une église qui ne se trouvait pas à Pékin mais au sud de la Chine, dans la ville de Fuzhou. Pour Surgiyen, c’était la clarté qu’il trouva dans les explications de la genèse du monde et de l’âme de l’homme données par les livres des chrétiens qui motiva sa conversion. Mais il restait longtemps sans recevoir le baptême parce qu’il peinait à accepter les doctrines de l’incarnation du Christ et de la rédemption des péchés. Il fallut une période de réflexion intense lors d’une convalescence après une maladie à l’été 1717, suivie par des années de prière, de lecture et de conversations avec les missionnaires et des catéchistes chinois, pour le décida finalement de franchir cette étape en 1717, prenant le nom de baptême de Jean. – Cette anecdote n’est pas sans rappeler les circonstances de la conversion d’Ignace de Loyola lors de sa lente guérison d’une blessure à la jambe qui l’amena à quitter sa vie de soldat et d’homme du monde, une histoire que les jésuites rapportaient sûrement à leur fidèles. 

Or, ses années de questionnement mirent la famille de Surgiyen en contact fréquent avec les prêtres européens résidant à Pékin. De nombreux membres de sa branche de la famille impériale reçurent le baptême avant lui, et notamment les femmes. La traduction en langue mandchoue des livres chrétiens était initiée par une demande faite par ces mandchoues au père Suarez, qui fit appel à Dominique Parrenin pour entreprendre le travail. Bien que parlant le chinois, elles ne le lisaient pas, ou pas avec aise. En plus, elles n’avaient que rarement l’occasion de discuter avec des missionnaires, ou avec des convertis chrétiens extérieurs à leur foyer. Les premiers écrits sur la religion chrétienne en mandchoue sont ainsi nés du besoin de guider des femmes croyantes mais ayant peu d’occasions de recevoir une instruction doctrinale. Ainsi, en regardant le corpus, on trouve le catéchisme de Ricci donné à Surgiyen par les prêtres portugais12, mais pas les commentaires sur Aristote. Parmi les livres traduits ou composés en mandchou figurent aussi un calendrier des saints13, et des traités sur la confession14 et la communion15. Ces textes sont écrits dans une langue qui s’efforce à la simplicité et la clarté d’expression, se servant souvent de la répétition et des listes numérotées, des techniques qui devaient avoir pour but de faciliter la mémorisation par cœur des concepts centraux.

Figure 3. Première page de la traduction mandchoue du catéchisme de Ricci (Mandchou 234. Abkai ejen i unenggi jurgan i bithe).
Figure 3. Première page de la traduction mandchoue du catéchisme de Ricci (Mandchou 234. Abkai ejen i unenggi jurgan i bithe). La langue des mandchous, ce peuple venu du nord qui conquit Pékin et la Chine en 1644, était une langue toungouse agglutinante, complètement différente du chinois. Au dix-huitième siècle l’administration de l’Empire des Qing était bilingue, avec une rédaction systématique des documents en chinois et en mandchou, sauf pour certaines communications, jugées sensibles, uniquement en mandchou. Le mongol, l’ouïghour et le tibétain étaient aussi utilisés. Déjà au XVIIIe siècle les empereurs Yongzheng (r. 1723-1735) et Qianlong (r. 1736-1795) se plaignirent de plus en plus souvent de ce que les Mandchous perdaient leur langue maternelle au profit du chinois. Pourtant, la situation réelle aurait été plus nuancée. Encore au XIXe s., on traduisait en mandchou des romans chinois.

En 1724, la famille de Surgiyen fut condamnée à l’exil, à la fois pour avoir adopté une religion hétérodoxe et étrangère, mais aussi dans un contexte où Yongzheng (r. 1723-1735), dont la succession au trône était controversée, consolidait son pouvoir en attaquant ses frères et d’autres branches de sa famille qu’il soupçonnait de ne pas le soutenir16. Le père de Surgiyen, Sunu, était l’arrière-petit-fils de Cuyen, le fils aîné de Nurhaci (r. 1616-1626), fondateur de l’État mandchou. La plus grand partie de la famille fut envoyé à un poste frontalier de la grande muraille, dans le Shanxi actuel : en mandchou la ville de Furdan « passe », en chinois Youwei 右衛 « Garnison de droite ».

Cet exil initia une deuxième période de traduction vers le mandchou, pour réconforter ces déportés, dont certains, hommes comme femmes, se sentaient plus à l’aise en lisant le mandchou que le chinois17. D’abord l’exil, et puis emprisonnement, exécutions, et expulsion en masse de la lignée impériale, firent que la conversion de ces princes ne marqua qu’un interlude et pas un début, et l’époque des traductions théologiques et catéchétiques en mandchou se limite au XVIIIe siècle18.

Échanges d’idées et d’exemples entre Paris et Pékin

Figure 4. Première page de la biographie de Sainte Geneviève (« Enduringge sargan jui Ženowa ») de Paris dans un calendrier manuscrit et anonyme des saints de la première quinzaine du mois de janvier (Mandchou 253).
Figure 4. Première page de la biographie de Sainte Geneviève (« Enduringge sargan jui Ženowa ») de Paris dans un calendrier manuscrit et anonyme des saints de la première quinzaine du mois de janvier (Mandchou 253).

Des jésuites français, notamment Dominique Parrenin ou Alexandre de la Charme (1695-1767) qui traduisaient vers le mandchou, jouèrent un rôle clef dans la production des livres chrétiens en mandchou. Ils envoyaient aussi des copies de leurs traductions mandchoues à Paris, où elles font partie de la couche la plus ancienne de la collection mandchoue de la Bibliothèque nationale, recensées déjà dans le catalogue des livres chinois de 1739 de Étienne Fourmont (1683-1745), ou portant des estampilles de la Bibliothèque royale du XVIIIe siècle. Si, hors de Chine, la collection mandchoue la plus importante est celle de Saint-Pétersbourg, c’est la collection de la Bibliothèque nationale de France qui est la plus importante en ce qui concerne les textes chrétiens19 et plus largement des écrits en mandchou des jésuites.

Par ailleurs des sélections des lettres de Parrenin décrivant les conversions des mandchous furent publiées en France, par Jean-Baptiste Du Halde (1674-1743) dans les Lettres édifiantes et curieuses, écrites des Missions Etrangeres, par quelques Missionaires de la Compagnie de Jésus (Paris, 1702-1776). Les extraits publiés dans les Lettres édifiantes mettent en avant les souffrances et la constance de l’exil à Furdan. Ils sont présentés comme des martyrs modernes : « il y a dans cette fermeté quelque chose d’aussi admirable et d’aussi héroïque, que ce que nous lisons de la constance des héros chrétiens des premiers siècles de l’Église.20 » Les lettres détaillent aussi la pénurie extrême de cette famille princière déchue et le désir des jésuites de pouvoir leur apporter plus d’aide financière21. En 1827 la correspondance sur la famille de Surgiyen fut republiée comme un recueil par l’imprimeur et libraire Mathieu Placide Rusand (1768-1839)22 : Les Héros chrétiens, ou Lettres du P. Parennin sur une famille de princes tartares convertis à la foi, suivies de deux lettres du P. Benoist sur un autre seigneur tartare (Lyon, 1827). Royaliste et catholique, vendant ses livres dans ses librairies à Lyon et à Paris, Rusand espérait, comme il l’expose dans sa préface,  que l’exemple de ces princes « tartares » convertis par des jésuites partis d’Europe plus qu’une siècle auparavant, aurait une influence salutaire sur ses compatriotes : « Nous ne sommes pas accoutumés à avoir sous les yeux d’aussi frappans spectacles ; ces habitudes de religion et cette couleur extérieure de christianisme qu’on retrouve encore dans nos sociétés chrétiennes, y rendent une conversion moins sensible et moins frappante », « […] on les admire, on les aime ; mais on ne peut se défendre aussi d’un nouveau sentiment d’admiration et d’amour pour la religion qui les a formés et qui les inspire. »

Figure 5. Page de titre du livre Les Héros chrétiens de l'imprimeur Rusand. On note la citation de Hébreux, 13.7 : « Considérez quelle a été la fin de leur vie, et imitez leur foi. »
Figure 5. Page de titre du livre Les Héros chrétiens de l’imprimeur Rusand. On note la citation de Hébreux, 13.7 : « Considérez quelle a été la fin de leur vie, et imitez leur foi. » (https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6138774g)

« Les textes chrétiens en langue mandchoue de la Bibliothèque nationale », un projet dans le cadre du programme des chercheurs associés

Ce projet a pour but la préparation d’une édition en ligne des textes chrétiens en langue mandchoue conservés à la Bibliothèque nationale. Une base de données permettra la recherche des mots et formes grammaticales mandchoues parmi des transcriptions en caractères latins, suivant le système de transcription de Möllendorff. Les transcriptions seront présentées à côté des images des textes originaux, et liées autant que possible, quand il s’agit d’une traduction, aux transcriptions et images des des originaux chinois. Une première version de cette plateforme devrait être mise en ligne avant la fin de l’année 2020.

En parallèle, je mène un travail sur les aspects matériels de ces xylographes et manuscrits pour enrichir et réviser les notices sur ce fonds dans le catalogue BnF Archives et manuscrits ((Voir url : <https://archivesetmanuscrits.bnf.fr/>.)). Les notices du catalogue en ligne ont été saisies par Jeanne-Marie Puiraymond, conservateur au Département des manuscrits et catalogueur de la collection mandchoue. Elle a apporté des ajouts, notamment des mises à jour bibliographiques, aux informations du Catalogue du fonds mandchou. Elle avait préparé ce catalogue, publié en 1979, sous la direction de Walter Simon et Marie-Rose Séguy, et sur la base des recherches préliminaires menées par Walter Simon. Au vingtième siècle le travail de catalogage du fonds mandchou commença dans les années 1930 avec le catalogue manuscrit de Willy Baruch de 1932 : Catalogue des livres et manuscrits mandchous du nouveau fonds chinois (et du fonds Fourmont) à la Bibliothèque nationale. Un nouvel index dactylographié fut préparé par Yu Tao-ts-iuan (Yu Daoquan) 于道泉 en 1937 : Index des titres mantchoux et français du fonds mantchou dans la Bibliothèque nationale.

Réfutations du bouddhisme et manuels de confession

Hartmut Walravens et Giovanni Stary ont dressé des inventaires des textes chrétiens en mandchou23. Parmi les vingt-quatre textes qu’ils recensent, la Bibliothèque nationale possède des exemplaires de quinze24. Dans le cadre de ce projet, la Bibliothèque a accordé des crédits pour la numérisation de ce corpus. Une copie de chacun des quinze textes est maintenant disponible – ou le sera bientôt –  sur Gallica. Ci-dessous, de brèves présentations de trois des textes récemment numérisés.

Le Sain be uhelere leolen (Sur le bien commun) est une traduction du Tongshan shuo 同善說 d’un lettré chrétien, Li Zubai 李祖白 (baptisé en 1622, m. 1665)25. La traduction est anonyme. Il n’existe aujourd’hui que quatre copies de cette traduction mandchoue, trois xylographes (imprimés à partir des mêmes planches, leur examen suggère) conservés à la BnF (Mandchou 265, Mandchou 266, et Mandchou 267 dont la numérisation se trouve ici : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10027469q) et un exemplaire dans les archives jésuites (ARSI, Archivum Romanun Societatis Iesu) à Rome. La BnF possède aussi huit copies du texte chinois, toutes reliées ensemble sous une seule cote, Chinois 7079 (https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b9006324m). Le texte est court, l’original seulement quatre feuillets recto-verso dans un chinois qui mélange le vernaculaire et le classique, ce qui en mandchou donne un texte de huit feuillets. Il commence par une démonstration de la nécessité d’accepter l’existence d’un Dieu créateur et gouverneur du monde. Suit un discours sur l’âme et son rapport au corps qui reprend des thèses principes du De l’âme d’Aristote, et une critique du bouddhisme et du taoïsme, qui souligne que même si on a de bonnes intentions en suivant ces cultes, ces bonnes volontés erronées seront inutiles pour obtenir le salut.

Le Geren holo be milarabuha bithe (Livre qui écarte toutes les erreurs) (Mandchou 262, accessible à : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10027471j), un xylographe de 25 feuillets26, est la traduction d’une réfutation du bouddhisme, le Pi wang 闢妄 (Écartement des erreurs) (s. d.)27 de Xu Guangqi, qui on a déjà rencontré comme collaborateur de la première traduction d’Aristote publiée en chinois. Les erreurs écartées sont : l’idée qu’on peut libérer un esprit de l’enfer (na i loo be efulere holo « l’erreur de casser l’enfer ») ; jeku salara holo « l’erreur des offrandes alimentaires [aux esprits] » ; ejen akū emhun fayangga, senggi omo i holo « les erreurs de [croire que] le Seigneur n’est pas un seul esprit, et du lac du sang » qui était un rituel pour les femmes mortes en couches ; hoošan deijire holo « l’erreur de brûler du papier » comme une offrande ; tarni hūlara holo « l’erreur de réciter des dhāraṇī » ; forgošome banjinjire holo « l’erreur de la réincarnation » ;fucihi hūlara holo « l’erreur de réciter le nom du Bouddha » ; cin,[sic] dzung ni holo « l’erreur de l’École de Chan » (i.e. le bouddhisme zen).

L’importance de démentir les enseignements du bouddhisme et du taoïsme, thème qu’on retrouve dans ces deux livres, est aussi une préoccupation récurrente de Surgiyen dans une profession de foi manuscrite, qui est conservée par la Bibliothèque nationale (Chinois 7248 ici : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b9006403s), son Shengjiao zhenshi liyi 聖教真實利益 (Sur le profit dans la vérité de l’Enseignement sacré). Si le Christianisme, arrivé déjà sous les Ming (1368-1644), ne se répand28 pas encore en Chine, s’interrogea-t-il, ne serait-il pas parce que les gens, accoutumés à alterner la pratique du bouddhisme et du taoïsme selon les besoins du moment, assument, quand ils entendent parler de la religion chrétienne, qu’il s’agit d’un autre secte adaptable à cette façon éclectique de parlementer avec les dieux, et alors ils ne font pas attention à la profondeur de ses doctrines29.

Figure 7. Un morceau du papier inséré dans une copie chinoise du Pi wang (Chinois 7101 : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b52501309v).
Figure 7. Un morceau du papier inséré dans une copie chinoise du Pi wang (Chinois 7101 : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b52501309v).

Des fragments d’écriture en lettres mandchoues sont daubées par-dessus quelques phrases en français : fayangga « l’âme », et quatre fois hendurengge « ce qui est dit ». Plus bas la date donnée en latin est le 15 mai 1737 (idib maii M.DCCXXXvii). Et, de nouveau en mandchou, Bader nos der « Pater noster ». Brouillons faits à Paris ou à Pékin ? Et, est-ce que c’est possible qu’il y a un lien entre ces brouillons en mandchou, et le travail de traduction de ce texte vers la langue mandchoue ? Le livre où ce fragment est intercalé porte les estampilles de la Bibliothèque royale, et fut inclus dans le premier catalogue des livres chinois établi par Fourmont en 1739.

Figure 8. Verso. Sur l'autre côté on trouve en chinois 拉呾咧 deux fois dans des mains différents (la da lie ou la dan lie ou la ta lie sont des prononciations possibles de ces syllabes qui ne donnent pas de sens en chinois et doivent probablement être la transcription d'un nom propre ou d'un mot étranger), 咧 lie une fois, 前学 qian xue (?) une fois.
Figure 8. Verso. Sur l’autre côté on trouve en chinois 拉呾咧 deux fois dans des mains différents (la da lie ou la dan lie ou la ta lie sont des prononciations possibles de ces syllabes qui ne donnent pas de sens en chinois et doivent probablement être la transcription d’un nom propre ou d’un mot étranger), 咧 lie une fois, 前学 qian xue (?) une fois.

Le Mandchou 24330 est un manuscrit écrit sur un papier pré-imprimé avec des colonnes en lignes rouge. La première partie est un dictionnaire mandchou-chinois de 510 pages organisé de a- à šum- suivant l’ordre conventionnel des syllabes mandchoues. Certaines entrées, surtout dans les 60 premières pages, sont aussi glosées en latin, ou en français (e.g. eshun jui / 沒出痘的小兒/ qui nondum habuit variolas, e.g. ildamu/ 有韻致/ qui a bonne grace bon air). Le dictionnaire est suivi d’un traité en mandchou sur la confession, le Weile be geterembure jingkini kooli (Règlements standards pour laver les péchés). La seule version de ce texte en langue mandchoue est ce manuscrit de la BnF. Le texte mandchou est une traduction du traité chinois Dizui zhenggui lüe 滌罪正規略 (Abrégé des règlements standards pour laver les péchés) (Ming tardif, s.d.), un abrégé très utilisé du Dizui zhenggui 滌罪正規略 (Règlements standards pour laver les péchés) (1627) de Giulio Aleni. Le traité introduit l’examen de conscience, proposant une liste des sujets d’examen de soi ordonnés selon les dix commandements et les sept péchés capitaux. Cela est suivi par des sections sur la contrition, sur la confession, et sur la satisfaction, et par une présentation des exemples des pénitences des saints de l’Antiquité pour expier leurs péchés31. Le livre se termine sur l’avertissement que «  un mauvais acte qu’on ne confesse pas sera éternellement condamné », (en mandchou : ehe bifi alarakū oci, enteheme guweburakūngge), illustrée par l’histoire d’une vieille dame pieuse qui n’avait pas confessé un péché de sa jeunesse :

wargi bade emu sakda mamari bihe, kemuni ton akū enduringge tang dosifi, ging hūlame, jalbarime hing seme soksime songgome baire de, dalbade emu erdemu wesihun saisa bihe, tuwaci, hehei fisa amala emu sahahūn cirangga niyalma, fekuceme urgunjeme injembi, saisa ferguweme ibefi fonjime, ere niyalma, ei abkai ejen de hing seme baire de si ainu injembi, ere sahaliyan niyalma injeme hendume, ere hehe asigan i fonde, emu ujen weile araha bihe, emu jalan de tucibume alarakū damu gosiholome nasame, guwebure be baire gojime, umai abkai ejen i hese de dahame guwebure be bairakū. udu gosiholome baiha seme dubentele meni na i loo i niyalma dabala aide ukcambi. uttu ofi, bi terei mentuhun menen be injembi sehe.

Dans une contrée lointaine vivait une vieille dame. Elle avait l’habitude d’aller tout le temps à l’église [enduringge tang = salle sacrée]. Une fois, tandis qu’elle récitait des versets de la Bible et priait avec sincérité et en sanglotant, un gentilhomme vertueux était à côté d’elle. Il vit que derrière le dos de la femme un homme noirâtre gambadait et riait joyeusement. S’étonnant, le gentilhomme s’avança pour demander, « Cette personne est en train de prier Dieu avec sincérité. Comment se peut-il que vous riiez ? » L’homme noir répondit en ricanant, « Cette femme, quand elle était jeune, a commis un lourd péché. De toute sa vie, elle ne l’a pas avoué. Elle l’a seulement regretté avec détresse. Mais elle n’e s’est jamais repentie selon le commandement de Dieu [Abkai ejen = le Seigneur du Ciel]. Même si jusqu’à la fin elle prie avec détresse, comment pourrait-elle échapper à notre Enfer [na i loo = prison souterraine] ? Alors, je ris de sa sottise et naïveté. »

La contrée lointaine ; la femme qui a l’habitude d’aller seule dans une église où elle côtoieraient des hommes inconnus ; la description du démon comme un homme noirâtre – tout semble indiquer une origine européenne pour cette anecdote. Le message est sévère – un sentiment de regret ne suffit pas, pour repentir il faut confesser. L’avertissement semble s’adresser particulièrement à une femme, tout comme dans le Geren holo be milarabuha bithe la réfutation de l’idée qu’on peut sauver un esprit de l’enfer vise les croyances populaires sur le salut de la mère de Mulian, sauvée des enfers, malgré sa vie scélérate, par un fils filial.

Un lieu de savoir

Prenant comme exemple de son programme de travail sur les lieux du savoir les œuvres d’Aristote et leurs traductions, Christian Jacob écrit : « dans chacune des langues dans lesquelles ils furent traduits (latin, arabe…), [ils] ont produit des effets de lecture spécifiques, indissociables de leur sens philosophique : effets structurants du lexique et de la syntaxe, des figures de pensée liées à l’usage de cette langue, avec ses marqueurs logiques »32. L’étude de ce corpus des manuscrits et des xylographes des missionnaires du XVIIIe siècle, gardé par la Bibliothèque nationale, en partie composé d’envois de Pékin de la part des hommes partis de la France, et des textes qu’ils contiennent, où idées passent du français et du latin vers le mandchou, ou du chinois vers le mandchou, s’inspire de cette perspective du texte comme « lui-même un lieu de savoir », et dont l’étude doit aussi prendre en compte « l’ergonomie du travail d’écriture, avec ses supports et ses instruments, la gestuelle qu’ils impliquent, l’intervention des acteurs anonymes chargés de mettre par écrit un texte dicté ou de produire la copie d’un exemplaire » ainsi que « la manière dont leur construction s’inscrit dans des lieux particuliers, les conditions dans lesquelles ils peuvent circuler au-delà de ces lieux. »

  1. Voir Les Héros chrétiens, ou Lettres du P. Parennin sur une famille de princes tartares convertis à la foi, suivies de deux lettres du P. Benoist sur un autre seigneur tartare (Lyon : Imprimerie de Rusand, 1828). []
  2. La BnF a un grand nombre de copies de ce catéchisme : Chinois 6820, 6821, 6822-6823, 6824, 6825, 6826, 6827, et 6828. []
  3. Dans les collections de la BnF, voir Chinois 7177, 7178, 7179, 7180, 7181, 7182, 7183, 7184, et 7185. []
  4. Dominique Parrenin, op. cit. p. 40 : « Ils n’avaient pas la même liberté de venir dans notre église que dans celle des Portugais. L’église française est dans l’enceinte extérieure du palais ; et pour s’y rendre, il faut passer par une porte et par une rue où se trouvent à tous momens des Régulos et des Mandarins qui vont et qui viennent ; ils n’eussent pas manqué d’être découverts ». []
  5. Sur cette peinture, voir Marie-Rose Séguy « À propos d’une peinture chinoise du cabinet des Estampes à la bibliothèque nationale », Gazette des Beaux-arts, 88, 1976, p. 228-230. []
  6. Sur le Huguosi, voir la notice de Lei Yang dans Marianne Bujard, Ju Xi, Guan Xiaojing, Lei Yang Temples et stèles de Pékin/Beijing neicheng simiao beikezhi 北京內城寺廟碑刻志, vol. 4, Pékin : Guojia tushuguan, 2017. Sur le Longfusi, voir la notice de Xie Lingqiong dans Xie Lingqiong (sous la direction de Marianne Bujard) Temples et stèles de Pékin/Beijing neicheng simiao beikezhi 北京內城寺廟碑刻志, vol. 6 (à paraître). []
  7. Susan Naquin Peking: Temples and City Life, 1400-1900, Berkeley : University of California, 2000, p. 96-97, n. 154. []
  8. « Das Apostolat der Presse » est une formulation de Johannes Bettray (S.V.D.) qui l’utilisa dans sa thèse de doctorat soutenue à l’Université Grégorienne à Rome en 1955 pour décrire la méthode utilisée par Matteo Ricci (Die Akkommodationsmethode des P. Matteo Ricci S.I. in China). Pour une synthèse sur « l’apostolat par les livres » en Chine, voir la section « Apostolate through books » (Nicolas Standaert, Ad Dudink, Giovanni Stary) in Nicolas Standaert (dir.) Handbook of Christianity in China, vol. I : 635-1800, Leiden : Brill, 2001, p. 600-631. []
  9. Sur ces traductions, voir Thierry Meynard, « De Anima: Lingyan lishao, Xingxue cushu (juan 1, 4, 5, 6) », Conimbricenses.org Encyclopedia, Mário Santiago de Carvalho, Simone Guidi (dir.), doi = “10.5281/zenodo.3252378”, URL = <http://www.conimbricenses.org/encyclopedia/de-anima-lingyan-lishao-xingxue-cushu-juan-1-4-5-6/>, dernière révision le 22 juin 2019. []
  10. Pour les copies conservées dans les collections de la BnF, voir Chinois 6867, 6863, 6864, et 6865-6866. Voir aussi la description bibliographique donnée par Ad Dudink & Nicolas Standaert dans leur Chinese Christian Texts Database (CCT-Database) : <http://heron-net.be/pa_cct/index.php/Detail/objects/1061>. []
  11. Dans les fonds de la BnF il existe quatre copies : Chinois 3410, 3410, et 3411, et Chinois 3412, une réimpression datant de 1872. []
  12. Abkai ejen i unenggi jurgan i bithe. Voir Mandchou 235, 235, 236, 237, et 238. []
  13. Mandchou 252. []
  14. Mandchou 243. []
  15. Mandchou 248. []
  16. Yongzheng était le quatorzième fils de l’empereur Kangxi (r. 1662-1722). Une rumeur persistante prétendait qu’il altéra le testament de son père, qui aurait écrit qu’il voulait que son quatrième fils lui succède, en intercalant un dix. Parmi les peuples toungouses la succession n’était pas par primogéniture mais par tanistrie, et les frères tout comme les fils du souverain étaient des candidats possibles. Ainsi Cuyen (1580-1615), l’ancêtre des Sunu, était le fils aîné de Nurhaci, mais pas son héritier. []
  17. Dominique Parrenin, op. cit. p. 250, p. 261. []
  18. Tatiana Pang a récemment publiée l’étude d’un catéchisme produit par la mission orthodoxe à Pékin, et dont l’orthographe suggère une date de composition autour du début du XIXe siècle : « The Orthodox Catechism in the Manchu Collection of the Institute of Oriental Manuscripts, Russian Academy of Sciences » International Journal of Sino-Western Studies, Volume 14, 2018,  p. 99-108 (p. 101 pour la datation). []
  19. Hormis les traductions de la Bible menées sous la houlette du British and Foreign Bible Society au XIXe siècle. []
  20. Dominique Parrenin, op. cit. p. 276. []
  21. Bronwen McShea Apostles of Empire : The Jesuits and New France (Lincoln : University of Nebraska, 2019) examine en détail le rôle joué par la publication à Paris des lettres en provenance des missions dans le recueil des patrons et des fonds pour les missions du Nouveau Monde. Sur la publication en France des traductions faites par les jésuites des textes chinois, voir Wu Huiyi Traduire la Chine au XVIIIe siècle. Les jésuites traducteurs de textes chinois et le renouvellement des connaissances européennes sur la Chine (1687-ca. 1740), Paris : Honoré Champion, 2017. []
  22. Voir la notice sur Rusand dans Corinne Bouquin et Élisabeth Parinet Dictionnaire des imprimeurs-lithographes du XIXsiècle (Éditions en ligne de l’École des chartes) : <http://elec.enc.sorbonne.fr/imprimeurs/node/25736>. []
  23. Giovanni Stary « Christian Literature in Manchu », Central Asiatic Journal, 44.2, 2000, p. 305- 316 ; Hartmut Walravens, « Christian Literature in Manchu », Central Asiatic Journal, 58.1-2, 2015, p. 197-224, et « Christian Literature in Manchu : Some Bibliographic Notes », Monumenta Serica, 48, 2000, p. 445-469. []
  24. Prenant en compte les doublons, les éditions différentes du même ouvrage, et les manuscrits contenant plusieurs textes distincts, cela donne un ensemble de trente items. []
  25. Sur Li Zubai, voir Adrian Dudink « The rediscovery of a seventeenth-century collection of Chinese Christian texts: the manuscript Tianxue jijie », Sino-Western cultural relations journal 15, 1993, p. 1-26 (p. 13). []
  26. Mandchou 262, Mandchou 263, Mandchou 264. []
  27. Voir chinois 7102, 7103, 7104, 7105, 7106, 7107, 7108, et 7109. []
  28. guangyang 廣揚 []
  29. E.g. (f. 2a-3b) 不說是怪異就說是另是一個門頭。也不大理論也不究問. « S’ils ne disent pas que c’est bizarre, alors ils disent que c’est un autre moyen. Ils ne raisonnent pas beaucoup et ne l’examinent pas. ». []
  30. Accessible ici : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b100274631 []
  31. Sur ce texte, voir Eugenio Menegon « Deliver Us from Evil: Confession and Salvation in Seventeenth- and Eighteenth-Century Chinese Catholicism » in Nicolas Standaert et Ad Dudink (dir.) Forgive Us Our Sins: Confession in Late Ming and Early Qing China, 2006, p. 9-101. []
  32. Christian Jacob Qu’est-ce qu’un lieu de savoir ? [en ligne]. Marseille : OpenEdition Press, 2014, p. 34. (Disponible sur Internet : <http://books.openedition.org/oep/653>). []

Alice Crowther

Doctorante, EPHE, PSL, CRCAO (UMR 8155)

More Posts

Le CESTA : aux origines du jeu vidéo à l’école

La BnF accueille cette année 28 chercheurs associés qui conduisent un travail au plus près de ses collections. Arrivés à mi-année, nous leur avons proposé de présenter leur parcours scientifique et leurs recherches en cours – occasion de montrer la diversité des travaux conduits et des compétences qu’ils mobilisent.


Mes recherches en Sciences de l’éducation s’intéressent à la manière dont les enseignants français du secondaire intègrent les jeux vidéo dans leurs pratiques pédagogiques.

L’utilisation du jeu vidéo en contexte scolaire est parfois encore présentée comme une nouveauté dans les discours médiatiques, laissant penser que les nouvelles technologies ne sont rentrées à l’école qu’au cours du XXIe siècle. Or, nous proposons ici de donner une perspective historique à ces usages, en commençant par les inscrire dans l’histoire plus générale de l’introduction de l’informatique à l’école.

Le jeu vidéo dans l’histoire du l’informatique scolaire

Le Plan Calcul de 1967, la première politique française de développement du secteur informatique, ne concerne pas spécifiquement le champ de l’éducation, du moins dans un premier temps. En 1964, le gouvernement s’inquiète de la prise de contrôle de l’entreprise française Bull, productrice de supercalculateurs comme le Gamma 60, par l’entreprise américaine General Motors. Pour réagir et assurer l’indépendance informatique de la France vis à vis des Etats-Unis1, Charles de Gaulle, sous les conseils de Michel Debré, lance cette grande opération visant à doter la France d’une « forte industrie nationale capable de construire des ordinateurs »2. En plus de favoriser le développement de l’industrie française dans ce domaine, notamment via la spécialisation dans les circuits intégrés, le Plan Calcul proposait également de former enseignants et lycéens « à une démarche de pensée nouvelle (…) traversant toutes les disciplines »3. On note ici la volonté d’intégrer l’informatique dans l’ensemble des matières enseignées, et non d’en faire une discipline à part. Cette ambition se concrétise par la succession de plans d’équipements des établissements français dans les décennies 70 et 80 dans lesquels s’insèrent nos premières traces du jeu vidéo à l’école.

L’Institut National en Recherche Pédagogique (INRP) a réalisé un bilan de la décennie 1970-1980, suite à la mise en place du plan « 58 lycées » (1970-1976). Ces documents font état de créations de jeux informatiques par des lycéens dans des clubs où les équipements étaient en libre-service ou pendant les cours d’informatique. Les remarques sont cependant éparses et ne permettent pas d’en savoir plus sur le type de jeux programmés ou sur leurs éventuels contenus pédagogiques4. Ce plan fut généralisé par celui des « 10 000 micros » lancé en 1979 qui fut profitable à des industriels français comme Thomson ou Logabax5. Ces équipements matériels sont accompagnés sur le terrain par l’association Microtel et ses sections exclusivement dédiées à la formation des enseignants (Blanchet A & Montagnon G., op.cit, p. 205.)).

Au début des années 1980, le gouvernement français crée le Centre des Études des Systèmes et des Technologies Avancées (CESTA) que l’on pourrait définir comme « un observatoire du développement technologique, un lieu de veille, de prévision et de prospective, un support à la décision publique et privée, un carrefour d’animation et d’information sur les technologies de pointe »6. On doit sa création au « Groupe des Dix », un cercle politique d’échanges et de débats de personnalités, dont faisaient partie des personnalités comme Jacques Attali, Michel Rocard ou Michel Serres. En d’autres termes, le CESTA devait accompagner le développement technologique de la France et, ainsi, sa croissance économique. Cet établissement public à caractère industriel et commercial (EPIC), placé sous la tutelle du ministère de la recherche et de l’industrie possédait, entre autres, un département Éducation, qui devait promouvoir l’utilisation de « logiciels d’enseignements » réunis dans une didacthèque.

Le fond CESTA de la Bibliothèque nationale de France

Ainsi, la Bibliothèque nationale de France possède différents documents permettant de donner une perspective historique aux dispositifs ludiques utilisés dans les salles de classe actuelles.

Tout d’abord, le CESTA a organisé un colloque sur les « Applications des Nouvelles Technologies à l’Éducation Multimédia » en mars 1983, à la veille du Plan Informatique pour Tous7. L’intervention d’Hélène David, membre de la Mission Technologies Nouvelles de l’Éducation Nationale portait sur le jeu vidéo. Elle débute par les descriptions de deux jeux américains : Colossal Cave Adventure (Crowther, 1976) et The Oregon Trail (MEEC, 1971), accompagnés de leurs potentialités pédagogiques. Le jeu vidéo permettrait ainsi à l’élève d’expérimenter lui-même l’environnement que le dispositif informatique lui offre, tout en remettant en cause le système habituel de notation : « la notion de réussite est directement évaluable par l’élève » via son score. Nous constatons ici des arguments que nous avons déjà trouvé dans nos textes contemporains, traçant une relation élève-machine qui tend à donner à l’enseignant une autre posture. De plus cette intervention, qui pourrait être l’un des premiers discours institutionnels sur le potentiel éducatif du jeu vidéo, comporte également un volet culturel : « ces jeux sont tout à la fois un outil d’apprentissage de l’anglais et le véhicule d’une culture et d’une certaine idéologie américaine ». De fait, Hélène David souhaite que les productions informatiques et vidéoludiques françaises utilisent des « scénarios régionaux », en d’autres termes, le patrimoine et l’histoire de France, afin que ce secteur deviennent «le moteur d’une industrie française du jeu électronique ». C’est donc dans ce contexte politique favorable aux nouvelles technologies et à une utilisation des logiciels ludo-éducatifs que s’insère le fond du CESTA, mais également dans le cadre de la concurrence internationale.

En 1984 et 1987, le CESTA a également publié un annuaire des logiciels d’enseignement, un recueil devant servir aux professionnels de l’éducation souhaitant équiper leur établissement. L’annuaire de 1987 rassemble environ 1000 logiciels d’enseignement répartis en 33 disciplines allant du Français au commerce, en passant par l’histoire ou les didacticiels informatiques. On notera la mention d’une catégorie « jeux », bien que des dispositifs ludiques semblent être classés dans des disciplines scolaires. On retrouve différents vocables pour qualifier ces dispositifs : « jeux éducatifs (…) découverte essai/erreur (…) simulations ». Chaque logiciel dispose de sa fiche détaillant son auteur, la discipline envisagée, le prix d’achat pour l’institution ou le public visé. Les pré-requis rappellent les notions permettant de comprendre le jeu et la partie Commentaire pédagogique permet de donner les objectifs, aptitudes et compétences développées, des renseignements utiles à destination de l’enseignant. Dans leurs structures, les fiches du CESTA ressemblent à celles du portail ministériel « Apprendre avec le jeu numérique », trente ans plus tard8.

Si le CESTA est dissous en 1987, ses logiciels recensés, au nombre d’environ 800 titres à cette date, sont transférés à la didacthèque de la Cité des Sciences l’année suivante.

Didacthèque de la Cité des Sciences et de l’Industrie. Source: Muller, J. (1991). Les logithèques. Éditions du Cercle de la Librairie.

Le fond de logiciels d’enseignement du CESTA conservé à la BnF ne contient pas l’ensemble des références de l’annuaire (413 logiciels recensés), il est donc incomplet.

Des dispositifs ludiques et éducatifs variés

De cette première recension, il apparaît donc que ce fond de logiciels rassemble plusieurs catégories de dispositifs.

Tout d’abord, les exercicers semblent largement majoritaires. Par ce terme, nous entendons des logiciels reprenant l’aspect d’activités scolaires en format papier, tels des exercices de conjugaison ou des calculs à résoudre en rentrant le bon résultat grâce au clavier. Le logiciel renvoie ensuite une réponse à l’utilisateur : bonne ou mauvaise. L’objectif est ainsi de rendre l’apprentissage autonome vis à vis de l’enseignant, dans une pédagogie que l’on pourrait qualifié de behaviouriste. Ces logiciels reflètent la période de l’Enseignement Assisté par Ordinateur (EAO) et accompagnent la mise en place du Plan Informatique pour Tous du gouvernement Fabius (1985)9.

Ainsi, sur MO5/TO7, Anglais Volume 1 (Nathan, 1984) propose des questionnaires à choix multiples afin de tester son niveau ainsi que des cours pour se perfectionner et combler ses éventuelles lacunes.

Anglais, volume 1 / cassette 1 (Source de l’image: http://dcmoto.free.fr )
Anglais, volume 1 / cassette 1 (Source de l’image: http://dcmoto.free.fr )

Ce type de dispositif concerne la plupart des disciplines scolaires. Didactimath 4e (Edil-Belin, 1986) rassemble différents exercices de mathématiques (équations, fractions, puissances…).

Didactimath 4e (Source de l’image: http://dcmoto.free.fr )

De par leur structure, additionnant des cours et des exercices, ces dispositifs visent l’autonomie de l’apprenant vis à vis de l’enseignant dont la posture en classe semble nécessairement reconfigurée si le logiciel est appliqué tel quel. Si ces deux exemples proposent un contenu très scolaire, ils sont cependant classés dans un fond de jeux éducatifs, montrant ainsi que le critère du feedback semble parfois suffire pour considérer le logiciel comme ludique.

Nous avons également découvert la présence de jeux grand public comme Eastern Front 1941 (Chris Crawford, 1981) ou Baltic 1985 : Corridor To Berlin (Roger Keating , 1984). Ces jeux de stratégie militaire sont ainsi considérés comme légitimes à être utilisés dans des buts éducatifs. Easter Front 1941 est conseillé à partir de la classe de 3e.

Eastern Front 1941 (Chris Crawford, 1981)

La fiche de l’annuaire fait figurer qu’une connaissance en wargames est requise avant son utilisation : il est assez rare de trouver des mentions d’une culture ludique précise comme pré-requis nécessaire avant d’utiliser un jeu en contexte scolaire. Selon sa description, le dispositif est considéré comme une « simulation de l’opération Barbarossa » mettant l’élève dans la position du « commandant allemand, manoeuvrant ses unités de combat afin d’obtenir une bonne position avant l’installation de l’hiver et le début de la contre-offensive ». Produit de son temps, le jeu de Chris Crawford met en scène une armée allemande sans sa composante idéologique. On rappellera que l’opération Barbarossa marque les débuts d’une guerre centrale dans la politique raciale et expansionniste nazie.

D’autres logiciels étonnent par leurs thématiques : Cap sur l’Aluminium est un programme développé par Coktel Vision en collaboration avec le Centre National de Documentation Pédagogique et la Chambre syndicale de l’aluminium en 1986. Son objectif est de mettre en avant les qualités du matériau. Pour cela, le jeu alterne phases de point & click où l’on doit pointer les objets contenant de l’aluminium, instants de questions/réponses, et exercices de localisation de matériaux comme le bauxite sur une carte du monde, nécessaire à la production de l’aluminium. Si le dispositif se veut éducatif, il est également le produit communicationnel d’une industrie.

Cap sur l’alumium – Capture provenant de Tilt (Octobre 1985, numéro 35)

D’autres logiciels proposent des dispositifs interactifs pour faire de la prévention santé. Alerte au tabac ! développé par l’association pour la recherche sur le cancer en 1986. Après avoir demandé l’âge et la consommation de tabac à l’utilisateur, le logiciel propose une série de questions/réponses pour l’éduquer sur les risques.

« Halte au tabac ! » : L’enseignant intégré complimente le joueur. (Capture BnF)

On notera que les QCM semblent omniprésents dans les logiciels d’enseignement évoqués. Pourtant, on aurait tort d’y voir une mécanique propre aux jeux de cette période : Vivre au temps des châteaux forts (Canopé Caen, 2014) et Assassin’s Creed Odyssey : Discovery Tour (Ubisoft, 2019) interrogent également l’élève-joueur après lui avoir dispensé du savoir de manière frontale. Nous avons étudié ces dispositifs dans cette vidéo :

Pour finir cette typologie, nous trouvons également des logiciels se centrant sur l’apprentissage de la programmation (Apprivoiser T07, M05, T07-70 : pour apprendre à converser en Basic) comme le sont maintenant des outils comme Scratch, Kodu ou Glup.

Nos premières recherches dans le fond du CESTA permettent ainsi de nuancer une chronologie des dispositifs de jeux éducatifs débutant généralement, et de manière caricaturale, dans les années 1990 pour le ludo-éducatif et les années 2000 pour les serious games. Si on considère ces derniers comme des dispositifs ayant un autre but que le seul divertissement et qu’ils peuvent être conçus dans le cadre d’un programme de santé ou pour la promotion d’une entreprise, des programmes comme « Alerte au tabac ! » ou « Cap sur l’Aluminium » correspondent à ces définitions. De même, l’important guidage de la figure enseignante intégrée à ces logiciels, avec notamment les phrases de correction ou de félicitations, préfigurent les jeux ludo-éducatifs comme la série Adi (Coktel-Vision) ou Galswin (Intégral Média). Étudier la production du CESTA permet également de nuancer la vision négative que les pouvoirs publics auraient du jeu vidéo : on remarque qu’il n’en est rien pour ces archives et que le ministère de l’Education nationale, entre autres, a tenté d’user de ce dispositif ludique pour en faire un outil pédagogique dès le Plan Informatique pour Tous de 1985.

La typologie de ces supports retrouve finalement ce que l’on observe actuellement: des jeux explicitement éducatifs (aujourd’hui appelés jeux sérieux ou serious games), des jeux grand public scolarisés (la série des Assassin’s Creed en est un bon exemple), des logiciels de création de jeux vidéo afin d’apprendre l’usage du code informatique. Cette première tentative d’histoire du jeu à l’école ne peut être qu’incomplète en attendant la poursuite du dépouillement du fond ainsi que celui des annuaires du CESTA. Il faudrait également étendre la recherche documentaire aux cahiers de commande du CESTA (si ces derniers existent) afin de savoir quels jeux ont été commandé par les établissements scolaires. Dernière étape, et sûrement la plus ardue : retrouver les acteurs de cette période, notamment les enseignants expérimentant ces logiciels d’enseignement.

Si vous êtes intéressés pour participer à cette enquête sur l’histoire des jeux vidéo à l’école ou sur leurs usages pédagogiques actuelles, n’hésitez pas à nous contacter via cette page:  http://jeuvideohistoire.com/contact/. Nous serions intéressés par des retours d’expériences ou des documents pédagogiques.

Pour finir, nous souhaitons souligner la limite d’une histoire du jeu vidéo se contentant à une étude des dispositifs. En effet, le fait que ces logiciels d’enseignement furent proposés aux établissements scolaires ne dit rien sur leur utilisation effective en contexte scolaire. Nos débuts de recherche sur la question montrent en effet les multiples transformations que l’institution scolaire et les enseignants font subir aux jeux vidéo.

Nos activités de chercheur-associé consistent également en l’organisation de Play-Conférences avec le département audiovisuel de la BnF, que nous vous invitons à consulter via cette play-list.

  1. Bernard F.X, & Ailincai, R., (2012), « De l’introduction des TICE à l’École aux pratiques actuelles des jeunes : Approche historique des technologies de l’information et de la communication », Revue française d’éducation comparée, 8, Harmattan, p. 215-226. []
  2. Extrait d’un discours de Michel Debré. Office national de radiodiffusion télévision française, « Signature du plan « Calcul » », Ina.fr, 14 avril 1967, [consulté le 02 mai 2018], en ligne. <http://www.ina.fr/video/CAF88038974>. []
  3. Bernard F.X, & Ailincai, R., op.cit. []
  4. INRP (1981). « Dix ans d’informatique dans l’enseignement secondaire, 1970-1980 », Recherches Pédagogiques, n° 113, INRP, Paris. []
  5. Blanchet A & Montagnon G., (2020), Une histoire du jeu vidéo en France – 1960-1991 : des labos aux chambres d’ados. Editions Pix’n Love, p. 206. []
  6. Chamak, B. (2016). « Yves Stourdzé et les réalisations du CESTA », Quaderni, 89, 11‑24. https://doi.org/10.4000/quaderni.952 []
  7. Applications des nouvelles technologies à l’éducation multimédia : actes des journées ANTEM, 24-25 mars 1983. []
  8. Nous avons étudié ce portail dans nos premiers travaux de recherche : <https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01895467>. []
  9. Souvent tourné en dérision dans des films comme « Les sous-doués passent le bac » (Zidi, 1980). []

Romain Vincent

Enseignant en histoire-géographie et doctorant sur les usages pédagogiques des jeux vidéo (Université Paris 13 - Laboratoire EXPERICE)

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebookYouTube

La vidéo légère au sein de l’espace universitaire dans les années 1970. Le cas de l’université de Vincennes

La BnF accueille cette année 28 chercheurs associés qui conduisent un travail au plus près de ses collections. Arrivés à mi-année, nous leur avons proposé de présenter leur parcours scientifique et leurs recherches en cours – occasion de montrer la diversité des travaux conduits et des compétences qu’ils mobilisent.


Doctorante à l’université Paris 1 Panthéon Sorbonne et chercheuse associée au sein du département de l’Audiovisuel de la BnF, mon travail porte sur le développement et l’utilisation de la vidéo dite légère au sein de l’université de Vincennes (1968-1980).

La BnF a mis en place depuis quelques années maintenant un travail de conservation de ces vidéos souvent oubliées ou mises de côté. Nous avions, à travers notre mémoire de master 2 au sein de la même université, travaillé sur un autre fonds semblable à celui de l’université : celui de l’école des Beaux-arts de Paris (années 1970)1. A travers ce premier fonds, nous nous sommes rapidement rendu compte de l’importance de conserver ces bandes pour étudier les institutions culturelles et la vie politique et sociale de l’époque. Ce billet va tenter en quelques lignes d’exposer comment s’est développée au sein de l’université de Vincennes la vidéo légère et dans quel but.

Université de Vincennes au milieu des années 1970 © Jean-louis Boissier
Université de Vincennes au milieu des années 1970 © Jean-louis Boissier

L’Université de Vincennes (1968 – 1980)

Le Centre universitaire de Vincennes (aujourd’hui Université Paris 8 Vincennes Saint Denis) voit le jour au lendemain des événements ayant secoué la France en avril-mai 1968. A la suite de cette crise étudiante et ouvrière, les gaullistes remportent les élections législatives le 30 juin 1968. Maurice Couve de Murville, Premier ministre appelle, Edgar Faure à l’Education Nationale le 11 juillet 1968. C’est sur les épaules de ce dernier que repose la création d’une nouvelle université qui répondra aux demandes des étudiants dont le nombre a doublé durant les années 19602. Edgar Faure élabore alors une “Loi d’orientation” qui est promulguée le 12 novembre 19683. Avec cette loi le ministre souhaite créer de nouveaux centres universitaires expérimentaux: Vincennes, Dauphine, Antony et Marseille Luminy. Les maîtres mots de ces nouvelles universités sont ainsi la cogestion, la participation (les personnels et les étudiants sont inclus dans les décisions de l’université), l’autonomie, une pédagogie novatrice et la pluridisciplinarité (toutes les disciplines se retrouvent dans une même université permettant aux enseignants de travailler ensemble).

Le centre universitaire expérimental de Vincennes sera la représentation même de cette loi. Dès le mois de juillet Raymond Las Vergnas (alors doyen de la faculté de lettres de Paris) discute avec Edgar Faure et lui donne l’idée de créer ce fameux centre. Raymond Las Vergnas4 rassemble autour de lui différentes personnalités (Hélène Cixous, Bernard Cassen et Pierre Dommergues) qui vont l’aider à imaginer Vincennes. Le projet pédagogique se met en place durant l’été. Ce dernier recoupe les points importants de la loi mais ajoute également quelques éléments qui resteront propre à Vincennes pendant de nombreuses années.

En effet, l’établissement est ouvert aux salariés non bacheliers (soumis à certaines conditions néanmoins5), aux étudiants étrangers et se voit doté de nouveaux départements jusque là peu (ou pas ) présents au sein des universités (cinéma, informatique, linguistique, psychologie et urbanisme). L’université doit à présent être ouverte au monde extérieur et proposer une pédagogie novatrice avec l’aide d’outils tel que le cinéma et l’audiovisuel.

Ce centre universitaire expérimental ouvre ses portes après une longue bataille du personnel, le 13 janvier 1969 avec 240 enseignants et environ 8000 étudiants6. Il devient Université de Paris-VIII Vincennes le 17 décembre 19707.

La vie de cette université ne sera pas de tout repos et connaîtra de nombreux rebondissements (drogue, budgets limités, locaux insuffisants, administration récalcitrante, scandales dans la presse etc.) mais on y verra également de nombreuses innovations qui resteront dans la mémoire de tous (mise en place d’une crèche, un souk à l’entrée de l’université, invitation de professeurs étrangers, enseignants vedettes tels que Gilles Deleuze, François Chatelet, Noam Chomsky, Jacques Rancière ou encore Frank Popper, etc.)8.

Cette expérience vincennoise prend fin en 1980 lorsque Jacques Chirac, alors maire de Paris, souhaite récupérer les terrains sur lesquels l’université est construite (ces derniers ayant seulement été prêtés pendant une durée précise). Plusieurs possibilités ont été évoquées pour transférer l’établissement, dont Marne-la-Vallée notamment en 1976, mais c’est finalement à Saint Denis que celui-ci déménage en 1980.

Le cinéma et la vidéo à Vincennes

Comme indiqué précédemment Vincennes fut l’une des premières universités à avoir un département cinéma. Il est important de préciser que ce dernier ne constitua au départ qu’une section au sein d’un département art. Néanmoins, dès la rentrée 1971 un département cinéma à part entière existe inclus dans l’U.E.R. Art. Il est également important de noter que dès sa création l’université se voit dotée d’un service audiovisuel commun à tous les départements. C’est au sein de celui-ci que les enseignants peuvent avoir accès à du matériel ou des techniciens pour les aider. Néanmoins, le matériel sera dans un premier temps assez lourd, la vidéo légère n’intervient que plus tardivement au sein de l’établissement. L’université se voit “dotée de tous les signes de la modernité”9, les laboratoires de langues sont équipés en matériel audiovisuel, certaines salles le sont également ainsi qu’un studio d’enregistrement opérationnel à partir de 1971. Enfin en 1973 une extension est ajoutée à l’université, le Bâtiment H, dans lequel se trouve un studio type école et un matériel plus léger est acquis par l’université sous la pression des enseignants10. Philippe Chauvet dans une brochure de 1975 intitulée “L’audiovisuel au service de l’université Paris VIII-Vincennes” récapitule les différents outils au service des enseignants. Il évoque ainsi une vidéo légère qui peut “être emportée dans une voiture et installée dans n’importe quelle salle sur 220 volts”, il évoque également une unité de vidéo portable ½ pouce (fig. 1) qui permet “de provoquer de nouveaux types de tournages, de films, de participer et faire participer aux processus de communication audiovisuelle et en particulier modifier la relation pédagogique: émetteurs et récepteurs ne sont plus dissociés” et enfin “offre des possibilités d’investigations sociologiques : enquêtes sur le terrain, reportages, documents témoins, observations de groupes, de classes etc.”11.

Fig. 1 : extrait de la brochure de Philippe Chauvet, L’Audiovisuel au service de l’université Paris VIII -Vincennes, Université Paris VIII Vincennes Saint Denis, 1975
Fig. 1 : extrait de la brochure de Philippe Chauvet, L’Audiovisuel au service de l’université Paris VIII -Vincennes, Université Paris VIII Vincennes Saint Denis, 1975

Ce développement du cinéma et de la vidéo au sein de l’université pousse les enseignants à renouveler leurs pédagogies pour inclure ces nouvelles technologies. Le département cinéma cherchera dès sa création à mélanger théorie et pratique. Jusqu’à présent les établissements enseignants ces techniques ne le faisaient en effet que d’un point de vue pratique (école de cinéma) ou théorique (université). Ce renouveau permet aux enseignants mais également étudiants, qui sont maintenant inclus dans la pratique, de réaliser divers oeuvres que cela soit en vidéo légère (portable ou dans le cadre du studio régis H)12 ou avec le matériel plus lourd de télévision en circuit fermé.

Cette technologie devient rapidement un support même au cours. D’une part, on retrouve dans le fond vidéo de Vincennes de nombreux enregistrements d’émissions de télévision ou de films, pour les livrer à des lectures critiques. D’autre part, la réalisation par groupe est mis en avant et doit servir différents objectifs: “analyse critique par l’image (études d’interactions dans des groupes en situation, analyse de l’image en soi dans le processus éducatif, le jeu théâtral, la direction de chœurs), ou documents bruts (enquête sur le terrain, observations en art plastique, documents témoins)”13.

Cette pratique de la vidéo polymorphe et transdisciplinaire est celle que nous retrouvons dans le fond déposé à la Bibliothèque nationale de France.

Pratiques de la vidéo à Vincennes

Le fonds Vincennes – Saint Denis est un vaste ensemble déposé en plusieurs temps par l’Université Paris-8 à la BnF. Un premier lot est composé de 317 bandes couvrant la période vincennoise (dont 70 sont des enregistrements d’émissions ou de films). Un deuxième lot est composé de 164 bandes couvrant pour la majorité la période de l’université à Saint Denis (seules quelques bandes ont été réalisé à Vincennes). Le troisième lot est composé de 1312 bandes toutes réalisées à Saint-Denis (jusque dans les années 2000) et ne fait pas partie de notre corpus. Inventorié, l’ensemble est consultable dans sa très grande majorité sous forme numérique dans la Bibliothèque de recherche (salle P)14.

Les vidéos datant de l’époque de Vincennes ont été réalisées aux formats ½ pouce ou U-matic, formats dits “légers” (c’est-à-dire utilisables avec du matériel portable et relativement économique par rapport au matériel de studio dit “lourd”). Ce fonds est totalement ancré dans l’expérience vincennoise. Il nous présente tous les éléments qui ont constitué l’université dès sa création: ouverture sur le monde, pluridisciplinarité, nouvelle pédagogie, renversement des rôles enseignants-étudiants.

Le point essentiel à souligner de ce fonds est que les bandes proviennent de tous les départements de l’université. En effet, le département cinéma produit quelques vidéos mais reste récalcitrant face à cette technologie, lui préférant le support film15.

Le volume de bandes en provenance du cinéma est paradoxalement moins important que dans d’autres départements de l’université. Nous pouvons ainsi particulièrement parler du département musique où 35 bandes sont réalisées par Costin Miereanu et Christian Cheyrezy ou encore Francis Schwartz (fig. 2)  et celui de Français langue étrangère qui en réalise 33.

Fig. 2 : capture d’écran d’une vidéo de Francis Schwartz intitulée Mon oeuf, conservée au sein du fond de la BnF.
Fig. 2 : capture d’écran d’une vidéo de Francis Schwartz intitulée Mon oeuf, conservée au sein du fond de la BnF.

C’est à Annie Couëdel (enseignante au sein du département FLE) que l’on doit la totalité de ces 33 bandes16. A travers la vidéo, elle s’efforce de mettre en place une nouvelle pédagogie pour l’apprentissage des langues par les étudiants étrangers. Ainsi parmi les vidéos nous avons relevé de nombreuses interviews réalisés par l’enseignante et ses élèves sur Vincennes ou encore sur la place des étudiants étrangers17. Avec la vidéo intitulée Arditi, j’accepte mon image  (36 min),  nous assistons à un cours d’Annie Couëdel durant lequel les étudiants reviennent sur la réalisation du film Vivre la langue de 1978. A travers cette réalisation ils progressent en langue française en se confrontant à leurs images et au monde extérieur. Mais comme l’explique un étudiant la vidéo apparaît également “comme un enseignant dans d’autres cours”.

Une étude des programmes des différents départements de l’université18 nous a permis de mesurer l’importance de l’audiovisuel dans la pédagogie de l’ensemble de l’établissement. On trouve de nombreuses Unités de Valeurs (UV) consacrées à cette technologie dans tous les UER (unité d’enseignement et de recherche) de l’université. Pour n’en citer que quelques-uns pour l’année 1971-1972 ; au département d’anglo-américain, “méthodologie de l’audiovisuel intégré”; au sein de la section théâtre, une UV “techniques audiovisuelles” ; dans le département sciences de l’éducation, une UV “les moyens audiovisuels”.

Ces quelques exemples soulignent bien l’appropriation de l’audiovisuel, à des degrés divers, par tous les départements de l’établissement. Pionnier de l’audiovisuel éducatif, Henri Dieuzeide, dans son texte publié au sien de l’ouvrage de Jacqueline Brunet, met bien en avant cette idée “l’année scolaire 1970-1971, un certain nombre d’UV (sciences de l’éducation, urbanisme, théâtre, histoire) prévoient d’initier les étudiants à la production et à l’analyse des documents audiovisuels”19.

La vidéo est présente dans tous les départements mais également sous toutes les formes au Centre Universitaire expérimental de Vincennes. On trouve des vidéos militantes au sein du fonds présent à la BnF. La bande intitulée Manifestation Odéon (18/12/1979) (38 min) en est un bon exemple. Elle montre une manifestation ayant eu lieu en décembre 1979 à Paris au départ de la place de l’Odéon. Cette manifestation est lancée par la SGEN contre de nouvelles mesures votées le 10 décembre 1979 à l’Assemblée Nationale modifiant l’élection du président d’université et des unités de recherche. Texte qui sera finalement abandonné suite à ces manifestations20.

Nous pouvons également citer des vidéos artistiques (le département Musique est particulièrement prolifique à ce niveau) et des vidéos que l’on pourrait qualifier de témoignages. Une nouvelle pédagogie de la vidéo et part la vidéo se met en place (l’enregistrement des cours de Gilles Deleuze témoigne de cette envie21).

Le fonds Vincennes apporte beaucoup d’éléments neufs autant sur l’université que sur le développement de ces premières pratiques de la vidéo légère. La bande précédemment citée sur la manifestation à Odéon apporte des informations absentes des sources écrites. Elles se présentent également comme un témoignage vivant de l’université. Il est par exemple connu que l’université de Vincennes fut ouverte aux étudiants étrangers, mais ces vidéos documentent précisément leur place dans l’ensemble (notamment en FLE), ainsi que les mouvements de défense de leurs droits (notamment face à la circulaire Bonnet de 1977). La vidéo fournit des témoignages “sur le vif” sur le fonctionnement de cette institution. Ainsi, la longue interview de Claude Frioux22 (président de l’université de 1973 à 1977 puis de 1980 à 1987) met l’accent sur le volontariat comme base de cette construction.

Ces différentes utilisations de la vidéo continuent à se développer et s’étendre après le transfert notamment avec la création d’un centre vidéo en 1981 et l’acquisition de nouveaux matériels plus légers et accessibles. Le troisième dépôt constitutif du fonds conservé à la BnF témoigne de ces utilisations et des nombreux travaux qui ont vu le jour par la suite.

Analyse d’une bande : Université Vincennes Suite d’extraits : Extérieurs de la fac, Commission, Budget-Locaux, Intrusion dans un cours, le souk, Châtelet, Assia, Appels à un meeting, étudiants africains, Personnel administratif, Fresques murales

La bande intitulée Université Vincennes Suite d’extraits : Extérieurs de la fac, Commission, Budget-Locaux, Intrusion dans un cours, le souk, Châtelet, Assia, Appels à un meeting, étudiants africains, Personnel administratif, Fresques murales (37 min) rassemble plusieurs séquences tournées au sein de l’Université de Vincennes. Au vu des événements, nous supposons qu’elles datent de fin 1979-début 1980. Trois séquences d’images s’entremêlent dans cette bande.

Cette dernière s’ouvre sur des plans de l’extérieur de l’université. Une étudiante filme debout caméra à l’épaule les étudiants dans la cour ainsi que divers événements qui s’y déroulent. Une voix hors cadre lui explique à comment utiliser la caméra (“tu peux avancer quand tu veux, aller à gauche pour ne pas voir la voiture”). Une information sur les réalisateurs apparaît à partir de 17 min 06 : cette même étudiante filme le souk de l’établissement, elle est alors interpellée par un des vendeurs qui refuse d’être filmé, pour toute réponse elle lui explique être étudiante en philosophie. La réalisatrice finit néanmoins par filmer en gros plan les objets plutôt que les vendeurs. 

On peut supposer que cette vidéo est une création des étudiants de Marielle Burkhalter. Lorsque l’étudiante filme le cours, elle s’arrête sur une étudiante en plan large. Celle-ci tient un discours sur l’intervention de la police au sein de l’établissement. Elle appelle à la lutte et à la tenue d’une Assemblée Générale (qui traitera également des menaces pesant sur l’université). Un gros plan sur un panneau nous apprend que cette dernière doit se tenir en amphi I à 12h le jour même (fig. 3).

Fig. 3 : capture d’écran d’un panneau présent dans la cours de l’université annonçant une assemblée générale.
Fig. 3 : capture d’écran d’un panneau présent dans la cours de l’université annonçant une assemblée générale.

Tous ces moments font références à deux éléments dans l’histoire de Vincennes. Le premier est le trafic de drogue. Comme dans d’autres universités, des dealers utilisaient régulièrement les établissements d’enseignement supérieur pour vendre leurs marchandises. L’Université a connu dès 1977 une vague de vente qui s’est tarie suite à l’engouement de la presse et la défense mise en place par le personnel. Néanmoins, ce problème réapparaît à partir de 1979, poussant début 1980 le conseil de l’université à voter pour l’intervention de la brigade des stupéfiants, le contrôle des cartes à l’entrée voir la fermeture de l’établissement23. La vidéo montre des étudiants défavorables à ces initiatives. 

Le deuxième élément qui se trouve cette fois dans deux séquences de la bande est le déménagement de l’université à Saint-Denis. Lorsque l’étudiante filme l’extérieur de l’établissement, on entend également un homme hors cadre traiter de cette assemblée et de la nécessité d’y participer et de lutter contre ce déménagement. La deuxième séquence (débutant à  partir de 13 min 22, puis se retrouvant à 19 min 49 et 22 min 46) porte sur la tenue d’une commission « budgets locaux » dont le sujet principal est encore une fois le transfert de Vincennes. Les images documentent les problèmes que pose ce changement. Une femme (chef d’un département) explique ne pas “pouvoir imaginer comment commencer les cours alors que les autres services seraient ailleurs, il faut qu’il n’y ait personne ou tout à Saint Denis”. Claude Frioux précise, lui, que ce déménagement est contraint et se fait donc dans les pires conditions possibles. Une personne (peut être Assia Melamed auquel le titre de la bande fait référence) s’interroge sur le sort des étudiants étrangers ainsi que la disparition possible de certains départements. Cette commission se termine par l’intervention de François Châtelet (fig. 4) qui traite cette fois du sort des enseignants, en précisant que beaucoup d’entre eux n’ont pas demandé leur transfert vers d’autres universités. Le filmeur saisit tour à tour les différents intervenants de dos ou de face souvent en gros plan.

Fig. 4 : capture d’écran de François Châtelet lors de la commission présente dans la vidéo.
Fig. 4 : capture d’écran de François Châtelet lors de la commission présente dans la vidéo.

La bande se termine (à partir de 29 min 08) par des étudiants peignant des fresques sur un des murs de l’université. Le caméraman s’attarde alors sur les étudiants mais également avec des gros plans sur leurs œuvres en cours de réalisation.

Bibliographie sélective

  • BRUNET, Jacqueline (éd), Vincennes ou le désir d’apprendre, Paris, A. Moreau, 1979.
  • CHAUVET, Philippe, L’Audiovisuel au service de l’université Paris VIII -Vincennes, Université Paris VIII Vincennes Saint Denis, 1975.
  • COHEN, Paul, “Happy birthday Vincennes ! The university of Paris-8 turns forty”, in History workshop journal, issue 69, été 2010, p. 206-224. URL : <https://www.jstor.org/stable/40646103?seq=1#metadata_info_tab_contents>.
  • DEBEAUVAIS, Michel, L’Université ouverte : les dossiers de Vincennes, Grenoble, Presses Universitaires de Grenoble, 1976.
  • DORMOY-RAJRAMANAN, Christelle, Sociogenèse d’une invention institutionnelle: le centre universitaire expérimental de Vincennes, Thèse de doctorat en droit et science politique, Paris Ouest Nanterre la Défense, 2014.
  • MINOT, Jacques, Histoire des universités françaises, Paris, Presses universitaires de France, 1991.
  • MERLIN, Pierre, L’Université assassinée : Vincennes, 1968 – 1980, Paris, Ramsay, 1980.
  • Université de Paris VIII, centre vidéo, La Vidéo à Paris VIII, de Vincennes à Saint Denis: bilan et perspectives, Saint Denis, Paris VIII, 1983.
  • Université Paris VIII. Département d’études cinématographiques et audio-visuelles, Du cinéma selon Vincennes, Paris, Lherminier, 1979.
  • Université de Paris VIII, Guide de l’étudiant – université de Paris VIII- Vincennes à Saint Denis, Tome 1 : 1977 – 1978, Saint Denis, Université de Paris VIII, cellule d’information et d’orientation, 1982. 4 tomes.
  1. L’inventaire de ce fond est disponible sur la base de données AGORHA de l’INHA, réalisé par Nicolas Ballet. URL: <https://agorha.inha.fr/inhaprod/ark:/54721/00544782>. []
  2. Voir la thèse de  Christelle Dormoy-Rajramaman qui reprend les mots de Charles Soulié et précise que « de 1945 à 1960, le nombre d’étudiants dans l’université française passe de 123 000 à 214 000. Mais à partir de 1960 cette croissance s’emballe, le taux de progression annuel étant généralement supérieur à 10 %. À la rentrée 1967, on compte deux fois plus d’étudiants qu’en 1960 », Charles Soulié, « La recomposition des facultés et disciplines dans l’université française des années soixante », Un mythe à détruire ? Origines et destin du Centre universitaire expérimental de Vincennes, St Denis, PUV, 2012, p. 31, cité dans DORMOY-RAJRAMANAN, Christelle, Sociogenèse d’une invention institutionnelle : le centre universitaire expérimental de vincennes, Thèse de doctorat en droit et science politique, Paris Ouest Nanterre la Défense, 2014, p. 100. []
  3. MINOT, Jacques, Histoire des universités françaises, Paris, Presses universitaires de France, 1991, p. 58. []
  4. C’est ce dernier qui sera responsable du projet et le premier doyen de l’université (jusqu’en 1969 où il démissionne). []
  5. Loi d’orientation du 12 novembre 1968 : “Après avoir reconnu leur aptitude, les Universités organisent l’accueil de candidats déjà engagés dans la vie professionnelle qu’ils possèdent ou non des titres universitaires. Elles leur permettent d’accéder à des de formation ou de perfectionnement et d’obtenir les diplômes correspondants“, disponible sur https://www.legifrance.gouv.fr/jo_pdf.do?id=JORFTEXT000000693185&pageCourante=10579. []
  6. COHEN, Paul, “Happy birthday Vincennes ! The university of Paris -8 turns forty”, in History workshop journal, issue 69, été 2010, p. 206 – 224. URL: <https://www.jstor.org/stable/40646103?seq=1#metadata_info_tab_contents>. []
  7. Suite à un décret de Olivier Guichard. Le décret est disponible à l’adresse suivante : <https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000511402&categorieLien=cid>. []
  8. Un rapport d’experts remis au ministère en 1974 met d’ailleurs en avant la réussite de l’expérience vincennoise, “le groupe, constatant le succès de vincennes sur ce plan, estime que les solutions ici offertes correspondent à des besoins réels et répondent à une mission importante de l’université, et souhaite que Vincennes ne soit plus la seule université à proposer, ainsi de nouvelles solutions au problème de l’éducation des adultes”, MERLIN, Pierre, L’Université assassinée : Vincennes, 1968 – 1980, Paris, Ramsay, 1980, p. 76. []
  9. BRUNET, Jacqueline (éd), Vincennes ou le désir d’apprendre, Paris, A Moreau, 1979, p. 138. []
  10. Université de Paris VIII, centre vidéo, La Vidéo à Paris VIII, de Vincennes à Saint Denis: bilan et perspectives, Saint Denis, Paris VIII, 1983. []
  11. CHAUVET, Philippe, L’Audiovisuel au service de l’université Paris VIII -Vincennes, Université Paris VIII Vincennes Saint Denis, 1975, p. 19-20. []
  12. Université Paris VIII. Département d’études cinématographiques et audio-visuelles, Du cinéma selon Vincennes, Paris, Lherminier, 1979. L’auteur cite notamment le film de Emmanuelle Mairesse, 8 clos en 625 lignes de 1979 réalisé au sein du département cinéma. []
  13. Université de Paris VIII, Guide de l’étudiant – université de Paris VIII- Vincennes à Saint Denis, Tome 1 : 1977 – 1978, Saint Denis, Université de Paris VIII, cellule d’information et d’orientation, 1982. 4 tomes. []
  14. Il existe également à l’Institut national de l’audiovisuel un autre ensemble de vidéos réalisées à Vincennes par Marielle Burkhalter (https://inatheque.hypotheses.org/121). Enfin, un petit corpus des réalisations les plus notables a été numérisé et mis en ligne par Patrice Besnard, responsable des équipements audiovisuels à Vincennes puis responsable du laboratoire Vidéo Assistée par Ordinateur (VAO) (http://www.archives-video.univ-paris8.fr/sommaire.php#ati_etudiants). []
  15. Nous trouvons néanmoins dans le fond quelques vidéos de Jean-Paul Fargier, Danielle Jaeggi, Yves Lorelle, tous trois enseignants au sein du département cinéma. []
  16. Cette dernière dès son arrivée au sein de l’université l’enseignante se forme à l’utilisation du matériel auprès de Jean-Paul Fargier et tente très rapidement d’intégrer cette technologie dans ses cours. Cette utilisation s’intensifie à partir de 1977 avec la mise en place d’une UV “langue et vidéo : création collective”. []
  17. Voir notamment la vidéo intitulée Entrée Fac (36 min). []
  18. Disponible en parti sur https://www.bibliotheque-numerique-paris8.fr/items/browse?collection=223. []
  19. Texte de Henri Dieuzeide in BRUNET, Jacqueline (éd), Vincennes ou le désir d’apprendre, Paris, A. Moreau, 1979, p. 138-141. []
  20. Voir le Journal Officiel du 10 décembre 1979 à l’adresse suivante : <http://archives.assemblee-nationale.fr/6/cri/1979-1980-ordinaire1/105.pdf>. []
  21. Voir : https://catalogue.bnf.fr/affiner.do?motRecherche=deleuze+vincennes&listeAffinages=FacNatDoc_h&afficheRegroup=false&trouveDansFiltre=NoticePRO&nbResultParPage=10&triResultParPage=0&critereRecherche=0. []
  22. Voir la vidéo intitulée Interview Frioux de 38min46. []
  23. MERLIN, Pierre, L’Université assassinée : Vincennes, 1968 – 1980, Paris, Ramsay, 1980, p. 69. []