Archives de catégorie : Recherches sur les collections

Exposition hors les murs : “Fabuleuses cartes à jouer (XVe-XXe siècle)”

Jan Rustem et Gottlieg Kisling, Cartes barbouillées, Vilnius, 1814-1815 (cat. 8) ; BnF, département des Estampes et de la photographie

Afin de mieux faire connaître ses trésors, la BnF ouvre ses collections à des musées ou des bibliothèques partout en France. Dans le cadre de l’exposition « Fabuleuses cartes à jouer (XVe-XXe siècle) », elle présente une sélection de pièces issues du département des Estampes et de la photographie qui conserve une collection de cartes exceptionnelles assemblée depuis plus de trois siècles.

Les cartes à jouer dans les collections de la BnF

Fort de trois mille suites de cartes à jouer, le département des Estampes et de la photographie de la BnF conserve une collection de cartes exceptionnelle par la diversité et la rareté de ses pièces, assemblée patiemment depuis plus de trois siècles.

À l’occasion de la parution de l’ouvrage Fabuleuses cartes à jouer ! Le monde en miniature, aux Éditions de la BnF, un florilège de cartes occidentales du XVe au XXe siècle est présenté au sein de l’exposition permanente du Musée Français de la Carte à Jouer d’Issy-les-Moulineaux. Ces fonds, issus de dons et d’achats de jeux appartenant à de grands collectionneurs (Michel de Marolles et Roger de Gaignières au XVIIe siècle, Romain Merlin au XIXe, Georges et Paul Marteau, Henry d’Allemagne au XXe siècle), complétés par des acquisitions variées du département depuis le XIXe siècle, comportent des exemplaires des plus rares et précieux tout en offrant un panorama unique des techniques de fabrication des cartes et de leurs usages à travers les siècles.

Fabuleuses cartes à jouer de la BnF exposées au Musée Français de la Carte à Jouer

Une sélection de pièces issues de douze jeux différents, insérée dans le parcours des collections permanentes du Musée Français de la Carte à Jouer d’Issy-les-Moulineaux, instaure un jeu de regards croisés entre les deux collections, qui souligne la richesse respective des deux institutions.

De rarissimes tous premiers burins allemands du maître des cartes à jouer, vers 1440, qui rattachent les cartes aux origines de l’estampe, ainsi qu’un somptueux tarot italien enluminé du XVe siècle sont ainsi mis en lumière.

Des planches non découpées ont permis de sauvegarder d’exceptionnels jeux français, lyonnais du XVe siècle.

L’Italie du XVIIIe siècle est représentée à travers un jeu peint au portrait vénitien et un délicat ensemble de cartes florentines imprimées sur soie et rehaussées de couleurs. L’inventivité du XIXe siècle transparaît dans des cartes lituaniennes dites « barbouillées », un jeu de tarot allemand sur le thème populaire du « monde renversé », un jeu russe de fantaisie, ou les premières cartes photographiques parisiennes représentant des artistes des grands théâtres. N’oublions pas aussi que de célèbres artistes ont travaillé pour l’univers de la carte à jouer, en témoignent les dessins de Jacques-Louis David en 1808 pour l’Imprimerie impériale ou ceux de Sonia Delaunay en 1959 à la demande du musée des cartes à jouer de Bielefeld (Allemagne).

Cette sélection de trésors de papier appartenant aux fonds de la BnF, présentée au cœur même des collections permanentes, dans une scénographie spécialement créée pour l’occasion par Pascal Rodriguez, permet d’inaugurer un nouveau parcours chronologique, qui se superpose au parcours thématique traditionnel du musée. Les cartes les plus précieuses du musée, telle la carte du Chariot, provenant d’un tarot enluminé italien attribué à l’École de Ferrare, produite dans le contexte somptuaire de la cour des Este vers 1450, ou encore la planche de tête au « portrait de Paris » des Guyon Guymier (XVIe s.) seront mises en valeur à la lumière de cette présentation croisée.

C’est le legs de Louis Chardonneret, archiviste au Monde illustré et collectionneur, qui fut à l’origine de cette collection. Elle comprenait alors une centaine de suites de cartes à jouer dont la redécouverte dans les années 1980 orienta le musée vers une importante politique d’acquisition de ces ensembles, avec une volonté d’ouverture vers les beaux-arts et la création contemporaine. Cette collection comprend aujourd’hui plus de 15 000 œuvres dont près de 9 000 jeux de cartes, planches et enveloppes de jeux, plus de 800 peintures, dessins et estampes, mais également de nombreux objets de jeu ainsi que des bois d’impression.

Dans les collections de la BnF

Chaque année, la BnF présente dans des établissements patrimoniaux une sélection d’œuvres issues de ses collections et fait partager ses richesses à un plus large public.

Révélant des œuvres choisies pour leur valeur emblématique, leurs liens avec un événement ou avec des collections locales, le programme Dans les collections de la BnF vise à développer des partenariats scientifiques et pédagogiques avec d’autres institutions.

Organisation

Le commissariat de l’exposition est assuré par :

  • Gwenael Beuchet, attaché de conservation, Musée Français de la Carte à Jouer
  • Charlotte Guinois, conservatrice du patrimoine, Musée Français de la Carte à Jouer
  • Vanessa Selbac, conservatrice, chef du service de la Réserve, département des Estampes et de la photographie, BnF
  • Gennaro Toscano, conseiller scientifique pour le musée, la recherche et la valorisation, direction des Collections, BnF

Informations pratiques

  • Musée Français de la Carte à Jouer
  • 16 Rue Auguste Gervais, 92130 Issy-les-Moulineaux
  • Jours et heures d’ouverture :
  • Mercredi, jeudi et vendredi : de 11h à 17h
  • Samedi et dimanche : de 14h à 18h
  • Juillet : du mercredi au dimanche de 13h à 18h
  • Août : fermé

Fermé les jours fériés et en août
Groupes : sur rendez-vous du mardi au dimanche

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Colloque international (16-17/5) : Un portail entre les cultures de la littérature aux sciences humaines franco-vietnamiennes

Un portail entre les cultures

Programme

Jeudi 16 mai

France-Vietnam : patrimoines partagés

9h00-9h15 Accueil

9h15 Ouverture du colloque

Laurence Engel, présidente de la Bibliothèque nationale de France (BnF)

Marc Mézard, directeur de l’École normale supérieure (ENS)

9h45 Introduction

Giang-Huong Nguyen, chargée de collections de Langues et Littératures d’Asie du Sud-Est (BnF et associée ITEM)

10h-11h30 – BnF et BnV : une histoire partagée
Présidence : Emmanuelle Sordet, directrice des bibliothèques de l’ENS

10h-10h40 Kieu Thuy Nga, Bibliothèque nationale du Vietnam

« Le fonds Indochinois à la Bibliothèque nationale du Vietnam et les perspectives de collaboration avec la Bibliothèque nationale de France » (Intervention en vietnamien avec traduction en français.)

10h40-11h Franck Hurinville, BnF

« Un nouvel outil pour une histoire à parts égales : le site France-Vietnam »

11h-11h30 Discussion

Pause

11h50-13h – Histoire des fonds vietnamiens à la BnF

11h50-12h10 Laurent Héricher, BnF

« Histoire du fonds et des catalogues des imprimés et manuscrits vietnamiens au Département des manuscrits de la Bibliothèque nationale de France »

12h10-12h30 Denis Gazquez, BnF

« Documents surprenants dans les collections de la BnF : les bulletins de la Police de l’Indochine, 1932-1943 »

12h30-13h Discussion

Déjeuner

14h30-15h40 – Marseille et l’arrivée des Indochinois
Présidence : Claire Zalc, directrice de l’IHMC (CNRS)

14h30-14h50 Olivia Pelletier, Archives Nationales d’Outre-Mer

« Marseille et les travailleurs indochinois (1939-1954) »

14h50-15h10 Alain Ruscio

« Marseille et l’Indochine : la circulation des hommes entre la Canebière et la rue Catinat »

15h10-15h40 Discussion

Pause

16h-17h10 – La naissance d’un nouveau modèle historico-culturel : à travers la lecture des auteurs vietnamiens du xxe siècle

16h-16h20 François Guillemot, Institut de l’Asie Orientale

« Écrire l’histoire du Vietnam sous la colonisation : l’avènement d’un nouveau récit national ? »

16h20-16h40 Michel Espagne, ENS

« Un formaliste vietnamien : Tran Ngoc Them »

16h40-17h10 Discussion

Clôture

Vendredi 17 mai 2019

Le dépôt légal de l’Indochine, les sciences sociales et les études littéraires

9h00-9h30 Accueil

9h30-10h40 – Des sciences sociales à l’histoire littéraire
Présidence : Jean-Marie Compte, directeur du Département Littérature et Art (BnF)

9h30-9h50 Pascal Bourdeaux, École Pratique des Hautes Etudes

« Quelques réflexions sur les écrits religieux à la lecture du dépôt légal de l’Indochine »

9h50-10h10 Nguyen Phuong Ngoc, Université d’Aix – Marseille

« La littérature vietnamienne dans la première moitié du xxe siècle : l’émergence d’un espace littéraire national en quốc ngữ »

10h10-10h40 Discussion

Pause

11h-12h10 – La littérature vietnamienne francophone

11h-11h20 Giang-Huong Nguyen, BnF et associée ITEM

« Le sujet multiculturel dans la littérature vietnamienne francophone du xxesiècle »

11h20-11h40 Henri Copin, Université Permanente de Nantes

« ‘Princesses des Cinq Dragons’ : des auteures contemporaines d’origine vietnamienne écrivent en français »

11h40-12h10 Discussion

Déjeuner

14h30-15h30 – Œuvres publiées et manuscrits de Pham Van Ky
Présidence : Paolo D’Iorio, directeur de l’ITEM (CNRS)

14h30-14h50 Jack Yeager, Louisiana State University

Pham Van Ky et son héritage

14h50-15h10 Hoai Huong Aubert-Nguyen, Université de Versailles Saint-Quentin

« L’Ineffable des Fables – étude de Fleur de Jade de Pham Van Ky »

15h10-15h40 Discussion

Pause

16h-17h – Histoires de rencontres culturelles

16h-16h20 Pham Van Quang, Université des Sciences Humaines et de HCM-ville

« L’exil comme une autre possibilité d’existence chez Pham Van Ky et Linda Lê »

16h20-16h40 Alain Guillemin, CNRS

« La robe de papier (1978), être francophone dans le Vietnam indépendant : l’expérience de Cung Giu Nguyen »

16h40-17h10 Discussion

17h10-17h30 Conclusion du colloque

Informations pratiques

  • Jeudi 16 & Vendredi 17 mai 2019 – 9h-17h30
  • ENS, 29 rue d’Ulm, 75005, salle Jean Jaurès (rez-de-chaussée, aile Curie)
  • Entrée libre dans la limite des places disponibles

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Journée d’étude : Globes et sphères : deux mille ans d’histoire (7/6)

Dans le cadre de l’exposition « Le Monde en sphères » et avec le soutien du Comité français de Cartographie, la BnF organise le 7 juin 2019 un symposium qui porte sur les objets qui sont au cœur de l’exposition : les globes et sphères armillaires, instruments scientifiques et œuvres d’art marqués par une histoire pluriséculaire.

L’histoire de ces objets, qui ont incarné pendant plus de 2 000 ans le modèle sphérique de l’univers, peut être abordée sous de nombreux aspects : conception et production matérielle, cartographie terrestre ou céleste, diffusion et usages, symbolique et représentation dans les arts.

La journée d’étude se propose de porter un regard diachronique sur ce patrimoine trop souvent méconnu.

PROGRAMME

9h00 Accueil

9h15   Ouverture par Eve Netchine, directrice du département des Cartes et plans de la Bibliothèque nationale de France et Catherine Hofmann, co-commissaire de l’exposition, conservatrice en chef au département des Cartes et plans de la BnF

Première session : L’invention du modèle et sa transmission en Orient et en Occident

Président de session : François Nawrocki, co-commissaire de l’exposition, directeur-adjoint de la bibliothèque Sainte-Geneviève

9h45    James Evans, historien de l’astronomie, University of Puget Sound (USA)

Globes et cadrans solaires : avec une attention particulière à une statuette d’Atlas portant une sphère creuse trouvée à Tor Paterno (Latium)

10h15 Elly Dekker, historienne des modèles et instruments astronomiques

The celestial globe of Gerbert of Aurillac: its place in the history of celestial cartography

10h45 pause

11h00  Taha Yasin Arslan, chercheur à l’université Medeniyet, département d’Histoire des sciences (Istanbul)

Seizing the Heavens: Making Celestial Globes

11h30  Anna Caiozzo, professeur d’histoire médiévale, Université Bordeaux Montaigne

L’imaginaire de la sphère dans la culture visuelle du monde musulman médiéval

Deuxième session : L’évolution du modèle et sa diffusion a l’époque moderne

Présidente de session : Hélène Richard, conservateur général honoraire des bibliothèques

14h00  François Nawrocki

L’Amérasie du Globe doré : invention et déconstruction d’un continent (1526-1538)

14h30  Anthony Turner, historien des sciences

Globes et horloges : prolégomènes à une analyse historique

15h00  Martin Vailly, doctorant en histoire, European University Institute – EHESS

La sphère et son manuel : les globes terrestres en tension entre théories et matérialité (1660-1715)

15h30 pause

 15h45 Catherine Hofmann et Eve Netchine

Le globe du Dauphin (1789) : archaïsmes et modernité d’un objet gigogne

16h15  Jan Mokre, directeur du département des Cartes et du musée des Globes, Österreichische Nationalbibliothek

The development of new types of terrestrial globes in the 19th and early 20thcenturies

 17h – 19h Visite de l’exposition par groupes de 15 personnes (sur inscription préalable le jour même)

Informations pratiques

Edme Mentelle, Jean Tobie Mercklein, Globe terrestre et céleste pour l’éducation du dauphin, 1786-1789.
Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Cartes et plans

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Medieval Francophone Literary Culture Outside France

Le Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France se propose de recenser des ressources issues de programmes de recherche portant sur des collections de la bibliothèque.

Titre

Medieval Francophone Literary Culture Outside France

Pays

Royaume-Uni

Auteur(s)

  • King’s College London
  • University of Cambridge
  • University College London

Description

Ce projet mené de 2011-2015 visait à étudier l’expansion de la littérature francophone en Europe et au-delà vers 1200-c.1450. Il s’agissait d’explorer la transmission des textes littéraires le long de deux axes principaux : une route du nord qui s’étend de l’Angleterre à la Bourgogne et à la Rhénanie en passant par les Pays-Bas ; une route du sud à travers les Alpes jusqu’en Italie du nord et jusqu’en Méditerranée et en Adriatique, au Moyen-Orient.

URL

hhttp://www.medievalfrancophone.ac.uk/

À noter

  • L’outil exploite un nombre important de manuscrits de la Bibliothèque nationale de France : 19 de la Bibliothèque de l’Arsenal, plus d’une centaine du département des Manuscrits.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Séminaire « Richelieu. Histoire du quartier : état des lieux »

Plan du quartier Richelieu © Isabella di Lenardo

Dans le cadre du projet de recherche « Richelieu. Histoire du quartier » conjointement par la Bibliothèque nationale de France, l’Institut national d’histoire de l’art, le Centre allemand d’histoire de l’art, l’École nationale des chartes, les Universités Paris 1 Panthéon-Sorbonne et Sorbonne Université, un séminaire est organisé à destination de tous les publics intéressés.

Le projet de recherche porte sur l’histoire du « quartier » occupé par les institutions, celui du quadrilatère Richelieu étendu, entre Louvre, Opéra et Place des Victoires.

La synergie vivante de ces institutions, dont les ressources documentaires et les services aux publics sont immenses et complémentaires, conforte Richelieu comme véritable acteur de la recherche, proposant un ensemble de compétences et de ressources sans équivalent au monde. Le but de ce projet collectif est moins de définir le périmètre exact du « quartier » que de dessiner les contours d’une géographie culturelle qui concentre au cœur de Paris les lieux du savoir et des arts. En se penchant sur l’histoire de ces espaces dans lesquels les partenaires du projet ont pris leur quartier, il s’agira de contribuer à une histoire des capitales culturelles, tout en réfléchissant à la meilleure manière de rendre visible et accessible cette histoire. Dans un premier temps du projet, les partenaires proposent une série de rencontres sous forme de séminaire pour poser les jalons d’une réflexion commune sur l’histoire architecturale et culturelle du quartier Richelieu, sur les sources disponibles (en particulier à partir des fonds de l’Institut national d’histoire de l’art et de la Bibliothèque nationale de France – sans évidemment oublier les archives qui seront repérées à cette occasion) et leur exploitation.

Comité scientifique

  • Alexandre Gady (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne),
  • Thomas Kirchner (Centre allemand d’histoire de l’art)
  • France Nerlich (Institut national d’histoire de l’art)
  • Gennaro Toscano (Bibliothèque nationale de France)

Programme

  • 5 avril 2019
    Olivier Poncet (École nationale des chartes) : Wall Street sur Seine ? L’attraction de la finance au quartier Richelieu (XVIIe-XIXe siècle)
  • 12 avril 2019 
    Néguine Mathieux (musée du Louvre) : De l’archéologie aux archives : des sources pour un quartier disparu, le quartier du Louvre.
  • 24 mai 2019
    Corinne Le Bitouzé (BnF) : Les collections de mode du département des Estampes et de la photographie de la Bibliothèque nationale de France.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Rencontre internationale Bibliothèques d’orient

De Paris à Jérusalem… Itinéraire numérique dans les mémoires et les savoirs du Moyen-Orient. La rencontre internationale du vendredi 22 mars 2019 donnera la parole aux acteurs du projet Bibliothèques d’Orient et à ses utilisateurs.

Bibliothèques d’Orient rend accessible en ligne un corpus exceptionnel de près de 10 000 documents remarquables, reflétant la richesse du patrimoine documentaire d’une région à l’histoire plurimillénaire. 

Cet événement s’adresse à toutes celles et à tous ceux qui s’intéressent à la Méditerranée orientale, son histoire, ses peuples, ses religions ; en particulier aux bibliothécaires, chercheurs, enseignants et étudiants.

Il se déroule en 2 temps :

Un séminaire international sera l’occasion de découvrir des collections documentaires et iconographiques peu ou pas connues, avec la complicité d’Edhem Eldem, historien, professeur au Collège de France et à l’Université de Boğaziçi (Istanbul) avec lequel des chercheurs français et étrangers partageront leurs découvertes.

Une performance théâtrale créée pour l’occasion poursuivra la découverte de Bibliothèques d’Orient. Elle a été conçue par le comédien Emilien Diard-Detœuf, formé au Conservatoire National Supérieur d’Art Dramatique et qui a notamment joué à diverses reprises sous la direction d’Olivier Py en Avignon et à Paris.

PROGRAMME DU SÉMINAIRE INTERNATIONAL

14h00 – Accueil et inscription

14h30 – Allocutions d’ouverture

  • Laurence Engel, présidente de la BnF
  • Edhem Eldem, historien, professeur au Collège de France et à l’Université de Boğaziçi, Istanbul

14h50 – Parcours guidé à travers le site Bibliothèques d’Orient

Un parcours filmé et en images, avec Françoise Hours, responsable scientifique du site, cheffe du service des Littératures du monde à la BnF

15h15 – Découvrir des collections inédites

Les partenaires du projet invitent à une découverte des collections exceptionnelles et méconnues conservées dans leurs bibliothèques et désormais accessibles dans Bibliothèques d’Orient.

Modération : Jean-Jacques Pérennès, directeur de l’École biblique et archéologique française, Jérusalem.

Participants :

  • Charles Personnaz, auteur d’un rapport ayant notamment comme but de renforcer l’action de la France dans la protection du patrimoine du Moyen-Orient
  • René-Vincent Guérin du Grandlaunay, directeur de la bibliothèque de l’Institut dominicain d’études orientales, Le Caire
  • Marie-Françoise Pape, directrice des bibliothèques, Institut catholique, Paris
  • Jean-François Pérouse, ancien directeur de l’Institut français d’études anatoliennes, Istanbul
  • Lorans Baruh,  directrice associée de la recherche et des programmes à SALT Galata, Istanbul
  • André Binggeli, responsable de la section grecque et de l’Orient chrétien à l’Institut de recherche et d’histoire des textes  (IRHT), Paris

16h45 – Rassembler des sources pour une histoire connectée

Des chercheurs français et étrangers débattront des possibilités comme des difficultés générées par les ressources numérisées dans les sciences sociales et les humanités. Ils questionneront  l’usage d’un site comme Bibliothèques d’Orient en se plaçant du point de vue des utilisateurs.

Modération : Edhem Eldem, historien, professeur au Collège de France et à l’Université de Boğaziçi, Istanbul.

Participants :

  • James Barr, chercheur invité au King’s College de Londres
  • Frédéric Hitzel, historien de l’art et de la culture ottomans, chargé de recherche au CNRS, Paris
  • Vanessa Desclaux, égyptologue, chargée de collections en préhistoire, histoire ancienne et archéologie à la BnF, Paris
  • Marc Aymes, historien de l’Empire ottoman, chargé de recherche au CNRS, directeur du Centre d’Études Turques, Ottomanes, Balkaniques et Centrasiatiques (CETOBaC), Paris

LECTURE THÉÂTRALISÉE

19h00 – SPECTACLE «De Paris à Jérusalem…»

Conçu et réalisé par Emilien Diard-Detœuf.

Interprété par :

  • Emilien Diard-Detœuf (metteur en scène et comédien)
  • Sophie Guibard (comédienne)
  • Simon Veyre (musicien)

Mot de l’auteur :

«Châteaubriand a traversé l’Europe, est entré en Asie, en chemin s’est arrêté en Grèce, et a fini par trouver Jérusalem. De retour en France, il a tiré de ce voyage un Itinéraire de Paris à Jérusalem, dont le succès immédiat fut si grand qu’on le rebaptisa tout simplement « L’Itinéraire ». Nous sommes en 1806 : une légende littéraire est née, et avec elle tout un imaginaire de l’Orient que les générations futures n’auront de cesse d’alimenter jusqu’au milieu du XXe siècle. Le récit de voyage de Chateaubriand se veut exhaustif, rigoureux, mais il en émane une sensibilité qu’il ne peut éteindre.

Dans un décor de bibliothèque, deux interprètes et un musicien refont le chemin de Paris à Jérusalem, au gré des documents qui peuplent les Bibliothèques d’Orient. La première traduction des Mille et une Nuits, les récits de Pierre Loti, de Nerval et de Flaubert, mais aussi les déclarations de Napoléon… constituent la matière première de notre spectacle. Pour retrouver la spontanéité et l’exaltation d’une recherche documentaire, nous ferons l’anatomie d’une bibliothèque. Qu’avons-nous vu de l’Orient depuis que nous le regardons ?»

INFOS PRATIQUES ET INSCRIPTION

CONTACT

  • Délégation aux Relations Internationales
  • Sabrina Bondoux, assistante chargée de l’événementiel
  • Téléphone : 33(0) 1 53 79 59 10

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Colloque “Le rayonnement des arts au Moyen âge. Réflexions autour du Ms. Aquitain, Paris, BnF Latin 1139”

Programme

Mardi 19 mars (BnF — Richelieu)

16h30 Accueil des participants
17h00-18h00 James Grier (University of Western Ontario)
The Music Scribe of Paris, Bibliothèque nationale de France, MS latin 1139: Melodic Variants and a Musical Personality

Produced around 1100, the earliest section of Paris, Bibliothèque nationale de France, MS latin (hereafter Pa) 1139, f. 32-118, stands out as the largest collection in the earliest layer of Aquitanian uersaria, that is, music manuscripts that preserve the Aquitanian repertory of lyric song commonly known as uersus. Only the earliest portions of Pa 3719 rival it in age. But these libelli comprise only a single gathering each and so are significantly smaller than Pa 1139 and transmit a correspondingly more limited repertory. Furthermore, in Pa 1139, rubrics introduce many pieces, along with decorated initials, and internal sections within pieces receive red initials. In comparison with its contemporaries, therefore, Pa 1139 presents a much more polished and formal appearance. Its owner clearly valued it as an important part of his music library.

The music scribe exhibited a clear command of the Aquitanian notation that, by the time he worked on Pa 1139, musicians had used for some 200 years. Comparison of his neumations with those of other Aquitanian scribes who copied the same pieces, both contemporary and later in the twelfth century, show that he cultivated musical idiosyncrasies that indicate aspects of his musical personality. His approach to embellishment, especially through the addition of appoggiature to cadences, reveals a distinctive approach to the melodic vocabulary of this repertory. His practice also indicates a subtle shift in the function of musical notation as it was employed for the uersus repertory, from preserving stable forms of liturgical melodies to recording distinctive versions of the melodies of this body of lyric song. Codex Pa 1139, therefore, comprises a personal document that presents the repertory and melodic versions of an Aquitanian musician from the turn of the twelfth century who was exploiting the genre of lyric song to express himself on sacred and secular subjects and the technology of musical notation to preserve his idiosyncratic versions of those songs.

18h00-18h30 Charlotte Denoël (Centre Jean Mabillon, Paris) Présentation des manuscrits aquitains de la BnF
18h30 Exposition des manuscrits en salle de lecture

(sur inscription dans la limite des places disponibles)

Mercredi 20 mars (IRHT — Paris)

Session 1 : Éditer Latin 1139

présidée par James Grier (University of Western Ontario)

9h-11h David Catalunya, Kelly Landerkin, Konstantin Voigt, Hanna Zühlke (Universität Würzburg)
Codex and Genre-Crosslinks: Towards a Complete Source Edition of the Oldest Corpus of Paris latin 1139

Corpus monodicum is currently preparing a complete “source edition” of the oldest section of the manuscript Paris, BnF, latin 1139. The proposed panel will discuss the methodological demands of this editorial project (codicology, paleography, philology, musical analysis) and explore the implications of this new editorial approach for the understanding of the different repertoires the manuscript transmits:

David Catalunya’s codicological study shows that the earliest section of Paris, BnF, latin 1139 was conceived as a unitary, well planned codex. Building on this observation, Kelly Landerkin and Konstantin Voigt showcase some of the crosslinks that occur between different musical and textual genres copied in different sections of the manuscript. The correspondences found between songs and sequences for example shed new light on the early history of Aquitanian polyphony, the similarities between songs and plays question the strict distinctions set up by modern genre concepts. Hanna Zühlke will deal with the later concordances of the songs from Paris, BnF, latin 1139, asking what the transmission profile of these pieces tells about the localization of the manuscript.

By the time of the conference, the edition will be completed, but not yet printed. Thus, the panel hopes to provoke an intense feedback, in order to integrate the expertise assembled at the conference into the first complete edition of this outstanding manuscript.

Session 2 : Les jeux liturgiques

présidée par Susan Rankin (University of Cambridge)

11h15-12h00 Michael L. Norton (James Madison University, Harrisonburg) 
The Problem of Genre and the ‘Dramas’ of Paris BnF latin 1139

In 1741, l’Abbé Jean Lebeuf first called attention to the “tragedies en rimes latines” found in Paris, BnF, latin 1139. His framing of these texts as dramas adhered over time, and after two centuries and more, these dramatic texts continue to be treated as theatrical works, and in particular, as liturgical dramas. While sanguine about the theatrical nature of these texts, scholars have not always agreed on what these texts actually represented. Lebeuf himself referred only the Ordo Prophetarum that concluded the complex of dramatic texts. The edition provided by Raynouard in 1817, on the other hand, treated the entire complex (Quem queritisSponsus, and Ordo Prophetarum in most contemporary renderings) as a singular “mystère des vierges sages et des vierges folles”, while excluding the text of the Ordo Prophetarum in the edition itself. And in their edition of 1839, Monmerqué and Michel provided the complete text of the dramatic complex under the title “Les vierges sages et les vierges folles.” Charles Magnin, though, saw this differently. In his Sorbonne lectures of 1834–1835, Magnin argued that there was not just the single mystery recognized by his peers, but rather three: two complete mysteries, one wholly in Latin (Quem queritis) and the second mixing Latin with vernacular (Sponsus) along with a third fragment totally in Latin (Ordo Prophetarum). In addition, he noted a dramatic office for the feast of Holy Innocents (Lamentatio Rachelis) earlier in the same manuscript. While Magnin’s division was accepted by most subsequent critics, Carol Symes recently challenged the orthodox view, arguing as had Magnin’s predecessors that the “plays” of Paris, BnF, latin 1139 should be regarded in the singular rather than in the plural.

The so-called dramas of Paris, BnF, latin 1139 are thus enigmatic on at least two levels. First, how many dramatic texts are actually preserved within the manuscript? One? Two? Or four? What do the placements of these texts within the manuscript suggest? What can we glean from their textual and melodic settings? How are these internally structured? And how do these textual and melodic structures relate to those of the texts that surround them? Second, are these dramatic texts actually drama (assuming we can agree on what the word “drama” entails)? Were these texts intended to be enacted? If so, how by whom? If these can be viewed as dramas, as theatrical works of some kind, can they legitimately be seen also as liturgical dramas? How do these texts compare with others also judged to be liturgical dramas? Drama or not, how might these texts have been used within (or around) the liturgy? If they were not used liturgically, what might their intent have been?

12h00-12h45 Nils Holger Petersen (University of Copenhagen)
A Possible New Understanding of the so-called Liturgical Dramas in BnF ms. latin 1139

The idea (and notion) of “liturgical drama” as a liturgical medieval theatrical genre was developed in medieval liturgical scholarship since the mid-nineteenth century. It has since undergone severe criticism by scholars including not least C. Clifford Flanigan in the 1970s and 1980s, a criticism further developed in more recent scholarship (see Michael Norton’s recent Liturgical Drama and the Reimagining of Medieval Theater, 2017). In this paper, I propose to discuss those ceremonies from Paris, BnF, latin 1139, which have been described as liturgical dramas, in a new light. Inspired by Michal Kobialka’s This Is My Body (1999), I have recently attempted to understand liturgical enactments of biblical narratives in the context of changing understandings of the notion of a sacrament during the twelfth century.

During the first half of this century, the notion of a sacrament was narrowed from Augustine’s broad sign-theoretical approach, especially through Hugh of St Victor’s ecclesiologically oriented De sacramentis christiane fidei (1130s) and Peter Lombard’s particularly influential mid-century Sententiae, which contained his enumeration of (only) seven New Testament sacraments. This process of theological elaboration left a space open for liturgical ceremonies, which had previously been seen as sacramental (by Hugh: as sacraments of exercise), to be sacred while no longer sacramental, sacred in a freer way, outside the theological focus of the ceremonies which carried the heaviest theological weight, the sacraments.

Rather than searching for an alternative genre-designation for “liturgical drama” ceremonies, the idea, much inspired by other recent scholarship, is to understand them individually, although they clearly also came to form traditions. In this paper, I shall set out to interpret the “liturgical dramas” of the Paris, BnF, latin 1139, not as attempts at theatrical representation, but as “free” sacraments in the “old” Augustinian understanding, with a focus on three ceremonies, the Quem queritis ceremony (f. 53r), the Sponsus (f. 53r–55v), and the Ordo prophetarum (f. 55v–58r). These ceremonies will be seen as diverse attempts to function as sacraments in the “old” understanding, as signs, pointers to divine (Christian) truths by (more or less) new uses of sensory means, visual as well as auditory, including poetry.

Session 3 : Le répertoire du manuscrit latin 1139 au-delà de l’Aquitaine

présidée par Thomas F. Kelly (Harvard University)

14h00-14h45 Manuel Pedro Ferreira (Universidade Nova, Lisbonne)
Transmission and “Mouvance”: Iberian Witnesses

This paper will illustrate the problematics of “mouvance”, or variance in appropriation, in the transmission of two core Aquitanian pieces present in Paris, BnF, latin 1139: the troped epistle Gaudeamus nova cum laetitia, copied into different sources in both Catalonia (of which Vic 106 will be retained) and Portugal (Missal de Mateus), and the polyphonic Benedicamus Domino Catholicorum concio, a mensural version of which is found in the well-known Las Huelgas codex.

14h45-15h30  Hana Vlhová-Wörner (Department of Music History, Prague)
Mass Ordinary Chants from Aquitaine in Prague: a Complicated History

The presence of some chants recorded in ms. Paris, BnF, latin 1139 (and some other sources from Aquitaine) in the repertory from 14th-century Prague is rather unexpected and needs some clarification. French-Bohemian cultural connections are today considered as mainly an outcome of 14th-century political development, with the installation (in 1306) of the French-oriented Luxembourg dynasty on the Czech throne. However, knowledge of genuine French repertory, both from the North and Aquitaine, dates already to the early 13th-century, when the Prague chapter purchased a 12th-century manuscript with a rich repertory of ordinary chants and tropes, the so-called troper of the Prague Dean Vítus (Prague, Archive of the Metropolitan Chapter at St Vitus, ms. Cim 4). In this way, the Prague chapter came into possession of one of the richest collections of late trope repertory still preserved, which also includes a number of items characteristic of the Aquitanian singing tradition. For some chants (such as Sanctus Qui deus es vere), the Prague troper is the only source outside of Aquitaine, and the trope Agnus Cuius in Egypto is today known only from Paris, BnF, latin 1139 and two Prague sources (the Prague troper and its 14th-century copy).

It is very likely that the prime interest of the Prague clergy in the manuscript was drawn not to its repertory, but to its (late Lothringian) staff notation, which was to replace the German neumatic notation in Prague by the mid-13th-century. Besides genuine Aquitanian chants, the troper includes several, today uniquely preserved, pieces with rich ornamental melodic lines, characteristic of chants from Aquitaine; they were, however, obviously never incorporated into the official Prague liturgy and remained only as inscriptions in manuscripts preserved in the chapter library.

Session 4 : Tropes et versus

présidée par Pascale Bourgain (Centre Jean Mabillon, Paris)

15h45-16h30 Francesco Carapezza (Università degli studi di Palermo)
Le trope vernaculaire du Tu autem entre liturgie et « cantus gestualis »

Dans cette contribution nous allons proposer une nouvelle édition – texte et mélodie – du trope du Tu autem en langue vulgaire (incipit : « Be deu hoimais finir nostra razos »), inséré à l’intérieur de la partie la plus ancienne du ms. Paris, BnF, latin 1139 (f. 44r) et étudié surtout par des musicologues, en visant ses aspects rhétoriques et formels et en essayant de faire le point, à partir des études de J. Chailley (1948, 1960, 1982), sur ses relations supposées avec les vies de saints et la poésie épique des siècles suivants. Une autre question qui se pose est celle de son inclusion dans une série de Benedicamus domino, à l’écart des autres pièces vernaculaires, qui pourrait fournir en principe des données vis-à-vis son statut générique et sa fonction liturgique.

16h30-17h45 Adriana Camprubí Vinyals (Universitat Autònoma de Barcelona)
Complex Metric and Melodic Developments in the Versus of Paris BnF latin 1139. A Reflection on Formal Experimentation

The versus we find in the Paris, BnF, latin 1139 manuscript provide a fantastic means for studying the metrical forms developed in Aquitania at the end of the eleventh century. The concept of the “New Song“ designates a new kind of structure in the versus which can be identified through its metrical and melodic structures.

This paper offers a systematic and exhaustive analysis of these internal structures in order to reveal how these compositions engage in formal experimentation. This, in turn, gives us an insight into the poetic ingenuity of eleventh-century composers. The notion of variability (and not irregularity) enables us to see how composition involved a range of conscious processes that can uncover the fixed patterns which marked the first steps towards the new poetic formulae that would define future medieval lyric.

The formal features of the nova cantica use new methods for versification and these emerge from a moment when individual expression was becoming more and more sought after. The versus become a kind of metrical and melodic laboratory, a gauge that shows us how the nova cantica came to be.

Concert : “Nova gaudia“, ensemble Peregrina(direction Agnieszka Budzińska-Bennett)

20h église Saint-Séverin (2 rue des Prètres Saint-Séverin, 75005)

Entrée libre avec participation aux frais.

http://www.peregrina.ch

Jeudi 21 mars (fondation Calouste Gulbenkian — Paris)

Session 5 : La polyphonie dans le manuscrit latin 1139

présidée par Andreas Haug (Universität Würzburg)

9h-9h45 Catherine A. Bradley (University of Oslo)
Stirps Iesse florigeram in Context: Benedicamus Domino Polyphony in Aquitaine and The Origins of the Motet

This paper considers in detail one of the most significant and controversial compositions contained in Paris, BnF, latin 1139: the polyphonic Benedicamus versus in which the text Stirps Iesse florigeram is sung above a lower-voice quotation of a Benedicamus Domino plainchant melody, borrowed from the Responsory Stirps Iesse for the Nativity of the Virgin Mary. This composition has long attracted attention because it prefigures by more than one hundred years the characteristic typically considered to define the new thirteenth-century genre of the motet: the presentation of a syllabic upper-voice text above a plainchant tenor quotation. While scholars such as Ewald Jammers (1972) viewed Stirps Iesse florigeram as a motet avant la lettre, and Hans Tischler included a transcription of this piece at the beginning of his 1985 edition of The Earliest Motets (To ca. 1270), others—including Sarah Fuller—have emphasized significant conceptual and genetic differences between Stirps Iesse florigeram and later, genuine motets.

This paper seeks to re-engage with the complex generic, compositional, and notational circumstances of Stirps Iesse florigeram. I consider this unusual piece in the broader context of Aquitanian Benedicamus Domino compositions, examining in detail its single surviving concordance in Paris, BnF, latin 3549, as well as comparing it with another piece in this latter source, Benedicamus DominoHumane proles, the only other extant work in the Aquitanian repertoire that presents syllabic text above a pre-existing plainchant melody. Offering a re-consideration of the relationship of Stirps Iesse florigeram to thirteenth-century motets, this paper traces broader continuities and connections in polyphonic Benedicamus Domino traditions in apparently disparate contexts.

9h45-10h30 Agnieszka Budzińska-Bennett (Bâle)
Organa leticie revisited (Paris, latin 1139, fol. 59v)

The long-discussed case of Organa leticie (1139b, f. 59v) posits various problems. The first one concerns the question what parts belong to this piece and the opinions differ greatly as far as the entries between f. 59v and 60v are concerned. While some researchers (Raillard, Handschin and Arlt) read it as a piece with two textual units – Organa and Dei benediction –, both the inventories of St. Martial manuscripts by Spanke and Fuller, followed by the unpublished text edition by Björkvall, list them as two separate pieces. Further, Barclay favouring the first option, considers the following Benedicamus Domino on f. 60v as belonging to that piece.

The second important question is whether this piece is monophonic or polyphonic. While Handschin, Spanke, Stäblein, Barclay and Thomann are in the favour of it being a two-part piece with unwritten lower voice, Fuller considers it a doubtful polyphonic work and Gillingham published it as a monophonic piece. The survey of suggested solutions of the published polyphonic renditions (Stäblein, Barclay, Thomann) makes the matter even more complicated. Three different sources for the hypothetical lower voice have been suggested (with full or partial transcriptions): Benedicamus flos filius (used with letter notation in the famous case of Stirps Jesse), its version Benedicamus benigno voto and the untroped Benedicamus, all three to be found on f. 60v, in closest proximity to Organa leticie. These transcriptions, however, do not offer a satisfactory solution neither for the musicologist nor for the performer.

In this presentation, I would like to argue anew that the piece belongs to early Aquitanian polyphonic Benedicamus-tropes based on unwritten flos filius melody, offering yet another solution that matches in satisfactory way the existing and the hypothetical voice. It emphasizes on the euphonic qualities of the text of both voices and respects the overall structure of the piece as well as the coherent dynamic development of the composition. This reconstruction is based both on the philological analysis and on the interiorized musical conventions of the singers specializing in this repertoire (including myself) that served as an epistemological tool in the decision-making process. This version will be presented in the aural form as an example from yet unreleased new recording the repertoire of ms. Paris, BnF, latin 1139 Nova gaudia by ensemble Peregrina (Glossa/Schola Cantorum Basiliensis edition, forthcoming in 2019).

Session 6 : Calame et pinceau

présidée par David Ganz

10h45-11h15 Laura Albiero (IRHT, Paris) et Maria Gurrado (IRHT, Paris)
Écrire à Saint-Martial : le cas des manuscrits liturgiques

Notre communication aura pour objet l’examen paléographique des écritures utilisées dans les manuscrits liturgiques de Saint-Martial de Limoges, et en particulier des diverses mains qui ont contribué à la copie des textes. Les livres liturgiques constituent non seulement un ensemble cohérent du point de vue de la préparation, de l’usage et de la destination des volumes, mais aussi un support extrêmement fiable pour la datation des sources, qui s’appuie sur des éléments liturgiques, paléographiques et décoratifs. Les résultats de cette enquête, limitée au XIe siècle, constitueront le point de départ d’une réflexion sur les pratiques de l’écrit et la tradition des scriptoria limousins.

11h15-12h00 Maria Alessandra Bilotta (Universidade Nova, Lisbonne)
Sur les routes de pèlerinage : l’illustration des manuscrits dans le contexte des réseaux monastiques du Midi de la France (XIIe-XIIIe siècles)

Interpréter le répertoire aquitain

14h30-15h30 Katarina Livljanić, Marc Mauillon et les étudiants du MIMA (Master d’interprétation des musiques anciennes, Université Paris-Sorbonne)
Présentation du travail sur le répertoire du manuscrit latin 1139
15h45-17h15 Table ronde organisée et animée par Guy Lobrichon (Université d’Avignon) Avec la participation de Sébastien Fray (Université de Saint-Étienne), Thomas F. Kelly (Harvard University), Alain Rauwel (CeSor/EHESS, Paris), Daniel Russo (Université de Bourgogne) et Éric Sparhubert (Université de Limoges, CRIHAM / CESCM)

Comité scientifique

  • Maria Alessandra Bilotta (IEM-FCSH/NOVA, Lisbonne)
  • Océane Boudeau (CESEM-FCSH/NOVA, Lisbonne ; EPHE/SAPRAT, Paris)
  • François Bougart (CNRS, IRHT, Paris)
  • Pascale Bourgain (Centre Jean Mabillon/École nationale des chartes, Paris)
  • Christelle Cazaux-Kowalski (FHNW / Musik Akademie Basel, Schola Cantorum Basiliensis)
  • Christelle Chaillou (CNRS, CESCM, Poitiers)
  • Marie-Noël Colette (EPHE/SAPRAT, Paris)
  • Gilbert Dahan (EPHE/LEM, Paris)
  • Charlotte Denoël (Centre Jean Mabillon/École nationale des chartes, Paris)
  • Manuel Pedro Ferreira (CESEM-FCSH/NOVA, Lisbonne)
  • Andreas Haug (Universität Würzburg)
  • Katarina Livljanić (Université Paris-Sorbonne, IReMus)
  • Guy Lobrichon (CIHAM UMR 5648 – Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse)
  • Christian Meyer (CNRS, CESR, Tours)
  • Susan Rankin (University of Cambridge)
  • Cécile Reynaud (EPHE/SAPRAT, Paris)
  • Anne-Zoé Rillon-Marne (UCO, Angers ; CESCM, Poitiers ; IReMus)

Institutions partenaires

  • LabEx Histoire et anthropologie des savoirs, des techniques et des croyances (HASTEC)
  • Bibliothèque nationale de France
  • Institut de recherche et d’histoire des textes (IRHT)
  • Calouste Gulbekian
  • Centre Jean Mabillon
  • FCSG
  • Centro de Estudos de Sociologia e Estética Musical (CESEM-FCSH/NOVA)
  • Fundação para a Ciência e a Tecnologia (FCT)
  • Savoirs et Pratiques du Moyen Âge au XIXe siècle(Saprat/EPHE)
  • Institut de Recherche en Musicologie (IReMus)
  • Centre européen de recherche sur les communautés, congrégations et ordres religieux (CERCOR)
  • Centre de recherche interdisciplinaire en histoire, histoire de l’art et musicologie (CRIHAM)
  • Centre d’études supérieures de civilisation médiévale (CESCM)
  • Université catholique de l’Ouest (UCO)

Informations pratiques

Le colloque aura lieu :

  • Mardi 19 mars à la Bibliothèque nationale de France (58, rue de Richelieu, 75002 Paris), salle de conférences. Sur inscription, nombre de places limité.
  • Mercredi 20 mars à l’Institut de Recherche et d’Histoire des Textes (40, avenue d’Iéna, 75116 Paris), salle Jeanne Vielliard. Entrée libre.
  • Jeudi 21 mars à la Fondation Calouste Gulbenkian – Délégation en France (39, bd de La Tour-Maubourg, 75007 Paris). Entrée libre.

Contact

Informations et inscription pour le 19/03 : info@colloque1139.fr

Comité d’organisation

  • Océane Boudeau (CESEM-FCSH/NOVA, Lisbonne ; EPHE/SAPRAT, Paris)
  • Anne-Zoé Rillon-Marne (UCO, Angers ; CESCM, Poitiers ; IReMus)
  • Charlotte Denoël (Centre Jean Mabillon/École nationale des Chartes, Paris)
  • Cécile Reynaud (EPHE/SAPRAT, Paris)

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Exposition : Le Monde en sphères

Argument

Le globe est un objet familier, profondément ancré dans l’imaginaire de chacun. Un objet d’art et de savoir qui a incarné au fil des siècles la vision sphérique du monde. Comment appréhender aujourd’hui l’univers tel qu’il était connu et imaginé avant Copernic, avant Newton, avant les révolutions scientifiques et la conquête spatiale ? Initialement présentée au Louvre Abu Dhabi, l’exposition conçue par la BnF retrace 2500 ans d’une histoire des sciences et des représentations du ciel et de la Terre. De l’Antiquité à nos jours, de la conception d’un monde sphérique clos centré sur la Terre à celle d’un univers infini en perpétuelle évolution, elle tisse les fils qui relient la quête de savoir à la science et à l’imaginaire d’aujourd’hui. Un voyage exceptionnel rendant hommage aux savants qui ont approché, de sphères en sphères, de cercles en ellipses, la modélisation d’un cosmos qui n’a pas fini de livrer ses secrets.

Près de 200 œuvres remarquables composent un parcours qui place en son cœur ces objets nobles et fascinants que sont les globes et les sphères. Les pièces exposées sont issues des collections de la BnF et d’institutions prestigieuses parmi lesquelles le Centre Pompidou, le Centre national des Arts et Métiers, le Musée du Louvre ou encore le musée national des châteaux de Versailles et de Trianon…

L’exposition fait la lumière sur l’« invention » du modèle sphérique dans l’Antiquité gréco-latine. Au VIe siècle avant notre ère émerge une conception de l’univers fondée sur l’observation des mouvements cycliques du ciel, complétée par une intuition mathématique sur les propriétés de la sphère qui en font, aux yeux des savants et des philosophes, la forme la plus juste du cosmos. S’impose alors le modèle d’un monde clos composé de sphères concentriques portant astres et étoiles autour d’une Terre sphérique et immobile. Ce modèle est perfectionné par Ptolémée et matérialisé par les premiers globes. La plus ancienne sphère céleste connue, présentée dans l’exposition, date du IIe siècle avant J-C. La présence de la sphère dans les arts antiques illustre par ailleurs sa forte portée symbolique. En témoignent les figures récurrentes des Empereurs tenant un globe – le monde – en leurs mains ou d’Uranie, muse de l’astronomie pointant sa baguette sur un globe suggérant l’influence des astres sur la destinée humaine.

Le parcours s’intéresse dans un second temps à la réception et l’évolution du modèle sphérique à l’époque médiévale dans le monde arabo-musulman et l’Occident chrétien. Ces deux aires de civilisation sont marquées par l’importance des sciences astronomiques. Le globe céleste comme l’astrolabe sont parmi les instruments scientifiques les plus répandus dans le monde islamique. Héritière des savoirs antiques, l’astronomie arabe se développe et se diffuse par les textes de savants comme Abd al-Rahman al-Sufi (Xe siècle). Dans l’Occident chrétien, le renouveau scientifique se fait pour l’essentiel par la voie arabe à partir du XIe siècle. Au XVe siècle, la traduction latine de la Géographie de Ptolémée et les premiers voyages d’exploration donnent une nouvelle impulsion à l’hypothèse sphérique et conduisent à la réalisation des premiers globes terrestres. Les conceptions antiques sont alors réinterprétées selon les croyances chrétiennes, comme le montre une abondante iconographie médiévale.

Le globe terrestre s’affirme ensuite comme modèle réduit de la Terre, à la faveur des explorations européennes et de la Renaissance des arts et sciences en Europe aux XVe et XVIe siècles. L’exploration des nouveaux mondes confirme la sphéricité de la Terre et précise sa géographie. Le globe est à la fois un outil au service des explorateurs et un moyen de restitution des nouvelles découvertes. Le fac-similé du globe de Martin Behaim de 1492, présenté dans l’exposition, témoigne ainsi des connaissances du monde avant la découverte de l’Amérique tandis que le « Globe vert » réalisé vers 1506 et attribué à Martin Waldseemüller est quant à lui le premier à représenter le « Nouveau Monde » et à le nommer « America ». Le triomphe du modèle sphérique en Europe s’incarne alors sous la forme de la paire de globes – terrestre et céleste – produite en série grâce à la gravure et largement diffusée dans la société. Sa représentation dans les arts se déploie alors avec une grande variété de sens symboliques : pouvoir, savoir, vanité des œuvres humaines, instabilité du monde…

Pour finir, l’exposition aborde la question de la révolution copernicienne et des bouleversements des sciences après Kepler, Descartes et Newton. L’héliocentrisme et la rotation de la Terre autour du Soleil, la gravitation universelle, la découverte de nouvelles planètes et satellites ou encore l’infinité de l’univers pensée par Bruno, Kant ou Laplace, vont à l’encontre de la théorie d’un univers clos constitué de sphères imbriquées. À partir du XVIIe siècle, les premières sphères héliocentrées cohabitent avec le modèle ptoléméen géocentré. Au fil des siècles et de l’évolution des connaissances, le globe s’enrichit, se transforme et devient un objet familier. La remise en cause de la place de la Terre au sein de l’univers s’accompagne paradoxalement d’une appropriation universelle de sa représentation en tant que sphère. La Terre a longtemps été imaginée depuis l’espace, faisant rêver savants et artistes, comme Jules Verne ou Méliès. Aujourd’hui, grâce notamment aux images satellites, son image est familière et sa force symbolique reste riche. Une image que les artistes contemporains, tels Alain Jacquet ou Thomas Hirschhorn, continuent d’interroger à la lumière des défis de notre époque. L’exposition présente, parmi ces pièces exceptionnelles, une quarantaine de globes et sphères souvent uniques, mis en concordance avec des œuvres d’une grande diversité qui en éclairent la production, les usages ainsi que la symbolique : vestiges archéologiques, monnaies et camées, traités manuscrits ou imprimés, mappemondes, estampes et peintures, œuvres contemporaines. Des dispositifs multimédias permettent d’explorer en détail quelques-unes de ces sphères et de pénétrer les mystères de leur conception et de leur fabrication.

Informations pratiques

  • Le Monde en sphères
  • 16 avril I 21 juillet 2019
  • Bibliothèque nationale de France, site
    François-Mitterrand , Galerie 2
  • Du mardi au samedi 10h > 19h
  • Dimanche 13h > 19h
  • Fermeture les lundis et jours fériés
  • Tarif plein : 9 euros (billet couplé 2 expositions : 11 euros)
  • Tarif réduit : 7 euros (billet couplé 2 expositions : 9 euros)
  • Gratuit avec le Pass BnF lecture/culture et le Pass Recherche illimité
  • Réservations FNAC au 0892 684 694 (0,34 euros TTC/min) et sur www.fnac.com

Commissariat

  • Catherine Hofmann, conservatrice en chef au département des Cartes et plans, BnF
  • François Nawrocki, conservateur en chef, directeur adjoint de la Bibliothèque Sainte-Geneviève

Publication

  • Le Monde en sphères, Catalogue de l’exposition, Editions de la BnF, 272 pages, 170 illustrations environ, 45 euros

Ressources en ligne

Dès l’Antiquité, les Grecs savaient que la Terre était ronde et l’imaginaient au centre d’un univers de sphères. Telle est l’origine des globes nés du savoir et de l’imagination des Anciens. Alors que des globes célestes furent créés dès le Moyen-âge, notamment dans le monde islamique, la production de globes terrestres se développa surtout à partir des grandes expéditions maritimes du temps de Christophe Colomb, permettant ainsi de diffuser les découvertes rapportées par les navigateurs sur les différentes régions du monde. Mêlant mythes et hypothèses anciennes aux plus récentes informations, les globes invitent au voyage, au commerce et à la découverte de nouvelles civilisations. Représentant à la fois la connaissance, le pouvoir et la richesse, ils sont aussi des objets d’art de grand raffinement, souvent représentés dans la peinture pour leur valeur esthétique et symbolique.

Le département des Cartes et plans de la BnF conserve l’une des principales collections au monde de globes terrestres et célestes anciens, composée de plus de 200 objets datant du XIe au XIXe siècle, d’origine européenne ou arabe. Cet ensemble, doté de pièces uniques du XVIe siècle, manuscrites ou gravées sur métal, illustrant les grandes découvertes, témoigne aussi du développement de la production imprimée au siècle d’or hollandais et de la diversification de la production européenne au siècle des Lumières. L’édition du XIXe siècle est également illustrée par quelques pièces remarquables et représentatives de l’évolution du genre, jusqu’au globe de la Lune de l’astronome Camille Flammarion (1896).

La numérisation en 3D de 55 globes de la collection de la BnF a été réalisée grâce au mécénat de compétence de la société japonaise Dai Nippon Printing Co., Ltd. et avec le mécénat de la Fondation d’entreprise Total. Si vous voulez en savoir plus, vous pouvez consulter la page consacrée au projet.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Exposition : Manuscrits de l’extrême. Prison, passion, péril, possession



Lettre écrite sur du linge avec son sang
Jean Henri Masers de Latude, Paris, 1761.
Toile de lin écrue, 125 x 32,5 cm
BnF, Arsenal, manuscrit 11693
© Bibliothèque nationale de France

Argument

Des manuscrits d’exception, rédigés dans des situations extrêmes et qui en conservent les traces physiques, constituent la matière de cette exposition de la BnF : encres de sang et papiers d’infortune disent avec intensité le désespoir, la folie ou la passion de leurs auteurs, personnalités célèbres ou inconnues. Feuillets et notes d’André Chénier, Napoléon Ier, Alfred Dreyfus, Guillaume Apollinaire ou Nathalie Sarraute y côtoient les mots d’anonymes, simples soldats, prisonniers, hommes et femmes ordinaires. D’autant plus précieux qu’ils ont parfois été soumis à des conditions de conservation difficiles, ces « manuscrits de l’extrême » font résonner jusqu’à nous les voix de destins hors-norme. Un propos sensible et encore jamais tenu dans une exposition.


« Mais je garde mon crayon et mon carnet que je défends au péril de ma vie. Ce petit carnet qui contient là une preuve de ma triste vie. »

Anonyme, Carnet noir de l’Occupation.

Qu’il s’agisse d’une lettre écrite en1639 sur une écorce de bouleau, faute de papier, par un missionnaire au Canada, des derniers mots d’André Chénier avant d’être guillotiné, du journal de Marie Curie après le décès de son mari, de l’inscription portée par un détenu sous l’assise d’une chaise de la Gestapo ou de lettres d’Antonin Artaud, la valeur patrimoniale de ces textes réside en ce qu’ils offrent les souvenirs palpables d’histoires individuelles ou collectives extraordinaires. Dépositaires d’émotions non contenues, de sentiments pris sur le vif, ces billets, notes et lettres, rédigés souvent dans l’urgence, expriment ce que les manuels d’histoire ou les ouvrages critiques ne peuvent restituer : la façon dont des événements susceptibles de faire vaciller une existence ont été vécus de l’intérieur. L’exposition s’organise selon quatre thèmes – prison, passion, péril, possession – quatre P qui évoquent ici les situations les plus difficiles auxquelles un être humain puisse être confronté. Au-delà des différences de circonstances dans lesquelles ces écrits ont été produits, tous témoignent d’une confiance désespérée dans les mots pour soutenir ce qui reste de vie encore possible quand tout, autour, vient l’infirmer. Au fil du parcours, le visiteur découvre une sélection d’écrits profondément bouleversants. Écritures microscopiques, tourmentées, feuillets minuscules, papiers et encres de fortune sont autant de particularités graphiques et matérielles par lesquelles ces manuscrits font corps avec les événements vécus. La détresse, la folie, la passion s’y révèlent, non seulement dans le contenu textuel mais aussi dans la forme même de l’inscription. L’exposition présente aussi bien des textes de personnalités ou d’écrivains célèbres, parmi lesquels Pascal, Sade, Marie -Antoinette, Auguste Blanqui, Stéphane Mallarmé, Henri Michaux, ou encore Marie Curie, Antonin Artaud, Arthur Adamov, Germaine Tillion et Jean-Dominique Bauby, que ceux d’inconnus ayant traversé des épreuves similaires. S’ils peuvent faire sens en tant qu’œuvre littéraire, les mots sont ici surtout une tentative désespérée de dire l’indicible. Ils sont l’expression de ce qui est véritablement en jeu pour un être humain, dans une guerre comme dans un hospice, dans toutes les épreuves qui menacent son humanité même : sa propre survie.

Commissariat

Laurence Le Bras, conservatrice, département des Manuscrits, BnF

Informations pratiques

Pour sa 3e édition, « La Bibliothèque parlante », le festival de la BnF, mettra à l’honneur cette écriture de l’extrême en donnant à entendre par la voix de nombreux comédiens quelques-uns des textes les plus emblématiques de cette exposition.

En partenariat avec France Culture
Festival de la BnF
La Bibliothèque parlante 25 et 26 mai 2019
BnF I François-Mitterrand

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

De Paris à Jérusalem… Itinéraire numérique dans les mémoires et les savoirs du Moyen-Orient

[Le Caire] : [vue de la mosquée du sultan Hassan] : [dessin] / [Conté del.]

Argument

Bibliothèques d’Orient rend accessible en ligne un corpus exceptionnel de près de 10 000 documents remarquables, reflétant la richesse du patrimoine documentaire d’une région à l’histoire plurimillénaire. Par le croisement des savoirs et des regards proposés par 80 spécialistes internationaux, le site Bibliothèques d’Orient offre un espace d’interprétation et de recherche. Il éclaire par ses sources toute la complexité d’une zone géographique couvrant le Levant étendu à l’Irak et à l’Arabie Pétrée, de 1798 à 1945.

Cet événement s’adresse à toutes celles et à tous ceux qui s’intéressent à la Méditerranée orientale, son histoire, ses peuples, ses religions ; en particulier aux bibliothécaires, chercheurs, enseignants et étudiants. Il se déroule en 2 temps :

Un séminaire international sera l’occasion de découvrir des collections documentaires et iconographiques peu ou pas connues, avec la complicité d’Edhem Eldem, historien, professeur au Collège de France et à l’Université de Boğaziçi (Istanbul) avec lequel des chercheurs français et étrangers partageront leurs découvertes.

Une performance théâtrale créée pour l’occasion poursuivra la découverte de Bibliothèques d’Orient. Elle a été conçue par le comédien Emilien Diard-Detœuf, formé au Conservatoire National Supérieur d’Art Dramatique et qui a notamment joué à diverses reprises sous la direction d’Olivier Py en Avignon et à Paris.

Programme

Séminaire international

14h00 – ACCUEIL ET INSCRIPTIONS

14h30 – ALLOCUTIONS D’OUVERTURE

  • Laurence Engel, présidente de la BnF
  • Edhem Eldem, historien, professeur au Collège de France et à l’Université de Boğaziçi

14h50 – Parcours guidé à travers le site Bibliothèques d’Orient
Un parcours filmé et en images, avec Françoise Hours, responsable scientifique du site, cheffe du service des Littératures du monde à la BnF

15h15 – Faire connaitre et donner accès à des collections méconnues
Les partenaires du projet invitent à une découverte des collections exceptionnelles et méconnues conservées dans leurs bibliothèques et désormais accessibles dans Bibliothèques d’Orient.

Modération : Jean-Jacques Pérennès, directeur de l’École biblique et archéologique française, Jérusalem.

Participants :

  • Charles Personnaz, auteur d’un rapport ayant notamment comme but de renforcer l’action de la France dans la protection du patrimoine du Moyen-Orient
  • René-Vincent Guérin du Grandlaunay, directeur de la bibliothèque de l’Institut dominicain d’études orientales, Le Caire
  • Marie-Françoise Pape, directrice des bibliothèques, Institut catholique, Paris
  • Jean-François Pérouse, ancien directeur de l’Institut français d’études anatoliennes, Istanbul
  • Lorans Baruh,  directrice associée de la recherche et des programmes à SALT Galata, Istanbul
  • André Binggeli, responsable de la section grecque et de l’Orient chrétien à l’Institut de recherche et d’histoire des textes  (IRHT), Paris

16h45 – Rassembler des sources pour une histoire connectée

Des chercheurs français et étrangers débattront des possibilités comme des difficultés générées par les ressources numérisées dans les sciences sociales et les humanités. Ils questionneront  l’usage d’un site comme Bibliothèques d’Orient en se plaçant du point de vue des utilisateurs.

Modération : Edhem Eldem, historien, professeur au Collège de France et à l’Université de Boğaziçi, Istanbul.

Participants :

  • James Barr, chercheur invité au King’s College de Londres
  • Frédéric Hitzel, historien de l’art et de la culture ottomans, chargé de recherche au CNRS, Paris
  • Vanessa Desclaux, égyptologue, chargée de collections en préhistoire, histoire ancienne et archéologie à la BnF, Paris
  • Marc Aymes, historien de l’Empire ottoman, chargé de recherche au CNRS, directeur du Centre d’Études Turques, Ottomanes, Balkaniques et Centrasiatiques (CETOBaC), Paris

Lectures théâtralisées

19h – SPECTACLE « De Paris à Jérusalem… »

Conçu et réalisé par Emilien Diard-Detœuf.

Interprété par :

  • Emilien Diard-Detœuf (metteur en scène et comédien)
  • Sophie Guibard (comédienne)
  • Simon Veyre (musicien)

Informations pratiques

Entrée libre sur réservation obligatoire 
Inscription via Eventbrite jusqu’au 20 mars 2019 inclus

Vendredi 22 mars 2019 – 14h-20h
Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand – Petit auditorium
Quai François-Mauriac – Paris 13e

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Voyageuses, exploratrices et femmes journalistes

Longtemps sous-estimés, les récits de voyages et d’exploration écrits par des femmes sur le vif ou à leur retour en Europe, sont plus nombreux qu’on peut le penser. Notre siècle manifeste une prédilection marquée pour la redécouverte de ces créatrices, dont les œuvres sont peu à peu exhumées des archives et des bibliothèques : de nombreuses rééditions en témoignent. L’atteste aussi le grand nombre de ces récits qui se trouvent sur Gallica et que cette rencontre entend mettre en valeur, à la rencontre de la littérature, de l’information journalistique et de l’observation quasi ethnographique.

Si Ida Pfeiffer (1797-1858), Isabella Lucy Bird (1831-1904) et Anne Blunt (1837-1917) ont toujours bénéficié d’une notoriété due à la diffusion internationale de leurs récits, et bien des voyageuses, françaises notamment, méritent que leur œuvre soit relue aujourd’hui. C’est à l’évocation de ces plumes féminines, et de ces femmes de caractère, que cette rencontre de Gallica vous convie.

  • Cette séance est présentée par Laurent Portes, Coordinateur de la numérisation au département Philosophie, Histoire, Science de l’homme, BnF
  • avec la collaboration d’Eric Dussert, direction des Collections, affaires scientifiques et techniques, BnF.

Informations pratiques

[fichier .pdf – 62 Ko – 29/10/15 – 1 p.]

Entrée libre

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Colloque : Mémoire sonore du Japon : le disque, la musique et la langue (25/1)

La Bibliothèque nationale de France célèbre le patrimoine sonore japonais conservé dans ses collections grâce à un colloque international organisé le 25 janvier prochain, sous le haut patronage de l’ambassade du Japon à Paris et dans le cadre de la saison culturelle « Japonismes 2018 ». Cet événement témoigne, après la mise en ligne du portail France-Japon et la numérisation de 55 globes de la Bibliothèque par l’entreprise japonaise Dai Nippon Printing Co., de la vitalité des liens noués entre la BnF et le Japon.

Continuer la lecture de Colloque : Mémoire sonore du Japon : le disque, la musique et la langue (25/1)

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Journée d’étude : Dessin satirique et écologie (21/3)

cop. TRAX.

Apparu à la fin du XIXe siècle dans l’univers scientifique, le terme « écologie » est passé dans le langage courant à partir des années 1970 en même temps que naissait une nouvelle conscience sur la fragilité de l’environnement. Pollutions de toutes natures, disparition des espèces animales et végétales, menaces du nucléaire, recherches de nouvelles sources d’énergie : autant de questions abordées très sérieusement dans le mensuel La Gueule ouverte, créé en 1972 par Pierre Fournier, dessinateur et journaliste à Charlie Hebdo. Fermé définitivement en 1980, le « journal de l’écologie politique » (unique en son genre), sous-titré le journal qui annonce la fin du monde, accueillait le talent de nombreux dessinateurs parmi lesquels Cabu, Gébé, Reiser, Willem ou Wolinski. La journée d’étude permettra à Jacky Houdré, collectionneur de journaux satiriques, d’en présenter les temps forts. Cinquante ans après, l’avenir de la planète est devenu une préoccupation majeure pour tous. On verra comment les dessinateurs de presse Alain Dubouillon Robert Rousso et la dessinatrice Trax commentent la gravité du sujet par des jeux graphiques originaux et pleins d’humour.

Programme

9h30 Accueil

10h Introduction à la journée du dessin de presse (dans le cadre du CLEMI) 
Présidente d’honneur du dessin de presse : Sylvie Aubenas

Dessin satirique et écologie : actualité brûlante : collections de la BnF et Ridiculosa n°26
Martine Mauvieux, département Estampes et photographie, BnF et Jean-Claude Gardes (Eiris-HCTI, université de Brest) 

10h30 Ecologies et leur reflet dans l’image satirique
Alain Deligne, professeur, Université de Münster et Jean-Claude Gardes, Eiris-HCTI, Université de Brest

11h15 Croquer le monde avant qu’il ne nous croque
Alain Dubouillon, dessinateur de presse, Le ProgrèsLyon Poche, L’Equipe

11h45 Débat

14h La Gueule ouverte : journal de l’écologie politique qui annonce la fin du monde (1972 -1980)
Jacky Houdré, collectionneur de journaux satiriques et membre de l’Eiris

14h30 Comment va la terre ?
Robert Rousso, dessinateur de presse (Siné Hebdo et MensuelZélium) avec Placide

15h Sécheresse en Iran : le pays joue sa survie
Margarethe Potocki, Université de Clermont-Ferrand

15h30 Dessiner parce qu’il n’y a pas de quoi rire !
TRAX, dessinatrice de presse (Le Ravi, Zélium, Barricade) 

Débat
En soirée
Remise du 6e Trophée Presse Citron/ BnF en partenariat avec l’École Estienne 
à la Mairie du 13e arr. de Paris (sur invitation)

Informations pratiques

Avec l’association Équipe Interdisciplinaire de Recherche sur l’Image Satirique (E.I.R.I.S.) et dans le cadre de la 30 e édition de la Semaine de la presse et des médias organisée par le CLEMI.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Journée d ‘étude : « Les Nadar, une légende photographique » (2/2/19)


Paul Nadar, Joséphine Baker, vers 1930, BnF, département des Estampes et de la photographie

Programme

Matinée 

10h Introduction 
par Antoine Compagnon, (sous réserve)

10h30 Mon itinéraire Nadar
par Roger Greaves, écrivain, journaliste, éditeur et premier biographe de Nadar 

11h La Bohème de Félix Nadar,
par Jean-Didier Wagneur, ancien coordinateur scientifique de la numérisation (BnF) et chercheur au sein du CSLF (Centre des Sciences des Littératures en langue Française) Université Paris Nanterre 

11h30 Nadar et l’authenticité photographique, ou l’héritage de Quand j’étais photographe
par Paul-Louis Roubert, maître de conférences à l’université de Paris VIII

12h Nadar et les cultures visuelles
par Bernd Stiegler, professeur d’histoire de la littérature à l’université de Constance (All)

12h30 Discussion

Après midi 

14h30 La conférence de Paul Nadar
par Anne Lacoste, directrice de l’Institut pour la Photographie de Lille et co-commissaire de l’exposition Nadar

15h Une ressource méconnue, les fonds Nadar conservés à la Bibliothèque historique de la Ville de Paris et au musée Carnavalet
Par Juliette Jestaz, conservatrice des manuscrits, livres rares et cartes et plans à la Bibliothèque historique de la Ville de Paris

15h30 Les Nadar, une histoire sans fin ? Perspectives de la recherche sur les Nadar
par Sylvie Aubenas, directrice du département des Estampes et de la photographie de la BnF et co-commissaire de l’exposition Nadar

16h Paul Nadar cinéaste amateur, présentation d’une œuvre méconnue 
par Laurent Mannoni, directeur scientifique du Patrimoine et du Conservatoire des techniques à la Cinémathèque française

16h30 Discussion

Informations pratiques

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Journée d’étude : Les instruments scientifiques et les livres

Au moment de la publication du Mathematical Instruments in the collections of the Bibliothèque Nationale de France par Anthony Turner avec Taha Arslan et Silke Ackermann (co-édition Brepols / BnF, 2018), il a semblé opportun de consacrer une journée d’étude à la place des instruments dans les bibliothèques et plus largement à la relation entre les livres et les instruments. Cette journée se tiendra à la Bibliothèque de l’Arsenal, qui fait partie, avec le département des Monnaies, médailles et antiques et celui des Cartes et plans, des trois départements de la BnF couverts par le catalogue.

Programme

  • 14 h : Accueil : Olivier Bosc, directeur de la Bibliothèque de l’Arsenal, et Catherine Hofmann, conservatrice au département des Cartes et plans
  • 14 h 15 : The Circulation of Knowledge of Instruments in the Islamic World : Taha Y. Arslan, chercheur au département d’Histoire des sciences de l’université Medeniyet à Istanbul
  • 14 h 45 : L’Astrolabe et le livre en France au seizième siècle : Anthony Turner, historien indépendant
  • 15 h 15 : The Horary quadrant and the Book in mid-17th Century England : Jim Bennet, ancien directeur du Musée d’Histoire des Sciences, Oxford
  • 15 h 45 :  La Représentation des instruments dans la presse du XIXe siècle : Paolo Brenni, chercheur au CNRS-Italie, Président de la Scientific Instrument Society
  • 16 h 30 Pause
  • 17 h : La Pendule aux quatre continents de la bibliothèque de l’Arsenal : enjeux esthétiques et résultats d’une restauration : Sophie Nawrocki, conservatrice à la Bibliothèque de l’Arsenal, Jean Perfettini et Elisabeth Grall, restaurateurs
  • 17 h 30 : Examen commenté de la ‘Pendule aux quatre continents’ et/ou Présentation des instruments exposés issus des collections du département des Monnaies, médailles et antiques et du département des Cartes et plans
Couverture de : Mathematical Instruments in the collections of the Bibliothèque Nationale de France

Informations pratiques

  • Mardi 22 janvier 2019, 14h-18h30
  • Bibliothèque de l’Arsenal, 1, rue de Sully – Paris 4e
  • Entrée libre sur inscription 01 53 79 49 49 ou visites@bnf.fr

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts