Archives de catégorie : Recherches sur les collections

Les débuts de l’édition vidéoludique française

La Bibliothèque nationale de France contribue à la formation à la recherche par la recherche en accueillant, depuis 2003, des masterants et doctorants dans ses départements. Afin de montrer la diversité des sujets d’étude et des parcours de chercheurs, nous nous proposons de rendre compte de quelques travaux.

Ainsi, de 2013 à 2016, le département de l’Audiovisuel a accueilli Benjamin Barbier de l’équipe INDEX1 du Laboratoire Paragraphe (EA 349 de l’université Paris 8).

Sujet de la recherche

Son sujet de recherche portait sur les débuts de l’édition vidéoludique en France. C’est-à-dire, la production française de jeux vidéo antérieure à la loi sur le dépôt légal du logiciel. La période retenue va du milieu des années 1970 à 1995. Il s’agit d’une période complexe au regard de la production vidéoludique. En effet, le marché n’est à l’époque pas encore stabilisé. De nombreux constructeurs qui ont aujourd’hui disparu ou se sont retirés du marché se lancent alors dans la production de consoles de jeux ou de micro-ordinateurs. Alors qu’il n’existe aujourd’hui que trois constructeurs majeurs de consoles (Sony, Microsoft et Nintendo), il en existait plus d’une dizaine il y a une trentaine d’années. Les supports étant multiples, l’univers des développeurs de logiciels qu’ils soient ludiques ou non était en conséquence assez complexe et difficile à appréhender dans sa globalité.

Une multitude d’acteurs se succèdent ou coexistent, dans un écosystème encore en construction. Les entreprises naissent pour ne durer que quelques années, changent de nom, sont absorbées par d’autres acteurs plus importants, changent de domaine de spécialité, etc.

En ce qui concerne les collections de la Bibliothèque nationale de France couvrant ce domaine, celles-ci sont parfois lacunaires avant 1995, date à laquelle le dépôt légal des logiciels est véritablement instauré. Les titres qui figurent dans les collections ont été acquis a posteriori et, étant donné l’abondance de la production française de ces années, tout n’avait pas pu encore être ajouté au fonds.

Objectifs de la recherche

A l’origine, les objectifs de cette recherche étaient multiples. Il s’agissait, par ordre de priorité, de faire un état des collections du département de l’Audiovisuel la BnF concernant la production de jeux vidéo français datant de cette période ; de repérer et d’identifier les éventuelles lacunes des collections dans ce domaine ; d’identifier les différents acteurs de cette production (développeurs, éditeurs) ; de contacter ces acteurs afin de solliciter des entretiens et éventuellement des dons qui pourraient venir enrichir les collections ; de penser l’organisation de manifestations qui pourraient permettre de valoriser ce fonds.

Bilan des recherches effectuées

Etat des collections

Les recherches effectuées ont permis d’identifier de nombreuses entreprises de l’édition et du développement vidéoludique français de la période concernée. La méthode choisie a été de partir d’éléments concernant ce domaine, publiés sur internet. Partir des collections de la BnF n’aurait en effet pas permis de certitudes quant à l’exhaustivité de la recherche. Partir de celles-ci aurait permis de collecter un certain nombre de développeurs ou d’éditeurs et, partant de leurs noms, de tenter de reconstituer leurs catalogues mais il n’aurait pas été possible de savoir si ceux-ci constituent la totalité des acteurs de l’époque ou un simple échantillon dont le point commun est d’avoir au moins un titre présent dans les collections de la BnF. De plus, lorsque l’on effectue une recherche concernant les logiciels sur le catalogue général de la BnF, il n’est pas toujours possible de savoir si le titre renvoyé par la base est un jeu vidéo ou un logiciel utilitaire. La plupart du temps, le titre suffit à distinguer ces deux catégories mais ce n’est pas systématiquement le cas.

La recherche sur internet a donné de bons résultats. Il s’agit en effet d’un domaine pour lequel il existe de nombreuses communautés en ligne, celles-ci étant le plus souvent constituées de passionnés très au fait du domaine auquel ils s’intéressent. Et bien que les recherches sur internet soient dans de nombreux domaines, notamment historiques, peu fiables et s’avérant très rapidement limitées, il s’agit ici d’une ressource majeure. Ceci est d’autant plus vrai qu’il n’existe que très peu de publications papier concernant cette production, les magazines spécialisés ne pouvant pas non plus être considérés comme exhaustifs et leur dépouillement étant extrêmement fastidieux. Il existe des sites internet de passionnés, voire des sites créés par les acteurs historiques eux-mêmes qui publient des catalogues répertoriant les productions des différents éditeurs. Bien sûr, ces catalogues ne sont pas systématiques et ils n’existent que dans le cas où la communauté entourant les productions de tel ou tel développeur ou éditeur est suffisamment active. Wikipédia peut également être une bonne source d’informations pour un début de recherche dans la mesure où, bien souvent, la page consacrée à un éditeur ou à un développeur expose un catalogue des productions de ce dernier. Restait toutefois à vérifier d’une part si ce catalogue présenté est bien exhaustif et, d’autre part, si les informations mentionnées étaient exactes (date de publication, auteur(s), plateformes, etc).

Autre ressource précieuse pour cette recherche, la thèse d’école des chartes de Colin Sidre : «Une histoire du jeu vidéo en France : l’objet vidéoludique et ses réseaux de distribution (1974-1988)»2, qui dresse un panorama assez complet du paysage des professionnels du jeu vidéo en France depuis les débuts de ce médium dans l’hexagone. Il s’agit, selon Benjamin Barbier, du seul travail d’envergure sur ce sujet comportant la rigueur scientifique nécessaire à une exploitation pour son travail de recherche.

Il semble que ce soit la conjugaison de ces différentes sources, publications web, publications papier de l’époque et publications scientifiques qui seule permette d’assurer l’exhaustivité de son travail. Benjamin Barbier a privilégié les sources les plus accessibles (le web et les publications scientifiques), mais la consultation des revues papier de l’époque s’est avérée nécessaire afin de pouvoir combler les éventuelles lacunes laissées par les précédentes sources.

Suite à ces recherches, Benjamin Barbier a établi une liste présentant les différents jeux produits en France des années 70 aux années 90. Il a choisi de présenter ces jeux par développeur afin de pouvoir plus aisément les distinguer. En plus des titres des jeux, cette liste présente les informations essentielles permettant de retrouver ces titres : la date de parution du titre, le nom de son ou ses principaux auteurs et les différentes plateformes sur lesquelles il a été publié. En plus de ces informations, il est indiqué si oui ou non les titres sont présents dans les collections de la BnF et, si oui, les différentes cotes (puisqu’il y en a une par plateforme de jeu) sont également indiquées.

Le jeu vidéo français

Un autre aspect de cette recherche a été d’étudier les jeux eux-mêmes afin de déterminer s’il était possible de dégager des traits dominants voire une certaine homogénéité au sein du paysage vidéoludique français de ces années. Il a été possible de consulter au travers de l’émulation un certain nombre de ces titres et force est de constater que, pour le moment, il est impossible de faire émerger un quelconque caractère commun à ces productions qui sont très différentes les unes des autres tant dans leurs graphismes que dans leurs modes de jeu. La période chronologique choisie qui couvre une trentaine d’années complique le relevé d’éléments communs. En effet, le jeu vidéo est un médium qui, techniquement, a évolué et évolue encore extrêmement rapidement, du moins si on le compare aux média apparus antérieurement. Il est donc malaisé de distinguer sur cette catégorie d’objets une certaine homogénéité, et a fortiori graphique, des titres produits dans l’hexagone. Les débuts de cette production laissent apparaître des contraintes qui sont liées au support lui-même, limité en taille d’octets mais, au-delà de cette caractéristique, on constate qu’il existe tout de même une multitude de jeux différents. La seule caractéristique commune de ces jeux, du moins pour la petite part à laquelle Benjamin Barbier a pu avoir accès, est leur ton résolument adulte. Mais il ne s’agit peut-être pas d’une spécificité française. En effet, le jeu vidéo n’était pas, avant le début des années 1990, un média grand public tel qu’il peut apparaître aujourd’hui. Il s’adressait avant tout à des passionnés, ayant à la fois les moyens et les connaissances nécessaires à cette activité de loisirs. C’est donc à un public d’adultes que les développeurs s’adressaient ; que ce soit par nécessité ou par choix. On distingue toutefois quelques productions originales, des recherches supplémentaires permettront d’attester véritablement de leur spécificité au regard du paysage mondial du jeu vidéo. Il s’agit par exemple de la série des «meurtres à» de Cobrasoft qui proposait au joueur de résoudre des énigmes à la fois dans le jeu mais aussi à l’aide d’objets fournis dans la boîte du jeu (textes, images ou autres éléments comportant des indices et permettant ainsi au joueur de progresser). Une approche doublement intéressante puisqu’elle est à la fois rare pour la période couverte par cette recherche mais a également aujourd’hui presque entièrement disparu du fait de la tendance à la dématérialisation des supports. On trouve également des productions de grande qualité, devenues aujourd’hui incontournables lorsque l’on parle de jeux vidéo. «Another World» ou «Flashback», tous deux développés par Delphine Software, constituent ainsi de bons exemples de ce que peut être un jeu vidéo aboutit tant au niveau des graphismes que de la jouabilité avec de plus un scénario et un univers captivants.

Par ailleurs, dans ces premières années du jeu vidéo, une à deux personnes suffisaient pour développer l’intégralité d’un titre. Le milieu est donc constitué d’une multitude d’entités qui, bien entendu, s’inspirent les unes les autres mais n’en sont pas moins fortement individualisées ce qui, lorsque l’on tente faire émerger une certaine homogénéité, complique la tache.

Interroger les acteurs

L’inventaire des jeux vidéo développés en France entre les années 1970 et le milieu des années 1990, a permis de relever un certain nombre de noms. Ces noms sont ceux des individus qui paraissent avoir joué un rôle déterminant dans le paysage vidéoludique français de ces années. Que ce soit par l’importance de leurs productions ou plus indirectement par ce qu’ils ont apporté au développement cette industrie dans sa globalité. Benjamin Barbier a contacté ces personnes afin de susciter des entretiens de nature à permettre de documenter cette période plus précisément. Benjamin Barbier souhaitait également avoir accès aux archives – si toutefois elles existent – de ces acteurs, afin de pouvoir observer les parties généralement non accessibles du développement d’un jeu : l’élaboration des graphismes, l’écriture des scénarii, la «bible» présentant les règles du jeu finalisées… Certains de ces acteurs jouent d’ores et déjà un rôle actif de promotion de leurs productions passées ce qui laissait espérer une réponse favorable de leur part. Bertrand Brocca par exemple, ancien président de Cobrasoft, est régulièrement présent à des rassemblements dédiés au «retrograming» durant lesquels il présente ses productions et met à disposition des passionnés certains documents difficilement trouvables aujourd’hui tels que des boîtes de jeux ou des affiches.

Valoriser les collections vidéoludiques de la BnF

Il semble à première vue que peu de personnes en dehors des milieux spécialisés connaissent l’existence du fonds de jeux vidéo de la BnF. Il s’agit pourtant d’un domaine vaste, touchant de multiples domaines (l’histoire des techniques, l’histoire du divertissement, la culture populaire, l’économie…) mais aussi particulièrement attractif pour le grand public. C’est pourquoi, en abordant cette recherche, Benjamin Barbier avait pensé valoriser ce fonds par le biais d’une exposition permettant de rejouer les plus emblématiques des titres parus lors de la période chronologique qui l’intéressait. Mais la présentation au public de ces collections pose de nombreux problèmes de conservation. Les appareils de lecture autant que les supports risqueraient d’être endommagés par les manipulations prolongées auxquelles une exposition les soumettrait et une exposition au travers d’émulateurs ne serait que partiellement satisfaisante.

Il a donc été proposé à Benjamin Barbier d’organiser un cycle de conférences3 portant sur les débuts du jeu vidéo en France. Ces conférences avaient pour but de retracer, au travers de quelques acteurs clefs interrogés par des universitaires spécialistes du jeu vidéo et de sa culture, les débuts de l’édition vidéoludique française. Il s’est agi de mettre l’accent sur les modalités de développement des jeux vidéo en France dans une période allant des années 1970 au début des années 1990 au travers de l’analyse de quelques titres emblématiques, présents dans les collections du département de l’Audiovisuel. Benjamin Barbier souhaitait également proposer les jeux dont il était question en accès libre pour le public des conférences (avant la conférence proprement dite) afin de permettre à ceux qui ne les connaissent pas ou n’ont jamais pu y jouer de découvrir ces titres et, par la même occasion, de mettre en avant l’expertise technique de la BnF pour la communication des jeux vidéo anciens.

En 2016, le public a ainsi pu entendre :

En décembre 2016, Benjamin Barbier a soutenu sa thèse intitulée Le processus de patrimonialisation des cultures populaires à l’ère numérique : le cas du jeu vidéo. Il est désormais attaché temporaire d’enseignement et de recherche (ATER) à l’Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis.

  1. http://paragraphe.info/index.php/equipes-axes-de-recherche/index-paragraphe []
  2. http://theses.enc.sorbonne.fr/2014/sidre []
  3. http://www.bnf.fr/documents/cp_jeu_video.pdf []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Les Lagides à la Bibliothèque nationale de France : collections du département des Monnaies, médailles et antiques

Octodrachme d’argent frappé à Alexandrie sous le règne de Ptolémée Ier Sôter, 28,05 g. BnF, Luynes 3556. Au droit, tête diadémée de Ptolémée Ier Sôter tournée à droite ; au revers, la légende ΠΤΟΛEMAIOY BAΣΙΛΕΩΣ qui encadre un aigle perché sur un foudre tourné à gauche.

 

De Ptolémée Ier Sôter (323-283 av. J.-C.), ancien général d’Alexandre le Grand, à Cléopâtre VII Théa (51-30 av. J.-C.), reine illustre dont les relations avec le triumvir romain Antoine défraient encore l’imaginaire collectif, la dynastie lagide marqua profondément l’histoire du bassin méditerranéen.

Ptolémée, qui obtint la satrapie d’Égypte suite à la mort d’Alexandre, fonda un royaume qu’il étendit rapidement aux territoires syro-phéniciens, chypriotes et libyens. Le contrôle des cités portuaires du Levant sud ainsi que la possession de l’île de Chypre assuraient aux Lagides la mainmise sur une partie des voies maritimes de l’Est méditerranéen ainsi que de substantielles rentrées fiscales. Les Ptolémées marquèrent leur temps, entre autres, avec la construction de la Grande Bibliothèque d’Alexandrie ou la création des Ptolemaia, fêtes dont la somptueuse procession faisait montre de tant de richesses que Callixène de Rhodes rapporte à son propos :

« Quelle monarchie, compagnons, est-elle devenue à ce point riche en or ? »

Mnaieion d’or frappé à Alexandrie sous le règne de Ptolémée II Philadelphe (vers avant 272-261 av. J.-C.), 27,75 g. BnF, Luynes 3563. Au droit, les bustes géminés de Ptolémée II et Arsinoé II Philadelphe tournés à droite, un bouclier dans le champ gauche ; au revers, les bustes géminés de Ptolémée I Sôter et Bérénice I tournés à droite ; répartie sur les deux faces, la légende ΑΔΕΛΦΩΝ ΘΕΩΝ.

La connaissance de l’histoire de cette dynastie est aujourd’hui enrichie par l’étude de ses émissions monétaires, matériel porteur de nombreuses informations. En effet, les ouvertures et fermetures des ateliers monétaires, leurs rythmes et volumes de production, leurs programmes iconographiques ainsi que les enfouissements de trésors sont autant de témoins de la politique lagide. Au début du IIIe s. av. J.-C., Ptolémée Ier Sôter a fermé le royaume aux monnaies étrangères et instauré un système de change aux frontières, ce qui constituait une véritable spécificité dans le monde hellénistique. Le monnayage lagide se distingue par ailleurs des numéraires contemporains par la quantité de monnaies émises et la place importante donnée à l’or et au bronze.

Triobole de bronze, série 5, frappé à Alexandrie sous Ptolémée IV Philopatôr, 35,29 g. BnF, F 7573. Au droit, la tête de Zeus Ammon tournée à droite ; au revers la légende ΠΤΟΛEMAIOY BAΣΙΛΕΩΣ qui encadre un aigle perché sur un foudre tourné à gauche, une corne d’abondance diadémée dans le champ gauche.

Dans le cadre de mon association à la Bibliothèque nationale de France, deux projets coordonnés par Julien Olivier (chargé des collections de monnaies grecques, BnF) sont menés concomitamment au département des Monnaies, médailles et antiques. Le premier consiste en la publication d’un catalogue de l’importante collection de monnaies lagides conservée à la Bibliothèque nationale de France. Le deuxième projet porte sur une nouvelle étude et publication du trésor de Meydancıkkale, trésor d’une grande valeur scientifique composé de 5 215 monnaies d’argent.

Sylloge Nummorum Graecorum. France 8, département des Monnaies, médailles et antiques. Les Ptolémées, rois d’Égypte

Plateaux de monnaies d’or lagides. BnF, département des Monnaies, médailles et antiques.

Comportant 2 602 monnaies, le fonds lagide du département des Monnaies, médailles et antiques est l’un des plus important à l’échelle mondiale. Julien Olivier, Thomas Faucher (chargé de recherche CNRS, laboratoire IRAMAT) et moi-même œuvrons à la publication de cette collection. Cette démarche s’inscrit dans la ligne des précédentes publications du fonds de monnaies grecques – 10 catalogues ayant été édités entre 1983 et 2015 – ainsi que dans une volonté de valorisation de cette collection face au regain d’intérêt de la communauté scientifique pour la numismatique lagide. En effet, la parution de ce catalogue coïncidera avec celle du premier volume du futur ouvrage de référence, Coins of the Ptolemaic Empire, par Catharine Lorber, avec qui nous collaborons étroitement. Un travail conséquent d’identification et d’inventaire des monnaies conservées à la BnF est mené préalablement à la construction du catalogue proprement dit, qui appartiendra à la série des Sylloge Nummorum Graecorum, placée sous le haut patronage de l’International Numismatic Council et impliquant notamment l’illustration de l’intégralité des monnaies. Cette publication nécessite une standardisation des vocabulaires employés pour les descriptions, laquelle, dans une optique de cohérence, sera appliquée par la suite à l’ensemble du fonds grec. Cette harmonisation sera précieuse dans le cadre de l’enrichissement des notices descriptives des collections du département des Monnaies, médailles et antiques, dont environ un tiers (soit 171 000 monnaies) est à ce jour consultable en ligne grâce à la bibliothèque numérique Gallica. Afin de faciliter la navigation des internautes au sein du fonds lagide, un parcours de médiation sera mis en place.

Le volume s’ouvrira par ailleurs sur une histoire de la collection, rédigée grâce à l’étude des archives du département de la fin du XVIIe siècle à nos jours. Ce travail de dépouillement vise à identifier les grandes étapes de l’enrichissement de la collection ainsi que leurs protagonistes, tout en retraçant l’histoire propre à chaque monnaie, celle qui a conduit à son intégration au sein des médailliers. Les résultats obtenus par l’étude de ces archives seront également présentés sur le blog L’Antiquité à la BnF au cours d’une série d’articles, le premier d’entre eux, consacré à la collection des rois de France [Les monnaies ptolémaïques de la BnF, I. La collection des rois de France (fin XVIIe – fin XVIIIe siècle)], étant déjà paru.

Ainsi, la publication simultanée de la Sylloge Nummorum Graecorum, l’enrichissement des notices en ligne sur le site de Gallica ainsi que l’élaboration d’un parcours de médiation permettront de valoriser et d’ouvrir à différents publics l’ensemble du fonds ptolémaïque, qu’il s’agisse de membres de la communauté scientifique, d’amateurs éclairés, de collectionneurs ou de simples curieux.

Le trésor de Meydancıkkale

Découverte du vase A du trésor de Meydancıkkale.
Illustration extraite de Davesne (A.), Le Rider (G.), Gülnar II. Le trésor de Meydancıkkale (Cilicie Trachée, 1980), Paris, 1989, p. 9.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce trésor monétaire a été découvert le 21 septembre 1980 au cours de fouilles archéologiques menées sur le site de Meydancıkkale, dans l’ancienne province de Cilicie Trachée, en actuelle Turquie. Ce site a été occupé par une garnison lagide à l’occasion de la troisième guerre de Syrie (246-241 av. J.-C.) au cours de laquelle Ptolémée III Évergète reprit aux Séleucides, dynastie rivale, des territoires ciliciens perdus par Ptolémée II Philadelphe lors de la deuxième guerre de Syrie.

Composé de 5 215 monnaies d’argent (découvertes réparties dans trois vases), il s’agit d’un trésor dit mixte, puisque constitué de 3 057 monnaies d’étalon attique et de 2 158 d’étalon lagide. Il comprend au total 2 554 alexandres (au nom d’Alexandre ou de Philippe III), 31 monnaies de Démétrios Poliorcète, 3 tétradrachmes d’Antigone Gonatas, 148 lysimaques, 261 monnaies séleucides, 60 tétradrachmes attalides et 2 158 monnaies ptolémaïques. En raison de la fermeture de l’économie monétaire ptolémaïque, la frontière politique est ainsi matérialisée de manière géographique et monétaire. De tels trésors mixtes sont en général retrouvés sur des positions frontalières, ce qui est le cas de la place forte de Meydancıkkale. Les autorités lagides de la forteresse auraient ainsi voulu cacher le numéraire en leur possession, probablement en raison d’une avancée des troupes séleucides.

Une étude de ce trésor a été publiée en 1989 par Alain Davesne et Georges le Rider. De par sa composition et son contexte d’enfouissement, le trésor de Meydancıkkale est une référence incontournable pour l’étude des émissions monétaires ptolémaïques de la première moitié du IIIe siècle av. J.-C. et de leur circulation. Le très important travail d’identification et de classement réalisé par Alain Davesne pour les monnaies ptolémaïques nécessite une réactualisation, notre connaissance concernant la numismatique lagide ayant depuis considérablement évolué. Une nouvelle étude des monnaies le constituant, appuyée de la diffusion des photographies de la totalité des exemplaires, est donc primordiale. Actuellement conservé au musée de Silifke en Turquie, le matériel est toutefois difficilement accessible aux chercheurs. Néanmoins, les négatifs de l’ensemble des photographies des monnaies du trésor, donnés par Alain Davesne, sont conservés au département des Monnaies, médailles et antiques. Ces documents uniques seront numérisés par la Bibliothèque nationale de France, dans le cadre de sa grande campagne de numérisation entreprise depuis 1990, puis intégrés à la bibliothèque numérique Gallica au sein de laquelle ils seront valorisés par une médiation, afin de toucher un public élargi.

Planche de négatifs du trésor de Meydancıkkale. BnF, département des Monnaies, médailles et antiques.

Julien Olivier et moi-même allons saisir cette chance exceptionnelle de pouvoir étudier et diffuser ce matériel, soit les 5 215 monnaies. Lors de sa publication, l’étude du trésor sera accompagnée des planches photographiques de l’intégralité des monnaies – complétées d’une version numérique – afin de mettre l’ensemble de ce matériel à la disposition de la communauté scientifique.

 

Ces travaux s’inscrivent dans un contexte de renouveau de la numismatique lagide et sont à appréhender dans un cadre pluriannuel. Les publications de la Sylloge Nummorum Graecorum ainsi que du trésor de Meydancıkkale mettront ainsi  à disposition de différents publics de précieux outils de recherche et de découverte.

La constitution des fonds musicaux de la Bibliothèque nationale de France. Histoire des grandes collections musicales. 2e période : 1815 à 1914

Ce projet a pour ambition de mieux comprendre l’origine des collections musicales de la Bibliothèque nationale de France en tentant de reconstituer et d’appréhender ces grands ensembles réunis par un personnage, une institution, ou formés par la production d’un artiste, qui sont parvenus à la Bibliothèque par des voies diverses tels que dons, dépôts, legs, achats en ventes aux enchères, confiscations révolutionnaires, réunions d’institutions. La genèse de ces sources musicales et le chemin qu’elles ont parcouru depuis leur conception jusqu’à leur lieu de conservation ultime pourront en effet éclairer le chercheur et le musicien et leur permettront d’en expliquer les particularités et les variantes.

Manuscrit ayant appartenu à A. Farrenc, http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8538817n

Les archives de la Bibliothèque Royale, de la Bibliothèque Impériale et de la Bibliothèque Nationale (conservées notamment au département des Manuscrits), de la bibliothèque du Conservatoire et celles de l’Académie royale de musique (Bibliothèque-Musée de l’Opéra et Archives nationales), les anciens catalogues mis à la disposition des chercheurs, constituent des ressources importantes pour cette recherche sur les collections musicales de la BnF. De même, les archives conservées à la bibliothèque de l’Arsenal comme celles des Archives nationales peuvent fournir de précieuses informations. Par ailleurs, l’informatisation du fichier général du département de la Musique rend maintenant directement accessibles et exploitables de nombreuses marques de provenance auparavant peu visibles dans les fiches papier, que l’examen des reliures, des filigranes et autres informations figurant sur les documents pourront compléter.

Séminaires

Les travaux sont menés sous forme de séminaires. Ils ont concerné dans un premier temps la période antérieure à 1815, incluant les collections de la Bibliothèque Royale, les débuts de la Bibliothèque Nationale (puis Impériale), la constitution de la Bibliothèque du Conservatoire et le fonds ancien de la Bibliothèque-Musée de l’Opéra ainsi que celui de l’Arsenal. Cette première session s’est déroulée de décembre 2014 à décembre 2015.

Cette année, la deuxième session abordera l’étude de la période qui s’étend de 1815 à 1914. Les séances du séminaire se dérouleront de mars 2017 à février 2018. Les travaux incluront les collections de la Bibliothèque Royale, Impériale et Nationale, de la Bibliothèque du Conservatoire et la constitution de la Bibliothèque-Musée de l’Opéra.

Programme

31 mars 2017 : Collectionner sous l’Empire

Introduction (Mathias Auclair, Laurence Decobert, Denis Herlin, Marie-Gabrielle Soret)
• Charles-Eloi Vial, Alain Pougetoux. Les collections de partitions de l’impératrice Joséphine.
• Catherine Massip. La collection musicale du duc de Massa.

28 avril 2017 : Les prémices de la musicologie : fonds et bibliothèques de musicographes

• Séverine Féron. Les papiers et la bibliothèque de Castil-Blaze à la BnF.
• Benjamin Frouin. La bibliothèque et les notes d’Aristide Farrenc.

16 juin 2017 : Collections publiques vs collection privée

• Marguerite Sablonnière. Les collections musicales entrées par dépôt légal à la Bibliothèque nationale et à la bibliothèque du Conservatoire de Paris au XIXe siècle.
• Coline Oddon. Jean-Baptiste Weckerlin et le folklorisme parisien de la deuxième moitié du XIXe siècle.

22 septembre 2017 : Franchomme et Chopin

• Jean-Jacques Eigeldinger. Présence de Chopin dans (et autour du) fonds Franchomme de la BnF.
• Frédérick Sendra. Les transcriptions des œuvres de Frédéric Chopin par son ami le violoncelliste Auguste-Joseph Franchomme.

13 octobre 2017 : Collectionneurs d’autographes musicaux

• François-Pierre Goy. La collection d’autographes d’Auguste Vincent de la bibliothèque du Conservatoire.
• Cécile Reynaud. La collection d’autographes réunie par Charles Malherbe à l’occasion de l’exposition universelle de 1900, conservée à la Bibliothèque-musée de l’Opéra.

17 novembre 2017 : Fonds de compositeurs

• Peter Bloom. La collection relative à Berlioz rassemblée par Richard Macnutt.
• Michela Niccolai. Le fonds Gustave Charpentier : de la conservation à l’importance patrimoniale.

15 décembre 2017 : Érudits collectionneurs

• Rosalba Agresta. Le fonds et la bibliothèque d’Alexandre Choron.
• Dominique Hausfater. Bottée de Toulmon et la bibliothèque du Conservatoire de Paris.

19 janvier 2018 : À la Bibliothèque-musée de l’Opéra

• Romain Feist. Les papiers de la ballerine Marie Taglioni.
• Jean-Michel Vinciguerra. Le fonds Charles Nuitter.

16 février 2018 : Musique religieuse à la cour et à la ville

• Laurence Decobert, Catherine Vallet-Collot. Le fonds musical de la Chapelle impériale et royale (1802-1830).
• Thomas Vernet. Le fonds Plantade de la bibliothèque du Conservatoire.
• Vincent Rollin. Le fonds de la Madeleine.

Modalités pratiques

Lieu du séminaire : UMR IReMus, 2 rue de Louvois, 75002 Paris
Salle de réunion
14h30-17h30

Ce séminaire est ouvert à tous dans la limite des places disponibles. Si vous souhaitez assister à cette séance, merci de bien vouloir prévenir par courrier électronique.

Enregistrer

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Les collections Rothschild dans les institutions publiques françaises

Développé par l’INHA en partenariat avec le musée du Louvre, la Bibliothèque nationale de France et le Service des musées de France, le programme « Les collections Rothschild dans les institutions publiques françaises » arrive au terme de son activité de recherche et de recensement pour aboutir à la phase de publication de ses résultats qui prend plusieurs formes.

Conduit par Pauline Prevost-Marcilhacy pendant plusieurs années et placé sous la responsabilité de Chantal Georgel, conseillère scientifique à l’INHA, le programme a consisté en une étude globale et approfondie visant à recenser et valoriser l’ensemble des donations faites par les membres de la famille Rothschild aux institutions françaises. Outre le répertoire de toutes les donations de la famille Rothschild entrées dans les institutions publiques françaises de 1873 à nos jours, le programme avait pour but de permettre l’accès à l’ensemble de ces dons grâce à un portail, dont la réalisation a été confiée à l’INHA. Signalons l’engagement et l’action de la famille Rothschild qui, par l’entremise de M. Eric de Rothschild, a contribué financièrement au projet.

S’agissant de la BnF, le corpus des collections issues de la famille Rothschild s’élève à plus de 25 750 documents de toute nature signalés dans les différents catalogues : livres, dessins, gravures, autographes, manuscrits, médailles, auxquels s’ajoutait un quart de collection non signalées, concernant surtout des objets (monnaies provenant de deux legs, ceux d’Adèle de Rothschild (1843-1922), veuve Salomon de Rothschild en 1922 et d’Adélaïde de Rothschild (1853-1935), veuve Edmond de Rothschild en 1934, ainsi que 1722 fers à dorer).

Ainsi, au terme de plusieurs années de recensement, de dépouillements de collections et d’inventaires,  le 24 novembre dernier s’est tenue une rencontre réunissant de nombreux chercheurs impliqués dans le programme.

Dans le même temps paraissait une volumineuse somme en trois importants volumes coédités par le musée du Louvre, la BnF et les éditions d’art Somogy, identifiant environ cent vingt mille oeuvres d’art (oui, 120 000 !) données à plus de deux cents institutions par la famille Rothschild. Cet ouvrage propose ainsi une vision synthétique et inédite des collections rassemblées par les différentes générations de la famille, tout en remettant en perspective chaque don dans un ensemble.

Ces trois volumes consacrés à ce mécénat artistique hors du commun témoignent de la diversité et de la pluralité des goûts et des choix des différents collectionneurs et en offrent un panorama chronologique.

Le sommaire des trois volumes est consultable sur le site internet des éditions Somogy, à l’adresse : http://www.somogy.fr/livre/les-rothschild?ean=9782757202128

rothschild

Pour compléter cette publication imprimée et l’ouvrir au numérique,  un portail Rothschild a été lancé à l’adresse : http://collections.rothschild.inha.fr

portail-rothschildLe site permet d’accéder à plusieurs ressources :

Outre les collections des trois principaux partenaires du projet, la base répertorie également environ 6 000 notices d’œuvres de la Villa Ephrussi de Rothschild de Saint-Jean-Cap-Ferrat et quelque 500 notices se référant à la salle des curiosités de la Fondation Nationale des Arts Graphiques et Plastiques (FNAGP, ancienne Fondation Salomon de Rothschild), 11 rue Berryer dans le 8e arrondissement.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Publication : « Pascal, le cœur et la raison »

pascal_web
Pascal, le cœur et la raison : couverture

Publié à l’occasion de l’exposition « Pascal, le cœur et la raison », présentée par la Bibliothèque nationale de France sur le site François-Mitterrand, Galerie 1, du 8 novembre 2016 au 29 janvier 2017, l’ouvrage au titre éponyme a été dirigé par Jean-Marc Chatelain, directeur de la Réserve des livres rares de la BnF, avec les contributions érudites de Dominique Descotes, Rémi Mathis, Philippe Sellier et Laurent Susini.

Mathématicien, physicien, inventeur, philosophe, moraliste, théologien… : la Bibliothèque nationale de France conserve la plus riche collection des œuvres manuscrites et imprimées de Blaise Pascal, ce penseur hors norme, toujours actuel, et qui échappe à toute tentative de portrait exhaustif. Et c’est à l’occasion d’une exposition d’envergure qui lui est dédiée qu’elle fait paraître cet ouvrage, inspiré des trois ordres pascaliens : ordre des corps, régi par les déterminations de la nature et de la coutume ; ordre de l’esprit, placé sous la juridiction de la raison ; enfin ordre du cœur, qui obéit à la loi de l’amour. Son propos suit un cheminement qui nous fait découvrir le contexte historique (le « corps » de l’histoire) de l’œuvre, puis les deux versants du travail de la raison (l’esprit), jusqu’au moment où cette dernière est confrontée aux questions qui la déconcertent : le vide, le hasard, l’infini ou… la grâce (l’ordre du cœur). L’ensemble fait ainsi (re)surgir les recherches et les écrits, lapidaires, d’une figure majeure de la révolution scientifique du XVIIe siècle, la réflexion sur la logique et l’argumentation d’un maître du discours, dont témoignent les Provinciales, pour enfin aboutir à ce dépassement, accompli par les Pensées : une œuvre majeure, au style d’une étonnante modernité – tout comme l’est la réflexion de son auteur –, mais demeurée inachevée et qui comme tout « portrait » selon Pascal « porte absence et présence ». Le volume abonde en commentaires éclairants sur le parcours intellectuel de cette figure éminente de la pensée et de la culture de notre pays, il donne aussi à voir des documents aussi précieux qu’évocateurs, tel ce feuillet autographe des Pensées où se déchiffre « l’homme [qui] passe infiniment l’homme », ou bien encore l’exemplaire de leur édition originale dans son état le plus ancien connu.

Liste des contributeurs

Outre 190 notices d’oeuvres, l’ouvrage comprend les contributions suivantes :

  • Introduction : Jean-Marc Chatelain
  • Les mondes de Pascal : Rémi Mathis
  • Pascal géomètre : Dominique Descotes
  • Pascal écrivain : Laurent Susini
  • L’introuvable livre des Pensées : du manuscrit autographe aux éditions de Port-Royal : Jean-Marc Chatelain
  • Pascal, prophète existentialiste : Philippe Sellier

Informations pratiques

Description : broché, 192 p., 50 illustrations, 16,5 x 22 cm
Date de parution : 3 novembre 2016
ISBN/EAN : 978-2-7177-2721-0 / 9782717727210
Editeurs : BnF Éditions
Distributeur : Seuil-Volumen
Prix : 39 euros

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Métier d’art : les restaurateurs de la BnF : redonner vie au patrimoine

Garants d’un savoir-faire traditionnel, les restaurateurs de la Bibliothèque nationale de France assurent avec passion la préservation des collections de l’établissement. Ils analysent l’état des œuvres, identifient les altérations puis déterminent, en concertation avec les conservateurs, les traitements appropriés qu’ils effectuent selon les techniques et matériaux d’origine.

Un savoir-faire scientifique assorti d’une sensibilité artistique

Après avoir décrit les dégradations et évalué les différentes solutions techniques envisageables, les restaurateurs réalisent avec patience et minutie une maintenance, une consolidation ou une restauration. Ces diverses interventions correspondent à des traitements qui vont des plus légers (comme le gommage) aux plus techniques (greffes de pièces pour réparer des déchirures de couvrure cuir d’ouvrage ancien), et nécessitent indifféremment quelques heures ou plusieurs semaines de travail méticuleux. À la suite du dépoussiérage d’une pièce, les restaurateurs démontent, consolident le support ou comblent les lacunes avec du papier japon ou un papier similaire à celui d’origine. Selon le résultat souhaité, il est réalisé une restauration décelable mais volontairement ressemblante au support, ou une plus visible mais identifiable et datée. La restauration est ensuite documentée dans un rapport de traitement qui détaille les produits et techniques utilisés.

(c) Guillaume Murat T: +33 6 09 86 37 97 guillaumemurat@gmail.com www.guillaumemurat.com
Patrick Lamotte, chef de travaux d’art au département des Estampes et de la Photographie nettoie une épreuve sur papier albuminée de Durandelle représentant la salle Labrouste en 1866.
(c) Guillaume Murat/BnF

Une organisation entre polyvalence et spécialité

Regroupés en quatorze ateliers répartis sur six sites1, les restaurateurs de la BnF sont rattachés soit à la direction des Services et réseaux (DSR), soit à la direction des Collections (DCO). Les sept ateliers du département de la Conservation (DSR) réalisent de façon polyvalente les restaurations des documents reliés ou en feuilles, manuscrits ou imprimés et des reliures prestigieuses ou courantes. Toutefois chaque restaurateur a son expertise particulière et le chef d’atelier répartit le travail en fonction des compétences de chacun et des calendriers. Compte tenu de leur proximité avec les collections, les sept ateliers des départements de collections développent des spécificités liées aux types de documents (estampes, cartes, plans et objets pour l’atelier du département des Monnaies, médailles et antiques). Depuis plusieurs années, des magasiniers volontaires, formés et accompagnés par des restaurateurs, réalisent certaines petites réparations ou maintenances.

Maria d'Ajuda Santana, restauratrice au département de la Musique nettoie et replace les échantillons de tissus agrafés sur les 21 dessins des maquettes des costumes conçus en 1916 pour l’opéra Madame Sans-Gêne des collections de la Bibliothèque-musée de l’opéra. 
(c) Guillaume Murat/BnF
Maria d’Ajuda Santana, restauratrice au département de la Musique nettoie et replace les échantillons de tissus agrafés sur les 21 dessins des maquettes des costumes conçus en 1916 pour l’opéra Madame Sans-Gêne des collections de la Bibliothèque-musée de l’Opéra. 
(c) Guillaume Murat/BnF

Des restaurations préventives ou curatives

La sélection des documents à restaurer répond à des critères de prévention ou de sauvegarde. Dans la majorité des cas, les restaurateurs suivent le programme annuel de conservation réalisé et coordonné par le département de la Conservation. Celui-ci est établi à partir des besoins transmis par les chefs de service conservation et les responsables conservation des départements de collections concernés. Mais parfois, certaines restaurations curatives – dues à un mauvais conditionnement, un environnement néfaste ou détectées lors d’une communication auprès d’un lecteur – ne sont pas prévisibles et nécessitent alors l’intervention rapide des restaurateurs. Ces derniers s’emploient aussi, avant les campagnes de numérisation, à préparer les fonds afin d’obtenir une meilleure ouvrabilité. Pour les expositions BnF ou hors les murs, ils restaurent les œuvres avant leur présentation et réalisent parfois des systèmes de transport ou de présentation ingénieux, comme les climabox2 pour les portulans. Quel que soit le travail à réaliser, c’est dans le plus grand respect des pièces à traiter que les restaurateurs l’accomplissent.

Christophe Ternant, chef de l'atelier Restauration du service technique du département de la Conservation et Anne-Claire Nault, son adjointe, réencollent une affiche du XIXe siècle. 
(c) Guillaume Murat/BnF
Christophe Ternant, chef de l’atelier Restauration du service technique du département de la Conservation et Anne-Claire Nault, son adjointe, réencollent une affiche du XIXe siècle. 
(c) Guillaume Murat/BnF

Définitions

  • Couvrure : Matière de recouvrement d’un ouvrage préalablement encollé sur les plats et le dos de la couverture d’un livre.
  • Papier japon : Papier de différents grammages utilisés pour consolider, créer des pièces manquantes, doubler des documents en papier, comme des fuseaux de globes par exemple.
Jacques Sicre, chef d'atelier au service Restauration du département de la Conservation, humidifie à la vapeur pour la remise à plat des feuillets froissés du manuscrit de saint Thomas d’Aquin de 1486 des Reliures aragonaises des rois de Naples. (c) Guillaume Murat/BnF
Jacques Sicre, chef d’atelier au service Restauration du département de la Conservation, humidifie à la vapeur pour la remise à plat des feuillets froissés du manuscrit de saint Thomas d’Aquin de 1486 des Reliures aragonaises des rois de Naples. (c) Guillaume Murat/BnF

Interview d’Isabelle Bonnard, Experte en restauration, département de la Conservation

« S’adapter aux méthodes de conservation actuelle »

(c) Guillaume Murat T: +33 6 09 86 37 97 guillaumemurat@gmail.com www.guillaumemurat.com
Isabelle Bonnard. (c) Guillaume Murat/BnF

La formation des restaurateurs et la transmission de leur savoir-faire sont primordiales pour la conservation du patrimoine dont la BnF a la charge. L’objectif des projets, menés en collaboration avec les ateliers, est de conserver le savoir-faire historique de ce métier d’art tout en s’adaptant à l’évolution croissante des restaurations demandées et aux méthodes de conservation actuelle. Ainsi en 2015, les restaurateurs de l’atelier du service Technique ont été formés au traitement des manuscrits à encres ferrogalliques. De même, une filière de consolidation d’ouvrages du département des Manuscrits a été mise en place sur le site de Sablé-sur-Sarthe. L’enjeu actuel pour la Bibliothèque est d’équilibrer au mieux les besoins massifs en traitements rapides de consolidation et la nécessité de restaurer des ouvrages plus en profondeur.

Anne-Florine Gimbert et Isabelle Jullien-Chazal

  1. Hors Maison Jean-Vilar, bibliothèque sise à Avignon rattachée au département des Arts du spectacle de la BnF, url : <http://maisonjeanvilar.org/> []
  2. Boîtes conçues pour garantir un niveau d’humidité constant au document grâce à du silicagel (pour l’humidité) et du charbon actif (pour l’acidité). []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Conserver les traces, enregistrer les luttes : les mémoires de Lionel Soukaz

Lionel Soukaz est un réalisateur français qui oscille entre le cinéma que l’on qualifie par défaut de militant et le cinéma dit expérimental1, peu connu du grand public, mais dont l’oeuvre peut être considérée comme pionnière, eu égard de ses qualités esthétiques, de sa dimension historique et de son volume. Très actif dans les années 70, son cinéma accompagne les mouvements d’émancipation, notamment ceux de la communauté homosexuelle, puis s’éteint, à la fin des “années d’hiver”2, alors que le Sida fait les ravages que l’on connaît. Au début de la décennie 90, Lionel Soukaz se met à la vidéo, format peu coûteux alors en plein essor, et entame un journal-vidéo, qui compte aujourd’hui plus de 2000 heures. Son travail est redécouvert au début des années 2000 par Nicole Brenez qui programme Ixe, son film le plus outrageant à la Cinémathèque française lors de la rétrospective Jeune, dure et pure !.

Jusqu’en 2013, la recherche s’était relativement peu penché sur le travail de Lionel Soukaz, et hormis quelques articles notables et quelques mémoires, il n’y a pas eu de travaux conséquents sur son oeuvre3. En 2013, le Colloque “Eros Militant” organisé par l’Université Paris-8 de Saint-Denis, en partenariat avec la Bibliothèque nationale de France, un an après le début de mon travail de thèse et alors que je n’étais pas encore chercheur associé à la BnF, permît de dresser un état des lieux de la recherche sur cet auteur, d’évaluer l’ampleur du travail encore à accomplir et de rencontrer des perspectives et des problématiques stimulantes4.

Au même moment, Lionel Soukaz déposait à la BnF une partie de son journal-vidéo, Le Journal Annales. Un important chantier a été entamé par Stéphane Gérard : l’indexation et le catalogage de ce fonds vidéographiques afin de le rendre accessible aux chercheurs.

Mémoire, indépendance et politique

Ma thèse s’intitule “Témoigner, émanciper : le cinéma de Lionel Soukaz”. Un titre volontairement large, qui met l’accent sur deux aspects essentiels du sujet : d’une part, une conscience forte des capacités du cinéma à pouvoir construire – ou du moins participer à la construction – une Histoire pour les “sans-histoire”, c’est-à-dire pour les marginaux, les invisibles et les minorités dont l’histoire est écrite et raconter par les dominants. Tout au long de sa carrière, Lionel Soukaz s’est placé aux côtés de ces populations oppressées, avec pour exemple tutélaire, Jean Genet, lui-même pionnier dans le cinéma homosexuel5. De fait, les films de Lionel Soukaz font souvent office de documents historiques, à l’image de La Marche gaie, où, aux côtés de son ami Guy Hocquenghem, il participe à la première marche des homosexuels à Washington, le 14 octobre 1979. D’autre part, Lionel Soukaz fait preuve d’une volonté constante de s’émanciper, c’est-à-dire de se libérer des carcans moraux et des oppressions de tout type, tant économiques que politiques. Aussi pratique-t-il ce que l’on appelle un cinéma “pauvre”6, non par ses qualités artistiques, mais dans ses moyens de production, ce qui à la fois relève de revendications politiques – ne pas dépendre d’un producteur, du système industriel commercial dominant – et a des conséquences esthétiques (qualité de l’image de caméra type Super-8, expérimentations visuelles radicales…).

La recherche s’organise donc autour du fonds vidéographique déposé à la BnF, qui recouvre la production de Lionel Soukaz entre 1991 et 2000, et de deux autres fonds. Le premier est un fonds que nous dirons “numérique” : avec l’avènement d’internet et des outils numériques, Lionel Soukaz a modifié sa pratique de diffusion, autrefois orientée exclusivement vers les festivals et les projections spéciales, pour occuper un espace nouveau au public plus incertain, plus diversifié et qui peut tomber de façon aléatoire sur les travaux du réalisateur. Lionel Soukaz a une pratique intensive d’internet, que ce soit comme source d’inspiration (La Prison de Reines), comme matériau principal (www.webcam), ou comme plateforme de diffusion. En effet, qu’il s’agisse des réseaux sociaux (Facebook) ou des plateformes de partage en ligne comme YouTube et surtout Dailymotion, le cinéaste y trouve un moyen nouveau pour diffuser son oeuvre. Il est donc intéressant de se pencher sur les usages des outils numériques de partage de donnés, et de constater que, loin d’offrir une liberté totale, le net impose de “composer” avec ses propres limites et ses propres systèmes de censure.

Le dernier fonds est composé de documents papiers et de documents iconographiques de différents types (photographies, dessins, peintures). Il est le fruit d’un travail minutieux d’archivage de documents en lien avec les réalisations de Lionel Soukaz, mais aussi avec les festivals et les différentes manifestations organisées ou auxquelles il a participé durant plus de 40 ans. Ce fonds est très hétérogène, ce qui nécessite un travail d’indexation puis de réorganisation, afin de clarifier son ordonnancement et de rendre lisible sa composition. Les documents en présence renseignent beaucoup sur la période 1970-1980, notamment sur la conception des films et sur leur réception. Il est composé de très nombreux programmes de festivals et de document plus personnels (facture, photos de vacances ou de famille). Par ailleurs, de nombreux éléments s’y retrouvent en plusieurs exemplaires, originaux et photocopies. Un tri est donc nécessaire afin de discriminer ce qui doit véritablement constituer le fonds, en fonction de la valeur historique mais aussi de la valeur personnelle des documents.

Ces trois fonds ont de multiples intérêts : le fonds de documents papier renseigne à la fois sur la période “Super-8” de Lionel Soukaz et sur les périodes les plus récentes (jusqu’à aujourd’hui), permettant de saisir l’évolution d’une pratique cinématographique sur le temps long sans perdre de vue l’importance des conjonctures spécifiques dans lesquels elle prend place. Conjointement, les trois fonds mettent en avant l’histoire de la communauté homosexuelle d’avant la dépénalisation jusqu’à nos jours. Un axe spécifique peut être dégagé quant à la lutte contre le Sida, la façon dont elle s’est structurée au sein de la communauté homosexuelle, comment elle s’est déployée, mais aussi quant à la façon dont on vivait avec le Sida dans les années 1990. Un autre axe plus spécifique pourrait être celui du “cercle” Soukazien. Le cinéaste est à la fois une force centrifuge et une force centripète, attirant à lui de nombreuses personnalités et circulant à son tour autour d’autres, dessinant ainsi une “constellation”, à l’image de celle qui entourait l’un de ses proches amis, Guy Hocquenghem7. Plus largement, les fonds peuvent être des sources particulièrement pertinentes pour quiconque travaillerait sur les luttes sociales en France dans la deuxième partie du XXe siècle, et plus particulièrement sur les luttes des minorités ou pour des chercheurs travaillant sur le journal filmé et les formes autoréférentielles.

Mon travail de thèse consiste donc à recouper ces différents fonds et à en proposer une analyse historique et esthétique : comment l’auteur construit une démarche mémorielle afin de construire une histoire alternative, celle d’une frange spécifique d’une communauté, à différents moments du XXe siècle ? Comment se situe-t-il également dans l’espace politique, à la fois partie-prenante de l’action militante et en même temps à l’écart de toute structure partisane ? Enfin, comment construit-il une identité visuelle qui témoigne de ces deux aspects spécifiques de son travail ? En somme, qu’est-ce qui les cimente ?

De l’archive à la vidéo : rendre le Journal visible

La mission qui avait été proposée dans le cadre du contrat de chercheur associé à la Bibliothèque nationale de France, était de préparer le dépôt d’un futur fonds, à savoir celui des archives papiers. L’idée était d’en faire l’inventaire exhaustif afin, voire de créer les fiches de chaque document en vue d’un dépôt à moyen terme. Cette proposition allait dans le sens de la volonté du cinéaste, de protéger et de préserver ces ressources tout en se libérant du poids de leur conservation. Mais cela posait aussi un autre problème, celui de la disponibilité des documents pour Lionel Soukaz, certains éléments étant rares ou dotés d’une forte charge émotionnelle. L’exposition consacrée aux archives de Lionel Soukaz lors du colloque « Eros Militant » en 2013 fut une bonne occasion de se rendre compte de la richesse du fonds et d’entamer un inventaire. Las, organisée dans la hâte, il fut impossible de pratiquer un recensement des biens en présence. Les documents furent brièvement triés et classés par période ou par grande thématique (par film par exemple, par festival ou par personnalité). L’empressement du montage puis du démontage ne permît pas de travailler sereinement sur les documents et à peine plus de 150 documents purent être inventoriés.

Par la suite, les documents restants furent durant une longue période, indisponibles à la consultation. L’accès n’étant plus possible, il n’était alors plus question de procéder à un traitement préalable permettant la constitution du fonds. Avec Alain Carou, responsable du service Image, nous décidâmes de réorienter la mission vers un catalogage actif du fonds vidéographique déposé à la BnF.

De quoi est donc composé ce fonds ? Il se compose de cassettes au format Vidéo 8 ou Hi8. Il y a précisément, pour le moment, 470 Vidéo 8 et 171 Hi8, couvrant la période du 6 avril 1991 au 20 janvier 2001. Cela représente plusieurs centaines d’heures, les cassettes pouvant durer jusqu’à 3 heures pour certaines d’entre-elles. Le travail a été initié par Stéphane Gérard, qui a collaboré étroitement avec Lionel Soukaz afin de déterminer, préalablement les détails du contrat et la visibilité des cassettes. En effet, nous ne pouvons travailler sur l’ensemble des 641 cassettes déposées car certaines sont classées comme étant “Privé”, et ne peuvent être visionnées. Par ailleurs, lorsque nous travaillons à l’inventaire des cassettes qui ne sont pas préalablement jugée comme relevant du “Privé” – c’est-à-dire lors que nous en décrivons le contenu – nous devons estimer, en fonction de critères fournis par l’auteur (présence de certains proches, moments d’intimité douloureux…), si la cassette sera ou non accessible au public.

Méthodologie

L’inventaire du fonds et son catalogage se font le plus simplement du monde : afin de décrire au mieux les contenus de chaque cassette, il faut les visionner dans leur intégralité. C’est le seul moyen que nous ayons également pour savoir comment les discriminer entre “privé” et “public”. En effet, une même cassette ne correspond pas forcément à une date fixe, elle peut couvrir une semaine entière de journal. Aussi, dans cette cassette, l’on peut trouver tout à la fois, une manifestation publique (prenons, par exemple, un festival consacré aux films sur le Sida), de la veille télévisuelle (Lionel Soukaz filmait chaque émission ou reportage de télévision en lien avec les homosexuels ou le Sida) et un moment d’intimité avec un proche.

La question qui s’est posé à nous, face à la masse importante de vidéo à traiter, fut de savoir par où commencer. Une progression chronologique semblait tout indiquée, mais il était évident qu’il fallait d’abord répondre aux besoins précis des chercheurs qui souhaitaient travailler à partir du fonds (Stéphane Gérard, Simon Claude et moi-même, pour le moment). Aussi avons nous commencé en fonction des besoins et des délais. La progression chronologique est relativement récente (2015). À ce jour, 181 vidéos ont d’ores et déjà été décrites, 62 ont été rendues publiques, 47 ont été classés privées – conformément aux souhaits de l’auteur, leurs descriptions ne seront pas publiées dans le catalogue Archives et Manuscrits (http://archivesetmanuscrits.bnf.fr/) -, 70 vont être prochainement rendues accessibles. D’ici à octobre, les 200 premières vidéos (sur 470) auront été discriminées entre public et privé, et 133 vidéos jugées publiques auront été valorisées.

Valorisation

La valorisation du fonds d’archives vidéographiques passe avant tout par la publicisation des vidéos. Cette publicisation requiert beaucoup de temps étant donné le nombre important de bande à visionner. Par ailleurs, les 641 cassettes déposées ne représentent pas la totalité du Journal, puisque la période 2001-2016 n’a pas encore été délivrée à la BnF. Elle nécessitera un traitement équivalent en vue de son catalogage lorsqu’elle sera déposée. Par ailleurs, de nombreuses communication en France et en Grande-Bretagne ces deux dernières années ont permis de faire connaître, si ce n’est le travail de Lionel Soukaz, tout du moins l’existence de ce fonds d’archives et ses intérêts. Deux nouvelles communications sont espérées sur ce sujet d’ici à fin 2017.

Pour ce qui est de la valorisation du fonds de documents papiers, celle-ci passe vraisemblablement d’abord par le travail de thèse. Son exploitation a déjà connu un rebondissement ces derniers mois. Une grande partie des archives m’est à nouveau accessible. Une douzaine de cartons pleins à craquer ! J’ai de ce pas entamé un inventaire. Pour l’heure, la moitié du matériau disponible a été inventorié. Cela représente 104 pages d’index et plus de 1094 documents. Étant donné qu’il reste environ autant de cartons, on peut estimer que ce nombre de pages devrait doubler, même si la nature des pièces dans les autres cartons est différentes. Au vu de ce qui a pu être traité, les documents en présence sont majoritairement des documents liés à la production des oeuvres, qu’il s’agisse de factures, de revues de presse ou de coupures de presse (nous distinguons les deux car Lionel Soukaz a une pratique très particulière de la revue de presse, quasiment artistique), de scénarios et de découpages techniques, de documents commerciaux (affiches, tracts…). Ces documents essentiels pour établir une monographie analytique du cinéma de Lionel Soukaz, constituent le fondement du travail de thèse et viennent enrichir de façon notable la compréhension et l’analyse de ses productions filmiques et vidéographiques.

Ce travail ne pourrait être mené sans les conditions particulières offertes par la Bibliothèque nationale de France à ses chercheurs associés. L’accès au fonds, la possibilité de travailler sur place et d’avoir un suivi et un dialogue avec les personnels de la Bibliothèque sont un atout inestimable.

  1. Il est compliqué de situer Lionel Soukaz à l’intérieur de la catégorie « film militant », étant donné qu’il n’a jamais appartenu à une structure collective politique ou ayant des objectifs politiques. En cela, il contrevient à la définition du militant telle qu’elle est donnée par Guy Hennebelle dans Cinéma Militant (1976) ou par Joris Ivens dans le même ouvrage. De la même manière, le terme expérimental a fait l’objet d’un nombre important de controverses et de débat au sein même des cinéastes rattachés (volontairement ou non) à cette catégorie : cinéma différent, cinéma autre, cinéma underground… Nous renvoyons à la lecture de l’Éloge du cinéma expérimental, de Dominique Noguez (1979). []
  2. Nous reprenons ici le titre d’un ouvrage de Félix Guattari, Les Années d’hiver (1980-1985), Paris, Les Prairies Ordinaires, [1985] 2009. []
  3. Pour les articles, en plus de l’immense travail de Nicole Brenez, citons également les nombreux textes d’Hélène Fleckinger ainsi que les travaux d’Olivier Neveux. Pour les mémoires, citons les travaux de Maïa Etchart, de Yekhan Pinarligil et de Simon Claude. []
  4. Voir le programme du colloque à l’adresse url : <http://www.bnf.fr/documents/programme_soukaz.pdf>. []
  5. Voir son film Un chant d’amour (1950). []
  6. Nous reprenons l’expression à Jean-Louis Comolli, explicitée dans l’entretien accordé à Cédric Mal, « Eloge d’un cinéma pauvre, politique et populaire (Comolli) », Le blog documentaire, 6 février 2013. Disponible en ligne, url : <http://leblogdocumentaire.fr/eloge-dun-cinema-pauvre-politique-et-populaire-avec-jean-louis-comolli/>. []
  7. « La Constellation Hocquenghem », Gai Pied Hebdo, n° 396, 30 novembre 1989, pp. 66-67. []

Journée d’étude : Pascal, le cœur et la raison

aff_pascal_10x15Organisée par Jean-Marc Chatelain (BnF) et Laurent Susini un journée d’étude consacrée à Blaise Pascal se tient à la BnF le 9 décembre 2016 à l’occasion de l’exposition éponyme qui s’y tient du 8 novembre 2016 au 29 janvier 2017.

Programme

9h30 : Accueil et introduction par Laurent Susini, Université Paris-Sorbonne et Jean-Marc Chatelain, BnF

Session présidée par L. Plazenet (U. Paris-Sorbonne)
– 9h45 : Qu’est-ce que les oeuvres scientifiques de Pascal nous apprennent sur la manière dont il conçoit le coeur et la raison ?
Dominique Descotes, Université Blaise-Pascal, Clermont-Ferrand
– 10h25 : Une idole de la vérité, une idole de l’obscurité
Laurent Thirouin, Université Lyon 2

Pause

– 11h20 : Du coeur de l’âme à l’union de volonté
Vincent Carraud, Université Paris-Sorbonne
– 12h : Penser le corps : l’avant-garde pascalienne
Pierre Lyraud, École normale supérieure

Session présidée par P. Sellier (U. Paris-Sorbonne)

– 14h30 : Plaisanterie et dérision en théologie : l’influence des Provinciales
Sylvio de Franceschi, École pratique des hautes études
– 15h10 : Pascal, auteur classique : la révision de Port-Royal
Jean-Robert Armogathe, correspondant de l’Institut, directeur d’études émérite, École pratique des hautes études
– 15h50 : La chronologie des Pensées : une utopie critique ?
Alberto Frigo, Centre national de la recherche scientifique
– 16h45 : visite commentée de l’exposition Pascal, le coeur et la raison par Jean-Marc Chatelain, commissaire de l’exposition

Informations pratiques

9 décembre 2016
Bibliothèque nationale de France , site François-Mitterrand, Petit Auditorium

Avec le soutien de la Société d’Étude du XVIIe siècle.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Exposition « Un photographe au musée : regards de Serge Oboukhoff sur les collections du Cabinet des Médailles de la BnF »

251c
Stamnos « Dispute du trépied »© Serge Oboukhoff © BnF / CNRS – MAE

Dans le cadre du programme de recherche Corpus numérique des objets archéologiques à iconographie mythologique du département des Monnaies, médailles et antiques de la BnF financé par le Labex Les Passés dans le présent, la Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès organise une exposition de photographies présentant plusieurs aspects du travail réalisé par Serge Oboukhoff à partir d’une sélection d’objets antiques du département des Monnaies, médailles et antiques de la BnF ornés d’images mythologiques.

Les photographies réalisées par Serge Oboukhoff visent à alimenter le catalogue des Médailles et Antiques de la Bibliothèque nationale de France : http://medaillesetantiques.bnf.fr/  ((Rechercher avec le critère : Oboukhoff et/ou attique)) et le site français du Lexicon Iconographicum Mythologiae Classicae (LIMC-France) : http://www.limc-france.fr/presentation

A titre d’exemple, nous renvoyons vers les vues d’une statuette du « trésor de Chalon » réalisées par le photographe et diffusées sur le site du LIMC (http://www.limc-france.fr/objet/14220), le catalogue Médailles et antiques de la BnF (http://medaillesetantiques.bnf.fr/ark:/12148/c33gbgkp2) mais aussi sur le site du Recueil d’antiquités du Comte de Caylus (http://caylus-recueil.huma-num.fr/base/index.php?r=recueil/oeuvre/detail&id=2798) qui met en relation la description actuelle avec celle de Comte de Caylus telle que publiée dans son Recueil d’antiquités égyptiennes, étrusques, grecques et romaines en 1767.

Pour ce qui et du programme en cours, de 2012 à 2014 plus de 8700 photographies ont été prises, ventilées ainsi :
– 3410 photographies de bronzes,
– 1939 photographies de vases grecs,
– 3108 photographies de pierres gravée,
– 312 photographies de bijoux.

La campagne photographique s’est poursuivie en 2015 avec également un projet d’expositions virtuelles à venir.

Information pratiques

Décembre 2016 – janvier 2017
Hall de la Maison Archéologie et Ethnologie, René-Ginouvès
Université Paris Ouest Nanterre la Défense
21, allée de l’Université
92023 NANTERRE Cedex
Inauguration le 8 décembre 2016 à 12h30
Affiche de l’exposition
Plan d’accès

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Le Web des années 1990 : 20 ans d’Internet Archive et 10 ans du Dépôt légal du Web en France

compo-parcours14La fondation Internet Archive, pionnière dans l’archivage du Web, fête en 2016 ses vingt ans, tandis qu’en France le dépôt légal du Web célèbre ses dix ans. Si l’archivage du Web est donc jeune, le World Wide Web l’est aussi : c’est en effet seulement cinq années après sa naissance que le souci d’archiver la Toile commence à prendre forme.

Développé au tournant de la décennie 1980-1990 au Cern, organisation européenne de recherche nucléaire située à la frontière franco-suisse, ce système fondé notamment sur l’hypertexte bénéficie de sa mise à disposition gratuite, mais aussi du développement des navigateurs, notamment le navigateur graphique Mosaic, lancé par Marc Andreessen et ses collègues de l’université d’Illinois en 1993. Le succès est au rendez-vous et, avec le Web, Internet commence à gagner le grand public. Cantonné jusque-là au milieu scientifique qui partageait la puissance de calcul des ordinateurs, échangeait des courriers électroniques ou effectuait du transfert de fichiers dès les années 1970, ou encore utilisé par les premiers adoptants des communications en réseau, Internet pénètre dans les foyers, grâce également à l’équipement croissant en informatique personnelle.

Aussi, quand l’Américain Brewster Kahle lance en 1996 ce projet un peu fou d’archiver la Toile mondiale au sein de la fondation Internet Archive, le Web a commencé sa diffusion. Toutefois l’offre de contenus en ligne est encore restreinte.

Si aujourd’hui Internet Archive peut s’enorgueillir de conserver 487 milliards de pages, son effort a été rejoint notamment par celui de bibliothèques nationales. Il y a dix ans, au sein d’un mouvement européen de plus en plus préoccupé par la conservation de ce patrimoine nativement numérique, reconnu par une charte de l’Unesco de 2003, la France se lançait officiellement à son tour. Dès le début des années 2000 elle s’est penchée sur la question, mais c’est en 2006, au sein de la loi DADVSI (loi relative au droit d’auteur et aux droits voisins dans la société de l’information), que la Bibliothèque nationale de France (BnF) et l’Institut national de l’audiovisuel (Ina) se voient officiellement confier la mission de préserver et conserver le Web « français » au titre du dépôt légal : à l’Ina revient l’archivage des sites et contenus médiatiques liés au monde de l’audiovisuel, le reste est confié à la BnF.

Bien sûr il ne s’agit pas d’un archivage exhaustif : les captures des sites sont plus ou moins profondes, parfois qu’à un ou deux clics de profondeur. En outre à des collectes très régulières (les sites de presse sont par exemple archivés quotidiennement par la BnF), répondent des collectes plus ponctuelles, « collectes dites larges » qui, à la BnF, concernent en 2016 une fois par an quatre millions et demi de sites enregistrés en France ou produits par des Français.

Consultables aujourd’hui à la Bibliothèque nationale de France mais aussi dans plusieurs bibliothèques en région, les archives du Web de la BnF et de l’Ina gardent les traces de nos activités en ligne dans des domaines variés – personnels, professionnels, politiques, sociaux, économiques. Déjà le monde académique s’en empare, à l’instar de notre équipe de recherche, Web90, qui travaille à analyser le patrimoine, les mémoires et l’histoire du Web des années 1990 en France.

Les archives des années 1990 : des archives du Web comme les autres ?

Les archives que ce parcours a l’ambition de présenter – invitant l’internaute à parcourir une petite partie de l’histoire du Web en France dans les années 1990, partagent plusieurs particularités.

Rappelons tout d’abord que cette collection de la Bibliothèque nationale de France est constituée de fonds qui proviennent non pas d’un archivage « maison », mais d’une partie des extractions de données collectées par Internet Archive entre 1996 à 2000, dont le nombre et la qualité vont croissants au fur et à mesure que l’on s’approche de la fin de la décennie (sur les 17 300 domaines collectés de 1996 à 2000 que contiennent les archives de la BnF, 67 % des URL l’ont été en 2000).

Les captures ne sont pas régulières et certains sites français ont pu y échapper. Surtout, en raison notamment de limites techniques des outils de collecte, les archives du Web sont un univers de sources pléthoriques, mais aussi lacunaires. La collecte des archives est rarement très profonde, le chercheur se heurte à des pages non archivées, à des images manquantes et à des liens brisés. Des bizarreries apparaissent parfois au fil des pages (contenus liés l’un à l’autre qui ont pourtant plusieurs mois d’écart, sauts ou anomalies chronologiques, etc.) : si l’entrée dans la boîte noire des archives du Web permet en partie d’expliquer ces reconstructions, ouvrir celle-ci permet aussi de mieux comprendre ce qu’est le patrimoine nativement numérique et apporte des outils pour l’exploiter. Ainsi notre recherche a bénéficié, dans le cadre du projet Web Corpus 2016, de l’expérimentation du plein texte par la BnF dans le fonds. Avant, le chercheur devait connaître l’URL du site pour accéder à ces archives, ce qui impliquait de savoir précisément ce qu’il cherchait, d’avoir une idée précise du paysage global de la Toile et enfin de maîtriser les noms de domaine des sites – pour certains disparus et ayant pour d’autres changé, à l’instar du site france.diplomatie.fr devenu diplomatie.gouv.fr.

Nostalgie et spécificités du Web des années 1990

« C’était l’époque d’Internet de l’époque » chantait en 2015 le youtubeur Norman dans une vidéo devenue virale sur la Toile, évoquant les « connexions pourries », la lenteur du chargement des pages, mais aussi les sites populaires au cours de ces années – Lycos, Caramail, voila.fr ou Netscape par exemple.

Le Web des années 1990 – antérieur au tournant dit « 2.0 », qui verra se développer les blogs, Wikipedia ou encore les invitations à une participation plus soutenue des internautes, simplifiée aussi par les CMS (Content Management Systems) – est paré de caractéristiques, qualités et spécificités qui inspirent le regret et la nostalgie à certains pionniers : celle d’un club encore fermé et impliquant une certaine maîtrise technique pour produire des pages. Perçu comme un temps d’inventivité, c’est également le moment où foisonnent gifs et bandeaux « En construction » et où les pages personnelles côtoient les sites vitrines d’institutions et d’entreprises. Souvent encore peu interactifs, ces derniers se veulent informatifs ou occupent juste l’espace, enchaînant parfois les maladresses de débutants (informations non mises à jour, compteurs de visites affichant une fréquentation très faible, surcharge informative, architecture confuse, etc.). C’est aussi un design typique des années 1990 qui se révèle au fil des pages, moins formaté et standardisé qu’aujourd’hui, avec son goût des visuels tape-à-l’œil qui trouvera son plein épanouissement dans le succès de la technologie Flash au moment de la pré-bulle Internet.

Au-delà du folklore de ce Web conservé dans les pages personnelles, la Toile des années 1990 présente plusieurs caractéristiques qu’il convient d’avoir à l’esprit pour pleinement en apprécier les archives : il faudrait tout d’abord pouvoir imaginer la page en contexte, c’est-à-dire au sein d’une interface qui fut sienne et des navigateurs de l’époque (Mosaic, Netscape Navigator 3.04, Internet Explorer 4.0…). La typographie de certains sites, leur affichage en seraient différents. De même pour le terminal ou les interfaces : à l’époque vous auriez sûrement utilisé Windows 95 ou Mac OS 8 (1997). Mais il faut aussi penser un Internet plus lent, aux débits bien inférieurs à ceux d’aujourd’hui (l’ADSL ne se développe en France qu’à partir de 1999). Si le bruit du modem, les difficultés de connexions et celles de repérage dans la Toile sont une réalité des années 1990, elles s’atténuent à la fin de la décennie, tout en nous rappelant aussi que ces années sont celles des cybercafés, de la consultation limitée à quelques heures (les forfaits illimités n’apparaissent que progressivement) et de tout un apprentissage, qui passe par le Web, mais aussi par d’autres supports : presse généraliste et spécialisée (Internet Actu, Planète Internet, etc.), émissions dédiées (Cyber Flash sur Canal + ou J’m’en mail sur France 5), ou encore distribution de kits de connexion dans les grandes surfaces.

C’est aussi une période d’euphorie, qui précède l’éclatement de la bulle Internet au début des années 2000. Certains s’enflamment pour les promesses de la « Net Économie » ou de la « Nouvelle Économie », les start-ups et les stock options, alors que les médias s’émerveillent des succès rapides de quelques jeunes entrepreneurs. Tandis que l’entrée en bourse de Netscape marque au milieu des années 1990 les esprits de ceux qui font résolument l’apprentissage du Web mais aussi du commerce et de la communication en ligne, le monde professionnel s’adapte avec plus ou moins de facilité et d’inspiration à ce monde numérique en plein essor. Le discours d’Al Gore de 1993 sur les « autoroutes de l’information » est relayé rapidement en Europe et donne lieu à des réflexions au sein de la commission européenne et en France (rapport de Gérard Théry en 1995) sur les promesses attendues de ces nouveaux vecteurs puis, au début de la décennie 2000, d’une société de l’information. Mais déjà certains s’inquiètent des menaces qui pèsent sur la liberté dans laquelle se sont épanouis Internet et le Web à leurs débuts. Ce qui n’était qu’affaire d’« happy few » devient un média investi par une diversité d’acteurs et le vecteur d’ambitions et d’enjeux dont, aux côtés des entreprises, s’emparent également les politiques. À cet égard notre parcours des années 1990 en France peut être prolongé jusqu’en 2001, avec la création du Forum des droits sur Internet et les craintes que fait peser la loi LSQ (Loi sur la sécurité quotidienne).

Le contexte français

La France n’échappe ni à cette euphorie, ni à la vague de rapports commandés par le gouvernement et dédiés à Internet. Elle présente toutefois quelques spécificités au sein de l’Europe: on lui attribue tout d’abord un retard, qui désigne le Minitel comme coupable. La célèbre petite boîte beige distribuée aux Français dans les années 1980, ne voit son succès que progressivement reculer au cours de la seconde moitié de la décennie 1990. Elle a été à la fois le support et l’outil d’une première adaptation des Français aux dispositifs écran/clavier et aux services en ligne. Par sa sécurité, sa simplicité d’usage et son modèle économique stabilisé – contrairement à celui du Web, elle reste utilisée et appréciée, notamment de la part de certains fournisseurs de services.

De 100 000 en 1995, l’accès à Internet passe à 150 000 accès domestiques et 395 000 accès professionnels en 1996 et à 381 000 accès domestiques et 621 000 accès professionnels en 1997. C’est le moment du décollage en France des noms de domaine, mais Reuter estime toutefois en 1997 le nombre de sites français à seulement 21 367 contre 825 385 aux États-Unis. Si certains prennent le virage numérique avec enthousiasme et si la naissance de l’Internet Society ou encore de l’Association des utilisateurs d’Internet (AUI) réunit plusieurs de ces pionniers français, c’est seulement en 1997 à l’université de la communication d’Hourtin que le premier ministre, Lionel Jospin, se prononce avec vigueur en faveur de l’Internet et du Web. Cette prise de position aboutit l’année suivante au lancement du PAGSI – Programme d’action gouvernemental pour la société de l’information, qui définit six secteurs prioritaires parmi lesquels la culture, l’éducation ou les services publics.

Il s’agit de stimuler le Web en France, il s’agira aussi bientôt de stimuler un Web francophone. C’est d’ailleurs sur cette thématique que communique un certain nombre d’acteurs de la Toile comme Club-Internet.

Bien que le Web semble s’abstraire des frontières, il n’est toutefois pas possible de faire abstraction des réalités nationales et parfois locales. Aussi ce parcours se penche également sur des initiatives telles celles prises à Parthenay ou Issy-les-Moulineaux pour acculturer les citoyens et administrés aux possibilités du numérique, sur les politiques françaises, ou encore sur des espaces de consultation.

De spécificités il est aussi question dans les débats qui agitent la Toile des années 1990. L’affaire Monica Lewinski fortement médiatisée sur les réseaux a un célèbre prédécesseur par sa viralité en l’affaire française Gubler (il s’agit de la mise en ligne par un patron de cybercafé de Besançon du livre interdit en librairie que le médecin personnel de François Mitterrand, Claude Gubler, consacre au président décédé en 1996). Les discussions des acteurs français autour de la régulation d’Internet et de la Toile suivent des formes de protestation, rythmes et débats propres. De même les univers médiatiques développés sur la Toile, s’ils peuvent emprunter ou être directement liés à des modèles étrangers (voir les offres d’Infonie sur le modèle d’AOL ou Compuserve, le développement de Google à la fin de notre période, etc.) conservent aussi les traces de tentatives spécifiques d’innovation.

Une invitation à naviguer dans la Toile du passé

Décliné en onze thèmes invitant chacun à la découverte d’une douzaine de sites, ce parcours, s’il n’a pas vocation à l’exhaustivité et a dû renoncer à présenter certains sites dont les archives étaient trop lacunaires ou tout simplement absentes, a veillé à essayer de présenter le Web des années 1990 dans sa diversité : services publics sur la Toile, Internet commercial et espaces marchands, Web dit vernaculaire reflétant des productions des internautes via les pages personnelles, espaces militants, etc. Il a aussi cherché à problématiser ces entrées en fonction de traits saillants et souvent transversaux : approche par les architectures et le design des sites ; apprentissage du Web par les acteurs d’innovation puis par les internautes, dont témoignent les modes d’emploi et la pédagogie du Web qui se déploie sur celui-ci ; Internet et la Toile comme espace de débat et en débat. Pensant les producteurs de sites comme les utilisateurs, les pionniers et premiers adoptants comme les « newbies » (terme utilisé pour désigner les nouveaux arrivants, néophytes un peu perdus et maladroits) ce parcours se penche aussi sur les premières associations et institutions dédiées à l’Internet en France, sur la genèse des fournisseurs d’accès à Internet et des premiers hébergeurs de contenus, sur les intermédiaires. Il n’oublie pas les enjeux qui traversent la décennie : réaction du « monde du papier » et de la culture à l’arrivée de la Toile ; héritages médiatiques et télématiques ; terrain de créativité, de liberté d’expression mais aussi de tentatives de régulation et d’une gouvernance en gestation. Enfin la Toile, si elle nous parle souvent d’elle-même, est aussi le reflet d’une époque et nous parle des années 1990 et des événements qui les ont parcourues. Aussi nous vous invitons à embarquer pour une (re)découverte de ce Web du passé mais aussi des années 1990 …

Archive ouvre-toi !

Stéphanie Le Gallic, Louise Merzeau, Camille Paloque-Berges, Valérie Schafer et Benjamin Thierry pour l’équipe Web90

Quelques références bibliographiques pour aller plus loin

  • Ankerson, M.S. (2015), « Read/Write the Digital Archive: Strategies for Historical Web Research », In E. Hargittai, C. Sandvig (eds.), Digital Research Confidential. The Secrets of Studying Behavior Online, Cambridge, MA : The MIT Press.
  • Aubry, S. (2010), « Introducing Web Archives as a New Library Service : the Experience of the National Library of France », Liber Quarterly, 20(2), p. 179-199. Disponible en ligne, url : <https://hal-bnf.archives-ouvertes.fr/hal-00949993>.
  • Brügger, N. (2012), « Web History and the Web as a Historical Source », Zeithistorische Forschungen/Studies in Contemporary History, 9, p. 316-325. Disponible en ligne, url : <http://www.zeithistorische-forschungen.de/2-2012/id%3D4426>.
  • Cohen, E., Verlaine, J. (2013), « Le dépôt légal de l’internet français à la Bibliothèque nationale de France », Sociétés & Représentations, 1(35), p. 209-218.
  • Merzeau, L. (2012), « Faire mémoire des traces numériques. e-dossiers de l’audiovisuel « Sciences humaines et sociales et patrimoine numérique » », Ina expert. Disponible en ligne, url : <http://www.ina-expert.com/e-dossier-de-l-audiovisuel-sciences-humaines-et-sociales-et-patrimoine-numerique/faire-memoire-des-traces-numeriques.html>.
  • Merzeau, L. (2014), « Vers un Web temporel. Talk at the IIPC General Assembly. Disponible en ligne, url : <http://merzeau.net/vers-un-web-temporel/>.
  • Mussou, C. (2012), « Et le Web devint archive : enjeux et défis », Le Temps des médias, 2(19), p. 259-266.
  • Paloque-Berges, C. (2015), « L’imaginaire du « grand public » au tournant du Web (1993-1997) », Revue française des sciences de l’information et de la communication. Disponible en ligne, url : <http://rfsic.revues.org/1478>.
  • Paloque-Berges, C., Schafer, V. (2015), « Quand la communication devient patrimoine », Hermès, no 71, 2015, p. 255-262.
  • Schafer, V., Thierry, B. (2015), « L’ogre et la Toile. Le rendez-vous de l’histoire et des archives du Web », Socio 4, p. 75-96.
  • Schafer, V., Musiani, F. et Borelli, M. (2016), « Negotiating  the Web of the Past », French Journal for Media Research, no 6, La toile négociée / Negotiating the Web. Disponible en ligne, url : <http://frenchjournalformediaresearch.com/lodel/index.php?id=952>.
  • Unesco. (2003), Charte sur la conservation du patrimoine numérique. Disponible en ligne, url : <http://portal.unesco.org/fr/ev.php-URL_ID=17721&URL_DO=DO_TOPIC&URL_SECTION=201.html>.

Remerciements

Ce parcours guidé n’aurait pas été possible sans le soutien, les fonds d’archives et le projet Corpus Web 2016 de la BnF. Nous remercions ici l’institution et, comme celle-ci ne peut exister sans les personnes qui la font vivre, nous remercions plus particulièrement l’équipe du dépôt légal numérique, en particulier Marie Chouleur, Annick Le Follic, Géraldine Camile, Sara Aubry, Peter Stirling, ainsi qu’Emmanuelle Bermès et tous ceux qui ont rendu possible cette idée et sa réalisation, notamment dans les coulisses techniques. Nous remercions également Pauline Mardoc, assistante de recherche à la BnF au cours de la réalisation de ce parcours, qui nous a aidés avec énergie et enthousiasme. Enfin le soutien de l’Agence Nationale de la Recherche (ANR) au projet Web90 (ANR-14-CE29-0012-01)1 nous a permis de lancer en 2014 la recherche qui trouve dans ce parcours guidé une valorisation à destination d’un public large, mais répond aussi à une ambition : celle de donner envie à ceux qui le découvriront de poursuivre leur navigation sans nous. L’archivage du Web ouvre des possibilités de recherche encore insuffisamment connues et passionnantes. Ceux qui s’aventurent dans cet océan de données y affrontent des questions scientifiques, méthodologiques, épistémologiques stimulantes et qui dépassent de loin la seule histoire du Web.

  1. Carnet de recherche du programme : <https://web90.hypotheses.org/> []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Les projections de vues sur verre à la Société de géographie (1875-1914)

Du 16 au 18 mars dernier, se tenait au Collège doctoral européen de Strasbourg, le colloque « Plaques photographiques, fabrication et diffusion du savoir » organisée par l’Université de Strasbourg.

La manifestation s’intéressait aux plaques photographiques utilisées pour l’enseignement et/ou la recherche dans le cadre scolaire, les universités et autres instituts spécialisés. Par-delà le repérage et l’inventaire des collections de plaques de verre, il paraît en effet important de comprendre l’usage qui en était fait, ces collections devenant les témoins privilégiés de l’histoire de l’enseignement universitaire autant que de la recherche. Les plaques de verre ont en effet été utilisées par une grande variété de disciplines au tournant des XIXe et XXe siècles. Ces objets s’avèrent donc particulièrement représentatifs d’un moment clef pour l’histoire des sciences et de leur enseignement académique. L’enseignement par l’image autant que l’image comme outil scientifique s’impose alors à des disciplines qui jusque-là n’y recourraient pas systématiquement.

A cette occasion, Olivier Loiseaux, Chef du service acquisitions et collections géographiques du département des Cartes et plans de la BnF, est intervenu pour évoquer Les projections de vues sur verre à la Société de géographie (1875-1914).

Son intervention a fait l’objet d’une captation vidéo publiée sur la chaîne Canal C2 de l’Université de Strasbourg (http://www.canalc2.tv/video/13812) ainsi que sur la chaîne Canal U, de la Fondation Maison des sciences de l’homme :

Contrairement à ce que l’on pourrait naturellement penser en imaginant que les collections photographiques de la Bibliothèque nationale de France sont conservées au département des Estampes et de la photographie, des trésors photographiques sont répartis dans d’autres départements dont celui des Cartes et plans qui abrite les plaques de verre de la Société de géographie. Ces dernières ont déjà fait l’objet d’opérations de valorisation comme par exemple au cours de l’exposition présentée à l’automne 2007 à la Galerie de photographie de la BnF1 et dont une version en ligne reste consultable :  Trésors photographiques de la Société de géographie, Paris : Bibliothèque nationale de France, [2007]. Disponible en ligne, url : <http://expositions.bnf.fr/socgeo/>.

Le site de la Société de géographie décrit le Fonds photographique riche de près de 100 000 épreuves sur papier et de quelque 43 000 plaques de verre qu’elle a confié à la BnF à l’adresse url : <http://www.socgeo.org/bibliotheque/fonds-photographique/>.


Image de Une : Yucatan [Lacandons]. 27, Statue de Tlaloc. Chichen / [mission] Charnay ; [photogr.] Charnay ; [photogr. reprod. par Molténi pour la conférence donnée par] Charnay. Disponible sur Gallica, url : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b5965161w>.

  1. Olivier Loiseaux (dir.), Trésors photographiques de la Société de géographie,>[Paris] : Bibliothèque nationale de France : Glénat, 2006, 239 p. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Il était une fois dans le web. 20 ans d’archives de l’internet en France

dlweb_interieur_serveur
Intérieur de serveur de collecte © David Paul Carr/BnF

Les archives de l’internet français fêtent cette année leurs 20 ans, et la loi sur le dépôt légal du web ses 10 ans. Le colloque « Il était une fois dans le web, 20 ans d’archives de l’internet en France », organisé par la Bibliothèque nationale de France et l’Institut national de l’audiovisuel avec le concours de l’équipe du projet ANR Web90, se tiendra le 23 novembre 2016. Il retracera l’histoire de la préservation de ce patrimoine singulier.

Argumentaire

En 2016, la Bibliothèque nationale de France et l’Institut national de l’audiovisuel célébreront les 20 ans des archives de l’internet français, et les 10 ans de la loi sur le dépôt légal du web, mission en partage entre ces deux institutions.

Dans ce cadre, une manifestation scientifique intitulée « Il était une fois dans le web, 20 ans d’archives de l’internet en France », organisée avec le concours de l’équipe du projet ANR Web90, partenaire du projet CORPUS, se tiendra le 23 novembre 2016.

Cette journée, animée par le journaliste Thibault Henneton, sera l’occasion de remonter aux origines de l’activité d’archivage du web.

Elle prendra la forme d’interventions et de tables rondes qui réuniront des acteurs du web, témoins ou déposants, des chercheurs usagers des archives de l’internet ou spécialistes de domaines en relation (droit appliqué au numérique, méthodes quantitatives et cartographiques) et des praticiens de l’archivage du web.

Les organisateurs entendent, au travers de cette manifestation, faire dialoguer des chercheurs issus de plusieurs disciplines et champs de la recherche avec des professionnels, et encourager l’émergence d’une communauté scientifique française autour des archives de l’internet.

petabox
Les Petabox, baies de stockage sur disque © BnF

Programme

23 novembre matin

Événement INA-BnF – Petit Auditorium

  • 9h15-9h35 Mot d’introduction
  • 9h35-10h00 Regards croisés sur les outils d’accès à la BnF et à l’INA : Zeynep PEHLIVAN, ingénieure de recherche (INA), Peter STIRLING, chargé de collections numériques, responsable des services aux publics (BnF)
  • 10h00-10h25 L’expérience des « ateliers DLWeb » de l’INA : Louise MERZEAU, enseignante-chercheuse (Univ. Paris-Ouest / Web90), Claude MUSSOU, responsable de l’Inathèque (INA)

10h25-11h15 Table-ronde : Les archives de l’internet comme sources : méthodes et représentations

  • Valérie BEAUDOUIN, enseignante-chercheuse (Télécom-ParisTech / Labex Les passés dans le présent),
  • Sophie GEBEIL, enseignante-chercheuse (Univ. Aix-Marseille),
  • Francesca MUSIANI, enseignante-chercheuse (ISCC / Web90), Valérie SCHAFER, enseignante-chercheuse (ISCC / Web90),
  • Marie-Luce VIAUD, cheffe de projet recherche et développement (INA),
  • Dana DIMINESCU, enseignante-chercheuse (Télécom-ParisTech)

11h15-11h45 : Pause-café dans le foyer de l’auditorium

11h45-12h10 L’adoption de la loi DADVSI et les enjeux juridiques contemporains Jean-Baptiste SOUFRON (Sciences Po), Geneviève PIEJUT (INA)

12h10-13h00 Table ronde : Archives de l’internet et territoires

  • Fabienne GREFFET, enseignante-chercheuse (IRENEE / PACTE),
  • David LESVENAN président de l’association www.bzh,
  • Frédéric-David MARTIN, adjoint à la directrice du département de la coopération (BnF),
  • Jérôme SCHWEITZER, responsable du pôle d’excellence « Alsatiques » (BNU),
  • Marta SEVERO, enseignante-chercheuse (Univ. Lille 3),
  • Anne PAVIS ou Corinne GAUTHIER (INA)

23 novembre après-midi

Événement INA-BnF

  • 14h15-14h40  La reconnaissance du patrimoine nativement numérique Eric GUICHARD, enseignant-chercheur (ENSSIB), Camille PALOQUE-BERGES, ingénieure de recherche (CNAM/ Web90)

14h40-15h20 Table ronde : L’émergence de nouveaux objets sur internet

  • Ariane BOUCHARD, adjointe à la responsable du dépôt légal des livres numériques (BnF),
  • Louise FAUDUET, cheffe du service multimédias et coordinatrice DLWeb pour le département de l’audiovisuel (BnF), Jérôme THIEVRE, ingénieur et chef de projet recherche et développement (INA),
  • Philippe MEZZASALMA, chef du service presse (BnF)

15h20-16h00 Table ronde : Archivage du web, le temps des expérimentations en France

  • Sara AUBRY, experte fonctionnelle (BnF),
  • Bruno BACHIMONT, directeur scientifique (INA),
  • Thomas DRUGEON, responsable du dépôt légal du web (INA),
  • Julien MASANES, président de l’Internet Memory Foundation

16h00-16h30 : Pause-café dans le foyer de l’auditorium

  • 16h30-16h55 La création du .fr Loïc DAMILAVILLE, directeur général adjoint de l’AFNIC

16h55-17h45 Table ronde : Éditeurs et sites web

  • Roei AMIT, directeur chargé du numérique (RMN / Culture CLIC),
  • Isabelle AVELINE, fondatrice du site zazieweb.com,
  • Alexandre GEFEN, fondateur du site fabula.org  (OBVIL),
  • Hervé LE CROSNIER, enseignant-chercheur (Univ. Caen / Web90),
  • Boris RAZON, directeur des rédactions de slate.fr – Sous réserve

17h45-18h10 Les 20 ans d’Internet Archive Brewster KALHE, président-fondateur d’Internet Archive – Sous réserve

18h20-18h30 Mot de conclusion

  • Emmanuelle BERMES, adjointe au directeur des services et des réseaux (BnF),
  • Agnès MAGNIEN, directrice déléguée aux collections (INA),
  • Eléonore ALQUIER, chargée de mission auprès de la directrice déléguée aux collections (INA)

Inscription

Entrée libre dans la limite des places disponibles. L’inscription, obligatoire, s’effectue à l’adresse ci-dessous :

https://www.eventbrite.fr/e/billets-il-etait-une-fois-dans-le-web-26558559366

La rencontre sera à suivre sur les comptes twitter @DLWebBnF @Inadlweb et sur le hashtag #20ansDLWeb

Accès

La manifestation aura lieu à la Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand, Quai François Mauriac, 75013 Paris.

Pour y accéder :

• Par le métro : ligne 14 (station Bibliothèque François Mitterrand). La ligne 14 passe par la station Châtelet pour rejoindre le RER B vers l’aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle ainsi que par la station Gare de Lyon pour rejoindre le service de bus d’Air France vers l’aéroport.

• Par bus : lignes 89, 62, 64, 132, 325.

• En taxi, à proximité de la BnF : Taxi G7, rue Emile Durkheim (tel: 01 47 39 47 39)

Plan d’accès à la BnF : http://www.bnf.fr/documents/acces_site_mitterrand.pdf

Vigipirate

En raison du Plan Vigipirate niveau « alerte attentat », vous êtes priés de vous munir d’une pièce d’identité.
Merci de noter que l’entrée Ouest du site François-Mitterrand est fermée, et que seuls les bagages de gabarit dit « cabine » (55cm × 35cm × 25cm) sont acceptés dans l’enceinte des sites de la BnF.

Contact

Pour toute demande d’information complémentaire, vous pouvez écrire à depot.legal.web@bnf.fr

Enregistrer

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Mémoires de l’édition phonographique à voir et entendre

poster-entretiens-edition-phonographiqueEn juin 2012, a débuté au service des documents sonores du département de l’Audiovisuel de la Bibliothèque nationale de France, un cycle d’entretiens qui ont fait l’objet d’enregistrements audio.

Des personnalités de l’édition phonographique, aux parcours singuliers, passionnés, engagés même pour certains, sont venues témoigner de leur expérience. Le plus souvent à l’origine de la création de maisons de disques ou de festivals, ces êtres animés avant tout par l’amour de la musique, des musiques, des artistes, s’inscrivent pour beaucoup d’entre eux dans la mouvance alternative, si ce n’est libertaire d’après 68.

En marge d’un système dominant sur lequel règnent Vogue et Barclay, ces hommes en quête d’un monde meilleur vont permettre la découverte en France d’univers musicaux encore peu connus du grand public : le free jazz, les «musiques du monde», e rock psychédélique et progressif, le post-rock ou plus tard le punk rock ainsi que de nouveaux artistes de la chanson française aux textes plus engagés ou décalés. Histoires individuelles et collectives, elles racontent l’aventure du vinyle, elles sont le reflet d’une époque à la croisée des chemins, entre espoir et désillusions.

Plusieurs éditeurs (Gérard Terronès, Gilbert Castro, Pierre Barouh, Eric Basset, Richard Pinhas, Gilles Faucheux, Marsu, Jean Karakos, Didier Petit, Marc Thonon, Alain Normand, Jean-Marie Salhani, Laurent Thibault, Hervé Bergerat, Jacques Le Calvé) se sont prêtés au jeu de l’interview et sont revenus sur la création de leur(s) label(s), le choix de leur nom et de leur logo, l’élaboration des disques (les relations avec les musiciens, l’enregistrement en studio, les pochettes et livrets), les difficultés de la distribution et leur vision du disque aujourd’hui. Ils évoquent aussi leurs rencontres avec certains artistes, et, livrent également des anecdotes cocasses et surprenantes.

Pour la première fois, ces témoignages sont regroupés au sein d’un corpus, accessible en ligne via Gallica : http://gallica.bnf.fr/html/und/enregistrements-sonores/rencontres-autour-de-ledition-phonographique

Au-delà de la parole enregistrée qui évoque le disque et ses artisans, la musique et les artistes, ce corpus est destiné à fournir un matériau pour une histoire de l’édition phonographique, objet de recherches pour professionnels et universitaires.

En tout cas, saluons ce projet de constitution d’une archive orale et remercions les éditeurs enregistrés qui ont accordé la diffusion de l’entretien dans les emprises de la BnF ainsi que sur Gallica. Ils ont en outre accordé l’utilisation d’une photographie pour servir de vignette d’illustration.

Les entretiens ont été également séquencés en vue de leur catalogage dans le catalogue BnF Archives et Manuscrits dans un fonds spécifique (http://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc953509) avec des renvois vers les notices d’autorité et notices bibliographiques.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

La BnF, spot pour les clubbers ?


p1150224L’exposition Electrosound, du lab au dancefloor qui se tient à la Fondation EDF, la parution de l’ouvrage de Laurent de Wilde, les Fous du son 1 ou encore le lancement de la  websérie La Touche Française, de Guillaume Fédou et Jean-François Tatin, diffusée sur le site Arte Creative, sont l’occasion de mentionner le rôle que joue la BnF dans la sauvegarde de ce patrimoine immatériel que constitue la musique électronique ou électroacoustique.

Dépôt légal des phonogrammes

Si le dépôt légal des documents sonores (phonogrammes) a été institué le 19 mai 1925, ce n’est qu’à partir de la création de la Phonothèque nationale, le 8 avril 1938, qu’il put être mis en œuvre. Encore fallut-il attendre la « drôle de guerre » pour que les éditeurs se décident à appliquer la loi de 1925 et commencent de déposer leur production phonographique dès janvier 1940.
Depuis, tous les documents sonores mis en location, en vente, en distribution, importés ou mis à la disposition d’un public même limité et même à titre gratuit, doivent être déposés auprès du département de l’Audiovisuel de la BnF. Gratuit et sans frais postaux, ce dépôt permet de préserver le patrimoine musical… édité.
C’est ainsi que la BnF offre à ses lecteurs les diverses éditions de musique électronique ou électroacoustique de Pierre SchaefferPierre Henry, Jean-Claude Risset, Philippe Manoury, mais aussi de Jean-Jacques Perrey, François de Roubaix ou encore Daft punk, Justice, C2C, etc.

Quelle pérennité pour la musique électronique ?

p1150231Mais le nouveau paradigme de la musique électronique, qu’elle soit mixte ou a fortiori performée en temps réel (« live electronic music »), pose la question de sa pérennité. Quelle peut être la sauvegarde patrimoniale de la musique électronique (analogique ou assistée par ordinateur) dès lors qu’elle ne fait pas l’objet d’une édition ? Quelles traces seront-elles conservées pour les générations futures ?

D’aucuns arguent que l’une des solutions pour assurer la conservation pérenne des musiques électroniques réside dans la composition et la notation effectuées en vue d’une transmission. Les établissements patrimoniaux pourraient ainsi espérer des dons et legs des supports d’enregistrement de ces notations.

Un autre espoir pourrait consister dans les supports d’enregistrement (analogiques ou numériques) adoptés par les musiciens pour conserver leurs créations. Archive de la création relevant du domaine privé, cette documentation personnelle ne relève pas du dépôt légal et la patrimonialisation de ce patrimoine, soit l’entrée dans une institution patrimoniale pour conservation pérenne, ne peut intervenir qu’en cas de don/legs, achat (direct ou en salle de vente). Une problématique similaire se pose pour les manuscrits -désormais électroniques- des écrivains. Quelles seront les études génétiques de l’avenir dès lors qu’elle ne porteront plus sur divers états de manuscrits manuscrits, dactylographiés ou imprimés mais sur des strates de fichiers informatiques, si celles-ci ont été conservées et données à des bibliothèques2 ?

Ces questions de préservation de la musique électronique en lien avec le paradigme de l’obsolescence technologique sans cesse accélérée, les artistes, programmeurs et performeurs mais aussi les réalisateurs en informatique musicale (RIM) se les posent depuis les débuts de la musique électronique, moins en relation avec les problématiques des institutions patrimoniales qu’avec celles de la transmission et de la ré-interprétation par d’autres musiciens du futurs3.

Les institutions patrimoniales se trouvent confrontées à la même problématique que celle qui affecte les jeux vidéos, les logiciels et programmes informatiques pour lesquels des programmes d’émulation sont mis en place4. Mais si l’émulation a été mise en œuvre pour certaines de ses collections, la Bibliothèque nationale de France opte plus volontiers pour la numérisation puis la migration et la duplication5 tout en conduisant des programmes de recherche sur la question6 .

Cas des archives de l’Institut International de Musique Electroacoustique de Bourges (IMEB)

Logo de l'IMEBLa Bibliothèque nationale de France traite de l’ensemble des ces problématiques avec un cas concret représenté par le don consenti le 20 septembre 2005 par l’Institut International de Musique Electroacoustique de Bourges (IMEB), héritier du Groupe de Musique Expérimentale de Bourges (GMEB) fondé en 1970 par Françoise Barrière et Christian Clozier.

Réparti dans les collections du département de la Musique et du département de l’Audiovisuel de la Bibliothèque nationale de France, le fonds comprend 6 577 œuvres de musique électroacoustique, 1 300 partitions et 166 caisses représentant 50 mètres linéaires d’archives musicales, historiques, techniques, photographiques, vidéographiques et administratives de l’institut.

Le studio historique « Charybde » de recherche  et de composition qui retraçait 40 années d’évolution technologique, a été transféré au sein de la collection Charles Cros de la BnF7, soit un véritable musée dédié aux instruments de reproduction sonore dont les fleurons sont consultables en ligne dans Gallica, la bibliothèque numérique de la BnF, à l’adresse url : <http://gallica.bnf.fr/html/und/objets/collection-charles-cros>.

Cela représente donc un ensemble complet et multimédia exceptionnel sur l’histoire de la création et de la diffusion de la musique électroacoustique. En effet, les « musiques » elles-mêmes produites et présentées aux festivals, sont particulièrement riches du fait de la nature de ces œuvres, car elles sont présentes sous forme de composants écrits, sonores, électroniques et audiovisuels (partitions et enregistrements présentés aux festivals, d’Alain Savouret, Adolfo Nunez, Jean-Claude Risset, Jorge Antunes, Kaija Saariaho, etc.). Les archives du concours (dossiers d’inscription, biographies des concurrents, avis des jurés…) dessinent un panorama précis des acteurs de la création musicale contemporaine de la seconde moitié du XXe siècle. Les archives du festival, des concerts, des tournées et autres manifestations constituent des éléments pour l’histoire de l’action culturelle du niveau local au niveau international. Les instruments, en particulier les composants du studio Charybde, et les documentations techniques renseignent quant à eux sur les prémices et l’essor de l’informatique musicale.

La pérennisation ainsi que la communicabilité du fonds sont assurées via des traitements de transferts (des cassettes audio de type Digital Audio Tape (DAT) et des CD) et de numérisation. L’IMEB puis la Mnémothèque Internationale des Sciences et Arts en Musique Electroacoustique (MISAME), qui assure désormais la gestion, le développement et la diffusion des œuvres, avaient déjà lancé des chantiers de numérisation et sauvegardaient leurs productions.

La pérennisation était au cœur des préoccupations de l’IMEB, qui avait lancé d’importants chantiers de numérisation de ses enregistrements et dossiers documentaires. Dès les premiers contacts entrepris avec la BnF, une campagne de numérisation d’une sélection d’œuvres avait été menée à bien, associant le fichier numérique de la musique et les données musicologiques. Les auteurs avaient été associés à ce chantier, envoyant leurs œuvres numérisées et leurs notes de programmes.
Afin de faciliter la recherche, des « capsules » ont été constituées pour chacune des quelques 14000 « musiques » , regroupant des fichiers son, texte, et images, ainsi qu’un listing de métadonnées techniques, musicologiques et historiques.

Pour une description précise de l’ensemble du fonds de l’IMEB géré par MISAME et de son historique, on se reportera à la présentation générale et l’inventaire disponible en ligne (url : <http://www.misame.org/wp-content/uploads/2014/09/PRESENTATION-GENERALE-du-FONDS-MISAME.pdf>).

Objet de traitements et de recherche

En 2015, dans le cadre du programme Les Arts trompeurs. Machines, Magie, Médias financé par le Labex ARTS-H2H, le fonds de l’IMEB a fait l’objet d’un chantier de traitement et de valorisation par Caroline Renouard puis Azadeh Nilchiani qui a mené l’inventaire transversal du fonds de l’IMEB de la BnF. Un compte rendu et un bilan détaillé des travaux sont disponibles en ligne à l’adresse url : <http://www.lesartstrompeurs.labex-arts-h2h.fr/fr/content/le-fonds-darchives-de-limeb>. Ses travaux ont notamment permis les communication au cours du colloque Machines. Magie. Médias8, tenu en août 2016 à Cerisy-la-Salle.

À la BnF ces œuvres, dont l’existence et la trace sont par essence électroniques, seront désormais assurées d’une conservation à long terme9, au sein d’une institution pérenne accoutumée à exercer cette mission tant dans le domaine musical sonore que dans celui des techniques numériques. Ces collections sont accessibles pour la recherche, en particulier pour le public des créateurs et des musicologues10.
Le fonds IMEB a ainsi rejoint les très importantes collections musicales de la BnF, riches de 900 000 enregistrements sonores, dont les techniques vont du cylindre de cire au DVD, et les ont enrichi de façon irremplaçable dans le domaine de la création musicale contemporaine.
Puisse cet exemple inciter d’autres institutions musicales mais aussi les artistes, compositeurs ou réalisateurs en informatique musicale à songer à pérenniser leurs œuvres par ce type de don de nature à féconder la recherche et la création.
Cependant, si la BnF a bien pour mission de collecter, cataloguer, conserver et enrichir le patrimoine national dont elle a la garde, elle se doit également d’en assurer l’accès du plus grand nombre. En ce sens, par la volumétrie et la profondeur de ses collections, elle peut aussi être qualifiée de « spot » sinon pour les « clubbers », du moins pour les mélomanes, amateurs et curieux.

Citer ce billet : Olivier Jacquot. “La BnF, spot pour les clubbers ?”. Dans Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France [En ligne]. http://bnf.hypotheses.org/904 (consulté le 30 septembre 2016).
Notes :
  1. Laurent de Wilde, Les fous du son, Paris : Bernard Grasset, 2016, 558 p. ISBN 978-2-246-85927-7 []
  2. Pierre-Marc de Biasi, « Les archives de la création à l’âge du tout numérique », Revue Sciences/Lettres [En ligne], 1 | 2013, mis en ligne le 01 mai 2012, consulté le 16 septembre 2016. URL : http://rsl.revues.org/314 ; DOI : 10.4000/rsl.314 []
  3. Comme le rappellent Antoine Vincent, Bruno Bachimont et Alain Bonard, « la communauté informatique se réfugie derrière la pérennité supposée des langages normalisés, les désignant comme nouvel invariant de représentation de l’œuvre comme l’était la partition. Or, nous ne savons actuellement que peu de choses sur la durée de vie d’un langage informatique, notamment combien de temps il restera lisible ou interprétable. De plus, il n’y a aucune certitude quant à la préservation du rendu sonore, car le même programme en langage C peut produire des sons significativement différents sur plusieurs environnements de compilation », « Modéliser les processus de création de la musique avec dispositif numérique : représenter pour rejouer et préserver les œuvres contemporaines », 23es Journées Francophones d’Ingénierie des Connaissances (IC 2012), Juin 2012, Paris, France. p. 83-98, 2012, IC 2012. Disponible en ligne, url : <https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00715035> []
  4. Citons pour mémoire le programme européen KEEP, Keeping emulation environments portable, http://actions-recherche.bnf.fr/BnF/anirw3.nsf/IX01/A2012000845_keep-keeping-emulation-environments-portable []
  5. Pour en savoir plus, on se reportera à la présentation : Louise Fauduet, « La conservation numérique : enjeux, risques, solutions », [Paris] : Bibliothèque nationale de France, [s.d.]. Disponible en ligne, url : <http://www.bnf.fr/documents/conservation_numerique.pdf> ; Dominique Théron, « Quid des collections audiovisuelles à l’heure du numérique ? », dans Mémoire numérique. Publics, ressources et bibliothèques en mutation, colloque, Saint-Cloud, Médiadix, 10 octobre 2014. Disponible en ligne, url :  <http://mediadix.u-paris10.fr/brochure/documents/3-Theron_Mediadix-URFIST_10102014.pdf> ; Vincent Berdot, « Comment la BnF préserve notre patrimoine numérique », 01 Informatique, n° 2047, 8 juillet 2010, p. 29-31.  Disponible en ligne, url :  <http://bfmbusiness.bfmtv.com/01-business-forum/comment-la-bnf-preserve-notre-patrimoine-numerique-525303.html> ; et à la bibliographie « La préservation numérique à la Bibliothèque nationale de France », [Paris] : Bibliothèque nationale de France, 2016. Disponible en ligne, url : <http://www.bnf.fr/documents/preservation_numerique_bibliographie.pdf>. []
  6. Cf. le programme  « Modélisation des oeuvres d’art numérique et de leur dispositif de lecture » financé par le Labex Arts-H2H. []
  7. Marianne Deraze, Xavier Loyant, « La collection Charles Cros », Blog Gallica, 27 octobre 2015. Disponible en ligne, url : <http://gallica.bnf.fr/blog/27102015/la-collection-charles-cros> ; Romain Bigay, « Collection Charles Cros, une brève histoire des appareils d’enregistrement et de lecture », Centre d’information et de ressources pour les musiques actuelles, 2 octobre 2013. Disponible en ligne, url : <http://www.irma.asso.fr/COLLECTION-CHARLES-CROS-UNE-BREVE> ; Martine Cohen-Hadria, « Étonnante collection Charles Cros », Chroniques de la Bibliothèque nationale de France, décembre 2006, Disponible en ligne, url : <http://chroniques.bnf.fr/archives/decembre2006/numero_courant/coulisse/charles_cros.htm>. []
  8. Programme disponible en ligne, url : <http://www.lesartstrompeurs.labex-arts-h2h.fr/fr/content/machines-magie-m%C3%A9dias-cerisy-2016> []
  9. SPAR, le système de préservation numérique de la BnF, url : <http://www.bnf.fr/fr/professionnels/spar_systeme_preservation_numerique.html> []
  10. A cet effet, son inventaire sera accessible dans BnF Archives et manuscrits à cette adresse url : <http://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc944176> []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Coline Arnaud

Histoire culturelle de la pâtisserie : facteurs et enjeux de la démocratisation du sucré entre 1870 et 1914

La pluralité des domaines d’investigation de l’histoire culturelle (Jean-Pierre Rioux ; Laurent Martin et Sylvain Venayre ; Pascal Ory) intègre depuis une vingtaine d’années l’étude de l’alimentation et plus spécifiquement du repas. Résultat d’un processus social complexe, la commensalité et ses représentations renouvellent l’analyse historique, en l’enrichissant de phénomènes ethnologiques, anthropologiques et culturels. Dans la lignée de l’Ecole des Annales théorisée par Fernand Braudel, Lucien Febvre et Marc Bloch, la gastronomie participe à une conception transdisciplinaire du fait historique. Cette réhabilitation du « manger » en tant qu’acte collectif ou individuel est issue d’une vaste réflexion impliquant un intérêt croissant pour le folklore, les usages et coutumes des civilisations occidentales dont les pratiques culinaires, les arts et les manières de tables constituent un axe fondamental, par le biais d’ouvrages fondamentaux comme Pour une histoire de l’alimentation en 1970.

Si les sciences et l’histoire de la gastronomie se sont aujourd’hui structurées dans le domaine universitaire français et font l’objet d’une reconnaissance publique et institutionnelle évidente grâce, entre autre, au classement du repas des Français au patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO, l’étude du gâteau et plus largement du dessert reste largement inexploré. Plusieurs études s’intéressent, depuis la diffusion du sucre en Occident à la Renaissance (Jean-Louis Flandrin, Jean Meyer), aux impacts sociologiques de sa consommation (Marie-Sylvie Billaux, Sidney Mintz) et témoignent des nombreux débats interrogeant ses valeurs diététiques, religieuses, mais également subversives, entre médicament et poison. Ces écrits permettent de juger de la place croissante du dessert dans les modes alimentaires, au point de dépasser le cadre institué du repas, par le plaisir coupable du grignotage solitaire, encouragé par l’essor de la confiserie, puis du goûter.

Ces temps de dégustations et les mets qui les caractérisent ne font l’objet d’aucune référence bibliographique très précise. Pourtant, une étude de ces phénomènes paraît essentielle pour comprendre la
place prépondérante attribuée à la consommation du sucre dans nos sociétés contemporaines, et expliquer ainsi des tendances actuelles fortes comme la réhabilitation des salons de thé en Europe comme en Orient, ou la popularisation croissante de la fabrication pâtissière, résultat d’une médiatisation littéraire et télévisuelle sans précédent.

Cette étude se propose donc de revenir aux origines possibles de cette démocratisation du sucré, en se concentrant sur la France, alors référence incontestée de la haute cuisine, et sur la période charnière de 1870-1914. Le début du XIXe siècle est en effet marqué par les théories ornementales de Carême, synthétisant elles-mêmes une tradition décorative du dessert depuis les pièces monumentales de la
Renaissance italienne jusqu’aux oeuvres de Gilliers et de Beauvilliers. Le travail de Carême repense les fondements du métier de pâtissier. Ce statut d’artisan évolue vers une ambition artistique et esthétique qui transforme le produit de sa création en une oeuvre architecturale ou picturale. Les pâtissiers des générations suivantes se positionnent comme des passeurs de ces thèses rénovatrices, militant pour une
reconnaissance accrue des institutions artistiques et politiques. Cette génération cultive à la fin du siècle une nostalgie de cette époque « bénie », cet « âge d’or » gastronomique où « [d]es gourmets, des appréciateurs, voilà ce qu’il y avait et ce qu’il nous faudrait pour arriver à la perfection » (Granvillier, L’art culinaire comparé, 1894). L’aristocratie déclinante est considérée alors comme le seul public capable d’apprécier la beauté pour sa seule valeur esthétique et envisager le luxe comme un art de vivre indispensable. Néanmoins, en 1870, la cohabitation de cette nostalgie avec l’avènement et l’affermissement de la IIIe République et les profonds changements économiques, provoque de nombreux débats au sein même de la profession, entraînant une modification profonde du rôle et de l’avenir du pâtissier. Ces bouleversements questionnent la survie même de la profession, et sa faculté à s’adapter aux enjeux synthétisés par le concept de « modernité » de la deuxième révolution industrielle. Les réponses proposées par la nouvelle génération de chefs, ou implicitement imposées par les contraintes du marché économique, ouvrent des perspectives inédites pour la pâtisserie du XXe siècle. Facteur principal de ce renouvellement, la démocratisation du dessert est en marche, interrogeant les rapports du métier au public, au lieu de vente et aux produits qu’il consomme.

exportDésormais productrice de ses propres modèles, la bourgeoisie instaure depuis les années 1850 de nouveaux rites sociaux déplaçant les temps de consommations du sucre vers l’après-midi et le soir par le biais du goûter et du lunch. Les femmes, symboliquement et socialement associées au sucre initient ce renouvellement, se créant ainsi de nouveaux espaces d’expression qui leur sont réservés. Consommatrices privilégiées de ces lieux de ventes et de dégustations, elles en définissent également les codes et les
tendances, dans un subtil jeu de dialogue entre l’offre et la demande. La reconnaissance progressive des droits et du statut de l’enfant contribuent également à influencer un marché économique qui désormais s’adresse à lui, tout comme aux classes ouvrières dès les années 1880.

Le produit, évolue également, sous l’influence croisée de l’essor de la biscuiterie et du patriotisme culinaire, qui oeuvre pour une réhabilitation du patrimoine gastronomiques français. L’essor des
restaurants et du dessert à l’assiette, la modernisation des moyens de production en usine comme dans l’espace domestique, redéfinissent les règles de fabrication d’un produit qui se simplifie dans le fond tout
en conservant sa spécificité décorative. Cette fonction ornementale et la dichotomie fond-forme et signifiant-signifié qu’elle suggère constituent le point central de ce processus complexe et potentiellement irrésolu de la possible et nécessaire démocratisation de la pâtisserie.

Dans le cadre d’une étude en histoire culturelle, la richesse et la diversité des fonds nécessaires à la contextualisation se doit de choisir des formes de représentations nécessairement diversifiées. Le processus de recherche se fonde donc sur le croisement des collections, permettant la création de liens inexistants entre différents départements de la BnF. La richesse des fonds retenus implique une sélection, se concentrant prioritairement sur les bornes chronologiques de 1870 à 1914, marquant l’avènement de la IIIe République jusqu’à la parenthèse historique de la 1ère Guerre Mondiale. La pâtisserie est envisagée dans son acception la plus large, c’est-à-dire en tant que produit, lieu de fabrication, mais également technique et profession. La disparition des corporations en 1791 et la législation favorisant la liberté d’entreprendre impliquent que la pâtisserie se conçoit légalement dès le début du XIXe siècle comme un métier diversifié pouvant se décliner sous les appellations de traiteur, de confiseur, de glacier ou de biscuitier. Si la fabrication du pain reste l’apanage des boulangers, la viennoiserie intègre progressivement la carte des pâtisseries et les relations conflictuelles entre ces deux métiers restent un fait à étudier, par le biais notamment d’articles de presses et d’arrêtés judiciaires.

La_Salle_à_manger_Revue_bpt6k938284nLe premier axe de ces recherches s’est construit autour de la confrontation du discours de l’élite gastronomique parisienne représentée par la Société des Cuisiniers Français avec la presse régionale professionnelle. Cette étude repose sur l’analyse d’un corpus comprenant trois revues culinaires généralistes (L’Art culinaire, Le Pot au feu et La Salle à manger), constituant une synthèse des voix, de l’élite des chefs à l’amateur éclairé, dans le domaine de la cuisine, de la pâtisserie, mais également des arts de la table et du bien recevoir entre 1883 et 1933. Par ailleurs, sur le fonds de 30 notices de périodiques spécialisés recensés au département Sciences et techniques, issus de la Chambre professionnelle des métiers de l’artisanat dès 1804, puis des chambres syndicales régionales à partir des années 1880, mon sujet se concentre sur une sélection de 15 titres.

Le_Journal_des_confiseurs_pâtissiers_bpt6k62660874Les ressources techniques de ces magazines professionnels sont complétées par une approche d’un autre fonds constitué des livres de recettes conservés conjointement aux départements Sciences et techniques et Littérature et art. Représentative des tendances éditoriales des XIXe et XXe siècles, ma période d’étude ne comprend que 12 manuels uniquement dédiés à la pâtisserie. En dépit de la revalorisation du métier par Carême en 1815 dans Le pâtissier national parisien, les ouvrages de 1870 à 1939 privilégient l’exhaustivité en abordant chaque aspect du repas. Symboles de l’économie bourgeoise et de l’avènement du rôle prépondérant de la maîtresse de maison, les ouvrages retenus s’adressent à 80% à des ménagères de petites ou moyennes conditions, comme en témoigne la réduction des formats et du prix de vente, significative entre 1870 et 1915. Les multiples rééditions de ces ouvrages écrits par des chefs parisiens, puis régionaux et enfin par des cuisinières sont complétées par une littérature professionnelle se raréfiant progressivement. Elle est composée de 8 publications luxueuses signées de professionnels issus principalement des grandes maisons aristocratiques étrangères ou de la nouvelle hôtellerie de luxe tels Urbain Dubois, Gustave Garlin, Pierre Lacam. Comprenant une abondante iconographie et de très nombreuses recettes (956 en moyenne sur une étude de 8 livres) ces éditions coûteuses sont relayées par des encyclopédies de vulgarisation scientifiques, telles que la collection Roret, qui évolue vers le manuel professionnel et commercial (1928), le dictionnaire (Larousse gastronomique de Montagné et Salles) puis vers le livre d’apprentissage, après la création du CAP pâtissier-boulanger en 1911.

Polka_des_crêpes_-_pour_Bonnamy_Émile_btv1b90763449Une première approche du fonds conservé au département de la Musique a révélé la présence de 73 notices de musique imprimée comprenant notamment des partitions et des textes de vaudeville autour de la thématique de la pâtisserie entre 1870 et 1939. Ce nombre considérable mérite une étude permettant de comprendre l’origine de cet engouement pour la figure du patronnet, le jeune apprenti pâtissier présent dans 79% des titres inventoriés, ainsi que pour la métaphore féminine du gâteau, en vogue dans la chanson populaire du début du siècle. Par ailleurs, une étude des collections de Recueils et notamment des catalogues Manufrance ou des grands magasins du Louvre ouvrira de nouvelles perspectives sur les liens certains entre ce mouvement de démocratisation et la vente par correspondance. Ces catalogues possédant une iconographie très riche permettraient également d’observer les évolutions de formes et de factures des moules, métonymie des mutations des goûts et des tendances du métier sur cette période d’étude.

Abécédaire_des_petits_gourmands_par_Dufrénoy_Adélaïde-Gillette_bpt6k5418385vEnfin, un recensement des collections conservées au département « Littérature et arts » comme des abécédaires ou des premiers magazines pour enfants permettra de mettre en valeur les liens entre les évolutions du discours diététique autour du sucre, le transfert de cible de la femme à l’enfant dans les publicités de la nouvelle industrie biscuitière française, la mode du goûter à l’anglaise puis du goûter scolaire avec cet important mouvement de popularisation de la pâtisserie au tournant des XIXe et XXe siècles. Ces collections d’imprimés sont à comparer avec les fonds d’éphémères et notamment de menus détenus par le département des Estampes entre autres. Une étude est donc actuellement en cours sur les menus de la Collection Braun comprenant 30 cartons. Ces derniers sont tout particulièrement représentatifs des modes alimentaires sur la période 1870-1914, grâce à un échantillon de plus de 550 feuilles issues aussi bien de la classe politique et des voyages diplomatiques que des cérémonies sociales ou religieuses marquant la vie quotidienne du XIXe siècle.

L’analyse de ce fond prouve son exception. Il regroupe en effet des pièces uniques comme des menus présidentiels mais également des corpus de 20 pièces permettant de retracer l’évolution des plats proposés par un même restaurant sur une période de 10 à 20 ans. Cet ensemble devrait permettre de confirmer certaines tendances culinaires comme la mode du chester pudding dénotant une forte anglomanie et l’appropriation française d’un patrimoine culinaire étranger. Par ailleurs, la terminologie des mets sucrés, leur place au sein même du repas et leur nombre sont autant de facteurs reflétant la progression du dessert à l’assiette et des entremets comme l’essor du biscuit individuel. Ces premiers constats tissent de nouveaux liens entre pâtisserie et patrimonialisation du culinaire, facteur possible de l’émancipation progressive du dessert de toute considération ornementale.

Par ailleurs, afin de saisir les phénomènes sociaux et culturels évoqués dans toute leur complexité, il parait nécessaire de compléter cette étude des représentations par une analyse des objets. Dans la lignée des travaux de Daniel Roche, cette étude se propose donc de confronter les sources imprimées ou manuscrites de la BnF avec des fonds d’objets, témoins des pratiques ne relevant ni de la figuration ni de la dénotation. Le rapport à l’objet, son lien culturel et social avec l’évolution des habitudes de table permet de saisir également les progrès techniques et industriels effectués dans le domaine de la ferronnerie et de la dinanderie, comme la création de nombreuses maisons spécialisées dans la ferblanterie (Dehillerin, Gobel, Létang et fils, etc.). Le musée des Arts Décoratifs, le MUCEM et les musées de Strasbourg et de Metz, sont les détenteurs d’une importante collection de moules, et d’ustensiles de cuisine de la période étudiée. Leur comparaison permet d’esquisser une autre histoire du sucré, basée sur la symbolique du geste associé à l’usage quotidien de chaque objet.


Images :

1 : « Forteresse en biscuit » et « Panier aux oeufs de Pâques », dans Grand livre des pâtissiers et des confiseurs (4e édition) / par Urbain Dubois,…, p. 193. Disponible en ligne, url : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5494326z>.

2 : La Salle à manger. Revue de la table et de l’office. Disponible en ligne, url : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k938284n>.

3 : Le Journal des confiseurs, pâtissiers, glaciers, fabricants de chocolats, biscuits, fruits confits, confitures, conserves, etc. : organe mensuel, technique, professionnel pour ces industries et celles qui s’y rattachent / rédacteur en chef F. Barthélemy. Disponible en ligne, url : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k62660874>.

4 : Polka des crêpes : pour piano / Emile Bonnamy ; [ill. par] Faria. Disponible en ligne, url : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b90763449>.

5 : « Beignets », dans Abécédaire des petits gourmands, par Mme Dufrénoy… Disponible en ligne, url : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5418385v>.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts