Archives de catégorie : Programmes nationaux

Exposition : Dans le Secret des œuvres d’art, musée Fabre (24/03-2/09/2018)

Depuis le 23 mars, le musée Fabre de Montpellier propose aux visiteurs une plongée dans l’exposition Dans le Secret des œuvres d’art qui présente cinq focus sur cinq « cas » d’œuvres ayant réagi à leur milieu (contraction ou rétraction, et parfois détérioration) : peinture sur bois, sur toile, dessins sur papier, sculpture en bronze et toile en matériaux contemporains, dont l’étude et la restauration se sont avérées complexes et passionnantes. Les propriétés des matériaux, les techniques de création, les nécessités en termes de conservation et de restauration, tous ces aspects fascinants sont révélés au public, proposant un discours à la croisée de l’histoire, de la science, de l’artisanat et de l’art.

Toile de Claude Viallat

Claude Viallat est l’un des artistes vivants majeurs représenté dans les collections du musée Fabre.

Membre fondateur du groupe Supports/Surfaces, il est présent dans les collections du musée depuis 1982 avec l’achat d’une grande toile auprès d’Amnesty International. Le fonds a dès lors été complété par des achats et des dons de l’artiste, dans l’objectif de retracer la carrière de Claude Viallat et de compléter l’ensemble spécifique au mouvement Supports/Surfaces.

Il constitue aujourd’hui un fonds de référence avec ceux du Musée national d’art moderne et du musée d’art moderne de Saint-Étienne.

En 2015, la collection a été enrichie d’un don d’une vingtaine d’œuvres. La complexité des matériaux éclectiques et industriels choisis par l’artiste ont généré des dégradations pouvant mettre en péril l’intégrité de certaines d’entre elles. Les matériaux recensés dans ces œuvres témoignent d’une variété posant des problèmes de conservation pérenne : bande de plâtre teinte, cercle de bois, cercle de barrique, corde teintée, nappe et tissu imprimés, tente militaire, poulie.

Dans l’exposition, une œuvre de format monumental peinte recto/verso et souffrant d’un processus de perte de matière évolutif est présentée : Sans titre (1993), soit une toile composée de deux toiles de store brun-rouge peintes à la peinture acrylique industrielle au recto et au verso, mesurant 355 x 368 cm. Une étude approfondie a été réalisée par le restaurateur afin de trouver la méthodologie la plus adaptée pour résoudre une problématique bien précise : la perte d’adhérence de la couche picturale.

La toile monumentale de Claude Viallat a été restaurée en collaboration avec le Centre interdisciplinaire de conservation et restauration du patrimoine (CICRP) de Marseille.

Rôle de la BnF

Dans le cadre d’une convention avec le Centre interdisciplinaire de conservation et restauration du patrimoine (CICRP) de Marseille, le laboratoire scientifique de la BnF a permis la réalisation de tests mécaniques préalables au choix de la méthode de restauration de la toile.

Réunion avec Claude Viallat au CICRP, 12/2016. Copyright : Carole Husson

Une batterie de test de vieillissement artificiel ainsi que de traction a été réalisée sur des éprouvettes reprenant des matériaux proches de ceux utilisés par l’artiste, récupérés auprès de fabricants marseillais de stores. Ces tests ont pour objectif d’anticiper le vieillissement futur de matériaux contemporains dont on ignore le devenir. L’objectif poursuivi consistait à choisir un adhésif adapté à la peinture acrylique et à la toile de store non préparée au départ par le peintre, sachant que la toile subit des tensions et tractions en raison de sa présentation en suspension dans l’espace (sans cadre, ni support ni marouflage), de sorte à en apprécier les deux faces. Bien entendu, l’adhésif choisi doit respecter les règles de la conservation préventive : être performant, stable dans le temps et réversible.

Quatre adhésifs ont fait l’objet d’analyses de vieillissement et de traction en laboratoire avant des essais sur une partie de l’œuvre avec l’adhésif retenu. Les adhésifs devaient être compatibles avec l’acrylique, éviter le risque d’infiltration pour ne pas dégrader ni le support ni la peinture, garantir une certaine adhérence et une résistance mécanique à la tractions. Pour ce faire, Eleonora Pellizzi1, du laboratoire scientifique de la BnF, et Alain Colombini, ingénieur au CICRP, ont suspendu des éprouvettes encollées et lestées. Les éprouvettes ont fait l’objet d’étirement, bloquées dans les mâchoires d’un dynamomètre. Ces essais de tractions mécanique étaient focalisés sur deux paramètres significatifs : le module de tractions ou d’élasticité (module de Young) et l’allongement au maximum. Ils visaient à comparer les propriétés mécaniques des consolidants testés.

Eprouvettes étirées, bloquées dans les mâchoires du dynamomètre de la BnF.

Les analyses physico-chimiques menées sur les éprouvettes avant et après traitement de vieillissement artificiel ainsi qu’avant et après les essais mécaniques ont permis de constater l’absence de variation significative imputable à la thermo-oxydation et aux changements physiques (tractions / relâchements).

Au final, l’adhésif retenu qui correspond le plus aux critères définis (élasticité, vieillissement, etc.) est la colle d’esturgeon.

Après les analyses menées à la BnF, le CICRP a pu mettre en œuvre un protocole de restauration appliqué par une conservatrice-restauratrice spécialisée dans les problématiques du textile.

L’exposition du musée Fabre vise à montrer au public les résultats de ces tests et d’expliquer le processus de dégradation comme de restauration des œuvres.

Pour en savoir plus

    • Présentation de l’exposition
    • Dossier pédagogique Dans le secret des oeuvres d’art
    • Livret de visite à destination des familles, Dans l’œil du restaurateur
    • Colodiet, Stanislas ; Colombin, Alain ; Husson, Carole, « Une toile monumentale de Claude Viallat : restaurer Suppotrs/surfaces » in Dans le secret des oeuvres d’art : campagnes de restauration au Musée Fabre : [exposition, Musée Fabre de Montpellier Méditerranée métropole, 24 mars-2 septembre 2018], Gand : Snoeck ; Montpellier : Musée Fabre, 2018, p. 83-95.
  1. Chargée d’études et de recherche en physique-chimie au laboratoire scientifique de la BnF, Bussy-Saint-Georges []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Projets BnF lauréats du sixième appel à manifestation d’intérêt Biblissima

L’Equipex Biblissima a déjà lancé six appels à manifestation d’intérêt pour des opérations conjointes de recherche, de documentation, de numérisation portant sur des collections historiques de manuscrits et d’imprimés anciens. Les résultats du sixième appel à manifestation d’intérêt, clos le 31 janvier 2018, ont été rendus publics au mois de juin. Parmi les lauréats sélectionnés par le Comité de direction de l’Equipex, deux projets impliquent la Bibliothèque nationale de France.

Après examen par le Conseil scientifique des dossiers de candidature reçus en réponse au sixième appel à manifestation d’intérêt Biblissima, le Comité de direction de Biblissima a retenu cinq projets à financer en 2018. Parmi ceux-ci, deux comptent le département des Manuscrits de la BnF parmi leurs partenaires.

La bibliothèque de Mazarin en ligne

Établissement porteur

Bibliothèque Mazarine

Partenaire(s)

  • Centre Jean Mabillon (ENC)
  • Pôle Document numérique, Maison de la recherche en sciences humaines (Caen)
  • Bibliothèque nationale de France, département des Manuscrits

Lauréat en 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018.

Présentation du projet

Le projet consiste à éditer en ligne les sources catalographiques de la bibliothèque de Mazarin (1602-1661), la plus importante collection personnelle du premier âge classique. Le cœur du projet est constitué par l’inventaire de la bibliothèque dressé en 1661, dans les semaines qui ont suivi la mort de Mazarin (environ 27 000 livres imprimés et un peu plus de 2 000 manuscrits), dont l’édition se fera en TEI.

Le projet correspond à plusieurs ambitions complémentaires :

  • diffusion en ligne de l’inventaire d’une grande collection historique afin de développer l’analyse de sa constitution, de son économie, de ses usages, de ses impacts culturels et politiques ; à ce titre, le rôle de Mazarin dans la diplomatie européenne, le volume exceptionnel de sa bibliothèque et la manière dont elle a modélisé l’idéologie documentaire à l’époque moderne, font que la divulgation des données du projet permettra des investigations dans divers domaines: histoire de la documentation politique, du collectionnisme et des pratiques bibliophiliques, de la transmission des textes, des savoirs et des modèles culturels dans l’Europe moderne.
  • identification précise des livres et manuscrits provenant de Mazarin (circonstances d’acquisition, usages, gestion dans l’espace de la bibliothèque, transmission, localisation actuelle).
  • mise en œuvre d’un modèle de reconstitution de bibliothèque ancienne qui soit articulé avec les outils actuels de signalement des manuscrits ou imprimés anciens.

Le périmètre historique et documentaire du projet est resserré autour de la bibliothèque personnelle de Mazarin (de 1643, date de sa constitution, à 1668, date de l’échange pratiqué avec la bibliothèque royale sept ans après la mort de Mazarin).

La bibliothèque du cardinal de Richelieu

Établissement porteur

Bibliothèque Mazarine

Partenaire(s)

  • Institut de recherche et d’histoire des textes (CNRS)
  • Bibliothèque nationale de France, département des Manuscrits
  • Centre Jean Mabillon (ENC)

Lauréat en : 2016, 2018

Présentation du projet

Le cardinal de Richelieu (1585-1642) a passé sa vie à rassembler des livres, manuscrits et imprimés, dont il a fait la première bibliothèque « d’homme d’État » du XVIIe siècle : une réalisation (1300 manuscrits, 6150 imprimés) qui fut imitée et largement dépassée, sur le plan quantitatif, par Mazarin (sans doute 50 000 volumes dans sa 1re bibliothèque en 1650 ; 2400 manuscrits et 26 500 imprimés dans sa seconde en 1661) puis par Colbert (7600 manuscrits, 22 000 imprimés).

Le projet, bien que né presque au même moment que celui sur « la bibliothèque de Mazarin en ligne » est présenté à Biblissima seulement aujourd’hui : il répond aux mêmes principes et bénéficie de son expérience technique. Il consiste en la reconstitution virtuelle de la collection, avec identification des ouvrages et renvoi vers les numérisations quand elles existent. Il passe par l’édition électronique des inventaires anciens, déjà numérisés, qui sont répartis entre la Bibliothèque Mazarine et la BnF. Le protocole d’édition retenu (XML TEI) est le même que pour Mazarin. L’intégration des livres de Richelieu aux entreprises de bibliothèques en ligne permettra de leur apporter ce qui fut le socle des grandes bibliothèques de l’âge classique.

Enregistrer

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

ATMOCE : L’atelier monétaire gaulois de Cenabum. Production des bronzes carnutes IIe-Ier s. av. J.-C.

Résumé du projet

Les recherches archéologiques menées ces 30 dernières années dans l’agglomération orléanaise ont révélé des vestiges d’occupation du second âge du Fer sur une quinzaine de sites, parmi lesquels huit ont livré un nombre conséquent de monnaies gauloises. Les structures, monnaies, objets et résidus métalliques mis au jour en 1997 et 1999 dans l’Ilot de la Charpenterie1 à Orléans-Cenabum suggèrent la présence d’un atelier spécialisé dans le travail du bronze tout ou partie lié à la fabrication monétaire.

Fibule gauloise, IIe siècle avant notre ère. Îlot de la Charpenterie, Orléans (Loiret), 1999. © Émilie Roux, SAMO

Fondé sur une approche pluridisciplinaire, le projet ATMOCE a pour objectif l’étude de l’atelier monétaire gaulois d’Orléans, afin de caractériser le plus finement possible cette structure de production, dans toutes ses composantes, et d’apporter un éclairage nouveau à notre connaissance des ateliers monétaires gaulois. Les investigations seront élargies aux sites orléanais ayant livré du mobilier gaulois et au territoire traditionnellement attribué aux Carnutes.

Atelier monétaire gaulois de la fin du IIe siècle-milieu du Ier siècle avant notre ère.
Série de structures de combustion. Îlot de la Charpenterie, Orléans (Loiret), 1997-2000. © Thierry Massat, Afan

Près de 200 monnaies, le petit mobilier métallique et les résidus métalliques en alliage cuivreux seront étudiés et analysés selon une méthode d’analyse non destructive développée en Région Centre-Val de Loire (analyse par activation aux neutrons rapides de cyclotron). Ces analyses seront complétées par des observations métallographiques et de microscopie électronique à balayage. Parallèlement, les données relatives aux structures archéologiques seront reprises et traitées en étroite corrélation avec les données numismatiques, et le mobilier en céramique utilisé dans le cadre de la fabrication des alliages métalliques sera recensé et étudié. Un travail de cartographie et d’analyse spatiale des données permettra d’étudier les répartitions monétaires et les interactions spatiales dans leur ensemble.

L’ensemble des données produites sera interprété par un consortium d’historiens, d’archéologues, de numismates et de spécialistes des analyses physico-chimiques.

Il s’agira alors de rassembler et confronter des données numismatiques, archéologiques, archéométriques et spatiales afin de comprendre et préciser la production monétaire en alliage cuivreux chez les Carnutes au IIe et Ier siècles av. n.è. depuis la préparation des alliages monétaires jusqu’à la mise en circulation des monnaies.

Au-delà de la définition de la chaine opératoire, le projet ATMOCE sera également l’occasion d’amorcer et de nourrir une réflexion sur l’usage de la monnaie de bronze et la question de la fiduciarité au second âge du Fer. Le projet intègre des actions de valorisation de la recherche.

Le projet s’inscrit dans l’axe Monnaie et finance de la MSH Val de Loire et bénéficie du label Intelligence des Patrimoines.

Durée

36 mois (2017-2020)

Aide

Région Centre-Val de Loire dans le cadre des Appels à Projets de Recherche d’Intérêt Régional (APR IR 2016).

Partenaires

Pilote : Sylvia NIETO-PELLETIER – Institut de recherche sur les archéomatériaux, Centre Ernest-Babelon (IRAMAT-CEB), UMR 5060

  • UMR 5060 IRAMAT-CEB, CNRS-université d’Orléans
  • INRAP
  • Pôle d’archéologie, Ville d’Orléans
  • UMR 7324 CITERES-LAT, CNRS-université de Tours
  • UPR 3079 CEMHTI, CNRS
  • Bibliothèque nationale de France, département des Monnaies, médailles et antiques
  • EA 6298 CETHIS, université de Tours
  • MSH Val de Loire
  • ARCHEA
  1. Cf. la description de la fouille sur le site de l’INRAP : Ilot de la Charpenterie, url : <https://multimedia.inrap.fr/atlas/Orleans/sites/2503/Ilot-de-la-Charpenterie> et les illustrations des objets découverts : https://www.images-archeologie.fr/Accueil/Recherche/p-4-Liste-de-resultats.htm?&page=1&pagination_bloc=25&txt=Charpenterie&submit=Ok&id=4&pagination_liste=48 []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Nouveau projet soutenu : VisualCoins : un outil de représentation graphique des liaisons de coins

Cet automne la Maison des Sciences de l’Homme Val de Loire avait lancé son XIIe appel à projets, MSH-VdL 20181 visant à développer l’interdisciplinarité, les recherches transversales entre équipes de recherche en SHS et en Sciences (théoriques et/ou appliquées), tout en promouvant une action forte à l’international.

L’IRAMAT – Centre Ernest-Babelon (UMR 5060, CNRS – Université d’Orléans) et le département des Monnaies, médailles et antiques de la Bibliothèque nationale de France y ont répondu en soumettant le projet VisualCoins : un outil de représentation graphique des liaisons de coins.

Alors que ce 6 février 2018, la Maison des Sciences de l’Homme Val de Loire publie les résultats de son appel, l’IRAMAT et la BnF se réjouissent d’apprendre que le projet est sélectionné.

Porté par Guillaume Sarah, le projet est financé à hauteur de 4 200 €. Outre l’IRAMAT-CEB et le département des Monnaies, médailles et antiques de la Bibliothèque nationale de France, le projet implique Le Studium Fellowship « Monnaies, coins, argent : relire les débuts de la période féodale » (Institut d’Études Avancées en Région Centre-Val de Loire).

Résumé du projet VisualCoins

Avec une forte visée expérimentale et un caractère innovant, le projet VisualCoins entend tester et adapter un nouvel outil logiciel développé par l’Atelier numérique de la MSH Val de Loire (l’outil d’exploration des graphes VisualGraphs) dans le cadre d’une des principales problématiques des recherches actuelles dans le domaine de l’histoire de la monnaie : la quantification des productions monétaires par l’étude des liaisons de coins. La mise en œuvre de ce logiciel dans ce cadre spécialisé permettra de représenter de manière simple et immédiate des schémas de liaisons de coins de séries monétaires qu’il est actuellement long et complexe de produire faute de logiciel adapté. Une fois la pertinence du logiciel VisualGraphs validée et les éventuels nouveaux développements testés en lien avec l’Atelier numérique de la MSH par l’équipe du projet, membres permanents et rattachés à l’IRAMAT-CEB et de la BnF, une restitution des expériences d’utilisateurs sera proposée à l’occasion d’une session scientifique de présentation. A l’issue du projet, des travaux de recherche faisant usage de cet outil innovant seront publiés et son emploi sera proposé dans la communauté des chercheurs en numismatique, voire au-delà pour susciter d’autres développements spécifiques.

Pour la BnF, il s’agira de fournir des données afin d’alimenter les essais de l’outil.

Problématique : les liaisons de coins

Le propos du projet concerne l’une des pierres d’angle de la numismatique, à savoir la formalisation des études de coins et en particulier les liaisons de coins.

Une monnaie ancienne, d’un point de vue technique, est dans la plupart des cas un disque de métal frappé entre deux matrices appelées coins monétaires. Ces deux matrices portent, gravés en miroir, les motifs et légendes qui confèrent à une masse de métal la garantie de l’autorité émettrice. Ces coins étant confectionnés à la main, chacun est par définition unique. Les coins sont rarement parvenus jusqu’à nous, mais nous les connaissons par les empreintes qu’ils ont laissées sur les monnaies. Un examen attentif des monnaies anciennes permet par conséquent d’identifier des liaisons de coins : par cette expression, les numismates désignent le fait de déterminer si deux monnaies ont été frappées par un même coin pour l’une de leurs faces ou pour les deux. Au sein d’un trésor ou pour un corpus recensant l’intégralité des monnaies d’une même série qui nous sont parvenues, il est possible, sur la base de ces observations, de déterminer des indices caractéroscopiques qui nous renseignent sur la représentativité de l’échantillon pris en compte par rapport à la production initiale. Des calculs statistiques permettent ensuite d’évaluer le nombre de coins employés pour la fabrication d’une série monétaire, voire d’estimer le nombre de monnaies produites.

L’étude des liaisons de coins est un travail long et patient qui constitue la première étape incontournable de la quantification des productions monétaires anciennes. En fonction de la dimension du corpus d’étude, un nombre d’informations parfois considérable est consigné par le numismate, souvent sous la forme de tableaux. Ces données sont aussi précieuses qu’austères et difficiles à présenter et à publier. La représentation avec des symboles identifiant les coins de droit et les coins de revers, reliés entre eux par des traits, tend à s’imposer comme la forme graphique privilégiée.

Or, aussi bien pour les publications imprimées que les pages internet ou les diapositives de présentation, la synthèse des liaisons de coins d’un monnayage relève souvent de la gageure que les chercheurs tentent de relever par le moyen de logiciels peu adaptés, pour parvenir à présenter l’ensemble des informations d’une manière lisible et compréhensible pour le lecteur ou l’auditeur.

Le lecteur profane peut se reporter à l’article de François de Callatay, L’historique de l’étude des liaisons de coins2. La fiche Les liaisons de coins et le graphique (que nous citons ci-dessous) consacrés au sujet par Christian R. Raschle dans son module Numismatique d’Antiquit@s, projet du Campus Virtuel Suisse, permettent d’appréhender la complexité de la question :

Enjeu

Les logiciels de représentation en réseaux pourraient constituer un outil pertinent pour parvenir à ce type de représentation de manière automatisée. Si cela est juste en théorie, aucun des logiciels disponibles à l’heure actuelle n’est adapté aux problématiques des numismates, avec à la fois les fonctionnalités souhaitées et la facilité d’utilisation requise, et ce de manière gratuite. Le développement au sein de la MSH VdL du logiciel VisualGraphs permet d’envisager de fournir un outil de représentation graphique des liaisons de coins aux numismates. Les premiers essais réalisés ont confirmé la bonne adéquation entre l’outil logiciel en cours de finalisation et  les problématiques des historiens de la monnaie.


En tout, six projets ont été retenus et seront financés à hauteur de 4200 € ou 5000€ au titre de l’Appel à projets 2018 de la MSH Val de Loire :

  1. Cf. http://www.msh-vdl.fr/actualite/appel-a-projets-2018-de-la-msh-val-de-loire/ []
  2. François de Callatay, « L’historique de l’étude des liaisons de coins (XVIIIe-XXe s.) », Bulletin de la société française de numismatique, 2007, avril, n° 4, p. 86-92. Disponible en ligne, url : http://www.academia.edu/338113/L_historique_de_l_%C3%A9tude_des_liaisons_de_coins_XVIIIe-XXe_s._. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts