Archives de catégorie : Programmes nationaux

ATMOCE : L’atelier monétaire gaulois de Cenabum. Production des bronzes carnutes IIe-Ier s. av. J.-C.

Résumé du projet

Les recherches archéologiques menées ces 30 dernières années dans l’agglomération orléanaise ont révélé des vestiges d’occupation du second âge du Fer sur une quinzaine de sites, parmi lesquels huit ont livré un nombre conséquent de monnaies gauloises. Les structures, monnaies, objets et résidus métalliques mis au jour en 1997 et 1999 dans l’Ilot de la Charpenterie1 à Orléans-Cenabum suggèrent la présence d’un atelier spécialisé dans le travail du bronze tout ou partie lié à la fabrication monétaire.

Fibule gauloise, IIe siècle avant notre ère. Îlot de la Charpenterie, Orléans (Loiret), 1999. © Émilie Roux, SAMO

Fondé sur une approche pluridisciplinaire, le projet ATMOCE a pour objectif l’étude de l’atelier monétaire gaulois d’Orléans, afin de caractériser le plus finement possible cette structure de production, dans toutes ses composantes, et d’apporter un éclairage nouveau à notre connaissance des ateliers monétaires gaulois. Les investigations seront élargies aux sites orléanais ayant livré du mobilier gaulois et au territoire traditionnellement attribué aux Carnutes.

Atelier monétaire gaulois de la fin du IIe siècle-milieu du Ier siècle avant notre ère.
Série de structures de combustion. Îlot de la Charpenterie, Orléans (Loiret), 1997-2000. © Thierry Massat, Afan

Près de 200 monnaies, le petit mobilier métallique et les résidus métalliques en alliage cuivreux seront étudiés et analysés selon une méthode d’analyse non destructive développée en Région Centre-Val de Loire (analyse par activation aux neutrons rapides de cyclotron). Ces analyses seront complétées par des observations métallographiques et de microscopie électronique à balayage. Parallèlement, les données relatives aux structures archéologiques seront reprises et traitées en étroite corrélation avec les données numismatiques, et le mobilier en céramique utilisé dans le cadre de la fabrication des alliages métalliques sera recensé et étudié. Un travail de cartographie et d’analyse spatiale des données permettra d’étudier les répartitions monétaires et les interactions spatiales dans leur ensemble.

L’ensemble des données produites sera interprété par un consortium d’historiens, d’archéologues, de numismates et de spécialistes des analyses physico-chimiques.

Il s’agira alors de rassembler et confronter des données numismatiques, archéologiques, archéométriques et spatiales afin de comprendre et préciser la production monétaire en alliage cuivreux chez les Carnutes au IIe et Ier siècles av. n.è. depuis la préparation des alliages monétaires jusqu’à la mise en circulation des monnaies.

Au-delà de la définition de la chaine opératoire, le projet ATMOCE sera également l’occasion d’amorcer et de nourrir une réflexion sur l’usage de la monnaie de bronze et la question de la fiduciarité au second âge du Fer. Le projet intègre des actions de valorisation de la recherche.

Le projet s’inscrit dans l’axe Monnaie et finance de la MSH Val de Loire et bénéficie du label Intelligence des Patrimoines.

Durée

36 mois (2017-2020)

Aide

Région Centre-Val de Loire dans le cadre des Appels à Projets de Recherche d’Intérêt Régional (APR IR 2016).

Partenaires

Pilote : Sylvia NIETO-PELLETIER – Institut de recherche sur les archéomatériaux, Centre Ernest-Babelon (IRAMAT-CEB), UMR 5060

  • UMR 5060 IRAMAT-CEB, CNRS-université d’Orléans
  • INRAP
  • Pôle d’archéologie, Ville d’Orléans
  • UMR 7324 CITERES-LAT, CNRS-université de Tours
  • UPR 3079 CEMHTI, CNRS
  • Bibliothèque nationale de France, département des Monnaies, médailles et antiques
  • EA 6298 CETHIS, université de Tours
  • MSH Val de Loire
  • ARCHEA
  1. Cf. la description de la fouille sur le site de l’INRAP : Ilot de la Charpenterie, url : <https://multimedia.inrap.fr/atlas/Orleans/sites/2503/Ilot-de-la-Charpenterie> et les illustrations des objets découverts : https://www.images-archeologie.fr/Accueil/Recherche/p-4-Liste-de-resultats.htm?&page=1&pagination_bloc=25&txt=Charpenterie&submit=Ok&id=4&pagination_liste=48 []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Nouveau projet soutenu : VisualCoins : un outil de représentation graphique des liaisons de coins

Cet automne la Maison des Sciences de l’Homme Val de Loire avait lancé son XIIe appel à projets, MSH-VdL 20181 visant à développer l’interdisciplinarité, les recherches transversales entre équipes de recherche en SHS et en Sciences (théoriques et/ou appliquées), tout en promouvant une action forte à l’international.

L’IRAMAT – Centre Ernest-Babelon (UMR 5060, CNRS – Université d’Orléans) et le département des Monnaies, médailles et antiques de la Bibliothèque nationale de France y ont répondu en soumettant le projet VisualCoins : un outil de représentation graphique des liaisons de coins.

Alors que ce 6 février 2018, la Maison des Sciences de l’Homme Val de Loire publie les résultats de son appel, l’IRAMAT et la BnF se réjouissent d’apprendre que le projet est sélectionné.

Porté par Guillaume Sarah, le projet est financé à hauteur de 4 200 €. Outre l’IRAMAT-CEB et le département des Monnaies, médailles et antiques de la Bibliothèque nationale de France, le projet implique Le Studium Fellowship « Monnaies, coins, argent : relire les débuts de la période féodale » (Institut d’Études Avancées en Région Centre-Val de Loire).

Résumé du projet VisualCoins

Avec une forte visée expérimentale et un caractère innovant, le projet VisualCoins entend tester et adapter un nouvel outil logiciel développé par l’Atelier numérique de la MSH Val de Loire (l’outil d’exploration des graphes VisualGraphs) dans le cadre d’une des principales problématiques des recherches actuelles dans le domaine de l’histoire de la monnaie : la quantification des productions monétaires par l’étude des liaisons de coins. La mise en œuvre de ce logiciel dans ce cadre spécialisé permettra de représenter de manière simple et immédiate des schémas de liaisons de coins de séries monétaires qu’il est actuellement long et complexe de produire faute de logiciel adapté. Une fois la pertinence du logiciel VisualGraphs validée et les éventuels nouveaux développements testés en lien avec l’Atelier numérique de la MSH par l’équipe du projet, membres permanents et rattachés à l’IRAMAT-CEB et de la BnF, une restitution des expériences d’utilisateurs sera proposée à l’occasion d’une session scientifique de présentation. A l’issue du projet, des travaux de recherche faisant usage de cet outil innovant seront publiés et son emploi sera proposé dans la communauté des chercheurs en numismatique, voire au-delà pour susciter d’autres développements spécifiques.

Pour la BnF, il s’agira de fournir des données afin d’alimenter les essais de l’outil.

Problématique : les liaisons de coins

Le propos du projet concerne l’une des pierres d’angle de la numismatique, à savoir la formalisation des études de coins et en particulier les liaisons de coins.

Une monnaie ancienne, d’un point de vue technique, est dans la plupart des cas un disque de métal frappé entre deux matrices appelées coins monétaires. Ces deux matrices portent, gravés en miroir, les motifs et légendes qui confèrent à une masse de métal la garantie de l’autorité émettrice. Ces coins étant confectionnés à la main, chacun est par définition unique. Les coins sont rarement parvenus jusqu’à nous, mais nous les connaissons par les empreintes qu’ils ont laissées sur les monnaies. Un examen attentif des monnaies anciennes permet par conséquent d’identifier des liaisons de coins : par cette expression, les numismates désignent le fait de déterminer si deux monnaies ont été frappées par un même coin pour l’une de leurs faces ou pour les deux. Au sein d’un trésor ou pour un corpus recensant l’intégralité des monnaies d’une même série qui nous sont parvenues, il est possible, sur la base de ces observations, de déterminer des indices caractéroscopiques qui nous renseignent sur la représentativité de l’échantillon pris en compte par rapport à la production initiale. Des calculs statistiques permettent ensuite d’évaluer le nombre de coins employés pour la fabrication d’une série monétaire, voire d’estimer le nombre de monnaies produites.

L’étude des liaisons de coins est un travail long et patient qui constitue la première étape incontournable de la quantification des productions monétaires anciennes. En fonction de la dimension du corpus d’étude, un nombre d’informations parfois considérable est consigné par le numismate, souvent sous la forme de tableaux. Ces données sont aussi précieuses qu’austères et difficiles à présenter et à publier. La représentation avec des symboles identifiant les coins de droit et les coins de revers, reliés entre eux par des traits, tend à s’imposer comme la forme graphique privilégiée.

Or, aussi bien pour les publications imprimées que les pages internet ou les diapositives de présentation, la synthèse des liaisons de coins d’un monnayage relève souvent de la gageure que les chercheurs tentent de relever par le moyen de logiciels peu adaptés, pour parvenir à présenter l’ensemble des informations d’une manière lisible et compréhensible pour le lecteur ou l’auditeur.

Le lecteur profane peut se reporter à l’article de François de Callatay, L’historique de l’étude des liaisons de coins2. La fiche Les liaisons de coins et le graphique (que nous citons ci-dessous) consacrés au sujet par Christian R. Raschle dans son module Numismatique d’Antiquit@s, projet du Campus Virtuel Suisse, permettent d’appréhender la complexité de la question :

Enjeu

Les logiciels de représentation en réseaux pourraient constituer un outil pertinent pour parvenir à ce type de représentation de manière automatisée. Si cela est juste en théorie, aucun des logiciels disponibles à l’heure actuelle n’est adapté aux problématiques des numismates, avec à la fois les fonctionnalités souhaitées et la facilité d’utilisation requise, et ce de manière gratuite. Le développement au sein de la MSH VdL du logiciel VisualGraphs permet d’envisager de fournir un outil de représentation graphique des liaisons de coins aux numismates. Les premiers essais réalisés ont confirmé la bonne adéquation entre l’outil logiciel en cours de finalisation et  les problématiques des historiens de la monnaie.


En tout, six projets ont été retenus et seront financés à hauteur de 4200 € ou 5000€ au titre de l’Appel à projets 2018 de la MSH Val de Loire :

  1. Cf. http://www.msh-vdl.fr/actualite/appel-a-projets-2018-de-la-msh-val-de-loire/ []
  2. François de Callatay, « L’historique de l’étude des liaisons de coins (XVIIIe-XXe s.) », Bulletin de la société française de numismatique, 2007, avril, n° 4, p. 86-92. Disponible en ligne, url : http://www.academia.edu/338113/L_historique_de_l_%C3%A9tude_des_liaisons_de_coins_XVIIIe-XXe_s._. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts