Archives de catégorie : Programmes de recherche

ANR DEF19 : dictionnaire des éditeurs français du XIXe siècle

anrL’Agence Nationale de la Recherche (ANR) a accepté le projet DEF19 (dictionnaire des éditeurs français du XIXe siècle) dans le cadre de son appel à projets 2014, défi « Sociétés innovantes, intégrantes et adaptatives ».

Consortium

Résumé

Le projet DEF19 a pour objectif principal de combler un manque dans le champ de l’histoire de l’édition, en élaborant un dictionnaire des éditeurs français du XIXe siècle.

Un tel outil n’existe pas à ce jour pour cette période, contrairement à l’époque moderne qui en possède plusieurs – ou à d’autres pays comme l’Italie ou l’Autriche, qui se sont déjà dotés de tels répertoires. Toutes ces réalisations ont nettement fait la preuve de leur utilité. Il s’agira donc de constituer un dictionnaire à la fois traditionnel, sous forme de livre imprimé – afin de satisfaire les préférences de nombres d’amateurs et de spécialistes attachés au format classique des supports de lecture et d’information – et en même temps innovant, avec une base de données consultable en ligne et participative et un carnet de recherche, conçus comme des outils d’échange avec la communauté des chercheurs.

Ce projet réunit des compétences diverses, tant celles de chercheurs, jeunes ou expérimentés, dans le domaine de l’histoire du livre et de l’édition (autour d’une équipe issue des universités de Versailles-Saint Quentin-en-Yvelines et Paris-Ouest-Nanterre-La Défense, tous membres du Centre d’Histoire Culturelle des Sociétés Contemporaines) que de professionnels de la documentation et des archives qui pourront mettre au service du projet à la fois leurs collections (celles de la Bibliothèque nationale de France, des Archives nationales, du CHCSC), leur pratique quotidienne de tels outils et leur expertise dans le domaine de la réalisation de répertoires, de dictionnaires, et de bases de données.

Le projet, prévu pour quatre ans, sera jalonné par des manifestations scientifiques indispensables à sa bonne marche et à l’élaboration d’un cadre méthodologique rigoureux, tant pour la collecte des données que pour la constitution et l’édition de la base de données et du dictionnaire papier. Elles permettront également de mettre en avant les pistes de recherche originales que la réalisation d’une telle enquête, qui se veut la plus exhaustive possible sur un champ balisé de façon encore partielle, sera à même de faire émerger. Entreprise biographique – c’est l’objet même d’un dictionnaire de ce type – le projet DEF19 se veut aussi prosopographique et permettra de faire progresser notre connaissance de l’histoire sociale, économique et culturelle du XIXe siècle, ainsi que des conditions d’émergence et de perpétuation du système culturel moderne dans lequel évolue toujours notre société, celui de la culture de masse et de la civilisation de l’imprimé dans lesquelles les éditeurs ont joué et jouent toujours un rôle central.

Contribution de la BnF

Pour alimenter la base de données qui est au coeur du projet DEF19, la BnF met à disposition du programme les données de son catalogue en ligne, ses notices d’autorités « éditeurs », le Répertoire d’imprimeurs-libraires et le Dictionnaire des imprimeurs lithographes du XIXe siècle de Corinne Bouquin.

Durée

La durée prévue du projet, débuté en octobre 2014, est de 60 mois.

Aide

L’aide de l’ANR s’élève à 192 334 euros.

Programme ANR

Le projet ANR-14-CE31-0008 s’inscrit dans le cadre du programme Création, cultures et patrimoines (DS0804) 2014 de l’ANR.

Pour en savoir plus

Le programme publie son carnet de recherches, DEF19. Dictionnaire des éditeurs français du XIXe siècle, disponible en ligne : <https://def19.hypotheses.org/>.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

ANR Saint-Simonisme 18-21

anr
L’Agence Nationale de la Recherche (ANR) a accepté le projet SAINT-SIMONISME 18-21 (« Le saint-simonisme : une utopie innovante à revisiter ») dans le cadre de son appel à projets générique de 2015.

 

Le projet, coordonné par Michel Bellet (Groupe d’analyse et de théorie économique Lyon St Etienne (GATE), Université Jean Monnet), s’inscrit dans l’axe 1 (« Rapport au risque et innovation sociale ») du Défi n° 8 (« Sociétés innovantes, intégrantes et adaptatives »).

Consortium

Les partenaires du projet sont :

Résumé

Le projet SAINT-SIMONISME 18-21 consiste en la redécouverte pluridisciplinaire de la plus grande utopie du XIXème siècle élaborée et développée sous une forme pratique entre 1810 et 1880. Cette utopie a produit des innovations intellectuelles et pratiques pour faire face aux incertitudes et risques créés par la mutation d’un monde. Elle est interrogée sous deux formes interdépendantes.

La première renvoie à une volonté réinterprétative fondée sur des aller-et-retour rétrospectifs entre siècles (18-21), à partir des grandes questions affrontées par le système de pensée saint simonien : nouveaux modes d’organisation et de production, justice sociale, égalité des sexes et de la famille, fin des idéologies et retour du religieux, rejet d’une discipline économique autonome…

La seconde renvoie à une volonté de se fonder sur un retour aux textes (souvent difficiles d’accès), avec leur traitement moderne, pour mettre en valeur leur potentiel d’actualité par éditions critiques multi-supports.

Durée

La durée prévue du projet, débuté en octobre 2015, est de 36 mois.

Le projet donne lieu, entre autres, à un séminaire mensuel d’études saint-simoniennes accueilli par la Bibliothèque de l’Arsenal, connue pour son Fonds Enfantin ou fonds saint-simonien.

Aide

L’aide de l’ANR s’élève à 251 004 euros.

Programme ANR

Le projet ANR-15-CE27-0003 s’inscrit dans le cadre du programme Cultures, patrimoines, création (DS0805) 2015 de l’ANR.

Pour en savoir plus

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

La Librairie des rois Charles V et Charles VI

La Librairie que le roi Charles V avait organisée au Louvre et dans ses différentes résidences parisiennes comptait environ 1100 manuscrits, un chiffre exceptionnel pour une bibliothèque princière, en majeure partie en français. Du fait de son importance numérique et intellectuelle, elle se trouvait être le pendant aristocratique, en langue vernaculaire de ce qu’était, à la même époque la Bibliothèque du collège de Sorbonne, en latin, pour le monde universitaire. Première bibliothèque royale française, son rôle comme fondement de l’autorité monarchique et source d’une culture commune en langue vernaculaire pour l’aristocratie fut essentiel.

Édition scientifique

Dans le cadre du plan quadriennal de la recherche de la BnF, le département des Manuscrits oeuvre à une édition scientifique du contenu de la Libraire de Charles V1, telle qu’elle était en 1380, à la mort du roi, et des échanges qu’elle suscita sous le règne de Charles VI, à partir des données des 13 inventaires, qui, de 1380 à 1424, recensent les livres de la tour de la Fauconnerie au Louvre (917 manuscrits) et ceux des résidences du roi, à Vincennes, Saint-Germain-en-Laye, Beaulté-sur-Marne, Melun… (114 manuscrits). Le manuscrit BnF, Français 27002 sert de base à l’édition ; il s’agit d’une copie de l’inventaire remis à Gilles Malet, garde de la Librairie, et qu’il annota.

Le programme aboutira à la publication de l’édition scientifique des inventaires en deux tomes, de 800 p. chacun, dans la collection Documents Etudes, et Répertoires, dirigée par F. Bougard, directeur de l’IRHT, consacrée à l’histoire des bibliothèques médiévales. La publication proposera l’identification textuelle des 1100 manuscrits (généralement des recueils) conservés au Louvre et dans les résidences royales et la description des 185 manuscrits subsistants.

Outre l’édition imprimée, le projet entend proposer une publication électronique de la transcription des 13 inventaires de la Librairie de Charles V et Charles VI.

Apports

Le projet apportera un éclairage original sur la manière dont s’est constituée la première bibliothèque royale et, à travers la « première » dispersion de ses manuscrits, sur les éléments qui ont présidé à la formation de la culture française dans la seconde moitié du XIVe siècle et au début du XVe siècle, ferment d’une identité aristocratique commune au XVe siècle.

Pour la première fois, le contenu intellectuel et l’organisation matérielle d’une bibliothèque royale médiévale sera ainsi appréhendée. Cette recherche met l’accent sur la constitution de la bibliothèque royale à partir de réseaux familiaux princiers et sur sa dispersion, au gré des pérégrinations de ses manuscrits dans les collections européennes d’Ancien Régime, pour aboutir finalement à la BnF et dans les bibliothèques publiques d’Europe du Nord et des États-Unis.

La publication est appelée à remplacer les Recherches sur la Librairie de Charles V3 que publia en 1907, en 2 volumes, Léopold Delisle, et à compléter les données de l’exposition La Librairie de Charles V, organisé à la BN en 1968, dont le maître d’œuvre était François Avril.

Ce projet bénéficiera des résultats obtenus à la suite de différents programmes de recherche menés sur la Librairie de Charles V et Charles VI comme le programme européen EUROPEANA REGIA  qui comprenait la numérisation des 80 manuscrits de Charles V4.

Partenariat

Piloté par Marie-Hélène Tesnière, conservateur général au département des Manuscrits, ce programme est le résultat d’une collaboration entre la BnF et l’Institut de recherche et d’histoire des textes (IRHT) : Monique Peyrafort-Huin et Françoise Féry-Hue.


Pour en savoir plus : Marie-Hélène Tesnière, Ann Kelders et Yann Sordet, La reconstitution virtuelle d’une bibliothèque perdue : la librairie de Charles V, in Numérisation du patrimoine écrit. Du projet scientifique à sa mise en oeuvre : l‘exemple d' »Europeana Regia », Colloque des 30 et 31 mars 2010. Disponible en ligne : <http://www.inp.fr/Mediatheque-numerique/Colloques/La-numerisation-du-patrimoine-ecrit.-Du-projet-scientifique-a-sa-mise-en-oeuvre-l-exemple-d-Europeana-Regia/La-reconstitution-virtuelle-d-une-bibliotheque-perdue-la-librairie-de-Charles-V>.

Image de Une : Le Duc de Bourbon rend hommage au Roi Charles V.

  1. La librairie de Charles V (1364-1380) : fiche pédagogique. Disponible en ligne : <http://classes.bnf.fr/rendezvous/pdf/fiche_livre3.pdf> []
  2. Inventaire des « livres de tres souverain et tres excellent prince roy Charles le Quint,… l’an de grace.MCCCLXXIII… par… GILET MALET, son varlet de chambre ». Disponible en ligne : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b9009689x> []
  3. Recherches sur la librairie de Charles V, Paris : H. Champion, 1907. Disponible en ligne : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k131727p> []
  4. « La Librairie de Charles V et sa famille. La reconstitution d’un modèle des bibliothèques princières », europeana Regia. Disponible en ligne : <http://www.europeanaregia.eu/fr/collections-historiques/librairie-charles-v-famille> []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Les incunables de l’Arsenal : un continent à découvrir

Fol-T-1094_vol1_a1rEn 2014, avec la parution du dernier tome du Catalogue des incunables (CIBN1), la Bibliothèque nationale de France achevait le recensement et le catalogage des incunables en sa possession (couvrant la Réserve des livres rares, les départements des Cartes et plans, des Estampes et de la photographie, des Manuscrits et des Arts du spectacle), à une exception près. En effet, le catalogue ne comprend pas les incunables de la Bibliothèque de l’Arsenal, dont les fonds demeuraient à décrire.

Inventaire des incunables de l’Arsenal

Principalement connus grâce au catalogue de Marie Pellechet et Louis Polain établi à la fin du XIXe siècle2, les incunables de la bibliothèque de l’Arsenal restent mal représentés dans les catalogues mondiaux (151 notices seulement dans l’ISTC3). Ceci est d’autant plus regrettable vu l’importance quantitative du fonds (environ 1600 cotes) et sa qualité, puisqu’il comprend nombre d’exemplaires uniques et de provenances intéressantes.

Aussi, depuis 2010, la Bibliothèque de l’Arsenal s’est attelée à combler cette lacune en inventoriant l’ensemble de ses incunables en vue de la publication d’un catalogue scientifique répondant aux normes actuelles.

Section Sciences et arts

Dans le cadre du plan triennal de la recherche 2010-2012 de la BnF, Martine Lefèvre a décrit l’ensemble des incunables de la section « Sciences et arts ». Le projet a consisté à localiser les incunables de la section, à les décrire et à les restituer dans l’histoire des collections.

Plusieurs exemplaires uniques au monde ont été recensés, notamment :

Spirito. Libro dala ventura. – Milano, Pietro Martire Mantegazza pour Giovanni da Legnano, 26 IX 1500. – 2° (Est 472) (déjà décrit dans certains répertoires) ;

Paulus II. Bulla. – [Mondovi, Antonio di Mattia et Baldassare Corderio, circa 1472-1473.] – 4° (4° S 606 (4) (complètement inconnu).

À cela s’ajoute un certain nombre d’éditions conservées en seulement deux exemplaires au monde. Beaucoup d’éditions ne figurent pas dans les collections de la Réserve des livres rares. Des provenances remarquables méritent d’être signalées, tels les dons d’Antoine Vérard à l’abbaye de Clairvaux (Rés. Fol S 350 et Fol S 151) ; si l’on ajoute un exemplaire conservé en « Belles-Lettres » et un exemplaire conservé en « Théologie », ce sont au moins quatre ouvrages offerts par Vérard que conserve la bibliothèque de l’Arsenal. Plusieurs d’entre eux ont appartenu au duc de La Vallière avant de rejoindre la collection du marquis de Paulmy, fondateur de la collection de la bibliothèque de l’Arsenal. Les ouvrages rassemblés par ce collectionneur constituent le noyau du fonds ancien de la bibliothèque de l’Arsenal, qui fut ensuite complété par les confiscations révolutionnaires.

L’ex-libris et les armoiries peintes de Jean Budé se remarquent sur les Opera medica de J. M. Ferrarius. – Milano, [Giovanni Antonio d’Onate] pour Pietro Antonio da Castiglione, [4 V] 1481. – 2°. (Fol. S 819).
L’humaniste italien Matteo Bandello a apposé son nom sur une édition milanaise du De Carcere de Platinus Platus, probablement acquise à Milan avant son arrivée en France en 1525 (4° S 4248 (8)).

Enfin, d’après une annotation portée par Paulmy dans son catalogue, un ouvrage, relié à neuf par Bradel (Réserve Fol. S 248), proviendrait de Johann Amerbach. La bibliothèque conserve au moins un autre exemplaire provenant du célèbre imprimeur bâlois, ce dernier en reliure d’époque (4° BL 827).

Si l’immense majorité des exemplaires provient des confiscations révolutionnaires, on note cependant un achat effectué en 1792 par Ameilhon (De Cometis. – [Beromünster, Helyas Helyæ, post IV 1472.] – 2o. (Fol. S 1281))

Pour conclure, il est apparu que  l’ensemble de la section « Sciences et arts » comprenait 199 éditions incunables, représentant 219 exemplaires, soit 192 volumes. 77 éditions sur 199, soit 38,6 %, ne sont pas représentées dans le CIBN.  La proportion varie en fonction du format. Ainsi, sur un total de 21 éditions in-8°, 14, soit 66 %, ne figurent pas au CIBN.

Section Belles-Lettres

Au cours des années 2011-2012, le chantier s’est poursuivi par le catalogage de la section « Belles-Lettres », dont 105 cotes restaient à cataloguer. Au sein de cette section, le nombre d’éditions rares s’est avéré très élevé. Ces exemplaires uniques montrent le rôle important que joua le fondateur de la bibliothèque de l’Arsenal dans la sauvegarde des éditions en langues vernaculaires.

Le traitement des sections « Sciences et arts » et « Belles-lettres » a mis en lumière une vingtaine d’exemplaires uniques au monde, ce qui confirme l’exceptionnelle richesse du fonds de l’Arsenal.

Les incunables de la section « belles-lettres » totalisent 291 éditions, qui correspondent à 324 exemplaires, soit 281 volumes.

Section Histoire

Dans le cadre du plan triennal 2013-2015, la Bibliothèque de l’Arsenal s’est proposé de traiter l’ensemble de la section « Histoire », environ 267 cotes, qui s’ajoutent aux 219 exemplaires de la section « Sciences et arts » et aux 324 cotes de la section « Belles-Lettres ».
Les incunables de la section « Histoire » retiennent particulièrement l’attention, en raison de l’intérêt porté aux sciences historiques par le marquis de Paulmy4 et le duc de La Vallière5. Cette section présente des provenances particulièrement intéressantes. Ainsi la cote Fol. H 3723 désigne un intéressant livre de raison d’une famille de Saône-et-Loire, commencé au XVe siècle et poursuivi au XVIe siècle. Un incunable provenant de la bibliothèque des rois aragonais a également été identifié (Fol. H 1348). Il a conservé sa reliure exécutée pour cette collection. Enfin, un exemplaire exceptionnel d’un Boccace publié par Antoine Vérard (Trésors de la bibliothèque de l’Arsenal, 1980, n°77, Rés. Fol. H 4991) est orné de 10 peintures à pleine page et de 163 petites miniatures. Recouvert d’une reliure de velours ciselé, il surpasse l’exemplaire de la bibliothèque du Congrès6, considéré jusqu’à maintenant comme le plus précieux des volumes conservés. Le destinataire de ce luxueux exemplaire demeure un mystère. Comme dans deux exemplaires offerts en 1494 à Charles VIII (Des livres et des rois7, n° 20 et 23), les intitulés des chapitres ont été reportés à la main dans les marges. Bien que l’on trouve dans le catalogue de la bibliothèque royale de 15448 un exemplaire des Nobles malheureux couvert de velours noir, (Omont9, n° 1345), rien ne permet de supposer que ce volume ait été offert à Charles VIII.

Les incunables de la section « Histoire » totalisent 193 éditions correspondant à 256 exemplaires, soit 249 volumes. Le programme s’est ensuite poursuivi par le traitement de la « Jurisprudence ».

Section Jurisprudence

La section « Jurisprudence », numériquement moins fournie que les autres, est particulièrement remarquable par les exemplaires en petit format, dont peu d’exemplaires nous sont parvenus. La bibliothèque de l’Arsenal conserve notamment l’unique témoin d’un recueil d’ordonnances postérieur à 1492 (4° J 2051) :

Ordonnances des amortissements. – CHARLES VII. Ordonnances sur les criées et subhastations. – [Paris, Philippe Pigouchet, non ante 1492]. – 4°, ill., 26 ff., sign. A-E4, F6 ; 37 ll. – Caractères B 81 de Philippe Pigouchet, cf. BMC VIII pl. XIV.

La section « Jurisprudence » totalise 83 éditions incunables correspondant à 88 exemplaires, soit 75 volumes.

Section Théologie

La section « Théologie » est actuellement en cours de traitement : les notices ont été rédigées entre 2013 et 2016 et sont en relecture. Cette section comporte de nombreux exemplaires rares. Là encore, les petits formats se distinguent par le nombre assez élevé d’unica, notamment :

[Psalterium Romanum :] Psalterium cum hymnis, canticis et antiphonis ad modum curie romanae. – [Napoli,] Sixtus Riessinger, [circa 1471-1478]. – 8°, 142 ff., sign. [a-d10, e8, f-h10, i-l8, m-p10] ; 1 col. 26 ll. – Caractère R 98A et G 180 : BMC VI, pl. LXV (IA. 29313). (8° T 1958)

Missale Carnotense. – Paris, Johannes Higman [pour Antoine Vérard ?], Idibus Octobris [15 X] 1491. – 2°, sign. [a6] a-i8 k10 k-n8 a10 b-d8, ill., musique. (4° T 846)

Baptismale secundum usum Viennensis diocesis. – Ordo ad visitandum infirmum. – Missa de sancto spiritu. – [Lyon, Mathias Huss, circa 1493 ?] – 4°, 44 ff. sign. a-c8, d4, e8, A8, 1 col. 31 ll., ill., portées sans notes. – Caractères G94, cf. BMC VIII, p. 258 (95G). (8° T 2366)

On y trouve également plusieurs livres d’heures, dont certains furent enluminés par des Maîtres parisiens actifs à la fin du XVe siècle. Citons à titre d’exemple l’exemplaire des Heures à l’usage de Rome publiées à Paris par Philippe Pigouchet pour Simon Vostre en septembre 1498 (4° T 951), qui conserve sa reliure en velours bleu, et en tête duquel a été reliée une liste manuscrite des peintures contenues dans le volume.

Certains exemplaires ont une histoire particulièrement intéressante. Par exemple, celui de la Summa de casibus conscientiæ, imprimé à Paris avant 1473 par Ulrich Gering, Martin Crantz et Michæl Friburger (Fol. T 1524), comporte un ex-dono manuscrit d’Antoine de Cambrai. Ce dernier offrit ce livre à Robert Gaguin, ami de Guillaume Fichet et chef de file du second humanisme français à partir de 1472.

Cette section comporte 736 exemplaires incunables.

Conclusion provisoire

La Bibliothèque de l’Arsenal est maintenant capable d’estimer le corpus des incunables qu’elle conserve à 1623 exemplaires.

Le travail de description a connu dans les 6 dernières années une progression décisive puisque la totalité des volumes sont désormais identifiés et traités. Ce dernier programme de recherche permettra d’harmoniser les notices, d’effectuer des vérifications concernant les provenances, et de conduire le travail éditorial (relecture, établissement de tables et de pièces liminaires)  indispensable pour une publication en 2019.

Le corpus ainsi décrit permettra la valorisation d’un patrimoine culturel commun et offrira de nouvelles pistes sur le passage du manuscrit à l’imprimé, la production des ateliers typographiques, la circulation des éditions, enfin la place occupée par les incunables dans les collections bibliophiliques formées au XVIIIe siècle.

Perspectives

Dans le domaine des incunables, d’autres programmes sont en cours, comme le catalogue des incunables de la Bibliothèque Sainte-Geneviève, ou le projet d’informatisation des catalogues régionaux des incunables des bibliothèques publiques de France10.


Image de Une : HIERONYMUS, S. Epistolæ. Éd. Theodorus Lælius. – Venezia, Bernardino Benagli, 14 VII 1490. – 2 parties, 2°.
HC 8560. GW 12432. Pell 5986 (5974). Polain 4435. IGI 4742. Goff H-172. BMC V 372. CIBN H-107.
Variante : collation du vol.2 = Pell (présence d’un cahier GG2 entre les cahiers G12 et H8), ≠ GW :

Ars. Fol. T 1094 (1-2) (Anciennement T 3810. – Inc. du 1er f. blanc ; le cahier v est relié à la fin du 2nd vol. – Prov. Ex-libr. ms de l’abbaye de Saint-Airy à Verdun, post 1611 ; ex-libr. peint et armoiries peintes de Richard de Wassebourg, archidiacre à Verdun en 1549. – Initiales ornées ; ff.a1r° et A1r° enluminés ; très rares notes mss, 16e s.)

  1. Tome I, fasc. 1 : Xylographes et A. 1992. ISBN : 2-7177-1823-0
    Tome I, fasc. 2 : B. 1996. ISBN : 2-7177-1976-8
    Tome I, fasc. 3 : C-D. 2006. ISBN : 2-7177-2356-0
    Tome I, fasc. 4 : Xilographes et E-G et Supplément. 2014. ISBN : 978-2-7177-2561-2
    Tome II, fasc. 1 : H-L. 1981. ISBN : 2-7177-1611-4
    Tome II, fasc. 2 : M-O. 1982. ISBN : 2-7177-1642-4
    Tome II, fasc. 3 : P-R. 1983. ISBN : 2-7177-1681-5
    Tome II, fasc. 4 : S-Z et Hebraica. 1985. ISBN : 2-7177-1700-5 []
  2. Marie Pellechet et Louis Polain, Catalogue général des incunables des bibliothèques publiques de France, 27 vol., Paris, 1897-1909. []
  3. Incunabula Short Title Catalogue. Disponible en ligne : <http://www.bl.uk/catalogues/istc/> []
  4. La bibliothèque du marquis de Paulmy. Disponible en ligne : <http://www.bnf.fr/fr/collections_et_services/anx_fds_col/a.bibliotheque_paulmy.html> []
  5. La collection du duc de La Vallière. Disponible en ligne : <http://www.bnf.fr/fr/collections_et_services/anx_fds_col/a.collection_la_valliere.html> []
  6. Boccace des nobles maleureux, imprime nouuellement. De casibus virorum illustrium. Paris, Antoine Vérard, 4 Nov. 1494. []
  7. Ursula Baurmeister et Marie-Pierre Laffitte, Des livres et des rois : la Bibliothèque royale de Blois, Paris : Bibliothèque nationale : Quai Voltaire, 1992 []
  8.   Inventaire de la Librairie royale de Blois. Disponible en ligne : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b6000260n/f169.item> []
  9. Henri Omont, Anciens inventaires et catalogues de la Bibliothèque nationale, I, La Librairie royale à Blois, Fontainebleau et Paris au XVIe siècle, Paris, 1908, p. 155-264. []
  10. Projet CRII : Catalogues Régionaux des Incunables Informatisés []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Journée d’étude : « Prosopographie, arts, enseignement : le Conservatoire national de musique et ses élèves au XIXe siècle »

Né en 1795, le Conservatoire, qui ambitionne de former
des artistes professionnels, devient au cours du XIXe siècle
l’institution centrale dans ce domaine. Loin de fonctionner
en autarcie, l’établissement prend activement part à la vie
musicale en faisant régulièrement entendre les progrès
de ses élèves au public parisien.

Argumentaire

Les musiciens qu’il forme irriguent ensuite les scènes françaises et européennes : instrumentistes virtuoses et chanteurs se produisent en solistes ou rejoignent les rangs de prestigieuses formations musicales ; d’autres, embrassant le métier d’enseignant, délivrent à leur tour les connaissances transmises par leurs maîtres ; les compositeurs enrichissent le répertoire d’œuvres majeures et accompagnent, voire modèlent, l’évolution des goûts et des styles musicaux. Étudier systématiquement la formation que reçoivent ces artistes au sein du Conservatoire permet de comprendre comment s’élaborent les carrières musicales à une période où s’accroît le fossé entre musiciens amateurs et professionnels.

Dans cette perspective, la base de données prosopographique des élèves du Conservatoire, élaborée dans le cadre de l’ANR HEMEF (Histoire de l’enseignement de la musique en France au  XIXe  siècle), entend combler une lacune. En recensant tous les élèves, lauréats ou non, qui fréquentent l’établissement, elle dessine les contours du groupe que constituent ces futurs artistes (âge, provenance, origine sociale, instruments pratiqués, cursus, réussite) et précise le fonctionnement institutionnel et pédagogique du Conservatoire.

Cette journée d’étude abordera les questions de méthode que pose l’emploi de la prosopographie et proposera plusieurs usages de la base de données des élèves inscrits au Conservatoire au cours du  XIXe siècle.

Organisateurs

  • Marie Duchêne-Thégarid (ANR-HEMEF),
  • Catherine Mérot (Archives nationales),
  • Cécile Reynaud (BnF/ePHe)

Dates et lieux

Entrée gratuite dans la limite des places disponibles
1er juin 2016
Archives nationales
59 rue Guynemer
93383 Pierrefitte-sur-Seine

Programme

Programme complet [pdf]


Image de Une : E. Silas, lauréat du concours de 1849, élève de M.r Benoist, professeur au Conservatoire / A. Collette

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Les globes anciens conservés en France

Le département des Cartes et plans de la BnF conserve l’une des principales collections au monde de globes terrestres et célestes anciens, composée de plus de 200 objets datant du XIe au XIXe siècle, d’origine européenne ou arabe.

Avec le Conservatoire national des arts et métiers (Cnam), il possède la plus grande collection de globes en France, et sans conteste la plus exceptionnelle : il suffit de penser aux globes de Louis XIV et aux globes uniques du XVIe siècle. Aux globes montés sur pied (plus de 150), il faut ajouter les nombreux globes conservés dans des portefeuilles sous forme de fuseaux imprimés.

Un projet de recherche

Depuis 2013, un travail scientifique est en cours pour actualiser et compléter la description des globes de la BnF et de la Société de géographie1.

L’objectif principal du programme est de dresser un catalogue des globes anciens conservés dans les collections publiques françaises.

Le département dispose de l’inventaire dactylographié réalisé en 1970 à l’initiative d’Edmond Pognon, conservateur en chef du département des Cartes et Plans, et de Gabrielle Duprat, conservateur en chef de la Bibliothèque du Museum national d’histoire naturelle, dans le cadre d’un programme de recherches du CNRS  et qui recensait 231 pièces antérieures à 1850 dont 101 à Paris2, mais resté inachevé et non publié. La liste est complétée des archives que Mme Duprat a léguées au département et qui comprennent les descriptions détaillées des globes, accompagnées souvent de photographies et de quelques précisions sur l’état de conservation des globes.

Quarante ans après, la situation a beaucoup évolué : restaurations, enrichissements, changements d’affectation et de localisation, transferts de propriété, dommages, pertes et vols ont été régulièrement signalés aux directeurs successifs du département des Cartes et plans de la BnF. Une nouvelle campagne de recensement se justifie donc.

Pour faire connaître le patrimoine national des globes anciens, le programme vise aussi à développer une base de données consultable en ligne et enrichissable qui associera des images 2D et 3D, sur le modèle de la base Reliures (http://reliures.bnf.fr/) qui sera de nature à susciter et faciliter les recherches sur les globes et l’utilisation du globe comme source dans la recherche scientifique.

Numérisation 3D

En effet, parallèlement au programme de recherche, bénéficiant d’un mécénat exceptionnel de Dai Nippon Printing3, et avec le mécénat de la Fondation d’entreprise Total, le département des Cartes et plans a engagé la numérisation en haute résolution et la modélisation en 3D de 55 globes anciens terrestres et célestes : il s’agit d’une numérisation à forte valeur ajoutée, menée pour le grand public comme pour la communauté scientifique. Le résultat est librement accessible dans Gallica, la bibliothèque numérique de la BnF : un dossier (url : <http://gallica.bnf.fr/html/und/cartes/les-globes-en-3d>) présente le projet et offre trois accès :

La mise en ligne de ces globes a été l’occasion de proposer une nouvelle fonctionnalité dans Gallica, la visualisation 3D accessible au moyen du bouton : 3D. Un clic sur le bouton active le visualiseur 3D permettant de lancer une rotation automatique ou manuelle du globe. Notons que ce visualiseur offre la fonction zoom4 habituelle de Gallica.

Volet national

Un élargissement du recensement à l’ensemble des collections de globes en France va être réalisé d’ici 2019, avec la publication d’un catalogue et la constitution de la base de données de référence, qui aura vocation à s’enrichir et à s’actualiser. Un questionnaire sera soumis aux différentes institutions susceptibles de conserver des globes : bibliothèques, musées, centres d’archives, etc. Il portera aussi bien sur les globes que les globes en fuseaux. La couverture chronologique s’étendra aux globes produits jusqu’en 1940.

Modélisation XML-TEI

Jocelyn Monchamp, conservateur stagiaire, a mené un travail de compilation et d’analyse du vocabulaire et de la structure employés par les principaux spécialistes dans les catalogues étrangers et autres publications de référence. Sur cette base, des choix ont été faits pour structurer la description des globes. Dans un second temps, un travail de comparaison des langages XML exploitables pour la description des globes a permis de distinguer le module « Description des manuscrits » de la TEI P5 (utilisée pour la base Reliures) comme le modèle le mieux adapté. Un modèle TEI-globes a pu être établi sur cette base avec des enrichissements spécifiques. Il reste désormais à décrire les collections en appliquant le modèle pour alimenter la base de données à développer.

Valorisation du programme

L’Agence France-Museum a retenu au printemps 2014 le projet d’exposition Le Monde en sphères sur les globes proposé par la département des Cartes et Plans pour l’année d’ouverture du Louvre Abu Dhabi (octobre-décembre 2017). Les commissaires en seront Jean-Yves Sarazin, François Nawrocki et Catherine Hofmann.

Du 19 février au 4 septembre 2016 l’exposition Globes in motion5, qui se tient au Dai Nippon Printing (Gotanda Building) à Tokyo, permet d’exposer 10 globes.


Image de une : Globe terrestre dit « globe vert » de Martin Waldseemüller avec la première mention du mot « America »

Citer ce billet : Olivier Jacquot. “Les globes anciens conservés en France”. Dans Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France [En ligne]. https://bnf.hypotheses.org/245 (consulté le 3 mai 2016).
  1. Cf. la description Globes et Cartes qui en est faite sur le site de la Société. Disponible sur le Web : <http://www.socgeo.org/bibliotheque/globes-et-cartes/> []
  2. DUPRAT (Gabrielle) ; [avec la collaboration de Gabrielle Duprat ; avant-propos de Edmond Pognon], Liste des globes terrestres et célestes anciens (antérieurs à 1850) conservés dans les collections publiques de France, Paris, CNRS, 1970, 42 f. Cf. : « Liste des globes terrestres et célestes anciens », in Bulletin des bibliothèques de France (BBF), n° 2, 1971, p. 99-99. Disponible sur le Web : <http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-1971-02-0099-006>. Et DUPRAT (Gabrielle), « Les globes terrestres et célestes de France », Der Globusfreund, n° 21/23, 1973, p. 198-225. Disponible sur le Web : <http://www.jstor.org/stable/41628733>. []
  3. Cf. le communiqué de presse disponible sur le Web :  <http://www.bnf.fr/documents/cp_mecenat_globes_dnp.pdf> []
  4. Cf. « Le nouveau zoom et les autres actualités de Gallica », Gallica, le blog, 9 mai 2011. Disponible sur le Web : <http://blog.bnf.fr/gallica/index.php/2011/05/09/le-nouveau-zoom-et-les-autres-actualites-de-gallica/> []
  5. Globes in motion. Disponible sur le Web : <http://www.museumlab.fr/bnf/> []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

La presse lusophone dans le monde

Le lundi 25 avril 2016 (14h30-18h) se tient la sixième séance du séminaire Transfopress Europe portant sur La presse lusophone dans le monde.
La séance est animée par Graça dos Santos (Université Paris Ouest Nanterre La Défense) .

Programme :

  • Philippe Mezzasalma (BnF) : « La presse lusophone dans les collections de la Bibliothèque nationale de France »
  • Diana Cooper-Richet (CHCSC/UVSQ) : « La presse lusophone de Paris dans la première moitié du XIX° siècle »
  • Cristina Climaco (Université Paris VIII) : « La presse de l’immigration portugaise en France de 1927 à 1939 »
  • Victor Pereira (Université de Pau) : « La presse portugaise en France pendant l’Estado Novo (1933-1974) »
  • Alberto Pena Rodriguez (Université de Vigo) : « The Portuguese press in Massachusetts and California : Diario de Noticias and Jornal Portugues »
  • Ana Navarro Pedro, Correspondante à Paris de l’hebdomadaire portugais Visao

Lieu :

Bibliothèque nationale de France | Hall Est | Salle des commissions 2.

Le séminaire Transfopress-Europe est animé par des chercheurs du CHCSC (EA 2448, UVSQ) et du LARCA (UMR 8225, Paris Diderot), accueilli par la Bibliothèque nationale de France et financé par le LabEx Patrima.

Programme : le programme [PDF – 2 Mo]


Image de une : Paris-noticias : édition parisienne du Diario de noticias de Lisbonne / directeur Paulo Osorio

Citer ce billet : Olivier Jacquot. “La presse lusophone dans le monde”. Dans Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France [En ligne]. https://bnf.hypotheses.org/211 (consulté le 25 avril 2016).

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Dictionnaires et répertoires des gens du livre, en Europe et dans le monde. Expériences et perspectives.

Le projet ANR DEF19 : Dictionnaire des éditeurs français du XIXe siècle, piloté par Jean-Charles Geslot, du Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines, et associant notamment la Bibliothèque nationale de France, a tenu le 23 octobre dernier sa première journée d’études internationales à la bibliothèque de l’Arsenal.

La manifestation associait le CHCSC de l’Université de Versailles-Saint-Quentin en Yvelines, le Pôle Métiers du livre de l’université Paris Ouest Nanterre La Défense, la BnF et les Archives nationales.

Pour mémoire, le programme complet de la manifestation : DEF19_programme

Le compte rendu détaillé de la manifestation est désormais accessible sur le site du projet (https://def19.hypotheses.org/558) avec les captations vidéos des intervenants sur Canal-U.


Citer ce billet : Olivier Jacquot. “Dictionnaires et répertoires des gens du livre, en Europe et dans le monde. Expériences et perspectives.”. Dans Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France [En ligne]. https://bnf.hypotheses.org/94 (consulté le 18 avril 2016).

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Nouveau séminaire sur l’histoire des collections musicales de la BnF : appel à communication

Appel à communication pour la deuxième session (1815 à 1914) du séminaire BnF / IReMus sur la constitution des fonds musicaux de la Bibliothèque nationale de France : histoire des grandes collections musicales de la Bibliothèque.

L’intérêt grandissant des chercheurs pour les notions de provenance et de traçabilité des manuscrits et des éditions sur lesquels ils travaillent nous incite à continuer plus avant le programme intitulé Collectionner la musique engagé par l’IReMus et la Bibliothèque musicale François-Lang (Fondation Royaumont) depuis plusieurs années. Dans la continuité de ces rencontres, la Bibliothèque nationale de France et l’IReMus se sont associés de décembre 2014 à décembre 2015 pour étudier l’histoire des grandes collections musicales de la BnF sous la forme d’un séminaire portant sur la période antérieure à 1815. Afin de poursuivre cette première session, nous nous proposons aujourd’hui d’aborder la période allant de 1815 à 1914, selon les mêmes modalités.
Ce chantier de recherche concerne les fonds musicaux de la BnF et prendra la forme d’un séminaire se déroulant de l’automne 2016 à l’automne 2017. Les travaux incluront les collections de la Bibliothèque Nationale (Royale et Impériale), la Bibliothèque du Conservatoire et la constitution de la Bibliothèque-Musée de l’Opéra.

L’objectif de ce séminaire est de mieux cerner ces grands ensembles (collections rassemblées par un personnage ou une institution, ou bien fonds constitués par la production d’un artiste) formant les collections musicales de la BnF, et qui y sont parvenus par divers circuits, dons, dépôts, legs, achats en vente aux enchères, réunion d’institutions, etc. Ces recherches permettront aussi de reconstituer des ensembles, collections, bibliothèques dispersés.

Ce séminaire, organisé dans différents lieux de la BnF et à l’IReMus sous forme de rencontres mensuelles autour de thématiques précises avec des présentations et des échanges entre les participants, commencera en décembre 2016.

Les propositions de présentations sont à envoyer aux organisateurs sous forme d’un argumentaire d’environ 1500 signes, accompagné d’une courte biographie, avant le 15 avril 2016 à :

laurence(point)decobert(arobase)bnf(point)fr
marie-gabrielle(point)soret(arobase)bnf(point)fr
denis(point)herlin(arobase)orange(point)fr

Télécharger le dossier de l’appel : Axes de recherches et perspectives

Image de une : Ancienne collection de Jacques-Joseph-Marie Decroix (1746-1826).

Citer ce billet : Olivier Jacquot. “Nouveau séminaire sur l’histoire des collections musicales de la BnF : appel à communication”. Dans Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France [En ligne]. https://bnf.hypotheses.org/107 (consulté le 13 avril 2016).

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Tradition manuscrite et transmission iconographique : les manuscrits à peintures de Kalila wa Dimna à la Bibliothèque nationale de France

Ce projet de recherche a pour objet la description et l’interprétation des manuscrits illustrés arabes, persans et turcs de Kalila wa Dimna conservés au département des Manuscrits. Originaire d’Inde et de Perse, ce recueil de fables animalières a connu un grand succès dans le monde arabo-musulman. Traduit au VIIIe siècle par Ibn al-Muqaffa’, l’un des grands prosateurs arabes, il connaîtra plusieurs adaptations persanes et turques entre le XIIe et le XVIe siècle. C’est l’un des textes littéraires qui a été le plus illustré et une centaine d’exemplaires à peintures dans les trois langues est actuellement recensée dans le monde. La Bibliothèque nationale de France qui possède l’une des plus riches collections de manuscrits orientaux d’Europe, détient, outre les exemplaires purement textuels, un nombre important de copies illustrées dans ses différentes versions (six en arabe, huit en persan et une en turc) ce qui représente un corpus exceptionnel, tant par sa diversité régionale et culturelle que par l’amplitude des dates de production (du XIIIe au XIXe siècle). L’étude systématique de chacun des manuscrits dans ses composantes textuelles, codicologiques et iconographiques et leur mise en rapport avec des exemplaires présents dans d’autres collections permettra d’enrichir la compréhension de cette œuvre et sa place majeure dans les échanges culturels. En se centrant dans un premier temps sur l’analyse des manuscrits arabes, elle contribuera à une meilleure connaissance de la peinture arabe, domaine peu étudié particulièrement en ce qui concerne la période tardive (XVIe-XVIIIe siècle), totalement négligée par les historiens de l’art islamique.


Pour aller plus loin, consultez le carnet de recherche du programme : Kalîla wa Dimna. Manuscrits à peintures dans le monde islamique, à la BnF et dans les collections mondiales

Image de une : Kalīlaẗ wa Dimnaẗ , traduit par Ibn al-MuqaffaʿʿAbd Allâh (0720?-0756?)

Citer ce billet : Olivier Jacquot. “Tradition manuscrite et transmission iconographique : les manuscrits à peintures de Kalila wa Dimna à la Bibliothèque nationale de France”. Dans Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France [En ligne]. https://bnf.hypotheses.org/159 (consulté le 17 mars 2016).

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Séminaire de l’ANR « Histoire de l’enseignement de la musique en France au XIXe siècle (1795-1914)

Dans le cadre du programme de recherche ANR HEMEF : histoire de l’enseignement musical public en France au XIXe siècle (1795-1914), piloté par Cécile Reynaud, département de la Musique, BnF : Mercredi 18 mai 2016, 16h-18h

Lieu : Salle de réunion de l’IReMus, 2, rue Louvois 75002 PARIS, 1er étage

Programme :
  • Thierry Maniguet, Musée de la musique : Les avancées de la facture instrumentale et son influence sur les méthodes du Conservatoire.
  • Guy Gosselin, Université de Tours : L’enseignement de la musique à Lille au XIXe siècle.

Image de une : Lauréats du Conservatoire. Concours de l’année 1849 / A. Collette

Citer ce billet : Olivier Jacquot. “Séminaire de l’ANR « Histoire de l’enseignement de la musique en France au XIXe siècle (1795-1914)”. Dans Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France [En ligne]. https://bnf.hypotheses.org/162 (consulté le 15 février 2016).

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Parution du tome 26 des Trésors monétaires

Publié avec le soutien de la Direction régionale des affaires culturelles d’Ile-de-France – Ministère de la Culture et de la Communication, le tome XXVI de la série « Trésors monétaires » est paru. Il analyse 10 trésors de la moitié nord de la France enfouis sous le Haut Empire romain (Ier – IIIe siècle après J.-C.).TM26

Plusieurs auteurs ont été mobilisés pour cette parution :

– Le trésor de sesterces de Saint-Sauveur (Somme) par Ludovic Trommenschlager et Pierre-Yves Groch
– Un trésor de bronzes romains du Haut-Empire provenant du village de Bray (Eure) par Mehdi Meguelati
– Le trésor de Courcelles-sur-Nied (Moselle), 132 deniers et 59 antoniniens, 253 AD par Dominique Hollard, Lonny Bourada, Jean-Denis Laffite et Jean-Jacques Bigot
– Les trésors de sesterces de Famars #3 (Nord) et de Lahoussoye (Somme) (terminus décennie 250) par Fabien Pilon
– Les trésors nordistes de Carvin et d’Élincourt. Recherches autour de deux ensembles d’antoniniens de Gordien III à Postume par Daniel Gricourt
– Les trésors d’antoniniens de Forges-les-Bains #2 (Essonne) et de Lieusaint #1 (Seine-et-Marne) (terminus 269 après J.-C.) : émissions monétaires et thésaurisation sous Victorin par Fabien Pilon.

Rappelons que le programme « Trésors monétaires » fait partie du « plan triennal de la recherche » de la BnF (désormais quadriennal), dispositif permettant de mettre en oeuvre des programmes de recherche financés sur les fonds propres de l’établissement.

Citer ce billet : Olivier Jacquot. “Parution du tome 26 des Trésors monétaires”. Dans Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France [En ligne]. https://bnf.hypotheses.org/65 (consulté le 4 février 2016).

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts