Archives de catégorie : Agenda

Séminaire « Sources iconographiques du quartier Richelieu dans les collections du département des Estampes et de la photographie de la BnF »

Dans le cadre du projet de recherche sur l’histoire du « quartier » Richelieu, le Centre allemand d’histoire de l’art, la Bibliothèque nationale de France, l’École nationale des Chartes, les Universités Paris I Panthéon Sorbonne et Paris-Sorbonne ainsi que l’Institut national d’histoire de l’art organisent le séminaire ‘Histoire de quartier ».

Programme

Après la conférence d’Alexandre Gady (Université Paris-Sorbonne) intitulée Le quartier Richelieu. Topographie, architecture, patrimoine du 15 décembre 2017, la deuxième séance se tiendra le vendredi 2 février 2018.

Intitulée « Sources iconographiques du quartier Richelieu dans les collections du département des Estampes et de la photographie de la BnF », la séance sera animée par Corinne Le Bitouzé, conservateur général, adjoint au directeur du département, Loïc Le Bail, conservateur en chef, responsable de la conservation, et Pauline Chougniet, conservateur, responsable des dessins.

Modalités pratiques

Date : vendredi 2 février 2018.

Lieu : Salle de réunion de la Bibliothèque de l’INHA, 58 rue de Richelieu (7ème étage), de 10h30-12h30.

Rendez-vous à 10h20 précises dans le hall Labrouste pour faciliter l’accès à la salle du séminaire.

Inscription sur Eventbrite : https://www.eventbrite.fr/e/billets-seminaire-sources-iconographiques-du-quartier-richelieu-dans-les-collections-du-departement-des-42531431657

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Appel à communications : SIBMAS Paris 2018 : Réussir ensemble. Participer, partager, coopérer pour le patrimoine du spectacle vivant

Du 5 au 8 juin 2018, la Bibliothèque nationale de France et le Centre national du costume de scène à Moulins accueillent le congrès 2018 de la Société internationale des bibliothèques et musées des arts du spectacle (SIBMAS). Aussi, nous publions ici son appel à communication. Le thème du congrès invite à réfléchir aux projets et aux pratiques professionnelles qui impliquent de collaborer et de travailler ensemble dans le but commun de préserver le patrimoine des arts de la scène. 

Réussir ensemble. Participer, partager, coopérer pour le patrimoine du spectacle vivant

Rien ne peut se faire en solitaire dans le domaine des arts du spectacle. Toutes les productions ont besoin d’une équipe unissant artistes, techniciens et personnel administratif. Même les one man shows se préparent à plusieurs. A l’inverse on pourrait croire que la vie dans les bibliothèques, les archives et les musées se passe avec pour tout compagnon les livres, les papiers, les œuvres d’art. Les membres de la SIBMAS savent que la réalité est bien différente et que nous ne sommes rien sans nos collègues, nos partenaires et notre public. C’est ce travail en commun que le colloque de 2018 propose d’explorer à la lumière des multiples expériences de nos organismes et des évolutions de nos métiers.

La question de la coopération peut se poser sous différents angles :

Les perspectives offertes par les collections – De longue date, les artistes circulent d’un pays à l’autre et leur passage a pu laisser des traces dans diverses institutions. On peut penser aux grandes tournées de Sarah Bernhardt comme aux productions du Cirque du Soleil. Les archives se trouvent parfois éclatées comme les différents fonds Edward Gordon Craig, Max Reinhardt ou les Ballets suédois. Comment rendre accessibles et compréhensibles ces ensembles conservés dans des organismes différents ? Expositions ? Publication d’inventaires collectifs ? Portails de ressources en ligne ? Simples renvois d’une base de données à une autre ? C’est un des défis à relever dans un paysage numérique où les grands réservoirs de données – moteurs de recherche et bibliothèques numériques – n’ont pas nécessairement la finesse et la pertinence attendues par les chercheurs.

Les relations avec les usagers – chercheurs, artistes et grand public – peuvent être considérées comme le deuxième champ d’exploration et d’innovation pour travailler ensemble. Longtemps le public a été tenu éloigné des réflexions sur les services et les pratiques des institutions patrimoniales. Les offres se construisaient avec beaucoup de dévouement mais sans consulter préalablement les usagers. Aujourd’hui les outils se sont multipliés pour favoriser le dialogue et l’élaboration commune de services. Des simples enquêtes auprès des publics aux réflexions participatives, en passant par la production et l’enrichissement de données, beaucoup de chantiers se sont ouverts dont les répercussions dans les métiers peuvent être importantes, particulièrement dans le domaine des arts du spectacle dont les collections sont multiformes et complexes à aborder.

Les partenariats – D’un point de vue plus structurel, leur mise en place est le fruit de l’envie mais aussi de la nécessité de travailler ensemble, qu’il s’agisse de partenariats entre institutions patrimoniales, ou entre maisons de spectacles et, universités, bibliothèques ou musées, ou encore de partenariats avec des entreprises privées dans le cadre de mécénat. Qu’ils soient mis en place à l’échelle locale, nationale ou internationale, ces accords de coopération ont leurs atouts mais aussi leurs contraintes. Le résultat obtenu est-il toujours à la mesure de l’effort consenti pour signer un accord de coopération ? Sans parler des collaborations imposées par les administrations culturelles ou les gouvernements, notamment les fusions d’organismes jusqu’alors indépendants.

Les propositions de communication devront s’inscrire dans l’un de ces trois axes et être illustrées par un cas concret de coopération, réussie ou non, en montrant les enjeux scientifiques, économiques, culturels et technologiques. Les communications à plusieurs voix seront évidemment la meilleure illustration de ce que travailler ensemble peut vouloir dire.

Calendrier

4 février 2018 : Date limite de soumission d’une proposition de communication
Pour soumettre une communication, veuillez utiliser le formulaire en ligne.
15 février 2018 : Date de notification d’acceptation aux auteurs
15 avril 2018 : Date de soumission de la communication complète. Ceci sera exigé afin de préparer la traduction simultanée en anglais.

Comment soumettre votre proposition

Les propositions de communications peuvent être présentées en anglais ou en français. La traduction simultanée des communications (anglais-français et français-anglais) sera assurée dans l’auditorium principal.

Le temps imparti à chaque communication est de 20 minutes au maximum, suivi d’une période de questions de 10 minutes.
Les communications seront programmées lors de sessions plénières, lors des groupes de discussion (table ronde ou ateliers) ou lors des présentations «posters».

Toutes les communications seront annoncées dans le programme du congrès puis publiées en anglais et en français dans les actes.

Trucs et conseils

La SIBMAS souhaite que l’expérience du congrès soit aussi dynamique et fascinante que possible. Pour que votre proposition de communication soit retenue, nous vous conseillons vivement de tenir compte de quelques trucs et conseils dans le pdf ci-joint : http://www.sibmas.org/wp-content/uploads/2017/10/SIBMASParis2018_CfPConseils.pdf

Contact

Pour des informations complémentaires sur l’inscription, l’appel à communications ou pour toutes autres questions relatives au congrès : Coordinatrice Paris, Véronique Meunier
E-mail: veronique.meunier@bnf.fr

Enregistrer

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Appel à contributions : Des lieux pour penser : musées, bibliothèques, théâtres… : colloque international, 20-22 juin 2018, Paris

Peut-on, comme d’autres ont défini des lieux de mémoire, ou des lieux de savoirs (Nora, 1984-87, Jacob, 2007-2011), envisager certains lieux aujourd’hui comme des espaces (publics) plus propices que d’autres à la pratique de la pensée, comme des lieux de pensée ? Dans quelle mesure, comment, et à quelles fins, des lieux – le musée, le théâtre, la bibliothèque… – peuvent-ils impulser, élaborer ou modeler de la pensée ? Quels sont les dispositifs (institutionnels, architecturaux, scénographiques) que mobilise et construit une telle volonté des pratiques professionnelles et artistiques de s’inscrire dans des enjeux de pensée ? Quels sont les enjeux, les bornes, les moyens, les effets de ces dispositifs ?

Vue intérieure de la nouvelle salle projetée pour l’agrandissement de la bibliothèque du Roi / Boullée invenit

La manière de présenter les objets (Newhouse, 2005), de même que la notion de dispositif (Mairesse et Hurley, 2012), dans les musées, révèlent l’importance accordée à l’agencement de l’espace au sein du musée (Davallon, 1992, Duncan & Wallach, 1978 et 1980). On peut dès lors envisager la mise en exposition comme un dispositif de dramatisation, autour d’objets conçus comme des pôles d’« attraction » de la pensée (Mouton-Rezzouk, 2016). Certains musées, comme le musée d’Ethnographie de Neuchâtel, se sont ainsi fait les champions des expositions visant à déconcerter puis forcer le visiteur à penser la place et les relations entre objets et les dispositifs qui lui sont présentés (Gonseth, Hainard et Khaer, 2005). De la même manière, nombre de projets artistiques visant le détournement ou l’installation dans les musées, visent à mettre en valeur une réflexion spécifique à partir de ces lieux (Putnam, 2001). Un premier travail de recensement de ces lieux a été largement opéré sur les expositions temporaires envisagées à partir de l’histoire de l’art (Altshuler, 2008, 2013).

Le « pouvoir des bibliothèques » (Baratin et Jacob, 1996) s’est tout aussi largement constitué à partir de ses espaces intérieurs, ce dont témoigne la diversité de son architecture, mais aussi la régularité de ses espaces reflétant les classements généraux (Dewey ou Otlet) ou ceux développés par quelques esprits particuliers, comme Warburg (Baratin et Jacob, 1996, Michaud, 1998). Si l’architecture des bibliothèques, comme celle des théâtres ou des musées, est étudiée depuis longtemps (Pevsner, 1976), le besoin d’une analyse de l’espace intérieur, interrogé ou photographié (Dawson 2014), apparaît forcément comme fondamental pour comprendre la manière dont fonctionne cette « pensée distribuée » (Latour, 2007), à un moment où la question du « commun des savoirs » vient relayer celle du « tiers lieu » (Dujol, 2017, Failla, 2017). On peut également s’intéresser aux enjeux et aux moyens de la médiatisation des contenus, et voir, par exemple, dans la mise en place d’une proposition culturelle renforcée (expositions, performances, rencontres, etc.) un processus de « dramatisation » ou de « scénarisation » destiné à élaborer de nouveaux modes d’appréhension des savoirs et à penser autrement l’accès au livre, et plus largement aux contenus documentaires et culturels qui sont à l’œuvre dans les collections des bibliothèques.

Dans le prolongement des analyses du théâtre comme fait social (Duvignaud, 1965), plusieurs publications, ces dernières années, se sont intéressées au lieu théâtral (Biet & Triau, 2006, Barbéris & Poirson, 2013, Urrutiaguer, 2014) et ont également cherché à mettre en évidence et à analyser la capacité heuristique et critique du théâtre (Suutela et alii, 2012) ; si c’est essentiellement, d’ailleurs, en termes politiques que cette pensée du théâtre (ou depuis le théâtre) est revendiquée et décrite (Hamidi-Kim, 2013, Neveux, 2013, Plana, 2014), elle l’est également, depuis peu, du côté de la philosophie, tant du fait des théoriciens (Badiou, 2014, Guénoun et alii, 2010, Lacoue-Labarthe & Nancy, 2013, Rancière, 2008) que des artistes et des institutions (Emmanuel Alloa au Théâtre de Gennevilliers, Alain Badiou et Marie-José Malis à Aubervilliers, Philippe Quesne au Théâtre des Amandiers de Nanterre et Bérangère Vantusso au Studio-Théâtre de Vitry). La pensée ne se réduit toutefois pas au politique et au philosophique, et peut être envisagée pour elle-même, quand elle est « savoir du théâtre » (Aït-Touati, 2017) ou « pensée-théâtre » (Garcin-Marrou, 2017).

Il semble aujourd’hui pertinent de comparer ces perspectives dans un cadre commun et d’envisager plus généralement le rapport de la pensée au lieu, à un moment ou s’affirme donc une redéfinition convergente des musées, théâtres et bibliothèques comme lieux publics dévolus à une pratique active et partagée (sinon nécessairement collective) de pensée. À l’ère des flux, à l’heure où la pensée se « liquidifie » (selon la formule de Bauman) ou se « gazéifie » (selon Michaud), peut-on croire encore à la matérialité des lieux comme cadres et bâtis nécessaires à la pensée ? Et, réciproquement, lorsque des lieux, aujourd’hui, se présentent comme des espaces ouverts à l’émergence et au déploiement de la pensée, qu’est-ce que cela (« la pensée ») signifie ? Qu’est-ce qui fait la matière (l’objet, les contenus, la forme, la dynamique) de cette pensée in situ ? Est-elle spécifique au lieu, ou non ? Comment la décrire, comment la caractériser ? A quels moments, et de qui, émerge-t-elle ? Est-elle partageable, partagée, collective ? Dans quelle mesure n’est-elle qu’un autre nom pour du didactisme, voire de la propagande ? Comment cette pensée se manifeste-t-elle, le cas échéant ? Et surtout, comment peut-elle être conditionnée, intentionnellement ou de facto, par le lieu ? Quels pourraient en être les modèles (structure, architecture) qui sous-tendent les représentations que s’en font les différents acteurs du lieu (professionnels, usagers) ?

Ce colloque s’inscrit dans un programme plus vaste, intitulé « ces lieux où l’on pense1 », dans lequel nous nous proposons, au cours d’un cycle de journées d’études et de colloques, d’examiner la façon dont des lieux – la scène, l’espace muséal et la bibliothèque, dans leur acception la plus large – génèrent et modèlent de la pensée. Il s’agit de mettre à l’épreuve une hypothèse : que ces « lieux » (espaces circonscrits dans un territoire, architecture, dispositif – scénographique, expographique, classificatoire … – , systèmes institutionnels et professionnels définis par des missions et des valeurs spécifiques, œuvres et objets présentés) déterminent des modes d’exercice de la pensée qui leur sont propres, tant du côté de ceux qui y « œuvrent » (concepteurs / artistes / programmateurs…) que du côté des publics (visiteurs, spectateurs, usagers) ; qu’ils peuvent, conjointement, être conçus – fabriqués, pensés, analysés, interprétés – comme des espaces de pratique de la pensée, voire de l’exercice philosophique, en son sens le plus ouvert de pratique d’une pensée contemplative, réflexive ou critique.

Nous nous proposons ici, durant les trois journées de ce colloque, de partir d’une collecte de cas concrets, c’est-à-dire de lieux spécifiques, permanents ou temporaires – musées, expositions, bibliothèques, théâtres et autres dispositifs scéniques (danse, performances, marionnettes, cirques), mais aussi parcs ou jardins publics, etc. – afin de mettre en évidence, ensemble, les points de convergence et les lignes de partage entre ces différents objets, et de développer des outils d’analyse visant à construire un cadre d’analyse commun pour mettre en lumière le rapport entre lieu et processus de pensée.

Les contributions recherchées consisteront donc en études de cas visant à expliciter ce rapport entre lieu spécifique (musée, théâtre, bibliothèque…) et processus de pensée, et, afin de permettre la discussion et la comparaison, proposeront en trois temps la caractérisation du lieu choisi (cadre institutionnel ou générique, architecture, scénographie), l’analyse du dispositif proprement dit, pour tenter de parvenir à une explicitation du ou des processus de pensée induits ou produits. Le texte en sera communiqué très en amont du colloque pour que celui-ci puisse être partagé avec tous les participants du colloque, afin d’être discutés en ateliers durant celui-ci.

Le colloque sera structuré en trois temps : une première journée, le 20 juin, en session plénière et ouverte à tous (dans la limite des places disponibles et après inscription), visera à présenter les enjeux majeurs que constituent, pour ces différents lieux que constituent la bibliothèque, le théâtre ou le musée, l’exercice de la pensée. Une seconde journée de travail sur la collection de lieux réunira en ateliers les contributeurs durant le 21 juin ; une troisième journée, le 22 juin, en comité restreint, rassemblera les organisateurs et les rapporteurs des ateliers afin de synthétiser ces discussions précédentes et d’envisager les étapes ultérieures de notre réflexion sur ces lieux où l’on pense.

Références

  • Aït-Touati F. “Les savoirs du théâtre. Histoire d’un dispositif”, Journée d’étude, 23/06/2017, CRAL, EHESS/CNRS.
  • Altshuler B. 2008. Salon to Biennial – Exhibitions That Made Art History, London, Phaidon.
  • Altshuler B. 2013. Biennials and beyond – Exhibitions That Made Art History, London, Phaidon.
  • Badiou A. 2014. Rhapsodie pour le théâtre. Court traité philosophique, Paris, Presses Universitaires de France, coll. Perspectives critiques.
  • Baratin M. Jacob C. (dir.). 1996. Le pouvoir des bibliothèques, Paris, Albin Michel.
  • Bessière, J., Payen, E., (dir.). 2015. Exposer la littérature, Paris, Éditions du Cercle de la librairie.
  • Davallon J. 1992. « Le musée est-il un média ? », Public & Musées, 2, décembre, p. 99-123.
  • Dawson R. 2014. The public Library. A photographic essay, New York, Princeton Architectural Press.
  • Dujol, L. (dir.), Communs du savoir et bibliothèques, Paris, Éditions du Cercle de la Librairie, coll. Bibliothèques.
  • Duncan C., Wallach C. 1980. « The universal survey museum », Art History, 3, p. 448-69.
  • Duncan C., Wallach C. 1978. « The Museum of Modern art as late capitalist ritual : an iconographic analysis », Marxist perspectives, 4, p. 28-51.
  • Failla, L., 2017. Du livre à la ville. La bibliothèque comme espace public, Métis presses.
  • Garcin-Marrou F. Beauchamp H. et alii, 2016. Les Scènes philosophiques de la marionnette, Montpellier, L’Entretemps.
  • Gonseth M.-O., Hainard J., Kaehr R. 2005. Cent ans d’ethnographie sur la colline de Saint-Nicolas. 1904-2004, Neuchâtel, MEN.
  • Guénoun D. 2010. avec Deguy M., Dommange T., Doutey N., Kirkkopelto E., Nowrousian S., Philosophie de la scène, Besançon, Les Solitaires intempestifs, coll. Expériences philosophiques.
  • Hamidi-Kim Bérénice. 2013. Les Cités du théâtre politique en France depuis 1989, Montpellier, L’Entretemps.
  • Jacob C. (dir.). 2007-2011. Les Lieux de Savoir, Paris, Albin Michel.
  • lacoue-Labarthe P., Nancy J-L. 2013. Scène suivi de Dialogue sur le dialogue, Christian Bourgois éditeur, coll. Détroits.
  • Latour B. 2007. « Pensée retenue, Pensée distribuée », in Jacob C., Les lieux de savoir. Espaces et communautés, p. 605-615.
  • Mairesse F., Hurley C. 2012. « Éléments d’expologie : matériaux pour une théorie du dispositif muséale », Media tropes e-Journal, Vol. III, n°2, pp. 1-27.
  • Michaud P.A. 1998. Aby Warburg et l’image en mouvement, Paris, Macula.
  • Mouton-Rezzouk A. 2016. « Exposer le théâtre? » dans Dufrêne, B., Glicenstein, J. (dir.) Histoires d’Expositions, Paris, Hermann.
  • Neveux O. 2013. Politiques du spectateur. Les enjeux du théâtre aujourd’hui, Paris, La Découverte.
  • Newhouse V. 2005. Art and the power of placement, New York, Monacelli Press.
  • Nora P. (dir.) 1984-1987. Les lieux de mémoire. La République, la Nation, les France, Paris, Gallimard.
  • Payen, E., Huchet, B. (dir.). 2015. L’action culturelle en bibliothèque, Paris, Éditions du Cercle de la librairie.
  • Pevsner N. 1976. A History of Building Types, London, Thames & Hudson.
  • Plana M. 2014. Théâtre et Politique. Modèles et concepts. Paris, Orizons.
  • Putnam J. 2001. Art and Artifact. The Museum as Medium, London, Thames & Hudson.
  • Rancière J. 2014. « Le Théâtre des pensées », Le Fil perdu. Essai sur la fiction moderne, Paris, La Fabrique éditions.
  • Suutela H. (dir.), 2012. Utopie et pensée critique dans le processus de création, Les solitaires intempestifs.
  • Urrutiaguer D. 2014. Les Mondes du théâtre. Désenchantement politique et économie des conventions, Paris, L’Harmattan.

Modalités de soumission

  • Une proposition brève, d’environ 2000 signes (présentation rapide du cas d’étude et caractérisation des processus de pensée envisagés) sera envoyée pour le 30 janvier 2018 à l’adresse suivante : cyclelieuxdepensee@gmail.com.
  • Les contributions, très synthétiques (12.000 signes maximum, notes et bibliographie comprises) seront envoyées pour le 15 avril 2018 (au plus tard) à la même adresse.
  • Les textes corrigés et mis en page seront envoyés à l’ensemble des participants au colloque, en version électronique, pour le 1er juin 2018.
  • Une version imprimée et éditée des textes sera remise aux participants lors du colloque.

Comité d’organisation

  • François Mairesse, Professeur d’économie de la culture et de muséologie à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 (CERLIS UMR 8070, labex ICCA)
  • Flore Garcin Marrou, Maître de conférences en Études Théâtrales à l’Université Jean Jaurès de Toulouse (LLA CREATIS, EA 4152)
  • Aurélie Mouton-Rezzouk, Maître de conférences en Études Théâtrales à l’Institut d’Études Théâtrales de l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 (IRET, EA 3959)
  • Des doctorants du CERLIS participeront également à la préparation du colloque.

Comité scientifique

  • Frédérique Aït Touati, Chargée de recherche CR1 CNRS/EHESS, centre de recherche sur les arts et le langage (CRAL)
  • Isabelle Barbéris, Maître de conférences, CERILAC, Université Paris Descartes
  • Cécile Camart Maître de conférences, LIRA, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3
  • Irène Bastard, cheffe de projet – Publics et usages à la délégation à la Stratégie et à la Recherche, Bibliothèque nationale de France
  • Yves Bergeron, Professeur, Université de Québec à Montréal
    Bruno Brulon Soares, Maître de conférences, Vice-Président d’ICOFOM, Université fédérale de Rio de Janeiro
  • Yves Girault, Professeur, Muséum national d’Histoire naturelle
    Elena Gordienko, Enseignant-chercheur, Russian Presidential Academy of National Economy and Public Administration, Moscou
  • Esa Kirkkopelto, Professor of Artistic Research, University of the Arts, Helsinki, metteur en scène et dramaturge
  • Joëlle Le Marec, Professeur, CELSA Paris 4
  • Emmanuelle Payen, conservateur des bibliothèques, Chef du service du Développement culturel & Actualité, BPI, Centre Pompidou
  • Martial Poirson, Professeur, Scènes du monde création, savoirs critiques, Université Paris 8, Vincennes-Saint-Denis
  • Daniel Schmitt, Maître de conférences, Université de Valenciennes

Comité d’organisation du cycle « Ces lieux où l’on pense »

  • Julie Deramond, Equipe Culture et Communication, CNE, Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse
  • Flore Garcin Marrou, LLA CREATIS, Université Toulouse Jean Jaurès
  • François Mairesse, CERLIS, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3
  • Aurélie Mouton-Rezzouk, IRET, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3
  1. https://udpn.fr/IMG/pdf/programme__ces_lieux_ou_lon_pense.pdf []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Les périodiques comme médiateurs. Periodicals In-Between, 7e colloque international d’ESPRit (European Society for Periodical Research)

Grâce au concours financier de la Fondation des sciences du patrimoine (LabEx Patrima),  la Bibliothèque nationale de France va pouvoir accueillir le 7e colloque international de l’European Society for Periodical Research, du 27 au 29 juin 2018.
Société savante internationale qui promeut, encourage et diffuse la recherche sur tous les aspects des cultures périodiques européennes du 17e au 21e siècle, ESPRit tiendra son colloque annuel 2018 sur le thème : Les périodiques comme médiateurs. Les périodiques dans l’écosystème de la culture imprimée et visuelle.

Contexte

Les objectifs de la Société Européenne pour la Recherche sur les Périodiques (European Society for Periodical Research) sont résolument interdisciplinaires, son approche multilingue, et sa perspective transcende les études thématiques étroites. Centrée sur la recherche des périodiques européens, elle accueille aussi des recherches élargies à des aires culturelles collatérales (Amériques, Méditerranée orientale, Maghreb, etc.). La publication principale d’ESPRit, le Journal of European Periodical Studies (http://ojs.ugent.be/jeps), revue semestrielle en ligne, évaluée par les pairs, publie des articles de recherche relevant d’une vaste gamme d’approches critiques, théoriques et méthodologiques, incluant, sans s’y limiter, l’histoire culturelle, les études littéraires, l’histoire de l’art, les études de genre, les études de médias, l’histoire des sciences, et les humanités numériques. En tant que revue officielle d’ESPRit, le Journal of European Periodical Studies propose aux chercheurs une plate-forme de partage de la recherche et d’échange des idées par-delà les limites disciplinaires.
À l’heure actuelle ESPRit est représenté dans la plupart des pays européens ainsi qu’outre-Atlantique. Son colloque international annuel sert de point de référence. Ses 4e, 5e et 6e colloques, respectivement à Stockholm (The Nordic Museum), Liverpool (John Moores University Liverpool) et Milan (IULM – International University of Languages and Media), ont rencontré une audience de spécialistes dans les domaines des périodiques, de la culture imprimée et visuelle, et du patrimoine papier et numérique.
Organisé par Évanghélia Stead, professeure de littérature comparée et de culture de l’imprimé à l’UVSQ (laboratoire CHCSC), membre du comité exécutif d’ESPRit (European Society for Periodical Research), le colloque international sera précédé d’un atelier doctorat/master (Graduate Training School) sur sélection, accueilli en Sorbonne, et encadré par deux jeunes docteurs, spécialisés dans les périodiques, Rio Bassett (R-U) et Philipp Leu (UVSQ, docteur Patrima), ainsi que par des doctorants du réseau ESPRit en fin de thèse. La sélection d’une quinzaine de candidats, établie sur critères scientifiques, entraînera la gratuité de leur participation à la journée. L’objectif de l’atelier doctorat/master sur les périodiques est d’associer l’entraînement intellectuel et professionnel des jeunes chercheurs à l’expertise de chercheurs confirmés dans le domaine. L’atelier doctorat/master posera la question centrale des méthodes théoriques et des concepts employés dans l’approche du patrimoine périodique matériel et numérique européen, et la manière dont ils secondent et favorisent le travail de recherche. Sa tenue permettra des discussions significatives par delà les frontières linguistiques, les limites nationales et les périodes littéraires.

Appel à communications

Le 7e colloque international de la European Society for Periodical Research (ESPRit) abordera les périodiques comme médiateurs de publications alternatives ou expérimentales et comme tremplins vers d’autres activités éditoriales et culturelles du XVIIIe au XXIe siècle. De nombreux périodiques ont en effet donné naissance à des maisons d’édition en recourant aux réseaux de leurs imprimeurs, en testant dans leurs livraisons des formules expérimentales ou plus conventionnelles, et en devenant des moteurs économiques dans les domaines du livre, de l’imprimé, des arts, de l’artisanat et des métiers. Souvent, le périodique est un véhicule pour les amateurs de sciences, les organisations professionnelles ou commerciales, les amateurs de littérature et d’art : ses matériaux, égrenés tout au long de l’année, puis réunis en volumes sous reliure ou cartonnage pour résister au temps, répondent aux besoins de tels lecteurs. Ou l’inverse : les éditeurs ou les galeries publient un périodique ou un magazine pour soutenir leur catalogue, promouvoir leurs artistes, tester de nouvelles formules ou fidéliser leur public. Le phénomène s’étend aux estampes, à la fois comme prime aux abonnés et comme œuvres originales. L’étude d’un tel phénomène dans son envergure internationale mettrait en lumière les relations des périodiques avec le monde de l’édition, les galeries d’art, divers salons et cercles d’influence, ainsi qu’avec plusieurs formes alternatives de publication, de nouvelles idées, tendances et manifestes.

Comment l’histoire canonique de l’édition de livres et d’estampes s’amplifie-t-elle dès lors qu’on prend en compte les structures médiatiques – économiques et symboliques – qui accentuent le rôle des périodiques? Quelles questions émergent lorsqu’on considère les périodiques comme des moteurs clés de la culture de l’imprimé et de la culture visuelle, de la matérialité des publications, de leur valeur d’échange, et de leur fonction d’opérateurs culturels? Nous invitons à des communications, à des panels, et à des tables rondes autour de ces questions.

Les propositions pourraient inclure, sans s’y limiter:

  • Périodiques et maisons d’édition
  • Périodiques et galeries ou salons
  • Périodiques et réseaux d’imprimeurs
  • Économies des périodiques
  • Périodiques et intertextualité ; hybridation ; réinterprétation en un autre médium (remediation)
  • Parties; livraisons; suppléments; volumes annuels
  • Périodiques et estampes pour les abonnés
  • Périodiques et tirés à part
  • Périodiques et albums
  • Les périodiques comme volumes reliés/“livres”
  • Cultures périodiques quotidiennes
  • Cultures périodiques alternatives

Merci d’adresser vos propositions en français ou en anglais pour des présentations de 20 minutes (250 mots max.), des panels de trois ou quatre contributions, des ateliers d’une heure, ou d’autres formats adéquats, avec un bref CV (max. une page), à 2018ESPRit@gmail.com avant le 31 janvier 2018.

L’Atelier

L’Atelier s’adresse aux étudiants actuellement en Master ou en Doctorat qui souhaitent participer aux activités de recherche de la société. Les séances seront centrées sur : (1) différentes approches théoriques et méthodologiques des études périodiques, explorées lors de l’atelier avec les participants; et (2) la préparation des jeunes chercheurs en vue de leur implication professionnelle dans le domaine des études sur les périodiques. Les candidats sélectionnés auront l’occasion de présenter leur travail et de recevoir un retour personnalisé par les modérateurs. Les modérateurs de l’atelier incluent des chercheurs reconnus du domaine comme Laurel Brake, Anne-Rachel Hermetet, Matthew Phillpotts, Evanghelia Stead, Céline Mansanti, Hélène Védrine, etc.

L’atelier offrira aux participants l’occasion d’entrer en contact avec d’autres jeunes chercheurs à un niveau similaire d’études. Ils bénéficieront en outre du soutien et des conseils de chercheurs et d’experts du domaine plus avancés dans leur carrière et leurs travaux.

Procédure de candidature

Merci d’adresser les pièces suivantes, en français et/ou en anglais, par e-mail à l’adresse ESPRitPG2018@gmail.com au plus tard pour le  1er février 2018 :

  • une lettre de motivation expliquant les raisons de votre candidature (max. deux pages)
  • un bref CV (max. deux pages, caractères min. 11 point)
  • un résumé de votre projet de recherche principal (max. 500 mots)
  • une synthèse sur le rôle des études sur les périodiques dans votre recherche (max. 1000 mots).

ESRPit regrette de ne pouvoir prendre en charge les frais de transport, mais les candidats sélectionnés pour l’atelier bénéficieront de la gratuité des frais d’inscription au colloque Les Périodiques comme médiateurs. Les participants seront sélectionnés par un comité scientifique ad hoc en accord avec le comité de direction d’ESPRit. La décision sera communiquée aux candidats au plus tard le 15 mars 2018.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Colloque international : France, face et profil, 17-19/01/2018

L’exposition de la BnF « Paysages français. Une aventure photographique,1984-2017) »  porte au premier plan les questions conjointes du paysage national et de la commande photographique. Le colloque « France, face et profil » se donne pour tâche de revenir sur les enjeux portés par les projets des missions photographiques, et plus largement sur la construction d’une représentation du paysage national français entre le XIXe et le XXe siècles. Il s’agira de proposer une lecture aussi bien archéologique que prospective de ce paysage national qui articule les enjeux esthétiques, politiques et sociaux. Comment les missions photographiques ont-elles contribué à renouveler cette lecture depuis la Mission photographique de la DATAR des années 1980 jusqu’aux projets les plus contemporains ? Comment ces derniers peuvent-ils contribuer à la réflexion sur le devenir de nos territoires menée par les institutions locales et nationales ? Quel dialogue instaurer entre la création, la recherche et les acteurs du paysage autours des enjeux actuels des paysages ?

Organisé en trois temps, ce colloque proposera à la fois une synthèse des expériences menées depuis quatre décennies en France comme en Europe, et une mise en dialogue autour des enjeux et des perspectives du paysage contemporain.
La première journée (mercredi 17 janvier 2018) aura lieu à la BnF et portera sur la relation entre commande publique et création photographique en France et en Europe, des années 1980 à nos jours.
La deuxième journée (jeudi 18 janvier 2018), aux Archives Nationales, sera centrée sur la constitution d’un imaginaire du paysage national, dans une perspective historique et généalogique.
Enfin, la troisième journée (vendredi 19 janvier 2018) se déroulera à Tours. Elle interrogera les pratiques du paysage, depuis l’appropriation intime des lieux et les relations sensibles au territoire jusqu’aux usages du paysage dans les projets d’architecture, d’urbanisme et d’aménagement.

Programme

Mercredi 17 janvier 2018 : Recréer une culture du paysage

9h Accueil
9h30 Laurence Engel. présidente de Bibliothèque nationale de France
9h45 Jean-Benott Albertin, commissaire général de l’égalité des territoires

10h-12h LES MISSIONS PHOTOGRAPHIQUES FRANÇAISES, PROJETS ARTISTIQUES ET POLITIQUES
Modération : Sylvie Aubenas, directrice du département des Estampes et de la Photographie de la Bibliothèque nationale de France

10h-10h30 Bernard Latarjet, directeur de la Mission photographique de la DATAR
Pourquoi  et comment la Mission photographique de la DATAR ?

10h30-11h Raphaële Bertho, maitresse de conférences en arts, Université de Tours /lnTRu
Paysages politiques, le développement des missions photographiques en France

11h-11h30 Paul Wombell. directeur artistique de la mission France(s) territoire liquide
Tectonics Photographic [anglais – traduction simultanée]

11h30-12h Discussion

14h-15h30 UN PHÉNOMENE INTERNATIONAL
Modération : Héloïse Conesa, conservatrice de la photographie contemporaine, département des Estampes et de la Photographie de la Bibliothèque nationale de France

14h -14h30 Roberta Valtorta, historienne de la photographie Viaggio in ltalia, l’ école italienne du paysage» et les projets de commande publique sur le paysage contemporain en ltalie

14h30 -15h Lizz Wells, professeur en culture photographique, Plymouth University
Critical Landscapes : Aesthetics,Topagraphy and Environment
[anglais – traduction simultanée]

15h -15h30 Discussion

16h-17h30 ENTRE COMMANDE ET CRÉATION, QUELLE RELATION AU TERRITOIRE ?

Modération Raphaële Bertho, maîtresse de conférences en arts, Université de Tours / lnTRu

16h -16h30 Dialogue entre Frédéric Pousin, directeur de recherche HDR au CNRS, UMR Ausser / ENSA Paris-Bellevilte et Thierry Girard, photographe autour de l’Observatoire photographique du Parc naturel régional des Vosges du Nord (1997-2017)

16h30 -17h Dialogue entre Danièle Meaux,  professeur en esthétique et sciences de l’art, Université de Saint-Etienne /CIEREC. et Geoffroy Mathieu et Bertrand Stotleth, photographes sur le projet Paysages usagés, Observatoire photographique depuis le GR2013 (2012-2022)

17h -17h30 Discussion

18h-19h DANS L’ATELIER DE LA MISSION
Retour sur l’héritage de la Mission photographique de la DATAR avec le film de Christian Milovanoft, Travail dramaturgique autour du livre Bureaux. 2017 (39 min.)

Jeudi 18 janvier 2018 : Recréer une culture du paysage

9h Accueil

9h30 Introduction par Françoise Banat-Berger, directrice des Archives nationales

9h45 Conférence d’ouverture de Pascal Ory, professeur émérite, Université Paris I Panthéon-Sorbonne / CHS XXe siècle

10h30-13h  NORMES ET STEREOTYPES
Modération :   Sandrine Bula, conservateur en chef du patrimoine,  Archives nationales, direction des fonds, responsable de la mission Photographie.

10h30-11h Lucie Goujard, maître de conférences en histoire de l’art/ histoire de la photographie, Université de Grenoble-Alpes / LARHRA
Du pittoresque au vernaculaire. Contribution de la photographie à l’artialisation des territoires

11h-11h30 Sylvain Lesage, maître de conférences en histoire contemporaine, Université de Lille / IRHIS
Paysages à construire, L’imagerie Pellerin d’Epinal et la tardive émergence du panorama à la Belle Epoque.

12h-12h30 Marie-Ève Bouillon, chargée d’étude documentaire, Archives nationales, mission Photographie, docteur en Histoire et Civilisation, EHESS.
De la vue au stéréotype. Logiques industrielles et imaginaires de la carte postale au début du XXe siècle, le cas de l’entreprise Neurdein frères

12h30-13h Discussion

14h-15h30 INFORMATION ET PROPAGANDE

Modération :   Véronique Figini-Veron, maître de conférences en histoire de la photographie, ENS Louis-Lumière / CHS XXe siècle

14h-14h30 Françoise Denoyelle, professeur émérite, historienne de la photographie, ENS Louis-Lumière / CHS XXe siècle
Une image de la France. La France et la Révolution nationale : le fonds de l’ensemble des photographies de propagande diffusées par le Service central photographique depuis Vichy (1942-1944)

14h30-15h François Vatin, professeur en sociologie, Université Paris-Nanterre / IGHES et Gwenaële Rot, professeur en sociologie, Sciences Po Paris / CSO
Le tour de France industriel du peintre Reynold Arnould (1957-1958)

15h-15h30 Discussion

16h-17h PEDAGOGIE ET POLITIQUE

Modération : Françoise Denoyelle, historienne de la photographie, professeure des Universités émérite, ENS Louis-Lumière / CHS XXe siècle

16h-16h30 Sandrine Bula, conservateur en chef du patrimoine,  Archives nationales, direction des fonds, responsable de la mission Photographie.
Les usages pédagogiques des vues aériennes de l’entreprise LAPIE (Les Applications Photographiques d’Industrie et d’Édition) (1955-1980)

16h30-17h Véronique Figini-Véron, maître de conférences en histoire de la photographie, ENS Louis-Lumière / CHS XXe siècle.
L’information dite “ neutre ” de la Documentation française : la photographie au service d’une communication d’Etat (1945-1975)

17h-17h30 Discussion

Vendredi 19 janvier : Photographie & paysage,  dialogues contemporains

9h Accueil
9h30-11h  Table ronde Qualifier le paysage autour du travail d’Éric Tabuchi, Atlas des régions naturelles (depuis 2017)
Modération : Pascal Ferren , directeur adjoint du Pôle des arts urbains 
Intervenants :
Eric Boulay, Directeur du CAUE 37
Laurent Cailly, maître de conférences en géographie, Université de Tours / CITERES
Olivier Legros, maître de conférences en géographie, Université de Tours / CITERES

11h30-13h Table ronde Se projeter dans le paysage autour du travail d’Alban Lécuyer, Ici prochainement (2013)
Modération : Raphaële Bertho, maîtresse de conférences en arts, Université de Tours / InTRu
Intervenants :
Lolita Voisin, maître de conférences en Aménagement de l’espace et urbanisme, École Nature et Paysage, Blois / CITERES
Hovig Ter Minassian, maître de conférences en géographie, Université de Tours / CITERES
Maxime Vignolles, Ingénieur paysagiste, ADAC 37

14h30-16h  Table ronde S’approprier le paysage autour du travail d’Alexandra Pouzet, La carte du tendre (2013-2015)
Modération : Pascal Ferren, directeur adjoint du Pôle des arts urbains
Intervenants :
Benoît Feildel, maître de conférences en aménagement de l’espace et urbanisme, Université de Rennes 2 / UMR ESO
Karine Hurel, Cheffe du pôle Ressources, valorisation et cartographie du CGET, Géographe et cartographe
Héloïse Nez, maître de conférences en sociologie, Université de Tours / CITERES

Conférence de clôture Hugo Bevort, directeur des stratégies territoriales, CGET

Informations pratiques

  • Jeudi 18 janvier 2018 – 9h30-17h30
    Archives nationales, site de Pierrefitte-sur-Seine
    Entrée libre dans la limite des places disponibles
    59 rue Guynemer, 93380 Pierrefitte-sur-Seine
    Métro : Saint-Denis Université (Ligne 13)
  • Vendredi 19 janvier 2018 – 9h30-16h30
    Tours, Salle Jean de Ockeghem
    Entrée libre dans la limite des places disponibles
    15 place de Chateauneuf 37000 Tours

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Géolocalisation et spatialisation de documents patrimoniaux : trois heures de partage autour de la cartographie numérique

Dans le cadre du projet CORPUS, inscrit au plan quadriennal de la recherche 2016-2019 de la Bibliothèque nationale de France, et suite à l’atelier « Décrire, transcrire et diffuser un corpus documentaire hétérogène : méthodes, formats, outils », un deuxième atelier a eu lieu le 30 novembre après-midi sur le site Richelieu. Conçu dans une même logique de partage d’expertise, de dialogue entre les institutions patrimoniales et le monde de la recherche, il avait pour objectif de conduire une réflexion autour de la géolocalisation et de la spatialisation de documents patrimoniaux.

L’après-midi s’est articulé autour de huit présentations de projets pour lesquels les enjeux de la cartographie numérique sont plus au moins centraux.

Gallicarte, géolocalisation des données de Gallica.

Présentation par Matthieu Gioux, chef de produit Gallica, BnF.

Gallicarte

Lauréat du premier Hackathon BnF (2016), ensuite intégré dans Gallica Studio, Gallicarte est un projet qui vise à géolocaliser et à afficher sur un fond de carte les résultats d’une recherche effectuée dans Gallica, la bibliothèque numérique de la BnF.

Pour faire du projet issu du Hackathon un outil fiable pour les utilisateurs de Gallica, les équipes de la BnF se sont confrontées à une grande diversité de données en termes de provenance (elles sont issues de plusieurs institutions), en termes de type de collection (des manuscrits jusqu’aux jeux vidéo), en termes de normes de catalogage (elles diffèrent en fonction du type de document) et en termes de métadonnées.

La première phase de concrétisation de l’outil a donc consisté à identifier les collections plus simples à géolocaliser (un seul point par document) : le corpus des cartes et celui d’1,2 millions d’images présentes dans Gallica.

Pour ce qui concerne les cartes, la deuxième phase a consisté à positionner sur un fond de carte la géolocalisation préalablement existante ou bien, le cas échéant, à utiliser data.bnf.fr pour alimenter la base de Gallicarte. Pour ce qui concerne les images, la deuxième phase a vu Exalead – moteur de recherche de Gallica – détecter les occurrences de lieux dans les notices et dans les légendes des images. La troisième phase, portant sur le géocodage des données, a consisté à envoyer les entités détectées par Exalead au moteur Nominatim d’Openstreetmap capable d’attribuer des coordonnées géographiques.

En raison d’un taux d’erreur trop élevé, dû paradoxalement à l’excès de richesse des données décrites par les bibliothécaires, une deuxième approche consistera à refaire les mêmes opérations mais en s’appuyant cette-fois-ci sur les données du catalogue de la BnF.

À terme, la perspective de la Bibliothèque est de rendre disponible un lien SRU contenant un flux de données issues d’une recherche dans Gallica et le convertir dans le format GeoJSON, nécessaire pour la visualisation des résultats de la recherche sur une carte et compatible avec quasiment tous les outils de cartographie.

Des questions comme par exemple la dimension historique et évolutive des lieux ou la possibilité de réinjecter ce travail de géolocalisation dans le catalogue de la Bibliothèque restent ouvertes pour un horizon plus lointain. L’avancement du projet est documenté au fur et à mesure dans Gallica Studio.

Venice Time Machine

Présentation par Isabella di Leonardo, collaboratrice scientifique, Laboratoire d’humanités digitales, EPFL.

Text recognition in ancient hand-written documents
© DHLAB / EPFL

Venice Time Machine est un projet qui vise à numériser 80 km d’archives administratives de la ville de Venise couvrant une période de 1000 ans ainsi que plusieurs corpus de documents iconographiques liés à la ville de Venise et des millions de pages de sources secondaires, correspondant à la bibliographie qui a été produite au fil du temps sur la ville de Venise.

Un des enjeux du projet est de constituer une cartographie du passé en alignant les cartes historiques sur les cartes de la ville actuelle. À cet effet, il a été fait le choix de s’appuyer sur des logiciels de gestion d’information géographique open source tels que QJIS pour développer un logiciel ad hoc capable de répondre aux besoins de la cartographie historique : interprétation, précision, fiabilité et traçabilité de la donnée. L’interface développée permet de gérer les trois dimensions fondamentales de la description géographique – le point, la ligne et la surface – auxquelles s’ajoutent les dimensions du temps et du débat grâce au développement d’une plateforme en ligne.

Un autre enjeu du projet est de construire un modèle 3D de la ville de Venise. Des relevés photogrammétriques, croisés avec d’autres sources, ont permis de créer un modèle 3D en nuage de points où à chaque point sont accrochées des informations historiques. Cela permet de reconstruire une vision 3D de la ville de Venise et de ses transformations au cours des siècles sans négliger l’importance de la légitimité de la production des données.

Le code des outils développés, celui de l’Atlas en l’occurrence, est disponible sur Github.

ImaGÉO, archiver le patrimoine scientifique des géographes, vers de nouveaux objets de la recherche.

Présentation par Xavier Amelot, géographe, UMR 5319 Passages, Université Bordeaux-Montaigne.

Géolocalisation des cartes intégrées dans GéoLyon

ImaGEO est un consortium labellisé par la TGIR1 Huma-Num du CNRS qui rassemble les UMR2 Passages, Prodig, Migrinter. Il s’intéresse à l’archivage du patrimoine scientifique des géographes. Les équipes de recherche qui font partie de ce consortium disposent de fonds patrimoniaux importants en matière cartographique et photographique. L’idée qui sous-tend ce consortium est donc de s’appuyer sur les travaux de recherche d’historiens de la géographie et de numériser ces contenus patrimoniaux avec l’objectif à la fois de les conserver, de les archiver et de les valoriser en tant qu’objet de recherche. Le projet du consortium implique de géolocaliser les données, de les géoréférencer mais aussi d’avoir une approche réflexive sur ces fonds, sur la façon dont ils ont été constitués. Les données du projet ont vocation à être les plus ouvertes possibles. Les photographies sont actuellement disponibles sur la plateforme MediHal, qui permet de mettre en regard des corpus anciens avec des corpus plus récents et d’autres sources documentaires.

Data.bnf.fr 2018, cap sur les données géographiques.

Présentation par Raphaelle Lapôtre, cheffe de produit data.bnf.fr, BnF.

Dans data.bnf.fr la Bibliothèque nationale de France expose des données géographiques sous la forme de plusieurs syntaxes de RDF, le modèle descriptif du web sémantique.

La particularité des données géographiques présentes dans le catalogue de la Bibliothèque réside dans l’existence de deux types d’entité « lieu » : les données géographiques des cartes et plans (géolocalisées et issues du catalogage) et les données géographiques décrivant des lieux dans Rameau (non géolocalisées). Il s’agit donc de deux approches différentes pour traiter un lieu, au sein de la même institution, qui correspondent à deux objectifs différents : indexation d’un objet d’un côté, mention d’un lieu lié à un objet de l’autre.

Dans data.bnf.fr il a été fait le choix de réconcilier les deux approches en alignant, en déclarant des équivalences entre les lieux décrits dans les collections des cartes et plans et les mêmes lieux dans le thésaurus Rameau, afin de récupérer les coordonnées géographiques.

Si à l’heure actuelle existent deux pages d’entité « lieu » dans data.bnf.fr, à terme l’objectif est de fusionner ces deux pages en une seule qui contiendrait les informations issues du catalogage des cartes et plans ainsi que les informations issues de Rameau pour en faciliter la réutilisation.

Villa de Diomède, Pompéi : du corpus d’archives aux restitutions 3D

Présentation par Hélène Dessales, maître de conférence en archéologie, AOROC-UMR 8546, ENS-PSL.

Pompéi, Villa de Diomède. Exemple de modélisation 3D.
À gauche, modèle photogrammétrique ; au centre, modèle sans plaquage des photographies sur la géométrie reconstruite ; à droite, projection d’un plan aquarellé des années 1810 (F. Mazois, BNF, GD-12 (E)-FT 4).
Yves Ubelmann (Iconem).

Le projet Villa de Diomède porte sur un seul monument : la Villa à Pompéi appelée communément « villa de Diomède ».

Grand monument de 3 800 m2, très célèbre et représenté au fil des années, il fait l’objet de plusieurs documents et corpus d’archives conservées notamment à l’Archivio di Stato et à l’Archivio storico du musée archéologique de Naples. Le projet porté par l’UMR 8546 a donc consisté d’abord à rassembler les documents dispersés dans plusieurs collections principalement européennes. 120 documents graphiques et photographiques ont été réunis dans une base de données hébergée par Huma-Num pour les superposer à des plans existants du bâtiment. La photogrammétrie a été adoptée pour construire à partir de 25 000 photographies et grâce à un logiciel spécifiquement développé un modèle 3D géoréférencé du bâtiment avec une précision de 4/5 cm.

Les documents graphiques et photographiques récoltés dans la base de données ainsi que les documents d’archives ont été alors injectés manuellement dans le modèle 3D.

Outre la restitution des décors du monument au moment de l’éruption du Vésuve en 79, le fait de superposer les documents offre la possibilité de faire une archéologie du relevé, une archéologie du geste et d’identifier les points de vue des différents dessinateurs. Une quatrième dimension est également prise en compte dans le projet : celle du temps, qui retrace l’évolution du bâtiment de l’époque romaine jusqu’à nos jours.

Digital research support at Ghent University

Présentation par Hans Blomme, chargé d’études spécialisé en cartographie historique et traitement de données historiques, Centre pour les humanités numériques, Université de Gand.

Avec une forte expertise en matière de géolocalisation, le Centre pour les humanités numériques de l’Université de Gand a pour objectif de mener ses propres recherches dans le champ des humanités numériques, mais plus encore d’apporter un support technique et méthodologique aux projets menés par d’autres équipes de recherche dans différentes disciplines au sein de l’Université de Gand.

Un des axes de recherche et d’activités du centre est la cartographie numérique.

Dans ce domaine, le centre a développé deux plateformes pour que les utilisateurs puissent traiter, gérer, visualiser et explorer des données géographiques : Nodegoat, qui repose sur une base de données relationnelle, et Arches, qui s’appuie pour sa part sur une base de données de type graphe.

C’est en raison de ces compétences dans le domaine de la cartographie numérique que certains membres du centre coordonnent le groupe de travail « GeoHumanities » de DARIAH-EU dont l’un des objectifs principaux est de fournir à terme un référentiel géographique exprimé en linked open data.

CartoMundi, valorisation en ligne du patrimoine cartographique

Présentation par Olivier Loiseaux, chef de service acquisitions et collections géographiques, BnF.

Cartomundi n’est plus un projet mais un outil disponible en ligne.

Depuis une dizaine d’années, cette initiative est née à l’Université de Provence (aujourd’hui Aix-Marseille Université) et plus particulièrement à la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH). Il s’agit d’un site internet conçu pour valoriser le patrimoine cartographique en ligne et plus spécifiquement la cartographie organisée en séries, c’est-à-dire les cartes découpées en feuilles.

Avant la numérisation, des tableaux d’assemblage montraient le découpage des séries mais ces tableaux ont été perdus lors la numérisation. Cartomundi permet de reconstituer virtuellement ces anciens tableaux d’assemblage, de positionner les feuilles sur une interface cartographique interrogeable et de constituer un catalogue collectif à partir des métadonnées qui décrivent les documents dans toute institution qui souhaite valoriser son patrimoine cartographique.

Le site internet a été mis en ligne en 2011 à l’occasion de la Conférence Internationale de Cartographie à Paris, il est en production depuis 2013 et il épaule les catalogues des institutions en montrant les références bibliographiques et l’image, si disponible et libre de droits. Les notices du catalogue général de la BnF décrivant des cartes en série proposent ainsi un lien vers Cartomundi.

Girardin numérisé, ou la naissance des industries médiatiques

Présentation par Adeline Wrona et Pierre-Carl Langlais, professeure des universités et post-doctorant, GRIPIC, CELSA Paris-Sorbonne.

GIRANIUM est un projet de recherche d’un an qui vise à mieux comprendre l’apparition des premières industries culturelles et médiatiques en France à travers le prisme d’une personnalité emblématique du journalisme français du XIXème siècle : Émile de Girardin.

Le projet accorde une place importante à la ville de Paris, capitale médiatique et culturelle de l’époque.

Un des enjeux du projet consiste à visualiser comment les centres de gravité de lieux de production médiatique se déplacent dans la géographie parisienne au cours de la vie de Girardin. A cet effet, les titres de presse gérés par Girardin ont été géolocalisés dans le temps selon une approche spatiotemporelle.

Un colloque intitulé « Paris capital(e) médiatique, XIXème – XXIème siècle » est prévu pour le 28 et le 29 juin 2018 à la Sorbonne.

Conclusion

En conclusion, l’atelier « Géolocalisation et spatialisation de documents patrimoniaux » a mis en avant les enjeux de la cartographie, dans sa dimension historique tout particulièrement.

La cartographie numérique permet de représenter non seulement l’espace mais également d’autres dimensions : la dimension du temps, de l’histoire, de l’interprétation.

Concernant la toponymie ancienne, la Bibliothèque s’efforce de fournir plusieurs formes de nom pour un même lieu dans data.bnf.fr ; elle renseigne dans les notices d’autorités géographiques les formes anciennes des noms de lieu ainsi que la notion de forme officielle, celle d’exonyme français ou étranger, et les équivalences en différentes langues et alphabets. Les entités historiques se réfèrent à des autorités différentes mais elles sont reliées par des systèmes de « voir avant – voir après ».

La définition des périmètres, des frontières, d’un espace qui n’est jamais figé mais reste constamment dépendant du temps, demeure problématique : c’est vers une cartographie géotemporalisée que la recherche s’efforce de tendre.

À l’interprétation historique s’ajoutent les enjeux liées à l’interprétation littéraire, à travers une périphrase indiquant un lieu dans un corpus par exemple, et à la géographie imaginaire ; ce sont deux aspects qui semblent demander encore l’expertise de l’œil humain et nécessitent des protocoles de description partagés.

L’établissement de normes semble aussi de plus en plus urgent pour l’archivage de modèles 3D, destinés à se généraliser dans la perspective de cette approche spatiotemporelle.

Une dernière dimension, la dimension visuelle et sensorielle, joue en effet un rôle essentiel dans ce panorama. Mise en avant par Hans Blomme, la notion de deep mapping, pour ses éléments constitutifs – visualisation, narration, stratification, dynamisme, émotion, sens – ouvre des perspectives aussi bien pour la recherche que pour le monde des bibliothèques.

  1. Très Grande Infrastructure de Recherche []
  2. Unité Mixte de Recherche []

Nouveau financement en faveur du monnayage grec en ligne : le projet ARCH

Le département des Monnaies, médailles et antiques de la BnF a le plaisir d’annoncer que l’Initiative de Programmation Conjointe sur le Patrimoine Culturel (le Joint Programming Initiative on Cultural Heritage) a accordé un financement de 570 000 € pour un nouveau projet de recherche visant à inscrire la monnaie grecque dans le web sémantique.

[Monnaie : Denier, Argent, Bolskan, Espagne]

Le projet ARCH: Ancient Coinage as Related Cultural Heritage établira, pour la première fois, une plate-forme pour l’étude, la conservation, l’archivage et la préservation du patrimoine monétaire du monde antique hébergée par l’université d’Oxford. Les apports historiques et économiques des résultats obtenus grâce aux nouveaux outils développés seront exploités en développant une étude de cas sur l’Espagne et le sud-ouest de la France. Le projet abordera les questions de connectivité monétaire et culturelle et les interactions transpyrénéennes dans l’Antiquité, en collaboration avec d’éminents chercheurs spécialisés dans l’histoire monétaire et culturelle de cette zone géographique, travaillant comme partenaires associés à Oxford, Paris, Bordeaux, Orléans, et Valence. Le projet développera un outil de référence en ligne (Monedaiberica) qui s’appuiera sur des collections publiques et des monnaies connues par les catalogues de vente, ainsi qu’un programme de recherche conçu pour exploiter les opportunités offertes par les données liées du web sémantique (Linked Open Data) : les vocabulaires standardisés et l’ontologie propre aux monnaies grecques seront mis à jour à cette occasion.

Le projet sera dirigé par Frédérique Duyrat (directrice du département des Monnaies, médailles et antiques, Bibliothèque nationale de France, Paris), Andrew Meadows (New College, Oxford) et Pere Pau Ripollès (Universitat de València).

Les 80 000 monnaies grecques de la BnF actuellement en ligne avec des descriptions sommaires seront décrites en détail, créant de facto le plus grand catalogue de référence disponible en ligne. 100 000 monnaies ibériques seront mises en ligne par l’université de Valence.

Selon les principes des programmes conjoints, le financement est assuré par l’Arts and Humanities Research Council (AHRC) pour les équipes britanniques, l’Agence Nationale de la Recherche pour les Français et le Ministerio de Economía, Industria y Competitividad (MINECO) pour les équipes espagnoles.

Pour plus de détails, voir l’annonce du JPI : http://www.jpi-culturalheritage.eu/wp-content/uploads/JPICH-website-Digital-Heritage-call-results.pdf.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Colloque international Foucault, les Pères et le sexe, Paris, 1-2-3 février 2018

A l’occasion de la parution du quatrième et dernier volume inédit du projet d’histoire de la sexualité de Michel Foucault, Les Aveux de la chair, la Bibliothèque nationale de France organise un colloque en partenariat avec l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, l’Institut des Sciences Juridique et Philosophique de la Sorbonne (UMR 8103, CNRS/Université Paris 1), l’Institut des Sources chrétiennes (UMR 5189 – Hisoma, CNRS/Université Lyon 2) et l’Association pour le Centre Michel Foucault.

Michel Foucault © Roland Allard/Agence VU’

Comité scientifique Philippe Büttgen, Philippe Chevallier, Agustín Colombo, Frédéric Gros, Bernard Meunier, Judith Revel, Philippe Sabot, Michel Senellart, Arianna Sforzini

Comité d’organisation Philippe Büttgen, Philippe Chevallier, Agustín Colombo, Laurence Le Bras, Bernard Meunier, François Nida, Arianna Sforzini

Programme

Jeudi 1er février

18h00-18h30 Introduction, par Laurence Engel, BnF, Philippe Büttgen, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, Véronique Chankowski, Université Lumière Lyon 2
18h30-19h30 Conférence inaugurale, par Paul Veyne, Collège de France, et Frédéric Gros, Sciences Po

Vendredi 2 février

9h30-9h45 Laurence Le Bras, BnF
Michel Foucault à la Bibliothèque nationale de France

1. Le tournant chrétien

Modérateur : Michel Senellart, ENS de Lyon

9h45-10h30 Agustín Colombo, Boston College, Arianna Sforzini, BnF
L’Antiquité chrétienne dans l’œuvre de Michel Foucault
10h30-10h45 PAUSE
10h45-11h30 Johannes Zachhuber, Trinity College, Oxford
L’intériorité de la conscience et l’extériorité des aveux : le sujet chrétien selon Michel Foucault
11h30-12h15 Frédérique Ildefonse, CNRS
Aucun de mes mouvements ne t’est caché. Modification de la sagesse antique dans le monachisme chrétien

12h15-14h15 DÉJEUNER

2. Une lecture singulière des Pères

Modérateur : Philippe Büttgen, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne

14h15-15h00 Paul Mattei, Université Lumière Lyon 2, Istituto Patristico « Augustinianum », Rome
Le Tertullien de Foucault : quelle cohérence et quelle pertinence philologique et historique ?
15h00-15h45 Michel Senellart, ENS de Lyon
Pastorat, conversion, aveu : limites d’un paradigme
15h45-16h00 PAUSE
16h00-16h45 Sébastien Morlet, Université Paris Sorbonne
Les aveux du roi David : l’interprétation chrétienne ancienne, et son interprétation par Foucault
16h45-17h30 Bernard Meunier, CNRS
Foucault et les évolutions de la parrêsia chrétienne

Samedi 3 février

3. Augustin, finalement

Modératrice : Arianna Sforzini, BnF

9h30-10h45 Elizabeth A. Clark, Duke University, Durham
Contextualizing Foucault’s Augustine
10h45-11h30 Michel-Yves Perrin, EPHE
Lectures foucaldiennes de saint Augustin. Entre histoire et historiographie
11h30-12h15 Laurent Lavaud, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne
L’insurrection du sexe. Foucault lecteur de saint Augustin

12h15-14h15 DÉJEUNER

4. Ouvertures

Modérateur : Daniele Lorenzini, Université Saint-Louis, Bruxelles

14h15-15h00 Jean Reynard, CNRS
Réflexions sur la question de la folie dans le christianisme ancien à la lumière des travaux de Foucault
15h00-15h45 Julie Mazaleigue-Labaste, CNRS
Les pratiques de la chair. Théologie morale, relations maritales et subjectivité
15h45-16h00 PAUSE
16h00-16h45 James Bernauer, Boston College
Foucault and Theological Practices: A Personal Review
16h45-17h15 Conclusions, par Philippe Büttgen, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne

Informations pratiques

  • Jeudi 1er février et vendredi 2 février :
    à l’Auditorium Colbert, 2 rue Vivienne, 75002 Paris.
    Entrée libre dans la limite des places disponibles
  • Samedi 3 février :
    à l’Amphithéâtre Turgot, 17 rue de la Sorbonne, 75005 Paris.
    Accès sur inscription préalable obligatoire à l’adresse : Philo-Recherche@univ-paris1.fr

Philippe Chevallier

Responsable des études à la délégation à la Stratégie et à la recherche de la Bibliothèque nationale de France

More Posts

Sauvegarder la Mémoire du monde : réunion d’information

Une réunion d’information et d’échange est organisée par le Ministère de la Culture et la Commission nationale française pour l’UNESCO, en concertation avec le BnF, autour du programme UNESCO Mémoire du Monde et de la Recommandation concernant la préservation et l’accessibilité du patrimoine documentaire le 11 janvier 2018 de 14h à 17h30 à la BnF, site François Mitterrand, petit auditorium.

Programme

  • 14 h 00 Introduction
    Laurence Engel, présidente de la Bibliothèque nationale de France
    Daniel Janicot, président de la Commission Nationale Française pour l’UNESCO
    Nicolas Georges, directeur, chargé du livre et de la lecture
  • 14 h 30 La place de Mémoire du monde au sein de l’UNESCO – M. Boyan Radoykov, chef de section, section accès universel et conservation, Secteur Communication et Information, UNESCO.
  • 14 h 45 Mémoire du monde en France, l’importance de la Recommandation de 2015 – M. Gerald Grunberg, président du comité français Mémoire du monde
  • 15 h 15 La mise en œuvre de la Recommandation ; l’exemple de la BnF, reconstitution de corpus  documentaires dispersés – Mme Isabelle Nyffenegger, directrice déléguée aux Relations internationales de la BnF
  • 15 h30 Présentation de trois inscriptions françaises  au Registre international Mémoire du monde
  • 16 h Echanges avec la salle
  • 16 h 45 Synthèse de la réunion de travail entre les gestionnaires de biens : bilan et perspectives – Mme Noëlle Balley, directrice de la bibliothèque Cujas
  • 16 h 55 Conclusion – Gérald Grunberg
  • 17 h Clôture

Modalités pratiques

Entrée libre dans la limite des places disponibles

Bibliothèque nationale de France
Quai François Mauriac
75013 Paris
Accès par l’entrée Est
Métro : lignes 6 (Quai de la gare), 14 et RER C (Bibliothèque François Mitterrand)
Bus : 89, 62, 132, 325

 

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Colloque : « Karin Waehner. Exposer/performer l’archive », 15-16/12/2017

L’Université Paris 8 et le département des Arts du spectacle organisent le colloque Karin Waehner. Exposer/performer l’archive  les 15 et 16 décembre 2017. Depuis 2015, le Groupe de recherche : histoire contemporaine du champ chorégraphique en France (Musidanse, Université Paris 8) mène un projet collectif autour de la chorégraphe, danseuse et pédagogue Karin Waehner, qui consiste à analyser le fonds d’archives déposé à la BnF, et éclairer ainsi le parcours et l’œuvre de l’une des artistes les plus engagées dans l’émergence de la danse contemporaine en France. Ce colloque conserve le même point de départ : l’archive, en invitant des chercheurs, danseurs, notateurs, à porter une pluralité de regards (France et Allemagne) sur ces documents.

Programme

Samedi 16 décembre

  • 9h30 — Accueil du public

Questions d’archives, une histoire des circulations

  • 10h — Introduction par Sylviane Pagès, Mélanie Papin et Guillaume Sintès
  • 10h30 — Présentation des fonds Karin Waehner par Stephan Dörschel (Akademie der Künste, Berlin), Joël Huthwohl (BnF) et Jean Masse (Ballet Théâtre Épiphane)

Waehner/Wigman : une relation fondatrice et complexe

  • 11h15 — « Karin qui ? », les pas de la passeuse de danse : messages de personne à personne. Une édition commentée des lettres de Mary Wigman à Karin Waehner (1949-1972) par Josephine Fenger
  • 11h45 — Revenir à Mary Wigman : assumer un geste expressionniste par Sylviane Pagès
  • 12h30 — déjeuner

Archives écrites d’une danseuse

  • 14h — Ecrire son histoire de la danse : l’autre oeuvre de Waehner par Guillaume Sintès
  • 14h30 — Cahiers Waehner, la trace du studio par Mélanie Papin

Regards sur le geste

  • 15h30 — Table-ronde avec Aurélie Berland, Marine Ghielmetti et Julie Meyer-Heine
  • 16h30 — Conclusion par Isabelle Launay
  • 17h — Fin de la journée

Modalités pratiques

Vendredi 15 décembre

Soirée-recherche
Centre National de la Danse
1, rue Victor-Hugo, 93507 Pantin
Métro 5 Hoche
RER E Pantin
T3b Delphine Seyrig
https://www.cnd.fr/fr/program/108-soiree-recherche

Samedi 16 décembre

Colloque
Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand, Galerie Jules Verne
Accès par l’entrée EST, face au 25 rue Émile Durkheim (marches) ou avenue de France (de plain-pied), à proximité de l’entrée du cinéma MK2-Bibliothèque, 75013 Paris

Métro : Lignes 6 (Quai de la Gare), 14 ou RER C (Bibliothèque François-Mitterrand)

Attention : en raison des contrôles d’accès, prévoir un temps d’attente à l’entrée de la BnF

Entrée libre dans la limite des places disponibles. Réservation conseillée par mail à : projet.waehner.2015.2018@gmail.com

Colloque organisé par Sylviane Pagès, Mélanie Papin et Guillaume Sintès dans le cadre des activités du Groupe de recherche : Histoire contemporaine du champ chorégraphique contemporain en France (Musidanse, Université Paris 8), en partenariat avec le Département des Arts du Spectacle de la BnF, et l’aimable concours de Jean Masse.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Conférence « Le quartier Richelieu. Topographie, architecture, patrimoine », 15/12/2017

Les établissements du quadrilatère Richelieu, à savoir la Bibliothèque nationale de France, l’École nationale des chartes, l’Institut national d’histoire de l’art, et leur voisin le Centre allemand d’histoire de l’art, ont lancé un ambitieux programme de recherche sur l’histoire du quartier Richelieu.

Quadrilatère Richelieu

Le Quadrilatère Richelieu, qui tient son nom d’une des rues qui le délimite, est le berceau historique de la Bibliothèque nationale de France (BnF). Autrefois composé du Palais Mazarin, de l’hôtel Tubeuf, de la galerie Mansart et de deux édifices abritant la Bibliothèque royale, il accueille la BnF dès la première moitié du XVIIIe siècle. La Bibliothèque de l’INHA, baptisée alors Fonds Jacques-Doucet, vient s’y installer en 1992, dans la salle Ovale. Elle y restera jusqu’à la fin 2016, date à partir de laquelle elle occupe la salle Labrouste (ancienne salle de lecture de la Bibliothèque nationale) avec également la bibliothèque de l’École nationale des chartes qui oc­cupe désormais la majeure partie de l’aile située le long de la rue des Petits-Champs.

Léon de Laborde, De l’organisation des bibliothèques dans Paris, 4e lettre : Le palais Mazarin et les habitations de ville et de campagne au XVIIe siècle, Paris, A. Franck, 1845, p. 4.

Le cardinal Richelieu, en faisant construire en 1634 son Palais Cardinal (l’actuel Palais Royal), ouvre la voie à la construction des terrains alentours. L’hôtel Bautru, situé à l’angle des actuelles rue Vivienne et rue des Petits-Champs, œuvre du tout jeune Louis Le Vau, est le premier édifice de ce nouveau quartier. Il devient en 1665 l’hôtel de l’Intendant des finances et surintendant des bâtiments du Roi, Jean-Baptiste Colbert, qui lui fait apporter quelques modifications. Au fil des années, l’hôtel change plusieurs fois de fonction : il abrite les écuries de Philippe d’Orléans, devient le bureau des Domaines puis, après la Révolution, la Caisse de la dette publique.

Au XIXe siècle, le quartier se modifie : très animé grâce à ses cafés et commerces, il voit se développer les passages couverts, qui offrent aux piétons des chemins protégés, ouverts sur des vitrines, leur permettant d’éviter l’encombrement, la boue et les crevasses alors courantes. La galerie Vivienne voit le jour en 1825 ; la galerie Colbert, sa sœur jumelle, deux années plus tard, en 1827.

Histoire du quartier Richelieu

Ce projet est proposé conjointement par le Centre allemand d’histoire de l’art, la Bibliothèque nationale de France, l’École nationale des Chartes, les Universités Paris I Panthéon Sorbonne et Paris-Sorbonne ainsi que l’Institut national d’histoire de l’art et porte sur l’histoire du « quartier » qu’ils occupent, celui du quadrilatère Richelieu étendu, entre Louvre, Opéra et Place des Victoires.

La synergie vivante de ces institutions, dont les ressources  documentaires et les services aux publics sont immenses et complémen­taires, conforte Richelieu comme véritable acteur de la recherche, proposant un ensemble de compétences et de ressources sans équivalent au monde.

Le but de ce projet collectif est moins de définir le périmètre exact du « quartier » que de dessiner les contours d’une géographie culturelle qui concentre au cœur de Paris les lieux du savoir et des arts. En se penchant sur l’histoire de ces espaces dans lesquels les partenaires du projet ont pris leur quartier, il s’agira de contribuer à une histoire des capitales culturelles, tout en réfléchissant à la meilleure manière de rendre visible et accessible cette histoire.

Dans un premier temps du projet, les partenaires proposent une série de rencontres sous forme de séminaire pour poser les jalons d’une réflexion commune sur l’histoire architecturale et culturelle du quartier Richelieu, sur les sources disponibles (en particulier à partir des fonds de la BnF et de l’INHA – sans évidemment oublier les archives qui seront repérées à cette occasion) et leur exploitation.

Séminaire « Histoire du quartier »

Vendredi 15 décembre aura lieu en Salle Walter Benjamin, INHA, 10h30-12h30, la séance inaugurale du séminaire « Histoire du quartier ».

Cette séance prendra la forme d’une conférence d’Alexandre Gady1 (Université Paris-Sorbonne) intitulée Le quartier Richelieu. Topographie, architecture, patrimoine.

Cette séance de séminaire inaugure une série de rencontres autour de l’histoire du « quartier » qui continuera d’évoluer avec la deuxième phase des travaux du quadrilatère. En effet, sur le parcours allant du Louvre à l’Opéra, près des Arts décoratifs, du Palais-Royal et de la Comédie française, Richelieu, avec ses deux entrées rue Vivienne et rue de Richelieu, deviendra en 2020 un pas­sage dans la ville, le lieu de découverte d’un patrimoine exceptionnel, ouvert à tous, au cœur de Paris.

  1. Cf. sa page personnelle : http://www.centrechastel.paris-sorbonne.fr/membres/alexandre-gady []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Journée d’études « Films de recherche en Sciences sociales » (12/12/2017)

La Bibliothèque nationale de France (département de l’Audiovisuel) et l’Institut interdisciplinaire d’anthropologie du contemporain (CNRS) organisent une journée d’études en partenariat avec l’association « Filmer le travail ».

Le film a mis du temps pour s’imposer comme un outil de la recherche en sciences humaines et sociales. Aujourd’hui, des chercheuses et chercheurs d’horizons très divers y recourent, de manière régulière ou très ponctuelle. La journée d’études vise à mettre en lumière les conditions pratiques dans lesquelles sont écrits, tournés et montés de tels films, en relation avec les enjeux de connaissance qu’ils soulèvent. Chaque session s’articule autour d’un film post-produit à la cellule audiovisuelle du laboratoire de l’IIAC. Celui-ci a récemment effectué le dépôt à la BnF de l’intégralité de ses productions à ce jour.

L’approvisionnement d’une ville : Orléans / Georges Guastavi, réal. ; Danielle Sayegh, aut. ; Hélène Aymonier, concept.

Programme

10h : ouverture par Sophie Wahnich (IIAC) et Alain Carou (BnF)

10h15-11h45 : Salle 70
Lire des pratiques

  • La canne à mesurer l’eau, de Fabienne Wateau, Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative (2006), 28 min.
    Dans le nord-ouest du Portugal, pour partager l’eau d’irrigation retenue dans de petits bassins-réservoirs de flancs de coteaux, les ayant-droits fabriquent et utilisent un instrument de mesure simple et original : « la cana ». Il s’agit d’une canne de roseau graduée servant à mesurer des volumes d’eau. Son utilisation implique la connaissance des principes de roulement, d’équité et de partage collectif de la ressource, ainsi qu’une organisation sociale particulière qui se resserre au plus fort de l’été. De la fabrication minutieuse de l’objet à la distribution de l’eau dans les parcelles, le film relate les relations sociales finement tissées autour de cette activité.
  • Discutants : Joyce Sebag (Centre Pierre Naville, Université Evry-Val d’Essonne), Marc-François Deligne (ancien responsable de la cellule audiovisuelle de l’IIAC), Jean-Paul Gehin (Université de Poitiers)

12h30-14h00 : Petit auditorium
Cinéma de midi

  • Pittsburgh Police, de John Marshall (1974), 15 min.
    Peu de temps après une vague d’émeutes urbaines, l’anthropologue John Marshall se livre à l’étude de terrain des interactions entre la police et la population dans la ville de Pittsburgh.
  • Travailler à domicile, de Monique Haicault (1986), 10 min.
    En 1986, la sociologue Monique Haicault dirige une série de 31 portraits sur le travail à domicile : de la kinésithérapeute à l’enfileuse de perles en prison, à l’ouvrière à domicile, au traiteur antillais, en passant par le polisseur de couteaux ou le tailleur.
  • Pourquoi tu pleures, de Michèle Fiéloux et Jacques Lombard (2007), 26 min.
    Une séance de possession consacrée à la résolution d’un conflit au sein d’une famille à Madagascar.
    Avec la participation de Jean-Paul Gehin, Alice Leroy, Jacques Lombard.

14h15-16h : Salle 70
Filmer de la parole


  • Vivre chez Rothschild, de Daniel Friedmann, CETSAH (2003), 66 min.
    Daniel Friedmann a filmé durant deux ans, les résidents de la maison de retraite et de gériatrie de la Fondation de Rothschild, la plus importante de Paris. Le film capte la mémoire de leur passé tout en questionnant le présent où le sujet se confronte à la vie en train de se défaire. Leur reste-t-il quelque espoir en une frange de futur où s’investir ?
  • Discutantes : Christina Alexopoulos (INALCO), Corinne Fortier (Laboratoire d’anthropologie sociale, CNRS)

16h15-18h : Salle 70
Répertorier des gestes


  • Les Argentypes de Jean-Marie Fadier, de Monique et Pauline Sicard, Institut des Textes et Manuscrits modernes (2012), 15 min.
    A l’heure où se banalise l’usage des petits appareils numériques tout automatiques, où chacun devient potentiellement témoin des événements du monde, il devenait urgent de filmer les gestes des créateurs et leurs travaux de laboratoire. Par le film, en complément des textes, nous espérons atteindre la dimension anthropologique de la photographie.
  • Discutants : Jacques Lombard (anthropologue), Arghyro Paouri (IIAC)

Informations pratiques

Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand, salle 70 et Petit auditorium
Entrée libre
Séances en présence des réalisateurs.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Colloque : Octave Mirbeau et les États-Unis. Regards croisés sur la réception critique de l’œuvre mirbellienne dans le Nouveau Monde

L’Université de Chicago, la Bibliothèque nationale de France et la Société Octave Mirbeau organisent un colloque international consacré à la réception critique de l’œuvre d’Octave Mirbeau dans le Nouveau Monde.

Octave Mirbeau par Dornac (1858-1941)

Argument

Aux États-Unis, l’œuvre de Mirbeau a reçu très tôt un accueil favorable. Nombreuses furent en effet outre-Atlantique les publications en français de ses romans et de ses pièces les plus célèbres à destination d’un public francophone local, mais aussi les traductions qui parurent du vivant de l’auteur et tout au long du XXe siècle. Le XXIe siècle n’a fait que confirmer cet intérêt pour les écrits mirbelliens. Ainsi, en 2015, sont parues les premières traductions américaines de Dans le ciel1 et des 21 jours d’un neurasthénique2.

Cet intérêt jamais démenti d’un lectorat américain pour l’auteur du Journal d’une femme de chambre se double encore d’une réception critique à bien des égards remarquable. Dans aucun autre pays étranger sans doute, l’œuvre de Mirbeau n’a suscité une telle production d’études et d’articles scientifiques. Dès 1966, à une époque où Mirbeau était encore largement ignoré par l’université française,  Martin Schwarz, professeur à l’Université de Virginie, publiait sa thèse Octave Mirbeau. Vie et œuvre. A partir de cette date, les travaux consacrés à Octave Mirbeau se sont multipliés outre-Atlantique notamment sous l’impulsion de Robert Ziegler, professeur à l’Université du Montana, dont les études récentes3 ont contribué, par leur approche psychanalytique, au renouvellement des études mirbelliennes.

Le colloque « Octave Mirbeau et les Etats-Unis. Regards croisés sur la réception critique de l’œuvre mirbellienne dans le Nouveau Monde », a pour but de faire dialoguer ensemble spécialistes américains et européens d’Octave Mirbeau autour de trois thèmes centraux dans l’œuvre mirbellienne qui ont particulièrement retenu la critique américaine : nature et animalité ; la représentation de la femme à la Belle Epoque et enfin littérature et peinture.

Nature et animalité chez Mirbeau

Pourfendeur de la société bourgeoise et technicienne, critique virulent de l’idée de progrès, Octave Mirbeau fut un ardent défenseur de la nature dans la lignée de Rousseau et de Montaigne. Cependant, cette défense de l’environnement, menacé de mort par la folie du système capitaliste, et des instincts naturels, par opposition aux « besoins artificiels » et à l’hypocrisie morale créés par la société moderne, n’est pas sans paradoxe. Pour Mirbeau, en effet, la nature obéit à « la loi du meurtre ». Il sait que l’homme si civilisé qu’il se prétende, est encore bien souvent dominé par des impulsions homicides qui lui viennent de ses ancêtres, les grands singes « cruels et lubriques ». Le monde naturel et animal est donc aussi celui de la cruauté décrite avec force et précision dans le Jardin des Supplices. Quelle part l’animalité occupe-t-elle dans la réflexion d’Octave Mirbeau sur l’homme et son devenir ? Qu’est-ce que l’animal peut nous apprendre sur la place et le rôle de l’homme dans le monde ? Comment Octave Mirbeau décrit-il les rapports entre le monde des hommes et celui des animaux, notamment dans son dernier roman Dingo dont le personnage principal n’est autre qu’un chien ? C’est à ces questions entre autres que la première demi-journée du colloque souhaiterait apporter des réponses en s’appuyant, si cela est jugé pertinent, sur les travaux théoriques récents dans le domaine des Animal Studies et de l’ecocritiscism qui ont vu le jour en Amérique du Nord.

La représentation de la femme à la Belle Époque

À l’instar de Léon Daudet qui dans un article de 1936 qualifia Octave Mirbeau de « gynophobe », on a souvent considéré l’auteur du Jardin des Supplices comme un des représentants les plus emblématiques de la misogynie Fin de siècle. Emily Apter dans les travaux qu’elle a consacrés à Mirbeau a contribué à renforcer cette image de misogyne associée à l’écrivain. La deuxième demi-journée du colloque consacrée à la représentation dans la femme à la Belle Epoque souhaiterait questionner cette interprétation univoque des écrits de Mirbeau en mettant notamment  l’accent sur la critique de la condition sociale réservée aux femmes présente dans les écrits romanesques (Le Journal d’une femme de Chambre) et les œuvres théâtrales (Les affaires sont les affaires). La question de la représentation de la femme chez Mirbeau sera encore abordée à travers l’analyse des trois adaptions cinématographiques du Journal d’une femme de chambre (Renoir, Bunuel et Jacquot) et de la réception de ces films outre-Atlantique.

Littérature et peinture

Octave Mirbeau fut une des plus ardents défenseurs de l’avant garde artistique de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle. Ami de Rodin et de Monnet, grand admirateur de Pissaro et de Camille Claudel, Mirbeau n’aura de cesse pendant toute sa vie de faire reconnaître l’art des Impressionnistes. La deuxième journée du colloque privilégiera deux axes d’analyse : la contribution d’Octave Mirbeau à la critique esthétique de son temps et les relations qu’entretiennent critique esthétique et création romanesque chez Mirbeau.

Programme

Mercredi 13 décembre
Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand, avenue de France, salle S70

  • 18h : conférence inaugurale « Octave Mirbeau et les Etats-Unis » par Pierre Michel, président de la Société Octave Mirbeau.

Jeudi 14 décembre
Université de Chicago, Centre à Paris, 6 rue Thomas Mann 75013
Nature, corps et animalité dans l’œuvre mirbellienne
Présidente de séance : Françoise Meltzer (Université de Chicago)

  • 9h – 9h30 : accueil et mot de bienvenue
  • 9h30 : Samuel Lair (Vice-Président de la Société Octave Mirbeau), « Le mythe de la nature chez Mirbeau » (titre provisoire)
  • 10h : Chloe VandenBerghe (Université Libre de Bruxelles), « Dans les yeux de Dingo : l’humain en question »
  • 10h30 : Alain (Georges) Leduc (Ecole supérieure d’Art de Lorraine/ESAL), « Dingo. Croc Blanc. Deux chiens politiques »
  • 11h – 11h15  : discussion
  • 11h15 -11h30 : pause
  • 11h30 : Anita Staron (Université de Lodz), « Les jardins de Mirbeau et de Rachilde – un rêve empoisonné »
  • 12h : Bertrand Marquer (Université de Strasbourg), « Les langages du corps dans L’Abbé Jules »
  • 12h30-12h45 : discussion
  • Déjeuner

Jeudi 14 décembre
Octave Mirbeau et la représentation de la femme à la Belle Epoque
Président de séance : Pierre Michel (Société Octave Mirbeau)

  • 14h : Ludivine Fustin (Université Paris-Sorbonne, Cellf), « Le cynisme au féminin dans l’œuvre d’Octave Mirbeau »
  • 14h30 : Lisa Rodrigues Suarez (Université Paris-Sorbonne, Cellf), « De l’insuffisance à l’excès : ambiguïté du consumérisme chez la femme mirbellienne »
  • 15h – 15h15 : discussion
  • 15h15 – 15h30 : pause
  • 15h30 : Lucia Campanella (Universidad de la Republica, Uruguay), « Réception de l’oeuvre de Mirbeau au Rio de la Plata : la figure de la femme travailleuse »
  • 16h : Elizabeth Muelsch (Angelo State University), « Le journal d’une femme de chambre et le journal d’une concierge. Sur la réception de Célestine et de Renée Michel aux Etats-Unis »
  • 16h30 – 17h : discussion

Vendredi 15 décembre
Université de Chicago, Centre à Paris, 6 rue Thomas Mann 75013
Octave Mirbeau, critique d’art

  • 9h30 : Marie-Bernard Bat (Université Paris-Sorbonne, Cellf), « Mirbeau amateur d’art et collectionneur éclairé »
  • 10h : Christian Limousin (poète et critique d’art), « Octave Mirbeau et l’érotisme dans l’art »
  • 10h30 – 10h45 : discussion
  • 10h45 -11h : pause
  • 11h : Andrei Pop (Université de Chicago), « Mirbeau, ennemi de l’absolu ? »
  • 11h30 – 12h : Annamaria Laserra (Université de Salerne), « La tentation de la science dans l’experience artistique de Lucien (Dans le Ciel) »
  • Discussion

Vendredi 15 décembre
Dans le Ciel. Littérature et peinture chez Octave Mirbeau

  • 14h : Ann Sterzinger (romancière et traductrice), « Dans le Ciel, une expérience de traduction »
  • Table ronde autour de Dans le Ciel : Annamaria Laserra, Ann Sterzinger, Christian Limousin, Marie-Bernard Bat, Pierre Michel

Enregistrer

  1. traduit par Ann Sterzinger []
  2. traduit par Justin Vicari []
  3. The Nothing Machine: the Fiction of Octave Mirbeau (2007) ; Octave Mirbeau’s Fictions of the Transcendental (2015 []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Lieux de contre-mémoire Une histoire des mémoires de l’immigration maghrébine à travers les archives du web

Cette après-midi d’étude met au centre les archives de l’internet comme source pour l’histoire des mémoires migrantes et plus largement pour l’histoire du temps présent. Si le web apparaît aujourd’hui comme étant incontournable pour analyser les formes de mise en récit du passé qu’il s’agisse de mémoires individuelles ou d’usages de l’histoire, les transformations récentes ne peuvent se comprendre sans les replacer dans l’épaisseur des temporalités, notamment en revenant sur la médiatisation des mémoires de l’immigration maghrébine durant la période qui précède l’essor du web en France. Les dispositifs mémoriels en ligne sont en effet le fruit d’une recomposition des pratiques et des modes de médiation antérieures, remontant à la seconde moitié du XXe siècle. Ces filiations rencontrent sur la Toile les problématiques propres aux années 2000 à l’image d’une lecture religieuse ou d’une interprétation post-coloniale de l’histoire de l’immigration. Dans le même temps, le web participe à la fabrique commémorative comme en témoigne le cinquantième anniversaire du 17 octobre 1961 et les trente ans de la Marche pour l’égalité et contre le racisme de 1983. Durant cette demi-journée, l’accent sera donc mis sur l’histoire de la mise en visibilité des mémoires de l’immigration maghrébine dans l’espace public, depuis les premiers ouvrages-témoignages des années 1950 jusqu’aux déploiements des récits sur le web dans les années 2000.

Le parcours guidé dans les Archives de l’internet intitulé « Les mémoires de l’immigration maghrébine sur la toile (1999 – 2014) » réalisé par Sophie Gebeil, chercheuse invitée à la BnF, sera présenté à cette occasion.

Peter Stirling (BnF, service du Dépôt légal numérique)
Ceci n’est pas le web : les archives de l’internet comme source pour la recherche

Yvan Gastaut (maître de conférences à l’Université de Nice Sophia Antipolis)
Mémoires de l’immigration maghrébine en France, émergences politiques et médiatiques (1981-2007)

Sophie Gebeil (maître de conférences à l’Université d’Aix-Marseille, chercheuse invitée à la BnF)
Les mémoires de l’immigration maghrébine sur web français de 1999 à 2014, une histoire entre héritages et métamorphoses

Après-midi d’étude animée par Cristina Ion (BnF, chef du service Sciences sociales)

Informations pratiques

Mardi 5 décembre 2017 – 14h00-18h00
Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand – Salle 70
Entrée libre
Quai François-Mauriac – Paris 13e

 

Enregistrer

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Biennale d’art numérique de la BnF : contribution de la critique au Net Art

Qu’est-ce qu’une oeuvre d’art numérique ? Comment cet art s’est-il construit durant les vingt dernières années ? Comment cet objet d’étude aussi riche que complexe est-il abordé par la critique d’art ?
Autant de questions qui sont posées lors de la Biennale d’art numérique et en particulier de la journée d’étude organisée à la Bibliothèque nationale de France.
En parallèle, plusieurs oeuvres sont exposées ce même jour dans deux salles voisines.

Informations pratiques

Mercredi 6 décembre 2017 – 09h30-18h
Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand – Petit auditorium
Entrée libre
Quai François-Mauriac – Paris 13e

 

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts