Archives de catégorie : Agenda

Colloque international : L’enseignement de la littérature avec le numérique

colloque-grenoble-bandeauEn collaboration avec la Bibliothèque nationale de France, l’UMR 5316 LITT&ARTS CNRS (Université Grenoble Alpes) et le Groupe en Littératie Médiatique Multimodale (Université du Québec à Montréal) organisent un colloque qui se propose d’examiner comment, dans l’enseignement de la lecture et de l’écriture littéraires, les ressources numériques (supports didactiques, outils de production et de diffusion) font évoluer la configuration des textes étudiés en classe et leurs approches scolaires.

Argument

Les recherches dans le champ des humanités numériques invitent le domaine de l’éducation, en l’occurrence celui de la didactique de la littérature, à tenir compte de la mutation des corpus, des textualités et des genres numériques/numérisés ainsi que des pratiques d’enseignement-apprentissage soutenues par les supports et outils technologiques. Ainsi les savoirs en didactique de la littérature sont appelés à contribuer à ce que Doueihi appelle l’évolution de l’humanisme numérique (2011)1

Le numérique, dans l’enseignement de la littérature, permet de développer de nouvelles configurations des textes, des supports didactiques et des productions inédites (Chartier, 2012 ; Davallon, Desperet-Lonnet, Jeanneret, Le Marec & Souchier, 2003). Les supports technologiques (écran, ordinateur tablettes, objets connectés) et leurs outils (sites, logiciels, web) ouvrent de nouveaux espaces d’apprentissage et de nouveaux usages scolaires (Brunel & Quet, 2016): multimodalité (Lacelle, Lebrun, Boutin, 2012), interactivité et hypertextualité (Bouchardon, Broudoux, Deseilligny & Ghitalla, 2007) sont prises en compte dans des dispositifs didactiques d’enseignement de la littérature. Grâce à ces circulations et topographies nouvelles, des résonances inédites sont rendues possibles entre textes de provenance ou d’époque différentes, entre textes littéraires et commentaires métatextuels, écrits et œuvres issues d’autres modes sémiotiques (images, sons et cinétique), édition de récits classiques et genres numériques, univers culturels que tout, a priori, oppose (Vandendorpe, 2012). Les programmes peu à peu, prennent acte de ces évolutions, et orientent la discipline français, intégrant des objets à lire et à produire évolutifs, ou prescrivant des modalités didactiques adaptées. De même, dans les classes, des pratiques de lecture et d’écriture se créent, liées à l’usage d’outils devenus coutumiers, à des gestes professionnels spécifiques, à des objets ou à l’enseignement de compétences nouvelles.

Le colloque se propose ainsi d’examiner comment, dans l’enseignement de la lecture et de l’écriture littéraires, les ressources numériques (supports didactiques, outils de production et de diffusion) font évoluer la configuration des textes étudiés en classe et leurs approches scolaires.

Informations pratiques

Les 7 et 8 mars 2017
Maison des Sciences de l’homme,
Université Grenoble Alpes, 38 Saint Martin d’Hères
Site internet du colloque : http://litmedmod.ca/grenoble
  1. Milad Doueihi, Pour un humanisme numérique, Paris : Éditions du Seuil, 2011, 177 p. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Journée d’études du projet ANR DEF19 : « Marges et périphéries du monde du livre au XIXe siècle » (23/2)

Cette journée d’études est le deuxième événement scientifique organisé dans le cadre du projet ANR DEF19 (Dictionnaire des éditeurs français du XIXe siècle). Un premier rendez-vous, le 23 octobre 2015, intitulé « Dictionnaires et répertoires des gens du livre, en Europe et dans le monde. Expériences et perspectives », a permis de confronter les expériences d’entreprises de recensements effectuées dans différents espaces géographiques.

Cette deuxième journée d’études aura pour thème les périphéries et les marges de l’activité éditoriale au XIXe siècle. À l’heure en effet où les grands éditeurs parisiens ou provinciaux ont pour beaucoup fait l’objet d’études historiques et sont donc relativement bien connus, le recensement entrepris par le projet DEF19 a pour ambition de faire sortir de l’ombre quantité de figures inconnues. Cette rencontre se propose donc de réfléchir aux enjeux historiographiques et méthodologiques de cette redécouverte des éditeurs marginaux, moins connus et/ou moins étudiés.

Programme

Jeudi 23 février : Maison de l’étudiant, Espace « Représentation »

9h00 : Accueil des participants à la maison de l’étudiant
Session 1. Images, cartes, partitions : faire l’histoire des imprimés spécifiques (prés. Jean-Charles Geslot, CHCSC)
9h30 : Dominique Lerch (CHCSC) – Pour une histoire de l’imprimerie lithographique
9h55 : Gilles Palsky (Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, UMR 8504 Géographie-cités) – Voir le monde. Les atlas généraux et universels dans l’édition française du XIXe siècle
10h20 : Marguerite Sablonnière (Bibliothèque nationale de France) – Recenser les éditeurs de musique au XIXe siècle : sources et instruments de travail

Session 2. Feuilles volantes, feuilles interdites : les productions marginales au prisme de la recherche (prés. Jean-Yves Mollier, CHCSC)
11h20 : Anne Urbain (CHCSC) – De rose et d’ombre : éditer et publier la littérature érotique dans la seconde moitié du XIXe siècle (France, Belgique).
11h45 : Florence Ferran (Université de Cergy-Pontoise, Laboratoire AGORA, EA 7392) – Des imprimés à la marge ? Les éphémères sur l’art des Lumières et leur patrimonialisation au 19e siècle.

Session 3. Face au pouvoir et à la censure : stratégies éditoriales, stratégies de recherche (prés. Marie-Claire Bosq, CHCSC)
14h00 : Flavien Bertran de Balanda (Université de Paris IV-Sorbonne, Centre d’histoire du XIXe siècle) – Nains et girafes. Contourner la censure : les stratégies de publication marginale dans la France du premier XIXème siècle (1799-1830)
14h25 : Odile Krakovitch (Archives nationales) – Les éditeurs de chansons sous le Second Empire : censure ou tolérance ?

Session 4. Richesse des archives privées et des correspondances (prés. Patricia Sorel, CHCSC)
15h30 : Vanessa Alberti (UMR LISA – Université Pascal Paoli) – L’apport des archives privées à la connaissance des éditeurs corses
15h55 : Philipp Leu (CHCSC) – La Bibliothèque artistique et littéraire. Pratiques éditoriales et enjeux économiques de la maison d’édition de La Plume

Le demi-journée sera suivie d’un cocktail à la maison de l’étudiant.

Vendredi 24 février : Bibliothèque universitaire, Auditorium

9h00 : Accueil des participants

Session 5. L’apport des archives économiques (prés. Viera Rebolledo-Dhuin, CHCSC)
9h30 : Olivier Chaïbi (ESPé-UPEC) – Les éditeurs de manuels scolaires à l’épreuve de la massification de l’enseignement. Les leçons des faillites au Tribunal du Commerce
9h55 : Louis André (Université Rennes 2) – Marchands et fabricants de papier dans le monde du livre au XIXe siècle
10h20 : Gilles Feyel (Université Paris II Panthéon-Assas, Institut Français de Presse) – Une imprimerie de province, de l’artisanat à l’industrie (1822-1914). Les archives de l’imprimerie Durand, à Chartres (Eure-et-Loir)

Session 6. Recenser les gens du livre : la genèse des dictionnaires des gens du livre (prés. Jean-Dominique Mellot, BnF)
11h20 : Corinne Bouquin (Bibliothèque nationale de France) – Le Dictionnaire des imprimeurs lithographes : genèse, structure et évolutions
11h45 : Marie-Cécile Bouju  (Centre de recherches historiques – Université Paris 8) – Un « Maitron des ouvriers du livre et du papier » : enjeux, méthodologie et perspectives d’un dictionnaire biographique du mouvement ouvrier
15h-17h : Visite du site et du musée national de Port-Royal des Champs

Informations pratiques

Maison de l’étudiant
1, allée de l’astronomie
78280 Guyancourt

Bibliothèque Universitaire
45 boulevard Vauban
78280 Guyancourt

Entrée libre dans la limite des places disponibles. Le transport vers le site à partir de l’université et le retour (gare de Saint-Quentin en Yvelines) sont pris en charge.

Inscription obligatoire

Résumés des communications

Enregistrer

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Journée d’étude sur le dessin de presse : « Années 1960 – Hara Kiri : regards sur un art corrosif » (15/3)

Le magazine mensuel Hara Kiri, fondé en 1960 par François Cavanna et Georges Bernier (alias Le Professeur Choron), a marqué d’un fer rouge une époque mythique pétrie d’insolence joyeuse au nom de toutes les libertés. Il a ouvert ses pages à de nombreux dessinateurs devenus célèbres comme Fred, Gébé, Reiser, Siné, Topor, Wolinski et bien d’autres. C’est de ce bouillonnement d’inventions audacieuses et provocatrices qu’est né Charlie Hebdo en 1970. La journée d’étude s’attachera à présenter la naissance et l’évolution du « Journal bête et méchant » et donnera la parole à trois jeunes dessinateurs, Dorthe Landschultz, Pascal Gros et MRIC, invités à se pencher sur l’art très particulier de Topor dont on commémore cette année les 20 ans de sa disparition.

Continuer la lecture de Journée d’étude sur le dessin de presse : « Années 1960 – Hara Kiri : regards sur un art corrosif » (15/3)

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Les secrets du palimpseste d’Archimède

En partenariat avec la Fondation des sciences du patrimoine, se tiendra le 2 mars 2017 à la Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand, une conférence1 portant sur l’utilisation de méthodes avancées de rayons X pour le décryptage de manuscrits anciens.

La science au service des manuscrits

Uwe Bergmann, physicien de l’université de Stanford (États-Unis, SLAC), travaille depuis le début de sa carrière scientifique sur les synchrotrons, ces accélérateurs de particules qui produisent des microfaisceaux de rayons X très intenses.

Il est aujourd’hui professeur invité de la Fondation des sciences du patrimoine2. Il raconte : « Un jour, ma mère m’a montré une édition du magazine Géo qui comportait un article sur le manuscrit le plus ancien des textes d’Archimède (IIIe siècle après J.-C.). Cette copie, datée du Xe siècle, regroupe des traités du savant grec, dont certains étaient inconnus. Au XIIIe siècle, le manuscrit a été recouvert par d’autres textes copiés par des moines et, au XXe siècle, par des peintures religieuses réalisées par des faussaires sur plusieurs
pages. L’article précisait qu’une équipe de chercheurs travaillait à décrypter le palimpseste. Je les ai contactés et nous avons monté un projet utilisant la spectrométrie de fluorescence X. Cette méthode permet de détecter, derrière les autres inscriptions, les métaux présents dans les encres ferrogalliques employées au Xe siècle. Aujourd’hui, l’ouvrage est entièrement numérisé3 et une édition complète des traités du livre a été publiée par Cambridge University Press. Après ce projet, j’ai continué à étudier les manuscrits anciens. »

graph
Révélation du texte sous-jacent du palimpseste dit d’Archimède grâce à l’imagerie par fluorescence X © The Exploratorium, www.exploratorium.edu et Will Noel, The Walters Art Museum.

Lettres secrètes et chefs-d’oeuvre cachés

Un autre projet conduit par Uwe Bergmann a consisté à décrypter les
partitions de l’opéra Médée de Luigi Cherubini (1760-1842), mutilées par le compositeur lui-même, qui en avait recouvert une partie. Les experts en spectrométrie ont permis de ressusciter la version intégrale de ce chef d’oeuvre. Depuis une dizaine d’années, les recherches sur les techniques d’imagerie dans le domaine patrimonial, qui avaient jusque-là concerné surtout les oeuvres d’art, se sont étendues aux manuscrits. D’autres projets sont en cours dans le cadre de la Fondation des sciences du patrimoine : le projet REX4 sur les lettres échangées secrètement entre Marie-Antoinette et le comte de Fersen, conservées aux Archives nationales, ou REMAC sur les manuscrits médiévaux de la Bibliothèque municipale de Chartres. Enfin, dans le cadre d’IPANEMA, une nouvelle ligne de lumière dédiée à l’étude des matériaux du patrimoine, implantée au sein du synchrotron SOLEIL, démarrera en 2017. Elle permettra l’imagerie rapide de matériaux anciens aux rayons X : un outil innovant dont les applications à la connaissance et la conservation du patrimoine, culturel comme naturel, sont appelées à se multiplier.

Sylvie Lisiecki
Délégation à la communication

Informations pratiques

Le jeudi 2 mars 2017, 18h30-20h
Bibliothèque nationale de France , site François-Mitterrand, Petit Auditorium

Entrée libre dans la limite des places disponibles.

  1. Les traités d’Archimède enfin déchiffrés. Les rayons X au service de la connaissance et de la valorisation des manuscrits. []
  2. Plus précisément au synchrotron SOLEIL (Paris-Saclay,
    laboratoire IPANEMA du CNRS) []
  3. Cf. archimedespalimpsest.org []
  4. Projet financé par la Fondation des sciences du patrimoine, en partenariat avec les Archives nationales, le Centre de recherche sur la conservation, l’université de Cergy-Pontoise et avec la participation de l’Institut national du patrimoine et de la Cité de la musique. []

Colloque : Visions de l’histoire : l’écriture visuelle du temps

Affiche Colloque Visions de l'histoire
© Shahn – 1935 – N.Y. Public Library

Organisé en partenariat avec le CNRS, Sciences PO Paris, l’université Paris-I et le Collège de France, ce colloque entend questionner la généalogie des imaginaires individuels et collectifs des époques qui se condensent en autant d’« identités visuelles ». À travers le cinéma, la bande dessinée, la photographie, le jeu vidéo, l’illustration, les manuels scolaires, la télévision, la littérature pour enfants ou encore les objets commerciaux et les publicités, les images de l’inactuel investissent sans cesse les clichés du temps et performent de nouveaux traits et repères de périodicité. Cette rencontre reviendra sur différentes approches historiennes des études visuelles et sur les rapports entre temps et image qu’elles impliquent.

Programme

Jeudi 2 février

20h Projection du film Häxan de Benjamin Christensen (1922).
Présentation et discussion avec Christian Delage.
Dans le cadre du cycle « Un film, une histoire » (IHTP avec le soutien du CNC)

Vendredi 3 février

9h15 Allocution de bienvenue par Patrick Boucheron, professeur au Collège de France

9h30 Adrien Genoudet, Université Paris VIII/ATER au Collège de France
En guise d’introduction : « Percer le Noir Antérieur »

10h15 Christian Delage, Professeur à l’Université Paris VIII ; Gil Bartholeyns, Maître de conférence à l’Université Paris VIII ; Anne Besson, Maîtresse de conférence à l’Université d’Artois
Table Ronde – « Approches historiennes des études visuelles » 1ère partie

11h30 Christian Delage, Gil Bartholeyns, Anne Besson
Table Ronde – « Approches historiennes des études visuelles » 2e partie

14h30 Isabelle Paresys, Maîtresse de conférence à l’Université Lille III
« Le costume historique de cinéma comme écriture visuelle d’une époque : l’exemple de la Renaissance »

15h Laurent Cuvelier, Sciences Po Paris/ATER à l’Université Lille III
« Visualité des éphémères – les usages de l’affiche dans les représentations visuelles du passé, XVIIIe-XIXe siècles ».

16h30 Guillaume Mazeau, Maître de conférences à l’Université Paris I
« Visualiser l’histoire immédiate de la Révolution »

17h Clément Weiss, Doctorant à l’Université Paris I
« Récupérer la subversion : les images du Paris muscadin, du pavé aux curiosités »

18h Conclusion de la journée par Daniel S. Milo, Maître de conférences à l’EHESS)

Samedi 4 février

9h30. Accueil
10h Vincent MARIE, Docteur en histoire, professeur au lycée Philippe-Lamour de Nîmes
« L’imaginaire de l’Egypte ancienne par la bande dessinée : un dialogue avec les temporalités »

10h45 Sylvain VENAYRE, université de Grenoble et Etienne DAVODEAU, auteur de bandes dessinées
« Dépasser le roman national par la Bande : repenser les temps »

13h  Table ronde animée par Valérie Hannin, directrice de la rédaction de la Revue L’Histoire (sous réserve)
avec William BLANC, historien, Ségolène LE MEN, université Paris X et Vincent MARIE
« Médiation des temporalités par l’image : enseignement secondaire et vulgarisation »

15h30 Discussion animée par Etienne Anheim, directeur d’études à l’EHESS
Patrick BOUCHERON
, professeur au Collège de France, Antoine LILTI, directeur d’études à l’EHESS et Dominique KALIFA, université de Paris I
« Renaissance, Lumières et Belle Epoque : chrononymes et écriture visuelle »

18h Conclusion des deux journées par André GUNTHERT, maître de conférences à l’EHESS

Informations pratiques

  • Jeudi 2 février : cinéma le « Reflet Medicis » (Paris 5e) à 20h.
  • Vendredi 3 février : Collège de France, 11, place Marcelin Berthelot (Paris 5e) Salle 2. De 9h15 à 18h30.
  • Samedi 4 février : Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand, Petit auditorium. De 9h30 à 18h30.
  • Entrée libre dans la limite des places disponibles.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Captations de la Journée d’étude : Enseigner le fait religieux aujourd’hui

Le 12 octobre 2016, la Bibliothèque nationale de France organisait la journée d’étude : Enseigner le fait religieux aujourd’hui. La responsabilité sociale des religieux dans leurs enseignements ? qui réunissait Odon Vallet, spécialiste des religions, le Père Eric Morin, directeur de l’Institut Supérieur de Sciences Religieuses, Collège des Bernardins, Rachid Benzine, islamologue chercheur associé au Fonds Ricœur, Ron Naïweld, historien, CNRS, Centre d’études juives, et Maxime Prieto, proviseur du lycée Marcelin Berthelot à Pantin.

Les captations sonores et vidéos de la journée sont désormais accessibles en ligne.

Cliquer sur l’image ci-dessous :

161012_enseigner_fait_religieux

Captation sonore : http://multimedia.bnf.fr/conferences/mp3/161012_enseigner_fait_religieux.mp3

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Journée d’étude : Éducation artistique au patrimoine écrit et graphique

word-cloud-enfant1L’Agence régionale du livre et de la lecture de Haute-Normandie et le Centre régional des lettres de Basse-Normandie organisent, en partenariat avec la BnF, une journée d’étude autour du patrimoine et de l’éducation artistique et culturelle. Cette journée aura lieu le 19 janvier 2017 au Pôle régional des Savoirs à Rouen. Elle a pour objectif de présenter un regard croisé sur des actions pédagogiques régionales centrées sur le patrimoine, et s’adresse à tout professionnel exerçant dans le milieu scolaire (enseignant, conseiller pédagogique, documentaliste, bibliothécaire…).

Programme

Accueil café : 9h

9h15-9h30 : Ouverture de la journée

9h30– 12h30 :

  • « Le développement de l’EAC dans les bibliothèques territoriales », Colin Sidre, Chargé de mission publics jeunes, éducation artistique et culturelle et cohésion sociale, Service du Livre et de la Lecture, Direction générale des médias et des industries culturelles, Ministère de la Culture et de la Communication
  • « L’offre pédagogique de la BnF : études de cas » : Jérôme Fronty, chef du service de l’action pédagogique, BnF
  • « Les ressources en ligne de la BnF mobilisables par les enseignants et les professionnels du livre » : Catherine Schneider, adjointe au chef de service de l’action pédagogique, BnF

12h30 : Pause déjeuner (libre) 

14h-16h : ateliers sur inscription

Atelier 1 : Conception d’outils pédagogiques

  • « Chasse au trésor », découverte ludique du patrimoine écrit et architectural de la bibliothèque du fonds ancien « église des jésuites », Stéphanie Goubaud, Médiatrice du livre, Nathalie Limosin, Responsable du fonds patrimonial de la Bibliothèque d’Alençon
  • Réalisation de « carnets de voyage », médiation autour de l’exposition « le Goût de l’Egypte », Anne Tenhaef, responsable du service des publics, Céline Muzaton, Médiatrice culturelle au Scriptorial d’Avranches
  • Réalisation de livrets patrimoniaux à destination du public scolaire, Olivier Nidelet, Responsable du fond patrimonial, Bibliothèques de Dieppe

Atelier 2 : Comment monter une action patrimoniale en partenariat

  • « Archives en herbe », Typhaine Garnier, Médiatrice culturelle à l’IMEC, Bernard Baillaud, Professeur relais au service éducatif de l’IMEC
  • « Lettres de Joseph Dézarnaud à sa femme 1914-1915 – recherche ouverte sur un corpus inédit », Benoît Lautridou, Chargé de mission au Centre Académique de Recherche-Développement en Innovation Expérimentation de l’Académie de Caen
  • Le partenariat des bibliothèques de Fécamp et du service « archives-patrimoine » de la Ville : actions éducatives à thèmes pour les scolaires accompagnées d’un guide, en lien avec les différentes structures patrimoniales de Fécamp, Yves Devarieux, Responsable du fond patrimonial et Nathalie Gaston, Chargée des publics (Archives, Bibliothèque patrimoniale, Musée et Patrimoine), Ville de Fécamp

Atelier 3 : Le patrimoine et les publics jeunes éloignés

  • Les Ailes de Caïus, « Les courts du temps », Loïc Bodin, Directeur artistique, Sylvia Carboni, Coordination & Mécénat
  • Enfants en situation de handicap et patrimoine : un travail de partenariat avec l’IDEFHI. Marianne Lombardi, responsable du département des publics, Munaé

16h – 16h30 Restitution des ateliers par des rapporteurs

Modalités pratiques

Lieu : Pôle régional des savoirs
115, boulevard de l’Europe
76100 Rouen

Inscription sur la plateforme Evenbrite

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Soutenance de thèse de Caroline Vrand

Le jeudi 15 décembre 2016, Caroline Vrand, chargée de collections des estampes des XVe et XVIe siècles au service de l’estampe ancienne et de la réserve du département des Estampes et de la photographie de la BnF, soutient sa thèse intitulée Les collections d’art d’Anne de Bretagne. Au rythme de la vie de cour1 préparée sous la direction de Monsieur Philippe Plagnieux.

anne_de_bretagne_assise_btv1b84002549
Anne de Bretagne, assise sur un trône dans un jardin

Jury

Le jury sera composé de :

  • Thierry Crépin-Leblond, directeur du musée national de la Renaissance
  • Philippe Lorentz, professeur à l’Université Paris-Sorbonne
  • Olivier Mattéoni, professeur à l’Université Panthéon-Sorbonne
  • Philippe Plagnieux, professeur à l’Université Panthéon-Sorbonne
  • Elisabeth Taburet-Delahaye, directrice du musée de Cluny
  • Gennaro Toscano, professeur, Conseiller scientifique et culturel à la Bibliothèque nationale de France pour le projet Richelieu

Soutenance

La soutenance se tiendra le jeudi 15 décembre, 13h30 à l’Université Panthéon Sorbonne, salle Duroselle (accès par la galerie J.-B. Dumas).

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

  1. Cf. les positions de sa thèse de l’Ecole des chartes, http://theses.enc.sorbonne.fr/2010/vrand []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Journée d’étude : Le dessin de presse, les dessinateurs et la presse satirique en France du XIXe siècle à nos jours

A l’occasion des 100 ans du Canard enchaîné, Laurent Martin, professeur d’histoire contemporaine à l’université de Paris III Sorbonne-Nouvelle et Philippe Mezzasalma, responsable des collections presse de la BnF organisent une journée d’étude sur Le dessin de presse, les dessinateurs et la presse satirique en France du XIXe siècle à nos jours.

Affiche Le Titi
Le 31 [Trente et un] octobre paraîtra Le Titi… journal hebdomadaire politique satirique illustré. Disponible en ligne, url : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b9017052g>

Argument

Le dessin a, depuis le XIXe siècle, occupé une place majeure dans la presse française, tout particulièrement la presse satirique. Des journaux de Charles Philippon la Caricature et le Charivari, aux hebdomadaires Charlie Hebdo ou le Canard enchaîné – qui fête cette année ses cent ans ! – en passant par l’Assiette au beurre, la France a une longue et riche tradition associant le texte et le dessin au service d’une critique par le rire de l’ordre social, moral et politique, contre toutes les censures. La Bibliothèque nationale de France lui rend hommage quelques mois après l’attentat qui a visé Charlie.
Croquades faites à l'audience du 14 nov. Disponible en ligne, url : .
Croquades faites à l’audience du 14 nov. Disponible en ligne, url : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8414739v>.

Programme

Session 1 :
14h15 : La presse humoristique et satirique ainsi que du dessin de presse dans les collections de la BnF / Philippe Mezzasalma et Martine Mauvieux, chargée des collections dessin de presse, Département des estampes et de la photographie

14h30 : La presse humoristique et satirique en France de la Révolution française à la Seconde Guerre mondiale / Bertrand Tillier, professeur d’histoire contemporaine à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

14h50 : Dessin et dessinateurs de presse en France de la Révolution française à la Seconde Guerre mondiale / Guillaume Doizy, spécialiste de l’histoire de la caricature et du dessin de presse

Questions-réponses avec la salle 15h10-15h30

Session 2 :
15h30 : La presse humoristique et satirique en France depuis la Seconde Guerre mondiale / Laurent Martin, professeur d’histoire contemporaine à l’université de Paris 3 Sorbonne-Nouvelle, chercheur au laboratoire ICEE

15h50 : Le cas « Charlie Hebdo » / Stéphane Mazurier, agrégé d’histoire

16h10 : Les dessinateurs du « Canard enchaîné » / François Forcadell, spécialiste du dessin de presse

16h30 : La presse humoristique et satirique en Argentine et au Brésil au temps des dictatures / Mélanie Toulhoat , attachée temporaire d’enseignement et de recherche, EHESS

questions-réponses avec la salle 16h50-17h10

Table ronde 17h10-18h45
Animée par Philippe Mezzasalma et Laurent Martin
Avec Nicolas Brimo, administrateur du Canard enchaîné, Pétillon, dessinateur, Lardon, dessinateur au Fakir, Sophie Pascal, service de l’Action pédagogique du département des Publics et de la médiation, BnF.

Information pratiques

 

L'artillerie de siège est destinée à faire évacuer les forteresses et à opérer sur les derrières de l'ennemi. Disponible en ligne, url : .
L’artillerie de siège est destinée à faire évacuer les forteresses et à opérer sur les derrières de l’ennemi. Disponible en ligne, url : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b53005987s>.
>

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Journée d’étude : Pascal, le cœur et la raison

aff_pascal_10x15Organisée par Jean-Marc Chatelain (BnF) et Laurent Susini un journée d’étude consacrée à Blaise Pascal se tient à la BnF le 9 décembre 2016 à l’occasion de l’exposition éponyme qui s’y tient du 8 novembre 2016 au 29 janvier 2017.

Programme

9h30 : Accueil et introduction par Laurent Susini, Université Paris-Sorbonne et Jean-Marc Chatelain, BnF

Session présidée par L. Plazenet (U. Paris-Sorbonne)
– 9h45 : Qu’est-ce que les oeuvres scientifiques de Pascal nous apprennent sur la manière dont il conçoit le coeur et la raison ?
Dominique Descotes, Université Blaise-Pascal, Clermont-Ferrand
– 10h25 : Une idole de la vérité, une idole de l’obscurité
Laurent Thirouin, Université Lyon 2

Pause

– 11h20 : Du coeur de l’âme à l’union de volonté
Vincent Carraud, Université Paris-Sorbonne
– 12h : Penser le corps : l’avant-garde pascalienne
Pierre Lyraud, École normale supérieure

Session présidée par P. Sellier (U. Paris-Sorbonne)

– 14h30 : Plaisanterie et dérision en théologie : l’influence des Provinciales
Sylvio de Franceschi, École pratique des hautes études
– 15h10 : Pascal, auteur classique : la révision de Port-Royal
Jean-Robert Armogathe, correspondant de l’Institut, directeur d’études émérite, École pratique des hautes études
– 15h50 : La chronologie des Pensées : une utopie critique ?
Alberto Frigo, Centre national de la recherche scientifique
– 16h45 : visite commentée de l’exposition Pascal, le coeur et la raison par Jean-Marc Chatelain, commissaire de l’exposition

Informations pratiques

9 décembre 2016
Bibliothèque nationale de France , site François-Mitterrand, Petit Auditorium

Avec le soutien de la Société d’Étude du XVIIe siècle.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Journée d’étude : Art numérique et postérité

fractal-542158_1280
Image de Stefan Steinbauer, licence CC0 Public Domain

Débuté en février 2015, le projet « Art numérique et postérité : modélisation des œuvres d’art numérique et de leur dispositif de lecture », financé par le Labex Arts-H2H et piloté par Louise Fauduet du département de d’Audiovisuel de la Bibliothèque nationale de France, a pour objectif de contribuer à la pérennité de la création numérique.

Le 8 décembre 2016, les porteurs du projet organisent une journée d’étude.

Programme

9h30 – 10h : ouverture, Louise FAUDUET (chef du service multimédia BnF)
– « Présentation du projet de recherche : Art Numérique et Postérité », Marie SALADIN (chargée de collection, service multimédia, BnF)
– « Avancées du projet, modèle de description des œuvres d’art numérique », Céline THOMAS (doctorante UP8)

Première partie : « Ateliers d’artistes » : Systèmes théoriques sous-jacents et processus de création/réception

« Présentation de la journée et introduction des participants », Marie-Hélène TRAMUS (artiste, professeur émérite) et Florent AZIOMANOFF (théoricien)

10h – 10h45
Jean-Louis BOISSIER (artiste, professeur émérite de l’Université Paris 8)
« Installations interactives comme livres »
Œuvres : Globus Oculi (1992) / Flora Petrinsularis (1993)

10h45 – 11h15 : Pause

11h15 – 12h
Luc COURCHESNE (artiste, professeur associé de l’Université de Montréal)
« À la recherche de l’essentiel »
Œuvres : Portrait n°1 (1990) / The Visitor : Libing by Numbers (2001)

12h – 12h45
Laurent MIGNONNEAU (artiste, professeur de l’Université d’Arts et Design de Linz)
« Expérience personnelle pour la conservation d’œuvres numériques »
Œuvres : Interactive Plant Growing (1992) / Life Writer (2006)

12h45 – 14h : Déjeuner

14h – 14h45
Chu-Yin CHEN (artiste, professeur de l’Université Paris 8)
« Art énactif comme une phénoménologie du second ordre »
Œuvres : Quorum Sensing (2002) / C puissance C (2008)

14h45 – 15h30
Maurice BENAYOUN (artiste, professeur à City University of Hong Kong)
« « Restauration du Media Art: entre réparation et régénération » Du Diable au Pays de la Guerre »
Œuvres : Le Diable est-il courbe ? (1995) / World skin (1998)

15h30 – 16h : Pause

16h – 16h45
Florent AZIOSMANOFF (théoricien du Living Art)
« Living art, l’hypothèse d’une nouvelle discipline artistique »
Œuvres : Le Petit chaperon rouge de F. Aziosmanoff (2002) / Le Silence n’existe pas d’Isabelle Bonté (2009)

16h45 – 17h30
Michel BRET, Edmond Couchot et Marie-Hélène TRAMUS (artistes, professeurs émérites et honoraires de l’Université Paris 8)
« Les œuvres interactives ont–elles une vie ? »
Œuvres : La Plume (1988) / La Funambule Virtuelle (2000)

17h30 – 18h : Pause

Deuxième partie « Table ronde » : Discussion autour d’un modèle de description des œuvres d’art numérique en regard des systèmes théoriques sous-jacents et des processus de création et de réception

18h – 20h
À partir des exposés des artistes présentés au cours de la matinée, une table ronde abordera les problèmes fondamentaux et pragmatiques soulevés par l’élaboration d’un modèle de description des œuvres d’art numérique pour leur préservation, en prenant en considération les systèmes théoriques sous-jacents et les processus de création et de réception. La discussion continuera avec les réflexions de deux chercheurs en sociologie et en sciences de l’art, afin de prendre du recul et d’enrichir les échanges avec les artistes et le public.

Modérateurs : Marie-Hélène TRAMUS et Florent AZIOSMANOFF
Participants de la table ronde :
– Edmond COUCHOT (artiste, théoricien, professeur honoraire)
– Anne SAUVAGEOT (sociologue, professeur émérite)

Informations pratiques

Jeudi 8 décembre 2016 à la BnF, Site François-Mitterrand, Entrée Hall Est – Salle 70
Quai François Mauriac
75706 Paris Cedex 13
Entrée libre dans la limite des places disponibles

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Exposition « Un photographe au musée : regards de Serge Oboukhoff sur les collections du Cabinet des Médailles de la BnF »

251c
Stamnos « Dispute du trépied »© Serge Oboukhoff © BnF / CNRS – MAE

Dans le cadre du programme de recherche Corpus numérique des objets archéologiques à iconographie mythologique du département des Monnaies, médailles et antiques de la BnF financé par le Labex Les Passés dans le présent, la Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès organise une exposition de photographies présentant plusieurs aspects du travail réalisé par Serge Oboukhoff à partir d’une sélection d’objets antiques du département des Monnaies, médailles et antiques de la BnF ornés d’images mythologiques.

Les photographies réalisées par Serge Oboukhoff visent à alimenter le catalogue des Médailles et Antiques de la Bibliothèque nationale de France : http://medaillesetantiques.bnf.fr/  ((Rechercher avec le critère : Oboukhoff et/ou attique)) et le site français du Lexicon Iconographicum Mythologiae Classicae (LIMC-France) : http://www.limc-france.fr/presentation

A titre d’exemple, nous renvoyons vers les vues d’une statuette du « trésor de Chalon » réalisées par le photographe et diffusées sur le site du LIMC (http://www.limc-france.fr/objet/14220), le catalogue Médailles et antiques de la BnF (http://medaillesetantiques.bnf.fr/ark:/12148/c33gbgkp2) mais aussi sur le site du Recueil d’antiquités du Comte de Caylus (http://caylus-recueil.huma-num.fr/base/index.php?r=recueil/oeuvre/detail&id=2798) qui met en relation la description actuelle avec celle de Comte de Caylus telle que publiée dans son Recueil d’antiquités égyptiennes, étrusques, grecques et romaines en 1767.

Pour ce qui et du programme en cours, de 2012 à 2014 plus de 8700 photographies ont été prises, ventilées ainsi :
– 3410 photographies de bronzes,
– 1939 photographies de vases grecs,
– 3108 photographies de pierres gravée,
– 312 photographies de bijoux.

La campagne photographique s’est poursuivie en 2015 avec également un projet d’expositions virtuelles à venir.

Information pratiques

Décembre 2016 – janvier 2017
Hall de la Maison Archéologie et Ethnologie, René-Ginouvès
Université Paris Ouest Nanterre la Défense
21, allée de l’Université
92023 NANTERRE Cedex
Inauguration le 8 décembre 2016 à 12h30
Affiche de l’exposition
Plan d’accès

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Colloque « La scène parle. Voix, acoustiques et auralités en France dans la seconde moitié du XXe siècle »

affiche_colloque_echo_7_8_dec2016L’ANR ECHO organise son colloque final les mercredi 7 et jeudi 8 décembre 2016 à l’auditorium de l’INHA

L’objet du colloque est la voix dite « parlée » sur les scènes françaises de l’immédiate après-guerre à la fin des années 1990. Ce que devient cette voix dans des contextes culturels et socio-politiques inédits, marqués par la montée du visuel et l’accumulation des soupçons envers le langage et envers la langue, comment elle se transforme et s’inscrit dans les sons et les images des spectacles, comment elle parvient à se rendre audible et interroge une acoustique qui a tendance à l’oublier.

Programme

Mercredi 7 décembre

9h. Ouverture du colloque

Session 1. Une scène phonique

Resp. Marie-Madeleine Mervant-Roux et Anne-Françoise Benhamou. Modération : Jean-Marc Larrue

  • 9h30-10h15. Helga Finter (professeur émérite d’Esthétique et d’Histoire du théâtre à l’Université Justus-Liebig de Gießen), L’épreuve de la voix : la scène primitive de la représentation
  • 10h15-10h40. Cristina De Simone (docteure en Études théâtrales de l’Université Paris Ouest-Nanterre-La Défense), Le dernier Artaud et la naissance à Paris de la poésie-performance
  • 10h45-11h. Lecture d’un texte de Pierre Guyotat par Pascal Bongard
  • 11h20-11h45. Arnaud Rykner (professeur en Études théâtrales à l’Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3), Nathalie Sarraute et l’usage de la parole
  • 11h45-12h10. Cyrielle Dodet (docteure en Études théâtrales, Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3/Université de Montréal), En quête d’une performativité sonore : le théâtre de Régy dans les années 1970-1980
  • 12h10-12h40. Échanges sur la session

Session 2. Lieu théâtral et voix parlée (XXe-XXIe siècle)

Resp. Brian Katz et Sandrine Dubouilh. Modération : Marie-Madeleine Mervant-Roux

  • 14h15-15h. Brigitte Métra (architecte), Architecture et acoustique des salles
  • 15h-15h25. Johan Brulez (acousticien, conférencier en Acoustique architecturale à l’École supérieure des Arts de Mons), Conception acoustique des théâtres : usages, architecture et histoire
  • 15h25-15h50h. Sandrine Dubouilh (architecte, professeure en Études théâtrales à l’Université Bordeaux-Montaigne), Chaillot 1937-1975 : ambitions et réalités d’une recherche architecturale et acoustique
  • 16h15-16h40. Brian Katz (directeur de recherche au CNRS, responsable du groupe Audio et acoustique au LIMSI) et Bart Postma (doctorant au LIMSI), L’auralisation augmentée de la salle Louis Jouvet du Théâtre de l’Athénée. L’acoustique historique des lieux de spectacle
  • 16h40-17h05. Jeanne Bovet (professeure d’Histoire et d’Esthétique du théâtre au département des Littératures de langue française de l’Université de Montréal), Le microphone sur les scènes françaises (1930-1950) : bilan provisoire
  • 17h05-17h45. Éric Monin (architecte, professeur à l’École nationale supérieure d’architecture de Paris-Val de Seine et chercheur à l’École nationale supérieure d’architecture et de paysage de Lille – LACTH), « Les techniques pionnières des premiers spectacles son et lumière » et Joël Huthwohl (directeur du département des Arts du spectacle de la BnF), “Nucléa” à Chaillot (1952). La “stéréophonie dirigée” de la radio à l’expérience théâtrale
  • 17h45-18h15 Échanges sur la session

Jeudi 8 décembre

Session 3. Les archives sonores du théâtre : une histoire culturelle

Resp. Joël Huthwohl et Cécile Geoffroy. Modération : Jeanne Bovet 

  • 9h30-9h55. Joël Huthwohl (directeur du département des Arts du spectacle de la BnF), Histoire des fonds audio de la Bibliothèque nationale de France/département des Arts du spectacle
  • 9h55-10h20. Melissa Van Drie (Postdoctoral Research Fellow, Faculty of Music, University of Cambridge) [avec Luc Verrier (BnF-DAV)], Pour entendre le théâtre par ses formes auditives : matérialité, dispositif et corporéité dans l’étude de l’archive sonore du département des Arts du spectacle de la Bibliothèque nationale de France
  • 10h20-10h45. Daniel Deshays (réalisateur sonore, chercheur, professeur des universités), Régie et archivage au quotidien des représentations
  • 11h10-11h35. Marion Chénetier-Alev (maître de conférences en Études théâtrales, Université François-Rabelais de Tours), Les archives radiophoniques du théâtre : du théâtre pour les aveugles à un théâtre de sourds
  • 11h35-12h. Hélène Bouvier (directeur de recherche au CNRS, THALIM, équipe ARIAS), De l’usage des archives audio dans la recherche sur la mémoire des spectateurs
  • 12h-12h25. Jean-Marc Larrue (professeur d’Histoire et de Théorie du théâtre au département des Littératures de langue française de l’Université de Montréal), Les archives audio de la Théâtrothèque de l’Université de Montréal
  • 12h25-13h. Échanges sur la session

Session 4. Une scène conservatoire/laboratoire de la langue

Resp. Marie-Madeleine Mervant-Roux et Anne-Françoise Benhamou. Modération : Marion Chénetier-Alev

  • 14h30-15h30. Voix féminines en public (codes et transgressions). Table ronde avec Dominique Reymond, Cécile Coustillac, Julia Gros de Gasquet (maître de conférences en Études théâtrales à l’Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3) et la participation d’Annick Lepetit (députée de Paris), animée par Anne-Françoise Benhamou (professeure en Études théâtrales à l’École normale supérieure, membre de THALIM/ARIAS)
  • 15h35-16h25. Hélène Merlin-Kajman (professeure de Littérature française à l’Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3), Langue (française) : les impasses de l’opposition “classicisme vs modernité”
  • 16h25-16h50. Pascal Lécroart (professeur en Études littéraires et musicologiques à l’Université de Franche-Comté), Le vers théâtral de Claudel à l’épreuve de la scène de Barrault à Vitez : “langage insolite” ou “langage naturel” ?
  • 16h50-17h15. Brigitte Joinnault (maître de conférences en Études théâtrales à l’Université Nice Sophia Antipolis), Vitez entre les langues
  • 17h35-17h50. Jeanne Bovet (professeure en Histoire et Esthétique du théâtre au département des Littératures de langue française de l’Université de Montréal), Diffusion et réception du français québécois sur la scène française
  • 17h50-18h15. Joëlle Deniot (professeur en Sociologie de l’art, du langage et de la culture à l’Université de Nantes), Entre liturgie et incursions scéniques. Quand la chanson prend la parole…
  • 18h15-18h45. Échanges sur la session et clôture du colloque
  • 18h45. Pot final. Présentation des deux publications réalisées par l’équipe internationale « Le son du théâtre » avant le projet ECHO : Le son du théâtre (XIXe-XXIe siècle). Histoire intermédiale d’un lieu d’écoute moderne (CNRS éditions, en librairie le 23 novembre) et L’Annuaire théâtral, n° 56-57, Écouter la scène contemporaine (sorti au printemps 2016)

Organisateurs

  • Marie-Madeleine Mervant-Roux, THALIM/ARIAS
  • Joël Huthwohl, Bibliothèque nationale de France, département des Arts du spectacle
  • Brian Katz, LIMSI-CNRS.

Comité scientifique

  • Anne-Françoise Benhamou
  • Hélène Bouvier
  • Marion Chénetier-Alev
  • Daniel Deshays
  • Sandrine Dubouilh (études théâtrales)
  • Pascal Lécroart (études littéraires et musicologiques)
  • Joëlle Deniot (sociologie de l’art, du langage et de la culture)
  • Pascal Cordereix (Bibliothèque nationale de France, département de l’Audiovisuel)
  • Viktoria Tkaczyk (histoire des sciences, UvA)
  • Jeanne Bovet
  • Jean-Marc Larrue (littérature/histoire et théorie du théâtre, CRIalt/CRILCQ)

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Journée d’étude : Autour de l’exposition, La France d’Avedon. Vieux Monde, New Look

Audrey Hepburn, actrice sur le plateau de Funny Face, Paris, 1956 Photographie Richard Avedon © The Richard Avedon Foundation

Journée d’étude animée par Robert M. Rubin et Marianne Le Galliard, commissaires de l’exposition La France d’Avedon
Vieux monde, New Look. Avec Quentin Bajac, MoMa (New York), Neil Selkirk, photographe de portraits, documentariste et Mark Lyon, spécialiste de la photographie.

Cette journée de rencontres et d’échanges se donne pour objet d’enrichir le travail de compréhension autour de l’œuvre photographique de Richard Avedon à travers sa relation avec les musées, notamment le MoMA et son rôle en tant que commissaire de ses propres expositions, collaborateur et professeur de photographie. Chaque intervention sera suivie de discussions.

Programme

10h: Introduction

10h20 : Robert M. Rubin : Avedon, le commissaire de ses propres expositions
« La France d’Avedon, Vieux monde, New Look » offre un nouveau regard sur Avedon en tant qu’éditeur de photographies, la sienne dans les magazines Harper’s Bazaar puis Egoïste et celle de Jacques Henri Lartigue dans le livre Diary of a Century. Avedon maîtrisait l’art de la mise en page, mais qu’en est-il de ses propres installations ? Sur près de quarante ans, Avedon s’évertuera à garder le contrôle sur la présentation de ses œuvres dans les institutions muséales, avec plus ou moins de succès.

11h00-12h30 : Quentin Bajac et Robert M. Rubin : Richard Avedon et le MoMA : une chronologie commentée
Quentin Bajac et Robert Rubin reviendront sur les rapports que le Museum of Modern Art de New York a entretenu avec Richard Avedon et son œuvre. La conversation évoquera les expositions, projets d’exposition, acquisitions, publications et correspondances qui ont jalonné une relation riche et parfois compliquée, de plus de cinquante ans, entamée en 1948, date de la première présentation d’une œuvre d’Avedon au MoMA.

14h-14h30 : Neil Selkirk : Richard Avedon et ses collaborations
Richard Avedon fonctionna sa vie durant sur le mode collaboratif, qu’il maîtrisait invariablement, avec une grande habileté et un certain succès. Cette présentation sera l’occasion de montrer des extraits inédits d’entretiens filmés tournés avec d’anciens collaborateurs d’Avedon et des témoignages sur sa manière de travaille en équipe.

15h-15h30 : Marianne Le Galliard : Avedon et la Famous Photographers School
Qui n’a pas rêvé de suivre des cours de photographie par correspondance donnés par Richard Avedon ? Il suffisait de s’inscrire à la Famous Photographers School au début des années soixante et tout se faisait ensuite par envoi postal. L’enseignement était complet : mode, portrait, reportage, photographies de site industriels, d’animaux… Les conseils techniques d’Avedon relayés dans les manuels d’enseignement, et accompagnés de nombreuses reproductions côtoient ceux d’Irving Penn, Alfred Eisenstaedt, Bert Stern, Philip Halsman ou encore Ezra Stoller.

16h-16h30 : Mark Lyon : Richard Avedon, le professeur : la dernière Masterclass
Un grand artiste peut-il enseigner l’art/son art ? Si oui, quelle est sa méthode et sa motivation ?La possibilité de participer à la dernière Masterclass de Richard Avedon en 1992 s’est avérée irrésistible. Je ne savais pas où cela me porterait, et ce que je pourrais découvrir de sa présence latente en moi.

16h30-17h : Discussions

Colloque international avec le soutien de la Terra Fondation for American Art et de la Fondation Louis Roederer, Grand Mécène de la Culture.

Informations pratiques

Vendredi 2 décembre 2016 – 10h00-17h00

Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand – Petit auditorium

Entrée libre

Quai François-Mauriac – Paris 13e

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Soutenance de thèse d’Isabelle Delorme

Le lundi 12 décembre 2016, Isabelle Delorme, chercheur associé de la BnF, titulaire de la bourse de recherche Mark Pigott 2016 mention « Histoire, l’Art et l’histoire de l’art », soutient sa thèse intitulée Les récits mémoriels historiques : mémoire individuelle et mémoire collective du XXe siècle en bande dessinée menée sous la direction de Madame Laurence Bertrand Dorléac.

prisonniers_de_guerre_laurens_jean-pierre_bpt6k96078058
Prisonniers de guerre / par Jean-Pierre Laurens. Disponible en ligne, url : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k96078058>

Thèse

Un nouveau genre est apparu en bande dessinée, le récit mémoriel historique. Il retrace la mémoire d’un individu, celle de l’auteur (Marjane Satrapi Persépolis) ou de l’un de ses proches (Art Spiegelman Maus), au sein d’un événement historique majeur des XXe et XXIe siècles. Cette création artistique, en mots et en images, repose sur la nécessité de transmettre un passé le plus souvent familial. Le caractère intime et personnel de ce type d’album induit qu’un récit mémoriel historique est, sauf exception, l’oeuvre d’un unique auteur, qui en réalise le scénario, le dessin et éventuellement, la mise en couleur. L’engagement moral de ne pas trahir la mémoire
invoquée conduit ce dernier à mener d’importantes recherches documentaires et à restituer, le plus objectivement possible, les faits, personnels et historiques.

Le récit mémoriel historique en bande dessinée est l’expression d’une mémoire individuelle, représentative de la mémoire collective. L’apparition de ce nouveau genre est à mettre en relation avec l’intérêt croissant porté à la mémoire depuis la fin du XXe siècle. Il est, en quelque sorte, un marqueur visuel et narratif de l’« activisme mémoriel » mis en lumière par Henri Rousso. Il crée une mémoire imagée, laquelle est une mémoire traumatique où l’image est prédominante ; cette dernière, dessinée voire photographique, interagit avec le texte et impressionne durablement. Ces albums sont critiques, fidèles aux évènements et conformes à l’historiographie. Leur publication influence l’image que nous nous faisons des faits historiques. Maus, seul album au monde a avoir reçu un prix Pulitzer (1992) a ainsi contribué à un profond changement du regard porté sur la Shoah.

Soutenance

La soutenance se tiendra le lundi 12 décembre 2016 à 14h30 au Centre d’histoire de Sciences Po salle de réunion, 3e étage
199, boulevard Saint-Germain, Paris 7e

Le jury sera composé de :

  • Mme Laurence Bertrand Dorléac, Professeur, Sciences Po Paris
  • M. Jacques Dürrenmatt, Professeur des universités, Université Paris Sorbonne
  • M. Mark McKinney, Professeur, Miami University, États-Unis
  • M. Denis Peschanski, Directeur de recherche au CNRS, Centre d’histoire sociale du XXe siècle

Mise à jour du 12 décembre :
Malgré la disparition des mentions autrefois attribuées1, le président du jury a précisé que le jury était « très très satisfait » et aurait délivrer une mention si elles existaient encore.

Enregistrer

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts