Archives de catégorie : Hors les murs

Colloque « La scène parle. Voix, acoustiques et auralités en France dans la seconde moitié du XXe siècle »

affiche_colloque_echo_7_8_dec2016L’ANR ECHO organise son colloque final les mercredi 7 et jeudi 8 décembre 2016 à l’auditorium de l’INHA

L’objet du colloque est la voix dite « parlée » sur les scènes françaises de l’immédiate après-guerre à la fin des années 1990. Ce que devient cette voix dans des contextes culturels et socio-politiques inédits, marqués par la montée du visuel et l’accumulation des soupçons envers le langage et envers la langue, comment elle se transforme et s’inscrit dans les sons et les images des spectacles, comment elle parvient à se rendre audible et interroge une acoustique qui a tendance à l’oublier.

Programme

Mercredi 7 décembre

9h. Ouverture du colloque

Session 1. Une scène phonique

Resp. Marie-Madeleine Mervant-Roux et Anne-Françoise Benhamou. Modération : Jean-Marc Larrue

  • 9h30-10h15. Helga Finter (professeur émérite d’Esthétique et d’Histoire du théâtre à l’Université Justus-Liebig de Gießen), L’épreuve de la voix : la scène primitive de la représentation
  • 10h15-10h40. Cristina De Simone (docteure en Études théâtrales de l’Université Paris Ouest-Nanterre-La Défense), Le dernier Artaud et la naissance à Paris de la poésie-performance
  • 10h45-11h. Lecture d’un texte de Pierre Guyotat par Pascal Bongard
  • 11h20-11h45. Arnaud Rykner (professeur en Études théâtrales à l’Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3), Nathalie Sarraute et l’usage de la parole
  • 11h45-12h10. Cyrielle Dodet (docteure en Études théâtrales, Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3/Université de Montréal), En quête d’une performativité sonore : le théâtre de Régy dans les années 1970-1980
  • 12h10-12h40. Échanges sur la session

Session 2. Lieu théâtral et voix parlée (XXe-XXIe siècle)

Resp. Brian Katz et Sandrine Dubouilh. Modération : Marie-Madeleine Mervant-Roux

  • 14h15-15h. Brigitte Métra (architecte), Architecture et acoustique des salles
  • 15h-15h25. Johan Brulez (acousticien, conférencier en Acoustique architecturale à l’École supérieure des Arts de Mons), Conception acoustique des théâtres : usages, architecture et histoire
  • 15h25-15h50h. Sandrine Dubouilh (architecte, professeure en Études théâtrales à l’Université Bordeaux-Montaigne), Chaillot 1937-1975 : ambitions et réalités d’une recherche architecturale et acoustique
  • 16h15-16h40. Brian Katz (directeur de recherche au CNRS, responsable du groupe Audio et acoustique au LIMSI) et Bart Postma (doctorant au LIMSI), L’auralisation augmentée de la salle Louis Jouvet du Théâtre de l’Athénée. L’acoustique historique des lieux de spectacle
  • 16h40-17h05. Jeanne Bovet (professeure d’Histoire et d’Esthétique du théâtre au département des Littératures de langue française de l’Université de Montréal), Le microphone sur les scènes françaises (1930-1950) : bilan provisoire
  • 17h05-17h45. Éric Monin (architecte, professeur à l’École nationale supérieure d’architecture de Paris-Val de Seine et chercheur à l’École nationale supérieure d’architecture et de paysage de Lille – LACTH), « Les techniques pionnières des premiers spectacles son et lumière » et Joël Huthwohl (directeur du département des Arts du spectacle de la BnF), “Nucléa” à Chaillot (1952). La “stéréophonie dirigée” de la radio à l’expérience théâtrale
  • 17h45-18h15 Échanges sur la session

Jeudi 8 décembre

Session 3. Les archives sonores du théâtre : une histoire culturelle

Resp. Joël Huthwohl et Cécile Geoffroy. Modération : Jeanne Bovet 

  • 9h30-9h55. Joël Huthwohl (directeur du département des Arts du spectacle de la BnF), Histoire des fonds audio de la Bibliothèque nationale de France/département des Arts du spectacle
  • 9h55-10h20. Melissa Van Drie (Postdoctoral Research Fellow, Faculty of Music, University of Cambridge) [avec Luc Verrier (BnF-DAV)], Pour entendre le théâtre par ses formes auditives : matérialité, dispositif et corporéité dans l’étude de l’archive sonore du département des Arts du spectacle de la Bibliothèque nationale de France
  • 10h20-10h45. Daniel Deshays (réalisateur sonore, chercheur, professeur des universités), Régie et archivage au quotidien des représentations
  • 11h10-11h35. Marion Chénetier-Alev (maître de conférences en Études théâtrales, Université François-Rabelais de Tours), Les archives radiophoniques du théâtre : du théâtre pour les aveugles à un théâtre de sourds
  • 11h35-12h. Hélène Bouvier (directeur de recherche au CNRS, THALIM, équipe ARIAS), De l’usage des archives audio dans la recherche sur la mémoire des spectateurs
  • 12h-12h25. Jean-Marc Larrue (professeur d’Histoire et de Théorie du théâtre au département des Littératures de langue française de l’Université de Montréal), Les archives audio de la Théâtrothèque de l’Université de Montréal
  • 12h25-13h. Échanges sur la session

Session 4. Une scène conservatoire/laboratoire de la langue

Resp. Marie-Madeleine Mervant-Roux et Anne-Françoise Benhamou. Modération : Marion Chénetier-Alev

  • 14h30-15h30. Voix féminines en public (codes et transgressions). Table ronde avec Dominique Reymond, Cécile Coustillac, Julia Gros de Gasquet (maître de conférences en Études théâtrales à l’Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3) et la participation d’Annick Lepetit (députée de Paris), animée par Anne-Françoise Benhamou (professeure en Études théâtrales à l’École normale supérieure, membre de THALIM/ARIAS)
  • 15h35-16h25. Hélène Merlin-Kajman (professeure de Littérature française à l’Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3), Langue (française) : les impasses de l’opposition “classicisme vs modernité”
  • 16h25-16h50. Pascal Lécroart (professeur en Études littéraires et musicologiques à l’Université de Franche-Comté), Le vers théâtral de Claudel à l’épreuve de la scène de Barrault à Vitez : “langage insolite” ou “langage naturel” ?
  • 16h50-17h15. Brigitte Joinnault (maître de conférences en Études théâtrales à l’Université Nice Sophia Antipolis), Vitez entre les langues
  • 17h35-17h50. Jeanne Bovet (professeure en Histoire et Esthétique du théâtre au département des Littératures de langue française de l’Université de Montréal), Diffusion et réception du français québécois sur la scène française
  • 17h50-18h15. Joëlle Deniot (professeur en Sociologie de l’art, du langage et de la culture à l’Université de Nantes), Entre liturgie et incursions scéniques. Quand la chanson prend la parole…
  • 18h15-18h45. Échanges sur la session et clôture du colloque
  • 18h45. Pot final. Présentation des deux publications réalisées par l’équipe internationale « Le son du théâtre » avant le projet ECHO : Le son du théâtre (XIXe-XXIe siècle). Histoire intermédiale d’un lieu d’écoute moderne (CNRS éditions, en librairie le 23 novembre) et L’Annuaire théâtral, n° 56-57, Écouter la scène contemporaine (sorti au printemps 2016)

Organisateurs

  • Marie-Madeleine Mervant-Roux, THALIM/ARIAS
  • Joël Huthwohl, Bibliothèque nationale de France, département des Arts du spectacle
  • Brian Katz, LIMSI-CNRS.

Comité scientifique

  • Anne-Françoise Benhamou
  • Hélène Bouvier
  • Marion Chénetier-Alev
  • Daniel Deshays
  • Sandrine Dubouilh (études théâtrales)
  • Pascal Lécroart (études littéraires et musicologiques)
  • Joëlle Deniot (sociologie de l’art, du langage et de la culture)
  • Pascal Cordereix (Bibliothèque nationale de France, département de l’Audiovisuel)
  • Viktoria Tkaczyk (histoire des sciences, UvA)
  • Jeanne Bovet
  • Jean-Marc Larrue (littérature/histoire et théorie du théâtre, CRIalt/CRILCQ)

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Soutenance de thèse d’Isabelle Delorme

Le lundi 12 décembre 2016, Isabelle Delorme, chercheur associé de la BnF, titulaire de la bourse de recherche Mark Pigott 2016 mention « Histoire, l’Art et l’histoire de l’art », soutient sa thèse intitulée Les récits mémoriels historiques : mémoire individuelle et mémoire collective du XXe siècle en bande dessinée menée sous la direction de Madame Laurence Bertrand Dorléac.

prisonniers_de_guerre_laurens_jean-pierre_bpt6k96078058
Prisonniers de guerre / par Jean-Pierre Laurens. Disponible en ligne, url : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k96078058>

Thèse

Un nouveau genre est apparu en bande dessinée, le récit mémoriel historique. Il retrace la mémoire d’un individu, celle de l’auteur (Marjane Satrapi Persépolis) ou de l’un de ses proches (Art Spiegelman Maus), au sein d’un événement historique majeur des XXe et XXIe siècles. Cette création artistique, en mots et en images, repose sur la nécessité de transmettre un passé le plus souvent familial. Le caractère intime et personnel de ce type d’album induit qu’un récit mémoriel historique est, sauf exception, l’oeuvre d’un unique auteur, qui en réalise le scénario, le dessin et éventuellement, la mise en couleur. L’engagement moral de ne pas trahir la mémoire
invoquée conduit ce dernier à mener d’importantes recherches documentaires et à restituer, le plus objectivement possible, les faits, personnels et historiques.

Le récit mémoriel historique en bande dessinée est l’expression d’une mémoire individuelle, représentative de la mémoire collective. L’apparition de ce nouveau genre est à mettre en relation avec l’intérêt croissant porté à la mémoire depuis la fin du XXe siècle. Il est, en quelque sorte, un marqueur visuel et narratif de l’« activisme mémoriel » mis en lumière par Henri Rousso. Il crée une mémoire imagée, laquelle est une mémoire traumatique où l’image est prédominante ; cette dernière, dessinée voire photographique, interagit avec le texte et impressionne durablement. Ces albums sont critiques, fidèles aux évènements et conformes à l’historiographie. Leur publication influence l’image que nous nous faisons des faits historiques. Maus, seul album au monde a avoir reçu un prix Pulitzer (1992) a ainsi contribué à un profond changement du regard porté sur la Shoah.

Soutenance

La soutenance se tiendra le lundi 12 décembre 2016 à 14h30 au Centre d’histoire de Sciences Po salle de réunion, 3e étage
199, boulevard Saint-Germain, Paris 7e

Le jury sera composé de :

  • Mme Laurence Bertrand Dorléac, Professeur, Sciences Po Paris
  • M. Jacques Dürrenmatt, Professeur des universités, Université Paris Sorbonne
  • M. Mark McKinney, Professeur, Miami University, États-Unis
  • M. Denis Peschanski, Directeur de recherche au CNRS, Centre d’histoire sociale du XXe siècle

Mise à jour du 12 décembre :
Malgré la disparition des mentions autrefois attribuées1, le président du jury a précisé que le jury était « très très satisfait » et aurait délivrer une mention si elles existaient encore.

Enregistrer

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Colloque international : Le moment 1816 des sciences et des arts. Regards croisés franco-brésiliens

france-bresilDans le cadre du bicentenaire du voyage du botaniste Auguste de Saint-Hilaire au Brésil (1816-1822) ainsi que de l’arrivée, dans la cour de Jean V à Rio de Janeiro, d’un groupe d’artistes et architectes français (la dite « Mission Artistique Française », dénomination aujourd’hui critiquée), l’EHESS , le Centre Roland Mousnier (Sorbonne-Paris IV), l’Université de Poitiers, le Museum National d’Histoire Naturelle ainsi que la Maison d’Amérique Latine1 organisent un colloque international.

Contexte

Le thème de ce colloque s’inscrit dans un contexte de partenariat avec la Bibliothèque Nationale du Brésil, depuis que les deux bibliothèques nationales ont créé un portail numérique commun, en 2009, « La France au Brésil » . Ces rencontres permettront également de valoriser le fonds Ferdinand Denis de la Bibliothèque Sainte-Geneviève, numérisé par la BnF en 2015-2016, grâce à une convention de coopération entre les deux institutions.

Thème

Consécutifs à l’ouverture du territoire brésilien aux étrangers, les voyages d’exploration des premières décennies du XIXe siècle, eurent des natures diverses, les uns ayant l’envergure d’expéditions collectives, les autres reposant sur l’initiative plus ou moins individuelle et systématique. Ces voyages s’effectuent sur fond de mutations profondes : l’apparition des États-Nations est parallèle à l’affirmation d’une nouvelle philosophie de l’histoire et d’un redécoupage entre arts, littérature et sciences sociales qui n’est plus celui du XVIIIe siècle, mais n’est pas non plus encore le nôtre. En un moment post-buffonien, les savoirs naturalistes sont eux aussi le théâtre de réaménagements fondamentaux (théories de l’évolution, taxinomie, recensement et classification des espèces…), et s’inscrivent dans des formes d’organisation et d’administration en évolution (jardins botaniques, musées naturalistes…).

Ce « moment 1816 » ne prétend donc pas seulement réparer des oublis mémoriels, il sera le carrefour propice à un brassage intellectuel fécond, à la mise en dialogue de spécialistes de tous horizons : ethnologues, historiens, spécialistes de la littérature et de l’art, botanistes et historiens des sciences, du Brésil, de France et d’ailleurs.
Mettant à profit les révisions opérées autour d’Auguste de Saint-Hilaire, mais aussi les nombreuses études sur le rôle des artistes et artisans français arrivés avec Joachim Lebreton – J-B Debret principalement – et le renouveau des travaux sur Ferdinand Denis (fonds en cours de numérisation à la BnF), ces rencontres seront l’occasion de mener une réflexion transatlantique sur les enjeux passés et contemporains des voyages entre France et Brésil : quels dispositifs savants présidèrent alors à la collecte de ces données ? dans quel contexte épistémologique ? pour quelle diffusion et quelle réception française ? avec quels héritages, de part et d’autre de l’océan ?

Il s’agit donc d’embrasser, à partir de ces expériences franco-brésiliennes, une longue durée d’évolutions et de révolutions scientifiques, politiques, artistiques, de réinterroger leurs fondements, de penser leur archéologie en dépassant les cloisonnements disciplinaires : parce que les domaines sont loin d’être étanches, que le voyage de Saint-Hilaire a aussi une valeur anthropologique, que la contribution d’un Debret ne s’arrête pas aux aléas entourant la présence artistique française, que la porosité entre géographie et littérature fait déceler des voies d’irrigation de la fiction vernienne… C’est donc aussi de circulation d’objets et de savoirs dans un contexte atlantique dont il sera question.

Programme

Vendredi 25 novembre 2016 9h30-18h

9h30 – Introduction par Claudia Damasceno (CRBC/EHESS), Laura de Mello e Souza (Université Paris-Sorbonne), Antonella Romano (CAK/EHESS)

10h – Présentation de l’ouvrage Auguste de Saint-Hilaire (1779-1853). Un botaniste français au Brésil (Paris : Muséum National d’Histoire naturelle, 2016, 607 p. Coll. Archives, 22), Denis Lamy (CAK/ MNHN)

10h-15h – Première session. Le voyage : projet, réalisation, mises en écriture. Présidence : Caroline Callard (Université Paris-Sorbonne) Discutante : Marie-Noëlle Bourguet (CAK/Université Paris-Diderot)

  • Auguste de Saint-Hilaire: botanique, spécialisation et prestige, Lorelai Kury (Fondation Oswaldo Cruz)
  • Éditer le voyage, Claudia Damasceno (CRBC/EHESS) et Yasmine Marcil (Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3)
  • Ferdinand Denis et le Brésil: le partage des savoirs, Michel Riaudel (Université de Poitiers)

12h30 – Discussion

13h – Pause déjeuner

14h – Deuxième session. Au carrefour des sciences et des arts : l’espace atlantique au lendemain du Congrès de Vienne. Présidence : Denis Crouzet (Université Paris-Sorbonne) Discutant : Pierre-Henri Gouyon (MNHN)

  • Une botanique moderne ? Denis Lamy (CAK/MNHN)
  • Pays, paysage: les changements de la forêt de Tijuca, Guilherme Simões (Université Pontificale Catholique, São Paulo)

15h30 – Pause

  • Où en est la dispute sur le Nouveau Monde ?, Silvia Sebastiani (CRH/EHESS)
  • Mesurer le Brésil : cartographie, statistique et pensée géographique, Iris Kantor (Université de São Paulo)

17h-18h – Discussion générale

Samedi 26 novembre 2016 9h30-18h

9h30 – Troisième session. Le « Monde Nouveau » : Un paradigme recomposé ? Présidence : Régine Piersanti (BnF). Discutant : Charlotte de Castelnau (Université Paris-Diderot)
Quand le Brésil parlait français: les carrefours des sciences et de l’exploration au 18e siècle, Neil Safier (John Carter Brown Library)
La nature dans la sphère publique au début du 19e siècle, Pietro Corsi (CAK-EHESS/Oxford University)
10h30-11h – Pause
La couleur atlantique : les arts visuels dans la racialisation de la peau autour de 1800, Anne Laffont (INHA/Université Paris Est-Marne-la-Vallée)
11h30 – Discussion générale
12h15 – Pause déjeuner
14h – Quatrième session. Appropriations et héritages. Présidence : Jean-Frédéric Schaub (CRBC/EHESS). Discutant : Jacques Leenhardt (EHSS)
Une revue des deux mondes, Sébastien Rozeaux (Framespa/Université Toulouse Jean Jaurès)
L’historiographie brésilienne et les récits de Voyage. Le cas Auguste de Saint-Hilaire, Temístocles Cezar (Université Fédérale de Rio Grande do Sul)
Une postérité inattendue: le phalanstère de Sahy et les connexions brésiliennes de Saint Hilaire (1830’s – 1840’s), Laurent Vidal (Université de La Rochelle)
15h45 – Pause
16h15 – Discussion finale ouverte par Jean-Marc Besse (E.H.GO/CNRS)
17h30 – Clôture du colloque

Infos pratiques

Entrée libre dans la limite des places disponibles

Téléchargement

Programme completEnregistrer

  1. où se tient, du 20 octobre au 20 décembre, une exposition intitulée : L’atelier tropical. Jean-Baptiste Debret. Peintres, écrivains et savants français au Brésil, 1816-1850. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Colloque « Proust et la musique » : publication des captations vidéo

Du 25 au 27 octobre dernier se tenait à la Fondation Singer-Polignac le colloque Proust et la musique organisé par l’Université de la Sorbonne-Nouvelle, l’Université Grenoble Alpes et l’ITEM.

La manifestation s’intéressait à la place de la musique dans l’œuvre de Marcel Proust. En effet, après les travaux pionniers des années 1960-1980, on assiste depuis une décennie à un véritable renouveau critique. L’univers musical de la Belle Époque est beaucoup mieux connu, qu’il s’agisse du rôle des salons et des mécènes, des grandes figures de compositeurs, des interprètes et des critiques ; Reynaldo Hahn est enfin réévalué, et on mesure mieux l’importance de son rôle aux côtés de Proust. La génétique littéraire a montré comment, prenant ses distances avec les phares de sa jeunesse (Wagner, Saint-Saëns, etc.), le romancier a conféré in extremis en 1913 une esthétique résolument moderniste à l’œuvre de Vinteuil. Les recherches musicographiques les plus récentes ont révélé l’étendue de ses lectures à travers la presse spécialisée, et suggéré combien la Recherche renouvelait le genre du « roman musical ». Réunissant musicologues et spécialistes de l’écrivain, le colloque a permis d’explorer cette « écriture de la musique » dans le salon même de Winnaretta Singer, princesse de Polignac, où le jeune Proust découvrit une partie des œuvres qui ont nourri la Recherche – Rameau, les quatuors de Beethoven, la musique du prince lui-même.

Les collections de la Bibliothèque nationale de France y ont été abondamment valorisées et les problématiques musicales traitées selon différentes méthodologies (celles de la musicologie, mais aussi de la littérature comparée, de l’histoire de l’art, de la philosophie, de l’histoire du cinéma…).

Les captations vidéo sont accessibles en ligne à l’adresse : <https://www.singer-polignac.org/fr/missions/lettres-et-arts/colloques-arts-lettres/794-proust-et-la-musique>.

Nous signalons en particulier les communications des collaborateurs de la BnF, Philippe Blay et Mathias Auclair.

philippe-blayx300Philippe Blay est conservateur en chef au département des Métadonnées de la Bibliothèque nationale de France, agrégé et docteur en musicologie, diplômé du Conservatoire national supérieur de musique de Paris. Ses publications portent sur le théâtre lyrique en France sous la Troisième République et l’œuvre de Reynaldo Hahn sur lequel il prépare une monographie (Fayard). En 2015 a paru sous sa direction un ouvrage collectif sur ce compositeur : Reynaldo Hahn, un éclectique en musique, Actes Sud, Palazzetto Bru Zane.

Sa communication s’intitulait : « Duo avec un “dieu déguisé” : Reynaldo Hahn »

auclair_mathiasMathias Auclair est le directeur du département de la musique de la Bibliothèque nationale de France. Il a été commissaire d’une quinzaine d’expositions à la Bibliothèque-musée de l’Opéra et a codirigé une dizaine de publications et catalogues d’expositions sur la musique, l’opéra ou la danse. Sa prochaine exposition, « Bakst : des Ballets russes à la haute couture » ouvrira au Palais Garnier le 22 novembre 2016. Il est l’auteur, avec Elizabeth Giuliani, d’un ouvrage sur Jean-Philippe Rameau et d’un autre, avec Pierre Provoyeur, sur le plafond de Chagall du Palais Garnier.

Sa communication porte sur « La “Walkyrie” de 1893 à l’Opéra » :

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Décès de Paulette Perec, conservateur à la BnF et veuve de Georges Perec

Saluons la mémoire de notre collègue Paulette Perec (née Pétras) décédée à l’hôpital de Chevilly-Larue (Val-de-Marne) ce samedi 5 novembre.paulette-perec

En effet, si elle a été un temps à la ville l’épouse de l’écrivain Georges Perec, elle fut professionnellement conservateur à la Bibliothèque nationale de France de 1965 à sa retraite, comme son mari fut documentaliste au CNRS de 1961 à 1978 (au laboratoire de neurophysiologie du CHU de Saint-Antoine puis à Gif-sur-Yvette) employant les fiches Flambo et Pikaboo.

Son parcours aux côtés de Georges Perec est rappelé dans l’article que lui consacre Denis Cosnard dans le Monde (http://www.lemonde.fr/disparitions/article/2016/11/07/mort-de-paulette-perec-veuve-de-georges-perec_5026729_3382.html). Les connaisseurs de l’oeuvre de Georges Perec savent combien l’exercice d’un tel emploi n’était pas anodin pour un esprit rompu aux listes, à la classification et à la taxinomie. La publication de Penser/Classer1 vint le confirmer.

Il en fut de même pour Paulette Perec qui mit ses compétences au service de l’oeuvre de celui qui fut son mari en inventoriant2 ses archives et, entre autres, en dirigeant les Portrait(s) de Georges Perec ((Portrait(s) de Georges Perec, Paris : Bibliothèque nationale de France, 2001, 238 p.)) parus aux éditions de la BnF en 2001. Elle y contribua également en proposant la « Chronique de la vie de Georges Perec : 7 mars 1936-3 mars 1982″.

Pour ceux qui voudraient la voir et l’entendre, mentionnons sa participation à l’atelier d’écriture « écrire la ville » réalisé avec François Bon, où elle évoquait en 2008 le travail de son mari. La vidéo est consultable à l’adresse : http://classes.bnf.fr/ecrirelaville/rencontres/perec.htm.

Entrée à la BnF en 1965 au département des Périodiques, elle a intégré le département des Imprimés en 1971, où elle dirigea dans la célèbre salle des catalogues l’équipe chargée de l’intercalation des nouvelles fiches dans les fichiers (auteurs, titres, matières, etc.). Comme quoi, elle devait partager le vertige taxonomique de Georges Perec pour les fiches du Répertoire Bibliographique Universelle (RBU) de Paul Otlet…

Entre 1981 et 1985, elle est responsable des affiches et du service public au département des Estampes, avant de rejoindre la bibliothèque de l’Arsenal en 1986, où elle gère essentiellement les entrées (acquisitions, dépôt légal…). Elle contribua à plusieurs expositions toujours en lien avec la littérature. Ainsi en 1974, elle participa à l’exposition Ernest Renan et en 1987 à celle portant sur le roman feuilleton intitulée « Les mystères du rez-de-chaussée : le journal du feuilleton ». En 1991, elle devient responsable des acquisitions en antiquariat pour le département des Imprimés, où elle développe une expertise qui lui permet de remplir le même rôle au département Philosophie, histoire, sciences de l’homme à partir de 1995, tout en conseillant ses homologues des autres départements thématiques, avant de s’occuper de la coordination des dons et échanges pour tous les départements thématiques.

Beaucoup la connaissaient pour son rôle dans l’Association Georges Perec, fondée dès 1982, l’année même de la mort de son époux, et pour sa présence si vive et passionnée dans tous les événements visant à promouvoir cette œuvre majeure. C’est grâce à elle que le fonds Georges Perec a pu être déposé à la bibliothèque de l’Arsenal3. Elle a pris une part capitale à l’établissement de son inventaire et à la vie de l’Association, présente chaque semaine rue de Sully.

  1. Penser, classer, [Paris] : Hachette, 1985, 184 p. []
  2. avec Ela Bienenfeld, née en 1927 et décédée le 1er février 2016 et Bianca Lamblin (1921-2011), toutes deux cousines de l’écrivain []
  3. Le fonds Georges Perec et le fonds de l’Association ont pour ainsi dire été aux prémices de la spécialisation oulipienne de l’Arsenal puisque se sont rajoutés les fonds de Jacques Jouet depuis 1999, de Noël Arnaud depuis 2003, de Jacques Bens en 2004 puis de l’Ouvroir de littérature potentielle en 2005, complétés en 2009 par ceux de François Caradec et de Paul Fournel en 2014 []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Soutenance de thèse de Cécile Kubik, musicien chercheur invité Pasteur Vallery-Radot 2014-2015

Le mardi 15 novembre, Cécile Kubik, musicien chercheur associé de la BnF soutient sa thèse du doctorat de musique Recherche et pratique, menée conjointement à l’université Paris-Sorbonne et au Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris (CNSMDP).

Avant d’évoquer la thèse, faisons un petit rappel concernant ce statut dont bénéficiait Cécile Kubik à la BnF. En 2013-2014 la BnF élargissait en effet son dispositif d’accueil de chercheurs associés aux interprètes et musiciens chercheurs en créant le statut de musicien chercheur associé. C’est cette même année que la candidature de Cécile Kubik fut retenue pour son projet intitulé De la recherche à l’interprétation : les sonates françaises pour piano et violon (1800-1870).

En 2014-2015, sur proposition d’un jury ad hoc, le Président de la BnF a attribué l’une des bourses BnF – Pasteur Vallery-Radot à Cécile Kubik. Dotées de 10.000 euros, grâce au legs de la famille Pasteur Vallery-Radot, ces bourses sont attribuées chaque année depuis 2004 aux chercheurs associés les plus méritants de la Bibliothèque et dont les travaux de recherche portent principalement sur les collections de la BnF.

Désormais, la soutenance de thèse marque une nouvelle étape dans le cursus destiné aux interprètes menant une recherche pour et à travers l’interprétation.

duo_avec_violoniste_et_pianiste_btv1b69041755
Duo avec violoniste et pianiste par Georges Desvallières. Source : Gallica, http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b69041755

Thèse

Menée sous la direction de Jean-Pierre Bartoli, par une double approche, musicologique d’une part et d’interprète d’autre part, la thèse intitulée Penser l’interprétation des sonates françaises pour piano et violon au XIXe sièclevise à appréhender le langage musical de différents compositeurs et leurs codes stylistiques implicites, pour les restituer au mieux. Elle propose à cet effet la sélection d’un corpus de sonates représentatives des diverses tendances au long du siècle.

La sonate française pour piano et violon connaît en effet une considérable évolution au cours du XIXe siècle, depuis les exemples méconnus de l’Empire et de la Restauration jusqu’à la fin du siècle où son renouveau apparaît clairement.

L’étude des nombreuses sources, par exemple les méthodes de violon parues à cette époque, fournit d’innombrables indications techniques éclairant les modes de jeu appropriés, tel l’usage du vibrato, du port de voix ou encore des ornements. Un important effort de contextualisation – témoignages sur les créateurs des œuvres, presse musicale, environnement artistique, politique, vient compléter le travail mené sur l’évolution des instruments, du public ou des espaces acoustiques. Ces solides éléments musicologiques étayent la mise en pratique musicale concrète, lors de concerts, sur instruments d’époque comme modernes.

Le rôle et la place de l’interprète ont été questionnés, tant aujourd’hui qu’au XIXe siècle, ainsi que les problèmes inhérents à la notion d’authenticité, pour éviter d’aboutir à un monolithique ‘style XIXe‘. L’ambition de cette recherche était d’offrir une interprétation nouvelle de ces sonates françaises, propre à en susciter une écoute renouvelée ; une lecture consciente aussi bien de la genèse des œuvres que des conditions de leur représentation contemporaine.

Comme l’écrit Cécile Kubik, la thèse « considère la double inconnue d’un répertoire et d’un jeu violonistique encore inexplorés. Elle dévoile les sonates de cette période, mais questionne aussi leur interprétation. Une étude historique est menée sur le jeu des violonistes français : base de données, inventaires inédits, analyse de sources et témoignages, notamment un vaste corpus de traités de violon et les partitions annotées du fonds Baillot de la BnF, éclairent leur pratique à la lumière de multiples paradigmes. L’ambition est de construire aujourd’hui, violon en main, une interprétation de ces sonates méconnues et, avec la création d’outils destinés aux interprètes et aux scientifiques, d’œuvrer à leur diffusion. »

young_woman_with_violin_btv1b84339354
Young woman with violin : jeune violoniste / Orazio Gentileschi. Source : Gallica, http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b84339354

Programme de la soutenance

S’agissant d’un doctorat d’artiste chercheur1, la soutenance allie une soutenance de type académique à un récital public.

  • Lundi 14 novembre 2016, 19h, Philharmonie 2, Paris : récital public associé à la soutenance, avec des pianos forte des collections du Musée de la musique de Paris,  aimablement mis à disposition
  • Mardi 15 octobre 2016, 14h, Salon Vinteuil du CNSMDP : soutenance académique

Le jury sera composé de personnalités universitaires autant que musicales :

  • M. Bruno Mantovani, compositeur, chef d’orchestre, directeur du Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris
  • M. Jean-Pierre Bartoli, Professeur à l’université Paris-Sorbonne
  • M. Christophe Coin, violoncelliste, gambiste, professeur au CNSMDP
  • Mme Cécile Reynaud, conservateur en chef au département de la Musique de la Bibliothèque nationale de France, directeur d’études en musicologie à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes (section Sciences historiques et philologiques)
  • M. Jean-Jacques Kantorow, violoniste, chef d’orchestre
  • M. Guy Gosselin, Professeur à l’université François-Rabelais de Tours, Président de la Société française de musicologie

Entrée libre sans réservation

Mise à jour du 23 novembre 2016 : à l’issue des deux épreuves constituées d’un récital à la Philharmonie de Paris et de la soutenance académique, le jury a décerné à Cécile Kubik la mention très honorable avec les félicitations du jury. Elle revient sur cette soutenance dans son site, à la page : http://www.cecilekubik.fr/recherche/docteure/

Enregistrer

  1. Cécile Kubik, « A propos du doctorat de musique « Recherche et pratique » », Carnet de la revue Hermès, 1er décembre 2015. Disponible en ligne url : <https://hermes.hypotheses.org/44>. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Les projections de vues sur verre à la Société de géographie (1875-1914)

Du 16 au 18 mars dernier, se tenait au Collège doctoral européen de Strasbourg, le colloque « Plaques photographiques, fabrication et diffusion du savoir » organisée par l’Université de Strasbourg.

La manifestation s’intéressait aux plaques photographiques utilisées pour l’enseignement et/ou la recherche dans le cadre scolaire, les universités et autres instituts spécialisés. Par-delà le repérage et l’inventaire des collections de plaques de verre, il paraît en effet important de comprendre l’usage qui en était fait, ces collections devenant les témoins privilégiés de l’histoire de l’enseignement universitaire autant que de la recherche. Les plaques de verre ont en effet été utilisées par une grande variété de disciplines au tournant des XIXe et XXe siècles. Ces objets s’avèrent donc particulièrement représentatifs d’un moment clef pour l’histoire des sciences et de leur enseignement académique. L’enseignement par l’image autant que l’image comme outil scientifique s’impose alors à des disciplines qui jusque-là n’y recourraient pas systématiquement.

A cette occasion, Olivier Loiseaux, Chef du service acquisitions et collections géographiques du département des Cartes et plans de la BnF, est intervenu pour évoquer Les projections de vues sur verre à la Société de géographie (1875-1914).

Son intervention a fait l’objet d’une captation vidéo publiée sur la chaîne Canal C2 de l’Université de Strasbourg (http://www.canalc2.tv/video/13812) ainsi que sur la chaîne Canal U, de la Fondation Maison des sciences de l’homme :

Contrairement à ce que l’on pourrait naturellement penser en imaginant que les collections photographiques de la Bibliothèque nationale de France sont conservées au département des Estampes et de la photographie, des trésors photographiques sont répartis dans d’autres départements dont celui des Cartes et plans qui abrite les plaques de verre de la Société de géographie. Ces dernières ont déjà fait l’objet d’opérations de valorisation comme par exemple au cours de l’exposition présentée à l’automne 2007 à la Galerie de photographie de la BnF1 et dont une version en ligne reste consultable :  Trésors photographiques de la Société de géographie, Paris : Bibliothèque nationale de France, [2007]. Disponible en ligne, url : <http://expositions.bnf.fr/socgeo/>.

Le site de la Société de géographie décrit le Fonds photographique riche de près de 100 000 épreuves sur papier et de quelque 43 000 plaques de verre qu’elle a confié à la BnF à l’adresse url : <http://www.socgeo.org/bibliotheque/fonds-photographique/>.


Image de Une : Yucatan [Lacandons]. 27, Statue de Tlaloc. Chichen / [mission] Charnay ; [photogr.] Charnay ; [photogr. reprod. par Molténi pour la conférence donnée par] Charnay. Disponible sur Gallica, url : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b5965161w>.

  1. Olivier Loiseaux (dir.), Trésors photographiques de la Société de géographie,>[Paris] : Bibliothèque nationale de France : Glénat, 2006, 239 p. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Colloque « Romain Rolland, musicologue et écrivain de l’intime »

Romain_Rolland_romancier_-_[photographie_]btv1b9042316xÀ l’occasion de la Commémoration nationale du 150e anniversaire de la naissance de Romain Rolland (1866-1944), l’Association Romain Rolland, avec le soutien de la Bibliothèque nationale de France, des Archives de France, de l’université Paris-Sorbonne et de l’Institut de recherche en musicologie (IReMus, CNRS), organise un colloque international consacré à Romain Rolland musicologue et écrivain de l’intime.

R. Rolland a fortement contribué à inscrire la musicologie dans le champ des sciences humaines. Sa passion pour la musique, cultivée dès l’enfance, et ses études en histoire à l’École Normale le conduisent à soutenir en Sorbonne l’une des premières thèses de musicologie. Enseignant l’histoire de l’art et de la musique dans les lycées de Paris dès 1893, puis à l’École Normale, en Sorbonne et à l’École des Hautes Études Sociales, il participe notamment au premier congrès international de musique et à la fondation de la Revue musicale. Il est amené à jouer un rôle central dans l’histoire de la musicologie. La musique est présente au cœur de son œuvre et il lui consacre de nombreux articles et ouvrages. Ses archives, conservées en grande partie aux Départements des manuscrits et de la musique de la BnF, témoignent de réflexions et d’échanges nombreux avec musiciens et musicologues. Le colloque propose d’éclairer l’activité musicologique de R. Rolland, ses méthodes et ses rapports avec l’histoire, la sociologie, l’esthétique ou la psychologie, et d’évaluer ainsi la place qu’elle occupe dans l’histoire de la discipline.

Colloque sous la présidence d’honneur de Bernard Duchatelet.

La première partie du colloque (à la Bibliothèque nationale) rendra hommage à l’œuvre musicologique inédite de Romain Rolland. Quels rapports entretient-elle avec les autres disciplines : histoire, esthétique, sociologie, psychologie ? Quel rôle joue-t-elle dans sa pensée sur l’art et l’action politique ?
La seconde partie (à la Sorbonne et à la Cité de la Voix) s’attachera à l’autobiographie de Rolland, réécrite, reconstruite en fonction de son évolution personnelle et intellectuelle, telle qu’on la perçoit dans ses mémoires, son journal et sa correspondance.
  • Jeudi 17 novembre 2016, BnF, site François-Mitterrand, Petit auditorium, Entrée libre (9h-17h) suivi d’un concert à 18h30
  • Vendredi 18 novembre, Université Paris-Sorbonne, amphithéâtre Liard (9h-18h30) et concert à 12h en Sorbonne, amphithéâtre Richelieu, avec le chœur Les Candides, Mihály Zeke (dir. et piano)
  • Samedi 19 novembre, Vézelay, Cité de la voix (15h-18h30) : poursuite et fin du colloque, suivi à 19h d’un concert (Pierre Goy, piano-forte, et Liana Mosca, violon)
  • Un concert aura également lieu le dimanche 20 novembre à 15h à la Collégiale de Clamecy, avec le chœur Les Candides, M. Zeke (dir. et orgue).

Présentation du colloque


Image de Une : Romain Rolland, romancier : [photographie de presse] / Agence Meurisse. Disponible en ligne, url : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b9042316x>.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

L’histoire littéraire en mode mineur : le rôle des bibliophiles dans la promotion d’un panthéon littéraire alternatif au XIXe siècle

Colloque des 13 et 14 octobre 2016, Bibliothèque Historique de la Ville de Paris/ Bibliothèque de l’Arsenal

Une première journée a lieu le JEUDI 13 OCTOBRE, Salle des Commissions de la Bibliothèque Historique de la Ville de Paris, 24 rue pavée, 75 004 Paris.

PROGRAMME DU JEUDI 13 OCTOBRE, BIBLIOTHEQUE HISTORIQUE DE LA VILLE DE PARIS :
Matinée. Modalités de la collection de livres au XIXe siècle. Présidence Juliette Jestaz (BHVP).
9h : ouverture par Juliette Jestaz, responsable de la Réserve des imprimés et des manuscrits de la BHVP.
9h15 : Ève Netchine (BnF, Arsenal), « Une étude de commissaires-priseurs au service de la bibliophilie nouvelle : Jacques-Nicolas et Georges-Henri Boulland ».
9h45 : Pierre-Jean Dufief (Paris X-Nanterre), « Octave Uzanne bibliophile et historien de la bibliophilie ».
10h15 : échanges et discussion.

10h45 : Mathilde Bombart (Lyon III), « Livres à clef, lectures à clef, romans à clef : de la passion bibliophile à l’histoire littéraire ».
11h15 : Andrea de Pasquale (Bibliothèque Nationale Centrale de Rome), « Un regard au-delà des Alpes : histoire littéraire mineure et bibliophilie dans l’Italie du Nord (fin XVIIIe / XIXe siècles) ».
11h45 : échanges et discussion.

Après-midi. Le culte du beau livre, entre texte et objet.
Présidence José-Luis Diaz (Paris VII-Diderot).
14h : Magali Charreire (Montpellier III-Paul Valéry), « L’œuvre « Doré » du bibliophile Jacob ».
14h30 : Olivier Bessard-Banquy, (Michel de Montaigne-Bordeaux III), « Du luxe au semi-luxe ».
15h : échanges et discussion.

15h30 : Nolwenn Pamart (Paris IV-Sorbonne), « Jean de Tinan ou la recherche de la légitimité par le beau livre ».
16h : Marine Le Bail (Toulouse II-Jean Jaurès / Arsenal), « La quête de la « condition d’origine » chez Charles Nodier : la condition d’une histoire littéraire des origines ? »
16h30 : échanges et discussion.
17h : Présentation d’un choix de livres et documents relatifs à des bibliophiles du XIXe siècle : Juliette Jestaz, BHVP.

PROGRAMME DU VENDREDI 14 OCTOBRE, BNF, BIBLIOTHEQUE DE L’ARSENAL
Matinée. Quand la bibliophilie incite à réécrire l’histoire littéraire. Présidence Marine Le Bail (UT2J-Arsenal).
9h15 : Raymond-Josué Seckel (BnF) : « Sade entre 1850 et 1910, début de reconnaissance ? ».
9h45 : Delphine Fayard (Christie’s Paris), « La notion de libertinage à l’aune des pratiques bibliophiliques du XIXe siècle ».
10h15 : échanges et discussion.

10h45 : François Pic (Toulouse II-Jean Jaurès), « Des « livres en patois » à la « littérature occitane » : le rôle des bibliophiles dans la constitution d’un objet littéraire (XVIIIe/XXe siècles) ».
11h15 : José-Luis Diaz (Paris VII-Diderot), « Charles Asselineau face aux « minores » du romantisme ».
11h45 : échanges et discussion.

Après-midi. Enjeux de l’édition bibliophilique.
Présidence Claire Lesage (BnF, Arsenal).
13h30 : François Rouget (Queen’s University, Canada), « Prosper Blanchemain, bibliophile et éditeur des poètes de la Renaissance ».
14h : Julien Schuh et Anne-Christine Royère (Reims-Champagne), « Prosopographie des éditeurs bibliophiles (1870-1930) ».
14h30 : échanges et discussion.

Chroniqueurs de la bibliophilie

15h : Laurent Portes (BnF), « Eugène Le Senne (1846-1938), collectionneur de livres parisiens ».
15h30 : Jean-Didier Wagneur (BnF), « Hémérophilie : Firmin Maillard, un chiffonnier de la petite presse ».
16h : échanges et discussions.
16h15 : mot de conclusion par Olivier Bosc, directeur de la bibliothèque de l’Arsenal.
16h30 : fin des communications.

16h45-18h15 : table-ronde « La bibliophilie d’hier à aujourd’hui », présidée par Jean-Yves Mollier (Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines), avec Isabelle de Conihout (Christie’s), Éric Dussert (BnF), Nicolas Malais (Paris X-Nanterre).

Chacune de ces deux journées s’accompagnera d’une exposition de pièces exceptionnelles sélectionnées parmi les fonds de la BHVP et de la Bibliothèque de l’Arsenal.

Inscription préalable obligatoire à l’adresse suivante : colloque.bibliophilie.2016@gmail.com

Argumentaire complet et bibliographie

Organisé par Patrimoine, littérature, histoire (EA 4601, Université Toulouse Jean Jaurès), la Société des études romantiques et dix-neuviémistes (SERD) et la BnF.


Images de Une  :

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Livres de jeunesse d’hier, publics d’aujourd’hui : quelles rencontres ?

abc_de_babar_-_dessine_brunhoff_jean_btv1b10508487r
ABC de Babar / dessiné par Jean de Brunhoff. Disponible en ligne, url : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10508487r>.

La Bibliothèque nationale de France / Centre national de la littérature pour la jeunesse, l’Ecole nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques (ENSSIB) et la Fédération interrégionale du livre et de la lecture (FILL) organisent une journée d’étude intitulée « Livres de jeunesse d’hier, publics d’aujourd’hui : quelles rencontres ? », le mardi 4 octobre 2016, à l’enssib – Villeurbanne (69).

Le patrimoine des livres pour l’enfance et la jeunesse fait l’objet d’un intérêt renouvelé et croissant depuis presque deux décennies, les outils numériques favorisant les redécouvertes et la médiation.
Auteurs et éditeurs qui revisitent le passé, bibliothèques qui se concertent pour conserver et numériser : au-delà d’une certaine mode du « vintage », pour quel public – érudit, nostalgique, familial, enfantin… – exhumer ces trésors ? Comment favoriser la transmission et l’appropriation de ce patrimoine ?

Programme

Programme complet en ligne : http://www.enssib.fr/sites/www/files/documents/manifestations/2016/je-livres-jeunesse-hier-web.pdf

Modalités pratiques

Entrée libre sur inscription en ligne : http://www.enssib.fr/inscription-JE-livres-de-jeunesse-dhier-publics-daujourdhui

Renseignements : Marion Caliyannis : tél. 01.53.79.57.06 || courriel : marion.caliyannis@bnf.fr

Adresse de l’événement : Amphithéâtre de l’Enssib, 17-21 bd du 11 novembre 1918, 69100 Villeurbanne

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Conférence du professeur Larry Schaff, Out of the Shadows : Henry Talbot, invention & historiography

[Deux maisons de ville] : [photographie négative] / [William Henry Fox Talbot]. Disponible en ligne, url : .
[Deux maisons de ville] : [photographie négative] / [William Henry Fox Talbot]. Disponible en ligne, url : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b6939794z>.
Dans le cadre du Groupement de recherche international sur la photographie, le Centre de Recherche sur la Conservation vous invite à assister, le lundi 26 septembre à 16h au Muséum National d’Histoire Naturelle  (auditorium de la Grande Galerie de l’Evolution, 36, rue Geoffroy Saint-Hilaire, 75005 Paris), à la conférence du Professeur Larry Schaaf.

Cette conférence vient en écho au projet de recherche « CALOTYPE » et « RECCAL » soutenus par la Fondation des Sciences du Patrimoine.

Présentation donnée en anglais, sans traduction, s’inscrire à <crcc@mnhn.fr>

Out of the Shadows: Henry Talbot, invention & historiography

William Henry Fox Talbot first conceived of the art of photography in 1833 and achieved results by 1834. However, it was not until Daguerre announced his process in January 1839 that Talbot was prompted to make his method public.  The two approaches were radically different.  Daguerre produced beautifully detailed unique images on silvered sheets of copper.  Talbot’s photographs were technically inferior, but he conceived of the idea of a negative that could produce multiple prints on paper.  In the end, Talbot’s more versatile approach was to define the mainstream of photography right down to the digital age.  The resources available to the historian for these two men are also radically different.  Only a handful of Daguerre images and Daguerre letters survive and no research notebooks.  For Talbot, there are more than 10,000 letters, hundreds of notebooks and more than 25,000 negatives and prints surviving worldwide.  Around fifteen years ago Prof Schaaf made full transcriptions of the 10,000 letters available online.  However, to have put 25,000 images in a research structure with 1990s technology would have ‘broken the web’.  Today, with advanced technology, the online Catalogue Raisonné of Talbot’s photographs is being prepared for the Bodleian Library in Oxford.  Both the letters and the photographs have implications for the history of photography, conservation, and for historians in many fields.

Le professeur Larry J. Schaaf est le directeur du William Henry Fox Talbot Catalogue Raisonné (foxtalbot.bodleian.ox.ac.uk), une ressource en ligne de la bibliothèque Bodléienne. Celle-ci s’appuie sur quatre décennies de recherche sur Talbot, ce savant prolifique qui fut l’inventeur de la photographie négative-positive. L. Schaaf  est également consultant sur le fonds d’archives Talbot récemment acquis par la bibliothèque Bodléienne. Il a été professeur titulaire en  2005 de la chaire Slade des beaux-Arts. Il est le fondateur et le rédacteur en chef du projet Correspondence of William Henry Fox Talbot  qui met à disposition des transcriptions entièrement consultables de plus de 10.000 lettres de Talbot en ligne: http://foxtalbot.dmu.ac.uk/. Le professeur Schaaf est titulaire d’un doctorat en histoire de l’art de l’Université de St Andrews; sa thèse : Out of the Shadows: Herschel, Talbot & the Invention of Photography (Yale, 1992) a été publiée. Il était un photographe actif et professeur de photographie à l’Université du Texas à Austin quand autour des années 1970, il fut intrigué par la richesse de la collection Gernsheim sur la photographie. Le fonds important d’archives personnelles de Sir John Herschel détenu par l’Humanities Research Center, a immergé Schaaf dans le monde de l’édition documentaire et depuis cette époque une grande partie de ses travaux a porté sur la matérialité et l’importance des sources primaires dans la recherche. Il est particulièrement intéressé par la dite « préhistoire de la photographie » et par la photographie comme interface entre art et science. Schaaf a publié de nombreux articles de revues et de livres, plusieurs d’entre eux ont été primés et sont pionniers dans leurs catégories. Il a donné de nombreuses conférences et a été consultant sur les applications informatiques dans les sciences humaines, des collections d’archives et de l’histoire de la photographie. Une grande partie du travail de Schaaf au cours des trois dernières décennies a été menée en tant que chercheur indépendant. Son bureau est à Rock House, Baltimore, Maryland (USA).

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Caractérisation des premiers négatifs papier (1841-1860) aux JEP 2016

Logo FSP vertical Labex PatrimaPour l’édition 2016 des journées européennes du patrimoine, la Fondation des sciences du patrimoine s’installe dans les locaux de l’ancienne Manufacture des Allumettes d’Aubervilliers, aujourd’hui site de l’Institut national du patrimoine (INP).

 

 

 

A cette occasion, le public pourra découvrir les pratiques et les enjeux des sciences du patrimoine au travers de la présentation de six programmes financés par la Fondation dont un programme impliquant la Bibliothèque nationale de France, le programme CALOTYPE : Caractérisation des premiers négatifs papier (1841-1860) qui s’intéresse aux procédés des premiers négatifs papier avec une double approche de caractérisation de calotypes historiques en vue d’une classification et d’étude de calotypes contemporains réalisés selon les traités historiques en vue de mettre en place la méthodologie de caractérisation des calotypes historiques et de comprendre la structure des images de calotypes.

Céline Daher du Centre de Recherche sur la Conservation des Collections présentera le programme grâce au poster suivant :

Poster Calotype
Cliquer sur le lien suivant pour agrandir le poster

Zoom sur le poster

Le Labomobile de l’Equipex Patrimex, plate-forme mobile dédiée à l’analyse des matériaux anciens, sera stationné dans la cour de l’ancienne manufacture. Des démonstrations seront effectuées par le Laboratoire de recherche des monuments historiques (LRMH).

Le département des restaurateurs de l’INP ouvrira ses ateliers de formation à la restauration, son laboratoire et sa bibliothèque.

Les informations complémentaires sur cet évènement figurent dans le communiqué de presse.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Anne-Céline CALLENS, chercheur invité de la BnF soutient sa thèse

304649aAnne-Céline Callens, doctorante de l’École Doctorale Lettres Langues Linguistique Arts (ED 3LA 484) et membre du Centre Interdisciplinaire d’Études et de Recherches sur l’Expression Contemporaine (CIEREC) soutiendra sa thèse en esthétique et sciences de l’art le mardi 6 septembre 2016.

Intitulée Une esthétique industrielle. Le cas des Éditions Paul-Martial, la thèse était menée à l’Université Jean Monnet de Saint-Étienne sous la direction de Danièle Méaux.

En octobre 2014, Anne-Céline Callens avait obtenu la bourse de la Fondation Louis Roederer sur la photographie pour son travail sur le fonds Paul-Martial du département des estampes et de la photographie, mené dans le cadre de l’appel à chercheurs 2014/2015 de la BnF : « Une esthétique industrielle : échanges et influences entre travaux de commande et esthétiques des avant-gardes, à partir de l’étude du fonds Paul Martial ».

La soutenance aura lieu le 6 septembre à Université Jean Monnet de Saint-Étienne, site Tréfilerie, Faculté des Sciences Humaines et Sociales, 33, rue du Onze-Novembre – 42023 Saint-Étienne cedex 2, Bâtiment G, rez-de-chaussée, salle G.05,  13h30, devant le jury composé de :

  • Christophe Génin, professeur des universités à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
  • Olivier Lugon, historien de la photographie et professeur à l’Université de Lausanne
  • Danièle Méaux, professeur d’esthétique et sciences de l’art à l’Université de Saint-Étienne
  • Martine Mourès-Dancer, conservateur du Patrimoine au Musée d’art moderne et contemporain de Saint-Étienne Métropole (MAMC)
  • Michel Rautenberg, professeur de sociologie à l’université Jean Monnet Saint Etienne
  • Dominique Versavel, conservateur au département des Estampes et de la photographie, BnF

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

24e conférence annuelle de la Society for the History of Authorship, Reading and Publishing (SHARP)

sharp_logo_482x433La 24e Conférence annuelle de SHARP (Society for the History of Authorship, Reading and Publishing) se déroule à Paris du 18 au 21 juillet 2016. Elle a pour thème « Les Langues du livre » et fait se rencontrer étudiants, chercheurs et passionnés d’Histoire du livre venus du monde entier. Les conférences plénières, ateliers, présentations de projets numériques ainsi que la majorité des événements proposés ont lieu à la Bibliothèque nationale de France (BnF) et à la Bibliothèque Universitaire des Langues et Civilisations (BULAC), institutions organisatrices de la Conférence avec le Comité Français International Bibliothèques et Documentation (CFIBD) et les enseignants-chercheurs de plusieurs établissements. Des visites sont également prévues dans d’autres lieux liés à l’histoire de l’imprimé, à Paris et dans ses environs.

Informations et inscriptions (payantes) : www.sharpparis2016.com
Contact : sharpparis2016@gmail.com
Twitter : @sharpparis2016
Facebook : SHARPParis2016Programme détaillé

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Décès de Laure Beaumont-Maillet, directrice honoraire du département des Estampes et de la photographie

Laure Beaumont-Maillet - CopieNous avons appris avec beaucoup de tristesse le décès de Laure Beaumont-Maillet, qui a dirigé le département des Estampes et de la photographie de 1983 à 2006. Archiviste paléographe de formation, au cours de sa carrière elle a beaucoup œuvré pour la valorisation des collections du département en particulier pour le passage au catalogage informatisé puis à la mise en ligne des images. Elle a été commissaire de nombreuses expositions. Nous regrettons aujourd’hui une forte personnalité, une femme droite, généreuse, drôle et brillante.
Ses obsèques auront lieu mercredi 13 juillet 14h30 à Carantec. Une messe sera organisée cet automne à Paris et un hommage lui sera rendu par la BnF. Un article commémoratif paraîtra dans les Nouvelles de l’Estampe et une notice nécrologique détaillée dans la Bibliothèque de l’Ecole des Chartes.

Laure Beaumont-Maillet (1947-2016) a passé 29 années de sa carrière à la BnF où elle a dirigé le département des Estampes et de la photographie de 1983 à 2006. Après l’École des Chartes, elle entre à la Bibliothèque universitaire puis à la BM de Metz dont elle accompagne la rénovation, en 1978, de retour à Paris, elle choisit le département des Estampes et de la photographie. Elle est alors chargée d’harmoniser la recherche documentaire, d’établir un schéma descriptif de l’estampe et un rapport sur le dépôt légal des images. En 1982, elle se voit confier les relations extérieures auprès de l’administrateur général, Alain Gourdon, et le poste de rédactrice en chef de la Revue de la Bibliothèque Nationale avant d’être nommée, un an plus tard, à la tête du département des Estampes et de la photographie qu’elle ne quittera plus. Elle y poursuit l’informatisation (360 000 notices de catalogues ont été versées en 2006 dans BN-Opale Plus) et s’attache à enrichir les collections en encourageant le dépôt légal de l’estampe tout en développant les acquisitions et les dons par des choix remarquables dans tous les domaines. Parmi les enrichissements, figurent les grands noms de l’estampe (Callot et Nanteuil, Bonnard, Bresdin, Daumier, Degas, Gauguin, Renoir, Toulouse- Lautrec,…), de la photographie (Le Gray, Nadar, Niepce, Girault de Prangey,…) et du dessin (des carnets d’Helion et de François Houtin…), sans oublier les dons d’Antonio Saura, Tapiès, Jean Frélaut, Sean Scully ou Jim Dine et les dations pour les fonds Vieillard et Henri Rivière. Elle fut commissaire de plusieurs expositions, en France (Ivan Theimer, Sean Scully, Robert Capa, La Photographie humaniste) et à l’étranger (au Japon L’Estampe en France du XVIe au XIXe, aux Etats-Unis La Caricature française et la Révolution, en Australie Toulouse-Lautrec et en Europe, Dürer, Les Dessins de la Renaissance et Capa ). Elle a par ailleurs beaucoup écrit sur l’histoire de Paris à laquelle elle avait déjà consacré sa thèse et sur les collections de la BnF (Gardez-le toujours, Lettres et dessins des Enfants d’Izieu, Le Florilège de Nassau-Idstein… ). Personnalité originale, rigoureuse, généreuse, attachante, dotée d’un esprit brillant et d’un sens de l’humour décapant, elle a toujours été attentive aux autres, dans son département comme à l’extérieur. Elle nous manquera beaucoup.


Image de Une : Copyright Pascal Lafay/BnF.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts