Archives de catégorie : À la BnF

Journée d’étude : Pascal, le cœur et la raison

aff_pascal_10x15Organisée par Jean-Marc Chatelain (BnF) et Laurent Susini un journée d’étude consacrée à Blaise Pascal se tient à la BnF le 9 décembre 2016 à l’occasion de l’exposition éponyme qui s’y tient du 8 novembre 2016 au 29 janvier 2017.

Programme

9h30 : Accueil et introduction par Laurent Susini, Université Paris-Sorbonne et Jean-Marc Chatelain, BnF

Session présidée par L. Plazenet (U. Paris-Sorbonne)
– 9h45 : Qu’est-ce que les oeuvres scientifiques de Pascal nous apprennent sur la manière dont il conçoit le coeur et la raison ?
Dominique Descotes, Université Blaise-Pascal, Clermont-Ferrand
– 10h25 : Une idole de la vérité, une idole de l’obscurité
Laurent Thirouin, Université Lyon 2

Pause

– 11h20 : Du coeur de l’âme à l’union de volonté
Vincent Carraud, Université Paris-Sorbonne
– 12h : Penser le corps : l’avant-garde pascalienne
Pierre Lyraud, École normale supérieure

Session présidée par P. Sellier (U. Paris-Sorbonne)

– 14h30 : Plaisanterie et dérision en théologie : l’influence des Provinciales
Sylvio de Franceschi, École pratique des hautes études
– 15h10 : Pascal, auteur classique : la révision de Port-Royal
Jean-Robert Armogathe, correspondant de l’Institut, directeur d’études émérite, École pratique des hautes études
– 15h50 : La chronologie des Pensées : une utopie critique ?
Alberto Frigo, Centre national de la recherche scientifique
– 16h45 : visite commentée de l’exposition Pascal, le coeur et la raison par Jean-Marc Chatelain, commissaire de l’exposition

Informations pratiques

9 décembre 2016
Bibliothèque nationale de France , site François-Mitterrand, Petit Auditorium

Avec le soutien de la Société d’Étude du XVIIe siècle.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Journée d’étude : Art numérique et postérité

fractal-542158_1280
Image de Stefan Steinbauer, licence CC0 Public Domain

Débuté en février 2015, le projet « Art numérique et postérité : modélisation des œuvres d’art numérique et de leur dispositif de lecture », financé par le Labex Arts-H2H et piloté par Louise Fauduet du département de d’Audiovisuel de la Bibliothèque nationale de France, a pour objectif de contribuer à la pérennité de la création numérique.

Le 8 décembre 2016, les porteurs du projet organisent une journée d’étude.

Programme

9h30 – 10h : ouverture, Louise FAUDUET (chef du service multimédia BnF)
– « Présentation du projet de recherche : Art Numérique et Postérité », Marie SALADIN (chargée de collection, service multimédia, BnF)
– « Avancées du projet, modèle de description des œuvres d’art numérique », Céline THOMAS (doctorante UP8)

Première partie : « Ateliers d’artistes » : Systèmes théoriques sous-jacents et processus de création/réception

« Présentation de la journée et introduction des participants », Marie-Hélène TRAMUS (artiste, professeur émérite) et Florent AZIOMANOFF (théoricien)

10h – 10h45
Jean-Louis BOISSIER (artiste, professeur émérite de l’Université Paris 8)
« Installations interactives comme livres »
Œuvres : Globus Oculi (1992) / Flora Petrinsularis (1993)

10h45 – 11h15 : Pause

11h15 – 12h
Luc COURCHESNE (artiste, professeur associé de l’Université de Montréal)
« À la recherche de l’essentiel »
Œuvres : Portrait n°1 (1990) / The Visitor : Libing by Numbers (2001)

12h – 12h45
Laurent MIGNONNEAU (artiste, professeur de l’Université d’Arts et Design de Linz)
« Expérience personnelle pour la conservation d’œuvres numériques »
Œuvres : Interactive Plant Growing (1992) / Life Writer (2006)

12h45 – 14h : Déjeuner

14h – 14h45
Chu-Yin CHEN (artiste, professeur de l’Université Paris 8)
« Art énactif comme une phénoménologie du second ordre »
Œuvres : Quorum Sensing (2002) / C puissance C (2008)

14h45 – 15h30
Maurice BENAYOUN (artiste, professeur à City University of Hong Kong)
« « Restauration du Media Art: entre réparation et régénération » Du Diable au Pays de la Guerre »
Œuvres : Le Diable est-il courbe ? (1995) / World skin (1998)

15h30 – 16h : Pause

16h – 16h45
Florent AZIOSMANOFF (théoricien du Living Art)
« Living art, l’hypothèse d’une nouvelle discipline artistique »
Œuvres : Le Petit chaperon rouge de F. Aziosmanoff (2002) / Le Silence n’existe pas d’Isabelle Bonté (2009)

16h45 – 17h30
Michel BRET, Edmond Couchot et Marie-Hélène TRAMUS (artistes, professeurs émérites et honoraires de l’Université Paris 8)
« Les œuvres interactives ont–elles une vie ? »
Œuvres : La Plume (1988) / La Funambule Virtuelle (2000)

17h30 – 18h : Pause

Deuxième partie « Table ronde » : Discussion autour d’un modèle de description des œuvres d’art numérique en regard des systèmes théoriques sous-jacents et des processus de création et de réception

18h – 20h
À partir des exposés des artistes présentés au cours de la matinée, une table ronde abordera les problèmes fondamentaux et pragmatiques soulevés par l’élaboration d’un modèle de description des œuvres d’art numérique pour leur préservation, en prenant en considération les systèmes théoriques sous-jacents et les processus de création et de réception. La discussion continuera avec les réflexions de deux chercheurs en sociologie et en sciences de l’art, afin de prendre du recul et d’enrichir les échanges avec les artistes et le public.

Modérateurs : Marie-Hélène TRAMUS et Florent AZIOSMANOFF
Participants de la table ronde :
– Edmond COUCHOT (artiste, théoricien, professeur honoraire)
– Anne SAUVAGEOT (sociologue, professeur émérite)

Informations pratiques

Jeudi 8 décembre 2016 à la BnF, Site François-Mitterrand, Entrée Hall Est – Salle 70
Quai François Mauriac
75706 Paris Cedex 13
Entrée libre dans la limite des places disponibles

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Journée d’étude : Autour de l’exposition, La France d’Avedon. Vieux Monde, New Look

Audrey Hepburn, actrice sur le plateau de Funny Face, Paris, 1956 Photographie Richard Avedon © The Richard Avedon Foundation

Journée d’étude animée par Robert M. Rubin et Marianne Le Galliard, commissaires de l’exposition La France d’Avedon
Vieux monde, New Look. Avec Quentin Bajac, MoMa (New York), Neil Selkirk, photographe de portraits, documentariste et Mark Lyon, spécialiste de la photographie.

Cette journée de rencontres et d’échanges se donne pour objet d’enrichir le travail de compréhension autour de l’œuvre photographique de Richard Avedon à travers sa relation avec les musées, notamment le MoMA et son rôle en tant que commissaire de ses propres expositions, collaborateur et professeur de photographie. Chaque intervention sera suivie de discussions.

Programme

10h: Introduction

10h20 : Robert M. Rubin : Avedon, le commissaire de ses propres expositions
« La France d’Avedon, Vieux monde, New Look » offre un nouveau regard sur Avedon en tant qu’éditeur de photographies, la sienne dans les magazines Harper’s Bazaar puis Egoïste et celle de Jacques Henri Lartigue dans le livre Diary of a Century. Avedon maîtrisait l’art de la mise en page, mais qu’en est-il de ses propres installations ? Sur près de quarante ans, Avedon s’évertuera à garder le contrôle sur la présentation de ses œuvres dans les institutions muséales, avec plus ou moins de succès.

11h00-12h30 : Quentin Bajac et Robert M. Rubin : Richard Avedon et le MoMA : une chronologie commentée
Quentin Bajac et Robert Rubin reviendront sur les rapports que le Museum of Modern Art de New York a entretenu avec Richard Avedon et son œuvre. La conversation évoquera les expositions, projets d’exposition, acquisitions, publications et correspondances qui ont jalonné une relation riche et parfois compliquée, de plus de cinquante ans, entamée en 1948, date de la première présentation d’une œuvre d’Avedon au MoMA.

14h-14h30 : Neil Selkirk : Richard Avedon et ses collaborations
Richard Avedon fonctionna sa vie durant sur le mode collaboratif, qu’il maîtrisait invariablement, avec une grande habileté et un certain succès. Cette présentation sera l’occasion de montrer des extraits inédits d’entretiens filmés tournés avec d’anciens collaborateurs d’Avedon et des témoignages sur sa manière de travaille en équipe.

15h-15h30 : Marianne Le Galliard : Avedon et la Famous Photographers School
Qui n’a pas rêvé de suivre des cours de photographie par correspondance donnés par Richard Avedon ? Il suffisait de s’inscrire à la Famous Photographers School au début des années soixante et tout se faisait ensuite par envoi postal. L’enseignement était complet : mode, portrait, reportage, photographies de site industriels, d’animaux… Les conseils techniques d’Avedon relayés dans les manuels d’enseignement, et accompagnés de nombreuses reproductions côtoient ceux d’Irving Penn, Alfred Eisenstaedt, Bert Stern, Philip Halsman ou encore Ezra Stoller.

16h-16h30 : Mark Lyon : Richard Avedon, le professeur : la dernière Masterclass
Un grand artiste peut-il enseigner l’art/son art ? Si oui, quelle est sa méthode et sa motivation ?La possibilité de participer à la dernière Masterclass de Richard Avedon en 1992 s’est avérée irrésistible. Je ne savais pas où cela me porterait, et ce que je pourrais découvrir de sa présence latente en moi.

16h30-17h : Discussions

Colloque international avec le soutien de la Terra Fondation for American Art et de la Fondation Louis Roederer, Grand Mécène de la Culture.

Informations pratiques

Vendredi 2 décembre 2016 – 10h00-17h00

Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand – Petit auditorium

Entrée libre

Quai François-Mauriac – Paris 13e

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Colloque : « La bande dessinée, toujours jeune ? »

Colloque international organisé par la Bibliothèque nationale de France / Centre national de la littérature pour la jeunesse en partenariat avec la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image et l’Université Paris 13.

les_tribulations_dun_chat_texte_rabier_benjamin_bpt6k376559m
Les Tribulations d’un chat, texte et illustrations de Benjamin Rabier. Disponible en ligne, url : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9657430b>.

Argument

La bande dessinée a été en France, dès ses origines, essentiellement associée à l’enfance et la jeunesse, puis étendue par-delà les générations, « de 7 à 77 ans », avant que ne se développe un courant explicitement adulte dans les années 1970. Depuis, les frontières entre oeuvres et publics n’ont cessé d’évoluer et parfois de s’estomper, devant les pratiques croisées des lectorats, entre jeunes lecteurs curieux d’une bande dessinée « pangénérationnelle » et adultes amateurs nostalgiques ou régressifs de titres jeunesse. Ayant largement conquis de nouvelles légitimités artistiques, intellectuelles, scolaires même, la bande dessinée a élargi son paysage à de nouveaux lectorats, féminins, occasionnels, en même temps qu’aux productions asiatiques, américaines et plus récemment africaines. Dans notre époque qui voit fleurir les oeuvres transmedia mais tout autant une explosion des formes, styles, thèmes profondément originaux et créatifs, il est intéressant d’interroger les enjeux des rapports entre enfance, jeunesse et bande dessinée, de l’Europe au Japon et aux Etats-Unis.
Chercheurs, créateurs, éditeurs et médiateurs confronteront leurs regards pour cerner ce lectorat jeunesse d’aujourd’hui.

Programme

– 9h00 : Accueil
– 9h15 : Ouverture
– 9h30 : Introduction / Emmanuel Guibert

Matin
Présidente de séance : Marine Planche, BnF/CNLJ
– 10h15 : Les censeurs : des pionniers de la critique de bande dessinée / Sylvain Lesage, Université de Lille
– 10h45 : échanges avec la salle et pause
– 11h00 : « Un petit dessin vaut mieux qu’un long discours » : les petites stratégies pédagogiques dans les illustrés franco-belges des Trente glorieuses / Jessica Kohn, Université Paris 3 – Sorbonne nouvelle
– 11h30 : Le manga, du produit dérivé à un secteur de la bande dessinée à part entière / Bounthavy Suvilay, Université Montpellier 3

Après-midi
Président de séance : Jean-Marie Compte, BnF/département Littérature et art
– 14h00 : Frontières / Olivier Piffault, BnF/département de la Conservation
– 14h30 : De la bande dessinée au roman graphique de jeunesse : quels changements et apports pour le jeune public ? / Marcelle Délicat, Université de Saint-Etienne
– 15h00 : échanges avec la salle et pause
– 15h15 : Du côté des auteurs : état de la profession / Benoît Peeters, écrivain, scénariste et théoricien de la bande dessinée
– 15h45 : La vie des classiques : interview croisée animée par Jean-Pierre Mercier, CIBDI, Jean-Yves Ferri, Matthieu Bonhomme
– 17h00 : Clôture de la journée

Vendredi 25 novembre 2016, Médiathèque Françoise Sagan

– 9h15 : Ouverture

Matin
Président de séance : Benoît Berthou, Université Paris 13
– 9h30 : Créer les adolescents : la jeunesse adulte des comics américains / Raphaël Faon, EHESS
– 10h00 : Pourquoi les adolescents ne lisent-ils pas plus de bandes dessinées ? / Sylvain Aquatias, Université de Limoges
– 10h30 : échanges avec la salle et pause
– 10h45 : Quelles stratégies pour toucher le jeune public ? / Table ronde animée par Benoît Berthou : Florian Ferrier (Sarbacane), Pauline Mermet (Dargaud), Charlotte Moundlic (Rue de Sèvres)

Après-midi
Présidente de séance : Hélène Valotteau, Médiathèque Françoise Sagan
– 14h00 : Exposer la bande dessinée : l’exemple de l’exposition Lucky Luke / Jean-Pierre Mercier
– 14h30 : Quel canon scolaire pour la BD ? Contre-enquête sur un classique du cycle 3 : Angelot du lac d’Yvan Pommaux / Hélène Raux, Lycée Montpellier
– 15h00 : échanges avec la salle et pause
– 15h15 : Bande dessinée et médiation. Table ronde animée par Pierre Pulliat
– 16h30 : Clôture de la journée

Modalités pratiques

  • Entrée libre sur inscription auprès de : Marion Caliyannis (marion.caliyannis@bnf.fr), Quai François – Mauriac – 75706 Paris Cedex 13
    Tél. +33 (0)1 53 79 57 06 || Fax +33 (0)1 53 79 41 80

Enregistrer

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Colloque « Proust et la musique » : publication des captations vidéo

Du 25 au 27 octobre dernier se tenait à la Fondation Singer-Polignac le colloque Proust et la musique organisé par l’Université de la Sorbonne-Nouvelle, l’Université Grenoble Alpes et l’ITEM.

La manifestation s’intéressait à la place de la musique dans l’œuvre de Marcel Proust. En effet, après les travaux pionniers des années 1960-1980, on assiste depuis une décennie à un véritable renouveau critique. L’univers musical de la Belle Époque est beaucoup mieux connu, qu’il s’agisse du rôle des salons et des mécènes, des grandes figures de compositeurs, des interprètes et des critiques ; Reynaldo Hahn est enfin réévalué, et on mesure mieux l’importance de son rôle aux côtés de Proust. La génétique littéraire a montré comment, prenant ses distances avec les phares de sa jeunesse (Wagner, Saint-Saëns, etc.), le romancier a conféré in extremis en 1913 une esthétique résolument moderniste à l’œuvre de Vinteuil. Les recherches musicographiques les plus récentes ont révélé l’étendue de ses lectures à travers la presse spécialisée, et suggéré combien la Recherche renouvelait le genre du « roman musical ». Réunissant musicologues et spécialistes de l’écrivain, le colloque a permis d’explorer cette « écriture de la musique » dans le salon même de Winnaretta Singer, princesse de Polignac, où le jeune Proust découvrit une partie des œuvres qui ont nourri la Recherche – Rameau, les quatuors de Beethoven, la musique du prince lui-même.

Les collections de la Bibliothèque nationale de France y ont été abondamment valorisées et les problématiques musicales traitées selon différentes méthodologies (celles de la musicologie, mais aussi de la littérature comparée, de l’histoire de l’art, de la philosophie, de l’histoire du cinéma…).

Les captations vidéo sont accessibles en ligne à l’adresse : <https://www.singer-polignac.org/fr/missions/lettres-et-arts/colloques-arts-lettres/794-proust-et-la-musique>.

Nous signalons en particulier les communications des collaborateurs de la BnF, Philippe Blay et Mathias Auclair.

philippe-blayx300Philippe Blay est conservateur en chef au département des Métadonnées de la Bibliothèque nationale de France, agrégé et docteur en musicologie, diplômé du Conservatoire national supérieur de musique de Paris. Ses publications portent sur le théâtre lyrique en France sous la Troisième République et l’œuvre de Reynaldo Hahn sur lequel il prépare une monographie (Fayard). En 2015 a paru sous sa direction un ouvrage collectif sur ce compositeur : Reynaldo Hahn, un éclectique en musique, Actes Sud, Palazzetto Bru Zane.

Sa communication s’intitulait : « Duo avec un “dieu déguisé” : Reynaldo Hahn »

auclair_mathiasMathias Auclair est le directeur du département de la musique de la Bibliothèque nationale de France. Il a été commissaire d’une quinzaine d’expositions à la Bibliothèque-musée de l’Opéra et a codirigé une dizaine de publications et catalogues d’expositions sur la musique, l’opéra ou la danse. Sa prochaine exposition, « Bakst : des Ballets russes à la haute couture » ouvrira au Palais Garnier le 22 novembre 2016. Il est l’auteur, avec Elizabeth Giuliani, d’un ouvrage sur Jean-Philippe Rameau et d’un autre, avec Pierre Provoyeur, sur le plafond de Chagall du Palais Garnier.

Sa communication porte sur « La “Walkyrie” de 1893 à l’Opéra » :

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Soutenance de thèse : Philipp Leu

Philipp Leu, doctorant du LabEx Patrima/Fondation des sciences du patrimoine, inscrit à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines soutiendra ses travaux le samedi 5 novembre 2016 à 13h30 à la Bibliothèque nationale de France (site François Mitterrand, salle 70, quai François Mauriac, Paris).

Sa thèse initiée en 2011 est intitulée Les Revues littéraires et artistiques (1880–1900). Questions de patrimonialisation et de numérisation.

jugend1896_1_0005
Jugend: Münchner illustrierte Wochenschrift für Kunst und Leben — 1.1896, Band 1 (Nr. 1-26). Disponible en ligne, url : <http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/jugend1896_1/0005>.

Résumé des travaux

Travailler aujourd’hui sur un fonds numérique de revues c’est être confronté à des artefacts. Numérisées en noir et blanc, débarrassées de leurs couvertures, des pages vierges, des encarts, des publicités, des bulletins et hors-texte divers, les revues numérisées offrent souvent une physionomie très différente des documents originaux, surtout quand les fichiers numériques ont été produits à partir de reproductions antérieures (réimpressions ou microformes). Le présent travail tourne autour d’une question de méthode : quels sont les principes à retenir pour la numérisation des revues littéraires et artistiques de la fin du XIXe siècle afin que l’accord subtil entre forme et contenu ne soit pas rompu lorsque les supports sont dématérialisés ?

La revue littéraire et artistique s’inscrit dans la communication littéraire au croisement de traditions éditoriales hybrides. Sa matrice oscille entre le journal, le livre, l’album d’art et la revue, mobilisant et exploitant les caractéristiques de ces quatre référents. Ces référents sont ici représentés à travers un corpus de quatre périodiques : les revues françaises La Plume (1889–1914) et L’Épreuve (1894–1895), le trimestriel britannique The Yellow Book (1894–1897), et le périodique berlinois Pan (1895–1900). Ces publications déclinent l’objet revue dans trois aires culturelles, et permettent d’en explorer les spécificités ainsi que les enjeux économiques liés à son essor au sein des sociabilités littéraires et artistiques et au contact des doctrines esthétiques. Cette étude de cas débouche sur une analyse de la matérialité, de l’économie et des pratiques revuistes dans la période fin-de-siècle qui amène à s’interroger sur les implications culturelles, historiques et sociologiques de ces objets.

Fragilisée par l’usage fréquent, la revue, lieu d’innovations graphiques et textuelles, est confrontée à la nécessité de la dématérialisation pour rester accessible à la recherche. L’examen de six bibliothèques numériques (Gallica, la Bibliothèque numérique de l’Université de Heidelberg, Internet Archive, The Yellow Nineties Online, le Blue Mountain Project et Jugend Wochenschrift) souligne que le numérique n’est en aucune manière une opération neutre et doit être constamment accompagné d’une approche scientifique de l’objet ouvrant à des recommandations et à de « bonnes pratiques ».

Outre la question technique, toujours capitale, l’accent est mis dans cette thèse sur les procédures de numérisation en vue à la fois d’une restitution optimale de l’original et de la possibilité de disposer d’interfaces et de fonctionnalités dotant le chercheur de nouvelles approches heuristiques, permises par les nouvelles technologies, au service du patrimoine.

Le jury sera composé de :

  • Évanghélia Stead – Professeure, UVSQ ; membre de l’IUF.
  • Anne-Rachel Hermetet – Professeure, Université d’Angers ; présidente du CNU, 10e section.
  • Isabelle Krzywkowski – Professeure, Université de Stendhal-Grenoble 3.
  • Pascal Liévaux – Chef du département de pilotage de la recherche et de la politique scientifique, Ministère de la Culture et de la Communication ; membre de la Fondation des Sciences du Patrimoine.
  • Serge Linarès – Professeur, UVSQ.
  • Alain Vaillant – Professeur, Université Paris-Ouest.
  • Jean-Didier Wagneur – Coordonnateur scientifique de la numérisation, Bibliothèque nationale de France.
  • Michael Zimmermann – Professeur, Katholische Universität Eichstätt.

Mise à jour du 5 novembre :
Malgré la disparition des mentions autrefois attribuées1, le président du jury a précisé délivrer le titre de docteur « avec les félicitations du jury ».

  1. En vertu de l’Arrêté du 25 mai 2016 fixant le cadre national de la formation et les modalités conduisant à la délivrance du diplôme national de doctorat []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Il était une fois dans le web. 20 ans d’archives de l’internet en France

dlweb_interieur_serveur
Intérieur de serveur de collecte © David Paul Carr/BnF

Les archives de l’internet français fêtent cette année leurs 20 ans, et la loi sur le dépôt légal du web ses 10 ans. Le colloque « Il était une fois dans le web, 20 ans d’archives de l’internet en France », organisé par la Bibliothèque nationale de France et l’Institut national de l’audiovisuel avec le concours de l’équipe du projet ANR Web90, se tiendra le 23 novembre 2016. Il retracera l’histoire de la préservation de ce patrimoine singulier.

Argumentaire

En 2016, la Bibliothèque nationale de France et l’Institut national de l’audiovisuel célébreront les 20 ans des archives de l’internet français, et les 10 ans de la loi sur le dépôt légal du web, mission en partage entre ces deux institutions.

Dans ce cadre, une manifestation scientifique intitulée « Il était une fois dans le web, 20 ans d’archives de l’internet en France », organisée avec le concours de l’équipe du projet ANR Web90, partenaire du projet CORPUS, se tiendra le 23 novembre 2016.

Cette journée, animée par le journaliste Thibault Henneton, sera l’occasion de remonter aux origines de l’activité d’archivage du web.

Elle prendra la forme d’interventions et de tables rondes qui réuniront des acteurs du web, témoins ou déposants, des chercheurs usagers des archives de l’internet ou spécialistes de domaines en relation (droit appliqué au numérique, méthodes quantitatives et cartographiques) et des praticiens de l’archivage du web.

Les organisateurs entendent, au travers de cette manifestation, faire dialoguer des chercheurs issus de plusieurs disciplines et champs de la recherche avec des professionnels, et encourager l’émergence d’une communauté scientifique française autour des archives de l’internet.

petabox
Les Petabox, baies de stockage sur disque © BnF

Programme

23 novembre matin

Événement INA-BnF – Petit Auditorium

  • 9h15-9h35 Mot d’introduction
  • 9h35-10h00 Regards croisés sur les outils d’accès à la BnF et à l’INA : Zeynep PEHLIVAN, ingénieure de recherche (INA), Peter STIRLING, chargé de collections numériques, responsable des services aux publics (BnF)
  • 10h00-10h25 L’expérience des « ateliers DLWeb » de l’INA : Louise MERZEAU, enseignante-chercheuse (Univ. Paris-Ouest / Web90), Claude MUSSOU, responsable de l’Inathèque (INA)

10h25-11h15 Table-ronde : Les archives de l’internet comme sources : méthodes et représentations

  • Valérie BEAUDOUIN, enseignante-chercheuse (Télécom-ParisTech / Labex Les passés dans le présent),
  • Sophie GEBEIL, enseignante-chercheuse (Univ. Aix-Marseille),
  • Francesca MUSIANI, enseignante-chercheuse (ISCC / Web90), Valérie SCHAFER, enseignante-chercheuse (ISCC / Web90),
  • Marie-Luce VIAUD, cheffe de projet recherche et développement (INA),
  • Dana DIMINESCU, enseignante-chercheuse (Télécom-ParisTech)

11h15-11h45 : Pause-café dans le foyer de l’auditorium

11h45-12h10 L’adoption de la loi DADVSI et les enjeux juridiques contemporains Jean-Baptiste SOUFRON (Sciences Po), Geneviève PIEJUT (INA)

12h10-13h00 Table ronde : Archives de l’internet et territoires

  • Fabienne GREFFET, enseignante-chercheuse (IRENEE / PACTE),
  • David LESVENAN président de l’association www.bzh,
  • Frédéric-David MARTIN, adjoint à la directrice du département de la coopération (BnF),
  • Jérôme SCHWEITZER, responsable du pôle d’excellence « Alsatiques » (BNU),
  • Marta SEVERO, enseignante-chercheuse (Univ. Lille 3),
  • Anne PAVIS ou Corinne GAUTHIER (INA)

23 novembre après-midi

Événement INA-BnF

  • 14h15-14h40  La reconnaissance du patrimoine nativement numérique Eric GUICHARD, enseignant-chercheur (ENSSIB), Camille PALOQUE-BERGES, ingénieure de recherche (CNAM/ Web90)

14h40-15h20 Table ronde : L’émergence de nouveaux objets sur internet

  • Ariane BOUCHARD, adjointe à la responsable du dépôt légal des livres numériques (BnF),
  • Louise FAUDUET, cheffe du service multimédias et coordinatrice DLWeb pour le département de l’audiovisuel (BnF), Jérôme THIEVRE, ingénieur et chef de projet recherche et développement (INA),
  • Philippe MEZZASALMA, chef du service presse (BnF)

15h20-16h00 Table ronde : Archivage du web, le temps des expérimentations en France

  • Sara AUBRY, experte fonctionnelle (BnF),
  • Bruno BACHIMONT, directeur scientifique (INA),
  • Thomas DRUGEON, responsable du dépôt légal du web (INA),
  • Julien MASANES, président de l’Internet Memory Foundation

16h00-16h30 : Pause-café dans le foyer de l’auditorium

  • 16h30-16h55 La création du .fr Loïc DAMILAVILLE, directeur général adjoint de l’AFNIC

16h55-17h45 Table ronde : Éditeurs et sites web

  • Roei AMIT, directeur chargé du numérique (RMN / Culture CLIC),
  • Isabelle AVELINE, fondatrice du site zazieweb.com,
  • Alexandre GEFEN, fondateur du site fabula.org  (OBVIL),
  • Hervé LE CROSNIER, enseignant-chercheur (Univ. Caen / Web90),
  • Boris RAZON, directeur des rédactions de slate.fr – Sous réserve

17h45-18h10 Les 20 ans d’Internet Archive Brewster KALHE, président-fondateur d’Internet Archive – Sous réserve

18h20-18h30 Mot de conclusion

  • Emmanuelle BERMES, adjointe au directeur des services et des réseaux (BnF),
  • Agnès MAGNIEN, directrice déléguée aux collections (INA),
  • Eléonore ALQUIER, chargée de mission auprès de la directrice déléguée aux collections (INA)

Inscription

Entrée libre dans la limite des places disponibles. L’inscription, obligatoire, s’effectue à l’adresse ci-dessous :

https://www.eventbrite.fr/e/billets-il-etait-une-fois-dans-le-web-26558559366

La rencontre sera à suivre sur les comptes twitter @DLWebBnF @Inadlweb et sur le hashtag #20ansDLWeb

Accès

La manifestation aura lieu à la Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand, Quai François Mauriac, 75013 Paris.

Pour y accéder :

• Par le métro : ligne 14 (station Bibliothèque François Mitterrand). La ligne 14 passe par la station Châtelet pour rejoindre le RER B vers l’aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle ainsi que par la station Gare de Lyon pour rejoindre le service de bus d’Air France vers l’aéroport.

• Par bus : lignes 89, 62, 64, 132, 325.

• En taxi, à proximité de la BnF : Taxi G7, rue Emile Durkheim (tel: 01 47 39 47 39)

Plan d’accès à la BnF : http://www.bnf.fr/documents/acces_site_mitterrand.pdf

Vigipirate

En raison du Plan Vigipirate niveau « alerte attentat », vous êtes priés de vous munir d’une pièce d’identité.
Merci de noter que l’entrée Ouest du site François-Mitterrand est fermée, et que seuls les bagages de gabarit dit « cabine » (55cm × 35cm × 25cm) sont acceptés dans l’enceinte des sites de la BnF.

Contact

Pour toute demande d’information complémentaire, vous pouvez écrire à depot.legal.web@bnf.fr

Enregistrer

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Colloque « Romain Rolland, musicologue et écrivain de l’intime »

Romain_Rolland_romancier_-_[photographie_]btv1b9042316xÀ l’occasion de la Commémoration nationale du 150e anniversaire de la naissance de Romain Rolland (1866-1944), l’Association Romain Rolland, avec le soutien de la Bibliothèque nationale de France, des Archives de France, de l’université Paris-Sorbonne et de l’Institut de recherche en musicologie (IReMus, CNRS), organise un colloque international consacré à Romain Rolland musicologue et écrivain de l’intime.

R. Rolland a fortement contribué à inscrire la musicologie dans le champ des sciences humaines. Sa passion pour la musique, cultivée dès l’enfance, et ses études en histoire à l’École Normale le conduisent à soutenir en Sorbonne l’une des premières thèses de musicologie. Enseignant l’histoire de l’art et de la musique dans les lycées de Paris dès 1893, puis à l’École Normale, en Sorbonne et à l’École des Hautes Études Sociales, il participe notamment au premier congrès international de musique et à la fondation de la Revue musicale. Il est amené à jouer un rôle central dans l’histoire de la musicologie. La musique est présente au cœur de son œuvre et il lui consacre de nombreux articles et ouvrages. Ses archives, conservées en grande partie aux Départements des manuscrits et de la musique de la BnF, témoignent de réflexions et d’échanges nombreux avec musiciens et musicologues. Le colloque propose d’éclairer l’activité musicologique de R. Rolland, ses méthodes et ses rapports avec l’histoire, la sociologie, l’esthétique ou la psychologie, et d’évaluer ainsi la place qu’elle occupe dans l’histoire de la discipline.

Colloque sous la présidence d’honneur de Bernard Duchatelet.

La première partie du colloque (à la Bibliothèque nationale) rendra hommage à l’œuvre musicologique inédite de Romain Rolland. Quels rapports entretient-elle avec les autres disciplines : histoire, esthétique, sociologie, psychologie ? Quel rôle joue-t-elle dans sa pensée sur l’art et l’action politique ?
La seconde partie (à la Sorbonne et à la Cité de la Voix) s’attachera à l’autobiographie de Rolland, réécrite, reconstruite en fonction de son évolution personnelle et intellectuelle, telle qu’on la perçoit dans ses mémoires, son journal et sa correspondance.
  • Jeudi 17 novembre 2016, BnF, site François-Mitterrand, Petit auditorium, Entrée libre (9h-17h) suivi d’un concert à 18h30
  • Vendredi 18 novembre, Université Paris-Sorbonne, amphithéâtre Liard (9h-18h30) et concert à 12h en Sorbonne, amphithéâtre Richelieu, avec le chœur Les Candides, Mihály Zeke (dir. et piano)
  • Samedi 19 novembre, Vézelay, Cité de la voix (15h-18h30) : poursuite et fin du colloque, suivi à 19h d’un concert (Pierre Goy, piano-forte, et Liana Mosca, violon)
  • Un concert aura également lieu le dimanche 20 novembre à 15h à la Collégiale de Clamecy, avec le chœur Les Candides, M. Zeke (dir. et orgue).

Présentation du colloque


Image de Une : Romain Rolland, romancier : [photographie de presse] / Agence Meurisse. Disponible en ligne, url : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b9042316x>.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Manuscrits : innovation et coopération / Manuscripts : innovation and cooperation

Logo du CERLLe séminaire annuel du Groupement de bibliothèques européennes de recherche (Consortium of european research libraries, CERL) se tiendra à la BnF le 20 octobre sur le site François-Mitterrand. La rencontre est intitulée : « Manuscrits : innovation et coopération / Manuscripts : innovation and cooperation ».

Les interventions se répartiront entre quatre sessions abordant le sujet sous ses différents aspects (réservoirs et mises en commun de données, projets et entreprises au service de la recherche, contenus et innovations, structuration de la coopération).

Les collègues des principales institutions européennes viendront présenter à côté de leurs homologues français les principales avancées de ces dernières années dans ce domaine.

Programme

  • 08.45-09.15 Registration and Coffee
  • 09.15-09.45 Opening & Welcome, Laurence Engel (Présidente de la Bibliothèque nationale de France) and Ulf Göranson (Chairman, CERL)

SESSION 1 – RÉSERVOIRS ET MISE EN COMMUN DE DONNÉES / STORING AND SHARING DATA
Chair: Ivan Boserup (Det Kongelige Bibliotek, Copenhagen)

  • 09.45-10.15 Paper 1: Updating and modernizing the French Manuscripts Union Catalogue: a collaborative project for enriching and improving the Catalogue collectif de France – Camille Poiret (Bibliothèque nationale de France, département de la Coopération)
  • 10.15-10.45 Paper 2: ManusOnLine, the Italian proposal for manuscript cataloguing: new implementations and functionalities – Lucia Negrini (ICCU, Rome)
  • 10.45-11.15 Paper 3: ALVIN, a Swedish platform for preservation and availability of cultural heritage material – Anna Clareborn (Uppsala University Library)
  • 11.15-11.45 COFFEE

SESSION 2 – PROJETS ET ENTREPRISES AU SERVICE DE LA RECHERCHE / RESEARCH PROJECTS AND ACHIEVEMENTS
Chair: Ulf Göranson (CERL Chairman)

  • 11.45-12.15 Paper 4: La Librairie royale sous Charles V et Charles VI (1364-1422): reconstitution et survie d’un patrimoine intellectuel – Marie-Hélène Tesnière (Bibliothèque nationale de France, département des Manuscrits)
  • 12.15-12.45 Paper 5: La numérisation comme ressort de la recherche: le projet Polonsky et son environnement à la British Library – Kristian Jensen (British Library)
  • 12.45-13.15 Paper 6: The Humboldt Project – Jutta Weber (Staatsbibliothek zu Berlin)
  • 13.15-14.15 LUNCH

SESSION 3 – CONTENUS ET INNOVATIONS / CONTENTS AND INNOVATIONS
Chair: Claudia Fabian (Bayerische Staatsbibliothek, Munich, and LIBER)

  • 14.15-14.45 Paper 7: Mettre à l’épreuve l’interopérabilité: Fragmentarium – International Digital Research Lab for Medieval Manuscript Fragments – Christoph Flüeler and Veronika Drescher (Université de Fribourg)
  • 14.45-15.15 Paper 8: Rompre avec la logique des silos: le protocole IIIF – Matthieu Bonicel (Bibliothèque nationale de France, responsable de l’Innovation auprès de la Direction générale)
  • 15.15-15.45 Paper 9: Numérisation, édition, éditorialisation: retour sur la valorisation du fonds Marcel Proust de la BnF – Guillaume Fau (Bibliothèque nationale de France, département des Manuscrits)
  • 15.45-16.15 Paper 10: ADDN: signalement, conservation pérenne et communication des documents numériques natifs – Cécile Geoffroy-Oriente (Bibliothèque nationale de France, département des Arts du spectacle)
  • 16.15-16.45 COFFEE

SESSION 4 – STRUCTURATION DE LA COLLABORATION / GIVING STRUCTURE TO COLLABORATION
Chair: Jutta Weber (Staatsbibliothek zu Berlin)

  • 16.45-17.15 Paper 11: The CERL Thesaurus: identifying persons, institutions and places of our printed and written heritage – Alex Jahnke (Data Conversion Group, Göttingen)
  • 17.15-17.45 Paper 12: Fédérer la recherche sur le patrimoine écrit du Moyen Âge et de la Renaissance: Biblissima – Anne-Marie Turcan-Verkerk (École pratique des Hautes Études, Paris)
  • 17.45-18.30 Exhibition visit
  • 18.30-20.00 Drinks reception

Modalités pratiques

Jeudi 20 octobre 2016, 8h45-17h15
Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterand, Petit Auditorium
Entrée libre mais réservation à effectuer auprès du secrétariat du CERL / Attendance is free, but please register with : secretariat@cerl.org

Programme à télécharger

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Hackathon BnF, 3e édition de la semaine de l’innovation publique

La Bibliothèque nationale de France organise son premier hackathon les 19 et 20 novembre 2016 dans le cadre de la semaine de l’innovation publique (http://www.modernisation.gouv.fr/la-semaine-de-linnovation-publique). Les ressources de la bibliothèque numérique Gallica mais aussi de toutes les autres bases de données de la BnF offriront la matière de ce marathon participatif.

Durant 24 heures sans interruption, les participants investiront le site François-Mitterrand pour développer des projets autour de la réutilisation des données publiques et imaginer ensemble la bibliothèque du futur.

hackaton_2016

Mettre à disposition, développer les usages et les réutilisations des données : des enjeux majeurs

La BnF investit depuis plus de 15 ans dans des infrastructures numériques de mise à disposition de son patrimoine auprès du plus grand nombre. Sa politique s’inscrit dans un double mouvement : l’ouverture des données publiques et le développement du web sémantique. Elle diffuse sur le web près de 4 millions de documents via sa bibliothèque numérique Gallica et 18 millions de notices dans ses catalogues et bases de données. Son application dédiée au web de données, data.bnf.fr, permet de consulter et réexploiter des informations centralisées autour d’une œuvre, d’un auteur, d’un thème. Les métadonnées descriptives sont librement réutilisables selon le principe de la licence ouverte promue par Etalab. Les images de Gallica sont également accessibles et réutilisables librement pour un usage non commercial. Attentive à la participation de ses usagers, la BnF anime en outre une communauté de Gallicanautes, qui invente des solutions ludiques, décalées ou érudites pour mettre en valeur de manière spontanée les trésors de la bibliothèque numérique.

Le hackathon : 24 heures d’émulation, de rencontres et d’échanges

La diffusion et la réutilisation des données publiques sont au coeur des enjeux de la BnF. Autour de ces principes, le hackathon permettra à une centaine de participants d’explorer durant 24 heures de nouveaux usages des collections et de faire émerger les contours de services innovants à destination des lecteurs de la Bibliothèque. Le thème du sosie est proposé comme point de départ à la créativité des participants qui pourront s’en inspirer comme s’en affranchir. Dans une ambiance avant tout ludique et stimulante, cet événement sera également l’occasion d’échanger avec des experts de la BnF et de grands invités comme Roxanne Varza, responsable du projet Station F/Halle Freyssinet ou l’équipe d’Etalab qui gère la politique d’ouverture et de partage des données publiques.

Un événement ouvert au grand public

Le public est également invité à venir sur place assister aux présentations des projets, à des démonstrations des outils numériques de la BnF et des « trouvailles » de Gallicanautes, à qui il sera largement rendu hommage à cette occasion. Et parce que hackathon ne rime pas forcément avec numérique, des réutilisations plus originales de Gallica, comme un concert à partir de partitions disponibles sur le site, seront également proposées. À distance, le public pourra suivre en direct via les réseaux sociaux l’évolution des réalisations des participants. Les résultats de cette grande émulation collective resteront par ailleurs consultables en ligne après la clôture de l’opération.

Processus participatif de choix des thèmes abordés

Chacun est invité à venir échanger avec les experts de la BnF autour des données mises à disposition dans le cadre du hackathon et sur les thématiques qui seront abordées durant l’événement. Cette discussion est dès à présent ouverte au sein du forum de la mission étalab à l’adresse https://forum.etalab.gouv.fr/t/hackathon-bnf-les-19-et-20-novembre-2016/2927. Vous y trouverez à la fois une description exhaustive des jeux de données disponibles et de leur documentation et pourrez vous exprimer sur les sujets qui vous semblent les plus porteurs. Une journée participative sera organisée à la BnF fin octobre ou début novembre 2016 pour déterminer collectivement les thèmes les plus porteurs. La date définitive sera communiquée sur le forum.

Organisation pratique

Durant 24 heures entre le 19 novembre 14h et le 20 novembre 14h, une centaine de participants sera invitée à développer par équipes d’une dizaine de personnes des projets destinés à améliorer ou réinventer les services numériques de la BnF. Chaque participant apportera son propre matériel informatique, la BnF fournira une connexion WIFI pour tous, une connexion filaire par équipe et suffisamment de prises électriques pour brancher le matériel des participants. Les équipes seront réparties dans le Hall des Globes du site François-Mitterrand et bénéficieront également gratuitement d’espaces de repos, de plateaux-repas et d’un ravitaillement conséquent en boissons chaudes et froides.

Prix du hackathon BnF

Le dimanche 20 novembre à 16h, un jury composé de membres de la BnF et de personnalités extérieures remettra à l’équipe ayant proposé le projet jugé le plus réussi le prix du hackathon BnF. Cette distinction marquera l’engagement de la BnF à développer le projet primé et à l’intégrer aux services de la bibliothèque. Une réunion organisée au printemps 2017 permettra de tenir l’ensemble des participants au courant de l’avancée de ce développement.

Dans un souci de contribution collective à l’esprit d’ouverture des données publiques, l’ensemble des projets réalisés lors du hackathon devra respecter le principe de la licence Creative Commons CC-BY 2.0 FR (licence Attribution 2.0 France : https://creativecommons.org/licenses/by/2.0/fr/). La BnF, de son côté, s’engagera à développer le projet primé selon les mêmes principes de licence libre.

Quelles ressources ?

Bibliothèque numérique

  • Gallica http://gallica.bnf.fr
    Bibliothèque numérique de la BnF, Gallica héberge près de 3 millions de documents de toutes natures (livres, presse, manuscrits, estampes, objets, partitions…). Tous sont accessibles en mode image et certains le sont également en mode texte, avec une qualité d’OCR variable. La grande majorité des ouvrages sont libres de droit mais certains sont encore sous droits (bien vérifier ce qui est mentionné dans les métadonnées). Pour les documents libres de droits, la récupération des images se fait de manière libre et gratuite pour un usage non commercial (pour les usages commerciaux une licence s’applique). Divers modes de récupération des images sont accessibles (téléchargement de toute ou partie des ouvrages) et un ensemble d’API exploitant le protocole IIIF (documentation sur Erreur ! Référence de lien hypertexte non valide. permet de récupérer les images en haut définition avec un certain nombre de paramètres.
    Les métadonnées descriptives de l’ensemble de ces documents sont également disponibles au format Dublin Core via le protocole OAI-PMH.

Plate-forme de données ouvertes

  • Data BnF http://data.bnf.fr1
    Plate-forme rassemblant l’ensemble des données issues de différentes bases et catalogues de la BnF pour y donner un accès fédéré par auteur et par oeuvre. Un module de recherche permet de faire des requêtes manuelles et un SPARQL Endpoint permet de construire des requêtes complexes. L’ensemble des données est récupérables au format RDF (XML, NT, N3) et JSON ou JSON-LD. Un DUMP complet des données est récupérables par FTP ou HTTP et un certain nombre d’autres protocoles peuvent être utilisés. Voir http://data.bnf.fr/semanticweb

Catalogues

  • Catalogue général http://catalogue.bnf.fr
    Plus important catalogue de la BnF, cet ensemble regroupe 14 millions de notices bibliographiques (livres et périodiques imprimés, images fixes et animées, collections sonores, cartes et plans, manuscrits musicaux et près de 5 millions de notices d’auteurs (noms de personnes, collectivités), de titres d’oeuvres, de sujets, de lieux géographiques, au format MARC.
    Les notices sont récupérables selon divers formats et protocoles :

    • en Dublin Core via un entrepôt OAI (notices descriptives seulement, à l’exclusion des notices d’entités).
    • au format MARC (ISO 2709) via un serveur FTP (sur authentification, un identifiant sera fourni aux participants sur simple demande).
    • au format MARC via un serveur Z 39.50.
  • Catalogue BnF Archives et manuscrits http://archivesetmanuscrits.bnf.fr/
    Utilisant le format XML EAD, ce catalogue rassemble la description des collections de manuscrits et de fonds d’archives conservés dans différents départements de la BnF. On y trouve des manuscrits littéraires ou historiques de l’antiquité à l’époque contemporaine, des fonds d’archives administratives, privées ou de spectacles. Les notices peuvent être téléchargées au format PDF ou récupérées en XML via un module d’export (sur authentification pour des raisons techniques pour l’instant, un identifiant sera fourni aux participants sur simple demande).
  • Médailles et Antiques http://medaillesetantiques.bnf.fr1
    Catalogue répertoriant les médailles et antiques conservés à la BnF ainsi que leurs images.

Bases spécialisées

  • Reliures http://reliures.bnf.fr1
    Accès à la base des reliures numérisées de la BnF, qui propose une sélection de reliures à décor conservées à la Réserve des livres rares. Descriptions au format XML TEI. Données téléchargeables en PDF et en RDF.
  • Mandragore http://mandragore.bnf.fr1
    Base iconographique en ligne du département des Manuscrits. Indexation des images et accès aux images.
  • BP 16 http://bp16.bnf.fr1
    Base qui contient les notices de la Bibliographie des éditions parisiennes du 16e siècle, rédigée d’après les manuscrits de Philippe Renouard (la version actuelle de BP16 couvre les années 1501-1540). Données téléchargeables en PDF et en RDF.
  • Presse locale ancienne http://presselocaleancienne.bnf.fr1
    Recherche et localisation des journaux d’intérêt local parus en France, des origines jusqu’en 1944 ; accès à leur version numérisée dans Gallica et d’autres bibliothèques numériques.

Modalités de participation

Pour les participants : inscription préalable et gratuite à partir du 15 septembre 2016 sur https://plexi-form.bnf.fr/content/hackathon-2016

La participation au hackathon nécessite l’acceptation du règlement intérieur de la BnF.

Pour le public : pas d’inscription préalable nécessaire. Démonstrations et animations le samedi de 14h à 20h et le dimanche de 12h à 16h.

Même si le hackathon est un événement tourné vers les technologies du numérique, il n’est pas nécessaire d’être un développeur expert pour participer. Toute personne ayant un fort attrait pour la création participative et l’envie de contribuer au devenir des services numériques de la BnF est la bienvenue dans la limite des places disponibles (100).

Horaires et lieu

Horaires grand public :

  • Samedi 19 novembre 2016 – 14h00-20h00
  • Dimanche 20 novembre 2016 – 12h00-16h00

 

Horaires hackeurs :

  • Samedi 19 novembre 2016 – 14h00-24h00
  • Dimanche 20 novembre 2016 – 00h00-16h00

 

Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand, Hall des Globes
Quai François-Mauriac, 75013 Paris

Communiqué de presse


Image de Une : opération #TrouveUnSosieDansGallica avec le portrait de Christophe Colomb : [estampe] (Etat avec la lettre complète) / P. Mercuri dis. e inc. 1843. Disponible en ligne, url : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10537983f>.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Colloque – Droit(s) et Street Art – De la transgression à l’artification – 14 octobre 2016

Le street art, ou art urbain, est un courant artistique né dans les années 1960/1970 aux Etats-Unis à la suite de l’apparition de la bombe aérosol. Cette forme d’expression repose sur l’idée que l’artiste plasticien intervient dans l’espace public et sur des supports, publics ou privés, qui ne lui appartiennent pas. Originellement, il s’agit de l’expression d’une revendication de liberté et d’une révolte contre le système marchand et politique. La réponse du droit n’a été que pénale. Aujourd’hui, la réception de cette forme d’expression artistique par les historiens de l’art et par le marché est certaine. Les institutions culturelles multiplient les expositions consacrées à l’art urbain. Les commissaires-priseurs offrent les ventes d’œuvres d’art urbain et de nombreuses galeries soutiennent le travail des graffeurs. Une telle évolution invite à dépasser l’appréhension juridique du street art par le seul droit pénal afin d’en apprécier toutes les implications.

dsps_streetart_diff-1Le street art interroge différentes branches du droit : s’agit-il d’un délit de graffiti ou d’une œuvre de l’esprit ? Faut-il distinguer les graffitis des tags ? Si œuvre il y a, qui est propriétaire de l’œuvre : l’artiste ou le propriétaire du support ? Comment s’applique le droit moral de l’auteur pour ces œuvres souvent anonymes ? Le propriétaire du support peut-il détruire l’œuvre ou la vendre ? Quelles sont les conséquences du caractère éphémère de l’œuvre ? Le droit de la propriété intellectuelle permet-il de protéger l’artiste ?
Pour répondre à ces questions, le colloque entend confronter les différents points de vue. Compte tenu de l’importance croissante de cet art et des questions juridiques qu’il soulève, ce sujet s’impose afin de permettre une meilleure compréhension de ce phénomène.

Continuer la lecture de Colloque – Droit(s) et Street Art – De la transgression à l’artification – 14 octobre 2016

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Journée d’étude : Enseigner le fait religieux aujourd’hui. La responsabilité sociale des religieux dans leurs enseignements ?

bnf-manuscrits-supplement-turc-1055
Scène d’école. Miniature d’un traité de physiognomonie, Istanbul, XVIe siècle. BnF, Manuscrits, supplément turc 1055

La Bibliothèque nationale de France propose depuis plusieurs années, une série annuelle de colloques autour des nouveaux enjeux de la pédagogie et des nouveaux « Chemins d’accès » au patrimoine culturel.

Dans ce cadre, le mercredi 12 octobre 2016 (14h30-17h) aura lieu une rencontre exceptionnelle avec un débat centré plus particulièrement sur la responsabilité sociale des religieux et l’incidence de l’actualité dans leurs enseignements.

Débat avec Odon Vallet, spécialiste des religions, le Père Eric Morin, directeur de l’Institut Supérieur de Sciences Religieuses, Collège des Bernardins, Rachid Benzine, islamologue chercheur associé au Fonds Ricœur, Ron Naïweld, historien, CNRS, Centre d’études juives, et Maxime Prieto, proviseur du lycée Marcelin Berthelot à Pantin.

Ce débat sera suivi d’échanges avec le public.

Où ?

BnF, site François-Mitterrand, Petit auditorium
Quai François-Mauriac – Paris 13e

Comment ?

Entrée libre sur réservation obligatoire au 01 53 79 49 49 ou visites@bnf.fr

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Cycle de conférences : Archéologie de la Grèce : de la fouille à l’écriture de l’Histoire

Comment l’archéologie permet-elle d’écrire l’Histoire ? En quoi les fouilles et l’étude des artefacts continuent-ils à renouveler la connaissance des historiens ? Après un cycle consacré à l’Egypte, la Bibliothèque nationale de France met à l’honneur la Grèce antique, à travers des présentations de recherches et de fouilles françaises en cours.

Programme

  • macellum12 octobre 2016
    M. Jean-Yves Marc, Professeur d’archéologie romaine, Université de Strasbourg, UMR 7044 – Archéologie et Histoire ancienne: Méditerranée-Europe
    La fouille d’un quartier du centre monumental de Thasos
    La conférence évoquera la fouille d’un quartier du centre monumental de Thasos, qui a mis au jour un complexe commercial construit à l’époque hellénistique et occupé jusqu’au IVe siècle apr. J.-C. Un des intérêts de cette fouille réside dans les liens topographiques, architecturaux et fonctionnels qu’elle a pu établir entre les rites religieux (sacrifices et banquets sur l’agora) et le circuit de la viande (dans le macellum, du centre commercial).
  • [Monnaie d'Argolide. Argos : Triobole]16 novembre 2016
    Mme Catherine Grandjean, Professeur d’Histoire ancienne, Université François-Rabelais Tours, EA 6298- Centre Tourangeau d’Histoire et d’étude des sources
    Trésors monétaires grecs d’Argos et d’Olympie
    Trésors et monnaies de fouilles conditionnent largement les développements de la recherche actuelle en numismatique grecque. Les trésors contiennent des pièces de forte valeur mises de côté que leurs propriétaires n’ont pas été en mesure de récupérer.
    On évoquera principalement un trésor découvert en 1939/1940 par l’Institut archéologique allemand lors de fouilles archéologiques dans le sanctuaire de Zeus à Olympie et un trésor trouvé en 2005 par le Service archéologique grec lors de fouilles à Argos.
  • drone7 décembre 2016
    M. Alexandre Farnoux, Directeur de l’École Française d’Athènes, Professeur d’Archéologie grecque Université Paris Sorbonne
    Panorama de la recherche archéologique en Grèce
    La conférence remettra en perspective les travaux menés sur les sites de l’EFA en présentant un panorama de la recherche archéologique en Grèce à travers quelques grands chantiers de ces dernières années. Ce sera l’occasion de resituer l’action de l’EFA dans les opérations de terrain du service archéologique et des autres écoles étrangères en Grèce, aspect assez peu connu de la recherche. Seront également signalées les réalisations en matière de muséographie (ouvertures de plus d’une trentaine de nouveaux musées archéologiques) ou d’aménagement de sites.
  • 419px-nama_marble_head_of_a_kouros18 janvier 2017
    Mme Christel Müller, Professeur d’Histoire grecque, Université Paris Ouest Nanterre-La Défense, UMR 7041 – Archéologies et Sciences de l’Antiquité
    Travaux français en Béotie: les cultes d’Akraiphia et du Ptoion de l’époque archaïque à l’époque impériale
    Les travaux de l’École française d’Athènes, à partir de la fin du XIXe siècle, ont touché non seulement les grands sanctuaires apolliniens de Delphes et de Délos mais également plusieurs sanctuaires de Béotie en Grèce centrale, dont celui d’Apollon Ptoios sur le territoire de la cité d’Akraiphia. Ce sanctuaire extra-urbain à vocation régionale a livré un nombre important de statues archaïques (kouroi), mais également d’autres offrandes, dont des trépieds votifs, aux époques classique et hellénistique. Il entretenait des rapports complexes d’une part avec les sanctuaires fédéraux béotiens avérés et, d’autre part, localement avec le sanctuaire dit du héros Ptoios (également situé dans l’espace rural) et avec le sanctuaire urbain de Zeus Sôter, apparu plus tardivement à la basse époque hellénistique.
  • delos22 février 2017
    M. Jean-Charles Moretti, Directeur de recherche au CNRS, USR 3155 – Institut de recherche sur l’architecture antique
    Délos 1873-1913 : une ville antique révélée par la fouille
    En 1873, l’École française d’Athènes entreprit des fouilles à Délos. En quarante ans, elle mit au jour une quarantaine de sanctuaires et plusieurs quartiers de ville hellénistique dans lesquels furent découverts près de 3000 inscriptions et un mobilier d’une richesse incomparable dans les Cyclades. Des publications, des archives manuscrites et une documentation graphique et photographique exceptionnelle permettent de restituer les étapes, les objectifs et les méthodes de cette exploration hors du commun.
  • thasos22 mars 2017
    M. Julien Fournier, Maître de conférences, Université de Lorraine, EA 1132 – Histoire et Culture de l’Antiquité et du Moyen-Âge
    La cité dans l’empire : Thasos à l’époque de l’hégémonie romaine
    Antique colonie de Paros, Thasos fut l’une des plus grandes puissances de Grèce du Nord aux époques archaïque et classique. La suite, moins brillante, a pourtant laissé de nombreux vestiges et monuments inscrits mis au jour dans les fouilles menées depuis plus d’un siècle par l’École française d’Athènes. La conférence s’intéressera à l’histoire de la cité au tout début de notre ère : ses relations avec les gouverneurs romains, ses liens avec la colonie romaine de Philippes, mais aussi ses efforts pour maintenir les attributs essentiels de la cité-État de modèle grec : son territoire, ses remparts, ses lois ancestrales.
  • tash19 avril 2017
    M. Pascal Darcque, Directeur de recherche au CNRS, UMR 7041 – Archéologies et Sciences de l’Antiquité
    Dikili Tash, un village néolithique au Nord du monde égéen
    Situé à proximité immédiate de la ville antique de Philippes (département de Kavala, Grèce), Dikili Tash a été identifié comme un tell préhistorique depuis un siècle. Les recherches récentes sur le site ont permis d’établir la date des premières installations humaines (vers 6400 av. J.-C.), ce qui correspond au début du Néolithique dans la région. Par ailleurs, plusieurs maisons, assez bien conservées, offrent des instantanés du mode de vie néolithique, vers 5000 et vers 4300 av. J.-C., et révèlent des pratiques agricoles ou artisanales originales.
  • delosmonnaie17 mai 2017
    Mme Véronique Chankowski, Professeur d’Histoire grecque, Université Lyon 2, UMR 5189 – Histoire et Sources des Mondes Antiques
    Délos, centre économique et financier de Méditerranée
    La petite île de Délos est, dès l’époque archaïque, un sanctuaire apollinien dont le rayonnement fonde la prospérité de la communauté qui s’y développe, dans l’ombre des grandes puissances de la Méditerranée orientale. De l’époque classique à l’époque hellénistique, et avec l’arrivée de Rome dans les affaires du monde grec, l’activité commerciale et financière se développe considérablement dans l’île, qui devient un centre économique méditerranéen. Les sources archéologiques, mais aussi la documentation épigraphique à travers laquelle nous avons conservé les archives comptables du sanctuaire d’Apollon, ainsi que les monnaies, permettent d’éclairer les mutations profondes de ces sociétés insulaires et marchandes. Ces sources montrent aussi que Délos est un point d’observation privilégié pour comprendre les politiques économiques dans un monde antique en mutation.
  • temple_of_zeus_at_euromos-turkey7 juin 2017
    M. Francis Prost, Professeur d’Archéologie classique, Université Paris 1-Panthéon Sorbonne, UMR 7041 – Archéologies et Sciences de l’Antiquité
    La fabrique d’une cité grecque: l’exemple d’Euromos (Carie, Turquie)
    Le site d’Euromos, en Carie (Turquie), offre une opportunité unique pour comprendre la mise en place d’un cadre urbain renouvelé à l’époque hellénistique, dans l’espace d’un territoire propice aux conflits militaires et aux évolutions identitaires bien caractérisées. La fouille de l’agora engagée par l’Université de Mugla, avec la collaboration des Universités de Bordeaux Montaigne et de Paris 1, apporte de nouvelles données sur le contexte d’un phénomène de grande ampleur.

Coordination

  • Vanessa Desclaux, chargée de collection au département Philosophie, histoire, sciences de l’homme de la BnF
  • Frédérique Duyrat, directrice du département des Monnaies, médailles et antiques vous invitent à assister à un cycle de conférence sur l’archéologie de la Grèce antique

Modalités pratiques

18h30-20h
Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand, Salle 70
Quai François-Mauriac – Paris 13e

Entrée libre


Légendes des illustrations  :
– Une : Lions, Thasos, by Bernard Gagnon – CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=19148197, Inscription dédicace, Thasos © École française d’Athènes – Émile Sérafis ; Figurine de lion en ivoire et Figurine bestiaire fantastique Sphinge tête poitrail et ailes argile, Thasos © École française d’Athènes – Philippe Collet ; Monnaie d’Argolide, Argos, Triobole et Monnaie de Cyclades, Délos – BnF, dpt. Monnaies, médailles et antiques
– 12 oct. : Agora of Thasos – mai 2007, by Haplochromis CC, https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Agora_of_Thasos.jpg?uselang=fr
– 16 nov. : Monnaie d’Argos, BnF, dpt. Monnaies, médailles et antiques
– 7 déc. : Relevé topographiques de Philippes © École française d’Athènes
– 18 janv. : Kouros du temple d’Apollon à Ptoios – Musée archéologique national d’Athènes, by Sharon Mollerus, CC BY-SA 2.0, https://creativecommons.org/licences/by/2.0, via Wikimedia
– 22 fév. : La Terrasse des Lions, l’Agora des Italiens et le mont Cynthe, Délos, 1910 © École française d’Athènes ; Carte de l’île de Délos – levé pour l’École française d’Athènes en 1907 et 1908 – BnF, dpt. Cartes et plans
– 22 mars : Plan de la ville de Thasos © École française d’Athènes – Manuela Wurch-Kozelj
– 19 avril : Dégagements de céramiques à Dikili Tash © École française d’Athènes
– 17 mai : Délos, le sanctuaire d’Apollon © École française d’Athènes ; Monnaie de Cyclades, Délos – BnF, dpt. Monnaies, médailles et antiques
– 7 juin : Temple de Zeus à Euromos, by Sarah Murray [CC BY-SA 2.0 (http://creativecommons.org/licenses/by-sa/2.0)], via Wikimedia Commons

Enregistrer

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

L’histoire littéraire en mode mineur : le rôle des bibliophiles dans la promotion d’un panthéon littéraire alternatif au XIXe siècle

Colloque des 13 et 14 octobre 2016, Bibliothèque Historique de la Ville de Paris/ Bibliothèque de l’Arsenal

Une première journée a lieu le JEUDI 13 OCTOBRE, Salle des Commissions de la Bibliothèque Historique de la Ville de Paris, 24 rue pavée, 75 004 Paris.

PROGRAMME DU JEUDI 13 OCTOBRE, BIBLIOTHEQUE HISTORIQUE DE LA VILLE DE PARIS :
Matinée. Modalités de la collection de livres au XIXe siècle. Présidence Juliette Jestaz (BHVP).
9h : ouverture par Juliette Jestaz, responsable de la Réserve des imprimés et des manuscrits de la BHVP.
9h15 : Ève Netchine (BnF, Arsenal), « Une étude de commissaires-priseurs au service de la bibliophilie nouvelle : Jacques-Nicolas et Georges-Henri Boulland ».
9h45 : Pierre-Jean Dufief (Paris X-Nanterre), « Octave Uzanne bibliophile et historien de la bibliophilie ».
10h15 : échanges et discussion.

10h45 : Mathilde Bombart (Lyon III), « Livres à clef, lectures à clef, romans à clef : de la passion bibliophile à l’histoire littéraire ».
11h15 : Andrea de Pasquale (Bibliothèque Nationale Centrale de Rome), « Un regard au-delà des Alpes : histoire littéraire mineure et bibliophilie dans l’Italie du Nord (fin XVIIIe / XIXe siècles) ».
11h45 : échanges et discussion.

Après-midi. Le culte du beau livre, entre texte et objet.
Présidence José-Luis Diaz (Paris VII-Diderot).
14h : Magali Charreire (Montpellier III-Paul Valéry), « L’œuvre « Doré » du bibliophile Jacob ».
14h30 : Olivier Bessard-Banquy, (Michel de Montaigne-Bordeaux III), « Du luxe au semi-luxe ».
15h : échanges et discussion.

15h30 : Nolwenn Pamart (Paris IV-Sorbonne), « Jean de Tinan ou la recherche de la légitimité par le beau livre ».
16h : Marine Le Bail (Toulouse II-Jean Jaurès / Arsenal), « La quête de la « condition d’origine » chez Charles Nodier : la condition d’une histoire littéraire des origines ? »
16h30 : échanges et discussion.
17h : Présentation d’un choix de livres et documents relatifs à des bibliophiles du XIXe siècle : Juliette Jestaz, BHVP.

PROGRAMME DU VENDREDI 14 OCTOBRE, BNF, BIBLIOTHEQUE DE L’ARSENAL
Matinée. Quand la bibliophilie incite à réécrire l’histoire littéraire. Présidence Marine Le Bail (UT2J-Arsenal).
9h15 : Raymond-Josué Seckel (BnF) : « Sade entre 1850 et 1910, début de reconnaissance ? ».
9h45 : Delphine Fayard (Christie’s Paris), « La notion de libertinage à l’aune des pratiques bibliophiliques du XIXe siècle ».
10h15 : échanges et discussion.

10h45 : François Pic (Toulouse II-Jean Jaurès), « Des « livres en patois » à la « littérature occitane » : le rôle des bibliophiles dans la constitution d’un objet littéraire (XVIIIe/XXe siècles) ».
11h15 : José-Luis Diaz (Paris VII-Diderot), « Charles Asselineau face aux « minores » du romantisme ».
11h45 : échanges et discussion.

Après-midi. Enjeux de l’édition bibliophilique.
Présidence Claire Lesage (BnF, Arsenal).
13h30 : François Rouget (Queen’s University, Canada), « Prosper Blanchemain, bibliophile et éditeur des poètes de la Renaissance ».
14h : Julien Schuh et Anne-Christine Royère (Reims-Champagne), « Prosopographie des éditeurs bibliophiles (1870-1930) ».
14h30 : échanges et discussion.

Chroniqueurs de la bibliophilie

15h : Laurent Portes (BnF), « Eugène Le Senne (1846-1938), collectionneur de livres parisiens ».
15h30 : Jean-Didier Wagneur (BnF), « Hémérophilie : Firmin Maillard, un chiffonnier de la petite presse ».
16h : échanges et discussions.
16h15 : mot de conclusion par Olivier Bosc, directeur de la bibliothèque de l’Arsenal.
16h30 : fin des communications.

16h45-18h15 : table-ronde « La bibliophilie d’hier à aujourd’hui », présidée par Jean-Yves Mollier (Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines), avec Isabelle de Conihout (Christie’s), Éric Dussert (BnF), Nicolas Malais (Paris X-Nanterre).

Chacune de ces deux journées s’accompagnera d’une exposition de pièces exceptionnelles sélectionnées parmi les fonds de la BHVP et de la Bibliothèque de l’Arsenal.

Inscription préalable obligatoire à l’adresse suivante : colloque.bibliophilie.2016@gmail.com

Argumentaire complet et bibliographie

Organisé par Patrimoine, littérature, histoire (EA 4601, Université Toulouse Jean Jaurès), la Société des études romantiques et dix-neuviémistes (SERD) et la BnF.


Images de Une  :

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

La science, l’information, la connaissance. 15e rencontre « Physique et interrogations fondamentales » (PIF)

affichePIFToujours polysémique et d’une précision fluctuante, la notion d’information occupe une place centrale dans la configuration contemporaine des sciences. C’est pourquoi la quinzième rencontre « Physique et interrogations fondamentales » place l’information au cœur d’un questionnement sur la science telle qu’elle se pratique aujourd’hui et la connaissance en tant qu’elle sert à comprendre l’univers et le monde social.

Au-delà d’une juxtaposition, ce qui est en jeu dans le triptyque science, information, connaissance, ce sont les diverses modalités d’articulation entre ces trois notions :

  • Dans une perspective épistémologique classique, l’information obtenue par l’observation et l’expérimentation est à la base de l’élaboration des connaissances, dont l’accumulation et l’organisation rationnelle constituent la science. Cette information en évolution constante est ainsi la source universelle des progrès de la science.
  • Après-guerre, dans le sillage de la formulation canonique de la notion d’information comme une grandeur quantifiant le contenu d’un message, naît l’espoir de saisir plus généralement et sous certaines conditions les dynamiques d’un système, que celui-ci soit physique, biologique, voire psychologique ou social. Un nouveau paradigme émerge, transitoirement incarné par la cybernétique, qui a marqué un large spectre de disciplines et produit des interfaces entre elles. La pertinence du concept d’information devient un enjeu encyclopédique.
  • Enfin, en même temps que la croissance de la puissance de calcul des ordinateurs rendaient possible un « tournant computationnel » au sein de certaines pratiques scientifiques, il s’est constitué une « science de l’information », c’est-à-dire une théorie de la démonstration qui se fonde sur les caractéristiques mêmes de l’information. Un nouveau champ problématique s’ouvre alors à la science vive.

Programme :

09h00-09h30 Accueil
09h30-09h45 Ouverture par le président de la SFP et le représentant de la BnF
09h45-10h10 Histoires du concept d’information, Jérôme Segal (Paris IV – LBIHS)  – Échanges avec le public
10h20-10h45 La question de l’information en Physique Statistique, Bernard Derrida (Collège de France)  – Échanges avec le public
10h55-11h20 De l’atome à l’information : un renouveau de la théorie quantique, Alexei Grinbaum (CEA)  – Échanges avec le public
11h30-11h45 Pause
11h45-12h10 Le défi des (méga)données en bibliothèque, Emmanuelle Bermès (BnF)  – Échanges avec le public
12h20-12h45 Évolution de l’usage des notions informationnelles en biologie, Michel Morange (ENS)  – Échanges avec le public
Déjeuner libre 12h55-14h00
14h00-14h45 Séance de dédicace de livres des intervenants
14h45-15h10 Le paradoxe de l’information en cosmologie, Alain Riazuelo (IAP) – Échanges avec le public
15h20-15h45 L’information numérique va-t-elle remplacer les lois physiques ? Gérard Berry (Collège de France) – Échanges avec le public
16h-18h Table Ronde « Extraire l’information, retrouver la connaissance » – Animée par Vincent Bontems
Intervenants : Jean-Louis Ermine (Prof Mines, gestion des connaissances), Nathalie Goedert (historienne du droit, Université Paris-Sud) et Sylvestre Huet (journaliste scientifique).

Où et quand ?

Samedi 19 novembre 2016, 9h30-18h00
Bibliothèque nationale de France, site François Mitterrand
Grand auditorium, hall est – Quai François Mauriac, 75013 Paris

Inscriptions gratuites dans la limite des places disponibles. https://www.weezevent.com/physique-et-interrogations-fondamentales-15e-edition

Journée organisée par la Société Française de Physique (SFP) et la Bibliothèque nationale de France (BnF)

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts