Archives de catégorie : À la BnF

Hommage à Marcelle Beaudiquez (1943-2019)

Quelques jours après le décès de Raymond-Josué Seckel, la Bibliothèque nationale de France a le regret d’annoncer celui de Marcelle Beaudiquez, également bibliographe émérite qui a dirigé plusieurs années la direction des Services et des réseaux.

Marcelle Beaudiquez (1943-2019)

Après une première carrière dans l’éducation en tant qu’institutrice, Marcelle Beaudiquez entre à la Bibliothèque Nationale en 1970 au département des Imprimés.

La bibliographie se révéla devenir le domaine d’expertise de Marcelle Beaudiquez qui oeuvre dans la Salle des catalogues et des bibliographies située sous la salle Labrouste du site Richelieu de la BN. Pour de nombreux bibliothécaires de la lecture publique, son nom reste surtout attaché à ses manuels de bibliographie produits dans la continuité des travaux de Louise-Noëlle Malclès.

Ce tropisme l’a naturellement conduit à piloter le chantier de conversion rétrospective des fichiers et catalogues de la Bibliothèque Nationale1, entreprise de plus d’une décennie qui visait à fournir aux publics de la future Bibliothèque nationale de France un catalogue entièrement informatisé2.

Dans la continuité de son premier métier, Marcelle Beaudiquez n’a eu de cesse de s’impliquer dans la formation à la bibliographie, dispensant des cours de bibliographie générale et de bibliographie spécialisée à l’École Nationale supérieure de bibliothécaires3 et contribuant par là et par ses publications au développement de la science bibliographique.

D’ailleurs ses mémoires bibliographiques dirigés en 1982 et 1983 pour l’École allaient être remaniés – notamment par sa complice et amie de toujours, Françoise Bourdon que nous saluons -, pour devenir La Bibliographie spécialisée en sciences humaines au C.A.F.B. : fiches d’analyse4.

Dès 1974, elle publie au éditions du Cercle de la librairie son répertoire bibliographique Ouvrages de référence pour les bibliothèques publiques qui fit l’objet de quatre éditions refondues et augmentées jusqu’en 1995, notamment pour prendre en compte les développements informatiques de la bibliographie et inclure les cédéroms, et ce que l’on nommait les banques de données et services télématiques en ligne, devenant un véritable usuel pour nombre d’acquéreurs de bibliothèques publiques. En 1982, pour l’UNESCO, elle publie Bibliographical services throughout the world. Supplement 1980 et en 1983, toujours pour l’UNESCO, Les services bibliographiques dans le monde. 1975-1979.

Ces quelques publications allaient la conduire à produire « sa » bibliographie, celle pour laquelle son nom n’est pas inconnu de nombre de bibliothécaires puisque son Guide de bibliographie générale : méthodologie et pratique, publié chez K.G. Saur en 1983 reste surnommé « le Beaudiquez » et fut de fait un « manuel » de bibliographie pour nombre d’étudiants préparant le CAFB5, remis à jour en 1989.

La rayonnement de Marcelle Beaudiquez s’est également avéré être national par sa participation à la commission de l’information et de la documentation de l’Agence française de normalisation (AFNOR), et international par son implication en faveur de la Bibliographie nationale française6 produite en vertu du contrôle bibliographique universel (CBU) porté par la Fédération internationale des associations et institutions de bibliothèques (IFLA). Ainsi, au titre de directrice de l’Agence bibliographique nationale (ABN)7 elle prend part, à partir de 1987, au bureau exécutif de la fédération. L’IFLA lui décerne en 1993 sa plus haute récompense : « Honorary Fellow is IFLA’s highest award, and is conferred on the basis of merit on a person who has delivered long and distinguished service to IFLA8.

A la Bibliothèque nationale de France, Marcelle Beaudiquez dirigea le Centre de coordination bibliographique et technique9 qui devint la direction du développement scientifique et des réseaux (DDSR)10 avant de devenir l’actuelle direction des services et des réseaux (DSR). L’essentiel de sa carrière a été consacré à la notice bibliographique (normalisation, production informatique) et sa diffusion à destination des services bibliographiques (Bibliographie nationale, catalogues informatisés locaux ou collectifs, produits bibliographiques pour les bibliothèques). Mais sa direction avait également en charge l’entrée des documents par la gestion du dépôt légal, le département de la conservation, la mise en place de la bibliothèque numérique qu’est devenue Gallica, et le département des systèmes d’information, opérateur maintenant les outils de production et de diffusion.

Ceux qui ont eu la chance et l’honneur d’oeuvrer aux côtés de cette grande dame, qui en imposait par sa stature et son autorité, se souviendront de sa droiture et de son honnêteté ainsi que de ses capacités de synthèse parvenant à résoudre les dossiers inextricables et les situations de conflit par un calme, une patience et une douceur constants. Formée avant l’informatique, ils n’oublieront pas son écriture manuscrite d’institutrice, lisible, ronde et posée qu’elle donnait à dactylographier à ses assistant·e·s.

Marcelle Beaudiquez est décédée le 4 décembre 2019 à l’Hôpital André Mignot de Versailles où la levée de corps aura lieu à 9h30 le 12 décembre pour se rendre au Crématorium de Valenton (13 avenue de la Fontaine Saint-Martin, 94460 Valenton) où un moment de recueillement est prévu avant la crémation qui aura lieu à 11h.

Ceux qui ne pourraient s’y rendre mais voudraient préparer un texte qui sera lu pendant ce recueillement ou celui de janvier, peuvent se signaler en commentaires pour que leur texte soit transmis aux personnes présentes.

Un temps d’hommage et de recueillement sera organisé le 15 janvier 2020 sur le site Richelieu au salon d’honneur à 18h pour ses collègues et amis. L’urne de Marcelle Beaudiquez sera inhumée au cimetière de Savigny-sur-Orge au printemps 2020.


Essai de bibliographie des publications de Marcelle Beaudiquez (1943-2019)

  1. Beaudiquez, Marcelle, « Le Chantier Conversion rétrospective de la Bibliothèque nationale », Bulletin des bibliothèques de France, 1993, n° 3, p. 8-19. Disponible en ligne : <http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-1993-03-0008-001>. []
  2. Beaudiquez, Marcelle ; Beaugendre, Anne-Marie, « Du tiroir à l’écran : les opérations de conversion rétrospective de la Bibliothèque nationale de France », 62nd IFLA General Conference – Conference Proceedings – August 25-31, 1996, IFLA, 1996. Disponible en ligne, url : <http://origin-archive.ifla.org/IV/ifla62/62-beam.htm>. []
  3. L’ENSB devenue depuis l’ENSSIB. []
  4. La Bibliographie spécialisée en sciences humaines au C.A.F.B. / par Françoise Bourdon,… Gisèle Maxit,… Massy : Bibliothèque publique, 1984. 3 vol. Vol. 1, Philosophie, psychologie, sociologie ; vol. 2, Linguistique et littérature ; vol. 3, Histoire et géographie. []
  5. Certificat d’aptitude aux fonctions de bibliothécaire. []
  6. Cf. http://bibliographienationale.bnf.fr/. []
  7. Cf. http://comitehistoire.bnf.fr/dictionnaire-bnf/biblioth%C3%A8que-nationale-france-agence-bibliographique-nationale. []
  8. Cf. https://www.ifla.org/honours-awards/honorary-fellow []
  9. Françoise Lemelle, « Le Centre de coordination bibliographique et technique », Bulletin d’informations – Association des bibliothécaires français, 1986, 133, p. 12-13. Disponible en ligne, url : <https://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/documents/41415-le-centre-de-coordination-bibliographique-et-technique.pdf>. []
  10. Cf. http://comitehistoire.bnf.fr/dictionnaire-bnf/biblioth%C3%A8que-nationale-france-direction-d%C3%A9veloppement-scientifique-r%C3%A9seaux. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Collecter, conserver et explorer les corpus massifs d’archives audiovisuelles : états des lieux et perspectives (13/11)

Inscrit au plan quadriennal de la recherche 2016-2019 de la BnF, le programme de recherche CORPUS a pour objectif de construire un nouveau service de fourniture de corpus numériques à destination de la recherche. Un des axes explorés dans le cadre de ce projet consiste à accompagner les chercheurs dans leur appropriation des collections numériques. À cet effet, des ateliers d’échange sont régulièrement organisés entre des équipes de recherche partageant des enjeux méthodologiques, scientifiques et techniques similaires, ainsi que les personnels BnF experts des sujets abordés.

Argument

Dans le prolongement de la journée d’étude réalisée autour des archives d’Amos Gitaï le 12 décembre prochain, cet atelier Corpus vise à se pencher sur les défis posés par la perspective prochaine de la mise à disposition et de l’exploration de corpus massifs de vidéos numériques à la Bibliothèque nationale de France.

L’ensemble documentaire Amos Gitaï, entré dans les collections en 2018, est composé en grande majorité de documents nativement numériques qui représentent un volume jusqu’ici jamais atteint pour ce type de fonds à la BnF. Ce don s’est rapidement avéré un espace d’expérimentation inédit en raison de la nature très hétérogène des documents et des formats divers qui le constituent. Or, l’arrivée de ce fonds est l’occasion d’aborder des points clés concernant la collecte, le traitement et l’exploration de corpus audiovisuels massifs.

Quelle politique d’archivage pour les plateformes vidéos contributives ? Comment conserver et mettre à disposition des fichiers de montage audiovisuel ? Quelles nouvelles méthodes d’analyse pour les médias audiovisuels ? Quelle est la méthodologie des chercheurs qui étudient des corpus massifs de vidéos ? Autant de questions qui seront au cœur de cet atelier, et qui chercheront à ouvrir des perspectives pour les entrées similaires qui sont pressenties à la BnF dans les années à venir, et dans d’autres institutions.

Programme

Intervention 1 : Explorations méthodologiques autour de corpus vidéo massifs. Interview menée par Christophe Gauthier (École nationale des Chartes).

Intervention 2 : Alain Carou (BnF) – Archiver les plateformes vidéos contributives à la BnF : la collecte de vidéos vernaculaires du conflit et de la révolte en Syrie (projet Shakk-Syrie).

Intervention 3 : Louise Dutertre (BnF) – La mise à disposition des fichiers de montage issus de l’ensemble documentaire Amos Gitaï.

Intervention 4 : Jean Carrive (INA) – Les nouvelles méthodes d’analyse des médias audiovisuels : l’ANR ANTRACT et le projet MeMAD.

Intervention 5 : Claire Scopsi, Gilles Bertin (Laboratoire Dicen-IDF CNAM) – L’annotation rapide de vracs d’images et l’intégration image fixe/image animée. Les enjeux de la norme iiiF.

Modalités pratiques

  • 13 décembre 2018, 14h00 – 18h
  • Bibliothèque nationale de France, site Richelieu (58 rue de Richelieu), salle Émilie du Châtelet.
  • Entrée libre sur inscription.

Regards sur Serge Tisseron. De la tintinologie à la robotique (30/11)

Serge Tisseron ©Julien Faure – Leextra – Leemage

Psychiatre, psychanalyste, docteur en psychologie habilité à diriger des thèses et membre de l’Académie des technologies, Serge Tisseron est aussi dessinateur et photographe.

Dès la présentation de sa thèse de médecine sous forme de bande dessinée, il s’est attaché à montrer que les images sont une forme de symbolisation du monde à part entière, au même titre que le langage parlé ou écrit. Après avoir travaillé sur les secrets de famille et nos relations aux images, ses recherches portent actuellement sur les bouleversements psychiques et sociaux entraînés par les technologies numériques et robotiques. Il a créé en 2013, l’Institut pour l’Etude de la relation Homme-Robot.

En 2018, il a fait don de ses archives à la BnF qui a souhaité rendre hommage à cet intellectuel éclectique, transdisciplinaire, inclassable et visionnaire.

En partenariat avec les Éditions Albin Michel, les Éditions Dunod et l’Académie des technologies.

Programme

13 h 30 – Accueil

14 h – Ouverture par Laurence Engel, présidente de la BnF
Signature officielle de la convention de don avec la Présidente

14 h 15 – Dialogue avec Denis Bruckmann, directeur général de la BnF

Regards croisés

Animation : Nathalie Bocher-Lenoir, présidente de Gens d’Images

14 h 35 – Les secrets de famille
Elisabeth Darchis, présidente de l’Association Européenne Nicolas Abraham et Maria Torok
Chantal Diamante, présidente de la Société de Thérapie Familiale IDF

15 h – Les images
Frédéric Tordo, psychologue clinicien, docteur en psychologie clinique
Yann Leroux, psychologue clinicien, docteur en psychologie clinique
Pierre Léna, membre de l’Académie des sciences, co-fondateur de « La Main à la pâte »

15 h 35 – La photographie
Le Manifeste de l’École inférieure de la photographie
Dialogue avec Bernard Plossu, photographe

16 h – Pause et séance de dédicace

16 h 30 – Le Rire médecin avec Caroline Simonds (Girafe) et Jean-Philippe Buzaud (Roger Chips),clowns pour les enfants à l’hôpital

16 h 45 – Pourquoi un psy à l’Académie des technologies ?
Yves Farge, membre de l’Académie des technologies

17 h – Robotique et enjeux d’avenir
Pierre-Marie Lledo, directeur du laboratoire de recherche « Perception et Mémoire » à l’Institut Pasteur, et du laboratoire « Gène et Cognition » du CNRS
Véronique Aubergé, chargée de recherche au CNRS au LIG, Chaire Robo’ethics de la fondation Grenoble INP

17 h 30 – Les « petits laboratoires d’empathie » (fédération des associations créées par Serge Tisseron)
Trois, Six, Neuf, Douze par Marie-Noëlle Clément, pédopsychiatre, directrice de l’hôpital de jour André Boulloche, Association Cerep-Phymentin
Institut pour l’étude des relations homme-robots (IERHR) par Olivier Duris, psychologue, doctorant en psychologie clinique
Développer l’empathie par le Jeu des Trois Figures (DEPJ3F) par Thérèse Auzou, doctorante en sciences de l’éducation
Pocket film empathie par Benoît Labourdette, cinéaste
Institut pour l’Histoire et la Mémoire des Catastrophes (IHMEC) par Francisca Espinoza, sociologue et Sylvaine Pettens, responsable pédagogique, INA

18 h 15 – Projection en avant-première du film Tisseron en quête de Serge, avec le soutien de la BnF

14 h-19 h Dans le foyer du Petit auditorium

  • Vitrines de manuscrits issus du don et conservés au département des Manuscrits
  • Vitrine d’objets issus de la collection de Serge Tisseron
  • Exposition de photos issues du don et conservées au département des Estampes et de la photographie

Informations pratiques

  • 30 novembre 2019, 13 h 30 – 19 h
  • Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand, Petit auditorium
  • Quai François-Mauriac – Paris 13e
  • Entrée Est face à la rue Émile Durkheim
  • Entrée libre et gratuite

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Colloque – André Gide, un intellectuel engagé pour son temps et le nôtre (22/11)

Cent cinquante ans après sa naissance, ce colloque rend hommage à André Gide, qui fut salué comme le « contemporain capital » que ses multiples détracteurs s’empressèrent d’enterrer. Il reste remarquablement présent dans la vie intellectuelle et littéraire.

Les textes d’André Gide constamment réédités, relus et étudiés, mais aussi son itinéraire intellectuel, moral, politique continuent d’être interrogés et discutés. Bien des aspects de la singularité de l’écrivain entrent en résonance avec nos préoccupations contemporaines : ses écrits restent une véritable école de libération et d’affirmation de soi ; le devoir de faire de soi « le plus irremplaçable des êtres » ou le refus de « sacrifier aux idoles » qu’il défendait sont d’une actualité brûlante. Par ailleurs, Gide, souvent caricaturé en égotiste, n’a au contraire cessé de témoigner intérêt et compassion envers l’humanité souffrante et les invisibles de tous ordres : face aux accusés de cours d’assises, au milieu des réfugiés de guerre, des peuples colonisés ou aliénés par des dictatures, il a tenu un discours de responsabilité et de solidarité d’une portée universelle. Ainsi la vraie force de la parole gidienne est d’avoir su s’incarner dans une œuvre polymorphe, à la fois classique et novatrice.

Journée d’étude proposée en partenariat avec l’Association des Amis d’André Gide (AAAG), à l’occasion du 150anniversaire de la naissance d’André Gide (1869-2019).

Programme

9 h 30 – Ouverture
Par Thomas Cazentre, département des manuscrits, BnF

10 h – Du bon usage de la dissidence
Par Pierre Masson, professeur émérite, université de Nantes

10 h 30 – Gide, un engagement pour aujourd’hui
Par Stéphanie Bertrand, maître de conférences, université de Lorraine

11 h – Pour une Europe des lettres. Gide face à la « crise de l’esprit »
Par Paola Codazzi, université de Haute-Alsace

11 h 30 – Présentation de manuscrits (sur écran)
Par Thomas Cazentre, BnF

12 h – Pause

14 h 30 – Gide et la question des réfugiés
Par Jocelyn Van Tuyl, professeur, université de Sarasota

15 h – Gide et la générosité
Par Martine Sagaert, professeur émérite, université du Sud Toulon-Var

16 h – Gide e(s)t le criminel
Par Jean-Michel Wittmann, professeur, université de Lorraine

16 h 30 – Chez Gide, l’essentiel c’est la contingence
Par David Walker, professeur émérite, université de Sheffield

Informations pratiques

  • Vendredi 22 novembre 2019, 9h30 – 17h
  • Bibliothèque nationale de France, Petit auditorium
  • Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles (70)
  • Site François-Mitterrand – Salle 70
    Quai François-Mauriac – Paris 13e
    Entrée Est face à la rue Émile Durkheim

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Colloque – Nathalie Sarraute : Vingt ans après (17-18/10)

Vingt ans après la disparition de l’auteure, une nouvelle génération de chercheurs tente d’ouvrir des perspectives inédites sur son oeuvre, en s’attachant à la replacer dans son contexte historique, social et littéraire et à se confronter aux interdits dressés par l’écrivaine elle-même.

Romancière, auteure dramatique et essayiste, Nathalie Sarraute a laissé une vision des mots et du monde portée par une écriture en évolution permanente. Influencée par les recherches formelles de Marcel Proust, James Joyce ou Virginia Woolf, elle avait très tôt perçu les normes narratives traditionnelles comme autant de poids morts empêchant le créateur de poursuivre « la recherche d’une matière inconnue ». Elle a bâti sur ces fondements une œuvre d’une rare exigence formelle et d’une originalité remarquable, qui témoigne encore aujourd’hui de l’acuité avec laquelle elle avait entrepris de déchiffrer les automatismes de la pensée humaine.

Colloque international dirigé par Johan FaerberAnn JeffersonRainier Rocchi et Olivier Wagner

BnF – université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle – Institut d’Études Avancées de Paris

Programme

9 h 15 – Ouverture par Laurence Engel, Présidente de la BnF

9 h 30 – Présentation du Colloque
Par Johan Faerber et Olivier Wagner

9 h 45 – NS à l’aune de la biographie
Par Ann Jefferson, université d’Oxford

10 h 15 – Nathalie Sarraute aux regards du Nouveau Roman. Ce que voyait Sarraute
Par Mireille Calle-Gruber, université Sorbonne Nouvelle, Paris 3

10 h 45 – Discussion

11 h – Pause

11 h 30 – Liens affectifs, liens littéraires : les affinités que nous révèle la correspondance de Nathalie Sarraute avec d’autres « Nouveaux Romanciers »
Par Carrie Landfried, Franklin & Marshall College, Pennsylvanie

12 h – La séquence de la confiture de fraises et du calomel dans Enfance : un palimpseste ?
Par Rainier Rocchi, université Côte d’Azur

12 h 30 – Discussion

14 h – Monique Wittig, lectrice idéale de Nathalie Sarraute ?
Par Chloé Jacquesson, université Lumière Lyon 2

14 h 30 – Sarraute, Duras : le déni du théorique
Par Simona Crippa, UCO, Angers/ Paris 3

15 h – Discussion

15 h 15 – Pause

15 h 30 – « Tous ces mots qu’on dit ! Des mots… » : Sarraute et Beauvoir, ou le dialogue impossible »
Par Jean-Louis Jeannelle, université Sorbonne Nouvelle Paris 3

16 h – Virginia Woolf et Nathalie Sarraute : l’écriture impersonnelle et la question du genre
Par Naomi Toth, Université Paris Nanterre

16 h 30 – Un héritage proustien inconscient : les paroles fantasmées dans l’œuvre de Nathalie Sarraute
Par Solenne Montier, Université Caen Normandie

17 h – Discussion

17 h 30 – Fin de la première journée

La deuxième journée de ce colloque a lieu le vendredi 18 octobre de 9 h à 14 h 30 à l’Institut d’Études Avancées de Paris, Hôtel de Lauzun, 17 Quai d’Anjou, Paris 4e

Autour du colloque

Mercredi 16 octobre 2019, 20 h
Maison de la Poésie, Passage Molière, 157 rue Saint-Martin, Paris 3e
Lecture publique
Lecture intégrale de la version originale de Tropismes (1939) par Coraly Zahonero de la Comédie-Française. Archives audiovisuelles.

Vendredi 18 octobre 2019, 15 h 30 – 16 h 30
Institut d’Études Avancées de Paris, Hôtel de Lauzun, 17 Quai d’Anjou, Paris 4e
Table ronde « Sarraute hier et aujourd’hui » Avec Françoise Asso, Pascale Fautrier, Ann Jefferson, Arnaud Rykner, Jean-Yves Tadié 
Modérateur : Olivier Wagner

Informations pratiques

  • Bibliothèque nationale de France, site Richelieu, 2, rue Vivienne – 75002 Paris
  • Auditorium Colbert
  • 17 octobre 2019, 9h-18h
  • Entrée libre et gratuite
  • Institut d’Études Avancées de Paris, Hôtel de Lauzun, 17 Quai d’Anjou, Paris 4e
  • 18 octobre 2019, 9h-14h30
  • Entrée libre et gratuite

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Soutenance de thèse de doctorat : Coline Arnaud

Le 4 juillet 2019, Coline Arnaud, ancienne chercheure invitée (2016) et associée (2015) de la BnF, soutient sa thèse de doctorat en sciences de l’information et de la communication intitulée La pâtisserie française (1870 – 1914) : une révolution gastronomique menée sous la direction de Françoise Hache-Bissette .

Résumé

La pâtisserie d’art théorisée par Carême avant 1850 codifie une pâtisserie décorative et complexe dont le faste est destiné aux élites sociales de l’Empire puis de la Restauration. Pourtant, dès 1820, cette pâtisserie ambitieuse bouleversant le statut artisanal du pâtissier se heurte aux valeurs bourgeoises d’une classe sociale en pleine ascension. Les inventions techniques, les réformes sociales, l’ouverture des marchés à la production industrielle au tournant du siècle condensent les tensions toujours irrésolues entre une pâtisserie nostalgique, aux ambitions artistiques, et la prédominance des commerces de proximité, symboles d’une production économique diversifiée et moderne. Ce travail cherche à analyser l’origine de ces tensions et leur impact à travers le métier, le produit et le lieu de vente, en interrogeant le rapport de cette pratique au social, au politique et à l’art de 1870 à 1914.

Soutenance

  • Lieu :  Bibliothèque nationale de France / Site François Mitterrand, Quai François Mauriac 75013 Paris
  • Salle : Petit Auditorium
  • Horaire : 14h

Composition du jury

  • Mme Françoise HACHE-BISSETTE, Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines, Directeur de thèse
  • Mme Claire BLANDIN, Université Paris 13, Rapporteur
  • M. Didier FRANCFORT, Université de Nancy, Rapporteur
  • M. Jean-Pierre WILLIOT, Sorbonne Université, Examinateur
  • Mme Simona DE IULIO, Université de Lille, Examinateur
  • M. Emmanuel QUENSON, Université d’Evry, Examinateur
  • M. Denis SAILLARD, Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines, Co-encadrant

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Séminaire: Émergence de l’art vidéo en Europe, 19 juin

Crédits iconographiques : Teresa Wennberg, Swimmer, 1978, vidéo, 20′, production Centre Georges Pompidou, Paris, collection Centre Georges Pompidou, Paris et Sädtishes Kunstmuseum, Bonn

À ce jour, une histoire de l’art vidéo à l’échelle de l’Europe reste à faire. C’est la mission à laquelle le présent programme de recherche entend répondre. Un réseau international, regroupant à la fois des historiens de l’art et de l’image en mouvement, des artistes, des protagonistes de cette aventure, des dépositaires de fonds d’archives, des conservateurs et de jeunes chercheurs, s’est constitué. Il a pour objectif de collecter des données sur les artistes, les œuvres et les événements qui ont permis l’avènement de cette pratique, ou qui ont compté dans son développement sur le territoire européen, et de mettre au jour les conditions nationales spécifiques de production et de diffusion permettant d’expliquer la variété des productions comme la disparité des périodes d’émergences (1960-1980).

Programme

10h00
Introduction et présentation du programme « Émergence »
François Bovier, Alain Carou et Grégoire Quenault (Coordinateurs)

10h15
L’historiographie de l’art vidéo en Grèce, un défi entre les mains des artistes, Manthos Santorineos (Artiste – théoricien nouveau media, Professeur à l’École des Beaux-Arts d’Athènes)

11h00
Pause

11h15
Archive ontology – connecting the dots
Per Platou (Directeur, Norwegian Video Art Archive)

12h00
The Beginnings of Video Art in Bulgaria,Iliyana Nedkova (Directrice artistique pour l’art contemporain, Horsecross Arts)

12h45
Pause déjeuner

14h30
REC: Tracking the Emergence of Artist Video in Belgium
Sofie Ruysseveldt (Responsable de collection) et Dagmar Dirkx (Assistante de collection/production, ARGOS vzw Centre for Art and Media)

15h30
Swedish Video Art – the early years
Teresa Wennberg (Artiste vidéaste)

16h15
Table-ronde / Discussions

Informations pratiques

Ce cinquième séminaire de recherche « Émergence de l’art vidéo en Europe : historiographie, théorie, sources et archives (1960-1980) » du LabEx Arts-H2H réunit les chercheurs du projet et des spécialistes internationaux, en vue d’étudier les premiers temps de l’art vidéo en Grèce, en Norvège, en Bulgarie, en Belgique et en Suède.

Coordinateurs du programme « Émergence de l’art vidéo » : François Bovier (École cantonale d’art de Lausanne / Maître d’enseignement et de recherche, Université de Lausanne) ; Alain Carou (Conservateur, Département de l’audiovisuel, Service Image, Bibliothèque nationale de France) ; Grégoire Quenault (Maître de conférences, Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis)

Assistés de : Ségolène Liautaud (Ingénieure d’études, ArTeC) et Victor Tsaconas (Stagiaire, ArTeC)

Contact : emergenceartvideo.6080@gmail.com

Les communications le mercredi 19 juin auront lieu dans la salle 70, Bibliothèque nationale de France, Quai François Mauriac, 75706 Paris.
Elles sont libres et ouvertes au public sans réservation, dans la limite des places disponibles.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Exposition : « Antonio Seguí »

Antonio Seguí, Señor y perro, 1991. BnF, Estampes et photographie. © Antonio Seguí, ADAGP, Paris, 2019. 

Artiste argentin installé en France depuis plus de 50 ans, Antonio Seguí (né en 1934) est à l’origine d’une œuvre figurative qui fait vivre un monde coloré et graphique, sur fond d’agitation urbaine. À travers un personnage récurrent coiffé d’un chapeau, archétype de l’homme anonyme, qu’il met en scène seul ou perdu dans la ville et qu’il confronte à des situations tragiques ou cocasses, le peintre tend à réduire l’homme à son comportement social. À la suite de la donation effectuée par Antonio Seguí qui a permis d’enrichir les collections du département des Estampes et de la photographie ainsi que de la Réserve des livres rares, la BnF expose en galerie des donateurs une cinquantaine d’estampes, la plupart inédites, qui vont permettre de (re) découvrir l’univers de cet artiste singulier.

L’exposition rassemble une cinquantaine d’estampes, la plupart inédites, de l’artiste argentin. Antonio Segui a trouvé dans l’estampe une pratique complémentaire au dessin et à la peinture. Il a fait don à la BnF de plus de 500 pièces (estampes, portfolios, livres illustrés) conservées au département des Estampes et de la photographie ainsi qu’à la Réserve des livres rares.

Commissaire de l’exposition : Céline Chicha-Castex, département des Estampes et de la photographie

Informations pratiques

  • Bibliothèque François-Mitterrand, Quai François Mauriac,
    75706 Paris Cedex 13
  • Galerie des donateurs
  • 14 mai – 25 août 2019
  • Exposition en entrée libre (gratuit)
  • Ouvert tous les jours sauf le lundi
  • Mardi, mercredi, jeudi, vendredi, samedi :10h – 19h
  • Dimanche : 13h- 19h

Ressources

Portrait d’Antonio Seguí, 2019 © Béatrice Lucchese / BnF

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Journée d’étude : Globes et sphères : deux mille ans d’histoire (7/6)

Dans le cadre de l’exposition « Le Monde en sphères » et avec le soutien du Comité français de Cartographie, la BnF organise le 7 juin 2019 un symposium qui porte sur les objets qui sont au cœur de l’exposition : les globes et sphères armillaires, instruments scientifiques et œuvres d’art marqués par une histoire pluriséculaire.

L’histoire de ces objets, qui ont incarné pendant plus de 2 000 ans le modèle sphérique de l’univers, peut être abordée sous de nombreux aspects : conception et production matérielle, cartographie terrestre ou céleste, diffusion et usages, symbolique et représentation dans les arts.

La journée d’étude se propose de porter un regard diachronique sur ce patrimoine trop souvent méconnu.

PROGRAMME

9h00 Accueil

9h15   Ouverture par Eve Netchine, directrice du département des Cartes et plans de la Bibliothèque nationale de France et Catherine Hofmann, co-commissaire de l’exposition, conservatrice en chef au département des Cartes et plans de la BnF

Première session : L’invention du modèle et sa transmission en Orient et en Occident

Président de session : François Nawrocki, co-commissaire de l’exposition, directeur-adjoint de la bibliothèque Sainte-Geneviève

9h45    James Evans, historien de l’astronomie, University of Puget Sound (USA)

Globes et cadrans solaires : avec une attention particulière à une statuette d’Atlas portant une sphère creuse trouvée à Tor Paterno (Latium)

10h15 Elly Dekker, historienne des modèles et instruments astronomiques

The celestial globe of Gerbert of Aurillac: its place in the history of celestial cartography

10h45 pause

11h00  Taha Yasin Arslan, chercheur à l’université Medeniyet, département d’Histoire des sciences (Istanbul)

Seizing the Heavens: Making Celestial Globes

11h30  Anna Caiozzo, professeur d’histoire médiévale, Université Bordeaux Montaigne

L’imaginaire de la sphère dans la culture visuelle du monde musulman médiéval

Deuxième session : L’évolution du modèle et sa diffusion a l’époque moderne

Présidente de session : Hélène Richard, conservateur général honoraire des bibliothèques

14h00  François Nawrocki

L’Amérasie du Globe doré : invention et déconstruction d’un continent (1526-1538)

14h30  Anthony Turner, historien des sciences

Globes et horloges : prolégomènes à une analyse historique

15h00  Martin Vailly, doctorant en histoire, European University Institute – EHESS

La sphère et son manuel : les globes terrestres en tension entre théories et matérialité (1660-1715)

15h30 pause

 15h45 Catherine Hofmann et Eve Netchine

Le globe du Dauphin (1789) : archaïsmes et modernité d’un objet gigogne

16h15  Jan Mokre, directeur du département des Cartes et du musée des Globes, Österreichische Nationalbibliothek

The development of new types of terrestrial globes in the 19th and early 20thcenturies

 17h – 19h Visite de l’exposition par groupes de 15 personnes (sur inscription préalable le jour même)

Informations pratiques

Edme Mentelle, Jean Tobie Mercklein, Globe terrestre et céleste pour l’éducation du dauphin, 1786-1789.
Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Cartes et plans

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Offre d’emploi : vacation au Laboratoire du département de la Conservation de la BnF

Étude de l’influence des rayons gamma employés comme moyen de désinfection sur les matériaux de conservation de la Bibliothèque nationale de France

Centre technique de Bussy-Saint-Georges
© Béatrice Lucchese / BnF

En 2016 les Archives nationales ont été amenés à désinfecter par irradiation aux rayonnements gamma (γ) plusieurs kilomètres linéaires de collections appartenant au site de Fontainebleau. Cette intervention a été nécessaire pour détruire tous les micro-organismes présents sur les collections suite à une importante inondation.

La désinfection par irradiation, utilisée dans d’autres pays européens, n’a pas été jusqu’à présent très employée en France. Cette campagne a donc fait l’objet de plusieurs mesures de contrôle de la qualité du traitement et d’évaluation des risques encourus par les collections. Dans le cadre d’une convention entre la BnF et les Archives nationales plusieurs typologies de matériaux témoins ont été traités pas irradiation à l’occasion du traitement de la collection des Archives. Une première étude a été réalisée pour évaluer l’influence des rayonnements γ sur différentes typologies de documents photographiques ; mais d’autres matériaux restent à analyser.

Cette vacation a comme objectif de finaliser les analyses sur la totalité des matériaux qui ont été exposés aux rayonnements γ. Des tests mécaniques, des mesures de la variation de la couleur et de la stabilité chimique des matériaux seront réalisés sur les échantillons qui ont déjà été irradiés. Les résultats obtenus permettront d’évaluer de manière globale l’influence de ce type de traitement de désinfection sur différents types de papiers, cartons, matériaux synthétiques (PE, PP, PVC, PS), textiles et cuirs, et permettront d’envisager des études plus spécifiques par la suite.

Tous les matériaux témoins qui ont été irradiés se retrouvent couramment dans les collections de toute bibliothèque ou archive, il est donc fondamentale de connaitre leur stabilité aux rayonnements γ dans le cas d’un traitement de désinfection avec cette technique. En effet, l’usage de l’oxyde d’éthylène, jusque-là utilisé comme traitement de désinfection est de moins en moins courant et la France est l’un des derniers pays ou son utilisation est encore autorisée. La BnF anticipe ainsi une potentielle interdiction de ce traitement actuellement utilisé dans notre institution et qui contraindrait alors la BnF à adopter un nouveau traitement de désinfection.

Profil recherché

Candidat(e) avec un Master scientifique. Bases solides en physico-chimie et bonne connaissance en chimie analytique. Des connaissances de chimie sous rayonnement seront particulièrement appréciées.

Durée du contrat

4 mois

Type de financement

Vacation du Ministère de la Culture

Lieu de travail

Laboratoire du département de la Conservation de la Bibliothèque nationale de France, Bussy-St-Georges (77)

Date de début du contrat

Août / septembre 2019

Contacts

Envoyer candidature à : eleonora.pellizzi@bnf.fr et stephane.bouvet@bnf.fr

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Atelier du livre (16/4) : Le roman graphique

Les « Ateliers du livre » de la Bibliothèque nationale de France proposent des rendez-vous réguliers autour de l’histoire du livre et de ses enjeux contemporains.

Richard Felton Outcault. Buster Brown est incorrigible. Hachette, 1918

Qu’on le considère comme une forme esthétique ou un objet éditorial, le roman graphique s’est imposé ces dernières années dans le paysage de la bande dessinée. Catégorie d’ouvrages protéiformes aux contours encore mal définis, il est devenu l’un des éléments structurants d’une offre éditoriale abondante et variée. Au cœur des enjeux de légitimation qui travaillent un secteur dont le dynamisme ne s’est pas démenti au cours des deux dernières décennies, il fournit des opportunités de médiation nouvelles et stimulantes en librairie, en bibliothèque ainsi que dans des expositions.

En partenariat avec l’Université Paris Nanterre

Programme

9h : Ouverture par Cécile Rabot, sociologue, maîtresse de conférences à l’Université Paris Nanterre (Centre européen de sociologie et de science politique) et le Directeur général de la Bibliothèque nationale de France ou son représentant.

Le roman graphique et son cadre : historique, frontières, définitions

9h30-10h : Le roman graphique du point de vue de l’auteur
Par Tiphaine Rivière, auteure de Carnets de thèse (Seuil, 2015) et de L’invasion des imbéciles (Seuil, 2019).

10h-10h30 :Du roman en estampes au roman graphique. Généalogie d’une catégorie éditoriale
Par Sylvain Lesage, maître de conférences en histoire contemporaine (Institut de recherches historiques du septentrion, Université de Lille).

10h30-11h : Le « graphic novel » comme étiquette nouvelle : des premiers usages américains de la catégorie dans les années 1970 aux premiers usages français dans les années 1980
Par Jean-Matthieu Méon, maître de conférences en sciences de l’information et de la communication (Centre de recherche sur les médiations, Université de Lorraine).

11h-11h30 – Pause

11h30-12h : Le récit mémoriel historique en bande dessinée, un roman graphique consacré à la mémoire
Par Isabelle Delorme, docteure en histoire contemporaine, chercheuse associée au Centre d’Histoire de Sciences Po (Lauréate de la bourse Mark Pigott et chercheuse invitée de la BnF en 2016-2017).

Le roman graphique et ses éditeurs

14h-14h30 : Structuration des catalogues : comment les éditeurs alternatifs mobilisent (ou non) la catégorie roman graphique
Par Kévin Le Bruchec, Doctorant en Sciences de l’Information et de la Communication (Laboratoire des Sciences de l’information et de la communication, Université Paris 13 Villetaneuse).

14h30-15h : L’édition alternative de bandes dessinées
Par Serge Ewenczyk des éditions Ça et là.

15h-15h30 : Roman graphique et stratégies éditoriales
Par Benoît Mouchart, directeur éditorial en charge de la bande dessinée chez Casterman.

15h30-15h40 – Pause

Les médiations du roman graphique : bibliothèques, librairies, expositions

15h40 – 17h : Table-ronde introduite et modérée par Jean-Marie Compte, directeur du département Littérature et art à la Bibliothèque nationale de France.
Avec Jean-Christophe Boudet, libraire, maître de conférences associé au Pôle métiers du livre de l’Université Paris Nanterre, Thierry Groensteen, spécialiste de la bande dessinée et commissaire de l’exposition « Roman graphique » à la Fondation Jan Michalski du 3 novembre 2018 au 6 janvier 2019, Antoine Torrens, directeur des bibliothèques de la ville de Compiègne.

Informations pratiques

  • 16 avril 2019, de 9h30 à 17h
  • Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand, salle 70
  • Entrée libre dans la limite des places disponibles (70)

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Atelier : Les outils bibliographiques, du papier et du numérique : destins croisés

Inscrit au plan quadriennal de la recherche 2016-2019 de la BnF, le programme de recherche CORPUS1 a pour objectif de construire un nouveau service de fourniture de corpus numériques à destination de la recherche. Un des axes explorés dans le cadre de ce projet consiste à accompagner les chercheurs dans leur appropriation des collections numériques. À cet effet, des ateliers d’échange sont régulièrement organisés entre des équipes de recherche partageant des enjeux méthodologiques, scientifiques et techniques similaires, ainsi que les personnels BnF experts des sujets abordés.

Le département de l’Orientation et de la recherche bibliographique (ORB) est l’héritier de la salle des catalogues de l’ancien département des imprimés de la Bibliothèque Nationale. A ce titre, la salle X en Rez-de-Jardin, site François-Mitterrand met à la disposition des lecteurs des catalogues de bibliothèque, des encyclopédies, des annuaires, des guides, des fichiers, des dictionnaires biographiques et de nombreuses bibliographies permettant d’exploiter les collections de la BnF.

Dès la fin de l’année 2019, la salle X ouvrira de nouveaux espaces dédiés aux chercheurs travaillant sur l’analyse de corpus numériques dans le cadre du projet dit Corpus et leur fournira un accompagnement spécialisé. La rencontre de ces deux types de pratiques, loin d’être antinomiques, invite à la réflexion sur la transition vers le numérique de ces catalogues, bibliographies et autres collections de référence, et sur les opportunités ouvertes par des outils d’analyse pour les étudier.

L’atelier proposé lundi 8 avril , réunissant bibliothécaires et chercheurs a pour objectif de mettre en lumière l’articulation entre les collections papier et les collections numériques, d’en saisir également les complémentarités et enfin, de contribuer à redéfinir l’assistance à la recherche.

Programme

  • L’histoire de la constitution des collections de la salle X (Catherine Eloi, Annie Philippe, ORB) et la présentation du cas particulier des dossiers biographiques (Valdo Bouyard, ORB)

Camille Saint-Saëns, Les Hommes d’aujourd’hui. Département de l’Orientation et de la Recherche bibliographique (BnF) : 7e vol., n° 361, dossier biographique cote : FOL-LN1-232 (19380).
  • Des outils numériques pour analyser l’évolution du discours encyclopédique : présentation du projet DISCO (Denis Vigier)
  • L’enjeu des recherches biographiques dans le projet Time Machine / Histoire du quartier Richelieu (Isabella di Lenardo)

Plan du quartier Richelieu © Isabella di Lenardo

Informations pratiques

  1. Cf. : http://actions-recherche.bnf.fr/BnF/anirw3.nsf/IX02/accueil []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Séminaire d’introduction à l’astronomie et à l’astrologie médiévales

Illustration du Comput de Johannes de Sacrobosco. BnF, Latin 7475, f.33v (BAMGallica)

La Bibliothèque nationale de France co-organise avec le projet ERC ALFA un séminaire hybride consacré à l’astronomie et à l’astrologie médiévales. En trois séances, il se donne pour objectif de couvrir l’essentiel des bases théoriques des deux disciplines, étroitement complémentaires à la fin du Moyen Âge, en partant des manuscrits d’époque. Pour parfaire et illustrer ce cœur de doctrine, une partie de chaque séance sera consacrée à des recherches en cours, envisageant des sources astronomiques et/ou astrologiques par une approche transverse, présentées par des spécialistes de ces disciplines.

Ce séminaire est ouvert à tous mais plus particulièrement destiné à des chercheurs, débutants ou confirmés, souhaitant s’initier à l’astronomie et à l’astrologie médiévales. Une certaine familiarité avec les manuscrits médiévaux, et en particulier des connaissances de base de paléographie, d’ancien français et de latin médiéval sont préférables.

Organisation : Laure Miolo (Observatoire de Paris – SYRTE), Alexandre Tur (BnF, département des Manuscrits), avec la collaboration de Jean-Patrice Boudet et Matthieu Husson.

Jeudi 18 avril

  • 13h30-14h50 : Alexandre Tur, Astronomie ou astrologie ? Le cas des prédictions annuelles du XVe siècle
  • 15h10-18h : Introduction aux mouvements quotidiens ; astronomie et astrologie sphériques (manuscrits BnF Latin 7195, Français 613)

Mardi 25 juin

  • 13h30-14h50 : Richard Kremer, From Tables to Ephemerides: Computational Astronomy in the Service of Astrology from 1340-1474
  • 15h10-18h : Introduction aux phénomènes planétaires et à leurs interprétations astronomiques et astrologiques (manuscrits BnF Français 2078-2079, Français 2013)

Jeudi 10 octobre

  • 13h30-14h50 : Laure Rioust, Pour une approche globale des manuscrits astronomiques et astrologiques : l’apport de l’histoire de l’art
  • 15h10-18h : Introduction aux configurations célestes spécifiques et à leurs horoscopes (manuscrits BnF Français 2078-2079, Français 2013)

Télécharger le programme du séminaireTélécharger

Pour des raisons logistiques, le nombre de places est limité et l’inscription obligatoire à l’adresse : pascale.baudoin@obspm.fr.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Les colloques secrets de Claude Louis-Combet (Orléans & Paris)

11 avril 2019 – Hôtel Dupanloup, Orléans 

10h : Accueil des participants et mot d’ouverture

  • L’écrivain et le plasticien : autoportraits secrets

Présidente de séance : France Marchal-Ninosque

10h15-10h45

  • Héloïse Cabiron (Université de Bourgogne-Franche-Comté) : « Dans le petit atelier » de Claude Louis-Combet : les trois incipits de « Bethsabée »

10h45-11h15

  • Stéphanie Boulard (Georgia institute of technology, Atlanta, USA) : Replis de nuit ou arcane du rêve ? Pour une lecture de l’« adorable effigie » dans « Bethsabée au clair comme à l’obscur »

11h15-11h30 : discussion

  • L’écrivain et le plasticien : rencontre des imaginaires

Présidente de séance : Bahia Dalens

11h45-12h15

  • France Marchal-Ninosque (Université de Bourgogne-Franche-Comté) :
  • Claude Louis-Combet, dadophile et dadolâtre 

12h15 – 12h45

  • Sara Di Santo Prada (inspection académique de la Dordogne) : L’univers de Pierre Bassard narré par la plume louis-combetienne

12h45-13h : discussion

  • La création au secret : une mystique de l’art

Présidente de séance : Aude Bonord

14h45-15h15

  • Alain Romestaing (Université Paris-Descartes) : Cheval de batailles : « La Sœur du petit Hans », de Claude Louis-Combet 

15h15 -15h45

  • Dominique de Courcelles (CNRS) :
  • L’art cinétique de Claude Louis-Combet : le mouvement mystique 

15h45-16h discussion

  • Regards vers un passé oublié

Président de séance : Olivier Wagner

16h-16h30

  • Myriam White-Le Goff (université d’Artois) :
  • Claude Louis-Combet, le Moyen Âge et l’intériorité

16h30-17h

  • Marion de Lencquesaing, (université Aoyama Gakuin de Tokyo, Japon) :
  • Les « territoires de spiritualité » publiés par Claude Louis-Combet pour la collection Atopia
  • 17h15-18h Entretien avec l’auteur animé par Aude Bonord (université d’Orléans) 

12 avril 2019 : après-midi d’hommage à la Bibliothèque nationale de France, 58 rue de Richelieu, Paris 2e

– 13h45 : accueil des participants dans le salon d’honneur du site Richelieu de la Bibliothèque nationale de France

– 14h : table ronde (salle Emilie du Châtelet) animée par Dominique de Courcelles avec Jean-Claude Terrier, Martial Hamon et Elizabeth Prouvost autour de l’auteur

– 15h45-16h30 : lecture de passages de Bethsabée, au clair comme à l’obscur de Claude Louis-Combet par Thierry Vu-Huu, comédien

Comité scientifique

  • Marie-Hélène Boblet (Professeur de littérature française à l’université de Caen)
  • Marie-Odile Germain (Conservateur honoraire de la Bibliothèque nationale de France)
  • France Marchal-Ninosque (Professeur de littérature française à l’université de Bourgogne-Franche-Comté)
  • François Trémolières, (Professeur de littérature française à l’université de Rennes 2)
  • Myriam Watthee-Delmotte (directrice de recherches du FNRS, professeur de littérature française à l’Université catholique de Louvain et membre de l’Académie royale de Belgique)

Informations pratiques

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Journée d’étude : Naissance et diffusion du roman anglophone en France

Cette journée d’étude vise à croiser les professionnels de la littérature anglophone et des bibliothèques, qui disposent de fonds importants ou spécifiques dans ce domaine. Elle permettra de valoriser les collections patrimoniales de la BnF et d’appréhender le paysage national autour du patrimoine culturel et littéraire anglophone. Un public varié, composé d’étudiants, de bibliothécaires, de chercheurs, de documentalistes et d’amateurs sera convié autour d’interventions d’experts, de démonstrations (Gallica, CCFr) et de questionnements sur la naissance et la diffusion du roman anglophone en France, ainsi que sur le signalement, l’histoire et la numérisation de certains fonds.

La littérature américaine est surtout connue pour ses récits d’exploration et de colonisation, ses traités, ses sermons teintés de théologie et pour l’exaltation de ses vertus républicaines au XVIIIe siècle. Or si l’on revient sur les premières formes de romans américains, on y découvre des récits autour de la nouvelle nation des États-Unis dans un contexte de développement d’une industrie du livre encore hésitante. Tandis qu’en Angleterre, Daniel Defoe inaugure le roman à portée morale avec Robinson Crusoë (1719) et Moll Flanders (1722), l’américain Charles Brockden Brown offre, quelques années plus tard, une nouvelle liberté au roman gothique américain avec Wieland ; or, The Transformation : An American Tale (1798), explorant l’ambiguïté du réel. Du début du XVIIIe siècle jusqu’à la période victorienne, le roman anglophone va connaître de multiples évolutions : narrations s’apparentant aux récits d’exploration, écriture didactique, témoignages sur l’expérience de l’esclavage, aventures rocambolesques ou frissons gothiques… De nombreux pionniers de ce genre nouveau restent encore obscurs. Il s’agira de les découvrir ou de les relire à l’éclairage des regards contemporains.

Parallèlement à ces évocations d’un genre littéraire qui a connu de profondes mutations au cours des siècles, cette journée d’étude permettra de découvrir des fonds en littérature anglophone dont les provenances et les histoires sont très diverses, permettant de comprendre les modalités de diffusion du roman anglophone en France. L’exemple de la Bibliothèque de Saint Omer, qui conserve des fonds en littérature anglaise du IXè au XIXè siècle, issus d’un collège de Jésuites anglais et qui a également bénéficié d’un don de livres contemporains (XIXè-XXè siècle) par le Comité Canadien pour la reconstruction dans les années 1940, permettra d’aborder un volet de l’histoire de ces fonds anglophones en France. Cette cession sera complétée par une présentation dynamique de fonds et d’éditions anglophones anciennes, recensés et signalés dans le Catalogue Collectif de France, un portail qui permet de localiser sur tout le territoire des collections parfois uniques.

Dans un second temps, l’après-midi proposera de découvrir l’histoire et l’actualité de bibliothèques américaines, irlandaises et anglophones à Paris et en région. Fondée en 1920, l’American Library in Paris témoigne de la volonté des États-Unis d’envoyer des livres aux soldats américains à la fin de la Première Guerre mondiale et de fournir aux lecteurs en France le meilleur de la littérature et de la culture américaine. Aujourd’hui, la Bibliothèque Américaine de Paris est la plus grande bibliothèque de prêt d’ouvrages en langue anglaise en Europe, avec un programme culturel très dense.

Fortement liée à l’histoire de l’American Library in Paris, la Bibliothèque anglophone d’Angers touche un public varié d’étudiants et d’universitaires mais aussi d’enfants et d’adultes et a développé un fonds documentaire en langue anglaise disponible sur tout le département de Maine-et-Loire avec de nombreuses actualités culturelles.

Enfin, la bibliothèque patrimoniale du Centre Culturel irlandais de Paris date de 1775, avec la fondation d’un Collège des irlandais. Regroupant des ouvrages en théologie, philosophie, géographie et histoire allant du XVè au XIXè siècle, elle offre une bibliothèque numérique en ligne permettant d’admirer des manuscrits enluminés, l’Histoire des rois d’Angleterre (1500) et des trésors patrimoniaux. Quant à la médiathèque, elle propose plus de 8000 documents en anglais et de nombreuses activités, notamment des résidences d’auteurs ou d’artistes irlandais.

À l’issue de cette cession, des trésors en littérature anglophone numérisés seront présentés afin de découvrir des ouvrages précieux conservés à la Réserve des livres rares de la Bibliothèque nationale de France. 

Programme

Matinée animée par Marie-Françoise Cachin, Professeur émérite à l’université Paris VII-Denis Diderot, spécialiste de littérature britannique (époque victorienne), et de traduction littéraire.

  • Isabelle Bour, professeur d’études anglaises du XVIIIe siècle à la Sorbonne Nouvelle.

« Quel roman est né en Angleterre au début du XVIIIe siècle ? »

  • Nathalie Collé, Maître de conférence, Université de Lorraine.

« Le roman anglophone entre l’Angleterre et la France au XVIIIe siècle : place et rôle de l’illustration dans la diffusion et la réception de quelques œuvres de Defoe, Fielding, Smollett et Sterne »

  • Michael Roy, Maître de conférence, Paris Nanterre.

« L’esclavage aux États-Unis, sous toutes ses faces, avec toutes ses douleurs » : le roman antiesclavagiste américain en France dans les années 1850

  • Jean-Didier Wagneur, BnF

« Le rire anglo-saxon fin de siècle »

Après-midi animée par Isabelle Le Pape, chargée de collection en littérature anglophone, modératrice

1 Histoire et signalement de fonds anglophones en France

  • Remy Cordonnier : responsable des fonds anciens de la bibliothèque d’agglomération du Pays de Saint-Omer, en fonction depuis novembre 2011. Docteur en histoire de l’art, chercheur associé de l’Institut de recherches histories du septentrion (Université de Lille), et de l’institut d’études médiévales de L’université nouvelle de Lisbonne.

« Des jésuites à l’UNESCO : le pourquoi du fonds anglais de la BAPSO. »

Résumé : La redécouverte, il y a une dizaine d’années, de liens prestigieux entre Saint-Omer et le monde anglo-américain, a entrainé toute les acteurs culturels de l’agglomération à explorer et à exploiter cette veine patrimoniale. La bibliothèque n’était pas en reste et c’est ainsi que furent « redécouvert » les fonds d’origine anglaise de la BAPSO, et que furent révélés leurs trésors.

  • Alexandre Faye (BnF/DSR/DCP/CCF) : signalement et présentation d’une sélection de fonds sur le CCFr

2 Diffusion d’ouvrages américains et irlandais en France

  • Jeffrey Hawkins, director of the American Library in Paris
  • Phoebe Marshall-Raimbeau, Director, English-language Library in Angers, Bibliothèque Anglophone.

« Le Fabuleux Destin de la Bibliothèque Anglophone d’Angers : 25 ans de développement d’une petite bibliothèque qui aime se présenter comme « The little library with a big attitude ».

  • Carole Jacquet, Responsable des ressources documentaires, Centre Culturel Irlandais.

« Les collections du Centre Culturel Irlandais »

  • Stéphane Lecouteux, Bibliothèque d’Avranches.

3 Trésors de littérature anglophone

  • Jean-Marc Châtelain, directeur de la Réserve des livres rares, BnF, présentation de trésors en littérature anglaise et américaine numérisés Suivi d’une table-ronde 

Informations pratiques

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts