Archives de catégorie : Agenda

Cycle « Les écrivains et la presse » : George Sand et la presse

Les relations entre les écrivains et la presse sont souvent complexes, ambiguës, voire contradictoires. Ce cycle de conférences présente les activités journalistiques de Zola, Sand, Apollinaire, Aragon ou encore Colette et illustre cette ambivalence, entre attraction et répulsion, qui varie selon l’auteur et parfois même au cours d’une carrière. Lors de chaque conférence, deux spécialistes ou jeunes chercheurs évoquent les carrières journalistiques de ces écrivains, les liens avec leur œuvre littéraire, et l’état d’avancement de la recherche ainsi que les chantiers à venir.

Par Marie-Eve Thérenty, professeur à l’université de Montpellier III et Jean Rime, doctorant.

Informations pratiques

Jeudi 15 mars 2018, 18h30-20h
Bibliothèque nationale de France
François-Mitterrand – Salle 70
Entrée libre
Quai François-Mauriac – Paris 13e

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Cycle « Les écrivains et la presse » : Apollinaire et la presse

Les relations entre les écrivains et la presse sont souvent complexes, ambiguës, voire contradictoires. Ce cycle de conférences présente les activités journalistiques de Zola, Sand, Apollinaire, Aragon ou encore Colette et illustre cette ambivalence, entre attraction et répulsion, qui varie selon l’auteur et parfois même au cours d’une carrière. Lors de chaque conférence, deux spécialistes ou jeunes chercheurs évoquent les carrières journalistiques de ces écrivains, les liens avec leur œuvre littéraire, et l’état d’avancement de la recherche ainsi que les chantiers à venir.

Par Laurence Campa, professeur à l’université Paris Nanterre et Julia Ribeiro Thomaz, doctorante.

Informations pratiques

Jeudi 22 mars 2018, 18h30-20h
Bibliothèque nationale de France
François-Mitterrand – Salle 70
Entrée libre
Quai François-Mauriac – Paris 13e

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Nouveau projet soutenu : VisualCoins : un outil de représentation graphique des liaisons de coins

Cet automne la Maison des Sciences de l’Homme Val de Loire avait lancé son XIIe appel à projets, MSH-VdL 20181 visant à développer l’interdisciplinarité, les recherches transversales entre équipes de recherche en SHS et en Sciences (théoriques et/ou appliquées), tout en promouvant une action forte à l’international.

L’IRAMAT – Centre Ernest-Babelon (UMR 5060, CNRS – Université d’Orléans) et le département des Monnaies, médailles et antiques de la Bibliothèque nationale de France y ont répondu en soumettant le projet VisualCoins : un outil de représentation graphique des liaisons de coins.

Alors que ce 6 février 2018, la Maison des Sciences de l’Homme Val de Loire publie les résultats de son appel, l’IRAMAT et la BnF se réjouissent d’apprendre que le projet est sélectionné.

Porté par Guillaume Sarah, le projet est financé à hauteur de 4 200 €. Outre l’IRAMAT-CEB et le département des Monnaies, médailles et antiques de la Bibliothèque nationale de France, le projet implique Le Studium Fellowship « Monnaies, coins, argent : relire les débuts de la période féodale » (Institut d’Études Avancées en Région Centre-Val de Loire).

Résumé du projet VisualCoins

Avec une forte visée expérimentale et un caractère innovant, le projet VisualCoins entend tester et adapter un nouvel outil logiciel développé par l’Atelier numérique de la MSH Val de Loire (l’outil d’exploration des graphes VisualGraphs) dans le cadre d’une des principales problématiques des recherches actuelles dans le domaine de l’histoire de la monnaie : la quantification des productions monétaires par l’étude des liaisons de coins. La mise en œuvre de ce logiciel dans ce cadre spécialisé permettra de représenter de manière simple et immédiate des schémas de liaisons de coins de séries monétaires qu’il est actuellement long et complexe de produire faute de logiciel adapté. Une fois la pertinence du logiciel VisualGraphs validée et les éventuels nouveaux développements testés en lien avec l’Atelier numérique de la MSH par l’équipe du projet, membres permanents et rattachés à l’IRAMAT-CEB et de la BnF, une restitution des expériences d’utilisateurs sera proposée à l’occasion d’une session scientifique de présentation. A l’issue du projet, des travaux de recherche faisant usage de cet outil innovant seront publiés et son emploi sera proposé dans la communauté des chercheurs en numismatique, voire au-delà pour susciter d’autres développements spécifiques.

Pour la BnF, il s’agira de fournir des données afin d’alimenter les essais de l’outil.

Problématique : les liaisons de coins

Le propos du projet concerne l’une des pierres d’angle de la numismatique, à savoir la formalisation des études de coins et en particulier les liaisons de coins.

Une monnaie ancienne, d’un point de vue technique, est dans la plupart des cas un disque de métal frappé entre deux matrices appelées coins monétaires. Ces deux matrices portent, gravés en miroir, les motifs et légendes qui confèrent à une masse de métal la garantie de l’autorité émettrice. Ces coins étant confectionnés à la main, chacun est par définition unique. Les coins sont rarement parvenus jusqu’à nous, mais nous les connaissons par les empreintes qu’ils ont laissées sur les monnaies. Un examen attentif des monnaies anciennes permet par conséquent d’identifier des liaisons de coins : par cette expression, les numismates désignent le fait de déterminer si deux monnaies ont été frappées par un même coin pour l’une de leurs faces ou pour les deux. Au sein d’un trésor ou pour un corpus recensant l’intégralité des monnaies d’une même série qui nous sont parvenues, il est possible, sur la base de ces observations, de déterminer des indices caractéroscopiques qui nous renseignent sur la représentativité de l’échantillon pris en compte par rapport à la production initiale. Des calculs statistiques permettent ensuite d’évaluer le nombre de coins employés pour la fabrication d’une série monétaire, voire d’estimer le nombre de monnaies produites.

L’étude des liaisons de coins est un travail long et patient qui constitue la première étape incontournable de la quantification des productions monétaires anciennes. En fonction de la dimension du corpus d’étude, un nombre d’informations parfois considérable est consigné par le numismate, souvent sous la forme de tableaux. Ces données sont aussi précieuses qu’austères et difficiles à présenter et à publier. La représentation avec des symboles identifiant les coins de droit et les coins de revers, reliés entre eux par des traits, tend à s’imposer comme la forme graphique privilégiée.

Or, aussi bien pour les publications imprimées que les pages internet ou les diapositives de présentation, la synthèse des liaisons de coins d’un monnayage relève souvent de la gageure que les chercheurs tentent de relever par le moyen de logiciels peu adaptés, pour parvenir à présenter l’ensemble des informations d’une manière lisible et compréhensible pour le lecteur ou l’auditeur.

Le lecteur profane peut se reporter à l’article de François de Callatay, L’historique de l’étude des liaisons de coins2. La fiche Les liaisons de coins et le graphique (que nous citons ci-dessous) consacrés au sujet par Christian R. Raschle dans son module Numismatique d’Antiquit@s, projet du Campus Virtuel Suisse, permettent d’appréhender la complexité de la question :

Enjeu

Les logiciels de représentation en réseaux pourraient constituer un outil pertinent pour parvenir à ce type de représentation de manière automatisée. Si cela est juste en théorie, aucun des logiciels disponibles à l’heure actuelle n’est adapté aux problématiques des numismates, avec à la fois les fonctionnalités souhaitées et la facilité d’utilisation requise, et ce de manière gratuite. Le développement au sein de la MSH VdL du logiciel VisualGraphs permet d’envisager de fournir un outil de représentation graphique des liaisons de coins aux numismates. Les premiers essais réalisés ont confirmé la bonne adéquation entre l’outil logiciel en cours de finalisation et  les problématiques des historiens de la monnaie.


En tout, six projets ont été retenus et seront financés à hauteur de 4200 € ou 5000€ au titre de l’Appel à projets 2018 de la MSH Val de Loire :

  1. Cf. http://www.msh-vdl.fr/actualite/appel-a-projets-2018-de-la-msh-val-de-loire/ []
  2. François de Callatay, « L’historique de l’étude des liaisons de coins (XVIIIe-XXe s.) », Bulletin de la société française de numismatique, 2007, avril, n° 4, p. 86-92. Disponible en ligne, url : http://www.academia.edu/338113/L_historique_de_l_%C3%A9tude_des_liaisons_de_coins_XVIIIe-XXe_s._. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Appel à chercheurs 2018-2019 de la Bibliothèque nationale de France

La BnF publie son appel à chercheurs, afin de s’associer le concours de chercheurs pour l’année universitaire 2018-2019. Cet appel propose aux chercheurs un soutien financier au travers de bourses de recherche pour un montant total de 40.000 euros, grâce à la générosité de la BnF, de ses mécènes. Les candidats peuvent proposer spontanément des sujets de travaux. Afin d’éviter la dispersion des propositions, trois axes de recherche sont indiqués : étude et valorisation des collections ; histoire de la Bibliothèque nationale de France ; étude de la photographie et de l’histoire de la photographie.

Turpin [inventeur et industriel français spécialisé dans les explosifs, dans son laboratoire] : [photographie de presse] / [Agence Rol]

Thèmes de recherche

Les axes de recherche de l’appel à chercheurs de la BnF concernent trois principaux domaines :

  • Axe 1 : Études historiques du Comité d’Histoire de la Bibliothèque nationale de France
  • Axe 2 : Études sur la photographie et l’histoire de la photographie
  • Axe 3 : Études et valorisation des collections

Modalités pratiques

L’appel à chercheurs de la BnF est disponible sur le site : https://aacbnf2018.sciencesconf.org/
Les candidats peuvent y trouver toutes les informations nécessaires, notamment sur les axes thématiques ou les sujets proposés par les départements de collections.

Les candidatures sont à formuler directement sur le site dédié sciencesconf.org.

Pour toute information relative à la soumission de votre candidature, merci de contacter la Bibliothèque à l’adresse suivante : aacbnf2018@sciencesconf.org

Date limite d’envoi des candidatures : 29 avril 2017

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Hommage à Emmanuel Le Roy Ladurie, 13/2

À l’occasion de la publication de la biographie de l’historien, Emmanuel Le Roy Ladurie : une vie face à l’histoire, écrite par Stefan Lemny (BnF), et publiée par les Editions Hermann, le Centre de Recherches Historiques organise une séance en hommage à Emmanuel Le Roy Ladurie, ce mardi 13 février, de 15h à 17h, dans la salle Lombard, 96, Bd. Raspail.

Programme

  • Alain Guery : « Une ethnographie historique de la société française, XIVe-XVIIIe siècle »
  • Stefan Lemny : « Les défis de la biographie d’un historien »
  • Emmanuel Le Roy Ladurie : « Témoignage d’un ancien directeur du CRH »
  • La séance sera animée par Fanny Cosandey, Béatrice Delaurenti et Thomas Le Roux.

Rappelons que le Centre de recherches historiques est un laboratoire de l’EHESS et du CNRS (UMR 8558) fondé en 1949 par Fernand Braudel. Emmanuel Le Roy Ladurie, disciple de Fernand Braudel, lui succéda au Collège de France.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Cycle « Les écrivains et la presse » : Zola et la presse

Les relations entre les écrivains et la presse sont souvent complexes, ambiguës, voire contradictoires. Ce cycle de conférences présente les activités journalistiques de Zola, Sand, Apollinaire, Aragon ou encore Colette et illustre cette ambivalence, entre attraction et répulsion, qui varie selon l’auteur et parfois même au cours d’une carrière. Lors de chaque conférence, deux spécialistes ou jeunes chercheurs évoquent les carrières journalistiques de ces écrivains, les liens avec leur œuvre littéraire, et l’état d’avancement de la recherche ainsi que les chantiers à venir.

Emile Zola en couverture de Floréal : l’hebdomadaire illustré du monde du travail / directeur Paul-Boncour ; éditeur-fondateur Aristide Quillet

Par Adeline Wrona, professeur à l’université Paris-Sorbonne CELSA et Alain Pagès, professeur à l’université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle, directeur des Cahiers naturalistes et responsable de l’équipe Zola de l’ITEM (Institut des textes et manuscrits modernes, CNRS).

Informations pratiques

Jeudi 8 mars 2018, 18h30-20h
Bibliothèque nationale de France
François-Mitterrand – Salle 70
Entrée libre
Quai François-Mauriac – Paris 13e

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Sciences pour tous, 1850-1900

En écho à l’exposition Sciences pour tous, 1850-1900, présentée du 25 avril 2017 au 27 août 2017 sur le site François-Mitterrand de la Bibliothèque nationale de France, un site web est publié à l’adresse url : http://expositions.bnf.fr/sciencespourtous/.

Sa direction scientifique a été  assurée par Michel Netzer, directeur du département Sciences et techniques, Marie Boissière, chargée de collections, département Sciences et techniques et Anne Boyer, chargée de collections, département Sciences et techniques.

Très iconographique, le site propose un accès chronologique :

  • années 1850 : création de nombreuses revues qui popularisent les sciences : Cosmos (1852), La science pour tous et l’Année scientifique et industrielle (1856).
  • 1863 : Jules Verne publie son premier roman : Cinq semaines en ballonw.
  • 1864 : création par Edouard Charton de la Bibliothèque des merveilles.
  • 1873 : création de la revue La Nature par Gaston Tissandier.
  • 1879 : Camille Flammarion publie son Astronomie populaire.
  • 1889 : Exposition universelle à Paris où les visiteurs découvrent la Tour Eiffel.
  • 1890-1891 : publication de La science amusante de Tom Tit qui aura de très nombreuses éditions jusqu’en 1914.

Un accès thématique fournit des entrées (diffusion, pédagogie, nature, médecine, voyage, techniques) permettant de consulter une importante iconographie commentée et des focus.

En complément une web série de 14 vidéos est également publiée : chaque épisode porte sur différentes thématiques retraçant l’histoire de la science populaire dans la seconde moitié du XIXe siècle, de la médecine à la chimie, en passant par l’hygiène et l’aéronautique.

Sciences dans les journaux.

La féerie scientifique.

Des vulgarisateurs engagés

Mademoiselle Lili.

La science amusante.

La vie sur Mars.

L’histoire d’une bouchée de pain.

L’hygiène pour tous.

Le livre d’or de la santé.

L’invention de l’automobile.

Un triste record.

Le roman scientifique.

L’invention du cinématographe.

Le Globe Céleste.

Par ces productions, la BnF contribue à sa façon à la stratégie nationale de la culture scientifique, technique et industrielle1.
  1. Remise de la Stratégie nationale de la culture scientifique, technique et industrielle, url : <http://www.culturecommunication.gouv.fr/Thematiques/Enseignement-superieur-et-Recherche/La-culture-scientifique-et-technique/Remise-de-la-Strategie-nationale-de-la-culture-scientifique-technique-et-industrielle>. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

La BnF rend hommage à Suzanne Citron

Suzanne Citron, son parcours et ses archives à la BnF (Bibliothèque de l’Arsenal)

Suzanne CitronSuzanne Citron, décédée le 22 janvier 2018, fut une femme passionnée qui ne cessa de s’engager, et de s’interroger avec une grande lucidité sur ses engagements, comme elle le raconte dans son livre de souvenirs publié en 2003, Mes lignes de démarcation : croyances, utopies, engagements. Après l’épisode dramatique de sa détention à Drancy en juillet-août 1944, elle reprend ses études, devient agrégée d’histoire en 1947 et commence une carrière d’enseignement, d’abord en lycée puis à l’Université de Villetaneuse. Pendant ses années d’enseignement puis après sa retraite en 1983, elle s’intéresse d’une manière critique et active à l’histoire de l’enseignement de l’histoire et à ses contenus, publie articles et ouvrages sur ce sujet et réfléchit aux possibilités de réforme. Les étapes les plus marquantes de cette retraite active sont la parution des ouvrages Le Mythe national (1987, plusieurs rééditions dont la dernière, en 2017, eut un certain retentissement), L’Histoire de France autrement (1992, réédition en 1995) et L’Histoire des hommes (1996, réédition en 1999) mais aussi sa participation active et tutélaire au groupe créé en 2011, « Aggiornamento », composé de professeurs désireux de proposer des « réflexions et propositions pour un renouvellement de l’histoire et de la géographie du Primaire à l’Université ».

C’est en 2011 qu’elle entre en contact avec la Bibliothèque de l’Arsenal, au moment où elle souhaite confier à la BnF les archives de son mari Pierre Citron, musicologue et universitaire de renom, spécialiste de Jean Giono. En bonne historienne, elle s’est prise au jeu de cet examen de son parcours et de ses traces. La plus grande partie des archives de Suzanne Citron est déjà présente à l’Arsenal, à la disposition des chercheurs qui s’intéressent à son œuvre et à son approche de l’histoire. Cet ensemble sera prochainement complété par les éléments qu’elle a souhaité garder auprès d’elle pour continuer à travailler. Sa curiosité, sa réflexion, sa lucidité et sa générosité pourront ainsi continuer à témoigner mais aussi à inspirer le travail des historiens et historiographes du futur.

Ce fonds vient enrichir les collections d’archives en sciences humaines et sociales de la BnF, particulièrement celles des historiens, des philosophes ou des ethnologues. Si l’entrée de certaines collections a fait l’objet d’une importante couverture médiatique, qu’on songe à l’acquisition des archives de Foucault1, celles de Guy Debord2 ou encore le don des archives de Roland Barthes3, d’autres méritent d’être signalées, comme par exemple :

  • Simone Weil (1909-1943) : déposés à la BnF depuis 1978, ses manuscrits entrent définitivement par dation en 2000, accessibles aux chercheurs qui en ont entrepris une publication exhaustive. Des Réflexions sur les causes de la liberté et de l’oppression sociale à L’Enracinement, des travaux Sur la science ou sur La Source grecque aux Intuitions préchrétiennes, de la Correspondance à l’admirable série des Cahiers,  l’essentiel de ce que la philosophe a écrit, y compris ses notes de cours, ses livres annotés ou les documents accumulés pendant ses derniers mois à Londres, figure dans le fonds Simone Weil ;
  • Jean Malaurie (1922- )((NAF 28421. Fonds Terre Humaine, http://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc124045)) ;
  • René Girard (1923-2015)4 ;
  • Claude Lévi-Strauss (1908-2009)5 ;
  • Jean-François Revel (1924-2006) : manuscrits de ses essais, de La Tentation totalitaire (1976) à L’Obsession anti-américaine (2002), en passant par La Connaissance inutile (1988) et Le Voleur dans la maison vide (1997). L’ensemble est complété par les manuscrits de ses articles et par une riche correspondance. Les abondantes archives de L’Express pour la période 1978-1981 offrent enfin à l’histoire du journalisme des sources inédites6;
  • Victor Ségalen (1878-1919) ;
  • Jean Cuisenier (1927-2017) ;
  • Germaine Tillon (1907-2008) : le fonds couvre l’ensemble des domaines d’activité de Germaine Tillion7 ;
  • Jean Rouch (1917-2004)8.

Si le statut des archives personnelles de chercheurs suscite parfois encore débat dans le monde académique9, de plus en plus d’établissements (bibliothèques universitaires, comme laboratoires, instituts de recherche et maisons des sciences de l’homme) se soucient désormais de plus en plus de la conservation des archives de la recherche et des chercheurs en parallèle de la réflexion sur la sauvegarde et la transmission des données de la recherche. A titre d’exemple, mentionnons ArchiFacile ! Le guide d’archivage au CNRS publié en 200810 ou le rapport présenté par Bertrand Müller en décembre 2012 intitulé Archiver les sciences humaines et sociales : positions de problèmes, propositions ((Cf. Bertrand Müller, « Archiver les sciences humaines et sociales », Lettre de l’InSHS, 27, janvier 2014, p. 13-19. Disponible en ligne, url : <http://www.cnrs.fr/inshs/Lettres-information-INSHS/lettre_infoinshs_27.pdf>.)).

Pour ce qui est de la BnF, le souci de l’accueil et de la conservation des fonds d’archives est réaffirmé dans sa charte documentaire : « une place plus grande encore pour les archives. Si la collecte d’archives est de tradition dans certains départements -département des Manuscrits, de la Musique, des Arts du spectacle- notamment pour les raisons documentaires déjà évoquées, on peut en constater encore le développement dans la période récente y compris dans les départements en charge du dépôt légal. »11)

  1. NAF 28730. Fonds Michel Foucault, http://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc98634s []
  2. Les archives de Guy Debord entrent à la Bibliothèque nationale de France, http://www.bnf.fr/documents/cp_archives_debord.pdf ; NAF 28603. Fonds Guy Debord, http://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc57433n []
  3. Les archives de Roland Barthes entrent à la Bibliothèque nationale de France, http://www.bnf.fr/documents/cp_roland_barthes.pdf ; NAF 28630. Fonds Roland Barthes, http://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc78608x []
  4. Fonds René Girard, http://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc94943q []
  5. NAF 28150. Fonds Claude Lévi-Strauss, http://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc134071 ; Catherine Faivre d’Arcier, « Les Archives de Claude Lévi-Strauss », Chroniques de la BnF, http://chroniques.bnf.fr/numero_courant/collections/archives_levi_strauss.htm []
  6. Le fonds Jean-François Revel entre à la BnF, http://www.bnf.fr/documents/cp_revel.pdf []
  7. NAF 28481. Fonds Germaine Tillion, http://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc12933d []
  8. NAF 28464. Fonds Jean Rouch, http://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc4402h, 1950-1997 : Fonds Jean Rouch – Archives sonores – Films finis, http://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc90685z ; 1961-1994 : Fonds Jean Rouch – Archives sonores – Films non finis, http://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc96277c []
  9. BERT, Jean-François. Qu’est-ce qu’une archive de chercheur ? Nouvelle édition [en ligne]. Marseille : OpenEdition Press, 2014 (généré le 30 janvier 2018). Disponible sur Internet : <http://books.openedition.org/oep/438>. ISBN : 9782821834620. DOI : 10.4000/books.oep.438. []
  10. http://www.cnrs.fr/paris-michel-ange/IMG/pdf/guide_ARCHIfacile.pdf et décliné par délégations, comme par exemple en Midi-Pyrénées, https://cnrs-hebdo.dr14.cnrs.fr/documents/361/document.aspx&usg=AOvVaw0fP3u8jERFFcS7EA9xKF88 []
  11. Charte documentaire 2015 : Politique d’enrichissement des collections, (version synthétique), url : <http://www.bnf.fr/documents/charte_doc_synthetique.pdf>. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Cycle « Les écrivains et la presse » : Proust et la presse

Les relations entre les écrivains et la presse sont souvent complexes, ambiguës, voire contradictoires. Ce cycle de conférences présente les activités journalistiques de Zola, Sand, Apollinaire, Aragon ou encore Colette et illustre cette ambivalence, entre attraction et répulsion, qui varie selon l’auteur et parfois même au cours d’une carrière. Lors de chaque conférence, deux spécialistes ou jeunes chercheurs évoquent les carrières journalistiques de ces écrivains, les liens avec leur œuvre littéraire, et l’état d’avancement de la recherche ainsi que les chantiers à venir.

Article de Jean Cocteau consacré à Marcel Proust, dans l’Excelsior : journal illustré quotidien
L’exemple le plus remarquable dans l’actualité de la recherche cette année est la parution du livre issu de la thèse de Yuri Cerqueira Dos Anjos, Proust et la presse de la Belle Époque, publié aux éditions Champion1. En effet, alors que l’œuvre de Proust a été largement analysée, ses articles publiés de 1890 à1922, dans une trentaine de journaux et revues littéraires, n’avaient pas encore fait l’objet d’une étude aussi large.
 Des documents seront présentés dans le foyer du petit auditorium.

Programme

  • Conférence inaugurale
    Par Jean-Yves Tadié, professeur émérite à la Sorbonne
  • Proust et la presse dans Gallica
    Par Sophie Robert, chargée de collections, service de la presse, DEP, BnF
  • Les débuts de Proust dans la presse
    Par Yuri Cerqueira dos Anjos, professeur à l’université Fédérale de Juiz de Fora, Brésil
  • Proust journaliste mondain
    Par Guillaume Pinson, professeur à l’université Laval, Canada
  • Proust critique littéraire dans la presse
    Par Luc Fraisse, professeur à l’université de Strasbourg et membre de l’Institut universitaire de France
  • L’adieu au journalisme
    Par Nathalie Mauriac Dyer, directrice de recherche au CNRS, responsable de l’équipe Proust de l’ ITEM (Institut des textes et manuscrits modernes)

Lectures par Gabriel Dufay, comédien.

Informations pratiques

Samedi 10 février 2018 – 14h00-19h00
Bibliothèque nationale de France
François-Mitterrand – Petit auditorium
Entrée libre
Quai François-Mauriac – Paris 13e

  1. Cf. son Carnet de recherche : Marcel Proust et la presse : archives, ressources et recherches, https://proustpresse.hypotheses.org/ []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Sommet sur l’identifiant ARK (Archival Resource Key) (21 mars 2018)

Le 21 mars 2018, la Bibliothèque nationale de France organise une  journée d’information et d’échanges sur l’identifiant ARK à même d’intéresser les acteurs des humanités numériques à la recherche de données validées.

Argument

Pour assurer l’interopérabilité des données, les acteurs des humanités numériques savent l’importance de l’attribution d’un identifiant unique à chaque donnée afin d’en garantir l’accessibilité dans le temps1 pour en garantir la citabilité car il désigne une ressource numérique indépendamment de sa localisation. D’aucuns connaissent les numéros handle gérés par la Corporation for National Research Initiatives2 ou encore le Digital object identifier (DOI)3. Il en existe d’autres comme Uniform Resource Name (URN)4) et l’Archival Resource Key (ARK) choisi par la Bibliothèque nationale de France.

ARK (Archival Resource Key) est un système d’identifiants mis en place par la California Digital Library (CDL), et qui a vocation à identifier des objets de manière pérenne. Il peut s’agir d’objets de tous types, physiques (table, livre), numériques (livre numérisé…) ou même immatériels (concepts…).

Organisée par le département des Métadonnées de la BnF, cette journée s’adresse autant aux utilisateurs confirmés qu’à des utilisateurs potentiels qui souhaiteraient mettre en place des permaliens et s’informer sur les atouts d’ARK. Elle proposera, dans la matinée, un tutoriel pour se familiariser avec les concepts fondamentaux qu’ARK mobilise et une présentation des bonnes pratiques et des tendances actuelles de l’identifiant. L’après-midi sera consacrée à des retours d’expérience d’utilisateurs.

Programme

    • 9h : Accueil des participants
    • 9h30 : Tutoriel (optionnel, sur inscription) – ARK pour les débutants (Sébastien Peyrard, chef du service Ingénierie des métadonnées, BnF)
    • Pause (10h30)
    • 11h : Conférence inaugurale : Passé, présent et futur d’ARK : historique, valeur ajoutée, adoption et perspectives (John Kunze, architecte des systèmes d’identification et créateur de l’identifiant ARK, California Digital Library)
    • 11h45 : Implémenter les identifiants ARK : les bonnes pratiques – foire aux questions pour les futurs utilisateurs (Bertrand Caron, expert de modélisation, BnF)
    • Déjeuner libre (12h30-14h)
    • 14h : Retours d’expérience
      > INIST (Nicolas Thouvenin, chef du service Recherche & développement)
      > Bibliothèque nationale de Luxembourg (Roxana Maurer-Popistașu, coordinatrice de la préservation numérique)
      > Archives départementales de la Gironde (Delphine Jamet, adjointe au chef de service de la collecte et du traitement)
    • Pause (15h30)
    • 16h : Table ronde – les éditeurs de logiciels, au service de la maîtrise des identifiants ARK par leurs institutions clientes
      > 1 égal 2 (Franck Bernardet)
      > Naoned (Alexis Moisdon)
      > Empreinte Digitale (Guillaume Lory)
    • 16h45 : Conclusion (Emmanuelle Bermès, adjointe chargée des questions scientifiques et techniques auprès du directeur des Services et des réseaux, BnF)

Modalités pratiques

Inscription en ligne via Eventbrite, gratuite et obligatoire, dans la limite des places disponibles

Mercredi 21 mars 2018, de 9h30 à 17h00, accueil à partir de 9h
Paris, Bibliothèque nationale de France
Site François-Mitterrand – Petit Auditorium (entrée principale – hall Est)

  1. raison pour laquelle on les nomme des identifiants pérennes ou PID, pour persistent identifier. []
  2. système employé par la Très grande infrastructure de recherche Huma-Num []
  3. mais dont l’attribution est payante. C’est le système choisi par OpenEdition qui  dépose des DOI auprès de l’agence Crossref pour les articles des revues d’OpenEdition Journals et bientôt pour les livres et chapitres d’OpenEdition Books. []
  4. Système employé par la Bibliothèque nationale suisse, la Deutsche Nationalbibliothek (DNB) et la Österreichische Nationalbibliothek (ÖNB []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Année Claude Debussy : ressources de la BnF

Ce 19 janvier 2018, un concert donné par Daniel Barenboim à la Philharmonie de Paris en présence du président français et de la chancelière allemande a marqué le lancement de la commémoration du centenaire de la mort du compositeur Claude Debussy (22 août 1862 – 25 mars 1918). Ce centenaire est l’occasion de mentionner les ressources disponibles à la Bibliothèque nationale de France (BnF).
Claude Debussy, tirage de démonstration de l’Atelier Nadar

Le jour anniversaire de la mort du compositeur, soit le 25 mars, se tiendra une « Nuit blanche Debussy ». Le ministère de la Culture prévoit la publication prochaine d’un site internet1 pour signaler  tous les événements de la commémoration qui durera jusqu’au 25 mars 2019.

Rappelons que la Bibliothèque nationale de France s’était mobilisée à l’occasion du centenaire de sa naissance en présentant une exposition sur le site Richelieu, galerie Mansart, du 22 juin au 30 septembre 19622 dont le commissariat était assuré par le musicologue, spécialiste de Debussy, François Lesure, conservateur au département de musique de la Bibliothèque Nationale3.

Est-il besoin de rappeler que c’est à François Lesure que l’on doit la création du Centre de documentation Claude Debussy4 – aujourd’hui hébergé dans les locaux du département de la Musique de la Bibliothèque nationale de France depuis 1996 – et ses Cahiers Debussy 5. François Lesure fut aussi l’initiateur de l’édition critique des œuvres complètes6 et de l’édition de la correspondance générale de Claude Debussy7 et l’auteur de travaux pionniers parmi lesquels l’édition du catalogue de l’œuvre8 et d’une biographie critique du compositeur9.

Dans l’attente du calendrier des événements, signalons d’ores et déjà le cycle de neuf conférences Claude Debussy, Claude de France10 organisé par la Philharmonie de Paris et au cours duquel interviennent nos collègues de l’Institut de recherche en musicologie (IReMus, CNRS, Université Paris-Sorbonne, Bibliothèque nationale de France, Ministère de la Culture) Denis Herlin et Myriam Chimènes. Le premier, qui a œuvré avec François Lesure pour l’établissement de la correspondance de Debussy11, a évoqué ce 11 janvier L’univers symboliste de Debussy : la Librairie de l’Art indépendant (1890-1895)12. Le 25 janvier, Myriam Chimènes a dressé le portrait de La société parisienne et la carrière de Debussy13. Jeudi 5 avril, Denis Herlin interviendra de nouveau : A la recherche de couleurs orchestrales : du Prélude à l’après-midi d’un faune aux trois Nocturnes14.

Mais alors que s’achève le Week-end Debussy 100 à la Philharmonie de Paris, donnons à voir quelques-unes des ressources de la BnF, notamment au travers de la base de données sémantique de la BnF, data.bnf.fr15, qui, si elle ne moissonne pas l’intégralité des recensements de collections de la BnF, permet de visualiser la richesse et la variété d’un grand nombre d’entre elles.

Ainsi, au jour où nous publions, le site propose :

  • 7 499 documents liés à la notice d’autorité de Claude Debussy dont 656 sont numérisés et donc consultables dans Gallica, la bibliothèque numérique de la BnF ;
  • 818 documents au sujet de Claude Debussy.

Le site data.bnf.fr, exploitant les codes de fonction attribués aux rôles de Claude Debussy dans les notices descriptives des 7 499 documents, offre la répartition suivante :

C’est ainsi que tout un chacun peut accéder et  déchiffrer la musique de Claude Debussy sur ses manuscrits musicaux, comme le donne à voir cet extrait de La Mer (accès au manuscrit complet en cliquant sur l’image) :

La mer : trois esquisses symphoniques pour orchestre : 4 mains : manuscrit autographe de Claude Debussy

Celui qui souhaite élargir sa recherche peut consulter les notices suivantes permettant de rebondir sur les notices bibliographiques qui leurs sont  liées dans les bases citées :

  1. Dans l’attente du site web, Claude Debussy figure sur la page des Commémorations nationales 2018 du portail des archives de France, FranceArchives, avec une notice qui renvoie à celle du 150e anniversaire de la naissance du compositeur, url : <https://francearchives.fr/fr/commemo/recueil-2018/82601648>. []
  2. Lesure, François, Claude Debussy, Paris : Bibliothèque Nationale, 1962, 1 vol. (72 p.-8 p. de pl.). Disponible en ligne, url : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6456586n/f10.image>. []
  3. « François Lesure », Wikipédia. Disponible en ligne, url : <https://fr.wikipedia.org/wiki/Fran%C3%A7ois_Lesure>. []
  4. Cf. son site internet : http://www.debussy.fr/cdfr/centre/centre.php []
  5. Cf. http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb34378787n []
  6. Œuvres complètes de Claude Debussy, Paris : Durand : Costallat, cop. 1985-, http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb395806552 []
  7. Lettres : 1884-1918 / Claude Debussy ; réunies et présentées par François Lesure, Paris : Hermann, 1980. Rééd. Paris : Hermann, 1993. Rééd. [Paris] : Gallimard, impr. 2005. []
  8. Catalogue de l’œuvre de Claude Debussy, Genève : Minkoff ; [Paris] : [diffusion Frankelve], 1977. []
  9. Claude Debussy : biographie critique, [Paris] : Klincksieck, 1994. []
  10. Cf. programme en ligne, url : <https://philharmoniedeparis.fr/fr/programmation/culture-musicale/cycles-et-seances-de-culture-musicale/claude-debussy-claude-de-france>. []
  11. Nous renvoyons à l’entretien qu’il donna à Florilettres au moment de la parution de la correspondance : « Entretien avec Denis Herlin. Propos recueillis par Nathalie Jungerman », Florilettres, 1er septembre 2005. Disponible en ligne, url : <http://www.fondationlaposte.org/florilettre/entretiens/entretien-avec-denis-herlin-propos-recueillis-par-nathalie-jungerman/>. []
  12. Cf. https://philharmoniedeparis.fr/fr/activite/college/18342-claude-debussy-claude-de-france []
  13. Cf. https://philharmoniedeparis.fr/fr/activite/college/18344-claude-debussy-claude-de-france. []
  14. Cf. https://philharmoniedeparis.fr/fr/activite/college/18348-claude-debussy-claude-de-france. []
  15. Cf. http://data.bnf.fr/. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Rencontres à la BnF : Les écrivains et la presse

Les relations entre les écrivains et la presse sont souvent complexes, ambiguës, voire contradictoires. Ce cycle de conférences présente les activités journalistiques de Zola, Sand, Apollinaire, Aragon ou encore Colette et illustre cette ambivalence, entre attraction et répulsion, qui varie selon l’auteur et parfois même au cours d’une carrière. Lors de chaque conférence, deux spécialistes ou jeunes chercheurs évoquent les carrières journalistiques de ces écrivains, les liens avec leur œuvre littéraire, et l’état d’avancement de la recherche ainsi que les chantiers à venir.

Programme

  • Samedi 10 février 2018 : Proust et la presse
  • Jeudi 8 mars 2018 : Zola et la presse
  • Jeudi 15 mars 2018 : George Sand et la presse
  • Jeudi 22 mars 2018 : Apollinaire et la presse
  • Jeudi 29 mars 2018 : Aragon et la presse
  • Jeudi 5 avril 2018 : Colette et la presse
  • Jeudi 12 avril 2018 : Sorj Chalandon, entre presse et littérature

Informations pratiques

Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand – Salle 70
Entrée libre
Quai François-Mauriac – Paris 13e

 

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Archives du patrimoine écrit / Patrimoine écrit des archives

Les Archives nationales, la Bibliothèque nationale de France et l’Institut national du patrimoine organisent un séminaire intitulé Archives du patrimoine écrit / Patrimoine écrit des archives avec le soutien du Labex Cap se tenant les jeudis de 16h à 18h du 15 février au 28 juin 2018.

Argument

Archives et bibliothèques constituent deux modes de conservation et de valorisation des documents écrits. Tout se passe comme si le patrimoine écrit et le patrimoine archivistique étaient deux entités parallèles s’ignorant mutuellement. Ce dispositif contradictoire est le produit d’une histoire que ce séminaire entend aborder à partir de la formation et des pratiques professionnelles, des enjeux politiques et juridiques et des fonctions assignées à la mise en archives et à la collecte des documents écrits.

Programme

15 février 2018 : Pour une histoire croisée du Patrimoine écrit, entre bibliothèques et archives

Séance d’introduction par Anne Leblay-Kinoshita, cheffe de la mission pour la gestion de la production documentaire et des archives, Bibliothèque nationale de France (BnF), Yann Potin, chargé d’études documentaires aux Archives nationales (AN), Anne Pasquignon, adjoint au directeur des Collections pour les questions scientifiques et techniques, BnF, et Philippe Barbat, directeur de l’INP

15 mars 2018 : Histoire comparée de l’administration des Archives nationales et de la Bibliothèque nationale (1790-1870)

Séance animée par Marie Galvez, archiviste paléographe, conservateur à la BnF, et Denise Ogilvie, conservateur en chef aux Archives nationales-Centre Jean Mabillon

5 avril 2018 : Enregistrer les fonds : la question des archives des entrées et des acquisitions

Séance animée par Clément Arnaud, Archives départementales de Seine-et-Marne, Christophe Gauthier, professeur d’histoire du livre et des médias contemporains (XIXᵉ-XXIᵉ siècles) à l’École Nationale des Chartes, Cécile Robin, chargée d’études documentaires aux AN, et Isabelle Le Masne de Chermont, directrice du département des manuscrits, BnF

3 mai 2018 : Bâtiments d’archives et de bibliothèques face à leur archives courantes et définitives

Séance animée par Jean-Luc Bichet, architecte, coordinateur bâtiment de Pierrefitte-sur-Seine, AN, et Christian Hottin, directeur des études du département des conservateurs, INP

31 mai 2018 : Mémoriser la consultation et le lectorat : l’enregistrement des recherches et les archives de la communication

Séance animée par Claire Béchu, chargée de mission pour la diffusion scientifique, AN, Emmanuel Rousseau, directeur des fonds, AN, et Jacqueline Sanson, présidente de la Société française d’archéologie et ancienne directrice générale de la BnF

28 juin 2018 : Exposer le patrimoine écrit : documenter et archiver la mise en vitrine des archives et des manuscrits

Séance animée par Ariane James-Sarrazin, conseillère scientifique à l’Institut national d’histoire de l’art, et Eve Netchine, directrice du département des Cartes et plans, BnF

Informations pratiques

Pour assister aux séminaires, l’inscription est obligatoire : formulaire d’inscription 

Le jeudi de 16 h à 18 h, à l’INP – Salle Champollion – 2 rue Vivienne – 75002 Paris

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Journée d’étude sur la diffusion des données de la BnF (20 mars 2018)

Le mardi 20 mars 2018, au lendemain du Salon du livre, la Bibliothèque nationale de France organise une nouvelle journée d’étude sur la diffusion des données de la BnF. Cette journée permettra notamment de découvrir de nouveaux modes d’accès aux données de la BnF et dressera un panorama des échanges de métadonnées entre les différents acteurs de la chaîne du livre.

La matinée sera l’occasion de présenter les nouveautés liées aux services d’accès (ouverture d’un service SRU d’interrogation du catalogue, lancement du site BnF API et jeux de données, placement des données du CCFr sous licence ouverte) et aux données (l’ISNI, les nouvelles zones liées à la Transition bibliographiques, les fichiers numériques adaptés pour les personnes en situation de handicap), avant une présentation du projet CORPUS de construction de services avec le monde de la recherche.

L’après-midi sera consacrée à une table ronde sur les échanges de métadonnées dans l’ensemble de la chaîne du livre avec les différents acteurs concernés (distributeurs, éditeurs, libraires…) et sur la place des données de la BnF dans cet environnement.

Elle se conclura sur une présentation de la future plateforme de services numériques du Puy-de-Dôme.

Programme

    • 9h : Accueil des participants
    • 9h30 : Ouverture (Arnaud Beaufort, directeur général adjoint et directeur des Services et réseaux, BnF)
    • 9h45 : Une nouvelle offre de services de diffusion
      Tous les moyens d’accéder aux données de la BnF : le site BnF API et jeux de données (Pauline Moirez, Innovation, BnF) et l’ouverture des données du CCFr (Wilfried Müller, Catalogue Collectif de France, BnF)
      Le nouveau service SRU d’interrogation de BnF catalogue général (Laure Mane, services aux professionnels, BnF) et la récupération anticipée des pré-notices du dépôt légal
      Les évolutions de data.bnf.fr (Aude Le Moullec-Rieu, data.bnf.fr, BnF)
    • Pause (11h)
    • 11h20 : Actualité sur les données
      Les nouvelles zones créées à la BnF dans le cadre de la Transition bibliographique (Clémence Agostini, services aux professionnels, BnF
      Récupérer l’ISNI : pourquoi ? comment ? (Valérie Dhiver, Agence d’enregistrement ISNI-BnF et Héloïse Lecomte, service des Référentiels, BnF)
      La mutualisation des fichiers adaptés à destination des personnes empêchées de lire (Chloé Cottour, Centre Exception handicap, BnF)
    • 12h : Co-construire les humanités numériques entre bibliothèques et chercheurs : le projet CORPUS (Emmanuelle Bermès, adjointe chargée des questions scientifiques et techniques auprès du directeur des Services et des réseaux, BnF)
    • Déjeuner libre (12h30-14h)
    • 14h : Les métadonnées dans la chaîne du livre
      Du créateur au lecteur, panorama de la circulation des données entre les différents acteurs de la chaîne du livre (Dominique Parisis, président de la commission FEL numérique de la CLIL, et Anne Bommier-Chasles, Extranet du dépôt légal, BnF)
      Table ronde interprofessionnelle (animée par Héloïse Lecomte, service des Référentiels, BnF) avec :
      > Véronique Backert, directrice générale, Dilicom
      > Joëlle Aernoudt, directrice qualité de la base de données bibliographique, Electre
      > Luc Audrain, direction innovation, Hachette
      > Xavier Guillot, expert sur les questions de Transition bibliographique auprès de la FULBI
    • Pause (15h30)
    • 15h50 : Production et exposition des métadonnées de la future plateforme de services numériques du Puy-de-Dôme (Renaud Aïoutz, chef de projet du développement numérique et Christophe Torresan, directeur de la Médiathèque départementale du Puy-de-Dôme)
    • 16h20-16h45 : Conclusion (Frédérique Joannic-Seta, directrice du département des Métadonnées, BnF)

Modalités pratiques

Mardi 20 mars 2018, de 9h30 à 17h00, accueil à partir de 9h Paris, Bibliothèque nationale de France
Site François-Mitterrand – Grand Auditorium (entrée principale – hall Est)

Inscription en ligne via Eventbrite, gratuite et obligatoire, dans la limite des places disponibles.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Séminaire « Sources iconographiques du quartier Richelieu dans les collections du département des Estampes et de la photographie de la BnF »

Dans le cadre du projet de recherche sur l’histoire du « quartier » Richelieu, le Centre allemand d’histoire de l’art, la Bibliothèque nationale de France, l’École nationale des Chartes, les Universités Paris I Panthéon Sorbonne et Paris-Sorbonne ainsi que l’Institut national d’histoire de l’art organisent le séminaire ‘Histoire de quartier ».

Programme

Après la conférence d’Alexandre Gady (Université Paris-Sorbonne) intitulée Le quartier Richelieu. Topographie, architecture, patrimoine du 15 décembre 2017, la deuxième séance se tiendra le vendredi 2 février 2018.

Intitulée « Sources iconographiques du quartier Richelieu dans les collections du département des Estampes et de la photographie de la BnF », la séance sera animée par Corinne Le Bitouzé, conservateur général, adjoint au directeur du département, Loïc Le Bail, conservateur en chef, responsable de la conservation, et Pauline Chougniet, conservateur, responsable des dessins.

Modalités pratiques

Date : vendredi 2 février 2018.

Lieu : Salle de réunion de la Bibliothèque de l’INHA, 58 rue de Richelieu (7ème étage), de 10h30-12h30.

Rendez-vous à 10h20 précises dans le hall Labrouste pour faciliter l’accès à la salle du séminaire.

Inscription sur Eventbrite : https://www.eventbrite.fr/e/billets-seminaire-sources-iconographiques-du-quartier-richelieu-dans-les-collections-du-departement-des-42531431657

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts