Archives de catégorie : Agenda

Journée d’étude : Le Sacramentaire de Drogon (Paris, BnF, Latin 9428) et les ivoires de Metz (12/10)

Sacramentarium. [Sacramentaire dit de Drogon]
Sacramentarium. [Sacramentaire dit de Drogon], https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b525084620/f1.item

Fleuron de la Renaissance carolingienne, le Sacramentaire de Drogon conservé au département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale de France sous la cote Latin 9428 est doublement célèbre, par son histoire prestigieuse et le luxe de sa décoration. Ce manuscrit liturgique a été commandé entre 826/837 et 855 par l’évêque de Metz Drogon, fils illégitime de Charlemagne et grand mécène de son temps, et a fait partie du trésor de la cathédrale de Metz jusqu’à la Révolution. Il a reçu un luxueux décor, composé d’enluminures et d’une reliure d’orfèvrerie ornée de 18 plaques d’ivoire sculpté. Ces plaques d’ivoire ont été remontées à l’époque moderne dans un ordre différent et enchâssées dans une nouvelle monture d’argent.

La restauration des plaques et de la monture, financée par un généreux don de Michael I. Allen aux American Friends of the National Library of France via la King Baudouin Foundation United States, a été récemment menée dans le cadre du programme de restauration des reliures précieuses du département des Manuscrits en vue de leur exposition dans le futur musée Richelieu. Elle a permis de faire des découvertes majeures concernant la fabrication des plaques d’ivoire et leur assemblage d’origine et d’ouvrir ainsi de nouvelles pistes de recherches sur les ivoires de cette époque, leur origine, les procédés de fabrication et leur iconographie, ainsi que sur l’histoire du trésor de la cathédrale de Metz, exceptionnellement riche en ivoires carolingiens.

Cette journée d’étude interdisciplinaire organisée par la Bibliothèque nationale de France et le musée du Louvre, dans le sillage du partenariat scientifique que les deux institutions ont noué autour de l’exposition « Reliures précieuses dans les collections de la BnF au musée du Louvre » (novembre 2017- juillet 2018), présentera les premiers résultats de ces découvertes.

Programme

9h30-10h

Introduction

Isabelle le Masne de Chermont (BnF) et Jannic Durand (musée du Louvre)

10h-10h30

Étude et restauration des ivoires des plats de reliure du Sacramentaire de Drogon

Marie-Emmanuelle Meyohas (restauratrice)

10h30-11h

Le revers des ivoires de Drogon à la lumière de la question des réemplois d’ivoires au Moyen Âge

Danielle Gaborit-Chopin et Florian Meunier (musée du Louvre)

11h-11h30 Pause

11h30-12h

Les interventions sur les reliures médiévales d’orfèvrerie et d’ivoire du trésor de la cathédrale de Metz à l’époque moderne

Maxence Hermant (BnF)

12h-12h30 Discussion

12h30-14h Déjeuner

14h-14h30

Pour une lecture renouvelée de l’iconographie des plaques du Sacramentaire de Drogon

Charlotte Denoël (BnF/Centre Jean Mabillon)

14h30-15h

La commande artistique de Drogon à travers ses Évangiles (BnF latin 9388) et leur décor

Anne-Orange Poilpré (Université Paris 1)

15h-15h30 Pause

15h30-16h

La réception des ivoires carolingiens à l’époque romane : l’exemple de l’abbaye Saint-Arnoul de de Metz

Isabelle Bardiès-Fronty (musée de Cluny)

16h00-16h30 Discussion

Informations pratiques

  • En raison du contexte sanitaire, la capacité de l’auditorium Colbert est limitée à 100 personnes.
  • Inscription obligatoire via le lien suivant : https://drogon.sciencesconf.org/
  • Date : 12 octobre 2020
  • Lieu : Auditorium Colbert, 2 rue Vivienne, 75002
  • Organisée par Charlotte Denoël (BnF), Maxence Hermant (BnF) et Florian Meunier (musée du Louvre)
Evangelia quattuor [Évangiles dits de Drogon] (1r-183r). Capitulare evangeliorum (184v-196v).
Evangelia quattuor [Évangiles dits de Drogon] (1r-183r). Capitulare evangeliorum (184v-196v).
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b55001425m/f1.item

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Séminaire du Projet e-NDP ― Notre-Dame de Paris et son cloître

Le projet e-NDP (ANR 2020) engage l’examen des registres capitulaires, de la documentation et des livres de Notre-Dame de Paris au Moyen Âge, pour étudier la société, l’économie, le bâti du cloître et de ses dépendances.

Nicolas-Jean-Baptiste Raguenet (1715-1793). "Le cloître Notre-Dame vu de la Grève, 1753". Huile sur toile. Paris, musée Carnavalet.
Nicolas-Jean-Baptiste Raguenet (1715-1793). « Le cloître Notre-Dame vu de la Grève, 1753 ». Huile sur toile. Paris, musée Carnavalet. https://www.parismuseescollections.paris.fr/fr/musee-carnavalet/oeuvres/le-cloitre-notre-dame-vu-de-l-ile-saint-louis-quai-d-orlean

Porté par le Laboratoire de médiévistique occidentale de Paris (LaMOP), le projet a pour partenaires les Archives nationales, la Bibliothèque nationale de France (Département des Manuscrits, Bibliothèque de l’Arsenal), l’École nationale des Chartes et la Bibliothèque Mazarine.

A cet effet, il lance un séminaire mensuel à partir du 20 octobre prochain. Les séances se déroulent le 3ème mardi de chaque mois, de 10 h à 12 h (à l’exception de la séance du mercredi 14 avril).

Programme

20 octobre 2020 Archives Nationales, salle d’Albâtre ― Les registres du chapitre et le fonds de Notre-Dame de Paris aux Archives nationales : J. Claustre, D. Smith,
S. Nadiras et I. Bretthauer

17 novembre 2020 Bibliothèque Mazarine, salle Franklin ― Historiographie et perspectives épistémologiques : D. Smith, A.-F. Schmid, J. Morsel, S. Lamassé

15 décembre 2020 Archives Nationales, salle d’Albâtre ― Le traitement des archives au chapitre ; leur devenir à la Révolution : L. Tryoen-Laloum, Y. Potin et M. Hermant

19 janvier 2021 LaMOP (Sorbonne, salle Perroy) ― Le fonctionnement institutionnel du chapitre : J. Claustre, A. Massoni, V. Julerot et É. Lusset

16 février 2021 École nationale des Chartes ― Le projet d’édition des registres du chapitre : O. Canteaut, V. Jolivet, P. Brochard, N. Perreaux, J.-B. Camps, J. Claustre et D. Smith

16 mars 2021 Archives Nationales, salle d’Albâtre ― La topographie du cloître et son bâti : H. Noizet, P. Bernardi, B. Bove, J. Claustre et D. Smith

14 avril 2021 Bibliothèque Mazarine, salle Franklin ― Gestion et finances du chapitre : J. Claustre, C. Jéhanno, D. Smith

18 mai 2021 Bibliothèque Mazarine, salle Franklin ― Vie, usages et autorité du livre, I. Enseignement et production du savoir : T. Kouamé, G. Lobrichon, F. Delivré, D. Smith

15 juin 2021 LaMOP (Sorbonne, salle Perroy) ― Vie, usages et autorité du livre, II. Liturgie, musique et dévotion : Y. Sordet, C. Denoël, A.-Z. Rillon, L. Albiero

Informations pratiques

Pour tous renseignements, s’adresser à :

Pour faciliter l’organisation du séminaire, un sondage au sujet de la 1ère séance est proposé : https://evento.renater.fr/survey/1ere-seance-du-semin…-zqirz9bl.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

colloque « L’art et le livre entre XVe et XVIIIe siècle, pour une approche transdisciplinaire » (8-9/10/20)

Anne-Louis Girodet de Roussy-Trioson : Un jeune enfant regardant des figures dans un livre (1797). Premier portrait de Benoît-Agnès, fils du Dr Trioson (mort en 1804).
Anne-Louis Girodet de Roussy-Trioson : Un jeune enfant regardant des figures dans un livre (1797). Premier portrait de Benoît-Agnès, fils du Dr Trioson (mort en 1804)

Argument

Histoire de l’art et histoire du livre ont beaucoup à se dire. Mais comme objet incorporant du texte aussi bien que de l’image, le livre a surtout intéressé jusqu’à présent les historiens du littéraire examinant, par exemple, les rapports entre texte et gravures. Les historiens de l’art, de leur côté, ont cherché à comprendre les modes de transposition du texte en image et inversement. Ce colloque interdisciplinaire entend plutôt examiner, dans le vaste laboratoire de l’époque moderne qui voit le livre naître puis triompher, la manière dont chaque discipline se saisit du livre, suivant quelles modalités et dans quelles perspectives. Trois approches ont été proposées aux communicants. La première interroge les processus créatifs dans l’objet-livre, qui tiennent compte à la fois des nécessités économiques, des impératifs de la mise en page, des attentes du public et du statut de l’auteur des images comme des textes. La deuxième cherche à comprendre la possible autonomie des images par rapport au texte, en amont ou en aval de l’entreprise éditoriale et le statut de ces images sorties des livres. Enfin, la troisième se penche sur le collectionnisme né autour des livres à images : classement et signalement, critères de rareté, extraction des images au détriment des textes.

Programme

Jeudi 8 octobre

Matinée

  • Mot de bienvenue : Nathalie Marcerou-Ramel, directrice de l’Enssib
  • Mot d’accueil : Chloé Perrot
  • Introduction au colloque : Dominique Varry
  • Session 1 : Des images pour des livres
    • Ilaria Andreoli (ITEM-CNRS) : « Économie et stylistique du livre illustré du XVIe siècle : le triangle Lyon, Paris, Venise »
    • Anne-Marie Telesinski (CERLIM, Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle) : « La métamorphose en images : de l’incunable enluminé à la gravure commentée (Italie, XVe- mi-XVIe s.) »
    • Rodolphe Leroy (Université de Bourgogne) : « Poèmes figurés entre imprimé et manuscrit, lectures d’un livre de prestige à la Renaissance »
    • Rosa De Marco (Université de Liège) : « Le livre de fête et ses illustrations : plis et replis du spectaculaire »

Après-midi

  • Session 1 : Des images pour des livres ( suite)
    • Marie Chaufour (Université de Bourgogne) : « Du livre d’emblèmes aux emblèmes appliqués »
    • Isabelle Baudino (IRHIM – ENS Lyon) : « Images et imagination du passé dans les livres et la peinture en Grande-Bretagne au XVIIIe siècle »
    • Nathalie Collé (Université de Lorraine) : « Quand l’illustration sort du livre et voyage : cartes postales et timbres inspirés de quelques classiques de la littérature anglaise »
  • Session 2 : Des images hors les livres
    Présidence : Nathalie Collé (Université de Lorraine)
    • Marion Gouriveau (HISCA – Université Paris 1 Panthéon Sorbonne) : « L’illustration dans les traités anatomiques (XVe-XVIIIe siècles) »
    • Mylène Vangeon (Université Paris 1 Panthéon Sorbonne) : « Pour une étude des gravures dans les livres de science newtonienne en France au XVIIIe siècle »
    • Marianne Volle (Collège Glendon/Université York à Toronto – Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) : « Le Nouveau Monde à l’échelle du livre : représenter la flore et sa grandeur dans les relations de voyage en Amérique au XVIIIe siècle »

Vendredi 9 octobre

Matinée

  • Session 3 : Livres et images au prisme du collectionnisme et de l’expertise savante
    Présidence : Philippe Martin (Lyon 2)
    • Nastasia Gallian (Centre André Chastel, Sorbonne Université) : « Matteo Botti (1566-1621) : bibliophile et collectionneur d’estampes entre Florence et Paris »
    • Carla Julie (Université de Lausanne) : « Un peintre du Grand Siècle auteur d’un livre d’estampes : François Verdier et l’Histoire des actions  extraordinaires de Samson, 1698) »
    • Antoine Gallay (Université de Genève, Université Paris-Nanterre) : « Lorsque la passion de l’estampe conduit à la destruction du livre : collectionner l’oeuvre de Sébastien Le Clerc au tournant du XVIIIe siècle »
    • Kristina Borovkova (CESR – Université de Tours) : « La fabrique d’un recueil d’ornements typographiques : la ‘Bibliographie pittoresque’ du collectionneur et bibliophile orléannais Jean-Michel Constant Leber »
    • Pascale Cugy (INHA) : « La gravure d’illustration a droit à une place dans l’histoire de l’art. Jeanne Duportal (1866-1954) et l’Étude sur les livres à figures édités en France de 1601 à 1660 »

Après-midi

  • Visite de la bibliothèque municipale de Lyon

Organisatrices

  • Clarisse Evrard (Université de Lille)
  • Fabienne Henryot (Enssib)
  • Chloé Perrot (BnF, département des Estampes, doctorante à l’École Doctorale d’Histoire de l’Art, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

Informations pratiques

  • Date et horaire : 8/10/2020 9h – 9/10/2020 16h
  • Adresse : Enssib | 17-21 bd du 11 novembre 1918 | 69100 Villaurbanne
  • Entrée libre sur inscription

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Fiches et fichiers. L’archive Foucault à l’ère du numérique

Colloque de clôture du projet ANR Foucault Fiches de Lecture – Première partie à l’IMEC Abbaye d’Ardenne, 10-11 septembre 2020, à la BnF le 26 septembre 2020.

Fiches et fichiers. L’archive Foucault à l’ère du numérique
Fiches et fichiers. L’archive Foucault à l’ère du numérique

En proposant la numérisation des fiches de lecture de Michel Foucault conservées à la BnF, le programme ANR Foucault Fiches de Lecture (FFL) vise une approche de l’œuvre de Foucault fondée sur l’analyse des pratiques de lecture du philosophe et de ses cheminements de pensée.

Le colloque final sera l’occasion d’effectuer un bilan, au niveau des outils développés, en ce qui concerne l’édition et le travail de la recherche foucaldienne valorisant le fonds Foucault déposé à la Bibliothèque nationale de France. Il s’agira aussi de proposer une réflexion sur les enjeux politiques et intellectuels du numérique dans le domaine des archives. Parce que matérialité technique et pensée sont étroitement liées, le numérique en tant qu’écriture n’est pas sans effet ni sur la façon d’organiser et de penser les archives dans la société, ni sur la manière de pratiquer la philosophie.

Programme du 10 septembre

  • 9h30 Mot de bienvenue par F. Bordes et P. Sabot suivi d’une ouverture par Mathias Girel, Laurence Le Bras et Michel Senellart
  • 10h30 Les outils. Président de séance J.-P. Moreux
    • Présentation de la plate-forme numérique
      Vincent Ventresque
    • « Lire les fiches de lecture avec Transkribus »
      Marie-Laure Massot et Vincent Ventresque
  • 14h30 Les projets d’édition. Président de séance L. Dartigues
    • « Michel Foucault, un cas exemplaire pour penser les pratiques savantes »
      Jean-François Bert
    • « Les usages de la plate-forme au soutien des projets d’édition de Michel Foucault »
      Elisabetta Basso
    • « Reconstituer un corpus à partir d’archives : Foucault et la phénoménologie »
      Philippe Sabot
  • 18h00 Soirée animée par E. Basso
    • Les enjeux des archives numériques pour les chercheurs et les archivistes. Avec François Bordes, Laurence Le Bras, Jean-Philippe Moreux, Arianna Sforzini

Programme du 11 septembre

  • 9h30 Analyse du travail « matériel » (1). Président de séance M. Senellart
    • « Le bio-pouvoir entre libéralisme et néolibéralisme. Un regard par les boîtes »
      Luca Paltrinieri
    • « La genèse des Aveux de la chair : les hypothèses de l’archive »
      Philippe Chevallier
    • « Édition et ayants-droit, une nécessaire coopération »
      Laurent Dartigues
  • 14h30 Analyse du travail « matériel » (2). Président de séance Ph. Chevallier
    • « Foucault, néolibéralisme et la question de l’État : un éclairage à partir des fiches de lecture »
      Carolina Verlengia
    • « Archéologie et volonté chez Michel Foucault entre les années 1950 et 1960 »
      Orazio Irrera

Programme du 26 septembre

Matinée

9 h 30 – Présentation de la matinée par Laurence Le Bras
9 h 40 – Présentation du projet et des objectifs techniques par Vincent Ventresque
9 h 50 – Présentation de fonctionnalités de Gallica utiles au projet par Jean-Philippe Moreux
10 h – Présentation du prototype et de ses aspects expérimentaux par Vincent Ventresque
11 h – Présentation de Transkribus par Jean-Philippe Moreux et Marie-Laure Massot
12 h – Présentation de la plateforme Eman par Richard Walter

Après-midi

14 h 30 – Ouverture par Laurence Le BrasIsabelle le Masne de chermont
15 h – « Le projet FFL : présentation et devenir », présentation du projet Foucault Fiches de Lecture et de ses enjeux pour la recherche par Michel Senellart et Laurent Dartigues
15 h 30 – « Conserver et éditer les archives », table ronde animée par Laurence Le Bras, avec Henri-Paul Fruchaud et Daniel Defert
16 h 30 – « Articles, cours, inédits : les visages de l’œuvre posthume », table ronde animée par Philippe Chevallier, avec François EwaldFrédéric Gros et Claude-Olivier Doron
17 h 30 – Table-ronde conclusive animée par Judith Revel : « Ce que l’édition posthume fait à l’œuvre  »

Informations pratiques BnF

  • Samedi 26 septembre 2020, 9h30 – 18h30
  • Entrée gratuite – Réservation recommandée via l’application Affluences ou sur affluences.com (rubrique Bibliothèques) – Réservation obligatoire avant le 18 septembre pour la matinée.
  • Il est recommandé de se présenter en avance (jusqu’à 20 minutes avant la manifestation).

Comité d’organisation

Elisabetta Basso, Laurent Dartigues, Michel Senellart, Vincent Ventresque, Carolina Verlengia, avec l’aimable participation de
François Bordes et Philippe Sabot.

Contact : laurent.dartigues@ens-lyon.fr

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Que lit un bibliographe de la Bibliothèque nationale ? Catalogue partiel de la bibliothèque de Josué Seckel

Dans ces pages, nous avions annoncé le décès de Raymond-Josué Seckel et la cérémonie d’hommage qui s’était déroulée1.

Aujourd’hui, nous signalons le dernier catalogue de la librairie Henri Vignes, consacré à la bibliothèque de Josué Seckel2.

Il s’agit d’un choix d’ouvrages, la famille ayant conservé une partie de sa bibliothèque et en ayant également donné à la Bibliothèque nationale de France et à des amis de Josué Seckel, pour perpétuer son souvenir en dispersant certains de ses ouvrages dans leurs bibliothèques.

Nous nous permettons de reproduire, avec l’autorisation de M. Henri Vignes que nous remercions, l’introduction de Marie-Noëlle Bourguet-Seckel.

Raymond Josué Seckel, le vagabond des livres

Feuilleter ce catalogue – quelque 400 ouvrages choisis dans la bibliothèque de Raymond Josué Seckel et réunis en une collection à son nom – produit l’étrange sensation d’une mise en abyme : de page en page s’y répercute l’image de celui qui fut lui aussi bibliographe et collectionneur, inlassable liseur de catalogues, impénitent flâneur de librairies.

Bibliographe, il l’était par vocation et profession : un métier qu’il avait appris, ainsi qu’il aimait à dire, comme commis-libraire dans une grande librairie strasbourgeoise, puis comme élève à l’École nationale supérieure de bibliothécaires, et qu’il pratiqua avec passion à la Bibliothèque nationale où il fit toute sa carrière (1973-2013). Entré au service de la Bibliographie de la France, nommé à la Salle des catalogues en 1978, il en fut le dernier directeur à partir de 1989 avant de prendre en charge la création, puis la direction, du département de la recherche bibliographique de la Bibliothèque nationale de France, poste qu’il occupa jusqu’à sa retraite. Au long de ces années, il fut pour ses « chers lecteurs », collègues et chercheurs, le bibliographe du dernier recours, un vrai magicien selon le mot de Jacques Roubaud. Pour lui qui circulait comme en se jouant dans le maquis des fichiers, des répertoires et bientôt des catalogues numérisés, les recherches les plus insolites étaient des défis accueillis avec une sorte d’allégresse gourmande, aucune question ne devait rester sans réponse, aucune énigme bibliographique sans solution.

Collectionneur, bibliophile, il l’était aussi, à sa manière qui n’était pas, généralement, une recherche de « beaux » livres, d’éditions anciennes ou de reliures précieuses (même si, en historien du livre, il était sensible à ces qualités). Des catalogues qu’il annotait page à page, des présentoirs de librairie dont l’exploration scandait ses promenades à travers Paris, il extrayait des ouvrages d’aspect souvent des plus modestes – une mince plaquette, un volume dépareillé, un numéro de revue isolé –, auxquels lui seul savait donner sens : soit parce qu’il s’agissait d’auteurs avec qui il entretenait d’invisibles affinités ; soit parce qu’il avait au premier coup d’oeil reconnu quelque rareté ou curiosité bibliographique.

Aussi est-ce après coup, dans l’image condensée qu’en offre le catalogue, qu’apparaissent quelques lignes de force de la quête qu’il poursuivait. La place, attendue, faite aux outils de travail du bibliothécaire : l’histoire du livre et de l’imprimerie, l’histoire des collections et des bibliothèques, la bibliographie. Des champs d’étude et de recherche érudite, qui révèlent des jardins plus secrets : le Livre et la tradition juive ; les catalogues d’art et les livres d’artiste ; la littérature érotique et son histoire éditoriale, matière d’une exposition sur L’Enfer de la Bibliothèque dont il fut le co-commissaire en 2007-2008. Enfin l’attrait esthète, militant, pour les marges, les à-côtés de la scène littéraire, les expériences graphiques et formelles des avant-gardes de naguère ; un goût affirmé pour les genres mineurs et les livres minuscules, pour les revues éphémères qu’il s’attachait à constituer en séries complètes, pour des aventures éditoriales comme celle de K éditeur dont il se fit le bibliographe.

Josué avait coutume de dire qu’un catalogue garde une part de mystère, parce que manque toujours une clef pour le lire. Où chercher dans le cas de sa propre bibliothèque la clef qui permettrait d’en approcher la vérité : dans la partition entre cohérence et éclectisme, rigueur et vagabondage qui s’y jouait, sur fond d’immense culture ? dans les quelques titres, pour lui fondateurs, qu’il tenait moins à posséder qu’à offrir, à conserver qu’à faire lire et partager – un poème de Goethe, une brève nouvelle de Georg Büchner, un roman de Georges Limbour, un récit d’Henri Calet, quelques autres encore ? Paradoxe de celui qui savait résoudre par les livres les énigmes des autres et dont les livres gardent cachée l’énigme personnelle, la part invisible qui cependant donnait sens à leur compagnonnage.

Marie-Noëlle Bourguet-Seckel


Comme tout catalogue, la consultation de celui-ci forme une sorte de portrait en creux, dont la lecture révèle les goûts et intérêts de Josué Seckel. Le sommaire du catalogue en donne un aperçu :

  • Bibliographie n° 1 à 52
  • Curiosa n° 53 à 80
  • Judaïca n° 81 à 98
  • Revues n° 99 à 139
  • Beaux-arts n° 140 à 194
  • Surréalisme n° 195 à 213
  • Situationnisme n° 214 à 239
  • Littérature n° 240 à 418

Ainsi, ce catalogue donne à lire combien la bibliothèque du bibliographe fut aussi bien son bureau où se déploie l’univers intellectuel du commissaire d’expositions qu’il fut que le reflet de ses passions, par exemple pour la poésie. 


Signalons que le libraire Henri Vignes est également bibliographe puisqu’il a édité la bibliographie de plusieurs maisons d’éditions3.


Mise à jour du 26 mai 2020

Le catalogue de la bibliothèque de Josué a reçu un tel écho d’intérêt et de souvenir, que certaines demandes n’ont pu être honorées, les ouvrages choisis étant déjà retenus.

Aussi, pour ouvrir un choix plus large et accessible, Henri Vignes propose en complément une liste de 1112 numéros (dont des titres de périodiques4), tous provenant aussi de la collection de Josué Seckel, et actuellement disponibles sur le site de la librairie. En voici la liste :

En plus de références sur la bibliographie, l’amateur retrouvera de nombreux titres sur la poésie, Jean Paulhan, Pascal Quignard, Georges Perec, Jacques Roubaud, la littérature érotique, l’histoire du livre, mais aussi Ezra Pound, Raymond Queneau, etc.

  1. Hommage à Raymond-Josué Seckel (1949-2019), url : <https://bnf.hypotheses.org/8195>. []
  2. Disponible en ligne sur le site du libraire, url : <https://www.librairievignes.com/uploads_pdf/670_catalogue_pdf_Biblioth%C3%A8que%20Seckel%20-%20Vignes%20Online%20-%20Catalogue%20n%C2%B04%20-%20printemps%202020.pdf>. []
  3. Bibliographie des Editions de Minuit, Bibliographie des Editions de la Nouvelle Revue française, Bibliographie des éditions Denoël et Steele, cf. url : <https://www.librairievignes.com/bibliographies>. []
  4. Par exemple, 75 vol. de Po&sie, 65 du Nouveau Commerce, les 49 premiers numéros d’Histoires littéraires : revue trimestrielle consacrée à la littérature française des XIXe et XXe siècles, etc. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

SI J’ÉTAIS… Une collecte de photographies pour une exposition participative

Photographie : © Nine Jacquet
Photographie : © Nine Jacquet

En attendant sa prochaine programmation d’expositions, l’Institut pour la photographie vous propose avec Wipplay, son premier projet interactif. Pour participer, envoyez-lui 1, 2 ou 3 photos qui répondent à ces questions :

Régulièrement, l’Institut partagera avec vous une sélection des photographies reçues. VOS images raconteront certainement NOS histoires à tous. Espérons que celles-ci nous permettront de nous évader autrement en ces temps de confinement.

Exposition de toutes les photographies lors de la programmation d’expositions EN QUÊTE, à l’Institut pour la photographie, à Lille, prévue du 10 septembre au 15 novembre 2020 (sous réserve de l’évolution de la situation sanitaire).

Téléchargez le règlement 

Téléchargez le communiqué de presse 

Logo IPP
Logo IPP

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Colloque : La photographie, une « histoire pour tous » : Hommage à François Brunet (26-27/3)

Le colloque La photographie, une “histoire pour tous”, organisé sous la direction scientifique de la revue Transbordeur : photographie, histoire, société, en partenariat avec l’Université d’Amiens, l’Université de Lille et la Maison Européenne des Sciences de l’Homme et de la Société à Lille, propose de rendre hommage aux travaux sur l’histoire et les images de François Brunet.

Dans le prolongement du colloque Les manières de faire vernaculaires (Université de Paris, LARCA, 23-24 janvier 2020), qui a axé son propre hommage à François Brunet sur la notion de vernaculaire et sur les productions qui s’y rapportent, il concentrera ses réflexions sur les formes populaires d’écriture de l’histoire de et par la photographie.

Jeudi 26 mars

  • Mot d’accueil
    Modération : NATHALIE DELBARD, Professeure en arts plastiques, Université de Lille, CEAC
  • 10h30 : Introduction de JEAN KEMPF, Professeur de civilisation américaine, Université Lumière-Lyon 2, Membre de l’UMR Triangle
  • 11h : ELIANE DE LARMINATMobilisations des archives photographiques des logements sociaux de Chicago. Histoire en image, contre-récits et mémoire sociale
  • 11h45 : JORDI BALLESTALes photographies amateures des dossiers administratifs de déclaration de travaux. Pour une histoire photographique étendue des paysages contemporains.
  • Déjeuner libre
  • Modération : CHRISTIAN JOSCHKE, Maître de conférences au département d’Histoire de l’art et d’Archéologie de l’Université Paris Ouest Nanterre
  • 14h : DIDIER VIVIENHistoires vernaculaires & photographies sans auteur. L’exemplarité éditoriale du Bassin minier Nord Pas-de-Calais.
  • 14h45 : MATHILDE BERTRANDLa photographie comme outil et vecteur d’une histoire populaire et alternative dans les travaux du Photography Workshop.
  • Pause
  • 16h : LYDIA ECHEVERRIA1Auteur et amateurs. Pour une histoire photographique des quartiers populaires.
  • 17h : conclusion
  • Moment convivial autour d’un verre

Vendredi 27 mars

  • Mot d’accueil
    Modération : LISE LERICHOMME, Maîtresse de conférences en arts plastiques à l’Université de Picardie Jules Verne à Amiens
  • 10h30 : Introduction de DIDIER AUBERT, Enseignant au département Monde anglophone de l’Université Paris 3 -Sorbonne Nouvelle – « L’humanisme profond de la photographie« .
  • 11h : ALEXANDRA DE HEERINGDe l’invisibilisation à la représentation de soi. L’histoire des communautés subalternes en Inde du Sud à travers le portrait photographique.
  • 11h45 : ANAIS MAUUARINHistoire (re)naissantes. Retours
  • et appropriations des photographiques de l’ethnologie.
  • Déjeuner libre
  • Modération : OLIVIER LUGON, Professeur d’histoire de la photographie à l’Université de Lausanne
  • 14h : CAROLIN GEORGENL’histoire de la photographie américaine depuis les marges. La Peter Palmquist Collection sur l’Ouest américain au XIXe siècle : apports historiographiques et méthodologiques.
  • 14h45 : MARLENE VAN DE CASTEELE« A Camera Issue. » Popularisation et commercialisation de la photographie dans les magazines Vogue et Commercial Camera Magazine.
  • Pause
  • 16h : ISABELLA SENIUTAHistoire des Texbraun, les invisibles du monde photographique.
  • 16h45 : Conclusion de MICHEL POIVERT, Professeur d’histoire de l’art/photographie, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Informations pratiques

  • Jeudi 26 mars

Maison européenne des sciences de l’homme et de la société (MEHS)
2 rue des Cannonniers, 59000 Lille
Espace Baïetto

  • Vendredi 27 mars

UFR Arts de l’Université Jules Verne – Picardie
30 rue des Teinturiers
80000 Amiens

  1. Chercheuse-associée de la Bibliothèque nationale de France. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

La Bibliothèque nationale de France et le Centre national de la recherche scientifique signent une nouvelle convention-cadre

Logo CNRS
Logo CNRS
Laurence Engel, présidente de la Bibliothèque nationale de France et Antoine Petit, président-directeur général du CNRS, Paris, CNRS, Salon d'honneur
Laurence Engel, présidente de la Bibliothèque nationale de France et Antoine Petit, président-directeur général du CNRS, Paris, CNRS, Salon d’honneur

Laurence Engel, présidente de la Bibliothèque nationale de France et Antoine Petit, président-directeur général du CNRS, ont signé mardi 10 mars 2020 une nouvelle convention-cadre réaffirmant la volonté de coopération des deux établissements.

Laurence Engel, présidente de la Bibliothèque nationale de France et Antoine Petit, président-directeur général du CNRS
Laurence Engel, présidente de la Bibliothèque nationale de France et Antoine Petit, président-directeur général du CNRS

Dans le cadre des missions qui leurs sont attribuées, le CNRS et la BnF participent chacun au partage et à la diffusion des savoirs, à la valorisation des résultats de la recherche comme au développement de nouvelles connaissances.

Les deux établissements ont par ailleurs une politique concertée dans leurs domaines de recherche communs, notamment en sciences humaines et sociales et en sciences et technologies de
l’information et de la communication. Leur convergence d’intérêt a conduit à la conclusion d’une convention-cadre dès 1997.

La nouvelle convention signée ce 10 mars 2020 réaffirme et renforce le cadre de cette coopération. Elle vise à améliorer la synergie des actions entreprises et leur visibilité, à favoriser la mise en relation des recherches menées avec d’autres programmes ou unités ayant des intérêts convergents, à assurer une meilleure promotion des collections de la BnF auprès des chercheurs. A la faveur de nouveaux services numériques aux chercheurs mis en place à la BnF, elle contribuera à intensifier les collaborations dans les domaines de la fouille des données massives favorisant l’exploitation du vaste gisement de collections numériques de la la BnF (collections numérisées ou nativement numériques, images fixes et animées, archives du web).

Les études et recherches conduites conjointement dans le cadre de cet accord peuvent relever de disciplines diverses intéressant plusieurs Instituts du CNRS : sciences humaines et sociales, sciences
biologiques et chimie, sciences de l’information et de leurs interactions (informatique, traitement du signal et de l’image, intelligence artificielle…).

Laurence Engel, présidente de la Bibliothèque nationale de France et Antoine Petit, président-directeur général du CNRS
Laurence Engel, présidente de la Bibliothèque nationale de France et Antoine Petit, président-directeur général du CNRS

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Colloque international – Chansons/Romans : fréquences croisées (depuis 1968) (17-19/03)

Affiche
Affiche

Qu’est-ce que le roman demande à la chanson ? Qu’est-ce que les chansons retiennent des romans ? Ce colloque qui se déroule le 17 mars à la BnF, le 18 mars à l’université Sorbonne Nouvelle-Paris 3 puis le 19 mars à la Maison de la poésie (Paris 3e), a pour ambition d’explorer les interférences de la chanson et du roman de langue française depuis 1968.

C’est aux interférences de la chanson et du roman de langue française, depuis 1968, que ce colloque s’attachera.

Il interrogera ce que le roman demande à la chanson : que font les chansons dans les romans ? quelle(s) place(s), quelle(s) fonction(s), quelles transformations réciproques ? Il se penchera aussi sur ce que les chansons retiennent des romans. Il prêtera une attention particulière aux figures hybrides de romanciers devenus auteurs de chansons et de chanteurs devenus romanciers.

Il examinera enfin la pratique en développement des collaborations artistiques de romanciers et de chanteurs : quels dispositifs créatifs, quelles interactions, quels déplacements des cultures artistiques d’origine ?

À travers les zones de frottement, les espaces de porosité ainsi ménagés, il s’agira de saisir les enjeux d’une aimantation réciproque et de cerner des singularités irréductibles.

Un concert payant conclura le colloque (réservations auprès de la Maison de la poésie).

Colloque organisé par Bruno Blanckeman et Catherine Brun, université Sorbonne Nouvelle-Paris 3 / THALIM

Programme

17 mars

9 h 15 – 9 h 45 – Ouverture
Jamil Jean-Marc Dakhlia, président de l’université Sorbonne Nouvelle

9 h 45 – 11 h 15 – Session 1 : Au prisme des romans
Présidence : Catherine Brun, université Sorbonne Nouvelle-Paris 3

Philippe Djian, La chanson comme mesure de l’écriture
Par Françoise Zamour, ENS Ulm

La trilogie noire de Jean-Claude Izzo (Total Khéops, Chourmo, Soléa) et le rôle de la chanson et du rap dans ces romans
Par Birgit Mertz-Baumgartner, université d’Innsbruck

La chanson au service du personnage
dans la trilogie Vernon Subutex de Virginie Despentes
Par Céline Pruvost, université de Picardie Jules-Verne

10  h 45 – 11 h 15 : Discussion

11 h 30 – 12 h 30 – Table ronde 1 : Romans/chansons : Histoire, politique
À chaque époque sa chanson de Gavroche ? Mai 68, mai 81, les utopies défaites, une nouvelle pandémie, des banlieues en crise, l’émergence de modes de vie alternatifs, une nouvelle ère de migrations : dans quelle mesure et de quelle manière ces situations de société impactent-elles les romans et chansons d’une même époque?
Modérateur : Françoise Zamour, ENS Ulm
Avec Bertrand Dicale,  journaliste, spécialiste de la chanson française, Stéphane Chaudier, université de Lille

14 h 15 – 15 h 15 – Session 2 : Les chanteurs-romanciers
Présidence : Bruno Blanckeman, université Sorbonne Nouvelle-Paris 3

Figuration et défiguration du chanteur pop dans quelques récits exofictionnels (Johnny, Ziggy, Britney & co)
Par Mathieu Messager, université de Nantes

Une histoire de mélancolies : magnétisme des lointains, impressions chantées et circulations romanesques chez Yves Simon
Par Jean-Pierre Zubiate, université Toulouse II

14 h 55 – 15 h 15 – Discussion

15 h 30 – 16 h 30 – Table ronde 2 : Chansons/romans : expériences, création
Modérateur : Patrice Demailly
Avec Colette Fellous et Michäel Ferrier, écrivain et essayiste

16 h 30 – 17 h 30 – Débat d’ensemble

18 h 30 – 19 h 30 – Lecture croisées par Émeline Bayart, actrice, chanteuse et metteuse en scène

18 mars

Au prisme des chansons. Présidence : Catherine Douzou

9 h 45 – 10 h 05 – Stéphane Chaudier (Université de Lille), La chanson, un romanesque alternatif

10 h 05 – 10 h 25 – Stéphane Hirschi (Université Polytechnique Hauts-de-France), Les romans catalyseurs de chansons

10 h 25 – 10 h 45 – Bruno Blanckeman (Université Sorbonne Nouvelle), De la chanson comme micro-fiction

10h45-11h15 : Discussion

11 h 30 – 12 h 30 – Table ronde 3 : Chansons/romans : romances, romanesque
Modérateur : Gilles Bonnet
Avec Joël July, Cécile Prévost-Thomas

14 h 30 – 16 h – Au prisme des romans II. Présidence : Stéphane Hirschi

14 h 30 – 14 h 50 – Luca di Gregorio (Université de Liège), Copains d’abord et requiem pour les cons. La droite littéraire et l’« imaginaire français » dans la chanson des Trente Glorieuses

14 h 50 – 15 h 10 – Joël July (Aix-Marseille Université), La chanson comme déterminisme

15 h 10 – 15 h 40 – Discussion

16 h – Conversation avec Annie Ernaux (Bruno Blanckeman et Catherine Brun)

19 mars

9 h 45 – 11 h 15 – Les chanteurs-romanciers II. Présidence : Pascal Mougin

9 h 45 – 10 h 05 – Audrey Coudevylle-Vue (Université Polytechnique Hauts-de-France), À la frontière des genres, l’œuvre protéiforme de Brigitte Fontaine

10 h 05 – 10 h 25 – Cécile Prévost-Thomas (Université Sorbonne Nouvelle), Nicole, Sapho, Lola, Mara et les autres. Lumières croisées sur les œuvres des autrices, compositrices, interprètes et romancières francophones

10 h 25 – 10 h 45 – Gilles Bonnet (Université Lyon 3), En chanson dans le texte

10 h 45 – 11 h 15 – Discussion

Table Ronde 4 : Chansons/romans : scène de théâtre, scène d’écriture
Modérateur : Stéphane Hirschi
Avec Olivier Chaudenson (directeur de la Maison de la Poésie), Yves Charnet (écrivain)

14 h 30 – 16 h 30 – Session 6 : Œuvres croisées.
Présidence : Marc Dambre

14 h 30 – 14 h 50 – Catherine Douzou (Université de Tours), La collaboration entre Patrick Modiano et les Editions musicales Fantasia

14 h 50 – 15 h 10 – Pierre Pichon (BnF),  Stephan Eicher / Philippe Djian. “Tu ne me dois rien” : de l’intime universel 

15 h 10 – 15 h 30 – Bernard Jeannot (Université d’Angers), La pratique d’un roman désenchanté : l’expérience des romans musicaux de Florent Marchet et Arnaud Cathrine 

15 h 30 – 15 h 50 – Catherine Brun (Université Sorbonne Nouvelle), Roman, enquête, photos, chansons : le contre-dispositif d’Alex Beaupain et Isabelle Monnin

15 h 50 – 16 h 20 – Discussion

20 h – Scène littéraire, à la Maison de la poésie

A la ligne – Feuillets d’usine de Joseph Ponthus, par Michel Cloup Duo et Miossec.
Concert payant. Réservations auprès de la Maison de la poésie.

Informations pratiques

  • Mardi 17 mars 2020, 9 h 15 – 19 h 30
  • Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand – Petit auditorium
  • Quai François-Mauriac – Paris 13e
  • Entrée Est face à la rue Émile Durkheim
  • Entrée libre et gratuite
  • 18 mars 2020, 9 h 45 – 17 h
  • Institut d’études avancées de Paris
  • 17 quai d’Anjou, 75004 Paris
  • Entrée libre, uniquement sur réservation auprès de romans.chansons@gmail.com
  • 19 mars 2020, 9 h 45 – 16 h 30
  • Maison de la poésie – Scène littéraire
  • Passage Molière,
  • 157 rue Saint-Martin, 75003 Paris
  • Entrée libre

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Parution : L’indexation matière en transition – De la réforme de Rameau à l’indexation automatique

L'indexation matière en transition
L’indexation matière en transition

Auteur

Etienne Cavalié. Directeur de publication

Etienne Cavalié est responsable de l’équipe Analyse et Traitement des données au sein du département des Métadonnées de la Bibliothèque nationale de France. Il participe activement au groupe Systèmes & Données du programme de la Transition bibliographique. Il anime depuis 2008 le blog Bibliothèques (reloaded) (https://bibliotheques.wordpress.com/) consacré à l’informatique documentaire. Il s’est entouré des meilleurs spécialistes pour dresser ici un état des mutations en cours, résumées par l’expression « Transition bibliographique ».

Résumé de l’éditeur

L’indexation matière en transition retrace et explique, 40 ans après la création du langage documentaire Rameau, l’actualité mouvante autour des questions d’indexation dans le monde des bibliothèques et des métiers de l’information-documentation. Pourquoi la réforme du langage documentaire Rameau ? A quoi doit-elle servir ? Quels problèmes est-elle censée résoudre ? Quels impacts va-t-elle avoir dans les catalogues des bibliothèques ? Comment anticiper les évolutions à venir, et résoudre les problèmes qui en découleront ? Partant de ces questions d’actualité sur un processus encore en cours, l’indexation matière en transition explore l’ensemble des mutations à l’oeuvre autour de l’indexation matière : l’évolution des données bibliographiques et d’autorité, l’évolution des interfaces et des services, les potentialités offertes. 
Au-delà de l’utilisation bien connue en recherche avancée, par facette ou par rebond, d’autres modalités d’utilisation sont décrites, afin d’explorer les potentialités de l’indexation matière. Cet ouvrage pose également la question de l’évolution des outils et des données au coeur de la Transition bibliographique. Il s’interroge sur le compétences métier et l’offre de formation pour les acquérir. Les perspectives à moyen ou long terme autour de l’indexation automatique n’impliquent pas une disparition du métier, mais une transformation de ses missions, de ses activités : cette évolution doit se préparer aujourd’hui, afin que les professionnels des bibliothèques restent maîtres de leur collections, des données qu’ils gèrent et des services qu’ils offrent.

Sommaire

  • Introduction [Etienne Cavalié, BnF]1
  • Partie 1 : le contexte normatif et la Transition bibliographique
    • Chapitre 1. Indexation et grammatisation [Bruno Bachimont]
    • Chapitre 2. Le sujet dans le modèle IFLA LRM [Françoise Leresche, BnF]
    • Chapitre 3. La réforme de Rameau : principes, méthode, étapes [Florence Ménard, BnF]
    • Chapitre 4. Perspectives d’évolution de Rameau après la réforme [Ewa Nieszkowska-Serlan]
    • Chapitre 5. Des nouvelles de la classification décimale Dewey [Jean Maury, BnF]
  • Partie 2 : l’indexation comme contexte au sein d’une collection
    • Chapitre 6. Analyser les données d’indexation : comment ? pourquoi ? [François Pichenot]
    • Chapitre 7. Les chantiers d’indexation rétrospective à la Bibliothèque nationale de France  [Etienne Cavalié, BnF] 2
    • Chapitre 8. Indexation automatique des documents : de nouvelles métadonnées pour de nouveaux services [Jean-Philippe Moreux, BnF]
    • Chapitre 9. La formation à l’indexation dans l’enseignement supérieur : approche comparative des diplômes visant une insertion en bibliothèque de lecture publique [David Guillemin]
  • Partie 3 : l’indexation comme appui à une offre de services
    • Chapitre 10. Plaidoyer pour une indexation collaborative… Mais laquelle ? [Hélène Cavalié]
    • Chapitre 11. Utiliser l’architecture de Rameau pour naviguer dans les données d’un catalogue [Pierre Bournerie]
    • Chapitre 12. Indexation et médiation [Bernard Strainchamps]
    • Chapitre 13. L’indexation comme outil de politique documentaire [Géraldine Geoffroy]
    • Chapitre 14. Visualiser l’indexation : au-delà de la cartographie [Raphaëlle Lapôtre, BnF]
  • Conclusion  [Etienne Cavalié, BnF] 3

Informations pratiques

  • Editeur : Paris : Éditions du Cercle de la librairie
  • Date de parution : 6 décembre 2019
  • Description matérielle : 1 vol. (227 p.) ; 24 cm
  • Collection : (Collection Bibliothèques, ISSN 0184-0886)
  • ISBN 978-2-7654-1623-4 (br.) : 40 EUR

En savoir plus

Cette parution fera l’objet d’un « Bibliothèques en débat », à la BnF, le mercredi 11 Mars, de 17h à 18h30, quai François-Mauriac, Paris 13e (salle 70).

Entrée libre dans la limite des places disponibles (70).

Bibliographie sélective

Extrait à feuilleter

  1. Disponible en ligne, url : <https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-02435623>. []
  2. Disponible en ligne, url : <https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-02435624>. []
  3. Disponible en ligne, url : <https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-02435623>. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

France-Vietnam : un portail entre les cultures

Organisé par Nguyen Giang Huong ((Voir son portrait, url : <https://bnf.hypotheses.org/1359>.)) de la BnF en partenariat avec l’EUR Translitteræ,  le séminaire France-Vietnam : un portail entre les cultures est consacré aux recherches récentes sur les échanges culturels entre la France et le Vietnam.

Une large variété de sujets touchant en particulier à l’histoire culturelle et à l’histoire des sciences humaines est présentée au fil des séances. Le séminaire se conçoit comme un lieu d’échange et un atelier de recherche, accueillant des spécialistes français et étrangers qui y exposent leurs travaux et projets. Les intervenants y croisent leurs domaines, mais aussi leurs trajectoires de recherche. Il est ouvert aux étudiants de tout niveau, ainsi qu’aux chercheurs et enseignants-chercheurs intéressés. 

Il se tient un vendredi par mois à l’École normale supérieure.

28 février 2020

La prochaine séance aura lieu le 28 février (16h-18h, Salle Paul Langevin, 29 rue d’Ulm, 1er étage à gauche) et verra intervenir :

  • Myriam de Loenzien (IRD-CEPED), « Accoucher par césarienne au Viêt Nam : un choix ? Approche socio-démographique au sein d’un projet multidisciplinaire en sciences sociales et biomédicales »
  • Luong Van Ha (ECSP Europe & Université Paris 1), « L’image du Vietnam à travers le tourisme : entre la symbolique et l’expérience »

Programme 2020

20 mars | 16h-18h | salle Paul Langevin

  • Anna Moï (romancière), Hoai Huong Nguyen (romancière) et Henri Copin (Université de Nantes), « Le Vietnam entre la mémoire et l’imaginaire : l’écriture féminine francophone »

24 avril | 16h-18h | salle Cavaillès

  • Nguyen Vu Hung (Université Paris 8), « Quelques réflexions sur l’écriture de Samuel Beckett : Pour une introduction en troisième langue (le cas du vietnamien) »
  • Jérôme Gidoin (chercheur indépendant), « Les défunts à la pagode »

22 mai | 16h-18h | salle Cavaillès

  • Aude To (ENS), « Les boat people Vietnamiens en France »
  • Mai Lam Nguyen-Conan (MUUTIVATE), «Une lecture de l’évolution de la société vietnamienne ces vingt-cinq dernières années au travers de la consommation de produits laitiers »

5 juin | 16h-18h | salle des Actes

  • Lâm Lê (cinéaste), « La maison Cinéma(s) du Vietnam et le monde : le moi filmique au singulier et au pluriel »

12 juin | 16h-18h | salle Celan

  • Lê Thi Hoa (IFRAE), « Cheminement historique de l’éducation catholique de l’époque coloniale français à la seconde République du Sud Viet Nam »
  • Pierre Journoud (Université Paul-Valéry Montpellier 3), « Dien Bien Phu dans la relation franco-vietnamienne : de la bataille à la réconciliation »

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Appel à communications : Du jardin vers le monde et du monde au jardin : la cartographie et l’histoire naturelle. date butoir : 20 mars 2020

Partie méridionale de l’Afrique sur les observations de François Levaillant, 1790. – Détail

La commission histoire du Comité français de cartographie organise une journée d’études Du jardin vers le monde et du monde au jardin : la cartographie et l’histoire naturelle le 4 décembre 2020 sur les relations entre la carte et l’histoire naturelle, qui se tiendra au Muséum d’histoire naturelle grâce à un partenariat avec la Direction des bibliothèques et de la documentation du Muséum National d’Histoire Naturelle.

Argument

Les jardins naturalistes, botanique et zoologique, partagent avec la cartographie la volonté de décrire le monde de manière à la fois exhaustive et ordonnée. Les échelles, les matériaux, les apparences de la représentation sont certes différents. Mais il s’agit bien, dans la carte comme dans le jardin, d’élaborer une image du monde qui puisse être lisible par tout un chacun. Cartes et jardins font partie de ce grand effort scientifique qui consiste à faire voir et faire comprendre le monde et ses espaces, naturels et humains.
La journée d’études organisée conjointement par la Commission « Histoire » du Comité Français de Cartographie et la Bibliothèque du Muséum National d’Histoire Naturelle se propose d’explorer les rapports qui se sont noués entre la cartographie et le jardin, notamment au Jardin des Plantes, du point de vue de l’acquisition, de l’organisation, de la représentation et de la diffusion des connaissances naturelles. La période étudiée pourra remonter aux origines médiévales de l’activité de collecte et de description du monde naturel, mais on insistera surtout sur les périodes modernes et contemporaines liées à l’institution du Jardin des Plantes et à son fonctionnement jusqu’à nos jours.
Deux directions sont à envisager : celle qui conduit du jardin vers le monde ; celle qui ramène, pour ainsi dire, le monde vers et dans le jardin.
La cartographie est engagée à des titres et sous des formes multiples dans les opérations de description et de représentation des mondes naturels et humains. De la géologie à l’ethnographie, de la botanique à la zoologie : c’est l’ensemble du champ d’investigation ouvert aux naturalistes qui est devenu le théâtre de la mise en œuvre des opérations cartographiques. 
Il s’agirait alors, dans les contributions à cette Journée d’étude, d’analyser dans un premier temps les diverses façons dont les cartes, aux côtés des archives et autres documents de terrain, ont été mobilisées dans la construction des connaissances naturalistes. Les échelles, les supports matériels, les sémiologies, les modes d’écriture, mais aussi les usages, qui peuvent parfois différer du tout au tout, feront l’objet d’un intérêt particulier. Autrement dit : à quoi servent les cartes sur le terrain naturaliste et comment sont-elles conçues, fabriquées, utilisées, à quelles fins ?
Mais on aimerait également, dans un second temps de cette Journée d’études, pour ainsi dire symétrique au premier, envisager le jardin comme une sorte de carte. Le jardin propose à ses visiteurs et usagers une représentation synthétique, et accessible, des mondes naturels dont les échantillons sont parvenus jusqu’à lui et y ont été rassemblés. Mais le jardin est d’abord un espace, lui-même projeté et fabriqué, entretenu et transformé. A quelles fins ? Sous quelles formes ? L’espace du jardin a été chargé, en quelque sorte, de la mission de faire voir le monde sous ses différentes espèces. Mais comment ses concepteurs, ainsi que les savants y travaillant, ont-ils assumé cette charge ? Autrement dit : quelle(s) carte(s) du monde naturel ont-ils élaboré et diffusé par l’intermédiaire du jardin ?
A cet égard, on accueillera de façon privilégiée les contributions qui sont reliées au Jardin des plantes, et à la documentation cartographique qui est conservée dans ses bibliothèques.

Modalités pratiques

Les propositions de communication (environ 1500 signes), accompagnées d’une courte bio-bibliographie, sont à envoyer avant le 20 mars à l’adresse suivante : catherine.hofmann@bnf.fr.

Le comité de sélection communiquera les résultats de l’appel à communication au plus tard le 30 mai 2020.

Les communications retenues auront vocation à être publiées dans un numéro de la revue du Comité français de cartographie, Cartes & Géomatique, au courant de l’année 2021.

Organisateurs

  • Comité Français de Cartographie (commission ‘histoire’)
  • Direction des bibliothèques du Muséum national d’Histoire Naturelle

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Soutenance de thèse de doctorat sur travaux : Emmanuelle Bermès

Emmanuelle Bermès

Le samedi 25 janvier, Emmanuelle Bermès ((Cf. sa page personnelle : <https://experts.bnf.fr/page_personnelle/emmanuelle-bermes>.)), adjointe aux questions scientifiques et techniques de la direction des services et des réseaux de la BnF, soutient sa thèse de doctorat sur travaux intitulée Le numérique en bibliothèque : naissance d’un patrimoine. L’exemple de la Bibliothèque nationale de France (1997-2019)menée sous la direction de Christophe Gauthier, professeur d’Histoire du livre et des médias contemporains de l’École nationale des chartes.

Composition du jury

  • Valérie Beaudouin, directrice d’études de Télécom Paris
  • Paul Bertrand, professeur à l’Université catholique de Louvain
  • Bernadette Dufrêne, professeure à l’Université Paris 8
  • Valérie Schafer, professeure à l’Université du Luxembourg
  • Christophe Gauthier, professeur à l’École nationale des chartes

Soutenance

  • Samedi 25 janvier 2020 à 9h30
  • École nationale des chartes
  • 65, rue de Richelieu, Paris 2e (salle Léopold-Delisle)
  • Entrée libre dans la limite des places disponibles (70 personnes)

Mise à jour

  • Après délibération, le jury a déclaré Emmanuelle Bermès digne du titre de docteur en histoire et, malgré la disparation des mentions, lui a décerné ses félicitations.
Jury de thèse d’E. Bermès  © Gautier Poupeau

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Journée d’étude (10/2) : Culture matérielle en Asie Centrale – Manuscrits et peintures bouddhiques de la région de Koutcha (VIe-VIIIe siècle)

HisTochText

Le bassin du Tarim, avec en son centre le désert du Taklamakan, a été le témoin du développement de civilisations qui ont prospéré notamment grâce au développement de la Route de la Soie. Nous nous intéresserons durant cette journée d’études aux vestiges matériels liés à la pratique du bouddhisme. Les manuscrits (sur papier, sur tissu ou sur bois) et peintures (sur papier, sur tissu ou murales) sont d’un intérêt particulier pour les linguistes, philologues et historiens qui étudient les textes religieux ou profanes ainsi que l’iconographie et les matériaux de la couleur. Situés géographiquement à la confluence des cultures et civilisations de l’Iran, de l’Inde et de la Chine, les Koutchéens convertis au bouddhisme utilisèrent notamment le papier d’invention chinoise pour copier les textes religieux traduits ou adaptés du sanskrit, qui étaient auparavant écrits sur des supports différents (feuille de palmier, écorce de bouleau ou de peuplier).

Durant cette journée d’étude, nous vous invitons à découvrir cette région de Koutcha et la civilisation indo-bouddhique qui s’y est épanouie (du IIIe au VIIIe siècle de notre ère). Tout au long de cette journée, douze chercheurs exposeront leurs travaux dans la perspective suivante: dans quelle mesure l’étude matérielle et technologique des manuscrits et des peintures peut nous apporter des informations sur ces sociétés anciennes, leurs usages et leur histoire ?

Programme

  • 09h45-10h00 Accueil / Reception
  • 10h00-10h10 Ouverture / Opening – Georges-Jean Pinault (EPHE-PSL) & Isabelle le Masne de Chermont (BnF)

Session 1 – Le projet ERC HisTochText / The ERC project HisTochText: History of the Tocharian texts of the Pelliot collection

  • 10h10-13h00 Modérateur / Chairperson: Anne Michelin, CRC
  • Georges-Jean Pinault (EPHE-PSL)
    Définir la culture manuscrite du bouddhisme, en sanskrit et en tokharien.
    Defining the manuscript culture of Buddhism, in Sanskrit and Tocharian.
  • Melinda Fodor (EPHE-PSL, BnF)
    Les manuscrits du fonds Pelliot Sanskrit: Forme et contenu.
    Pelliot Sanskrit collection’s manuscripts: Form and content.
  • Emilie Arnaud-Nguyen (EPHE-PSL, UH) & Lucas Llopis (CRC, EPHE-PSL)
    Analyses micro et macroscopiques des manuscrits du fonds Pelliot: Matières premières et technologie du support de l’écrit.
    Micro and macroscopic analyses of the Pelliot collection manuscripts: Raw materials and writing support technology.
  • 11h40-12h00 Pause café / Coffee break
  • Kilian Laclavetine (CRC, EPHE-PSL)
    Etude des encres et des techniques de préparation du papier des manuscrits de la collection Pelliot.
    Study of inks and papermaking process on the Pelliot collection’s manuscripts
    .
  • Athanaric Huard (EPHE-PSL, BnF)
    Codicologie du fonds Pelliot Koutchéen: analyse et chronologie.
    Codicology of the Pelliot Koutchéen collection: Diachronic features
    .
    13h00-14h20 Déjeuner / Lunch
  • 13h00-14h20 Déjeuner / Lunch

Session 2 – Ecrire en Asie Centrale – Matérialité et datation : Writing in Central Asia – Materiality and datation

  • 14h20-15h50 Modérateur / Chairperson: Jérôme Petit, BnF
  • Agnieszka Helman-Wazny (UH) & Anna-Grethe Rischel (NatMusDk)
    Papier du nord du désert de Taklamakan – Analyse macroscopique et microscopique des manuscrits de Turfan de la collection de Berlin.
    Paper from the North of Taklamakan Desert – Macroscopic and Microscopic Analysis of Turfan Manuscripts from Berlin
    .
  • Pascale Richardin (C2RMF)
    Manuscrits précieux et datation par le carbone 14 : un défi pluridisciplinaire.
    Precious manuscripts and radiocarbon dating: a pluridisciplinary challenge
    .
  • Ira Rabin (BAM)
    Peut-on étudier les encres au carbone par XRF? Études de manuscrits bouddhistes du Népal.
    Can we study carbon inks with XRF? Studies of Buddhist Manuscripts in Nepal
    .
  • 15h50-16h10 Pause café / Coffee break

Session 3 – Peindre en Asie Centrale – Matériaux de la couleur / Painting in Central Asia – Color materials

  • 16h10-17h10 Modérateur / Chairperson: Léon-Bavi Vilmont, CRC
  • Renate Nöller (BAM)
    Techniques de peinture traditionnelle sur des documents provenant de sites de la Route de la soie.
    Techniques of traditional painting on documents from Silk Road sites
    .
  • Ellen Egel (BLDAM)
    Peintures murales bouddhistes de la Route de la soie – Identification des pigments et de leurs produits d’altération.
    Buddhist mural paintings from the Northern Silk Road – Identification of pigments and of their alteration products
    .
  • 17h10-17h20 Clôture / Closing – Georges-Jean Pinault (EPHE-PSL) & Laurent Héricher (BnF)

Informations pratiques

  • Cette journée se tiendra le lundi 10 février 2020.
  • Auditorium, Galerie Colbert
  • INHA, 2, rue Vivienne, 75002 Paris
  • Entrée libre dans la limite des places disponibles (196 places) mais inscription obligatoire sur le site de la journée d’études : https://histochtext2020.sciencesconf.org/

Organisateurs

La journée d’études sur la « Culture matérielle en Asie Centrale – Manuscrits et peintures bouddhiques de la région de Koutcha (VIe-VIIIe siècle) » est organisée par l’EPHE et le CRC avec le soutien de la BnF et du projet ERC HisTochText.

Pour aller plus loin

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Cycle de conférences 2019 – 2020 : Trésors de Richelieu

La Bibliothèque nationale de France, l’Institut national d’histoire de l’art et l’École nationale des chartes organisent la 9e édition du cycle les Trésors de Richelieu, où conservateurs, chargés de collections, historiens de l’art, du spectacle, de la mode, de la musique, de la littérature et spécialistes des textes partagent leurs savoirs avec un plus large public. À chaque conférence, des œuvres d’art, des manuscrits, des costumes ou des partitions musicales sortent exceptionnellement des magasins de la BnF, de l’INHA et de l’ENC pour être présentés en direct à l’aide d’une caméra, qui en reproduit les plus infimes détails sur le grand écran de l’auditorium de la galerie Colbert.

Programme

17 décembre 2019 : ouverture du cycle par Michelle Bubenicek, directrice de l’ENC, Laurence Engel, présidente de la BnF et Éric de Chassey, directeur de l’INHA

17 décembre 2019 : Des fascicules de L’Ami du peuple tachés du sang de Marat

  • Philippe Charlier, directeur du département de la recherche et de l’enseignement, musée du Quai Branly-Jacques Chirac
  • Corinne Le Bitouzé, directrice-adjointe, département des Estampes et de la photographie, BnF

Le 13 juillet 1793, Jean-Paul Marat tombait sous les coups de Charlotte Corday. On connaît la scène : l’homme politique, malade, allongé dans sa baignoire, une tablette installée devant lui recouverte de papiers qui se tachent peu à peu de son sang. Devenues des reliques, quelques-unes de ces feuilles se trouvent aujourd’hui dans les collections du département des Estampes et de la photographie de la BnF. La provenance de ces documents exceptionnels, jusque-là uniquement attestée par des mentions manuscrites, a pu récemment être confirmée, grâce à des méthodes d’analyses, similaires à celles utilisées par la police scientifique.

14 janvier 2020 : Le Douzième Coup de minuit (1932), un manuscrit au service du « théâtre invisible »

  • Pascal Lécroart, professeur à l’université de Franche-Comté
  • Jean-Baptiste Raze, département des Arts du spectacle, BnF

À la fin des années 1920, le développement technique de la radio et l’élargissement de son public conduisent à l’idée d’un art spécifiquement radiophonique. Influencé par le théâtre, la musique et le cinéma, il produit, en 1929, un premier chef-d’œuvre à dimension internationale : Le Vol de Lindbergh de Bertolt Brecht, Kurt Weill et Paul Hindemith. En France, le groupe théâtral d’avant-garde Art et Action, animé par Édouard Autant et Louise Lara, présente, en décembre 1933, Le Douzième Coup de minuit sur un « poème orchestral » de Carlos Larronde, avec une musique d’Arthur Honegger. Diffusée deux fois à la radio et jouée en version de concert, cette production prestigieuse donne lieu à une valorisation exceptionnelle à travers la réalisation d’un manuscrit superbement calligraphié et d’un enregistrement, destinés à servir de modèle pour la postérité. La conservation de ces pièces remarquables dans le fonds Art et action du département des Arts du spectacle de la BnF permet aujourd’hui d’appréhender la valeur patrimoniale singulière de cette œuvre, alors que les ambitions initiales d’un art radiophonique sont oubliées et que la postérité a relégué hors de nos mémoires cette réalisation.

28 janvier 2020 : La carte d’Italie de Jean-Baptiste d’Anville : prémices d’une nouvelle cartographie

  • Lucile Haguet, conservatrice à la Bibliothèque du Havre
  • Catherine Hofmann, département des cartes et plans, BnF

Dans la première moitié du siècle, la cartographie de l’Europe est dans une situation très inégale, l’Italie faisant partie des pays mal dotés. À quarante-six ans, protégé des ducs d’Orléans, d’Anville est reconnu par ses pairs, mais n’a pas encore atteint la reconnaissance académique. Sa méthode de travail et son érudition l’autorisent à penser qu’il est en mesure d’améliorer la cartographie du globe. Il projette de réaliser dix-huit cartes pour former un nouvel atlas universel. C’est dans ce contexte qu’il publie une nouvelle carte de l’Italie (1743) et rédige un ouvrage de plus de trois cents pages, l’Analyse géographique de l’Italie (1744), qui justifie les nouveaux contours qu’il donne à la péninsule, mais invite aussi le lecteur à se projeter dans un projet plus vaste de remaniement de la représentation du monde. La carte d’Italie est donc le fer de lance d’un projet scientifique et commercial. En comblant radicalement le retard cartographique italien, d’Anville espère être reconnu comme le plus grand géographe de son temps.

25 février 2020 : le manuscrit de Nadja d’André Breton (NAF 28930), acquis en 2017

  • Jacqueline Chénieux-Gendron, directeur de recherche émérite au CNRS
  • Olivier Wagner, département des manuscrits, BnF

Retiré au manoir d’Ango sur le littoral normand au cours du mois d’août 1927, André Breton y écrivit l’un de ses plus beaux textes, Nadja. Le manuscrit autographe de cette œuvre, longtemps réputé perdu, était conservé depuis 1928 dans des collections privées. Joyau de la bibliothèque de Pierre Bergé, ce manuscrit a été acquis par la BnF en 2017 après son classement comme trésor national. Ayant récemment fait l’objet d’une édition sous forme de fac similé, le manuscrit original sera exceptionnellement montré et commenté, accompagné de documents inédits récemment acquis par la BnF. On retrouve au fil de ces pages la genèse d’une œuvre historique, où une écriture en tension se met au service d’une interrogation vertigineuse : « Qui suis-je ? »

3 mars 2020 : Un manuscrit de la Renaissance. Le Missel de Jacques de Beaune

  • Maxence Hermant, département des Manuscrits, BnF
  • Eric Bazin, département de la Conservation, BnF
Missel de Jacques de Beaune

Réalisé peu avant 1511 pour Jacques de Beaune, trésorier de la reine Anne de Bretagne, doyen du chapitre de Saint-Gatien et administrateur de l’archevêché de Tours, le somptueux et imposant Missel de Jacques de Beaune est un des chefs-d’œuvre de la Renaissance française. Enluminé par le peintre du roi Jean Bourdichon et le Maître de Claude de France, il a été doté au milieu du xvie siècle d’une reliure de maroquin à grand décor sur laquelle Nicolas II Fumée, abbé de Beaulieu-lès-Loches, a fait poser un semé de ses initiales. Resté longtemps confidentiel en raison de sa fragilité et de son état, ce manuscrit peut désormais être présenté au public à la faveur d’une importante et récente restauration.

10 mars 2020 : Merveilleuses et ordinaires : les vues d’optique de la bibliothèque de l’INHA

  • Anne-Elisabeth Buxtorf, directrice du département de la Bibliothèque et de la documentation, INHA
  • Johanna Daniel, chargée d’études et de recherches au département des Études et de la recherche, INHA
© bibliothèque de l’INHA

Visionnée à travers la lentille d’une boîte d’optique ou d’un zograscope, les vues d’optique offrent le spectacle – en relief et en couleurs – des plus remarquables paysages urbains du siècle des Lumières, du château de Versailles aux temples de la Chine, des canaux d’Amsterdam à SaintPierre de Rome. Objet d’une production et d’une diffusion massive à partir de 1750, ces estampes conquièrent rapidement un large public, devenant à la fois un divertissement de salon, un objet de collection et une attraction populaire. La bibliothèque de l’INHA possède un ensemble de plus de 600 vues d’optique, dont la quantité comme la qualité permet d’explorer tout un pan de la culture visuelle des hommes et des femmes de la seconde moitié du xviiie siècle et des premières décennies du xixe siècle. La conférence permettra de partir à la découverte de ces objets autrefois banals aujourd’hui insolites et d’en dévoiler quelques secrets.

24 mars 2020 : Les vues d’Italie et d’Orient par les frères Piranèse [ca1801-1802]

  • Annie Gilet, conservateur en chef honoraire, musée des BeauxArts de Tours
  • Sophie Guérinot-Nawroki, BnF, Bibliothèque de l’Arsenal

Peintre et dessinateur talentueux, Louis-François Cassas voyagea en Italie et en Orient à la fin du xviiie siècle et en rapporta de nombreux croquis. Rentré à Paris, il participa à la publication du Voyage pittoresque de la Syrie, de la Phénicie, de la Palestine et la BasseAegypte, par La Porte du Theil, Legrand et Langlès en 1799 et du Voyage pittoresque de l’Istrie et de la Dalmatie par Lavallée en 1802. Une cinquantaine de ses dessins furent gravés et peints dans l’atelier de chalcographie des frères Piranèse pour constituer un ensemble de vues, dont la bibliothèque de l’Arsenal possède l’une des rares collections presque complètes. Ces estampes aux couleurs chatoyantes, parfois montées sur châssis, offrent au regard de somptueux panoramas des sept collines de Rome, des ruines antiques de Sicile et de Grèce, des monuments d’Égypte et d’Asie Mineure, mêlant avec précision et délicatesse architecture et scènes de vie aux paysages méditerranéens.

21 avril 2020 : Le trésor de Saint-Ouen-du-Breuil, exemple des largesses impériales

  • Paul van Ossel, professeur émérite des universités (Université Paris-Nanterre)
  • Dominique Hollard, département des monnaies, médailles et antiques, BnF

Lié à une implantation germanique de la seconde moitié du ive siècle, le trésor de monnaies et médaillons d’or et d’argent de Saint-Ouen-du-Breuil (Seine-Maritime) réunit les témoins de distributions impériales sur un quart de siècle. Il nous permet d’approcher l’univers des soldats et officiers germains de l’entourage des empereurs.

28 avril 2020 : La cité des morts, sur les pas des archéologues en Libye

  • Morgan Belzic, chargé d’études et de recherches au département des Études et de la recherche, INHA
  • Juliette Robain, conservateur au département de la Bibliothèque et de la documentation, INHA

En 1864, les explorateurs britanniques Smith et Porcher publiaient une relation de leur voyage et de leurs fouilles en Cyrénaïque dans un ouvrage fondamental pour la recherche archéologique, History of the Recent Discoveries at Cyrene. À mi-chemin entre la tradition du récit de voyage, le rapport de fouille, le document militaire et l’ouvrage d’histoire, ses abondantes illustrations, lithographies, gravures et photographies, documentent en particulier l’un des sites archéologique majeurs de Méditerranée, la nécropole de Cyrène. Un cimetière plus large qu’une ville, aujourd’hui menacé, heure après heure, par les pilleurs de tombes et les bulldozers. Entrer dans l’histoire de ce livre, explorer son contenu, c’est aussi évoquer le rôle du fonds archéologique de la bibliothèque de l’INHA et ses apports pour la recherche et la préservation du patrimoine.

12 mai 2020 : L’Imprimeur et le Roi : le Nouveau Testament grec (1550)

  • Christine Bénévent, professeur d’histoire du livre, ENC
  • Fabienne Le Bars, département de la réserve et des livres rares, BnF

Donner accès au texte biblique, revenir aux sources : ces deux enjeux majeurs animent les controverses religieuses du xvie siècle. C’est dans ce contexte que Robert I Estienne (1503 ?-1559) publie en 1550 un Nouveau Testament grec « ex bibliotheca regia », établi d’après les manuscrits grecs présents dans les collections royales auxquels renvoie un apparat critique. Cette édition, imprimée avec les « Grecs du roi » gravés par Claude Garamond, passe pour la plus remarquable, tant par sa qualité textuelle que par son élégance typographique, du grand imprimeur humaniste parisien, bientôt contraint à l’exil genevois en raison de ses sympathies pour la Réforme. L’exemplaire offert par Estienne à Henri II, dans une reliure exceptionnelle qui la classe parmi les plus spectaculaires de la Renaissance française, est un témoin extraordinaire des efforts consentis au service d’une impossible conciliation.

26 mai 2020 : L’Appassionata de Beethoven (conférence concert)

  • Alain Planès, pianiste
  • Jérôme Fronty, département de la musique, BnF

La sonate pour piano n° 23 en fa mineur opus 57 est une œuvre représentative de la période dite « héroïque » de Beethoven, celle de la Cinquième symphonie ou de Fidelio. D’emblée reconnue comme un sommet du répertoire pianistique, elle doit son surnom à l’invention posthume d’un éditeur. Mais ses audaces formelles rejoignent singulièrement l’apparence matérielle du manuscrit, les circonstances dans lesquelles celui-ci nous est parvenu, et les thèmes qu’on y entend. Qu’on y lise un tribut à l’esprit du « Sturm und Drang », ou fasse fond d’une référence supposée du génie de Bonn à La Tempête shakespearienne, en tournant les pages de la partition on suit aussi les traces d’un orage survenu sur la route de Vienne en 1806. Pour illustrer et prolonger le cours de cette pensée musicale, la sonate sera restituée au pianoforte.

Informations pratiques

  • Entrée libre
  • 18h15 – 19h30
  • Auditorium de la galerie Colbert
  • 2 rue Vivienne, Paris 2e
  • Programmation & organisation Charlotte de Foras (ENC), Fieschi (INHA), Muriel Couton (BnF), Gennaro Toscano (BnF)

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts