Archives de catégorie : Agenda

SI J’ÉTAIS… Une collecte de photographies pour une exposition participative

Photographie : © Nine Jacquet
Photographie : © Nine Jacquet

En attendant sa prochaine programmation d’expositions, l’Institut pour la photographie vous propose avec Wipplay, son premier projet interactif. Pour participer, envoyez-lui 1, 2 ou 3 photos qui répondent à ces questions :

Régulièrement, l’Institut partagera avec vous une sélection des photographies reçues. VOS images raconteront certainement NOS histoires à tous. Espérons que celles-ci nous permettront de nous évader autrement en ces temps de confinement.

Exposition de toutes les photographies lors de la programmation d’expositions EN QUÊTE, à l’Institut pour la photographie, à Lille, prévue du 10 septembre au 15 novembre 2020 (sous réserve de l’évolution de la situation sanitaire).

Téléchargez le règlement 

Téléchargez le communiqué de presse 

Logo IPP
Logo IPP

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Colloque : La photographie, une “histoire pour tous” : Hommage à François Brunet (26-27/3)

Le colloque La photographie, une “histoire pour tous”, organisé sous la direction scientifique de la revue Transbordeur : photographie, histoire, société, en partenariat avec l’Université d’Amiens, l’Université de Lille et la Maison Européenne des Sciences de l’Homme et de la Société à Lille, propose de rendre hommage aux travaux sur l’histoire et les images de François Brunet.

Dans le prolongement du colloque Les manières de faire vernaculaires (Université de Paris, LARCA, 23-24 janvier 2020), qui a axé son propre hommage à François Brunet sur la notion de vernaculaire et sur les productions qui s’y rapportent, il concentrera ses réflexions sur les formes populaires d’écriture de l’histoire de et par la photographie.

Jeudi 26 mars

  • Mot d’accueil
    Modération : NATHALIE DELBARD, Professeure en arts plastiques, Université de Lille, CEAC
  • 10h30 : Introduction de JEAN KEMPF, Professeur de civilisation américaine, Université Lumière-Lyon 2, Membre de l’UMR Triangle
  • 11h : ELIANE DE LARMINATMobilisations des archives photographiques des logements sociaux de Chicago. Histoire en image, contre-récits et mémoire sociale
  • 11h45 : JORDI BALLESTALes photographies amateures des dossiers administratifs de déclaration de travaux. Pour une histoire photographique étendue des paysages contemporains.
  • Déjeuner libre
  • Modération : CHRISTIAN JOSCHKE, Maître de conférences au département d’Histoire de l’art et d’Archéologie de l’Université Paris Ouest Nanterre
  • 14h : DIDIER VIVIENHistoires vernaculaires & photographies sans auteur. L’exemplarité éditoriale du Bassin minier Nord Pas-de-Calais.
  • 14h45 : MATHILDE BERTRANDLa photographie comme outil et vecteur d’une histoire populaire et alternative dans les travaux du Photography Workshop.
  • Pause
  • 16h : LYDIA ECHEVERRIA1Auteur et amateurs. Pour une histoire photographique des quartiers populaires.
  • 17h : conclusion
  • Moment convivial autour d’un verre

Vendredi 27 mars

  • Mot d’accueil
    Modération : LISE LERICHOMME, Maîtresse de conférences en arts plastiques à l’Université de Picardie Jules Verne à Amiens
  • 10h30 : Introduction de DIDIER AUBERT, Enseignant au département Monde anglophone de l’Université Paris 3 -Sorbonne Nouvelle – “L’humanisme profond de la photographie“.
  • 11h : ALEXANDRA DE HEERINGDe l’invisibilisation à la représentation de soi. L’histoire des communautés subalternes en Inde du Sud à travers le portrait photographique.
  • 11h45 : ANAIS MAUUARINHistoire (re)naissantes. Retours
  • et appropriations des photographiques de l’ethnologie.
  • Déjeuner libre
  • Modération : OLIVIER LUGON, Professeur d’histoire de la photographie à l’Université de Lausanne
  • 14h : CAROLIN GEORGENL’histoire de la photographie américaine depuis les marges. La Peter Palmquist Collection sur l’Ouest américain au XIXe siècle : apports historiographiques et méthodologiques.
  • 14h45 : MARLENE VAN DE CASTEELE“A Camera Issue.” Popularisation et commercialisation de la photographie dans les magazines Vogue et Commercial Camera Magazine.
  • Pause
  • 16h : ISABELLA SENIUTAHistoire des Texbraun, les invisibles du monde photographique.
  • 16h45 : Conclusion de MICHEL POIVERT, Professeur d’histoire de l’art/photographie, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Informations pratiques

  • Jeudi 26 mars

Maison européenne des sciences de l’homme et de la société (MEHS)
2 rue des Cannonniers, 59000 Lille
Espace Baïetto

  • Vendredi 27 mars

UFR Arts de l’Université Jules Verne – Picardie
30 rue des Teinturiers
80000 Amiens

  1. Chercheuse-associée de la Bibliothèque nationale de France. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

La Bibliothèque nationale de France et le Centre national de la recherche scientifique signent une nouvelle convention-cadre

Logo CNRS
Logo CNRS
Laurence Engel, présidente de la Bibliothèque nationale de France et Antoine Petit, président-directeur général du CNRS, Paris, CNRS, Salon d'honneur
Laurence Engel, présidente de la Bibliothèque nationale de France et Antoine Petit, président-directeur général du CNRS, Paris, CNRS, Salon d’honneur

Laurence Engel, présidente de la Bibliothèque nationale de France et Antoine Petit, président-directeur général du CNRS, ont signé mardi 10 mars 2020 une nouvelle convention-cadre réaffirmant la volonté de coopération des deux établissements.

Laurence Engel, présidente de la Bibliothèque nationale de France et Antoine Petit, président-directeur général du CNRS
Laurence Engel, présidente de la Bibliothèque nationale de France et Antoine Petit, président-directeur général du CNRS

Dans le cadre des missions qui leurs sont attribuées, le CNRS et la BnF participent chacun au partage et à la diffusion des savoirs, à la valorisation des résultats de la recherche comme au développement de nouvelles connaissances.

Les deux établissements ont par ailleurs une politique concertée dans leurs domaines de recherche communs, notamment en sciences humaines et sociales et en sciences et technologies de
l’information et de la communication. Leur convergence d’intérêt a conduit à la conclusion d’une convention-cadre dès 1997.

La nouvelle convention signée ce 10 mars 2020 réaffirme et renforce le cadre de cette coopération. Elle vise à améliorer la synergie des actions entreprises et leur visibilité, à favoriser la mise en relation des recherches menées avec d’autres programmes ou unités ayant des intérêts convergents, à assurer une meilleure promotion des collections de la BnF auprès des chercheurs. A la faveur de nouveaux services numériques aux chercheurs mis en place à la BnF, elle contribuera à intensifier les collaborations dans les domaines de la fouille des données massives favorisant l’exploitation du vaste gisement de collections numériques de la la BnF (collections numérisées ou nativement numériques, images fixes et animées, archives du web).

Les études et recherches conduites conjointement dans le cadre de cet accord peuvent relever de disciplines diverses intéressant plusieurs Instituts du CNRS : sciences humaines et sociales, sciences
biologiques et chimie, sciences de l’information et de leurs interactions (informatique, traitement du signal et de l’image, intelligence artificielle…).

Laurence Engel, présidente de la Bibliothèque nationale de France et Antoine Petit, président-directeur général du CNRS
Laurence Engel, présidente de la Bibliothèque nationale de France et Antoine Petit, président-directeur général du CNRS

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Colloque international – Chansons/Romans : fréquences croisées (depuis 1968) (17-19/03)

Affiche
Affiche

Qu’est-ce que le roman demande à la chanson ? Qu’est-ce que les chansons retiennent des romans ? Ce colloque qui se déroule le 17 mars à la BnF, le 18 mars à l’université Sorbonne Nouvelle-Paris 3 puis le 19 mars à la Maison de la poésie (Paris 3e), a pour ambition d’explorer les interférences de la chanson et du roman de langue française depuis 1968.

C’est aux interférences de la chanson et du roman de langue française, depuis 1968, que ce colloque s’attachera.

Il interrogera ce que le roman demande à la chanson : que font les chansons dans les romans ? quelle(s) place(s), quelle(s) fonction(s), quelles transformations réciproques ? Il se penchera aussi sur ce que les chansons retiennent des romans. Il prêtera une attention particulière aux figures hybrides de romanciers devenus auteurs de chansons et de chanteurs devenus romanciers.

Il examinera enfin la pratique en développement des collaborations artistiques de romanciers et de chanteurs : quels dispositifs créatifs, quelles interactions, quels déplacements des cultures artistiques d’origine ?

À travers les zones de frottement, les espaces de porosité ainsi ménagés, il s’agira de saisir les enjeux d’une aimantation réciproque et de cerner des singularités irréductibles.

Un concert payant conclura le colloque (réservations auprès de la Maison de la poésie).

Colloque organisé par Bruno Blanckeman et Catherine Brun, université Sorbonne Nouvelle-Paris 3 / THALIM

Programme

17 mars

9 h 15 – 9 h 45 – Ouverture
Jamil Jean-Marc Dakhlia, président de l’université Sorbonne Nouvelle

9 h 45 – 11 h 15 – Session 1 : Au prisme des romans
Présidence : Catherine Brun, université Sorbonne Nouvelle-Paris 3

Philippe Djian, La chanson comme mesure de l’écriture
Par Françoise Zamour, ENS Ulm

La trilogie noire de Jean-Claude Izzo (Total Khéops, Chourmo, Soléa) et le rôle de la chanson et du rap dans ces romans
Par Birgit Mertz-Baumgartner, université d’Innsbruck

La chanson au service du personnage
dans la trilogie Vernon Subutex de Virginie Despentes
Par Céline Pruvost, université de Picardie Jules-Verne

10  h 45 – 11 h 15 : Discussion

11 h 30 – 12 h 30 – Table ronde 1 : Romans/chansons : Histoire, politique
À chaque époque sa chanson de Gavroche ? Mai 68, mai 81, les utopies défaites, une nouvelle pandémie, des banlieues en crise, l’émergence de modes de vie alternatifs, une nouvelle ère de migrations : dans quelle mesure et de quelle manière ces situations de société impactent-elles les romans et chansons d’une même époque?
Modérateur : Françoise Zamour, ENS Ulm
Avec Bertrand Dicale,  journaliste, spécialiste de la chanson française, Stéphane Chaudier, université de Lille

14 h 15 – 15 h 15 – Session 2 : Les chanteurs-romanciers
Présidence : Bruno Blanckeman, université Sorbonne Nouvelle-Paris 3

Figuration et défiguration du chanteur pop dans quelques récits exofictionnels (Johnny, Ziggy, Britney & co)
Par Mathieu Messager, université de Nantes

Une histoire de mélancolies : magnétisme des lointains, impressions chantées et circulations romanesques chez Yves Simon
Par Jean-Pierre Zubiate, université Toulouse II

14 h 55 – 15 h 15 – Discussion

15 h 30 – 16 h 30 – Table ronde 2 : Chansons/romans : expériences, création
Modérateur : Patrice Demailly
Avec Colette Fellous et Michäel Ferrier, écrivain et essayiste

16 h 30 – 17 h 30 – Débat d’ensemble

18 h 30 – 19 h 30 – Lecture croisées par Émeline Bayart, actrice, chanteuse et metteuse en scène

18 mars

Au prisme des chansons. Présidence : Catherine Douzou

9 h 45 – 10 h 05 – Stéphane Chaudier (Université de Lille), La chanson, un romanesque alternatif

10 h 05 – 10 h 25 – Stéphane Hirschi (Université Polytechnique Hauts-de-France), Les romans catalyseurs de chansons

10 h 25 – 10 h 45 – Bruno Blanckeman (Université Sorbonne Nouvelle), De la chanson comme micro-fiction

10h45-11h15 : Discussion

11 h 30 – 12 h 30 – Table ronde 3 : Chansons/romans : romances, romanesque
Modérateur : Gilles Bonnet
Avec Joël July, Cécile Prévost-Thomas

14 h 30 – 16 h – Au prisme des romans II. Présidence : Stéphane Hirschi

14 h 30 – 14 h 50 – Luca di Gregorio (Université de Liège), Copains d’abord et requiem pour les cons. La droite littéraire et l’« imaginaire français » dans la chanson des Trente Glorieuses

14 h 50 – 15 h 10 – Joël July (Aix-Marseille Université), La chanson comme déterminisme

15 h 10 – 15 h 40 – Discussion

16 h – Conversation avec Annie Ernaux (Bruno Blanckeman et Catherine Brun)

19 mars

9 h 45 – 11 h 15 – Les chanteurs-romanciers II. Présidence : Pascal Mougin

9 h 45 – 10 h 05 – Audrey Coudevylle-Vue (Université Polytechnique Hauts-de-France), À la frontière des genres, l’œuvre protéiforme de Brigitte Fontaine

10 h 05 – 10 h 25 – Cécile Prévost-Thomas (Université Sorbonne Nouvelle), Nicole, Sapho, Lola, Mara et les autres. Lumières croisées sur les œuvres des autrices, compositrices, interprètes et romancières francophones

10 h 25 – 10 h 45 – Gilles Bonnet (Université Lyon 3), En chanson dans le texte

10 h 45 – 11 h 15 – Discussion

Table Ronde 4 : Chansons/romans : scène de théâtre, scène d’écriture
Modérateur : Stéphane Hirschi
Avec Olivier Chaudenson (directeur de la Maison de la Poésie), Yves Charnet (écrivain)

14 h 30 – 16 h 30 – Session 6 : Œuvres croisées.
Présidence : Marc Dambre

14 h 30 – 14 h 50 – Catherine Douzou (Université de Tours), La collaboration entre Patrick Modiano et les Editions musicales Fantasia

14 h 50 – 15 h 10 – Pierre Pichon (BnF),  Stephan Eicher / Philippe Djian. “Tu ne me dois rien” : de l’intime universel 

15 h 10 – 15 h 30 – Bernard Jeannot (Université d’Angers), La pratique d’un roman désenchanté : l’expérience des romans musicaux de Florent Marchet et Arnaud Cathrine 

15 h 30 – 15 h 50 – Catherine Brun (Université Sorbonne Nouvelle), Roman, enquête, photos, chansons : le contre-dispositif d’Alex Beaupain et Isabelle Monnin

15 h 50 – 16 h 20 – Discussion

20 h – Scène littéraire, à la Maison de la poésie

A la ligne – Feuillets d’usine de Joseph Ponthus, par Michel Cloup Duo et Miossec.
Concert payant. Réservations auprès de la Maison de la poésie.

Informations pratiques

  • Mardi 17 mars 2020, 9 h 15 – 19 h 30
  • Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand – Petit auditorium
  • Quai François-Mauriac – Paris 13e
  • Entrée Est face à la rue Émile Durkheim
  • Entrée libre et gratuite
  • 18 mars 2020, 9 h 45 – 17 h
  • Institut d’études avancées de Paris
  • 17 quai d’Anjou, 75004 Paris
  • Entrée libre, uniquement sur réservation auprès de romans.chansons@gmail.com
  • 19 mars 2020, 9 h 45 – 16 h 30
  • Maison de la poésie – Scène littéraire
  • Passage Molière,
  • 157 rue Saint-Martin, 75003 Paris
  • Entrée libre

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Parution : L’indexation matière en transition – De la réforme de Rameau à l’indexation automatique

L'indexation matière en transition
L’indexation matière en transition

Auteur

Etienne Cavalié. Directeur de publication

Etienne Cavalié est responsable de l’équipe Analyse et Traitement des données au sein du département des Métadonnées de la Bibliothèque nationale de France. Il participe activement au groupe Systèmes & Données du programme de la Transition bibliographique. Il anime depuis 2008 le blog Bibliothèques (reloaded) (https://bibliotheques.wordpress.com/) consacré à l’informatique documentaire. Il s’est entouré des meilleurs spécialistes pour dresser ici un état des mutations en cours, résumées par l’expression “Transition bibliographique”.

Résumé de l’éditeur

L’indexation matière en transition retrace et explique, 40 ans après la création du langage documentaire Rameau, l’actualité mouvante autour des questions d’indexation dans le monde des bibliothèques et des métiers de l’information-documentation. Pourquoi la réforme du langage documentaire Rameau ? A quoi doit-elle servir ? Quels problèmes est-elle censée résoudre ? Quels impacts va-t-elle avoir dans les catalogues des bibliothèques ? Comment anticiper les évolutions à venir, et résoudre les problèmes qui en découleront ? Partant de ces questions d’actualité sur un processus encore en cours, l’indexation matière en transition explore l’ensemble des mutations à l’oeuvre autour de l’indexation matière : l’évolution des données bibliographiques et d’autorité, l’évolution des interfaces et des services, les potentialités offertes. 
Au-delà de l’utilisation bien connue en recherche avancée, par facette ou par rebond, d’autres modalités d’utilisation sont décrites, afin d’explorer les potentialités de l’indexation matière. Cet ouvrage pose également la question de l’évolution des outils et des données au coeur de la Transition bibliographique. Il s’interroge sur le compétences métier et l’offre de formation pour les acquérir. Les perspectives à moyen ou long terme autour de l’indexation automatique n’impliquent pas une disparition du métier, mais une transformation de ses missions, de ses activités : cette évolution doit se préparer aujourd’hui, afin que les professionnels des bibliothèques restent maîtres de leur collections, des données qu’ils gèrent et des services qu’ils offrent.

Sommaire

  • Introduction [Etienne Cavalié, BnF]1
  • Partie 1 : le contexte normatif et la Transition bibliographique
    • Chapitre 1. Indexation et grammatisation [Bruno Bachimont]
    • Chapitre 2. Le sujet dans le modèle IFLA LRM [Françoise Leresche, BnF]
    • Chapitre 3. La réforme de Rameau : principes, méthode, étapes [Florence Ménard, BnF]
    • Chapitre 4. Perspectives d’évolution de Rameau après la réforme [Ewa Nieszkowska-Serlan]
    • Chapitre 5. Des nouvelles de la classification décimale Dewey [Jean Maury, BnF]
  • Partie 2 : l’indexation comme contexte au sein d’une collection
    • Chapitre 6. Analyser les données d’indexation : comment ? pourquoi ? [François Pichenot]
    • Chapitre 7. Les chantiers d’indexation rétrospective à la Bibliothèque nationale de France  [Etienne Cavalié, BnF] 2
    • Chapitre 8. Indexation automatique des documents : de nouvelles métadonnées pour de nouveaux services [Jean-Philippe Moreux, BnF]
    • Chapitre 9. La formation à l’indexation dans l’enseignement supérieur : approche comparative des diplômes visant une insertion en bibliothèque de lecture publique [David Guillemin]
  • Partie 3 : l’indexation comme appui à une offre de services
    • Chapitre 10. Plaidoyer pour une indexation collaborative… Mais laquelle ? [Hélène Cavalié]
    • Chapitre 11. Utiliser l’architecture de Rameau pour naviguer dans les données d’un catalogue [Pierre Bournerie]
    • Chapitre 12. Indexation et médiation [Bernard Strainchamps]
    • Chapitre 13. L’indexation comme outil de politique documentaire [Géraldine Geoffroy]
    • Chapitre 14. Visualiser l’indexation : au-delà de la cartographie [Raphaëlle Lapôtre, BnF]
  • Conclusion  [Etienne Cavalié, BnF] 3

Informations pratiques

  • Editeur : Paris : Éditions du Cercle de la librairie
  • Date de parution : 6 décembre 2019
  • Description matérielle : 1 vol. (227 p.) ; 24 cm
  • Collection : (Collection Bibliothèques, ISSN 0184-0886)
  • ISBN 978-2-7654-1623-4 (br.) : 40 EUR

En savoir plus

Cette parution fera l’objet d’un « Bibliothèques en débat », à la BnF, le mercredi 11 Mars, de 17h à 18h30, quai François-Mauriac, Paris 13e (salle 70).

Entrée libre dans la limite des places disponibles (70).

Bibliographie sélective

Extrait à feuilleter

  1. Disponible en ligne, url : <https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-02435623>. []
  2. Disponible en ligne, url : <https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-02435624>. []
  3. Disponible en ligne, url : <https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-02435623>. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

France-Vietnam : un portail entre les cultures

Organisé par Nguyen Giang Huong ((Voir son portrait, url : <https://bnf.hypotheses.org/1359>.)) de la BnF en partenariat avec l’EUR Translitteræ,  le séminaire France-Vietnam : un portail entre les cultures est consacré aux recherches récentes sur les échanges culturels entre la France et le Vietnam.

Une large variété de sujets touchant en particulier à l’histoire culturelle et à l’histoire des sciences humaines est présentée au fil des séances. Le séminaire se conçoit comme un lieu d’échange et un atelier de recherche, accueillant des spécialistes français et étrangers qui y exposent leurs travaux et projets. Les intervenants y croisent leurs domaines, mais aussi leurs trajectoires de recherche. Il est ouvert aux étudiants de tout niveau, ainsi qu’aux chercheurs et enseignants-chercheurs intéressés. 

Il se tient un vendredi par mois à l’École normale supérieure.

28 février 2020

La prochaine séance aura lieu le 28 février (16h-18h, Salle Paul Langevin, 29 rue d’Ulm, 1er étage à gauche) et verra intervenir :

  • Myriam de Loenzien (IRD-CEPED), « Accoucher par césarienne au Viêt Nam : un choix ? Approche socio-démographique au sein d’un projet multidisciplinaire en sciences sociales et biomédicales »
  • Luong Van Ha (ECSP Europe & Université Paris 1), « L’image du Vietnam à travers le tourisme : entre la symbolique et l’expérience »

Programme 2020

20 mars | 16h-18h | salle Paul Langevin

  • Anna Moï (romancière), Hoai Huong Nguyen (romancière) et Henri Copin (Université de Nantes), « Le Vietnam entre la mémoire et l’imaginaire : l’écriture féminine francophone »

24 avril | 16h-18h | salle Cavaillès

  • Nguyen Vu Hung (Université Paris 8), « Quelques réflexions sur l’écriture de Samuel Beckett : Pour une introduction en troisième langue (le cas du vietnamien) »
  • Jérôme Gidoin (chercheur indépendant), « Les défunts à la pagode »

22 mai | 16h-18h | salle Cavaillès

  • Aude To (ENS), « Les boat people Vietnamiens en France »
  • Mai Lam Nguyen-Conan (MUUTIVATE), «Une lecture de l’évolution de la société vietnamienne ces vingt-cinq dernières années au travers de la consommation de produits laitiers »

5 juin | 16h-18h | salle des Actes

  • Lâm Lê (cinéaste), « La maison Cinéma(s) du Vietnam et le monde : le moi filmique au singulier et au pluriel »

12 juin | 16h-18h | salle Celan

  • Lê Thi Hoa (IFRAE), « Cheminement historique de l’éducation catholique de l’époque coloniale français à la seconde République du Sud Viet Nam »
  • Pierre Journoud (Université Paul-Valéry Montpellier 3), « Dien Bien Phu dans la relation franco-vietnamienne : de la bataille à la réconciliation »

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Appel à communications : Du jardin vers le monde et du monde au jardin : la cartographie et l’histoire naturelle. date butoir : 20 mars 2020

Partie méridionale de l’Afrique sur les observations de François Levaillant, 1790. – Détail

La commission histoire du Comité français de cartographie organise une journée d’études Du jardin vers le monde et du monde au jardin : la cartographie et l’histoire naturelle le 4 décembre 2020 sur les relations entre la carte et l’histoire naturelle, qui se tiendra au Muséum d’histoire naturelle grâce à un partenariat avec la Direction des bibliothèques et de la documentation du Muséum National d’Histoire Naturelle.

Argument

Les jardins naturalistes, botanique et zoologique, partagent avec la cartographie la volonté de décrire le monde de manière à la fois exhaustive et ordonnée. Les échelles, les matériaux, les apparences de la représentation sont certes différents. Mais il s’agit bien, dans la carte comme dans le jardin, d’élaborer une image du monde qui puisse être lisible par tout un chacun. Cartes et jardins font partie de ce grand effort scientifique qui consiste à faire voir et faire comprendre le monde et ses espaces, naturels et humains.
La journée d’études organisée conjointement par la Commission « Histoire » du Comité Français de Cartographie et la Bibliothèque du Muséum National d’Histoire Naturelle se propose d’explorer les rapports qui se sont noués entre la cartographie et le jardin, notamment au Jardin des Plantes, du point de vue de l’acquisition, de l’organisation, de la représentation et de la diffusion des connaissances naturelles. La période étudiée pourra remonter aux origines médiévales de l’activité de collecte et de description du monde naturel, mais on insistera surtout sur les périodes modernes et contemporaines liées à l’institution du Jardin des Plantes et à son fonctionnement jusqu’à nos jours.
Deux directions sont à envisager : celle qui conduit du jardin vers le monde ; celle qui ramène, pour ainsi dire, le monde vers et dans le jardin.
La cartographie est engagée à des titres et sous des formes multiples dans les opérations de description et de représentation des mondes naturels et humains. De la géologie à l’ethnographie, de la botanique à la zoologie : c’est l’ensemble du champ d’investigation ouvert aux naturalistes qui est devenu le théâtre de la mise en œuvre des opérations cartographiques. 
Il s’agirait alors, dans les contributions à cette Journée d’étude, d’analyser dans un premier temps les diverses façons dont les cartes, aux côtés des archives et autres documents de terrain, ont été mobilisées dans la construction des connaissances naturalistes. Les échelles, les supports matériels, les sémiologies, les modes d’écriture, mais aussi les usages, qui peuvent parfois différer du tout au tout, feront l’objet d’un intérêt particulier. Autrement dit : à quoi servent les cartes sur le terrain naturaliste et comment sont-elles conçues, fabriquées, utilisées, à quelles fins ?
Mais on aimerait également, dans un second temps de cette Journée d’études, pour ainsi dire symétrique au premier, envisager le jardin comme une sorte de carte. Le jardin propose à ses visiteurs et usagers une représentation synthétique, et accessible, des mondes naturels dont les échantillons sont parvenus jusqu’à lui et y ont été rassemblés. Mais le jardin est d’abord un espace, lui-même projeté et fabriqué, entretenu et transformé. A quelles fins ? Sous quelles formes ? L’espace du jardin a été chargé, en quelque sorte, de la mission de faire voir le monde sous ses différentes espèces. Mais comment ses concepteurs, ainsi que les savants y travaillant, ont-ils assumé cette charge ? Autrement dit : quelle(s) carte(s) du monde naturel ont-ils élaboré et diffusé par l’intermédiaire du jardin ?
A cet égard, on accueillera de façon privilégiée les contributions qui sont reliées au Jardin des plantes, et à la documentation cartographique qui est conservée dans ses bibliothèques.

Modalités pratiques

Les propositions de communication (environ 1500 signes), accompagnées d’une courte bio-bibliographie, sont à envoyer avant le 20 mars à l’adresse suivante : catherine.hofmann@bnf.fr.

Le comité de sélection communiquera les résultats de l’appel à communication au plus tard le 30 mai 2020.

Les communications retenues auront vocation à être publiées dans un numéro de la revue du Comité français de cartographie, Cartes & Géomatique, au courant de l’année 2021.

Organisateurs

  • Comité Français de Cartographie (commission ‘histoire’)
  • Direction des bibliothèques du Muséum national d’Histoire Naturelle

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Soutenance de thèse de doctorat sur travaux : Emmanuelle Bermès

Emmanuelle Bermès

Le samedi 25 janvier, Emmanuelle Bermès ((Cf. sa page personnelle : <https://experts.bnf.fr/page_personnelle/emmanuelle-bermes>.)), adjointe aux questions scientifiques et techniques de la direction des services et des réseaux de la BnF, soutient sa thèse de doctorat sur travaux intitulée Le numérique en bibliothèque : naissance d’un patrimoine. L’exemple de la Bibliothèque nationale de France (1997-2019)menée sous la direction de Christophe Gauthier, professeur d’Histoire du livre et des médias contemporains de l’École nationale des chartes.

Composition du jury

  • Valérie Beaudouin, directrice d’études de Télécom Paris
  • Paul Bertrand, professeur à l’Université catholique de Louvain
  • Bernadette Dufrêne, professeure à l’Université Paris 8
  • Valérie Schafer, professeure à l’Université du Luxembourg
  • Christophe Gauthier, professeur à l’École nationale des chartes

Soutenance

  • Samedi 25 janvier 2020 à 9h30
  • École nationale des chartes
  • 65, rue de Richelieu, Paris 2e (salle Léopold-Delisle)
  • Entrée libre dans la limite des places disponibles (70 personnes)

Mise à jour

  • Après délibération, le jury a déclaré Emmanuelle Bermès digne du titre de docteur en histoire et, malgré la disparation des mentions, lui a décerné ses félicitations.
Jury de thèse d’E. Bermès  © Gautier Poupeau

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Journée d’étude (10/2) : Culture matérielle en Asie Centrale – Manuscrits et peintures bouddhiques de la région de Koutcha (VIe-VIIIe siècle)

HisTochText

Le bassin du Tarim, avec en son centre le désert du Taklamakan, a été le témoin du développement de civilisations qui ont prospéré notamment grâce au développement de la Route de la Soie. Nous nous intéresserons durant cette journée d’études aux vestiges matériels liés à la pratique du bouddhisme. Les manuscrits (sur papier, sur tissu ou sur bois) et peintures (sur papier, sur tissu ou murales) sont d’un intérêt particulier pour les linguistes, philologues et historiens qui étudient les textes religieux ou profanes ainsi que l’iconographie et les matériaux de la couleur. Situés géographiquement à la confluence des cultures et civilisations de l’Iran, de l’Inde et de la Chine, les Koutchéens convertis au bouddhisme utilisèrent notamment le papier d’invention chinoise pour copier les textes religieux traduits ou adaptés du sanskrit, qui étaient auparavant écrits sur des supports différents (feuille de palmier, écorce de bouleau ou de peuplier).

Durant cette journée d’étude, nous vous invitons à découvrir cette région de Koutcha et la civilisation indo-bouddhique qui s’y est épanouie (du IIIe au VIIIe siècle de notre ère). Tout au long de cette journée, douze chercheurs exposeront leurs travaux dans la perspective suivante: dans quelle mesure l’étude matérielle et technologique des manuscrits et des peintures peut nous apporter des informations sur ces sociétés anciennes, leurs usages et leur histoire ?

Programme

  • 09h45-10h00 Accueil / Reception
  • 10h00-10h10 Ouverture / Opening – Georges-Jean Pinault (EPHE-PSL) & Isabelle le Masne de Chermont (BnF)

Session 1 – Le projet ERC HisTochText / The ERC project HisTochText: History of the Tocharian texts of the Pelliot collection

  • 10h10-13h00 Modérateur / Chairperson: Anne Michelin, CRC
  • Georges-Jean Pinault (EPHE-PSL)
    Définir la culture manuscrite du bouddhisme, en sanskrit et en tokharien.
    Defining the manuscript culture of Buddhism, in Sanskrit and Tocharian.
  • Melinda Fodor (EPHE-PSL, BnF)
    Les manuscrits du fonds Pelliot Sanskrit: Forme et contenu.
    Pelliot Sanskrit collection’s manuscripts: Form and content.
  • Emilie Arnaud-Nguyen (EPHE-PSL, UH) & Lucas Llopis (CRC, EPHE-PSL)
    Analyses micro et macroscopiques des manuscrits du fonds Pelliot: Matières premières et technologie du support de l’écrit.
    Micro and macroscopic analyses of the Pelliot collection manuscripts: Raw materials and writing support technology.
  • 11h40-12h00 Pause café / Coffee break
  • Kilian Laclavetine (CRC, EPHE-PSL)
    Etude des encres et des techniques de préparation du papier des manuscrits de la collection Pelliot.
    Study of inks and papermaking process on the Pelliot collection’s manuscripts
    .
  • Athanaric Huard (EPHE-PSL, BnF)
    Codicologie du fonds Pelliot Koutchéen: analyse et chronologie.
    Codicology of the Pelliot Koutchéen collection: Diachronic features
    .
    13h00-14h20 Déjeuner / Lunch
  • 13h00-14h20 Déjeuner / Lunch

Session 2 – Ecrire en Asie Centrale – Matérialité et datation : Writing in Central Asia – Materiality and datation

  • 14h20-15h50 Modérateur / Chairperson: Jérôme Petit, BnF
  • Agnieszka Helman-Wazny (UH) & Anna-Grethe Rischel (NatMusDk)
    Papier du nord du désert de Taklamakan – Analyse macroscopique et microscopique des manuscrits de Turfan de la collection de Berlin.
    Paper from the North of Taklamakan Desert – Macroscopic and Microscopic Analysis of Turfan Manuscripts from Berlin
    .
  • Pascale Richardin (C2RMF)
    Manuscrits précieux et datation par le carbone 14 : un défi pluridisciplinaire.
    Precious manuscripts and radiocarbon dating: a pluridisciplinary challenge
    .
  • Ira Rabin (BAM)
    Peut-on étudier les encres au carbone par XRF? Études de manuscrits bouddhistes du Népal.
    Can we study carbon inks with XRF? Studies of Buddhist Manuscripts in Nepal
    .
  • 15h50-16h10 Pause café / Coffee break

Session 3 – Peindre en Asie Centrale – Matériaux de la couleur / Painting in Central Asia – Color materials

  • 16h10-17h10 Modérateur / Chairperson: Léon-Bavi Vilmont, CRC
  • Renate Nöller (BAM)
    Techniques de peinture traditionnelle sur des documents provenant de sites de la Route de la soie.
    Techniques of traditional painting on documents from Silk Road sites
    .
  • Ellen Egel (BLDAM)
    Peintures murales bouddhistes de la Route de la soie – Identification des pigments et de leurs produits d’altération.
    Buddhist mural paintings from the Northern Silk Road – Identification of pigments and of their alteration products
    .
  • 17h10-17h20 Clôture / Closing – Georges-Jean Pinault (EPHE-PSL) & Laurent Héricher (BnF)

Informations pratiques

  • Cette journée se tiendra le lundi 10 février 2020.
  • Auditorium, Galerie Colbert
  • INHA, 2, rue Vivienne, 75002 Paris
  • Entrée libre dans la limite des places disponibles (196 places) mais inscription obligatoire sur le site de la journée d’études : https://histochtext2020.sciencesconf.org/

Organisateurs

La journée d’études sur la “Culture matérielle en Asie Centrale – Manuscrits et peintures bouddhiques de la région de Koutcha (VIe-VIIIe siècle)” est organisée par l’EPHE et le CRC avec le soutien de la BnF et du projet ERC HisTochText.

Pour aller plus loin

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Cycle de conférences 2019 – 2020 : Trésors de Richelieu

La Bibliothèque nationale de France, l’Institut national d’histoire de l’art et l’École nationale des chartes organisent la 9e édition du cycle les Trésors de Richelieu, où conservateurs, chargés de collections, historiens de l’art, du spectacle, de la mode, de la musique, de la littérature et spécialistes des textes partagent leurs savoirs avec un plus large public. À chaque conférence, des œuvres d’art, des manuscrits, des costumes ou des partitions musicales sortent exceptionnellement des magasins de la BnF, de l’INHA et de l’ENC pour être présentés en direct à l’aide d’une caméra, qui en reproduit les plus infimes détails sur le grand écran de l’auditorium de la galerie Colbert.

Programme

17 décembre 2019 : ouverture du cycle par Michelle Bubenicek, directrice de l’ENC, Laurence Engel, présidente de la BnF et Éric de Chassey, directeur de l’INHA

17 décembre 2019 : Des fascicules de L’Ami du peuple tachés du sang de Marat

  • Philippe Charlier, directeur du département de la recherche et de l’enseignement, musée du Quai Branly-Jacques Chirac
  • Corinne Le Bitouzé, directrice-adjointe, département des Estampes et de la photographie, BnF

Le 13 juillet 1793, Jean-Paul Marat tombait sous les coups de Charlotte Corday. On connaît la scène : l’homme politique, malade, allongé dans sa baignoire, une tablette installée devant lui recouverte de papiers qui se tachent peu à peu de son sang. Devenues des reliques, quelques-unes de ces feuilles se trouvent aujourd’hui dans les collections du département des Estampes et de la photographie de la BnF. La provenance de ces documents exceptionnels, jusque-là uniquement attestée par des mentions manuscrites, a pu récemment être confirmée, grâce à des méthodes d’analyses, similaires à celles utilisées par la police scientifique.

14 janvier 2020 : Le Douzième Coup de minuit (1932), un manuscrit au service du « théâtre invisible »

  • Pascal Lécroart, professeur à l’université de Franche-Comté
  • Jean-Baptiste Raze, département des Arts du spectacle, BnF

À la fin des années 1920, le développement technique de la radio et l’élargissement de son public conduisent à l’idée d’un art spécifiquement radiophonique. Influencé par le théâtre, la musique et le cinéma, il produit, en 1929, un premier chef-d’œuvre à dimension internationale : Le Vol de Lindbergh de Bertolt Brecht, Kurt Weill et Paul Hindemith. En France, le groupe théâtral d’avant-garde Art et Action, animé par Édouard Autant et Louise Lara, présente, en décembre 1933, Le Douzième Coup de minuit sur un « poème orchestral » de Carlos Larronde, avec une musique d’Arthur Honegger. Diffusée deux fois à la radio et jouée en version de concert, cette production prestigieuse donne lieu à une valorisation exceptionnelle à travers la réalisation d’un manuscrit superbement calligraphié et d’un enregistrement, destinés à servir de modèle pour la postérité. La conservation de ces pièces remarquables dans le fonds Art et action du département des Arts du spectacle de la BnF permet aujourd’hui d’appréhender la valeur patrimoniale singulière de cette œuvre, alors que les ambitions initiales d’un art radiophonique sont oubliées et que la postérité a relégué hors de nos mémoires cette réalisation.

28 janvier 2020 : La carte d’Italie de Jean-Baptiste d’Anville : prémices d’une nouvelle cartographie

  • Lucile Haguet, conservatrice à la Bibliothèque du Havre
  • Catherine Hofmann, département des cartes et plans, BnF

Dans la première moitié du siècle, la cartographie de l’Europe est dans une situation très inégale, l’Italie faisant partie des pays mal dotés. À quarante-six ans, protégé des ducs d’Orléans, d’Anville est reconnu par ses pairs, mais n’a pas encore atteint la reconnaissance académique. Sa méthode de travail et son érudition l’autorisent à penser qu’il est en mesure d’améliorer la cartographie du globe. Il projette de réaliser dix-huit cartes pour former un nouvel atlas universel. C’est dans ce contexte qu’il publie une nouvelle carte de l’Italie (1743) et rédige un ouvrage de plus de trois cents pages, l’Analyse géographique de l’Italie (1744), qui justifie les nouveaux contours qu’il donne à la péninsule, mais invite aussi le lecteur à se projeter dans un projet plus vaste de remaniement de la représentation du monde. La carte d’Italie est donc le fer de lance d’un projet scientifique et commercial. En comblant radicalement le retard cartographique italien, d’Anville espère être reconnu comme le plus grand géographe de son temps.

25 février 2020 : le manuscrit de Nadja d’André Breton (NAF 28930), acquis en 2017

  • Jacqueline Chénieux-Gendron, directeur de recherche émérite au CNRS
  • Olivier Wagner, département des manuscrits, BnF

Retiré au manoir d’Ango sur le littoral normand au cours du mois d’août 1927, André Breton y écrivit l’un de ses plus beaux textes, Nadja. Le manuscrit autographe de cette œuvre, longtemps réputé perdu, était conservé depuis 1928 dans des collections privées. Joyau de la bibliothèque de Pierre Bergé, ce manuscrit a été acquis par la BnF en 2017 après son classement comme trésor national. Ayant récemment fait l’objet d’une édition sous forme de fac similé, le manuscrit original sera exceptionnellement montré et commenté, accompagné de documents inédits récemment acquis par la BnF. On retrouve au fil de ces pages la genèse d’une œuvre historique, où une écriture en tension se met au service d’une interrogation vertigineuse : « Qui suis-je ? »

3 mars 2020 : Un manuscrit de la Renaissance. Le Missel de Jacques de Beaune

  • Maxence Hermant, département des Manuscrits, BnF
  • Eric Bazin, département de la Conservation, BnF
Missel de Jacques de Beaune

Réalisé peu avant 1511 pour Jacques de Beaune, trésorier de la reine Anne de Bretagne, doyen du chapitre de Saint-Gatien et administrateur de l’archevêché de Tours, le somptueux et imposant Missel de Jacques de Beaune est un des chefs-d’œuvre de la Renaissance française. Enluminé par le peintre du roi Jean Bourdichon et le Maître de Claude de France, il a été doté au milieu du xvie siècle d’une reliure de maroquin à grand décor sur laquelle Nicolas II Fumée, abbé de Beaulieu-lès-Loches, a fait poser un semé de ses initiales. Resté longtemps confidentiel en raison de sa fragilité et de son état, ce manuscrit peut désormais être présenté au public à la faveur d’une importante et récente restauration.

10 mars 2020 : Merveilleuses et ordinaires : les vues d’optique de la bibliothèque de l’INHA

  • Anne-Elisabeth Buxtorf, directrice du département de la Bibliothèque et de la documentation, INHA
  • Johanna Daniel, chargée d’études et de recherches au département des Études et de la recherche, INHA
© bibliothèque de l’INHA

Visionnée à travers la lentille d’une boîte d’optique ou d’un zograscope, les vues d’optique offrent le spectacle – en relief et en couleurs – des plus remarquables paysages urbains du siècle des Lumières, du château de Versailles aux temples de la Chine, des canaux d’Amsterdam à SaintPierre de Rome. Objet d’une production et d’une diffusion massive à partir de 1750, ces estampes conquièrent rapidement un large public, devenant à la fois un divertissement de salon, un objet de collection et une attraction populaire. La bibliothèque de l’INHA possède un ensemble de plus de 600 vues d’optique, dont la quantité comme la qualité permet d’explorer tout un pan de la culture visuelle des hommes et des femmes de la seconde moitié du xviiie siècle et des premières décennies du xixe siècle. La conférence permettra de partir à la découverte de ces objets autrefois banals aujourd’hui insolites et d’en dévoiler quelques secrets.

24 mars 2020 : Les vues d’Italie et d’Orient par les frères Piranèse [ca1801-1802]

  • Annie Gilet, conservateur en chef honoraire, musée des BeauxArts de Tours
  • Sophie Guérinot-Nawroki, BnF, Bibliothèque de l’Arsenal

Peintre et dessinateur talentueux, Louis-François Cassas voyagea en Italie et en Orient à la fin du xviiie siècle et en rapporta de nombreux croquis. Rentré à Paris, il participa à la publication du Voyage pittoresque de la Syrie, de la Phénicie, de la Palestine et la BasseAegypte, par La Porte du Theil, Legrand et Langlès en 1799 et du Voyage pittoresque de l’Istrie et de la Dalmatie par Lavallée en 1802. Une cinquantaine de ses dessins furent gravés et peints dans l’atelier de chalcographie des frères Piranèse pour constituer un ensemble de vues, dont la bibliothèque de l’Arsenal possède l’une des rares collections presque complètes. Ces estampes aux couleurs chatoyantes, parfois montées sur châssis, offrent au regard de somptueux panoramas des sept collines de Rome, des ruines antiques de Sicile et de Grèce, des monuments d’Égypte et d’Asie Mineure, mêlant avec précision et délicatesse architecture et scènes de vie aux paysages méditerranéens.

21 avril 2020 : Le trésor de Saint-Ouen-du-Breuil, exemple des largesses impériales

  • Paul van Ossel, professeur émérite des universités (Université Paris-Nanterre)
  • Dominique Hollard, département des monnaies, médailles et antiques, BnF

Lié à une implantation germanique de la seconde moitié du ive siècle, le trésor de monnaies et médaillons d’or et d’argent de Saint-Ouen-du-Breuil (Seine-Maritime) réunit les témoins de distributions impériales sur un quart de siècle. Il nous permet d’approcher l’univers des soldats et officiers germains de l’entourage des empereurs.

28 avril 2020 : La cité des morts, sur les pas des archéologues en Libye

  • Morgan Belzic, chargé d’études et de recherches au département des Études et de la recherche, INHA
  • Juliette Robain, conservateur au département de la Bibliothèque et de la documentation, INHA

En 1864, les explorateurs britanniques Smith et Porcher publiaient une relation de leur voyage et de leurs fouilles en Cyrénaïque dans un ouvrage fondamental pour la recherche archéologique, History of the Recent Discoveries at Cyrene. À mi-chemin entre la tradition du récit de voyage, le rapport de fouille, le document militaire et l’ouvrage d’histoire, ses abondantes illustrations, lithographies, gravures et photographies, documentent en particulier l’un des sites archéologique majeurs de Méditerranée, la nécropole de Cyrène. Un cimetière plus large qu’une ville, aujourd’hui menacé, heure après heure, par les pilleurs de tombes et les bulldozers. Entrer dans l’histoire de ce livre, explorer son contenu, c’est aussi évoquer le rôle du fonds archéologique de la bibliothèque de l’INHA et ses apports pour la recherche et la préservation du patrimoine.

12 mai 2020 : L’Imprimeur et le Roi : le Nouveau Testament grec (1550)

  • Christine Bénévent, professeur d’histoire du livre, ENC
  • Fabienne Le Bars, département de la réserve et des livres rares, BnF

Donner accès au texte biblique, revenir aux sources : ces deux enjeux majeurs animent les controverses religieuses du xvie siècle. C’est dans ce contexte que Robert I Estienne (1503 ?-1559) publie en 1550 un Nouveau Testament grec « ex bibliotheca regia », établi d’après les manuscrits grecs présents dans les collections royales auxquels renvoie un apparat critique. Cette édition, imprimée avec les « Grecs du roi » gravés par Claude Garamond, passe pour la plus remarquable, tant par sa qualité textuelle que par son élégance typographique, du grand imprimeur humaniste parisien, bientôt contraint à l’exil genevois en raison de ses sympathies pour la Réforme. L’exemplaire offert par Estienne à Henri II, dans une reliure exceptionnelle qui la classe parmi les plus spectaculaires de la Renaissance française, est un témoin extraordinaire des efforts consentis au service d’une impossible conciliation.

26 mai 2020 : L’Appassionata de Beethoven (conférence concert)

  • Alain Planès, pianiste
  • Jérôme Fronty, département de la musique, BnF

La sonate pour piano n° 23 en fa mineur opus 57 est une œuvre représentative de la période dite « héroïque » de Beethoven, celle de la Cinquième symphonie ou de Fidelio. D’emblée reconnue comme un sommet du répertoire pianistique, elle doit son surnom à l’invention posthume d’un éditeur. Mais ses audaces formelles rejoignent singulièrement l’apparence matérielle du manuscrit, les circonstances dans lesquelles celui-ci nous est parvenu, et les thèmes qu’on y entend. Qu’on y lise un tribut à l’esprit du « Sturm und Drang », ou fasse fond d’une référence supposée du génie de Bonn à La Tempête shakespearienne, en tournant les pages de la partition on suit aussi les traces d’un orage survenu sur la route de Vienne en 1806. Pour illustrer et prolonger le cours de cette pensée musicale, la sonate sera restituée au pianoforte.

Informations pratiques

  • Entrée libre
  • 18h15 – 19h30
  • Auditorium de la galerie Colbert
  • 2 rue Vivienne, Paris 2e
  • Programmation & organisation Charlotte de Foras (ENC), Fieschi (INHA), Muriel Couton (BnF), Gennaro Toscano (BnF)

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Essai de bibliographie des publications de Marcelle Beaudiquez (1943-2019)

Comment rendre hommage aux bibliographes autrement qu’en produisant leur bibliographie ? Cet essai ne prétend pas recenser toute la production de Marcelle Beaudiquez. Aussi, les suggestions d’enrichissements sont les bienvenues. Les lacunes signalées en commentaires seront ajoutées à leur place.

1972

  • [Exposition. Paris, Bibliothèque nationale. 1972], Elsa Triolet : [exposition], Paris, [Bibliothèque nationale, 10 février-30 mars] 1972 / [catalogue par Marcelle Beaudiquez, Alain Massuard et Marie Avril] ; [sous la direction de Louis Aragon] ; [préface par Étienne Dennery], Paris : Bibliothèque nationale, 1972, 140 p.

1974

  • Beaudiquez, Marcelle ; Ben Khemis, Anne, Ouvrages de référence pour les bibliothèques publiques : répertoire bibliographique, Paris : Cercle de la librairie, [cop. 1974], 195 p.

1977

  • Unesco, Les Services bibliographiques dans le monde. 1970-1974 / Unesco ; [rédigé par] Marcelle Beaudiquez, Paris : Unesco, 1977, 391 p.

1978

  • Beaudiquez, Marcelle ; Béthery, Annie, Ouvrages de référence pour les bibliothèques publiques : répertoire bibliographique, Nouvelle éd. refondue et augmentée, Paris : Cercle de la librairie, 1978, 209 p.
  • Beaudiquez, Marcelle, « Quelques Réflexions sur les Travaux de la Section de Bibliographie de l’IFLA et le Congrès International sur les Bibliographies nationales » , IFLA Journal, 1978, vol. 4, n° 1, p. 17-20. Disponible en ligne, url : <https://journals.sagepub.com/doi/pdf/10.1177/034003527800400104>.
  • Beaudiquez, Marcelle, « Les services bibliographiques dans le monde », 1978, vol. 18, n° 2, p. 69-85 ; n° 6, p. 278-300.

1981

  • Beaudiquez, Marcelle, « Quelques réflexions sur les bibliographies nationales rétrospectives », Bulletin d’informations – Association des bibliothécaires français, 1981, n° 113, p. 29-31. Disponible en ligne, url : <https://core.ac.uk/download/pdf/12445736.pdf>.
  • Cybulski, R. ; Zotova, K. ; Gruzinskaya, N. ; Bermann, W. ; Beaudiquez, Marcelle, « Coverage of documents in current nationale bibliographies », International cataloguing : quarterly bulletin of the IFLA Committee on Cataloguing, 1981, vol. 10, n° 1, p. 4-7.

1982

  • Unesco ; Beaudiquez, Marcelle, Bibliographical services throughout the world. Supplement 1980, Paris : Unesco, 1982, XI-103 p.
  • Ducaud, Marie-Claude ; Beaudiquez, Marcelle (dir.), Index de la revue des bibliothèques (1911-1936) : mémoire, Villeurbanne : Ecole nationale supérieure des bibliothécaires, 1982, 159 p.
  • Beaudiquez, Marcelle, « Quelques réflexions sur les bibliographies nationales rétrospectives », International cataloguing : quarterly bulletin of the IFLA Committee on Cataloguing, 1982, vol. 11, n° 2, p. 17-19.

1983

  • Beaudiquez, Marcelle, Guide de bibliographie générale : méthodolologie et pratique, München ; Paris : K.-C. Saur, 1983, 280 p. 
  • Unesco ; Beaudiquez, Marcelle, Les services bibliographiques dans le monde. 1975-1979, Paris : Unesco, 1983, 488 p.
  • Beaudiquez, Marcelle, « Les bibliographies nationales rétrospectives dans le contexte du contrôle bibliographique universel », IFLA General conference, 1983, 14 p.
  • Beaudiquez, Marcelle, « Retrospective National Bibliographies in the Context of Universal Bibliographic Control », IFLA Journal, vol. 9, n° 4, p. 309-316. Disponible en ligne, url : <https://journals.sagepub.com/doi/pdf/10.1177/034003528300900407>.

1984

  • Bourdon, Françoise ; Maxit, Gisèle ; Beaudiquez, Marcelle (dir.), La Bibliographie spécialisée en sciences humaines au C.A.F.B. : fiches d’analyse, Massy : Bibliothèque publique, 1984. Réunit : 1, Philosophie, psychologie, sociologie, IX f.-73 p. ; 2, Linguistique et littérature, XI-107 p. ; 3, Histoire et géographie, XII f.-111 p.

1985

  • Unesco. Programme général d’information ; Beaudiquez, Marcelle ; UNISIST, Bibliographic services throughout the world. Supplement 1981-1982, Paris : Unesco, 1985, VIII-319 p.

1986

  • Beaudiquez, Marcelle (éd.), Inventaire général des bibliographies nationales rétrospectives : an international directory, München ; New York ; London ; Paris : K. G. Saur, 1986, 189 p.
  • Béthery, Annie ; Ben Khemis, Anne ; Beaudiquez, Marcelle, Ouvrages de référence pour les bibliothèques publiques, 3e éd. refondue et augm., Paris : Éd. du Cercle de la librairie, 1986, 368 p.
  • Beaudiquez, Marcelle ; Beaugendre, Anne-Marie, « Le contrôle bibliographique rétrospectif : un programme d’action pour l’UAP », International Cataloguing and Bibliographic Control, 1986, vol. 15, nᵒ 1, p. 8–10.

1987

  • Unesco. Programme général d’information ; Beaudiquez, Marcelle ; UNISIST, Bibliographic services throughout the world. Supplement 1983-1984, Paris : Unesco, 1987, VIII-267 p.
  • Fédération internationale des associations de bibliothécaires et des bibliothèques ; Beaudiquez, Marcelle (trad.), Transferts internationaux de notices nationales MARC : recommandations pour les conventions relatives au transfert de notices nationales MARC entre agences bibliographiques nationales, Paris : Bibliothèque nationale, 1987, V- 48 p.
  • Beaudiquez, Marcelle, « Le congrès de Paris sur les bibliographies nationales et ses recommandations : dix ans après, objectifs partiellement atteints », IFLA council and general conference, 1987, 53, p. 4.2-4.6.

1988

  • Beaudiquez, Marcelle, « Conclusion de la journée du 25 Juin 1987 sur le marché des notices bibliographiques », Bulletin d’informations – Association des bibliothécaires français, 1988, n° 138, p. 15-16.

1989

  • Beaudiquez, Marcelle, Guide de bibliographie générale : méthodologie et pratique, Nouvelle éd. revue et mise à jour, München ; London ; Paris : K. G. Saur, 1989, 277 p.
  • Beaudiquez, Marcelle ; Girón García, Alicia (trad.), Recomendaciones para la elaboración de los volumenes acumulativos de las bibliografias nacionales en curso, Madrid : Dirección general del libro y bibliotecas, Centro de coordinación bibliotecaria, 1989, 9 p.
  • Beaudiquez, Marcelle ; Bourdon, Françoise. Gestion y utilizacion de los ficheros de autoridades autores (nombres de persona, entidades, titulos uniformes): Balance y perspectivas, IFLA, 1989.

1990

  • Beaudiquez, Marcelle ; Bourdon, Françoise ; Mouchot, Marion, « Les fichiers d’autorité de la base BN-OPALE », Bulletin d’informations – Association des bibliothécaires français, 1990, nᵒ 148, p. 30-44.
  • Bryant, Philip ; Beaudiquez, Marcelle, « Special Issue on Retrospective Catalogue Conversion, Retrospective Cataloguing and Retrospective Bibliography », IFLA Journal, 1990, vol. 16, n° 1, p. 27-28. Disponible en ligne, url : <https://journals.sagepub.com/doi/pdf/10.1177/034003529001600106>.

1991

  • Beaudiquez, Marcelle ; Bourdon, Françoise, Management and use of name authority files : personal names, corporate bodies and uniform titles : evaluation and prospects : revised text of a paper presented at the open forum of the Section on bibliography during the IFLA Paris conference in August 1989, München : K.G. Saur, 1991, 90 p.
  • Universal bibliographic control and international MARC ; Beaudiquez, Marcelle (préf.), Manuel UNIMARC : version française / [Fédération internationale des associations de bibliothécaires et des bibliothèques], Programme CBU-MI ; trad. par Mireille Chauveinc, Thierry Cloarec, Suzanne Jouguelet ; [préf. par Marcelle Beaudiquez], München ; London ; Paris… etc. : K.G. Saur, 1991, IX-419 p.
  • Beaudiquez, Marcelle, « La bibliographie nationale comme témoin d’une mémoire nationale », 57th IFLA general conference, Moscow, August 18-24, 1991, 1991, vol. 1, 4.21-4.24.
  • Beaudiquez, Marcelle, « Brève présentation du projet de conversion (catalogue) rétrospective de la Bibliothèque nationale », LIBER quarterly, 1991, vol. 1, nᵒ 1, p. 43–46.
  • Beaudiquez, Marcelle, « Nuove tecniche, nuova normalizzazione », Bolletino d’informazioni – Associazione italiana biblioteche, 1991, vol. 31, n° 1, p. 29-37.

1992

1993

  • Beaudiquez, Marcelle, « Le Chantier Conversion rétrospective de la Bibliothèque nationale », Bulletin des bibliothèques de France, 1993, vol. 38, n° 3, p. 8-19. Disponible en ligne, url : <http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-1993-03-0008-001>.
  • Beaudiquez, Marcelle ; Maignien, Yannick , « La politique de numérisation de la Bibliothèque nationale de France », dans 3e colloque Microlib, Bruxelles, 5/9/1994.

1995

  • Beaudiquez, Marcelle (dir.), Ouvrages de référence pour les bibliothèques : répertoire bibliographique, 4e éd., Paris : Éd. du Cercle de la librairie, 1995, 478 p.
  • Beaudiquez, Marcelle, « La Bibliothèque nationale de France et ses partenaires », Bulletin d’informations – Association des bibliothécaires français, 1995, n° 169, p. 44-46.

1996

  • Beaudiquez, Marcelle ; Beaugendre, Anne-Marie, « Du tiroir à l’écran : les opérations de conversion rétrospective de la Bibliothèque nationale de France », 62nd IFLA General Conference – Conference Proceedings – August 25-31, 1996, IFLA, 1996. Disponible en ligne, url : <http://origin-archive.ifla.org/IV/ifla62/62-beam.htm>. 
  • Beaudiquez, Marcelle, « La contribution de la BNF à la carte documentaire française », Bulletin d’informations – Association des bibliothécaires français, 1996, n° 172, p. 36.
  • Beaudiquez, Marcelle ; Vayssade, Claire, « Entre mission et service : l’offre bibliographique de la BNF », Bulletin d’informations – Association des bibliothécaires français, 1996, nᵒ 172, p. 72-74.
  • Beaudiquez, Marcelle, « Perspectives pour le réseau des pôles associés à partir de 1997 », Bulletin d’informations – Association des bibliothécaires français, 1996, n° 172, p. 40.
  • Beaudiquez, Marcelle, « Une direction de la Bibliothèque nationale de France : la DDSR », Arabesques, 1996, décembre, nᵒ 4, p. 4-5.
  • Beaudiquez, Marcelle ; Perrin, Geroges ; Morey, Yves ; et al., « La contribution de la BNF à la carte documentaire française = Contribution of the BNF for the French documentary map », Bulletin d’informations – Association des bibliothécaires français, 1996, n° 172, p. 36-40.

1997

  • Beaudiquez, Marcelle, « La BnF et la coopération internationale », Arabesques, 1997, nᵒ 5, p. 4.
  • Beaudiquez, Marcelle, Beaugendre, Anne-Marie, « Du tiroir à l’écran : Les opérations de conversion rétrospective de la Bibliothèque Nationale de France = Frome drawer to screen : retroconversion at the Bibliothèque Nationale de France », International cataloguing and bibliographic control, 1997, vol. 26, n° 4, p. 85-90.
  • Beaudiquez, Marcelle, « Un exemple de réseau partagé sur Internet : Le projet Bibliotheca Universalis », dans L’avenir des formats de communication (Ottawa On, 7-11 octobre 1996), Ottawa : BIEF, 1997, p. 117-120.
  • Dubois, D. ; Baron, C. ; Verrue, R. ; Chaudron, J.-P. ; Cholley, F. ; Elie, A. ; Bethuys, A. ; Paqscal, E. ; Guillot, M. ; Presle, A. de la ; Viallet, M. ; Christnacht, A. ; Beaudiquez, Marcelle ; Basdereff, A. ; Grard, C. ; Baquiast, J.-P. ; Turc, A. ; Falque-Pierrotin, I. ; Feneyrol, M. ; Chrysostome Bolot, J. ; Dabbous, W. ; Maublanc, H. de, « Autoroutes de l’information », Administration, 1997, n° 175, p. 1-107.

1998

  • Beaudiquez, Marcelle, « Les Pôles associés de la BNF : un réseau à découvrir pour un équilibre entre Paris et les régions », Publics et usages des bibliothèques : un défi pour la coopération, 1998, p. 135-142.
  • Beaudiquez, Marcelle, « National Bibliographic Services at the Dawn of the 21st Century: Evolution and Revolution », ICNBS, Copenhagen, 25 – 27 November 1998. Disponible en ligne, url : <https://cf6-www.ifla.org/files/assets/bibliography/publications/beam-e.pdf>.

1999

  • Cazabon, Marie-Renée ; Beaudiquez, Marcelle (préf.), UNIMARC, manuel de catalogage, 2e éd. mise à jour et augm., Paris : Éd. du Cercle de la librairie, 1999, 444 p.

2000

  • Beaudiquez, Marcelle, Rapport sur l’évolution du dépôt légal à la Bibliothèque nationale de France, Paris : Bibliothèque nationale de France, 2000, 101 p.

2001

  • Bibliothèque nationale de France ; Beaudiquez, Marcelle (collab.), La Bibliothèque nationale de France : collections, services, publics / sous la dir. de Daniel Renoult et Jacqueline Melet-Sanson ; avec la collab. de Marcelle Beaudiquez, Bruno Blasselle, Isabelle Boudet… [et al.] ; préf. de Jean-Pierre Angremy,…, Paris : Éd. du Cercle de la librairie, cop. 2001, 238 p.-[12] p. de pl. en coul.
  • Beaudiquez, Marcelle , « Uses and Usefulness of National Bibliographies: Which Perspectives? », ERIC, 2001, ED459783, 12 p. Disponible en ligne, url : <https://eric.ed.gov/?id=ED459783>.

2002

2003

  • Beaudiquez, Marcelle, « Pérennisation des bibliographies nationales dans le nouvel environnement virtuel de l’information », World Library and Information Congress: 69th IFLA General Conference and Council, Berlin, 4 août 2003. Disponible en ligne, url : <http://archive.ifla.org/IV/ifla69/papers/142f-Beaudiquez.pdf>.

2004

2005

  • Cazabon, Marie-Renée ; Beaudiquez, Marcelle (préf.), Unimarc : manuel de catalogage, 3e éd., Paris : Éd. du Cercle de la librairie, DL 2005, 440 p.
  • Chung, Yeon-Kyoung ; Beaudiquez, Marcelle (trad.), « Les Bibliographies nationales: passé, présent, futur », 72nd IFLA General conference and council 20-24 August 2006, Seoul, Korea. Disponible en ligne, url : <https://archive.ifla.org/IV/ifla72/papers/109-Chung_trans-fr.pdf>.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Hommage à Marcelle Beaudiquez (1943-2019)

Quelques jours après le décès de Raymond-Josué Seckel, la Bibliothèque nationale de France a le regret d’annoncer celui de Marcelle Beaudiquez, également bibliographe émérite qui a dirigé plusieurs années la direction des Services et des réseaux.

Marcelle Beaudiquez (1943-2019)

Après une première carrière dans l’éducation en tant qu’institutrice, Marcelle Beaudiquez entre à la Bibliothèque Nationale en 1970 au département des Imprimés.

La bibliographie se révéla devenir le domaine d’expertise de Marcelle Beaudiquez qui oeuvre dans la Salle des catalogues et des bibliographies située sous la salle Labrouste du site Richelieu de la BN. Pour de nombreux bibliothécaires de la lecture publique, son nom reste surtout attaché à ses manuels de bibliographie produits dans la continuité des travaux de Louise-Noëlle Malclès.

Ce tropisme l’a naturellement conduit à piloter le chantier de conversion rétrospective des fichiers et catalogues de la Bibliothèque Nationale1, entreprise de plus d’une décennie qui visait à fournir aux publics de la future Bibliothèque nationale de France un catalogue entièrement informatisé2.

Dans la continuité de son premier métier, Marcelle Beaudiquez n’a eu de cesse de s’impliquer dans la formation à la bibliographie, dispensant des cours de bibliographie générale et de bibliographie spécialisée à l’École Nationale supérieure de bibliothécaires3 et contribuant par là et par ses publications au développement de la science bibliographique.

D’ailleurs ses mémoires bibliographiques dirigés en 1982 et 1983 pour l’École allaient être remaniés – notamment par sa complice et amie de toujours, Françoise Bourdon que nous saluons -, pour devenir La Bibliographie spécialisée en sciences humaines au C.A.F.B. : fiches d’analyse4.

Dès 1974, elle publie au éditions du Cercle de la librairie son répertoire bibliographique Ouvrages de référence pour les bibliothèques publiques qui fit l’objet de quatre éditions refondues et augmentées jusqu’en 1995, notamment pour prendre en compte les développements informatiques de la bibliographie et inclure les cédéroms, et ce que l’on nommait les banques de données et services télématiques en ligne, devenant un véritable usuel pour nombre d’acquéreurs de bibliothèques publiques. En 1982, pour l’UNESCO, elle publie Bibliographical services throughout the world. Supplement 1980 et en 1983, toujours pour l’UNESCO, Les services bibliographiques dans le monde. 1975-1979.

Ces quelques publications allaient la conduire à produire “sa” bibliographie, celle pour laquelle son nom n’est pas inconnu de nombre de bibliothécaires puisque son Guide de bibliographie générale : méthodologie et pratique, publié chez K.G. Saur en 1983 reste surnommé “le Beaudiquez” et fut de fait un “manuel” de bibliographie pour nombre d’étudiants préparant le CAFB5, remis à jour en 1989.

La rayonnement de Marcelle Beaudiquez s’est également avéré être national par sa participation à la commission de l’information et de la documentation de l’Agence française de normalisation (AFNOR), et international par son implication en faveur de la Bibliographie nationale française6 produite en vertu du contrôle bibliographique universel (CBU) porté par la Fédération internationale des associations et institutions de bibliothèques (IFLA). Ainsi, au titre de directrice de l’Agence bibliographique nationale (ABN)7 elle prend part, à partir de 1987, au bureau exécutif de la fédération. L’IFLA lui décerne en 1993 sa plus haute récompense : “Honorary Fellow is IFLA’s highest award, and is conferred on the basis of merit on a person who has delivered long and distinguished service to IFLA8.

A la Bibliothèque nationale de France, Marcelle Beaudiquez dirigea le Centre de coordination bibliographique et technique9 qui devint la direction du développement scientifique et des réseaux (DDSR)10 avant de devenir l’actuelle direction des services et des réseaux (DSR). L’essentiel de sa carrière a été consacré à la notice bibliographique (normalisation, production informatique) et sa diffusion à destination des services bibliographiques (Bibliographie nationale, catalogues informatisés locaux ou collectifs, produits bibliographiques pour les bibliothèques). Mais sa direction avait également en charge l’entrée des documents par la gestion du dépôt légal, le département de la conservation, la mise en place de la bibliothèque numérique qu’est devenue Gallica, et le département des systèmes d’information, opérateur maintenant les outils de production et de diffusion.

Ceux qui ont eu la chance et l’honneur d’oeuvrer aux côtés de cette grande dame, qui en imposait par sa stature et son autorité, se souviendront de sa droiture et de son honnêteté ainsi que de ses capacités de synthèse parvenant à résoudre les dossiers inextricables et les situations de conflit par un calme, une patience et une douceur constants. Formée avant l’informatique, ils n’oublieront pas son écriture manuscrite d’institutrice, lisible, ronde et posée qu’elle donnait à dactylographier à ses assistant·e·s.

Marcelle Beaudiquez est décédée le 4 décembre 2019 à l’Hôpital André Mignot de Versailles où la levée de corps aura lieu à 9h30 le 12 décembre pour se rendre au Crématorium de Valenton (13 avenue de la Fontaine Saint-Martin, 94460 Valenton) où un moment de recueillement est prévu avant la crémation qui aura lieu à 11h.

Ceux qui ne pourraient s’y rendre mais voudraient préparer un texte qui sera lu pendant ce recueillement ou celui de janvier, peuvent se signaler en commentaires pour que leur texte soit transmis aux personnes présentes.

Un temps d’hommage et de recueillement sera organisé le 15 janvier 2020 sur le site Richelieu au salon d’honneur à 18h pour ses collègues et amis. L’urne de Marcelle Beaudiquez sera inhumée au cimetière de Savigny-sur-Orge au printemps 2020.


Essai de bibliographie des publications de Marcelle Beaudiquez (1943-2019)

  1. Beaudiquez, Marcelle, « Le Chantier Conversion rétrospective de la Bibliothèque nationale », Bulletin des bibliothèques de France, 1993, n° 3, p. 8-19. Disponible en ligne : <http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-1993-03-0008-001>. []
  2. Beaudiquez, Marcelle ; Beaugendre, Anne-Marie, « Du tiroir à l’écran : les opérations de conversion rétrospective de la Bibliothèque nationale de France », 62nd IFLA General Conference – Conference Proceedings – August 25-31, 1996, IFLA, 1996. Disponible en ligne, url : <http://origin-archive.ifla.org/IV/ifla62/62-beam.htm>. []
  3. L’ENSB devenue depuis l’ENSSIB. []
  4. La Bibliographie spécialisée en sciences humaines au C.A.F.B. / par Françoise Bourdon,… Gisèle Maxit,… Massy : Bibliothèque publique, 1984. 3 vol. Vol. 1, Philosophie, psychologie, sociologie ; vol. 2, Linguistique et littérature ; vol. 3, Histoire et géographie. []
  5. Certificat d’aptitude aux fonctions de bibliothécaire. []
  6. Cf. http://bibliographienationale.bnf.fr/. []
  7. Cf. http://comitehistoire.bnf.fr/dictionnaire-bnf/biblioth%C3%A8que-nationale-france-agence-bibliographique-nationale. []
  8. Cf. https://www.ifla.org/honours-awards/honorary-fellow []
  9. Françoise Lemelle, “Le Centre de coordination bibliographique et technique”, Bulletin d’informations – Association des bibliothécaires français, 1986, 133, p. 12-13. Disponible en ligne, url : <https://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/documents/41415-le-centre-de-coordination-bibliographique-et-technique.pdf>. []
  10. Cf. http://comitehistoire.bnf.fr/dictionnaire-bnf/biblioth%C3%A8que-nationale-france-direction-d%C3%A9veloppement-scientifique-r%C3%A9seaux. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Amos Gitaï et les archives numériques du cinéma

Crédit photo : Ziv Koren

Journée d’études internationale autour des archives du cinéaste Amos Gitaï, et plus largement sur les archives numériques du cinéma

La Cinémathèque Française, la Bibliothèque nationale d’Israël, les bibliothèques de l’Université de Stanford, la Cinémathèque Suisse, et la Bibliothèque Nationale de France, sont autant d’institutions qui se sont vues confier la tâche de préserver la mémoire de l’œuvre d’Amos Gitaï, cinéaste prolifique et multiforme. Loin d’être hasardeuse, cette volonté de répartition vise à favoriser le dialogue entre les différents établissements, car Amos Gitaï nourrit l’ambition de faire vivre ses archives, et estime – à raison – que le partage d’expérience est essentiel pour enrichir les réflexions sur l’exploitation des archives cinématographiques.

Le don fait par le cinéaste à la BnF en 2018 s’est affirmé comme un formidable terrain d’expérimentation pour interroger les besoins, tester de nouveaux outils et de nouvelles méthodes d’analyse, et s’est révélé un prisme pertinent pour ouvrir le dialogue avec d’autres institutions. En ce sens, cette journée d’étude vise à alimenter les questions cruciales que sont la collecte, la préservation, la description et la mise à disposition des corpus massifs d’archives numériques. Il s’agira, à travers les différentes tables rondes et interventions, de faire un état des lieux de l’avancement du travail de chaque institution sur les archives d’Amos Gitaï qu’elle détient, mais aussi d’interroger le processus de don et la sélection des archives numériques, et enfin de comprendre les attentes de la recherche sur ce sujet.

The Cinémathèque française, the National Library of Israel, the Stanford University Libraries, the Cinémathèque suisse, and the Bibliothèque nationale de France are all institutions entrusted with the mission of preserving the memory of Amos Gitaï’s work, a prolific and multiform filmmaker. Far from being gratuitous, this will of distribution aims at encouraging dialogue between institutions. Indeed, he has the ambition to make its archives live and believes that sharing experience goes hand in hand with the development of cinematographic archives exploitation.

The filmmaker’s donation to the BnF in 2018 proved to be a great field of experimentation to question the needs, testing new tools and new methods of analysis. Also, it has been a relevant prism to initiate the dialog with other establishments. Therefore, this event aims to discuss the crucial questions of collecting, preserving, describing and making massive collections of film archives available. Through the various sessions and contributions the progress of each institution on their Gitaï archives will be presented. We’ll also interrogate the donation process as well as raising the difficulties of selecting digital archives. Eventually we’ll go over the expectations of researchers on this topic.

Programme

9h00 : Accueil des participants

  • Laurence Engel // Présidente de la Bibliothèque nationale de France
  • Michelle Bubenicek // Directrice de l’École nationale des chartes

9h15-10h30 : état des lieux (communications)

  • Frédéric Maire // Président de la Fédération Internationale des Archives du Film, directeur de la Cinémathèque Suisse (introduction & modération)
  • Michael Keller // Vice-recteur des Bibliothèques universitaires de Stanford
  • Oren Weinberg // Directeur de la Bibliothèque nationale d’Israël
  • Joël Huthwohl // Directeur du département des Arts du spectacle à la Bibliothèque nationale de France

11h-11h30 : Entretien avec Amos Gitaï (visioconférence)

11h30-12h30 : le processus de donation (table ronde)

  • Antoine de Baecque (modération)
  • Marie-Josée Sanselme // Scénariste d’Amos Gitaï
  • Karin Mauduit // Cinémathèque française
  • Jean-Baptiste Raze // Bibliothèque nationale de France

14h-15h30 : quelles sélections pour les archives numériques ? (table ronde)

  • Emmanuelle Bermès (modération) // Bibliothèque nationale de France
  • Glynn Edwards // Bibliothèques universitaires de Stanford
  • Rime Touil // Bibliothèque nationale de France
  • Louise Dutertre // Bibliothèque nationale de France

16h-17h30 : une nouvelle génétique du cinéma (table ronde)

  • Alain Carou (modération) // Bibliothèque nationale de France
  • Marie-Pierre Ulloa // Université de Stanford
  • Jean-Michel Frodon
  • Jean-philippe Trias // Université de Montpellier

Conclusion de la journée

  • Christophe Gauthier // École nationale des chartes (conclusion de la journée)

Comité scientifique et d’organisation

  • Emmanuelle Bermès
  • Christophe Gauthier
  • Joël Huthwohl
  • Jean-Baptiste Raze
  • Rime Touil
  • Louise Dutertre

Un événement organisé par la Bibliothèque nationale de France et par l’École nationale des chartes.

Informations pratiques

A noter

Le lendemain se tient l’atelier : Collecter, conserver et explorer les corpus massifs d’archives audiovisuelles : états des lieux et perspectives (13/11)

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Colloque : Cartographie du Web littéraire francophone (22-24/01)

Les porteurs du programme ANR LIFRANUM (LIttératures FRAncophones NUMériques), auquel prend part la Bibliothèque nationale de France, organisent un colloque international du 22 au 24 janvier 2020.

Argument

Le colloque international Cartographie du Web littéraire francophone entend interroger divers critères liés au repérage, à la sélection, à l’archivage, et au traitement de corpus nativement numériques des productions littéraires francophones. De même une analyse littéraire du corpus donnera sans doute l’occasion d’approfondir notamment  la question de l’élargissement du champ littéraire, d’interroger l’efficience des outils  narratologiques classiques pour saisir cette nouvelle poétique numérique. Il s’agira  aussi d’étudier la répartition des ressources numériques littéraires dans l’espace francophone, d’établir des modalités standardisées de description afin d’en proposer des parcours interprétatifs adaptés. Par ailleurs, l’occasion sera donnée de repenser la Francophonie, dans une logique plurielle, décentrée, en tenant compte de toutes les aires culturelles qui ont le français comme langue de partage.

Programme

Mercredi 22 janvier

8h30- Accueil des participants

08h45-Ouverture du colloque et présentation du projet Idex

Corpus numérique : quelle pertinence heuristique, méthodologique et épistémologique ?

Modération : Catherine Dessinges, Université de Lyon 3

9h00-10h00 : conférence plénière 

Le partenariat Littérature québécoise mobile

  • Bertrand Gervais, titulaire Chaire de recherche du Canada sur les arts et les littératures numériques 

10h00-10h35 : Proposition Cartographie du web littéraire francophone

  • Pierre Boizette, chercheur postdoctoral, IFRA, Nairobi

10h35-10h50: pause-café

10h50-11h25 : Cartographie du web littéraire francophone : entre considérations générales et questionnements juridiques

  • Aboubakar Sidi Njutapwoui, Université Maroua, Cameroun

11h25-12h00 : Cartographie du Web littéraire francophone. Le cas de certains blogs et sites littéraires francophones subsahariens

  • Patricia Sylvie Essonghe, Université Omar Bongo Libreville-Gabon, Marge/ Lyon 3

12h00-12h35 : Le corpus “brouhaha” au défi de la visualisation de texte

  • Servanne Monjour, Université Paris 4-Sorbonne

Pause déjeuner

Francophonie : configurations numériques, dynamique transversale et confins sémantiques

Modération : Lucien Perticoz, Université Lyon 3

14h00-15h00 : conférence plénière

Je ne suis pas un littéraire. Plaidoyer pour des frontières disciplinaires poreuses,

  • Marcello Vitali-Rosatidépartement des littératures de langue française de l’Université de Montréal

15h00-15h35 : Les institutions fantômes de la littérature numérique,

  • Nicolas Sauret, Université Paris-Ouest

15h35-15h50 : pause-café

15h50-16h25 : Ébauche de visualisation des productions littéraires francophones d’Haïti et retour d’expérience

  • Inès Burri, Université Jean Moulin Lyon 3
  • Anaïs Chambat, ENS de Lyon
  • Célian Ringwald, Université Lumière Lyon 2 

16h25-17h00 : L’impact des pratiques de la numérisation dans la création littéraire francophone

  • Amel Mesli, Ecole Supérieure de Management de Tlemcen, Algérie

Jeudi 23 janvier

Genre(s) et création à l’ère du numérique

Modération : Gilles Bonnet, Université Lyon 3

9h30-10h05 : Des effets du web sur la création littéraire : évolution des pratiques et légitimation des œuvres

  • Karen Cayrat, Université de Lorraine (Crem)

10h05-10h40 : Inconnu à cette adresse. Plongée exploratoire dans la création littéraire numérique belge en langue française

  • Corentin Lahouste,  FNRS-UCLouvain

10h40-10h55 : Pause-café 

10h55-11h30 : Francophonie et création littéraire en Algérie à l’ère du numérique : état des lieux et enjeux

  • Karima Ait Dahmane, Université de Blida2

11h30-12h05 : La littérature populaire en français sur le web contribue-t-elle à morceler ou à unifier l’espace numérique francophone ? Le cas des chroniques : de part et d’autre de la Méditerranée,

  • Nadja Maillard-De La Corte Gomez, Université d’Angers
  • Violaine Bigot, Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle

Pause déjeuner

Web littéraire  et configurations socionumériques

Modération : Belén Hernández Marzal, Université Lyon 3  

14h00-14h35 : Pratiques discursives et hybridité dans  les  forums de discussion algérien

  • Yahiaoui Kheira, Maître de Conférences HDR, Ecole Normale Supérieure d’Oran, Algérie

14h35-15h10 : à MainLevé, un dispositif d’écriture original sur les Réseaux Sociaux

  • Emmanuel Vaslin, Directeur Atelier Canopé de Maine-et-Loire 

15h10-15h25 : pause-café

15h25-16h00 : L’internet et la mise en scène de soi : la participation du web dans la restructuration des dispositifs de légitimation et le processus de concrétisation des créations littéraires en Haïti

  • Jean Verdin Jeudi, Université d’Etat d’Haïti

16h00-16h35 : Présentation de l’œuvre The pleasure of the coast ou Le Plaisir de la côte de J. R. Carpenter

  • Sylviane Médard, doctorante LLSH université Grenoble Alpes

Vendredi 24 janvier

Corpus en ligne, herméneutique et obstacles méthodologiques

Modération : Christian Cote, Université Lyon 3

9h30-10h30 : conférence plénière

La plate-forme Mukanda, limites et potentiels d’une expérience

  • Pierre Halen, Université Lorraine

10h30-11h05 : Quelle cartographie de la littérature francophone à l’ère du cyberespace ?

  • Jean Pierre Fewou Ngouloure, Université de Toulouse Jean Jaurès, Marge, Université de Lyon 3

11H05-11h20 : Pause-café

11h20-11h55 : Le “Répertoire des écrivaines et écrivains numériques”. Archivage et institutionnalisation de la littérature numérique, Servanne Monjour, Université Paris 4-Sorbonne

  • Nicolas Sauret (UdeM)
  • Enrico Agostini Marchese (UdeM)

11h55-12h30 : A la recherche du web littéraire : une enquête hyper-perplexe en hypertexte

  • Jean Baptiste Monat, Université Lumière Lyon 2

Pause déjeuner

Nouveaux horizons littéraires & performance d’auteurs

Modération : Jean Baptiste Monat, Université Lumière Lyon 2

14h00-15h00 : La littérature (par la) bande, Servanne Monjour, département des littératures de langue française de l’Université de Montréal

  • Marcello Vitali-Rosati, Chaire de recherche du Canada sur les écritures numérique

15h00-15h35 : Notes pour une littérature de terrain. Le devenir-spatial de la littérature numérique

  • Enrico Agostini Marchese (UdeM), doctorant, Université de Montréal

15h35-15h50: pause-café

15h50-16h10 : Lecture de textes par Jean Verdin Jeudi, Ecrivain et bloggeur, responsable d’un club de jeunes écrivains d’Haïti

16h10-16H50 : Table ronde d’administrateurs de plateformes d’écriture littéraire autour de Marie-Anaïs Guegan, Université Lyon 3

16h50-17h45 : Table ronde : De l’Idex à Lifranum : les grands enjeux de la Francophonie numériqueGilles Bonnet, Université Lyon 3 ; Christian Cote, Université Lyon 3, Pierre Halen, Université Lorraine ; Jean Pierre Fewou Ngouloure, Université Toulouse 2 Jean-Jaurès, Marge, Lyon 3 

Informations pratiques

  • Université Lyon 3, Salle Caillemer
  • 15, quai Claude Bernard 69007 LYON
  • Tram T1 : descente rue de l’université
  • Contact : 04.78.78.73.92

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Séminaire de recherche : Émergence de l’art vidéo en Europe : Historiographie, théorie, sources et archives (1960-1980) (4-5/12)

Dalibor Martinis

À ce jour, une histoire de l’art vidéo à l’échelle de l’Europe reste à faire. C’est la mission à laquelle le présent programme de recherche entend répondre. Un réseau international, regroupant à la fois des historiens de l’art et de l’image en mouvement, des artistes, des protagonistes de cette aventure, des dépositaires de fonds d’archives, des conservateurs et de jeunes chercheurs, s’est constitué. Il a pour objectif de collecter des données sur les artistes, les œuvres et les événements qui ont permis l’avènement de cette pratique, ou qui ont compté dans son développement sur le territoire européen, et de mettre au jour les conditions nationales spécifiques de production et de diffusion permettant d’expliquer la variété des productions comme la disparité des périodes d’émergences (1960-1980).

Ce sixième séminaire de recherche « Émergence de l’art vidéo en Europe : historiographie, théorie, sources et archives (1960-1980) » du LabEx Arts-H2H réunit les chercheurs du projet et des spécialistes internationaux, en vue d’étudier les premiers temps de l’art vidéo en Allemagne, Tchécoslovaquie, Finlande, Norvège, Suède et Croatie. 

Programme

Mercredi 4 décembre 2019 
INHA, salle Walter Benjamin

9h30 Introduction et présentation du programme « Émergence » 
François Bovier, Alain Carou et Grégoire Quenault (Coordinateurs) 

9h45 VT ≠ TV (Video Tape is not Television) 
Dieter Daniels (Professeur, Academy of Fine Arts Leipzig [HGB] / Chercheur, Gutenberg Forschungskolleg [GFK]) 

10h30 Pause 

10h45 Early video experiments in Nordic countries from 1960s to 1980s 
Lorella Scacco (Enseignante, École des Beaux-Arts, Rome / Université de Turku) 

11h30 Table-ronde / Discussions 

Jeudi 5 décembre 2019 
INHA, salle Walter Benjamin 

10h00 Prague – the place of illusionists 
Michael Bielicky (Professeur, Karlsruhe University of Arts and Design) 

10h45 Television and video, genesis (The beginnings of Croatian video art) 
Tihomir Milovac (Conservateur / Responsable de la recherche, Musée d’art contemporain de Zagreb) 

11h30 Pause 

11h45 Aspects de la situation française (1970-1980) : Dominique Belloir, premières expérimentations – Grand Canal, Association d’artistes vidéo
Dominique Belloir (Artiste vidéo) 

12h45 Table-ronde / Discussions

Informations pratiques

  • Les communications les mercredi 4 et jeudi 5 décembre auront lieu en salle Benjamin à l’INHA, 6 rue des Petits-Champs, 75002 Paris.
  • Elles sont libres et ouvertes au public sans réservation, dans la limite des places disponibles. 
  • Contact : emergenceartvideo.6080@gmail.com

Coordinateurs du programme

  • François Bovier (École cantonale d’art de Lausanne / Maître d’enseignement et de recherche, Université de Lausanne)
  • Alain Carou (Conservateur, Département de l’audiovisuel, Service Image, Bibliothèque nationale de France)
  • Grégoire Quenault (Maître de conférences, Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis)

Assistés de :
Ségolène Liautaud (Ingénieure d’études, LabEx Arts-H2H)
Victor Tsaconas (Stagiaire, LabEx Arts-H2H) 

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts