Archives de catégorie : Agenda

Cycle virtuel : un rendez-vous avec la Bibliothèque nationale du Mexique : Una cita con la Biblioteca Nacional de México : Actualidad y porvenir de la historia del libro y la edición tras la pandemia

L’Institut de recherche bibliographique et la Bibliothèque nationale du Mexique organisent un cycle virtuel de conférences intitulé Una cita con la Biblioteca Nacional de México : Actualidad y porvenir de la historia del libro y la edición tras la pandemia (Un rendez-vous avec la Bibliothèque nationale du Mexique : Le présent et l’avenir de l’histoire du livre et édition post-pandémique) au cours duquel interviendront Jean-Yves Mollier, membres du conseil scientifique du Comité d’histoire de la BnF et Anne Pasquignon, adjointe à la directrice des Collections pour les questions scientifiques et techniques.

Programme

2 février

ROBERT DARNTON (Profesor emérito de la Universidad Harvard)

9 février

CARLO GINZBURG (Universidad California Los Ángeles)

16 février

PEDRO GUIBOVICH (Pontificia Universidad Católica de Perú)

23 février

PEDRO RUEDA (Universidad de Barcelona, Coordinador del Máster Universitario de Bibliotecas y Colecciones Patrimoniales)

2 mars

JAMES RAVEN (University of Cambridge, President of the Bibliographical Society, director of the Cambridge Project for the Book Trust)

9 mars

JEAN-YVES MOLLIER (Profesor emérito Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines)

16 mars

ROGER CHARTIER (Escuela de Estudios Superiores en Ciencias Sociales, París)

23 mars

FERNANDO BOUZA (Universidad Complutense de Madrid)

6 avril

FRANCOIS HARTOG (Escuela de Estudios Superiores en Ciencias Sociales, París)

13 avril

ANNE PASQUIGNON (Directora adjunta de colecciones para asuntos científicos y técnicos, Biblioteca Nacional de Francia)

Informations pratiques

  • Tous les mardis du 2 février au 13 avril 2021, à 13 heures (heure de Mexico)
  • Le cycle sera diffusé via la plateforme ZOOM, pour recevoir le lien d’accès inscrivez-vous en remplissant le formulaire d’inscription ou en écrivant au Département de la diffusion culturelle de l’IIB : difusionculturaliib@unam.mx
  • Conférence en traduction simultanée en espagnol
Programme
Programme

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Atelier sur la Transcription de l’écriture manuscrite

La transcription de l’écriture manuscrite constitue l’un des enjeux du travail de recherche et d’exploitation des collections numérisées : temps de traitement long, difficulté à industrialiser les procédés, question autour de la valorisation et du devenir des corpus transcrits. Face à ces questionnements, deux solutions semblent émerger :

  • La transcription collaborative sur des plateformes ouvertes à des contributeurs bénévoles participant à la transcription (et parfois à l’encodage) des manuscrits ;
  • La transcription automatique, qui utilise les techniques de reconnaissance d’image issues de l’IA (dit HTR : Handwritten Text Recognition), ou la transcription semi-automatique qui utilise le participatif pour corriger et annoter les documents en post traitement.


La BnF, en tant qu’institution patrimoniale et acteur de la recherche se pose également la question de solutions de transcription, qu’elle soit sous forme de plateforme participative, ou d’outils mis à la disposition des usagers pour traiter leurs corpus. A l’heure où les technologies semblent atteindre un certain niveau de maturité, d’autres questions viennent alors : comment fédérer une communauté autour d’une plateforme ; comment verser ces transcriptions dans les outils déjà existants ; comment accompagner les chercheurs sur ces nouveaux outils ?

A travers la présentation d’outils et de projet de recherche, cet atelier vise deux objectifs principaux :

  • partager les résultats de la recherche et fédérer une communauté d’usagers autour des outils qui seront mis à disposition dans le BnF DataLab ;
  • acculturer les acteurs aux traitements automatisés sur des collections qui jusqu’à présent échappaient à l’analyse de masse (manuscrits, tapuscrits, imprimés anciens, écritures non latines, etc.).

Programme

15h – Introduction générale de l’atelier / accueil des participants par Arnaud Laborderie

  • 1er partie : Transcription collaborative

15h05 : Jean-Philippe Moreux, BnF, expert scientifique Gallica : les projets de transcription collaborative et de correction d’OCR à la BnF.

15h15 : Pauline Charbonnier, Archives nationales, ingénieur d’études : Présentation du projet de plateforme collaborative Testament de poilus1.

15h30 : Vanessa Desclaux, BnF, conservatrice au service des manuscrits orientaux, Anaïs Wion, CNRS, chargée de recherche et Mathilde ALAIN, assistante de recherche : Les manuscrits d’Abbadie et la plateforme Transcrire2.

15h45 : Questions

  • 2e partie : Transcription automatique ( HTR)

16h15 : Emmanuelle Bermès, BnF, adjointe chargée des questions scientifiques et techniques auprès du Directeur des services et des réseaux : Introduction.

16h25 : Daniel Stökl Ben Ezra, EPHE, PSL, UMR 8546 AOrOc : Présentation de l’infrastructure HTR open source eScriptorium3.

16h40 : Alix Chagué, INRIA, ingénieure recherche et développement et Aurélia Rostaing, Archives nationales, conservatrice du patrimoine : présentation d’eScriptorium et du projet Lectaurep4.

16h55 : Dominique Stutzmann, CNRS-IRHT, chargé de recherche : présentation de l’ANR Horae5.


Organisateurs

  • Marie Carlin, Arnaud Laborderie, Emmanuelle Bermès et Charlotte Clergeau

Informations pratiques

  1. TESTAMENTS DE POILUS, les contributeurs bénévoles ont participé à la transcription et à l’encodage au format informatique TEI des testaments de poilus, via la plateforme de transcription collaborative ouverte en janvier 2018 (https://testaments-de-poilus.huma-num.fr). Mise en ligne de l’édition numérique  https://edition-testaments-de-poilus.huma-num.fr/ []
  2. CARNETS D’ABBADIE, Ce projet de recherche a pour objectif, de transcrire, analyser et éditer les dix-sept carnets de notes du savant voyageur Antoine d’Abbadie, qui séjourna en Éthiopie de 1840 à 1852. Informations : https://actions-recherche.bnf.fr/BnF/anirw3.nsf/IX01/A2019000024_mss-abbadie-les-carnets-scientifiques-d-antoine-d-abbadie-en-ethiopie-1840-1852-numerisation-transcription-et-edition []
  3. ESCRIPTORIUM – interface de transcription automatique d’écritures manuscrites qui s’appuie sur Kraken et qui fournit des modèles de segmentation performant à utiliser sur divers corpus. Informations : https://ephenum.hypotheses.org/1412 []
  4. LECTAUREP (Lecture automatique de répertoires) porté par les Archives nationales et l’EPHE propose la mise en place d’outils de transcription collaborative et reconnaissance automatique des écritures manuscrites (HTR) autour des répertoires d’actes de notaires : https://lectaurep.hypotheses.org/ []
  5. HORAE (ANR, 2018-2021) vise à l’étude du texte des livres d’heures manuscrits du Moyen Âge : https://anr.fr/Projet-ANR-17-CE38-0008. La société Teklia et le laboratoire de linguistique LS2N sont associés à l’IRHT pour identifier les structures des livres d’heures et analyser la circulation des textes de dévotion au bas Moyen Âge. https://horae.digital/ []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Conférence : Genèse éthique et esthétique du Kaddish inachevé d’André Schwarz-Bart

Keren Mock, chercheuse associée de la BnF, post-doctorante de la Fondation pour la mémoire de la Shoah interviendra au cours du Séminaire Schwarz-Bart (ITEM – CNRS/ENS, Groupe Schwarz-Bart) pour une conférence en lien avec son projet de recherche menée à la BnF.


Sur une page extraite du livre Célébration Talmudique (1991) d’Elie Wiesel, on retrouve, accompagnée de la lettre « K », une note d’André Schwarz-Bart : 

Tout a été dit et rien n’a été établi :
Tout demeure silence et questionnement,
Questionnement silencieux. 

Tout a été dit : toutes les folies et toutes les
paroles de sagesse, et les folies sages et les sagesses 
pensées de folie. Et toute parole a servi au
mal et au bien, selon le temps et selon les hommes :
toute parole est à la fois nimbée de lumière et éclaboussée de sang.

Cette présentation a pour objet d’aborder, à travers des extraits inédits de la « bibliothèque-manuscrit » d’André Schwarz-Bart, son « Kaddish ». 

Entre 1959 et sa disparition en 2006, André Schwarz-Bart a consacré un vaste travail de retour au Kaddish en choisissant de faire de cette prière la structure d’accueil d’un véritable monde, une sorte de puzzle à l’état naissant constitué d’une multitude de pièces laissées en partie dans le désordre et dont l’image finale serait l’énigme. Des journaux et des magazines découpés et annotés, des carnets organisant l’inventaire de ses ouvrages, et une bibliothèque pleine de livres enrichis de marginalia : telle serait la forme native de ce dossier de genèse démiurgique.

Cette importante œuvre mémorielle laissée en suspens n’est pas une simple hypothèse : partout la notation « K » renvoie bien à l’idée unificatrice du Kaddish, et cette totalité virtuelle faite de notes autographes, d’ouvrages, de pliages, d’arrachage et de pages découpées, porte la marque d’une recherche approfondie. Elle constitue un cas exceptionnel de création exogénétique qui nous force à penser de manière radicale la dialectique du lire et de l’écrire mais aussi du dire et du silence. Elle est aussi l’espace d’une réinvention personnelle où l’écrivain utilise librement l’intertexte sacré pour le transformer en une écriture expérimentale profane, mémorielle et potentielle dans une perspective éthique et humaniste. Ainsi, à la faveur de cette prière sacrée qui se reformule à travers mille citations, c’est la trame sous-jacente de la Shoah qui reprend possession du texte tout entier.

Diplômée de psychologie clinique et de philosophie, traductrice, docteur ès Lettres, Keren Mock enseigne à Sciences-Po Paris et à l’Université de Paris. Après avoir assuré, pendant plusieurs années, la charge de cours d’hébreu moderne à l’ENS de Paris, elle a été lauréate en 2016 de la Visiting Junior Scholar Fellowship du France Stanford Center for Interdisciplinary Studies. Issu de sa recherche doctorale, son premier ouvrage, Hébreu, du sacré au maternel (CNRS Editions, 2016) préfacé par Pierre-Marc de Biasi et Julia Kristeva, interroge la genèse de l’hébreu moderne comme nouvelle langue maternelle. Pour l’année 2020-2021, elle a obtenu le statut de chercheuse associée à la BnF et une bourse de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah dans le cadre d’une recherche sur les archives d’André Schwarz-Bart, en collaboration avec l’ITEM (CNRS/ENS).

Informations pratiques

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Les Rendez-vous du Jeu Vidéo à la BnF

Jeux vidéos à la BnF - - Laurent Julliand / BnF
Jeux vidéos à la BnF – – Laurent Julliand / BnF

De la console Odyssey à la PlayStation ou à la Super Nintendo, des cartouches aux logiciels en passant par les disques optiques, la BnF conserve les jeux vidéos diffusés en France et leurs supports : détentrice de la première collection publique de jeux vidéo en France, elle est devenue un acteur majeur de la conservation du patrimoine vidéoludique.

Objet culturel inventif et populaire, le jeu vidéo a fait son entrée dans les collections de la Bibliothèque nationale de France il y a plus de 25 ans. En 1992, sur le modèle du dépôt légal des imprimés, les éditeurs de jeux vidéo ont l’obligation d’y déposer les jeux vidéo distribués en France. Grâce à ce dispositif, la Bibliothèque conserve aujourd’hui plus de 17 000 titres de jeux vidéo, français comme étrangers.

Chaque année, la collection s’enrichit d’environ un millier de jeux entrés par dépôt légal, dons ou acquisitions. Le plus ancien date de 1973 et a été édité pour la première console de salon, la Magnavox Odyssey, acquise par la BnF. La collection du département de l’Audiovisuel de la BnF, en perpétuelle évolution, rassemble tous les types de supports : cartouches, cassettes logicielles, disquettes et disques optiques, éditions simples ou collectors ainsi qu’un ensemble de consoles anciennes.

Les jeux vidéo collectés au titre du dépôt légal sont accessibles aux chercheurs et aux professionnels en salle P de la bibliothèque de recherche tandis qu’une sélection de jeux contemporains, sur PC, tablettes, consoles et en réalité virtuelle, est proposée en salle A de la bibliothèque tous publics.

Mardi 19 janvier 2021


De Wonder Boy à Streets of Rage 4, focus sur le département artistique du studio Lizardcube. Comment renouveler des classiques du jeu vidéo japonais tout en restant fidèle à leur esprit original ?

Entrez dans les coulisses de la conception de Wonder Boy : Dragon’s Trap et Streets of Rage 4 ! Cette séance s’accompagne d’une session de « digital painting live » ; elle propose aussi un focus sur le département artistique du studio Lizardcube et montre comment renouveler des classiques du jeu vidéo japonais tout en restant fidèle à leur esprit original.

Séance animée par Marine Macq, avec Ben Fiquet (Art director) et Julian Nguyen-You (Background Supervisor) du studio français Lizardcube.

La conférence reviendra sur l’histoire du studio Lizardcube et le travail de direction artistique. Comment remettre au goût du jour des jeux créés au Japon il y a plus de 25 ans ? Quelles sont les contraintes ou les libertés à prendre quand le public et la technique ont autant évolué entre deux épisodes d’une même série ?

Pour en parler, Benjamin Fiquet (Art Director) sera accompagné de Julian Nguyen-You (Background Supervisor). La séance sera ponctuée d’une démonstration de digital painting (peinture numérique effectuée directement sur tablette graphique). L’entretien sera mené par Marine Macq, directrice et commissaire de la galerie d’art vidéoludique Pixel Life Stories.

Wonder Boy : Dragon’s Trap et Streets of Rage 4 sont deux franchises Sega qui ont connu un très grand succès dans les années 1980-1990, par leurs grandes qualités en termes de gameplay, graphisme, musique (notamment pour Streets of Rage 4 ). Streets of Rage 4 a souvent été cité comme étant l’un des meilleurs jeux vidéo développés pour ces générations de consoles.

Les deux titres ont d’abord été développés pour les salles d’arcade, avant d’être adaptés sur les consoles de salon : notamment la première console de Sega (la Master System) puis la Mega Drive.

Wonder Boy a donné lieu à une dizaine de suites / remakes, publiés au fil du temps sur près d’une vingtaine de machines différentes. Streets of Rage 4 a lui connu trois épisodes entre 1991 et 1994, avant le 4e opus sorti en 2020. Les deux licences ont été régulièrement republiées, seules ou dans des compilations et jouissent d’une grande popularité auprès des communautés de joueurs et joueuses. Elles ont aussi connu beaucoup de produits dérivés, dont des adaptations en bande dessinée ou en nouvelles.

En raison des conditions sanitaires, cet événement ne peut avoir lieu en présence du public et sera diffusé sur notre chaîne Youtube (ci-dessous) et sur Facebook.

Lundi 8 février 2021

Conférence initialement programmée le 3 novembre 2020. À l’occasion de la sortie de l’ouvrage de référence Une histoire du jeu vidéo en France aux Éditions Pix’n Love sur les débuts de l’industrie du jeu vidéo en France, ses auteurs Alexis Blanchet et Guillaume Montagnon reviennent sur leur travail de recherche, notamment à partir des ressources de la BnF.

Avec Marine Macq, enseignante conférencière en concept art, Alexis Blanchet, université Paris 3 Sorbonne Nouvelle, et Guillaume Montagnon, chercheur indépendant, suivie d’une séance de dédicace.

Mardi 2 mars 2021

Play-conférence : Assassin’s Creed Valhalla et les influences nordiques dans les jeux vidéo

Découvrez le dernier né de la série phare d’Ubisoft, Assassin’s Creed Valhalla , qui prend place à l’ère viking.

Séance animée par Romain Vincent, avec Laurent Di Filippo, maître de conférences à l’université de Lorraine

Mardi 6 avril 2021

Pionniers du jeu vidéo – Rencontre avec les créateurs du studio Silmarils

Au programme de cette séance, l’aventure de la société Silmarils (1987-2003), à l’origine de nombreux titres novateurs qui ont marqué l’histoire du jeu vidéo en France – Targhan, Transarctica, Deus, Asghan ou encore la série Ishar.

Séance animée par Alice Dionnet, doctorante en littérature comparée à l’université d’Orléans

Mardi 4 mai 2021

Play-conférence : La seconde guerre mondiale à travers Call of Duty : WWII et Battlefield V

À la veille des commémorations du 8 mai 1945, analyse de la vision du conflit mondial proposée dans les derniers épisodes de deux licences-phares du jeu de guerre, Call of Duty et Battlefield.

L’action des épisodes Call of Duty WWII (Activision, 2017) et Battlefield V (Electronic Arts, 2018) se situe pendant la Seconde Guerre mondiale. L’analyse de quelques moments-clés de ces deux jeux montre que les choix effectués sont une manière d’écrire l’Histoire.

Séance animée par Romain Vincent, avec Marjolaine Boutet, maîtresse de conférences en histoire contemporaine à l’université de Picardie, et Rémi Cayatte, maître de conférences en sciences de l’information et de la communication, université Toulouse 3.

En pratique

  • Les Rendez-vous du Jeu Vidéo
  • BnF, site François-Mitterrand, 75013 PARIS
  • Selon les conditions sanitaires et les couvre-feu : en ligne 15h – 17h ou sur place 18h – 20h (vérifier sur le site bnf.fr)
  • Entrée gratuite – réservation recommandée via l’application Affluences ou sur affluences.com (rubrique Bibliothèques)

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Journée d’étude : Les iconothèques d’artistes et d’écrivains. du romantisme aux modernes

Argument

Pour traiter de bibliothèques d’images, des « dossiers iconographiques », des « répertoires d’images » – ou plus largement des « iconothèques », selon un terme d’archivistique – composés ou simplement utilisés par les écrivains, trois journées d’études allant du romantisme à nos jours sont organisées dans trois pays (la France, la Belgique, le Canada) en 2021 et 2022, avec des partenariats différents.

Ce cycle de rencontres s’ouvre avec une comparaison entre les iconothèques d’écrivains et d’artistes. Pour ce faire, l’École du Louvre et l’ITEM s’associent le temps de cette manifestation au programme de recherches HANDLING, dirigé par Anne Reverseau (FNRS/UCLouvain), financé par l’ERC. Dans la mouvance des travaux récents sur les bibliothèques et les archives, à partir de quelques fonds d’images d’écrivains et d’artistes, allant du romantisme aux modernes, nous réfléchirons aux questions suivantes : Comment se sont constituées ces iconothèques ? Quels types d’images contiennentelles ? Où sont-elles stockées ? Comment sont-elles rangées ? Quelle est leur place dans la création d’une oeuvre et la formation d’un oeil ? Quel est leur rapport au canon, au musée et à la bibliothèque ? Quelles différences entre les pratiques et les gestes de l’artiste et de l’écrivain ? Quelles méthodes et quels enjeux pour
les iconothèques devenues invisibles ?

Agnès Sandras, conservatrice à la BnF et Sarah Hassd, post-doctorante au département de la Musique dans le cadre d’une bourse commune BnF-EUR Translitterae, présenteront des communications sur leurs travaux.

Programme

  • 9h30 Accueil
  • 9h45 Jessica DESCLAUX (UCLouvain/Erc Handling) et François-René MARTIN (École du Louvre/ ENSBA/ Item)
  • Introduction

Créer et collecter des images

  • 10h00 Ségolène LE MEN (Université Paris-Nanterre) Iconothèques graphiques dans la seconde moitié du XIXᵉ siècle
  • 10h30 Pierre WAT (Université Paris 1) L’iconothèque et ses secrets chez John Constable
  • 11h00 Agnès SANDRAS (BnF) L’iconothèque Zola constituée par Henry Céard : du panorama à la brouette
  • 11h45 Pause

De l’iconothèque à l’œuvre

  • 12h00 Pierre-Marc DE BIASI (CNRS/Item) Flaubert : de l’illustration à l’illusion, le parti pris immatériel des images
  • 12h30 Dominique PETY (Université de Savoie) L’iconothèque des Goncourt : circulation des images et genèse de l’écriture
  • 13h00 Pause

L’iconothèque comme musée personnel

  • 14h30 Sarah HASSID (École du Louvre, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) L’iconothèque de Paul Chenavard (1807-1895) : une collection d’estampes et de photographies au service d’une vision décadente de l’histoire de l’art ?
  • 15h00 Lillie FAURIAC (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne/HICSA) Fabrication d’un musée idéal : les outils et les pratiques de Gustave Moreau 
  • 15h30 Laurence BROGNIEZ (Université Libre de Bruxelles) Préraphaélisme et « produits dérivés » : du musée imaginaire au home de l’artiste. Le cas des symbolistes belges
  • 16h15 Pause

Répertoires d’images chez les modernes

  • 16h30 Laurence CAMPA (Université Paris-Nanterre) Les années d’apprentissage de Guillaume Apollinaire : la genèse du regard
  • 17h00 Sylvie RAMOND (Musée des Beaux-Arts de Lyon/ ENS de Lyon)  Les images de Joseph Cornell : répertoire et matériaux
  • 18h Fin des travaux

Informations pratiques

  • 23 janvier 2021
  • 9h30 – 18h
  • La journée d’étude aura lieu en visioconférence sur Zoom. Pour obtenir le lien de connexion, qui vous sera envoyé 48 heures auparavant, merci d’adresser un courriel aux deux organisateurs : Jessica.desclaux@uclouvain.be et mfrancoisrene@gmail.com

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Journée d’étude : Aux marges de l’imprimé, l’imprimé à la marge : cultures populaires, minoritaires et alternatives de l’imprimé, 1840-1940

Cette journée d’étude se propose de fédérer les chercheurs, chercheuses et étudiant·e·s francophones dont les travaux portent sur des objets, textuels ou iconiques, imprimés entre la décennie 1840 et la fin de l’entre-deux-guerres. Un des objectifs sera de réfléchir collectivement à la définition d’une culture de l’imprimé qui ne soit pas, ou pas uniquement, articulée autour du livre et des formes culturellement légitimes de l’imprimé. Les différentes interventions permettront d’explorer les matérialités diverses de l’objet imprimé et ses différentes fonctions ; les usages et pratiques d’appropriation qu’il génère ; les méthodes et objectifs de ses producteurs, y compris dans le cadre de situations de production innovantes, alternatives et/ou minoritaires. Ces contributions offriront non seulement un bref aperçu de la richesse de genres imprimés encore méconnus, mais permettront de dresser un état des lieux de la recherche actuelle sur cette ère de production et de consommation médiatique et d’envisager de futures perspectives théoriques et méthodologiques.

Marie Goupil, chercheuse associée de la BnF au département de la Musique aura l’occasion d’y présenter une partie de ses recherches1.

Programme

9h Mots d’ouverture

9h15 Invitée spéciale : Séverine Montigny (Conservateur du Département des Documents éphémères de la BHVP)
Présentation des collections d’éphémères de la Bibliothèque Historique de la Ville de Paris

10h Panel 1 – Nouveaux objets, nouveaux usages

  • Violaine Gourbet – Gravures et almanachs : la présence discrète de l’art anglais dans les foyers allemands (seconde moitié du XIXe siècle)
  • Delphine Mulard – L’image et son rapport illustratif au texte, les différents modes illustratifs du Recueil des choses vues et entendues de l’ère Ansei
  • Marie Goupil-Lucas-Fontaine – « Fixer l’air du temps » : L’éditeur Salabert et l’imprimé musical populaire dans l’Entre-deux-guerres
  • Benoît Crucifix – La bande dessinée après le quotidien. Découpages, scrapbooks et comic strips aux États-Unis

12h Pause déjeuner

13h30 Panel 2 – L’entre-deux-guerres : aux frontières des légitimités culturelles

  • Pamela Ellayah – William R. Scott Inc., imprimer l’album pour enfants autrement
  • Fiona Piccolo – Intermédiaire et intermédial : l’imprimé polyvalent à travers culture savante, culture populaire et culture de masse chez Stefan Eggeler (1894-1969)
  • Alix Agret – Mise en page/mise en scène : séduction cinématographique dans des revues érotiques des années 1930

14h50 Panel 3 – Pratiques militantes de l’imprimé

  • Julien Contes – L’émergence d’une nouvelle culture démocratique de l’imprimé périodique en France et en Italie au milieu du XIXe siècle
  • Max Bonhomme – Découpages du temps révolutionnaire : les almanachs anarchistes et communistes
  • Lou Le Joly – Le Suffrage Atelier : émancipation politique et économique des femmes par l’imprimé (Royaume-Uni, 1909-1914)

16h15 Pause café

16h30 Invitée spéciale : Alice Savoie (Designer typographique, chercheuse indépendante et enseignante)
Présentation du projet de recherche Women in Type (University of Reading)

17h Discussion de fin de journée

Informations pratiques

  • Le 20 janvier 2021, de 9h à 18h.
  • La journée d’étude aura lieu en visioconférence sur Zoom. Pour obtenir le lien et connaître les modalités pratiques, merci d’adresser un mail aux deux adresses suivantes : laura.truxa@ehess.fr  et nathalie.sebayashi@ehess.fr.
  1. Voir la présentation de son projet de recherche, url : <https://bnf.hypotheses.org/9303>. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Appel à communications – « Le passé n’est qu’un prélude : conférence internationale NewsEye »

Vers de futures collaborations interdisciplinaires entre le patrimoine culturel, les humanités numériques et les sciences informatiques

Se tenant en ligne les 16 et 17 mars 2021, cette conférence vise à faire dialoguer le patrimoine culturel, les sciences humaines et les sciences informatiques.

S’inscrivant dans la perspective de collaborations interdisciplinaires, l’appel à communications encourage fortement la coopération entre chercheurs et professionnels de toutes disciplines et projets.

Les propositions sont attendues pour le 10 janvier 2021 avant minuit.
Les communications se dérouleront en anglais.

Les communications peuvent aborder entre autres les sujets suivants :

  • Les politiques de numérisation du patrimoine culturel
  • Le patrimoine culturel comme objet numérique (les collections en tant que données)
  • Les humanités numériques appliquées au patrimoine culturel
  • L’analyse du patrimoine culturel par les sciences informatiques
  • L’intelligence artificielle appliquée au patrimoine culturel
  • Les journaux numérisés comme corpus de recherche en sciences humaines
  • L’étude critique des humanités numériques
  • Les humanités numériques comme discipline expérimentale
  • L’apprentissage informatique et le codage pour les chercheurs en sciences humaines
  • Apprentissage automatique et intelligence informatique
  • Approches critiques de l’intelligence artificielle
  • Pérennisation des données et des outils

Informations pratiques

Consulter le texte complet de l’appel.

Les soumissions sont acceptées pour des communications individuelles de 15 minutes et des sessions collectives de 45 minutes. Les tables rondes doivent être composées en tenant compte de la diversité (en termes d’âge, de sexe, de pays, etc.) et ne doivent pas inclure de multiples participants d’un même projet et/ou qui sont issus de la même institution.

Les propositions de communications sont à adresser en anglais à l’adresse newseyeconference@gmail.com avec :

  • Nom(s), courriel(s) et pays des participant(es)
  • Une courte biographie ou CV des participant(es)
  • Un résumé (500 mots pour un soumission individuelle et 1500 mots pour une soumission collective)

Organisée par la BnF, cette conférence internationale présentera et examinera le large éventail de dispositifs disponibles ainsi que leur impact sur les pratiques de recherche.

Le projet NewsEye, A Digital Investigator for Historical Newspapers est financé par le programme cadre de recherche et innovation Horizon 2020 de l’Union européenne (accord de subvention n°770299).

Pour en savoir plus sur le projet NewsEye, voir le site dédié : https://www.newseye.eu/

Logo Newseye

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Retours d’expérience des Archives nationales et de la BnF sur la mise en place de leurs plans de sauvegarde des biens culturels

Céline Allain, spécialiste en conservation préventive, coordinatrice du plan de sauvegarde des collections de la BnF et Marie Courselaud, chargée de conservation préventive, Centre de recherche et de restauration des musées de France proposent les retours d’expérience des Archives nationales et de la BnF sur la mise en place de leurs plans de sauvegarde des biens culturels.

Cette présentation s’est tenue lors des 9e journées professionnelles de la conservation-restauration des biens culturels intitulées Anticipez ! Connaître, prévoir, agir en conservation-restauration, et qui se sont tenues les 21 et 22 mars 2019.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Séminaire « Mission, circulations et adaptations des savoirs : un regard global »

Affiche séminaire "Mission, circulations et adaptations des savoirs : un regard global"

Dans le cadre des journées d’études destinées aux étudiants de Master à l’université de Nantes et La Rochelle, le Centre de recherches en histoire internationale et atlantique organise un séminaire dans lequel Carina Sartori1, chercheuse associée de la BnF, présentera un volet de sa recherche développée à la bibliothèque de l’Arsenal. 

Carina SARTORI – « De la présence saint-simonienne aux récits de Michel Chevalier au Brésil (1830-1870) : Le cas d’Irineu Evangelista et André Rebouças »

Résumé

Alors qu’en France, le saint-simonisme atteint son apogée dans les années 1830 et 1832, au Brésil, ce mouvement, qui passe presque inaperçu, a été lu de manière ambiguë. Dans la seconde moitié du XIXe siècle, lorsque les idées sur l’industrie et la technologie circulaient entre l’Europe et l’Amérique, un petit groupe de Brésiliens avides pour la modernisation industriel, tels que le Barão de Mauá et André Rebouças, s’est alors intéressé à la figure de l’ancien saint-simonien Michel Chevalier.

Informations pratiques

Organisateurs

  • Alain MESSAOUDI, maître de conférences HDR en histoire contemporaine à l’Université de Nantes – CRHIA
  • Carina SARTORI, docteure en histoire contemporaine et membre associée du CRHIA – La Rochelle Université
  1. Voir son projet, url : <https://actions-recherche.bnf.fr/BnF/anirw3.nsf/IX01/A2019000029_serviteur-d-un-ideal-les-freres-pereire-et-la-pensee-industrielle-pacifique-et-universelle-saint-simonienne-au-second-empire>. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Derniers jours pour nous dire (tout) ce que vous pensez de la BnF !

Plus que quelques jours pour répondre à l’enquête de la BnF lancée le 16 octobre auprès de tous les usagers, dans l’objectif de mieux connaître leurs profils et leurs attentes…

Nous savons que vos activités habituelles ont quelque peu été chamboulées [ou : probablement perturbées] ces dernières semaines, mais que vous soyez des habitués des lieux, ou des visiteurs occasionnels, nous comptons sur vous pour nous consacrer 10 à 30 minutes et nous dire tout ce que vous pensez de la BnF !

Enquêtes à la BnF : la BnF et vous

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Journée d’étude : Du jardin vers le monde et du monde au jardin La cartographie et l’histoire naturelle

Frédéric Scalberge, Jardin du Roy pour la culture des plantes médicinales, 1636. 
Estampe sur vélin mise en couleur. Muséum national d’histoire naturelle, OA 912
Frédéric Scalberge, Jardin du Roy pour la culture des plantes médicinales, 1636.
Estampe sur vélin mise en couleur. Muséum national d’histoire naturelle, OA 912

Les jardins naturalistes, botaniques et zoologiques, partagent avec la cartographie la volonté de décrire le monde de manière à la fois exhaustive et ordonnée. Les échelles, les matériaux, les apparences de la représentation sont certes différents. Mais il s’agit bien, dans la carte comme dans le jardin, d’élaborer une image du monde qui puisse être lisible par tout un chacun. Cartes et jardins font partie de ce grand effort scientifique qui consiste à faire voir et faire comprendre le monde et ses espaces, naturels et humains.

La journée d’études organisée conjointement par la Commission « Histoire » du Comité Français de Cartographie et la Direction des bibliothèques du Muséum national d’Histoire Naturelle se propose d’explorer les rapports qui se sont noués entre la cartographie et le jardin, notamment au Jardin des Plantes, du point de vue de l’acquisition, de l’organisation, de la représentation et de la diffusion des connaissances naturelles.

Programme

9h : Accueil – café

9h30 : Introduction par Eric Joly, délégué à l’éthique et chargé des indicateurs de l’empreinte écologique du Muséum, et Jean-Marc Besse, président de la commission ‘histoire’ du CFC

1ère session : Le jardin et la carte

Sous la présidence d’Emmanuelle Vagnon, chercheuse au LAMOP CNRS/Paris 1

10h : Agnès de Vachat, chercheuse associée, ENS du Paysage (Versailles), Le jardin médiéval, une image du monde

10h30 : Mariana Sánchez, doctorante, Université Paris-Diderot,  Entre l’Espagne et la France, le jardin monastique de El Escorial

11h15 : Julien Brault, conservateur, Bibliothèque du Muséum national d’Histoire Naturelle, Les embellissements du Jardin des Plantes à Paris sous la Monarchie de Juillet : l’ambition architecturale d’un Jardin-Monde

11h45 : Dominique Juhé-Beaulaton, directrice de recherche, CAK-CNRS-MNHN, La restructuration du Carré Lamarck des plantes ressources au Jardin des plantes du MNHN à partir des plans de travail des jardiniers

2e session La carte et l’histoire naturelle

Sous la présidence de Catherine Hofmann, conservatrice, BnF, département des Cartes et plans

14h : Marine Bellégo, maître de conférences, Université Paris 7, Cartes et plantes : les cartes du jardin botanique de Calcutta au XIXe siècle

14h30 : Emilie Dreyfus, doctorante, UMR Géographie-cités (Paris 1), groupe E.H.GO, Spectacle zoologique, inventaire de la nature ou encyclopédie naturaliste ? Approche épistémologique de la représentation des animaux sur quelques cartes murales des Amériques (XVIIe-XVIIIe siècles)

15h15 : Pause-Café

15h45 : Luc Menapace, conservateur, Bibliothèque nationale de France, département des Sciences et techniques, Naissance et développement de la cartographie thématique naturaliste

16h15 : Lucas Brunet, chercheur associé, Université de Tampere (Finlande), Gouverner les écosystèmes. Le projet biopolitique de cartographie des services écosystémiques

17h00 : Visite et présentation de documents organisées par la Bibliothèque du Muséum d’histoire naturelle – inscription sur place.

18h15 : Pot de clôture

Organisateurs

  • Comité Français de Cartographie (commission ‘histoire’)
  • Direction des bibliothèques du Muséum national d’Histoire Naturelle

Informations pratiques

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Journée d’étude : Les fonds de l’Institut international de musique électroacoustique de Bourges à la BnF (7/10)

Les fonds de l’Institut international de musique électroacoustique de Bourges conservés aux départements de la Musique et de l’Audiovisuel de la BnF témoignent du rôle fondateur de cet institut dans l’histoire de la musique électroacoustique.

Qu’est-ce que l’Institut international de musique électroacoustique de Bourges (IMEB) ?

Fondé le 7 octobre 1970 par les compositeurs Françoise Barrière et Christian Clozier, tout d’abord sous l‘appellation GMEB (Groupe de musique expérimentale de Bourges), l’IMEB est devenu l’un des studios de musique électroacoustique les plus actifs du monde. À partir de 2005, il a procédé au dépôt de ses archives à la BnF.

Réparti dans les collections du département de la Musique et du département de l’Audiovisuel, ce fonds comprend 6 577 œuvres de musique électroacoustique, 1 300 partitions et 166 caisses représentant 50 mètres linéaires d’archives musicales, historiques, techniques, photographiques, vidéographiques et administratives de l’institut.

Cette demi-journée d’étude est suivie par un concert de musique électroacoustique.

Informations pratiques

  • Entrée gratuite – Réservation recommandée via l’application Affluences ou sur affluences.com
  • Il est recommandé de se présenter en avance (jusqu’à 20 minutes avant la manifestation)
  • Mercredi 7 octobre 2021, 14 h – 18 h
  • Site François-Mitterrand – Salle 70
  • Quai François-Mauriac – Paris 13e
  • Entrée Est face à la rue Émile Durkheim

Voir aussi

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Journée d’étude : Le Sacramentaire de Drogon (Paris, BnF, Latin 9428) et les ivoires de Metz (12/10)

Sacramentarium. [Sacramentaire dit de Drogon]
Sacramentarium. [Sacramentaire dit de Drogon], https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b525084620/f1.item

Fleuron de la Renaissance carolingienne, le Sacramentaire de Drogon conservé au département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale de France sous la cote Latin 9428 est doublement célèbre, par son histoire prestigieuse et le luxe de sa décoration. Ce manuscrit liturgique a été commandé entre 826/837 et 855 par l’évêque de Metz Drogon, fils illégitime de Charlemagne et grand mécène de son temps, et a fait partie du trésor de la cathédrale de Metz jusqu’à la Révolution. Il a reçu un luxueux décor, composé d’enluminures et d’une reliure d’orfèvrerie ornée de 18 plaques d’ivoire sculpté. Ces plaques d’ivoire ont été remontées à l’époque moderne dans un ordre différent et enchâssées dans une nouvelle monture d’argent.

La restauration des plaques et de la monture, financée par un généreux don de Michael I. Allen aux American Friends of the National Library of France via la King Baudouin Foundation United States, a été récemment menée dans le cadre du programme de restauration des reliures précieuses du département des Manuscrits en vue de leur exposition dans le futur musée Richelieu. Elle a permis de faire des découvertes majeures concernant la fabrication des plaques d’ivoire et leur assemblage d’origine et d’ouvrir ainsi de nouvelles pistes de recherches sur les ivoires de cette époque, leur origine, les procédés de fabrication et leur iconographie, ainsi que sur l’histoire du trésor de la cathédrale de Metz, exceptionnellement riche en ivoires carolingiens.

Cette journée d’étude interdisciplinaire organisée par la Bibliothèque nationale de France et le musée du Louvre, dans le sillage du partenariat scientifique que les deux institutions ont noué autour de l’exposition « Reliures précieuses dans les collections de la BnF au musée du Louvre » (novembre 2017- juillet 2018), présentera les premiers résultats de ces découvertes.

Programme

9h30-10h

Introduction

Isabelle le Masne de Chermont (BnF) et Jannic Durand (musée du Louvre)

10h-10h30

Étude et restauration des ivoires des plats de reliure du Sacramentaire de Drogon

Marie-Emmanuelle Meyohas (restauratrice)

10h30-11h

Le revers des ivoires de Drogon à la lumière de la question des réemplois d’ivoires au Moyen Âge

Danielle Gaborit-Chopin et Florian Meunier (musée du Louvre)

11h-11h30 Pause

11h30-12h

Les interventions sur les reliures médiévales d’orfèvrerie et d’ivoire du trésor de la cathédrale de Metz à l’époque moderne

Maxence Hermant (BnF)

12h-12h30 Discussion

12h30-14h Déjeuner

14h-14h30

Pour une lecture renouvelée de l’iconographie des plaques du Sacramentaire de Drogon

Charlotte Denoël (BnF/Centre Jean Mabillon)

14h30-15h

La commande artistique de Drogon à travers ses Évangiles (BnF latin 9388) et leur décor

Anne-Orange Poilpré (Université Paris 1)

15h-15h30 Pause

15h30-16h

La réception des ivoires carolingiens à l’époque romane : l’exemple de l’abbaye Saint-Arnoul de de Metz

Isabelle Bardiès-Fronty (musée de Cluny)

16h00-16h30 Discussion

Informations pratiques

  • En raison du contexte sanitaire, la capacité de l’auditorium Colbert est limitée à 100 personnes.
  • Inscription obligatoire via le lien suivant : https://drogon.sciencesconf.org/
  • Date : 12 octobre 2020
  • Lieu : Auditorium Colbert, 2 rue Vivienne, 75002
  • Organisée par Charlotte Denoël (BnF), Maxence Hermant (BnF) et Florian Meunier (musée du Louvre)
Evangelia quattuor [Évangiles dits de Drogon] (1r-183r). Capitulare evangeliorum (184v-196v).
Evangelia quattuor [Évangiles dits de Drogon] (1r-183r). Capitulare evangeliorum (184v-196v).
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b55001425m/f1.item

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Séminaire du Projet e-NDP ― Notre-Dame de Paris et son cloître

Le projet e-NDP (ANR 2020) engage l’examen des registres capitulaires, de la documentation et des livres de Notre-Dame de Paris au Moyen Âge, pour étudier la société, l’économie, le bâti du cloître et de ses dépendances.

Nicolas-Jean-Baptiste Raguenet (1715-1793). "Le cloître Notre-Dame vu de la Grève, 1753". Huile sur toile. Paris, musée Carnavalet.
Nicolas-Jean-Baptiste Raguenet (1715-1793). « Le cloître Notre-Dame vu de la Grève, 1753 ». Huile sur toile. Paris, musée Carnavalet. https://www.parismuseescollections.paris.fr/fr/musee-carnavalet/oeuvres/le-cloitre-notre-dame-vu-de-l-ile-saint-louis-quai-d-orlean

Porté par le Laboratoire de médiévistique occidentale de Paris (LaMOP), le projet a pour partenaires les Archives nationales, la Bibliothèque nationale de France (Département des Manuscrits, Bibliothèque de l’Arsenal), l’École nationale des Chartes et la Bibliothèque Mazarine.

A cet effet, il lance un séminaire mensuel à partir du 20 octobre prochain. Les séances se déroulent le 3ème mardi de chaque mois, de 10 h à 12 h (à l’exception de la séance du mercredi 14 avril).

Programme

20 octobre 2020 Archives Nationales, salle d’Albâtre ― Les registres du chapitre et le fonds de Notre-Dame de Paris aux Archives nationales : J. Claustre, D. Smith,
S. Nadiras et I. Bretthauer

17 novembre 2020 Bibliothèque Mazarine, salle Franklin ― Historiographie et perspectives épistémologiques : D. Smith, A.-F. Schmid, J. Morsel, S. Lamassé

15 décembre 2020 Archives Nationales, salle d’Albâtre ― Le traitement des archives au chapitre ; leur devenir à la Révolution : L. Tryoen-Laloum, Y. Potin et M. Hermant

19 janvier 2021 LaMOP (Sorbonne, salle Perroy) ― Le fonctionnement institutionnel du chapitre : J. Claustre, A. Massoni, V. Julerot et É. Lusset

16 février 2021 École nationale des Chartes ― Le projet d’édition des registres du chapitre : O. Canteaut, V. Jolivet, P. Brochard, N. Perreaux, J.-B. Camps, J. Claustre et D. Smith

16 mars 2021 Archives Nationales, salle d’Albâtre ― La topographie du cloître et son bâti : H. Noizet, P. Bernardi, B. Bove, J. Claustre et D. Smith

14 avril 2021 Bibliothèque Mazarine, salle Franklin ― Gestion et finances du chapitre : J. Claustre, C. Jéhanno, D. Smith

18 mai 2021 Bibliothèque Mazarine, salle Franklin ― Vie, usages et autorité du livre, I. Enseignement et production du savoir : T. Kouamé, G. Lobrichon, F. Delivré, D. Smith

15 juin 2021 LaMOP (Sorbonne, salle Perroy) ― Vie, usages et autorité du livre, II. Liturgie, musique et dévotion : Y. Sordet, C. Denoël, A.-Z. Rillon, L. Albiero

Informations pratiques

Pour tous renseignements, s’adresser à :

Pour faciliter l’organisation du séminaire, un sondage au sujet de la 1ère séance est proposé : https://evento.renater.fr/survey/1ere-seance-du-semin…-zqirz9bl.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

colloque « L’art et le livre entre XVe et XVIIIe siècle, pour une approche transdisciplinaire » (8-9/10/20)

Anne-Louis Girodet de Roussy-Trioson : Un jeune enfant regardant des figures dans un livre (1797). Premier portrait de Benoît-Agnès, fils du Dr Trioson (mort en 1804).
Anne-Louis Girodet de Roussy-Trioson : Un jeune enfant regardant des figures dans un livre (1797). Premier portrait de Benoît-Agnès, fils du Dr Trioson (mort en 1804)

Argument

Histoire de l’art et histoire du livre ont beaucoup à se dire. Mais comme objet incorporant du texte aussi bien que de l’image, le livre a surtout intéressé jusqu’à présent les historiens du littéraire examinant, par exemple, les rapports entre texte et gravures. Les historiens de l’art, de leur côté, ont cherché à comprendre les modes de transposition du texte en image et inversement. Ce colloque interdisciplinaire entend plutôt examiner, dans le vaste laboratoire de l’époque moderne qui voit le livre naître puis triompher, la manière dont chaque discipline se saisit du livre, suivant quelles modalités et dans quelles perspectives. Trois approches ont été proposées aux communicants. La première interroge les processus créatifs dans l’objet-livre, qui tiennent compte à la fois des nécessités économiques, des impératifs de la mise en page, des attentes du public et du statut de l’auteur des images comme des textes. La deuxième cherche à comprendre la possible autonomie des images par rapport au texte, en amont ou en aval de l’entreprise éditoriale et le statut de ces images sorties des livres. Enfin, la troisième se penche sur le collectionnisme né autour des livres à images : classement et signalement, critères de rareté, extraction des images au détriment des textes.

Programme

Jeudi 8 octobre

Matinée

  • Mot de bienvenue : Nathalie Marcerou-Ramel, directrice de l’Enssib
  • Mot d’accueil : Chloé Perrot
  • Introduction au colloque : Dominique Varry
  • Session 1 : Des images pour des livres
    • Ilaria Andreoli (ITEM-CNRS) : « Économie et stylistique du livre illustré du XVIe siècle : le triangle Lyon, Paris, Venise »
    • Anne-Marie Telesinski (CERLIM, Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle) : « La métamorphose en images : de l’incunable enluminé à la gravure commentée (Italie, XVe- mi-XVIe s.) »
    • Rodolphe Leroy (Université de Bourgogne) : « Poèmes figurés entre imprimé et manuscrit, lectures d’un livre de prestige à la Renaissance »
    • Rosa De Marco (Université de Liège) : « Le livre de fête et ses illustrations : plis et replis du spectaculaire »

Après-midi

  • Session 1 : Des images pour des livres ( suite)
    • Marie Chaufour (Université de Bourgogne) : « Du livre d’emblèmes aux emblèmes appliqués »
    • Isabelle Baudino (IRHIM – ENS Lyon) : « Images et imagination du passé dans les livres et la peinture en Grande-Bretagne au XVIIIe siècle »
    • Nathalie Collé (Université de Lorraine) : « Quand l’illustration sort du livre et voyage : cartes postales et timbres inspirés de quelques classiques de la littérature anglaise »
  • Session 2 : Des images hors les livres
    Présidence : Nathalie Collé (Université de Lorraine)
    • Marion Gouriveau (HISCA – Université Paris 1 Panthéon Sorbonne) : « L’illustration dans les traités anatomiques (XVe-XVIIIe siècles) »
    • Mylène Vangeon (Université Paris 1 Panthéon Sorbonne) : « Pour une étude des gravures dans les livres de science newtonienne en France au XVIIIe siècle »
    • Marianne Volle (Collège Glendon/Université York à Toronto – Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) : « Le Nouveau Monde à l’échelle du livre : représenter la flore et sa grandeur dans les relations de voyage en Amérique au XVIIIe siècle »

Vendredi 9 octobre

Matinée

  • Session 3 : Livres et images au prisme du collectionnisme et de l’expertise savante
    Présidence : Philippe Martin (Lyon 2)
    • Nastasia Gallian (Centre André Chastel, Sorbonne Université) : « Matteo Botti (1566-1621) : bibliophile et collectionneur d’estampes entre Florence et Paris »
    • Carla Julie (Université de Lausanne) : « Un peintre du Grand Siècle auteur d’un livre d’estampes : François Verdier et l’Histoire des actions  extraordinaires de Samson, 1698) »
    • Antoine Gallay (Université de Genève, Université Paris-Nanterre) : « Lorsque la passion de l’estampe conduit à la destruction du livre : collectionner l’oeuvre de Sébastien Le Clerc au tournant du XVIIIe siècle »
    • Kristina Borovkova (CESR – Université de Tours) : « La fabrique d’un recueil d’ornements typographiques : la ‘Bibliographie pittoresque’ du collectionneur et bibliophile orléannais Jean-Michel Constant Leber »
    • Pascale Cugy (INHA) : « La gravure d’illustration a droit à une place dans l’histoire de l’art. Jeanne Duportal (1866-1954) et l’Étude sur les livres à figures édités en France de 1601 à 1660 »

Après-midi

  • Visite de la bibliothèque municipale de Lyon

Organisatrices

  • Clarisse Evrard (Université de Lille)
  • Fabienne Henryot (Enssib)
  • Chloé Perrot (BnF, département des Estampes, doctorante à l’École Doctorale d’Histoire de l’Art, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

Informations pratiques

  • Date et horaire : 8/10/2020 9h – 9/10/2020 16h
  • Adresse : Enssib | 17-21 bd du 11 novembre 1918 | 69100 Villaurbanne
  • Entrée libre sur inscription

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts