Archives de catégorie : Agenda

Conférence « Le quartier Richelieu. Topographie, architecture, patrimoine », 15/12/2017

Les établissements du quadrilatère Richelieu, à savoir la Bibliothèque nationale de France, l’École nationale des chartes, l’Institut national d’histoire de l’art, et leur voisin le Centre allemand d’histoire de l’art, ont lancé un ambitieux programme de recherche sur l’histoire du quartier Richelieu.

Quadrilatère Richelieu

Le Quadrilatère Richelieu, qui tient son nom d’une des rues qui le délimite, est le berceau historique de la Bibliothèque nationale de France (BnF). Autrefois composé du Palais Mazarin, de l’hôtel Tubeuf, de la galerie Mansart et de deux édifices abritant la Bibliothèque royale, il accueille la BnF dès la première moitié du XVIIIe siècle. La Bibliothèque de l’INHA, baptisée alors Fonds Jacques-Doucet, vient s’y installer en 1992, dans la salle Ovale. Elle y restera jusqu’à la fin 2016, date à partir de laquelle elle occupe la salle Labrouste (ancienne salle de lecture de la Bibliothèque nationale) avec également la bibliothèque de l’École nationale des chartes qui oc­cupe désormais la majeure partie de l’aile située le long de la rue des Petits-Champs.

Léon de Laborde, De l’organisation des bibliothèques dans Paris, 4e lettre : Le palais Mazarin et les habitations de ville et de campagne au XVIIe siècle, Paris, A. Franck, 1845, p. 4.

Le cardinal Richelieu, en faisant construire en 1634 son Palais Cardinal (l’actuel Palais Royal), ouvre la voie à la construction des terrains alentours. L’hôtel Bautru, situé à l’angle des actuelles rue Vivienne et rue des Petits-Champs, œuvre du tout jeune Louis Le Vau, est le premier édifice de ce nouveau quartier. Il devient en 1665 l’hôtel de l’Intendant des finances et surintendant des bâtiments du Roi, Jean-Baptiste Colbert, qui lui fait apporter quelques modifications. Au fil des années, l’hôtel change plusieurs fois de fonction : il abrite les écuries de Philippe d’Orléans, devient le bureau des Domaines puis, après la Révolution, la Caisse de la dette publique.

Au XIXe siècle, le quartier se modifie : très animé grâce à ses cafés et commerces, il voit se développer les passages couverts, qui offrent aux piétons des chemins protégés, ouverts sur des vitrines, leur permettant d’éviter l’encombrement, la boue et les crevasses alors courantes. La galerie Vivienne voit le jour en 1825 ; la galerie Colbert, sa sœur jumelle, deux années plus tard, en 1827.

Histoire du quartier Richelieu

Ce projet est proposé conjointement par le Centre allemand d’histoire de l’art, la Bibliothèque nationale de France, l’École nationale des Chartes, les Universités Paris I Panthéon Sorbonne et Paris-Sorbonne ainsi que l’Institut national d’histoire de l’art et porte sur l’histoire du « quartier » qu’ils occupent, celui du quadrilatère Richelieu étendu, entre Louvre, Opéra et Place des Victoires.

La synergie vivante de ces institutions, dont les ressources  documentaires et les services aux publics sont immenses et complémen­taires, conforte Richelieu comme véritable acteur de la recherche, proposant un ensemble de compétences et de ressources sans équivalent au monde.

Le but de ce projet collectif est moins de définir le périmètre exact du « quartier » que de dessiner les contours d’une géographie culturelle qui concentre au cœur de Paris les lieux du savoir et des arts. En se penchant sur l’histoire de ces espaces dans lesquels les partenaires du projet ont pris leur quartier, il s’agira de contribuer à une histoire des capitales culturelles, tout en réfléchissant à la meilleure manière de rendre visible et accessible cette histoire.

Dans un premier temps du projet, les partenaires proposent une série de rencontres sous forme de séminaire pour poser les jalons d’une réflexion commune sur l’histoire architecturale et culturelle du quartier Richelieu, sur les sources disponibles (en particulier à partir des fonds de la BnF et de l’INHA – sans évidemment oublier les archives qui seront repérées à cette occasion) et leur exploitation.

Séminaire « Histoire du quartier »

Vendredi 15 décembre aura lieu en Salle Walter Benjamin, INHA, 10h30-12h30, la séance inaugurale du séminaire « Histoire du quartier ».

Cette séance prendra la forme d’une conférence d’Alexandre Gady (Université Paris-Sorbonne) intitulée Le quartier Richelieu. Topographie, architecture, patrimoine.

Cette séance de séminaire inaugure une série de rencontres autour de l’histoire du « quartier » qui continuera d’évoluer avec la deuxième phase des travaux du quadrilatère. En effet, sur le parcours allant du Louvre à l’Opéra, près des Arts décoratifs, du Palais-Royal et de la Comédie française, Richelieu, avec ses deux entrées rue Vivienne et rue de Richelieu, deviendra en 2020 un pas­sage dans la ville, le lieu de découverte d’un patrimoine exceptionnel, ouvert à tous, au cœur de Paris.

Enregistrer

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Journée d’études « Films de recherche en Sciences sociales » (12/12/2017)

La Bibliothèque nationale de France (département de l’Audiovisuel) et l’Institut interdisciplinaire d’anthropologie du contemporain (CNRS) organisent une journée d’études en partenariat avec l’association « Filmer le travail ».

Le film a mis du temps pour s’imposer comme un outil de la recherche en sciences humaines et sociales. Aujourd’hui, des chercheuses et chercheurs d’horizons très divers y recourent, de manière régulière ou très ponctuelle. La journée d’études vise à mettre en lumière les conditions pratiques dans lesquelles sont écrits, tournés et montés de tels films, en relation avec les enjeux de connaissance qu’ils soulèvent. Chaque session s’articule autour d’un film post-produit à la cellule audiovisuelle du laboratoire de l’IIAC. Celui-ci a récemment effectué le dépôt à la BnF de l’intégralité de ses productions à ce jour.

L’approvisionnement d’une ville : Orléans / Georges Guastavi, réal. ; Danielle Sayegh, aut. ; Hélène Aymonier, concept.

Programme

10h : ouverture par Sophie Wahnich (IIAC) et Alain Carou (BnF)

10h15-11h45 : Salle 70
Lire des pratiques

  • La canne à mesurer l’eau, de Fabienne Wateau, Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative (2006), 28 min.
    Dans le nord-ouest du Portugal, pour partager l’eau d’irrigation retenue dans de petits bassins-réservoirs de flancs de coteaux, les ayant-droits fabriquent et utilisent un instrument de mesure simple et original : « la cana ». Il s’agit d’une canne de roseau graduée servant à mesurer des volumes d’eau. Son utilisation implique la connaissance des principes de roulement, d’équité et de partage collectif de la ressource, ainsi qu’une organisation sociale particulière qui se resserre au plus fort de l’été. De la fabrication minutieuse de l’objet à la distribution de l’eau dans les parcelles, le film relate les relations sociales finement tissées autour de cette activité.
  • Discutants : Joyce Sebag (Centre Pierre Naville, Université Evry-Val d’Essonne), Marc-François Deligne (ancien responsable de la cellule audiovisuelle de l’IIAC), Jean-Paul Gehin (Université de Poitiers)

12h30-14h00 : Petit auditorium
Cinéma de midi

  • Pittsburgh Police, de John Marshall (1974), 15 min.
    Peu de temps après une vague d’émeutes urbaines, l’anthropologue John Marshall se livre à l’étude de terrain des interactions entre la police et la population dans la ville de Pittsburgh.
  • Travailler à domicile, de Monique Haicault (1986), 10 min.
    En 1986, la sociologue Monique Haicault dirige une série de 31 portraits sur le travail à domicile : de la kinésithérapeute à l’enfileuse de perles en prison, à l’ouvrière à domicile, au traiteur antillais, en passant par le polisseur de couteaux ou le tailleur.
  • Pourquoi tu pleures, de Michèle Fiéloux et Jacques Lombard (2007), 26 min.
    Une séance de possession consacrée à la résolution d’un conflit au sein d’une famille à Madagascar.
    Avec la participation de Jean-Paul Gehin, Alice Leroy, Jacques Lombard.

14h15-16h : Salle 70
Filmer de la parole


  • Vivre chez Rothschild, de Daniel Friedmann, CETSAH (2003), 66 min.
    Daniel Friedmann a filmé durant deux ans, les résidents de la maison de retraite et de gériatrie de la Fondation de Rothschild, la plus importante de Paris. Le film capte la mémoire de leur passé tout en questionnant le présent où le sujet se confronte à la vie en train de se défaire. Leur reste-t-il quelque espoir en une frange de futur où s’investir ?
  • Discutantes : Christina Alexopoulos (INALCO), Corinne Fortier (Laboratoire d’anthropologie sociale, CNRS)

16h15-18h : Salle 70
Répertorier des gestes


  • Les Argentypes de Jean-Marie Fadier, de Monique et Pauline Sicard, Institut des Textes et Manuscrits modernes (2012), 15 min.
    A l’heure où se banalise l’usage des petits appareils numériques tout automatiques, où chacun devient potentiellement témoin des événements du monde, il devenait urgent de filmer les gestes des créateurs et leurs travaux de laboratoire. Par le film, en complément des textes, nous espérons atteindre la dimension anthropologique de la photographie.
  • Discutants : Jacques Lombard (anthropologue), Arghyro Paouri (IIAC)

Informations pratiques

Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand, salle 70 et Petit auditorium
Entrée libre
Séances en présence des réalisateurs.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Colloque : Octave Mirbeau et les États-Unis. Regards croisés sur la réception critique de l’œuvre mirbellienne dans le Nouveau Monde

L’Université de Chicago, la Bibliothèque nationale de France et la Société Octave Mirbeau organisent un colloque international consacré à la réception critique de l’œuvre d’Octave Mirbeau dans le Nouveau Monde.

Octave Mirbeau par Dornac (1858-1941)

Argument

Aux États-Unis, l’œuvre de Mirbeau a reçu très tôt un accueil favorable. Nombreuses furent en effet outre-Atlantique les publications en français de ses romans et de ses pièces les plus célèbres à destination d’un public francophone local, mais aussi les traductions qui parurent du vivant de l’auteur et tout au long du XXe siècle. Le XXIe siècle n’a fait que confirmer cet intérêt pour les écrits mirbelliens. Ainsi, en 2015, sont parues les premières traductions américaines de Dans le ciel1 et des 21 jours d’un neurasthénique2.

Cet intérêt jamais démenti d’un lectorat américain pour l’auteur du Journal d’une femme de chambre se double encore d’une réception critique à bien des égards remarquable. Dans aucun autre pays étranger sans doute, l’œuvre de Mirbeau n’a suscité une telle production d’études et d’articles scientifiques. Dès 1966, à une époque où Mirbeau était encore largement ignoré par l’université française,  Martin Schwarz, professeur à l’Université de Virginie, publiait sa thèse Octave Mirbeau. Vie et œuvre. A partir de cette date, les travaux consacrés à Octave Mirbeau se sont multipliés outre-Atlantique notamment sous l’impulsion de Robert Ziegler, professeur à l’Université du Montana, dont les études récentes3 ont contribué, par leur approche psychanalytique, au renouvellement des études mirbelliennes.

Le colloque « Octave Mirbeau et les Etats-Unis. Regards croisés sur la réception critique de l’œuvre mirbellienne dans le Nouveau Monde », a pour but de faire dialoguer ensemble spécialistes américains et européens d’Octave Mirbeau autour de trois thèmes centraux dans l’œuvre mirbellienne qui ont particulièrement retenu la critique américaine : nature et animalité ; la représentation de la femme à la Belle Epoque et enfin littérature et peinture.

Nature et animalité chez Mirbeau

Pourfendeur de la société bourgeoise et technicienne, critique virulent de l’idée de progrès, Octave Mirbeau fut un ardent défenseur de la nature dans la lignée de Rousseau et de Montaigne. Cependant, cette défense de l’environnement, menacé de mort par la folie du système capitaliste, et des instincts naturels, par opposition aux « besoins artificiels » et à l’hypocrisie morale créés par la société moderne, n’est pas sans paradoxe. Pour Mirbeau, en effet, la nature obéit à « la loi du meurtre ». Il sait que l’homme si civilisé qu’il se prétende, est encore bien souvent dominé par des impulsions homicides qui lui viennent de ses ancêtres, les grands singes « cruels et lubriques ». Le monde naturel et animal est donc aussi celui de la cruauté décrite avec force et précision dans le Jardin des Supplices. Quelle part l’animalité occupe-t-elle dans la réflexion d’Octave Mirbeau sur l’homme et son devenir ? Qu’est-ce que l’animal peut nous apprendre sur la place et le rôle de l’homme dans le monde ? Comment Octave Mirbeau décrit-il les rapports entre le monde des hommes et celui des animaux, notamment dans son dernier roman Dingo dont le personnage principal n’est autre qu’un chien ? C’est à ces questions entre autres que la première demi-journée du colloque souhaiterait apporter des réponses en s’appuyant, si cela est jugé pertinent, sur les travaux théoriques récents dans le domaine des Animal Studies et de l’ecocritiscism qui ont vu le jour en Amérique du Nord.

La représentation de la femme à la Belle Époque

À l’instar de Léon Daudet qui dans un article de 1936 qualifia Octave Mirbeau de « gynophobe », on a souvent considéré l’auteur du Jardin des Supplices comme un des représentants les plus emblématiques de la misogynie Fin de siècle. Emily Apter dans les travaux qu’elle a consacrés à Mirbeau a contribué à renforcer cette image de misogyne associée à l’écrivain. La deuxième demi-journée du colloque consacrée à la représentation dans la femme à la Belle Epoque souhaiterait questionner cette interprétation univoque des écrits de Mirbeau en mettant notamment  l’accent sur la critique de la condition sociale réservée aux femmes présente dans les écrits romanesques (Le Journal d’une femme de Chambre) et les œuvres théâtrales (Les affaires sont les affaires). La question de la représentation de la femme chez Mirbeau sera encore abordée à travers l’analyse des trois adaptions cinématographiques du Journal d’une femme de chambre (Renoir, Bunuel et Jacquot) et de la réception de ces films outre-Atlantique.

Littérature et peinture

Octave Mirbeau fut une des plus ardents défenseurs de l’avant garde artistique de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle. Ami de Rodin et de Monnet, grand admirateur de Pissaro et de Camille Claudel, Mirbeau n’aura de cesse pendant toute sa vie de faire reconnaître l’art des Impressionnistes. La deuxième journée du colloque privilégiera deux axes d’analyse : la contribution d’Octave Mirbeau à la critique esthétique de son temps et les relations qu’entretiennent critique esthétique et création romanesque chez Mirbeau.

Programme

Mercredi 13 décembre
Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand, avenue de France, salle S70

  • 18h : conférence inaugurale « Octave Mirbeau et les Etats-Unis » par Pierre Michel, président de la Société Octave Mirbeau.

Jeudi 14 décembre
Université de Chicago, Centre à Paris, 6 rue Thomas Mann 75013
Nature, corps et animalité dans l’œuvre mirbellienne
Présidente de séance : Françoise Meltzer (Université de Chicago)

  • 9h – 9h30 : accueil et mot de bienvenue
  • 9h30 : Samuel Lair (Vice-Président de la Société Octave Mirbeau), « Le mythe de la nature chez Mirbeau » (titre provisoire)
  • 10h : Chloe VandenBerghe (Université Libre de Bruxelles), « Dans les yeux de Dingo : l’humain en question »
  • 10h30 : Alain (Georges) Leduc (Ecole supérieure d’Art de Lorraine/ESAL), « Dingo. Croc Blanc. Deux chiens politiques »
  • 11h – 11h15  : discussion
  • 11h15 -11h30 : pause
  • 11h30 : Anita Staron (Université de Lodz), « Les jardins de Mirbeau et de Rachilde – un rêve empoisonné »
  • 12h : Bertrand Marquer (Université de Strasbourg), « Les langages du corps dans L’Abbé Jules »
  • 12h30-12h45 : discussion
  • Déjeuner

Jeudi 14 décembre
Octave Mirbeau et la représentation de la femme à la Belle Epoque
Président de séance : Pierre Michel (Société Octave Mirbeau)

  • 14h : Ludivine Fustin (Université Paris-Sorbonne, Cellf), « Le cynisme au féminin dans l’œuvre d’Octave Mirbeau »
  • 14h30 : Lisa Rodrigues Suarez (Université Paris-Sorbonne, Cellf), « De l’insuffisance à l’excès : ambiguïté du consumérisme chez la femme mirbellienne »
  • 15h – 15h15 : discussion
  • 15h15 – 15h30 : pause
  • 15h30 : Lucia Campanella (Universidad de la Republica, Uruguay), « Réception de l’oeuvre de Mirbeau au Rio de la Plata : la figure de la femme travailleuse »
  • 16h : Elizabeth Muelsch (Angelo State University), « Le journal d’une femme de chambre et le journal d’une concierge. Sur la réception de Célestine et de Renée Michel aux Etats-Unis »
  • 16h30 – 17h : discussion

Vendredi 15 décembre
Université de Chicago, Centre à Paris, 6 rue Thomas Mann 75013
Octave Mirbeau, critique d’art

  • 9h30 : Marie-Bernard Bat (Université Paris-Sorbonne, Cellf), « Mirbeau amateur d’art et collectionneur éclairé »
  • 10h : Christian Limousin (poète et critique d’art), « Octave Mirbeau et l’érotisme dans l’art »
  • 10h30 – 10h45 : discussion
  • 10h45 -11h : pause
  • 11h : Andrei Pop (Université de Chicago), « Mirbeau, ennemi de l’absolu ? »
  • 11h30 – 12h : Annamaria Laserra (Université de Salerne), « La tentation de la science dans l’experience artistique de Lucien (Dans le Ciel) »
  • Discussion

Vendredi 15 décembre
Dans le Ciel. Littérature et peinture chez Octave Mirbeau

  • 14h : Ann Sterzinger (romancière et traductrice), « Dans le Ciel, une expérience de traduction »
  • Table ronde autour de Dans le Ciel : Annamaria Laserra, Ann Sterzinger, Christian Limousin, Marie-Bernard Bat, Pierre Michel

Enregistrer

  1. traduit par Ann Sterzinger []
  2. traduit par Justin Vicari []
  3. The Nothing Machine: the Fiction of Octave Mirbeau (2007) ; Octave Mirbeau’s Fictions of the Transcendental (2015 []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Lieux de contre-mémoire Une histoire des mémoires de l’immigration maghrébine à travers les archives du web

Cette après-midi d’étude met au centre les archives de l’internet comme source pour l’histoire des mémoires migrantes et plus largement pour l’histoire du temps présent. Si le web apparaît aujourd’hui comme étant incontournable pour analyser les formes de mise en récit du passé qu’il s’agisse de mémoires individuelles ou d’usages de l’histoire, les transformations récentes ne peuvent se comprendre sans les replacer dans l’épaisseur des temporalités, notamment en revenant sur la médiatisation des mémoires de l’immigration maghrébine durant la période qui précède l’essor du web en France. Les dispositifs mémoriels en ligne sont en effet le fruit d’une recomposition des pratiques et des modes de médiation antérieures, remontant à la seconde moitié du XXe siècle. Ces filiations rencontrent sur la Toile les problématiques propres aux années 2000 à l’image d’une lecture religieuse ou d’une interprétation post-coloniale de l’histoire de l’immigration. Dans le même temps, le web participe à la fabrique commémorative comme en témoigne le cinquantième anniversaire du 17 octobre 1961 et les trente ans de la Marche pour l’égalité et contre le racisme de 1983. Durant cette demi-journée, l’accent sera donc mis sur l’histoire de la mise en visibilité des mémoires de l’immigration maghrébine dans l’espace public, depuis les premiers ouvrages-témoignages des années 1950 jusqu’aux déploiements des récits sur le web dans les années 2000.

Le parcours guidé dans les Archives de l’internet intitulé « Les mémoires de l’immigration maghrébine sur la toile (1999 – 2014) » réalisé par Sophie Gebeil, chercheuse invitée à la BnF, sera présenté à cette occasion.

Peter Stirling (BnF, service du Dépôt légal numérique)
Ceci n’est pas le web : les archives de l’internet comme source pour la recherche

Yvan Gastaut (maître de conférences à l’Université de Nice Sophia Antipolis)
Mémoires de l’immigration maghrébine en France, émergences politiques et médiatiques (1981-2007)

Sophie Gebeil (maître de conférences à l’Université d’Aix-Marseille, chercheuse invitée à la BnF)
Les mémoires de l’immigration maghrébine sur web français de 1999 à 2014, une histoire entre héritages et métamorphoses

Après-midi d’étude animée par Cristina Ion (BnF, chef du service Sciences sociales)

Informations pratiques

Mardi 5 décembre 2017 – 14h00-18h00
Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand – Salle 70
Entrée libre
Quai François-Mauriac – Paris 13e

 

Enregistrer

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Biennale d’art numérique de la BnF : contribution de la critique au Net Art

Qu’est-ce qu’une oeuvre d’art numérique ? Comment cet art s’est-il construit durant les vingt dernières années ? Comment cet objet d’étude aussi riche que complexe est-il abordé par la critique d’art ?
Autant de questions qui sont posées lors de la Biennale d’art numérique et en particulier de la journée d’étude organisée à la Bibliothèque nationale de France.
En parallèle, plusieurs oeuvres sont exposées ce même jour dans deux salles voisines.

Informations pratiques

Mercredi 6 décembre 2017 – 09h30-18h
Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand – Petit auditorium
Entrée libre
Quai François-Mauriac – Paris 13e

 

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Journée d’étude : Les Ateliers du livre : L’histoire des bibliothèques : état de la recherche (2)

« Où en est la recherche sur les bibliothèques » ?
La Bibliothèque nationale de France posait déjà cette question en 2010, dans le cadre du premier « atelier du livre » qu’elle consacrait au sujet. Sept ans après, en partenariat avec l’École des chartes et l’enssib, une nouvelle session est organisée qui se propose de faire un point d’étape et de donner à voir un « instantané » de la recherche sur l’histoire des bibliothèques au 14 décembre 2017.
En effet, dans un contexte marqué par le développement ininterrompu des nouvelles technologies, et notamment du numérique, il semble particulièrement pertinent de réfléchir à l’histoire de ces institutions millénaires et à leur continuité.
Sur un plan scientifique, l’histoire des bibliothèques peut être perçue comme une branche de l’histoire du livre, domaine pluridisciplinaire par excellence, qui évolue en élargissant sans cesse son périmètre de recherche vers d’autres thématiques. L’histoire des bibliothèques publiques et privées rencontre de plus en plus celle d’autres institutions comme les archives ou les musées. Elle étend son champ d’investigation à l’histoire de la lecture, aux transferts culturels, aux programmes architecturaux, aux pratiques professionnelles ou encore aux représentations symboliques et imaginaires auxquelles ces institutions peuvent être associées dans la mémoire collective.
Tout au long de cette journée d’étude, des chercheurs, enseignants, doctorants, des historiens et des bibliothécaires présenteront de manière synthétique le dernier état de leurs travaux.
L’année 2017 ayant été riche d’expositions consacrées aux bibliothèques, des « focus » sur certaines d’entre elles permettront également de revenir sur les actions menées et d’en dresser le bilan.

What news about the history of libraries » ? Seven years after a first workshop dedicated to this subject,  the French National Library, in partnership with the École des chartes and the enssib, has decided to take stock and to study the research conducted nowadays on the history of libraries.
Indeed, in a context marked by the development of new technologies, digitalization mainly, it seems important to think about these historical institutions and their continuity.
The history of libraries is part of the History of the book, a multidisciplinary subject that includes private and public libraries and their links with other institutions like archives or museums. Its area of research includes also the history of reading, the history of architecture, professionnal practices, social and imaginary representations.
During the whole day, students, scholars, librarians, historians, will speak about their works. The year 2017 was also rich in exhibitions about libraries : two of them will be presented.

Rayonnages de livres dans les anciens locaux de la Bibliothèque municipale, rue Lakanal, Toulouse

Programme

  • 9h30 : Ouverture
    Sylviane Tarsot-Gillery, directrice générale de la BnF
    Yves Alix, directeur de l’enssib
    Christine Bénévent, professeur d’histoire du livre et de bibliographie à l’Ecole des chartes
  • 10h : Introduction à la recherche sur les bibliothèques médiévales
    Donatella Nebbiai, directrice de recherche au CNRS, Institut de recherche et d’histoire des textes
  • 10h10 : Les bibliothèques privées en France et en Italie à la fin du Moyen Age (fin XVe-début XVIe)
    Anne Tournieroux, chercheur associé au Laboratoire de médiévistique occidentale de Paris
  • 10h30 : Introduction à la recherche sur l’histoire des bibliothèques au XVIe siècle
    Christine Bénévent, professeur d’histoire du livre et de bibliographie à l’Ecole des chartes
  • 10h40 : Les livres scientifiques dans les bibliothèques parisiennes au XVIe siècle
    Alissar Lévy, élève de 3e année à l’Ecole des chartes
  • 11h-11h20 : Questions et pause
  • 11h20 : Focus sur une exposition : « Une Renaissance en Normandie : Georges d’Amboise, bibliophile et mécène » (du 8 juillet au 22 octobre 2017, musée d’Art, Histoire et Archéologie d’Évreux, en partenariat avec la BnF)
    Maxence Hermant, conservateur au département des Manuscrits de la BnF
  • 11h50 : Livre religieux et société au Mans, des Guerres de religion au XVIIIe siècle
    Tiphaine Foucher, élève-conservateur à l’enssib
  • 12h10-12h30 : Questions
  • 14h00 : Archives en bibliothèques: pratiques bibliothécaires et savantes aux XVIIe et XVIIIe siècles
    Emmanuelle Chapron, professeur des universités, histoire moderne, Aix Marseille Université
  • 14h30 : Une histoire des bibliothèques à travers leurs décors (1627-1851)
    Frédéric Barbier, directeur de recherche au CNRS, directeur d’études à l’EPHE
  • 15h00 : Dernières nouvelles d’Antoine-Alexandre Barbier : recherches en cours sur les bibliothèques des palais de la Couronne au XIXe siècle (1800-1870)
    Charles-Eloi Vial, docteur en histoire, conservateur au département des Manuscrits de la BnF
  • 15h30-16h00 : Questions et Pause
  • 16h00 : Focus sur une exposition : « De Genève à Reims, la collection Louis Dumur (1863-1933) » (du 16 septembre 2017 au 6 janvier 2018, Bibliothèque Carnegie de Reims)
    Sabine Maffre, conservatrice des bibliothèques, directrice de la bibliothèque Carnegie de Reims (sous réserve)
  • 16h30 : La Bibliothèque a-t-elle un genre ? Questions de genre et de sexualité dans les systèmes d’indexation à la BnF : un espace de recherche à déployer
    Florence Salanouve, conservatrice des bibliothèques, Université de Nice Sophia Antipolis et chercheuse associée à la BnF, département Philosophie, Histoire, Sciences de l’homme, service Sciences Sociales
  • 16h50-17h : Questions
  • 17h : Conclusion de la journée
    Frédéric Barbier, directeur de recherche au CNRS, directeur d’études à l’EPHE

Program (english)

  • 9h30 : General introduction
    Sylviane Tarsot-Gillery, directrice générale de la BnF
    Yves Alix, directeur de l’enssib
    Christine Bénévent, professeur d’histoire du livre et de bibliographie à l’Ecole des chartes
  • 10h : Introduction to the research on medieval libraries
    Donatella Nebbiai, directrice de recherche au CNRS, Institut de recherche et d’histoire des textes
  • 10h10 : Private libraries at the end of Middle-Ages in France and Italy (end of fifteenth century – beginning of sixteenth century)
    Anne Tournieroux, chercheur associé au Laboratoire de médiévistique occidentale de Paris
  • 10h30 : Introduction to the research on the history of libraries during the sixteenth century
    Christine Bénévent, professeur d’histoire du livre et de bibliographie à l’Ecole des chartes
  • 10h40 : Scientific books in Parisian libraries during the sixteenth century
    Alissar Lévy, élève de 3e année à l’Ecole des chartes
  • 11h-11h20 : Questions, break
  • 11h20 : A focus on an exhibition : « A Renaissance in Normandy : Georges d’Amboise, bibliophile and sponsor » (from July to October 2017, museum of Art, History and Archeology, Évreux, in partnership with the French national Library)
    Maxence Hermant, conservateur au département des Manuscrits de la BnF
  • 11h50 : Religious book and society in the city of Le Mans, from religious wars to the eighteenth century
    Tiphaine Foucher, élève-conservateur à l’enssib
  • 12h10-12h30 : Questions
  • 14h00 : Archives in libraries : professionnal practices of librarians and scholars during the seventeenth and eighteenth centuries
    Emmanuelle Chapron, professeur des universités, histoire moderne, Aix Marseille Université
  • 14h30 : A history of libraries through their decorations (1627-1851)
    Frédéric Barbier, directeur de recherche au CNRS, directeur d’études à l’EPHE
  • 15h00 : Last news about Antoine-Alexandre Barbier : researchs on the libraries in the palaces of the French crown during the nineteenth century (1800-1870)
    Charles-Eloi Vial, docteur en histoire, conservateur au département des Manuscrits de la BnF
  • 15h30-16h00 : Questions, break
  • 16h00 : A Focus on an exhibition : « From Genève to Reims : the library of Louis Dumur (1863-1933) » (From September 2017 to January 2018, Carnegie Library, Reims)
    Sabine Maffre, conservatrice des bibliothèques, directrice de la bibliothèque Carnegie de Reims (sous réserve)
  • 16h30 : Does the library have a gender ? Questions of gender and sexuality in the indexing systems of the French national Library : an area of research to develop
    Florence Salanouve, conservatrice des bibliothèques, Université de Nice Sophia Antipolis et chercheuse associée à la BnF, département Philosophie, Histoire, Sciences de l’homme, service Sciences Sociales
  • 16h50-17h : Questions
  • 17h : Conclusion of the day
    Frédéric Barbier, directeur de recherche au CNRS, directeur d’études à l’EPHE

Informations pratiques

Jeudi 14 décembre 2017 – 09h30-18h
Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand – Petit auditorium
Entrée libre
Quai François-Mauriac – Paris 13e

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Colloque : Conservation du patrimoine vidéoludique. Quels enjeux ? Quels acteurs ? (13/12/2017)

Le Conservatoire National du jeu Vidéo (CNJV) et la Bibliothèque nationale de France organisent un colloque sur les acteurs et les enjeux de la conservation du patrimoine vidéoludique. 

Par Marcin Wichary from San Francisco, U.S.A. — Flickr, CC BY 2.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=48423746

Argument

Fragilité des supports, obsolescence des matériels de lecture, disparition des archives des éditeurs et concepteurs, dématérialisation des contenus… La conservation du patrimoine vidéoludique soulève des problématiques nombreuses et complexes sur le long comme sur le court terme. Ces questions sont au cœur des activités et des missions de la Bibliothèque nationale de France (BnF) et du Conservatoire National du Jeu Vidéo (CNJV). La BnF et le CNJV s’associent dans le cadre d’un colloque pour faire un point d’étape autour de ces enjeux, partager les réflexions et les avancées techniques entre les institutions et les différents acteurs de la filière vidéoludique.

Cette rencontre s’adresse à l’ensemble des personnes concernées par ce secteur : développeurs, éditeurs, producteurs, organismes professionnels (syndicats professionnels, clusters…) et institutionnels, mais aussi étudiants et chercheurs, conservateurs et archivistes, associations impliquées dans la conservation du jeu vidéo, acteurs de la valorisation (auteurs, journalistes, initiateurs de projets d’expositions ou de musées). Des tables rondes et des communications alterneront, faisant intervenir des acteurs français et étrangers.

En fin de matinée, l’équipe du département audiovisuel de la BnF proposera des visites des coulisses où sont conservés et traités les jeux vidéo.
Places limitées. Inscription par courriel.

Programme

14h – 14h15 : Ouverture du colloque par Pascale Issartel (BnF) et Bertrand Brocard (CNJV)

14h15 – 14h30 : Le jeu vidéo, objet culturel en cours de patrimonialisation
Benjamin Barbier (Paris 8) et Marion Coville (Paris 1)

14h30 – 15h15 : Patrimoine vidéoludique : De quoi parlons-nous ?
Louise Fauduet (BnF), Bertrand Brocard (CNJV), Isabelle Astic (MAM)

15h15 – 16h : Répertorier, référencer, donner accès
Joseph Redon (GPS – Japon), Olivier Cassou (Abandonware France), Marie-Pierre Bodez (BnF)

16h – 16h45 : Studios et éditeurs : Capitaliser sur la mémoire !
Emmanuel Martin (SELL), Julien Villedieu (SNJV), Laurant Weill (chef d’entreprise)

16h45 – 17h30 : Pause

17h30 – 18h15 : Conserver pour la recherche et la création
Alexis Blanchet (Paris 3), Colin Sidre (Paris 13), Hubert Chardot (ARFIS, )Yves Bolognini (Musée Bolo – Suisse)

18h15 – 18h45 : Supports en péril
Denis Lechevalier (spécialiste)

18h45 – 19h30 : Conserver pour rejouer ?
Philippe Dubois (MO5), Matthieu Charreyre (WDA), René Speranza (Silicium), Jean-Philippe Humblot (BnF)

19h30 – 19h40 : Une vision soutenue par l’État

Par Evan-Amos – Own work, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=18363755

Informations pratiques

Mercredi 13 décembre 2017 – 14h00-20h00
Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand, Petit auditorium

Quai François-Mauriac – Paris 13e

Adresse et transports – site François-Mitterrand
Plan d’accès au site François-Mitterrand [fichier .pdf – 62 Ko – 29/10/15 – 1 p.]
Inscription gratuite mais obligatoire via Eventbrite

 

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Hackathon BnF – 2e édition : 24h autour des données musicales de la BnF

Performances, concerts, installations, ateliers, soirée remix…

Les 25 et 26 novembre 2017, à l’occasion de la deuxième édition de son Hackathon qui porte cette année sur la musique, la BnF vous convie à une grande fête du numérique. Tout le week-end des performances, concerts, installations et ateliers pour tous en accès gratuit permettront d’explorer le patrimoine et le monde numérique et musical. Sans oublier une soirée remix autour d’extraits des collections de la BnF, par Jaïs Elalouf et Manaré, pour « bouger » entre deux lignes de code !

Evénement organisé dans le cadre de la semaine de l’innovation publique, une initiative nationale portée par le secrétariat général pour la modernisation de l’action publique.
En partenariat avec
Semaine de l’innovation publiqueLa SACEMClass’Code InaDeezerLibérationRadio NovaUsbek & RicaLes Inrockuptibles

Programme

Samedi 25 novembre 2017, de 14h à 22h
14h – Inauguration du Hackathon
14h30 – 19h – Conférences, animations et ateliers

– 14h30 – conférence « Terra Data : qu’allons nous faire des données numériques ? », par Valérie Peugeot (Orange Labs, CNIL)
Mentalista : soyez les plus concentrés pour gagner ! Un jeu qui permet de comprendre l’interaction entre le cerveau et notre environnement
Class’Code : apprenez à maîtriser l’informatique en jouant avec des objets du quotidien ! Une façon ludique de comprendre les enjeux des algorithmes et des programmes, du codage de l’information et leurs applications concrètes
– « Ce que je voulais c’est être heureux », installation sonore et visuelle immersive par Arnaud Sallé (compositeur) et Hervé Rabot (photographe) sur le thème du paysageAteliers sur inscription via ce formulaire :
– Voyageurs du code : codez votre premier jeu vidéo !
– Lab’sus : initiez-vous à la Musique Assistée par Ordinateur (MAO) avec cet atelier interactif expérimental de détournement de son (ou sampling)
Animations pour les étudiants et les chercheurs
– Présentations de Zotero, Framasoft : les outils libres de l’étudiant et du chercheur pour préparer un mémoire ou une thèse
– Démonstrations des recherches en musicologie du CESR (Tours)
– Découverte des ressources de la BnF et de l’Ina 19h – 22h – Au cœur du Hackathon
– 19h – Présentation des projets en cours du Hackathon BnF
– 20h-22h – DJ Set – Remix des collections sonores, par Jaïs Elalouf et Manaré.
Musicien, compositeur de musique électronique, vidéaste et collectionneur d’art psychédélique, Jaïs Elalouf est un artiste multitalents qui mixe en sons et en images depuis 2003. Manaré est tout à la fois DJ, producteur, PDG de la webradio alternative « Rinse France » et créateur de la griffe de vêtements « Noir Noir ». Il est membre du label ClekClekBoom.

Dimanche 26 novembre 2017, de 15h à18h
14h – 19h – Animations
– 15h et 16h – Musique et technologies : un voyage ludique dans l’histoire de la musique enregistrée et la lutherie du XXe siècle. Animé par PV NOVA, musicien et Youtubeur
– 15h30-17h – Lectures musicales de Gallica, avec les étudiants et les professeurs de musique ancienne du Conservatoire de Paris (CNSMDP)
– « Ce que je voulais c’est être heureux », installation sonore et visuelle immersive par Arnaud Sallé (compositeur) et Hervé Rabot (photographe) sur le thème du paysage16h-17h – Remise du prix Hackathon BnF
– 16h – Présentation des projets du Hackathon BnF
– 17h – Remise du prix Hackathon BnF

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Enjeux et évolutions de la Bibliographie littéraire

La Société d’Histoire littéraire de la France organise une après-midi d’étude sur la Bibliographie de la Littérature française le samedi 25 novembre à la Sorbonne.

Après de longs efforts, la Bibliographie de la Littérature française1 a été mise en ligne en 2014 après avoir été longtemps un instrument de recherche uniquement imprimé, paraissant dans le hors-série annuel de la Revue d’Histoire littéraire de la France.

Programme

Ses porteurs, la Bibliothèque nationale de France, la Société d’Histoire littéraire de la France et Garnier Numérique, se proposent d’en assurer une présentation sur écrans.

La séance sera suivie d’une table ronde réunissant :

  • Frédéric BARBIER, directeur de recherche au CNRS et directeur d’études à l’EPHE
  • Claude BLUM, président de Garnier Numérique
  • Éric FEREY, conservateur à la BnF et ancien rédacteur en chef de la Bibliographie de la Littérature française
  • Romuald FONKOUA, directeur du Centre d’Études Francophones, Université Paris-Sorbonne
  • Marie GALVEZ, conservateur à la BnF et ancienne rédacteur en chef de la Bibliographie de la Littérature française
  • Istvan MONOK, directeur des bibliothèques et archives de l’Académie des Sciences de Hongrie
  • Monika PROCHNIEWICZ, conservateur à la BnF, rédacteur en chef de la Bibliographie de la Littérature française.

Modalités pratiques

En Sorbonne, bibliothèque Ascoli (escalier C, 2e étage) le samedi 25 novembre 2017 à 14 h.
Entrée libre dans la limite des places disponibles.
Accès par le 17 rue de la Sorbonne, sur présentation du programme joint, avec une pièce d’identité.

Programme à télécharger : Table_ronde_SHLF_2017

Pour accéder à la base (sur abonnement) : https://www.classiques-garnier.com/numerique/index.php?option=com_content&view=article&id=157%3A2014-08-20-07-19-26&catid=46%3Acatalogue-bases-biblio&Itemid=30

  1. Cf. brochure de Garnier numérique, url : <https://www.classiques-garnier.com/editions-bulletins/Brochure_BLF_Fr.pdf> []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Exposition : Reliures précieuses dans la collection de la BnF au musée du Louvre

En lien avec l’exposition de la Petite Galerie, Théâtre du pouvoir, où sont actuellement présentés les regalia, les instruments du sacre des rois de France, la Bibliothèque nationale de France a accepté le prêt de cinq de ses reliures les plus précieuses, conservées au département des Manuscrits : pendant huit mois, elles prennent ainsi provisoirement place dans les vitrines des salles médiévales du département des Objets d’art du Louvre.
Ces reliures forment un ensemble exceptionnel par leur somptuosité et leur histoire, du siècle de Charlemagne à la fin du Moyen Âge. A elles cinq, elles laissent entrevoir, chacune à leur manière, la richesse de l’art médiéval et, par-delà, celle de l’histoire culturelle et politique des différentes régions qui ont participé à la genèse de l’histoire de la France et des pays voisins.

Psautier de Dagulf, Ateliers dits de « l’École du palais » de Charlemagne (France du Nord actuelle ou Aix-la-Chapelle en Allemagne actuelle), entre 783 et 795. Plaques de reliure : Ivoire. Mentionné au Moyen Âge en Allemagne dans les trésors des cathédrales de Limbourg-sur-la Lahn, de Spire (avant 1065) puis de Brême (du XIe au XVe siècle). Le manuscrit est conservé à la Bibliothèque nationale autrichienne à Vienne. Musée du Louvre, MR 370-371. © RMN – Grand Palais (Musée du Louvre) / Martine Beck-Coppola

Conservés par la BnF depuis la Révolution et le Consulat, ces livres dialoguent, dans un parcours inédit, avec les Objets d’art des collections médiévales du Louvre et s’offrent sous un nouveau jour, en particulier pour   les deux reliures restaurées grâce au mécénat de la Fondation Polonsky.

Évangiles de la collégiale Saint-Louis de Metz. Plat inférieur de la reliure. Au centre, ivoire représentant une Crucifixion (Constantinople, XIe siècle). Encadrement de plaques d’argent et plaques émaillées, cabochons de cristal de roche (XIIIe -XIVe siècles). BnF, département des Manuscrits, latin 9391. © Bibliothèque nationale de France

Au Moyen Âge, les livres liturgiques utilisés pour la célébration du service divin faisaient partie des trésors des églises aux côtés d’autres objets sacrés comme les reliques. Ils revêtaient, pour l’établissement religieux qui les conservait, une fonction mémorielle essentielle : le trésor servait à perpétuer le glorieux souvenir de la fondation du lieu comme à incarner son histoire vivante et la puissance de son assise spirituelle et temporelle.

Deuxième Évangéliaire de la Sainte-Chapelle, Paris, vers 1240 (bordures extérieures de la reliure du XVIe siècle). Plat supérieur de la reliure : Crucifixion. Plat inférieur de la reliure : Christ en majesté. Argent doré, cabochons de verre et de pâte de verre. BnF, département des Manuscrits, latin 9455. © Bibliothèque nationale de France

Le statut d’unica des livres qui en faisaient partie et leur valeur hautement commémorative justifiait l’ornementation luxueuse qui était la leur et qui rivalisait sans peine avec les plus riches pièces d’orfèvrerie dans la glorification de Dieu.
Tous ont pour point commun d’avoir reçu une riche décoration enluminée et, en guise de couverture, de véritables joyaux dont la splendeur et l’iconographie élaborée sont à la mesure de la dimension spirituelle et symbolique de leur contenu. Ces manuscrits proviennent de centres variés : Metz pour les deux livres d’Évangiles présentés dans la première et dernière vitrine, Saint-Vaast d’Arras pour le Missel de Saint-Denis dans la vitrine de la salle 4 et Paris pour les deux Évangéliaires de la Sainte-Chapelle dans la vitrine centrale de la salle 2.

Premier Évangéliaire de la Sainte-Chapelle, Paris, vers 1230 et 1240-1248. Plat supérieur de la reliure : Résurrection du Christ. Plat inférieur : Crucifixion. Argent doré et niellé. BnF, département des Manuscrits, latin 8892. © Bibliothèque nationale de France
Missel à l’usage de Saint-Denis. Plat supérieur : Figurines d’ivoire de morse de l’école du palais de Charles le Chauve, vers 870. Feuille d’or gravée, repoussée, filigrané et orné de pierres précieuses et de perles remontant au XIe siècle (bordure extérieure du XIIIe siècle). BnF, département des Manuscrits, latin 9436. Plat inférieur : Plaque de cuivre dorée, gravée et ciselée, insérée dans un cadre d’argent estampé et contenant la figure de saint Jean l’Évangéliste (France, XVe siècle) . BnF, département des Manuscrits, latin 9436. © Bibliothèque nationale de France

Si l’exécution de ces manuscrits et de leurs enluminures est bien localisée dans l’espace et le temps, il n’en va pas toujours de même de leurs reliures, dont certaines présentent un aspect composite. Leur décor est formé à l’aide de matériaux aussi précieux que variés : or, argent, cuivre, ivoire, gemmes, perles… Ceux-ci, comme les techniques raffinées avec lesquelles ils étaient travaillés, avaient pour fonction d’accroître la valeur esthétique et spirituelle des livres.


Cette présentation est organisée par la Bibliothèque nationale de France et le musée du Louvre.

Évangiles de Drogon. Plaque d’ivoire d’éléphant illustrant des scènes de la Passion du Christ : Metz, vers 850. Bordure d’orfèvrerie à filigrane avec perles et pierres, XIe siècle. BnF, département des Manuscrits, latin 9388. © Bibliothèque nationale de France

Commissaires de l’exposition : Charlotte Denoël, conservatrice en chef, département des Manuscrits, BnF et Florian Meunier, conservateur en chef, département des Objets d’art, musée du Louvre.

Manuscrit de Denys l’Aréopagite. Manuscrit : Constantinople, 1403-1405 ; Ivoire : Paris, vers 1360-1380 ; Monture : argent doré, pierreries : Paris, vers 1400, remaniée au XVIIe siècle. Provient du trésor de l’abbaye de Saint-Denis. Musée du Louvre, MR 416. © RMN – Grand Palais (Musée du Louvre) / Jean-Gilles Berizzi

Œuvre en scène : Évangiles de Drogon, le mercredi 30 mai 2018 à 12h30, à l’auditorium du Louvre.
Par Charlotte Denoël, BnF, Jannic Durand et Florian Meunier, musée du Louvre.

Boîte-reliure de Maastricht, Empire ottonien (Trèves ou Ratisbonne ? Allemagne actuelle), vers 1020-1040. Provient du trésor de la cathédrale de Maastricht. Âme de bois, or, émaux cloisonnés, nielle, cabochons. Musée du Louvre, MR 349. © RMN – Grand Palais (Musée du Louvre) / Droits réservés

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Fenêtre sur jardins – Journée d’étude de la bibliothèque horticole (10/11/17)

La deuxième journée d’étude de la bibliothèque1 organisée en partenariat avec la Bibliothèque nationale de France se tiendra le 10 novembre 2017 dans l’amphithéâtre de la SNHF. Comme pour la première édition, seront présents les professionnels des bibliothèques, archives, musées ainsi que des chercheurs afin de dialoguer autour de l’histoire, de l’art et de la philosophie des jardins.

Programme

9h : Accueil
9h30 : Ouverture par Dominique Douard – Président de la Société Nationale d’Horticulture de France
Modération : Sophie Bertrand – Cheffe du service de la coopération – Bibliothèque nationale de France
9h45 : BnF – Les sociétés horticoles en région : l’exemple de Nancy par Alina Cantau et Luc Menapace
SNHF – Les collections de la bibliothèque de la Société Nationale d’Horticulture de France par Emmanuelle Royon
Mairie de Paris – Le centre de documentation des cimetières parisiens par Pierre Jourjon
11h : Pause
11h30 : Mairie de Paris – La Bibliothèque spécialisée et patrimoniale Du Breuil : une pluralité de missions pour répondre à la diversité de ses publics par Laurence Oudry
ENSP – Les collections de la bibliothèque de l’École nationale supérieure du paysage par Isabelle Sauvé

12h30 : Déjeuner libre

Modération : Françoise Dubost – Ethnologue
14h : CNAM – Le fonds expositions universelles de la bibliothèque du Conservatoire national des arts et métiers par Pascale Heurtel
Musée du Louvre – Les collections des jardins du musée du Louvre : un patrimoine fragile par Emmanuelle Héran
Université François Rabelais Tours – Qui sont les historiens des jardins, quel cursus pour quelles études ? par Christophe Morin
15h30 : Pause
16h : Paris I Panthéon Sorbonne – Le peintre au jardin public, de Manet à Hopper : un sujet d’histoire de l’art par Emmanuel Pernoud
Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis – La philosophie du Digital Land Art par Catherine Chomarat-Ruiz
17h30 : Clôture par Daniel Lejeune – Administrateur, chef de projet de la bibliothèque de la Société Nationale d’horticulture de France

Informations pratiques

Vendredi 10 novembre 2017 de 9h à 17h30
Amphithéâtre de la Société Nationale d’Horticulture de France
84, rue de Grenelle 75007 Paris.
Accès gratuit, sur inscription préalable par mail à bibliotheque@snhf.org.

  1. La SNHF est pôle associé de la BnF depuis 2012. Sa nouvelle bibliothèque a été inaugurée le 5 octobre 2017. Ses collections figurent parmi les premiers fonds horticoles de France. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Language matters : Presse anglophone en France / Presses d’exil et d’immigration au Royaume-Uni et aux Etats-Unis

Pour accompagne le colloque « La langue en questions : presse en anglais à l’étranger / presse en langue étrangère dans le monde anglophone« , qui se tiendra du 16 au 18 octobre, à L’Université Paris Diderot, à la Bibliothèque nationale de France et à l’University of Chicago Center in Paris, la Bibliothèque des Grands Moulins de l’Université Paris Diderot organise l’exposition Language matters : Presse anglophone en France / Presses d’exil et d’immigration au Royaume-Uni et aux Etats-Unis.

Argument

Saviez-vous que près de 6000 périodiques anglophones ont été publiés en France depuis la période révolutionnaire ? Ces documents appartiennent à une catégorie considérée comme marginale : celle des périodiques allophones, c’est-à-dire publiés dans une langue étrangère à celle du pays où ils paraissent. La richesse de la presse allophone est considérable, elle couvre tous les domaines. La presse anglophone constitue sa part principale. L’éventail de titres sélectionnés pour cette exposition met en lumière les liens qui ont unis, au cours de l’histoire, la France, le Royaume-Uni et les États-Unis.

Nous vous proposons un parcours du parchemin au numérique sur près de 300 ans de présence britannique et américaine en France. Ces journaux témoignent de l’activité politique, économique et artistique des Anglo-Américains à Paris et en province, ou encore rappellent le rôle capital des armées alliées lors des deux guerres mondiales. Ils nous montrent que la France n’est pas monolingue : elle parle anglais, tout comme elle s’est enrichie de toutes les autres langues des groupes étrangers qu’elle a accueillis et qui ont contribué à la façonner. Elle fait ainsi une large place à une presse allophone souvent issue de l’immigration et partage cette caractéristique avec le Royaume Uni et les États-Unis, deux pays où les périodiques en langue étrangère abondent.

Il y aura également :

  • une quinzaine de documents originaux exposés en vitrine,
  • la base de presse de la BnF, disponible sur un poste informatique,
  • des liens vers des archives en ligne, comme celles de l’International Herald Tribune dans Gale
  • une table documentaire vous présentant des livres sur ces thématiques

Visites

Visite et inauguration de l’exposition : Lundi 6 novembre à 18h30

Visites guidées :

  • Lundi 30 octobre à 14h
  • Lundi 20 novembre à 14h
  • Lundi 4 décembre à 11h30
  • Lundi 12 décembre à 16h
  • Samedi 13 janvier à 11h30

Visites spéciales :

  • Lundi 16 octobre à 18h15 : visite réservée aux hôtes de la conférence internationale ‘Language Matters’
  • Lundi 6 novembre à 12h : visite réservée au personnel de l’université Paris Diderot

Rencontres et débats :

  • Lundi 13 novembre à 18h30 : « Petite et grande histoire de l’International Herald Tribune » 

Atelier découverte animé par Marianne Haska (Gale).

  • Mercredi 17 janvier 2018 à 17h00 : rencontre avec Diana Cooper –Richet (UVSQ) « Les Anglais en France et leur publications »

Inscription recommandée : 01 57 27 66 57 ou claire.tirefort@univ-paris-diderot.fr

Informations pratiques

Du 11 octobre 2017 au 20 janvier 2018
Hall de la bibliothèque et Galerie (2ème étage)

Bibliothèque des Grands Moulins
Université Paris Diderot Paris 7
Bâtiments Grands Moulins
5 rue Thomas Mann
75205 Paris Cedex 13

Le dossier de presse.

Commissaires de l’exposition : Bénédicte Deschamps et Stéphanie Prévost, Université Paris Diderot

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Soutenance de thèse d’Héloïse Conesa

Le 14 novembre 2017, Héloïse Conésa, chargée de la photographie contemporaine au département des Estampes et de la photographie de la BnF, soutiendra sa thèse intitulée La photographie espagnole contemporaine de 1970 à 2010 : miroir d’un pays en quête d’identité préparée sous la direction du professeur Michel Poivert.

Couv. de la revue « Nueva Lente », nº 38, avril 1975 : phot. de Jorge Rueda

Signalons que cette même année, Héloïse Conésa a assuré le commissariat des deux expositions, Dans l’atelier de la Mission photographique de la DATAR. Regards de 15 photographes et Paysages français : une aventure photographique,1984-2017.

Jury

  • Paul-Henri GIRAUD, professeur en études hispaniques contemporaines à l’Université Lille 3 Charles de Gaulle
  • Michel POIVERT, professeur en histoire de l’art (photographie), Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne
  • Pascal ROUSSEAU, professeur en histoire de l’art, Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne
  • Jacques TERRASA, professeur en civilisation espagnole contemporaine, Université Paris IV Paris-Sorbonne

Résumé

Dans l’Espagne de la fin du franquisme à nos jours, l’histoire socio-politique mouvementée dessine une ligne qui, de la dictature franquiste à la démocratie retrouvée, permet l’émergence d’une identité labile de la photographie espagnole oscillant entre l’alignement sur des modèles esthétiques et critiques dérivés de la postmodernité nord-européenne et américaine et la valorisation de spécificités créatives forgées par la culture péninsulaire.

Dans ce processus de quête identitaire, nous avons déterminé trois phases : d’abord, dans les dernières heures du franquisme et le début de la transition démocratique, sous l’égide de la revue Nueva Lente, s’affirme une  génération  militante de photographes qui s’ouvrent à la création internationale et à l’esthétique postmoderniste et dont le paroxysme en Espagne sera la Movida ; puis, de la fin des années 80 et jusqu’au milieu des années 90, l’apport critique de la revue PhotoVisión et en parallèle l’atomisation des pratiques photographiques du fait de l’essor des communautés autonomes suscite une réévaluation du modèle postmoderne ; enfin, au début du XXIème siècle, la redécouverte d’une filiation territoriale avec les pays du Sud et l’avènement de l’ère digitale, génèrent chez les photographes ibériques de nouveaux déterminants idiosyncrasiques à même de privilégier une forme de transterritorialité.

Abstract

In Spain from the end of  Francoism to nowadays, the animated sociopolitical history draws a line which, from the Franco dictatorship to the refound democracy, allows the emergence of an unstable identity of the Spanish photography oscillating between  the alignment on esthetic and critical models derived of the north-European and American postmodernity and the promotion of creative specificities forged by the Peninsular culture.

In this process of search for identity, we determined three phases: at first, in the last hours of the Francoism and the beginning of the democratic transition, under the aegis of the magazine Nueva Lente, a militant generation of photographers assert themselves and open to the international creation and to the postmodernist esthetics, paroxysm of which will be in Spain the Movida ; then, from the end of the 80s till the middle of the 90s, the critical impact of the review PhotoVisión and,  in parallel, the atomization of the photographic practices because of the development of autonomous communities arouses a revaluation of the postmodernist model ; finally, at the beginning of the XXIth century, the rediscovery of a territorial filiation with the countries of the South and the advent of the digital era, generate for the Iberian photographers new idiosyncratic determiners taking the shape of a transterritoriality

Soutenance

Le 14 novembre 2017

Bibliothèque nationale de France, site Richelieu (58 rue de Richelieu 75002), salle Richelieu 1  à 14h.

José Ortiz Echagüe à Avila

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

La traduction dans tous ses états : une performance-débat de l’Outranspo (Ouvroir de translation potencial)

L’Outranspo (Ouvroir de translation potencial) est un groupe de traducteurs, écrivains, chercheurs et musiciens hétéroclite et multilingue, qui se consacre joyeusement aux approches créatives de la traduction, notamment lors de réunions mensuelles et virtuelles.

Fondé en 2012 à Rochester (États-Unis), dans le sillage de l’Oulipo, il est véritablement actif depuis octobre 2014, à l’occasion du colloque « Traduire les littératures à contrainte » de Baltimore. « No a Proust ! » est devenu, par la force de l’anagramme, son cri de guerre.

La Bibliothèque de l’Arsenal invite l’Outranspo pour une conférence performée, animée par Camille Bloomfield, Université-Paris 13, auteure du livre Raconter l’Oulipo (1960-2000) (Honoré Champion, 2017).

Camille Bloomfield enseigne à l’Université Paris 13 et à l’Université de Genève. Spécialiste de l’Oulipo et auteure de plusieurs ouvrages sur le sujet, elle a notamment été commissaire de l’exposition « Oulipo, la littérature en jeu(x) » à la BnF en 2014 et membre du projet ANR DifdePo : Différences de potentiel : histoire, poétique et esthétique de l’Oulipo.

Informations pratiques

 

 

Enregistrer

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Journée d’Étude : Sensualité et sexualité en numismatique, 2 décembre

La Bibliothèque nationale de France et la Société française de Numismatique organisent le samedi 2 décembre 2017 une journée d’étude dédiée à la sensualité et à la sexualité en numismatique. Cette thématique s’inscrit dans le renouvèlement des sciences historiques et sociales, notamment l’histoire des sensibilités et les études de genre. Objets certes à la mode, ils n’ont cependant pas épuisé toutes les sources disponibles. Ainsi les objets monétiformes, dans leur matérialité, dans une vaste Europe méditerranéenne de l’Antiquité (le matin) aux époques médiévales et modernes (l’après-midi), seront abordés sous cet angle, permettant un croisement disciplinaire, géographique et chronologique inédit.

Le nombre de places étant limité à 50, merci de s’inscrire par courriel à sfnum@hotmail.fr

Les questions de l’iconographie et de la représentation de motifs sensuels et sexuels, des pratiques et des usages des objets qui les portent, ou encore du regard des historiens et numismates sur ceux-ci, seront au cœur de nos préoccupations.

Statère d’or armoricain, (IIIe siècle – 1re moitié du IIe siècle av. J.-C. (BnF, MMA, 6756)

Dans quelle mesure un motif iconographique était-il choisi pour susciter le désir ? Comment les usagers de la monnaie percevaient-ils ces choix et cela a-t-il influencé la circulation des espèces ? Des pièces de monnaie étaient-elles par ailleurs particulièrement réservées à certaines pratiques, comme les échanges de faveurs ? Enfin, comment nos devanciers ont-ils perçu la nudité ou l’érotisme figuré sur certains monnayages et à quel point leurs travaux en ont-ils été influencés ?

C’est autour de cette problématique en trois axes – conception, perception et utilisation à l’époque et perception a posteriori – que les intervenants vont livrer et partager leurs observations.

Programme :

Matinée (9h30-12h30) :

Présentation et introduction (Sylvie Steinberg et François de Callataÿ).

S. Berger et Fr. Wojan – « Il n’est pas donné à tout le monde d’aller à Corinthe » : sexe et monnaies en Grèce ancienne.

S. Nieto-Pelletier, J. Genechesi et St. Martin – Pour une approche genrée des monnayages celtiques : iconographie et usages de la monnaie au second âge du Fer

D. Hollard – La violente nudité de la déesse celtique des combats.

V. Drost – La question de la nudité sur le monnayage romain.

M.-A. Le Guennec – De l’usage de jetons à motifs érotiques : le dossier des spintriae romaines.

Après-midi (14h00-17h00) :

V. Geneviève – Viril ou insultant ? A propos d’un graffiti sur un léopard d’or.

Th. Cardon – « Le cœur humain recèle des bas-fonds qu’il ne faut pas trop sonder en détail » : méreaux médiévaux à l’iconographie sexuelle.

J. Jambu – Sensuelles, les monnaies modernes ?

Chr. Charlet – Les luigini « à la Mademoiselle ».

P. Baubeau – Fausse monnaie de la débauche et or du mariage à Nice à la fin du XIXe siècle.

Conclusion et perspectives (Sylvie Steinberg et François de Callataÿ).

Informations pratiques

Paris, Bibliothèque nationale de France, site Richelieu, Salle Emilie
du Châtelet et Salon d’honneur
Samedi 2 décembre 2017

Organisation : Thibault Cardon et Jérôme Jambu.
Présidence : Michel Amandry et Jérôme Jambu.
Discussion : Sylvie Steinberg et François de Callataÿ.
Le nombre de places étant limité à 50, merci de s’inscrire à sfnum@hotmail.fr
Un buffet sera organisé le midi sur place.
La séance ordinaire de la SFN se tiendra en début d’après-midi.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts