Archives de catégorie : Agenda

Exposition : Pathelin, Cléopâtre, Arlequin. Le théâtre dans la France de la Renaissance


Arlequin général d’armée : le commandant en chef de l’armée patriotes campée auprès de Bréda, ne voulant pas être connu, ne quitte jamais le masque ni l’habit d’Arlequin… : [estampe], https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b69484959

Argument

Pathelin, avocat rusé et fourbe, Cléopâtre, personnage historique et légendaire de l’antiquité et Arlequin, le plus célèbre personnage de la commedia delle maschere illustrent parfaitement cette exposition car ils incarnent chacun un type de théâtre de la Renaissance : la farce, la tragédie et la comédie italienne.

Le théâtre de la Renaissance se manifeste par des formes dramatiques aussi variées que spectaculaires. Loin de tourner la page avec les traditions du Moyen Âge, le théâtre s’enrichit de toutes les nouveautés de la Renaissance : pensée humaniste, échanges culturels, renouveau architectural, inventions techniques, conceptions politiques et transformations sociales.

Les formes médiévales atteignent un éclat inégalé lorsque l’extraordinaire Mystère de la Passion de 1547 est représenté à Valenciennes en 25 journées sur un espace de 60 m sur 18 m. Dans le même temps, les nouvelles formes à l’antique sont expérimentées dans les collèges puis sur les routes. En parallèle, de nouvelles pratiques en provenance d’Italie transforment aussi bien les spectacles comiques (avec les troupes de commedia dell’arte) que les spectacles de cour avec la collaboration des ingénieurs, des danseurs et des artistes.

Aucune exposition n’a été consacrée à ce théâtre depuis plus de soixante ans et, malgré la publication en 2014 de l’Anthologie de L’avant-scène théâtre consacrée au Théâtre français du Moyen Âge et de la Renaissance, il y avait un vide à combler.

L’exposition se concentrera sur le théâtre français de la fin du XVe siècle aux années 1610. Elle évoquera certains éléments du théâtre européen comme point de comparaison ou d’explication. Les 135 œuvres seront présentées dans les salles du premier étage de l’aile sud, selon un ordre chronologique qui permet aussi de distinguer les formes dramatiques :

  1. Apogée des formes médiévales (appartement du Connétable)
  2. Expérimentations des formes à l’antique (antichambre de Madeleine de Savoie)
  3. Diffusion de la commedia dell’arte (chambre de Madeleine de Savoie)
  4. Renouvellement des spectacles de cour (salle de la cheminée d’Abigaïl)

Des prêts prestigieux

L’exposition bénéficiera de prêts nombreux et prestigieux accordés par 21 institutions à Paris (Archives nationales, Comédie Française, Bibliothèque nationale de France, Musée du Louvre) et en région (Musée Calvet d’Avignon, musée Baron Gérard de Bayeux, Musée Bonnat-Helleu de Bayonne, Bibliothèque Municipale de Lyon, Musée Lorrain de Nancy…). Nombre de ces œuvres seront présentées au public pour la première fois.

Au sein des collections du musée national de la Renaissance, objets en cuir, panneaux de bois, pièces d’armure, fragments de textiles permettront quant à eux d’évoquer le quotidien des comédiens.

Commissariat

  • Muriel Barbier, conservateur du patrimoine, musée national de la Renaissance – château d’Écouen
  • Olivier Halévy, maître de conférences, Université Paris 3 – Sorbonne nouvelle
  • Assistés de Vincent Rousseau, chargé d’études documentaire, musée national de la Renaissance – château d’Écouen

Informations pratiques

  • Musée national de la Renaissance Château d’Écouen, 
    95440 Écouen
  • Du 17 octobre 2018 au 28 janvier 2019
  • 9h30 à 12h45 et de 14h00 à 17h45 (fermé le mardi)
  • Fermé les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Les manuscrits de l’école palatine de Charlemagne

La Bibliothèque municipale de Trèves (Stadtbibliotheken Trier) œuvre pour faire inscrire les manuscrits de l’école palatine de Charlemagnesur le Registre de la Mémoire du monde de l’UNESCO (https://fr.unesco.org/programme/mow). Le projet comprend trois manuscrits issus des collections de la Bibliothèque nationale de France.

Continuer la lecture de Les manuscrits de l’école palatine de Charlemagne

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

1/2 journée d’étude : D’Autrice à Zlataner : enrichissement linguistique et exploration des sites de presse dans les archives de l’internet à la Bibliothèque nationale de France (2010-2017)

Résumé

Lors de la demi-journée d’étude du lundi 15 octobre, la Bibliothèque nationale de France (BnF), l’équipe Représentation des connaissances et langage naturelle du Laboratoire d’informatique et de Paris Nord (LIPN-RCLN) de l’université Paris 13 et le laboratoire Linguistique, langues, Parole (LILPA) de l’université de Strasbourg présenteront les principaux résultats du projet Néonaute. Ce projet, soutenu par la Délégation générale à la langue française et aux langues de France (DGLFLF) dans le cadre de l’appel à projet 2017 « Langues et numérique », vise à doter les observateurs de la langue française d’un moteur de recherche s’appuyant sur la collection « Actualités » du dépôt légal du web conservée à la BnF depuis 2010.

Continuer la lecture de 1/2 journée d’étude : D’Autrice à Zlataner : enrichissement linguistique et exploration des sites de presse dans les archives de l’internet à la Bibliothèque nationale de France (2010-2017)

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Colloque France et Angleterre : manuscrits médiévaux entre 700 et 1200 (21-23 novembre 2018)


Missel de Saint-Denis, 1041-1060 (Ms. latin 9436).

Grâce à un mécénat exceptionnel de la Fondation Polonsky, fondation dont l’objectif est de favoriser l’accès au patrimoine culturel du plus grand nombre, la Bibliothèque nationale de France (BnF) et la British Library ont noué un partenariat inédit dans le domaine des manuscrits médiévaux autour d’un programme intitulé « France-Angleterre 700-1200 : manuscrits médiévaux de la BnF et de la British Library ». Il inclut 800 manuscrits, conservés pour moitié à la BnF pour moitié à la British Library, qui ont été sélectionnés en fonction de leur importance pour l’histoire des relations franco-anglaises au Moyen Âge, ainsi que pour leur intérêt artistique, historique ou littéraire. Produits entre le VIIIe et la fin du XIIe siècle, ces manuscrits couvrent des domaines très variés représentatifs de la production intellectuelle du haut Moyen Âge et de l’époque romane.

À l’occasion du lancement officiel des deux sites web réalisés dans le cadre du programme, la bibliothèque numérique « Gallica marque blanche » qui réunira tous les manuscrits du corpus et permettra leur comparaison (BnF) et un site web à visée pédagogique proposant d’explorer une sélection de manuscrits (BL), un colloque international se tiendra les 21-23 novembre 2018 à Paris. L’objectif de ce colloque est de réunir chercheurs et spécialistes, mais aussi un public plus large autour d’interventions qui porteront un regard neuf sur le riche patrimoine mis à disposition grâce au mécénat de la Fondation Polonsky et sur les relations entre France et Angleterre au Moyen Âge, sur le plan aussi bien historique que littéraire ou artistique.

Dédiée à des problématiques professionnelles, la première journée du 21 novembre fera dialoguer les différents acteurs du programme, à travers des présentations des différentes réalisations menées dans le cadre de celui-ci et des enseignements pouvant être tirés de ce premier partenariat entre les deux institutions dans le domaine médiéval. Un accent particulier sera mis sur les possibilités offertes par le développement des humanités numériques et l’interopérabilité des images, qui modifient en profondeur les pratiques de recherche et les regards sur les manuscrits médiévaux, et sur les enjeux qui en découlent. Les 22 et 23 novembre seront consacrés aux manuscrits, à leur décor, leurs textes et leur circulation, trois axes qui réuniront des spécialistes de différents domaines dans une perspective interdisciplinaire.

Continuer la lecture de Colloque France et Angleterre : manuscrits médiévaux entre 700 et 1200 (21-23 novembre 2018)

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Colloque : La radio de création après le Club d’Essai : la part des écrivains (5/10/18)

Pourquoi impliquer des écrivains, habitués au livre ou à la scène, dans des émissions de création radiophonique ? Qu’apportent-ils, à quelles conditions, comment, dans quels contextes ? C’est le genre de questions que l’on sera invité à se poser dans ce colloque consacré aux deux plus longs et plus prestigieux programmes de création radiophonique de France Culture, inscrits, chacun dans un style, dans « cette longue querelle de la tradition et de l’invention / De l’Ordre et de l’Aventure » (Apollinaire) qui rythme la vie des arts.

Ce colloque est organisé en partenariat avec la SCAM, la BnF et l’Ina, et le soutien de l’IUF et du GRER.

Ce colloque a lieu du 4 au 6 octobre 2018 : le 4 octobre à la Société civile des auteurs multimédia (SCAM), 5 Avenue Velasquez, Paris 8e et le 6 octobre à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS) 105 boulevard Raspail, Paris 6e.

Programme

Jeudi 4 octobre 2018
SCAM
18h Soirée inaugurale

Ouverture par les organisateurs du colloque
18h25-20h
Propos d’Alain Trutat et René Farabet (archives), Andrew Orr, Jean-Loup Rivière, Alain Veinstein, Colette Fellous

Vendredi 5 octobre 2018
BnF
9h -18h Atelier de création radiophonique, la part des écrivains

Communications de : Pierre-Marie Héron, Witold Wolowski, Andrew Orr,Laure Bedin, Carrie Landfried, Thomas Baumgartner, Christian Rosset, Sarah-Anaïs Crevier Goulet, Marion Chénetier-Alev
Sur : Jean Thibaudeau, François Billetdoux, René Farabet, Claude Ollier, Georges Perec, Claude Ollier, les écrivains de Change à l’ACR, Hélène Cixous, Valère Novarin

Samedi 6 octobre 2018
EHESS
Nuits magnétiques, la part des écrivains

Communications de : Christophe Deleu, Mehdi El Hadj (sous réserve), Laure Adler, Annie Pibarot,Jean Daive, Clara Lacombe, Jean-Pierre Milovanoff, Olivier Kaeppelin
Sur : la composition des programmes de Nuits magnétiques, Nicole-Lise Bernheim, Jean Daive, Colette Fellous, Franck Venaille, Jean-Pierre Milovanoff, Olivier Kaeppelin

Informations pratiques

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Colloque : La critique génétique comme processus. (1968-2018)

En 1967, la Bibliothèque nationale acquiert les manuscrits du poète Heinrich Heine. Et dans un même geste, le CNRS crée en 1968 une équipe de recherche pour inventorier, décrire et exploiter ce fonds, tandis que l’École normale supérieure met aussitôt un bureau à la disposition de la jeune équipe.
À partir de 1974, avec la création de l’équipe Proust, la formation CNRS se transforme en Centre d’Histoire et d’Analyse des Manuscrits Modernes (CAM). Elle ouvre son champ d’application à d’autres corpus français et étranger avec l’arrivée des équipes Zola, Flaubert, Valéry, Nerval-Baudelaire, Joyce, Aragon et Sartre. En 1979, les Essais de critique génétique sont le premier manifeste collectif de ce nouveau domaine d’étude. Depuis 1982, date de sa création en laboratoire propre du CNRS, l’Institut des textes et manuscrits modernes (ITEM), aujourd’hui unité de recherche du CNRS et de l’École normale supérieure, n’a cessé de se développer en France et à l’étranger.

Analyser le document autographe pour comprendre les mécanismes de la production littéraire, artistique et scientifique, élucider la démarche de l’écrivain, du savant, du penseur ou de l’artiste et les procédures qui ont permis l’émergence de l’œuvre, élaborer les concepts, méthodes et techniques permettant d’exploiter scientifiquement le précieux patrimoine que représentent les documents conservés dans les collections et archives, telle est la mission fondamentale de l’ITEM.

Le congrès international du cinquantenaire sera l’occasion de dresser un bilan des avancées de la critique génétique et d’explorer les promesses d’avenir de cette discipline qui a su conquérir une place de premier plan parmi ses sœurs aînées, les sciences du texte.

Comité d’organisation

Paolo D’Iorio (direction), Élise Anastase, Olga Anokhina, Aurèle Crasson, Nathalie Ferrand, Daniel Ferrer, Jean-Marc Hovasse, Jean-Louis Lebrave, Jean-Sébastien Macke, Nathalie Mauriac-Dyer, Pierre Musitelli, Claire Riffard.

Programme

MERCREDI 17 OCTOBRE 2018
École normale supérieure, Salle Dussane

Cérémonie d’ouverture

16h30    La direction de l’École normale supérieure

16h45    La présidence de la Bibliothèque nationale de France

17h00    La direction de l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS

17h15    Louis Hay, fondateur de l’Institut des textes et manuscrits modernes

18h00    Table ronde des directeurs successifs de l’ITEM : Almuth Grésillon, Daniel Ferrer, Jean-Louis Lebrave, Pierre-Marc de Biasi, Paolo D’Iorio

19h15    Buffet dînatoire

JEUDI 18 OCTOBRE 2018
École normale supérieure, Salle Dussane

Session 1 : Théorie, genèses

Modération : Daniel Ferrer (ITEM), Nicolas Donin (IRCAM), Nathalie Ferrand (ITEM)

9h30     Dirk Van Hulle (Université d’Anvers et Jesus College, Oxford) : Critique génétique à l’ère du numérique : Vers une histoire comparative du brouillon littéraire

10h25    Charlotte Guichard (IHMC) L’histoire de l’art à l’épreuve de la critique génétique. La main dans la peinture des Lumières

11h20    Pause café

11h35    Pierre-Michel Menger (Collège de France) : Le travail comme catégorie de la génétique

12h30    Pause déjeuner

Session 2 : Nouveaux horizons

Modération : Anne Herschberg Pierrot (Université Paris 8 et ITEM)

14h30    Nicholas Cronk (Université d’Oxford), Nathalie Ferrand (ITEM), Pierre Musitelli (ENS)Le nouvel horizon des manuscrits d’Ancien Régime

15h30    Paolo D’Iorio (ITEM), Génétique philosophique

16h10    Pause café

16h30    Dominique Combe (ENS) et Jean Khalfa (Université de Cambridge)Généalogies et avatars de la négritude

17h10    Pierre-Marc de Biasi (ITEM)Génétique des arts visuels

17h50   Michel Espagne (Pays germaniques, labex TranferS)Réflexions sur les transferts entre disciplines et entre pays

18h20   Discussion générale

VENDREDI 19 OCTOBRE 2018
École normale supérieure, Salle Dussane

Session 3 : Génétique dans le monde

Modération : Olga Anokhina (ITEM), Fatiha Idmhand (Université de Poitiers et ITEM)

9h30     Claudia Amigo Pino (Universidade de São-Paulo, Associação de Pesquisadores em Crítica Genética), Défis et enjeux de la critique génétique au Brésil

10h10    Graciela Goldchluck et Delfina Cabrera (Universidad nacional de la Plata), La critique génétique en Argentine

10h50    Kazuhiro Matsuzawa (Université de Nagoya), Train de nuit dans la Voie lactée de Kenji Miyazawa : les origines de la critique génétique au Japon

11h40    Pause café

12h00    Bodo Plachta (Arbeitsgemeinschaft für germanistiche Edition)Komm ins Offene, Freund! – La critique génétique en Allemagne

12h40    Paola Italia (Università degli Studi di Bologna)Alle origini della « Critica degli scartafacci».  Aux origines de la critique des brouillons

13h20 Pause déjeuner

Session 4 : Supports et traces

Modération : Jean-Gabriel Ganascia (Université Pierre et Marie Curie)

Préambule : Jean-Louis Lebrave (ITEM), La codicologie hier, aujourd’hui et demain : du codex au disque dur

15h10    Claire Bustarret (EHESS)Enjeux de l’expertise codicologique moderne et contemporaine : ce que le papier fait au travail de l’écritJean-Sébastien Macke (ITEM)Les supports et instruments d’écriture des écrivains vus par eux-mêmes

15h50    Thorsten Ries (Université de Gand)The challenge of born-digital : the critique génétique and digital forensics

16h30    Pause café

16h50    Aurèle Crasson (ITEM), Jean-Louis Lebrave (ITEM), Nathalie Léger (IMEC), Jeremy Pedrazzi (ITEM), Thorsten Ries (Université de Gand)Genetic Forensics, analyser les disques durs de Jacques Derrida

18h10    Stéphane Reecht (BnF)Conserver le support, conserver l’information : des défis pour les institutions patrimoniales

18h50    Discussion générale

19h15    Buffet dînatoire

20h30   Conférence-concert de génétique musicale. (Salle des Actes)
               Catherine David (écrivaine, musicienne) et William Kinderman (Université de l’Illinois)

SAMEDI 20 OCTOBRE 2018
INHA– Auditorium Colbert, Galerie Vivienne

Session 5 : Grands corpus de la Bibliothèque nationale de France

Présentation exceptionnelle de chaque corpus, sous forme de dialogue entre un chercheur et un conservateur de la BnF.

Matinée présidée par Isabelle le Masne de Chermont (BnF)

10h00    Jean-Marc Hovasse (ITEM), Thomas Cazentre (BnF), Victor Hugo

11h00    Olivier Lumbroso ( Université Paris-Sorbonne nouvelle), Guillaume Fau (BnF), Émile Zola

12h00    Nathalie Mauriac Dyer (ITEM), Guillaume Fau (BnF), Marcel Proust

13h00    Pause déjeuner

Après-midi présidée par Jacques Neefs (ITEM)

14h30    Franz Johansson (Université Paris-Sorbonne), Olivier Wagner (BnF), Paul Valéry

15h30    Luc Vigier (Université de Poitiers), Marie Odile Germain (BnF), Louis Aragon

16h30    Irène Fenoglio (ITEM), Émilie Brunet (IRD), Émile Benveniste

Conclusion de la journée et du colloque :

Présentation au public d’un second ensemble de manuscrits originaux provenant des six corpus, sous forme de mini-expositions éphémères.

________________

Exposition de posters de jeunes chercheurs, du 16 au 26 octobre 2018 
Aquarium, 45 rue d’Ulm.

Posters

  • BERNABEI Veronica (Poitiers, Archivos) : Juan José Saer. Carte de genèse des projets narratifs
  • CHABAT Guillaume (Université de Corse/Université de Nantes) : La genèse romanesque de l’autofiction
  • CRISTIAN Georgeta (Paris 3 – Sorbonne nouvelle) : L’auto-traduction théâtrale de Matéi Visniec : une écriture « à plusieurs mains » ?
  • DI FEBO Giuliana (Universita della Svizzera italiana, Lugano) : La genèse d’une traduction d’auteur: la version italienne inédite du Cahier intime de Gustave Flaubert
  • ÉPIÉ Flavie (Université de Bordeaux/Université d’Anvers) : (Re)traduire l’Ulysse de James Joyce : étude comparée des deux traductions françaises et de leur genèse
  • HIDALGO NACHER Max (Université de Barcelone) : Les galaxies intertextuelles d’Haroldo de Campos et la bibliothèque en tant qu’espace de création
  • NOTTET-CHEDEVILLE Élise (Paris 4 – Sorbonne) : Les poèmes de Jean Genet : genèse de la subversion pour style
  • PIMENTA Carlota (Université de Lisbonne) : Camilo Castelo Branco’s writing practices
  • SIMONIN David (Sorbonne Université) : Le sentiment de puissance chez Nietzsche
  • TELESINSKI Anne-Marie (Paris 3 – Sorbonne nouvelle) : Réécritures de la métamorphose chez Pétrarque
  • VALENTINE Colton (ENS) : Le transnationalisme interne de l’oeuvre d’Algermon Swinburne : une approche génétique
  • ZANARDO Monica (ENS) : Digital Alfieri

Contacts

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Journée d’étude : Vie théâtrale et vie artistique dans la France de la Renaissance (1480-1610)

Cleopatre : [estampe] / R.B. del. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b531554885

Argument

Les textes et les documents français du XVIe siècle témoignent d’une intense activité théâtrale. Non seulement ils constituent une source capitale pour l’étude de la tradition médiévale (la grande majorité des farces est par exemple conservée dans des écrits du XVIe siècle), mais ils révèlent plusieurs expérimentations à la croisée d’influences européennes : création d’un théâtre à l’antique, développement de formes d’inspiration italienne, initiatives commerciales, évolution du statut du comédien, etc.
Or cette vie théâtrale entretient des liens étroits avec de nombreuses oeuvres artistiques contemporaines. Comme l’ont montré Émile Mâle et les travaux parfois opposés qu’il a suscités, représentations théâtrales et arts visuels s’influencent réciproquement ; l’installation des comédiens italiens donne naissance au genre du portrait d’acteurs et introduit comme ailleurs en Europe de nouveaux motifs décoratifs.
À l’occasion de la publication de l’ouvrage Le théâtre à Paris au XVIe siècle de Guy-Michel Leproux (Institut d’histoire de Paris, 2017) et de la présentation de l’exposition Pathelin, Cléopâtre, Arlequin : le théâtre dans la France de la Renaissance (musée national de la Renaissance, château d’Écouen, 17 octobre 2018 – 29 janvier 2019), cette après-midi d’étude propose donc de faire dialoguer les approches littéraires, historiques et esthétiques. Cela permettrait non seulement de mieux comprendre le langage dramatique renaissant et les représentations artistiques qui y sont associées, mais aussi d’envisager le fonctionnement proprement « intermédiatique » du phénomène théâtral et d’explorer ses processus de création et d’interprétation.

L’après-midi d’étude sera suivie de la représentation dans le Grand Auditorium de Cléopâtre captive (1553) d’Étienne Jodelle, compagnie Oghma, mise en scène Charles di Meglio.

Programme

Ouverture
14h Michel Hochmann, directeur d’études, École Pratique des Hautes Études
Les portraits de comédiens à Venise dans la première moitié du XVIe siècle

Échanges

14h45 Olivier Halévy, maître de conférences, Université Paris 3 – Sorbonne nouvelle
Invention dramatique et invention graphique : les gravures d’Arlequin du Recueil Fossard

Échanges

15h30 Guy-Michel Leproux, directeur d’études, École Pratique des Hautes Études
Les tableaux de comédiens produits à Paris dans la seconde moitié du XVIe siècle

16h15 Astrid Castres, post-doctorante du LabEx Hastec (centre Jean-Mabillon)
« En ce temps-là, les comédiens louoient des habits à la friperie ; ils étoient vêtus infâmement, et ne savoient ce qu’ils faisoient » : les costumes de théâtre et le commerce de vêtements à Paris au XVIe siècle

Échanges

16h45 Nina Hugot, agrégée de lettres modernes, doctorante

Cette après-midi d étude est suivie d’une représentation théâtrale
Cléopâtre Captive d’Etienne Jodelle à 18h30-20h (Grand auditorium)

Spectacle Cléopâtre Captive d’Étienne Jodelle (1553)

La Bibliothèque nationale de France et le Musée national de la Renaissance à Ecouen rendent hommage à Etienne Jodelle, auteur salué comme le restaurateur du théâtre antique en France, à travers le spectacle Cléopâtre captive, création de la Compagnie Oghma.
Représentée à Paris en février 1553 devant le roi Henri II, Cléopâtre Captive est la première tragédie à l’antique écrite en français. Elle met en scène les dernières heures de la reine Cléopâtre.

Alexandrie, après la mort de Marc-Antoine défait par Octavien (le futur empereur Auguste). L’Ombre d’Antoine vient rendre visite à Cléopâtre pour la pousser au suicide afin d’empêcher qu’elle ne soit faite prisonnière à Rome et pour que les deux amants soient réunis dans la mort.

Par la Compagnie Oghma, fondée en 2006 par Charles Di Meglio.
Avec Julia de Gasquet, Ulysse Robin, Manuel Weber, Christine Narovitch, Florence Beillacou, Elsa Dupuy, Romaric Olarte, Charles Di Meglio

Marie-Françoise Bloch : création musicale et lirone
Olivier Halévy : assistant à la dramaturgie
Timothée Mouton : assistant de production
Lauren Allen : stage management
Ivan Kamenarovic : assistant à la mise en scène
Charles Di Meglio : costumes et mise en scène

Durée : 1h30

Création par la Compagnie Oghma co-produite avec la BnF et le Musée national de la Renaissance à Ecouen et avec le soutien du Conseil départemental de la Dordogne et de la ville d’Auriac-du-Périgord.
Spectacle proposé en clôture de la journée d’étude, Vie théâtrale et vie artistique dans la France de la Renaissance (1480-1610).

Comité d’organisation

Muriel Barbier, conservateur du patrimoine, musée national de la Renaissance-château d’Écouen ; Olivier Halévy, maître de conférences, Université Paris 3 – Sorbonne nouvelle ; Guy-Michel Leproux, directeur d’études, École Pratique des Hautes Études.

Comité scientifique

Le comité d’organisation ainsi que Thierry Crépin-Leblond, directeur du musée national de la Renaissance-château d’Écouen et Darwin Smith, directeur de recherche, CNRS (Lamop).

Informations pratiques

  • Quand ? 22 novembre 2018, 14h-17h30
  • Comment ? Entrée libre

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Exposition « Médias imaginaires. Les archives vivantes »

L’exposition Médias imaginaires. Les archives vivantes conçue comme le prolongement naturel du séminaire de recherche, propose de mettre à la disposition du public des outils visuels et livresques, ainsi que des écrans permettant d’accéder à une base de données. Cette manifestation se conçoit elle-même comme un dispositif d’exposition. Ouverte au plus grand nombre, elle entend se présenter comme une interface invitant le public à utiliser les outils de recherche présents sur les lieux. La salle Longhi devient ainsi un lieu d’actualité permanente, un espace de circulation en contact avec l’extérieur, par des écrans et des projections. Pour ce faire, elle mobilisera surtout les fonds numériques de la Bibliothèque nationale de France, du Musée des arts et métiers (CNAM) ainsi que des collections privées.

À propos d’INHALab

Dans cette volonté politique de privilégier et soutenir la jeune recherche, l’INHA invite chaque année deux collectifs successifs de chercheurs à proposer un projet scientifique créatif dans un domaine se rapportant à l’histoire de l’art. L’association Imago est le deuxième collectif de jeune chercheurs à être accueilli en 2018 dans le cadre d’INHALab. Ils travailleront du 15 septembre 2018 au 15 janvier 2019 sur le projet Médias imaginaires.

Informations pratiques

1er octobre 2018 – 15 janvier 2019

Galerie Colbert, salle Roberto Longhi
Institut national d’histoire de l’art
2, rue Vivienne ou 6 rue des Petits Champs
75002 Paris

Entrée libre

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Exposition : Gravure en clair-obscur Cranach, Raphaël, Rubens…

Portrait de Johann Paumgartner, par Hans Burgkmair.  British Museum, AN1613316170.  CC BY-NC-SA 4.0

Argument

Résultat du programme de recherche CLARO financé par la Fondation des sciences du patrimoine, l’exposition porte sur la gravure en clair-obscur qui fut pratiquée dans toute l’Europe des années 1510 à 1650.

Fruit de recherches techniques et artistiques visant à traduire à l’impression une gamme limitée de couleurs, elle connut une large diffusion et suscita un intérêt évident chez des peintres et des dessinateurs comme Hans Baldung Grien, Parmigianino, Domenico Beccafumi ou Pierre Paul Rubens, qui y virent un champ d’expérimentation stimulant, leur  permettant d’explorer la monochromie et les rapports entre ombre et lumière.

C’est cette longue histoire que l’exposition entend retracer, en présentant les gravures les plus représentatives de cette production à partir du fonds de la collection Edmond de Rothschild du musée du Louvre, du département des Estampes de la Bibliothèque nationale de France et de la Fondation Custodia.

Le  commissariat de l’exposition est assuré par Séverine Lepape, conservateur à la collection Edmond de Rothschild, Département des Arts Graphiques, Musée du Louvre, après avoir été chef de service de l’estampe ancienne et de la Réserve du département des Estampes et de la Photographie de la BnF de 2010 à 2014.

Présentation

Réunissant de manière inédite près de 120 estampes conservées dans les collections parisiennes les plus importantes (collection Edmond de Rothschild, musée du Louvre ; Bibliothèque nationale de France ; Fondation Custodia et les Beaux-Arts de Paris), ainsi que des prêts emblématiques de musées français (musée des Beaux-Arts de Besançon) et étrangers (British Museum, Ashmolean Museum et Rijksmuseum), l’exposition retrace à la fois une technique et une esthétique particulière de l’estampe : la gravure en clair-obscur, dite aussi en couleurs.
Elle en propose un panorama chronologique et géographique à travers les chefs-d’oeuvre gravés par ou d’après les plus grands maîtres de la Renaissance et du maniérisme européen, tels que Cranach, Raphaël, Pierre Paul Rubens, Parmigianino, Domenico Beccafumi ou Hans Baldung Grien.

L’estampe gravée sur bois en couleurs, appelée chiaroscuro en Italie, fut pour la première fois expérimentée au cours des années 1508-1510 en Allemagne avant de se diffuser dans toute l’Europe, où elle fut pratiquée avec de plus en plus de sophistication jusque dans les années 1650.
Fruit de recherches techniques et artistiques visant à traduire à l’impression de riches nuances de teintes, la gravure en clair-obscur fascina les artistes qui y explorèrent une question chère à Léonard de Vinci et à Giorgio Vasari : l’art des ombres et des lumières.
La recherche de cette esthétique si particulière fait de la gravure en clair-obscur un objet au carrefour des autres pratiques artistiques : imitant le dessin sur papier teinté ou au lavis, le sgraffito de la peinture murale ou la mosaïque de pierre, elle est néanmoins un objet autonome, où la monochromie constitue une autre voie pour représenter le monde.
Outre ce dialogue que la gravure en clair-obscur entretient avec les autres arts, l’exposition aborde également les questions de sa production et de sa réception. L’estampe est souvent le résultat d’une
collaboration de l’inventeur de la composition, souvent peintre et dessinateur, avec un graveur et/ou un imprimeur, qui maîtrise la science des encres de couleurs, la taille des matrices, leur superposition
et le rendu final. Le caractère précieux de ces gravures retint l’attention des amateurs qui se mirent à les collectionner dès le XVIe siècle.

L’exposition s’appuie sur un projet de recherche scientifique, financé par la
Fondation des sciences du patrimoine (LabEx Patrima), portant sur l’analyse des pigments et colorants d’une quarantaine de gravures en clair-obscur et faisant collaborer la BnF et le Centre de recherche et restauration des musées de France (C2RMF).

Cette exposition est réalisée avec le concours exceptionnel de la Bibliothèque nationale de France.
Le catalogue est publié avec le soutien de la Fondation des sciences du patrimoine (LabEx Patrima).

Téléchargements

Communiqué de presse
Visuels

Informations pratiques

  • Où ? Musée du Louvre, Rotonde Sully nord et sud
  • Quand ? Du 18 octobre 2018 au 14 janvier 2019
  • Comment ? Ouvert tous les jours, sauf le mardi, de 9 h à 18 h. Nocturnes les mercredi et vendredi jusqu’à 21h45.
  • Renseignements : 01 40 20 53 17
L’Empereur Maximilien à cheval (1507-1508) par Hans Burgkmair. Oxford

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Séminaire « Richelieu. Histoire du quartier : état des lieux ». L’évolution urbaine du quartier Richelieu

Ce projet est proposé conjointement par l’Institut national d’histoire de l’art, le Centre allemand d’histoire de l’art, la Bibliothèque nationale de France, l’École nationale des chartes, les Universités Paris 1 Panthéon-Sorbonne et Sorbonne Université et porte sur l’histoire du « quartier » qu’ils occupent, celui du quadrilatère Richelieu étendu, entre Louvre, Opéra et Place des Victoires.

La synergie vivante de ces institutions, dont les ressources documentaires et les services aux publics sont immenses et complémentaires, conforte Richelieu comme véritable acteur de la recherche, proposant un ensemble de compétences et de ressources sans équivalent au monde.

Le but de ce projet collectif est moins de définir le périmètre exact du « quartier » que de dessiner les contours d’une géographie culturelle qui concentre au cœur de Paris les lieux du savoir et des arts. En se penchant sur l’histoire de ces espaces dans lesquels les partenaires du projet ont pris leur quartier, il s’agira de contribuer à une histoire des capitales culturelles, tout en réfléchissant à la meilleure manière de rendre visible et accessible cette histoire. Dans un premier temps du projet, les partenaires proposent une série de rencontres sous forme de séminaire pour poser les jalons d’une réflexion commune sur l’histoire architecturale et culturelle du quartier Richelieu, sur les sources disponibles (en particulier à partir des fonds de l’Institut national d’histoire de l’art et de la Bibliothèque nationale de France – sans évidemment oublier les archives qui seront repérées à cette occasion) et leur exploitation.

En partenariat avec la Bibliothèque nationale de Francel’École nationale des chartesle Centre allemand d’histoire de l’artSorbonne Université et l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Comité scientifique

  • Alexandre Gady (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
  • Thomas Kirchner (Centre allemand d’histoire de l’art)
  • France Nerlich (INHA)
  • Gennaro Toscano (BnF)

Programme

  • 12 octobre 2018
    Isabella di Lenardo (INHA) : L’évolution urbaine du quartier Richelieu
  • 16 novembre 2018
    Olivier Poncet (École nationale des chartes) : Du document à l’histoire autour du quartier Richelieu
  • 14 décembre 2018
    Sophie Derrot (INHA), Jérôme Bessière (INHA) : Histoire du quartier Richelieu : les sources documentaires du département de la Bibliothèque 
    et de la Documentation de l’INHA

Informations pratiques

  • Quand ? 10H30-12H30
  • Où ? Galerie Colbert, salle Walter Benjamin,
    Institut national d’histoire de l’art, 
    2, rue Vivienne ou 6 rue des Petits Champs 75002 Paris
  • Comment ? Entrée libre

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Exposition : Les Nadar, une légende photographique

La Bibliothèque nationale de France propose la première grande exposition consacrée aux trois Nadar. Félix Nadar (1820-1910), son frère Adrien Tournachon (1825-1903) et son fils Paul Nadar (1856-1939) furent tout à la fois photographes, peintres, dessinateurs et inventeurs…
Quelque 300 pièces témoignent des spécificités de chacun des trois photographes, de leurs collaborations comme de leurs rivalités, dans un parcours qui embrasse l’histoire de l’atelier des Nadar pendant près d’un siècle. À travers des épreuves photographiques originales, des dessins, des estampes, des peintures et des objets, l’exposition invite à la découverte inédite de l’héritage de l’un des ateliers les plus importants et les plus durables des débuts de la photographie.

Le propos de l’exposition s’appuie sur des pièces issues des très riches collections de la BnF, que viennent compléter des prêts prestigieux du Metropolitan Museum of Art de New York, du John Paul Getty Museum de Los Angeles, du musée d’Orsay, du musée de l’Air du Bourget, de l’École des Beaux-Arts de Paris et de la Société française de photographie.Trois parties illustrent les caractéristiques de l’entreprise des Nadar, des années 1850 à la fin des années 1930.

Les Nadar par les Nadar

La première partie, « Les Nadar par les Nadar », fait la lumière sur l’histoire familiale en présentant une sélection des très nombreux portraits et autoportraits des trois photographes et de leur cercle
privé. Elle témoigne de leur implication personnelle dans l’atelier, leurs relations complexes et la manière dont ils utilisèrent leurs propres personnes pour promouvoir leurs ateliers et leur production.
Souvent mis en scène, travestis, scénarisés, ces portraits construisent une légende familiale qui va des prises de vues en studio dans les années 1850 jusqu’aux instantanés Kodak de Paul Nadar, et illustrent en filigrane l’histoire de la représentation photographique elle-même.

Art et industrie du portrait

La deuxième partie, « Art et industrie du portrait », est consacrée à l’héritage des Nadar dans ce domaine et inclura une sélection de portraits emblématiques des personnages les plus connus et les plus influents de leur époque. Elle met en évidence leurs approches différentes ainsi que l’évolution des techniques photographiques et du goût au cours d’un siècle. Elle comprend des chefs-d’œuvre du portrait photographique par Félix Nadar et Adrien Tournachon. Les relations d’amitié que Félix Nadar a pu entretenir avec Gustave Doré ou Baudelaire ont permis de produire des portraits très intimes. Les nombreux ateliers des Nadar à Paris, et même à Marseille, seront évoqués à travers des photographies permettant de voir les lieux et les coulisses des dispositifs de prises de vue.

Art et science

Enfin, la dernière partie de l’exposition, « Art et science », établit le lien des Nadar avec l’actualité de leur temps et la manière dont leur œuvre photographique s’est très souvent associée à des  découvertes scientifiques et techniques. Témoignent de cette implication les reportages photographiques d’Adrien Tournachon sur les races de bovins et de chevaux, ou sa collaboration avec le docteur Duchenne de Boulogne pour saisir le mécanisme de la physionomie humaine. Quant à Félix Nadar, il s’est fait connaître durablement pour son utilisation pionnière de la photographie à la lumière artificielle : portraits nocturnes en studio, reportages dans les égouts et les catacombes de la capitale, photographies sous la mer dans des caissons étanches dans le port de Marseille. Il est également connu pour les premières photographies aériennes qui résultèrent de sa célèbre passion pour la navigation aérienne. Une projection sous forme de diaporama évoque par ailleurs le voyage au Turkestan de Paul Nadar en 1890, et la projection publique qu’il organisa lui-même à son retour.

Premier résultat de photographie aérostatique // Applications : Cadastre, Stratégie, etc // Cliché obtenu à l’altitude de 520 m par Nadar 1858″ : [photographie] / Nadar ; [agrandissement par Paul Nadar], https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10539821c

Informations pratiques

Commissariat

  • Sylvie Aubenas, directrice du département des Estampes et de la photographie, BnF
  • Anne Lacoste, directrice de l’Institut pour la photographie des Hauts-de-France

Où et quand ?

Du 16 octobre 2018 au 3 février 2019
Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand, Galerie 2
Quai François Mauriac, Paris XIIIe
Du mardi au samedi 10h à 19h
Dimanche 13h à 19h
Fermeture les lundis et jours fériés

Publication

Catalogue de l’exposition
23×30 cm, 352 pages, 250 illustrations environ
Éditions de la BnF

Dossier de presse

Gallica

Collections numérisées de Nadar : https://gallica.bnf.fr/conseils/content/nadar

Avec le soutien de

Logo Champagne Louis Roederer

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Osez Haydn !

Dans le cadre de sa résidence à l’Institut d’études avancées de Paris, le violoniste Julien Chauvin initie un premier festival « Haydn ».

Présentation

Au cours de ces deux journées d’expositions, tables rondes et concerts, il s’agira de réfléchir à la place de la musique du compositeur dans les programmes et les salles de concerts, de savoir pourquoi ses opéras restent si rares sur les scènes lyriques, pour quelles raisons ses œuvres sont souvent des premières parties de programmes associées à une autre pièce plus populaire…

Programmateurs, musicologues, historiens, musiciens de différents horizons seront invités pour des rencontres qui seront ponctuées de moments musicaux avec des artistes tels que Christophe Coin, Alain Planès, Kristian Bezuidenhout, le Quatuor Mosaïques, le Quatuor Cambini-Paris…

Les œuvres interprétées feront partie des partitions conservées par la Bibliothèque nationale de France, qui exposera exceptionnellement, et pour l’occasion, plusieurs manuscrits originaux.

Les thématiques abordées seront :

  • Les quatuor à cordes : mise en bouche ou plat résistance ?
  • Autour des manuscrits de la BnF et des éditions des Symphonies Parisiennes
  • Opéras de Haydn vs opéras de Mozart
  • Haydn dans les salles de concert
  • Symphonies : 107 chefs d’œuvre à redécouvrir
  • Haydn et les claviers

Programme

Vendredi 12 octobre

Exposition de manuscrits autographes de la BnF de 10h à 18h

  • 10h30-12h30 Les quatuors à cordes : mise en bouche ou plat de résistance ?
    Modérateur : Clément Rochefort (journaliste à France Musique)
    Intervenants : Pierre Korzilius (directeur de ProQuartet), Patrick Foll (directeur du Théâtre de Caen) et Antoine Manceau (manager général de La Belle Saison)
    Avec la participation du Quatuor Cambini-Paris
  • 14h-16h Autour des manuscrits de la Bnf et des éditions des Symphonies Parisiennes
    Modérateur : Julien Chauvin (Le Concert de la Loge, Quatuor Cambini-Paris)
    Intervenant(e)s : Mathias Auclair (directeur du département Musique à la BnF), Walter Reicher (intendant du Haydn Festspiele d’Eisenstadt) et Julien Dubruque (musicologue, responsable éditorial au CMBV)
  • 16h-18h Opéras de Haydn vs opéras de Mozart
    Modérateur : Ivan Alexandre
    Intervenant(e)s : Andreas Spering (chef d’orchestre et directeur du Brühler Schlosskonzerte), Marc Vignal (musicologue) et Mariame Clément (metteure en scène)
  • 20h Concert du Quatuor Mosaïques

Samedi 13 octobre

Exposition de manuscrits autographes de la BnF de 10h à 18h

  • 10h30-12h30 Haydn dans les salles de concert
    Modératrice : Gaëlle Le Dantec (journaliste à Concertclassic.com)
    Intervenants : Jeanine Roze (sous réserve) (productrice de concerts) et Laurent Muraro (programmation musicale de l’Auditorium du Louvre)
  • 14h-16h Symphonies : 107 chefs-d’oeuvre à redécouvrir
    Modérateur : Alain Cochard (rédacteur en chef de Concertclassic.com)
    Intervenants : Andreas Spering (chef d’orchestre et directeur du Brühler Schlosskonzerte), Márton Rácz (chef d’orchestre et directeur musical du Centre de culture, recherche et festival du château Eszterháza) et Jean-Alexandre Perras (historien de la littérature française du XVIIIe siècle, résident 2018-2019 de l’IEA de Paris)
  • 16h-18h Haydn et les claviers
    Modérateur : Gaëtan Naulleau (Chef de rubrique disques de Diapason et musicologue)
    Intervenants : Kristian Bezuidenhout (clavecin), Alain Planès (pianoforte) et Jérôme Hantaï (pianofortiste et gambiste)
  • 20h Concert de Kristian Bezuidenhout et Alain Planès

Informations pratiques

Date : 12 octobre 2018,  10h30 – 13 octobre 2018 22h00
Lieu : Institut d’études avancées de Paris Hôtel de Lauzun 17 quai d’Anjou 75004 Paris
Émail du responsable : information@paris-iea.fr
Réservations : https://www.paris-iea.fr/fr/evenements/osez-haydn

Image de Une : Franz Joseph Haydn par Johann Ernst Mansfeld, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b84208590

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Après-midi d’étude : La Bibliothèque nationale en temps de guerre (1870-1945)

Dans le cadre de la fin des commémorations de la guerre 1914-1918, le Comité d’histoire de la BnF organise une après-midi d’étude consacrée à l’histoire de l’institution en période de conflit.

Dispositions presentées au gouvernement, depuis l’an 6, pour garantir la Bibliothèque nationale contre les dangers du feu en cas d’une incendie au Theâtre des Arts : [estampe] / proposé par Bélanger… ; gravé par Berthault, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b69509270

Programme

  • 14h-14h15 : Ouverture par Laurence Engel, Présidente de la BnF.
  • 14h15-15h : « La guerre franco-prussienne et la Commune de Paris à la Bibliothèque nationale » par Marie Galvez, conservateur à la BnF.
  • 15h-15h30 : « Les lecteurs de la Bibliothèque nationale pendant la Grande Guerre » par Jacqueline Sanson, archiviste paléographe, ancienne directrice générale de la BnF.
  • 15h30-16h : Questions et pause
  • 16h-16h30 : « La Bibliothèque nationale, septembre 1939-août 1940 » par Anne Leblay-Kinoshita, conservatrice du patrimoine, responsable de la mission pour la gestion de la production documentaire et des archives de la BnF.
  • 16h30-17h : « L’instrumentalisation de la Bibliothèque nationale sous l’Occupation » par Martine Poulain, conservatrice générale honoraire des bibliothèques, chercheuse au Centre Gabriel Naudé (enssib).
  • 17h-17h30 : « L’enrichissement des collections pendant la Seconde Guerre Mondiale : piste et enjeux pour une histoire de l’institution » par Ève Netchine, conservatrice en chef, directrice du département des Cartes et Plans à la BnF.
  • 17h30-18h : « Le département de la Musique de la Bibliothèque nationale sous l’Occupation » par Mathias Auclair, conservateur en chef, directeur du département de la Musique à la BnF.
  • 18h-18h30 : Pause et questions
  • 18h30-19h : Présentation d’une sélection de documents d’archives en lien avec la thématique de l’après-midi
  • 19h : Cocktail et clôture de la demi-journée

Informations pratiques

Mardi 16 octobre 2018 – 14h00-19h00

Bibliothèque nationale de France, site de l’Arsenal
1, rue de Sully – Paris 4e

Entrée libre sur réservation obligatoire au 01 53 79 49 49 ou visites@bnf.fr

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Colloque : Paul Claudel, résolument contemporain (19/09/2018)

L’année 2018 marque les 150 ans de la naissance de Paul Claudel (1868-1955), auteur du Soulier de satin, de Tête d’or ou encore du Partage de midi. Un colloque international est organisé en mémoire de celui qui fut tout à la fois dramaturge, poète, essayiste et diplomate, sous le haut patronage de l’Académie française, avec le soutien de la Société Paul Claudel, Sorbonne Université, Faculté des lettres, UMR CELLF 16-21, en collaboration avec la BnF, l’INA, l’Université de Chicago à Paris, la Comédie-Française et  le labex OBVIL.

Programme

Mercredi 19 septembre : Claudel et le temps contemporain

  • 9h : Accueil, présentation par Didier Alexandre
  • 9h15 : Allocution liminaire de Madame Laurence Engel , présidente de la BnF
  • 9h30 : Habiter poétiquement le monde – Claudel
    Jean-Luc Marion, de l’Académie française, Professeur émérite de Sorbonne Université, Professeur à l’Université de Chicago
  • 10h : « Ce lien entre lui et moi » (Le Soulier de satin, I, V)
    Thomas Pavel, Professeur, Université de Chicago
  • 10h30 : Discussion
  • 11h15 : Inactualité de Paul Claudel
    Dominique Millet-Gérard, Professeur, Sorbonne Université
  • 11h45 : Claudel contemporain ? Le poète, les lumières du siècle et la part de l’ombre
    Paul Claudel, son et image
    Pascal Dethurens, Professeur, Université de Strasbourg
  • 14h : Paul Claudel dans les collections de l’INA
    Voisinages poétiques
    Géraldine Poels, INA, Responsable de la valorisation scientifique
  • 14h45 : Claudel et Valéry : une amitié bien incertaine
    Michel Jarrety, Professeur, Sorbonne Université
  • 15h15 : Claudel et Segalen : deux poètes français face au taoïsme
    Huang Bei, Professeur, Université Fudan, Shanghai
  • 15h45 : Jacques Réda et Paul Claudel, des poètes contemporains ?
    Didier Alexandre, Professeur, Sorbonne Université
  • 16h15 : Discussion
  • 17H : Claudel et le lyrisme
    Michel Murat, Professeur, Sorbonne Université  : table ronde avec Olivier BarbarantMichel Deguy, Jean-Marie GleizeGuy GoffetteLaurent FourcautJean-Pierre Lemaire

20 septembre 2018

Président de séance : Pascal Dethurens
Diplomatie, poésie, vision du monde

  • 9h15 : Accueil par le directeur de l’Université de Chicago
  • 9h30 : Claudel et la mondialisation
    Pierre Brunel, professeur, Institut des sciences morales et politiques
  • 10h : Paul Claudel et la Chine contemporaine
    Yvan Daniel, professeur, Université de La Rochelle
  • 10h30 : Discussion et pause
  • 11h : Claudel dans / pour l’avenir : diplomatie, économie, écocritique
    Eric Touya, professeur, Université de Clemson
  • 11h30 : Le Japon : une ambassade mythique et fondatrice
    Michel Wasserman, professeur, Université Ritsumeikan, Kyoto
  • 12h : Diplomatie, poésie, mondialisation, 1895-1907
    Claude-Pierre Pérez, professeur, Université de Provence
  • 12h30 : Discussion et pause

Président de séance : Claude-Pierre Pérez
Claudel, faces à faces (1)

  • 14h : Claudel et le XVIIIe siècle, quelques remarques
    Christophe Martin, professeur, Sorbonne Université
  • 14h30 : Condamnation et détournements de l’ironie contemporaine chez Paul Claudel exégète
    François Bompaire, professeur CPGE, Arras
  • 15h : Discussion et pause

Claudel, faces à faces (2)

  • 15h45 : Paul Claudel lecteur de la presse
    Catherine Mayaux, professeure, Université de Cergy-Pontoise
  • 16h15 : La réception de l’œuvre de Claudel par Gabriel Marcel : deux catholicismes face à face
    Anne Verdure-Mary, conservatrice, bibliothèque de Besançon
  • 16h45 : Claudel devant ses contemporains japonais
    Ayako Nishino, maître de conférences, Université de Keiō, Tokyo
  • 17h30 : Discussion
  • 19h : Buffet au Club des enseignants de Sorbonne Université
  • 20h : Lectures d’extraits d’œuvres de Paul Claudel (salle des actes en Sorbonne) par Les Livreurs de Sorbonne Université
    Réservation : http://www.culture-sorbonne.fr/agendaculturel/evenements/eternel-claudel/

21 septembre 2018

Présidente de séance : Yvan Daniel
Claudel et la technique

  • 9h15 : Accueil par le doyen de la Faculté des Lettres de Sorbonne Université
  • 9h30 : Claudel à partir du numérique ?
    Glenn Roe, professeur, Sorbonne Université
  • 10h : Claudel et la technique
    Lionel Cuillé, professeur, Université Webster, Saint-Louis
  • 10h30 : Discussion et pause
  • 11h : Table ronde : Jouer Claudel aujourd’hui, avec Florence Naugrette, professeure, Sorbonne Université, Éric Ruf, Comédie-Française, Yves Beaunesne, Comédie Poitou-Charentes, Daniel Mesguich,Cours Mesguich, Christian Schiaretti, TNP de Villeurbanne
  • 12h30 : Pause et déjeuner

Présidente de séance : Florence Naugrette
Claudel et l’écriture dramatique contemporaine

  • 14h : Des écritures dramatiques contemporaines dans l’héritage
    du verset claudélien ?

    Pascal Lécroart, professeur, Université de Bourgogne Franche-Comté
  • 14h30 : Claudel et Brecht : deux parcours dramaturgiques en miroir
    Sever Martinot-Lagarde, professeur CPGE, Toulouse
  • 15h : Entretien avec Pascal Lécroart : la création du Soulier de satin à l’Opéra Bastille
    Raphaèle Fleury
  • 15h30 : Discussion et pause

Claudel et la scène contemporaine

  • 16h : Claudel et la danse
    Delphine Vernozy, Sorbonne Université
  • 16h30 : Paul Claudel et Antoine Vitez
    Adélaïde Jacquemard-Truc, Université Paris-Est Marne-la-Vallée
  • 17h : Entretien avec Didier Alexandre : la mise en scène du Soulier de satin au Japon
    Moriaki Watanabe, professeur, traducteur, metteur en scène, Université de Tokyo
  • 17h30 : Discussion et pause
  • 17h45 : Conclusions et cocktail

Informations pratiques

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Colloque : Naissance de l’ethnologie française. Valoriser les archives des ethnologues. Usages contemporains des collections (4-6/10/2018)

En coopération avec le LabEx Les passés dans le présent, le Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative, le musée du quai Branly et la Bibliothèque nationale de France organisent un colloque sur la Naissance de l’ethnologie française. Valoriser les archives des ethnologues. Usages contemporains des collections. Il s’inscrit dans le cadre du programme de recherche À la naissance de l’ethnologie française qui a notamment permis la publication du site À la naissance de l’ethnologie française. Les missions ethnographiques en Afrique subsaharienne (1928-1939).

Mission Sahara-Soudan (1935). Photo mission H. Gordon et informateur. © Bibliothèque Eric de Dampierre.

Argument

La numérisation croissante des archives et des photographies ethnographiques anciennes ou contemporaines rend possible leur diffusion en ligne. Dès lors, outre la question de la gestion de la masse de données et de leur pérennité, se pose celle des formes à donner à cette valorisation numérique des archives et collections, de sa réception et des usages qui peuvent en être faits.

Le colloque a pour objectif de débattre de cette valorisation. En effet, les technologies sans cesse en progrès de l’outil numérique, qui permettent de montrer les contenus des collections différemment de l’édition imprimée et de l’exposition, et qui s’affranchissent de la base de données hiérarchique, sont susceptibles de modifier le discours scientifique produit sur elles. Archives et collections en ligne sont aussi appropriées par divers publics, notamment les artistes, y compris dans les pays à partir desquels elles ont été constituées. D’autres discours peuvent alors les enrichir et leur donner une nouvelle forme d’existence.

Programme

Jeudi 4 octobre matin : Retours d’expérience de valorisation de collections ethnographiques

  • 10h00 Ouverture du colloque par Mme Laurence Engel, présidente de la Bibliothèque nationale de France
  • Mot d’introduction par Ghislaine Glasson-Deschaumes, Labex Les passés dans le présent, et Sophie Blanchy, CNRS, Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative.
  • Session 1. Valorisation des collections ethnographiques par l’édition et les expositions.
    Modératrice : Caroline Tourette
  • 10h20-10h45 Eric Jolly, CNRS, Institut des mondes africains,
    Les usages éditoriaux des fiches et des photographies de terrain : l’exemple des missions Griaule.
    Cet exposé s’attachera à analyser l’évolution des usages éditoriaux des fiches et des photographies des missions Griaule des années 1930 et 1940 en prenant en compte aussi bien les publications scientifiques, littéraires et grand public des membres de ces missions que les ouvrages plus récents consacrés à ces expéditions ethnographiques.
  • 10h45-10h 55 Discussion, questions
  • 11h00-11h25 Marianne Lemaire, CNRS, Institut des mondes africains,
    Usages et édition d’archives d’ethnologues. L’exemple de la correspondance de Denise Paulme et d’un journal de mission de Michel Leiris.
    Cet exposé retracera deux expériences d’édition d’archives d’ethnologues et tentera de mettre en évidence les apports, les enjeux et les contraintes propres à chacune d’elles, notamment selon la nature de l’archive éditée : une correspondance ou un journal de mission.
  • 11h25-11h35 Discussion, questions
  • Pause 11h35-11h50
  • 11h50-12h15 Anaïs Mauuarin, Association de recherche sur l’image photographique, et Christine Barthe, Responsable de l’Unité Patrimoniale des collections photographiques au musée du quai Branly, avec Carine Peltier, responsable de l’iconothèque du musée du quai Branly,
    Exposer les photographies, du Trocadéro au quai Branly.
    La communication portera sur quelques moments clefs de l’histoire des photographies : de la façon dont l’ethnologie a montré ses images dans le contexte du Musée d’Ethnographie du Trocadéro dans les années 30, à quelques expositions spécifiques au Musée de l’Homme dans les années 90, avant le transfert des collections au musée du quai branly. Seront évoqués différents cas de figure montrant diverses facettes d’un statut des collections en évolution.
  • 12h15-12h25 Discussion, questions
  • 12h25-12h50 Alain Carou, conservateur au département de l’audiovisuel, Bibliothèque nationale de France, Andrea Paganini, Fondation Jean Rouch, et Béatrice de Pastre, directrice des collections du Centre National du Cinéma, commissaires de l’exposition
    Retour sur l’exposition « Jean Rouch, l’Homme-Cinéma » (26 septembre au 26 novembre 2017).
    Les trois commissaires de l’exposition reviendront sur la mise en œuvre de l’exposition « Jean Rouch, l’Homme-Cinéma », présentée à la Bibliothèque nationale de France du 26 septembre au 26 novembre 2017 à l’occasion du Centenaire de la naissance de Jean Rouch.
  • 12h50-13h00 Discussion, questions
  • Pause déjeuner 13h00-14h00

Jeudi 4 octobre après midi, 14h00-17h00

  • Session 2. Retour critique sur la fabrication de sites web de valorisation d’archives ou de collections
    Modératrice : Ghislaine Glasson-Deschaumes
  • 14h00-15h10 Table ronde : Sophie Blanchy, Marie Dominique Mouton, Frédéric Dubois, CNRS, Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative, Laure Carbonnel (labex Les passés dans le présent), Aurélie Méric (doctorante à l’EHESS)
    Retour sur la réalisation du site « A la naissance de l’ethnologie française. Les missions ethnographiques en Afrique subsaharienne (1928-1939) ».
    L’équipe du projet retracera les questions théoriques et méthodologiques qui se sont posées lors de la réalisation du site (au sein du Labex Les passés dans le présent), en partenariat avec le musée du quai Branly-Jacques Chirac et la Bibliothèque nationale de France, depuis ses objectifs jusqu’à ses choix techniques et scientifiques.
  • 15h10-15h25 Discussion, questions
  • 15h25-15h50 Caroline Tourette, Conservateur au département Philosophie, Histoire et Sciences de l’Homme, Bibliothèque nationale de France
    La valorisation des collections de la BnF avec Gallica : la constitution du corpus Ethnologie française.
    Les corpus Gallica sont des sélections organisées et éditorialisées de documents numérisés de la bibliothèque numérique de la Bibliothèque nationale de France. Le partenariat avec le Labex Les passés dans le présent a été l’occasion de créer un corpus Gallica destiné au grand public et complémentaire du site A la naissance de l’ethnologie française.
  • 15h50-16h00 Discussion, questions
  • 16h00-16h20 Pause
  • 16h20-16h45 Pascal Cordereix, BnF, département de l’Audiovisuel, Bibliothèque nationale de France et Aude da Cruz Lima, CNRS, Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative-Centre de recherches en ethnomusicologie,
    “Les sources de l’ethnomusicologie” : retour d’expérience d’un projet de valorisation numérique à l’ère du web de données.
    Le projet Les Sources de l’ethnomusicologie (Labex Les passés dans le présent) porte sur la numérisation, la documentation et la valorisation des archives sonores et audiovisuelles ethnomusicologiques conservées dans les institutions partenaires : la BnF, le Centre de Recherche en Ethnomusicologie (LESC, CNRS UPN) et le musée du quai Branly – Jacques Chirac. L’enjeu de ce projet est de faciliter, grâce à des technologies numériques novatrices, l’accès à ces fonds patrimoniaux complémentaires et dispersés.
  • 16h45-16h55 Discussion, questions

Vendredi 5 octobre à la maison Max Weber, Université Paris-Nanterre. Réception et usages des valorisations d’archives ou de collections ethnographiques

  • 10h00-13h00 Session 3. Relations entre fonds ou collections et pratiques contemporaines
    Modérateur : Eric Jolly
  • 10h00-10h25 Jean-Jacques Castéret, directeur de l’Ethnopôle InOc Aquitaine, chercheur associé au Laboratoire ITEM de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour
  • Médiations numériques en domaine occitan : Entre archive et pratiques vivantes
    Dès le milieu des années 2000, l’Institut Occitan (InOc) Aquitaine, opérateur de la région Nouvelle-Aquitaine pour la valorisation de la langue et de la culture occitane, labellisé Ethnopôle [Pôle national de recherches et de ressources en ethnologie] par le ministère de la Culture (DPRPS-DGPat), a abordé la transmission du patrimoine culturel immatériel par le biais de productions éditoriales en ligne, notamment le site Sondaqui.com, constituant peu à peu un environnement numérique œuvrant à la croisée de la recherche et de l’action culturelle, entre archive et pratiques vivantes ; inventaire et éducation artistique et culturelle ; appropriation des ressources par les artistes et acteurs de terrain.
  • 10h25-10h 35 Discussion, questions
  • 10h40-11h05 Judith Hannoun, Maison Asie-Pacifique / CREDO (CNRS/Aix-Marseille Université)
    Les chercheurs et leurs archives : l’exemple d’ODSAS, plateforme d’archivage, de manipulation et d’annotation des ressources numériques en sciences humaines et sociales
    Depuis plus de 10 ans, la plateforme ODSAS, https://www.odsas.net, propose aux chercheurs en sciences sociales, une autre approche dans l’appropriation de leurs données de terrains. Cette intervention propose de faire le point sur les différentes pratiques et usages des chercheurs quant à la réutilisation, l’exploitation et la valorisation de leurs archives numériques.
  • 11h05-11h15 Discussion, questions
  • 11h15-11h35 Pause
  • 11h35-12h00 Valérie Perlès, directrice du musée Albert Kahn.
    Créer les conditions de la rencontre entre les différents publics et les Archives de la planète
    Dans un contexte de rénovation et de réécriture de son projet, le musée Albert Kahn, détenteur des Archives de la planète constituées entre 1909 et 1931 par le banquier, philanthrope et pacifiste Albert Kahn (plus d’une centaine d’heures de films et près de 72 000 autochromes), s’engage dans une démarche historiographique visant à interroger la perception du monde par le photographe/cameraman, la matérialité du fonds, et entreprend un travail autour de l’histoire de ses usages et de sa réception dans différents contextes d’utilisation. Différentes modalités de diffusion et de valorisation des collections sont envisagées. Nous proposons de présenter ici deux projets emblématiques : l’open data qui permet, librement, de mettre l’ensemble des collections dématérialisées à la disposition du plus grand nombre ; le parcours permanent qui donne des clés de compréhension de ces mêmes collections à travers une « vraie » expérience de visite.
  • 12h00-12h10 Discussion, questions
  • 12h15-12h40 David Zeitlyn, Professor of Social Anthropology, University of Oxford,
    Archiving ethnography? The impossible and the necessity. Damned if we do, damned if we don’t.
    Contradictory injunctions, conflicting legal, moral and ethical codes should not be much of a surprise to ethnographers (nor archivists) but surprised we often are. I consider some extreme cases and extreme reactions to them. However, for most ethnography there are mundane, working solutions also achievable without having to burn everything. (For example long embargos can solve many problems but these raise data migration issues).
  • 12h40-12h50 Discussion, questions
  • Pause déjeuner 13h00-14h00
  • Session 4. Réception et usages par les populations et les artistes Modérateur : Julien Bondaz
  • 14h00-14h25 Jessica de Largy Healy, Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative
    Archives numériques aborigènes et création: exemples récents de la Terre d’Arnhem
    Depuis une quinzaine d’années, des centres d’archives aborigènes ont vu le jour dans plusieurs communautés isolées du nord de l’Australie. Bénéficiant d’une politique institutionnelle propice à la restitution numérique des collections, ce tournant archivistique aborigène génère une formidable créativité et des pratiques artistiques nouvelles dont il s’agira ici de présenter quelques exemples.
  • 14h25-14h35 Discussion, questions
  • 14h35-15h35 Table ronde : Dominique Malaquais, Imaf, (Archive (re)mix), Sarah Frioux Salgas, Responsable des archives du Musée du quai Branly, Mathieu Kleyebe Abonnenc et Pierre Michelon, réalisateur de cinéma, à propos du travail des artistes avec des archives et des collections africaines.
  • 15h35-15h55 Discussion, questions
  • 15h55-16h15 Pause
  • 16h15-16h40 Jean-Philippe Moreux, Expert scientifique Gallica, département de la Coopération, BnF.
    Les outils des humanités numériques et leur application sur les collections numériques de la BnF : retour d’expérience
    La dynamique des humanités numériques conduit les bibliothèques à réinventer leur mission et à se positionner en tant que fournisseur de services aux chercheurs travaillant sur des corpus numériques. La BnF s’inscrit dans cette dynamique depuis plusieurs années, en particulier avec son projet de recherche CORPUS, et dispose désormais d’un retour d’expérience substantiel quant à ces nouvelles formes d’interaction entre bibliothèques numériques et acteurs du monde académique.
  • 16h40 Questions et discussion finale

Samedi 6 octobre Rendez-vous au salon Kerchache, musée du quai Branly 15h00-17h00 « Quelles archives aujourd’hui pour les objets du musée du quai Branly ? L’exemple des poupées de la mission Dakar Djibouti »

Autour du film Les poupées. Archives vivantes, Sénégal, 2012-2015. Entretiens croisés sur des objets collectés au Sénégal par la mission Dakar-Djibouti en 1931 (28’). Dans le cadre d’un projet collectif d’archives vivantes et de restitution symbolique d’objets collectés en Afrique, Marie Gautheron a réalisé une série d’interviews filmées auprès d’interlocuteurs africains, face à des photographies d’un corpus d’objets de la mission Dakar Djibouti.

Avec Marie Gautheron, agrégée de lettres et historienne de l’art. Présentation de quelques poupées de la collection par Eléonore Kissel, responsable du pôle conservationrestauration. Le débat sera animé par Jessica De Largy Healy (chercheure CNRS, LESC) autour de ce cas et d’autres exemples (aborigènes d’Australie notamment) d’élaborations d’archives vivantes et des modes de restitution.

Leur dialogue portera sur ce que peut apporter à notre connaissance des objets les discours contemporains et la réception locale de ces objets.

Informations pratiques

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts