Archives de catégorie : Agenda

Journée d’étude : La presse de langue arménienne en France et la création d’un espace transnational

La Bibliothèque Nubar de l’UGAB (Paris) et l’université Paris-Diderot, avec le soutien du réseau Transfopress, réseau international prenant pour objet la presse allophone (http://transfopresschcsc.wixsite.com/transfopress), et de la Bibliothèque universitaire des langues et civilisations (BULAC), s’associent pour organiser une journée d’étude sur le phénomène de la presse en langue arménienne comme presse allophone, en prenant pour terrain d’études la France. 

Programme

  • 9h Accueil des participants
  • 9h15-9h30 Introduction par Talar Chahinian (UCI) et Stéphanie Prévost (Université de Paris / LARCA)
  • 9h30-9h50 État des collections de périodiques arméniens en France par Boris Adjemian (Bibliothèque Nubar de l’UGAB)

PANEL 1 : Les périodiques de langue arménienne en France comme patrimoine culturel
Présidence de séance : Valentina Calzolari-Bouvier (Université de Genève)

  • 9h50-10h10 Arpi Totoyan (Paris) – La réédition de Midk yev Arvest, supplément littéraire du quotidien Haratch (1976-2009) (en arménien)
  • 10h10-10h30 Vazken Khatchig Davidian (Faculty of Oriental Studies, Université d’Oxford) – In Search of « Monsieur Pierre » : Teotig’s Everyone’s Almanac in Exile and the Recovery of Cultural Memory (1920s)
  • 10h30-10h50 Discussion
  • 10h50-11h10 Pause-café

PANEL 2 : Les périodiques de langue arménienne en France, espaces de mobilisation
Présidence de séance : Houri Berberian (University of California Irvine)

  • 11h10-11h35 Vahé Tachjian (directeur de Houshamadyan) et Méliné Pehlivanian (Staatsbibliothek, Berlin) – La presse arménienne à Paris et à Berlin, entre bolchevisme et nazisme (années 1930-1940)
  • 11h35-12h Sophie Toulajian (Ens Lyon/Larhra) – Hay Baykar, périodique protestataire dans le sillon de mai 68 : de « Libération Arménienne » au « Mouvement National Arménien » (1977-1988)
  • 12h-12h25 Lerna Ekmekçioğlu (MIT, Boston) – Hai Guine, Organ of the French Armenian Women’s Union, & Gender (1947-1949)
  • 12h25-12h50 Discussion
  • 12h50-14h20 Pause-déjeuner

PANEL 3 : Repenser les identités linguistiques et littéraires par la presse
Présidence de séance : Mélanie Keledjian (Inalco)

  • 14h20-14h40 Talar Chahinian (UCI, Los Angeles) – The Armenian Press and the Forging of a New Literati in Post-WWI France
  • 14h40-15h Tork Dalalyan (Académie des Sciences d’Arménie, Erevan) – La normativisation et le développement de l’arménien occidental dans le quotidien Haratch (en arménien)
  • 15h-15h20 Discussion
  • 15h20-15h40 Pause-café

PANEL 4 : Enjeux actuels de la presse périodique arménienne en France
Présidence de séance : Boris Adjemian (Bibliothèque Nubar de l’UGAB)

  • 15h45-16h05 Jiraïr Tcholakian (Paris) – Nor Haratch :
  • expériences et réflexions d’un rédacteur en chef
  • 16h05-16h25 Ari Topouzkhanian (Lyon) – Des caractères en plomb à la PAO : la contribution du mensuel Panpère au développement de la presse arménophone en diaspora
  • 16h25-16h45 Tigran Zargaryan (Fundamental Scientific Library de l’Académie des Sciences d’Arménie, Erevan) – Preserving & Digitising the French Armenian-Language press in Armenia. Views from the National Library
  • 16h45-17h05 Discussion
  • 17h05-17h30 Conclusions générales – Claire Mouradian (EHESS) et Diana Cooper- Richet (UVSQ/ Transfopress)

Comité d’organisation

  • Boris Adjemian (Bibliothèque Nubar de l’UGAB)
  • Talar Chahinian (Université de Californie)
  • Mélanie Keledjian (Inalco)
  • Stéphanie Prévost (Université de Paris)
  • Adrineh Zinali (BULAC)

Comité scientifique

  • Boris Adjemian (Bibliothèque Nubar de l’UGAB)
  • Valentina Calzolari Bouvier (Université de Genève)
  • Talar Chahinian (Université de Californie)
  • Bénédicte Deschamps (Université de Paris)
  • Mélanie Keledjian (Inalco)
  • Nicolas Pitsos (BULAC)
  • Stéphanie Prévost (Université de Paris)
  • Isabelle Richet (Université de Paris)
  • Taline Ter Minassian (Inalco)
  • Khachig Tölölyan (Wesleyan University)

Informations pratiques

  • INALCO, 65 Rue des Grands Moulins, Paris 13e, Auditorium du Pôle des langues et civilisations
  • Métro ligne 14 – RER C : Bibliothèque François Miterrand
  • Tram T3a : Avenue de France

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Dessins originaux et fonds d’archives : quels témoins de la création pour la jeunesse en bibliothèque ? (18/11)

12e journée d’étude en Région, organisée par la Bibliothèque nationale de France avec la Bibliothèque de Tours, avec le soutien de l’Université de Tours

Argument

Dessins et manuscrits originaux, correspondances d’éditeurs, documentation de critiques… nombreux sont les documents qui constituent des témoins précieux de la création et de l’édition pour la jeunesse. Quelles sont les institutions qui les conservent, quels partenariats, notamment avec les chercheurs, sont mis en place autour de ces archives, quelle médiation mettre en œuvre pour les mettre à disposition d’un large public ?

La journée d’étude aura lieu à la Bibliothèque municipale de Tours.

Programme

  • 9h Accueil
  • 9h15 Ouverture
  • 9h30 Hommage à Tomi Ungerer
    Thérèse Willer, directrice du Musée Tomi Ungerer – Centre international de l’illustration, Strasbourg
  • 10h Conservation et signalement : quelques définitions
    Clarisse Gadala, BnF/CNLJ
  • 10h30 Pause
  • 10h45 Témoignage de Patrice Wolf
    Dialogue avec Bérangère Rouchon-Borie, Bibliothèque municipale de Tours
  • 11h15 L’apport des archives : paroles de chercheurs
    Rencontre avec Mathilde Lévêque, Université Paris 13, Afreloce, et Sophie Heywood, Université de Reading, animée par Cécile Boulaire, Université de Tours
  • 12h30 Déjeuner libre
  • 14h Visite guidée du Centre Patrice Wolf
  • 14h30 Patrimoine et création contemporaine à la Médiathèque Françoise-Sagan
    Hélène Valotteau, Médiathèque Françoise-Sagan
  • 15h Mettre en lumière les coulisses de la création pour la jeunesse : coopération et valorisation
    Table ronde animée par Virginie Meyer, BnF/CNLJ, Noémie Ryon, Bibliothèque Robinson, Arras Emmanuelle Martinat-Dupré, Musée de l’illustration jeunesse, Moulins Joëlle Bourlois, conseillère pour le livre et la lecture, DRAC Nouvelle Aquitaine
  • 16h Témoignage de Bruno Heitz
  • 16h30 Visite guidée du Centre Patrice Wolf

Informations pratiques

  • Bibliothèque municipale de Tours, 2 avenue André Malraux 37000 Tours
  • Gratuit sur inscription auprès de Marion Caliyannis
  • Contact : marion.caliyannis@bnf.fr
  • Téléphone : 01.53.79.57.06

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Soutenance de thèse de doctorat : Pasquale Lisena

Le 11 octobre 2019, Pasquale Lisena, doctorant dans le cadre du programme ANR DOREMUS soutient sa thèse de doctorat intitulée  Recommandation musicale basée sur la connaissance : modèles, algorithmes et recherche exploratoire = Knowledge-based music recommendation: Models, algorithms and exploratory search menée sous la direction de Benoît Huet et Raphaël Troncy .

Résumé

« Recommandation musicale basée sur la connaissance : modèles, algorithmes et recherche exploratoire »

Représenter l’information décrivant la musique est une activité complexe, qui implique différentes sous-tâches. Cette thèse porte principalement sur la musique classique et étudie comment représenter et exploiter ces informations. L’objectif principal est l’étude de stratégies de représentation et de découverte de connaissances appliquées à la musique classique, dans des domaines tels que la production de bases de connaissances, la prédiction de métadonnées et les systèmes de recommandation.
Nous proposons tout d’abord une architecture pour la gestion des métadonnées de musique à l’aide des technologies du Web Sémantique. Nous introduisons une ontologie spécialisée et un ensemble de vocabulaires contrôlés pour les différents concepts spécifiques à la musique.
Ensuite, nous présentons une approche de conversion des données, afin d’aller au-delà de la pratique bibliothécaire actuellement utilisée, en s’appuyant sur des règles d’appariement et sur l’interconnexion avec des vocabulaires contrôlés. Enfin, nous montrons comment ces données peuvent être exploitées. En particulier, nous étudions des approches basées sur des plongements calculés sur des métadonnées structurées, des titres et de la musique symbolique pour classer et recommander de la musique.
Plusieurs applications de démonstration ont été réalisées pour tester les approches et les ressources produites.


« Knowledge-based music recommendation: Models, algorithms and exploratory search »

Representing information about music is a complex activity that involves different sub-tasks. This thesis mostly focuses on classical music, researching how to represent and exploit rich metadata. Our main goal is to investigate knowledge representation and discovery strategies applied to classical music, including research topics such as Knowledge-Base population, metadata prediction and recommender systems.
We first propose a complete workflow for the management of music metadata using Semantic Web technologies. We introduce a specialized ontology and a set of controlled vocabularies for the different concepts specific to music. Then, we present an approach for converting data, in order to go beyond the librarian practice currently in use, relying on mapping rules and interlinking with controlled vocabularies. Finally, we show how these data can be exploited. In particular, we study approaches based on embeddings computed on structured metadata, titles, and symbolic music for ranking and recommending music. Several demo applications have been realized for testing the previous approaches and resources.

Soutenance

  • 11 octobre 2019 à 14h00
  • Lieu : EURECOM, Campus SophiaTech, 450 route des Chappes, 06410 Biot
  • Salle : Salle des Conseils

Composition du jury

Rapporteurs

  • Mounia LLAMAS (Spotify & Université Collège Londres – GB)
  • Michel BUFFA (I3S, Université Côte d’Azur- France)

Examinateurs

  • Gaël RICHARD (Telecom Paris – France)
  • Tommaso DI NOIA (Ecole Polytechnique de Bari – Italie)
  • Pietro MICHIARDI (EURECOM)

Directeurs de thèse

  • Directeur de thèse : Benoît HUET (EURECOM)
  • Co-directeur : Raphaël TRONCY (EURECOM)

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Des espaces de formations militants féministes : les ateliers Super-8 de Klonaris/Thomadaki dans les années 1980

Au terme d’un appel à chercheurs lancé tous les ans, la Bibliothèque nationale de France accueille de jeunes chercheurs à chaque rentrée universitaire pour des projets de recherche liés aux collections.

Dans ce cadre, Ana Bordenave est accueillie au département de l’Audiovisuel depuis 2018 pour un projet de recherche intitulé Maria Klonaris et Katerina Thomadaki : de la performance à l’image performative des corps, théâtre, cinéma, arts multimédia de 1965 à aujourd’hui.

Le 19 septembre 2019, elle intervient au colloque Faire oeuvre. La formation et la professionnalisation des artistes femmes aux XIXe et XXe siècles pour une communication intitulée Des espaces de formations militants féministes : les ateliers super-8 de Klonaris/Thomadaki dans les années 1980.

Informations pratiques

  • 19 septembre 2019, 9h30 à 18h30
  • Centre Pompidou, Petite salle, Place Georges-Pompidou, 75004 Paris
  • Programme complet

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

conférence sur la galerie Mazarine (9/10)

Jupiter foudroyant les géants

Fabien Aguglia  (chargé d’étude et de projets  du Projet Richelieu de la Bibliothèque nationale de France) et Louis Jaubertie (adjoint au chef du Projet Richelieu ) donnent une conférence consacrée à la galerie Mazarine, vestige du palais Mazarin au sein du site Richelieu de la BnF. Ils présenteront plus particulièrement les recherches qui ont permis de retracer l’histoire de ce lieu et d’en éclairer les choix de restauration.

Informations pratiques

  • Date : mercredi 9 octobre 2019 à 9h30.
  • Lieu : Ecole nationale des chartes , salle Léopold-Delisle, 65, rue de Richelieu, Paris 2e
  • Entrée libre dans la limite des places disponibles (70).

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Colloque : Les éphémères et l’image (16e -21e siècles) (13-14/9)

Le programme pluriannuel PatrimEph vise à étudier le patrimoine encore méconnu des éphémères, ces petits imprimés du quotidien voués au rebut et pourtant conservés dans nos bibliothèques, archives et musées. L’objectif est également de mettre à disposition des conservateurs et chercheurs un thesaurus des éphémères en français sur le logiciel Ginco (Gestion Informatisée de Nomenclatures Collaboratives Ouvertes) du Ministère de la culture, d’optimiser l’accès aux Fonds d’éphémères à partir du Répertoire National des Bibliothèques et des Fonds Documentaires du Catalogue collectif de France (BnF), et de faire émerger les nouvelles circulations numériques des éphémères à travers la fouille et l’analyse multimédia du compte Twitter de Gallica.

PatrimEph I (2013-2016), a porté sur le paradoxe que constituaient la patrimonialisation des éphémères, les difficultés de nomination, de classement, de signalement que ces documents généraient, mais aussi leur rôle dans la construction de notre histoire culturelle.

PatrimEph II (2016-2019) évalue l’impact du numérique sur la patrimonialisation des éphémères, que cet environnement génère de nouvelles formes d’éphémères numériques comme les tweets ou qu’à travers la politique généralisée de signalement informatisé et de numérisation des imprimés, les éphémères voient leur statut et leur perception modifiés. Le soin apporté à la dimension visuelle est partie intégrante des imprimés éphémères, reconnus pour leur intérêt typographique et graphique, et objets d’attention croissante de la part des historiens de l’art. Ils sont passibles d’analyses iconographiques, sémiotiques et esthétiques mais aussi d’études sur la spécificité de leur réception et plus largement sur la façon dont ils contribuent à construire une opinion publique, à inventer de nouvelles formes, à façonner des imaginaires.

Programme

Vendredi 13 septembre

1. Statuts & techniques Session présidée par Bertrand Tillier (Université Paris 1 Panthéon Sorbonne)

  • 10h Maxime Georges Métraux (Sorbonne Université / Galerie Hubert Duchemin) Le Papillon et l’éphémère : image, imagerie et occasionnel en France au XVIIIe siècle
  • 10h20 Nicholas-Henri Zmelty (Université Amiens) Les petits riens de Toulouse-Lautrec
  • 10h40 Nathanaëlle Tressol (Poitiers) Les estampes sur les catalogues d’exposition au tournant du siècle œuvres autonomes ou avant-goût de l’œuvre ?
  • Discussion et pause
  • 11h20 Irène Fabry-Tehranchi (Cambridge University Library) Les caricatures de la guerre franco-prussienne et de la Commune (1870-71) : images en série, recueils factices et collections numériques
  • 11h40 Boris Borzic (U. de Cergy-Pontoise / ENSEA) Les images d’éphémères sur le compte Twitter de Gallica
  • 12h00 Discussion et déjeuner

2. Images & textes Session présidée par Philippe Hamon (Sorbonne Nouvelle)

  • 14h Lucie Grandjean (Nanterre) Peintures panoramiques et production d’éphémères aux Etats-Unis un changement de regard
  • 14h20 Michael Twyman (U. of Reading) Combining pictures and words : the work of the artiste-écrivain lithographe
  • 14h40 Philippe Nieto (Archives nationales) Illustrer le fait divers : entre fiction, réalisme et hyper-réalisme
  • 15h00 Discussion et pause
  • 15h20 Cécile Fourrel de Frettes (Laboratoire Pléiade, Université Paris XIII) L’Espagne littéraire au prisme des « éphémères cinématographiques »
  • 15h40 Corinne Barbant (LaM, bibliothèque D. Bozo) Éphémères d’art brut, petits papiers pour une étude de la réception de l’art brut
  • 16h00 Discussion et fin de la première journée

3. Fonctions & circulations Session présidée par Philippe Nieto (Archives nationales)

  • 10h Julien Schuh (Nanterre) Éloge de la potichomanie : circulation des motifs graphiques et phénomènes de mode au milieu du XIXe siècle
  • 10h20 Julien Brault (Amiens / Paris, Muséum national d’histoire naturelle) Les éphémères illustrés, une source précieuse pour l’histoire de l’architecture. L’exemple du quartier Richelieu-Opéra à Paris au prisme des cartes d’adresse du XIXe siècle
  • 10h40 Vincent Chambarlhac (MCF HDR – Université Bourgogne Franche-Comté – Centre Georges Chevrier – UMR CNRS 7366) Les éphémères du vin
  • 11h00 Discussion et pause
  • 11h20 Julie Anne Lambert (Oxford, Bodleian Library) L’art publicitaire en Grande-Bretagne : une naissance tardive et difficile
  • 11h40 Karina Pronitcheva (École du Louvre / Sorbonne Nouvelle) Les grands magasins, les imprimés et l’image avant 1900 : vers l’imprimé publicitaire artistique
  • 12h00 Discussion et déjeuner

4. Usages & valeurs Session présidée par Julie Anne Lambert (Oxford, Bodleian Library)

  • 14h Philippe Martin (Lyon 2) Les ephemera de communion
  • 14h20 Fanny Brülhart (Lausanne) Éphémères de la vie en religion : de la typologie idéale des cartes postales à l’appropriation individuelle
  • 14h40 Laurence Danguy (Lausanne) Le tarot de Marseille. Regard sur les images d’un éphémère magique
  • 15h00 Discussion et pause
  • 15h20 Laurent Bihl (Université Paris 1 Panthéon Sorbonne) Les dispositifs « méta-satiriques » : de « l’éphémère dans l’éphémère à la Belle Époque
  • 15h40 Sylvain Louet (Paris, IRCAV) L’image organique des éphémères imprimés dans les films muets français
  • 16h00 Discussion et clôture du colloque

Informations pratiques

  • Archives Nationales – Site de Pierrefitte, Salle des commissions
  • 50, rue Guynemer 93383 Pierrefitte-sur-Seine
  • Métro : Saint-Denis Université (Ligne 13)
  • 13-14 septembre 2019
  • Entrée libre et gratuite

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Colloque – Nathalie Sarraute : Vingt ans après (17-18/10)

Vingt ans après la disparition de l’auteure, une nouvelle génération de chercheurs tente d’ouvrir des perspectives inédites sur son oeuvre, en s’attachant à la replacer dans son contexte historique, social et littéraire et à se confronter aux interdits dressés par l’écrivaine elle-même.

Romancière, auteure dramatique et essayiste, Nathalie Sarraute a laissé une vision des mots et du monde portée par une écriture en évolution permanente. Influencée par les recherches formelles de Marcel Proust, James Joyce ou Virginia Woolf, elle avait très tôt perçu les normes narratives traditionnelles comme autant de poids morts empêchant le créateur de poursuivre « la recherche d’une matière inconnue ». Elle a bâti sur ces fondements une œuvre d’une rare exigence formelle et d’une originalité remarquable, qui témoigne encore aujourd’hui de l’acuité avec laquelle elle avait entrepris de déchiffrer les automatismes de la pensée humaine.

Colloque international dirigé par Johan FaerberAnn JeffersonRainier Rocchi et Olivier Wagner

BnF – université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle – Institut d’Études Avancées de Paris

Programme

9 h 15 – Ouverture par Laurence Engel, Présidente de la BnF

9 h 30 – Présentation du Colloque
Par Johan Faerber et Olivier Wagner

9 h 45 – NS à l’aune de la biographie
Par Ann Jefferson, université d’Oxford

10 h 15 – Nathalie Sarraute aux regards du Nouveau Roman. Ce que voyait Sarraute
Par Mireille Calle-Gruber, université Sorbonne Nouvelle, Paris 3

10 h 45 – Discussion

11 h – Pause

11 h 30 – Liens affectifs, liens littéraires : les affinités que nous révèle la correspondance de Nathalie Sarraute avec d’autres « Nouveaux Romanciers »
Par Carrie Landfried, Franklin & Marshall College, Pennsylvanie

12 h – La séquence de la confiture de fraises et du calomel dans Enfance : un palimpseste ?
Par Rainier Rocchi, université Côte d’Azur

12 h 30 – Discussion

14 h – Monique Wittig, lectrice idéale de Nathalie Sarraute ?
Par Chloé Jacquesson, université Lumière Lyon 2

14 h 30 – Sarraute, Duras : le déni du théorique
Par Simona Crippa, UCO, Angers/ Paris 3

15 h – Discussion

15 h 15 – Pause

15 h 30 – « Tous ces mots qu’on dit ! Des mots… » : Sarraute et Beauvoir, ou le dialogue impossible »
Par Jean-Louis Jeannelle, université Sorbonne Nouvelle Paris 3

16 h – Virginia Woolf et Nathalie Sarraute : l’écriture impersonnelle et la question du genre
Par Naomi Toth, Université Paris Nanterre

16 h 30 – Un héritage proustien inconscient : les paroles fantasmées dans l’œuvre de Nathalie Sarraute
Par Solenne Montier, Université Caen Normandie

17 h – Discussion

17 h 30 – Fin de la première journée

La deuxième journée de ce colloque a lieu le vendredi 18 octobre de 9 h à 14 h 30 à l’Institut d’Études Avancées de Paris, Hôtel de Lauzun, 17 Quai d’Anjou, Paris 4e

Autour du colloque

Mercredi 16 octobre 2019, 20 h
Maison de la Poésie, Passage Molière, 157 rue Saint-Martin, Paris 3e
Lecture publique
Lecture intégrale de la version originale de Tropismes (1939) par Coraly Zahonero de la Comédie-Française. Archives audiovisuelles.

Vendredi 18 octobre 2019, 15 h 30 – 16 h 30
Institut d’Études Avancées de Paris, Hôtel de Lauzun, 17 Quai d’Anjou, Paris 4e
Table ronde « Sarraute hier et aujourd’hui » Avec Françoise Asso, Pascale Fautrier, Ann Jefferson, Arnaud Rykner, Jean-Yves Tadié 
Modérateur : Olivier Wagner

Informations pratiques

  • Bibliothèque nationale de France, site Richelieu, 2, rue Vivienne – 75002 Paris
  • Auditorium Colbert
  • 17 octobre 2019, 9h-18h
  • Entrée libre et gratuite
  • Institut d’Études Avancées de Paris, Hôtel de Lauzun, 17 Quai d’Anjou, Paris 4e
  • 18 octobre 2019, 9h-14h30
  • Entrée libre et gratuite

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Soutenance de thèse de doctorat : Coline Arnaud

Le 4 juillet 2019, Coline Arnaud, ancienne chercheure invitée (2016) et associée (2015) de la BnF, soutient sa thèse de doctorat en sciences de l’information et de la communication intitulée La pâtisserie française (1870 – 1914) : une révolution gastronomique menée sous la direction de Françoise Hache-Bissette .

Résumé

La pâtisserie d’art théorisée par Carême avant 1850 codifie une pâtisserie décorative et complexe dont le faste est destiné aux élites sociales de l’Empire puis de la Restauration. Pourtant, dès 1820, cette pâtisserie ambitieuse bouleversant le statut artisanal du pâtissier se heurte aux valeurs bourgeoises d’une classe sociale en pleine ascension. Les inventions techniques, les réformes sociales, l’ouverture des marchés à la production industrielle au tournant du siècle condensent les tensions toujours irrésolues entre une pâtisserie nostalgique, aux ambitions artistiques, et la prédominance des commerces de proximité, symboles d’une production économique diversifiée et moderne. Ce travail cherche à analyser l’origine de ces tensions et leur impact à travers le métier, le produit et le lieu de vente, en interrogeant le rapport de cette pratique au social, au politique et à l’art de 1870 à 1914.

Soutenance

  • Lieu :  Bibliothèque nationale de France / Site François Mitterrand, Quai François Mauriac 75013 Paris
  • Salle : Petit Auditorium
  • Horaire : 14h

Composition du jury

  • Mme Françoise HACHE-BISSETTE, Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines, Directeur de thèse
  • Mme Claire BLANDIN, Université Paris 13, Rapporteur
  • M. Didier FRANCFORT, Université de Nancy, Rapporteur
  • M. Jean-Pierre WILLIOT, Sorbonne Université, Examinateur
  • Mme Simona DE IULIO, Université de Lille, Examinateur
  • M. Emmanuel QUENSON, Université d’Evry, Examinateur
  • M. Denis SAILLARD, Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines, Co-encadrant

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Séminaire: Émergence de l’art vidéo en Europe, 19 juin

Crédits iconographiques : Teresa Wennberg, Swimmer, 1978, vidéo, 20′, production Centre Georges Pompidou, Paris, collection Centre Georges Pompidou, Paris et Sädtishes Kunstmuseum, Bonn

À ce jour, une histoire de l’art vidéo à l’échelle de l’Europe reste à faire. C’est la mission à laquelle le présent programme de recherche entend répondre. Un réseau international, regroupant à la fois des historiens de l’art et de l’image en mouvement, des artistes, des protagonistes de cette aventure, des dépositaires de fonds d’archives, des conservateurs et de jeunes chercheurs, s’est constitué. Il a pour objectif de collecter des données sur les artistes, les œuvres et les événements qui ont permis l’avènement de cette pratique, ou qui ont compté dans son développement sur le territoire européen, et de mettre au jour les conditions nationales spécifiques de production et de diffusion permettant d’expliquer la variété des productions comme la disparité des périodes d’émergences (1960-1980).

Programme

10h00
Introduction et présentation du programme « Émergence »
François Bovier, Alain Carou et Grégoire Quenault (Coordinateurs)

10h15
L’historiographie de l’art vidéo en Grèce, un défi entre les mains des artistes, Manthos Santorineos (Artiste – théoricien nouveau media, Professeur à l’École des Beaux-Arts d’Athènes)

11h00
Pause

11h15
Archive ontology – connecting the dots
Per Platou (Directeur, Norwegian Video Art Archive)

12h00
The Beginnings of Video Art in Bulgaria,Iliyana Nedkova (Directrice artistique pour l’art contemporain, Horsecross Arts)

12h45
Pause déjeuner

14h30
REC: Tracking the Emergence of Artist Video in Belgium
Sofie Ruysseveldt (Responsable de collection) et Dagmar Dirkx (Assistante de collection/production, ARGOS vzw Centre for Art and Media)

15h30
Swedish Video Art – the early years
Teresa Wennberg (Artiste vidéaste)

16h15
Table-ronde / Discussions

Informations pratiques

Ce cinquième séminaire de recherche « Émergence de l’art vidéo en Europe : historiographie, théorie, sources et archives (1960-1980) » du LabEx Arts-H2H réunit les chercheurs du projet et des spécialistes internationaux, en vue d’étudier les premiers temps de l’art vidéo en Grèce, en Norvège, en Bulgarie, en Belgique et en Suède.

Coordinateurs du programme « Émergence de l’art vidéo » : François Bovier (École cantonale d’art de Lausanne / Maître d’enseignement et de recherche, Université de Lausanne) ; Alain Carou (Conservateur, Département de l’audiovisuel, Service Image, Bibliothèque nationale de France) ; Grégoire Quenault (Maître de conférences, Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis)

Assistés de : Ségolène Liautaud (Ingénieure d’études, ArTeC) et Victor Tsaconas (Stagiaire, ArTeC)

Contact : emergenceartvideo.6080@gmail.com

Les communications le mercredi 19 juin auront lieu dans la salle 70, Bibliothèque nationale de France, Quai François Mauriac, 75706 Paris.
Elles sont libres et ouvertes au public sans réservation, dans la limite des places disponibles.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Journée d’études : Autour du Digital Muret : recherches récentes sur les collections archéologiques du xixe siècle (17/6)

Jean-Baptiste Muret, Recueil des monuments antiques, II, pl. 45, tête d’Hypnos.

À l’occasion de la mise en ligne du premier corpus du « Digital Muret », l’INHA et la BnF organisent une journée d’études pour présenter et mettre en perspectives les recherches menées dans ce programme depuis 2017. Jean-Baptiste Muret (1795-1866) a été le dessinateur du Cabinet des Médailles de 1830 à 1866 ; tout au long de sa carrière, il a constitué un ensemble de planches en couleur reproduisant des objets antiques pris dans différentes collections, privées et publiques, et mis en série pour mieux en comprendre la typologie ou la signification. Cet important recueil, conservé à la BnF et resté inédit, constitue donc une source majeure pour l’histoire des collections d’antiques au XIXe siècle et celle de leur étude. La journée reviendra sur la démarche mise en place et l’outil numérique développé pour l’occasion (http://digitalmuret.inha.fr/), présentera quelques aspects des découvertes permises par les recherches menées sur ce corpus et s’intéressera à d’autres fonds similaires et complémentaires.

Comité scientifique

  • Mathide Avisseau-Broustet (BnF)
  • Cécile Colonna (INHA)
  • Louise Detrez (BnF)
  • Bastien Rueff (INHA)
  • Clément Salviani (INHA)

Programme

9h30 : Introduction
Cécile Colonna (INHA), Mathilde Avisseau-Broustet (BnF)
Le programme Digital Muret, enjeux et développements

10h Outils et publication numérique
Présidé par Frédérique Duyrat (BnF)

Bastien Rueff (INHA), Approche statistique du volume II : sa place dans les recueils de dessins d’antiques de Jean-Baptiste Muret et
son organisation interne

Clément Salviani (INHA), Productions participatives et externalisation du dispositif d’identification : retour sur les expériences de crowdsourcing autour du Digital Muret
Federico Nurra (INHA), Stratigraphie d’un site web : du tableau de données à la mise en ligne du « Digital Muret »
Anne-Violaine Szabados (CNRS, ArScAn, LIMC), Rozenn Douaud (CNRS, ArScAn), Des dessins à la 3D : redécouvrir un coffret disparu

Le dessin comme point de départ des recherches
Présidé par Laurent Haumesser (musée du Louvre)

Anaïs Boucher (Sèvres, cité de la Céramique), Louise Detrez (BnF),
Fabrice Rubiella (InP), Un cratère en calice à fond blanc Sèvres-Lausanne ? Autour d’une planche du recueil de Jean-Baptiste Muret

12h30 Déjeuner

14h Christian Mazet (École pratique des hautes études, Université PSL / École française de Rome), L’iconographie des divinités et monstres marins étrusques chez Jean-Baptiste Muret : la « Tritonide » Révil et le « Triton » Lajard

Mathilde Vauquelin (École du Louvre), Les planches de Jean-Baptiste Muret, à l’origine d’une étude sur les collectionneurs d’antiquités nationales en province au XIXe siècle

Lionel Pernet (musée cantonal d’archéologie et d’histoire, Lausanne), Les collections du Musée des Antiquités de Lausanne dans la seconde moitié du XIXe siècle : une politique d’acquisition entre patrimoine vaudois et ventes parisiennes

15h45 Les dessins et l’histoire de l’archéologie
Présidé par Louise Detrez (BnF)

Corinne Jouy-Barbelin (musée d’archéologie nationale), Les richesses oubliées des archives du musée d’Archéologie nationale

Soline Morinière (musée d’archéologie nationale), Le fonds Edouard Flouest : dessiner les antiquités nationales dans la seconde moitié du
XIXe siècle (1859-1891) pour une nouvelle approche de la preuve scientifique

Isabelle Périchaud (INHA), Isabelle Vazelle (INHA), Les dessins archéologiques dans les collections patrimoniales de la Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art

Informations pratiques

  • 17 juin 2019 – 9h30-18h
  • Institut national d’histoire de l’art, 2, rue Vivienne ou 6 rue des Petits Champs, 75002 Paris
  • Galerie Colbert, salle Giorgio Vasari
  • Entrée libre

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Exposition hors les murs : “Fabuleuses cartes à jouer (XVe-XXe siècle)”

Jan Rustem et Gottlieg Kisling, Cartes barbouillées, Vilnius, 1814-1815 (cat. 8) ; BnF, département des Estampes et de la photographie

Afin de mieux faire connaître ses trésors, la BnF ouvre ses collections à des musées ou des bibliothèques partout en France. Dans le cadre de l’exposition « Fabuleuses cartes à jouer (XVe-XXe siècle) », elle présente une sélection de pièces issues du département des Estampes et de la photographie qui conserve une collection de cartes exceptionnelles assemblée depuis plus de trois siècles.

Les cartes à jouer dans les collections de la BnF

Fort de trois mille suites de cartes à jouer, le département des Estampes et de la photographie de la BnF conserve une collection de cartes exceptionnelle par la diversité et la rareté de ses pièces, assemblée patiemment depuis plus de trois siècles.

À l’occasion de la parution de l’ouvrage Fabuleuses cartes à jouer ! Le monde en miniature, aux Éditions de la BnF, un florilège de cartes occidentales du XVe au XXe siècle est présenté au sein de l’exposition permanente du Musée Français de la Carte à Jouer d’Issy-les-Moulineaux. Ces fonds, issus de dons et d’achats de jeux appartenant à de grands collectionneurs (Michel de Marolles et Roger de Gaignières au XVIIe siècle, Romain Merlin au XIXe, Georges et Paul Marteau, Henry d’Allemagne au XXe siècle), complétés par des acquisitions variées du département depuis le XIXe siècle, comportent des exemplaires des plus rares et précieux tout en offrant un panorama unique des techniques de fabrication des cartes et de leurs usages à travers les siècles.

Fabuleuses cartes à jouer de la BnF exposées au Musée Français de la Carte à Jouer

Une sélection de pièces issues de douze jeux différents, insérée dans le parcours des collections permanentes du Musée Français de la Carte à Jouer d’Issy-les-Moulineaux, instaure un jeu de regards croisés entre les deux collections, qui souligne la richesse respective des deux institutions.

De rarissimes tous premiers burins allemands du maître des cartes à jouer, vers 1440, qui rattachent les cartes aux origines de l’estampe, ainsi qu’un somptueux tarot italien enluminé du XVe siècle sont ainsi mis en lumière.

Des planches non découpées ont permis de sauvegarder d’exceptionnels jeux français, lyonnais du XVe siècle.

L’Italie du XVIIIe siècle est représentée à travers un jeu peint au portrait vénitien et un délicat ensemble de cartes florentines imprimées sur soie et rehaussées de couleurs. L’inventivité du XIXe siècle transparaît dans des cartes lituaniennes dites « barbouillées », un jeu de tarot allemand sur le thème populaire du « monde renversé », un jeu russe de fantaisie, ou les premières cartes photographiques parisiennes représentant des artistes des grands théâtres. N’oublions pas aussi que de célèbres artistes ont travaillé pour l’univers de la carte à jouer, en témoignent les dessins de Jacques-Louis David en 1808 pour l’Imprimerie impériale ou ceux de Sonia Delaunay en 1959 à la demande du musée des cartes à jouer de Bielefeld (Allemagne).

Cette sélection de trésors de papier appartenant aux fonds de la BnF, présentée au cœur même des collections permanentes, dans une scénographie spécialement créée pour l’occasion par Pascal Rodriguez, permet d’inaugurer un nouveau parcours chronologique, qui se superpose au parcours thématique traditionnel du musée. Les cartes les plus précieuses du musée, telle la carte du Chariot, provenant d’un tarot enluminé italien attribué à l’École de Ferrare, produite dans le contexte somptuaire de la cour des Este vers 1450, ou encore la planche de tête au « portrait de Paris » des Guyon Guymier (XVIe s.) seront mises en valeur à la lumière de cette présentation croisée.

C’est le legs de Louis Chardonneret, archiviste au Monde illustré et collectionneur, qui fut à l’origine de cette collection. Elle comprenait alors une centaine de suites de cartes à jouer dont la redécouverte dans les années 1980 orienta le musée vers une importante politique d’acquisition de ces ensembles, avec une volonté d’ouverture vers les beaux-arts et la création contemporaine. Cette collection comprend aujourd’hui plus de 15 000 œuvres dont près de 9 000 jeux de cartes, planches et enveloppes de jeux, plus de 800 peintures, dessins et estampes, mais également de nombreux objets de jeu ainsi que des bois d’impression.

Dans les collections de la BnF

Chaque année, la BnF présente dans des établissements patrimoniaux une sélection d’œuvres issues de ses collections et fait partager ses richesses à un plus large public.

Révélant des œuvres choisies pour leur valeur emblématique, leurs liens avec un événement ou avec des collections locales, le programme Dans les collections de la BnF vise à développer des partenariats scientifiques et pédagogiques avec d’autres institutions.

Organisation

Le commissariat de l’exposition est assuré par :

  • Gwenael Beuchet, attaché de conservation, Musée Français de la Carte à Jouer
  • Charlotte Guinois, conservatrice du patrimoine, Musée Français de la Carte à Jouer
  • Vanessa Selbac, conservatrice, chef du service de la Réserve, département des Estampes et de la photographie, BnF
  • Gennaro Toscano, conseiller scientifique pour le musée, la recherche et la valorisation, direction des Collections, BnF

Informations pratiques

  • Musée Français de la Carte à Jouer
  • 16 Rue Auguste Gervais, 92130 Issy-les-Moulineaux
  • Jours et heures d’ouverture :
  • Mercredi, jeudi et vendredi : de 11h à 17h
  • Samedi et dimanche : de 14h à 18h
  • Juillet : du mercredi au dimanche de 13h à 18h
  • Août : fermé

Fermé les jours fériés et en août
Groupes : sur rendez-vous du mardi au dimanche

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Exposition : “Antonio Seguí”

Antonio Seguí, Señor y perro, 1991. BnF, Estampes et photographie. © Antonio Seguí, ADAGP, Paris, 2019. 

Artiste argentin installé en France depuis plus de 50 ans, Antonio Seguí (né en 1934) est à l’origine d’une œuvre figurative qui fait vivre un monde coloré et graphique, sur fond d’agitation urbaine. À travers un personnage récurrent coiffé d’un chapeau, archétype de l’homme anonyme, qu’il met en scène seul ou perdu dans la ville et qu’il confronte à des situations tragiques ou cocasses, le peintre tend à réduire l’homme à son comportement social. À la suite de la donation effectuée par Antonio Seguí qui a permis d’enrichir les collections du département des Estampes et de la photographie ainsi que de la Réserve des livres rares, la BnF expose en galerie des donateurs une cinquantaine d’estampes, la plupart inédites, qui vont permettre de (re) découvrir l’univers de cet artiste singulier.

L’exposition rassemble une cinquantaine d’estampes, la plupart inédites, de l’artiste argentin. Antonio Segui a trouvé dans l’estampe une pratique complémentaire au dessin et à la peinture. Il a fait don à la BnF de plus de 500 pièces (estampes, portfolios, livres illustrés) conservées au département des Estampes et de la photographie ainsi qu’à la Réserve des livres rares.

Commissaire de l’exposition : Céline Chicha-Castex, département des Estampes et de la photographie

Informations pratiques

  • Bibliothèque François-Mitterrand, Quai François Mauriac,
    75706 Paris Cedex 13
  • Galerie des donateurs
  • 14 mai – 25 août 2019
  • Exposition en entrée libre (gratuit)
  • Ouvert tous les jours sauf le lundi
  • Mardi, mercredi, jeudi, vendredi, samedi :10h – 19h
  • Dimanche : 13h- 19h

Ressources

Portrait d’Antonio Seguí, 2019 © Béatrice Lucchese / BnF

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

12e rencontres du GRIM (23/5) : « Matérialité, visualité et signification »

Le GRIM – Groupe de recherches en iconographie médiévale – est un collectif académique fondé par Christian Heck, qui s’intéresse à l’analyse et l’interprétation des œuvres médiévales ainsi qu’aux corpus et bases d’images qui les rendent possibles. Dorénavant lié à IMAGO et favorisant la prise de parole de jeunes chercheurs, il organise sa 12e journée d’études sur le thème « Matérialité, visualité et signification ».

Les notions de matérialité et de visualité constituent deux champs de recherche majeurs dans le domaine des sciences humaines et sociales. Centrées autour de l’œuvre comme artefact et comme chose vue, elles permettent de nouer un riche dialogue entre l’histoire de l’art, l’anthropologie, la culture matérielle et l’histoire des sciences et des techniques. Les interventions poseront la rencontre entre le matériau, le signe et l’image, et rendront compte des méthodes d’analyse engagées dans l’étude.

Comité scientifique

  • Charlotte Denoël (BnF)
  • Isabelle Marchesin (INHA)
  • Anne-Orange Poilpré (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
  • Cécile Voyer (université de Poitiers)

Programme

10H : Introduction par Charlotte Denoël, Isabelle Marchesin, Anne-Orange Poilpré, Cécile Voyer

10h10 : La charpenterie mudéjar : le bois comme support d’un langage symbolique en Espagne

Francisco Mamani Fuentes (doctorant, École Normale Supérieure PSL et université de Grenade)

10h30 : Focus sur la matérialité des murs, traces de l’intervention humaine et mémoire des hommes. L’exemple de saint Georges au château de Selles de Cambrai (Nord)

Audrey Ségard (docteure, université Lille 3)

10h50 : Stratégies dévotionnelles de Marguerite d’Autriche. Le trésor de Brou : reconstitution in situ du trésor légué par Marguerie d’Autriche à sa fondation funéraire

Maria Lesimple (doctorante, université Grenoble-Alpes)

11h10 : Discussion et pause

11h40 : Entre matérialité et iconographie de l’architecture : la rotonde de Saint-Jean à Vigolo Marchese (Plaisance) comme interprétation du modèle du Saint-Sépulcre

Virginia Grossi (Master 2, université de Pise-Scuola, Normale Superiore de Pise)

12h : Une sculpture sans-papiers : approche méthodologique de la matérialité

Amal Azzi (Master 2, université de Nantes)

12h20 : Discussion

12h45 : Pause déjeuner

14h : Exacerber la matière picturale pour faire connaître l’intervalle entre le sensible et le divin. L’exemple du sanctuaire de Saint-Martin de Fenollar

Élise Vernerey (doctorante, université de Poitiers)

14h20 : Le corps, le signe et l’image : autour de la console figurative de la Dernière communion de Marie l’Égyptienne (Colmar, musée Unterlinden, v. 1150)

Cécile Maruéjouls (doctorante, université de Poitiers)

14h40 : La danseuse et la relique. À propos d’un chapiteau roman de la cathédrale de Besançon et des nouvelles pratiques de l’image de saint Jean-Baptiste au tournant des XIIe et XIIIe siècles

Emeric Rigault (doctorant, université Toulouse-Jean Jaurès)

15h : Discussion et pause

15h30 : Salvum me fac deus : réflexions sur la matérialité d’un psautier bréviaire bâlois féminin du XIIIe siècle

Melissa Nieto (doctorante, université de Lausanne)

15h50 : Du portrait de Toute Belle à la statue de Pygmalion : l’image du féminin modelé comme support de prière amoureuse, aux XIVe et XVe  siècles

Audrey Pennel (docteure, université Bourgogne-Franche-Comté)

16h10 : Discussion

Informations pratiques

  • 23 mai 2019 – 9h30-18h00,
  • Institut national d’histoire de l’art , Galerie Colbert, salle Giorgio Vasari
  • 6, rue des Petits-Champs ou 2, rue Vivienne 
  • 75002 Paris
  • Entrée libre

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Présentation et débat autour de l’ouvrage : Imago Libri Représentations carolingiennes du livre

Évangiles de Saint-Riquier, Abbeville, BM Ms. 4, fol. 17v

Le renouveau culturel carolingien confère au livre une place majeure
dans la société, qui perdure dans le monde ottonien. Sa production est suffisamment abondante pour que près de 9000 manuscrits de cette époque nous soient parvenus, et le soin apporté à la qualité de leur confection est remarquable. Les manuscrits, précieux ou non, corrigés, glosés, comparés, échangés, servent à l’action, politique ou judiciaire, à la spiritualité, à la réforme religieuse, au développement de l’« humanisme » carolingien. Dans la société et la culture chrétiennes, l’objet-livre revêt un caractère précieux et somptuaire, comme en témoignent sa place de choix au sein des trésors d’église et sa haute valeur monétaire. Il est l’incarnation à la fois de l’autorité sacrée, du pouvoir et du savoir ; investi d’une forte dimension symbolique, il peut aussi être source de conflits et victime de destructions. Polymorphe, il intervient dans de multiples situations et se trouve au coeur des relations entre protagonistes : il peut être tour à tour exhibé sous l’aspect d’un rouleau, d’un codex ouvert ou fermé, mangé, foulé aux pieds, dissimulé, utilisé pour prêter des serments…

À la fois contenant et contenu, objet et parole, le livre est aussi un objet imaginaire et imaginé. L’enquête collective envisagée ici dépasse la dimension archétypale du livre pour cerner, à travers une approche pluridisciplinaire combinant l’histoire sociale, culturelle et artistique, la spécificité des représentations carolingiennes du livre.

Programme

Pascale Bourgain (École Nationale des Chartes) et Ioanna Rapti (EPHE) présideront une table-ronde pour la présentation de l’ouvrage publié sous la direction de Charlotte Denoël, Anne-Orange Poilpré et Sumi Shimahara, paru aux éditions Brepols.

Imago libri : couverture

Informations pratiques

  • Jeudi 27 juin de 18h à 20h
  • Institut National d’Histoire de l’Art, Salle Vasari
  • 2 rue Vivienne, 75002 Paris
  • Un cocktail sera servi en salle Warburg

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Exposition : Le Livre & la Mort (14e – 18e siècle)

LE LIVRE & LA MORT

Étroits sont les liens qui unissent la mort et l’écrit. L’épigraphie, le manuscrit puis l’imprimé ont été mobilisés pour préserver le souvenir des disparus, et le rapport d’intimité qui lie le livre au lecteur a fait du premier le miroir privilégié des interrogations du second sur sa propre finitude. La Mort elle-même, comme figure et comme sujet, fait son entrée en littérature au 14e siècle, suscitant une appréhension moins abstraite du trépas. On dit et on représente désormais la déchéance des corps, souvent associée aux fins dernières que sont le Jugement, l’Enfer et le Ciel.

Fléaux de tous ordres et angoisse de la fin des Temps favorisent cette expansion du macabre à la fin du Moyen Âge. « Incarnations » de la Mort et représentations des morts investissent alors le livre, bien au-delà des répertoires privilégiés que sont les arts de mourir, les livres d’heures et les danses macabres.

Le corpus des images évolue, infléchi par l’Humanisme, la Réforme et la reconquête catholique, touché par l’évolution du cérémonial funéraire, s’adaptant aux nouvelles pratiques sociales d’encadrement de la mort. Le recours au média imprimé pour célébrer les grands défunts, et bientôt pour « faire part » des morts plus ordinaires, donne lieu à une vaste production documentaire, des pompes funèbres, tombeaux littéraires et reliures de deuil, aux modestes billets d’enterrement.

Cette exposition interroge la variété des apparitions de la Mort dans le livre européen, du Moyen Âge au 18e siècle. À travers l’illustration peinte et gravée, l’ornement typographique, la reliure ou l’héraldique, se déploie une iconographie funèbre ou macabre fascinante, avec ses scénographies et sa gestuelle (la Mort qui frappe, fauche, entraîne, moque, désigne, triomphe…), ses attributs et symboles (faux, dard, crâne, tibia, larmes, torchères, chauve-souris, outils du fossoyeur…), dont il importe de comprendre le sens et les évolutions.

Commissariat

  • Ilona Hans-Collas, Groupe de Recherches sur la Peinture Murale
  • Fabienne Le Bars, Bibliothèque nationale de France
  • Danielle Quéruel, Centre de Recherche Interdisciplinaire sur les Modèles Esthétiques et Littéraires
  • Nathalie Rollet-Bricklin, Bibliothèque Sainte-Geneviève
  • Yann Sordet, Bibliothèque Mazarine
  • Anne Weber, Bibliothèque Mazarine

Exposition organisée par la Bibliothèque Mazarine et la bibliothèque Sainte-Geneviève, avec le soutien de la Fondation Simone et Cino Del Duca

Informations pratiques

  • Du 21 mars 2019 au 21 juin 2019
  • Entrée libre du lundi au vendredi, de 10h à 18h23
  • Bibliothèque Mazarine, quai de Conti, 75006 Paris
  • Dossier de presse

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts