Archives de catégorie : Agenda

Journée d’étude : Le 68 des enfants : albums en révolution, quel héritage ? (17/05/2018)

A l’occasion des 50 ans de mai 1968, cette journée d’étude prolonge le colloque « 68 and Boundaries of the Chilhood » (Tours, octobre 2017) et accompagne l’exposition « Le 68 des enfants : l’album jeunesse fait sa révolution » à la médiathèque Françoise Sagan. Universitaires, créateurs et professionnels du livre reviendront sur les années 1965-1975. Ils montreront la façon dont la culture enfantine, et tout particulièrement l’album pour enfants, ont connu un changement radical et durable grâce à l’apport d’éditeurs et d’illustrateurs d’avant-garde.
Ils s’interrogeront sur l’héritage de cette période dans les albums d’aujourd’hui.
Illustration de Nicole Claveloux pour Alala : les télémorphoses de Guy Monreal (1970).

Programme

  • 9h Accueil
  • 9h15 Ouverture
    Viviane Ezratty, médiathèque Françoise-Sagan, Jacques Vidal-Naquet, Centre national de la littérature pour la jeunesseLa révolution des albums, 1965-1975 : état de la recherche
    Président de séance : Viviane Ezratty
  • 9h30 Une révolution dans l’album français ?
    Sophie Heywood, Université de Reading, et Cécile Boulaire, Université de Tours
  • 10h Traces, empreintes : « 68 » dans les archives de l’éditeur
    François Ruy-Vidal (Fonds patrimonial de l’Heure Joyeuse)
    Cécile Vergez-Sans, Aix-Marseille Université
  • 10h20 Pause et questions
  • 10h35 Un regard croisé sur le ’68 de la culture pour enfants en Europe
    Sophie Heywood
  • 11h20 Le droit de lire : les droits de l’enfant et la littérature pour enfants en Grande-Bretagne
    Lucy Pearson, Université de Newcastle
  • 11h50 Clés de lecture de l’exposition « Le 68 des enfants : l’album jeunesse fait sa révolution »
    Hélène Valotteau, médiathèque Françoise-Sagan
  • 12h15 Clôture de la matinée

    Déjeuner libre et visite libre de l’exposition de 13h à 14h
  • 14h Témoins et filiations
    Président de séance : Jacques Vidal-Naquet
    D’Ah ! Ernesto au Sourire qui mord : pourquoi rééditer des albums des années 1970 ?
    Rencontre avec Thierry Magnier, éditeur animée par Hélène Valotteau
  • 14h30 Deux témoins : dialogue entre Yvan Pommaux, auteur-illustrateur, et Pascale Bouchié, auteure et journaliste animé par Virginie Meyer, BnF/CNLJ
  • 15h Pause et questions
  • 15h15 Souvenirs de Nicole Claveloux, auteure-illustratrice
    Rapportés par Sophie Heywood
  • 15h30 Enfantina de 68, la nostalgie en héritage : pourquoi j’aime transmettre l’illustration des années 1970 ?
    Janine Kotwica, enseignante, commissaire d’expositions
  • 16h Témoignage d’Agnès Rosenstiehl, auteure-illustratrice
    Rencontre animée par Marie Lallouet, BnF/CNLJ
  • 16h30 Témoignage de France de Ranchin, artiste labyrinthiste
    Rencontre animée par Cécile Vergez-Sans
  • 17h Clôture de la journée

Modalités pratiques

  • Jeudi 17 mai 2018
  • Entrée gratuite sur inscription
  • Lieu : Médiathèque Françoise Sagan
    8 Rue Léon Schwartzenberg
    75010 Paris
  • Inscriptions-renseignements :
    Marion Caliyannis
    01.53.79.57.06
    marion.caliyannis@bnf.fr

Journée d’étude organisée par le Fonds patrimonial Heure joyeuse / médiathèque Françoise Sagan et le Centre national de la littérature pour la jeunesse/ BnF, avec la collaboration de Sophie Heywood, coordinatrice du projet de recherche international ‘The children’s’68

Voir aussi : l’exposition Icônes de Mai 68 : les images ont une histoire, du 17 avril 2018 au 26 août 2018, BnF, site François-Mitterrand / Galerie 1

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Explorer des corpus d’images. L’IA au service du patrimoine

Suite aux ateliers « Décrire, transcrire et diffuser un corpus documentaire hétérogène : méthodes, formats, outils » et « Géolocalisation et spatialisation de documents patrimoniaux », une troisième demi-journée d’étude a été organisée dans le cadre du programme de recherche CORPUS, inscrit au plan quadriennal de la recherche 2016-2019 de la Bibliothèque nationale de France (BnF). Dans la continuité des deux ateliers précédents, cet après-midi d’étude, qui a eu lieu le 28 mars sur le site Richelieu, était conçu autour d’une seule thématique et dans le même esprit d’incitation au partage entre le monde des bibliothèques et les milieux académiques.

Neuf présentations se sont succédé au fil de l’après-midi avec l’objectif d’esquisser un panorama de différentes applications des méthodes d’analyse automatique d’images par le contenu.

L’état de l’art des solutions logicielles, actuelles ou en développement, réalisé à la demande de la BnF au Centre Européen de valorisation numérique Valconum.

Présentation par Nicolas Sidère, ingénieur de recherche, laboratoire Informatique, Image et Interaction (L3i), université de La Rochelle.

La BnF s’est engagée en 2017 à « faciliter l’usage de Gallica » – la bibliothèque numérique de la BnF – en développant « des outils conviviaux d’exploration des corpus (fouille d’images, reconnaissance d’articles, etc.) »1. Afin de mieux cerner les possibilités existantes pour mettre en place à terme de tels outils permettant la fouille d’images, une étude a été demandée en 2017 par la BnF à Valconum, consortium académique-industriel visant la valorisation de contenus numériques. Cette étude, cordonnée par le L3i et rédigée par quatre laboratoires partenaires (L3i, LIPADE, CVC, IRISA), avait donc pour objectif de fournir un panorama des solutions logicielles pour la mise en place d’un outil de recherche d’images dans Gallica reposant non plus sur les métadonnées textuelles associées essentiellement manuellement aux images, comme à l’heure actuelle, mais aussi sur la reconnaissance automatique de caractéristiques formelles ou structurelles des images.

Parmi les possibilités de recherche d’images existantes, trois orientations peuvent être distinguées : la navigation libre dans un corpus, la recherche par mots-clés et la recherche par le contenu, que la BnF souhaite intégrer à Gallica.

Le fonctionnement d’un système traditionnel d’indexation et de moteur de fouille d’images basé sur le contenu (CBIR, Content-Based Image Retrieval) prévoit différentes phases : le prétraitement des images pour en améliorer la qualité (suppression de distorsions, augmentation des contrastes, suppression de bruits de numérisation, etc.), ensuite l’extraction des caractéristiques structurelles des images, la constitution d’une base de données où ces caractéristiques sont stockées, pour être enfin comparées aux caractéristiques d’une image spécifique lors d’une requête de l’utilisateur.

By Xiawi [GFDL (http://www.gnu.org/copyleft/fdl.html) or CC BY-SA 3.0 (https://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0)], from Wikimedia Commons
By Xiawi [GFDL (http://www.gnu.org/copyleft/fdl.html) or CC BY-SA 3.0 (https://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0)], from Wikimedia Commons

Deux grandes catégories d’approches d’indexation par le contenu sont possibles aujourd’hui : l’approche par le contenu visuel et celle par le contenu sémantique.

La première approche vise à générer la signature d’une image en extrayant des indices visuels sur la base de trois typologies de caractéristiques : description globale (couleur, texture, forme), description spatiale (agencement des composantes d’un document) ou description locale (utilisation de descripteurs sur des zones locales d’intérêt).

Descripteurs locaux (exemple)

Avec l’avènement de l’apprentissage profond (deep learning), la capacité à extraire et à sélectionner ces caractéristiques de manière automatique (c’est-à-dire par des réseaux de neurones artificiels) accélère les traitements et ouvre de nouvelles voies. Une application immédiate de cette approche est la recherche d’images par similarité.

La deuxième approche, celle d’indexation par le contenu sémantique, ne vise pas à rechercher des notions visuelles (aussi définies comme « bas niveau ») mais à détecter automatiquement des concepts (aussi définis comme « haut niveau ») pour la création d’un index sémantique. Cela permet l’étiquetage soit d’une image entière, soit d’une portion de l’image et ces étiquettes peuvent être ensuite inclues dans une ontologie qui permet de faire des inférences ou de désambiguïser. ImageNet est aujourd’hui l’exemple le plus parlant de base d’images (naturelles) annotées à partir de concepts (80 000). Des applications possibles grâce à l’indexation par le contenu sémantique sont par exemple l’identification et la localisation d’objets dans une image (détection de visages, de personnes, d’objets, etc.) ou la génération automatique de légendes d’illustration.

Légendage automatique

Concernant les outils existants ou en développement et les acteurs, trois types peuvent être distinguées :

  • Les outils fournis par les « géants du Web » (Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft) ou GAFAM : Google Vision API, Amazon Rekognition, IBM Watson/ Cloud Visual Recognition, qui donnent des résultats prometteurs mais présentent aussi des défauts (entrainement sur des corpus iconographiques contemporains, coût à l’image analysée) ;
  • Les start-up ou laboratoires spin-off (Lamark, NeoVision, Videntifier, OddConcepts) qui peuvent répondre à des besoins plus spécifiques mais qui demandent plus de temps de mise en œuvre ;
  • Les frameworks ou bibliothèques open source (Caffe, TensorFlow, OpenCV, FLANN, Faiss) prêts à l’emploi ou personnalisables.

Les contraintes principales pour la mise au point d’un outil d’indexation et de recherche d’image par le contenu sont la nature hétérogène des corpus en termes de contenus, de techniques de production et de supports, de supports-images (qualité de numérisation et de compression). La diversité des approches et outils à disposition implique également de faire des choix scientifiques/techniques. Enfin, la nécessité d’investissements d’infrastructure informatique pour un passage à l’échelle est un point à prendre en considération.

Afin de satisfaire les besoins des institutions patrimoniales telles que la BnF, la collaboration avec les laboratoires de recherche, et entre institutions, paraît la solution la plus adaptée en permettant notamment la prise en considération des spécificités des collections et des images anciennes.

Gallica.pix, une preuve de concept utilisant les collections de Gallica sur la période 1914-1918.

Présentation par Jean-Philippe Moreux, expert OCR et formats éditoriaux, BnF.

Gallica.pix est un démonstrateur développé par Jean-Philippe Moreux et accessible sur Gallica Studio. Il met en œuvre une approche d’indexation sémantique sur les collections iconographiques de Gallica couvrant la période 1914-1918 et sur lesquelles différents outils ont été expérimentés dans une optique de recherche d’information encyclopédique.

La réalisation du PoC a demandé plusieurs étapes : la première consistait à repérer les illustrations, y compris celles contenues dans les imprimés (presse quotidienne, revues, monographies) à l’aide des API de la BnF ; la deuxième consistait à les enrichir avec des métadonnées permettant leur recherche ; la dernière à élaborer une interface de recherche web interrogeant une base XML (basex.org).

Processus d’extraction

Le fait d’identifier les illustrations et de les référencer dans une application dédiée à la recherche d’images offre en soi une expérience utilisateur enrichie. Néanmoins, cette première phase d’extraction pose un certain nombre de défis :

  • Pour la collection Images, les métadonnées bibliographiques sont souvent lacunaires, sans vocabulaire normalisé, et pas pensées pour cet usage. Certains recueils d’images sont signalés avec une seule notice pour x
  • Pour les imprimés, l’identification des illustrations au sein des pages est donnée par l’OCR, avec les défauts de ce dernier. Ainsi pour le cas particulier de la presse quotidienne, le bruit peut atteindre 80% pour de l’OCR brut.
  • Toujours pour la presse quotidienne, l’identification des publicités illustrées (avec une part proche de 30%) est un autre enjeu, car elle ne peut être menée sur les seuls critères visuels.
Proximité visuelle entre illustrations éditoriales et publicités illustrées (signalées par une icône)

Dans la deuxième étape d’enrichissement des métadonnées, ont été utilisés un réseau de neurones pré-entrainé et open-source de Google (Inception-V3) pour la classification des genres d’illustrations (photo, gravure, carte, etc.) puis l’API IBM Watson Visual Recognition pour l’indexation sémantique (la bibliothèque open source OpenCV/dnn a également été testée). Les images elles-mêmes sont extraites des serveurs Gallica via l’API Image IIIF.

Le réseau Inception-V3 est un réseau de neurones convolutionnels (CNN). Il a été réentrainé (sa seule dernière couche, approche dite « d’apprentissage par transfert », “transfer learning”) sur un jeu de 12 classes documentaires (environ 1000 images par classe) et évalué sur un sous-ensemble du jeu.

Les « genres » documentaires

Rappel et précision sont de l’ordre de 90%. Cette approche permet également de filtrer le « bruit » issu de l’OCR mais aussi celui présent dans les collections Images (recueils, portfolio, etc.) : couverture, pages blanches intercalaires, pages de texte.

L’utilisation d’un réseau de neurones induit des comportements spécifiques. Ainsi les confusions surviennent sur des genres visuellement proches (photographie/gravure, schéma/carte/dessin, etc.).

Confusion : dessin, schéma technique, carte ?

L’échelle d’analyse du réseau (299×299 pixels) intervient également. À cette échelle, des pages de genres différents peuvent sembler visuellement proches.

Partition, presse, carte

Le phénomène de généralisation est aussi exemplaire de l’apprentissage profond : le réseau sait identifier des images proches de celle de la classe d’apprentissage. Ainsi de ces cartes illustrées.

Ce type de cartes illustrées n’était pas présent dans le jeu d’apprentissage

En matière d’indexation sémantique, deux évaluations ont été menées sur les classes Personnes et Soldats extraites par IBM Watson. Ainsi pour la recherche de visuels de soldats, si le taux de rappel de l’API n’est que de 55%, la possibilité de réentrainer le réseau sur les données de la BnF permet de gagner 5%. Et en croisant cette indexation visuelle sémantique avec les métadonnées bibliographiques, le taux de rappel atteint alors 70%. A comparer aux 20% obtenus par une requête par mot-clé sur les seules métadonnées (« soldat OU poilu OU officier… »).

Taux de rappel selon divers scénarios de recherche (classe « Soldat »)

La détection de visages de l’API Watson est également testée. Un taux de rappel de 30 % et une précision de 99,8 % montre que l’API a été paramétrée avec des réglages conservatifs. Un autre réseau (modèle ResNet du module « dnn » d’OpenCV 3.3) donne un meilleur taux de rappel (au détriment de la précision), y compris sur des documents « difficiles » (dessin de presse, gravure).

Détection de visages et de genres (API Watson)

 

Détection de visages (ResNet, OpenCV/dnn)

Finalement, l’application web Gallica.pix interroge la base XML avec XQuery et affiche les imagettes via le serveur IIIF BnF. Divers cas d’usage peuvent être envisagés :

  • Mot-clé: une recherche sur un mot-clé interroge les métadonnées bibliographiques et l’OCR. L’exemple ci-après montre les résultats d’une recherche menée sur Georges Clemenceau dans Gallica et dans Gallica.pix : la fouille dans les imprimés a considérablement enrichi l’offre iconographique.
Recherche sur le mot-clé « clemenceau » : Gallica Images (1910-1920) : 140 résultats, Gallicap.pix : 859
  • Types documentaires : dans le cas précédent, la facette « Dessin » donne accès aux caricatures de presse de Clemenceau
  • Concepts: l’indexation sémantique visuelle est utilisée. Toujours dans le cas « Clemenceau », les critères Personne ou Visage permettent de filtrer les illustrations de Georges Clemenceau de celles se rapportant à lui (événements, commentaires, etc.). Autre exemple, le concept « Avion » donne accès à des illustrations représentant des avions alors que le mot-clé « avion » renvoie aussi à des aviateurs, des cartes aériennes, etc.
A gauche, mot-clé « avion », à droite, classe « Avion »
  • Requêtes hybrides : L’indexation sémantique et les métadonnées sont utilisées. Ainsi la recherche de visuels sur les destructions urbaines consécutives à la bataille de Verdun : classe=(”rue” OU ”maison”) ET mot-clé=”Verdun”
Recherche hybride

Le PoC a permis de mettre en évidence les atouts d’une telle approche :

  • La maturité des techniques d’IA dans le traitement d’image rend possible leur intégration dans la boîte à outils des bibliothèques numériques.
  • Un accès unifié à toutes les ressources iconographiques d’une collection numérique à vocation encyclopédique est offert.
  • Elle ouvre de nouvelles perspectives, avec par exemple la création de jeux de données iconographiques pour la recherche (cartes, publicités, sports, etc.) ou pour l’entraînement (apprentissage profond).
  • La réutilisation des ressources numériques est favorisée : les fonds iconographiques ainsi référencés et indexés peuvent à leur tour être diffusés avec des protocoles standards (en particulier avec l’API Presentation de IIIF).
  • De manière annexe, ce PoC montre qu’il est possible de réaliser des applications complexes à partir de l’offre en API de la BnF.

Cependant, des défis et questionnements se font jour :

  • Verrous scientifiques : segmentation et indexation sur des fonds hétérogènes ; entraînement sur des fonds patrimoniaux (les offres commerciales étant entraînées sur des ressources contemporaines)
  • Ingénierie : architecture technique, puissance de calcul, explosion des métadonnées (10 M pour le corpus Gallica.pix)
  • Métadonnées descriptives pour l’indexation : modèle de données, formats, vocabulaires, standards ?
  • Cycle de vie de l’indexation ?

Le prototype Gallica Images.

Présentation par Raphaël Baudiment, ingénieur étude et développement, BnF.

Le prototype Gallica Images, développé par Raphaël Baudiment, met en œuvre l’autre approche d’indexation d’images par le contenu : celle du contenu visuel basée sur les similarités formelles et structurelles des images. Sans faire appel aux techniques d’apprentissage profond, l’objectif était de créer un index à partir d’un corpus d’images de Gallica issu des collections d’images des départements spécialisés.

L’index de test de plus de 620 000 images ne s’appuie pas sur les métadonnées bibliographiques mais il est construit à partir de la structure de chacune des images, décrite dans une signature utilisée pour la comparaison et l’identification de similarités lors d’une recherche. À cet effet, pour chaque image, des statistiques ont été calculées sur la distribution colorimétrique (un seul canal pour les images noir et blanc ou en niveaux de gris, trois canaux pour les images en couleur) à l’aide de l’outil open source ImageMagick qui permet de calculer pour chaque canal de l’image la moyenne colorimétrique, l’écart type, l’ asymétrie, la courbure et l’entropie.

Afin de rechercher ces images, une application web a été développée pour fonctionner en deux phases : une première phase de présélection qui présuppose la pertinence par rapport à l’image-requête et une deuxième phase de tri pour fournir en réponse de la requête des résultats classifiés par pertinence descendante. Pour cette deuxième phase a été utilisé l’un des algorithmes en surcouches du serveur Solr développés dans le cadre du projet Lucene/LIRE. L’algorithme, choisi en raison de sa pertinence, s’appelle calcul d’empreinte FCTH (Fuzzy Color and Texture Histogram) ; il prend en entrée une image et ensuite calcule une empreinte sous forme d’un tableau de 192 octets. Outre l’index produit par ImageMagick, un deuxième index a donc été constitué via l’algorithme FCTH ; l’avantage étant l’utilisation des empreintes pour le calcul de distance. La mesure de similarité de Tanimoto, a enfin été employée pour calculer cette distance, c’est-à-dire pour classifier les images sur la base du niveau de similarité.

L’index produit a servi à construire une API qui permet d’utiliser un protocole pour interroger les images en termes de palette de couleurs et de proportions.

Exemples de requêtes

Grâce au protocole IIIF, d’autres fonctionnalités ont été expérimentées, comme par exemple une expérience renouvelée de l’exploration de documents cartographiques basée sur la comparaison de cartes anciennes avec des systèmes cartographiques contemporains tels qu’OpenStreetMap.

En conclusion, Gallica Images propose une nouvelle forme de découverte des collections BnF, rythmée par des rebonds qui incitent la flânerie et la sérendipité. Dans une application de recherche d’image, cette approche serait complémentaire des techniques d’indexation sémantique.

Diginpix, un système d’identification d’entités visuelles dans les images fixes et animées.

Présentation par Nicolas Hervé, chercheur en informatique, INA.

Diginpix est un prototype de système de reconnaissance d’entités visuelles développé à l’Espace recherche de l’Institut national de l’audiovisuel en 2014, en collaboration avec équipe-projet ZENITH de l’INRIA. Il ne se base pas sur l’apprentissage de classes (concepts généraux) mais sur la reconnaissance d’instances, c’est-à-dire d’éléments spécifiques dans une image fixe ou animée qu’on peut définir comme des entités visuelles en faisant un parallèle avec la reconnaissance d’entités nommées dans un texte.

Le prototype est disponible en ligne et fonctionne sur deux types d’entités visuelles : des logos et des peintures. Ces entités visuelles sont issues de dictionnaires sur lesquels le système de reconnaissance a été entrainé. Le dictionnaire des logos contient 25 000 entités morales issues de liste de marques, de partis politiques, d’organisations internationales par exemple, pour lesquels les images ont été repérées sur Google pour constituer automatiquement une base de données. Le dictionnaire des peintures est quant à lui le résultat d’un partenariat avec l’agence photos RMN dont la base de données, qui contient 5 photographies par tableau en moyenne, a été partagée. Les deux bases de données sont donc de deux natures différentes : d’un côté une base qui contient énormément d’images par entité (200 images environ par logo) mais de qualités hétérogènes, de l’autre une base qui contient peu d’exemples mais d’excellente qualité.

Le prototype a été testé sur le fonds des vidéos de sport, de musées et les vidéos disponibles en ligne sur le site ina.fr. Pour ne pas masquer la complexité des systèmes de reconnaissance visuelle, les pourcentages de réussite (les scores de prédiction de l’algorithme) sont clairement affichés dans les résultats afin de donner à l’utilisateur l’autonomie et le choix de prendre en compte une vidéo ou pas dans le cadre de ses recherches.

Résultats avec score de confiance

L’image animée implique une problématique ultérieure par rapport à l’image fixe en raison de sa dimension temporelle. Un visualiseur spécifique a été aussi développé, dans une logique open source, pour permettre le repérage rapide des entités visuelles dans la temporalité de la vidéo.

Visualiseur diginpix.ina.fr

Comme le repérage d’entités visuelles demande énormément d’informations locales, les bases de données d’indexation constituées à partir de la reconnaissance des entités sont conséquentes (elles peuvent avoir une taille supérieure à celle des vidéos elles-mêmes) et font l’objet de recherches au sein de l’établissement pour en optimiser les temps de calcul.

Dans ce contexte, la qualité et la modélisation des données jouent un rôle fondamental car c’est sur les bases de données que les algorithmes sont entrainés.

Reconnaissance automatisées des images de presse. L’exemple de la presse d’entre-deux-guerres.

Présentation par Pierre-Carl Langlais,  post-doctorant dans le cadre du projet ANR Numapresse.

Le travail de Pierre-Carl Langlais n’est pas mené dans l’optique de fournir des outils pour l’exploration de corpus mais dans la perspective de développer des solutions techniques pour répondre à des questions scientifiques posées, plus spécifiquement, dans le cadre du projet Numapresse. Ce projet ANR, actuellement en cours, a pour vocation d’explorer les mutations culturelles, les transferts génétiques et poétiques de la presse francophone de 1800 à 2018.

L’expérimentation présentée part du postulat que la plupart des images de presse sont intégrées dans un article et propose une classification automatique des images par le texte.

Le premier matériau pris en considération pour l’expérimentation a été l’OLR (Optical Layout Recognition) produit dans le cadre du projet Europeana Newspapers (1814-1945). En permettant la reconnaissance semi-automatique des agencements des éléments dans une page de journal, il permet indirectement d’identifier des illustrations dans la presse.

Parallèlement à la distinction des zones textuelles des zones iconographiques, un prototype de topic modeling supervisé, couvrant dix-neuf formes journalistiques, a été développé pour repérer les formes courantes entre 1920 et 1940. Ces modèles permettent d’analyser la répartition des genres sur de longues périodes, et de mettre en lumière des récurrences et des ruptures.

Ce modèle permet donc de classifier les articles mais aussi les illustrations associées et de constituer des sous-corpus thématiques à partir de la classification opérée. Avec cette classification des images via le texte, il devient possible de parcourir rapidement l’ensemble des images publiées dans une rubrique et de faire émerger des pratiques visuelles inattendues.

L’indexation sémantique visuelle sur l’illustration de presse est également évaluée à l’aide de modèles généralistes (Imagenet), qui de fait sont imparfaits. Néanmoins, dans un corpus aussi spécifique (le sport dans la presse quotidienne), les catégories prennent sens les unes par rapport aux autres. Ainsi la projection des proximités entre les classes d’Imagenet sur les images de sport du Parisien de 1934, puis la montée en abstraction sémantique grâce aux métadonnées de wordNet conduit à un réseau d’étiquetage pertinent des « régimes de représentabilité » du sport.

Projection tsne (à gauche), réseau d’étiquetage (à droite)

D’autres perspectives de recherche concernent les légendes des illustrations, la segmentation des composantes des illustrations, l’agencement de l’image du texte, la « viralité » de l’image de presse ou enfin les conditions de production de l’image de presse.

Cette expérimentation met en lumière les possibilités ouvertes par la technique mais aussi l’importance des compétences scientifiques, garantes de la pertinence de l’interprétation des résultats.

Le projet SIAMESE. Les images publicitaires comme sources historiques.

Présentation par Melvin Wevers, post-doctorant, DHLAB-KNAW, Amsterdam.

Le projet de recherche SIAMESE naît de l’idée qu’à partir de l’analyse des images publicitaires, il est possible de dégager les idéaux, les modes et les aspirations d’une société à une époque donnée. Le projet a été mené en 2017 par Melvin Wevers en tant que « chercheur en résidence » au KB Lab de la Bibliothèque nationale des Pays-Bas.

Afin d’analyser les images publicitaires présentes dans la presse du XXe siècle (1,6 million de publicités environ), le recours à une analyse computationnelle était nécessaire. La Bibliothèque nationale des Pays-Bas signale dans Delpher deux typologies d’information : les métadonnées de l’illustration (journal, page, taille et date de publication) et le texte contenu dans l’illustration (extrait grâce aux techniques d’OCR). Ces informations peuvent être analysées indépendamment car elles permettent de connaître par exemple les changements en termes de taille, de positionnement dans les journaux et de proportion d’éléments textuels et d’éléments visuels.

Taille moyenne des illustrations (1948-1995)

Dans une approche de vision par ordinateur (computer vision), les métadonnées peuvent être croisées avec l’analyse automatique des images. En effet, pour ce qui concerne les images publicitaires, la fouille du texte (text-mining) ne suffit pas à identifier par exemple toutes les publicités de la marque Camel car parfois le texte « Camel » est présent dans l’annonce, parfois il ne l’est pas mais un logo se trouve à la place. La fouille d’image (image mining) peut alors compléter cette « insuffisance » des métadonnées et du text mining en apportant les informations visuelles.

Le projet SIAMESE, d’une durée de six mois, a été l’occasion d’expérimenter l’utilisation de réseaux de neurones convolutionnels (CNN) pour étudier les publicités dans deux journaux nationaux sur la période 1948-1995. La première phase du projet consistait à nettoyer les données via les métadonnées pour sélectionner les publicités contenant des éléments iconographiques. La deuxième phase consistait à utiliser des réseaux neuronaux pour identifier les éléments iconographiques dans les images. Comme les réseaux de neurones existants ne donnaient pas de bons résultats avec les images publicitaires du XXe siècle, au lieu d’utiliser la dernière couche de classification du réseau (qui détermine par exemple si un chat est un chat et avec quel niveau de probabilité il l’est), la décision a été prise de s’arrêter à l’avant-dernière couche de calcul qui identifie les caractéristiques structurelles et formelles (2048 données) d’une image, par exemple déterminer si dans l’image est présente une ligne diagonale ou des cercles ou des triangles.

Les images ont donc été classifiées selon leurs caractéristiques visuelles en utilisant la bibliothèque open source pour TensorFlow qui permet de calculer les regroupements visuels (clustering). Une recherche des plus proches voisins permet ensuite de naviguer dans cet espace de représentation. Ce processus a abouti à l’application SIAMESE qui, à partir de la sélection d’une image, fournit les images publicitaires similaires par année et la possibilité de consulter le journal dans lequel la publicité en question a été publiée.

http://lab.kb.nl/tool/siamese

L’utilisation d’un réseau de neurones dans le cadre du projet HIMANIS.

Présentation par Dominique Stutzmann, chargé de recherche, IRHT.

HIMANIS est un projet européen (2015-2018, HERITAGE PLUS Joint Call) qui repose sur le soutien et l’engagement d’institutions patrimoniales, d’institutions de recherche en humanités et de chercheurs en sciences informatiques. Ce projet pluridisciplinaire a pour objectif ultime de comprendre la réalité du gouvernement royal à partir de l’indexation du corpus des registres de la chancellerie royale (c’est-à-dire la copie par l’administration royale des actes, à valeur perpétuelle essentiellement, qui sont produits pour les gens du royaume), qui est un corpus sur lequel les érudits travaillent depuis le XVIIe siècle. Ce corpus (200 volumes, 70k pages, français, latin, allemand) est conservé aux Archives nationales et à la BnF.

Un prototype de recherche et de consultation a été réalisé. Il est basé sur un moteur de recherche avec négociation de contenu, qui permet à l’utilisateur de favoriser la précision ou le rappel d’information parmi l’ensemble des hypothèses de reconnaissance fournies par le système.

Recherche du mot-clé « nostrum » et occurrences de l’abréviation « nrm »

Pour atteindre ce résultat, la maîtrise des données était d’abord nécessaire pour pouvoir entrainer la machine et pour assurer un apprentissage qualitatif. L’entrainement est réalisé sur la base d’un corpus TEI constitué à partir des transcriptions existantes des chartes (éditions rétroconverties et éditions électroniques natives). Le modèle apprend donc sur un corpus dont la langue a été modernisée et dont les abréviations ont été mises au long.

L’entraînement est réalisé au niveau de la ligne (ce qui suppose d’entraîner un segmenteur de lignes, d’aligner les lignes avec le texte du corpus, et de corriger les erreurs résiduelles, ce qui a été réalisé à l’aide de l’outil Transkribus). La reconnaissance de l’écriture s’appuie sur un réseau de neurones récurrent (RNN) et des ressources linguistiques (N-grams, dictionnaires, lemmatisation).

L’évaluation de la qualité de la transcription et des performances en regard des usages attendus est un autre enjeu fort de ce projet.

Le travail actuel porte sur l’élaboration d’une nouvelle interface, l’identification des scribes et des entités nommées (pour donner un accès géographique ainsi que nominal permettant l’analyse de réseaux), ainsi que l’exposition des données grâce à des protocoles interopérables (en particulier IIIF). De ce fait, une intégration des résultats d’HIMANIS dans Gallica est une perspective envisageable.

Visualiseur IIIF

Ce projet met en lumière l’importance de la réutilisation de données ou métadonnées historiques qui permettent, elles, d’entrainer correctement des machines à identifier les textes, les lire et les catégoriser, et cela pour des volumes importants (70 000 pages). Il ouvre les moyens de créer de nouveaux savoirs dans un environnement ouvert.

La compétition scientifique CLAMM.

Présentation par Nicole Vincent, professeure au LIPADE, Paris Descartes.

La compétition CLAMM vise à fournir des solutions pour la classification automatique de manuscrits médiévaux latins afin de permettre l’étude de réseaux à l’époque médiévale. L’objectif de la compétition était donc de reconnaître des types d’écriture (distingués en douze classes) dans des manuscrits médiévaux et d’en établir la datation. Deux niveaux de difficulté ont également été distingués relativement à l’homogénéité des images.

La base de données sur laquelle se base la compétition a été annotée par les membres experts de l’IRHT, structurée en sous-ensembles pour permettre plusieurs tâches et divisée en deux (une partie pour l’apprentissage et une partie pour les tests). Deux corpus d’images ont été utilisés : un premier relativement homogène, constitué par des images de bonne qualité en niveaux de gris dédié à l’apprentissage et aux tests; et un deuxième corpus hétérogène en termes de formats, compressions et couleurs dédié aux seuls tests.

Deux compétitions ont eu lieu : une en 2016 et une en 2017. Lors de la première, l’objectif était de reconnaître le style de l’écriture. En 2017, deux tâches étaient en revanche visées : au style des écritures venait s’ajouter la datation. Le taux de reconnaissance globale, par classe  ainsi que la distance intra-classe moyenne étaient les critères d’évaluation.

En 2016, le meilleur système pour la reconnaissance globale (sous forme de matrice de confusion, à gauche dans la figure suivante) met en évidence la capacité de la machine à reconnaître la plupart des classes. Les résultats concernant la distance intra-classe (à droite dans la figure) permettent d’évaluer la qualité des caractéristiques extraites par les systèmes en compétition (il est possible de travailler sur deux niveaux).

La robustesse des systèmes est aussi un enjeu majeur. Le graphe suivant montre par exemple un système (bleu foncé) offrant de bonnes performances globales mais étant mis en échec sur la classe 11.

Concernant la datation, les résultats sont moins satisfaisants car l’ensemble de l’apprentissage était moins régulier en nombre d’éléments par classe.

La moitié des systèmes étaient basés sur des CNN et des architectures profondes, les autres sur des caractéristiques plus ou moins nombreuses. Les architectures profondes ont donné les meilleurs résultats.

Pour ces tâches de classification, des approches interactives sont également envisageables. Elles consistent par exemple à faire apprendre au système, par interaction avec l’expert, les poids des différentes caractéristiques, ou encore à donner un feedback utilisateur au système, ce qui permet d’améliorer ce dernier au fur et à mesure de son utilisation.

Le deep learning pour l’histoire de l’art, un projet de thèse.

Présentation par Nicolas Gonthier, doctorant, LTCI, Télécom ParisTechUniversité Paris Saclay.

Sous la direction de Yann Gousseau, Saïd Ladjal (Télécom ParisTech) et Olivier Bonfait (Université de Bourgogne), Nicolas Gonthier mène depuis cette année un projet de recherche intitulé « Transfert d’apprentissage pour l’analyse iconographique d’œuvres d’art graphiques ». Ce projet de thèse vise à permettre l’indexation iconographique automatique en faisant appel aux techniques et aux méthodes de l’apprentissage profond. Le projet part s’appuie sur le transfert d’apprentissage, c’est-à-dire de l’idée d’utiliser les descripteurs haut niveau d’un réseau de neurones généraliste préentrainé pour une autre tâche. Autrement dit, le réseau entrainé pour réaliser de la classification de photographies est utilisé pour de l’analyse iconographique d’œuvres d’art graphiques.

La démonstration en ligne sur les peintures d’ArtUk suggère qu’il est possible de classifier des peintures à l’aide de descripteurs appris sur des photographies avec deux cents exemples. Une base d’apprentissage est créée à partir d’images issues de WikiCommons et portant sur 5 classes (ange, marie, nudité, ruines, Jésus Christ) et 5475 documents. Plusieurs modèles de réseau sont testés sur cette base.

Par ailleurs, les algorithmes de détection permettent l’identification de différents éléments dans une image, ce qui est un prérequis dans le contexte de l’analyse iconographique d’œuvres. Comment faire du transfert d’apprentissage avec un réseau tel que Faster R-CNN ? Quelle proposition contient l’objet détecté ? Comment mettre en œuvre un apprentissage multi-instances pour l’indexation iconographique ? En ne gardant que la zone la plus positive pour les exemples positifs et en distinguant les choix corrects des choix partiels (phase de sélection) une amélioration de l’apprentissage peut être constatée.

Malgré les limites générales des méthodes d’apprentissage, c’est-à-dire les biais dans la base d’apprentissage et la quantité des exemples, la possibilité d’annoter automatiquement des images avec des détections multiples et donc de réaliser de la recherche « pleine image » représente une opportunité considérable pour l’histoire de l’art.

D’autres éléments peuvent concourir à la réussite de ce type de projet : les classifications iconographiques existantes comme par exemple ICONCLASS et l’ouverture des bases de données des archives photographiques documentaires en histoire de l’art telles que celles conservées par le consortium international PHAROS.

Conclusion

En 2011, des acteurs du monde des bibliothèques constataient que l’indexation de l’image passe par le texte2. Aujourd’hui l’image semble avoir encore besoin partiellement du texte pour plusieurs raisons : des annotations sont nécessaires pour entrainer les systèmes de reconnaissance automatique, des métadonnées doivent être produites pour éviter de redemander continûment à la machine des calculs complexes et enfin le croisement des techniques de fouille de texte (text mining) avec celles de fouille d’image (image mining) apporte des résultats plus intéressants pour des projets de recherche sur des ouvrages ou sur la presse. Cependant, sept ans après la publication de l’ouvrage « Images et bibliothèques », les avancées dans le champ de l’analyse automatique d’images sont significatifs grâce notamment au développement des techniques d’apprentissage profond supervisé.

Malgré la disponibilité croissante de réseaux de neurones pré-entrainés et d’algorithmes d’identification des caractéristiques symboliques, l’adaptation du processus et des technologies à l’objectif final est fondamentale pour obtenir des résultats performants. Les institutions patrimoniales comme les laboratoires de recherche, notamment en humanités numériques, auraient alors intérêt à investir dans la phase d’apprentissage, à prendre en compte la complémentarité des deux approches différentes d’analyse et à raisonner par corpus, par ensembles d’images similaires en termes d’époque, technique de production et support-image.

Outre la question de l’apprentissage et de l’anachronisme de l’utilisation d’images contemporaines pour la reconnaissance d’images anciennes, un autre aspect ne devrait pas être négligé : l’espace de stockage. Dans le cadre du projet HIMANIS par exemple pour 4 To d’images, 10 To de métadonnées ont été produites. À une image, 30 à 40 métadonnées descriptives peuvent être facilement associées mais elles risquent d’avoir une durée de vie limitée à cause de la rapidité des progrès technologiques.

Traditionnellement l’image entretient une relation complexe avec la normalisation, notamment pour ce qui concerne les métadonnées associées. Si une normalisation technique dans le champ de l’indexation automatique pourrait être difficile à mettre en œuvre en raison de la rapidité de l’évolution technologique, une normalisation des métadonnées et des ontologies pourrait être en revanche imaginée. Dans les faits, l’utilisation de bibliothèques de réseaux neuronaux open source limite aussi au niveau technique la dispersion et la multiplication des méthodes.

Même si les approches, les techniques, les capacités de calcul et de stockage évoluent, la modélisation et la qualité des données qui servent à l’apprentissage constituent les fondations d’un système stable. Comme la donnée est le pilier de tout système, une attention méticuleuse devrait lui être portée pour éviter des distorsions à long terme.

Comme le résume André Gunthert, ce panorama des approches et des applications des méthodes d’analyse automatique d’images démontre la nécessité et la fécondité de la collaboration étroite entre les humanistes et les ingénieurs pour répondre de manière qualitative à la multiplication des questions scientifiques que la mise à disposition de corpus massifs et de nouveaux outils de recherche d’images provoque.

Eleonora Moiraghi et Jean-Philippe Moreux

  1. Bibliothèque nationale de France, Contrat d’objectifs et de performance 2017-2021, p. 23 http://www.bnf.fr/documents/contrat_performance.pdf []
  2. Sous la direction de Claude Collard et Michel Melot, Images et bibliothèques, Paris : Éd. du Cercle de la librairie, 2011. []

Séminaire du C2RMF : projet CLARO

La prochaine séance du séminaire du C2RMF (Centre de recherche et de restauration des musées de France) aura lieu le vendredi 13 avril 2018 à 11h dans l’amphithéâtre Palissy (C2RMF – Site du Carrousel).

Gravure en clair-obscur de Hans Burgkmair, Amants surpris par la Mort (1510)

Programme

Kilian Laclavetine présentera le projet CLARO portant sur l’analyse des pigments des encres et des filigranes de gravures en couleurs réalisées en Allemagne, France et Pays-Bas entre 1508 et 1640.

Ce projet qui associe le C2RMF, le musée du Louvre et la Bibliothèque nationale de France est soutenu par la Fondation des sciences du patrimoine depuis 2016.

Informations pratiques

Vendredi 13 avril 2018 à 11h
C2RMF – Site du Carrousel, amphithéâtre Palissy.
Palais du Louvre – Porte des Lions
14, quai François Mitterrand
75001 Paris
En raison du plan vigipirate alerte attentat, il est nécessaire de s’inscrire en envoyant un message à marie.lionnet@culture.gouv.fr

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Les Arts de la rue fêtent l’entrée de leurs souvenirs à la BnF (7 avril 2018)

La Bibliothèque nationale de France et la Fédération nationale des Arts de la Rue, en partenariat avec la Société des auteurs et compositeurs dramatiques (SACD) et ARTCENA – Centre national des arts du cirque, de la rue et du théâtre, se sont associées afin d’organiser un événement festif et inédit qui symbolise la richesse du patrimoine des arts de la rue et rappelle la nécessité d’en préserver les souvenirs. Ce sont ainsi 50 années de présence artistique dans l’espace public qui seront célébrées.

Compagnie Houdart-Heuclin/Melando, Les Padox aux journées Portes ouvertes du site Richelieu de la BnF, 2017 © BnF

En mai 68, les étudiants des Beaux-Arts s’emparent des murs des villes pour y exposer leur production.
En mai 2018 la Fédération des Arts de la Rue fête ses 20 ans d’existence. Entre ces deux dates, une profusion de spectacles a marqué la mémoire de celles et ceux qui ont vécu l’émergence des arts de la rue dans l’espace urbain. Un enchaînement de dates qui sont les repères de la structuration de ce mouvement artistique et citoyen.

Le département des Arts du spectacle de la BnF conserve de nombreux ensembles sur les arts de la rue : archives de Michel Crespin, artiste et fondateur du festival d’Aurillac, ainsi que de Lieux publics et de la Cité des arts de la rue à Marseille, des fonds de compagnies comme Houdart-Heuclin (dont les Padox, étranges marionnettes habitées, croisées lors des journées d’inauguration du site Richelieu rénové en janvier 2017) et des photographies dont celles de Jean-Pierre Estournet et Joël Verhoustraeten.

Avec la participation d’Antoine le Ménestrel, qui partira à l’assaut de la façade de la BnF, de compagnies comme les Grandes Personnes, le Théâtre de l’Unité, la CIA, Décor sonore, Oposito, Generik Vapeur, Annibal et ses Éléphants ou Carabosse, ainsi que des éditions Deuxième époque.

Informations pratiques

Samedi 7 avril 2018 à partir de 15h à la Bibliothèque nationale de France
58, rue Richelieu Paris 75002

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Après-midi d’étude : La BnF, 20 ans après (12 avril 2018)

La BnF organise une après-midi d’étude autour de l’exposition Dominique Perrault – La Bibliothèque nationale de France. Portrait d’un projet 1988-1998.

Croquis réalisés en 1990 par Dominique Perrault pour le projet de la future Bibliothèque François-Mitterrand © Dominique Perrault architecte / ADAGP

Programme

  • 14h30-15h : Conférence introductive par Georges Vigarello, philosophe, ancien président du Conseil scientifique de la BnF
  • 15-16h45 : BnF : une nouvelle fabrique du savoir ?
    La BnF a-t-elle apporté, à travers les outils et l’espace offert aux chercheurs, une nouvelle manière de construire sa recherche ? A-t-elle inventé une nouvelle fabrique du savoir ? La répartition en départements, la césure décidée entre les collections, le double niveau (haut-de-jardin et rez-de-jardin) ont-elles permis un élargissement de la recherche et du public de chercheurs ?
    Table ronde animée par Thierry Pardé, directeur de la stratégie, BnFavec Marianne Bastid-Bruguière, membre de l’Institut, directeur de recherche émérite au CNRS, Frédérique Berthet, université Paris-7, Hélène Fleckinger, université Paris-8, Denis Bruckmann, directeur des collections, BnF et Antoine de Baecque, chercheur
  • 17h-17h15 : La bibliothèque vitrée vue de l’extérieur : la réception de la BnF aux États-Unis
    Par Barry Bergdoll, MOMA
  • 17h15-18h45 : BnF : un bâtiment en débat ?
    La construction d’un nouveau bâtiment a été au centre de polémiques et sa réception par les usagers a alimenté de nombreuses discussions. Cette séquence d’entretiens et de conférences devrait permettre de donner un coup de projecteur sur cette histoire agitée.
    Table ronde avec Dominique Alba, architecte dplg, directrice générale de l’Apur, Odile Lucan, Odile Seyler & Jacques Lucan architectes, Jacqueline Sanson, ancienne directrice générale de la BnF, François Chaslin, architecte et critique d’architecture français, Frédéric Edelman, journaliste et Pierre Nora, de l’Académie française.
  • 19h-20h : Master classe de Dominique Perrault

Modalités pratiques

Jeudi 12 avril 2018 – 14h30-18h30
Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand, Petit auditorium
Entrée libre dans la limite des places disponibles (200 places)

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Conférence : « Galeries et passages. Les traversées de Paris »

Le Centre allemand d’histoire de l’art, la Bibliothèque nationale de France, l’École nationale des chartes, les Universités Paris I Panthéon Sorbonne et Paris-Sorbonne ainsi que l’Institut national d’histoire de l’art portent le projet de recherche « Richelieu, histoire d’un quartier ».

Argument

Le but de ce projet collectif est moins de définir le périmètre exact du « quartier » que de dessiner les contours d’une géographie culturelle qui concentre au cœur de Paris les lieux du savoir et des arts. En se penchant sur l’histoire de ces espaces dans lesquels les partenaires du projet ont pris leur quartier, il s’agira de contribuer à une histoire des capitales culturelles, tout en réfléchissant à la meilleure manière de rendre visible et accessible cette histoire.

Dans un premier temps du projet, les partenaires proposent une série de rencontres sous forme de séminaire pour poser les jalons d’une réflexion commune sur l’histoire architecturale et culturelle du quartier Richelieu, sur les sources disponibles (en particulier à partir des fonds de la BnF et de l’INHA – sans évidemment oublier les archives qui seront repérées à cette occasion) et leur exploitation.

Programme

La prochaine session du séminaire donnera l’occasion à Jean-Philippe GARRIC, professeur à l’Université Paris 1 Sorbonne et directeur du Labex CAP,  d’aborder les Galeries et passages. Les traversées de Paris.

Boulevard Montmartre. : Passage Jouffroy : [estampe] / APM [Potémont]

Modalités pratiques

Vendredi 6 avril, 10h30-12h30
Salle Walter Benjamin, INHA-Galerie Colbert
2 rue Vivienne, 75002 Paris
Entrée libre dans la limite des places disponibles (60 places).

 

 

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Journée d’étude : Le Bac… et après ? Des révisions en bibliothèque aux premiers pas en université

L’Association des Directeurs et des personnels de direction des Bibliothèques Universitaires et de la documentation (ADBU), la Bibliothèque nationale de France (BnF) et la Bibliothèque publique d’information (Bpi) organisent une journée d’étude portant sur les lycéens en bibliothèques. Elle se déroulera à la BnF le mercredi 11 avril 2018 de 9h à 17h30.

© Pascal Lafay / BnF

Argument

Les bibliothèques de l’enseignement supérieur et de la recherche, grands établissements, bibliothèques universitaires, interuniversitaires, et de grandes écoles accueillent, outre leur public principal, un public lycéen souvent mal connu. Le Ministère de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation et le Ministère de l’éducation nationale ayant fait du continuum -3/+3 l’une de leurs priorités, il est important pour les bibliothèques de répondre à cette orientation politique : la fréquentation des bibliothèques universitaires ou d’un grand établissement constitue l’un des premiers points de contact des futurs étudiants avec le monde de l’enseignement supérieur.

Le public lycéen représente un enjeu important, et ses besoins méritent d’être identifiés avec précision : les enquêtes, études et analyses de publics de l’ADBU, de la BnF et de la Bpi permettent de jeter des regards croisés sur les caractéristiques de ces jeunes publics lors de cette journée, destinée à l’ensemble des professionnels des bibliothèques et des centres de documentation et d’information, aux acteurs de l’orientation des lycéens du secondaire vers le supérieur et aux enseignants, chercheurs et sociologues intéressés par ces publics et réalités. Ce sujet peut toucher, de manière élargie, de nombreux acteurs de l’enseignement secondaire et supérieur français.

La programmation scientifique, établie par les trois partenaires, présente une triple approche susceptible de retenir votre attention : sociologie des publics, accueil des lycéens, valorisation et évaluation des dispositifs et services concrètement mis en place dans les établissements, notamment en période de révision du baccalauréat.

Programme

9h Café d’accueil

9h30 Ouverture de la journée
Sylviane Tarsot-Gillery, Directrice générale de la BnF
Christine Carrier, Directrice de la BPI
Christophe Pérales, Président de l’ADBU

10h Dans le vif du sujet
Les lycéens en bibliothèque(s), apport des études de publics et ajustement de service
Nicolas Di Méo, SCD de l’Unistra, enquête ADBU 2016
Irène Bastard, Délégation à la stratégie et à la recherche, BnF
Christophe Evans, service Etudes et recherche de la BPI
Mathilde Poulain, Directrice adjointe, Bibliothèque Université Le Havre

10 h 45 pause

11h Plénière
L’acculturation des nouvelles générations étudiantes à l’Université. Diversité des trajectoires, diversité des socialisations
Mathias Millet, Professeur de sociologie à l’Université de Tours, laboratoire CITERES

13h45 Sessions parallèles : Présentations de sept dispositifs d’accueil de lycéens
Bibliothèques universitaires et grands établissements
Avignon / Amaury Catel
BPI / Guilaine Thuillart, Anna Giraud
Le Havre / Mathilde Poulain
Bordeaux / Nathalie Falgon-DefayIsabelle Rondot-Delbecque
BnF / Anne Pasquignon
UVSQ / Chantal Merle
Angers / Nathalie Clot

15h30 Ateliers pratiques : Traduire un règlement pour un public lycéen.
Nathalie Daigne, BPI
Construire son dispositif d’accueil de lycéens.
Angélique Sozza, BnF
Sur les traces des lycéens : observer pour mieux cohabiter. Nathalie Clot et Maud Puaud, BU Angers
Mise en place d’un partenariat entre lycées et bibliothèques universitaires : objectifs, moyens, dispositifs d’évaluation.
Valérie Mallet, Université de Lorraine et Brigitte Decker, lycée Chopin de Nancy

15 h 15 pause

16h30 Table ronde : Mise en perspective : lire, se former, s’informer dans les institutions
Modératrice : Irène Bastard, délégation à la stratégie et à la recherche, BnF
Stéphane Bonnery, Professeur en sciences de l’éducation, Paris 8
Anne Boraud, Directrice du SCD de l’Université de Haute-Alsace
Anne Cordier, MCF en Sciences de l’Information et de la Communication – ESPÉ Université de Rouen Normandie
Joëlle Le Marec, Professeure en sciences de l’information et de la communication au CELSA, Sorbonne Université

Regards croisés sur le Continuum -3/+3
Patrick Allal, Inspecteur général de l’administration de l’éducation nationale et de la recherche. Chef de mission enseignement scolaire et Elisabeth Carrara, Inspectrice générale de l’éducation nationale. Groupe Établissements et vie scolaire

Modalités pratiques

Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand, Petit auditorium
Mercredi 11 avril 2018 de 9h à 17h30.
Entrée libre sur inscription en ligne : https://www.eventbrite.fr/e/inscription-journee-detude-adbu-bpi-bnf-le-bac-et-apres-42899629948

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Rencontres Gallica : « Paris sur Gallica »

Dans le cadre de ses Rencontres Gallica, la Bibliothèque nationale de France organise une session consacrée à l’histoire de la ville de Paris, le mardi 20 mars 2018.

Entr’actes de pierres / par Maurice Guillemot ; eaux-fortes d’Eugène Béjot

Argument

Les documents concernant la ville de Paris ont paru en très grand nombre. Parmi ceux-ci, les livres, gravures et photographies occupent une grande place sur Gallica. À titre d’exemple, 5000 ouvrages provenant du fonds Le Senne de la BnF, concernant exclusivement Paris, numérisés, sont en ligne, de même que près de 4000 photographies d’Eugène Atget (1857-1927). Aux documents propres à la BnF s’ajoutent plusieurs milliers de documents choisis par les partenaires de Paris et d’Ile de France. Devant le foisonnement occasionné par la richesse et la variété  des documents, à une approche encyclopédique illusoire, on a préféré une mise en valeur par focus visant à cibler des ensembles particulièrement riches, que ce soit dans le domaine de l’histoire (Les livres des premiers historiens de Paris sous l’Ancien régime, la Commune de Paris, etc.) , ou dans celui des lettres (le parler parisien, Paris dans la littérature du XIXe siècle , etc).

Au fil de l’enrichissement du corpus, et de la multiplication de ses supports (aux livres, journaux et images s’ajoutent cartes et documents audiovisuels), de nouveaux angles d’attaque viennent se greffer, permettant une exploitation maximale de richesses souvent insoupçonnées .

Cette séance sera présentée par :

  • Laurent Portes, Coordinateur de la numérisation au département Philosophie, Histoire, Science de l’homme.
  • Avec la collaboration de Jean-Didier Wagneur, ancien Coordinateur de la numérisation au département Littérature et art.

Modalités pratiques

Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand, salle 70.
Mardi 20 mars 2018, de 17h30 à 18h30.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Après-midi d’étude : analyse de corpus d’images

Dans le cadre du projet Corpus mené par la Bibliothèque nationale de France, un atelier d’étude sur l’analyse de corpus d’images est organisé le 28 mars 2018. Il a pour objectif d’alimenter la réflexion en cours à la BnF pour déployer dans Gallica un outil de recherche d’images par le contenu (content-based image retrieval ou CBIR) et d’inciter les échanges entre les institutions patrimoniales et le milieu académique.

Argument

Bien que constituées de millions de fichiers images1, les bibliothèques numériques ne proposent pour ainsi dire pas d’outil de recherche d’images par le contenu à leurs usagers2. Or, le nombre croissant d’images rend de plus en plus illusoire une indexation sémantique manuelle de la totalité des fichiers images accessibles en ligne. Des alternatives à la recherche purement textuelle existent.

Programme

  • Nicolas Sidere (L3i) présentera un état de l’art sur des outils logiciels, actuels ou en développement réalisé à la demande de la BnF au Centre Européen de valorisation numérique Valconum
  • Jean-Philippe Moreux (BnF) présentera la preuve de concept Gallica.pix
  • Raphaël Baudiment (BnF) présentera le prototype Gallica images
  • Nicolas Hervé (INA) présentera l’outil DiginPix
  • Pierre-Carl Langlais (CELSA) présentera ses travaux de recherche sur la classification automatique des images de presse sur la période 1920-1940
  • Melvin Wevers (KB Lab / Université d’Utrecht) présentera le projet SIAMESE autour de la reconnaissance d’images publicitaires dans la presse qu’il a mené en tant que chercheur « en résidence » à la Bibliothèque nationale des Pays-Bas
  • Nicole Vincent (LIPADE) présentera la compétition CLAMM (ICDAR) sur la classification des types d’écriture
  • Dominique Stutzmann (IRHT) présentera l’utilisation d’un réseau de neurones dans le projet HIMANIS
  • Nicolas Gonthier (Télécom ParisTech) présentera son projet de thèse « Deep Learning pour l’histoire de l’art »
  • Débat animé par Jean-Philippe Moreux (BnF), Emmanuelle Bermès (BnF) et André Gunthert.

Modalités pratiques

28 mars 2018, 14h30 – 18h
Bibliothèque nationale de France, site Richelieu (58 rue de Richelieu), salle Émilie du Châtelet.
Entrée libre sur réservation auprès d’Eleonora Moiraghi.

  1. Même les bibliothèques numériques proposant une majorité de fichiers texte donnent à voir à leurs usagers une version image, la version texte servant à la recherche étant le plus souvent « cachée » []
  2. À quelques rares exceptions comme la recherche par similarité – Bildähnlichkeitssuche – proposée par la Bayerischen Staatsbibliothek, url : <https://bildsuche.digitale-sammlungen.de/> ou la recherche par le contenu proposée par les Bodleian Libraries pour leur collection de Broadside ballads, url : <http://imagematch.bodleian.ox.ac.uk:8000/>. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Journées professionnelles des patrimoines : « Construire ensemble les sciences du patrimoine », 21-22/06

Le ministère de la Culture a le plaisir de vous inviter aux Journées professionnelles des patrimoines 2018 intitulées Construire ensemble les sciences du patrimoine. Ces journées professionnelles organisées par la direction générale des patrimoines avec l’Institut national du patrimoine présenteront des « retours d’expérience » en matière d’implication des professionnels dans la recherche et d’apport de cette dernière à l’exercice de leurs métiers.

Argument

Tous les métiers du patrimoine, de ceux de la conservation à ceux de la médiation en passant par ceux de la restauration, sont intimement liés à la recherche. Indispensable à l’élaboration des politiques et des projets comme à l’exercice des missions, elle est une dimension essentielle de leur mise en œuvre.

Aussi, les professionnels du patrimoine et de l’architecture sont de plus en plus impliqués dans la recherche aux côtés des chercheurs académiques, français et étrangers, depuis la définition des sujets jusqu’à l’application comme à la restitution des résultats.
Ces recherches portent sur l’ensemble des domaines patrimoniaux, matériel, immatériel ou numérique. Elles constituent un champ particulier, celui des « sciences du patrimoine », qui désignent dans toute leur diversité les disciplines scientifiques sollicitées pour la connaissance, la conservation, la restauration et la transmission du patrimoine. Elles associent sciences humaines et sociales, telles que l’archéologie, l’histoire, l’histoire de l’art, l’anthropologie, la sociologie, la géographie, le droit ou la pédagogie ; sciences expérimentales, telles que la physique la chimie ou la biologie, auxquelles sont venues s’ajouter les sciences du numérique.

Les sciences du patrimoine embrassent l’ensemble des domaines d’intervention des professionnels, de l’identification du patrimoine (recensements, inventaires, etc.) à sa médiation, en passant par sa conservation et sa restauration. Elles concourent aussi bien à l’histoire des œuvres, qu’à l’identification des matériaux dont elles sont constituées et des techniques mise en œuvre par leurs  créateurs, à la compréhension des phénomènes d’altération et de destruction ou encore à la muséographie et aux dispositifs de médiation.
Par nature pluri- et transdisciplinaire, cette recherche est tout particulièrement favorable aux approches transversales croisant plusieurs domaines patrimoniaux (archives et bibliothèques, archéologie et monuments historiques, patrimoine matériel et immatériel, etc.), ouvrant de nouvelles thématiques, que ce soit dans les humanités numériques, la physique et la chimie des matériaux anciens ou l’anthropologie du fait patrimonial. Elles contribuent à renouveler non seulement les méthodes de travail et les processus professionnels, mais aussi la teneur et les modes de restitution des travaux.
En envisageant l’implication des professionnels dans la recherche et l’apport de cette dernière à l’exercice de leurs métiers, ces journées permettront de dresser un état des lieux, d’exposer les dispositifs rendant possible cette construction conjointe et plusieurs projets emblématiques de cette approche et de dessiner, enfin, les perspectives d’évolution des sciences du patrimoine au regard des métiers, dans une totale continuité entre recherche fondamentale et recherche appliquée.

Modalités pratiques

Jeudi 21 et vendredi 22 juin 2018 de 9h30 à 17h30
Lieu : Auditorium de la galerie Colbert, 2, rue Vivienne – 75002 Paris

Programme et inscription prochainement en ligne

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Journée d’étude : Au cœur des circulations internationales du livre : traducteurs, agents et autres passeurs

Le livre, à la fois « marchandise », « chef d’œuvre » et « ferment », pour reprendre les termes de l’historien Henri-Jean Martin, se situe dès son origine au cœur des échanges littéraires internationaux. Imprimé dans un pays, il circule, en pleine lumière ou sous le manteau, dans sa version originelle ou par le biais de traductions qui le transforment et font connaître à de larges publics des systèmes de pensées différents des leurs, auxquels ils n’auraient pu avoir accès sans ce passage d’une langue à l’autre. Au cœur de ces circulations, souvent dans l’ombre, œuvrent des « passeurs » culturels, des « hommes doubles », comme les qualifie le sociologue Christophe Charles, qui font le lien entre les différentes versions d’une œuvre et permettent sa large diffusion. Les textes, en effet, même numériques, ne circulent pas de manière autonome mais par le biais d’intermédiaires pluriels que cet atelier se propose d’étudier. Parmi eux figurent les traducteurs, des plus reconnus aux moins visibles, et les agents littéraires qui portent les intérêts de leurs auteurs et accompagnent l’exportation de leurs œuvres. D’autres intermédiaires, politiques notamment, peuvent également entrer en jeu et soutenir des productions à l’échelle internationale dans une perspective de diplomatie culturelle.

La ville et la tour de Babylone : [estampe]

Cet atelier du livre se fait l’écho d’une série de travaux, récents ou en cours, qui, à partir d’une perspective historique, littéraire ou sociologique, permettront de mettre en lumière et d’analyser le rôle de ces passeurs.
Dans quels enjeux pluriels leur travail s’inscrit-il ? Renforcent-ils les hiérarchies existantes ou peuvent-ils favoriser la diversité éditoriale et culturelle ? De quelle marge décisionnelle disposent-ils ? Et comment expliquer leur discrétion sur la scène littéraire et éditoriale ?
En partenariat avec l’université Paris Nanterre.

Programme

14h : ouverture
Denis Bruckmann, directeur des Collections de la Bibliothèque nationale de France
Cécile Rabot, sociologue au Centre européen de sociologie et de science politique (CESSP), maîtresse de conférences à l’université Paris Nanterre, responsable du master Métiers du livre et de l’édition

Introduction générale et historique
14h15 : la traduction, un objet d’histoire
Blaise Wilfert-Portal, maître de conférences en histoire contemporaine au département de Sciences sociales de l’École normale supérieure (université Paris sciences et lettres)

Traducteurs et traductions
14h45 : le traducteur dans l’Angleterre de la fin du XVIe siècle : questions parfois sans réponse au sujet d’un passeur discret
Marie-Céline Daniel, maîtresse de conférences en civilisation britannique, UFR d’études anglophones, Sorbonne Université, vice-présidente en charge de la formation tout au long de la vie

15h15 : quand le traducteur prend la parole : l’émergence des traducteurs comme figures médiatiques
Claire Placial, maîtresse de conférences en littérature comparée à l’université de Lorraine (Metz) et membre du centre de recherche Ecritures

15h45-16h : questions et pause

Les agents littéraires et autres passeurs
16h00 : l’agent littéraire : quelques aperçus historiques
Cécile Cottenet, maîtresse de conférences HDR, études américaines, Aix-Marseille université

16h30 : les agents littéraires, « personnels de renfort » au cœur des échanges littéraires
Delia Guijarro Arribas, doctorante en sociologie (CESSP-EHESS-Casa de Velázquez)
Lilas Bass, doctorante en sociologie (EHESS-CESSP)

17h : diplomatie culturelle et marché de la traduction : des « agents de proximité » au service du livre français à l’étranger
Marcella Frisani, doctorante en sociologie (CESSP-CSE-EHESS), membre du Centre de sociologie européenne

17h30-17h45 : questions et pause

17h45 : table ronde : un exemple de littérature étrangère en France, la littérature hébraïque
Projection d’une séquence du film Traduire de Nourith Aviv.
Table ronde animée par Laurence Kiéfé (sous réserve), traductrice, membre du conseil de l’ATLF, Association des traducteurs littéraires en France
Avec Anne-Sophie Dreyfus, co-responsable des Éditions de l’Antilope ; Laurent Héricher, chef du service des Manuscrits orientaux, BnF ; Rosie Pinhas-Delpuech, traductrice de littérature hébraïque, membre de l’ATLF  et  Laurence Sendrowicz, traductrice de littérature théâtrale hébraïque, actrice, membre de l’ATLF.

Modalités pratiques

Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand, Petit auditorium
Mercredi 28 mars 2018 – 14h00-19h30
Entrée libre

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Cycle « Les écrivains et la presse » : Sorj Chalandon, entre presse et littérature

Les relations entre les écrivains et la presse sont souvent complexes, ambiguës, voire contradictoires. Ce cycle de conférences présente les activités journalistiques de Zola, Sand, Apollinaire, Aragon ou encore Colette et illustre cette ambivalence, entre attraction et répulsion, qui varie selon l’auteur et parfois même au cours d’une carrière. Lors de chaque conférence, deux spécialistes ou jeunes chercheurs évoquent les carrières journalistiques de ces écrivains, les liens avec leur œuvre littéraire, et l’état d’avancement de la recherche ainsi que les chantiers à venir.

By Thesupermat (Own work) [CC BY-SA 3.0 (https://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0)], via Wikimedia Commons
Intervention de Sorj Chalandon et dialogue avec Marie-Eve Thérenty.

Informations pratiques

Jeudi 12 avril, 2018 18h30-20h
Bibliothèque nationale de France
François-Mitterrand – Salle 70
Entrée libre
Quai François-Mauriac – Paris 13e

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Cycle « Les écrivains et la presse » : Colette et la presse

Les relations entre les écrivains et la presse sont souvent complexes, ambiguës, voire contradictoires. Ce cycle de conférences présente les activités journalistiques de Zola, Sand, Apollinaire, Aragon ou encore Colette et illustre cette ambivalence, entre attraction et répulsion, qui varie selon l’auteur et parfois même au cours d’une carrière. Lors de chaque conférence, deux spécialistes ou jeunes chercheurs évoquent les carrières journalistiques de ces écrivains, les liens avec leur œuvre littéraire, et l’état d’avancement de la recherche ainsi que les chantiers à venir.

Par Gérard Bonal, écrivain et journaliste et  Amélie Chabrier, maîtresse de conférences à l’université de Nîmes.

Informations pratiques

Jeudi 5 avril 2018, 18h30-20h
Bibliothèque nationale de France
François-Mitterrand – Salle 70
Entrée libre
Quai François-Mauriac – Paris 13e

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Cycle autour de l’éducation populaire, à la BnF

Intitulé « Émanciper le peuple par le savoir ? (1860-1939). De l’histoire de l’éducation populaire à son actualité », ce cycle a démarré au début de l’année 2018 et se terminera à la fin de l’année 2019. Il associe pour ce faire le Pajep, l’Adajep et les Archives nationales.

6 ateliers-rencontres seront proposés pendant l’année 2018 à la Bibliothèque nationale de France (site François-Mitterrand) avant que d’autres ne soient organisés pendant l’année 2019 aux Archives nationales (à confirmer). Les trois premiers ateliers sont centrés sur les modes d’action et invitent les représentants des associations à exprimer leur ressenti sur le rôle, les outils et les évolutions de l’éducation populaire. Les trois suivants sont centrés sur les « matériaux historiques » et invitent des chercheurs spécialisés.

Tous ces ateliers sont proposés en entrée libre sans inscription. Deux colloques sont également à prévoir dont le premier aura lieu à la BnF le 13 novembre 2018. Les partenaires du Pôle de conservation des archives des associations de jeunesse et d’éducation populaire (Pajep) participeront à cette journée pour présenter, entre autres, le guide des sources des mouvements de jeunesse et d’éducation populaire, mis à jour récemment.

Programme

Du passé au présent de l’éducation populaire : 3 associations témoignent

La conscience de la puissance d’action du peuple doit beaucoup à l’éducation populaire. Imaginer de nouveaux modes d’accès à la connaissance, se (ré) approprier des savoirs confisqués… autant de rencontres possibles entre deux mondes dès le XIXe siècle et lors de moments forts comme le Front populaire. Aujourd’hui il convient de
raviver la mémoire de l’éducation populaire et des associations nées dans la période de bouillonnement politique et intellectuel de l’après-guerre. En effet, cette mémoire s’est peu diffusée hors du monde des militants de l’éducation populaire, alors que sont inventées des formes d’accès au savoir qui permettaient à ceux qui n’avaient pas bénéficié d’un mode savant d’accès à la culture de comprendre le monde et d’imaginer des modes de relations qui
interrogent de façon active la relation à la culture et au savoir.
Lors d’ateliers ouverts qui permettent un dialogue avec les participants, 3 associations d’éducation populaire témoignent de leurs modes d’action et présentent les outils, toujours d’actualité, qu’elles ont inventés.

Jeudi 11 janvier 2018 : Fédération des centres sociaux

Serge Gerbaud, grand témoin, militant de l’association « Mémoires vives » qui recueille la mémoire des militants et les archives des centres sociaux.
Dès la fin du XIXe siècle, les centres sociaux vont intervenir dans le temps de vie « hors travail » pour améliorer la condition ouvrière. Alors que la France de l’après-guerre, dans les années cinquante, se couvre de grands ensembles, à la périphérie des villes, dans des quartiers peu équipés en commerces et lieux de vie, les habitants apprennent à prendre la parole dans les centres sociaux pour faire émerger des modes d’organisation collectives qui améliorent leurs conditions de vie : ateliers de construction de meubles, laveries collectives, activités culturelles portées par les habitants. Ils s’inscrivent ainsi dans la tradition de l’éducation populaire et de l’émancipation culturelle. Aujourd’hui la précarité entraîne une difficulté à construire un imaginaire de transformation. Et si d’un monde en crise, émergeaient des pratiques qui remettent l’humain au centre ?
C’est de ces expériences qui se sont inventées hier et se poursuivent aujourd’hui dont témoignera Serge Gerbaud.

Jeudi 8 février 2018 : Peuple et Culture

Damien Lenouvel, militant et transmetteur des pratiques de co-éducation inventées par cette association.
Créé par des hommes et des femmes qui s’étaient investis dans les maquis du Vercors, Peuple et Culture fonde son projet d’éducation populaire sur cette conviction que la culture est une arme dans la lutte pour la transformation sociale. Cet atelier présentera les outils et les méthodes inventés par PEC dès sa création, de 1945 à nos jours. Il s’agit, à partir de situations complexes et insatisfaisantes que l’on veut dépasser, de construire collectivement des processus de co-éducation et d’auto-formation. Cette démarche investit des valeurs d’initiative et de solidarité, et invite à sortir du repli individualiste. Elle mobilise des connaissances, apprises à l’école ou pas, et valorise l’expérience, les compétences liées aux trajectoires de vie de chacun. Elle contribue à la mise en œuvre d’une intelligence collective, à l’invention d’autres possibles qui permette à chacun de créer sa place dans la société.

Jeudi 8 mars 2018 : Cemea

Christian Gautellier, directeur national en charge des publications des CEMEA, responsable du pôle « Media, éducation et citoyenneté ».
Les CEMEA (Centres d’entrainement aux méthodes d’éducation  active) sont nés en 1937, dans le bouillonnement culturel du Front populaire. Pour la première fois en France, le droit au temps libre n’est plus réservé aux classes aisées mais à tous. Très vite se pose la question de la formation des pédagogues, hors du temps scolaire afin de donner du sens au temps libéré. C’est à quoi s’attelleront les CEMEA, en s’inspirant des courants de l’Education Nouvelle et de l’éducation populaire. Des problématiques nouvelles sont apparues depuis une vingtaine d’années et exigent des réponses appropriées : le lien entre le temps scolaire et le hors temps scolaire, l’insertion sociale et professionnelle des jeunes l’éducation critique aux médias… Les CEMEA accompagnent formateurs et médiateurs, professionnels comme bénévoles, à monter des projets avec leurs publics en partant de situations vécues, en construisant des partenariats qui invitent les jeunes à prendre toute leur place de citoyens. Certains de ces projets seront présentés lors de cet atelier.
 Émanciper le peuple par le savoir ? de l’histoire de l’éducation populaire à son actualité
Lors d’ateliers ouverts qui permettront un dialogue avec les participants, les conférenciers présenteront et commenteront des documents témoignant des réflexions et démarches des acteurs de l’éducation populaire entre l850 et 1950.
Grâce à ces matériaux historiques, on tentera de répondre aux questions suivantes : quelles ont été les voies de l’émancipation du peuple par le savoir ? Les projets et les expériences menés peuvent-ils éclairer les réflexions actuelles ?

Jeudi 12 avril 2018 : « Une expérimentation d’éducation populaire au XIXe siècle : les cours du soir destinés aux adultes »

Carole Christen, maître de conférences en histoire contemporaine à l’université de Lille.
À travers l’étude des discours des fondateurs et animateurs de cours d’adultes et des programmes, il s’agira d’expliciter les différents enjeux de ces cours, et de s’interroger sur les liens entre les finalités d’hier et celles d’aujourd’hui de l’éducation des adultes.

Jeudi 3 mai 2018 : « Le choix des ouvrages dans les premières bibliothèques populaires : instruction et/ou délassement ? (1861-1870) »

Agnès Sandras, conservatrice, département Philosophie, histoire, sciences de l’homme (BnF).
Les fondateurs des bibliothèques populaires veulent offrir à toutes et tous un choix le plus varié possible d’ouvrages, dans les limites imposées par le régime impérial. La question des finalités de ce choix (instruction et/ou délassement ?) se pose alors avec acuité, renvoyant à des interrogations contemporaines.

Jeudi 14 juin 2018 : « La pédagogie sans le scolaire ? Les revues d’éducation populaire laïque des années 1930-1950 »

Laurent Besse, maître de conférences en histoire contemporaine et Frédéric Chateigner, maître de conférences en science politique (IUT de Tours, Carrières sociales).

L’éducation populaire laïque s’est construite avec et par les institutrices et instituteurs, tout en cherchant à s’affirmer hors de l’école, ce qui ne va pas sans ambiguïté quand on aborde l’histoire de sa pédagogie et le type de culture qu’elle promeut. C’est aussi ce que nous essaierons de voir à travers les revues d’éducation populaire avant et après la Seconde Guerre mondiale.

Modalités pratiques

Du passé au présent de l’éducation populaire

Aquarium – Hall d’accueil
Quai François-Mauriac, Paris 13e
à partir du 11 janvier 2018
14h30 – 17h
Entrée libre

Ateliers ouverts : Émanciper le peuple par le savoir ?

Salle 70
Quai François-Mauriac, Paris 13e
à partir du 12 avril 2018
14h30 – 17h
Entrée libre
En partenariat avec

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Cycle « Les écrivains et la presse » : Aragon et la presse

Les relations entre les écrivains et la presse sont souvent complexes, ambiguës, voire contradictoires. Ce cycle de conférences présente les activités journalistiques de Zola, Sand, Apollinaire, Aragon ou encore Colette et illustre cette ambivalence, entre attraction et répulsion, qui varie selon l’auteur et parfois même au cours d’une carrière. Lors de chaque conférence, deux spécialistes ou jeunes chercheurs évoquent les carrières journalistiques de ces écrivains, les liens avec leur œuvre littéraire, et l’état d’avancement de la recherche ainsi que les chantiers à venir.

Par Erwan Caulet et Josette Pintueles, membres de l’équipe de Recherche Interdisciplinaire sur Elsa Triolet et Aragon (ÉRITA).

Informations pratiques

Jeudi 29 mars 2018, 18h30-20h
Bibliothèque nationale de France
François-Mitterrand – Salle 70
Entrée libre
Quai François-Mauriac – Paris 13e

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts