Tous les articles par Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

Gravures de la rue Montorgueil

montorgueil_webÀ partir des années 1550, des éditeurs et graveurs d’estampes regroupés en familles s’installèrent sur la rive droite de Paris, rue Montorgueil, près des Halles, et proposèrent au public une production de gravures inédite en Europe jusqu’à la fin des années 1640. Très mal connue, leur activité est pourtant un témoignage capital, permettant de mieux saisir l’importance de l’estampe française à cette époque.

Conçues en série de six ou huit estampes, ces gravures sur bois de grand format à  sujet souvent religieux ou mythologique étaient sans doute destinées à la décoration des intérieurs et à la catéchèse. On note la cohérence des recherches de l’auteur du catalogue, Séverine Lepape, qui travaille sur les usages notamment populaires des estampes (les cartes à jouer1 comme les gravures collées dans des coffrets2).

[Jugement de Salomon], [Paris] : [publié par Germain Hoyau], [vers 1560]Si lors de leur diffusion ces gravures furent tirées à des centaines de milliers d’exemplaires, inondant le marché français et s’exportant également en Espagne et en Angleterre, cette production couvrant les années 1550-1640 fut peu collectionnée, même par les amateurs d’estampes, car elle était considérée comme populaire et de faible valeur artistique. Il en résulte que ces estampes publiées par ces imagiers et éditeurs sont devenues rarissimes dans les collections publiques et encore davantage sur le marché de l’estampe ancienne, ce qui donne tout son prix à cet inventaire aussi exhaustif que possible notamment des exemplaires conservées dans des établissements patrimoniaux.

L’ouvrage qui leur est consacré s’inscrit dans la lignée des volumes d’inventaires du fonds français des graveurs des XVIe et XVIIe siècles rédigés par les conservateurs du département des Estampes et de la Photographie. Au départ, il se voulait être une mise à jour du premier tome d’un nouvel inventaire du fonds français du XVIe siècle. Toutefois, si la Bibliothèque nationale de France est la seule institution à conserver autant de gravures de la rue Montorgueil, elle n’a pas constitué le seul lieu d’investigation du présent volume : les fonds de bibliothèques (Bibliothèque Royale de Bruxelles, Bibliothèque nationale d’Espagne) ou de musées français (Musée Carnavalet, Ecole nationale des Beaux-Arts, Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (MUCEM) pour les fonds du Musée des Arts et Traditions Populaires) et étrangers (British Museum, Rijksmuseum, Musée d’architecture et de peinture du monastère de l’Escurial, la Kunstsammlungen der Veste Coburg, le Metropolitan Museum de New York, la National Gallery de Washington, la Yale Gallery de New Haven) ainsi que les estampes passées en ventes publiques ou décrites dans des catalogues de marchands ont également été pris en compte. Des gravures de la rue Montorgueil conservées par quelques collectionneurs privés français sont mentionnées.

Ce catalogue initié par Maxime Préaud et produit par Séverine Lepape entre 2007 et 2014 décrit méthodiquement plus de 650 estampes classées par ordre alphabétique d’imagiers. Une notice biographique basée sur le Fichier Laborde3, les notices du Dictionnaire des éditeurs d’estampes sous l’Ancien Régime4, des articles de Marianne Grivel et sur des dépouillements du Minutier central des notaires de Paris5 des Archives nationales recense toutes les informations connues sur les imagiers ou éditeurs actifs dans cette rue parisienne. Les notices des estampes conservées à la BnF sont accompagnées d’une reproduction. Les oeuvres cataloguées et dont l’iconographie est minutieusement décrite sont classées par sujets selon quatre grandes sections thématiques.

Le volume est complété d’une riche introduction de Séverine Lepape (p. 10-23), synthèse historique et artistique sur la longue activité des éditeurs de la rue Montorgueil pendant près d’un siècle.

[Miracles de Jésus] 2, [La tempête apaisée]Le catalogue est complété d’annexes (Liste des enseignes d’imagiers connues rue Montorgueil ; Imagiers documentés rue Montorgueil ; Gravures, suites d’estampes ou livres imprimés, illustrés, datés), d’une bibliographie sélective (p. 351-356) qui ne cite que les publications apportant des éléments essentiels ou nouveaux à la connaissance des oeuvres recensées et de deux index (des sujets et des imagiers).

[Memento Mori] : [estampe]. - A Paris, par Germain Hoyau, & Mathurin Nicolas, Rue Montorgueil, au bon Pasteur [entre 1558 et 1581]La publication est l’oeuvre de Séverine Lepape, entrée au département des Estampes et de la photographie de la BnF en 2005 comme conservateur chargée des collections des XVe et XVIe, avant de devenir chef du service de l’estampe ancienne et de la Réserve de ce département entre 2010 et 2014. Depuis octobre 2014, elle est conservateur de la collection Edmond de Rothschild6 au département des Arts graphiques du musée du Louvre. Elle pilote le programme de recherche CLARO portant sur la gravure en couleurs en Europe aux XVIe et XVIIe siècles.

Description : Broché, 368 p., 21 x 29,7 cm.
Date de parution : 1er septembre 2016
ISBN/EAN : 978-2-7177-2656-5 / 9782717726565
Editeurs : BnF Éditions
Distributeur : BnF
Disponibilité : Disponible
Prix : 160 euros

Addenda du 21 octobre 2016 : l’ouvrage est mis en ligne sur la plateforme OpenEdition Books de la BnF : http://books.openedition.org/editionsbnf/2341


Cliquer sur les images pour accéder aux descriptions complètes et à un zoom.

  1. Séverine Lepape, « L’art de la carte à jouer au XVe siècle », in Art du jeu : jeux dans l’art : De Babylone à l’Occident médiéval, exposition, Paris, Musée de Cluny, 28 novembre 2012-4 mars 2013, Paris : Éd. de la Réunion des musées nationaux-Grand Palais, 2012, p. 34-37. []
  2. Séverine Lepape, « When assemblage makes sense : an example of a Coffret à estampe », Art in Print, 2012, vol. 2, n° 4, p. 9-14 ; Michel Huynh et Séverine Lepape, « De la rencontre d’une image et d’une boîte : les coffrets à estampe », La Revue des musées de France, no 4,‎ 2011, p. 37-50. []
  3. Charles-Eloi Vian, « L comme Laborde (fichier) », Blog Gallica, 13 juin 2015. Disponible en ligne, url  <http://blog.bnf.fr/gallica/index.php/2015/06/13/l-comme-laborde-fichier/>. []
  4. Maxime Préaud, Pierre Casselle, Marianne Grivel, Corinne Le Bitouzé, Dictionnaire des éditeurs d’estampes à Paris sous l’Ancien régime, [Paris] : Promodis-Éd. du Cercle de la librairie, 1987, 334 p. ISBN 2-903181-60-8. []
  5. Minutier central des notaires de Paris : [présentation]. Disponible en ligne, url  <http://www.archivesnationales.culture.gouv.fr/chan/chan/minutier-central-notaires-paris.html>. []
  6. Pascal Torres, La collection Edmond de Rothschild au Musée du Louvre, Paris : Louvre éd. ; Paris ; New York : le Passage, 2010, 158 p. ISBN 978-2-35031-294-1 (Musée du Louvre). ISBN 978-2-84742-162-0 (le Passage) []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Colloque « Romain Rolland, musicologue et écrivain de l’intime »

Romain_Rolland_romancier_-_[photographie_]btv1b9042316xÀ l’occasion de la Commémoration nationale du 150e anniversaire de la naissance de Romain Rolland (1866-1944), l’Association Romain Rolland, avec le soutien de la Bibliothèque nationale de France, des Archives de France, de l’université Paris-Sorbonne et de l’Institut de recherche en musicologie (IReMus, CNRS), organise un colloque international consacré à Romain Rolland musicologue et écrivain de l’intime.

R. Rolland a fortement contribué à inscrire la musicologie dans le champ des sciences humaines. Sa passion pour la musique, cultivée dès l’enfance, et ses études en histoire à l’École Normale le conduisent à soutenir en Sorbonne l’une des premières thèses de musicologie. Enseignant l’histoire de l’art et de la musique dans les lycées de Paris dès 1893, puis à l’École Normale, en Sorbonne et à l’École des Hautes Études Sociales, il participe notamment au premier congrès international de musique et à la fondation de la Revue musicale. Il est amené à jouer un rôle central dans l’histoire de la musicologie. La musique est présente au cœur de son œuvre et il lui consacre de nombreux articles et ouvrages. Ses archives, conservées en grande partie aux Départements des manuscrits et de la musique de la BnF, témoignent de réflexions et d’échanges nombreux avec musiciens et musicologues. Le colloque propose d’éclairer l’activité musicologique de R. Rolland, ses méthodes et ses rapports avec l’histoire, la sociologie, l’esthétique ou la psychologie, et d’évaluer ainsi la place qu’elle occupe dans l’histoire de la discipline.

Colloque sous la présidence d’honneur de Bernard Duchatelet.

La première partie du colloque (à la Bibliothèque nationale) rendra hommage à l’œuvre musicologique inédite de Romain Rolland. Quels rapports entretient-elle avec les autres disciplines : histoire, esthétique, sociologie, psychologie ? Quel rôle joue-t-elle dans sa pensée sur l’art et l’action politique ?
La seconde partie (à la Sorbonne et à la Cité de la Voix) s’attachera à l’autobiographie de Rolland, réécrite, reconstruite en fonction de son évolution personnelle et intellectuelle, telle qu’on la perçoit dans ses mémoires, son journal et sa correspondance.
  • Jeudi 17 novembre 2016, BnF, site François-Mitterrand, Petit auditorium, Entrée libre (9h-17h) suivi d’un concert à 18h30
  • Vendredi 18 novembre, Université Paris-Sorbonne, amphithéâtre Liard (9h-18h30) et concert à 12h en Sorbonne, amphithéâtre Richelieu, avec le chœur Les Candides, Mihály Zeke (dir. et piano)
  • Samedi 19 novembre, Vézelay, Cité de la voix (15h-18h30) : poursuite et fin du colloque, suivi à 19h d’un concert (Pierre Goy, piano-forte, et Liana Mosca, violon)
  • Un concert aura également lieu le dimanche 20 novembre à 15h à la Collégiale de Clamecy, avec le chœur Les Candides, M. Zeke (dir. et orgue).

Présentation du colloque


Image de Une : Romain Rolland, romancier : [photographie de presse] / Agence Meurisse. Disponible en ligne, url : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b9042316x>.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Manuscrits : innovation et coopération / Manuscripts : innovation and cooperation

Logo du CERLLe séminaire annuel du Groupement de bibliothèques européennes de recherche (Consortium of european research libraries, CERL) se tiendra à la BnF le 20 octobre sur le site François-Mitterrand. La rencontre est intitulée : « Manuscrits : innovation et coopération / Manuscripts : innovation and cooperation ».

Les interventions se répartiront entre quatre sessions abordant le sujet sous ses différents aspects (réservoirs et mises en commun de données, projets et entreprises au service de la recherche, contenus et innovations, structuration de la coopération).

Les collègues des principales institutions européennes viendront présenter à côté de leurs homologues français les principales avancées de ces dernières années dans ce domaine.

Programme

  • 08.45-09.15 Registration and Coffee
  • 09.15-09.45 Opening & Welcome, Laurence Engel (Présidente de la Bibliothèque nationale de France) and Ulf Göranson (Chairman, CERL)

SESSION 1 – RÉSERVOIRS ET MISE EN COMMUN DE DONNÉES / STORING AND SHARING DATA
Chair: Ivan Boserup (Det Kongelige Bibliotek, Copenhagen)

  • 09.45-10.15 Paper 1: Updating and modernizing the French Manuscripts Union Catalogue: a collaborative project for enriching and improving the Catalogue collectif de France – Camille Poiret (Bibliothèque nationale de France, département de la Coopération)
  • 10.15-10.45 Paper 2: ManusOnLine, the Italian proposal for manuscript cataloguing: new implementations and functionalities – Lucia Negrini (ICCU, Rome)
  • 10.45-11.15 Paper 3: ALVIN, a Swedish platform for preservation and availability of cultural heritage material – Anna Clareborn (Uppsala University Library)
  • 11.15-11.45 COFFEE

SESSION 2 – PROJETS ET ENTREPRISES AU SERVICE DE LA RECHERCHE / RESEARCH PROJECTS AND ACHIEVEMENTS
Chair: Ulf Göranson (CERL Chairman)

  • 11.45-12.15 Paper 4: La Librairie royale sous Charles V et Charles VI (1364-1422): reconstitution et survie d’un patrimoine intellectuel – Marie-Hélène Tesnière (Bibliothèque nationale de France, département des Manuscrits)
  • 12.15-12.45 Paper 5: La numérisation comme ressort de la recherche: le projet Polonsky et son environnement à la British Library – Kristian Jensen (British Library)
  • 12.45-13.15 Paper 6: The Humboldt Project – Jutta Weber (Staatsbibliothek zu Berlin)
  • 13.15-14.15 LUNCH

SESSION 3 – CONTENUS ET INNOVATIONS / CONTENTS AND INNOVATIONS
Chair: Claudia Fabian (Bayerische Staatsbibliothek, Munich, and LIBER)

  • 14.15-14.45 Paper 7: Mettre à l’épreuve l’interopérabilité: Fragmentarium – International Digital Research Lab for Medieval Manuscript Fragments – Christoph Flüeler and Veronika Drescher (Université de Fribourg)
  • 14.45-15.15 Paper 8: Rompre avec la logique des silos: le protocole IIIF – Matthieu Bonicel (Bibliothèque nationale de France, responsable de l’Innovation auprès de la Direction générale)
  • 15.15-15.45 Paper 9: Numérisation, édition, éditorialisation: retour sur la valorisation du fonds Marcel Proust de la BnF – Guillaume Fau (Bibliothèque nationale de France, département des Manuscrits)
  • 15.45-16.15 Paper 10: ADDN: signalement, conservation pérenne et communication des documents numériques natifs – Cécile Geoffroy-Oriente (Bibliothèque nationale de France, département des Arts du spectacle)
  • 16.15-16.45 COFFEE

SESSION 4 – STRUCTURATION DE LA COLLABORATION / GIVING STRUCTURE TO COLLABORATION
Chair: Jutta Weber (Staatsbibliothek zu Berlin)

  • 16.45-17.15 Paper 11: The CERL Thesaurus: identifying persons, institutions and places of our printed and written heritage – Alex Jahnke (Data Conversion Group, Göttingen)
  • 17.15-17.45 Paper 12: Fédérer la recherche sur le patrimoine écrit du Moyen Âge et de la Renaissance: Biblissima – Anne-Marie Turcan-Verkerk (École pratique des Hautes Études, Paris)
  • 17.45-18.30 Exhibition visit
  • 18.30-20.00 Drinks reception

Modalités pratiques

Jeudi 20 octobre 2016, 8h45-17h15
Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterand, Petit Auditorium
Entrée libre mais réservation à effectuer auprès du secrétariat du CERL / Attendance is free, but please register with : secretariat@cerl.org

Programme à télécharger

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Hackathon BnF, 3e édition de la semaine de l’innovation publique

La Bibliothèque nationale de France organise son premier hackathon les 19 et 20 novembre 2016 dans le cadre de la semaine de l’innovation publique (http://www.modernisation.gouv.fr/la-semaine-de-linnovation-publique). Les ressources de la bibliothèque numérique Gallica mais aussi de toutes les autres bases de données de la BnF offriront la matière de ce marathon participatif.

Durant 24 heures sans interruption, les participants investiront le site François-Mitterrand pour développer des projets autour de la réutilisation des données publiques et imaginer ensemble la bibliothèque du futur.

hackaton_2016

Mettre à disposition, développer les usages et les réutilisations des données : des enjeux majeurs

La BnF investit depuis plus de 15 ans dans des infrastructures numériques de mise à disposition de son patrimoine auprès du plus grand nombre. Sa politique s’inscrit dans un double mouvement : l’ouverture des données publiques et le développement du web sémantique. Elle diffuse sur le web près de 4 millions de documents via sa bibliothèque numérique Gallica et 18 millions de notices dans ses catalogues et bases de données. Son application dédiée au web de données, data.bnf.fr, permet de consulter et réexploiter des informations centralisées autour d’une œuvre, d’un auteur, d’un thème. Les métadonnées descriptives sont librement réutilisables selon le principe de la licence ouverte promue par Etalab. Les images de Gallica sont également accessibles et réutilisables librement pour un usage non commercial. Attentive à la participation de ses usagers, la BnF anime en outre une communauté de Gallicanautes, qui invente des solutions ludiques, décalées ou érudites pour mettre en valeur de manière spontanée les trésors de la bibliothèque numérique.

Le hackathon : 24 heures d’émulation, de rencontres et d’échanges

La diffusion et la réutilisation des données publiques sont au coeur des enjeux de la BnF. Autour de ces principes, le hackathon permettra à une centaine de participants d’explorer durant 24 heures de nouveaux usages des collections et de faire émerger les contours de services innovants à destination des lecteurs de la Bibliothèque. Le thème du sosie est proposé comme point de départ à la créativité des participants qui pourront s’en inspirer comme s’en affranchir. Dans une ambiance avant tout ludique et stimulante, cet événement sera également l’occasion d’échanger avec des experts de la BnF et de grands invités comme Roxanne Varza, responsable du projet Station F/Halle Freyssinet ou l’équipe d’Etalab qui gère la politique d’ouverture et de partage des données publiques.

Un événement ouvert au grand public

Le public est également invité à venir sur place assister aux présentations des projets, à des démonstrations des outils numériques de la BnF et des « trouvailles » de Gallicanautes, à qui il sera largement rendu hommage à cette occasion. Et parce que hackathon ne rime pas forcément avec numérique, des réutilisations plus originales de Gallica, comme un concert à partir de partitions disponibles sur le site, seront également proposées. À distance, le public pourra suivre en direct via les réseaux sociaux l’évolution des réalisations des participants. Les résultats de cette grande émulation collective resteront par ailleurs consultables en ligne après la clôture de l’opération.

Processus participatif de choix des thèmes abordés

Chacun est invité à venir échanger avec les experts de la BnF autour des données mises à disposition dans le cadre du hackathon et sur les thématiques qui seront abordées durant l’événement. Cette discussion est dès à présent ouverte au sein du forum de la mission étalab à l’adresse https://forum.etalab.gouv.fr/t/hackathon-bnf-les-19-et-20-novembre-2016/2927. Vous y trouverez à la fois une description exhaustive des jeux de données disponibles et de leur documentation et pourrez vous exprimer sur les sujets qui vous semblent les plus porteurs. Une journée participative sera organisée à la BnF fin octobre ou début novembre 2016 pour déterminer collectivement les thèmes les plus porteurs. La date définitive sera communiquée sur le forum.

Organisation pratique

Durant 24 heures entre le 19 novembre 14h et le 20 novembre 14h, une centaine de participants sera invitée à développer par équipes d’une dizaine de personnes des projets destinés à améliorer ou réinventer les services numériques de la BnF. Chaque participant apportera son propre matériel informatique, la BnF fournira une connexion WIFI pour tous, une connexion filaire par équipe et suffisamment de prises électriques pour brancher le matériel des participants. Les équipes seront réparties dans le Hall des Globes du site François-Mitterrand et bénéficieront également gratuitement d’espaces de repos, de plateaux-repas et d’un ravitaillement conséquent en boissons chaudes et froides.

Prix du hackathon BnF

Le dimanche 20 novembre à 16h, un jury composé de membres de la BnF et de personnalités extérieures remettra à l’équipe ayant proposé le projet jugé le plus réussi le prix du hackathon BnF. Cette distinction marquera l’engagement de la BnF à développer le projet primé et à l’intégrer aux services de la bibliothèque. Une réunion organisée au printemps 2017 permettra de tenir l’ensemble des participants au courant de l’avancée de ce développement.

Dans un souci de contribution collective à l’esprit d’ouverture des données publiques, l’ensemble des projets réalisés lors du hackathon devra respecter le principe de la licence Creative Commons CC-BY 2.0 FR (licence Attribution 2.0 France : https://creativecommons.org/licenses/by/2.0/fr/). La BnF, de son côté, s’engagera à développer le projet primé selon les mêmes principes de licence libre.

Quelles ressources ?

Bibliothèque numérique

  • Gallica http://gallica.bnf.fr
    Bibliothèque numérique de la BnF, Gallica héberge près de 3 millions de documents de toutes natures (livres, presse, manuscrits, estampes, objets, partitions…). Tous sont accessibles en mode image et certains le sont également en mode texte, avec une qualité d’OCR variable. La grande majorité des ouvrages sont libres de droit mais certains sont encore sous droits (bien vérifier ce qui est mentionné dans les métadonnées). Pour les documents libres de droits, la récupération des images se fait de manière libre et gratuite pour un usage non commercial (pour les usages commerciaux une licence s’applique). Divers modes de récupération des images sont accessibles (téléchargement de toute ou partie des ouvrages) et un ensemble d’API exploitant le protocole IIIF (documentation sur Erreur ! Référence de lien hypertexte non valide. permet de récupérer les images en haut définition avec un certain nombre de paramètres.
    Les métadonnées descriptives de l’ensemble de ces documents sont également disponibles au format Dublin Core via le protocole OAI-PMH.

Plate-forme de données ouvertes

  • Data BnF http://data.bnf.fr1
    Plate-forme rassemblant l’ensemble des données issues de différentes bases et catalogues de la BnF pour y donner un accès fédéré par auteur et par oeuvre. Un module de recherche permet de faire des requêtes manuelles et un SPARQL Endpoint permet de construire des requêtes complexes. L’ensemble des données est récupérables au format RDF (XML, NT, N3) et JSON ou JSON-LD. Un DUMP complet des données est récupérables par FTP ou HTTP et un certain nombre d’autres protocoles peuvent être utilisés. Voir http://data.bnf.fr/semanticweb

Catalogues

  • Catalogue général http://catalogue.bnf.fr
    Plus important catalogue de la BnF, cet ensemble regroupe 14 millions de notices bibliographiques (livres et périodiques imprimés, images fixes et animées, collections sonores, cartes et plans, manuscrits musicaux et près de 5 millions de notices d’auteurs (noms de personnes, collectivités), de titres d’oeuvres, de sujets, de lieux géographiques, au format MARC.
    Les notices sont récupérables selon divers formats et protocoles :

    • en Dublin Core via un entrepôt OAI (notices descriptives seulement, à l’exclusion des notices d’entités).
    • au format MARC (ISO 2709) via un serveur FTP (sur authentification, un identifiant sera fourni aux participants sur simple demande).
    • au format MARC via un serveur Z 39.50.
  • Catalogue BnF Archives et manuscrits http://archivesetmanuscrits.bnf.fr/
    Utilisant le format XML EAD, ce catalogue rassemble la description des collections de manuscrits et de fonds d’archives conservés dans différents départements de la BnF. On y trouve des manuscrits littéraires ou historiques de l’antiquité à l’époque contemporaine, des fonds d’archives administratives, privées ou de spectacles. Les notices peuvent être téléchargées au format PDF ou récupérées en XML via un module d’export (sur authentification pour des raisons techniques pour l’instant, un identifiant sera fourni aux participants sur simple demande).
  • Médailles et Antiques http://medaillesetantiques.bnf.fr1
    Catalogue répertoriant les médailles et antiques conservés à la BnF ainsi que leurs images.

Bases spécialisées

  • Reliures http://reliures.bnf.fr1
    Accès à la base des reliures numérisées de la BnF, qui propose une sélection de reliures à décor conservées à la Réserve des livres rares. Descriptions au format XML TEI. Données téléchargeables en PDF et en RDF.
  • Mandragore http://mandragore.bnf.fr1
    Base iconographique en ligne du département des Manuscrits. Indexation des images et accès aux images.
  • BP 16 http://bp16.bnf.fr1
    Base qui contient les notices de la Bibliographie des éditions parisiennes du 16e siècle, rédigée d’après les manuscrits de Philippe Renouard (la version actuelle de BP16 couvre les années 1501-1540). Données téléchargeables en PDF et en RDF.
  • Presse locale ancienne http://presselocaleancienne.bnf.fr1
    Recherche et localisation des journaux d’intérêt local parus en France, des origines jusqu’en 1944 ; accès à leur version numérisée dans Gallica et d’autres bibliothèques numériques.

Modalités de participation

Pour les participants : inscription préalable et gratuite à partir du 15 septembre 2016 sur https://plexi-form.bnf.fr/content/hackathon-2016

La participation au hackathon nécessite l’acceptation du règlement intérieur de la BnF.

Pour le public : pas d’inscription préalable nécessaire. Démonstrations et animations le samedi de 14h à 20h et le dimanche de 12h à 16h.

Même si le hackathon est un événement tourné vers les technologies du numérique, il n’est pas nécessaire d’être un développeur expert pour participer. Toute personne ayant un fort attrait pour la création participative et l’envie de contribuer au devenir des services numériques de la BnF est la bienvenue dans la limite des places disponibles (100).

Horaires et lieu

Horaires grand public :

  • Samedi 19 novembre 2016 – 14h00-20h00
  • Dimanche 20 novembre 2016 – 12h00-16h00

 

Horaires hackeurs :

  • Samedi 19 novembre 2016 – 14h00-24h00
  • Dimanche 20 novembre 2016 – 00h00-16h00

 

Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand, Hall des Globes
Quai François-Mauriac, 75013 Paris

Communiqué de presse


Image de Une : opération #TrouveUnSosieDansGallica avec le portrait de Christophe Colomb : [estampe] (Etat avec la lettre complète) / P. Mercuri dis. e inc. 1843. Disponible en ligne, url : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10537983f>.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Colloque – Droit(s) et Street Art – De la transgression à l’artification – 14 octobre 2016

Le street art, ou art urbain, est un courant artistique né dans les années 1960/1970 aux Etats-Unis à la suite de l’apparition de la bombe aérosol. Cette forme d’expression repose sur l’idée que l’artiste plasticien intervient dans l’espace public et sur des supports, publics ou privés, qui ne lui appartiennent pas. Originellement, il s’agit de l’expression d’une revendication de liberté et d’une révolte contre le système marchand et politique. La réponse du droit n’a été que pénale. Aujourd’hui, la réception de cette forme d’expression artistique par les historiens de l’art et par le marché est certaine. Les institutions culturelles multiplient les expositions consacrées à l’art urbain. Les commissaires-priseurs offrent les ventes d’œuvres d’art urbain et de nombreuses galeries soutiennent le travail des graffeurs. Une telle évolution invite à dépasser l’appréhension juridique du street art par le seul droit pénal afin d’en apprécier toutes les implications.

dsps_streetart_diff-1Le street art interroge différentes branches du droit : s’agit-il d’un délit de graffiti ou d’une œuvre de l’esprit ? Faut-il distinguer les graffitis des tags ? Si œuvre il y a, qui est propriétaire de l’œuvre : l’artiste ou le propriétaire du support ? Comment s’applique le droit moral de l’auteur pour ces œuvres souvent anonymes ? Le propriétaire du support peut-il détruire l’œuvre ou la vendre ? Quelles sont les conséquences du caractère éphémère de l’œuvre ? Le droit de la propriété intellectuelle permet-il de protéger l’artiste ?
Pour répondre à ces questions, le colloque entend confronter les différents points de vue. Compte tenu de l’importance croissante de cet art et des questions juridiques qu’il soulève, ce sujet s’impose afin de permettre une meilleure compréhension de ce phénomène.

Continuer la lecture de Colloque – Droit(s) et Street Art – De la transgression à l’artification – 14 octobre 2016

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Journée d’étude : Enseigner le fait religieux aujourd’hui. La responsabilité sociale des religieux dans leurs enseignements ?

bnf-manuscrits-supplement-turc-1055
Scène d’école. Miniature d’un traité de physiognomonie, Istanbul, XVIe siècle. BnF, Manuscrits, supplément turc 1055

La Bibliothèque nationale de France propose depuis plusieurs années, une série annuelle de colloques autour des nouveaux enjeux de la pédagogie et des nouveaux « Chemins d’accès » au patrimoine culturel.

Dans ce cadre, le mercredi 12 octobre 2016 (14h30-17h) aura lieu une rencontre exceptionnelle avec un débat centré plus particulièrement sur la responsabilité sociale des religieux et l’incidence de l’actualité dans leurs enseignements.

Débat avec Odon Vallet, spécialiste des religions, le Père Eric Morin, directeur de l’Institut Supérieur de Sciences Religieuses, Collège des Bernardins, Rachid Benzine, islamologue chercheur associé au Fonds Ricœur, Ron Naïweld, historien, CNRS, Centre d’études juives, et Maxime Prieto, proviseur du lycée Marcelin Berthelot à Pantin.

Ce débat sera suivi d’échanges avec le public.

Où ?

BnF, site François-Mitterrand, Petit auditorium
Quai François-Mauriac – Paris 13e

Comment ?

Entrée libre sur réservation obligatoire au 01 53 79 49 49 ou visites@bnf.fr

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Cycle de conférences : Archéologie de la Grèce : de la fouille à l’écriture de l’Histoire

Comment l’archéologie permet-elle d’écrire l’Histoire ? En quoi les fouilles et l’étude des artefacts continuent-ils à renouveler la connaissance des historiens ? Après un cycle consacré à l’Egypte, la Bibliothèque nationale de France met à l’honneur la Grèce antique, à travers des présentations de recherches et de fouilles françaises en cours.

Programme

  • macellum12 octobre 2016
    M. Jean-Yves Marc, Professeur d’archéologie romaine, Université de Strasbourg, UMR 7044 – Archéologie et Histoire ancienne: Méditerranée-Europe
    La fouille d’un quartier du centre monumental de Thasos
    La conférence évoquera la fouille d’un quartier du centre monumental de Thasos, qui a mis au jour un complexe commercial construit à l’époque hellénistique et occupé jusqu’au IVe siècle apr. J.-C. Un des intérêts de cette fouille réside dans les liens topographiques, architecturaux et fonctionnels qu’elle a pu établir entre les rites religieux (sacrifices et banquets sur l’agora) et le circuit de la viande (dans le macellum, du centre commercial).
  • [Monnaie d'Argolide. Argos : Triobole]16 novembre 2016
    Mme Catherine Grandjean, Professeur d’Histoire ancienne, Université François-Rabelais Tours, EA 6298- Centre Tourangeau d’Histoire et d’étude des sources
    Trésors monétaires grecs d’Argos et d’Olympie
    Trésors et monnaies de fouilles conditionnent largement les développements de la recherche actuelle en numismatique grecque. Les trésors contiennent des pièces de forte valeur mises de côté que leurs propriétaires n’ont pas été en mesure de récupérer.
    On évoquera principalement un trésor découvert en 1939/1940 par l’Institut archéologique allemand lors de fouilles archéologiques dans le sanctuaire de Zeus à Olympie et un trésor trouvé en 2005 par le Service archéologique grec lors de fouilles à Argos.
  • drone7 décembre 2016
    M. Alexandre Farnoux, Directeur de l’École Française d’Athènes, Professeur d’Archéologie grecque Université Paris Sorbonne
    Panorama de la recherche archéologique en Grèce
    La conférence remettra en perspective les travaux menés sur les sites de l’EFA en présentant un panorama de la recherche archéologique en Grèce à travers quelques grands chantiers de ces dernières années. Ce sera l’occasion de resituer l’action de l’EFA dans les opérations de terrain du service archéologique et des autres écoles étrangères en Grèce, aspect assez peu connu de la recherche. Seront également signalées les réalisations en matière de muséographie (ouvertures de plus d’une trentaine de nouveaux musées archéologiques) ou d’aménagement de sites.
  • 419px-nama_marble_head_of_a_kouros18 janvier 2017
    Mme Christel Müller, Professeur d’Histoire grecque, Université Paris Ouest Nanterre-La Défense, UMR 7041 – Archéologies et Sciences de l’Antiquité
    Travaux français en Béotie: les cultes d’Akraiphia et du Ptoion de l’époque archaïque à l’époque impériale
    Les travaux de l’École française d’Athènes, à partir de la fin du XIXe siècle, ont touché non seulement les grands sanctuaires apolliniens de Delphes et de Délos mais également plusieurs sanctuaires de Béotie en Grèce centrale, dont celui d’Apollon Ptoios sur le territoire de la cité d’Akraiphia. Ce sanctuaire extra-urbain à vocation régionale a livré un nombre important de statues archaïques (kouroi), mais également d’autres offrandes, dont des trépieds votifs, aux époques classique et hellénistique. Il entretenait des rapports complexes d’une part avec les sanctuaires fédéraux béotiens avérés et, d’autre part, localement avec le sanctuaire dit du héros Ptoios (également situé dans l’espace rural) et avec le sanctuaire urbain de Zeus Sôter, apparu plus tardivement à la basse époque hellénistique.
  • delos22 février 2017
    M. Jean-Charles Moretti, Directeur de recherche au CNRS, USR 3155 – Institut de recherche sur l’architecture antique
    Délos 1873-1913 : une ville antique révélée par la fouille
    En 1873, l’École française d’Athènes entreprit des fouilles à Délos. En quarante ans, elle mit au jour une quarantaine de sanctuaires et plusieurs quartiers de ville hellénistique dans lesquels furent découverts près de 3000 inscriptions et un mobilier d’une richesse incomparable dans les Cyclades. Des publications, des archives manuscrites et une documentation graphique et photographique exceptionnelle permettent de restituer les étapes, les objectifs et les méthodes de cette exploration hors du commun.
  • thasos22 mars 2017
    M. Julien Fournier, Maître de conférences, Université de Lorraine, EA 1132 – Histoire et Culture de l’Antiquité et du Moyen-Âge
    La cité dans l’empire : Thasos à l’époque de l’hégémonie romaine
    Antique colonie de Paros, Thasos fut l’une des plus grandes puissances de Grèce du Nord aux époques archaïque et classique. La suite, moins brillante, a pourtant laissé de nombreux vestiges et monuments inscrits mis au jour dans les fouilles menées depuis plus d’un siècle par l’École française d’Athènes. La conférence s’intéressera à l’histoire de la cité au tout début de notre ère : ses relations avec les gouverneurs romains, ses liens avec la colonie romaine de Philippes, mais aussi ses efforts pour maintenir les attributs essentiels de la cité-État de modèle grec : son territoire, ses remparts, ses lois ancestrales.
  • tash19 avril 2017
    M. Pascal Darcque, Directeur de recherche au CNRS, UMR 7041 – Archéologies et Sciences de l’Antiquité
    Dikili Tash, un village néolithique au Nord du monde égéen
    Situé à proximité immédiate de la ville antique de Philippes (département de Kavala, Grèce), Dikili Tash a été identifié comme un tell préhistorique depuis un siècle. Les recherches récentes sur le site ont permis d’établir la date des premières installations humaines (vers 6400 av. J.-C.), ce qui correspond au début du Néolithique dans la région. Par ailleurs, plusieurs maisons, assez bien conservées, offrent des instantanés du mode de vie néolithique, vers 5000 et vers 4300 av. J.-C., et révèlent des pratiques agricoles ou artisanales originales.
  • delosmonnaie17 mai 2017
    Mme Véronique Chankowski, Professeur d’Histoire grecque, Université Lyon 2, UMR 5189 – Histoire et Sources des Mondes Antiques
    Délos, centre économique et financier de Méditerranée
    La petite île de Délos est, dès l’époque archaïque, un sanctuaire apollinien dont le rayonnement fonde la prospérité de la communauté qui s’y développe, dans l’ombre des grandes puissances de la Méditerranée orientale. De l’époque classique à l’époque hellénistique, et avec l’arrivée de Rome dans les affaires du monde grec, l’activité commerciale et financière se développe considérablement dans l’île, qui devient un centre économique méditerranéen. Les sources archéologiques, mais aussi la documentation épigraphique à travers laquelle nous avons conservé les archives comptables du sanctuaire d’Apollon, ainsi que les monnaies, permettent d’éclairer les mutations profondes de ces sociétés insulaires et marchandes. Ces sources montrent aussi que Délos est un point d’observation privilégié pour comprendre les politiques économiques dans un monde antique en mutation.
  • temple_of_zeus_at_euromos-turkey7 juin 2017
    M. Francis Prost, Professeur d’Archéologie classique, Université Paris 1-Panthéon Sorbonne, UMR 7041 – Archéologies et Sciences de l’Antiquité
    La fabrique d’une cité grecque: l’exemple d’Euromos (Carie, Turquie)
    Le site d’Euromos, en Carie (Turquie), offre une opportunité unique pour comprendre la mise en place d’un cadre urbain renouvelé à l’époque hellénistique, dans l’espace d’un territoire propice aux conflits militaires et aux évolutions identitaires bien caractérisées. La fouille de l’agora engagée par l’Université de Mugla, avec la collaboration des Universités de Bordeaux Montaigne et de Paris 1, apporte de nouvelles données sur le contexte d’un phénomène de grande ampleur.

Coordination

  • Vanessa Desclaux, chargée de collection au département Philosophie, histoire, sciences de l’homme de la BnF
  • Frédérique Duyrat, directrice du département des Monnaies, médailles et antiques vous invitent à assister à un cycle de conférence sur l’archéologie de la Grèce antique

Modalités pratiques

18h30-20h
Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand, Salle 70
Quai François-Mauriac – Paris 13e

Entrée libre


Légendes des illustrations  :
– Une : Lions, Thasos, by Bernard Gagnon – CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=19148197, Inscription dédicace, Thasos © École française d’Athènes – Émile Sérafis ; Figurine de lion en ivoire et Figurine bestiaire fantastique Sphinge tête poitrail et ailes argile, Thasos © École française d’Athènes – Philippe Collet ; Monnaie d’Argolide, Argos, Triobole et Monnaie de Cyclades, Délos – BnF, dpt. Monnaies, médailles et antiques
– 12 oct. : Agora of Thasos – mai 2007, by Haplochromis CC, https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Agora_of_Thasos.jpg?uselang=fr
– 16 nov. : Monnaie d’Argos, BnF, dpt. Monnaies, médailles et antiques
– 7 déc. : Relevé topographiques de Philippes © École française d’Athènes
– 18 janv. : Kouros du temple d’Apollon à Ptoios – Musée archéologique national d’Athènes, by Sharon Mollerus, CC BY-SA 2.0, https://creativecommons.org/licences/by/2.0, via Wikimedia
– 22 fév. : La Terrasse des Lions, l’Agora des Italiens et le mont Cynthe, Délos, 1910 © École française d’Athènes ; Carte de l’île de Délos – levé pour l’École française d’Athènes en 1907 et 1908 – BnF, dpt. Cartes et plans
– 22 mars : Plan de la ville de Thasos © École française d’Athènes – Manuela Wurch-Kozelj
– 19 avril : Dégagements de céramiques à Dikili Tash © École française d’Athènes
– 17 mai : Délos, le sanctuaire d’Apollon © École française d’Athènes ; Monnaie de Cyclades, Délos – BnF, dpt. Monnaies, médailles et antiques
– 7 juin : Temple de Zeus à Euromos, by Sarah Murray [CC BY-SA 2.0 (http://creativecommons.org/licenses/by-sa/2.0)], via Wikimedia Commons

Enregistrer

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Appel à communication : Art du puissant, objet multiple : médailles et jetons en Europe, de la Renaissance à la première guerre mondiale

Ambitionnant d’engager de nouvelles réflexions sur les médailles et les jetons produits et circulant dans les cours européennes de la Renaissance à la Première Guerre mondiale, ce colloque se tiendra à Paris (Institut national d’Histoire de l’art, salle Vasari), du 30 mars au 1er avril 2017.

Les propositions de communication sous la forme d’un résumé (400 mots), accompagnées d’un titre et d’une brève mention biographique seront à envoyer avant le 6 novembre 2016 à l’adresse : colloquemedailles2017@gmail.com.

Argumentaire

Au XVe siècle, la médaille renaît dans les cours italiennes et revêt une valeur commémorative qui s’étend aux autres souverainetés  européennes. Les médailles, les jetons et autres objets monétiformes sans valeur fiduciaire se répandent alors pour connaître de véritables moments d’apogée durant les XVIIe, XVIIIe et XIXe siècles : les plus célèbres manifestations de cette production étant, par exemple, l’édition d’histoires métalliques de Louis XIV à Napoléon, en passant par le Tsar de Russie. Malgré les fluctuations du goût qui lui font successivement connaître des périodes de renom puis de défaveur, la médaille ne perdit jamais de sa force d’usage et fut tout autant employée par les régimes républicains pour véhiculer leurs idéaux.

Ces objets, produits d’un art officiel, allient l’image au texte pour transmettre un message tout en s’appuyant aussi sur une hiérarchie de valeurs intrinsèques ordonnées par les métaux employés, allant de l’or aux alliages les plus modestes. Reproductibles, portatifs, ils offrent la possibilité d’une large diffusion et leurs biographies présentent de ce fait certaines spécificités.

Une première réflexion porte sur le rôle du graveur, dont la fonction oscille entre celle d’artisan, d’artiste ou d’agent du pouvoir. Cet artiste, nommé par une instance officielle, peut aussi connaître une forme de pratique paradoxale, entre les contraintes imposées par les conventions du support, le cahier des charges de la commande et la liberté de création. Dès lors que ce dernier s’inscrit dans la logique de détention d’une charge ou d’une commande, il répond alors à une réalité propre au cadre de production où il s’inscrit, en lien avec l’entité émettrice ou le commanditaire de référence.
Un second aspect devrait permettre de définir les critères de cet art officiel dont le but est de capter et commémorer l’Histoire en marche, renforçant la renommée du commanditaire. On peut comprendre l’objet monétiforme comme le résultat d’une interaction entre les différents acteurs (i.e la collaboration entre commanditaires, lettrés, dessinateurs, graveurs et éditeurs) qui ont contribué à son élaboration. De ce point de vue, il sera intéressant d’observer en quelle mesure cette production pouvait évoluer au sein d’un univers visuel commun, nécessaire au renforcement du pouvoir.

Enfin, on peut interroger les modalités de circulation des modèles mais également des objets eux-mêmes, y compris le développement d’un marché pour la médaille moderne et contemporaine ainsi que sa place dans la composition de collections, privées ou publiques. Il s’agit aussi d’aborder l’influence réciproque entre le goût et les intérêts des collectionneurs et les évolutions qu’on observe au niveau de la production, des sujets et des techniques.

Face à une historiographie dispersée, il s’agit de proposer un cadre pour des recherches actualisées, tentant de s’affranchir des normes d’un simple catalogage. Adoptant une perspective européenne et une chronologie étendue, ce colloque se veut avant tout pluridisciplinaire, à l’image des objets envisagés : leur commande, leur production et leur circulation nous placent à la confluence de l’histoire de l’art, des études numismatiques, de l’histoire sociale, de l’histoire des techniques et de l’histoire politique.

Modalités de participation

Chaque communication durera 20 minutes, suivie de 10 minutes de questions et fera l’objet d’une publication.
Langues du colloque : français, anglais.
Les réponses seront adressées par le comité organisateur mi-décembre 2016.
Le colloque se tiendra du 30 mars au 1er avril 2017.

Comité organisateur

  • Felicity Bodenstein, docteur en Histoire de l’art, Kunsthistorisches Institut, Florenz, Max-Planck-Institut
  • Thomas Cocano, doctorant en Histoire, EPHE
  • Ludovic Jouvet, doctorant en Histoire de l’art, Université de Bourgogne / INHA
  • Katia Schaal, doctorante en Histoire de l’art, École du Louvre / Université de Poitiers / INHA
  • Sabrina Valin, doctorante en Histoire de l’art, Université Paris Ouest Nanterre La Défense

Comité scientifique

  • Marc Bompaire, directeur d’études, EPHE
  • Béatrice Coullaré, chargée de conservation, Monnaie de Paris
  • Frédérique Duyrat, Directrice du Département des Médailles, Monnaies et Antiques, BnF
  • Victor Hundsbuckler, conservateur du patrimoine, responsable de la Conservation, Monnaie de Paris
  • Thierry Sarmant, conservateur en chef, Service historique de la Défense à Vincennes
  • Philippe Thiébaut, conservateur général du patrimoine, conseiller
    scientifique, INHA
  • Inès Villela-Petit, conservatrice du patrimoine, département des Monnaies, Médailles et Antiques, BnF

Partenariat

  • L’Université Paris Ouest Nanterre La Défense (École doctorale 395 Milieux, cultures et sociétés du passé et du présent – Laboratoire du HAR, Histoire des Arts et des Représentations)
  • L’École pratique des hautes études (EPHE)
  • La Monnaie de Paris
  • La Bibliothèque nationale de France (BnF)
  • L’Institut national d’histoire de l’art (INHA)

Image de Une : Jeton frappé sous Louis XIV, 1690. Disponible en ligne,  url : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10404058s>.

 


Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

La BnF, spot pour les clubbers ?


p1150224L’exposition Electrosound, du lab au dancefloor qui se tient à la Fondation EDF, la parution de l’ouvrage de Laurent de Wilde, les Fous du son 1 ou encore le lancement de la  websérie La Touche Française, de Guillaume Fédou et Jean-François Tatin, diffusée sur le site Arte Creative, sont l’occasion de mentionner le rôle que joue la BnF dans la sauvegarde de ce patrimoine immatériel que constitue la musique électronique ou électroacoustique.

Dépôt légal des phonogrammes

Si le dépôt légal des documents sonores (phonogrammes) a été institué le 19 mai 1925, ce n’est qu’à partir de la création de la Phonothèque nationale, le 8 avril 1938, qu’il put être mis en œuvre. Encore fallut-il attendre la « drôle de guerre » pour que les éditeurs se décident à appliquer la loi de 1925 et commencent de déposer leur production phonographique dès janvier 1940.
Depuis, tous les documents sonores mis en location, en vente, en distribution, importés ou mis à la disposition d’un public même limité et même à titre gratuit, doivent être déposés auprès du département de l’Audiovisuel de la BnF. Gratuit et sans frais postaux, ce dépôt permet de préserver le patrimoine musical… édité.
C’est ainsi que la BnF offre à ses lecteurs les diverses éditions de musique électronique ou électroacoustique de Pierre SchaefferPierre Henry, Jean-Claude Risset, Philippe Manoury, mais aussi de Jean-Jacques Perrey, François de Roubaix ou encore Daft punk, Justice, C2C, etc.

Quelle pérennité pour la musique électronique ?

p1150231Mais le nouveau paradigme de la musique électronique, qu’elle soit mixte ou a fortiori performée en temps réel (« live electronic music »), pose la question de sa pérennité. Quelle peut être la sauvegarde patrimoniale de la musique électronique (analogique ou assistée par ordinateur) dès lors qu’elle ne fait pas l’objet d’une édition ? Quelles traces seront-elles conservées pour les générations futures ?

D’aucuns arguent que l’une des solutions pour assurer la conservation pérenne des musiques électroniques réside dans la composition et la notation effectuées en vue d’une transmission. Les établissements patrimoniaux pourraient ainsi espérer des dons et legs des supports d’enregistrement de ces notations.

Un autre espoir pourrait consister dans les supports d’enregistrement (analogiques ou numériques) adoptés par les musiciens pour conserver leurs créations. Archive de la création relevant du domaine privé, cette documentation personnelle ne relève pas du dépôt légal et la patrimonialisation de ce patrimoine, soit l’entrée dans une institution patrimoniale pour conservation pérenne, ne peut intervenir qu’en cas de don/legs, achat (direct ou en salle de vente). Une problématique similaire se pose pour les manuscrits -désormais électroniques- des écrivains. Quelles seront les études génétiques de l’avenir dès lors qu’elle ne porteront plus sur divers états de manuscrits manuscrits, dactylographiés ou imprimés mais sur des strates de fichiers informatiques, si celles-ci ont été conservées et données à des bibliothèques2 ?

Ces questions de préservation de la musique électronique en lien avec le paradigme de l’obsolescence technologique sans cesse accélérée, les artistes, programmeurs et performeurs mais aussi les réalisateurs en informatique musicale (RIM) se les posent depuis les débuts de la musique électronique, moins en relation avec les problématiques des institutions patrimoniales qu’avec celles de la transmission et de la ré-interprétation par d’autres musiciens du futurs3.

Les institutions patrimoniales se trouvent confrontées à la même problématique que celle qui affecte les jeux vidéos, les logiciels et programmes informatiques pour lesquels des programmes d’émulation sont mis en place4. Mais si l’émulation a été mise en œuvre pour certaines de ses collections, la Bibliothèque nationale de France opte plus volontiers pour la numérisation puis la migration et la duplication5 tout en conduisant des programmes de recherche sur la question6 .

Cas des archives de l’Institut International de Musique Electroacoustique de Bourges (IMEB)

Logo de l'IMEBLa Bibliothèque nationale de France traite de l’ensemble des ces problématiques avec un cas concret représenté par le don consenti le 20 septembre 2005 par l’Institut International de Musique Electroacoustique de Bourges (IMEB), héritier du Groupe de Musique Expérimentale de Bourges (GMEB) fondé en 1970 par Françoise Barrière et Christian Clozier.

Réparti dans les collections du département de la Musique et du département de l’Audiovisuel de la Bibliothèque nationale de France, le fonds comprend 6 577 œuvres de musique électroacoustique, 1 300 partitions et 166 caisses représentant 50 mètres linéaires d’archives musicales, historiques, techniques, photographiques, vidéographiques et administratives de l’institut.

Le studio historique « Charybde » de recherche  et de composition qui retraçait 40 années d’évolution technologique, a été transféré au sein de la collection Charles Cros de la BnF7, soit un véritable musée dédié aux instruments de reproduction sonore dont les fleurons sont consultables en ligne dans Gallica, la bibliothèque numérique de la BnF, à l’adresse url : <http://gallica.bnf.fr/html/und/objets/collection-charles-cros>.

Cela représente donc un ensemble complet et multimédia exceptionnel sur l’histoire de la création et de la diffusion de la musique électroacoustique. En effet, les « musiques » elles-mêmes produites et présentées aux festivals, sont particulièrement riches du fait de la nature de ces œuvres, car elles sont présentes sous forme de composants écrits, sonores, électroniques et audiovisuels (partitions et enregistrements présentés aux festivals, d’Alain Savouret, Adolfo Nunez, Jean-Claude Risset, Jorge Antunes, Kaija Saariaho, etc.). Les archives du concours (dossiers d’inscription, biographies des concurrents, avis des jurés…) dessinent un panorama précis des acteurs de la création musicale contemporaine de la seconde moitié du XXe siècle. Les archives du festival, des concerts, des tournées et autres manifestations constituent des éléments pour l’histoire de l’action culturelle du niveau local au niveau international. Les instruments, en particulier les composants du studio Charybde, et les documentations techniques renseignent quant à eux sur les prémices et l’essor de l’informatique musicale.

La pérennisation ainsi que la communicabilité du fonds sont assurées via des traitements de transferts (des cassettes audio de type Digital Audio Tape (DAT) et des CD) et de numérisation. L’IMEB puis la Mnémothèque Internationale des Sciences et Arts en Musique Electroacoustique (MISAME), qui assure désormais la gestion, le développement et la diffusion des œuvres, avaient déjà lancé des chantiers de numérisation et sauvegardaient leurs productions.

La pérennisation était au cœur des préoccupations de l’IMEB, qui avait lancé d’importants chantiers de numérisation de ses enregistrements et dossiers documentaires. Dès les premiers contacts entrepris avec la BnF, une campagne de numérisation d’une sélection d’œuvres avait été menée à bien, associant le fichier numérique de la musique et les données musicologiques. Les auteurs avaient été associés à ce chantier, envoyant leurs œuvres numérisées et leurs notes de programmes.
Afin de faciliter la recherche, des « capsules » ont été constituées pour chacune des quelques 14000 « musiques » , regroupant des fichiers son, texte, et images, ainsi qu’un listing de métadonnées techniques, musicologiques et historiques.

Pour une description précise de l’ensemble du fonds de l’IMEB géré par MISAME et de son historique, on se reportera à la présentation générale et l’inventaire disponible en ligne (url : <http://www.misame.org/wp-content/uploads/2014/09/PRESENTATION-GENERALE-du-FONDS-MISAME.pdf>).

Objet de traitements et de recherche

En 2015, dans le cadre du programme Les Arts trompeurs. Machines, Magie, Médias financé par le Labex ARTS-H2H, le fonds de l’IMEB a fait l’objet d’un chantier de traitement et de valorisation par Caroline Renouard puis Azadeh Nilchiani qui a mené l’inventaire transversal du fonds de l’IMEB de la BnF. Un compte rendu et un bilan détaillé des travaux sont disponibles en ligne à l’adresse url : <http://www.lesartstrompeurs.labex-arts-h2h.fr/fr/content/le-fonds-darchives-de-limeb>. Ses travaux ont notamment permis les communication au cours du colloque Machines. Magie. Médias8, tenu en août 2016 à Cerisy-la-Salle.

À la BnF ces œuvres, dont l’existence et la trace sont par essence électroniques, seront désormais assurées d’une conservation à long terme9, au sein d’une institution pérenne accoutumée à exercer cette mission tant dans le domaine musical sonore que dans celui des techniques numériques. Ces collections sont accessibles pour la recherche, en particulier pour le public des créateurs et des musicologues10.
Le fonds IMEB a ainsi rejoint les très importantes collections musicales de la BnF, riches de 900 000 enregistrements sonores, dont les techniques vont du cylindre de cire au DVD, et les ont enrichi de façon irremplaçable dans le domaine de la création musicale contemporaine.
Puisse cet exemple inciter d’autres institutions musicales mais aussi les artistes, compositeurs ou réalisateurs en informatique musicale à songer à pérenniser leurs œuvres par ce type de don de nature à féconder la recherche et la création.
Cependant, si la BnF a bien pour mission de collecter, cataloguer, conserver et enrichir le patrimoine national dont elle a la garde, elle se doit également d’en assurer l’accès du plus grand nombre. En ce sens, par la volumétrie et la profondeur de ses collections, elle peut aussi être qualifiée de « spot » sinon pour les « clubbers », du moins pour les mélomanes, amateurs et curieux.

Citer ce billet : Olivier Jacquot. “La BnF, spot pour les clubbers ?”. Dans Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France [En ligne]. https://bnf.hypotheses.org/904 (consulté le 30 septembre 2016).
Notes :
  1. Laurent de Wilde, Les fous du son, Paris : Bernard Grasset, 2016, 558 p. ISBN 978-2-246-85927-7 []
  2. Pierre-Marc de Biasi, « Les archives de la création à l’âge du tout numérique », Revue Sciences/Lettres [En ligne], 1 | 2013, mis en ligne le 01 mai 2012, consulté le 16 septembre 2016. URL : http://rsl.revues.org/314 ; DOI : 10.4000/rsl.314 []
  3. Comme le rappellent Antoine Vincent, Bruno Bachimont et Alain Bonard, « la communauté informatique se réfugie derrière la pérennité supposée des langages normalisés, les désignant comme nouvel invariant de représentation de l’œuvre comme l’était la partition. Or, nous ne savons actuellement que peu de choses sur la durée de vie d’un langage informatique, notamment combien de temps il restera lisible ou interprétable. De plus, il n’y a aucune certitude quant à la préservation du rendu sonore, car le même programme en langage C peut produire des sons significativement différents sur plusieurs environnements de compilation », « Modéliser les processus de création de la musique avec dispositif numérique : représenter pour rejouer et préserver les œuvres contemporaines », 23es Journées Francophones d’Ingénierie des Connaissances (IC 2012), Juin 2012, Paris, France. p. 83-98, 2012, IC 2012. Disponible en ligne, url : <https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00715035> []
  4. Citons pour mémoire le programme européen KEEP, Keeping emulation environments portable, http://actions-recherche.bnf.fr/BnF/anirw3.nsf/IX01/A2012000845_keep-keeping-emulation-environments-portable []
  5. Pour en savoir plus, on se reportera à la présentation : Louise Fauduet, « La conservation numérique : enjeux, risques, solutions », [Paris] : Bibliothèque nationale de France, [s.d.]. Disponible en ligne, url : <http://www.bnf.fr/documents/conservation_numerique.pdf> ; Dominique Théron, « Quid des collections audiovisuelles à l’heure du numérique ? », dans Mémoire numérique. Publics, ressources et bibliothèques en mutation, colloque, Saint-Cloud, Médiadix, 10 octobre 2014. Disponible en ligne, url :  <http://mediadix.u-paris10.fr/brochure/documents/3-Theron_Mediadix-URFIST_10102014.pdf> ; Vincent Berdot, « Comment la BnF préserve notre patrimoine numérique », 01 Informatique, n° 2047, 8 juillet 2010, p. 29-31.  Disponible en ligne, url :  <http://bfmbusiness.bfmtv.com/01-business-forum/comment-la-bnf-preserve-notre-patrimoine-numerique-525303.html> ; et à la bibliographie « La préservation numérique à la Bibliothèque nationale de France », [Paris] : Bibliothèque nationale de France, 2016. Disponible en ligne, url : <http://www.bnf.fr/documents/preservation_numerique_bibliographie.pdf>. []
  6. Cf. le programme  « Modélisation des oeuvres d’art numérique et de leur dispositif de lecture » financé par le Labex Arts-H2H. []
  7. Marianne Deraze, Xavier Loyant, « La collection Charles Cros », Blog Gallica, 27 octobre 2015. Disponible en ligne, url : <http://gallica.bnf.fr/blog/27102015/la-collection-charles-cros> ; Romain Bigay, « Collection Charles Cros, une brève histoire des appareils d’enregistrement et de lecture », Centre d’information et de ressources pour les musiques actuelles, 2 octobre 2013. Disponible en ligne, url : <http://www.irma.asso.fr/COLLECTION-CHARLES-CROS-UNE-BREVE> ; Martine Cohen-Hadria, « Étonnante collection Charles Cros », Chroniques de la Bibliothèque nationale de France, décembre 2006, Disponible en ligne, url : <http://chroniques.bnf.fr/archives/decembre2006/numero_courant/coulisse/charles_cros.htm>. []
  8. Programme disponible en ligne, url : <http://www.lesartstrompeurs.labex-arts-h2h.fr/fr/content/machines-magie-m%C3%A9dias-cerisy-2016> []
  9. SPAR, le système de préservation numérique de la BnF, url : <http://www.bnf.fr/fr/professionnels/spar_systeme_preservation_numerique.html> []
  10. A cet effet, son inventaire sera accessible dans BnF Archives et manuscrits à cette adresse url : <http://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc944176> []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

L’histoire littéraire en mode mineur : le rôle des bibliophiles dans la promotion d’un panthéon littéraire alternatif au XIXe siècle

Colloque des 13 et 14 octobre 2016, Bibliothèque Historique de la Ville de Paris/ Bibliothèque de l’Arsenal

Une première journée a lieu le JEUDI 13 OCTOBRE, Salle des Commissions de la Bibliothèque Historique de la Ville de Paris, 24 rue pavée, 75 004 Paris.

PROGRAMME DU JEUDI 13 OCTOBRE, BIBLIOTHEQUE HISTORIQUE DE LA VILLE DE PARIS :
Matinée. Modalités de la collection de livres au XIXe siècle. Présidence Juliette Jestaz (BHVP).
9h : ouverture par Juliette Jestaz, responsable de la Réserve des imprimés et des manuscrits de la BHVP.
9h15 : Ève Netchine (BnF, Arsenal), « Une étude de commissaires-priseurs au service de la bibliophilie nouvelle : Jacques-Nicolas et Georges-Henri Boulland ».
9h45 : Pierre-Jean Dufief (Paris X-Nanterre), « Octave Uzanne bibliophile et historien de la bibliophilie ».
10h15 : échanges et discussion.

10h45 : Mathilde Bombart (Lyon III), « Livres à clef, lectures à clef, romans à clef : de la passion bibliophile à l’histoire littéraire ».
11h15 : Andrea de Pasquale (Bibliothèque Nationale Centrale de Rome), « Un regard au-delà des Alpes : histoire littéraire mineure et bibliophilie dans l’Italie du Nord (fin XVIIIe / XIXe siècles) ».
11h45 : échanges et discussion.

Après-midi. Le culte du beau livre, entre texte et objet.
Présidence José-Luis Diaz (Paris VII-Diderot).
14h : Magali Charreire (Montpellier III-Paul Valéry), « L’œuvre « Doré » du bibliophile Jacob ».
14h30 : Olivier Bessard-Banquy, (Michel de Montaigne-Bordeaux III), « Du luxe au semi-luxe ».
15h : échanges et discussion.

15h30 : Nolwenn Pamart (Paris IV-Sorbonne), « Jean de Tinan ou la recherche de la légitimité par le beau livre ».
16h : Marine Le Bail (Toulouse II-Jean Jaurès / Arsenal), « La quête de la « condition d’origine » chez Charles Nodier : la condition d’une histoire littéraire des origines ? »
16h30 : échanges et discussion.
17h : Présentation d’un choix de livres et documents relatifs à des bibliophiles du XIXe siècle : Juliette Jestaz, BHVP.

PROGRAMME DU VENDREDI 14 OCTOBRE, BNF, BIBLIOTHEQUE DE L’ARSENAL
Matinée. Quand la bibliophilie incite à réécrire l’histoire littéraire. Présidence Marine Le Bail (UT2J-Arsenal).
9h15 : Raymond-Josué Seckel (BnF) : « Sade entre 1850 et 1910, début de reconnaissance ? ».
9h45 : Delphine Fayard (Christie’s Paris), « La notion de libertinage à l’aune des pratiques bibliophiliques du XIXe siècle ».
10h15 : échanges et discussion.

10h45 : François Pic (Toulouse II-Jean Jaurès), « Des « livres en patois » à la « littérature occitane » : le rôle des bibliophiles dans la constitution d’un objet littéraire (XVIIIe/XXe siècles) ».
11h15 : José-Luis Diaz (Paris VII-Diderot), « Charles Asselineau face aux « minores » du romantisme ».
11h45 : échanges et discussion.

Après-midi. Enjeux de l’édition bibliophilique.
Présidence Claire Lesage (BnF, Arsenal).
13h30 : François Rouget (Queen’s University, Canada), « Prosper Blanchemain, bibliophile et éditeur des poètes de la Renaissance ».
14h : Julien Schuh et Anne-Christine Royère (Reims-Champagne), « Prosopographie des éditeurs bibliophiles (1870-1930) ».
14h30 : échanges et discussion.

Chroniqueurs de la bibliophilie

15h : Laurent Portes (BnF), « Eugène Le Senne (1846-1938), collectionneur de livres parisiens ».
15h30 : Jean-Didier Wagneur (BnF), « Hémérophilie : Firmin Maillard, un chiffonnier de la petite presse ».
16h : échanges et discussions.
16h15 : mot de conclusion par Olivier Bosc, directeur de la bibliothèque de l’Arsenal.
16h30 : fin des communications.

16h45-18h15 : table-ronde « La bibliophilie d’hier à aujourd’hui », présidée par Jean-Yves Mollier (Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines), avec Isabelle de Conihout (Christie’s), Éric Dussert (BnF), Nicolas Malais (Paris X-Nanterre).

Chacune de ces deux journées s’accompagnera d’une exposition de pièces exceptionnelles sélectionnées parmi les fonds de la BHVP et de la Bibliothèque de l’Arsenal.

Inscription préalable obligatoire à l’adresse suivante : colloque.bibliophilie.2016@gmail.com

Argumentaire complet et bibliographie

Organisé par Patrimoine, littérature, histoire (EA 4601, Université Toulouse Jean Jaurès), la Société des études romantiques et dix-neuviémistes (SERD) et la BnF.


Images de Une  :

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Livres de jeunesse d’hier, publics d’aujourd’hui : quelles rencontres ?

abc_de_babar_-_dessine_brunhoff_jean_btv1b10508487r
ABC de Babar / dessiné par Jean de Brunhoff. Disponible en ligne, url : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10508487r>.

La Bibliothèque nationale de France / Centre national de la littérature pour la jeunesse, l’Ecole nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques (ENSSIB) et la Fédération interrégionale du livre et de la lecture (FILL) organisent une journée d’étude intitulée « Livres de jeunesse d’hier, publics d’aujourd’hui : quelles rencontres ? », le mardi 4 octobre 2016, à l’enssib – Villeurbanne (69).

Le patrimoine des livres pour l’enfance et la jeunesse fait l’objet d’un intérêt renouvelé et croissant depuis presque deux décennies, les outils numériques favorisant les redécouvertes et la médiation.
Auteurs et éditeurs qui revisitent le passé, bibliothèques qui se concertent pour conserver et numériser : au-delà d’une certaine mode du « vintage », pour quel public – érudit, nostalgique, familial, enfantin… – exhumer ces trésors ? Comment favoriser la transmission et l’appropriation de ce patrimoine ?

Programme

Programme complet en ligne : http://www.enssib.fr/sites/www/files/documents/manifestations/2016/je-livres-jeunesse-hier-web.pdf

Modalités pratiques

Entrée libre sur inscription en ligne : http://www.enssib.fr/inscription-JE-livres-de-jeunesse-dhier-publics-daujourdhui

Renseignements : Marion Caliyannis : tél. 01.53.79.57.06 || courriel : marion.caliyannis@bnf.fr

Adresse de l’événement : Amphithéâtre de l’Enssib, 17-21 bd du 11 novembre 1918, 69100 Villeurbanne

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

La science, l’information, la connaissance. 15e rencontre « Physique et interrogations fondamentales » (PIF)

affichePIFToujours polysémique et d’une précision fluctuante, la notion d’information occupe une place centrale dans la configuration contemporaine des sciences. C’est pourquoi la quinzième rencontre « Physique et interrogations fondamentales » place l’information au cœur d’un questionnement sur la science telle qu’elle se pratique aujourd’hui et la connaissance en tant qu’elle sert à comprendre l’univers et le monde social.

Au-delà d’une juxtaposition, ce qui est en jeu dans le triptyque science, information, connaissance, ce sont les diverses modalités d’articulation entre ces trois notions :

  • Dans une perspective épistémologique classique, l’information obtenue par l’observation et l’expérimentation est à la base de l’élaboration des connaissances, dont l’accumulation et l’organisation rationnelle constituent la science. Cette information en évolution constante est ainsi la source universelle des progrès de la science.
  • Après-guerre, dans le sillage de la formulation canonique de la notion d’information comme une grandeur quantifiant le contenu d’un message, naît l’espoir de saisir plus généralement et sous certaines conditions les dynamiques d’un système, que celui-ci soit physique, biologique, voire psychologique ou social. Un nouveau paradigme émerge, transitoirement incarné par la cybernétique, qui a marqué un large spectre de disciplines et produit des interfaces entre elles. La pertinence du concept d’information devient un enjeu encyclopédique.
  • Enfin, en même temps que la croissance de la puissance de calcul des ordinateurs rendaient possible un « tournant computationnel » au sein de certaines pratiques scientifiques, il s’est constitué une « science de l’information », c’est-à-dire une théorie de la démonstration qui se fonde sur les caractéristiques mêmes de l’information. Un nouveau champ problématique s’ouvre alors à la science vive.

Programme :

09h00-09h30 Accueil
09h30-09h45 Ouverture par le président de la SFP et le représentant de la BnF
09h45-10h10 Histoires du concept d’information, Jérôme Segal (Paris IV – LBIHS)  – Échanges avec le public
10h20-10h45 La question de l’information en Physique Statistique, Bernard Derrida (Collège de France)  – Échanges avec le public
10h55-11h20 De l’atome à l’information : un renouveau de la théorie quantique, Alexei Grinbaum (CEA)  – Échanges avec le public
11h30-11h45 Pause
11h45-12h10 Le défi des (méga)données en bibliothèque, Emmanuelle Bermès (BnF)  – Échanges avec le public
12h20-12h45 Évolution de l’usage des notions informationnelles en biologie, Michel Morange (ENS)  – Échanges avec le public
Déjeuner libre 12h55-14h00
14h00-14h45 Séance de dédicace de livres des intervenants
14h45-15h10 Le paradoxe de l’information en cosmologie, Alain Riazuelo (IAP) – Échanges avec le public
15h20-15h45 L’information numérique va-t-elle remplacer les lois physiques ? Gérard Berry (Collège de France) – Échanges avec le public
16h-18h Table Ronde « Extraire l’information, retrouver la connaissance » – Animée par Vincent Bontems
Intervenants : Jean-Louis Ermine (Prof Mines, gestion des connaissances), Nathalie Goedert (historienne du droit, Université Paris-Sud) et Sylvestre Huet (journaliste scientifique).

Où et quand ?

Samedi 19 novembre 2016, 9h30-18h00
Bibliothèque nationale de France, site François Mitterrand
Grand auditorium, hall est – Quai François Mauriac, 75013 Paris

Inscriptions gratuites dans la limite des places disponibles. https://www.weezevent.com/physique-et-interrogations-fondamentales-15e-edition

Journée organisée par la Société Française de Physique (SFP) et la Bibliothèque nationale de France (BnF)

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

« Habiter la BnF » : un projet de recherche inédit sur les publics du Haut-de-jardin

Durant 6 mois une équipe de chercheurs en sciences sociales (du Groupe de recherches interdisciplinaires sur les processus d’information et de communication , GRIPIC/CELSA) est allée à la rencontre des usagers du Haut-de-jardin, niveau tous publics du site François-Mitterrand de la BnF.

Qui sont-ils ? Comment habitent-ils les espaces ? Pour quelle finalité, quels projets ? Quel est leur rapport aux collections, aux bibliothécaires ? Les entretiens réalisés par Joëlle Le Marec et Judith Dehail, avec l’aide des photographies d’Igor Babou, montrent le lien très fort de ces publics à l’institution, pour la sécurité et la légitimité qu’elle leur offre.

Le rapport du projet de recherche est disponible en ligne, à l’adresse url : <http://www.bnf.fr/documents/rapport_habiter_bnf.pdf>.
Y sont publiés les éléments du rapport de Joëlle Le Marec et Judith Dehail susceptibles d’intéresser largement chercheurs en sciences sociales et acteurs des bibliothèques et des institutions culturelles.
Les préconisations concrètes, à visée d’abord interne et opérationnelle, tenaient lieu de conclusion du rapport remis à la Bibliothèque nationale de France et n’ont pas été reprises dans le document.

Par ailleurs une vidéo illustre le projet et le terrain d’étude. Elle est accessible sur la chaîne YouTube de la BnF :

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Conférence du professeur Larry Schaff, Out of the Shadows : Henry Talbot, invention & historiography

[Deux maisons de ville] : [photographie négative] / [William Henry Fox Talbot]. Disponible en ligne, url : .
[Deux maisons de ville] : [photographie négative] / [William Henry Fox Talbot]. Disponible en ligne, url : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b6939794z>.
Dans le cadre du Groupement de recherche international sur la photographie, le Centre de Recherche sur la Conservation vous invite à assister, le lundi 26 septembre à 16h au Muséum National d’Histoire Naturelle  (auditorium de la Grande Galerie de l’Evolution, 36, rue Geoffroy Saint-Hilaire, 75005 Paris), à la conférence du Professeur Larry Schaaf.

Cette conférence vient en écho au projet de recherche « CALOTYPE » et « RECCAL » soutenus par la Fondation des Sciences du Patrimoine.

Présentation donnée en anglais, sans traduction, s’inscrire à <crcc@mnhn.fr>

Out of the Shadows: Henry Talbot, invention & historiography

William Henry Fox Talbot first conceived of the art of photography in 1833 and achieved results by 1834. However, it was not until Daguerre announced his process in January 1839 that Talbot was prompted to make his method public.  The two approaches were radically different.  Daguerre produced beautifully detailed unique images on silvered sheets of copper.  Talbot’s photographs were technically inferior, but he conceived of the idea of a negative that could produce multiple prints on paper.  In the end, Talbot’s more versatile approach was to define the mainstream of photography right down to the digital age.  The resources available to the historian for these two men are also radically different.  Only a handful of Daguerre images and Daguerre letters survive and no research notebooks.  For Talbot, there are more than 10,000 letters, hundreds of notebooks and more than 25,000 negatives and prints surviving worldwide.  Around fifteen years ago Prof Schaaf made full transcriptions of the 10,000 letters available online.  However, to have put 25,000 images in a research structure with 1990s technology would have ‘broken the web’.  Today, with advanced technology, the online Catalogue Raisonné of Talbot’s photographs is being prepared for the Bodleian Library in Oxford.  Both the letters and the photographs have implications for the history of photography, conservation, and for historians in many fields.

Le professeur Larry J. Schaaf est le directeur du William Henry Fox Talbot Catalogue Raisonné (foxtalbot.bodleian.ox.ac.uk), une ressource en ligne de la bibliothèque Bodléienne. Celle-ci s’appuie sur quatre décennies de recherche sur Talbot, ce savant prolifique qui fut l’inventeur de la photographie négative-positive. L. Schaaf  est également consultant sur le fonds d’archives Talbot récemment acquis par la bibliothèque Bodléienne. Il a été professeur titulaire en  2005 de la chaire Slade des beaux-Arts. Il est le fondateur et le rédacteur en chef du projet Correspondence of William Henry Fox Talbot  qui met à disposition des transcriptions entièrement consultables de plus de 10.000 lettres de Talbot en ligne: http://foxtalbot.dmu.ac.uk/. Le professeur Schaaf est titulaire d’un doctorat en histoire de l’art de l’Université de St Andrews; sa thèse : Out of the Shadows: Herschel, Talbot & the Invention of Photography (Yale, 1992) a été publiée. Il était un photographe actif et professeur de photographie à l’Université du Texas à Austin quand autour des années 1970, il fut intrigué par la richesse de la collection Gernsheim sur la photographie. Le fonds important d’archives personnelles de Sir John Herschel détenu par l’Humanities Research Center, a immergé Schaaf dans le monde de l’édition documentaire et depuis cette époque une grande partie de ses travaux a porté sur la matérialité et l’importance des sources primaires dans la recherche. Il est particulièrement intéressé par la dite « préhistoire de la photographie » et par la photographie comme interface entre art et science. Schaaf a publié de nombreux articles de revues et de livres, plusieurs d’entre eux ont été primés et sont pionniers dans leurs catégories. Il a donné de nombreuses conférences et a été consultant sur les applications informatiques dans les sciences humaines, des collections d’archives et de l’histoire de la photographie. Une grande partie du travail de Schaaf au cours des trois dernières décennies a été menée en tant que chercheur indépendant. Son bureau est à Rock House, Baltimore, Maryland (USA).

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Coline Arnaud

Histoire culturelle de la pâtisserie : facteurs et enjeux de la démocratisation du sucré entre 1870 et 1914

La pluralité des domaines d’investigation de l’histoire culturelle (Jean-Pierre Rioux ; Laurent Martin et Sylvain Venayre ; Pascal Ory) intègre depuis une vingtaine d’années l’étude de l’alimentation et plus spécifiquement du repas. Résultat d’un processus social complexe, la commensalité et ses représentations renouvellent l’analyse historique, en l’enrichissant de phénomènes ethnologiques, anthropologiques et culturels. Dans la lignée de l’Ecole des Annales théorisée par Fernand Braudel, Lucien Febvre et Marc Bloch, la gastronomie participe à une conception transdisciplinaire du fait historique. Cette réhabilitation du « manger » en tant qu’acte collectif ou individuel est issue d’une vaste réflexion impliquant un intérêt croissant pour le folklore, les usages et coutumes des civilisations occidentales dont les pratiques culinaires, les arts et les manières de tables constituent un axe fondamental, par le biais d’ouvrages fondamentaux comme Pour une histoire de l’alimentation en 1970.

Si les sciences et l’histoire de la gastronomie se sont aujourd’hui structurées dans le domaine universitaire français et font l’objet d’une reconnaissance publique et institutionnelle évidente grâce, entre autre, au classement du repas des Français au patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO, l’étude du gâteau et plus largement du dessert reste largement inexploré. Plusieurs études s’intéressent, depuis la diffusion du sucre en Occident à la Renaissance (Jean-Louis Flandrin, Jean Meyer), aux impacts sociologiques de sa consommation (Marie-Sylvie Billaux, Sidney Mintz) et témoignent des nombreux débats interrogeant ses valeurs diététiques, religieuses, mais également subversives, entre médicament et poison. Ces écrits permettent de juger de la place croissante du dessert dans les modes alimentaires, au point de dépasser le cadre institué du repas, par le plaisir coupable du grignotage solitaire, encouragé par l’essor de la confiserie, puis du goûter.

Ces temps de dégustations et les mets qui les caractérisent ne font l’objet d’aucune référence bibliographique très précise. Pourtant, une étude de ces phénomènes paraît essentielle pour comprendre la
place prépondérante attribuée à la consommation du sucre dans nos sociétés contemporaines, et expliquer ainsi des tendances actuelles fortes comme la réhabilitation des salons de thé en Europe comme en Orient, ou la popularisation croissante de la fabrication pâtissière, résultat d’une médiatisation littéraire et télévisuelle sans précédent.

Cette étude se propose donc de revenir aux origines possibles de cette démocratisation du sucré, en se concentrant sur la France, alors référence incontestée de la haute cuisine, et sur la période charnière de 1870-1914. Le début du XIXe siècle est en effet marqué par les théories ornementales de Carême, synthétisant elles-mêmes une tradition décorative du dessert depuis les pièces monumentales de la
Renaissance italienne jusqu’aux oeuvres de Gilliers et de Beauvilliers. Le travail de Carême repense les fondements du métier de pâtissier. Ce statut d’artisan évolue vers une ambition artistique et esthétique qui transforme le produit de sa création en une oeuvre architecturale ou picturale. Les pâtissiers des générations suivantes se positionnent comme des passeurs de ces thèses rénovatrices, militant pour une
reconnaissance accrue des institutions artistiques et politiques. Cette génération cultive à la fin du siècle une nostalgie de cette époque « bénie », cet « âge d’or » gastronomique où « [d]es gourmets, des appréciateurs, voilà ce qu’il y avait et ce qu’il nous faudrait pour arriver à la perfection » (Granvillier, L’art culinaire comparé, 1894). L’aristocratie déclinante est considérée alors comme le seul public capable d’apprécier la beauté pour sa seule valeur esthétique et envisager le luxe comme un art de vivre indispensable. Néanmoins, en 1870, la cohabitation de cette nostalgie avec l’avènement et l’affermissement de la IIIe République et les profonds changements économiques, provoque de nombreux débats au sein même de la profession, entraînant une modification profonde du rôle et de l’avenir du pâtissier. Ces bouleversements questionnent la survie même de la profession, et sa faculté à s’adapter aux enjeux synthétisés par le concept de « modernité » de la deuxième révolution industrielle. Les réponses proposées par la nouvelle génération de chefs, ou implicitement imposées par les contraintes du marché économique, ouvrent des perspectives inédites pour la pâtisserie du XXe siècle. Facteur principal de ce renouvellement, la démocratisation du dessert est en marche, interrogeant les rapports du métier au public, au lieu de vente et aux produits qu’il consomme.

exportDésormais productrice de ses propres modèles, la bourgeoisie instaure depuis les années 1850 de nouveaux rites sociaux déplaçant les temps de consommations du sucre vers l’après-midi et le soir par le biais du goûter et du lunch. Les femmes, symboliquement et socialement associées au sucre initient ce renouvellement, se créant ainsi de nouveaux espaces d’expression qui leur sont réservés. Consommatrices privilégiées de ces lieux de ventes et de dégustations, elles en définissent également les codes et les
tendances, dans un subtil jeu de dialogue entre l’offre et la demande. La reconnaissance progressive des droits et du statut de l’enfant contribuent également à influencer un marché économique qui désormais s’adresse à lui, tout comme aux classes ouvrières dès les années 1880.

Le produit, évolue également, sous l’influence croisée de l’essor de la biscuiterie et du patriotisme culinaire, qui oeuvre pour une réhabilitation du patrimoine gastronomiques français. L’essor des
restaurants et du dessert à l’assiette, la modernisation des moyens de production en usine comme dans l’espace domestique, redéfinissent les règles de fabrication d’un produit qui se simplifie dans le fond tout
en conservant sa spécificité décorative. Cette fonction ornementale et la dichotomie fond-forme et signifiant-signifié qu’elle suggère constituent le point central de ce processus complexe et potentiellement irrésolu de la possible et nécessaire démocratisation de la pâtisserie.

Dans le cadre d’une étude en histoire culturelle, la richesse et la diversité des fonds nécessaires à la contextualisation se doit de choisir des formes de représentations nécessairement diversifiées. Le processus de recherche se fonde donc sur le croisement des collections, permettant la création de liens inexistants entre différents départements de la BnF. La richesse des fonds retenus implique une sélection, se concentrant prioritairement sur les bornes chronologiques de 1870 à 1914, marquant l’avènement de la IIIe République jusqu’à la parenthèse historique de la 1ère Guerre Mondiale. La pâtisserie est envisagée dans son acception la plus large, c’est-à-dire en tant que produit, lieu de fabrication, mais également technique et profession. La disparition des corporations en 1791 et la législation favorisant la liberté d’entreprendre impliquent que la pâtisserie se conçoit légalement dès le début du XIXe siècle comme un métier diversifié pouvant se décliner sous les appellations de traiteur, de confiseur, de glacier ou de biscuitier. Si la fabrication du pain reste l’apanage des boulangers, la viennoiserie intègre progressivement la carte des pâtisseries et les relations conflictuelles entre ces deux métiers restent un fait à étudier, par le biais notamment d’articles de presses et d’arrêtés judiciaires.

La_Salle_à_manger_Revue_bpt6k938284nLe premier axe de ces recherches s’est construit autour de la confrontation du discours de l’élite gastronomique parisienne représentée par la Société des Cuisiniers Français avec la presse régionale professionnelle. Cette étude repose sur l’analyse d’un corpus comprenant trois revues culinaires généralistes (L’Art culinaire, Le Pot au feu et La Salle à manger), constituant une synthèse des voix, de l’élite des chefs à l’amateur éclairé, dans le domaine de la cuisine, de la pâtisserie, mais également des arts de la table et du bien recevoir entre 1883 et 1933. Par ailleurs, sur le fonds de 30 notices de périodiques spécialisés recensés au département Sciences et techniques, issus de la Chambre professionnelle des métiers de l’artisanat dès 1804, puis des chambres syndicales régionales à partir des années 1880, mon sujet se concentre sur une sélection de 15 titres.

Le_Journal_des_confiseurs_pâtissiers_bpt6k62660874Les ressources techniques de ces magazines professionnels sont complétées par une approche d’un autre fonds constitué des livres de recettes conservés conjointement aux départements Sciences et techniques et Littérature et art. Représentative des tendances éditoriales des XIXe et XXe siècles, ma période d’étude ne comprend que 12 manuels uniquement dédiés à la pâtisserie. En dépit de la revalorisation du métier par Carême en 1815 dans Le pâtissier national parisien, les ouvrages de 1870 à 1939 privilégient l’exhaustivité en abordant chaque aspect du repas. Symboles de l’économie bourgeoise et de l’avènement du rôle prépondérant de la maîtresse de maison, les ouvrages retenus s’adressent à 80% à des ménagères de petites ou moyennes conditions, comme en témoigne la réduction des formats et du prix de vente, significative entre 1870 et 1915. Les multiples rééditions de ces ouvrages écrits par des chefs parisiens, puis régionaux et enfin par des cuisinières sont complétées par une littérature professionnelle se raréfiant progressivement. Elle est composée de 8 publications luxueuses signées de professionnels issus principalement des grandes maisons aristocratiques étrangères ou de la nouvelle hôtellerie de luxe tels Urbain Dubois, Gustave Garlin, Pierre Lacam. Comprenant une abondante iconographie et de très nombreuses recettes (956 en moyenne sur une étude de 8 livres) ces éditions coûteuses sont relayées par des encyclopédies de vulgarisation scientifiques, telles que la collection Roret, qui évolue vers le manuel professionnel et commercial (1928), le dictionnaire (Larousse gastronomique de Montagné et Salles) puis vers le livre d’apprentissage, après la création du CAP pâtissier-boulanger en 1911.

Polka_des_crêpes_-_pour_Bonnamy_Émile_btv1b90763449Une première approche du fonds conservé au département de la Musique a révélé la présence de 73 notices de musique imprimée comprenant notamment des partitions et des textes de vaudeville autour de la thématique de la pâtisserie entre 1870 et 1939. Ce nombre considérable mérite une étude permettant de comprendre l’origine de cet engouement pour la figure du patronnet, le jeune apprenti pâtissier présent dans 79% des titres inventoriés, ainsi que pour la métaphore féminine du gâteau, en vogue dans la chanson populaire du début du siècle. Par ailleurs, une étude des collections de Recueils et notamment des catalogues Manufrance ou des grands magasins du Louvre ouvrira de nouvelles perspectives sur les liens certains entre ce mouvement de démocratisation et la vente par correspondance. Ces catalogues possédant une iconographie très riche permettraient également d’observer les évolutions de formes et de factures des moules, métonymie des mutations des goûts et des tendances du métier sur cette période d’étude.

Abécédaire_des_petits_gourmands_par_Dufrénoy_Adélaïde-Gillette_bpt6k5418385vEnfin, un recensement des collections conservées au département « Littérature et arts » comme des abécédaires ou des premiers magazines pour enfants permettra de mettre en valeur les liens entre les évolutions du discours diététique autour du sucre, le transfert de cible de la femme à l’enfant dans les publicités de la nouvelle industrie biscuitière française, la mode du goûter à l’anglaise puis du goûter scolaire avec cet important mouvement de popularisation de la pâtisserie au tournant des XIXe et XXe siècles. Ces collections d’imprimés sont à comparer avec les fonds d’éphémères et notamment de menus détenus par le département des Estampes entre autres. Une étude est donc actuellement en cours sur les menus de la Collection Braun comprenant 30 cartons. Ces derniers sont tout particulièrement représentatifs des modes alimentaires sur la période 1870-1914, grâce à un échantillon de plus de 550 feuilles issues aussi bien de la classe politique et des voyages diplomatiques que des cérémonies sociales ou religieuses marquant la vie quotidienne du XIXe siècle.

L’analyse de ce fond prouve son exception. Il regroupe en effet des pièces uniques comme des menus présidentiels mais également des corpus de 20 pièces permettant de retracer l’évolution des plats proposés par un même restaurant sur une période de 10 à 20 ans. Cet ensemble devrait permettre de confirmer certaines tendances culinaires comme la mode du chester pudding dénotant une forte anglomanie et l’appropriation française d’un patrimoine culinaire étranger. Par ailleurs, la terminologie des mets sucrés, leur place au sein même du repas et leur nombre sont autant de facteurs reflétant la progression du dessert à l’assiette et des entremets comme l’essor du biscuit individuel. Ces premiers constats tissent de nouveaux liens entre pâtisserie et patrimonialisation du culinaire, facteur possible de l’émancipation progressive du dessert de toute considération ornementale.

Par ailleurs, afin de saisir les phénomènes sociaux et culturels évoqués dans toute leur complexité, il parait nécessaire de compléter cette étude des représentations par une analyse des objets. Dans la lignée des travaux de Daniel Roche, cette étude se propose donc de confronter les sources imprimées ou manuscrites de la BnF avec des fonds d’objets, témoins des pratiques ne relevant ni de la figuration ni de la dénotation. Le rapport à l’objet, son lien culturel et social avec l’évolution des habitudes de table permet de saisir également les progrès techniques et industriels effectués dans le domaine de la ferronnerie et de la dinanderie, comme la création de nombreuses maisons spécialisées dans la ferblanterie (Dehillerin, Gobel, Létang et fils, etc.). Le musée des Arts Décoratifs, le MUCEM et les musées de Strasbourg et de Metz, sont les détenteurs d’une importante collection de moules, et d’ustensiles de cuisine de la période étudiée. Leur comparaison permet d’esquisser une autre histoire du sucré, basée sur la symbolique du geste associé à l’usage quotidien de chaque objet.


Images :

1 : « Forteresse en biscuit » et « Panier aux oeufs de Pâques », dans Grand livre des pâtissiers et des confiseurs (4e édition) / par Urbain Dubois,…, p. 193. Disponible en ligne, url : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5494326z>.

2 : La Salle à manger. Revue de la table et de l’office. Disponible en ligne, url : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k938284n>.

3 : Le Journal des confiseurs, pâtissiers, glaciers, fabricants de chocolats, biscuits, fruits confits, confitures, conserves, etc. : organe mensuel, technique, professionnel pour ces industries et celles qui s’y rattachent / rédacteur en chef F. Barthélemy. Disponible en ligne, url : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k62660874>.

4 : Polka des crêpes : pour piano / Emile Bonnamy ; [ill. par] Faria. Disponible en ligne, url : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b90763449>.

5 : « Beignets », dans Abécédaire des petits gourmands, par Mme Dufrénoy… Disponible en ligne, url : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5418385v>.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts