Restrictions de la consommation de l’électricité à la Bibliothèque Nationale

Avec la création du ministère du Ravitaillement en 1939 et les effets des prélèvements opérés par les autorités d’occupation, la période de l’Occupation fut marquée par le rationnement des denrées alimentaires, les titres d’alimentation, ou encore les queues devant les commerces de bouche1.

Cependant, les restrictions et le détournement au profit des Allemands2 s’appliquèrent également à d’autres productions, comme celle de l’électricité, en vertu de la loi du 18 décembre 1940, qui permit notamment de diminuer l’éclairage des locaux publics3.

Comme l’indique Stéphanie Le Gallic,

La loi fut assortie de multiples décrets et arrêtés destinés à contenir la consommation d’énergie dans des limites supportables

Le Gallic, Stéphanie, « Et la lumière ne fut plus : les effets de la guerre sur la publicité lumineuse », Annales historiques de l’électricité, 2014, vol. 12, n° 1, p. 27-41.

Un premier arrêté du 20 novembre 1941, imposait l’arrêt des ascenseurs d’immeubles ne dépassant pas quatre étages, l’arrêt des escaliers mécaniques et tapis roulants dans les magasins, l’éclairage des magasins de vente qu’entre 10 et 17 heures4.

Le 28 janvier 1942, François Lehideux (1904-1998), secrétaire d’État à la production industrielle, publia un arrêté sur la restriction de la consommation de l’électricité pour l’éclairage des magasins, des enseignes, des parties communes des immeubles, des restaurants et débits de boisson5.

Le 11 février 1942, le Secrétariat d’État à la production industrielle publia un nouvel arrêté invitant les préfets à « constituer et […] envoyer dans les locaux accessibles au public, les missions techniques de vérification prévues par l’article 1er (2°) de la loi du 18 décembre 1940, relative à la réduction de la consommation d’électricité. » Ces missions techniques étaient chargées de « saisir pour une durée de deux mois tout appareil de chauffage électrique mis sous-tension dans des conditions contraires à la réglementation en vigueur »6

L’éclairage public de Paris cessa presque totalement pendant la Seconde Guerre mondiale et fut accompagné de fréquentes coupures de courant. En février 1944, la distribution d’électricité fut interrompue de 9 heures à 11 heures et de 14 heures à 17 heures. Les plages horaires s’étendirent encore en juillet…

Le Gallic, Stéphanie, « Et la lumière ne fut plus : les effets de la guerre sur la publicité lumineuse », Annales historiques de l’électricité, 2014, vol. 12, n° 1, p. 27-41.

En tant qu’établissement public recevant du public, la Bibliothèque nationale ne fut pas exempte des mesures de restriction dont les conséquences furent annoncées dans la presse.

Ainsi, le Matin, dans une page illustrant des tickets d’alimentation et une publicité pour des manteaux, fait part des restrictions affectant la Bibliothèque :

Le Matin, 19-20 décembre 1942, n° 21363, p. 2.
Le Matin, 19-20 décembre 1942, n° 21363, p. 2. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k587602g/f2>.

Le lendemain, L’Œuvre, le journal du collaborationniste de Marcel Déat (1894-1955), reprit la même annonce :

L’Œuvre, 21 décembre 1942, n° 9833, p. 2. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k4622005g/f2>.

Ce qui ressemblait à une fermeture de la Bibliothèque pour les fêtes de Noël et du Nouvel an, telle qu’elle peut être pratiquée de nos jours7, était donc motivé par les « restrictions portant sur la consommation de l’électricité ». Sans doute, la faible affluence prévisible de cette période de l’année incitait-elle la BN à prendre cette décision pour faire des économies.

En 1943, « les horaires de la bibliothèque sont aménagés pour pallier ces conditions : « Durant la durée des restrictions opérées sur la fourniture du courant électrique, les salles de travail de la Bibliothèque Nationale seront désormais ouvertes : De 9h à 18h du 1er avril au 15 Octobre ; de 9h à 17h du 15 Octobre au 1er Décembre, de 9h à 16h du 1er Décembre au 15 février » »8.

Ces restrictions, toute proportion gardée, font écho aux mesures que la Bibliothèque nationale de France applique en 2022 en vertu des consignes gouvernementales imposées à tous afin de contribuer à l’effort national de sobriété énergétique9.

Notes

  1. Grenard, Fabrice, « Les implication politiques du ravitaillement en France sous l’Occupation », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, 2007, vol. 2, n° 94), p. 199-215. DOI : 10.3917/ving.094.0199. Disponible sur Internet, url : <https://www.cairn.info/revue-vingtieme-siecle-revue-d-histoire-2007-2-page-199.htm>. []
  2. « La Commission des Dommages et
    Réparations qui estima après-guerre les détournements de l’occupant arriva – en additionnant prélèvements directs et surtout indirects (c’est-à-dire au bénéfice de l’effort de guerre industriel allemand) – à un chiffre compris entre 4 et 5 milliards de kilowattheures pour les années 1941-1943. », selon Beltran, Alain ; Carré, Patrice, « Chapitre XII. Le temps des crises et des pénuries », dans : La vie électrique. Histoire et imaginaire (XVIIIe-XXIe siècle), Paris : Belin, 2016, 17. []
  3. « Loi relative à la réduction de la consommation de l’électricité », Journal officiel de la République française. Lois et décrets, 22 décembre 1940, n° 331, p. 6214. Disponible sur Internet, url : <https://www.legifrance.gouv.fr/jorf/id/JORFTEXT000000876075> []
  4. « Restriction de la consommation d’électricité », Journal officiel de la République française. Lois et décrets, 22 novembre 1941, n° 316, p. 5040. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k2032510x/f32.item>. []
  5. « Restriction de la consommation de l’électricité », Journal officiel de la République française. Lois et décrets, 31 janvier 1942, n° 27, p. 444. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k20325721/f12>. Voir l’Arrêté sur la restriction de la consommation de l’électricité, 1942 (6F19) sur le site des Archives municipales de la ville de Cannes, url : <http://expos-historiques.cannes.com/a/2990/arrete-sur-la-restriction-de-la-consommation-de-l-electricite-1942-6f19-/>. []
  6. Journal officiel de l’Etat français. Lois et décrets, 22 février 1942, n° 46, p. 774. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9617369r/f14>.

    L’année 1942 marqua une nette aggravation des restrictions : vente et location d’appareils électriques, éclairage des vitrines, étaient interdits. De nouveaux lieux publics (restaurants et débits de boisson) devaient réduire de moitié leur éclairage. L’interdiction d’utiliser un chauffage électrique fut totale à partir du 19 janvier 1943 et, après le mois de mai de la même année, une longue série d’appareils électro-domestiques, du sèche-cheveux à la cafetière, allongea la liste des interdictions. Des amendes étaient prévues en cas d’infraction, puis une coupure de 15 jours si l’usager dépassait à nouveau de 30 % sa consommation autorisée dans les six mois suivants. La récidive entraînait évidemment la coupure définitive.

    Beltran, Alain ; Carré, Patrice, « Chapitre XII. Le temps des crises et des pénuries », dans : La vie électrique. Histoire et imaginaire (XVIIIe-XXIe siècle), Paris : Belin, 2016, p. 245-266. Disponible sur Internet, url : <https://www.cairn.info/la-vie-electrique–9782701189673-page-245.htm>.

    A Paris, la Compagnie Parisienne de Distribution d’Électricité (CPDE) organise un service des restrictions, effectuant des contrôles auprès des abonnés. Des amendes et des coupures frappent ceux qui effectuent des dépassements. En 1942, « la rigueur de l’hiver est telle que les dépassements de consommation sont précoces, dès le mois de novembre. Ils se paient chèrement. En surcroit d’amendes, le courant est coupé : « Il est rappelé à tous les services que la consommation d’électricité est étroitement mesurée, même à la Bibliothèque Nationale. Des dépassements de plus de 50% ont été relevés et, en plus de la pénalité pécuniaire dont la Bibliothèque a été frappée, une suspension du courant est annoncée du 14 novembre à 11h au 16 novembre à 11h ; et du 21 novembre à 9h au 23 novembre à 9h [BnF, Archives institutionnelles, (A11). Note de service de l’administrateur général, 6 novembre 1942.] ». » ((Lahaeye, Anaelle, « Les conditions de travail à la Bibliothèque nationale durant l’Occupation », La Bibliothèque nationale sous l’Occupation, 17 septembre 2021. Disponible sur Internet, url : <https://arcbn2gm.hypotheses.org/682>. []

  7. « À noter – Fermeture de l’ensemble des sites de la BnF les dimanches 25 décembre 2022 et 1er janvier 2023 », bnf.fr, 19 décembre 2022. Disponible sur Internet, url : <https://www.bnf.fr/fr/actualites/noter-fermeture-de-lensemble-des-sites-de-la-bnf-les-dimanches-25-decembre-2022-et-1er> ; « Fermetures et horaires modifiés les samedis 24 et 31 décembre 2022 », bnf.fr, 19 décembre 2022. Disponible sur Internet, url : <https://www.bnf.fr/fr/actualites/fermetures-et-horaires-modifies-les-samedis-24-et-31-decembre-2022>. []
  8. Lahaeye, Anaelle, « Les conditions de travail à la Bibliothèque nationale durant l’Occupation », La Bibliothèque nationale sous l’Occupation, 17 septembre 2021. Disponible sur Internet, url : <https://arcbn2gm.hypotheses.org/682>. []
  9. « Régulation des températures en salles de lecture », bnf.fr, 6 décembre 2022. Disponible sur Internet, url : <https://www.bnf.fr/fr/actualites/regulation-des-temperatures-en-salles-de-lecture>. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Olivier Jacquot (24 décembre 2022). Restrictions de la consommation de l’électricité à la Bibliothèque Nationale. Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France. Consulté le 18 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/m3tx


Olivier Jacquot

Chargé de collections : manuscrits des fonds américains, Service des manuscrits ORientaux (SOR), département des Manuscrits (MSS), Bibliothèque nationale de France (BnF)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search