Archives par mot-clé : Histoire du livre

Colloque : « La bande dessinée, toujours jeune ? »

Colloque international organisé par la Bibliothèque nationale de France / Centre national de la littérature pour la jeunesse en partenariat avec la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image et l’Université Paris 13.

les_tribulations_dun_chat_texte_rabier_benjamin_bpt6k376559m
Les Tribulations d’un chat, texte et illustrations de Benjamin Rabier. Disponible en ligne, url : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9657430b>.

Argument

La bande dessinée a été en France, dès ses origines, essentiellement associée à l’enfance et la jeunesse, puis étendue par-delà les générations, « de 7 à 77 ans », avant que ne se développe un courant explicitement adulte dans les années 1970. Depuis, les frontières entre oeuvres et publics n’ont cessé d’évoluer et parfois de s’estomper, devant les pratiques croisées des lectorats, entre jeunes lecteurs curieux d’une bande dessinée « pangénérationnelle » et adultes amateurs nostalgiques ou régressifs de titres jeunesse. Ayant largement conquis de nouvelles légitimités artistiques, intellectuelles, scolaires même, la bande dessinée a élargi son paysage à de nouveaux lectorats, féminins, occasionnels, en même temps qu’aux productions asiatiques, américaines et plus récemment africaines. Dans notre époque qui voit fleurir les oeuvres transmedia mais tout autant une explosion des formes, styles, thèmes profondément originaux et créatifs, il est intéressant d’interroger les enjeux des rapports entre enfance, jeunesse et bande dessinée, de l’Europe au Japon et aux Etats-Unis.
Chercheurs, créateurs, éditeurs et médiateurs confronteront leurs regards pour cerner ce lectorat jeunesse d’aujourd’hui.

Programme

– 9h00 : Accueil
– 9h15 : Ouverture
– 9h30 : Introduction / Emmanuel Guibert

Matin
Présidente de séance : Marine Planche, BnF/CNLJ
– 10h15 : Les censeurs : des pionniers de la critique de bande dessinée / Sylvain Lesage, Université de Lille
– 10h45 : échanges avec la salle et pause
– 11h00 : « Un petit dessin vaut mieux qu’un long discours » : les petites stratégies pédagogiques dans les illustrés franco-belges des Trente glorieuses / Jessica Kohn, Université Paris 3 – Sorbonne nouvelle
– 11h30 : Le manga, du produit dérivé à un secteur de la bande dessinée à part entière / Bounthavy Suvilay, Université Montpellier 3

Après-midi
Président de séance : Jean-Marie Compte, BnF/département Littérature et art
– 14h00 : Frontières / Olivier Piffault, BnF/département de la Conservation
– 14h30 : De la bande dessinée au roman graphique de jeunesse : quels changements et apports pour le jeune public ? / Marcelle Délicat, Université de Saint-Etienne
– 15h00 : échanges avec la salle et pause
– 15h15 : Du côté des auteurs : état de la profession / Benoît Peeters, écrivain, scénariste et théoricien de la bande dessinée
– 15h45 : La vie des classiques : interview croisée animée par Jean-Pierre Mercier, CIBDI, Jean-Yves Ferri, Matthieu Bonhomme
– 17h00 : Clôture de la journée

Vendredi 25 novembre 2016, Médiathèque Françoise Sagan

– 9h15 : Ouverture

Matin
Président de séance : Benoît Berthou, Université Paris 13
– 9h30 : Créer les adolescents : la jeunesse adulte des comics américains / Raphaël Faon, EHESS
– 10h00 : Pourquoi les adolescents ne lisent-ils pas plus de bandes dessinées ? / Sylvain Aquatias, Université de Limoges
– 10h30 : échanges avec la salle et pause
– 10h45 : Quelles stratégies pour toucher le jeune public ? / Table ronde animée par Benoît Berthou : Florian Ferrier (Sarbacane), Pauline Mermet (Dargaud), Charlotte Moundlic (Rue de Sèvres)

Après-midi
Présidente de séance : Hélène Valotteau, Médiathèque Françoise Sagan
– 14h00 : Exposer la bande dessinée : l’exemple de l’exposition Lucky Luke / Jean-Pierre Mercier
– 14h30 : Quel canon scolaire pour la BD ? Contre-enquête sur un classique du cycle 3 : Angelot du lac d’Yvan Pommaux / Hélène Raux, Lycée Montpellier
– 15h00 : échanges avec la salle et pause
– 15h15 : Bande dessinée et médiation. Table ronde animée par Pierre Pulliat
– 16h30 : Clôture de la journée

Modalités pratiques

  • Entrée libre sur inscription auprès de : Marion Caliyannis (marion.caliyannis@bnf.fr), Quai François – Mauriac – 75706 Paris Cedex 13
    Tél. +33 (0)1 53 79 57 06 || Fax +33 (0)1 53 79 41 80

Enregistrer

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

L’histoire littéraire en mode mineur : le rôle des bibliophiles dans la promotion d’un panthéon littéraire alternatif au XIXe siècle

Colloque des 13 et 14 octobre 2016, Bibliothèque Historique de la Ville de Paris/ Bibliothèque de l’Arsenal

Une première journée a lieu le JEUDI 13 OCTOBRE, Salle des Commissions de la Bibliothèque Historique de la Ville de Paris, 24 rue pavée, 75 004 Paris.

PROGRAMME DU JEUDI 13 OCTOBRE, BIBLIOTHEQUE HISTORIQUE DE LA VILLE DE PARIS :
Matinée. Modalités de la collection de livres au XIXe siècle. Présidence Juliette Jestaz (BHVP).
9h : ouverture par Juliette Jestaz, responsable de la Réserve des imprimés et des manuscrits de la BHVP.
9h15 : Ève Netchine (BnF, Arsenal), « Une étude de commissaires-priseurs au service de la bibliophilie nouvelle : Jacques-Nicolas et Georges-Henri Boulland ».
9h45 : Pierre-Jean Dufief (Paris X-Nanterre), « Octave Uzanne bibliophile et historien de la bibliophilie ».
10h15 : échanges et discussion.

10h45 : Mathilde Bombart (Lyon III), « Livres à clef, lectures à clef, romans à clef : de la passion bibliophile à l’histoire littéraire ».
11h15 : Andrea de Pasquale (Bibliothèque Nationale Centrale de Rome), « Un regard au-delà des Alpes : histoire littéraire mineure et bibliophilie dans l’Italie du Nord (fin XVIIIe / XIXe siècles) ».
11h45 : échanges et discussion.

Après-midi. Le culte du beau livre, entre texte et objet.
Présidence José-Luis Diaz (Paris VII-Diderot).
14h : Magali Charreire (Montpellier III-Paul Valéry), « L’œuvre « Doré » du bibliophile Jacob ».
14h30 : Olivier Bessard-Banquy, (Michel de Montaigne-Bordeaux III), « Du luxe au semi-luxe ».
15h : échanges et discussion.

15h30 : Nolwenn Pamart (Paris IV-Sorbonne), « Jean de Tinan ou la recherche de la légitimité par le beau livre ».
16h : Marine Le Bail (Toulouse II-Jean Jaurès / Arsenal), « La quête de la « condition d’origine » chez Charles Nodier : la condition d’une histoire littéraire des origines ? »
16h30 : échanges et discussion.
17h : Présentation d’un choix de livres et documents relatifs à des bibliophiles du XIXe siècle : Juliette Jestaz, BHVP.

PROGRAMME DU VENDREDI 14 OCTOBRE, BNF, BIBLIOTHEQUE DE L’ARSENAL
Matinée. Quand la bibliophilie incite à réécrire l’histoire littéraire. Présidence Marine Le Bail (UT2J-Arsenal).
9h15 : Raymond-Josué Seckel (BnF) : « Sade entre 1850 et 1910, début de reconnaissance ? ».
9h45 : Delphine Fayard (Christie’s Paris), « La notion de libertinage à l’aune des pratiques bibliophiliques du XIXe siècle ».
10h15 : échanges et discussion.

10h45 : François Pic (Toulouse II-Jean Jaurès), « Des « livres en patois » à la « littérature occitane » : le rôle des bibliophiles dans la constitution d’un objet littéraire (XVIIIe/XXe siècles) ».
11h15 : José-Luis Diaz (Paris VII-Diderot), « Charles Asselineau face aux « minores » du romantisme ».
11h45 : échanges et discussion.

Après-midi. Enjeux de l’édition bibliophilique.
Présidence Claire Lesage (BnF, Arsenal).
13h30 : François Rouget (Queen’s University, Canada), « Prosper Blanchemain, bibliophile et éditeur des poètes de la Renaissance ».
14h : Julien Schuh et Anne-Christine Royère (Reims-Champagne), « Prosopographie des éditeurs bibliophiles (1870-1930) ».
14h30 : échanges et discussion.

Chroniqueurs de la bibliophilie

15h : Laurent Portes (BnF), « Eugène Le Senne (1846-1938), collectionneur de livres parisiens ».
15h30 : Jean-Didier Wagneur (BnF), « Hémérophilie : Firmin Maillard, un chiffonnier de la petite presse ».
16h : échanges et discussions.
16h15 : mot de conclusion par Olivier Bosc, directeur de la bibliothèque de l’Arsenal.
16h30 : fin des communications.

16h45-18h15 : table-ronde « La bibliophilie d’hier à aujourd’hui », présidée par Jean-Yves Mollier (Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines), avec Isabelle de Conihout (Christie’s), Éric Dussert (BnF), Nicolas Malais (Paris X-Nanterre).

Chacune de ces deux journées s’accompagnera d’une exposition de pièces exceptionnelles sélectionnées parmi les fonds de la BHVP et de la Bibliothèque de l’Arsenal.

Inscription préalable obligatoire à l’adresse suivante : colloque.bibliophilie.2016@gmail.com

Argumentaire complet et bibliographie

Organisé par Patrimoine, littérature, histoire (EA 4601, Université Toulouse Jean Jaurès), la Société des études romantiques et dix-neuviémistes (SERD) et la BnF.


Images de Une  :

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Les incunables de l’Arsenal : un continent à découvrir

Fol-T-1094_vol1_a1rEn 2014, avec la parution du dernier tome du Catalogue des incunables (CIBN1), la Bibliothèque nationale de France achevait le recensement et le catalogage des incunables en sa possession (couvrant la Réserve des livres rares, les départements des Cartes et plans, des Estampes et de la photographie, des Manuscrits et des Arts du spectacle), à une exception près. En effet, le catalogue ne comprend pas les incunables de la Bibliothèque de l’Arsenal, dont les fonds demeuraient à décrire.

Inventaire des incunables de l’Arsenal

Principalement connus grâce au catalogue de Marie Pellechet et Louis Polain établi à la fin du XIXe siècle2, les incunables de la bibliothèque de l’Arsenal restent mal représentés dans les catalogues mondiaux (151 notices seulement dans l’ISTC3). Ceci est d’autant plus regrettable vu l’importance quantitative du fonds (environ 1600 cotes) et sa qualité, puisqu’il comprend nombre d’exemplaires uniques et de provenances intéressantes.

Aussi, depuis 2010, la Bibliothèque de l’Arsenal s’est attelée à combler cette lacune en inventoriant l’ensemble de ses incunables en vue de la publication d’un catalogue scientifique répondant aux normes actuelles.

Section Sciences et arts

Dans le cadre du plan triennal de la recherche 2010-2012 de la BnF, Martine Lefèvre a décrit l’ensemble des incunables de la section « Sciences et arts ». Le projet a consisté à localiser les incunables de la section, à les décrire et à les restituer dans l’histoire des collections.

Plusieurs exemplaires uniques au monde ont été recensés, notamment :

Spirito. Libro dala ventura. – Milano, Pietro Martire Mantegazza pour Giovanni da Legnano, 26 IX 1500. – 2° (Est 472) (déjà décrit dans certains répertoires) ;

Paulus II. Bulla. – [Mondovi, Antonio di Mattia et Baldassare Corderio, circa 1472-1473.] – 4° (4° S 606 (4) (complètement inconnu).

À cela s’ajoute un certain nombre d’éditions conservées en seulement deux exemplaires au monde. Beaucoup d’éditions ne figurent pas dans les collections de la Réserve des livres rares. Des provenances remarquables méritent d’être signalées, tels les dons d’Antoine Vérard à l’abbaye de Clairvaux (Rés. Fol S 350 et Fol S 151) ; si l’on ajoute un exemplaire conservé en « Belles-Lettres » et un exemplaire conservé en « Théologie », ce sont au moins quatre ouvrages offerts par Vérard que conserve la bibliothèque de l’Arsenal. Plusieurs d’entre eux ont appartenu au duc de La Vallière avant de rejoindre la collection du marquis de Paulmy, fondateur de la collection de la bibliothèque de l’Arsenal. Les ouvrages rassemblés par ce collectionneur constituent le noyau du fonds ancien de la bibliothèque de l’Arsenal, qui fut ensuite complété par les confiscations révolutionnaires.

L’ex-libris et les armoiries peintes de Jean Budé se remarquent sur les Opera medica de J. M. Ferrarius. – Milano, [Giovanni Antonio d’Onate] pour Pietro Antonio da Castiglione, [4 V] 1481. – 2°. (Fol. S 819).
L’humaniste italien Matteo Bandello a apposé son nom sur une édition milanaise du De Carcere de Platinus Platus, probablement acquise à Milan avant son arrivée en France en 1525 (4° S 4248 (8)).

Enfin, d’après une annotation portée par Paulmy dans son catalogue, un ouvrage, relié à neuf par Bradel (Réserve Fol. S 248), proviendrait de Johann Amerbach. La bibliothèque conserve au moins un autre exemplaire provenant du célèbre imprimeur bâlois, ce dernier en reliure d’époque (4° BL 827).

Si l’immense majorité des exemplaires provient des confiscations révolutionnaires, on note cependant un achat effectué en 1792 par Ameilhon (De Cometis. – [Beromünster, Helyas Helyæ, post IV 1472.] – 2o. (Fol. S 1281))

Pour conclure, il est apparu que  l’ensemble de la section « Sciences et arts » comprenait 199 éditions incunables, représentant 219 exemplaires, soit 192 volumes. 77 éditions sur 199, soit 38,6 %, ne sont pas représentées dans le CIBN.  La proportion varie en fonction du format. Ainsi, sur un total de 21 éditions in-8°, 14, soit 66 %, ne figurent pas au CIBN.

Section Belles-Lettres

Au cours des années 2011-2012, le chantier s’est poursuivi par le catalogage de la section « Belles-Lettres », dont 105 cotes restaient à cataloguer. Au sein de cette section, le nombre d’éditions rares s’est avéré très élevé. Ces exemplaires uniques montrent le rôle important que joua le fondateur de la bibliothèque de l’Arsenal dans la sauvegarde des éditions en langues vernaculaires.

Le traitement des sections « Sciences et arts » et « Belles-lettres » a mis en lumière une vingtaine d’exemplaires uniques au monde, ce qui confirme l’exceptionnelle richesse du fonds de l’Arsenal.

Les incunables de la section « belles-lettres » totalisent 291 éditions, qui correspondent à 324 exemplaires, soit 281 volumes.

Section Histoire

Dans le cadre du plan triennal 2013-2015, la Bibliothèque de l’Arsenal s’est proposé de traiter l’ensemble de la section « Histoire », environ 267 cotes, qui s’ajoutent aux 219 exemplaires de la section « Sciences et arts » et aux 324 cotes de la section « Belles-Lettres ».
Les incunables de la section « Histoire » retiennent particulièrement l’attention, en raison de l’intérêt porté aux sciences historiques par le marquis de Paulmy4 et le duc de La Vallière5. Cette section présente des provenances particulièrement intéressantes. Ainsi la cote Fol. H 3723 désigne un intéressant livre de raison d’une famille de Saône-et-Loire, commencé au XVe siècle et poursuivi au XVIe siècle. Un incunable provenant de la bibliothèque des rois aragonais a également été identifié (Fol. H 1348). Il a conservé sa reliure exécutée pour cette collection. Enfin, un exemplaire exceptionnel d’un Boccace publié par Antoine Vérard (Trésors de la bibliothèque de l’Arsenal, 1980, n°77, Rés. Fol. H 4991) est orné de 10 peintures à pleine page et de 163 petites miniatures. Recouvert d’une reliure de velours ciselé, il surpasse l’exemplaire de la bibliothèque du Congrès6, considéré jusqu’à maintenant comme le plus précieux des volumes conservés. Le destinataire de ce luxueux exemplaire demeure un mystère. Comme dans deux exemplaires offerts en 1494 à Charles VIII (Des livres et des rois7, n° 20 et 23), les intitulés des chapitres ont été reportés à la main dans les marges. Bien que l’on trouve dans le catalogue de la bibliothèque royale de 15448 un exemplaire des Nobles malheureux couvert de velours noir, (Omont9, n° 1345), rien ne permet de supposer que ce volume ait été offert à Charles VIII.

Les incunables de la section « Histoire » totalisent 193 éditions correspondant à 256 exemplaires, soit 249 volumes. Le programme s’est ensuite poursuivi par le traitement de la « Jurisprudence ».

Section Jurisprudence

La section « Jurisprudence », numériquement moins fournie que les autres, est particulièrement remarquable par les exemplaires en petit format, dont peu d’exemplaires nous sont parvenus. La bibliothèque de l’Arsenal conserve notamment l’unique témoin d’un recueil d’ordonnances postérieur à 1492 (4° J 2051) :

Ordonnances des amortissements. – CHARLES VII. Ordonnances sur les criées et subhastations. – [Paris, Philippe Pigouchet, non ante 1492]. – 4°, ill., 26 ff., sign. A-E4, F6 ; 37 ll. – Caractères B 81 de Philippe Pigouchet, cf. BMC VIII pl. XIV.

La section « Jurisprudence » totalise 83 éditions incunables correspondant à 88 exemplaires, soit 75 volumes.

Section Théologie

La section « Théologie » est actuellement en cours de traitement : les notices ont été rédigées entre 2013 et 2016 et sont en relecture. Cette section comporte de nombreux exemplaires rares. Là encore, les petits formats se distinguent par le nombre assez élevé d’unica, notamment :

[Psalterium Romanum :] Psalterium cum hymnis, canticis et antiphonis ad modum curie romanae. – [Napoli,] Sixtus Riessinger, [circa 1471-1478]. – 8°, 142 ff., sign. [a-d10, e8, f-h10, i-l8, m-p10] ; 1 col. 26 ll. – Caractère R 98A et G 180 : BMC VI, pl. LXV (IA. 29313). (8° T 1958)

Missale Carnotense. – Paris, Johannes Higman [pour Antoine Vérard ?], Idibus Octobris [15 X] 1491. – 2°, sign. [a6] a-i8 k10 k-n8 a10 b-d8, ill., musique. (4° T 846)

Baptismale secundum usum Viennensis diocesis. – Ordo ad visitandum infirmum. – Missa de sancto spiritu. – [Lyon, Mathias Huss, circa 1493 ?] – 4°, 44 ff. sign. a-c8, d4, e8, A8, 1 col. 31 ll., ill., portées sans notes. – Caractères G94, cf. BMC VIII, p. 258 (95G). (8° T 2366)

On y trouve également plusieurs livres d’heures, dont certains furent enluminés par des Maîtres parisiens actifs à la fin du XVe siècle. Citons à titre d’exemple l’exemplaire des Heures à l’usage de Rome publiées à Paris par Philippe Pigouchet pour Simon Vostre en septembre 1498 (4° T 951), qui conserve sa reliure en velours bleu, et en tête duquel a été reliée une liste manuscrite des peintures contenues dans le volume.

Certains exemplaires ont une histoire particulièrement intéressante. Par exemple, celui de la Summa de casibus conscientiæ, imprimé à Paris avant 1473 par Ulrich Gering, Martin Crantz et Michæl Friburger (Fol. T 1524), comporte un ex-dono manuscrit d’Antoine de Cambrai. Ce dernier offrit ce livre à Robert Gaguin, ami de Guillaume Fichet et chef de file du second humanisme français à partir de 1472.

Cette section comporte 736 exemplaires incunables.

Conclusion provisoire

La Bibliothèque de l’Arsenal est maintenant capable d’estimer le corpus des incunables qu’elle conserve à 1623 exemplaires.

Le travail de description a connu dans les 6 dernières années une progression décisive puisque la totalité des volumes sont désormais identifiés et traités. Ce dernier programme de recherche permettra d’harmoniser les notices, d’effectuer des vérifications concernant les provenances, et de conduire le travail éditorial (relecture, établissement de tables et de pièces liminaires)  indispensable pour une publication en 2019.

Le corpus ainsi décrit permettra la valorisation d’un patrimoine culturel commun et offrira de nouvelles pistes sur le passage du manuscrit à l’imprimé, la production des ateliers typographiques, la circulation des éditions, enfin la place occupée par les incunables dans les collections bibliophiliques formées au XVIIIe siècle.

Perspectives

Dans le domaine des incunables, d’autres programmes sont en cours, comme le catalogue des incunables de la Bibliothèque Sainte-Geneviève, ou le projet d’informatisation des catalogues régionaux des incunables des bibliothèques publiques de France10.


Image de Une : HIERONYMUS, S. Epistolæ. Éd. Theodorus Lælius. – Venezia, Bernardino Benagli, 14 VII 1490. – 2 parties, 2°.
HC 8560. GW 12432. Pell 5986 (5974). Polain 4435. IGI 4742. Goff H-172. BMC V 372. CIBN H-107.
Variante : collation du vol.2 = Pell (présence d’un cahier GG2 entre les cahiers G12 et H8), ≠ GW :

Ars. Fol. T 1094 (1-2) (Anciennement T 3810. – Inc. du 1er f. blanc ; le cahier v est relié à la fin du 2nd vol. – Prov. Ex-libr. ms de l’abbaye de Saint-Airy à Verdun, post 1611 ; ex-libr. peint et armoiries peintes de Richard de Wassebourg, archidiacre à Verdun en 1549. – Initiales ornées ; ff.a1r° et A1r° enluminés ; très rares notes mss, 16e s.)

  1. Tome I, fasc. 1 : Xylographes et A. 1992. ISBN : 2-7177-1823-0
    Tome I, fasc. 2 : B. 1996. ISBN : 2-7177-1976-8
    Tome I, fasc. 3 : C-D. 2006. ISBN : 2-7177-2356-0
    Tome I, fasc. 4 : Xilographes et E-G et Supplément. 2014. ISBN : 978-2-7177-2561-2
    Tome II, fasc. 1 : H-L. 1981. ISBN : 2-7177-1611-4
    Tome II, fasc. 2 : M-O. 1982. ISBN : 2-7177-1642-4
    Tome II, fasc. 3 : P-R. 1983. ISBN : 2-7177-1681-5
    Tome II, fasc. 4 : S-Z et Hebraica. 1985. ISBN : 2-7177-1700-5 []
  2. Marie Pellechet et Louis Polain, Catalogue général des incunables des bibliothèques publiques de France, 27 vol., Paris, 1897-1909. []
  3. Incunabula Short Title Catalogue. Disponible en ligne : <http://www.bl.uk/catalogues/istc/> []
  4. La bibliothèque du marquis de Paulmy. Disponible en ligne : <http://www.bnf.fr/fr/collections_et_services/anx_fds_col/a.bibliotheque_paulmy.html> []
  5. La collection du duc de La Vallière. Disponible en ligne : <http://www.bnf.fr/fr/collections_et_services/anx_fds_col/a.collection_la_valliere.html> []
  6. Boccace des nobles maleureux, imprime nouuellement. De casibus virorum illustrium. Paris, Antoine Vérard, 4 Nov. 1494. []
  7. Ursula Baurmeister et Marie-Pierre Laffitte, Des livres et des rois : la Bibliothèque royale de Blois, Paris : Bibliothèque nationale : Quai Voltaire, 1992 []
  8.   Inventaire de la Librairie royale de Blois. Disponible en ligne : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b6000260n/f169.item> []
  9. Henri Omont, Anciens inventaires et catalogues de la Bibliothèque nationale, I, La Librairie royale à Blois, Fontainebleau et Paris au XVIe siècle, Paris, 1908, p. 155-264. []
  10. Projet CRII : Catalogues Régionaux des Incunables Informatisés []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Jean-Dominique Mellot

mellot_jean_dominiqueLe Carnet de la BnF se propose de publier des portraits de chercheurs pour donner de la chair à des projets et acronymes et donner à voir qui sont les femmes et les hommes qui incarnent l’activité scientifique à la BnF.

Aujourd’hui c’est au tour de Jean-Dominique Mellot, chef du service de l’Inventaire rétrospectif.

Quel est votre parcours ?

Passionné par l’histoire depuis la petite enfance, j’ai entendu parler vers l’âge de 12 ans de l’École des chartes et des disciplines qu’on y enseignait. L’idée d’acquérir cette formation chartiste pour accéder moi-même aux sources écrites de l’histoire ne m’a pas quitté de toute mon adolescence. J’étais initialement plutôt intéressé par l’histoire médiévale. Mais après ma réussite au concours, dès ma première année d’École, j’ai découvert l’histoire du livre imprimé grâce à l’enseignement d’Henri-Jean Martin (1924-2007) et souhaité m’orienter vers ce domaine de recherche. J’ai travaillé à une thèse d’École sur l’histoire de l’édition dans ma région d’origine, la Haute-Normandie, mais qui bien sûr m’obligeait aussi à recourir massivement aux ressources parisiennes ; ç’a été pour moi une période intense de découvertes et de rencontres qui m’a conforté dans l’idée de choisir la voie des bibliothèques, afin de rester au plus près des collections imprimées ou manuscrites et en même temps d’être en relation avec un public plus large et ouvert que celui des archives — j’avais déjà l’expérience des bibliothèques en tant que lecteur, grâce à ma fréquentation de celle du Havre. En terminant ma scolarité à l’École des chartes, major de promotion, j’envisageais surtout de trouver un poste dans une grande bibliothèque normande et de maintenir le lien tissé avec la recherche historique régionale. Mais les circonstances en ont décidé autrement.

Un poste qui m’intéressait particulièrement s’offrait au département des Imprimés de la Bibliothèque nationale, service de l’Inventaire. Ce service, qui venait alors d’achever le Catalogue général auteurs, était en train de devenir un service expert, spécialisé dans le livre ancien, et en même temps se lançait dans l’informatisation et dans la création des notices d’autorité — dont on perçoit enfin aujourd’hui l’importance capitale, avec le référencement des données sur Internet. C’était un tournant (1985) et un chantier exaltant où j’avais beaucoup à apprendre mais aussi ma pierre à apporter et où je pouvais contribuer à une dynamique de publication. Ce qui ne m’a pas empêché de rester un chercheur — même si ce n’était hélas pas toujours bien vu à l’époque car on soupçonnait, bien à tort dans mon cas, les jeunes chercheurs de prendre sur leur temps de travail BN pour avancer leurs travaux personnels —, de mener à son terme une thèse de doctorat (1992)1, de publier des articles puis des livres tout en intervenant dans des colloques.

La reconnaissance du bien-fondé de mon double statut de conservateur de bibliothèque et de chercheur n’est venue que progressivement, avec notamment ma responsabilité de chargé de conférences à l’École pratique des Hautes Études (à partir de 1999), mes cours de formation continue ENSSIB (à partir de 2000), les conférences que l’on m’a confiées dans le cycle Histoire du livre, histoires de livres de la BnF (à partir de 2006), les invitations à l’étranger et surtout peut-être la codirection scientifique du Dictionnaire encyclopédique du livre, une entreprise de référence internationale qui s’est étalée sur 15 ans (1996-2011). Depuis 2009, je dirige le service de l’Inventaire rétrospectif qui compte une quinzaine de personnes (conservateurs et bibliothécaires) et au sein duquel je contribue, je l’espère, à entretenir la flamme de la recherche et à encourager les publications et réalisations scientifiques. Je poursuis toujours parallèlement des recherches à titre personnel, dans le peu de temps libre dont je dispose.

Quels sont vos domaines de recherche actuels ?

L’histoire sociale et institutionnelle des métiers du livre. La police et la « police du livre » aux XVIIe-XVIIIe siècles. Les pratiques de la librairie d’Ancien Régime. Colportage et « libraires forains » aux XVIIe et XVIIIe siècles. Le régime des permissions et privilèges et « l’état civil du livre ». Les métiers du livre et l’édition en Normandie du XVIe au XIXe siècle. L’édition française au XIXe siècle. L’histoire religieuse des XVIIe-XVIIIe siècles.

Quels aspects considérez-vous comme les plus marquants de votre carrière ?

J’en vois beaucoup, mais les périodes de thèse (École des chartes, 1982-1985, et doctorat Paris-I, 1985-1992) se détachent évidemment par leur intensité et par la somme de découvertes et de rencontres qu’elles m’ont procurée. L’entrée dans le monde du travail (Bibliothèque nationale, été 1985), dont on attend souvent beaucoup, a tenu ses promesses, et ce à tous les points de vue. Mais il faut dire que la fin de mon service militaire, au Service historique de la Marine, en 1984, m’y avait, contrairement à ce que l’on pourrait croire, fort bien préparé. À la BnF, je relèverais deux moments-clés : les débuts au service de l’Inventaire, avec la participation aux grands chantiers qui s’y ouvraient alors (voir ci-dessus question 1) ; la prise de poste en tant que chef de service, à partir de 2009, qui m’a donné une palette plus large de responsabilités, y compris humaines et relationnelles, et m’a certes amené à minuter encore davantage mon emploi du temps, mais la bonne marche d’une équipe et la conduite de ses projets sont une source de satisfactions que l’on a du mal à se figurer tant que l’on n’a pas été en situation. Hors de la BnF, je retiendrais deux phases marquantes : l’invitation de Frédéric Barbier, successeur d’Henri-Jean Martin, à intervenir comme chargé de conférences à son séminaire Histoire et civilisation du livre de l’EPHE, qui m’a permis de développer et partager mes centres d’intérêt avec un public d’auditeurs réguliers et attachants ; la grande entreprise du Dictionnaire encyclopédique du livre, lancée en 1996 par les éditions du Cercle de la Librairie à l’initiative de Pascal Fouché, dont j’ai dirigé le domaine Histoire du livre (plus de 350 contributeurs), une aventure humaine de 15 ans dont tous les protagonistes gardent un souvenir ému et qui a abouti à un instrument de travail d’une qualité rare.

Quelles sont les applications de vos recherches ? Le quotidien d’un bibliothécaire-chercheur, c’est quoi au juste ?

Ce quotidien se caractérise par une grande diversité d’activités, d’autant plus lorsqu’on dirige un service où plusieurs chantiers et projets de recherche sont menés concurremment. La correspondance (interne et externe) — principalement lecture de courriels et réponses — y occupe beaucoup de place, parfois trop, mais c’est la rançon du rayonnement du service et de l’ouverture croissante (et louable) des métiers des bibliothèques. Il ne faut pas négliger non plus les contacts directs et briefings informels, avec les membres de l’équipe comme avec le public des chercheurs (à travers le service public en salle ou de façon plus personnalisée). La supervision du travail concret de l’équipe, la relecture et validation des notices rédigées, la révision des textes avant diffusion ou publication, les conseils experts prodigués au fur et à mesure des besoins sont un autre poste important de l’emploi du temps d’un conservateur-chercheur. Le travail administratif n’est pas négligeable non plus, mais variable selon les périodes (réunions et leur préparation, notes, rapports, entretiens annuels, lecture et diffusion de comptes rendus, statistiques, etc.). Quant au contact avec le livre-source comme avec le livre-objet, il reste permanent mais diffus, de même que la production scientifique proprement dite (articles, contributions, ouvrages, correction d’épreuves, préparation de supports…), qui du reste repose très largement sur le temps privé. Enfin les recherches dans des dépôts d’archives et dans d’autres bibliothèques sont des moments intenses et presque toujours fructueux mais extrêmement ciblés voire minutés.

Le moment où vous vous êtes dit : je veux faire de la recherche ?

En fait cela s’est décidé progressivement. Enfant, j’étais fasciné par la magie qui se dégageait des documents anciens, de leur écriture, de leur langue, et il me tardait de pouvoir un jour m’y initier pour accéder à ces pans du passé, même si je ne reliais pas encore tout cela à la dynamique de la recherche historique. Au collège et au lycée jusqu’en seconde, le plus souvent l’enseignement de l’histoire était terne, frustrant, cadré et superficiel ; cela en fait aiguisait mon désir d’aller plus loin et plus en profondeur, et je pense que cette période a été décisive dans le sens où j’ai été prêt à « ronger mon frein » avant d’espérer être un jour partie prenante dans la « fabrique de l’histoire ». Un peu plus tard, en première, le censeur de mon lycée du Havre, Jacques Ducher, me sachant intéressé par l’École des chartes, m’a fait rencontrer l’un de ses amis, conservateur chartiste à la Bibliothèque Mazarine, Jean-Claude Nardin (hélas décédé en février dernier) ; j’étais accompagné de ma mère et nous avons passé tous les deux un moment de découverte et de complicité fabuleux mais bien réel parmi les collections, les imprimés rares, les reliures et les boiseries de la Mazarine, escortés par un guide savant, discret et cordial. Cette rencontre m’a conforté dans ma vocation encore en pointillé et a fait aussi pencher ma balance vers le monde des bibliothèques. Les cours d’H.-J. Martin, à partir de la première année d’École des chartes, ont fait le reste, en levant le voile sur « l’histoire du livre en train de se faire » et en communiquant l’envie d’y être associé.

Quel objet patrimonial de la BnF vous a particulièrement marqué ?

J’en vois au moins trois, en considérant la BnF au sens large et en y incluant la bibliothèque de l’Arsenal. D’abord les reliures et demi-reliures aux armes royales, présentes sur le site François-Mitterrand comme sur celui de Richelieu et même de l’Opéra. J’ai découvert leur beauté sobre, leur solidité et leur abondance — que je ne soupçonnais pas — lors de mes premiers pas de chercheur. Ensuite, plus que la salle Labrouste, dont j’appréciais l’architecture élancée et les galeries ornées de fresques mais pas du tout la lumière « zénithale », c’est le magasin central du département des Imprimés du site Richelieu qui m’a conquis par la combinaison harmonieuse de leurs qualités pratiques et esthétiques. Je m’en voudrais de ne pas mentionner aussi les boîtes d’archives de la Bastille, mine inépuisable de documents policiers sauvés de la destruction en 1789 — et dont certains portent encore des traces de la boue des fossés où ils ont été jetés le 14 juillet ; leur fréquentation, dans le cadre superbement original de l’Arsenal, me procure toujours un moment riche de découvertes et d’émotions.

En dehors de la BnF et de la recherche, quels sont vos loisirs et passions ?

La lecture bien sûr (mais pas seulement en histoire), le jogging, les promenades et visites, les rencontres amicales, les bons moments en famille, le théâtre (grâce à mes enfants), le football, certains films et émissions de télévision, le jardinage.

Quelles sont vos plus belles réussites ?

Je ne crois pas avoir encore le recul nécessaire pour en juger et j’ignore si je l’aurai un jour.

Quelles sont, selon vous, les principales qualités que doit avoir un chercheur ?

Une grande curiosité mais également une humilité au moins aussi grande, la rigueur, la persévérance, l’exigence et le souci d’une écriture claire (la moins jargonnante » possible) et élégante, le goût du partage (y compris à travers la vulgarisation et la transmission directe) et l’esprit d’équipe.

Quelle est, pour vous, la découverte majeure qui a pu influer sur l’histoire de l’humanité ?

Je dirais un « couple » de découvertes : l’agriculture et l’écriture, deux pratiques parentes aux pouvoirs quasi magiques, ont influé de façon déterminante sur l’évolution de l’humanité. En traçant des sillons dans un espace délimité, elles permettent en effet de féconder celui-ci, puis de stabiliser et de « stocker » le produit de ce « dessin fertile », et ainsi de maîtriser et élargir le temps des hommes. L’agriculture et l’écriture ont été deux préalables essentiels qui ont permis à l’être humain de transcender l’horizon de la mémoire individuelle, familiale ou groupale pour accéder au temps de l’histoire.

Quelle place accordez-vous au hasard (opportunités, rencontres, chance…) dans votre travail de recherche ?

De mon point de vue, cette place est capitale. À chaque moment important de nos vies ou de nos carrières, il y a des rencontres, des exemples que l’on a envie de suivre à notre façon, des paroles qui résonnent en nous. Aussi vrai que « tout ce qui est important s’enseigne de personne à personne » (Nietzsche).

Dans le travail de la recherche, même si la méthode suivie ne doit rien au hasard, le hasard des contraintes de temps et de lieu, celui des trouvailles dans des sources à côté desquelles on ne passe pas, m’apparaît essentiel. Or les découvertes — de sources et dans des sources —, c’est ce qui peut faire évoluer voire révolutionner le regard non seulement du chercheur lui-même, mais aussi de toute une communauté scientifique à qui il les fait partager. J’ai été suffisamment chanceux pour connaître à plusieurs reprises, au cours de ma carrière, ce moment où le chercheur se découvre aussi « trouveur ». L’humilité nécessaire du chercheur, c’est donc celle également qui consiste à reconnaître la part décisive de la chance dans son apport.

  1. L’édition rouennaise et ses marchés : vers 1600-vers 1730 : dynamisme provincial et centralisme parisien, Paris : École des Chartes, 1998 , 816 p. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Habiller le livre : phénomène de mode ou enjeu éditorial ?

Illustration Atelier 24 mai (V4) blog 2

Les Ateliers du livre de la Bibliothèque nationale de France, inaugurés en 2002, sont organisés deux fois par an, en partenariat avec diverses institutions, dans le but de réunir chercheurs et professionnels du livre.

Le 39e atelier, organisé le 24 mai prochain en partenariat avec le Pôle Métiers du livre de l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense se propose, au cours d’une après-midi de communications suivie d’une table ronde de professionnels, d’interroger le rôle de la couverture du livre au cours de son histoire.

Habiller le livre

Qu’elles soient de papier ou de carton, richement illustrées ou ornées d’un unique titre manuscrit, échangées sous le manteau ou exposées en librairies, les couvertures de livres font bien plus qu’envelopper de simples pages et se trouvent au cœur d’enjeux graphiques, éditoriaux et littéraires.

C’est sur leur histoire, de la bibliothèque bleue au livre numérique, leur importance en termes de graphisme et de stratégies éditoriales, entre marketing et construction d’une valeur symbolique, que se pencheront chercheurs, étudiants et professionnels.

Continuer la lecture de Habiller le livre : phénomène de mode ou enjeu éditorial ?

Christine Genin

Littérature française contemporaine, dépôt légal du web et valorisation en ligne au Département Littérature et art, Bibliothèque nationale de France

More Posts