Archives par mot-clé : Conservation/restauration

Stage : La désacidification de masse

Cuve d’imprégnation, © BnF

La BnF propose un stage pour découvrir la désacidification de masse.

Dates : mardi 2 mai 2017
Durée : 1 jour
Nombre de stagiaires : 12
Lieu : Centre de conservation Joël-Le-Theule ( 72300 Sablé sur Sarthe )
Code stage : FCS15
(code à mentionner sur le bulletin d’inscription)
Date limite d’inscription : 3 avril 2017

Public visé

Responsables de collections, archivistes, bibliothécaires, assistants de conservation du patrimoine et des bibliothèques, magasiniers chargés des collections.

Objectif de la formation

A l’issue de la formation, le stagiaire connaîtra :

  • les techniques de désacidification en usage en Europe
  • les 2 procédés utilisés par la BnF (Sablé et Bookeeper) avec leurs avantages et leurs limites
  • les critères permettant de sélectionner les documents en fonction des procédés.

Contenu de la formation

Après une présentation sur les causes de dégradations physico-chimiques du papier (lumière, température, fabrication des papiers…), les procédés de désacidification de masse en usage en Europe sont exposés.
Ceux utilisés par la BnF sont détaillés précisément dans leurs techniques ainsi que les critères de choix des documents à traiter.
Ces aspects théoriques sont suivis d’une visite de l’installation de désacidification de Sablé et d’un exercice pratique de sélection de documents.

Contact

David Moyal
Responsable formation
téléphone : 01 53 79 48 56
courriel : formations.publiques@bnf.fr

Télécharger

le bulletin d’inscription [fichier .pdf – 111 Ko – 09/03/17 – 1 p.]

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Métier d’art : les restaurateurs de la BnF : redonner vie au patrimoine

Garants d’un savoir-faire traditionnel, les restaurateurs de la Bibliothèque nationale de France assurent avec passion la préservation des collections de l’établissement. Ils analysent l’état des œuvres, identifient les altérations puis déterminent, en concertation avec les conservateurs, les traitements appropriés qu’ils effectuent selon les techniques et matériaux d’origine.

Un savoir-faire scientifique assorti d’une sensibilité artistique

Après avoir décrit les dégradations et évalué les différentes solutions techniques envisageables, les restaurateurs réalisent avec patience et minutie une maintenance, une consolidation ou une restauration. Ces diverses interventions correspondent à des traitements qui vont des plus légers (comme le gommage) aux plus techniques (greffes de pièces pour réparer des déchirures de couvrure cuir d’ouvrage ancien), et nécessitent indifféremment quelques heures ou plusieurs semaines de travail méticuleux. À la suite du dépoussiérage d’une pièce, les restaurateurs démontent, consolident le support ou comblent les lacunes avec du papier japon ou un papier similaire à celui d’origine. Selon le résultat souhaité, il est réalisé une restauration décelable mais volontairement ressemblante au support, ou une plus visible mais identifiable et datée. La restauration est ensuite documentée dans un rapport de traitement qui détaille les produits et techniques utilisés.

(c) Guillaume Murat T: +33 6 09 86 37 97 guillaumemurat@gmail.com www.guillaumemurat.com
Patrick Lamotte, chef de travaux d’art au département des Estampes et de la Photographie nettoie une épreuve sur papier albuminée de Durandelle représentant la salle Labrouste en 1866.
(c) Guillaume Murat/BnF

Une organisation entre polyvalence et spécialité

Regroupés en quatorze ateliers répartis sur six sites1, les restaurateurs de la BnF sont rattachés soit à la direction des Services et réseaux (DSR), soit à la direction des Collections (DCO). Les sept ateliers du département de la Conservation (DSR) réalisent de façon polyvalente les restaurations des documents reliés ou en feuilles, manuscrits ou imprimés et des reliures prestigieuses ou courantes. Toutefois chaque restaurateur a son expertise particulière et le chef d’atelier répartit le travail en fonction des compétences de chacun et des calendriers. Compte tenu de leur proximité avec les collections, les sept ateliers des départements de collections développent des spécificités liées aux types de documents (estampes, cartes, plans et objets pour l’atelier du département des Monnaies, médailles et antiques). Depuis plusieurs années, des magasiniers volontaires, formés et accompagnés par des restaurateurs, réalisent certaines petites réparations ou maintenances.

Maria d'Ajuda Santana, restauratrice au département de la Musique nettoie et replace les échantillons de tissus agrafés sur les 21 dessins des maquettes des costumes conçus en 1916 pour l’opéra Madame Sans-Gêne des collections de la Bibliothèque-musée de l’opéra. 
(c) Guillaume Murat/BnF
Maria d’Ajuda Santana, restauratrice au département de la Musique nettoie et replace les échantillons de tissus agrafés sur les 21 dessins des maquettes des costumes conçus en 1916 pour l’opéra Madame Sans-Gêne des collections de la Bibliothèque-musée de l’Opéra. 
(c) Guillaume Murat/BnF

Des restaurations préventives ou curatives

La sélection des documents à restaurer répond à des critères de prévention ou de sauvegarde. Dans la majorité des cas, les restaurateurs suivent le programme annuel de conservation réalisé et coordonné par le département de la Conservation. Celui-ci est établi à partir des besoins transmis par les chefs de service conservation et les responsables conservation des départements de collections concernés. Mais parfois, certaines restaurations curatives – dues à un mauvais conditionnement, un environnement néfaste ou détectées lors d’une communication auprès d’un lecteur – ne sont pas prévisibles et nécessitent alors l’intervention rapide des restaurateurs. Ces derniers s’emploient aussi, avant les campagnes de numérisation, à préparer les fonds afin d’obtenir une meilleure ouvrabilité. Pour les expositions BnF ou hors les murs, ils restaurent les œuvres avant leur présentation et réalisent parfois des systèmes de transport ou de présentation ingénieux, comme les climabox2 pour les portulans. Quel que soit le travail à réaliser, c’est dans le plus grand respect des pièces à traiter que les restaurateurs l’accomplissent.

Christophe Ternant, chef de l'atelier Restauration du service technique du département de la Conservation et Anne-Claire Nault, son adjointe, réencollent une affiche du XIXe siècle. 
(c) Guillaume Murat/BnF
Christophe Ternant, chef de l’atelier Restauration du service technique du département de la Conservation et Anne-Claire Nault, son adjointe, réencollent une affiche du XIXe siècle. 
(c) Guillaume Murat/BnF

Définitions

  • Couvrure : Matière de recouvrement d’un ouvrage préalablement encollé sur les plats et le dos de la couverture d’un livre.
  • Papier japon : Papier de différents grammages utilisés pour consolider, créer des pièces manquantes, doubler des documents en papier, comme des fuseaux de globes par exemple.
Jacques Sicre, chef d'atelier au service Restauration du département de la Conservation, humidifie à la vapeur pour la remise à plat des feuillets froissés du manuscrit de saint Thomas d’Aquin de 1486 des Reliures aragonaises des rois de Naples. (c) Guillaume Murat/BnF
Jacques Sicre, chef d’atelier au service Restauration du département de la Conservation, humidifie à la vapeur pour la remise à plat des feuillets froissés du manuscrit de saint Thomas d’Aquin de 1486 des Reliures aragonaises des rois de Naples. (c) Guillaume Murat/BnF

Interview d’Isabelle Bonnard, Experte en restauration, département de la Conservation

« S’adapter aux méthodes de conservation actuelle »

(c) Guillaume Murat T: +33 6 09 86 37 97 guillaumemurat@gmail.com www.guillaumemurat.com
Isabelle Bonnard. (c) Guillaume Murat/BnF

La formation des restaurateurs et la transmission de leur savoir-faire sont primordiales pour la conservation du patrimoine dont la BnF a la charge. L’objectif des projets, menés en collaboration avec les ateliers, est de conserver le savoir-faire historique de ce métier d’art tout en s’adaptant à l’évolution croissante des restaurations demandées et aux méthodes de conservation actuelle. Ainsi en 2015, les restaurateurs de l’atelier du service Technique ont été formés au traitement des manuscrits à encres ferrogalliques. De même, une filière de consolidation d’ouvrages du département des Manuscrits a été mise en place sur le site de Sablé-sur-Sarthe. L’enjeu actuel pour la Bibliothèque est d’équilibrer au mieux les besoins massifs en traitements rapides de consolidation et la nécessité de restaurer des ouvrages plus en profondeur.

Anne-Florine Gimbert et Isabelle Jullien-Chazal

  1. Hors Maison Jean-Vilar, bibliothèque sise à Avignon rattachée au département des Arts du spectacle de la BnF, url : <http://maisonjeanvilar.org/> []
  2. Boîtes conçues pour garantir un niveau d’humidité constant au document grâce à du silicagel (pour l’humidité) et du charbon actif (pour l’acidité). []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Comment relaxer des manuscrits ?

A partir de 1943, et notamment lors des combats aériens précédant le Débarquement qui opposent les Alliés aux Allemands, la ville de Chartres subit à plusieurs reprises des bombardements de l’aviation américaine visant garnisons et points stratégiques1. Le 26 mai 1944, plusieurs bombardiers B-26 prennent pour cible le terrain d’aviation de Chartres tandis que d’autres bombardiers ont pour mission de détruire des embranchements de voies ferrées.

Cependant, quelques secondes avant de larguer ses deux bombes de 900 kg, le B-26 du Lieutenant Robert N. Smith est touché par la DCA en passant au-dessus de Chartres2. Avant de s’écraser au sud-ouest de la ville, il largue en urgence ses bombes ce qui est interprété comme étant le signal de largage par ses suiveurs. 12 bombes atteignent le centre-ville de Chartres faisant 49 victimes civiles3. La place des Halles et l’Hôtel de Ville – où est installée la bibliothèque – sont touchés et subissent un incendie qui détruit les manuscrits anciens. Quand l’incendie est maîtrisé, 45 % des manuscrits sont totalement détruits, le restant présentant des états allant du manuscrit rogné aux marges par les flammes jusqu’au bloc de charbon vitrifié par la chaleur. D’autres ont été endommagés par l’eau déversée par les pompiers4. D’inestimables témoignages sur Chartres, haut lieu de la vie intellectuelle dans l’Occident des XIe-XIIe siècles ont disparu.

Restauration / conservation

Dès le 9 juin 1944 la Bibliothèque nationale joue un rôle puisque douze caisses de manuscrits rescapés sont acheminés vers l’atelier de restauration pour des traitements de près de quatre ans : les feuillets de parchemin agglutinés par l’action de la chaleur et de l’eau sont séparés par des moyens chimiques. D’après les archives conservées par la BnF, le traitement appliqué semble avoir pour l’essentiel consisté en un nettoyage des salissures à l’eau, l’emploi d’une solution formolée pour stopper la putréfaction, puis une solution tannante et un séchage des documents sous presse.

bnf_renaissance_manuscrits_medievaux_chartresSur 519 manuscrits recensés en 1890, 165 ont pu être sauvés. Cependant de nombreux fragments restent comme vitrifiés, c’est-à-dire translucides et rigides. Ayant perdu l’élasticité originelle de la feuille de parchemin, les fragments se brisent au moindre choc. La sauvegarde réalisée dans l’urgence laisse apparaître de nombreux plis qui masquent une partie de l’écriture, ce qui nuit à l’identification des textes.

Dès la restitution par la Bibliothèque nationale des manuscrits rescapés, plusieurs acteurs entreprennent le travail d’identification des textes et de reclassement des fragments et feuillets épars de manuscrits. Maurice Jusselin (1882-1964), ancien archiviste départemental, le chanoine  et archiviste diocésain Yves Delaporte (1879-1979) et la bibliothécaire Marie Guittet (1900-1959)5 s’attellent à un tâche encore en cours.

Relaxation

De 2005 à 2012, une nouvelle campagne de traitement et de numérisation des manuscrits médiévaux de Chartres est lancée par la Bibliothèque municipale de Chartres, l’Institut de Recherche et d’Histoire des Textes et la Bibliothèque nationale de France. En mai 2006, le Service restauration de la Bibliothèque nationale de France a prélevé des échantillons et testé deux méthodes successives pour rendre aux manuscrits « vitrifiés » par l’incendie leur souplesse originelle. Ces tests ont permis de valider une méthode de relaxation du parchemin en chambre d’humidification puis mise en tension.

Photographie Jean-Yves Sarazin © BnF
Photographie Jean-Yves Sarazin © BnF

Au centre technique de la BnF, basé à Bussy-Saint-Georges, cette  technique inédite en France est mise en oeuvre pour 29 manuscrits médiévaux : la « relaxation » des parchemins rétractés et gondolés, soit l’humidification feuille par feuille en chambre d’humidification, pour assouplir et ramollir le parchemin de sorte à le remettre en tension et faire disparaître les plis. Les feuillets séchés, la lecture du texte caché par les plis est de nouveau possible. L’opération était assortie d’une campagne de photographie et de numérisation destinée à permettre toutes sortes de manipulations sur les fichiers numériques tout en préservant les originaux. Ainsi les chercheurs de l’IRHT peuvent continuer le travail d’identification et de reconstitution des manuscrits.

La numérisation permet également la mise en ligne gratuite de ce patrimoine lié à l’histoire de la Cathédrale et des écoles de Chartres au Moyen âge.

Depuis, d’autres tentatives ont été menées notamment en 2014 avec l’imagerie multispectrale employée par l’équipe du Lazarus Project (http://www.lazarusprojectimaging.com/), pour tenter de lire des fragments, à l’image de celle employée sur des rouleaux carbonisés d’Herculanum6 qui a permis d’identifier des lettres cachées à l’intérieur d’un codex carbonisé sans avoir à dérouler le rouleau et donc le détruire.

Pour aller plus loin

  1. Plus de quarante bombardements entre les mois de septembre 1943 et d’août 1944. Cf. « Les bombardements en Eure-et-Loir », Association Forced Landing, 2003. Disponible en ligne, url : <http://forcedlanding.pagesperso-orange.fr/1.htm> []
  2. « Le crash de l’équipage du Lt Smith », Association Forced Landing, 2003. Disponible en ligne, url : <http://forcedlanding.pagesperso-orange.fr/smith.htm>. []
  3. « Chartres », Archives départementales d’Eure-et-Loir. Disponible en ligne, url : <http://www.archives28.fr/article.php?laref=169&titre=chartres>. []
  4. « Incendie de la Bibliothèque municipale de Chartres en 1944 », Wikipédia. Disponible en ligne, url : <https://fr.wikipedia.org/wiki/Incendie_de_la_Biblioth%C3%A8que_municipale_de_Chartres_en_1944>. []
  5. Maurice Jusselin, Mademoiselle Marie Guittet : bibliothécaire de la ville de Chartres, 1900-1959, Chartres : Tantet et Catinat, 1959, 5 p. []
  6. Vito Mocella, Emmanuel Brun, Claudio Ferrero & Daniel Delattre, « Revealing letters in rolled Herculaneum papyri by X-ray phase-contrast imaging », Nature Communications, n° 6, 20 janvier 2015. Disponible en ligne, url : <http://www.nature.com/articles/ncomms6895>. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts