Archives par mot-clé : Audiovisuel

Conserver les traces, enregistrer les luttes : les mémoires de Lionel Soukaz

Lionel Soukaz est un réalisateur français qui oscille entre le cinéma que l’on qualifie par défaut de militant et le cinéma dit expérimental1, peu connu du grand public, mais dont l’oeuvre peut être considérée comme pionnière, eu égard de ses qualités esthétiques, de sa dimension historique et de son volume. Très actif dans les années 70, son cinéma accompagne les mouvements d’émancipation, notamment ceux de la communauté homosexuelle, puis s’éteint, à la fin des “années d’hiver”2, alors que le Sida fait les ravages que l’on connaît. Au début de la décennie 90, Lionel Soukaz se met à la vidéo, format peu coûteux alors en plein essor, et entame un journal-vidéo, qui compte aujourd’hui plus de 2000 heures. Son travail est redécouvert au début des années 2000 par Nicole Brenez qui programme Ixe, son film le plus outrageant à la Cinémathèque française lors de la rétrospective Jeune, dure et pure !.

Jusqu’en 2013, la recherche s’était relativement peu penché sur le travail de Lionel Soukaz, et hormis quelques articles notables et quelques mémoires, il n’y a pas eu de travaux conséquents sur son oeuvre3. En 2013, le Colloque “Eros Militant” organisé par l’Université Paris-8 de Saint-Denis, en partenariat avec la Bibliothèque nationale de France, un an après le début de mon travail de thèse et alors que je n’étais pas encore chercheur associé à la BnF, permît de dresser un état des lieux de la recherche sur cet auteur, d’évaluer l’ampleur du travail encore à accomplir et de rencontrer des perspectives et des problématiques stimulantes4.

Au même moment, Lionel Soukaz déposait à la BnF une partie de son journal-vidéo, Le Journal Annales. Un important chantier a été entamé par Stéphane Gérard : l’indexation et le catalogage de ce fonds vidéographiques afin de le rendre accessible aux chercheurs.

Mémoire, indépendance et politique

Ma thèse s’intitule “Témoigner, émanciper : le cinéma de Lionel Soukaz”. Un titre volontairement large, qui met l’accent sur deux aspects essentiels du sujet : d’une part, une conscience forte des capacités du cinéma à pouvoir construire – ou du moins participer à la construction – une Histoire pour les “sans-histoire”, c’est-à-dire pour les marginaux, les invisibles et les minorités dont l’histoire est écrite et raconter par les dominants. Tout au long de sa carrière, Lionel Soukaz s’est placé aux côtés de ces populations oppressées, avec pour exemple tutélaire, Jean Genet, lui-même pionnier dans le cinéma homosexuel5. De fait, les films de Lionel Soukaz font souvent office de documents historiques, à l’image de La Marche gaie, où, aux côtés de son ami Guy Hocquenghem, il participe à la première marche des homosexuels à Washington, le 14 octobre 1979. D’autre part, Lionel Soukaz fait preuve d’une volonté constante de s’émanciper, c’est-à-dire de se libérer des carcans moraux et des oppressions de tout type, tant économiques que politiques. Aussi pratique-t-il ce que l’on appelle un cinéma “pauvre”6, non par ses qualités artistiques, mais dans ses moyens de production, ce qui à la fois relève de revendications politiques – ne pas dépendre d’un producteur, du système industriel commercial dominant – et a des conséquences esthétiques (qualité de l’image de caméra type Super-8, expérimentations visuelles radicales…).

La recherche s’organise donc autour du fonds vidéographique déposé à la BnF, qui recouvre la production de Lionel Soukaz entre 1991 et 2000, et de deux autres fonds. Le premier est un fonds que nous dirons “numérique” : avec l’avènement d’internet et des outils numériques, Lionel Soukaz a modifié sa pratique de diffusion, autrefois orientée exclusivement vers les festivals et les projections spéciales, pour occuper un espace nouveau au public plus incertain, plus diversifié et qui peut tomber de façon aléatoire sur les travaux du réalisateur. Lionel Soukaz a une pratique intensive d’internet, que ce soit comme source d’inspiration (La Prison de Reines), comme matériau principal (www.webcam), ou comme plateforme de diffusion. En effet, qu’il s’agisse des réseaux sociaux (Facebook) ou des plateformes de partage en ligne comme YouTube et surtout Dailymotion, le cinéaste y trouve un moyen nouveau pour diffuser son oeuvre. Il est donc intéressant de se pencher sur les usages des outils numériques de partage de donnés, et de constater que, loin d’offrir une liberté totale, le net impose de “composer” avec ses propres limites et ses propres systèmes de censure.

Le dernier fonds est composé de documents papiers et de documents iconographiques de différents types (photographies, dessins, peintures). Il est le fruit d’un travail minutieux d’archivage de documents en lien avec les réalisations de Lionel Soukaz, mais aussi avec les festivals et les différentes manifestations organisées ou auxquelles il a participé durant plus de 40 ans. Ce fonds est très hétérogène, ce qui nécessite un travail d’indexation puis de réorganisation, afin de clarifier son ordonnancement et de rendre lisible sa composition. Les documents en présence renseignent beaucoup sur la période 1970-1980, notamment sur la conception des films et sur leur réception. Il est composé de très nombreux programmes de festivals et de document plus personnels (facture, photos de vacances ou de famille). Par ailleurs, de nombreux éléments s’y retrouvent en plusieurs exemplaires, originaux et photocopies. Un tri est donc nécessaire afin de discriminer ce qui doit véritablement constituer le fonds, en fonction de la valeur historique mais aussi de la valeur personnelle des documents.

Ces trois fonds ont de multiples intérêts : le fonds de documents papier renseigne à la fois sur la période “Super-8” de Lionel Soukaz et sur les périodes les plus récentes (jusqu’à aujourd’hui), permettant de saisir l’évolution d’une pratique cinématographique sur le temps long sans perdre de vue l’importance des conjonctures spécifiques dans lesquels elle prend place. Conjointement, les trois fonds mettent en avant l’histoire de la communauté homosexuelle d’avant la dépénalisation jusqu’à nos jours. Un axe spécifique peut être dégagé quant à la lutte contre le Sida, la façon dont elle s’est structurée au sein de la communauté homosexuelle, comment elle s’est déployée, mais aussi quant à la façon dont on vivait avec le Sida dans les années 1990. Un autre axe plus spécifique pourrait être celui du “cercle” Soukazien. Le cinéaste est à la fois une force centrifuge et une force centripète, attirant à lui de nombreuses personnalités et circulant à son tour autour d’autres, dessinant ainsi une “constellation”, à l’image de celle qui entourait l’un de ses proches amis, Guy Hocquenghem7. Plus largement, les fonds peuvent être des sources particulièrement pertinentes pour quiconque travaillerait sur les luttes sociales en France dans la deuxième partie du XXe siècle, et plus particulièrement sur les luttes des minorités ou pour des chercheurs travaillant sur le journal filmé et les formes autoréférentielles.

Mon travail de thèse consiste donc à recouper ces différents fonds et à en proposer une analyse historique et esthétique : comment l’auteur construit une démarche mémorielle afin de construire une histoire alternative, celle d’une frange spécifique d’une communauté, à différents moments du XXe siècle ? Comment se situe-t-il également dans l’espace politique, à la fois partie-prenante de l’action militante et en même temps à l’écart de toute structure partisane ? Enfin, comment construit-il une identité visuelle qui témoigne de ces deux aspects spécifiques de son travail ? En somme, qu’est-ce qui les cimente ?

De l’archive à la vidéo : rendre le Journal visible

La mission qui avait été proposée dans le cadre du contrat de chercheur associé à la Bibliothèque nationale de France, était de préparer le dépôt d’un futur fonds, à savoir celui des archives papiers. L’idée était d’en faire l’inventaire exhaustif afin, voire de créer les fiches de chaque document en vue d’un dépôt à moyen terme. Cette proposition allait dans le sens de la volonté du cinéaste, de protéger et de préserver ces ressources tout en se libérant du poids de leur conservation. Mais cela posait aussi un autre problème, celui de la disponibilité des documents pour Lionel Soukaz, certains éléments étant rares ou dotés d’une forte charge émotionnelle. L’exposition consacrée aux archives de Lionel Soukaz lors du colloque « Eros Militant » en 2013 fut une bonne occasion de se rendre compte de la richesse du fonds et d’entamer un inventaire. Las, organisée dans la hâte, il fut impossible de pratiquer un recensement des biens en présence. Les documents furent brièvement triés et classés par période ou par grande thématique (par film par exemple, par festival ou par personnalité). L’empressement du montage puis du démontage ne permît pas de travailler sereinement sur les documents et à peine plus de 150 documents purent être inventoriés.

Par la suite, les documents restants furent durant une longue période, indisponibles à la consultation. L’accès n’étant plus possible, il n’était alors plus question de procéder à un traitement préalable permettant la constitution du fonds. Avec Alain Carou, responsable du service Image, nous décidâmes de réorienter la mission vers un catalogage actif du fonds vidéographique déposé à la BnF.

De quoi est donc composé ce fonds ? Il se compose de cassettes au format Vidéo 8 ou Hi8. Il y a précisément, pour le moment, 470 Vidéo 8 et 171 Hi8, couvrant la période du 6 avril 1991 au 20 janvier 2001. Cela représente plusieurs centaines d’heures, les cassettes pouvant durer jusqu’à 3 heures pour certaines d’entre-elles. Le travail a été initié par Stéphane Gérard, qui a collaboré étroitement avec Lionel Soukaz afin de déterminer, préalablement les détails du contrat et la visibilité des cassettes. En effet, nous ne pouvons travailler sur l’ensemble des 641 cassettes déposées car certaines sont classées comme étant “Privé”, et ne peuvent être visionnées. Par ailleurs, lorsque nous travaillons à l’inventaire des cassettes qui ne sont pas préalablement jugée comme relevant du “Privé” – c’est-à-dire lors que nous en décrivons le contenu – nous devons estimer, en fonction de critères fournis par l’auteur (présence de certains proches, moments d’intimité douloureux…), si la cassette sera ou non accessible au public.

Méthodologie

L’inventaire du fonds et son catalogage se font le plus simplement du monde : afin de décrire au mieux les contenus de chaque cassette, il faut les visionner dans leur intégralité. C’est le seul moyen que nous ayons également pour savoir comment les discriminer entre “privé” et “public”. En effet, une même cassette ne correspond pas forcément à une date fixe, elle peut couvrir une semaine entière de journal. Aussi, dans cette cassette, l’on peut trouver tout à la fois, une manifestation publique (prenons, par exemple, un festival consacré aux films sur le Sida), de la veille télévisuelle (Lionel Soukaz filmait chaque émission ou reportage de télévision en lien avec les homosexuels ou le Sida) et un moment d’intimité avec un proche.

La question qui s’est posé à nous, face à la masse importante de vidéo à traiter, fut de savoir par où commencer. Une progression chronologique semblait tout indiquée, mais il était évident qu’il fallait d’abord répondre aux besoins précis des chercheurs qui souhaitaient travailler à partir du fonds (Stéphane Gérard, Simon Claude et moi-même, pour le moment). Aussi avons nous commencé en fonction des besoins et des délais. La progression chronologique est relativement récente (2015). À ce jour, 181 vidéos ont d’ores et déjà été décrites, 62 ont été rendues publiques, 47 ont été classés privées – conformément aux souhaits de l’auteur, leurs descriptions ne seront pas publiées dans le catalogue Archives et Manuscrits (http://archivesetmanuscrits.bnf.fr/) -, 70 vont être prochainement rendues accessibles. D’ici à octobre, les 200 premières vidéos (sur 470) auront été discriminées entre public et privé, et 133 vidéos jugées publiques auront été valorisées.

Valorisation

La valorisation du fonds d’archives vidéographiques passe avant tout par la publicisation des vidéos. Cette publicisation requiert beaucoup de temps étant donné le nombre important de bande à visionner. Par ailleurs, les 641 cassettes déposées ne représentent pas la totalité du Journal, puisque la période 2001-2016 n’a pas encore été délivrée à la BnF. Elle nécessitera un traitement équivalent en vue de son catalogage lorsqu’elle sera déposée. Par ailleurs, de nombreuses communication en France et en Grande-Bretagne ces deux dernières années ont permis de faire connaître, si ce n’est le travail de Lionel Soukaz, tout du moins l’existence de ce fonds d’archives et ses intérêts. Deux nouvelles communications sont espérées sur ce sujet d’ici à fin 2017.

Pour ce qui est de la valorisation du fonds de documents papiers, celle-ci passe vraisemblablement d’abord par le travail de thèse. Son exploitation a déjà connu un rebondissement ces derniers mois. Une grande partie des archives m’est à nouveau accessible. Une douzaine de cartons pleins à craquer ! J’ai de ce pas entamé un inventaire. Pour l’heure, la moitié du matériau disponible a été inventorié. Cela représente 104 pages d’index et plus de 1094 documents. Étant donné qu’il reste environ autant de cartons, on peut estimer que ce nombre de pages devrait doubler, même si la nature des pièces dans les autres cartons est différentes. Au vu de ce qui a pu être traité, les documents en présence sont majoritairement des documents liés à la production des oeuvres, qu’il s’agisse de factures, de revues de presse ou de coupures de presse (nous distinguons les deux car Lionel Soukaz a une pratique très particulière de la revue de presse, quasiment artistique), de scénarios et de découpages techniques, de documents commerciaux (affiches, tracts…). Ces documents essentiels pour établir une monographie analytique du cinéma de Lionel Soukaz, constituent le fondement du travail de thèse et viennent enrichir de façon notable la compréhension et l’analyse de ses productions filmiques et vidéographiques.

Ce travail ne pourrait être mené sans les conditions particulières offertes par la Bibliothèque nationale de France à ses chercheurs associés. L’accès au fonds, la possibilité de travailler sur place et d’avoir un suivi et un dialogue avec les personnels de la Bibliothèque sont un atout inestimable.

  1. Il est compliqué de situer Lionel Soukaz à l’intérieur de la catégorie « film militant », étant donné qu’il n’a jamais appartenu à une structure collective politique ou ayant des objectifs politiques. En cela, il contrevient à la définition du militant telle qu’elle est donnée par Guy Hennebelle dans Cinéma Militant (1976) ou par Joris Ivens dans le même ouvrage. De la même manière, le terme expérimental a fait l’objet d’un nombre important de controverses et de débat au sein même des cinéastes rattachés (volontairement ou non) à cette catégorie : cinéma différent, cinéma autre, cinéma underground… Nous renvoyons à la lecture de l’Éloge du cinéma expérimental, de Dominique Noguez (1979). []
  2. Nous reprenons ici le titre d’un ouvrage de Félix Guattari, Les Années d’hiver (1980-1985), Paris, Les Prairies Ordinaires, [1985] 2009. []
  3. Pour les articles, en plus de l’immense travail de Nicole Brenez, citons également les nombreux textes d’Hélène Fleckinger ainsi que les travaux d’Olivier Neveux. Pour les mémoires, citons les travaux de Maïa Etchart, de Yekhan Pinarligil et de Simon Claude. []
  4. Voir le programme du colloque à l’adresse url : <http://www.bnf.fr/documents/programme_soukaz.pdf>. []
  5. Voir son film Un chant d’amour (1950). []
  6. Nous reprenons l’expression à Jean-Louis Comolli, explicitée dans l’entretien accordé à Cédric Mal, « Eloge d’un cinéma pauvre, politique et populaire (Comolli) », Le blog documentaire, 6 février 2013. Disponible en ligne, url : <http://leblogdocumentaire.fr/eloge-dun-cinema-pauvre-politique-et-populaire-avec-jean-louis-comolli/>. []
  7. « La Constellation Hocquenghem », Gai Pied Hebdo, n° 396, 30 novembre 1989, pp. 66-67. []

Journée d’étude : Art numérique et postérité

fractal-542158_1280
Image de Stefan Steinbauer, licence CC0 Public Domain

Débuté en février 2015, le projet « Art numérique et postérité : modélisation des œuvres d’art numérique et de leur dispositif de lecture », financé par le Labex Arts-H2H et piloté par Louise Fauduet du département de d’Audiovisuel de la Bibliothèque nationale de France, a pour objectif de contribuer à la pérennité de la création numérique.

Le 8 décembre 2016, les porteurs du projet organisent une journée d’étude.

Programme

9h30 – 10h : ouverture, Louise FAUDUET (chef du service multimédia BnF)
– « Présentation du projet de recherche : Art Numérique et Postérité », Marie SALADIN (chargée de collection, service multimédia, BnF)
– « Avancées du projet, modèle de description des œuvres d’art numérique », Céline THOMAS (doctorante UP8)

Première partie : « Ateliers d’artistes » : Systèmes théoriques sous-jacents et processus de création/réception

« Présentation de la journée et introduction des participants », Marie-Hélène TRAMUS (artiste, professeur émérite) et Florent AZIOMANOFF (théoricien)

10h – 10h45
Jean-Louis BOISSIER (artiste, professeur émérite de l’Université Paris 8)
« Installations interactives comme livres »
Œuvres : Globus Oculi (1992) / Flora Petrinsularis (1993)

10h45 – 11h15 : Pause

11h15 – 12h
Luc COURCHESNE (artiste, professeur associé de l’Université de Montréal)
« À la recherche de l’essentiel »
Œuvres : Portrait n°1 (1990) / The Visitor : Libing by Numbers (2001)

12h – 12h45
Laurent MIGNONNEAU (artiste, professeur de l’Université d’Arts et Design de Linz)
« Expérience personnelle pour la conservation d’œuvres numériques »
Œuvres : Interactive Plant Growing (1992) / Life Writer (2006)

12h45 – 14h : Déjeuner

14h – 14h45
Chu-Yin CHEN (artiste, professeur de l’Université Paris 8)
« Art énactif comme une phénoménologie du second ordre »
Œuvres : Quorum Sensing (2002) / C puissance C (2008)

14h45 – 15h30
Maurice BENAYOUN (artiste, professeur à City University of Hong Kong)
« « Restauration du Media Art: entre réparation et régénération » Du Diable au Pays de la Guerre »
Œuvres : Le Diable est-il courbe ? (1995) / World skin (1998)

15h30 – 16h : Pause

16h – 16h45
Florent AZIOSMANOFF (théoricien du Living Art)
« Living art, l’hypothèse d’une nouvelle discipline artistique »
Œuvres : Le Petit chaperon rouge de F. Aziosmanoff (2002) / Le Silence n’existe pas d’Isabelle Bonté (2009)

16h45 – 17h30
Michel BRET, Edmond Couchot et Marie-Hélène TRAMUS (artistes, professeurs émérites et honoraires de l’Université Paris 8)
« Les œuvres interactives ont–elles une vie ? »
Œuvres : La Plume (1988) / La Funambule Virtuelle (2000)

17h30 – 18h : Pause

Deuxième partie « Table ronde » : Discussion autour d’un modèle de description des œuvres d’art numérique en regard des systèmes théoriques sous-jacents et des processus de création et de réception

18h – 20h
À partir des exposés des artistes présentés au cours de la matinée, une table ronde abordera les problèmes fondamentaux et pragmatiques soulevés par l’élaboration d’un modèle de description des œuvres d’art numérique pour leur préservation, en prenant en considération les systèmes théoriques sous-jacents et les processus de création et de réception. La discussion continuera avec les réflexions de deux chercheurs en sociologie et en sciences de l’art, afin de prendre du recul et d’enrichir les échanges avec les artistes et le public.

Modérateurs : Marie-Hélène TRAMUS et Florent AZIOSMANOFF
Participants de la table ronde :
– Edmond COUCHOT (artiste, théoricien, professeur honoraire)
– Anne SAUVAGEOT (sociologue, professeur émérite)

Informations pratiques

Jeudi 8 décembre 2016 à la BnF, Site François-Mitterrand, Entrée Hall Est – Salle 70
Quai François Mauriac
75706 Paris Cedex 13
Entrée libre dans la limite des places disponibles

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Parution de l’ouvrage « Jean Zay : invention, reconnaissance, postérité »

couvallorantrectoLes Presses universitaires François-Rabelais (PUFR) font paraître les actes du colloque tenu en 2014 à Orléans et à Paris sur l’apport de l’homme d’État Jean Zay, ministre novateur de l’Éducation nationale et des Beaux-Arts, à la culture de son temps.

Préfacé par Pascal Ory et publié sous la direction de Pierre Allorant (POLEN), Gabriel Bergounioux (LLL) et Pascal Cordereix (BnF), l’ouvrage retrace le parcours du fondateur de la Phonothèque nationale, du Musée des arts et traditions populaires, du CNRS, de l’ENA et du Festival de Cannes.

Résumé :

Jean Zay, ministre novateur de la Troisième République, a su inventer et mettre en œuvre une conception neuve de l’appropriation par la nation de son patrimoine et de ses réalisations artistiques, en respectant la liberté de création, à l’opposé des censures et de l’art officiel. L’originalité du parcours du fondateur de la Phonothèque nationale, du musée des Arts et Traditions populaires, du CNRS, de l’ENA et du Festival de Cannes est ici restituée par les regards croisés des sciences humaines et de témoignages inédits dont celui de ses deux filles.

Il y a 80 ans, le Front populaire. 1936 : un jeune ministre radical incarne deux des plus grandes ambitions de la gauche au pouvoir : démocratiser l’Éducation nationale, donner accès à tous à la culture, sous toutes ses formes.
Détesté par Pétain, condamné à la « mort civile » comme Dreyfus, assassiné à 40 ans par la milice de l’État français après le Débarquement, Jean Zay vient d’entrer au Panthéon, tardive reconnaissance de son œuvre innovante et de son parcours républicain exceptionnel.
À côté d’ouvrages biographiques et d’histoire politique, ce livre, grâce à son approche originale, offre un regard nouveau et complémentaire sur l’apport de Jean Zay à la culture de son temps. L’originalité du parcours du fondateur de la Phonothèque nationale, du Musée des Arts et Traditions populaires, du CNRS, de l’ENA et du Festival de Cannes est ici restituée par les regards croisés des sciences humaines. Jean Zay, homme d’État, ministre novateur de l’Éducation nationale aussi bien que des Beaux-arts, a su inventer une nouvelle façon de concevoir les relations des acteurs de la culture et des arts au pouvoir politique. Il a mis en œuvre une conception neuve de l’appropriation par la nation de son patrimoine et de ses réalisations, en respectant la liberté de création et l’indépendance de la fonction publique, à l’opposé des censures et de l’art officiel.
Pour la première fois, les sources familiales et les traces locales de ce « Résistant de la veille » sont revisitées grâce au témoignage inédit de ses deux filles, Catherine et Hélène.

Sommaire :

– Préface / Pascal Ory
I-Le Parcours

  • Le moment Jean Zay ou la conjugaison française de la république seconde / Olivier Loubès
  • Traces locales d’un homme d’État : Jean Zay l’Orléanais / Pierre Allorant

II-La culture

  • La difficile naissance du dépôt légal du « disque » en France (1925 – 1938) / Pascal Cordereix
  • Le théâtre en partage : Contribution à une histoire de l’intervention et du soutien de l’État aux entreprises culturelles / Léonor Delaunay
  • Histoire d’une rencontre autour du conte. Jean Zay et Célestin Freinet / Catherine Velay-Vallantin
  • La linguistique saisie par la politique : le peuple et sa langue / Gabriel Bergounioux

III-Lire et entendre

  • Écrire et lire en prison / Claude Mouchard
  • Jean Zay et la mémoire orale. Du politique au scientifique, de l’État à la ville, d’hier à aujourd’hui / Olivier Baude, Gabriel Bergounioux, Céline Dugua

IV-Témoignages

  • Témoignage de Catherine Martin-Zay et d’Hélène Mouchard-Zay / Gabriel Bergounioux
  • Témoignage du président du Cercle Jean Zay / Pierre-Louis Emery
  • Le fonds Jean Zay (667AP) aux Archives nationales / Zénaïde Romaneix

– Postface : Jean Zay au Panthéon / Pierre Allorant

ISBN : 978-2-86906-420-1
EAN : 9782869064201
ISSN : 9782869064201
Prix : 22 €

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Mémoires de l’édition phonographique à voir et entendre

poster-entretiens-edition-phonographiqueEn juin 2012, a débuté au service des documents sonores du département de l’Audiovisuel de la Bibliothèque nationale de France, un cycle d’entretiens qui ont fait l’objet d’enregistrements audio.

Des personnalités de l’édition phonographique, aux parcours singuliers, passionnés, engagés même pour certains, sont venues témoigner de leur expérience. Le plus souvent à l’origine de la création de maisons de disques ou de festivals, ces êtres animés avant tout par l’amour de la musique, des musiques, des artistes, s’inscrivent pour beaucoup d’entre eux dans la mouvance alternative, si ce n’est libertaire d’après 68.

En marge d’un système dominant sur lequel règnent Vogue et Barclay, ces hommes en quête d’un monde meilleur vont permettre la découverte en France d’univers musicaux encore peu connus du grand public : le free jazz, les «musiques du monde», e rock psychédélique et progressif, le post-rock ou plus tard le punk rock ainsi que de nouveaux artistes de la chanson française aux textes plus engagés ou décalés. Histoires individuelles et collectives, elles racontent l’aventure du vinyle, elles sont le reflet d’une époque à la croisée des chemins, entre espoir et désillusions.

Plusieurs éditeurs (Gérard Terronès, Gilbert Castro, Pierre Barouh, Eric Basset, Richard Pinhas, Gilles Faucheux, Marsu, Jean Karakos, Didier Petit, Marc Thonon, Alain Normand, Jean-Marie Salhani, Laurent Thibault, Hervé Bergerat, Jacques Le Calvé) se sont prêtés au jeu de l’interview et sont revenus sur la création de leur(s) label(s), le choix de leur nom et de leur logo, l’élaboration des disques (les relations avec les musiciens, l’enregistrement en studio, les pochettes et livrets), les difficultés de la distribution et leur vision du disque aujourd’hui. Ils évoquent aussi leurs rencontres avec certains artistes, et, livrent également des anecdotes cocasses et surprenantes.

Pour la première fois, ces témoignages sont regroupés au sein d’un corpus, accessible en ligne via Gallica : http://gallica.bnf.fr/html/und/enregistrements-sonores/rencontres-autour-de-ledition-phonographique

Au-delà de la parole enregistrée qui évoque le disque et ses artisans, la musique et les artistes, ce corpus est destiné à fournir un matériau pour une histoire de l’édition phonographique, objet de recherches pour professionnels et universitaires.

En tout cas, saluons ce projet de constitution d’une archive orale et remercions les éditeurs enregistrés qui ont accordé la diffusion de l’entretien dans les emprises de la BnF ainsi que sur Gallica. Ils ont en outre accordé l’utilisation d’une photographie pour servir de vignette d’illustration.

Les entretiens ont été également séquencés en vue de leur catalogage dans le catalogue BnF Archives et Manuscrits dans un fonds spécifique (http://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc953509) avec des renvois vers les notices d’autorité et notices bibliographiques.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

La BnF, spot pour les clubbers ?


p1150224L’exposition Electrosound, du lab au dancefloor qui se tient à la Fondation EDF, la parution de l’ouvrage de Laurent de Wilde, les Fous du son 1 ou encore le lancement de la  websérie La Touche Française, de Guillaume Fédou et Jean-François Tatin, diffusée sur le site Arte Creative, sont l’occasion de mentionner le rôle que joue la BnF dans la sauvegarde de ce patrimoine immatériel que constitue la musique électronique ou électroacoustique.

Dépôt légal des phonogrammes

Si le dépôt légal des documents sonores (phonogrammes) a été institué le 19 mai 1925, ce n’est qu’à partir de la création de la Phonothèque nationale, le 8 avril 1938, qu’il put être mis en œuvre. Encore fallut-il attendre la « drôle de guerre » pour que les éditeurs se décident à appliquer la loi de 1925 et commencent de déposer leur production phonographique dès janvier 1940.
Depuis, tous les documents sonores mis en location, en vente, en distribution, importés ou mis à la disposition d’un public même limité et même à titre gratuit, doivent être déposés auprès du département de l’Audiovisuel de la BnF. Gratuit et sans frais postaux, ce dépôt permet de préserver le patrimoine musical… édité.
C’est ainsi que la BnF offre à ses lecteurs les diverses éditions de musique électronique ou électroacoustique de Pierre SchaefferPierre Henry, Jean-Claude Risset, Philippe Manoury, mais aussi de Jean-Jacques Perrey, François de Roubaix ou encore Daft punk, Justice, C2C, etc.

Quelle pérennité pour la musique électronique ?

p1150231Mais le nouveau paradigme de la musique électronique, qu’elle soit mixte ou a fortiori performée en temps réel (« live electronic music »), pose la question de sa pérennité. Quelle peut être la sauvegarde patrimoniale de la musique électronique (analogique ou assistée par ordinateur) dès lors qu’elle ne fait pas l’objet d’une édition ? Quelles traces seront-elles conservées pour les générations futures ?

D’aucuns arguent que l’une des solutions pour assurer la conservation pérenne des musiques électroniques réside dans la composition et la notation effectuées en vue d’une transmission. Les établissements patrimoniaux pourraient ainsi espérer des dons et legs des supports d’enregistrement de ces notations.

Un autre espoir pourrait consister dans les supports d’enregistrement (analogiques ou numériques) adoptés par les musiciens pour conserver leurs créations. Archive de la création relevant du domaine privé, cette documentation personnelle ne relève pas du dépôt légal et la patrimonialisation de ce patrimoine, soit l’entrée dans une institution patrimoniale pour conservation pérenne, ne peut intervenir qu’en cas de don/legs, achat (direct ou en salle de vente). Une problématique similaire se pose pour les manuscrits -désormais électroniques- des écrivains. Quelles seront les études génétiques de l’avenir dès lors qu’elle ne porteront plus sur divers états de manuscrits manuscrits, dactylographiés ou imprimés mais sur des strates de fichiers informatiques, si celles-ci ont été conservées et données à des bibliothèques2 ?

Ces questions de préservation de la musique électronique en lien avec le paradigme de l’obsolescence technologique sans cesse accélérée, les artistes, programmeurs et performeurs mais aussi les réalisateurs en informatique musicale (RIM) se les posent depuis les débuts de la musique électronique, moins en relation avec les problématiques des institutions patrimoniales qu’avec celles de la transmission et de la ré-interprétation par d’autres musiciens du futurs3.

Les institutions patrimoniales se trouvent confrontées à la même problématique que celle qui affecte les jeux vidéos, les logiciels et programmes informatiques pour lesquels des programmes d’émulation sont mis en place4. Mais si l’émulation a été mise en œuvre pour certaines de ses collections, la Bibliothèque nationale de France opte plus volontiers pour la numérisation puis la migration et la duplication5 tout en conduisant des programmes de recherche sur la question6 .

Cas des archives de l’Institut International de Musique Electroacoustique de Bourges (IMEB)

Logo de l'IMEBLa Bibliothèque nationale de France traite de l’ensemble des ces problématiques avec un cas concret représenté par le don consenti le 20 septembre 2005 par l’Institut International de Musique Electroacoustique de Bourges (IMEB), héritier du Groupe de Musique Expérimentale de Bourges (GMEB) fondé en 1970 par Françoise Barrière et Christian Clozier.

Réparti dans les collections du département de la Musique et du département de l’Audiovisuel de la Bibliothèque nationale de France, le fonds comprend 6 577 œuvres de musique électroacoustique, 1 300 partitions et 166 caisses représentant 50 mètres linéaires d’archives musicales, historiques, techniques, photographiques, vidéographiques et administratives de l’institut.

Le studio historique « Charybde » de recherche  et de composition qui retraçait 40 années d’évolution technologique, a été transféré au sein de la collection Charles Cros de la BnF7, soit un véritable musée dédié aux instruments de reproduction sonore dont les fleurons sont consultables en ligne dans Gallica, la bibliothèque numérique de la BnF, à l’adresse url : <http://gallica.bnf.fr/html/und/objets/collection-charles-cros>.

Cela représente donc un ensemble complet et multimédia exceptionnel sur l’histoire de la création et de la diffusion de la musique électroacoustique. En effet, les « musiques » elles-mêmes produites et présentées aux festivals, sont particulièrement riches du fait de la nature de ces œuvres, car elles sont présentes sous forme de composants écrits, sonores, électroniques et audiovisuels (partitions et enregistrements présentés aux festivals, d’Alain Savouret, Adolfo Nunez, Jean-Claude Risset, Jorge Antunes, Kaija Saariaho, etc.). Les archives du concours (dossiers d’inscription, biographies des concurrents, avis des jurés…) dessinent un panorama précis des acteurs de la création musicale contemporaine de la seconde moitié du XXe siècle. Les archives du festival, des concerts, des tournées et autres manifestations constituent des éléments pour l’histoire de l’action culturelle du niveau local au niveau international. Les instruments, en particulier les composants du studio Charybde, et les documentations techniques renseignent quant à eux sur les prémices et l’essor de l’informatique musicale.

La pérennisation ainsi que la communicabilité du fonds sont assurées via des traitements de transferts (des cassettes audio de type Digital Audio Tape (DAT) et des CD) et de numérisation. L’IMEB puis la Mnémothèque Internationale des Sciences et Arts en Musique Electroacoustique (MISAME), qui assure désormais la gestion, le développement et la diffusion des œuvres, avaient déjà lancé des chantiers de numérisation et sauvegardaient leurs productions.

La pérennisation était au cœur des préoccupations de l’IMEB, qui avait lancé d’importants chantiers de numérisation de ses enregistrements et dossiers documentaires. Dès les premiers contacts entrepris avec la BnF, une campagne de numérisation d’une sélection d’œuvres avait été menée à bien, associant le fichier numérique de la musique et les données musicologiques. Les auteurs avaient été associés à ce chantier, envoyant leurs œuvres numérisées et leurs notes de programmes.
Afin de faciliter la recherche, des « capsules » ont été constituées pour chacune des quelques 14000 « musiques » , regroupant des fichiers son, texte, et images, ainsi qu’un listing de métadonnées techniques, musicologiques et historiques.

Pour une description précise de l’ensemble du fonds de l’IMEB géré par MISAME et de son historique, on se reportera à la présentation générale et l’inventaire disponible en ligne (url : <http://www.misame.org/wp-content/uploads/2014/09/PRESENTATION-GENERALE-du-FONDS-MISAME.pdf>).

Objet de traitements et de recherche

En 2015, dans le cadre du programme Les Arts trompeurs. Machines, Magie, Médias financé par le Labex ARTS-H2H, le fonds de l’IMEB a fait l’objet d’un chantier de traitement et de valorisation par Caroline Renouard puis Azadeh Nilchiani qui a mené l’inventaire transversal du fonds de l’IMEB de la BnF. Un compte rendu et un bilan détaillé des travaux sont disponibles en ligne à l’adresse url : <http://www.lesartstrompeurs.labex-arts-h2h.fr/fr/content/le-fonds-darchives-de-limeb>. Ses travaux ont notamment permis les communication au cours du colloque Machines. Magie. Médias8, tenu en août 2016 à Cerisy-la-Salle.

À la BnF ces œuvres, dont l’existence et la trace sont par essence électroniques, seront désormais assurées d’une conservation à long terme9, au sein d’une institution pérenne accoutumée à exercer cette mission tant dans le domaine musical sonore que dans celui des techniques numériques. Ces collections sont accessibles pour la recherche, en particulier pour le public des créateurs et des musicologues10.
Le fonds IMEB a ainsi rejoint les très importantes collections musicales de la BnF, riches de 900 000 enregistrements sonores, dont les techniques vont du cylindre de cire au DVD, et les ont enrichi de façon irremplaçable dans le domaine de la création musicale contemporaine.
Puisse cet exemple inciter d’autres institutions musicales mais aussi les artistes, compositeurs ou réalisateurs en informatique musicale à songer à pérenniser leurs œuvres par ce type de don de nature à féconder la recherche et la création.
Cependant, si la BnF a bien pour mission de collecter, cataloguer, conserver et enrichir le patrimoine national dont elle a la garde, elle se doit également d’en assurer l’accès du plus grand nombre. En ce sens, par la volumétrie et la profondeur de ses collections, elle peut aussi être qualifiée de « spot » sinon pour les « clubbers », du moins pour les mélomanes, amateurs et curieux.

Citer ce billet : Olivier Jacquot. “La BnF, spot pour les clubbers ?”. Dans Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France [En ligne]. http://bnf.hypotheses.org/904 (consulté le 30 septembre 2016).
Notes :
  1. Laurent de Wilde, Les fous du son, Paris : Bernard Grasset, 2016, 558 p. ISBN 978-2-246-85927-7 []
  2. Pierre-Marc de Biasi, « Les archives de la création à l’âge du tout numérique », Revue Sciences/Lettres [En ligne], 1 | 2013, mis en ligne le 01 mai 2012, consulté le 16 septembre 2016. URL : http://rsl.revues.org/314 ; DOI : 10.4000/rsl.314 []
  3. Comme le rappellent Antoine Vincent, Bruno Bachimont et Alain Bonard, « la communauté informatique se réfugie derrière la pérennité supposée des langages normalisés, les désignant comme nouvel invariant de représentation de l’œuvre comme l’était la partition. Or, nous ne savons actuellement que peu de choses sur la durée de vie d’un langage informatique, notamment combien de temps il restera lisible ou interprétable. De plus, il n’y a aucune certitude quant à la préservation du rendu sonore, car le même programme en langage C peut produire des sons significativement différents sur plusieurs environnements de compilation », « Modéliser les processus de création de la musique avec dispositif numérique : représenter pour rejouer et préserver les œuvres contemporaines », 23es Journées Francophones d’Ingénierie des Connaissances (IC 2012), Juin 2012, Paris, France. p. 83-98, 2012, IC 2012. Disponible en ligne, url : <https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00715035> []
  4. Citons pour mémoire le programme européen KEEP, Keeping emulation environments portable, http://actions-recherche.bnf.fr/BnF/anirw3.nsf/IX01/A2012000845_keep-keeping-emulation-environments-portable []
  5. Pour en savoir plus, on se reportera à la présentation : Louise Fauduet, « La conservation numérique : enjeux, risques, solutions », [Paris] : Bibliothèque nationale de France, [s.d.]. Disponible en ligne, url : <http://www.bnf.fr/documents/conservation_numerique.pdf> ; Dominique Théron, « Quid des collections audiovisuelles à l’heure du numérique ? », dans Mémoire numérique. Publics, ressources et bibliothèques en mutation, colloque, Saint-Cloud, Médiadix, 10 octobre 2014. Disponible en ligne, url :  <http://mediadix.u-paris10.fr/brochure/documents/3-Theron_Mediadix-URFIST_10102014.pdf> ; Vincent Berdot, « Comment la BnF préserve notre patrimoine numérique », 01 Informatique, n° 2047, 8 juillet 2010, p. 29-31.  Disponible en ligne, url :  <http://bfmbusiness.bfmtv.com/01-business-forum/comment-la-bnf-preserve-notre-patrimoine-numerique-525303.html> ; et à la bibliographie « La préservation numérique à la Bibliothèque nationale de France », [Paris] : Bibliothèque nationale de France, 2016. Disponible en ligne, url : <http://www.bnf.fr/documents/preservation_numerique_bibliographie.pdf>. []
  6. Cf. le programme  « Modélisation des oeuvres d’art numérique et de leur dispositif de lecture » financé par le Labex Arts-H2H. []
  7. Marianne Deraze, Xavier Loyant, « La collection Charles Cros », Blog Gallica, 27 octobre 2015. Disponible en ligne, url : <http://gallica.bnf.fr/blog/27102015/la-collection-charles-cros> ; Romain Bigay, « Collection Charles Cros, une brève histoire des appareils d’enregistrement et de lecture », Centre d’information et de ressources pour les musiques actuelles, 2 octobre 2013. Disponible en ligne, url : <http://www.irma.asso.fr/COLLECTION-CHARLES-CROS-UNE-BREVE> ; Martine Cohen-Hadria, « Étonnante collection Charles Cros », Chroniques de la Bibliothèque nationale de France, décembre 2006, Disponible en ligne, url : <http://chroniques.bnf.fr/archives/decembre2006/numero_courant/coulisse/charles_cros.htm>. []
  8. Programme disponible en ligne, url : <http://www.lesartstrompeurs.labex-arts-h2h.fr/fr/content/machines-magie-m%C3%A9dias-cerisy-2016> []
  9. SPAR, le système de préservation numérique de la BnF, url : <http://www.bnf.fr/fr/professionnels/spar_systeme_preservation_numerique.html> []
  10. A cet effet, son inventaire sera accessible dans BnF Archives et manuscrits à cette adresse url : <http://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc944176> []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Phonurgia Nova 2016 « Sons du réel » à la BnF

phonurgia_visuel-2016-exe-hdLe haut-parleur est probablement aujourd’hui le plus grand dénominateur commun de nos vies. La vidéo, le multimédia, les automobiles, les téléphones nous modèlent une vie sonore nouvelle. Le son est partout présent, objet d’étude et de réflexion… Mais l’essentiel est encore de lui faire une place imaginative et d’encourager son écoute. Christian Leblé, Président de Phonurgia Nova

Les Prix Phonurgia Nova 2016 auront lieu les 17 et 18 septembre prochains à la Bibliothèque nationale de France.

Consacrés à l’exploration de la création radiophonique française et internationale, la manifestation réunira auteurs, auditeurs et jury, pour comparer, distinguer et récompenser une sélection d’oeuvres sonores représentative de la création sonore et radiophonique la plus pointue.

En plus des distinctions habituelles de nouveaux prix seront accordés (Prix Fiction, Prix du Field recording) . En outre la BnF accordera pour la première fois un Prix Archives de la parole1 doté de 1000 euros .

Programme

Fictions, documentaires de création, hörspiel, field recording et art acoustique seront au menu de ce grand marathon des oreilles .

Pour cette 21e édition, l’équipe Phonurgia Nova (qui fête ses 30 ans !) a reçu 199 oeuvres, venant de 17 pays.

Durant deux jours, au cours de débats ouverts et vifs, le jury va écouter, comparer, discuter, commenter en public, délibérer et distinguer les oeuvres sachant que plusieurs prix sont proposés :

  • Samedi 17 septembre10h15
    Mot d’accueil et présentation du jury10h30-12h30
    PRIX DU FIELD RECORDING
    Patrick Avakian, Ecoute la montagne, la bande son du voyage (autoproduction -France)
    Caroline Berliner et Félix Blume, Jouk Li Jou, (Arte Radio & Le bruit et la fureur – France et Belgique)
    Yannick Lemesle : Entomophonie syntonale (autoproduction – France)
    Emmanuel Mieville, Kuala Lumpur Malaisie, (autoproduction – France)
    Gabi Schaffner, Hidden places, (Deutschlandradio Kultur – Allemagne)
    discussion du jury14h-16h05
    PRIX ARCHIVES DE LA PAROLE –  1
    Aurelia Balboni, Les mots de ma mère, (ACSR & Cinétroupe – Belgique)
    Théo Boulenger, Avec le vent, (autoproduction – France)
    Sarah Segura et Thibault Coeckelberghs, Les radieuses, (GSARA – Belgique)
    Laure Franques, 54 ans et 2 mois, (Arte Radio – France)
    Laure Gatelier, Derrière les yeux, (ACSR – Belgique)
    discussion du jury
    16h25 -18h30
    PRIX ARCHIVES DE LA PAROLE –  2
    Thierry Lamireau : Histoire, radio, poésie : Georges Emmanuel Clancier. De Radio Limoges à Radio France (autoproduction – France)
    Péroline Barbet, La Piérotta, France, (RTBF – Belgique)
    Sarah Fautré, Eric Collard et Marc Monaco : Toxcity (une histoire de l’héroïne à Liège)
    (En coproduction avec D’une Certaine Gaité ASBL– Belgique)
    Soundwalk Collective, What we leave behing : Jean Luc Godard Archives, (Deutschlandradio Kultur, Wild Bunch et Soundwalk Collective – USA)
    Antoine Chao, Comme un bruit/Cut-up, (France Inter – France)
    discussion du jury

     18h50 -19h45
    PRIX ARCHIVES DE LA PAROLE –  3
    Antje Vowinckel : Melody minus one (WDR – Allemagne)
    Laurence Huet, Les diseuses et diseurs de bonne aventure, (France Culture – France)
    discussion du jury

  • Dimanche 18 septembre11h-12h40
    PRIX FICTION FRANCOPHONE
    Florent Barat et Sébastien Schmitz, Beaux jeunes monstres, (ACSR & le collectif Wow – Belgique)
    Christophe Deleu et François Teste, Hypermnesia, (France Culture – France)
    Sébastian Dicenaire : Pamela (ACSR – Belgique)
    Daniel Martin-Borret : Total Vrac (autoproduction – France)
    discussion du jury13h00 – 14h40
    PRIX RADIO ART – 1
    Colin Black, Sonic Reflections, (Deutschlandradio Kultur, Allemagne)
    Dinah Bird : A box of 78s (La Muse en Circuit, Centre national de création musicale – France)
    Emmanuelle Gibello, L’épiderme nomade, enquête autour du rêve, (France Culture – France)
    Hannah Hartman : Törst (Deutschlandradio Kultur – Allemagne)
    discussion du jury15h -16h30
    PRIX RADIO ART – 2
    Laurent Sellier, Walking with Patti Smith, (autoproduction – France)
    Phil Smith, With Faint Dry Sound, (Falling Tree , Royaume-Uni)
    Mark Vernon et Jenn Mattinson, Circular Thinking, (autoproduction, Royaume Uni)
    Dmitry Nikolaev et Oleg Makarov : Sound and the city – Moscow Ballet (autoproduction – Russie)
    discussion du jury
    16h50-18h50
    PRIX DECOUVERTES PIERRE SCHAEFFER
    Guillaume Campion et Guillaume Cote, Archipel, (autoproduction, Canada)
    Clara Alloing, Nous sommes trop jeunes, nous ne pouvons plus attendre, (FLIM! – Belgique)
    Cabiria Chomel, L’escamoteur, (ACSR – Belgique)
    Cécile Debove, Passagère, (autoproduction – France)
    Martin Klusak, Princess in the iron mask, (autoproduction, République Tchèque)
    discussion du jury

Jury

La compositrice Chantal Dumas préside le jury. Elle est entourée de 11 « Grandes oreilles » : Kaye Mortley, Léa Minod (Radio Campus France), Aude Dassonville (Télérama), Pilar Subira (Radio Calalunya Music, UER/EBU), David Collin (Le Labo, Espace 2, RTSR), Jean-Loup Graton et François Nida (BnF), Daniel Deshays, Alexandre Plank (France France Culture), Amaury da Cunha (Le Monde) et Pascal Mouneyres (Les Inrockuptibles et Syntone).

Le jury accordera aussi des Résidences de création à plusieurs jeunes auteurs dont il souhaite accompagner les projets. Les lauréats seront désignés parmi les 17 nominés suivants :

  • Péroline Barbet (Bestiaire sonore), France
  • Sacha Bollet et Benoît Demarle (Derrière la Cymbale), France
  • Hanan Benammar (Animal Sound lab), Norvège
  • Nicolas Perret et Cédric Anglaret (Gloss), France / Allemagne
  • Alessandro Bosetti et Sebastien Roux (Vita Nova d’après Dante), Italie et France
  • Emmanuelle Gibello (Je t’accompagne), France
  • Laurence Huet (Poupées de Sông), France
  • Anne le Troter (Les mitoyennes), France
  • Péroline Barbet (Carnavas), France
  • Laurence Cuny (Barranquilla 1930), France
  • Michaël Filler (Les chasseurs de trains), France
  • Francesco Giomi (Oh Hissa !), Italie
  • Sandrine Jorand (Une enfance en Allemagne), France
  • Arnaud Leroy (Epluche mon sourire, tu trouveras mes larmes)
  • Lydie Mushamalirwa (Crier à toi), France
  • Giulia Vismara (Paraphernalia), Italie
  • Jennifer Cousin (Mode majeur de la fugue), France

Informations pratiques

Quand ?

– Samedi 17 septembre 2016 – 10h-20h
– Dimanche 18 septembre 2016 – 11h-21h

Où ?

BnF, site François-Mitterrand, Petit auditorium qui sera spécialement équipé d’écoutes Cabasse

Comment ?

L’entrée est libre mais sur inscription préalable à : bnf@phonurgia.org

  1. Pour en savoir un peu plus sur les Archives de la parole, nous recommandons la consultation de Gallica : <http://gallica.bnf.fr/html/und/enregistrements-sonores/archives-de-la-parole-ferdinand-brunot-1911-1914> []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Berry, Limousin, Vendée (1913-2016) : voix du passé, voix d’aujourd’hui

28/5/22, fête des Limousins à Montmartre [place du Tertre] : [photographie de presse] / [Agence Rol]. http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b53084692z
28/5/22, fête des Limousins à Montmartre [place du Tertre] : [photographie de presse] / [Agence Rol]. http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b53084692z
Le dimanche 18 septembre à l’occasion des Journées du Patrimoine, est organisé à la BnF un concert de musique traditionnelle du Berry, du Limousin et de Vendée. Les morceaux sélectionnés s’inspirent d’enregistrements sonores effectués en 1913 et en 1946 et conservés au département de l’Audiovisuel de la BnF. Cet événement est organisé dans le cadre du projet Europeana Sounds (http://www.europeanasounds.eu/fr/) qui offre, à tous, un accès en ligne au patrimoine sonore de l’Europe.

Programme

Pendant cet événement, le public pourra écouter des morceaux de musique traditionnelle enregistrés par Ferdinand Brunot, le fondateur des Archives de la Parole, à l’occasion de ses collectes en Corrèze et dans le Berry en 1913 et d’autres enregistrés lors de la collecte menée à l’initiative de Roger Dévigne, directeur de la Phonothèque nationale, en Vendée en 1946.

Pascal Cordereix, chef du service Son à la BnF, présentera ces enregistrements, les collections sonores de la BnF et leur diffusion à travers le projet Europeana Sounds.

Des interprètes contemporains monteront ensuite sur scène pour nous donner leur version de ces mêmes morceaux :

Les chanteuses Sylvie Berger, Sylvie Heintz et Solange Panis du trio vocal “Le petit voyage” interprèteront des chansons du Limousin et du Berry :

L’amoureux infidèle,
La chanson du lit et de la paillasse,
La Chanson de l’ivrogne, …

Pour la Vendée, le programme a été conçu par Jean-Pierre Bertrand qui accompagnera à la vielle les chanteurs Maurice Artus et Evelyne Rambaud, membres des groupes “Sounurs” et “Tap Dou Païe :

Entre la rivière et les bois,
Le marchand de velours,
La nonne de l’Ave Maria
, …

Informations pratiques

Dimanche 18 septembre 2016,  17h-18h30
Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand, Petit auditorium, Quai François-Mauriac – Paris 13e. Entrée libre et gratuite.

Merci de vous munir d’une pièce d’identité pour pénétrer dans l’enceinte de la BnF.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Images de la justice : Nazis et collaborateurs en procès dans l’Europe libérée

Le présent programme de recherche porte sur les images des procès conduits en Europe contre les nazis et leurs collaborateurs à l’issue de la Seconde Guerre mondiale. Ces procédures judiciaires furent filmées dans de nombreux pays (France, Pays-Bas, Italie, Tchécoslovaquie, Pologne…) ; l’enregistrement des audiences et l’usage des images connurent une intensité particulière en URSS ainsi qu’en Allemagne, dans les zones d’occupation alliées. Ces séquences filmées avaient pour vocation d’alimenter les journaux d’actualités ainsi qu’une production documentaire financée par les Etats qui en confièrent la réalisation à de talentueux cinéastes (Pare Lorentz, l’équipe de John Ford au sein de l’Office of Strategic Services, Roman Karmen…).
Ces enregistrements et ces films constituent un observatoire privilégié pour analyser les enjeux des procès d’après-guerre qui dépassèrent largement la question du jugement des criminels nazis, assumant des fonctions politiques, diplomatiques, sociales, éducatives, historiographiques, mémorielles. Les séquences filmées mettent également au jour des différences stylistiques notoires qui différencient les pratiques et les missions d’opérateurs venus de divers horizons.
En dépit de leur grande richesse, ces images n’ont fait l’objet à ce jour d’aucune étude approfondie. Le projet vise à éclairer cet angle aveugle par un double travail de collecte et d’analyse des sources dans le cadre d’une histoire transnationale. Le micro-projet du Labex CAP privilégiera l’étude des archives filmées à Nuremberg et celles enregistrées sur le territoire de l’ex-URSS pour lesquelles on ne dispose d’aucune étude ni d’aucun inventaire. C’est pourquoi les porteurs envisagent la mise en oeuvre d’un double dispositif :

1. une série de missions en Russie, Estonie, Lettonie, Lituanie, Biélorussie, Ukraine permettra d’inventorier et de rassembler les images et les films de procès tournés par les Soviétiques.  Elle offrira un précieux état des lieux à la communauté scientifique ; les chercheurs pourront accéder à ces archives que seront déposées à la BnF après les avoir sous-titrées ;

2. ces images seront analysées par Victor Barbat (historien du cinéma préparant un doctorat sur Roman Karmen), Irina Tcherneva (historienne du cinéma, spécialiste des pays baltes) et Vanessa Voisin (historienne, spécialiste de la Seconde Guerre mondiale sur le front de l’Est et des films biélorusses et ukrainiens). Ils présenteront leurs travaux dans le cadre d’une journée d’étude/atelier et d’un séminaire de recherche bimestriel. Ce dernier aura également pour vocation, grâce à l’invitation de chercheurs européens spécialistes de la justice, de préparer, pour 2018, la tenue d’un colloque international sur « L’Europe des procès : images et récits (1943-1948)».

Responsable scientifique : Sylvie Lindeperg (université Paris 1 /HiCSA – IUF)

Partenaires Labex CAP (personnes et institutions)
– Alain Carou (BnF, département de l’Audiovisuel)
– Agnès Devictor (université Paris 1/HiCSA)
– Ania Szczepanska (université Paris 1/HiCSA)

Doctorant :
– Victor Barbat, doctorant (Paris 1/ED 441 et HiCSA)

Autres partenaires
– Annette Wieviorka (université Paris 1/SIRICE)
– Alain Blum (CERCEC : EHESS/CNRS)
– Vanessa Voisin (CERCEC : EHESS/CNRS)
– Irina Tcherneva (CERCEC : EHESS/CNRS)
– Nadège Ragaru (Sciences Po Paris/CERI)
– Matthias Steinle (université Paris3/IRCAV)
– Catherine Gonnard (INA)
– Jean-Louis Comolli (cinéaste)

CERCEC (EHESS/CNRS, UMR 8083), Centre Marc Bloch (UMIFRE et USR 3130), FMS (Fondation pour la mémoire de la Shoah)

Le projet est rattaché à la Plateforme 1: Création, patrimoines, politique du Labex CAP.


Image de Une : Par Work of the United States Government — Creator: Office of the U.S. Chief of Counsel for the Prosecution of Axis Criminality/Still Picture Records LICON, Special Media Archives Services Division (NWCS-S), Domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=182386

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

L’émergence de l’art vidéo en Europe

pawel-kwiek-video-and-breath-channel-of-information-1978-cop-pawel-kwiek-arton-foundationDe la Grande-Bretagne à la Pologne, de la France à la Slovénie, en passant par l’Allemagne, l’Italie, la Belgique…, une nouvelle histoire de l’art vidéo est en train de s’écrire.

Des spécialistes venus de toute l’Europe sont invités à en parler. Premiers outils électroniques, premiers lieux de production, premiers festivals, rôle des télévisions, des écoles d’art : ces sujets – et bien d’autres – sont au programme des communications.

En partenariat avec l’Institut national d’histoire de l’art, l’École cantonale d’art de Lausanne et l’université Paris 8 – Vincennes Saint-Denis.

  • Où et quand ?

Mercredi 25 mai 2016, 10h-19h

Bibliothèque nationale de France, site François Mitterrand
Petit auditorium, entrée libre
11, quai François Mauriac 75013 Paris

Jeudi 26 mai 2016, 9h-17h30

Institut national d’histoire de l’art
Galerie Colbert, salle Walter Benjamin
2, rue Vivienne ou 6 rue des Petits Champs 75002 Paris

  • Pour en savoir plus

Sur le site de la Bibliothèque nationale de France.
Sur le site de l’Institut national d’histoire de l’art.

______
Crédit photographique : Paweł Kwiek, Video and breath, channel of information, 1978 © Paweł Kwiek, Arton Foundation

Citer ce billet : Julien Farenc. “L’émergence de l’art vidéo en Europe”. Dans Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France [En ligne]. http://bnf.hypotheses.org/271 (consulté le 4 mai 2016).

Julien Farenc

Bibliothèque nationale de France | Chargé de collections et de leur valorisation au Département de l'Audiovisuel (Service images)

More Posts