Archives de catégorie : Publications

La recherche dans les institutions patrimoniales : sources matérielles et ressources numériques, sous la dir. de Mélanie Roustan

roustan_recherche-institution_0Le classement et la conservation des sources patrimoniales sont le fruit d’une histoire, faite de hasards et de choix politiques. L’activité de gestion des fonds implique un travail continuel de renouvellement : de leur interprétation, des techniques de recherche, de leurs modes d’accès, de leurs usages. Les méthodes d’analyse sont réactualisées : quelles relations intellectuelles, sensorielles, entretient-on avec les collections patrimoniales ? Comment les utilise-t-on ? Qu’en retire-t-on ?

Cet ouvrage est issu d’une journée d’étude organisée à la BnF en février 2013 par Anne Monjaret (DR CNRS, IIAC-LAHIC/EHESS-CNRS-MCC) et Mélanie Roustan (chercheur associée au CERLIS/CNRS-Paris Descartes), en coopération avec la BnF– site Richelieu, dans le cadre du programme de recherche « Le quadrilatère Richelieu et ses lecteurs ».

Sommaire

Préface par Sylviane Tarsot-Gillery

Introduction. Institutions patrimoniales et chercheurs face aux sources, un renouveau du rapport à la matérialité des savoirs par Anne Monjaret et Mélanie Roustan

Partie I. S’orienter parmi les sources

  • Chapitre I. Du dépouillement au dévoilement. L’historien et les archives numérisées par Philippe Artières
  • Chapitre II. Renseigner, orienter le chercheur. Expériences de service public par Julien Brault
  • Chapitre III. Le patrimoine numérisé. Nouveaux usages, nouveaux usagers ? Réflexions méthodologiques autour de Gallica par Philippe Chevallier
  • Chapitre IV. Bibliothèques numériques et recherche sur le Web par Fabrice Papy

Partie II. Construire l’offre

  • Chapitre V. Environnement numérique et accès aux originaux. Évolution de l’offre et des usages du patrimoine cartographique à la BnF par Jean-Yves Sarazin
  • Chapitre VI. Le redéploiement des Archives nationales. De l’usage institutionnel d’une transformation matérielle et immatérielle des fonds par Anne Monjaret
  • Chapitre VII. La documentation numérique des collections ou l’éthique du « hacker » appliquée à l’institution par Jean-Baptiste Clais
  • Chapitre VIII. Les enjeux de la reconstitution en ligne de corpus disséminés. L’exemple des manuscrits koutchéens par Isabelle le Masne de Chermont
  • Chapitre IX. De la politique d’accès à la coopération scientifique. Chercheurs et collections patrimoniales à la Cinémathèque française par Joël Daire

Partie III. Penser la recherche

  • Chapitre X. Ordonnancements et histoire des idées. Anciens catalogues et classifications « anciennes » à la BnF par Raymond-Josué Seckel
  • Chapitre XI. Le poids des classements et catégories antérieures sur la recherche en numismatique. Des impériales grecques aux provinciales romaines par Michel Amandry
  • Chapitre XII. La matière de l’histoire, du texte à l’objet par Etienne Anheim
  • Chapitre XIII. La vague numérique et le ressac du réel. Du rapport aux sources des chercheurs en sciences humaines et sociales, à partir d’une enquête dans les collections patrimoniales de la BnF par Mélanie Roustan

Conclusion. Sources matérielles et ressources numériques. Deux défis en un par Denis Bruckmann

Introduction

L’introduction est disponible sur le site de l’éditeur : http://www.enssib.fr/sites/www/files/documents/presses-enssib/extrait/00_b_sources-materielles_introduction_vf_v1.pdf

 Les auteurs

  • Amandry Michel

    Après des études de lettres classiques à l’Université de Strasbourg, Michel Amandry entre au Cabinet des médailles de la Bibliothèque nationale de France en 1978. Il en a été le directeur de 1991 à 2013. Parallèlement, il enseigne la numismatique à l’Ecole du Louvre, soutient son habilitation à diriger des recherches devant l’université Sorbonne IV en 1994, avant de devenir directeur d’études cumulant à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes IVe section en 2006. Il a présidé la Commission Internationale de Numismatique de 2003 à 2009. Il est actuellement le président de la Société Française de Numismatique.

  • Anheim Étienne

    Ancien élève de l’ENS Fontenay/Saint-Cloud et de l’Ecole française de Rome, Étienne Anheim est maître de conférences habilité à diriger des recherches à l’université de Versailles/Saint-Quentin-en-Yvelines. Ses travaux portent principalement sur l’histoire sociale et culturelle de la fin du Moyen Âge, et sur l’épistémologie de l’histoire et l’historiographie. Il a publié récemment Clément VI au travail. Lire, écrire, prêcher au XIVe siècle (Publications de la Sorbonne, 2014). Il est vice-président de la Fondation des sciences du patrimoine et dirige la rédaction de la revue Annales. Histoire, Sciences Sociales.

  • Artières Philippe

    Philippe Artières est Historien, chargé de recherches au CNRS, spécialiste des écrits personnels de déviants et de malades, au 19e et 20e siècles. – Président du Centre Foucault, chercheur associé à l’IMEC (en 2004)

  • Brault Julien

    Julien Brault est conservateur de bibliothèque. Il a rejoint l’équipe du Projet Richelieu à la Direction des collections de la BnF en 2007 en qualité de coordonnateur programmation ; il est responsable notamment de l’ensemble des dossiers relatifs à l’accueil des lecteurs et à la modernisation des services au public. Il est, depuis le 1er mars 2013, adjoint par intérim au chef du Projet Richelieu.

  • Bruckmann Denis

    Conservateur général, Denis Bruckmann a notamment travaillé à l’établissement public de la Bibliothèque de France et pour le réseau des médiathèques françaises à l’étranger, ainsi que dans de nombreux départements de la Bibliothèque nationale puis de la BnF (Estampes et photographie, Audiovisuel, Littérature et art…) avant de devenir directeur des collections.

  • Chevallier Philippe

    Philosophe de formation, Philippe Chevallier a enseigné en école d’ingénieur puis travaillé plusieurs années dans la presse écrite. A rejoint la Bibliothèque nationale de France en 2008, où il est aujourd’hui responsable des études à la délégation à la Stratégie et à la recherche.

  • Clais Jean-Baptiste

    Jean-Baptiste Clais est conservateur du patrimoine et docteur en ethnologie. Il travaille à la Direction de la Recherche et des Collections du musée du Louvre. Il a exercé auparavant au musée des arts asiatiques Guimet sur l’art chinois et les cultures transmédia japonaises contemporaines (manga – anime – jeux vidéo) et au département des arts de l’Islam du Louvre sur les collections d’Inde moghole et d’armes islamiques. Il poursuit aujourd’hui des recherches sur l’innovation au service de la conservation du patrimoine et sur les arts décoratifs de l’empire moghol.

  • Daire Joël

    Joël Daire est directeur du patrimoine de La Cinémathèque française depuis 2007. Il a conçu l’exposition « Jean Cocteau & le cinématographe » présentée au Musée  de la Cinémathèque en 2013. En 2014, il a assuré la coordination de l’hommage à Jean Epstein auquel il a consacré une biographie (La Tour verte éditeur) et dont il assure, avec Nicole Brenez et Cyril Neyrat, l’édition des écrits complets. En 2015, en collaboration avec Lauren Benoit (Université Paris-Diderot), il a réalisé l’exposition « Dossier Scriptes » présentée au Musée de la Cinémathèque française et participé à l’édition DVD des films de Louis Delluc par Les Documents cinématographiques.

  • le Masne de Chermont Isabelle

    Ancienne élève de l’École des Chartes, archiviste paléographe, Isabelle Le Masne de Chermont avant de travailler à la Bibliothèque Nationale de France, a été conservatrice en chef chargée du service des bibliothèques, des archives et de la documentation générale à la direction des Musées de France. En 2012, elle a pris la suite de Thierry Delcourt comme directeur du département des Manuscrits de la BnF.

  • Monjaret Anne

    Anne Monjaret est ethnologue, sociologue, est directrice de recherche – CNRS, rattachée à l’IIAC/Équipe LAHIC (CNRS–EHESS). Elle est Présidente de la Société d’ethnologie française (SEF). Elle a été rédactrice en chef de la revue Ethnologie française. Elle s’intéresse notamment aux lieux de travail et à leur fermeture comme leur redéploiement, aux mémoires et patrimoines professionnels et urbains. Outre de nombreux articles sur ces thèmes, elle a publié MAAO. Mémoires avec Jacqueline Eidelman et Mélanie Roustan (2002, Marval) et dirigé le numéro « Fermetures : crises et reprises » de la revue Ethnologie française (2005).

  • Papy Fabrice

    Depuis 2010, Fabrice Papy est professeur des Universités  (Sciences de l’Information et de la Communication) – Université de Lorraine. 1998-2010 : Maître de conférences (Sciences de l’Information et de la Communication) : Université Paris 8 – Vincennes à Saint-Denis

  • Roustan Mélanie

    Mélanie Roustan est anthropologue, maître de conférences au Muséum national d’Histoire naturelle. Membre de l’UMR208 Paloc, elle enseigne au sein du master de muséologie du Muséum. Ses recherches portent sur la culture matérielle et les lieux de patrimoine. Elle s’attache à une anthropologie du musée à partir de différents points de vue, de ceux qui les conçoivent à ceux qui les visitent. Ses terrains d’enquête explorent les liens entre musée et anthropologie, de l’héritage colonial aux revendications autochtones, des objets d’arts premiers aux collections vivantes des jardins zoologiques.

  • Seckel Raymond-Josué

    Raymond-Josué Seckel est conservateur, directeur du département de la Recherche bibliographique à la BnF.

Caractéristiques

  • Support : broché
  • ISBN : 979-10-91281-84-3
  • Pages : 200
  • Prix : 23,00 €
 Support : numérique
  • Format(s) : pdf
  • ISBN PDF : 979-10-91281-85-0
  • Pages : 200
  • Prix : 13,80 €

Acheter l’ouvrage

Conditions de vente

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Les manuscrits astrologiques latins conservés à la Bibliothèque nationale de France

978-2-271-08264-0En février dernier, David Juste, directeur de recherche du projet Ptolemaeus Arabus et Latinus à la Bayerische Akademie der Wissenschaften de Munich a publié chez CNRS éditions, le catalogue des manuscrits astrologiques latins conservés à la Bibliothèque nationale de France.

Ce second volume du Catalogus Codicum Astrologorum Latinorum (CCAL) décrit 350 manuscrits de la Bibliothèque nationale de France datant du IXe au XVIIIe siècle. Ces manuscrits constituent, tant par la quantité que par la variété, l’un des plus importants fonds en matière d’astrologie latine au monde. Toutes les époques et catégories de textes y sont représentées, ainsi que tous les classiques de l’astrologie latine antérieurs à 1500, aussi bien les originaux que les traductions du grec, de l’arabe et de l’hébreu. Ils témoignent de l’extraordinaire richesse de l’ancienne bibliothèque des rois de France et des grandes bibliothèques parisiennes confisquées pendant la Révolution, notamment celles de Saint-Germain-des-Prés, de Saint-Victor et de la Sorbonne.

Le plus magnifique des manuscrits de luxe richement illustrés est peut-être le lat. 7321A, confectionné pour Louis de Bruges dans la deuxième moitié du XVe siècle. Quatre manuscrits ont conservé le Liber astrologiae de Georgius Zothorus Zaparus Fendulus, chef-d’oeuvre d’illustrations essentiellement constitué d’images des signes du zodiaque, des décans, des constellations et des planètes.

Les notices sont établies selon les normes fixées dans le premier volume (2011), qui décrivait 287 manuscrits de la Bayerische Staatsbibliothek de Munich. L’ouvrage est complété par trois index : auteurs et oeuvres, incipits, noms de lieux.

Références :

Collection : Documents, études et répertoires
ISBN : 978-2-271-08264-0
Format : 21.0 x 27.0 cm
Pagination : 338 p.-12 p. de pl.
Prix : 65 euros


Image de Une : Georgius Zothorus Zaparus Fendulus, Liber astrologiae. Disponible en ligne, url : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b55009308h>.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Un nouveau parcours guidé pour les Archives de l’internet

festivals bannière

Un nouveau parcours consacré à La ronde des festivals sur le web vient d’être mis en ligne sur les postes des salles de recherche.

L’été est la saison des festivals, dont les thèmes de plus en plus variés attirent un public croissant, à la recherche de formes inédites d’échanges. Depuis la fin des années 90, les archives de l’internet accumulent des instantanés historiques sur cette effervescence. Elles contiennent des pages sur la plupart des festivals français et donnent à voir des concerts de rock, des spectacles de marionnettes, des scènes de théâtre ou encore des lectures de poésie … La diversité et l’insolite sont mis en valeur dans ce parcours qui définit le festival de façon extensive, comme un lieu de rencontres où sont célébrés le lien social et la participation du public sur place ou à distance. Le numérique offre aussi de nouveaux modes d’expression : des bandes annonces de films sont publiées en ligne tandis que l’art numérique se joue directement sur le web ; il est même des festivals qui n’existent que sur la toile.

Dans une approche chronologique, le parcours présente d’abord le point de vue des organisateurs. Les éditos des sites web montrent bien souvent leurs intentions et les enjeux : découvrir de nouveaux talents, défendre une cause, offrir des lieux de rencontres sont autant de raisons pour lancer une manifestation et attirer des publics. Il est aussi nécessaire de penser au financement, à la programmation, au choix des artistes et à la logistique. Autant de préparatifs qui restaient confidentiels avant l’apparition du web mais qui, désormais, sont mis au grand jour. La question du financement devient un sujet ouvert aux internautes, qui peuvent apporter une contribution directe en ligne à côté des subventions publiques. De façon plus pragmatique, les internautes peuvent facilement réserver leur billet en ligne ou trouver une place en covoiturage. Tout cela n’était pas envisageable avant l’apparition du web et transforme la vie quotidienne.

Les réactions des publics et la mémoire des événements ont également leur place en ligne. En contribuant à la démocratisation de la culture, les festivals suscitent débats et polémiques. Les forums, les blogs, les réseaux sociaux sont autant de formes éditoriales propres au web qui facilitent l’expression citoyenne à côté de celle de la presse. Les internautes peuvent voter en ligne pour faire pencher le choix des jurys vers telle ou telle œuvre. Enfin, nombreux sont les sites web qui archivent les programmes et les descriptifs des œuvres, pour permettre à un public plus vaste que celui qui a assisté aux festivals de partager ce plaisir artistique. Le web favorise ainsi une plus grande circulation des créations et une meilleure connaissance des artistes et contribue  à la démocratisation de la culture.

Treize parcours pour vous guider

Ce parcours guidé est le treizième mis en ligne. Les précédents portaient sur des sujets aussi divers que le web militant, les images amateurs, les journaux personnels, les carnets de voyage, la vulgarisation scientifique ou l’internet électoral, par exemple.

Tous ces parcours guidés des archives de l’internet sont des sélections parmi les très nombreux sites collectés par la BnF. Ils proposent, pour chacun des sites retenus, une centaine par parcours,  une description, une illustration et un lien direct vers une page intéressante dans les archives, à partir de laquelle il est possible de rebondir, dans le temps ou dans l’espace de la toile.

Ils ne prétendent pas à l’exhaustivité, mais ont pour but de faire découvrir la richesse et la variété des archives. Ils ont vocation à la fois à guider les recherches dans la masse considérable de données que proposent les archives et à montrer pour chacun des domaines commentés en quoi le web change la donne et la nature des sources de recherche.

Les Archives de l’internet ont 20 ans

Les Archives de l’internet fêtent cet année un double anniversaire : les 10 ans de la loi attribuant à la BnF, en partenariat avec l’INA, la responsabilité du dépôt légal du web et les 20 ans des archives proposées. La BnF conserve en effet des archives du web qui s’étendent de 1996 à aujourd’hui, soit plus de 668 To de données et 26 milliards de fichiers.

Pour tenter de remplir au mieux sa mission de collecte des sites web, le dispositif choisi par la BnF évolue sans cesse pour tenter de suivre les évolutions très rapides du web, et repose sur une solution mixte qui mêle deux modes d’entrée : des collectes dites larges les plus automatisées possibles et des collectes ciblées beaucoup plus fines mais limitées en taille. Les collectes larges sont réalisées une fois par an à partir de la liste de tous les sites en .fr fournie par l’AFNIC et des listes de quelques autres hébergeurs, ce qui a donné environ 4,5 millions de sites lors de la dernière collecte à l’automne 2015. Ce mode de capture entièrement automatisé est la meilleure façon de collecter le tissu du web, c’est-à-dire les pages mais aussi les liens entre elles. Mais il a aussi des défauts : la profondeur de la capture est souvent insuffisante, les sites personnels et les blogs ne sont souvent pas collectés.

C’est la raison pour laquelle a été ajouté un deuxième mode d’entrée, les collectes ciblées, qui ont pour but de repérer plus précisément les sites qui pourraient échapper à la collecte large. Ce sont des collectes beaucoup plus limitées en nombre mais qui permettent de constituer des archives plus complètes, plus profondes et plus fréquentes. Elles sont lancées à partir de listes de sites repérés par des bibliothécaires spécialistes de chaque discipline, ainsi que des universitaires ou des partenaires extérieurs. À ce jour près de 39 000 sites sont ainsi archivés via les collectes ciblées, parmi lesquels de très nombreux blogs et sites personnels.

Des accès de plus en plus nombreux

Afin de protéger les auteurs et producteurs de sites et d’éviter tout risque d’utilisation non souhaitée, les Archives de l’internet ne sont pas mises en ligne, leur consultation ne peut s’effectuer qu’après accréditation dans les salles de Recherche de la BnF, à Tolbiac mais aussi à Richelieu et tous les autres sites de la BnF.

Mais vingt-six pôles associés, dans toutes les régions de France et d’outre-mer, ont également vocation désormais à les proposer dans leurs collections. La carte de ces accès distants s’étoffe au fil des mois et compte déjà onze bibliothèques ou établissements partenaires.

Les Archives de l’internet sont encore peu consultées par les chercheurs, alors même qu’elle pourraient devenir des sources principales ou complémentaires très appréciables dans des disciplines très variées.

Au-delà des parcours guidés, de nouveaux outils permettant un mode d’accès plus précis à ces sources devraient être mis en place à partir de la rentrée pour faciliter l’exploration et l’exploitation par la recherche de ce patrimoine d’un genre nouveau.

Christine Genin

Littérature française contemporaine, dépôt légal du web et valorisation en ligne au Département Littérature et art, Bibliothèque nationale de France

More Posts

Publication d’une concordance de cotes entre la BnF et les Archives nationales

Solène de la Forest d’Armaillé, doctorante1 qui a conduit le programme de recherche « Développement d’outils d’analyse, de documentation et de conservations des chartes scellées du département des Manuscrits » du plan triennal de recherche 2013-2015 de la BnF, publie la concordance des cotes entre les moulages conservés aux Archives nationales et les sceaux originaux desquels ils sont tirés, à la BnF, dans la collection « Lorraine » uniquement.

Le document est librement offert à la consultation des chercheurs dans le carnet de recherche du programme Trésors de cire. Sceaux et actes scellés de la Bibliothèque nationale de France à la page : Concordance des cotes de Lorraine (BnF)/Curzon (Archives nationales). Disponible en ligne : <https://sceau.hypotheses.org/concordance-des-cotes-de-lorraine-bnfcurzon-archives-nationales>.

La page reprend la concordance des cotes entre les moulages conservés aux Archives nationales et les sceaux originaux conservés dans la collection « Lorraine »2, elle même intégrée à l’ensemble « Provinces françaises » du département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale de France. Un tiers environ des moulages a été pris sur la collection de Lorraine de la BnF, cotes L1122-1213 .

Le fichier de base ayant servi à l’établissement du document, sans concordance à la pièce, est issu du Catalogue de la collection de moulages de sceaux dite « Collection Lorraine » établi par Henri de Curzon (1861-1942) et repris informatiquement en 2003 par Martine Lepany des Archives nationales. Ce catalogue décrit les moulages de sceaux recueillis dans divers fonds de manuscrits de la Bibliothèque nationale et, en particulier, dans la collection Lorraine (SC/L 1 à 1595).

Pour compléter cette importante ressource de nature à faciliter les recherche dans les collections sigillographiques de la BnF, Solène de la Forest d’Armaillé oeuvre à la transcription des différents tomes de l’Inventaire des sceaux de la collection des pièces originales du Cabinet des titres à la Bibliothèque nationale de Joseph Roman (1840-1924). Pour mémoire seul le premier volume est paru en 1909, (V-943p.), les volumes II (notices Nade à Ruault) et le volume III (Ruault à Zoboly) étant restés inédits et manuscrits.


Image de Une : ACTES DES ROIS DE FRANCE ou relatifs à leurs règnes (1195-1559). I. 51 Lettres des représentants du roi de France, Gilles, archevêque de Narbonne, Pierre, évêque d’Auxerre, Louis, comte d’Évreux, Robert, duc de Bourgogne, Amé, comte de Savoie, Jean, comte de Dreux, agréant les propositions, faites par les représentants des Flamands. 29 février 1304. Avec six sceaux.

  1. Croire dans les actes royaux français. Sémio-technologie et diplomatique des signes de validation modernes (1461-1610). Description disponible en ligne, url : <http://www.theses.fr/s92361> []
  2. Collection de Lorraine. Description []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Presse locale ancienne

La Bibliographie de la presse française politique et d’information générale, connue sous l’acronyme de « BIPFPIG », recense, département par département, les journaux français publiés de 1865 à 1944 initialement et des origines à 1944 pour les volumes publiés depuis 1980.

Après plusieurs années d’enrichissement des données du catalogue de la Bibliothèque nationale de France et de développement d’une base de consultation dédiée, cette importante ressource est désormais accessible en ligne sous le titre Presse locale ancienne, à l’adresse : http://presselocaleancienne.bnf.fr/

Le site donne accès à près de 1 400 journaux, pour un total de plus de 29 000 références. La recherche peut s’effectuer via une carte de France, par la liste des journaux publiés dans les différents arrondissements, les départements ou les régions de son choix. Dès lors qu’une version numérisée d’un journal est disponible, un lien est proposé var Gallica ou d’autres bibliothèques numériques.

Notons que la Bibliographie de la presse française politique et d’information générale dépasse le cadre des collections de la BnF : véritable catalogue collectif, elle recense de la façon la plus exhaustive possible tous les titres de presse politique et d’information générale des départements dussent-ils n’être conservés que dans des bibliothèques municipales et spécialisées, archives départementales et municipales, etc. C’est là que réside l’utilité de l’outil : signaler les lieux de conservation des collections de presse à l’échelle nationale.

Image en une : « Au petit déjeuner », huile sur toile de Laurits Andersen Ring (1898) (photo : Nationalmuseum, Suède)

Citer ce billet : Olivier Jacquot. “Presse locale ancienne”. Dans Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France [En ligne]. https://bnf.hypotheses.org/87 (consulté le 20 avril 2016).

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

BnF’s blog

The Bibliothèque nationale de France collects, preserves and makes known the national documentary heritage.
The BnF’s historic mission aims to lead research programs in relation to the heritage of which it is responsible. This mission, reaffirmed in the BnF creation decree of 3 January 1994 is an important vector of its influence.
The research focuses on the collections of the Library but it often takes a national or international dimension, which relies on a network of public and private partners.
The BnF’s blog intends to report this activity by presenting research activities and thier results, scientific events and publications.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Carnet de la BnF

La Bibliothèque nationale de France a pour mission historique de conduire des programmes de recherche en relation avec le patrimoine dont elle a la charge ce qui recouvre une grande variété de supports d’information et d’objets du patrimoine (patrimoine écrit, audiovisuel et numérique, collections musicales, patrimoine graphique et iconographique, collection de monnaies et médailles, documents électroniques…).

Depuis 1978, une convention cadre, régulièrement renouvelée, lie la BnF au CNRS. Elle prévoit les modalités de leur coopération scientifique, particulièrement dans les domaines des sciences humaines et sociales et des sciences et technologies de l’information et de la communication. Cet accord a vocation à enrichir les modalités de collaboration, fixer des objectifs et axes de recherche ambitieux et décliner précisément les différents types de partenariats conjoints.

La BnF, en tant que membre de cinq Labex et trois Equipex, est un acteur du paysage de la recherche.

Pour rendre compte de son activité scientifique, la BnF a donc décidé d’ouvrir un carnet de recherche, de sorte à favoriser le dialogue entre des acteurs et publics issus de plusieurs communautés et plusieurs disciplines : sciences humaines et sociales, sciences physiques et sciences chimiques (notamment sciences de la conservation), sciences et techniques de l’information et de la communication.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Parution du tome 26 des Trésors monétaires

Publié avec le soutien de la Direction régionale des affaires culturelles d’Ile-de-France – Ministère de la Culture et de la Communication, le tome XXVI de la série « Trésors monétaires » est paru. Il analyse 10 trésors de la moitié nord de la France enfouis sous le Haut Empire romain (Ier – IIIe siècle après J.-C.).TM26

Plusieurs auteurs ont été mobilisés pour cette parution :

– Le trésor de sesterces de Saint-Sauveur (Somme) par Ludovic Trommenschlager et Pierre-Yves Groch
– Un trésor de bronzes romains du Haut-Empire provenant du village de Bray (Eure) par Mehdi Meguelati
– Le trésor de Courcelles-sur-Nied (Moselle), 132 deniers et 59 antoniniens, 253 AD par Dominique Hollard, Lonny Bourada, Jean-Denis Laffite et Jean-Jacques Bigot
– Les trésors de sesterces de Famars #3 (Nord) et de Lahoussoye (Somme) (terminus décennie 250) par Fabien Pilon
– Les trésors nordistes de Carvin et d’Élincourt. Recherches autour de deux ensembles d’antoniniens de Gordien III à Postume par Daniel Gricourt
– Les trésors d’antoniniens de Forges-les-Bains #2 (Essonne) et de Lieusaint #1 (Seine-et-Marne) (terminus 269 après J.-C.) : émissions monétaires et thésaurisation sous Victorin par Fabien Pilon.

Rappelons que le programme « Trésors monétaires » fait partie du « plan triennal de la recherche » de la BnF (désormais quadriennal), dispositif permettant de mettre en oeuvre des programmes de recherche financés sur les fonds propres de l’établissement.

Citer ce billet : Olivier Jacquot. “Parution du tome 26 des Trésors monétaires”. Dans Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France [En ligne]. https://bnf.hypotheses.org/65 (consulté le 4 février 2016).

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Roman provincial coinage. Volume III, Nerva, Trajan and Hadrian (AD 96-138)

Fruit d’une collaboration entre le British Museum et le département des Monnaies, médailles et antiques de la Bibliothèque nationale de France, un nouveau volume du Roman provincial coinage (RPC) est paru.

RPC IIICe volume présente pour la première fois un inventaire des pièces de monnaie frappées dans les provinces romaines pendant la période du règne de Nerva, en l’an 96, à la mort d’Hadrien, en l’an 138 et comprend les trois règnes de Nerva (96-98 après J.-C.), Trajan (98-117 après J.-C.) et Hadrien (117-138 après J.-C.). L’ouvrage offre la vue la plus complète du sujet, à même de répondre aux attentes des numismates mais aussi de fournir une référence essentielle pour les historiens, les archéologues et les autres amateurs de l’Empire romain. Les essais introductifs sont suivis par les catalogues qui se veulent exhaustifs, complétés d’index. Le tableau des émissions recense près de 300 villes situées dans la partie orientale de l’Empire romain, de Appollonia en Albanie à Trébizonde en Turquie et de Tomi en Roumanie à Alexandrie en Egypte (les monnaies sont classées par ville puis par Empereur). Le catalogue comprend les monnayages des villes de la province romaine d’Asie et la monnaie complexe d’Alexandrie en Egypte.

Comprenant 2 volumes (Part I, Catalogue : XVII- 971 p. ; Part II, general introduction, indexes and plates : 340 p. de pl.), la somme compte 6 570 entrées pour plus de 50 000 monnaies référencées issues des principales collections mondiales (les « core collections« ), y compris celles du British Museum et de la Bibliothèque nationale de France.

La publication de ce volume a justifié la parution, en ligne, d’un supplément pour les volumes déjà parus, Consolidated Supplement I-III (1992-2015), par Pere Pau Ripollès.
Signalons que l’ensemble est consultable en ligne dans la base de données Roman Provincial Coinage Online. Pour les données de ce volume 3, l’internaute consultera le lien suivant : http://rpc.ashmus.ox.ac.uk/search/advanced/?v=3&search=Search

Citer ce billet : Olivier Jacquot. “Roman provincial coinage. Volume III, Nerva, Trajan and Hadrian (AD 96-138)”. Dans Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France [En ligne]. https://bnf.hypotheses.org/68 (consulté le 15 octobre 2015).

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts