Archives de catégorie : Publications

Parution « La Police des métiers du livre à Paris, au siècle des Lumières »

La Police des métiers du livre à Paris, au siècle des Lumières
Historique des libraires et imprimeurs de Paris existans en 1752 de l’inspecteur Joseph d’Hémery
Édition critique

Le policier à l’origine du document présenté ici, l’inspecteur Joseph d’Hémery (1722-1806), en charge notamment des affaires de librairie à Paris de 1748 à 1773, semble à première vue tout droit sorti d’un roman policier historique. Digne d’une fiction romanesque, ce personnage n’en a pas moins mené une existence et une carrière bien réelles au sein de la police parisienne.

D’Hémery, homme d’action et d’information amené à se spécialiser dans la surveillance de la librairie et des gens de lettres, est sans doute l’un des protagonistes-clés de ce moment historique où la police de la capitale forge les outils qui vont lui permettre tout à la fois d’autonomiser ses pratiques et de se rendre indispensable au pouvoir central par ses facultés d’anticipation et de discrétion. L’Historique des libraires est un fichier issu de la très riche collection Anisson-Dupéron, conservée au département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale de France.

Rarement prolixe mais souvent savoureux et éclairant, il constitue un témoignage irremplaçable sur le regard qu’a pu porter un responsable policier bien informé sur une corporation de médiateurs culturels essentiels à la fabrication de l’opinion publique – et de ce fait particulièrement sous contrôle –, celle des libraires et imprimeurs de Paris au milieu du siècle des Lumières. Derrière chaque mot, chaque phrase, du fichier de d’Hémery, même la plus anodine, on discernera une délicate appréciation du rapport implicite des forces qui, selon les cas, pourra motiver ou au contraire retenir le moment venu la suspicion et l’action de la machine policière.

Le corpus original (261 notices d’imprimeurs/libraires parisiens, 11 de provinciaux et 1 d’étranger), a été mis au jour, éclairé de notes et complété par Jean-Dominique Mellot, historien, conservateur général à la Bibliothèque nationale de France, Marie-Claude Felton, historienne, chercheur à l’université McGill à Montréal (Québec, Canada), et Élisabeth Quéval, bibliothécaire honoraire à la BnF, avec la collaboration de Nathalie Aguirre, conservateur à la BnF. Il est accompagné d’une préface de Robert Darnton, éminent spécialiste des Lumières européennes et de l’histoire du livre sous l’Ancien Régime.

Informations pratiques

Broché, 560 p., 16,5 x 24 cm
Date de parution : 4 mai 2017
ISBN/EAN : 978-2-7177-2736-4 / 9782717727364
Editeur : BnF Éditions
Distributeur : BnF Éditions

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Les collections Rothschild dans les institutions publiques françaises

Développé par l’INHA en partenariat avec le musée du Louvre, la Bibliothèque nationale de France et le Service des musées de France, le programme « Les collections Rothschild dans les institutions publiques françaises » arrive au terme de son activité de recherche et de recensement pour aboutir à la phase de publication de ses résultats qui prend plusieurs formes.

Conduit par Pauline Prevost-Marcilhacy pendant plusieurs années et placé sous la responsabilité de Chantal Georgel, conseillère scientifique à l’INHA, le programme a consisté en une étude globale et approfondie visant à recenser et valoriser l’ensemble des donations faites par les membres de la famille Rothschild aux institutions françaises. Outre le répertoire de toutes les donations de la famille Rothschild entrées dans les institutions publiques françaises de 1873 à nos jours, le programme avait pour but de permettre l’accès à l’ensemble de ces dons grâce à un portail, dont la réalisation a été confiée à l’INHA. Signalons l’engagement et l’action de la famille Rothschild qui, par l’entremise de M. Eric de Rothschild, a contribué financièrement au projet.

S’agissant de la BnF, le corpus des collections issues de la famille Rothschild s’élève à plus de 25 750 documents de toute nature signalés dans les différents catalogues : livres, dessins, gravures, autographes, manuscrits, médailles, auxquels s’ajoutait un quart de collection non signalées, concernant surtout des objets (monnaies provenant de deux legs, ceux d’Adèle de Rothschild (1843-1922), veuve Salomon de Rothschild en 1922 et d’Adélaïde de Rothschild (1853-1935), veuve Edmond de Rothschild en 1934, ainsi que 1722 fers à dorer).

Ainsi, au terme de plusieurs années de recensement, de dépouillements de collections et d’inventaires,  le 24 novembre dernier s’est tenue une rencontre réunissant de nombreux chercheurs impliqués dans le programme.

Dans le même temps paraissait une volumineuse somme en trois importants volumes coédités par le musée du Louvre, la BnF et les éditions d’art Somogy, identifiant environ cent vingt mille oeuvres d’art (oui, 120 000 !) données à plus de deux cents institutions par la famille Rothschild. Cet ouvrage propose ainsi une vision synthétique et inédite des collections rassemblées par les différentes générations de la famille, tout en remettant en perspective chaque don dans un ensemble.

Ces trois volumes consacrés à ce mécénat artistique hors du commun témoignent de la diversité et de la pluralité des goûts et des choix des différents collectionneurs et en offrent un panorama chronologique.

Le sommaire des trois volumes est consultable sur le site internet des éditions Somogy, à l’adresse : http://www.somogy.fr/livre/les-rothschild?ean=9782757202128

rothschild

Pour compléter cette publication imprimée et l’ouvrir au numérique,  un portail Rothschild a été lancé à l’adresse : http://collections.rothschild.inha.fr

portail-rothschildLe site permet d’accéder à plusieurs ressources :

Outre les collections des trois principaux partenaires du projet, la base répertorie également environ 6 000 notices d’œuvres de la Villa Ephrussi de Rothschild de Saint-Jean-Cap-Ferrat et quelque 500 notices se référant à la salle des curiosités de la Fondation Nationale des Arts Graphiques et Plastiques (FNAGP, ancienne Fondation Salomon de Rothschild), 11 rue Berryer dans le 8e arrondissement.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Publication : « Pascal, le cœur et la raison »

pascal_web
Pascal, le cœur et la raison : couverture

Publié à l’occasion de l’exposition « Pascal, le cœur et la raison », présentée par la Bibliothèque nationale de France sur le site François-Mitterrand, Galerie 1, du 8 novembre 2016 au 29 janvier 2017, l’ouvrage au titre éponyme a été dirigé par Jean-Marc Chatelain, directeur de la Réserve des livres rares de la BnF, avec les contributions érudites de Dominique Descotes, Rémi Mathis, Philippe Sellier et Laurent Susini.

Mathématicien, physicien, inventeur, philosophe, moraliste, théologien… : la Bibliothèque nationale de France conserve la plus riche collection des œuvres manuscrites et imprimées de Blaise Pascal, ce penseur hors norme, toujours actuel, et qui échappe à toute tentative de portrait exhaustif. Et c’est à l’occasion d’une exposition d’envergure qui lui est dédiée qu’elle fait paraître cet ouvrage, inspiré des trois ordres pascaliens : ordre des corps, régi par les déterminations de la nature et de la coutume ; ordre de l’esprit, placé sous la juridiction de la raison ; enfin ordre du cœur, qui obéit à la loi de l’amour. Son propos suit un cheminement qui nous fait découvrir le contexte historique (le « corps » de l’histoire) de l’œuvre, puis les deux versants du travail de la raison (l’esprit), jusqu’au moment où cette dernière est confrontée aux questions qui la déconcertent : le vide, le hasard, l’infini ou… la grâce (l’ordre du cœur). L’ensemble fait ainsi (re)surgir les recherches et les écrits, lapidaires, d’une figure majeure de la révolution scientifique du XVIIe siècle, la réflexion sur la logique et l’argumentation d’un maître du discours, dont témoignent les Provinciales, pour enfin aboutir à ce dépassement, accompli par les Pensées : une œuvre majeure, au style d’une étonnante modernité – tout comme l’est la réflexion de son auteur –, mais demeurée inachevée et qui comme tout « portrait » selon Pascal « porte absence et présence ». Le volume abonde en commentaires éclairants sur le parcours intellectuel de cette figure éminente de la pensée et de la culture de notre pays, il donne aussi à voir des documents aussi précieux qu’évocateurs, tel ce feuillet autographe des Pensées où se déchiffre « l’homme [qui] passe infiniment l’homme », ou bien encore l’exemplaire de leur édition originale dans son état le plus ancien connu.

Liste des contributeurs

Outre 190 notices d’oeuvres, l’ouvrage comprend les contributions suivantes :

  • Introduction : Jean-Marc Chatelain
  • Les mondes de Pascal : Rémi Mathis
  • Pascal géomètre : Dominique Descotes
  • Pascal écrivain : Laurent Susini
  • L’introuvable livre des Pensées : du manuscrit autographe aux éditions de Port-Royal : Jean-Marc Chatelain
  • Pascal, prophète existentialiste : Philippe Sellier

Informations pratiques

Description : broché, 192 p., 50 illustrations, 16,5 x 22 cm
Date de parution : 3 novembre 2016
ISBN/EAN : 978-2-7177-2721-0 / 9782717727210
Editeurs : BnF Éditions
Distributeur : Seuil-Volumen
Prix : 39 euros

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Publication : Richelieu : quatre siècles d’histoire architecturale au coeur de Paris

De 2010 à 2012, la Bibliothèque nationale de France a mené un programme d’étude du fonds de dossiers d’archives et de plans des architectes successivement attachés à la Bibliothèque nationale aux XIXe et XXe siècles.

Cet ensemble est composé des dossiers des travaux d’entretien comme des campagnes de grands travaux lancées par les architectes Visconti, Labrouste, Pascal, Recoura, Roux-Spitz et Chatelin. Plusieurs milliers de documents graphiques non inventoriés complétaient les écrits.

Grâce à tout ce travail préliminaire mené sur les sources, la BnF et l’INHA font paraître une somme retraçant l’histoire des constructions et aménagements successifs des bâtiments du site Richelieu depuis le XVIIe siècle.

couverture_richelieu
Richelieu. Quatre siècles d’histoire architecturale au cœur de Paris, sous la direction d’Aurélien Conraux, Anne-Sophie Haquin et Christine Mengin, Paris : BnF Éditions : INHA, 2017.

L’histoire débute avec la construction de l’hôtel du duc de Chevry en 1635, racheté et développé par Mazarin qui souhaitait un palais pour ses collections ;

fragment_de_lambris_peint_btv1b54100104w
Fragment de lambris peint provenant de l’Hôtel Chevry-Tubeuf : putto tenant une guirlande, assis sur un socle dont la partie centrale est ornée d’une figure féminine assise

puis, l’installation progressive de la Bibliothèque royale dans les locaux laissés par la Compagnie des Indes en 1721 ; la transformation du site par Henri Labrouste et l’inauguration de la fameuse salle portant son nom en 1868 ; l’achèvement du site par Jean-Louis Pascal puis Alfred Recoura, et enfin la densification opérée par Michel Roux-Spitz, jusqu’au projet actuel de l’architecte Bruno Gaudin.

plans_densemble_du_quadrilatere_richelieu_btv1b530379914
Plans d’ensemble du Quadrilatère Richelieu (1854-1984). 1954 : relevés. Plan du sous-sol. Architecte responsable : Michel Roux-Spitz (1888-1957)

La parole est donnée aux responsables des trois institutions qui occupent le site (BnF, INHA et Ecole nationale des chartes) ainsi qu’aux architectes du projet de rénovation.

Alors que les 14 et 15 janvier 2017 le grand public est invité à visiter le nouveau site désormais désigné Richelieu, Bibliothèques, Musée, Galeries et fédérant les collections patrimoniales de la Bibliothèque nationale de France, de l’Institut national d’histoire de l’art et de l’École nationale des chartes1, l’ouvrage offre plus de 200 images permettant de retrouver l’esprit des lieux  : plans originaux, plans de reconstitution, axonométrie, schémas d’implantation, photographies, estampes. Elle proposent, en même temps qu’une chronique visuelle, de nouveaux outils de compréhension de cet ensemble architectural hors du commun.

Dirigé par Aurélien Conraux alors qu’il dirigeait la mission pour les archives de la BnF, Christine Mengin, conseillère scientifique pour l’histoire de l’architecture à l’Institut national d’histoire de l’art, et Anne-Sophie Haquin, décédée avant la parution de l’ouvrage et à laquelle nous rendons hommage, l’ouvrage fait intervenir des archivistes, des historiens de l’architecture, des conservateurs des bibliothèques, des administrateurs et des architectes, maîtres d’œuvre des travaux contemporains.

Sommaire

  • Préface : Eric de Chassey, Laurence Engel
  • Introduction : Aurélien Conraux, Christine Mengin
  • Formation et déformation d’un monument parisien : Alexandre Gady
  • Les décors du palais Mazarin : Bénédicte Gady, Barbara Brejon de Lavergnée
  • 1728. Un duel sans merci entre l’Architecte et le Bibliothécaire : Françoise Bléchet
  • La bibliothèque absolue d’Etienne-Louis Boullée : Jean-Philippe Garric
  • La Bibliothèque sous la Révolution française et le Conservatoire : Jean-François Foucaud
  • Henri Labrouste. Modernité et tradition dans le Paris haussmannien : Alice Thomine-Berrada
  • L’administrateur et l’architecte. Une cohabitation orageuse : Marie Galvez
  • L’isolement de la Bibliothèque : Bruno Blasselle
  • Louis-Emile Durandelle, photographe des travaux : Charlotte Leblanc
  • Jean-Louis Pascal et Alfred Recoura. Un duo de grands constructeurs : Anne Richard-Bazire
  • Jean-Louis Pascal, architecte et muséographe : Félicity Bodenstein
  • Michel Roux-Spitz. Une modernisation de l’intérieur : Simon Texier, Léa Muller
  • La « Nationale » dans l’objectif de Gisèle Freund : Dominique Versavel
  • Julien Cain et Michel Roux-Spitz, une estime réciproque : Martine Poulain
  • « Toute la mémoire du monde » d’Alain Resnais : Alain Carou
  • La Bibliothèque nationale en quête d’espace : Christine Mengin
  • Rénover Richelieu : Jacqueline Sanson
  • Jean-Christophe Ballot, l’oeil du chantier : Aurélien Conraux
  • Pour une nouvelle bibliothèque de l’Institut nationale d’histoire de l’art : Antoinette Le Normand-Romain
  • La bibliothèque de l’Ecole nationale des chartes en ses murs : Jean-Michel Leniaud
  • Ouvrir le Quadrilatère : entretien avec Bruno Gaudin et Virginie Brégal
  • Restaurer la salle Labrouste : entretien avec Jean-François Lagneau
  • Annexes (sources, bibliographie, chronologie, etc.)

Informations pratiques

298 pages, 200 illustrations, 24,5 × 28 cm
Date de parution : 19 janvier 2017
ISBN/EAN : 978-2-7177-2565-0 / 9782717725650, 978-2-917902-33-2
Editeurs :

  • BnF Éditions
  • INHA
  1. Programme du week-end Portes ouvertes du site Richelieu, http://www.bnf.fr/fr/evenements_et_culture/anx_expositions/a.170115_portes_ouvertes_richelieu.html []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Publication des schémas XML-TEI du projet Reliures (reliures.bnf.fr)

mois_de_marie_compose_le_pelle_btv1b55007376tLa Réserve des livres rares de la Bibliothèque nationale de France1 publie une nouvelle version des schémas de définition XML-TEI et personnalisations ODD qui encadrent le corpus Reliures BnF (reliures.bnf.fr). Ces documents sont disponibles sur le site : bibnum.bnf.fr/reliure

Pour mémoire, le projet d’encodage (reliures.bnf.fr/projet) a pour ambition de répondre aux enjeux très spécifiques de la description des reliures anciennes, modernes et même contemporaines, en s’attachant aussi bien à décrire les objets eux-mêmes (techniques, ornements), qu’à renseigner le contexte de leur création et écrire leur histoire en y incluant les données relatives aux ateliers, aux commanditaires et aux possesseurs.

L’objectif de cette mise à jour est de parachever le travail de documentation entamé en 2010 par Anna Markova et Florence Clavaud (dans le cadre d’un Master de l’École nationale des Chartes). Il s’agit donc ici de proposer une description entièrement revue, actualisée et cohérente des usages qui se sont établis au fil des ans et de l’évolution du corpus encodé. Les choix techniques et intellectuels qui ont été faits sont documentés par des définitions précises et un référentiel enrichi, illustrés d’exemples concrets.

La Bibliothèque nationale de France propose également à la communauté un manuel d’encodage afin qu’elle y trouve matière à réflexion dans le paysage actuel des humanités numériques ou matière à débat quant aux solutions proposées et retenues pour la description des reliures.

La publication est organisée de la manière suivante :

  1. Manuel d’encodage, avec une section recensant l’ensemble des balises utilisées (à l’image des Guidelines TEI) ;
  2. Personnalisation ODD et schémas liés, en quatre sections distinctes : notices reliures, notices personnes, notices collectivités et références bibliographiques ;
  3. Deux exemples de notices reliure en XML-TEI pour illustrer la minutie du travail d’encodage effectué dans le cadre du projet.

schemateiL’ensemble de cette documentation est téléchargeable et réutilisable sous réserve de mentionner la paternité de l’information et de citer explicitement le nom de la Bibliothèque nationale de France (Licence Ouverte).

La Bibliothèque nationale de France remercie l’Equipex Biblissima, dont la contribution a permis de mener à bien et à son terme cet important travail de mise à jour et de mise à disposition de la description du format lié au projet Reliures BnF.

La Bibliothèque nationale de France invite la communauté des digital humanists et des bibliothécaires souhaitant décrire des corpus de reliures à prendre connaissance de la publication sur bibnum.bnf.fr ainsi qu’à consulter les dernières mises à jour de la base reliures.bnf.fr

  1. Fabienne Le Bars, BnF, Direction des Collections, Réserve des livres rares, Responsable de la base Reliures et Lauranne Bertrand, BnF, DCO, Réserve des livres rares / Biblissima, Responsable développement de la base Reliures []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Parution : Kierkegaard en France : incidences et résonances

kierkegaard_couv_webDéployant une pensée singulière dont l’empreinte en France, tout aussi tardive que discrète, n’en a pas moins été décisive quand elle n’a pas été source de malentendus, l’œuvre de Søren Kierkegaard continue d’interroger si l’on en juge par les occurrences recensées dans les bases de données de dépouillement d’articles comme le Philosopher’s Index et les bibliographies telle l’International Philosophical Bibliography (IPB) ou le nombre de thèses en préparation1.

La Bibliothèque nationale de France contribue à ce mouvement en publiant des études basées sur les textes du colloque « Incidences et Résonances », organisé en 2013 avec la Société Søren Kierkegaard pour célébrer le bicentenaire de l’auteur, sous l’angle de sa réception francophone.

Philosophe et théologien, penseur du christianisme et lecteur critique de Hegel, le danois Søren Kierkegaard propose une saisie neuve de l’être chrétien, toute entière tendue vers un but : prendre la mesure de la relation de l’individu singulier avec l’Infini. Poète et dialectitien, le penseur use habilement à cet effet de tous les tons et de tous les genres littéraires, laisse la parole à ses différents pseudonymes qui expriment chacun une position singulière à l’égard de l’existence, de l’éthique, de la foi, de Dieu.

Les études rassemblées sous la direction de Florian Forestier, Jacques Message et Anna Svenbro, s’efforcent, au-delà de l’hommage du colloque de 2013, de retrouver l’originalité d’une œuvre qui fut toujours particulièrement soucieuse de sa réception, et qui repose sur certain rapport vivant qu’elle construit avec le lecteur. Ces diverses approches dégagent progressivement les traits d’un philosophe qui, plus tôt et mieux que quiconque, comprit les maux qu’annonçait son époque : déferlante des irrationalismes, impuissance de la médiation et lente dérive d’un monde sans ancrage. Or, plus d’un siècle et demi après sa mort, Kierkegaard est plus que jamais notre contemporain.

Informations pratiques

Description : broché, 224 pages, 15 x 23 cm
Date de parution : 10 novembre 2016
ISBN/EAN : 978-2-7177-2720-3 / 9782717727203
Editeurs : BnF Éditions
Distributeur : BnF

  1. 16 thèses en préparation à la date de consultation du moteur de recherche des thèses de doctorat françaises, le site theses.fr []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Parution de l’ouvrage « Jean Zay : invention, reconnaissance, postérité »

couvallorantrectoLes Presses universitaires François-Rabelais (PUFR) font paraître les actes du colloque tenu en 2014 à Orléans et à Paris sur l’apport de l’homme d’État Jean Zay, ministre novateur de l’Éducation nationale et des Beaux-Arts, à la culture de son temps.

Préfacé par Pascal Ory et publié sous la direction de Pierre Allorant (POLEN), Gabriel Bergounioux (LLL) et Pascal Cordereix (BnF), l’ouvrage retrace le parcours du fondateur de la Phonothèque nationale, du Musée des arts et traditions populaires, du CNRS, de l’ENA et du Festival de Cannes.

Résumé :

Jean Zay, ministre novateur de la Troisième République, a su inventer et mettre en œuvre une conception neuve de l’appropriation par la nation de son patrimoine et de ses réalisations artistiques, en respectant la liberté de création, à l’opposé des censures et de l’art officiel. L’originalité du parcours du fondateur de la Phonothèque nationale, du musée des Arts et Traditions populaires, du CNRS, de l’ENA et du Festival de Cannes est ici restituée par les regards croisés des sciences humaines et de témoignages inédits dont celui de ses deux filles.

Il y a 80 ans, le Front populaire. 1936 : un jeune ministre radical incarne deux des plus grandes ambitions de la gauche au pouvoir : démocratiser l’Éducation nationale, donner accès à tous à la culture, sous toutes ses formes.
Détesté par Pétain, condamné à la « mort civile » comme Dreyfus, assassiné à 40 ans par la milice de l’État français après le Débarquement, Jean Zay vient d’entrer au Panthéon, tardive reconnaissance de son œuvre innovante et de son parcours républicain exceptionnel.
À côté d’ouvrages biographiques et d’histoire politique, ce livre, grâce à son approche originale, offre un regard nouveau et complémentaire sur l’apport de Jean Zay à la culture de son temps. L’originalité du parcours du fondateur de la Phonothèque nationale, du Musée des Arts et Traditions populaires, du CNRS, de l’ENA et du Festival de Cannes est ici restituée par les regards croisés des sciences humaines. Jean Zay, homme d’État, ministre novateur de l’Éducation nationale aussi bien que des Beaux-arts, a su inventer une nouvelle façon de concevoir les relations des acteurs de la culture et des arts au pouvoir politique. Il a mis en œuvre une conception neuve de l’appropriation par la nation de son patrimoine et de ses réalisations, en respectant la liberté de création et l’indépendance de la fonction publique, à l’opposé des censures et de l’art officiel.
Pour la première fois, les sources familiales et les traces locales de ce « Résistant de la veille » sont revisitées grâce au témoignage inédit de ses deux filles, Catherine et Hélène.

Sommaire :

– Préface / Pascal Ory
I-Le Parcours

  • Le moment Jean Zay ou la conjugaison française de la république seconde / Olivier Loubès
  • Traces locales d’un homme d’État : Jean Zay l’Orléanais / Pierre Allorant

II-La culture

  • La difficile naissance du dépôt légal du « disque » en France (1925 – 1938) / Pascal Cordereix
  • Le théâtre en partage : Contribution à une histoire de l’intervention et du soutien de l’État aux entreprises culturelles / Léonor Delaunay
  • Histoire d’une rencontre autour du conte. Jean Zay et Célestin Freinet / Catherine Velay-Vallantin
  • La linguistique saisie par la politique : le peuple et sa langue / Gabriel Bergounioux

III-Lire et entendre

  • Écrire et lire en prison / Claude Mouchard
  • Jean Zay et la mémoire orale. Du politique au scientifique, de l’État à la ville, d’hier à aujourd’hui / Olivier Baude, Gabriel Bergounioux, Céline Dugua

IV-Témoignages

  • Témoignage de Catherine Martin-Zay et d’Hélène Mouchard-Zay / Gabriel Bergounioux
  • Témoignage du président du Cercle Jean Zay / Pierre-Louis Emery
  • Le fonds Jean Zay (667AP) aux Archives nationales / Zénaïde Romaneix

– Postface : Jean Zay au Panthéon / Pierre Allorant

ISBN : 978-2-86906-420-1
EAN : 9782869064201
ISSN : 9782869064201
Prix : 22 €

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Parution de l’édition électronique du « Livre persan » de Francis Richard

Parution de l’édition électronique des conférences sur le livre persan proposées par Francis Richard dans le cadre des conférences Léopold Delisle organisées par la Bibliothèque nationale de France.

9782717720655L’auteur :

Francis Richard, conservateur de 1974 à 2003 à la division orientale du département des Manuscrits de la BnF,  puis directeur du nouveau Département des arts de l’Islam du Louvre et ensuite directeur scientifique de la BULAC jusqu’à son départ à la retraite en décembre 2014, était chargé du fonds persan et de la rédaction de son catalogue. Il a publié, en 1989, un Catalogue des manuscrits persans, I, Ancien fonds (BN) et, en 1997, un catalogue d’exposition : Splendeurs persanes. Manuscrits du XIIe au XVIIe siècle (BnF); il s’intéresse à la codicologie (ayant publié, en 1997, avec F. Déroche, à la BnF, Scribes et manuscrits du Moyen-Orient et participé à la rédaction du Manuel de codicologie des manuscrits en écriture arabe, BnF, 2000), aux manuscrits enluminés (Les Cinq Poèmes de Nezâmi. Chef-d’œuvre persan du XVIIe siècle, Paris, Anthèse, 1995) et à l’histoire de l’orientalisme (Raphaël Du Mans, missionnaire en Perse au XVIIe siècle, L’Harmattan, 1995). Il a également fait paraître de nombreux articles sur ces sujets dans diverses revues.

Le cadre :

Le cycle des conférences Léopold Delisle est organisé par la Bibliothèque nationale de France avec le soutien d’Henri Schiller, collectionneur, bibliophile.
Les conférences Léopold Delisle offrent à un public de curieux et d’amateurs éclairés des synthèses inédites, érudites et à jour sur le thème du livre et des manuscrits.

L’objet :

De 1739 à 2002, la BnF s’est enrichie d’une collection de plus de deux mille volumes manuscrits en persan, dont beaucoup sont enluminés, anciens ou contiennent des copies uniques de textes rares. La longue histoire de la constitution du fonds persan de la BnF met en scène savants, voyageurs, interprètes et collectionneurs les plus divers, militaires ou médecins, qui déposent ou vendent les collections accumulées durant leurs voyages et missions diplomatiques en Inde et en Perse. Dans ce tableau des études françaises sur la civilisation persane classique, émergent les noms prestigieux de L. M. Langlès, S. de Sacy, A. L. de Chézy, Otter, Simon de Vierville, ou encore Anquetil-Duperron. La transmission des textes persans pose le problème de la filiation des manuscrits, discipline érudite de l’histoire des textes où les arguments philologiques et stylistiques corroborent ou infirment les données de l’analyse codicologique.

Francis Richard se livre à une véritable traque des variantes, marques de relecture ou corrections et fait revivre des grands ateliers comme ceux de la ville de Chîrâz entre le XIIIe et le XVIIe siècle ; il apporte des éclairages sur le rôle du mécénat princier. À la frontière entre transmission orale et transmission écrite, l’étude du mode de survie des textes poétiques peut être illustrée, juste avant que la Perse n’adopte le chiisme comme religion officielle au début du XVIe siècle, par la vogue extraordinaire de l’œuvre de Djâmî, figure emblématique du Hérât timouride et poète adulé des Ottomans. Quelques exemples montrent de quelle manière s’est manifesté le succès de son œuvre, recopiée et illustrée à l’envi. Enfin, Francis Richard attire l’attention sur un type de décor à la fois omniprésent dans les manuscrits persans et éclipsé par la miniature qui a beaucoup plus attiré l’attention des amateurs et des spécialistes d’histoire de l’art, les frontispices initiaux ou sarlowh que l’on trouve en tête de nombre de manuscrits. Or il s’agit d’un des décors les plus classiques dans les manuscrits persans. Une certaine évolution des styles s’accompagne d’une extrême fidélité à des modèles et à un répertoire d’éléments auxquels on puise. Leur étude systématique pose de redoutables problèmes du fait de leur abondance et de leur caractère non figuratif. Rassembler systématiquement un corpus d’images est la condition préalable à une histoire véritable de ces chefs-d’œuvre qui, avec la calligraphie, sont presque emblématiques de l’art du livre persan.

Sommaire :

  • Le Supplément persan : l’acquisition de manuscrits par le département des Manuscrits de 1739 à nos jours
  • La transmission des textes dans le monde iranien : quelques pratiques liées à la culture manuscrite
  • Un cas de « succès littéraire » : la diffusion des œuvres poétiques de Djâmî de Hérât à travers tout le Proche-Orient
  • Le sarlowh ou frontispice enluminé : un décor fréquent dans les manuscrits persans

Accès en ligne sur la plateforme OpenEdition Books de la BnF : http://books.openedition.org/editionsbnf/2457

La version imprimée reste disponible à l’achat : http://editions.bnf.fr/le-livre-persan

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Mémoires de l’édition phonographique à voir et entendre

poster-entretiens-edition-phonographiqueEn juin 2012, a débuté au service des documents sonores du département de l’Audiovisuel de la Bibliothèque nationale de France, un cycle d’entretiens qui ont fait l’objet d’enregistrements audio.

Des personnalités de l’édition phonographique, aux parcours singuliers, passionnés, engagés même pour certains, sont venues témoigner de leur expérience. Le plus souvent à l’origine de la création de maisons de disques ou de festivals, ces êtres animés avant tout par l’amour de la musique, des musiques, des artistes, s’inscrivent pour beaucoup d’entre eux dans la mouvance alternative, si ce n’est libertaire d’après 68.

En marge d’un système dominant sur lequel règnent Vogue et Barclay, ces hommes en quête d’un monde meilleur vont permettre la découverte en France d’univers musicaux encore peu connus du grand public : le free jazz, les «musiques du monde», e rock psychédélique et progressif, le post-rock ou plus tard le punk rock ainsi que de nouveaux artistes de la chanson française aux textes plus engagés ou décalés. Histoires individuelles et collectives, elles racontent l’aventure du vinyle, elles sont le reflet d’une époque à la croisée des chemins, entre espoir et désillusions.

Plusieurs éditeurs (Gérard Terronès, Gilbert Castro, Pierre Barouh, Eric Basset, Richard Pinhas, Gilles Faucheux, Marsu, Jean Karakos, Didier Petit, Marc Thonon, Alain Normand, Jean-Marie Salhani, Laurent Thibault, Hervé Bergerat, Jacques Le Calvé) se sont prêtés au jeu de l’interview et sont revenus sur la création de leur(s) label(s), le choix de leur nom et de leur logo, l’élaboration des disques (les relations avec les musiciens, l’enregistrement en studio, les pochettes et livrets), les difficultés de la distribution et leur vision du disque aujourd’hui. Ils évoquent aussi leurs rencontres avec certains artistes, et, livrent également des anecdotes cocasses et surprenantes.

Pour la première fois, ces témoignages sont regroupés au sein d’un corpus, accessible en ligne via Gallica : http://gallica.bnf.fr/html/und/enregistrements-sonores/rencontres-autour-de-ledition-phonographique

Au-delà de la parole enregistrée qui évoque le disque et ses artisans, la musique et les artistes, ce corpus est destiné à fournir un matériau pour une histoire de l’édition phonographique, objet de recherches pour professionnels et universitaires.

En tout cas, saluons ce projet de constitution d’une archive orale et remercions les éditeurs enregistrés qui ont accordé la diffusion de l’entretien dans les emprises de la BnF ainsi que sur Gallica. Ils ont en outre accordé l’utilisation d’une photographie pour servir de vignette d’illustration.

Les entretiens ont été également séquencés en vue de leur catalogage dans le catalogue BnF Archives et Manuscrits dans un fonds spécifique (http://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc953509) avec des renvois vers les notices d’autorité et notices bibliographiques.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Quel cirque à la BnF ?

cirque-jacobLa Bibliothèque nationale de France fait paraître Une histoire du cirque (coédition BnF Éditions / Seuil, 21 x 29,5 cm, 240 pages) depuis ses origines saltimbanques jusqu’à ses formes les plus contemporaines.
L’ouvrage est dû au grand spécialiste et historien du cirque Pascal Jacob1, directeur artistique du Cirque Phénix, vice-président du Festival Mondial du Cirque de Demain, enseignant à l’Ecole nationale de cirque de Montréal et chargé de cours à l’Institut d’études théâtrales (Paris III-Sorbonne Nouvelle).
Déjà auteur d’une trentaine d’ouvrages sur les arts du cirque et l’opéra, il s’arrête ici en premier lieu sur les origines du cirque, ses prémices liées à la Rome antique, prélude à une histoire insoupçonnée, qui sera avant tout celle de l’errance. Le cirque naît véritablement en Angleterre en 1768 puis se développe en France. Il est alors essentiellement axé sur le cheval. À la fin du XIXe siècle et jusque dans les années 1930, c’est l’âge d’or du dressage aux États-Unis, dans un cirque en pleine expansion motivé par l’apparition du chapiteau mobile et le développement du chemin de fer. Puis viennent la révolution du cirque soviétique, les acrobaties chinoises et le renouveau du cirque avec les écoles françaises, belges ou canadiennes.
Abondamment illustrée de 180 affiches, dessins, estampes et photographies, cette Histoire du cirque restitue l’ambiance unique des chapiteaux, dévoilant les secrets de chacune des disciplines qui les peuplent et nous entraîne dans un voyage planétaire haut en couleur. Ponctué d’une dizaine d’encadrés consacrés aux figures les plus emblématiques de l’histoire du cirque, cet ouvrage complet s’inscrit dans la politique de la BnF de défense et d’illustration du patrimoine circassien.

En effet, cette publication fait suite à plusieurs autres productions que l’on se propose de mentionner par ordre chronologique.

2016

    • agenda-cirqueAgenda cirque 2016 / Bibliothèque nationale de France, Paris : Bibliothèque nationale de France, 2015 , non paginé : ill. en coul., couv. ill. en coul. ; 22 cm.

 

 

    • cnac-bnfDes anthologies des arts du cirque publiées sur le site Les arts du cirque, soit un site multimédia devant permettre, à l’amateur, au professionnel comme au chercheur, de découvrir et comprendre les différentes disciplines du cirque.
      Projet multimédia commun du Centre national des arts du cirque (CNAC) et de la BnF, les anthologies des arts du cirque permettront de découvrir les arts du cirque sous différentes facettes (acrobatie ; jonglerie et manipulation d’objet ; jeu burlesque et clownesque ; arts du dressage) développées en trois langues (français, anglais, espagnol).
      Le premier volet mis en place début octobre 2016 porte sur les arts acrobatiques qui témoignent d’un art qui pousse le corps aux limites du possible, parfois au péril de la vie, dont l’origine est fort lointaine et,  comme tout ce qui approche la mort, touche au sacré. Le projet s’appuie principalement sur les richesses documentaires du Cnac et de la BnF ainsi que les bases documentaires existantes pour ce qui concerne les arts du cirque.
      Le site sera complété en 2017 par les axes « Jonglerie et manipulation d’objets », « Jeu burlesque et clownesque », « Arts équestres et dressages ».

2014

coll-costumesAfin de poursuivre la réflexion menée à l’occasion de l’exposition En piste ! les plus beaux costumes de cirque, le département des Arts du spectacle avait organisé le 7 mars 2014 une journée d’étude avec le Centre national du costume de scène et de la scénographie et HorsLesMurs intitulée Pourquoi les costumes de cirque brillent-ils autant ?

2013

Du 15 juin 2013 au 5 janvier 2014, la BnF avait co-produit avec le Centre national du costume de scène et de la scénographie l’exposition En piste ! sur l’histoire du costume de cirque dont on peut consulter la revue de presse illustrée proposée par le Centre à l’adresse http://www.cncs.fr/sites/default/files/EnPiste.pdf. Le catalogue comptait Pascal Jacob parmi ses auteurs :

  • en-pisteEn piste ! : les plus beaux costumes de cirque : [exposition, Moulins, Centre national du costume de scène et de la scénographie, 15 juin 2013-5 janvier 2014] / en coproduction avec la Bibliothèque nationale de France ; sous la direction de Joëlle Garcia et Delphine Pinasa ; texte de Pascal Jacob, Lyon : Fage ; Moulins : Centre national du costume de scène et de la scénographie, 2013, 191 p. : ill. en noir et en coul., couv. ill. en coul. ; 31 cm.
  • Joëlle Garcia, « Le cirque défile à Moulins« , Chroniques de la Bibliothèque nationale de France, 66, 2013, p. 13.

2012

    • Le cirque,  un art trompe-la-mort et trompe-l’œil : [bibliographie produite à l’occasion du 20e anniversaire du Festival International du Cirque de Massy], Bibliothèque nationale de France, [Paris] : Bibliothèque nationale de France , 2012, 11 p. Disponible en ligne, url : <http://www.bnf.fr/documents/biblio_cirque.pdf>.

2001

En 2001, Année des Arts du Cirque, la Bibliothèque nationale de France a présenté l’exposition « Des clowns », du 29 mai au 29 juillet 2001 dans la Crypte du site Richelieu présentant des affiches, photographies et objets provenant des départements des Arts du spectacle ou des Estampes et de la Photographie, ainsi que de la Bibliothèque-musée de l’Opéra. L’exposition se voulait le reflet des correspondances qu’entretiennent le cirque et les autres formes du spectacle vivant tels le mime, le théâtre, le cinéma et le music-hall.
À l’occasion de cet événement, deux feuilletoirs multimédias avaient été conçus : l’un présentant les pièces majeures de l’exposition, l’autre les photographies de Joël Verhoustraeten, photographe spécialisé dans la photographie de spectacle et plus particulièrement le cirque et le spectacle de rue et qui offrait des instantanés de clowns contemporains.

  • giretLes arts du cirque au XIXe siècle / Noëlle Giret ; [publ. par la] Bibliothèque nationale de France, Arcueil : Anthèse, 2001, 79 p. : ill. en noir et en coul. , jaquette ill. en coul. ; 35 cm.

 

 

 

  • des-clownsDes clowns : [exposition, Paris, Bibliothèque nationale de France, site Richelieu, 29 mai-19 juillet 2001] / [catalogue sous la dir. de Noëlle Giret], Paris : Bibliothèque nationale de France, 2001, 31 p. : ill. en noir et en coul., couv. ill. en coul. ; 24 cm.

 

1992-1993

Du 14 décembre 1992 au 13 février 1993 s’est tenue l’exposition Poésie du cirque  dans la Galerie du passage Colbert du site Richelieu.

1988

Du 9 juillet-29 octobre 1988 s’est tenue l’exposition « Le Cirque et ses artistes », à la Maison Jean Vilar d’Avignon.

1969

  • cirque-iconoLe cirque : iconographie / [catalogue par Nicole Wild et Tristan Rémy], Paris : Bibliothèque nationale, 1969, 167 p. : pl., couv. ill. ; 24 cm. – (Catalogues de la Bibliothèque de l’Opéra ; 1).
    Ce fonds iconographique réunit des affiches, dessins et estampes dont les plus anciens proviennent de la vente Jeanne Chasle. Ce catalogue, ayant bénéficié du soutien et de la compétence de l’historien Tristan Rémy, est constitué en deux parties présentées suivant la classification décimale proposée par ce dernier, les établissements (hippodromes, cirques), les artistes et les animaux.

Des collections

Ces réalisations reposent sur les collections de la BnF dont celles du département des Arts du spectacle qui regroupe de très nombreux documents sur le cirque, dont :

  • des photographies :
  • des dessins de costumes et des costumes de clowns,
  • ainsi que les archives de circassiens et de collectionneurs :
    • Jean Villiers (1925-1997) : le fonds d’archives Jean Villiers (10 mètres linéaires) présente une précieuse documentation sur les compagnies de marionnettes françaises et étrangères (en Europe et au-delà), ainsi qu’un riche dossier sur le Guignol d’hier et d’aujourd’hui. La collection constituée par Jean Villiers sur le cirque (maquettes, affiches, photographies, documents iconographiques, programmes, etc.) est un ensemble majeur pour l’étude de l’iconographie circassienne.
    • Gustave Fréjaville (1877-1955) : le fonds Gustave Fréjaville est composé de manuscrits, de correspondance, d’articles de presse concernant sa carrière de critique de spectacle et d’écrivain entre 1914 et 1955, de sa documentation concernant les spectacles, notamment la chanson, le carnaval, les travestis, ainsi que de sa collection de documents iconographiques (dessins, gravures, photographies) concernant les artistes, en particulier de cirque et de music-hall, de livres et de disques. Le fonds comprend une correspondance importante émanant des « gens du voyage » et d’artistes de variétés, source précieuse d’informations sur des personnalités souvent discrètes et dont les témoignages autographes sont rares (Frères Fratellini, Médrano, Lys Gauty, Gina Palerme, Harry Pilcer, etc.).
    • Pierrot Bidon (1954-2010) : archives artistiques (10 mètres linéaires) du fondateur du cirque Archaos : scénarios de spectacle, conduites, notes, dessins, photographies, plans, correspondance, documents audiovisuels et ouvrages.
    • Pierre Bonvallet, dit Punch (1918-1991) : le fonds (2 mètres linéaires) contient des archives, maquettes de costumes, costumes, accessoires, instruments de musique, relatifs à la carrière artistique de Pierre Bonvallet, clown blanc connu sous le nom de Punch, ainsi que des documents, dioramas et objets sur le cirque.
    • Jean Cochet : journaliste professionnel entre 1932 et 1977 (Ouest Journal, Le Républicain lorrain, Ouest Éclair et Ouest France), Jean Cochet a constitué, pendant près de cinquante ans, une collection sur les arts de la piste et le music-hall. Le fonds (16 mètres linéaires) comprend notamment les archives de la Phonothèque du cirque, des enregistrements d’émissions de télévision sur le cirque et le music-hall, séries télévisées ayant pour thème le cirque.
    • Paul Adrian (Paul Henwood, dit Adrian, 1919-2013) : le fonds (16 mètres linéaires) reflète l’activité de Paul Adrian comme chroniqueur et historien du cirque, ainsi que ses relations avec le milieu circassien et les passionnés de cirque.
    • Géo Sandry (1897-1975) : le fonds (15 mètres linéaires) reflète les multiples activités de Géo Sandry (acteur, chansonnier, régisseur de cinéma et metteur en scène de cirque2), ainsi que sa passion de collectionneur de cirque.
    • Pascal Jacob : 103 maquettes de costumes de cirque et d’opéra, notamment pour les spectacles du cirque Ringling Bros and Barnum and Bailey circus de 1995 à 2000 et pour les spectacles Crescendo de Muriel Hermine au Cirque d’Hiver en 1995.

Rattachée à ce département, la maison Jean Vilar conserve 30 000 livres et revues sur le théâtre et les spectacles, dont le cirque et le mime.

La Bibliothèque-Musée de l’Opéra possède également une importante documentation sur le cirque au XIXe et au XXe siècle tel le legs Tristan Rémy.

A son décès en 1977, le journaliste, poète, romancier et historien du cirque, vice-président de l’Association de la presse du cirque et du music-hall, Tristan Rémy , pseudonyme de Raymond Desprez (1897-1977), lègue sa collection de documents iconographiques (gravures, photographies, affiches), ainsi que de recueils de notes personnelles qu’il a compilés à la Bibliothèque-musée de l’Opéra.

au_cirque_-_estampe_-_ibels_henri-gabriel_btv1b52505064b
[Au cirque] : [estampe] / H.G. Ibels. Disponible en ligne, url : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b52505064b>.
Enfin, mentionnons les collections du département des Estampes et de la photographie qui recèlent moultes oeuvres relatives au cirque aussi bien d’artistes comme Henri-Gabriel Ibels (1867-1936) ou Henri de Toulouse-Lautrec (1864-1901), qui illustra notamment les clowns Footit et Chocolat se produisant au Nouveau Cirque, que de circassiens tels les Franconi avec le Recueil sur exercices des Franconi au Cirque Olympique (http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b53072808p).

 

[Footit_et_Chocolat_artistes_de_btv1b52505773z
[Footit et Chocolat, artistes de cirque : documents iconographiques]. Disponible en ligne, url : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b52505773z/f2.item>.
Mais aucun département de la BnF ne saurait être négligé par celui qui s’intéresse à l’histoire du cirque.
Qu’on songe aux périodiques tels Cirques : revue française du cirque dont les numéros sont conservés dans quatre départements différents, ou Le Club du cirque, Le Cirque arrive, etc.

Enregistrer

  1. Cf. « Histoire[s] du cirque », interview donné à Chroniques de la Bibliothèque nationale de France, n° 77, p. 29. Disponible en ligne, url :<http://multimedia.bnf.fr/chroniques/chroniques_77/> []
  2. Sur cette activité, le lecteur se reportera à l’étude de Clotilde Angleys, « Opérettes de cirque à grand spectacle féérique et nautique : les mises en scènes [sic] de Géo Sandry pour le Cirque d’Hiver », dans Histoires de cirque aux XIXe et XXe siècles, 2011, p. 14-23. Disponible en ligne, url : <http://horslesmurs.fr/wp-content/uploads/2014/02/memento4_histoiresdecirque.pdf> []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Gravures de la rue Montorgueil

montorgueil_webÀ partir des années 1550, des éditeurs et graveurs d’estampes regroupés en familles s’installèrent sur la rive droite de Paris, rue Montorgueil, près des Halles, et proposèrent au public une production de gravures inédite en Europe jusqu’à la fin des années 1640. Très mal connue, leur activité est pourtant un témoignage capital, permettant de mieux saisir l’importance de l’estampe française à cette époque.

Conçues en série de six ou huit estampes, ces gravures sur bois de grand format à  sujet souvent religieux ou mythologique étaient sans doute destinées à la décoration des intérieurs et à la catéchèse. On note la cohérence des recherches de l’auteur du catalogue, Séverine Lepape, qui travaille sur les usages notamment populaires des estampes (les cartes à jouer1 comme les gravures collées dans des coffrets2).

[Jugement de Salomon], [Paris] : [publié par Germain Hoyau], [vers 1560]Si lors de leur diffusion ces gravures furent tirées à des centaines de milliers d’exemplaires, inondant le marché français et s’exportant également en Espagne et en Angleterre, cette production couvrant les années 1550-1640 fut peu collectionnée, même par les amateurs d’estampes, car elle était considérée comme populaire et de faible valeur artistique. Il en résulte que ces estampes publiées par ces imagiers et éditeurs sont devenues rarissimes dans les collections publiques et encore davantage sur le marché de l’estampe ancienne, ce qui donne tout son prix à cet inventaire aussi exhaustif que possible notamment des exemplaires conservées dans des établissements patrimoniaux.

L’ouvrage qui leur est consacré s’inscrit dans la lignée des volumes d’inventaires du fonds français des graveurs des XVIe et XVIIe siècles rédigés par les conservateurs du département des Estampes et de la Photographie. Au départ, il se voulait être une mise à jour du premier tome d’un nouvel inventaire du fonds français du XVIe siècle. Toutefois, si la Bibliothèque nationale de France est la seule institution à conserver autant de gravures de la rue Montorgueil, elle n’a pas constitué le seul lieu d’investigation du présent volume : les fonds de bibliothèques (Bibliothèque Royale de Bruxelles, Bibliothèque nationale d’Espagne) ou de musées français (Musée Carnavalet, Ecole nationale des Beaux-Arts, Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (MUCEM) pour les fonds du Musée des Arts et Traditions Populaires) et étrangers (British Museum, Rijksmuseum, Musée d’architecture et de peinture du monastère de l’Escurial, la Kunstsammlungen der Veste Coburg, le Metropolitan Museum de New York, la National Gallery de Washington, la Yale Gallery de New Haven) ainsi que les estampes passées en ventes publiques ou décrites dans des catalogues de marchands ont également été pris en compte. Des gravures de la rue Montorgueil conservées par quelques collectionneurs privés français sont mentionnées.

Ce catalogue initié par Maxime Préaud et produit par Séverine Lepape entre 2007 et 2014 décrit méthodiquement plus de 650 estampes classées par ordre alphabétique d’imagiers. Une notice biographique basée sur le Fichier Laborde3, les notices du Dictionnaire des éditeurs d’estampes sous l’Ancien Régime4, des articles de Marianne Grivel et sur des dépouillements du Minutier central des notaires de Paris5 des Archives nationales recense toutes les informations connues sur les imagiers ou éditeurs actifs dans cette rue parisienne. Les notices des estampes conservées à la BnF sont accompagnées d’une reproduction. Les oeuvres cataloguées et dont l’iconographie est minutieusement décrite sont classées par sujets selon quatre grandes sections thématiques.

Le volume est complété d’une riche introduction de Séverine Lepape (p. 10-23), synthèse historique et artistique sur la longue activité des éditeurs de la rue Montorgueil pendant près d’un siècle.

[Miracles de Jésus] 2, [La tempête apaisée]Le catalogue est complété d’annexes (Liste des enseignes d’imagiers connues rue Montorgueil ; Imagiers documentés rue Montorgueil ; Gravures, suites d’estampes ou livres imprimés, illustrés, datés), d’une bibliographie sélective (p. 351-356) qui ne cite que les publications apportant des éléments essentiels ou nouveaux à la connaissance des oeuvres recensées et de deux index (des sujets et des imagiers).

[Memento Mori] : [estampe]. - A Paris, par Germain Hoyau, & Mathurin Nicolas, Rue Montorgueil, au bon Pasteur [entre 1558 et 1581]La publication est l’oeuvre de Séverine Lepape, entrée au département des Estampes et de la photographie de la BnF en 2005 comme conservateur chargée des collections des XVe et XVIe, avant de devenir chef du service de l’estampe ancienne et de la Réserve de ce département entre 2010 et 2014. Depuis octobre 2014, elle est conservateur de la collection Edmond de Rothschild6 au département des Arts graphiques du musée du Louvre. Elle pilote le programme de recherche CLARO portant sur la gravure en couleurs en Europe aux XVIe et XVIIe siècles.

Description : Broché, 368 p., 21 x 29,7 cm.
Date de parution : 1er septembre 2016
ISBN/EAN : 978-2-7177-2656-5 / 9782717726565
Editeurs : BnF Éditions
Distributeur : BnF
Disponibilité : Disponible
Prix : 160 euros

Addenda du 21 octobre 2016 : l’ouvrage est mis en ligne sur la plateforme OpenEdition Books de la BnF : http://books.openedition.org/editionsbnf/2341


Cliquer sur les images pour accéder aux descriptions complètes et à un zoom.

  1. Séverine Lepape, « L’art de la carte à jouer au XVe siècle », in Art du jeu : jeux dans l’art : De Babylone à l’Occident médiéval, exposition, Paris, Musée de Cluny, 28 novembre 2012-4 mars 2013, Paris : Éd. de la Réunion des musées nationaux-Grand Palais, 2012, p. 34-37. []
  2. Séverine Lepape, « When assemblage makes sense : an example of a Coffret à estampe », Art in Print, 2012, vol. 2, n° 4, p. 9-14 ; Michel Huynh et Séverine Lepape, « De la rencontre d’une image et d’une boîte : les coffrets à estampe », La Revue des musées de France, no 4,‎ 2011, p. 37-50. []
  3. Charles-Eloi Vian, « L comme Laborde (fichier) », Blog Gallica, 13 juin 2015. Disponible en ligne, url  <http://blog.bnf.fr/gallica/index.php/2015/06/13/l-comme-laborde-fichier/>. []
  4. Maxime Préaud, Pierre Casselle, Marianne Grivel, Corinne Le Bitouzé, Dictionnaire des éditeurs d’estampes à Paris sous l’Ancien régime, [Paris] : Promodis-Éd. du Cercle de la librairie, 1987, 334 p. ISBN 2-903181-60-8. []
  5. Minutier central des notaires de Paris : [présentation]. Disponible en ligne, url  <http://www.archivesnationales.culture.gouv.fr/chan/chan/minutier-central-notaires-paris.html>. []
  6. Pascal Torres, La collection Edmond de Rothschild au Musée du Louvre, Paris : Louvre éd. ; Paris ; New York : le Passage, 2010, 158 p. ISBN 978-2-35031-294-1 (Musée du Louvre). ISBN 978-2-84742-162-0 (le Passage) []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

« Habiter la BnF » : un projet de recherche inédit sur les publics du Haut-de-jardin

Durant 6 mois une équipe de chercheurs en sciences sociales (du Groupe de recherches interdisciplinaires sur les processus d’information et de communication , GRIPIC/CELSA) est allée à la rencontre des usagers du Haut-de-jardin, niveau tous publics du site François-Mitterrand de la BnF.

Qui sont-ils ? Comment habitent-ils les espaces ? Pour quelle finalité, quels projets ? Quel est leur rapport aux collections, aux bibliothécaires ? Les entretiens réalisés par Joëlle Le Marec et Judith Dehail, avec l’aide des photographies d’Igor Babou, montrent le lien très fort de ces publics à l’institution, pour la sécurité et la légitimité qu’elle leur offre.

Le rapport du projet de recherche est disponible en ligne, à l’adresse url : <http://www.bnf.fr/documents/rapport_habiter_bnf.pdf>.
Y sont publiés les éléments du rapport de Joëlle Le Marec et Judith Dehail susceptibles d’intéresser largement chercheurs en sciences sociales et acteurs des bibliothèques et des institutions culturelles.
Les préconisations concrètes, à visée d’abord interne et opérationnelle, tenaient lieu de conclusion du rapport remis à la Bibliothèque nationale de France et n’ont pas été reprises dans le document.

Par ailleurs une vidéo illustre le projet et le terrain d’étude. Elle est accessible sur la chaîne YouTube de la BnF :

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

La recherche dans les institutions patrimoniales : sources matérielles et ressources numériques, sous la dir. de Mélanie Roustan

roustan_recherche-institution_0Le classement et la conservation des sources patrimoniales sont le fruit d’une histoire, faite de hasards et de choix politiques. L’activité de gestion des fonds implique un travail continuel de renouvellement : de leur interprétation, des techniques de recherche, de leurs modes d’accès, de leurs usages. Les méthodes d’analyse sont réactualisées : quelles relations intellectuelles, sensorielles, entretient-on avec les collections patrimoniales ? Comment les utilise-t-on ? Qu’en retire-t-on ?

Cet ouvrage est issu d’une journée d’étude organisée à la BnF en février 2013 par Anne Monjaret (DR CNRS, IIAC-LAHIC/EHESS-CNRS-MCC) et Mélanie Roustan (chercheur associée au CERLIS/CNRS-Paris Descartes), en coopération avec la BnF– site Richelieu, dans le cadre du programme de recherche « Le quadrilatère Richelieu et ses lecteurs ».

Sommaire

Préface par Sylviane Tarsot-Gillery

Introduction. Institutions patrimoniales et chercheurs face aux sources, un renouveau du rapport à la matérialité des savoirs par Anne Monjaret et Mélanie Roustan

Partie I. S’orienter parmi les sources

  • Chapitre I. Du dépouillement au dévoilement. L’historien et les archives numérisées par Philippe Artières
  • Chapitre II. Renseigner, orienter le chercheur. Expériences de service public par Julien Brault
  • Chapitre III. Le patrimoine numérisé. Nouveaux usages, nouveaux usagers ? Réflexions méthodologiques autour de Gallica par Philippe Chevallier
  • Chapitre IV. Bibliothèques numériques et recherche sur le Web par Fabrice Papy

Partie II. Construire l’offre

  • Chapitre V. Environnement numérique et accès aux originaux. Évolution de l’offre et des usages du patrimoine cartographique à la BnF par Jean-Yves Sarazin
  • Chapitre VI. Le redéploiement des Archives nationales. De l’usage institutionnel d’une transformation matérielle et immatérielle des fonds par Anne Monjaret
  • Chapitre VII. La documentation numérique des collections ou l’éthique du « hacker » appliquée à l’institution par Jean-Baptiste Clais
  • Chapitre VIII. Les enjeux de la reconstitution en ligne de corpus disséminés. L’exemple des manuscrits koutchéens par Isabelle le Masne de Chermont
  • Chapitre IX. De la politique d’accès à la coopération scientifique. Chercheurs et collections patrimoniales à la Cinémathèque française par Joël Daire

Partie III. Penser la recherche

  • Chapitre X. Ordonnancements et histoire des idées. Anciens catalogues et classifications « anciennes » à la BnF par Raymond-Josué Seckel
  • Chapitre XI. Le poids des classements et catégories antérieures sur la recherche en numismatique. Des impériales grecques aux provinciales romaines par Michel Amandry
  • Chapitre XII. La matière de l’histoire, du texte à l’objet par Etienne Anheim
  • Chapitre XIII. La vague numérique et le ressac du réel. Du rapport aux sources des chercheurs en sciences humaines et sociales, à partir d’une enquête dans les collections patrimoniales de la BnF par Mélanie Roustan

Conclusion. Sources matérielles et ressources numériques. Deux défis en un par Denis Bruckmann

Introduction

L’introduction est disponible sur le site de l’éditeur : http://www.enssib.fr/sites/www/files/documents/presses-enssib/extrait/00_b_sources-materielles_introduction_vf_v1.pdf

 Les auteurs

  • Amandry Michel

    Après des études de lettres classiques à l’Université de Strasbourg, Michel Amandry entre au Cabinet des médailles de la Bibliothèque nationale de France en 1978. Il en a été le directeur de 1991 à 2013. Parallèlement, il enseigne la numismatique à l’Ecole du Louvre, soutient son habilitation à diriger des recherches devant l’université Sorbonne IV en 1994, avant de devenir directeur d’études cumulant à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes IVe section en 2006. Il a présidé la Commission Internationale de Numismatique de 2003 à 2009. Il est actuellement le président de la Société Française de Numismatique.

  • Anheim Étienne

    Ancien élève de l’ENS Fontenay/Saint-Cloud et de l’Ecole française de Rome, Étienne Anheim est maître de conférences habilité à diriger des recherches à l’université de Versailles/Saint-Quentin-en-Yvelines. Ses travaux portent principalement sur l’histoire sociale et culturelle de la fin du Moyen Âge, et sur l’épistémologie de l’histoire et l’historiographie. Il a publié récemment Clément VI au travail. Lire, écrire, prêcher au XIVe siècle (Publications de la Sorbonne, 2014). Il est vice-président de la Fondation des sciences du patrimoine et dirige la rédaction de la revue Annales. Histoire, Sciences Sociales.

  • Artières Philippe

    Philippe Artières est Historien, chargé de recherches au CNRS, spécialiste des écrits personnels de déviants et de malades, au 19e et 20e siècles. – Président du Centre Foucault, chercheur associé à l’IMEC (en 2004)

  • Brault Julien

    Julien Brault est conservateur de bibliothèque. Il a rejoint l’équipe du Projet Richelieu à la Direction des collections de la BnF en 2007 en qualité de coordonnateur programmation ; il est responsable notamment de l’ensemble des dossiers relatifs à l’accueil des lecteurs et à la modernisation des services au public. Il est, depuis le 1er mars 2013, adjoint par intérim au chef du Projet Richelieu.

  • Bruckmann Denis

    Conservateur général, Denis Bruckmann a notamment travaillé à l’établissement public de la Bibliothèque de France et pour le réseau des médiathèques françaises à l’étranger, ainsi que dans de nombreux départements de la Bibliothèque nationale puis de la BnF (Estampes et photographie, Audiovisuel, Littérature et art…) avant de devenir directeur des collections.

  • Chevallier Philippe

    Philosophe de formation, Philippe Chevallier a enseigné en école d’ingénieur puis travaillé plusieurs années dans la presse écrite. A rejoint la Bibliothèque nationale de France en 2008, où il est aujourd’hui responsable des études à la délégation à la Stratégie et à la recherche.

  • Clais Jean-Baptiste

    Jean-Baptiste Clais est conservateur du patrimoine et docteur en ethnologie. Il travaille à la Direction de la Recherche et des Collections du musée du Louvre. Il a exercé auparavant au musée des arts asiatiques Guimet sur l’art chinois et les cultures transmédia japonaises contemporaines (manga – anime – jeux vidéo) et au département des arts de l’Islam du Louvre sur les collections d’Inde moghole et d’armes islamiques. Il poursuit aujourd’hui des recherches sur l’innovation au service de la conservation du patrimoine et sur les arts décoratifs de l’empire moghol.

  • Daire Joël

    Joël Daire est directeur du patrimoine de La Cinémathèque française depuis 2007. Il a conçu l’exposition « Jean Cocteau & le cinématographe » présentée au Musée  de la Cinémathèque en 2013. En 2014, il a assuré la coordination de l’hommage à Jean Epstein auquel il a consacré une biographie (La Tour verte éditeur) et dont il assure, avec Nicole Brenez et Cyril Neyrat, l’édition des écrits complets. En 2015, en collaboration avec Lauren Benoit (Université Paris-Diderot), il a réalisé l’exposition « Dossier Scriptes » présentée au Musée de la Cinémathèque française et participé à l’édition DVD des films de Louis Delluc par Les Documents cinématographiques.

  • le Masne de Chermont Isabelle

    Ancienne élève de l’École des Chartes, archiviste paléographe, Isabelle Le Masne de Chermont avant de travailler à la Bibliothèque Nationale de France, a été conservatrice en chef chargée du service des bibliothèques, des archives et de la documentation générale à la direction des Musées de France. En 2012, elle a pris la suite de Thierry Delcourt comme directeur du département des Manuscrits de la BnF.

  • Monjaret Anne

    Anne Monjaret est ethnologue, sociologue, est directrice de recherche – CNRS, rattachée à l’IIAC/Équipe LAHIC (CNRS–EHESS). Elle est Présidente de la Société d’ethnologie française (SEF). Elle a été rédactrice en chef de la revue Ethnologie française. Elle s’intéresse notamment aux lieux de travail et à leur fermeture comme leur redéploiement, aux mémoires et patrimoines professionnels et urbains. Outre de nombreux articles sur ces thèmes, elle a publié MAAO. Mémoires avec Jacqueline Eidelman et Mélanie Roustan (2002, Marval) et dirigé le numéro « Fermetures : crises et reprises » de la revue Ethnologie française (2005).

  • Papy Fabrice

    Depuis 2010, Fabrice Papy est professeur des Universités  (Sciences de l’Information et de la Communication) – Université de Lorraine. 1998-2010 : Maître de conférences (Sciences de l’Information et de la Communication) : Université Paris 8 – Vincennes à Saint-Denis

  • Roustan Mélanie

    Mélanie Roustan est anthropologue, maître de conférences au Muséum national d’Histoire naturelle. Membre de l’UMR208 Paloc, elle enseigne au sein du master de muséologie du Muséum. Ses recherches portent sur la culture matérielle et les lieux de patrimoine. Elle s’attache à une anthropologie du musée à partir de différents points de vue, de ceux qui les conçoivent à ceux qui les visitent. Ses terrains d’enquête explorent les liens entre musée et anthropologie, de l’héritage colonial aux revendications autochtones, des objets d’arts premiers aux collections vivantes des jardins zoologiques.

  • Seckel Raymond-Josué

    Raymond-Josué Seckel est conservateur, directeur du département de la Recherche bibliographique à la BnF.

Caractéristiques

  • Support : broché
  • ISBN : 979-10-91281-84-3
  • Pages : 200
  • Prix : 23,00 €
 Support : numérique
  • Format(s) : pdf
  • ISBN PDF : 979-10-91281-85-0
  • Pages : 200
  • Prix : 13,80 €

Acheter l’ouvrage

Conditions de vente

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Les manuscrits astrologiques latins conservés à la Bibliothèque nationale de France

978-2-271-08264-0En février dernier, David Juste, directeur de recherche du projet Ptolemaeus Arabus et Latinus à la Bayerische Akademie der Wissenschaften de Munich a publié chez CNRS éditions, le catalogue des manuscrits astrologiques latins conservés à la Bibliothèque nationale de France.

Ce second volume du Catalogus Codicum Astrologorum Latinorum (CCAL) décrit 350 manuscrits de la Bibliothèque nationale de France datant du IXe au XVIIIe siècle. Ces manuscrits constituent, tant par la quantité que par la variété, l’un des plus importants fonds en matière d’astrologie latine au monde. Toutes les époques et catégories de textes y sont représentées, ainsi que tous les classiques de l’astrologie latine antérieurs à 1500, aussi bien les originaux que les traductions du grec, de l’arabe et de l’hébreu. Ils témoignent de l’extraordinaire richesse de l’ancienne bibliothèque des rois de France et des grandes bibliothèques parisiennes confisquées pendant la Révolution, notamment celles de Saint-Germain-des-Prés, de Saint-Victor et de la Sorbonne.

Le plus magnifique des manuscrits de luxe richement illustrés est peut-être le lat. 7321A, confectionné pour Louis de Bruges dans la deuxième moitié du XVe siècle. Quatre manuscrits ont conservé le Liber astrologiae de Georgius Zothorus Zaparus Fendulus, chef-d’oeuvre d’illustrations essentiellement constitué d’images des signes du zodiaque, des décans, des constellations et des planètes.

Les notices sont établies selon les normes fixées dans le premier volume (2011), qui décrivait 287 manuscrits de la Bayerische Staatsbibliothek de Munich. L’ouvrage est complété par trois index : auteurs et oeuvres, incipits, noms de lieux.

Références :

Collection : Documents, études et répertoires
ISBN : 978-2-271-08264-0
Format : 21.0 x 27.0 cm
Pagination : 338 p.-12 p. de pl.
Prix : 65 euros


Image de Une : Georgius Zothorus Zaparus Fendulus, Liber astrologiae. Disponible en ligne, url : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b55009308h>.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Un nouveau parcours guidé pour les Archives de l’internet

festivals bannière

Un nouveau parcours consacré à La ronde des festivals sur le web vient d’être mis en ligne sur les postes des salles de recherche.

L’été est la saison des festivals, dont les thèmes de plus en plus variés attirent un public croissant, à la recherche de formes inédites d’échanges. Depuis la fin des années 90, les archives de l’internet accumulent des instantanés historiques sur cette effervescence. Elles contiennent des pages sur la plupart des festivals français et donnent à voir des concerts de rock, des spectacles de marionnettes, des scènes de théâtre ou encore des lectures de poésie … La diversité et l’insolite sont mis en valeur dans ce parcours qui définit le festival de façon extensive, comme un lieu de rencontres où sont célébrés le lien social et la participation du public sur place ou à distance. Le numérique offre aussi de nouveaux modes d’expression : des bandes annonces de films sont publiées en ligne tandis que l’art numérique se joue directement sur le web ; il est même des festivals qui n’existent que sur la toile.

Dans une approche chronologique, le parcours présente d’abord le point de vue des organisateurs. Les éditos des sites web montrent bien souvent leurs intentions et les enjeux : découvrir de nouveaux talents, défendre une cause, offrir des lieux de rencontres sont autant de raisons pour lancer une manifestation et attirer des publics. Il est aussi nécessaire de penser au financement, à la programmation, au choix des artistes et à la logistique. Autant de préparatifs qui restaient confidentiels avant l’apparition du web mais qui, désormais, sont mis au grand jour. La question du financement devient un sujet ouvert aux internautes, qui peuvent apporter une contribution directe en ligne à côté des subventions publiques. De façon plus pragmatique, les internautes peuvent facilement réserver leur billet en ligne ou trouver une place en covoiturage. Tout cela n’était pas envisageable avant l’apparition du web et transforme la vie quotidienne.

Les réactions des publics et la mémoire des événements ont également leur place en ligne. En contribuant à la démocratisation de la culture, les festivals suscitent débats et polémiques. Les forums, les blogs, les réseaux sociaux sont autant de formes éditoriales propres au web qui facilitent l’expression citoyenne à côté de celle de la presse. Les internautes peuvent voter en ligne pour faire pencher le choix des jurys vers telle ou telle œuvre. Enfin, nombreux sont les sites web qui archivent les programmes et les descriptifs des œuvres, pour permettre à un public plus vaste que celui qui a assisté aux festivals de partager ce plaisir artistique. Le web favorise ainsi une plus grande circulation des créations et une meilleure connaissance des artistes et contribue  à la démocratisation de la culture.

Treize parcours pour vous guider

Ce parcours guidé est le treizième mis en ligne. Les précédents portaient sur des sujets aussi divers que le web militant, les images amateurs, les journaux personnels, les carnets de voyage, la vulgarisation scientifique ou l’internet électoral, par exemple.

Tous ces parcours guidés des archives de l’internet sont des sélections parmi les très nombreux sites collectés par la BnF. Ils proposent, pour chacun des sites retenus, une centaine par parcours,  une description, une illustration et un lien direct vers une page intéressante dans les archives, à partir de laquelle il est possible de rebondir, dans le temps ou dans l’espace de la toile.

Ils ne prétendent pas à l’exhaustivité, mais ont pour but de faire découvrir la richesse et la variété des archives. Ils ont vocation à la fois à guider les recherches dans la masse considérable de données que proposent les archives et à montrer pour chacun des domaines commentés en quoi le web change la donne et la nature des sources de recherche.

Les Archives de l’internet ont 20 ans

Les Archives de l’internet fêtent cet année un double anniversaire : les 10 ans de la loi attribuant à la BnF, en partenariat avec l’INA, la responsabilité du dépôt légal du web et les 20 ans des archives proposées. La BnF conserve en effet des archives du web qui s’étendent de 1996 à aujourd’hui, soit plus de 668 To de données et 26 milliards de fichiers.

Pour tenter de remplir au mieux sa mission de collecte des sites web, le dispositif choisi par la BnF évolue sans cesse pour tenter de suivre les évolutions très rapides du web, et repose sur une solution mixte qui mêle deux modes d’entrée : des collectes dites larges les plus automatisées possibles et des collectes ciblées beaucoup plus fines mais limitées en taille. Les collectes larges sont réalisées une fois par an à partir de la liste de tous les sites en .fr fournie par l’AFNIC et des listes de quelques autres hébergeurs, ce qui a donné environ 4,5 millions de sites lors de la dernière collecte à l’automne 2015. Ce mode de capture entièrement automatisé est la meilleure façon de collecter le tissu du web, c’est-à-dire les pages mais aussi les liens entre elles. Mais il a aussi des défauts : la profondeur de la capture est souvent insuffisante, les sites personnels et les blogs ne sont souvent pas collectés.

C’est la raison pour laquelle a été ajouté un deuxième mode d’entrée, les collectes ciblées, qui ont pour but de repérer plus précisément les sites qui pourraient échapper à la collecte large. Ce sont des collectes beaucoup plus limitées en nombre mais qui permettent de constituer des archives plus complètes, plus profondes et plus fréquentes. Elles sont lancées à partir de listes de sites repérés par des bibliothécaires spécialistes de chaque discipline, ainsi que des universitaires ou des partenaires extérieurs. À ce jour près de 39 000 sites sont ainsi archivés via les collectes ciblées, parmi lesquels de très nombreux blogs et sites personnels.

Des accès de plus en plus nombreux

Afin de protéger les auteurs et producteurs de sites et d’éviter tout risque d’utilisation non souhaitée, les Archives de l’internet ne sont pas mises en ligne, leur consultation ne peut s’effectuer qu’après accréditation dans les salles de Recherche de la BnF, à Tolbiac mais aussi à Richelieu et tous les autres sites de la BnF.

Mais vingt-six pôles associés, dans toutes les régions de France et d’outre-mer, ont également vocation désormais à les proposer dans leurs collections. La carte de ces accès distants s’étoffe au fil des mois et compte déjà onze bibliothèques ou établissements partenaires.

Les Archives de l’internet sont encore peu consultées par les chercheurs, alors même qu’elle pourraient devenir des sources principales ou complémentaires très appréciables dans des disciplines très variées.

Au-delà des parcours guidés, de nouveaux outils permettant un mode d’accès plus précis à ces sources devraient être mis en place à partir de la rentrée pour faciliter l’exploration et l’exploitation par la recherche de ce patrimoine d’un genre nouveau.

Christine Genin

Littérature française contemporaine, dépôt légal du web et valorisation en ligne au Département Littérature et art, Bibliothèque nationale de France

More Posts