Archives de catégorie : Labex

Conférence du professeur Larry Schaff, Out of the Shadows : Henry Talbot, invention & historiography

[Deux maisons de ville] : [photographie négative] / [William Henry Fox Talbot]. Disponible en ligne, url : .
[Deux maisons de ville] : [photographie négative] / [William Henry Fox Talbot]. Disponible en ligne, url : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b6939794z>.
Dans le cadre du Groupement de recherche international sur la photographie, le Centre de Recherche sur la Conservation vous invite à assister, le lundi 26 septembre à 16h au Muséum National d’Histoire Naturelle  (auditorium de la Grande Galerie de l’Evolution, 36, rue Geoffroy Saint-Hilaire, 75005 Paris), à la conférence du Professeur Larry Schaaf.

Cette conférence vient en écho au projet de recherche « CALOTYPE » et « RECCAL » soutenus par la Fondation des Sciences du Patrimoine.

Présentation donnée en anglais, sans traduction, s’inscrire à <crcc@mnhn.fr>

Out of the Shadows: Henry Talbot, invention & historiography

William Henry Fox Talbot first conceived of the art of photography in 1833 and achieved results by 1834. However, it was not until Daguerre announced his process in January 1839 that Talbot was prompted to make his method public.  The two approaches were radically different.  Daguerre produced beautifully detailed unique images on silvered sheets of copper.  Talbot’s photographs were technically inferior, but he conceived of the idea of a negative that could produce multiple prints on paper.  In the end, Talbot’s more versatile approach was to define the mainstream of photography right down to the digital age.  The resources available to the historian for these two men are also radically different.  Only a handful of Daguerre images and Daguerre letters survive and no research notebooks.  For Talbot, there are more than 10,000 letters, hundreds of notebooks and more than 25,000 negatives and prints surviving worldwide.  Around fifteen years ago Prof Schaaf made full transcriptions of the 10,000 letters available online.  However, to have put 25,000 images in a research structure with 1990s technology would have ‘broken the web’.  Today, with advanced technology, the online Catalogue Raisonné of Talbot’s photographs is being prepared for the Bodleian Library in Oxford.  Both the letters and the photographs have implications for the history of photography, conservation, and for historians in many fields.

Le professeur Larry J. Schaaf est le directeur du William Henry Fox Talbot Catalogue Raisonné (foxtalbot.bodleian.ox.ac.uk), une ressource en ligne de la bibliothèque Bodléienne. Celle-ci s’appuie sur quatre décennies de recherche sur Talbot, ce savant prolifique qui fut l’inventeur de la photographie négative-positive. L. Schaaf  est également consultant sur le fonds d’archives Talbot récemment acquis par la bibliothèque Bodléienne. Il a été professeur titulaire en  2005 de la chaire Slade des beaux-Arts. Il est le fondateur et le rédacteur en chef du projet Correspondence of William Henry Fox Talbot  qui met à disposition des transcriptions entièrement consultables de plus de 10.000 lettres de Talbot en ligne: http://foxtalbot.dmu.ac.uk/. Le professeur Schaaf est titulaire d’un doctorat en histoire de l’art de l’Université de St Andrews; sa thèse : Out of the Shadows: Herschel, Talbot & the Invention of Photography (Yale, 1992) a été publiée. Il était un photographe actif et professeur de photographie à l’Université du Texas à Austin quand autour des années 1970, il fut intrigué par la richesse de la collection Gernsheim sur la photographie. Le fonds important d’archives personnelles de Sir John Herschel détenu par l’Humanities Research Center, a immergé Schaaf dans le monde de l’édition documentaire et depuis cette époque une grande partie de ses travaux a porté sur la matérialité et l’importance des sources primaires dans la recherche. Il est particulièrement intéressé par la dite « préhistoire de la photographie » et par la photographie comme interface entre art et science. Schaaf a publié de nombreux articles de revues et de livres, plusieurs d’entre eux ont été primés et sont pionniers dans leurs catégories. Il a donné de nombreuses conférences et a été consultant sur les applications informatiques dans les sciences humaines, des collections d’archives et de l’histoire de la photographie. Une grande partie du travail de Schaaf au cours des trois dernières décennies a été menée en tant que chercheur indépendant. Son bureau est à Rock House, Baltimore, Maryland (USA).

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Caractérisation des premiers négatifs papier (1841-1860) aux JEP 2016

Logo FSP vertical Labex PatrimaPour l’édition 2016 des journées européennes du patrimoine, la Fondation des sciences du patrimoine s’installe dans les locaux de l’ancienne Manufacture des Allumettes d’Aubervilliers, aujourd’hui site de l’Institut national du patrimoine (INP).

 

 

 

A cette occasion, le public pourra découvrir les pratiques et les enjeux des sciences du patrimoine au travers de la présentation de six programmes financés par la Fondation dont un programme impliquant la Bibliothèque nationale de France, le programme CALOTYPE : Caractérisation des premiers négatifs papier (1841-1860) qui s’intéresse aux procédés des premiers négatifs papier avec une double approche de caractérisation de calotypes historiques en vue d’une classification et d’étude de calotypes contemporains réalisés selon les traités historiques en vue de mettre en place la méthodologie de caractérisation des calotypes historiques et de comprendre la structure des images de calotypes.

Céline Daher du Centre de Recherche sur la Conservation des Collections présentera le programme grâce au poster suivant :

Poster Calotype
Cliquer sur le lien suivant pour agrandir le poster

Zoom sur le poster

Le Labomobile de l’Equipex Patrimex, plate-forme mobile dédiée à l’analyse des matériaux anciens, sera stationné dans la cour de l’ancienne manufacture. Des démonstrations seront effectuées par le Laboratoire de recherche des monuments historiques (LRMH).

Le département des restaurateurs de l’INP ouvrira ses ateliers de formation à la restauration, son laboratoire et sa bibliothèque.

Les informations complémentaires sur cet évènement figurent dans le communiqué de presse.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Regards croisés sur les Calotypes (RECCAL)

En octobre 2010, la BnF inaugurait une exposition « Primitifs de la photographie. Le calotype en France (1843-1860) » qui allait faire date et marquer la renaissance d’un patrimoine souvent méconnu par le grand public en France, celui des négatifs photographiques, et spécifiquement des négatifs sur papier. Ces photographies ont une esthétique tout à fait inhabituelle par rapport aux tirages, due à l’inversion des polarités et un aspect allant de brillant, satiné à mat et plus ou moins diaphane qui en quelque sorte trouble les sens et l’appréciation, qu’elle soit artistique ou documentaire.

L’objet d’étude

Le calotype est le terme qui désigne le négatif sur papier et son tirage, technique mise au point par l’anglais William Henry Fox Talbot (1800-1877) dès 1840, presque en même temps qu’apparaît en France le daguerréotype de Daguerre. Le calotype, par la possibilité qu’il offre de multiplier les tirages à partir d’un négatif, porte en lui l’avenir de la photographie. Il se fait connaître lentement en France à partir de 1843. Mais c’est surtout entre les années 1848 et 1860 que le calotype connaît une fortune extraordinaire et d’autant plus étonnante que ce ne sera jamais un procédé commercial. La possibilité alors nouvelle de réaliser des tirages sur papier, de varier leurs teintes, de les retoucher intéresse particulièrement les peintres, les archéologues, les voyageurs, les éditeurs. De très grands photographes : Gustave Le Gray, Charles Nègre, Edouard Baldus, Henri le Secq par exemple, démontrent rapidement les possibilités esthétiques de ce procédé et entraînent à leur suite nombre d’artistes (Delacroix, Hugo, Bartholdi) ainsi que la fine fleur du monde des affaires (Aguado, Delessert, Odier), de la politique (Périer, Bassano, d’Haussonville, Bocher) qui durant quelques années deviennent des amateurs passionnés par cette nouvelle technique. L’apport esthétique du calotype dans les années 1850 est considérable, son influence sur l’art, l’architecture et l’archéologie également. C’est grâce à lui que la photographie considérée auparavant comme un objet scientifique ou commercial est acceptée définitivement par les élites intellectuelles et artistiques. La collection de calotypes détenue par la BnF est parmi les plus prestigieuses de par le nombre et la qualité des artistes qu’elle comprend.

Le projet

Quels aspects influencent notre réception de ces images, notre jugement et nos attributions ? Il est intéressant de déterminer parmi les paramètres physico-chimiques ceux qui sont pertinents dans notre processus d’analyse de ces images négatives et d’appréhension de leur état de conservation. La BnF possède une collection exceptionnelle dont il est intéressant de compléter la documentation par ce double regard, celui que porte l’historien de l’art et celui qu’acquière le physicien avec ses outils de caractérisation. A cette fin, les outils et la méthodologie développés lors d’une étude post-doctorale réalisée en 2016 et financée par la Fondation des sciences du patrimoine1 seront appliqués à un ensemble aussi large que possible de calotypes de la BnF.

Le département des Estampes et de la photographie, avec le Centre de recherche sur la conservation (CRC) et le Centre de recherche et de restauration des musées de France (C2RMF), a soumis avec succès un projet dans le cadre de l’appel à projets 2016 de la Fondation des sciences du patrimoine.

Les livrables

Une base de données sera établie sur ces négatifs, qui conjuguera les résultats analytiques et expérimentaux aux critères d’appréciation « psychophysiques » des historiens, et permettant ainsi de confronter, en quelque sorte, l’expertise de l’historien – sa science des artefacts et son « connoisseurship » – aux mesures physiques ou physico-chimiques. Le traitement statistique de l’ensemble de ces données conjuguera les résultats issus des sciences expérimentales aux critères d’appréciation des sciences humaines. Il s’agit ainsi de croiser les regards et les compétences du conservateur et du physicien, sur cet objet, dont on s’attache aussi à définir l’identité matérielle et dont il convient d’assurer la conservation.

Dans ce but, un deuxième aspect du travail visera à élaborer une politique d’exposition de ces œuvres réputées fragiles. Des caractérisations s’attacheront à la question des altérations et des fragilités effectives et potentielles des calotypes. Le but est de déterminer pour des œuvres ou des groupes d’œuvres les risques liés aux manipulations et expositions. L’étude s’appuiera sur un travail expérimental mené in-situ et au laboratoire en vue de déterminer la sensibilité photochimique de ces œuvres, et les risques physiques liés à la présence de constituants thermosensibles entrainant une fragilité extrême du papier dans un contexte muséographique.

Responsable scientifique :
Sylvie Aubenas, directrice du département des Estampes et de la photographie

Partenaires Labex Patrima :
Marie-Angélique Languille, Centre de recherche sur la conservation (CRC)
Anne de Mondenard, Centre de recherche et de restauration des musées de France (C2RMF)

Autres partenaires :
Ce projet s’insère dans une coopération internationale avec le Getty Conservation Institute et le Getty Museum.


Image de Une : [Nu féminin (Eugénie) allongé] : [photographie négative sur papier] / [A. Fays]. Source gallica.bnf.fr : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b69398378>.

  1. CALOTYPE : Caractérisation des premiers négatifs papier (1841-1860). Description disponible en ligne : <http://www.sciences-patrimoine.org/index.php/calotype.html>). Dans le cadre du projet CALOTYPE réalisé en 2016, un ensemble de négatifs papier historiques issus de collections françaises a été sélectionné. Ceux-ci provenaient d’institutions parisiennes comme la Bibliothèque nationale de France, le Musée d’Orsay, la Médiathèque de l’architecture et du Patrimoine, la Société Française de Photographie, la Bibliothèque des Arts Décoratifs, la Bibliothèque de l’Institut de France, l’Institut National d’Histoire de l’Art, etc. A partir de cet échantillonnage une stratégie d’analyse non destructive regroupant différents types de caractérisation a pu être mise en place. Elles regroupent d’une part des mesures physiques, comme la mesure des dimensions, de l’épaisseur, de la masse, de l’imagerie au microscope en réflexion et transmission pour caractériser les fibres du papier, la mesure de brillance et de la couleur ; et d’autre part par des mesures physico-chimiques avec la spectroscopie fibrée de réflectance dans le visible et le proche infrarouge et la spectroscopie dans le moyen infrarouge en réflectance. Ces analyses ont permis de mettre en évidence la présence de substances organiques comme la cire ou la gélatine sur une ou les deux faces des négatifs. Les charges des papiers utilisés (composés minéraux ajoutés lors de la fabrication du papier pour en modifier les propriétés optiques et/ou mécaniques) ont par ailleurs pu être identifiées par spectrométrie de fluorescence des rayons X. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Analyse des pigments des encres et des filigranes des gravures en Clair-Obscur (CLARO)

Le présent projet porte sur l’analyse des pigments des encres et des filigranes de gravures en couleurs réalisées en Allemagne, France et Pays-Bas entre 1508 et 1640. La caractérisation des pigments est en effet une question essentielle pour mieux appréhender la nature physique et les savoir-faire des ateliers de graveurs de cette époque. Si de telles analyses scientifiques ont été récemment pratiquées en France par le C2RMF et aux Etats-Unis sur des gravures en couleurs italiennes, ce n’est pas le cas pour les estampes produites dans le nord de l’Europe. Ces analyses, menées par le C2RMF dans le cadre d’une exposition qui aura lieu au Musée du Louvre en 2018 et qui en présentera les principaux résultats, permettraient de comparer les pigments employés par les graveurs en Europe du Nord avec leurs homologues italiens, afin de mieux saisir les possibles transferts de technologie sur une longue période. Elles sont de nature à apporter de nouvelles connaissances en histoire de l’art, en permettant de mieux circonscrire l’activité de chaque foyer de production, et de contribuer à la distinction entre tirages originaux et tardifs. Elles pourront également aider à la localisation et à la datation d’estampes anonymes. Elles entendent enfin montrer tout l’intérêt scientifique que des analyses physico-chimiques revêtent dans le domaine de l’estampe, encore peu familier avec ce type d’approche et de méthode.

L’objet d’étude

L’estampe en couleur, appelée aussi gravure en clair-obscur ou en camaïeu, est expérimentée par des graveurs sur bois vers 1508-1510 jusque dans les années 1640 en Europe du Nord et du Sud. Elle est le fruit de recherches techniques et artistiques visant à traduire à l’impression de riches nuances de teintes. A la fois imitation du dessin et objet autonome, elle connut une large diffusion et suscita un intérêt évident auprès de peintres, comme Burgkmair, Cranach, Baldung Grien, Parmigianino, Floris, Goltzius, Rubens ou Lallemand en raison de l’emploi de la couleur, mode d’expression de nature à les séduire et à rejoindre davantage leur pratique artistique que les dégradés de noir et de blanc dont usaient les graveurs pour rendre une composition.

Les estampes en couleurs sont des objets complexes, où se trouvent superposées sur une même feuille de papier plusieurs couches d’encres de couleurs qui s’entremêlent ou se trouvent juxtaposées. L’étude de ces feuilles appelle nécessairement à se poser des questions d’ordre technique, au premier chef desquelles la caractérisation des pigments employés dans les encres. Pourtant, force est de constater que ce n’est pas cette approche qui a caractérisé l’étude du corpus des gravures en couleurs, aujourd’hui relativement bien établi. Les gravures en couleurs ont été étudiées selon des méthodes classiques en l’histoire de l’art (rapprochements stylistiques, constitution d’un répertoire propre à chaque graveur ou atelier, examen des relations entre les dessins d’un artiste et les estampes réalisées d’après ses compositions) sans que la question de la nature physique des pigments ne soit jamais évoquée. Or, l’emploi d’analyses scientifiques sur les pigments semble de nature à ouvrir d’autres voies d’explorations qu’une étude reposant uniquement sur les fondamentaux du connoisseurship. En effet, il semble vraisemblable d’affirmer que chaque graveur avait sa manière d’employer les pigments dans ses encres, de les doser et de les répartir sur les bois pour produire une estampe en couleurs. L’hypothèse selon laquelle ces éléments matériels marqueraient avec autant de certitude la signature d’un artiste ou d’un atelier que des considérations stylistiques, parfois sujettes à caution dans le cas d’une estampe anonyme gravée d’après une composition existante, semble riche de possibles redécouvertes.

Le projet

A l’image de projets déjà menés par le C2RMF et aux Etats-Unis sur des estampes italiennes du XVIe siècle, les porteurs vont lancer des analyses similaires sur un corpus d’une cinquantaine de gravures en couleurs nordiques (Allemagne, Pays-Bas, France) entre 1508 et 1640, qui permettront de compléter l’état du savoir sur les pigments des gravures en couleurs en Europe.

Cette étude se conçoit comme le préalable d’une exposition sur la gravure en clair-obscur en Europe qui se tiendra au Musée du Louvre au printemps 2018, dans les nouvelles salles consacrées aux Arts Graphiques. Elle réunira une centaine de feuilles issues des collections Edmond de Rothschild du Louvre, du département des Estampes de la BnF et de la Fondation Custodia. Les gravures analysées seront prioritairement choisies dans le fonds de la collection Edmond de Rothschild mais également dans le fonds de la BnF, partenaire du projet. Ces analyses seront croisées avec le relevé systématique des filigranes présents sur les papiers.

Après l’observation minutieuse des gravures du corpus, dix à vingt gravures feront l’objet d’analyses qui vont permettre de comprendre la mise en œuvre et la composition chimique des pigments responsables des couleurs. Les techniques non invasives doivent permettre de caractériser les composés chimiques de la matière afin de révéler si possible des empreintes chimiques permettant de distinguer des ateliers de graveurs.

L’analyse des pigments sera effectuée par le C2RMF :

  • analyse par fluorescence X (système ELIO) ;
  • microspectrométrie Raman ;
  • analyses par µRaman et par spectroscopie Infrarouge à transformée de Fourier (FTIR) ;
  • spectrométrie de réflectance dans UV, le visible et le proche infrarouge par fibres optique (FORS).

Les livrables

Les analyses devront répondre à trois principales questions :

  1. Identifier des pigments des estampes allemandes, flamandes, françaises et néerlandaises :
    – établir une liste des pigments employés par les graveurs nordiques, afin de les comparer à ceux employés par les graveurs italiens à la même époque
    – comprendre si une transmission technologique a eu cours de part et d’autre des Alpes, à différentes périodes du XVIe siècles.
  2. Établir si l’emploi de certains pigments est propre à un graveur ou un atelier, pour, le cas échéant, mieux circonscrire son activité :
    – expliciter les savoirs-faire particuliers de chaque foyer producteur d’estampes en couleurs
    – distinguer des tirages originellement conçus dans un atelier d’impressions tardives.
  3. Aider à la localisation ou à la datation des estampes anonymes :
    – mieux cerner la production de certaines estampes faussement attribuées à Dürer, dont on ignore aujourd’hui dans quel cercle et à quelle période elles ont pu être réalisées.

Responsable scientifique :
Séverine Lepape, Département des Arts Graphiques, Musée du Louvre

Partenaires Labex Patrima :
– Caroline Vrand, Vanessa Selbach, Rémi Mathis, Bibliothèque nationale de France
– Eric Pagliano, Clotilde Boust, Centre de recherche et de restauration des musées de France (C2RMF)


Image de Une sous licence Creative Commons Attribution-NonCommercial-ShareAlike 4.0 International (CC BY-NC-SA 4.0) : A skull (memento mori) balancing on a recessed ledge. Chiaroscuro woodcut / Andrea Andreani, 1861,0518.199, AN54964001, British Museum

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Fondation des sciences du patrimoine : résultats de l’Appel à projets 2016

Logo FSP vertical Labex PatrimaLe conseil d’administration de la Fondation des sciences du patrimoine (Labex Patrima) qui s’est tenu le 16 juin dernier au Château de Versailles a arrêté la liste des projets financés dans le cadre de l’appel à projets 2015. Une enveloppe de 645 000 € a ainsi été distribuée.

Après classement par le comité scientifique de la Fondation, 12 projets ont donc été retenus pour être soutenus par la Fondation des sciences du patrimoine ; 2 contrats doctoraux et 10 projets de recherche portés par des laboratoires de recherche ou de grandes institutions culturelles partenaires.

A ceux-ci s’ajoutent 4 thèses labellisées par les écoles doctorales des universités de Cergy-Pontoise et Versailles Saint-Quentin.

Les projets retenus impliquant la BnF feront prochainement l’objet d’une courte présentation individuelle dans ce Carnet de recherche :

  • PATRIMEPH : Patrimonialisation des Ephémères ;
  • CLARO : Analyse  des  pigments  des  encres  et  des  filigranes  des gravures en Clair-Obscur ;
  • RECCAL : Regards croisés sur les Calotypes (porté par Sylvie Aubenas du département des Estampes et de la photographie).

Consulter la liste de l’ensemble des projets et des contrats doctoraux retenus.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Global Art & Cultural Periodicals. Généalogies critiques et artistiques, XIXe-XXe siècles

Revista de arteLe projet Global Art & Cultural Periodicals. Généalogies critiques et artistiques a pour vocation d’écrire une histoire de la critique, périphérique à l’Occident, par l’exercice de la revue et de ses collectifs. Il couvrira les périodes du XIXe au XXIème siècle. Il se distingue de fait des travaux existants par la nature des terrains géographiques qu’il vise : l’Amérique du Nord, l’Amérique Latine, l’Afrique, l’Asie, les Caraïbes, le Moyen-Orient, et l’Océanie et des possibilités de réussite escomptées en raison aussi des compétences scientifiques et linguistiques des équipes que le constitue. Il consiste en la création d’un répertoire de revues d’art et d’idées, dont l’orientation généalogique doit rendre compte d’une filiation artistique et critique. Cet outil, destiné à intégrer la base AGORHA et souhaitant intéresser la communauté scientifique internationale, se distinguera des systèmes d’archivages en ligne actuels, tels que JSTOR, Cairn ou Persée, par son ambition à la fois narrative et comparative. Dans un premier temps il ne procédera ainsi à aucun dépouillement ni travail de numérisation, préférant renvoyer vers des ressources existant déjà, mais engagera, par un système d’indexation nominative et thématique ainsi que des modes de recherche et de compilation des données dynamiques (approches cartographique et chronologique), une série de questionnements autour de la revue : circulation et diffusion des modèles esthétiques, voyage des théories et concepts, formation de moments collectifs, structuration d’une pensée critique locale.

Se déclinant à la foitapa revista el grabado sivori_canale_1916_numero_1s en laboratoire d’expérimentation, atelier d’écriture et tribune, la revue est en effet rapidement devenue, en plusieurs lieux du monde, vectrice de parole : elle a contribué à fortifier des réseaux de sociabilités et à faire embrasser des pratiques modernes artistiques et critiques. Son caractère parfois éphémère – certains titres ne connaissent qu’une courte livraison – atteste cette démarche pragmatique qui opère par touches et essais et demeure toujours en action. Elle a permis à des groupements d’artistes et d’intellectuels de bâtir leurs ressources propres, leur vocabulaire théorique et d’élaborer un récit alternatif. Le répertoire, en excédant la liste habituelle des titres « monuments » et en demeurant ouvert aux formes variées d’initiatives critiques, participera de la redécouverte de ces histoires tout en mettant au jour des publications rares, anciennes ou méconnues.

Conçu sous une forme collaborative, le projet Global Art & Cultural Periodicals s’adjoindra enfin l’expertise de partenaires institutionnels et de spécialistes d’aires culturelles périphériques à l’Occident. La base de données qu’il envisage de construire sera d’ailleurs accompagnée d’une plateforme web éditorialisée, bilingue et en accès libre, à laquelle ils contribueront, qui permettra d’enrichir et de préciser le propos. L’équipe du projet « Global Art Prospective  » dispose de vastes compétences linguistiques notamment : l’allemand, anglais, arabe, bengali, italien, indi, chinois, espagnol, parsi et portugais. A ce jour un recensement préalable a déjà permis de repérer plus de 370 revues d’art historiques (XIXe et 1ère moitié XXème siècle) en provenance des différentes zones géographies dont relèvent le projet. Pour exemple la Cité du patrimoine et de l’architecture compte à ce jour quelques 450 périodiques contemporains. Les revues anciennes de langue étrangère rares et indisponibles sur le marché ne sont pas présentes. Le projet donnera lieu, pour finir, à plusieurs demi-journées d’études où seront confrontés les terrains d’étude, les approches théoriques et méthodologiques, ainsi que les enjeux liés au travail de recensement critique.

Responsable scientifique : Zahia Rahmani, responsable du domaine de recherche « Art et architecture dans la mondialisation », programme Global Art Prospective de l’Institut national d’histoire de l’art

Partenaires Labex CAP (personnes et institutions) :
– Florence Duchemin-Pelletier, Post-doctorante, pensionnaire à l’INHA, domaine « art et architecture dans la mondialisation », programme Global Art Prospective
– Mica Gherghescu, docteur en histoire et théorie de l’art (EHESS) et chargée du développement des services à la recherche à la Bibliothèque Kandinsky, Centre Pompidou, membre du projet Global Art Prospective
– Lucile Grand, Responsable de la médiathèque du musée du quai Branly
– Bernard Mnich, Responsable des périodiques, Cité de l’architecture et du patrimoine
– Florence Leleu, conservatrice des bibliothèques, adjointe de direction, Département art et littérature, Bibliothèque nationale de France
– Antoine Courtin, chef de la cellule d’ingénierie documentaire du département des études et de la recherche à l’INHA
– Christine Ferret, conservatrice des bibliothèques, responsable du service des acquisitions à l’INHA

Autres partenaires : Membres du projet Global Art Prospective
– Lotte Arndt, docteur en Cultural Studies (Paris 7/ Humboldt Universität), enseignante à l’École Supérieure d’Art et Design de Valence
– Marie Laure Allain Bonilla, docteur en histoire de l’art (Rennes 2) et post-doctorante à l’Institute of Urban and Landscape Studies de l’Université de Bâle
– Estelle Bories, docteur en histoire (IEP), enseignante à l’Université Paris 3
– Devika Singh, docteur en histoire de l’art (Cambridge), critique d’art indépendante et commissaire d’exposition, enseignante à l’Université de Cambridge
– Alix Chagué, monitrice-étudiante (Master 2), INHA
– Annabela Tournon, doctorante en histoire de l’art (EHESS), membre du projet Global Art Prospective
– Morad Montazami, commissaire-chercheur à la Tate Modern et doctorant en sciences du langage (CEHTA/EHESS), membre du projet Global Art Prospective
– Emilie Goudal, docteur en histoire de l’art (Paris Ouest), chercheur associé au CADIS/EHESS

Ce projet est rattaché à la Plateforme 3 : Processus créatifs, archivage et transmission du Labex CAP.


Images de Une :

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Images de la justice : Nazis et collaborateurs en procès dans l’Europe libérée

Le présent programme de recherche porte sur les images des procès conduits en Europe contre les nazis et leurs collaborateurs à l’issue de la Seconde Guerre mondiale. Ces procédures judiciaires furent filmées dans de nombreux pays (France, Pays-Bas, Italie, Tchécoslovaquie, Pologne…) ; l’enregistrement des audiences et l’usage des images connurent une intensité particulière en URSS ainsi qu’en Allemagne, dans les zones d’occupation alliées. Ces séquences filmées avaient pour vocation d’alimenter les journaux d’actualités ainsi qu’une production documentaire financée par les Etats qui en confièrent la réalisation à de talentueux cinéastes (Pare Lorentz, l’équipe de John Ford au sein de l’Office of Strategic Services, Roman Karmen…).
Ces enregistrements et ces films constituent un observatoire privilégié pour analyser les enjeux des procès d’après-guerre qui dépassèrent largement la question du jugement des criminels nazis, assumant des fonctions politiques, diplomatiques, sociales, éducatives, historiographiques, mémorielles. Les séquences filmées mettent également au jour des différences stylistiques notoires qui différencient les pratiques et les missions d’opérateurs venus de divers horizons.
En dépit de leur grande richesse, ces images n’ont fait l’objet à ce jour d’aucune étude approfondie. Le projet vise à éclairer cet angle aveugle par un double travail de collecte et d’analyse des sources dans le cadre d’une histoire transnationale. Le micro-projet du Labex CAP privilégiera l’étude des archives filmées à Nuremberg et celles enregistrées sur le territoire de l’ex-URSS pour lesquelles on ne dispose d’aucune étude ni d’aucun inventaire. C’est pourquoi les porteurs envisagent la mise en oeuvre d’un double dispositif :

1. une série de missions en Russie, Estonie, Lettonie, Lituanie, Biélorussie, Ukraine permettra d’inventorier et de rassembler les images et les films de procès tournés par les Soviétiques.  Elle offrira un précieux état des lieux à la communauté scientifique ; les chercheurs pourront accéder à ces archives que seront déposées à la BnF après les avoir sous-titrées ;

2. ces images seront analysées par Victor Barbat (historien du cinéma préparant un doctorat sur Roman Karmen), Irina Tcherneva (historienne du cinéma, spécialiste des pays baltes) et Vanessa Voisin (historienne, spécialiste de la Seconde Guerre mondiale sur le front de l’Est et des films biélorusses et ukrainiens). Ils présenteront leurs travaux dans le cadre d’une journée d’étude/atelier et d’un séminaire de recherche bimestriel. Ce dernier aura également pour vocation, grâce à l’invitation de chercheurs européens spécialistes de la justice, de préparer, pour 2018, la tenue d’un colloque international sur « L’Europe des procès : images et récits (1943-1948)».

Responsable scientifique : Sylvie Lindeperg (université Paris 1 /HiCSA – IUF)

Partenaires Labex CAP (personnes et institutions)
– Alain Carou (BnF, département de l’Audiovisuel)
– Agnès Devictor (université Paris 1/HiCSA)
– Ania Szczepanska (université Paris 1/HiCSA)

Doctorant :
– Victor Barbat, doctorant (Paris 1/ED 441 et HiCSA)

Autres partenaires
– Annette Wieviorka (université Paris 1/SIRICE)
– Alain Blum (CERCEC : EHESS/CNRS)
– Vanessa Voisin (CERCEC : EHESS/CNRS)
– Irina Tcherneva (CERCEC : EHESS/CNRS)
– Nadège Ragaru (Sciences Po Paris/CERI)
– Matthias Steinle (université Paris3/IRCAV)
– Catherine Gonnard (INA)
– Jean-Louis Comolli (cinéaste)

CERCEC (EHESS/CNRS, UMR 8083), Centre Marc Bloch (UMIFRE et USR 3130), FMS (Fondation pour la mémoire de la Shoah)

Le projet est rattaché à la Plateforme 1: Création, patrimoines, politique du Labex CAP.


Image de Une : Par Work of the United States Government — Creator: Office of the U.S. Chief of Counsel for the Prosecution of Axis Criminality/Still Picture Records LICON, Special Media Archives Services Division (NWCS-S), Domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=182386

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Le Chantier Fantasio : Enquête sur un processus de création à l’Opéra Comique

Chef d’œuvre méconnu de Jacques Offenbach, qui n’a pas été joué depuis sa création en 1872, Fantasio rouvrira les portes de l’Opéra Comique après dix-huit mois d’un chantier de rénovation d’une durée et d’une ampleur inédites. Cette fermeture se produit à un moment charnière, alors que les différents acteurs culturels – professionnels du spectacle, médiateurs culturels – prennent la mesure des défis que l’opéra, comme l’ensemble des « mondes de l’art » vont avoir à relever pour repenser le rapport à ce qui « fait scène », devant des publics renouvelés et dans un contexte de crise économique et de désengagement accéléré de l’Etat en matière culturelle. Si bien que l’ « invisibilité » relative de l’Opéra Comique auprès du grand public durant de longs mois, le poids financier des travaux conjugués à la remise à plat attendue des termes de l’accord qui lient l’établissement à la tutelle du ministère de la Culture apparaissent de prime abord comme un réseau serré de contraintes. Tout autant, cette fermeture peut s’offrir comme une chance à saisir pour reformuler un projet artistique et un modèle économique et expérimenter de nouveaux champs d’action.

C’est ce dernier pari que lance le nouveau directeur de l’Opéra Comique Olivier Mantei, dont la nomination le 27 juin dernier procède tout à la fois d’une continuité visible – il a secondé durant huit ans le metteur en scène Jérôme Deschamps à la tête de l’Opéra Comique – et d’un profond changement de paradigme dans la pensée la conduite d’un grand établissement public au XXIe siècle. Producteur ayant toujours évolué entre le public et le privé, dont les règles au théâtre comme à l’opéra sont radicalement différentes – codirecteur depuis 2010 du théâtre des Bouffes du Nord avec Olivier Poubelle, il gère un établissement autofinancé à 85%, tandis que la salle Favart, bien que dans une moindre mesure par rapport à l’Opéra de Paris, dépend plus largement des subventions publiques –, Olivier Mantei apparaît dès lors comme un « homme double », dans le sens où l’historien Christophe Charle évoque les acteurs culturels au contact de deux cultures habituellement séparées, dont le jeu de « miroir sans tain » peut permettre de rebattre les cartes de l’économie du théâtre lyrique comme celles du régime des œuvres.

C’est ainsi qu’Olivier Mantei a décidé de tirer profit du chantier de la salle Favart et de l’ouvrir au grand public, créant par là une sorte de « système » de lieux virtuels et actifs faisant vivre l’Opéra Comique au travers d’un calendrier d’évènements regroupés sous le sigle de « Favart Off » – soirées organisées dans le chantier, ateliers  pour les abonnés et les amateurs de musique qui font vivre l’illusion d’un opéra quand celui-ci ne peut le faire par des spectacles, financement participatif, etc. Cette festivalisation du chantier participe dès lors d’une mutation souhaitée, quoique ambiguë, entre un mode production qu’on pourrait qualifier de capitaliste au sens technique du terme, vertical, où le processus productif est lui-même invisible et cantonne le public dans une position de pur récepteur, à un mode de production collectif, où un public socialement renouvelé et idéalement rajeuni serait impliqué de diverses manières.

À cette ouverture au public qui vise en creux à son renouvellement tout autant d’un point de vue sociologique que générationnel, l’Opéra Comique crée une nouvelle temporalité de production en offrant à certains projets des temps de gestation inhabituellement longs dans l’économie habituelle du théâtre lyrique. C’est le cas notamment du Fantasio d’Offenbach, confié à Thomas Jolly, figure majeure de la création théâtrale contemporaine qui s’attaque pour la première fois à un ouvrage lyrique et doit dès lors se positionner face au caractère hybride du parlé-chanté propre à l’opéra-comique. Grâce au chantier, en somme, Thomas Jolly et sa troupe vont en effet bénéficier d’un temps élargi avec la possibilité d’un travail dramaturgique poussé sur le riche livret de Fantasio, qui s’appuie librement sur la pièce d’Alfred de Musset en oscillant entre poétique du double et de l’irrationalité et célébration de la fête populaire autour de son personnage central : Fantasio, jeune bourgeois de Munich, décide de se faire passer pour le feu bouffon du roi afin de tromper son ennui. Son aventure l’amènera à empêcher le mariage d’Elsbeth, la fille du roi, avec le prince de Mantoue – ce qui entravera fortement le processus de paix entre les deux cités. En retour, la compagnie de Thomas Jolly, la Piccola Familia, peut réfléchir à développer un nouveau modèle de production lyrique en s’appuyant sur l’expérience du théâtre : création d’une véritable troupe, rendez-vous réguliers sur des temps assez longs afin de travailler la symbiose, le collectif.

Il apparaît bien que ces diverses réflexions constituent en soi un chantier pour les sciences humaines et sociales, donnant à explorer et à comprendre une « parole du dedans » – parole des métiers de la scène, à la fois réflexive et performative –, que l’équipe de chercheurs entreprendra de recueillir dans un jeu original d’interaction entre créateurs et chercheurs devenant passage entre la pratique du jeu et les paroles qui le construisent et/ou l’analysent. Dans cette double démarche réflexive, à la fois d’une institution s’interrogeant sur les conditions concrètes de son travail (conditions artistiques, intellectuelles, institutionnelles, matérielles, culturelles), et d’une équipe de créateurs dans le chantier d’une œuvre, la présence de chercheurs travaillant sur la création artistique par le prisme de différentes disciplines – musicologie, littérature, sociologie, philosophie… – viendra considérablement enrichir l’approche. Il s’agira de fournir, dans une position scientifique d’observation participante, un complément direct à la création. Non pas un discours a posteriori, comme le veut la tradition universitaire, mais un discours in medias res, qui vise à trouver sa place au cœur même de la pratique artistique et vient interroger la frontière entre production scientifique et production artistique. Selon Thomas Jolly, cette coopération permettra « une réhabilitation à la fois du métier de chercheur et de celui d’ouvrier du théâtre, le premier n’étant pas seulement un intellectuel enfermé dans les livres pour en écrire d’autres et le second n’étant pas qu’un saltimbanque : ils sont tous deux nécessaires pour qu’une réflexion, simple ou complexe, connaisse plus d’un média, aussi bien la parole que le geste »1.

Responsable scientifique : Karine Le Bail (CRAL – CNRS/EHESS)

Partenaires Labex CAP (personnes et institutions) :
– BnF (Département de la Musique / Bibliothèque-musée de l’Opéra) – Mathias Auclair, directeur
– Une collaboration est souhaitée avec l’Ecole nationale des Chartes pour le Fonds Louis Bernier de la BnF.

Posdoctorants, doctorants et masterants :

– Dominique Peysson. Docteur en physique des matériaux (1994) et en arts et sciences de l’art (2013), maître de conférence à l’ESPCI (1995-1998). Chercheure et artiste plasticienne à EnsadLab depuis plusieurs années, Dominique Peysson travaille en lien avec de nombreux laboratoires de sciences exactes. Elle promeut la rencontre entre les arts contemporains et les sciences. Elle bénéficie d’un contrat postdoctoral financé par PSL à l’ENSAD (ReM, RESPONSIVE MATTER. Expérimenter et créer avec de nouveaux matériaux responsifs), octobre 2015-octobre 2016.
– Maria Chiara Prodi. Doctorante au CRAL (doctorat Musique, Histoire, Société) sous la direction d’Esteban Buch et de Karine Le Bail autour du thème “Musique et médiation”. Adjointe à la directrice de production de l’Opéra Comique, en charge de la coordination artistique, elle assurera la coordination des enquêtes menées à l’Opéra Comique.

Ce projet est adossé à un atelier de création et de recherches institué par Karine Le Bail, l’EHESS et l’Opéra Comique dans le cadre d’une convention inédite visant à associer étroitement des étudiants de l’EHESS au processus de création d’un opéra méconnu de Jacques Offenbach, Fantasio, programmé pour la réouverture début 2017 de l’Opéra Comique après travaux, dans une mise en scène de Thomas Jolly. Sept étudiants ont été sélectionnés en décembre 2015 par un jury constitué de professeurs de l’EHESS, de l’équipe de direction de l’Opéra Comique, de Thomas Jolly et de sa compagnie La Piccola Familia. Le choix a été opéré en fonction de leurs compétences artistiques et de leurs thématiques de recherches :

– Anna Buy, masterante en Arts et Langages sur le thème « Poétique du matériau sonore dans la pratique artistique contemporaine »
– Charles-Alexandre Creton, masterant en Arts et langage sur le thème « Transferts de temporalité entre littérature et musique chez Berlioz, Musset et Proust »
– Eddy Garaudel, étudiant à l’École Normale Supérieure de Paris et masterant à l’EHESS sur le thème de « La figure de l’homme naturel dans l’opéra-comique du XVIIIe siècle »
– Margaux Mergier, masterante à l’EHESS en Arts et langage – parcours images et cultures visuelles – sur le thème de l’intermédialité dans les productions artistique contemporaines
– Solal Piérot-Guedj, titulaire d’un Master 2 Pro de Philosophie à l’ENS de Lyon, et d’un Master 1 de Philosophie à l’ENS de Lyon sur le thème de l’imagination comme méthode chez Alfred North Whitehead. Masterant en Musique à l’EHESS sur le thème des publics d’opéra et de la violence dans leur rapport au fait musical.
– Noémie Regnaut, élève de l’ENS de Lyon, titulaire d’un Master 2 en « Arts de la Scène » sur le thème des figures de l’exil dans les autobiographies théâtrales contemporaines. Masterante à l’EHESS en Arts et langages – parcours image et culture visuelle – sur le thème “Les formules du tragique” chez Roméo Castellucci.
– Maria Ridao Mestres, masterante en Arts et langage sur le thème des rapports entre théâtre et philosophie dans l’œuvre de Calderón de la Barca.

Autres partenaires :
– Opéra Comique – Olivier Mantei, directeur et Agnès Terrier, dramaturge
– La Piccola Familia – Thomas Jolly, metteur en scène, Alexandre Dain, assistant à la mise en scène et Katja Krüger, dramaturge sur l’opéra Fantasio
– Radio France – Pool son, Bernard Lagnel preneur de son et mixeur en charge des recherches sur le binaural (http://www.lesonbinaural.fr/) et le plasticien sonore Pascal Rueff (http://www.binaural.fr/binaural/)

Le projet est rattaché à la Plateforme 4 : Expositions, pratiques et expériences du Labex CAP.


Image de Une : Fantasio : petite valse très facile / [d’après l’]opéra-comique d’Offenbach ; d’après O. Métra ; pour le piano [par] Antony Bérel ; [ill. par] A. Jannin. Disponible en ligne : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b90741440>

  1. Thomas Jolly, présentation publique du projet Fantasio à l’Opéra Comique, décembre 2015. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Digital Millin : L’Italie dessinée de l’Antiquité au Néoclassicisme

Archéologue et historien de l’art français, directeur du Magasin encyclopédique, auteur des Antiquités nationales et du Voyage dans les départemens du Midi de la France, Aubin-Louis Millin (1759-1818) fit, à 52 ans, son premier et unique voyage en Italie et s’aventura jusque dans les régions inexplorées du Mezzogiorno.

À côté des monuments de l’Antiquité classique, il s’intéressa de près à ceux moins connus du Moyen Âge, de la Renaissance et de l’époque moderne. Là, il parvint à réunir plus de 4000 dessins et relevés qu’il confia à de jeunes artistes locaux ou à des artistes étrangers au premier rang desquels le peintre prussien Franz Ludwig Catel (1778-1856). Ce vaste corpus qui ne fut jamais publié fut dispersé après sa mort entre divers fonds et dans les divers départements de la Bibliothèque nationale.

Les études conjointement menées par l’Institut nationale du patrimoine (Inp), la BnF, et la Sapienza – université de Rome depuis 2008 ont permis le récolement de ces dessins qui, précisément datés et consciencieusement reproduits, dressent un point précis de la situation patrimoniale de l’Italie au début du XIXe siècle, de Turin à la Calabre.

Afin de redonner vie au projet inachevé de Millin, l’Inp, la BnF, l’INHA et l’université Paris 1 envisagent de réaliser une base de données interactive regroupant l’intégralité des dessins retrouvés. L’outil, ouvert à l’ensemble de la communauté scientifique, permettra l’identification des monuments reproduits, l’étude de leur état actuel mais aussi la constitution d’une documentation importante permettant de faire le lien entre les œuvres disparues ou aujourd’hui isolées de leur contexte d’origine.

 Responsable scientifique : Gennaro Toscano, Conseiller scientifique et culturel sur le projet de Bibliothèque-Musée Richelieu de la BnF

Partenaires Labex CAP (personnes et institutions) :
– Martine Denoyelle, INHA
– Corinne Le Bitouzé, BnF
– Philippe Plagnieux, Paris 1 – HiCSA
– Olivier Mattéoni, Paris 1

Etudiants et doctorants : Marie-Amélie Bernard, Paris 1

Autres partenaires : Luciana Mocciola, docteur en histoire de l’art, professeur en classes préparatoires ; Florence Lebars, docteur en histoire de l’art

Coordination : Manuela Bazzali, Inp

Le projet est rattaché à la Plateforme 3 : Processus créatifs, archivage et transmission du Labex CAP.


Image de Une : [Mosaïques antiques et du Moyen-âge] : [relevés de décors] / [recueillis par Aubin-Louis Millin]. Disponible en ligne : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b69358304

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Labex CAP : la BnF partenaire de 4 nouveaux micro-projets 2016-2017

En décembre 2015, après son évaluation à mi-parcours et sa reconduction, le Labex CAP lançait son quatrième appel à projet qui s’est clos le 4 février 2016.

Suite à la campagne d’évaluation des programmes, vingt-deux projets (sur trente-sept projets déposés) ont été sélectionnés par le Conseil et le bureau du LabEx, réunis en jury le 18 février et le 10 mars 2016. Ces programmes de recherche aboutiront en novembre 2017 ; l’enveloppe globale qui leur a été allouée est de 309 000 euros.

La Bibliothèque nationale de France, membre du Labex, se trouve être partenaire de quatre des nouveaux micro-projets de la période 2016-2017.

Ces projets sont inclus dans trois des quatre grands domaines de réflexion qui s’expriment par les plateformes à projets thématiques définies par le LabEx, à savoir :

  • Plateforme 1 : Création, patrimoine et politique
    Projet : Images de la justice : Nazis et collaborateurs en procès dans l’Europe libérée
  • Plateforme 2 : Original, multiple et reproduction
    Pas de projet BnF
  • Plateforme 3 : Processus créatifs, archivage et transmission
    Projet : Digital Millin : L’Italie dessinée de l’Antiquité au Néoclassicisme
    Projet : Global Art & Cultural Périodicals. Généalogies critiques et artistiques, XIXe-XXe siècles
  • Plateforme 4 : Expositions, pratiques et expériences
    Projet : Le Chantier Fantasio : Enquête sur un processus de création à l’Opéra Comique

Dans les prochains jours, chacun des projets fera l’objet d’un courte présentation.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

COMPRESSIL : COnservation Matérielle du papier de PRESse par les polySILoxanes

Logo FSP vertical Labex PatrimaCe projet sur lequel collabore le département de la Conservation de la BnF (Philippe VALLAS) associe le Centre de Recherche sur la Conservation des Collections (CRCC, coordonnateur : Anne-Laurence DUPONT) et le Laboratoire de Physicochimie des Polymères et des Interfaces (LPPI, université de Cergy : Odile FICHET) ; il a officiellement débuté en octobre 2012, pour une durée de 3 ans. Le projet était financé par la Fondation des sciences du patrimoine (Labex PATRIMA).

Résumé

Il avait pour but de développer une méthodologie de traitement novatrice qui permettra la désacidification et le renforcement simultanés de ces documents afin de proposer une solution complète viable aux documents devenus incommunicables. Pour cela, des réseaux interpénétrés de polysiloxanes à fonctionnalité alcaline, incorporés au papier, ont été développés et caractérisés physico-chimiquement à des fins d’optimisation.

Le projet a fait l’objet d’une thèse menée par Camille Piovesan (ED 417, École Doctorale Sciences et Ingénierie – Université de Cergy Pontoise) en co-tutelle entre le CRCC et le LPPI. La BnF, partenaire sur ce projet, s’est proposée pour fournir des informations concernant la composition chimique réelle des papiers de presse conservés en bibliothèque.

Contribution de la BnF

Dans ce but, un échantillonnage de papiers de presse représentatifs a été constitué à partir des collections du département Droit, économie et politique : ces papiers ont été analysés au laboratoire de la Bibliothèque nationale de France, sur le site de Bussy-Saint-Georges. Pour chaque titre de presse retenu, les prélèvements représentaient un morceau de papier de 5cm2 prélevé sur un numéro tous les deux ans de 1950 à 2010.
Les informations récoltées à partir de ces prélèvements ont permis une évaluation de la qualité des papiers de journaux nationaux, régionaux, de presse syndicale ou de presse d’outre-mer ; d’estimer les évolutions dans la fabrication des papiers de presse et d’anticiper de futures mesures de conservation.

Pour en savoir plus

  • Camille Piovesan, « Conservation matérielle du papier de presse par les polysiloxanes. Etude des réseaux interpénétrés pour le renforcement et la désacidification des papiers patrimoniaux (compressil) » : poster présenté au colloque « Les sciences de la conservation du patrimoine et le développement durable: acquis, recherche, innovation », Paris, 23, 24, 25 octobre 2013. Disponible en ligne : <http://crcc50.sciencesconf.org/conference/crcc50/pages/30_Piovesan.pdf>

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

La presse lusophone dans le monde

Le lundi 25 avril 2016 (14h30-18h) se tient la sixième séance du séminaire Transfopress Europe portant sur La presse lusophone dans le monde.
La séance est animée par Graça dos Santos (Université Paris Ouest Nanterre La Défense) .

Programme :

  • Philippe Mezzasalma (BnF) : « La presse lusophone dans les collections de la Bibliothèque nationale de France »
  • Diana Cooper-Richet (CHCSC/UVSQ) : « La presse lusophone de Paris dans la première moitié du XIX° siècle »
  • Cristina Climaco (Université Paris VIII) : « La presse de l’immigration portugaise en France de 1927 à 1939 »
  • Victor Pereira (Université de Pau) : « La presse portugaise en France pendant l’Estado Novo (1933-1974) »
  • Alberto Pena Rodriguez (Université de Vigo) : « The Portuguese press in Massachusetts and California : Diario de Noticias and Jornal Portugues »
  • Ana Navarro Pedro, Correspondante à Paris de l’hebdomadaire portugais Visao

Lieu :

Bibliothèque nationale de France | Hall Est | Salle des commissions 2.

Le séminaire Transfopress-Europe est animé par des chercheurs du CHCSC (EA 2448, UVSQ) et du LARCA (UMR 8225, Paris Diderot), accueilli par la Bibliothèque nationale de France et financé par le LabEx Patrima.

Programme : le programme [PDF – 2 Mo]


Image de une : Paris-noticias : édition parisienne du Diario de noticias de Lisbonne / directeur Paulo Osorio

Citer ce billet : Olivier Jacquot. “La presse lusophone dans le monde”. Dans Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France [En ligne]. http://bnf.hypotheses.org/211 (consulté le 25 avril 2016).

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts