Archives de catégorie : Programmes de recherche

Colloque : Des humanités numériques littéraires ?

L’observatoire de la vie littéraire (LabEx OBVIL) organise un colloque de sept jours à Cerisy, sous la direction de Didier Alexandre, Milad Doueihi et Marc Douguet.

Argument

Le numérique bouleverse le champ des lettres sous divers angles : la création, l’archivage et la conservation des textes, mais aussi l’enrichissement des données et leur usage. Il oblige à penser un nouvel humanisme littéraire, dont les objets, les pratiques, les conditions d’existence et les finalités sont à définir.

On peut distinguer, dans ce qui scande la démarche du numérique littéraire, trois temps bien différents : la numérisation en vue de la constitution de données et de corpus ; l’intelligence des textes, par la fouille de données et l’herméneutique assistée ; la transformation de la vie littéraire et de l’activité critique.

Les nombreuses questions soulevées par cette révolution à la fois technologique, économique et culturelle, portent sur de nombreux objets : le texte numérisé ; l’édition numérique et l’archivage des données avec les problèmes juridiques qu’ils posent ; les logiciels d’analyse et leurs effets critiques dans la génétique textuelle et la lecture contextuelle ; les réseaux de sociabilité littéraire et critique. Le design des objets numériques doit aussi faire l’objet d’une grande attention. Pour mesurer les transformations des conditions de lecture ainsi que leurs limites, cette exploration sera conduite à partir des études littéraires et des recherches en informatique.

Le colloque, qui alternera communications suivies de débats approfondis et ateliers abordant ces différentes questions, réunira des chercheurs venus d’horizons divers (littéraires, informaticiens, spécialistes de la communication, historiens du web, anthropologues) ainsi que toute personne intéressée par les sujets traités.

Programme

Jeudi 15 juin

Après-midi : accueil des participants
Soirée : présentation du Centre, du colloque et des participants

Vendredi 16 juin

Matin : Ouverture par Didier Alexandre, Milad Doueihi et Marc Douguet.
Perspectives historiques et méthodologiques

  • Aurélien Berra : Méthodes lettrées: recherches antiques et expérimentations numériques
  • Dominique Legallois : Pour en revenir au texte: aspects de la lecture à « bonne distance » en humanités numériques littéraires

Après-midi :
Les corpus numériques : constitution, édition et exploitation

  • Vers une histoire numérique de la mythographie, table ronde avec Diego PELLIZZARI (Mythographie et canon littéraire [communication établie avec Véronique GÉLY])
  • Mercedes BLANCO : Gongora et les humanités numériques: nouvelles méthodes pour une nouvelle poésie

Samedi 17 juin

Matin : approches formelles

  • Valérie BEAUDOUIN : L’apport du numérique à l’analyse métrique et rythmique
  • L’analyse numérique du texte théâtral, table ronde avec Didier ALEXANDRE, Donatien AUBERT (La création d’environnements et d’avatars de synthèse appliquée à la scène : vers une redéfinition des partitions théâtrales traditionnelles ?), Marc DOUGUET (Les motifs dramaturgiques dans le théâtre du XVIIe siècle : évolution, spécificités auctoriales et répartition générique) et Frédéric GLORIEUX

Après-midi: à la médiathèque de Saint-Lô

  • La plateforme Apollinaire-Marie Curie : présentation de la base de donnée et de l’interface, table ronde avec Didier ALEXANDRE, Krystelle DENIS, Paule DESMOULIÈRE et Delphine VERNOZY
  • Paysage Fer, réouvert, lecture-performance par François BON & Dominique PIFARÉLY

Dimanche 18 juin

Matin : quels outils pour la fouille de texte ?

  • Bénédicte PINCEMIN : Apports de la textométrie à l’analyse de corpus littéraires numériques
  • Les vecteurs dans la boîte à outils des littéraires : quel instrument pour quels usages ?, atelier avec Olivier GALLET, Frédéric GLORIEUX et Marianne REBOUL

Après-midi : détente

Lundi 19 juin

Matin : les usages du numérique

  • Christophe SCHUWEY : La forme sur le fond: les enjeux de l’interface
    Marc JAHJAH : Word, Ulysses et autres traitements de texte : quelle archéologie possible ?
  • Thomas LEBARBÉ : Des manuscrits de Stendhal au CAHIER d’Huma-Num : unité et diversité des humanités numériques textuelles

Après-midi : archives et bibliothèques numériques

  • Archives du Web et humanités numériques, de la collecte à l’analyse, atelier avec Géraldine CAMILE, Louise MERZEAU, Zeynep PEHLIVAN et Valérie SCHAFER
  • Le moteur de recherche de Gallica et le chercheur : lequel des deux apprivoise l’autre ?, atelier avec Sophie BERTRAND, Jean-Philippe MOREUX et Stéphane PILLORGET

Soirée :

  • Le texte élusif dans la littérature numérique, table ronde organisée par Yan RUCAR, avec Annie ABRAHAMS (Une pratique du texte numérique qui dévoile), Philippe BOOTZ (Le texte absent comme indice d’une inadaptation) et le collectif RYBN (Machines d’écriture algorithmiques)

Mardi 20 juin

Matin : les humanités numériques et l’intertextualité

  • Marine RIGUET : Le sacre d’une littérature palimpseste ?
  • Effets d’optique textuelle à grande échelle : Les Champs du réemploi, table ronde avec Didier ALEXANDRE, Jean-Gabriel GANASCIA, Clovis GLADSTONE, Robert MORRISSEY et Glenn ROE

Après-midi : création numérique

  • I.A. et poétique : les RNN (Recurrent Neural Networks) appliqués au champ de la création littéraire, table ronde avec Anaïs GUILET et Franck SOUDAN
  • Éditorialisation et littérature, atelier avec Servanne MONJOUR, Nicolas SAURET et Marcello VITALI-ROSATI

Mercredi 21 juin

Matin : études de style

  • Rudolf MAHRER : Peut-on faire des « variantes » un observatoire pour l’histoire du style ?
  • Être ou ne pas être raisonneur : étude du lexique et des motifs syntaxiques dans les comédies de Molière, table ronde avec Élodie BÉNARD et Jean-Gabriel GANASCIA (avec la collaboration de Francesca FRONTINI)

Après-midi : à l’IMEC à Caen
Visite des archives de l’IMEC, par Claire PAULHAN

  • L’exploitation scientifique d’un corpus numérique épistolaire, table ronde avec Clarisse BARTHÉLEMY, Pauline FLEPP et Camille KOSKAS

Jeudi 22 juin

Matin : l’analyse des textes critiques

  • Motasem ALRAHABI : Analyse automatique du jugement critique du XIXe siècle : évaluation des résultats
  • Chiara MAINARDI : Les dessous du numérique. La transformation des approches critiques : paradigme d’une nouvelle exploration littéraire ?

Conclusions
Après-midi : départs

Modalités pratiques

Centre Culturel International de Cerisy-la-Salle
Le Château, 50210 Cerisy-la-Salle – France

Résumés des interventions : http://www.ccic-cerisy.asso.fr/humanitesnumeriques17.html

Inscriptions : http://www.ccic-cerisy.asso.fr/inscription.html

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

LabEx CAP : Appel à candidatures / Programme Immersion

Le Laboratoire d’excellence Création, Arts et Patrimoines (LabEx CAP), annonce l’attribution par voie de concours de cinq bourses « Immersion » pour l’année 2018.

Le programme « Immersion » est un dispositif nouveau et original à double visée. Il contribue à la formation professionnelle des doctorants qui s’orientent vers les métiers de la culture en rapport avec la recherche universitaire. Il vient également en appui au développement des départements recherche des musées et à la réalisation des projets de recherche des institutions patrimoniales membres du LabEx CAP.

Le dispositif « Immersion » consiste donc à mettre en mouvement les liens entre les jeunes chercheurs et les musées par un travail d’expertise et de recherche. L’intégration des musées pour une durée de dix mois peut prendre des formes diverses : préparation scientifique d’une exposition, travail de recherche sur des fonds, des réserves, des archives etc. Les étudiants bénéficient de l’acquis d’une véritable expérience professionnelle auprès d’une structure patrimoniale ou muséale ; inversement, les musées approfondissent, par la recherche, la mise en place de leur programmation et/ou la valorisation de leurs fonds.

Conditions d’admission

Candidats : les candidats doivent être inscrits en thèse prioritairement dans un des établissements d’enseignement supérieur membre du LabEx CAP :
CNAM, EHESS, EPHE, ENC, ENSCI, ENSA Paris La Villette, LCPI Paris Tech, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Des candidats inscrits dans d’autres établissements peuvent également postuler.

Institutions d’accueil (voir les profils de poste ci-joints) pour 2018 :

– Bibliothèque nationale de France / Exposition de photographies anciennes organisée par la BnF et le musée de l’Elysée de Lausanne
– Centre Pompidou / Histoire des collections – le Musée national d’art moderne
– Musée du Louvre / Exposition monographique Delacroix
– Musée Picasso /  Picasso et le Louvre
– Sèvres – cité de la céramique / La production de la Manufacture de Sèvres, une histoire photographique

Modalités pratiques

Calendrier de recrutement

→ Date de lancement du concours : le 11 mai 2017
Date de clôture – dépôt des candidatures : le 1er septembre 2017
→ Phase d’admission (auditions*) : courant septembre 2017
→ Prise de fonction : 2 janvier 2018
*Chaque institution forme un jury d’admission comprenant des personnels internes et des membres du bureau du Labex CAP. Les candidats sont auditionnés au sein de chacune des structures d’accueil.

Durée du recrutement, nature du contrat

→ Le contrat proposé est d’une durée de 10 mois
→ Contrat de travail de catégorie B (personnel non titulaire non enseignant), temps plein (4/5 de présence dans l’institution, 1/5 consacré à la thèse)

Dossier de candidature

Le dossier de candidature complet (Immersion_Musee_Nom.PdF) devra être envoyé au plus tard le 1er septembre 2017 à 16h00 au bureau du Labex CAP : zinaida.polimenova@univ-paris1.fr

Le dossier comprend :
→ le projet de la thèse (3 à 5 pages)
→ une lettre de motivation sous forme de projet personnel en lien avec le profil de poste proposé : il est demandé de valoriser le lien entre le sujet de thèse du candidat et les missions que le musée souhaite lui confier
→ un curriculum vitae
→ photocopie du dernier diplôme obtenu
→ éventuellement une publication (PDF)
→ deux lettres de recommandation rédigées par des chercheurs et des personnalités reconnues du monde des arts et de la création

Critères de sélection

→ L’adéquation du profil des candidats (parcours, compétences scientifiques) et de leur projet de thèse avec le profil recherché par les institutions partenaires du Labex CAP.
→ La motivation des candidats.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Les débuts de l’édition vidéoludique française

La Bibliothèque nationale de France contribue à la formation à la recherche par la recherche en accueillant, depuis 2003, des masterants et doctorants dans ses départements. Afin de montrer la diversité des sujets d’étude et des parcours de chercheurs, nous nous proposons de rendre compte de quelques travaux.

Ainsi, de 2013 à 2016, le département de l’Audiovisuel a accueilli Benjamin Barbier de l’équipe INDEX1 du Laboratoire Paragraphe (EA 349 de l’université Paris 8).

Sujet de la recherche

Son sujet de recherche portait sur les débuts de l’édition vidéoludique en France. C’est-à-dire, la production française de jeux vidéo antérieure à la loi sur le dépôt légal du logiciel. La période retenue va du milieu des années 1970 à 1995. Il s’agit d’une période complexe au regard de la production vidéoludique. En effet, le marché n’est à l’époque pas encore stabilisé. De nombreux constructeurs qui ont aujourd’hui disparu ou se sont retirés du marché se lancent alors dans la production de consoles de jeux ou de micro-ordinateurs. Alors qu’il n’existe aujourd’hui que trois constructeurs majeurs de consoles (Sony, Microsoft et Nintendo), il en existait plus d’une dizaine il y a une trentaine d’années. Les supports étant multiples, l’univers des développeurs de logiciels qu’ils soient ludiques ou non était en conséquence assez complexe et difficile à appréhender dans sa globalité.

Une multitude d’acteurs se succèdent ou coexistent, dans un écosystème encore en construction. Les entreprises naissent pour ne durer que quelques années, changent de nom, sont absorbées par d’autres acteurs plus importants, changent de domaine de spécialité, etc.

En ce qui concerne les collections de la Bibliothèque nationale de France couvrant ce domaine, celles-ci sont parfois lacunaires avant 1995, date à laquelle le dépôt légal des logiciels est véritablement instauré. Les titres qui figurent dans les collections ont été acquis a posteriori et, étant donné l’abondance de la production française de ces années, tout n’avait pas pu encore être ajouté au fonds.

Objectifs de la recherche

A l’origine, les objectifs de cette recherche étaient multiples. Il s’agissait, par ordre de priorité, de faire un état des collections du département de l’Audiovisuel la BnF concernant la production de jeux vidéo français datant de cette période ; de repérer et d’identifier les éventuelles lacunes des collections dans ce domaine ; d’identifier les différents acteurs de cette production (développeurs, éditeurs) ; de contacter ces acteurs afin de solliciter des entretiens et éventuellement des dons qui pourraient venir enrichir les collections ; de penser l’organisation de manifestations qui pourraient permettre de valoriser ce fonds.

Bilan des recherches effectuées

Etat des collections

Les recherches effectuées ont permis d’identifier de nombreuses entreprises de l’édition et du développement vidéoludique français de la période concernée. La méthode choisie a été de partir d’éléments concernant ce domaine, publiés sur internet. Partir des collections de la BnF n’aurait en effet pas permis de certitudes quant à l’exhaustivité de la recherche. Partir de celles-ci aurait permis de collecter un certain nombre de développeurs ou d’éditeurs et, partant de leurs noms, de tenter de reconstituer leurs catalogues mais il n’aurait pas été possible de savoir si ceux-ci constituent la totalité des acteurs de l’époque ou un simple échantillon dont le point commun est d’avoir au moins un titre présent dans les collections de la BnF. De plus, lorsque l’on effectue une recherche concernant les logiciels sur le catalogue général de la BnF, il n’est pas toujours possible de savoir si le titre renvoyé par la base est un jeu vidéo ou un logiciel utilitaire. La plupart du temps, le titre suffit à distinguer ces deux catégories mais ce n’est pas systématiquement le cas.

La recherche sur internet a donné de bons résultats. Il s’agit en effet d’un domaine pour lequel il existe de nombreuses communautés en ligne, celles-ci étant le plus souvent constituées de passionnés très au fait du domaine auquel ils s’intéressent. Et bien que les recherches sur internet soient dans de nombreux domaines, notamment historiques, peu fiables et s’avérant très rapidement limitées, il s’agit ici d’une ressource majeure. Ceci est d’autant plus vrai qu’il n’existe que très peu de publications papier concernant cette production, les magazines spécialisés ne pouvant pas non plus être considérés comme exhaustifs et leur dépouillement étant extrêmement fastidieux. Il existe des sites internet de passionnés, voire des sites créés par les acteurs historiques eux-mêmes qui publient des catalogues répertoriant les productions des différents éditeurs. Bien sûr, ces catalogues ne sont pas systématiques et ils n’existent que dans le cas où la communauté entourant les productions de tel ou tel développeur ou éditeur est suffisamment active. Wikipédia peut également être une bonne source d’informations pour un début de recherche dans la mesure où, bien souvent, la page consacrée à un éditeur ou à un développeur expose un catalogue des productions de ce dernier. Restait toutefois à vérifier d’une part si ce catalogue présenté est bien exhaustif et, d’autre part, si les informations mentionnées étaient exactes (date de publication, auteur(s), plateformes, etc).

Autre ressource précieuse pour cette recherche, la thèse d’école des chartes de Colin Sidre : «Une histoire du jeu vidéo en France : l’objet vidéoludique et ses réseaux de distribution (1974-1988)»2, qui dresse un panorama assez complet du paysage des professionnels du jeu vidéo en France depuis les débuts de ce médium dans l’hexagone. Il s’agit, selon Benjamin Barbier, du seul travail d’envergure sur ce sujet comportant la rigueur scientifique nécessaire à une exploitation pour son travail de recherche.

Il semble que ce soit la conjugaison de ces différentes sources, publications web, publications papier de l’époque et publications scientifiques qui seule permette d’assurer l’exhaustivité de son travail. Benjamin Barbier a privilégié les sources les plus accessibles (le web et les publications scientifiques), mais la consultation des revues papier de l’époque s’est avérée nécessaire afin de pouvoir combler les éventuelles lacunes laissées par les précédentes sources.

Suite à ces recherches, Benjamin Barbier a établi une liste présentant les différents jeux produits en France des années 70 aux années 90. Il a choisi de présenter ces jeux par développeur afin de pouvoir plus aisément les distinguer. En plus des titres des jeux, cette liste présente les informations essentielles permettant de retrouver ces titres : la date de parution du titre, le nom de son ou ses principaux auteurs et les différentes plateformes sur lesquelles il a été publié. En plus de ces informations, il est indiqué si oui ou non les titres sont présents dans les collections de la BnF et, si oui, les différentes cotes (puisqu’il y en a une par plateforme de jeu) sont également indiquées.

Le jeu vidéo français

Un autre aspect de cette recherche a été d’étudier les jeux eux-mêmes afin de déterminer s’il était possible de dégager des traits dominants voire une certaine homogénéité au sein du paysage vidéoludique français de ces années. Il a été possible de consulter au travers de l’émulation un certain nombre de ces titres et force est de constater que, pour le moment, il est impossible de faire émerger un quelconque caractère commun à ces productions qui sont très différentes les unes des autres tant dans leurs graphismes que dans leurs modes de jeu. La période chronologique choisie qui couvre une trentaine d’années complique le relevé d’éléments communs. En effet, le jeu vidéo est un médium qui, techniquement, a évolué et évolue encore extrêmement rapidement, du moins si on le compare aux média apparus antérieurement. Il est donc malaisé de distinguer sur cette catégorie d’objets une certaine homogénéité, et a fortiori graphique, des titres produits dans l’hexagone. Les débuts de cette production laissent apparaître des contraintes qui sont liées au support lui-même, limité en taille d’octets mais, au-delà de cette caractéristique, on constate qu’il existe tout de même une multitude de jeux différents. La seule caractéristique commune de ces jeux, du moins pour la petite part à laquelle Benjamin Barbier a pu avoir accès, est leur ton résolument adulte. Mais il ne s’agit peut-être pas d’une spécificité française. En effet, le jeu vidéo n’était pas, avant le début des années 1990, un média grand public tel qu’il peut apparaître aujourd’hui. Il s’adressait avant tout à des passionnés, ayant à la fois les moyens et les connaissances nécessaires à cette activité de loisirs. C’est donc à un public d’adultes que les développeurs s’adressaient ; que ce soit par nécessité ou par choix. On distingue toutefois quelques productions originales, des recherches supplémentaires permettront d’attester véritablement de leur spécificité au regard du paysage mondial du jeu vidéo. Il s’agit par exemple de la série des «meurtres à» de Cobrasoft qui proposait au joueur de résoudre des énigmes à la fois dans le jeu mais aussi à l’aide d’objets fournis dans la boîte du jeu (textes, images ou autres éléments comportant des indices et permettant ainsi au joueur de progresser). Une approche doublement intéressante puisqu’elle est à la fois rare pour la période couverte par cette recherche mais a également aujourd’hui presque entièrement disparu du fait de la tendance à la dématérialisation des supports. On trouve également des productions de grande qualité, devenues aujourd’hui incontournables lorsque l’on parle de jeux vidéo. «Another World» ou «Flashback», tous deux développés par Delphine Software, constituent ainsi de bons exemples de ce que peut être un jeu vidéo aboutit tant au niveau des graphismes que de la jouabilité avec de plus un scénario et un univers captivants.

Par ailleurs, dans ces premières années du jeu vidéo, une à deux personnes suffisaient pour développer l’intégralité d’un titre. Le milieu est donc constitué d’une multitude d’entités qui, bien entendu, s’inspirent les unes les autres mais n’en sont pas moins fortement individualisées ce qui, lorsque l’on tente faire émerger une certaine homogénéité, complique la tache.

Interroger les acteurs

L’inventaire des jeux vidéo développés en France entre les années 1970 et le milieu des années 1990, a permis de relever un certain nombre de noms. Ces noms sont ceux des individus qui paraissent avoir joué un rôle déterminant dans le paysage vidéoludique français de ces années. Que ce soit par l’importance de leurs productions ou plus indirectement par ce qu’ils ont apporté au développement cette industrie dans sa globalité. Benjamin Barbier a contacté ces personnes afin de susciter des entretiens de nature à permettre de documenter cette période plus précisément. Benjamin Barbier souhaitait également avoir accès aux archives – si toutefois elles existent – de ces acteurs, afin de pouvoir observer les parties généralement non accessibles du développement d’un jeu : l’élaboration des graphismes, l’écriture des scénarii, la «bible» présentant les règles du jeu finalisées… Certains de ces acteurs jouent d’ores et déjà un rôle actif de promotion de leurs productions passées ce qui laissait espérer une réponse favorable de leur part. Bertrand Brocca par exemple, ancien président de Cobrasoft, est régulièrement présent à des rassemblements dédiés au «retrograming» durant lesquels il présente ses productions et met à disposition des passionnés certains documents difficilement trouvables aujourd’hui tels que des boîtes de jeux ou des affiches.

Valoriser les collections vidéoludiques de la BnF

Il semble à première vue que peu de personnes en dehors des milieux spécialisés connaissent l’existence du fonds de jeux vidéo de la BnF. Il s’agit pourtant d’un domaine vaste, touchant de multiples domaines (l’histoire des techniques, l’histoire du divertissement, la culture populaire, l’économie…) mais aussi particulièrement attractif pour le grand public. C’est pourquoi, en abordant cette recherche, Benjamin Barbier avait pensé valoriser ce fonds par le biais d’une exposition permettant de rejouer les plus emblématiques des titres parus lors de la période chronologique qui l’intéressait. Mais la présentation au public de ces collections pose de nombreux problèmes de conservation. Les appareils de lecture autant que les supports risqueraient d’être endommagés par les manipulations prolongées auxquelles une exposition les soumettrait et une exposition au travers d’émulateurs ne serait que partiellement satisfaisante.

Il a donc été proposé à Benjamin Barbier d’organiser un cycle de conférences3 portant sur les débuts du jeu vidéo en France. Ces conférences avaient pour but de retracer, au travers de quelques acteurs clefs interrogés par des universitaires spécialistes du jeu vidéo et de sa culture, les débuts de l’édition vidéoludique française. Il s’est agi de mettre l’accent sur les modalités de développement des jeux vidéo en France dans une période allant des années 1970 au début des années 1990 au travers de l’analyse de quelques titres emblématiques, présents dans les collections du département de l’Audiovisuel. Benjamin Barbier souhaitait également proposer les jeux dont il était question en accès libre pour le public des conférences (avant la conférence proprement dite) afin de permettre à ceux qui ne les connaissent pas ou n’ont jamais pu y jouer de découvrir ces titres et, par la même occasion, de mettre en avant l’expertise technique de la BnF pour la communication des jeux vidéo anciens.

En 2016, le public a ainsi pu entendre :

En décembre 2016, Benjamin Barbier a soutenu sa thèse intitulée Le processus de patrimonialisation des cultures populaires à l’ère numérique : le cas du jeu vidéo. Il est désormais attaché temporaire d’enseignement et de recherche (ATER) à l’Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis.

  1. http://paragraphe.info/index.php/equipes-axes-de-recherche/index-paragraphe []
  2. http://theses.enc.sorbonne.fr/2014/sidre []
  3. http://www.bnf.fr/documents/cp_jeu_video.pdf []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Labex Obvil : contrat postdoctoral pour un chercheur en humanités numériques (spécialité Littérature)

Le Labex OBVIL met au concours un contrat postdoctoral de douze mois.

Le labex OBVIL réunit des chercheurs en littérature française, comparée, anglaise et nord-­américaine, italienne, hispanique, et en informatique, des chercheurs en informatique et sciences dures, et des chercheurs en informatique et sciences sociales. Il a pour objectif de réaliser la numérisation de corpus de textes théoriques et critiques, d’histoire littéraire, d’histoire des sciences dites dures, d’histoire des sciences humaines et sociales du XVIème au XXème siècles : ces corpus interdisciplinaires font l’objet d’une réflexion
épistémologique et éthique, et leur numérisation est indissociable de la conception d’outils de text mining et d’une réflexion sur les outils d’analyse informatique (ontologies, cartographies, alignement de textes, établissement de topiques argumentatives). Le présent contrat doctoral répond à ce programme : le projet présenté par le candidat comportera un versant informatique et un versant littéraire, cette double définition justifiant le principe d’une double
direction.

Fonctions de l’agent

Réaliser un projet de recherche en humanités numériques :

  • à partir d’un projet littéraire (littérature française, ou comparée, ou italienne, ou hispanique, ou anglo-­saxonne) fondé sur un corpus d’oeuvres ou d’auteur(s) autour d’un des axes de recherche défini dans le programme du Laboratoire d’excellence OBVIL : http://www.paris-­sorbonne.fr/IMG/pdf/labexObvil.pdf ou à partir
    d’un projet informatique.
  • développer des outils numériques en relation avec la problématisation du corpus littéraire (algorithmes, cartographies, analyse diachronique des corpus, indexation des corpus, extraction d’entités nommées).
  • contribuer à la conception d’éditions numériques savantes.

Activités de l’agent

  • Dans un contrat postdoctoral de douze mois, mener à terme des recherches dans le champ des humanités numériques au sein du LIP6 (Université Pierre-­et-­Marie-­Curie) en collaboration avec les équipe de littérature de l’université Paris-­Sorbonne.
  • Contribuer au développement des outils numériques développés par le LABEX OBVIL en relation étroite avec les ingénieurs d’étude du laboratoire.
  • Participer à l’organisation des séminaires de recherche du LABEX.

Compétences requises

  • Etre titulaire d’une thèse d’informatique ou d’une thèse de littérature.
  • Maîtriser, pour les informaticiens :
    -­ soit les techniques de traitement de la langue naturelle,
    -­ soit les techniques de fouille de texte et de recherche
    d’information,
    -­ soit les techniques d’édition numérique.
  • Avoir la capacité à s’intégrer à une équipe de recherche et avoir un intérêt prononcé pour la littérature.

Personne(s) à contacter

Modalités pratiques

Le dossier de candidature réunit un CV, le diplôme de doctorant, un projet scientifique interdisciplinaire, une lettre de motivation, éventuellement des lettres de recommandation.

  • Date limite du dépôt des candidatures : 14 mai 2017.

Enregistrer

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Labex Obvil : recrutement d’un chercheur en humanités numériques (spécialité Littérature)

Le Labex OBVIL met au concours un contrat doctoral.

Le labex OBVIL réunit des chercheurs en littérature française, comparée, anglaise et nord-­américaine, italienne, hispanique, et en informatique, des chercheurs en informatique et sciences dures, et des chercheurs en informatique et sciences sociales. Il a pour objectif de réaliser la numérisation de corpus de textes théoriques et critiques, d’histoire littéraire, d’histoire des sciences dites dures, d’histoire des sciences humaines et sociales du XVIème au XXème siècles : ces corpus interdisciplinaires font l’objet d’une réflexion
épistémologique et éthique, et leur numérisation est indissociable de la conception d’outils de text mining et d’une réflexion sur les outils d’analyse informatique (ontologies, cartographies, alignement de textes, établissement de topiques argumentatives). Le présent contrat doctoral répond à ce programme : le projet présenté par le candidat comportera un versant informatique et un versant littéraire, cette double définition justifiant le principe d’une double
direction.

Fonctions de l’agent

Réaliser un projet de recherche en humanités numériques :

  • à partir d’un projet littéraire (littérature française, ou comparée, ou italienne, ou hispanique, ou anglo-­saxonne) fondé sur un corpus d’oeuvres ou d’auteur(s) autour d’un des axes de recherche défini dans le programme du Laboratoire d’excellence OBVIL : http://www.paris-­sorbonne.fr/IMG/pdf/labexObvil.pdf
  • développer des outils numériques en relation avec la problématisation du corpus littéraire (algorithmes, cartographies, analyse diachronique des corpus, indexation des corpus, extraction d’entités nommées).
  • contribuer à la conception d’éditions numériques savantes.

Activités de l’agent

  • Dans un contrat de trois ans, mener à terme le Doctorat sous la double direction des Directeurs de recherche rattachés, pour les domaines littéraires, à une Ecole doctorale de l’Université Paris-­Sorbonne et, pour le domaine de l’histoire des sciences, et du numérique, à une Ecole doctorale de l’Université Pierre et Marie Curie. On trouvera sur les sites de chacune des deux universités (UPS, UPMC) la liste des directeurs de recherche potentiels.
  • Assurer des missions d’information et de formation en humanités numériques auprès des étudiants de licence, de Master et de Doctorat de la COMUE Sorbonne-­Universités.
  • Contribuer au développement des outils numériques en relation étroite avec les ingénieurs d’étude du LABEX, les ingénieurs du LIP6.
  • Participer à l’organisation des séminaires de recherche du LABEX.

Compétences requises

  • Etre titulaire d’un Master obtenu avec mention Très Bien dans les
    disciplines littéraires et/ou informatiques. S’inscrire en Doctorat.
  • Avoir une éventuelle expérience d’enseignement (par exemple tutorat).
  • Avoir la capacité à s’intégrer à une équipe de recherche et à travailler en équipe, sur plusieurs sites.

Personne(s) à contacter

Modalités pratiques

Le dossier de candidature réunit un CV, un diplôme de master 2 recherche, un projet scientifique interdisciplinaire, une lettre de motivation, éventuellement des lettres de recommandation et deux lettres de l’un et l’autre co-directeur. Le jury pourra, après lecture et sélection d’un projet, décider du choix des co-directeurs et du rattachement du doctorant à deux laboratoires.

  • Date limite du dépôt des candidatures : 14 mai 2017
  • Catégorie : contrat doctoral
  • Prise de fonction : 1er septembre 2017
  • Durée : 36 mois
  • Structure de référence : Laboratoire d’excellence OBVIL
  • Localisation géographique : Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, 75006 Paris
  • Rattachement hiérarchique au sein de la structure : Directeur du LABEX OBVIL, Didier Alexandre ; Directeur adjoint du
    LABEX OBVIL Jean-­Gabriel Ganascia
  • N+1 de l’agent : Directeur de recherche
  • Quotité de travail inhérente au poste : 100%

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Colloque « Enseignement de la musique et vie musicale en France et en Europe (1795-1914) »

Dans le cadre du programme de recherche « Histoire de l’enseignement public de la musique en France au XIXe siècle (1795-1914) », soutenu par l’Agence nationale de la recherche (programme HEMEF/CULT 2013), les Archives nationales, la Bibliothèque nationale de France, le Conservatoire national de musique et de danse de Paris, l’Ecole Pratique des Hautes Etudes et l’Institut de recherche en musicologie organisent un colloque international.

bpt6k1162754n_
Méthode de basson contenant les principes de la musique, la tablature du Basson, des exercices, des gammes, des leçons progressives et 12 petits airs avec acct d’un 2d basson

Argument

En se fondant sur certains des thèmes développés au sein du projet HEMEF, ce colloque étudie la façon dont le Conservatoire de Paris a pu avoir un retentissement sur l’ensemble de la vie musicale française, par l’élaboration de normes techniques et esthétiques qui ont donné une nouvelle forme aux pratiques musicales -qu’il s’agisse du concert public, de l’exécution ou de l’écriture musicales.

Programme

Jeudi 11 mai 2017, INHA, salle Vasari
9h Accueil des participants
9h15 Introduction
Philippe Brandéis (CNSMDP), Catherine Mérot (Archives nationales), Cécile Reynaud (EPHE/SAPRAT)
9h30 Key note speaker
D. Kern Holoman, Université de Californie, Davis :
« L’enceinte où l’on faisait de si belles choses »: Students of the Conservatoire at the Louvre de la musique

Des sources pour l’histoire de l’enseignement musical
Présidence : Catherine Massip, BnF IReMus
10h15 Marine Zelverte et Emeline Rotolo, Archives nationales :
L’enseignement de la musique au XIXe siècle : panorama des sources aux Archives nationales
10h45 Catherine Vallet-Collot, Rosalba Agresta, Cécile Reynaud, BnF, HEMEF, EPHE :
L’enseignement de la musique : panorama des sources à la Bibliothèque nationale de France
11h15 Pause
11h30 Marie Duchêne-Thégarid, HEMEF :
De l’amateur au professionnel ? Quelques réflexions sur la formation musicale délivrée par le Conservatoire de Paris (1822-1905)
12h Frédéric de la Grandville, Université de Reims Champagne-Ardenne :
Le Conservatoire de Paris sous le Premier Empire : quel cursus pour les élèves ?

Jeudi 11 mai 2017, INHA, salle Vasari
Approches pédagogiques (1)
Présidence : Guy Gosselin, Université François Rabelais de Tours
14h30 Denis Huneau, Université catholique d’Angers :
La formation du compositeur : le cas du Traité d’Harmonie d’Henri Reber
15h Séverine Féron, Université de Bourgogne :
Castil-Blaze (1784-1857) et l’enseignement musical en France : nouvelle approche philologique des oeuvres
15h30 Rosalba Agresta, HEMEF, BnF, IReMus :
L’enseignement du piano au Conservatoire : traités pédagogiques et répertoires dans les premières décennies du XIXe siècle
16h Pause
Approches pédagogiques (2)
Présidence : Catherine Mérot, Archives nationales
16h15 Clotilde Salandini-Verwaerde, Université Paris-Sorbonne, IReMus :
Une discipline historique implicitement présente dans les premières méthodes du Conservatoire : l’accompagnement
16h45 Lydia Carlisi, Haute école des arts, Berne :
The role of the neapolitan conservatori and the partimento tradition in the founding of the Paris conservatoire and the didactical material used in this Institution from its foundation until the first half of the 19th century
17h15 Fiorella Sassanelli, Conservatoire « Gesualdo da Venosa », Potenza
La réception des traités du Conservatoire en Italie
17h45 Discussion

Vendredi 12 mai, INHA, salle Vasari
Enseignement de la musique et vie musicale (1)
Présidence : Mathias Auclair, BnF
9h30 Xavier Bisaro, Université François Rabelais de Tours, CESR :
Du plain chant au chant scolaire : à propos de la naissance d’une discipline au XIXe siècle
10h00 Catrina Flint, Université McGill, Montréal :
Rethinking the Schola cantorum
10h30 Nicolas Dufetel, CNRS/IReMus :
L’enseignement de Liszt, contre le Conservatoire et les traditions ?
11h Pause
11h15 Licia Sirch, Conservatoire « Giuseppe Verdi », Milan:
« M. B. Asioli Direct.r et Maître de Chambre et de Chapelle de sa Majesté le roi d’Italie, Censeur du Conservatoire de Milan » : French and Italian treatises and methods at the Conservatory of Milan (1800-1830 about). Some notes

Vendredi 12 mai 2017, INHA, salle Vasari
Enseignement de la musique et vie musicale (2)
Présidence : Jean-Pierre Bartoli, Université Paris-Sorbonne
14h00 Henri Vanhulst, Université libre de Bruxelles :
Les objectifs de Fétis pour les concerts du Conservatoire de Bruxelles (1833-1871)
14h30 Étienne Jardin, Palazzetto Bru Zane, Venise :
Conservatoire et orchestres municipaux (second Empire, troisième République)
15h Cécile Reynaud, EPHE/SAPRAT :
La politique artistique de Daniel-François-Esprit Auber à la direction du Conservatoire de Paris (1842-1871)
15h30 Pause
15h45 Linda Barcan, Conservatoire de musique de Melbourne, Université de Melbourne :
Pauline Viardot as pedagogue and performer : crossing the French and Italian tradition
16h15 Catherine Massip, BnF, IReMus :
La méthode de chant d’Alexis de Garaudé
16h45 Discussion

Samedi 13 mai, CNSMDP, salon Vinteuil
Le Conservatoire et les écoles de musique étrangères
Présidence: Florence Gétreau, CNRS/IReMus
9h30 Arnold Jacobshagen, Hochschule für Musik und Tanz Köln :
Fondation et fonctionnement du conservatoire de Cologne au XIXe siècle
10h00 Luis Ferrer, Université autonome, Madrid :
À la frontière entre le solfège et le chant : l’enseignement du solfège au Conservatoire royal de musique et de déclamation de Madrid, lieu de rencontre de trois modèles méthodologiques européens (1831-1868)
10h30 Vincent Andrieux, Paris-Sorbonne, IReMus :
Un aperçu de l’école française des vents au lendemain de la création de La Mer
11h00 Pause
11h15 Philippe Brandéis, Concert-conférence avec la participation d’élèves instrumentistes du CNSMDP :
Les déchiffrages du Conservatoire au XIXe siècle : un pied dans la « modernité »

Samedi 13 mai, CNSMDP, salon Vinteuil
Aux marges de l’enseignement public de la musique : enseignement militaire, enseignement privé
Présidence : Philippe Brandéis, CNSMDP
14h30 Patrick Péronnet, Éducation nationale :
Le musicien militaire en France de 1795 à 1914 : éducation musicale et statut professionnel
15h00 Katherina Faulds et Penelope Cave, Université de Southampton :
« A brilliant and finished execution » : Kalkbrenner in England
15h30 Discussion et conclusions

Où et quand ?

  • Jeudi 11 mai 2017
  • Vendredi 12 mai 2017
  • Samedi 13 mai 2017

Paris, Institut national d’histoire de l’art et Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris.

Pour mémoire, l’appel à communication : http://calenda.org/371877

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Les Lagides à la Bibliothèque nationale de France : collections du département des Monnaies, médailles et antiques

Octodrachme d’argent frappé à Alexandrie sous le règne de Ptolémée Ier Sôter, 28,05 g. BnF, Luynes 3556. Au droit, tête diadémée de Ptolémée Ier Sôter tournée à droite ; au revers, la légende ΠΤΟΛEMAIOY BAΣΙΛΕΩΣ qui encadre un aigle perché sur un foudre tourné à gauche.

 

De Ptolémée Ier Sôter (323-283 av. J.-C.), ancien général d’Alexandre le Grand, à Cléopâtre VII Théa (51-30 av. J.-C.), reine illustre dont les relations avec le triumvir romain Antoine défraient encore l’imaginaire collectif, la dynastie lagide marqua profondément l’histoire du bassin méditerranéen.

Ptolémée, qui obtint la satrapie d’Égypte suite à la mort d’Alexandre, fonda un royaume qu’il étendit rapidement aux territoires syro-phéniciens, chypriotes et libyens. Le contrôle des cités portuaires du Levant sud ainsi que la possession de l’île de Chypre assuraient aux Lagides la mainmise sur une partie des voies maritimes de l’Est méditerranéen ainsi que de substantielles rentrées fiscales. Les Ptolémées marquèrent leur temps, entre autres, avec la construction de la Grande Bibliothèque d’Alexandrie ou la création des Ptolemaia, fêtes dont la somptueuse procession faisait montre de tant de richesses que Callixène de Rhodes rapporte à son propos :

« Quelle monarchie, compagnons, est-elle devenue à ce point riche en or ? »

Mnaieion d’or frappé à Alexandrie sous le règne de Ptolémée II Philadelphe (vers avant 272-261 av. J.-C.), 27,75 g. BnF, Luynes 3563. Au droit, les bustes géminés de Ptolémée II et Arsinoé II Philadelphe tournés à droite, un bouclier dans le champ gauche ; au revers, les bustes géminés de Ptolémée I Sôter et Bérénice I tournés à droite ; répartie sur les deux faces, la légende ΑΔΕΛΦΩΝ ΘΕΩΝ.

La connaissance de l’histoire de cette dynastie est aujourd’hui enrichie par l’étude de ses émissions monétaires, matériel porteur de nombreuses informations. En effet, les ouvertures et fermetures des ateliers monétaires, leurs rythmes et volumes de production, leurs programmes iconographiques ainsi que les enfouissements de trésors sont autant de témoins de la politique lagide. Au début du IIIe s. av. J.-C., Ptolémée Ier Sôter a fermé le royaume aux monnaies étrangères et instauré un système de change aux frontières, ce qui constituait une véritable spécificité dans le monde hellénistique. Le monnayage lagide se distingue par ailleurs des numéraires contemporains par la quantité de monnaies émises et la place importante donnée à l’or et au bronze.

Triobole de bronze, série 5, frappé à Alexandrie sous Ptolémée IV Philopatôr, 35,29 g. BnF, F 7573. Au droit, la tête de Zeus Ammon tournée à droite ; au revers la légende ΠΤΟΛEMAIOY BAΣΙΛΕΩΣ qui encadre un aigle perché sur un foudre tourné à gauche, une corne d’abondance diadémée dans le champ gauche.

Dans le cadre de mon association à la Bibliothèque nationale de France, deux projets coordonnés par Julien Olivier (chargé des collections de monnaies grecques, BnF) sont menés concomitamment au département des Monnaies, médailles et antiques. Le premier consiste en la publication d’un catalogue de l’importante collection de monnaies lagides conservée à la Bibliothèque nationale de France. Le deuxième projet porte sur une nouvelle étude et publication du trésor de Meydancıkkale, trésor d’une grande valeur scientifique composé de 5 215 monnaies d’argent.

Sylloge Nummorum Graecorum. France 8, département des Monnaies, médailles et antiques. Les Ptolémées, rois d’Égypte

Plateaux de monnaies d’or lagides. BnF, département des Monnaies, médailles et antiques.

Comportant 2 602 monnaies, le fonds lagide du département des Monnaies, médailles et antiques est l’un des plus important à l’échelle mondiale. Julien Olivier, Thomas Faucher (chargé de recherche CNRS, laboratoire IRAMAT) et moi-même œuvrons à la publication de cette collection. Cette démarche s’inscrit dans la ligne des précédentes publications du fonds de monnaies grecques – 10 catalogues ayant été édités entre 1983 et 2015 – ainsi que dans une volonté de valorisation de cette collection face au regain d’intérêt de la communauté scientifique pour la numismatique lagide. En effet, la parution de ce catalogue coïncidera avec celle du premier volume du futur ouvrage de référence, Coins of the Ptolemaic Empire, par Catharine Lorber, avec qui nous collaborons étroitement. Un travail conséquent d’identification et d’inventaire des monnaies conservées à la BnF est mené préalablement à la construction du catalogue proprement dit, qui appartiendra à la série des Sylloge Nummorum Graecorum, placée sous le haut patronage de l’International Numismatic Council et impliquant notamment l’illustration de l’intégralité des monnaies. Cette publication nécessite une standardisation des vocabulaires employés pour les descriptions, laquelle, dans une optique de cohérence, sera appliquée par la suite à l’ensemble du fonds grec. Cette harmonisation sera précieuse dans le cadre de l’enrichissement des notices descriptives des collections du département des Monnaies, médailles et antiques, dont environ un tiers (soit 171 000 monnaies) est à ce jour consultable en ligne grâce à la bibliothèque numérique Gallica. Afin de faciliter la navigation des internautes au sein du fonds lagide, un parcours de médiation sera mis en place.

Le volume s’ouvrira par ailleurs sur une histoire de la collection, rédigée grâce à l’étude des archives du département de la fin du XVIIe siècle à nos jours. Ce travail de dépouillement vise à identifier les grandes étapes de l’enrichissement de la collection ainsi que leurs protagonistes, tout en retraçant l’histoire propre à chaque monnaie, celle qui a conduit à son intégration au sein des médailliers. Les résultats obtenus par l’étude de ces archives seront également présentés sur le blog L’Antiquité à la BnF au cours d’une série d’articles, le premier d’entre eux, consacré à la collection des rois de France [Les monnaies ptolémaïques de la BnF, I. La collection des rois de France (fin XVIIe – fin XVIIIe siècle)], étant déjà paru.

Ainsi, la publication simultanée de la Sylloge Nummorum Graecorum, l’enrichissement des notices en ligne sur le site de Gallica ainsi que l’élaboration d’un parcours de médiation permettront de valoriser et d’ouvrir à différents publics l’ensemble du fonds ptolémaïque, qu’il s’agisse de membres de la communauté scientifique, d’amateurs éclairés, de collectionneurs ou de simples curieux.

Le trésor de Meydancıkkale

Découverte du vase A du trésor de Meydancıkkale.
Illustration extraite de Davesne (A.), Le Rider (G.), Gülnar II. Le trésor de Meydancıkkale (Cilicie Trachée, 1980), Paris, 1989, p. 9.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce trésor monétaire a été découvert le 21 septembre 1980 au cours de fouilles archéologiques menées sur le site de Meydancıkkale, dans l’ancienne province de Cilicie Trachée, en actuelle Turquie. Ce site a été occupé par une garnison lagide à l’occasion de la troisième guerre de Syrie (246-241 av. J.-C.) au cours de laquelle Ptolémée III Évergète reprit aux Séleucides, dynastie rivale, des territoires ciliciens perdus par Ptolémée II Philadelphe lors de la deuxième guerre de Syrie.

Composé de 5 215 monnaies d’argent (découvertes réparties dans trois vases), il s’agit d’un trésor dit mixte, puisque constitué de 3 057 monnaies d’étalon attique et de 2 158 d’étalon lagide. Il comprend au total 2 554 alexandres (au nom d’Alexandre ou de Philippe III), 31 monnaies de Démétrios Poliorcète, 3 tétradrachmes d’Antigone Gonatas, 148 lysimaques, 261 monnaies séleucides, 60 tétradrachmes attalides et 2 158 monnaies ptolémaïques. En raison de la fermeture de l’économie monétaire ptolémaïque, la frontière politique est ainsi matérialisée de manière géographique et monétaire. De tels trésors mixtes sont en général retrouvés sur des positions frontalières, ce qui est le cas de la place forte de Meydancıkkale. Les autorités lagides de la forteresse auraient ainsi voulu cacher le numéraire en leur possession, probablement en raison d’une avancée des troupes séleucides.

Une étude de ce trésor a été publiée en 1989 par Alain Davesne et Georges le Rider. De par sa composition et son contexte d’enfouissement, le trésor de Meydancıkkale est une référence incontournable pour l’étude des émissions monétaires ptolémaïques de la première moitié du IIIe siècle av. J.-C. et de leur circulation. Le très important travail d’identification et de classement réalisé par Alain Davesne pour les monnaies ptolémaïques nécessite une réactualisation, notre connaissance concernant la numismatique lagide ayant depuis considérablement évolué. Une nouvelle étude des monnaies le constituant, appuyée de la diffusion des photographies de la totalité des exemplaires, est donc primordiale. Actuellement conservé au musée de Silifke en Turquie, le matériel est toutefois difficilement accessible aux chercheurs. Néanmoins, les négatifs de l’ensemble des photographies des monnaies du trésor, donnés par Alain Davesne, sont conservés au département des Monnaies, médailles et antiques. Ces documents uniques seront numérisés par la Bibliothèque nationale de France, dans le cadre de sa grande campagne de numérisation entreprise depuis 1990, puis intégrés à la bibliothèque numérique Gallica au sein de laquelle ils seront valorisés par une médiation, afin de toucher un public élargi.

Planche de négatifs du trésor de Meydancıkkale. BnF, département des Monnaies, médailles et antiques.

Julien Olivier et moi-même allons saisir cette chance exceptionnelle de pouvoir étudier et diffuser ce matériel, soit les 5 215 monnaies. Lors de sa publication, l’étude du trésor sera accompagnée des planches photographiques de l’intégralité des monnaies – complétées d’une version numérique – afin de mettre l’ensemble de ce matériel à la disposition de la communauté scientifique.

 

Ces travaux s’inscrivent dans un contexte de renouveau de la numismatique lagide et sont à appréhender dans un cadre pluriannuel. Les publications de la Sylloge Nummorum Graecorum ainsi que du trésor de Meydancıkkale mettront ainsi  à disposition de différents publics de précieux outils de recherche et de découverte.

Rencontre autour de la photographie du 19ème siècle : « Les négatifs papier français : production, caractérisation, conservation »

En 1841, le négatif photographique est inventé par l’anglais William Henry Fox Talbot en utilisant une simple feuille de papier. Ce support modeste va permettre d’explorer de nouvelles voies tant par ses qualités esthétiques intrinsèques que par les multiples épreuves positives qu’il permet d’obtenir. Il est adopté rapidement en France par toute une école de praticiens et appliqué aussi bien dans le domaine de l’art, que celui de l’architecture ou de l’archéologie. Ces approches nouvelles contribuent à la naissance d’un art photographique propre et permettent d’extraire l’image photographique de son statut de reproduction mécanique à usage scientifique ou commerciale où le daguerréotype avait été enfermé.

[Pichet, verre et pipe] : [photographie négative] / [Henri Le Secq]

Argument

La France possède des collections exceptionnelles de négatifs papiers. Cette conférence propose de porter un double regard sur ces négatifs celui de l’historien de l’art et celui du physico-chimiste. Les journées s’organiseront autour de trois sessions thématiques pluridisciplinaires. L’approche historique des négatifs issus de collections patrimoniales seront complétées par leur caractérisation physico-chimique (Session 1). Les enjeux de conservation préventive et curative seront abordés, en regard des choix et contraintes d’exposition (Session 2). Enfin, une dernière session sera consacrée aux pratiques contemporaines et artistiques du négatif papier et de ses variantes (Session 3). Une table ronde viendra clôturer ces deux journées de présentations et d’échanges. Une interprétation français-anglais sera proposée.

Cette conférence s’inscrit dans le cadre d’un programme de recherche sur les négatifs papier français (1841-1860) mené au Centre de Recherche sur la Conservation en étroite collaboration avec le Centre de Recherche et de Restauration des Musées de France et la Bibliothèque Nationale de France, programme financé en 2016 et 2017 par le LabEx PATRIMA – Fondation des Sciences du Patrimoine.

Programme

Jeudi 7 décembre 2017

10h30 – 10h45     Mot de bienvenue
10h45 – 11h00     Conférence introductive – Bertrand Lavédrine
11h00 – 11h30     Conférence d’ouverture  – Michel Frizot
11h30 – 13h00     Session 1 : Négatifs dans les collections muséales – Orateurs confirmés : S. Aubenas, M. Boom, S. Besson, C. Daher, A. Kaplan, A. de Mondenard, P.-L. Roubert, L. Schaaf, H. Shannon
13h00 – 14h30     Déjeuner
14h30 – 16h00     Session 1 : Négatifs dans les collections muséales – Orateurs confirmés / confirmed speakers : S. Aubenas, M. Boom, S. Besson, C. Daher, A. Kaplan, A. de Mondenard, P.-L. Roubert, L. Schaaf, H. Shannon
16h00 – 16h30     Pause café
16h30 – 18h00     Session 1 : Négatifs dans les collections muséales – Orateurs confirmés / confirmed speakers : S. Aubenas, M. Boom, S. Besson, C. Daher, A. Kaplan, A. de Mondenard, P.-L. Roubert, L. Schaaf, H. Shannon

Vendredi 8 décembre 2017

10h00 – 11h20     Session 2 : Conservation et enjeux de l’exposition – Orateurs confirmés / confirmed speakers : A. Chaluleau, S. Freeman, K. Hellman, M. Jürgens, N. Kennedy, M.-A. Languille, A. Thomasset
11h20 – 11h50     Pause café
11h50 – 12h50     Session 2 : Conservation et enjeux de l’exposition – Orateurs confirmés / confirmed speakers : A. Chaluleau, S. Freeman, K. Hellman, M. Jürgens, N. Kennedy, M.-A. Languille, A. Thomasset
12h50 – 13h05     Session 3 : Pratiques contemporaines et artistiques – Orateurs confirmés / confirmed speakers : M. Becka, W. Witek – Autres orateurs en cours de confirmation / More speakers to be confirmed.
13h05 – 14h30     Déjeuner
14h30 – 15h00     Session 3 : Pratiques contemporaines et artistiques – Orateurs confirmés / confirmed speakers : M. Becka, W. Witek – Autres orateurs en cours de confirmation / More speakers to be confirmed.
15h00 – 16h00     Table ronde
16h00 – 16h15     Conclusion de la conférence

Informations pratiques

La conférence se déroulera les 7 et 8 décembre 2017 au nouvel auditorium Jean Rouch du Musée de l’Homme (Paris) ré-ouvert en 2015, qui surplombe les jardins du Trocadéro avec vue sur la Tour Eiffel. L’inscription est gratuite dans la limite des places disponibles (157 places). Le groupement de recherche international (GdRI) sur la photographie « Photographs: Perception and Changes», financé par le CNRS, soutient l’organisation de cette conférence.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

La constitution des fonds musicaux de la Bibliothèque nationale de France. Histoire des grandes collections musicales. 2e période : 1815 à 1914

Ce projet a pour ambition de mieux comprendre l’origine des collections musicales de la Bibliothèque nationale de France en tentant de reconstituer et d’appréhender ces grands ensembles réunis par un personnage, une institution, ou formés par la production d’un artiste, qui sont parvenus à la Bibliothèque par des voies diverses tels que dons, dépôts, legs, achats en ventes aux enchères, confiscations révolutionnaires, réunions d’institutions. La genèse de ces sources musicales et le chemin qu’elles ont parcouru depuis leur conception jusqu’à leur lieu de conservation ultime pourront en effet éclairer le chercheur et le musicien et leur permettront d’en expliquer les particularités et les variantes.

Manuscrit ayant appartenu à A. Farrenc, http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8538817n

Les archives de la Bibliothèque Royale, de la Bibliothèque Impériale et de la Bibliothèque Nationale (conservées notamment au département des Manuscrits), de la bibliothèque du Conservatoire et celles de l’Académie royale de musique (Bibliothèque-Musée de l’Opéra et Archives nationales), les anciens catalogues mis à la disposition des chercheurs, constituent des ressources importantes pour cette recherche sur les collections musicales de la BnF. De même, les archives conservées à la bibliothèque de l’Arsenal comme celles des Archives nationales peuvent fournir de précieuses informations. Par ailleurs, l’informatisation du fichier général du département de la Musique rend maintenant directement accessibles et exploitables de nombreuses marques de provenance auparavant peu visibles dans les fiches papier, que l’examen des reliures, des filigranes et autres informations figurant sur les documents pourront compléter.

Séminaires

Les travaux sont menés sous forme de séminaires. Ils ont concerné dans un premier temps la période antérieure à 1815, incluant les collections de la Bibliothèque Royale, les débuts de la Bibliothèque Nationale (puis Impériale), la constitution de la Bibliothèque du Conservatoire et le fonds ancien de la Bibliothèque-Musée de l’Opéra ainsi que celui de l’Arsenal. Cette première session s’est déroulée de décembre 2014 à décembre 2015.

Cette année, la deuxième session abordera l’étude de la période qui s’étend de 1815 à 1914. Les séances du séminaire se dérouleront de mars 2017 à février 2018. Les travaux incluront les collections de la Bibliothèque Royale, Impériale et Nationale, de la Bibliothèque du Conservatoire et la constitution de la Bibliothèque-Musée de l’Opéra.

Programme

31 mars 2017 : Collectionner sous l’Empire

Introduction (Mathias Auclair, Laurence Decobert, Denis Herlin, Marie-Gabrielle Soret)
• Charles-Eloi Vial, Alain Pougetoux. Les collections de partitions de l’impératrice Joséphine.
• Catherine Massip. La collection musicale du duc de Massa.

28 avril 2017 : Les prémices de la musicologie : fonds et bibliothèques de musicographes

• Séverine Féron. Les papiers et la bibliothèque de Castil-Blaze à la BnF.
• Benjamin Frouin. La bibliothèque et les notes d’Aristide Farrenc.

16 juin 2017 : Collections publiques vs collection privée

• Marguerite Sablonnière. Les collections musicales entrées par dépôt légal à la Bibliothèque nationale et à la bibliothèque du Conservatoire de Paris au XIXe siècle.
• Coline Oddon. Jean-Baptiste Weckerlin et le folklorisme parisien de la deuxième moitié du XIXe siècle.

22 septembre 2017 : Franchomme et Chopin

• Jean-Jacques Eigeldinger. Présence de Chopin dans (et autour du) fonds Franchomme de la BnF.
• Frédérick Sendra. Les transcriptions des œuvres de Frédéric Chopin par son ami le violoncelliste Auguste-Joseph Franchomme.

13 octobre 2017 : Collectionneurs d’autographes musicaux

• François-Pierre Goy. La collection d’autographes d’Auguste Vincent de la bibliothèque du Conservatoire.
• Cécile Reynaud. La collection d’autographes réunie par Charles Malherbe à l’occasion de l’exposition universelle de 1900, conservée à la Bibliothèque-musée de l’Opéra.

17 novembre 2017 : Fonds de compositeurs

• Peter Bloom. La collection relative à Berlioz rassemblée par Richard Macnutt.
• Michela Niccolai. Le fonds Gustave Charpentier : de la conservation à l’importance patrimoniale.

15 décembre 2017 : Érudits collectionneurs

• Rosalba Agresta. Le fonds et la bibliothèque d’Alexandre Choron.
• Dominique Hausfater. Bottée de Toulmon et la bibliothèque du Conservatoire de Paris.

19 janvier 2018 : À la Bibliothèque-musée de l’Opéra

• Romain Feist. Les papiers de la ballerine Marie Taglioni.
• Jean-Michel Vinciguerra. Le fonds Charles Nuitter.

16 février 2018 : Musique religieuse à la cour et à la ville

• Laurence Decobert, Catherine Vallet-Collot. Le fonds musical de la Chapelle impériale et royale (1802-1830).
• Thomas Vernet. Le fonds Plantade de la bibliothèque du Conservatoire.
• Vincent Rollin. Le fonds de la Madeleine.

Modalités pratiques

Lieu du séminaire : UMR IReMus, 2 rue de Louvois, 75002 Paris
Salle de réunion
14h30-17h30

Ce séminaire est ouvert à tous dans la limite des places disponibles. Si vous souhaitez assister à cette séance, merci de bien vouloir prévenir par courrier électronique.

Enregistrer

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Colloque : Linked Open World: Alexander the Great, Transnational Heritage and the Semantic Web

La Bibliothèque nationale de France et l’Ashmolean Museum d’Oxford organisent un colloque intitulé Alexandre le Grand, le patrimoine transnational et le Web sémantique = A Linked Open World : Alexander the Great, Transnational Heritage and the Semantic Web qui se tiendra les 3 et 4 avril 2017 au New College, Oxford.

La conférence s’inscrit dans le cadre du projet Oxford-Paris Alexander (OPAL), initiative conjointe de la Bibliothèque nationale de France et de l’Ashmolean Museum d’Oxford financée par le Labex les Passés dans le Présent et l’Arts and Humanities Research Council.

Dirigé par le Frédérique Duyrat et le Professeur Andrew Meadows, OPAL explore les possibilités offertes par le web de données et le web sémantique pour préserver et rendre disponible le patrimoine physique du monnayage émis au nom d’Alexandre le Grand, un phénomène unique induisant de profondes transformations pour une aire géographique allant des Balkans modernes à l’Afghanistan.

Monnaie de Macédoine. Sardes, Alexandre III le Grand : Statère
Monnaie de Macédoine. Sardes, Alexandre III le Grand : Statère

Les monnaies émises par Alexandre et en son nom après sa mort existent aujourd’hui à des millions d’exemplaires, dispersées dans des collections à travers le monde. Mais elles sont aussi victimes, en tant qu’objets en métal précieux, de destruction et de pillage dans leur pays d’origine. Le projet OPAL a pour but de mettre en ligne un corpus de 3 500 exemplaires de monnaies d’Alexandre issues des collections de l’Ashmolean museum d’Oxford1 et de la Bibliothèque nationale de France2. Il fournira des données au projet PELLA de l’American Numismatic Society3

Le colloque se penchera sur le caractère homogénéisant du monnayage d’Alexandre le Grand sur l’histoire économique de la Méditerranée, du Proche-Orient, et l’Asie centrale et orientale ainsi tout en abordant la question de la valorisation et l’étude des collections mélangées. Le colloque examinera les nouveaux outils créés par le web de données (Linked Open Data) et le Web sémantique, ainsi que leurs caractères techniques. Il présentera les nouvelles recherches menées sur le monnayage d’Alexandre, dont beaucoup ont été rendues possibles grâce à l’outil PELLA.

Enfin, le colloque se conclura en se concentrant particulièrement sur l’héritage d’Alexandre le Grand, de son immédiate postérité à nos jours, et en discutant de l’importance de la préservation de ce patrimoine transnational et du rôle que jouent dans ce domaine des projets tels OPAL et PELLA.

Programme

Lundi 3 avril

  • 10h Inscription
  • 10h15 Introduction (Frédérique Duyrat et Andrew Meadows)

Partie 1 : Nouveaux outils (Président : Andrew Meadows)

  • 10h30 Égalité et concept : élargissement de la portée du web de données (Sebastian Heath)
  • 11h Les projets numériques de l’ANS : une plate-forme complète pour l’étude mumismatique (Ethan Gruber)
  • 11h30 Exploration statistique des données de PELLA (Julien Olivier)
  • 12h Pause déjeuner

Partie 2 : L’espace économique impérial – employer PELLA pour écrire une nouvelle histoire (Présidence : Robin Lane Fox)

  • 13h30 Qu’est-ce qu’un Alexandre ? (Andrew Meadows)
  • 14h La destruction et la recréation de zones monétaires à la suite des conquêtes d’Alexandre (Peter van Alfen)
  • 14h30 Exploration des localités : étude des Alexandres de Damas (Simon Glenn)
  • 15H Pause-café
  • 15h30 L’impact de la conquête d’Alexandre sur l’argent frappé : nouvelles données de l’analyse métallurgique des pièces conservées à la BnF (Maryse Blet-Lemarquand, Julien Olivier, Caroline Carrier)
  • 16h La première génération de l’influence d’Alexandre: une diversité d’empire (Karsten Dahmen)
  • 16h30 Le monnayage en or d’Alexandre au sein de l’Empire et au-delà (Frédérique Duyrat)
  • 17h Discussion générale
  • 18h Réception à l’Ashmolean museum

Mardi 4 avril

Partie 3 : Interaction culturelle et héritage (Présidence: Frédérique Duyrat)

  • 9h30 La monnaie d’Alexandre le Grand telle que perçue aux XVIe-XVIIIe siècles (François de Callataÿ)
  • 10h L’héritage d’Alexandre : l’argent en Asie centrale (Simon Glenn)
  • 10h30 Le pillage et son impact : le cas des Alexandres du Proche-Orient et le rôle d’un projet de corpus en ligne (Caroline Carrier ; Simon Glenn)
  • 11h Le débat sur la propagation du monnayage d’Alexandre et son impact économique : s’engager sur la longue durée historiographique (Pierre Briant)
  • 11h30 Le Musée virtuel d’Alexandre le Grand (Angeliki Kottaridi)
  • 12h Conclusion : Alexandre : la vision plus large (Robin Lane Fox)

Informations pratiques

Entrée libre dans la limite des places disponibles mais réservation auprès de simon.glenn@ashmus.ox.ac.uk

Programme en anglais disponible à l’adresse : http://www.greekcoinage.org/opalconference.html

  1. Http://hcr.ashmus.ox.ac.uk []
  2. Http://gallica.bnf.fr/html/und/objets/monnaies []
  3. Http://numismatics.org/pella []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Journée d’étude : « Quels usages aujourd’hui des bibliothèques numériques ? Enseignements et perspectives à partir de Gallica »

Journée d’étude organisée par la Bibliothèque nationale de France, le labex Obvil et Télécom ParisTech

Argument

Ces dernières années, les interfaces d’accès aux collections numériques des bibliothèques patrimoniales, archives et universités ont vu leur audience croître en même temps que le nombre et la diversité des documents mis à disposition. Cette croissance s’est accompagnée d’un élargissement des publics et des usages, facilité par la dissémination des contenus numérisés à travers le web, avec l’intervention de nouveaux médiateurs (communautés d’intérêt ou de pratique, etc.) et la possibilité d’agréger à ces contenus d’autres ressources ou de les enrichir par des dispositifs collaboratifs. Or, alors que se développent à grande vitesse les humanités numériques, les informations restent parcellaires sur les utilisateurs de ces collections, sur leur manière de les découvrir et de les utiliser, en particulier la logique d’interrogation (structurée et finalisée ou au contraire associative, voire aléatoire) et les effets de ces nouveaux usages sur la connaissance, les méthodologies et les corpus.

Faisant suite à un projet de recherche de 10 mois porté par la Bibliothèque nationale de France, le labex Obvil et Télécom ParisTech, cette journée a pour but d’examiner, à travers l’exemple de Gallica, bibliothèque numérique de la BnF et de ses partenaires, l’évolution des usages des collections patrimoniales numérisées, afin de mieux comprendre la manière dont celles-ci sont perçues et intégrées dans des stratégies de recherche, professionnelles et amateurs. Portées par des expertises variées (sociologie, ethnographie, science des données, humanités, etc.), l’approche retenue croise des méthodes qualitatives et quantitatives. Si Gallica est un objet privilégié d’observation, compte tenu du nombre de documents qu’elle propose (4 millions) et de son audience (40 000 visites/jour), c’est bien sa place dans un réseau de ressources, en ligne mais aussi bien hors ligne, qui intéresse la présente journée.

Programme prévisionnel

Matinée (9h30-12h30) :

  • Accueil, par Arnaud Beaufort (BnF), Milad Doueihi (labex Obvil), Valérie Fernandez (Télécom ParisTech)
  • Comment les usagers deviennent acteurs de Gallica, par Sophie Bertrand et Philippe Chevallier (BnF)
  • Matérialité des pratiques studieuses à l’heure du numérique, par Marc Jahjah (Université de Haute-Alsace)
  • « Je pars d’un sujet, je rebondis sur un autre » : une étude qualitative auprès d’utilisateurs de Gallica au service d’un dispositif d’enquête global, par Valérie Beaudouin et Isabelle Garron (Télécom ParisTech)
  • Résultats de l’enquête en ligne auprès des gallicanautes, par Jacques Bonneau (TMO régions)

Après-midi (14h30-17h30) :

  • Vidéo-ethnographie d’usagers de Gallica, par Nicolas Rollet (Télécom ParisTech)
  • Une autre approche des usages : Observation des usages au moyen de tests utilisateurs, par Nicolas Esposito (Gobelins, l’école de l’image)
  • Modélisation des comportements à partir de l’analyse des logs de Gallica, par Adrien Nouvellet (Télécom ParisTech)
  • Ce que les bibliothèques numériques font à la recherche, par Didier Alexandre (labex Obvil)

Information pratiques

Mercredi 3 mai 2017
9h30-17h30, accueil à partir de 9h
BnF, site François-Mitterrand – Petit auditorium
Quai François Mauriac, Paris 13e
Accès par l’entrée EST, face au 25 rue Émile Durkheim (marches) ou avenue de France (de plain-pied), à proximité de l’entrée du cinéma MK2-Bibliothèque.
Entrée libre dans la limite des places disponibles.
Inscription gratuite et obligatoire : https://usages_bib_num_gallica_mai2017.eventbrite.fr

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Journée d’études du projet ANR DEF19 : « Marges et périphéries du monde du livre au XIXe siècle » (23/2)

Cette journée d’études est le deuxième événement scientifique organisé dans le cadre du projet ANR DEF19 (Dictionnaire des éditeurs français du XIXe siècle). Un premier rendez-vous, le 23 octobre 2015, intitulé « Dictionnaires et répertoires des gens du livre, en Europe et dans le monde. Expériences et perspectives », a permis de confronter les expériences d’entreprises de recensements effectuées dans différents espaces géographiques.

Cette deuxième journée d’études aura pour thème les périphéries et les marges de l’activité éditoriale au XIXe siècle. À l’heure en effet où les grands éditeurs parisiens ou provinciaux ont pour beaucoup fait l’objet d’études historiques et sont donc relativement bien connus, le recensement entrepris par le projet DEF19 a pour ambition de faire sortir de l’ombre quantité de figures inconnues. Cette rencontre se propose donc de réfléchir aux enjeux historiographiques et méthodologiques de cette redécouverte des éditeurs marginaux, moins connus et/ou moins étudiés.

Programme

Jeudi 23 février : Maison de l’étudiant, Espace « Représentation »

9h00 : Accueil des participants à la maison de l’étudiant
Session 1. Images, cartes, partitions : faire l’histoire des imprimés spécifiques (prés. Jean-Charles Geslot, CHCSC)
9h30 : Dominique Lerch (CHCSC) – Pour une histoire de l’imprimerie lithographique
9h55 : Gilles Palsky (Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, UMR 8504 Géographie-cités) – Voir le monde. Les atlas généraux et universels dans l’édition française du XIXe siècle
10h20 : Marguerite Sablonnière (Bibliothèque nationale de France) – Recenser les éditeurs de musique au XIXe siècle : sources et instruments de travail

Session 2. Feuilles volantes, feuilles interdites : les productions marginales au prisme de la recherche (prés. Jean-Yves Mollier, CHCSC)
11h20 : Anne Urbain (CHCSC) – De rose et d’ombre : éditer et publier la littérature érotique dans la seconde moitié du XIXe siècle (France, Belgique).
11h45 : Florence Ferran (Université de Cergy-Pontoise, Laboratoire AGORA, EA 7392) – Des imprimés à la marge ? Les éphémères sur l’art des Lumières et leur patrimonialisation au 19e siècle.

Session 3. Face au pouvoir et à la censure : stratégies éditoriales, stratégies de recherche (prés. Marie-Claire Bosq, CHCSC)
14h00 : Flavien Bertran de Balanda (Université de Paris IV-Sorbonne, Centre d’histoire du XIXe siècle) – Nains et girafes. Contourner la censure : les stratégies de publication marginale dans la France du premier XIXème siècle (1799-1830)
14h25 : Odile Krakovitch (Archives nationales) – Les éditeurs de chansons sous le Second Empire : censure ou tolérance ?

Session 4. Richesse des archives privées et des correspondances (prés. Patricia Sorel, CHCSC)
15h30 : Vanessa Alberti (UMR LISA – Université Pascal Paoli) – L’apport des archives privées à la connaissance des éditeurs corses
15h55 : Philipp Leu (CHCSC) – La Bibliothèque artistique et littéraire. Pratiques éditoriales et enjeux économiques de la maison d’édition de La Plume

Le demi-journée sera suivie d’un cocktail à la maison de l’étudiant.

Vendredi 24 février : Bibliothèque universitaire, Auditorium

9h00 : Accueil des participants

Session 5. L’apport des archives économiques (prés. Viera Rebolledo-Dhuin, CHCSC)
9h30 : Olivier Chaïbi (ESPé-UPEC) – Les éditeurs de manuels scolaires à l’épreuve de la massification de l’enseignement. Les leçons des faillites au Tribunal du Commerce
9h55 : Louis André (Université Rennes 2) – Marchands et fabricants de papier dans le monde du livre au XIXe siècle
10h20 : Gilles Feyel (Université Paris II Panthéon-Assas, Institut Français de Presse) – Une imprimerie de province, de l’artisanat à l’industrie (1822-1914). Les archives de l’imprimerie Durand, à Chartres (Eure-et-Loir)

Session 6. Recenser les gens du livre : la genèse des dictionnaires des gens du livre (prés. Jean-Dominique Mellot, BnF)
11h20 : Corinne Bouquin (Bibliothèque nationale de France) – Le Dictionnaire des imprimeurs lithographes : genèse, structure et évolutions
11h45 : Marie-Cécile Bouju  (Centre de recherches historiques – Université Paris 8) – Un « Maitron des ouvriers du livre et du papier » : enjeux, méthodologie et perspectives d’un dictionnaire biographique du mouvement ouvrier
15h-17h : Visite du site et du musée national de Port-Royal des Champs

Informations pratiques

Maison de l’étudiant
1, allée de l’astronomie
78280 Guyancourt

Bibliothèque Universitaire
45 boulevard Vauban
78280 Guyancourt

Entrée libre dans la limite des places disponibles. Le transport vers le site à partir de l’université et le retour (gare de Saint-Quentin en Yvelines) sont pris en charge.

Inscription obligatoire

Résumés des communications

Enregistrer

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Les secrets du palimpseste d’Archimède

En partenariat avec la Fondation des sciences du patrimoine, se tiendra le 2 mars 2017 à la Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand, une conférence1 portant sur l’utilisation de méthodes avancées de rayons X pour le décryptage de manuscrits anciens.

La science au service des manuscrits

Uwe Bergmann, physicien de l’université de Stanford (États-Unis, SLAC), travaille depuis le début de sa carrière scientifique sur les synchrotrons, ces accélérateurs de particules qui produisent des microfaisceaux de rayons X très intenses.

Il est aujourd’hui professeur invité de la Fondation des sciences du patrimoine2. Il raconte : « Un jour, ma mère m’a montré une édition du magazine Géo qui comportait un article sur le manuscrit le plus ancien des textes d’Archimède (IIIe siècle après J.-C.). Cette copie, datée du Xe siècle, regroupe des traités du savant grec, dont certains étaient inconnus. Au XIIIe siècle, le manuscrit a été recouvert par d’autres textes copiés par des moines et, au XXe siècle, par des peintures religieuses réalisées par des faussaires sur plusieurs
pages. L’article précisait qu’une équipe de chercheurs travaillait à décrypter le palimpseste. Je les ai contactés et nous avons monté un projet utilisant la spectrométrie de fluorescence X. Cette méthode permet de détecter, derrière les autres inscriptions, les métaux présents dans les encres ferrogalliques employées au Xe siècle. Aujourd’hui, l’ouvrage est entièrement numérisé3 et une édition complète des traités du livre a été publiée par Cambridge University Press. Après ce projet, j’ai continué à étudier les manuscrits anciens. »

graph
Révélation du texte sous-jacent du palimpseste dit d’Archimède grâce à l’imagerie par fluorescence X © The Exploratorium, www.exploratorium.edu et Will Noel, The Walters Art Museum.

Lettres secrètes et chefs-d’oeuvre cachés

Un autre projet conduit par Uwe Bergmann a consisté à décrypter les
partitions de l’opéra Médée de Luigi Cherubini (1760-1842), mutilées par le compositeur lui-même, qui en avait recouvert une partie. Les experts en spectrométrie ont permis de ressusciter la version intégrale de ce chef d’oeuvre. Depuis une dizaine d’années, les recherches sur les techniques d’imagerie dans le domaine patrimonial, qui avaient jusque-là concerné surtout les oeuvres d’art, se sont étendues aux manuscrits. D’autres projets sont en cours dans le cadre de la Fondation des sciences du patrimoine : le projet REX4 sur les lettres échangées secrètement entre Marie-Antoinette et le comte de Fersen, conservées aux Archives nationales, ou REMAC sur les manuscrits médiévaux de la Bibliothèque municipale de Chartres. Enfin, dans le cadre d’IPANEMA, une nouvelle ligne de lumière dédiée à l’étude des matériaux du patrimoine, implantée au sein du synchrotron SOLEIL, démarrera en 2017. Elle permettra l’imagerie rapide de matériaux anciens aux rayons X : un outil innovant dont les applications à la connaissance et la conservation du patrimoine, culturel comme naturel, sont appelées à se multiplier.

Sylvie Lisiecki
Délégation à la communication

Informations pratiques

Le jeudi 2 mars 2017, 18h30-20h
Bibliothèque nationale de France , site François-Mitterrand, Petit Auditorium

Entrée libre dans la limite des places disponibles.

  1. Les traités d’Archimède enfin déchiffrés. Les rayons X au service de la connaissance et de la valorisation des manuscrits. []
  2. Plus précisément au synchrotron SOLEIL (Paris-Saclay,
    laboratoire IPANEMA du CNRS) []
  3. Cf. archimedespalimpsest.org []
  4. Projet financé par la Fondation des sciences du patrimoine, en partenariat avec les Archives nationales, le Centre de recherche sur la conservation, l’université de Cergy-Pontoise et avec la participation de l’Institut national du patrimoine et de la Cité de la musique. []

La Grande Guerre sur le web : un éclairage inédit

Place de l'Hôtel de Ville bombardée, Américains dans la ville reconquise, Fismes, 12-9-18, BDIC (Marne, collection Valois)
Place de l’Hôtel de Ville bombardée, Américains dans la ville reconquise, Fismes, 12-9-18, BDIC (Marne, collection Valois)

« Le devenir en ligne du patrimoine numérisé : l’exemple de la Grande Guerre », projet soutenu par le labex Les passés dans le présent1, est le fruit d’une collaboration entre la Bibliothèque nationale de France, la Bibliothèque de documentation internationale contemporaine et Télécom ParisTech. Il vient de s’achever après trois ans de recherches interdisciplinaires (2013-2016), occasion de revenir sur quelques résultats remarquables.

Pourquoi la Grande Guerre ?

Les sources documentaires numérisées autour de la guerre 14-18 offraient un terrain favorable à l’observation des usages du patrimoine en ligne, du fait de l’intensité des activités qu’elles suscitent sur le web. Par ce projet de recherche, il s’agissait de mieux comprendre la manière dont ces sources circulent, sont utilisées et valorisées sur le web. À travers, mais également au-delà de l’objet singulier du patrimoine 14-18, ce projet de recherche a permis d’éprouver des outils d’analyse du web rigoureux et de dégager des axes forts de réflexion pour la valorisation du patrimoine en ligne.

Un choix original : la fouille des « archives du web »

L’analyse du web français de la Grande Guerre s’est appuyée, dans un premier temps, sur 500 sites collectés dans le cadre du dépôt légal d’internet. Elle a mobilisé pour ce faire des outils de cartographie et de traitement automatique de la langue, qui furent pour la première fois appliqués aux « archives du web » conservées à la BnF. Si le cadre du dépôt légal est contraignant en termes d’accès aux données (limité aux emprises de la BnF et des institutions habilitées), il permet d’offrir des collections riches et raisonnées, dont les règles de production et de conservation sont transparentes pour la recherche. Les liens entre sites étant conservés dans la collecte, ils permettent de cartographier un réseau, repérer ses nœuds, ses zones de plus ou moins forte densité, en restituer également la dynamique. Ce travail pionnier a permis d’adapter les outils existants de fouille aux formats collectés, de telle manière qu’ils puissent, à terme, être réutilisés sur d’autres corpus du dépôt légal de l’internet.

Sur la carte du web français de la Grande Guerre ainsi obtenue, la place centrale d’un forum – le « Forum pages 14-18 » -, a pu être vérifiée, tandis que les réservoirs documentaires (Gallica, Mémoire des hommes, etc.) se sont révélés un élément fortement structurant car ils assurent le contact entre deux zones qui communiquent peu entre elles : les sites institutionnels et les sites amateurs. En complément, le traitement automatique du contenu du Forum pages 14-18, incluant les liens hypertextes dans les messages, a permis d’avoir une appréciation quantitative des usages documentaires à l’intérieur de ce collectif : la place croissante qu’y tiennent les images et la prépondérance des fils de discussion sur l’histoire des soldats. Au-delà de ces informations quantitatives, des entretiens approfondis avec des acteurs du web de Grande Guerre ont permis de mieux comprendre les pratiques d’échanges, de publications, mais aussi d’apprentissage de ces communautés en ligne, dont le Forum pages 14-18 offre un témoignage majeur, par le nombre d’inscrits et de messages échangés.

Consulter le rapport en ligne de la phase 2 du projet : Valérie Beaudouin, Zeynep Pehlivan, « Cartographie de la Grande Guerre sur le web » (91 pages)

Une veille raisonnée sur la dissémination d’un corpus remarquable

En dernière phase du projet, une veille méthodique a été mise en place afin de suivre de manière raisonnée durant 14 mois les réutilisations d’un fonds remarquable, récemment mis en ligne sur la bibliothèque numérique L’Argonnaute sous licence ouverte : 110.000 photographies de la Grande Guerre conservées par la BDIC et connues sous l’appellation « Albums Valois » (service photographique de l’Armée). L’objectif était de mesurer les effets visibles de la mise en ligne de ces albums sur le web, au plus près de leurs citations et réutilisations, et d’évaluer l’impact de différentes formes de médiation.

Malgré les actions de communication et de médiation, nulle viralité n’a été observée ; plutôt une lente montée des réutilisations où, à nouveau, les usages amateurs prédominent, et que seuls les médias traditionnels (dans ce cas précis : un concours organisé par un quotidien régional) sont en mesure d’accélérer de manière notable. Cette expérimentation souligne la difficulté pour les fonds patrimoniaux numérisés d’exister sur le web : y susciter de l’appétence et de la circulation, encore plus de l’interaction.

Consulter le rapport en ligne de la phase 3 du projet : Lionel Maurel, Josselin Morvan, « Les circulations sur le web d’un corpus numérisé : l’exemple des albums Valois » (75 pages)

Ce projet fera l’objet d’un livre collectif, à paraître fin 2017, où les résultats de la recherche seront enrichis de témoignages et d’approches complémentaires.

  1. « Le devenir en ligne du patrimoine numérisé : l’exemple de la Grande Guerre » est un projet de recherche conduit par la BnF, la BDIC et Télécom ParisTech dans le cadre du Labex Les Passés dans le présent, Investissements d’avenir, réf. ANR-11-LABX-0026-01. Il a impliqué directement : Nicolas Auray, Valérie Beaudouin, Philippe Chevallier, Lionel Maurel, Josselin Morvan, Zeynep Pehlivan, Peter Stirling. []

Philippe Chevallier

Responsable des études à la délégation à la Stratégie et à la recherche de la Bibliothèque nationale de France

More Posts

Les collections Rothschild dans les institutions publiques françaises

Développé par l’INHA en partenariat avec le musée du Louvre, la Bibliothèque nationale de France et le Service des musées de France, le programme « Les collections Rothschild dans les institutions publiques françaises » arrive au terme de son activité de recherche et de recensement pour aboutir à la phase de publication de ses résultats qui prend plusieurs formes.

Conduit par Pauline Prevost-Marcilhacy pendant plusieurs années et placé sous la responsabilité de Chantal Georgel, conseillère scientifique à l’INHA, le programme a consisté en une étude globale et approfondie visant à recenser et valoriser l’ensemble des donations faites par les membres de la famille Rothschild aux institutions françaises. Outre le répertoire de toutes les donations de la famille Rothschild entrées dans les institutions publiques françaises de 1873 à nos jours, le programme avait pour but de permettre l’accès à l’ensemble de ces dons grâce à un portail, dont la réalisation a été confiée à l’INHA. Signalons l’engagement et l’action de la famille Rothschild qui, par l’entremise de M. Eric de Rothschild, a contribué financièrement au projet.

S’agissant de la BnF, le corpus des collections issues de la famille Rothschild s’élève à plus de 25 750 documents de toute nature signalés dans les différents catalogues : livres, dessins, gravures, autographes, manuscrits, médailles, auxquels s’ajoutait un quart de collection non signalées, concernant surtout des objets (monnaies provenant de deux legs, ceux d’Adèle de Rothschild (1843-1922), veuve Salomon de Rothschild en 1922 et d’Adélaïde de Rothschild (1853-1935), veuve Edmond de Rothschild en 1934, ainsi que 1722 fers à dorer).

Ainsi, au terme de plusieurs années de recensement, de dépouillements de collections et d’inventaires,  le 24 novembre dernier s’est tenue une rencontre réunissant de nombreux chercheurs impliqués dans le programme.

Dans le même temps paraissait une volumineuse somme en trois importants volumes coédités par le musée du Louvre, la BnF et les éditions d’art Somogy, identifiant environ cent vingt mille oeuvres d’art (oui, 120 000 !) données à plus de deux cents institutions par la famille Rothschild. Cet ouvrage propose ainsi une vision synthétique et inédite des collections rassemblées par les différentes générations de la famille, tout en remettant en perspective chaque don dans un ensemble.

Ces trois volumes consacrés à ce mécénat artistique hors du commun témoignent de la diversité et de la pluralité des goûts et des choix des différents collectionneurs et en offrent un panorama chronologique.

Le sommaire des trois volumes est consultable sur le site internet des éditions Somogy, à l’adresse : http://www.somogy.fr/livre/les-rothschild?ean=9782757202128

rothschild

Pour compléter cette publication imprimée et l’ouvrir au numérique,  un portail Rothschild a été lancé à l’adresse : http://collections.rothschild.inha.fr

portail-rothschildLe site permet d’accéder à plusieurs ressources :

Outre les collections des trois principaux partenaires du projet, la base répertorie également environ 6 000 notices d’œuvres de la Villa Ephrussi de Rothschild de Saint-Jean-Cap-Ferrat et quelque 500 notices se référant à la salle des curiosités de la Fondation Nationale des Arts Graphiques et Plastiques (FNAGP, ancienne Fondation Salomon de Rothschild), 11 rue Berryer dans le 8e arrondissement.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts