Archives de catégorie : Chercheurs

Soutenance de thèse d’Isabelle Delorme

Le lundi 12 décembre 2016, Isabelle Delorme, chercheur associé de la BnF, titulaire de la bourse de recherche Mark Pigott 2016 mention « Histoire, l’Art et l’histoire de l’art », soutient sa thèse intitulée Les récits mémoriels historiques : mémoire individuelle et mémoire collective du XXe siècle en bande dessinée menée sous la direction de Madame Laurence Bertrand Dorléac.

prisonniers_de_guerre_laurens_jean-pierre_bpt6k96078058
Prisonniers de guerre / par Jean-Pierre Laurens. Disponible en ligne, url : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k96078058>

Thèse

Un nouveau genre est apparu en bande dessinée, le récit mémoriel historique. Il retrace la mémoire d’un individu, celle de l’auteur (Marjane Satrapi Persépolis) ou de l’un de ses proches (Art Spiegelman Maus), au sein d’un événement historique majeur des XXe et XXIe siècles. Cette création artistique, en mots et en images, repose sur la nécessité de transmettre un passé le plus souvent familial. Le caractère intime et personnel de ce type d’album induit qu’un récit mémoriel historique est, sauf exception, l’oeuvre d’un unique auteur, qui en réalise le scénario, le dessin et éventuellement, la mise en couleur. L’engagement moral de ne pas trahir la mémoire
invoquée conduit ce dernier à mener d’importantes recherches documentaires et à restituer, le plus objectivement possible, les faits, personnels et historiques.

Le récit mémoriel historique en bande dessinée est l’expression d’une mémoire individuelle, représentative de la mémoire collective. L’apparition de ce nouveau genre est à mettre en relation avec l’intérêt croissant porté à la mémoire depuis la fin du XXe siècle. Il est, en quelque sorte, un marqueur visuel et narratif de l’« activisme mémoriel » mis en lumière par Henri Rousso. Il crée une mémoire imagée, laquelle est une mémoire traumatique où l’image est prédominante ; cette dernière, dessinée voire photographique, interagit avec le texte et impressionne durablement. Ces albums sont critiques, fidèles aux évènements et conformes à l’historiographie. Leur publication influence l’image que nous nous faisons des faits historiques. Maus, seul album au monde a avoir reçu un prix Pulitzer (1992) a ainsi contribué à un profond changement du regard porté sur la Shoah.

Soutenance

La soutenance se tiendra le lundi 12 décembre 2016 à 14h30 au Centre d’histoire de Sciences Po salle de réunion, 3e étage
199, boulevard Saint-Germain, Paris 7e

Le jury sera composé de :

  • Mme Laurence Bertrand Dorléac, Professeur, Sciences Po Paris
  • M. Jacques Dürrenmatt, Professeur des universités, Université Paris Sorbonne
  • M. Mark McKinney, Professeur, Miami University, États-Unis
  • M. Denis Peschanski, Directeur de recherche au CNRS, Centre d’histoire sociale du XXe siècle

Mise à jour du 12 décembre :
Malgré la disparition des mentions autrefois attribuées1, le président du jury a précisé que le jury était « très très satisfait » et aurait délivrer une mention si elles existaient encore.

Enregistrer

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Soutenance de thèse de Cécile Kubik, musicien chercheur invité Pasteur Vallery-Radot 2014-2015

Le mardi 15 novembre, Cécile Kubik, musicien chercheur associé de la BnF soutient sa thèse du doctorat de musique Recherche et pratique, menée conjointement à l’université Paris-Sorbonne et au Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris (CNSMDP).

Avant d’évoquer la thèse, faisons un petit rappel concernant ce statut dont bénéficiait Cécile Kubik à la BnF. En 2013-2014 la BnF élargissait en effet son dispositif d’accueil de chercheurs associés aux interprètes et musiciens chercheurs en créant le statut de musicien chercheur associé. C’est cette même année que la candidature de Cécile Kubik fut retenue pour son projet intitulé De la recherche à l’interprétation : les sonates françaises pour piano et violon (1800-1870).

En 2014-2015, sur proposition d’un jury ad hoc, le Président de la BnF a attribué l’une des bourses BnF – Pasteur Vallery-Radot à Cécile Kubik. Dotées de 10.000 euros, grâce au legs de la famille Pasteur Vallery-Radot, ces bourses sont attribuées chaque année depuis 2004 aux chercheurs associés les plus méritants de la Bibliothèque et dont les travaux de recherche portent principalement sur les collections de la BnF.

Désormais, la soutenance de thèse marque une nouvelle étape dans le cursus destiné aux interprètes menant une recherche pour et à travers l’interprétation.

duo_avec_violoniste_et_pianiste_btv1b69041755
Duo avec violoniste et pianiste par Georges Desvallières. Source : Gallica, http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b69041755

Thèse

Menée sous la direction de Jean-Pierre Bartoli, par une double approche, musicologique d’une part et d’interprète d’autre part, la thèse intitulée Penser l’interprétation des sonates françaises pour piano et violon au XIXe sièclevise à appréhender le langage musical de différents compositeurs et leurs codes stylistiques implicites, pour les restituer au mieux. Elle propose à cet effet la sélection d’un corpus de sonates représentatives des diverses tendances au long du siècle.

La sonate française pour piano et violon connaît en effet une considérable évolution au cours du XIXe siècle, depuis les exemples méconnus de l’Empire et de la Restauration jusqu’à la fin du siècle où son renouveau apparaît clairement.

L’étude des nombreuses sources, par exemple les méthodes de violon parues à cette époque, fournit d’innombrables indications techniques éclairant les modes de jeu appropriés, tel l’usage du vibrato, du port de voix ou encore des ornements. Un important effort de contextualisation – témoignages sur les créateurs des œuvres, presse musicale, environnement artistique, politique, vient compléter le travail mené sur l’évolution des instruments, du public ou des espaces acoustiques. Ces solides éléments musicologiques étayent la mise en pratique musicale concrète, lors de concerts, sur instruments d’époque comme modernes.

Le rôle et la place de l’interprète ont été questionnés, tant aujourd’hui qu’au XIXe siècle, ainsi que les problèmes inhérents à la notion d’authenticité, pour éviter d’aboutir à un monolithique ‘style XIXe‘. L’ambition de cette recherche était d’offrir une interprétation nouvelle de ces sonates françaises, propre à en susciter une écoute renouvelée ; une lecture consciente aussi bien de la genèse des œuvres que des conditions de leur représentation contemporaine.

Comme l’écrit Cécile Kubik, la thèse « considère la double inconnue d’un répertoire et d’un jeu violonistique encore inexplorés. Elle dévoile les sonates de cette période, mais questionne aussi leur interprétation. Une étude historique est menée sur le jeu des violonistes français : base de données, inventaires inédits, analyse de sources et témoignages, notamment un vaste corpus de traités de violon et les partitions annotées du fonds Baillot de la BnF, éclairent leur pratique à la lumière de multiples paradigmes. L’ambition est de construire aujourd’hui, violon en main, une interprétation de ces sonates méconnues et, avec la création d’outils destinés aux interprètes et aux scientifiques, d’œuvrer à leur diffusion. »

young_woman_with_violin_btv1b84339354
Young woman with violin : jeune violoniste / Orazio Gentileschi. Source : Gallica, http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b84339354

Programme de la soutenance

S’agissant d’un doctorat d’artiste chercheur1, la soutenance allie une soutenance de type académique à un récital public.

  • Lundi 14 novembre 2016, 19h, Philharmonie 2, Paris : récital public associé à la soutenance, avec des pianos forte des collections du Musée de la musique de Paris,  aimablement mis à disposition
  • Mardi 15 octobre 2016, 14h, Salon Vinteuil du CNSMDP : soutenance académique

Le jury sera composé de personnalités universitaires autant que musicales :

  • M. Bruno Mantovani, compositeur, chef d’orchestre, directeur du Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris
  • M. Jean-Pierre Bartoli, Professeur à l’université Paris-Sorbonne
  • M. Christophe Coin, violoncelliste, gambiste, professeur au CNSMDP
  • Mme Cécile Reynaud, conservateur en chef au département de la Musique de la Bibliothèque nationale de France, directeur d’études en musicologie à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes (section Sciences historiques et philologiques)
  • M. Jean-Jacques Kantorow, violoniste, chef d’orchestre
  • M. Guy Gosselin, Professeur à l’université François-Rabelais de Tours, Président de la Société française de musicologie

Entrée libre sans réservation

Mise à jour du 23 novembre 2016 : à l’issue des deux épreuves constituées d’un récital à la Philharmonie de Paris et de la soutenance académique, le jury a décerné à Cécile Kubik la mention très honorable avec les félicitations du jury. Elle revient sur cette soutenance dans son site, à la page : http://www.cecilekubik.fr/recherche/docteure/

Enregistrer

  1. Cécile Kubik, « A propos du doctorat de musique « Recherche et pratique » », Carnet de la revue Hermès, 1er décembre 2015. Disponible en ligne url : <https://hermes.hypotheses.org/44>. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

« Habiter la BnF » : un projet de recherche inédit sur les publics du Haut-de-jardin

Durant 6 mois une équipe de chercheurs en sciences sociales (du Groupe de recherches interdisciplinaires sur les processus d’information et de communication , GRIPIC/CELSA) est allée à la rencontre des usagers du Haut-de-jardin, niveau tous publics du site François-Mitterrand de la BnF.

Qui sont-ils ? Comment habitent-ils les espaces ? Pour quelle finalité, quels projets ? Quel est leur rapport aux collections, aux bibliothécaires ? Les entretiens réalisés par Joëlle Le Marec et Judith Dehail, avec l’aide des photographies d’Igor Babou, montrent le lien très fort de ces publics à l’institution, pour la sécurité et la légitimité qu’elle leur offre.

Le rapport du projet de recherche est disponible en ligne, à l’adresse url : <http://www.bnf.fr/documents/rapport_habiter_bnf.pdf>.
Y sont publiés les éléments du rapport de Joëlle Le Marec et Judith Dehail susceptibles d’intéresser largement chercheurs en sciences sociales et acteurs des bibliothèques et des institutions culturelles.
Les préconisations concrètes, à visée d’abord interne et opérationnelle, tenaient lieu de conclusion du rapport remis à la Bibliothèque nationale de France et n’ont pas été reprises dans le document.

Par ailleurs une vidéo illustre le projet et le terrain d’étude. Elle est accessible sur la chaîne YouTube de la BnF :

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Coline Arnaud

Histoire culturelle de la pâtisserie : facteurs et enjeux de la démocratisation du sucré entre 1870 et 1914

La pluralité des domaines d’investigation de l’histoire culturelle (Jean-Pierre Rioux ; Laurent Martin et Sylvain Venayre ; Pascal Ory) intègre depuis une vingtaine d’années l’étude de l’alimentation et plus spécifiquement du repas. Résultat d’un processus social complexe, la commensalité et ses représentations renouvellent l’analyse historique, en l’enrichissant de phénomènes ethnologiques, anthropologiques et culturels. Dans la lignée de l’Ecole des Annales théorisée par Fernand Braudel, Lucien Febvre et Marc Bloch, la gastronomie participe à une conception transdisciplinaire du fait historique. Cette réhabilitation du « manger » en tant qu’acte collectif ou individuel est issue d’une vaste réflexion impliquant un intérêt croissant pour le folklore, les usages et coutumes des civilisations occidentales dont les pratiques culinaires, les arts et les manières de tables constituent un axe fondamental, par le biais d’ouvrages fondamentaux comme Pour une histoire de l’alimentation en 1970.

Si les sciences et l’histoire de la gastronomie se sont aujourd’hui structurées dans le domaine universitaire français et font l’objet d’une reconnaissance publique et institutionnelle évidente grâce, entre autre, au classement du repas des Français au patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO, l’étude du gâteau et plus largement du dessert reste largement inexploré. Plusieurs études s’intéressent, depuis la diffusion du sucre en Occident à la Renaissance (Jean-Louis Flandrin, Jean Meyer), aux impacts sociologiques de sa consommation (Marie-Sylvie Billaux, Sidney Mintz) et témoignent des nombreux débats interrogeant ses valeurs diététiques, religieuses, mais également subversives, entre médicament et poison. Ces écrits permettent de juger de la place croissante du dessert dans les modes alimentaires, au point de dépasser le cadre institué du repas, par le plaisir coupable du grignotage solitaire, encouragé par l’essor de la confiserie, puis du goûter.

Ces temps de dégustations et les mets qui les caractérisent ne font l’objet d’aucune référence bibliographique très précise. Pourtant, une étude de ces phénomènes paraît essentielle pour comprendre la
place prépondérante attribuée à la consommation du sucre dans nos sociétés contemporaines, et expliquer ainsi des tendances actuelles fortes comme la réhabilitation des salons de thé en Europe comme en Orient, ou la popularisation croissante de la fabrication pâtissière, résultat d’une médiatisation littéraire et télévisuelle sans précédent.

Cette étude se propose donc de revenir aux origines possibles de cette démocratisation du sucré, en se concentrant sur la France, alors référence incontestée de la haute cuisine, et sur la période charnière de 1870-1914. Le début du XIXe siècle est en effet marqué par les théories ornementales de Carême, synthétisant elles-mêmes une tradition décorative du dessert depuis les pièces monumentales de la
Renaissance italienne jusqu’aux oeuvres de Gilliers et de Beauvilliers. Le travail de Carême repense les fondements du métier de pâtissier. Ce statut d’artisan évolue vers une ambition artistique et esthétique qui transforme le produit de sa création en une oeuvre architecturale ou picturale. Les pâtissiers des générations suivantes se positionnent comme des passeurs de ces thèses rénovatrices, militant pour une
reconnaissance accrue des institutions artistiques et politiques. Cette génération cultive à la fin du siècle une nostalgie de cette époque « bénie », cet « âge d’or » gastronomique où « [d]es gourmets, des appréciateurs, voilà ce qu’il y avait et ce qu’il nous faudrait pour arriver à la perfection » (Granvillier, L’art culinaire comparé, 1894). L’aristocratie déclinante est considérée alors comme le seul public capable d’apprécier la beauté pour sa seule valeur esthétique et envisager le luxe comme un art de vivre indispensable. Néanmoins, en 1870, la cohabitation de cette nostalgie avec l’avènement et l’affermissement de la IIIe République et les profonds changements économiques, provoque de nombreux débats au sein même de la profession, entraînant une modification profonde du rôle et de l’avenir du pâtissier. Ces bouleversements questionnent la survie même de la profession, et sa faculté à s’adapter aux enjeux synthétisés par le concept de « modernité » de la deuxième révolution industrielle. Les réponses proposées par la nouvelle génération de chefs, ou implicitement imposées par les contraintes du marché économique, ouvrent des perspectives inédites pour la pâtisserie du XXe siècle. Facteur principal de ce renouvellement, la démocratisation du dessert est en marche, interrogeant les rapports du métier au public, au lieu de vente et aux produits qu’il consomme.

exportDésormais productrice de ses propres modèles, la bourgeoisie instaure depuis les années 1850 de nouveaux rites sociaux déplaçant les temps de consommations du sucre vers l’après-midi et le soir par le biais du goûter et du lunch. Les femmes, symboliquement et socialement associées au sucre initient ce renouvellement, se créant ainsi de nouveaux espaces d’expression qui leur sont réservés. Consommatrices privilégiées de ces lieux de ventes et de dégustations, elles en définissent également les codes et les
tendances, dans un subtil jeu de dialogue entre l’offre et la demande. La reconnaissance progressive des droits et du statut de l’enfant contribuent également à influencer un marché économique qui désormais s’adresse à lui, tout comme aux classes ouvrières dès les années 1880.

Le produit, évolue également, sous l’influence croisée de l’essor de la biscuiterie et du patriotisme culinaire, qui oeuvre pour une réhabilitation du patrimoine gastronomiques français. L’essor des
restaurants et du dessert à l’assiette, la modernisation des moyens de production en usine comme dans l’espace domestique, redéfinissent les règles de fabrication d’un produit qui se simplifie dans le fond tout
en conservant sa spécificité décorative. Cette fonction ornementale et la dichotomie fond-forme et signifiant-signifié qu’elle suggère constituent le point central de ce processus complexe et potentiellement irrésolu de la possible et nécessaire démocratisation de la pâtisserie.

Dans le cadre d’une étude en histoire culturelle, la richesse et la diversité des fonds nécessaires à la contextualisation se doit de choisir des formes de représentations nécessairement diversifiées. Le processus de recherche se fonde donc sur le croisement des collections, permettant la création de liens inexistants entre différents départements de la BnF. La richesse des fonds retenus implique une sélection, se concentrant prioritairement sur les bornes chronologiques de 1870 à 1914, marquant l’avènement de la IIIe République jusqu’à la parenthèse historique de la 1ère Guerre Mondiale. La pâtisserie est envisagée dans son acception la plus large, c’est-à-dire en tant que produit, lieu de fabrication, mais également technique et profession. La disparition des corporations en 1791 et la législation favorisant la liberté d’entreprendre impliquent que la pâtisserie se conçoit légalement dès le début du XIXe siècle comme un métier diversifié pouvant se décliner sous les appellations de traiteur, de confiseur, de glacier ou de biscuitier. Si la fabrication du pain reste l’apanage des boulangers, la viennoiserie intègre progressivement la carte des pâtisseries et les relations conflictuelles entre ces deux métiers restent un fait à étudier, par le biais notamment d’articles de presses et d’arrêtés judiciaires.

La_Salle_à_manger_Revue_bpt6k938284nLe premier axe de ces recherches s’est construit autour de la confrontation du discours de l’élite gastronomique parisienne représentée par la Société des Cuisiniers Français avec la presse régionale professionnelle. Cette étude repose sur l’analyse d’un corpus comprenant trois revues culinaires généralistes (L’Art culinaire, Le Pot au feu et La Salle à manger), constituant une synthèse des voix, de l’élite des chefs à l’amateur éclairé, dans le domaine de la cuisine, de la pâtisserie, mais également des arts de la table et du bien recevoir entre 1883 et 1933. Par ailleurs, sur le fonds de 30 notices de périodiques spécialisés recensés au département Sciences et techniques, issus de la Chambre professionnelle des métiers de l’artisanat dès 1804, puis des chambres syndicales régionales à partir des années 1880, mon sujet se concentre sur une sélection de 15 titres.

Le_Journal_des_confiseurs_pâtissiers_bpt6k62660874Les ressources techniques de ces magazines professionnels sont complétées par une approche d’un autre fonds constitué des livres de recettes conservés conjointement aux départements Sciences et techniques et Littérature et art. Représentative des tendances éditoriales des XIXe et XXe siècles, ma période d’étude ne comprend que 12 manuels uniquement dédiés à la pâtisserie. En dépit de la revalorisation du métier par Carême en 1815 dans Le pâtissier national parisien, les ouvrages de 1870 à 1939 privilégient l’exhaustivité en abordant chaque aspect du repas. Symboles de l’économie bourgeoise et de l’avènement du rôle prépondérant de la maîtresse de maison, les ouvrages retenus s’adressent à 80% à des ménagères de petites ou moyennes conditions, comme en témoigne la réduction des formats et du prix de vente, significative entre 1870 et 1915. Les multiples rééditions de ces ouvrages écrits par des chefs parisiens, puis régionaux et enfin par des cuisinières sont complétées par une littérature professionnelle se raréfiant progressivement. Elle est composée de 8 publications luxueuses signées de professionnels issus principalement des grandes maisons aristocratiques étrangères ou de la nouvelle hôtellerie de luxe tels Urbain Dubois, Gustave Garlin, Pierre Lacam. Comprenant une abondante iconographie et de très nombreuses recettes (956 en moyenne sur une étude de 8 livres) ces éditions coûteuses sont relayées par des encyclopédies de vulgarisation scientifiques, telles que la collection Roret, qui évolue vers le manuel professionnel et commercial (1928), le dictionnaire (Larousse gastronomique de Montagné et Salles) puis vers le livre d’apprentissage, après la création du CAP pâtissier-boulanger en 1911.

Polka_des_crêpes_-_pour_Bonnamy_Émile_btv1b90763449Une première approche du fonds conservé au département de la Musique a révélé la présence de 73 notices de musique imprimée comprenant notamment des partitions et des textes de vaudeville autour de la thématique de la pâtisserie entre 1870 et 1939. Ce nombre considérable mérite une étude permettant de comprendre l’origine de cet engouement pour la figure du patronnet, le jeune apprenti pâtissier présent dans 79% des titres inventoriés, ainsi que pour la métaphore féminine du gâteau, en vogue dans la chanson populaire du début du siècle. Par ailleurs, une étude des collections de Recueils et notamment des catalogues Manufrance ou des grands magasins du Louvre ouvrira de nouvelles perspectives sur les liens certains entre ce mouvement de démocratisation et la vente par correspondance. Ces catalogues possédant une iconographie très riche permettraient également d’observer les évolutions de formes et de factures des moules, métonymie des mutations des goûts et des tendances du métier sur cette période d’étude.

Abécédaire_des_petits_gourmands_par_Dufrénoy_Adélaïde-Gillette_bpt6k5418385vEnfin, un recensement des collections conservées au département « Littérature et arts » comme des abécédaires ou des premiers magazines pour enfants permettra de mettre en valeur les liens entre les évolutions du discours diététique autour du sucre, le transfert de cible de la femme à l’enfant dans les publicités de la nouvelle industrie biscuitière française, la mode du goûter à l’anglaise puis du goûter scolaire avec cet important mouvement de popularisation de la pâtisserie au tournant des XIXe et XXe siècles. Ces collections d’imprimés sont à comparer avec les fonds d’éphémères et notamment de menus détenus par le département des Estampes entre autres. Une étude est donc actuellement en cours sur les menus de la Collection Braun comprenant 30 cartons. Ces derniers sont tout particulièrement représentatifs des modes alimentaires sur la période 1870-1914, grâce à un échantillon de plus de 550 feuilles issues aussi bien de la classe politique et des voyages diplomatiques que des cérémonies sociales ou religieuses marquant la vie quotidienne du XIXe siècle.

L’analyse de ce fond prouve son exception. Il regroupe en effet des pièces uniques comme des menus présidentiels mais également des corpus de 20 pièces permettant de retracer l’évolution des plats proposés par un même restaurant sur une période de 10 à 20 ans. Cet ensemble devrait permettre de confirmer certaines tendances culinaires comme la mode du chester pudding dénotant une forte anglomanie et l’appropriation française d’un patrimoine culinaire étranger. Par ailleurs, la terminologie des mets sucrés, leur place au sein même du repas et leur nombre sont autant de facteurs reflétant la progression du dessert à l’assiette et des entremets comme l’essor du biscuit individuel. Ces premiers constats tissent de nouveaux liens entre pâtisserie et patrimonialisation du culinaire, facteur possible de l’émancipation progressive du dessert de toute considération ornementale.

Par ailleurs, afin de saisir les phénomènes sociaux et culturels évoqués dans toute leur complexité, il parait nécessaire de compléter cette étude des représentations par une analyse des objets. Dans la lignée des travaux de Daniel Roche, cette étude se propose donc de confronter les sources imprimées ou manuscrites de la BnF avec des fonds d’objets, témoins des pratiques ne relevant ni de la figuration ni de la dénotation. Le rapport à l’objet, son lien culturel et social avec l’évolution des habitudes de table permet de saisir également les progrès techniques et industriels effectués dans le domaine de la ferronnerie et de la dinanderie, comme la création de nombreuses maisons spécialisées dans la ferblanterie (Dehillerin, Gobel, Létang et fils, etc.). Le musée des Arts Décoratifs, le MUCEM et les musées de Strasbourg et de Metz, sont les détenteurs d’une importante collection de moules, et d’ustensiles de cuisine de la période étudiée. Leur comparaison permet d’esquisser une autre histoire du sucré, basée sur la symbolique du geste associé à l’usage quotidien de chaque objet.


Images :

1 : « Forteresse en biscuit » et « Panier aux oeufs de Pâques », dans Grand livre des pâtissiers et des confiseurs (4e édition) / par Urbain Dubois,…, p. 193. Disponible en ligne, url : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5494326z>.

2 : La Salle à manger. Revue de la table et de l’office. Disponible en ligne, url : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k938284n>.

3 : Le Journal des confiseurs, pâtissiers, glaciers, fabricants de chocolats, biscuits, fruits confits, confitures, conserves, etc. : organe mensuel, technique, professionnel pour ces industries et celles qui s’y rattachent / rédacteur en chef F. Barthélemy. Disponible en ligne, url : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k62660874>.

4 : Polka des crêpes : pour piano / Emile Bonnamy ; [ill. par] Faria. Disponible en ligne, url : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b90763449>.

5 : « Beignets », dans Abécédaire des petits gourmands, par Mme Dufrénoy… Disponible en ligne, url : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5418385v>.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Anne-Céline CALLENS, chercheur invité de la BnF soutient sa thèse

304649aAnne-Céline Callens, doctorante de l’École Doctorale Lettres Langues Linguistique Arts (ED 3LA 484) et membre du Centre Interdisciplinaire d’Études et de Recherches sur l’Expression Contemporaine (CIEREC) soutiendra sa thèse en esthétique et sciences de l’art le mardi 6 septembre 2016.

Intitulée Une esthétique industrielle. Le cas des Éditions Paul-Martial, la thèse était menée à l’Université Jean Monnet de Saint-Étienne sous la direction de Danièle Méaux.

En octobre 2014, Anne-Céline Callens avait obtenu la bourse de la Fondation Louis Roederer sur la photographie pour son travail sur le fonds Paul-Martial du département des estampes et de la photographie, mené dans le cadre de l’appel à chercheurs 2014/2015 de la BnF : « Une esthétique industrielle : échanges et influences entre travaux de commande et esthétiques des avant-gardes, à partir de l’étude du fonds Paul Martial ».

La soutenance aura lieu le 6 septembre à Université Jean Monnet de Saint-Étienne, site Tréfilerie, Faculté des Sciences Humaines et Sociales, 33, rue du Onze-Novembre – 42023 Saint-Étienne cedex 2, Bâtiment G, rez-de-chaussée, salle G.05,  13h30, devant le jury composé de :

  • Christophe Génin, professeur des universités à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
  • Olivier Lugon, historien de la photographie et professeur à l’Université de Lausanne
  • Danièle Méaux, professeur d’esthétique et sciences de l’art à l’Université de Saint-Étienne
  • Martine Mourès-Dancer, conservateur du Patrimoine au Musée d’art moderne et contemporain de Saint-Étienne Métropole (MAMC)
  • Michel Rautenberg, professeur de sociologie à l’université Jean Monnet Saint Etienne
  • Dominique Versavel, conservateur au département des Estampes et de la photographie, BnF

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Florence Menez, docteure

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10536788kFlorence Ménez, gestionnaire de collections de langue et littérature italiennes au département Littérature et art de la BnF a obtenu le titre de docteur avec une mention très honorable, assortie des félicitations du jury. Elle est encouragée à publier les résultats de sa thèse intitulée « La parabole de la palourde : ontogénèse d’un attachement inter-spécifique dans la lagune de Venise. Ethnographie de son récit biographique », et préparée sous la direction de MM. Philippe Descola, EHESS et Glauco Sanga, Università Ca’ Foscari, Venise.

Jury

Le jury était présidé de : Mme Nadia Breda, professeur, Università degli studi di Firenze

Résumé de la thèse

Fondée sur une enquête de terrain menée dans la lagune de Venise entre 2009 et 2014, cette thèse vise à montrer les processus d’intégration à l’oeuvre lors d’une invasion biologique animale, en mettant l’objet de recherche, soit la palourde Philippine en tant qu’actif et actant, au centre des interactions, et en observant la manière dont les différents acteurs (palourde, pêcheurs, néo-pêcheurs et institutions), nouent des relations interspécifiques qui redéfinissent les ontologies de chacun dans une complexité partagée en constante mutation. Dans un territoire tiraillé par de multiples intérêts commerciaux, industriels, écologiques, touristiques, tapes philippinarum, espèce exotique envahissante, est devenue une source de prospérité inespérée et un vecteur de controverses écologiques et sociales depuis son introduction volontaire en 1983. La thèse est divisée en deux parties : la première concerne la définition de l’identité de la palourde, alors qu’usages, représentations, savoirs et pratiques redessinent les frontières de l’alterité. Pour rendre cette palourde singulière « bonne à manger », des stratégies discursives, législatives et techniques sont engagées. Une mythographie de l’abondance et un questionnement des catégories permettent l’hybridation de la sauvage et étrangère « palourde à la dioxine » en domestique « indigène » puis en « palourde d’Etat ». La seconde partie développe les actions matérielles, les innovations techniques, la législation et les politiques environnementales. Passant de la dynamique de la prédation à la contrainte institutionnelle de l’élevage, les pêcheurs s’hybrident eux aussi pour s’approprier une palourde qui résiste à la domestication.


Image de une : La marchande de palourdes : [estampe] ([2e état]) / Jean Emile Laboureur. Source : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10536788k

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Morgane Vasta

Réflexion sur les travaux menés à la Bibliothèque nationale de France, en tant que chercheur associé.

Les extraits mis en image ci-dessus proviennent de deux enquêtes qualitatives menées dans le cadre de mon mémoire de Master1 : en rouge, les propos d’un club de grands lecteurs adolescents et en bleu, le fruit d’échanges avec des lycéens en institut rural. L’ensemble de ces réactions témoigne de la diversité des représentations de la lecture, mais aussi des modes d’appropriation de l’objet littéraire par les adolescents. Une affirmation mise en exergue ici est symptomatique de l’évolution des pratiques culturelles des jeunes2 :

Je pense que la lecture n’est pas appropriée à la vie de maintenant.

Malgré un changement de paradigme culturel constaté dans les discours sur la lecture3, malgré une désaffection pour cette pratique à l’adolescence4, malgré les sollicitations toujours plus nombreuses d’autres médias5, les romans pour adolescents présentent aujourd’hui un intérêt scientifique singulier et tendent à s’affranchir de toutes les frontières :

  • des romans lus par un lectorat de plus en plus élargi,
  • des objets littéraires qui se caractérisent par une hybridité de genres,
  • une transtextualité manifeste avec des textes patrimoniaux,
  • des fictions inscrites dans des stratégies cross/trans-médiatiques, etc.

Certains phénomènes littéraires dits « pour adolescents » – des traductions sérielles de succès cross-médiatiques anglo-saxons – sont devenus « phénomènes sociologiques » ; en 2014 par exemple, la tétralogie Twilight avait été vendue en français à 6 millions d’exemplaires et Hunger Games, à 2 millions.

Présentation du projet de recherche.

Dans le cadre d’une thèse en cours, intitulée « Représentations du roman pour adolescents aujourd’hui (France, Etats-Unis) : de l’édition à la réception. », je m’interroge sur les changements de perception du lectorat adolescent, de son rapport à ses lectures, de ce qu’il y cherche et de ce qu’il devrait, selon les maisons d’édition, y trouver.

S’il existe aujourd’hui d’importants travaux de recherche sur les romans pour adolescents et leurs lecteurs6, j’ai voulu creuser un autre sillon vers ceux qui dessinent les lignes de l’offre littéraire : les éditeurs.

Quelles représentations du lectorat adolescent et de la littérature conditionnent la production ? Dans quelle mesure existe-t-il un décalage entre les présupposés des éditeurs et les usages sociaux de la lecture chez les adolescents ?

Mon travail de recherche au sein de la Bibliothèque nationale de France consiste en une étude synchronique et diachronique des paratextes d’éditeurs français, ces « hauts lieux stratégiques de l’influence et de l’action exercées par l’éditeur sur le lecteur7 » qui accompagnent les publications de romans pour adolescents : couvertures, quatrièmes de couverture, jaquettes, prières d’insérer/communiqués de presse, plaquettes publicitaires, sites internet, catalogues ou encore presses d’édition.

Ces premiers mois d’immersion à la Bibliothèque nationale se sont structurés autour de la découverte et de la recension des fonds disponibles, puis de l’élaboration de mon outil de recherche.

Fonds consultés.

L’étude synchronique en cours couvre de la manière la plus exhaustive possible l’ensemble des collections contemporaines de romans pour adolescents – c’est-à-dire des collections disponibles en 2015, dont on peut suivre l’évolution depuis leurs créations. Ces dernières comprennent parfois moins de dix titres (comme par exemple la collection « Romans ados » créée en 2010 aux éditions Balivernes8)), parfois plus d’une centaine (comme « Doado » aux éditions du Rouergue, créé en 19989)). Un premier travail de recension grâce au catalogue numérique de la Bibliothèque nationale de France révèle que peu de collections ont plus d’une décennie10).

En plus de l’ensemble des publications de romans pour adolescents disponible à la Bibliothèque nationale de France grâce au dépôt légal, le Centre national de la littérature pour la jeunesse (CNLJ) a sauvegardé un riche matériau depuis 2002 : les prières d’insérer et plaquettes publicitaires des éditeurs, accompagnant ces parutions. Ces fonds ont été en grande partie conservés dans soixante boites d’archivage en cours de classement. Par ailleurs, les documents numériques natifs en provenance des éditeurs sont catalogués et une partie des prières d’insérer numérisés (notamment la totalité de l’année 2011) sur le site du CNLJ11.

Ce travail d’analyse sur les paratextes éditoriaux contemporains est complété par une étude – plus synthétique pour le moment – des discours des éditeurs sur internet. Afin de mesurer les évolutions d’un support de communication numérique souvent « éphémère », je compte par la suite consulter les Archives de l’internet, via l’intranet de la Bibliothèque nationale de France.

Méthodologie de recherche.

J’enrichis actuellement une grille d’analyse des prières d’insérer et des quatrièmes de couverture des collections contemporaines, me permettant de révéler les occurrences et récurrences qu’ils contiennent – au sein de tableurs organisés « par éditeurs », selon plusieurs critères :

  • Comment l’ensemble de la collection étudiée a-t-elle évolué depuis ses débuts : rythme de parution, genres, thèmes, production sérielle ou non, traductions ou non, public cible.
  • Comment l’éditeur évoque-t-il le style de ses romans : « Antoine Dole compose, à coups de métaphores puissantes et de brusques ruptures syntaxiques, une écriture organique, où les mots semblent une matière vivante. », etc.
  • Leurs rythmes : « accélérations rythmiques », « urgence narrative », « scénario sans temps mort », « mené au rythme d’un thriller, minute par minute », etc.
  • Leurs structures : « structure en puzzle », « structure épistolaire », « structure flamboyante », « structure innovante », « structure tentaculaire », etc.
  • Leurs tons : « Féroce et bouleversant, l’humour est constamment présent, comme un rempart au désespoir », « Le dernier volet d’une série fantastique remarquée pour son humour, son ton rock’n’roll et sa réjouissante insolence. », etc.
  • Leurs références textuelles et audio-visuelles : « Un chef-d’œuvre […] parodiant Harry Potter, les séries TV Buffy contre les vampires, Dead Like Me… », etc.
  • Les effets de la lecture sur l’adolescent – ici les occurrences du sous-groupe témoignent d’un rapport « synesthésique » au support écrit : « prend aux tripes », « agrippe le lecteur », « foudroie le lecteur », « vous accroche au cœur », « renversera tous les lecteurs », etc.
  • Les arguments « didactiques » et/ou « engagés » : « à étudier en classe, d’urgence ! », « Le grand cri de colère d’une jeunesse confrontée à un monde chaotique […] », etc.
  • Les arguments commerciaux : les référents prescripteurs cités (blogueurs amateurs, journalistes, libraires), les liens internet diffusés en sus (site de l’éditeur, sites événementiels, page sur les réseaux sociaux, site de l’auteur), etc.
  • De quelle manière l’éditeur introduit-il les auteurs : récurrence en termes de parcours (enseignants, professionnels de l’audiovisuel, journaliste, diplômés de lettres, de psychologie, d’histoire, etc.), d’influences (ayant ici souvent trait aux littératures de genre : Lovecraft, Asimov, Ellroy, etc.), prix littéraires cités, etc.
  • Comment l’éditeur résume-t-il le roman : entre le communiqué de presse dédié aux prescripteurs et la quatrième de couverture à l’attention des lecteurs cibles.

Ce travail de recension se veut quantitatif et « qualitatif » – dans le sens où tout argument peut faire l’objet d’un questionnement. La linguistique textuelle, les sciences de la communication, la sociologie de la littérature sont sollicités lors d’une première phase d’analyse menée par collection – une analyse plus globale sera réalisée lorsque tous les composants auront été référencés.

En entamant cette recherche, il m’est vite paru indispensable de m’entretenir avec les éditeurs, afin de confronter mes hypothèses – bâties sur l’analyse des paratextes conservés à la Bibliothèque nationale de France – avec leurs points de vue. Ces rencontres nourrissent, déconstruisent, nuancent ma réflexion. J’ai par exemple pu découvrir différentes manières de travailler les textes et les paratextes, en relation directe avec le lectorat adolescent : les éditions Albin Michel (collection Litt’), Gulf Stream (Électrogène) ou encore Sarbacane (Exprim’), font ainsi très régulièrement appel à des « béta-lecteurs » adolescents dont les retours impactent plus ou moins le fond, et surtout la forme, de certaines de leurs publications.

Perspectives et valorisation.

Face à l’ampleur de la tâche en cours et des fonds disponibles à la Bibliothèque nationale de France, l’étude synchronique des paratextes éditoriaux devrait faire l’objet de mes recherches jusqu’à la fin de l’année 2016.

L’étude diachronique qui sera effectuée ensuite s’intéressera à une sélection d’éditeurs dont les collections ont traversé plusieurs décennies et permettra de mettre en perspective le fruit de l’analyse portant sur la production contemporaine. Virginie Meyer, chargée de collections en littérature pour la jeunesse et Marie Galvez, responsable du fonds de catalogues d’éditeurs et de libraires (Q10), m’ont permis d’appréhender l’étendue du fonds de catalogues d’éditeurs à ma disposition dans le cadre de cette recherche : les fonds Q10D (1960-1979), Q10E (1980-1999) et Q10F (depuis 2000) pour la période qui m’intéresse, conservés au sein du département Littérature et Art.

En parallèle de mes recherches, j’exerce une activité professionnelle : je forme des bibliothécaires à la littérature de jeunesse, j’anime des comités de lectures, des prix littéraires pour adolescents, je participe aux activités de l’association Lecture Jeunesse12. J’ai depuis peu intégré le groupe de recherche de l’Association Française de Recherche sur les Livres et les Objets Culturels de l’Enfance (Afreloce)13. Cette année, je donnerai également des cours sur le roman pour adolescents en Licence de lettres et des cours en Master Littérature de jeunesse sur, entre-autre, la veille éditoriale.

Toutes ces activités s’articulent autour de mon projet de recherche et sont autant d’occasions de communiquer sur mes travaux en cours et sur les collections de la Bibliothèque nationale de France.

  1. « Lecture réelle/lecture supposée des adolescents », Master 2 MEEF mention Littérature de jeunesse à Cergy []
  2. Voir à ce propos les travaux de Sylvie Octobre :
    – Sylvie Octobre, Deux pouces et des neurones, Paris, La Documentation française, 2014, « Questions de culture ».
    – Sylvie Octobre, Catherine Détrez, Pierre Mercklé, Nathalie Berthomier, L’enfance des loisirs, Paris, La Documentation française, 2010, « Questions de culture ». []
  3. Chartier Anne-Marie, Hébrard Jean, Discours sur la lecture (1880-2000), Paris, BPI – Centre Georges Pompidou, Fayard, 2000, chapitre XXVI : « Les pratiques de lecture ordinaire : la fin de l’exception culturelle », p.641-682. []
  4. Voir la récente synthèse de l’étude du Centre national du livre confiée à Ipsos, sur « Les jeunes et la lecture », qui montre comment « Le taux de lecture pour le loisir baisse fortement à l’âge de l’entrée au collège. » Disponible sur Internet : http://www.centrenationaldulivre.fr/fr/ressources/etudes_rapports_et_chiffres/les-jeunes-et-la-lecture/ []
  5. Voir l’enquête Ipsos « Junior Connect’ 2016 : Les enfants, nouveaux partenaires de consommation ? ». Disponible sur Internet : http://fr.slideshare.net/IpsosFrance/junior-connect-2016-les-enfants-nouveaux-partenaires-de-consommation []
  6. Notamment :
    – Ferrier Bertrand, Tout n’est pas littérature, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2009.
    – Delbrassine Daniel, Le roman pour adolescents, Créteil, Sceren, 2006.
    – Routisseau Marie-Hélène, Des romans pour la jeunesse ? Décryptage, Paris, Belin, 2008. []
  7. Lane Philippe, La Périphérie du texte, Paris, Nathan Université, 1992, « fac. linguistique », p. 19. []
  8. Comme les éditions Balivernes (catalogue en ligne : http://www.balivernes.com/index.php/romans-ados []
  9. Voir l’entretien avec Sylvie Gracia, directrice de la collection, avec l’association Lecture Jeunesse (disponible sur internet : http://www.lecturejeunesse.org/articles/rencontre-avec-sylvie-gracia/ []
  10. Disponible sur mon carnet de thèse en ligne : https://romandos.hypotheses.org/318 (avec mdp []
  11. Ressources disponibles à l’adresse suivante : http://lajoieparleslivres.bnf.fr/clientBookline/toolkit/p_requests/formulaire.asp?INSTANCE=joie&GRILLE=DOCNUMERIQUEPINS_0 []
  12. Pour plus d’informations à ce sujet, voir mon site professionnel : www.epigrammecollegram.com []
  13. Le site internet de l’Afreloce : https://magasindesenfants.hypotheses.org/lafreloce []

Décès de Laure Beaumont-Maillet, directrice honoraire du département des Estampes et de la photographie

Laure Beaumont-Maillet - CopieNous avons appris avec beaucoup de tristesse le décès de Laure Beaumont-Maillet, qui a dirigé le département des Estampes et de la photographie de 1983 à 2006. Archiviste paléographe de formation, au cours de sa carrière elle a beaucoup œuvré pour la valorisation des collections du département en particulier pour le passage au catalogage informatisé puis à la mise en ligne des images. Elle a été commissaire de nombreuses expositions. Nous regrettons aujourd’hui une forte personnalité, une femme droite, généreuse, drôle et brillante.
Ses obsèques auront lieu mercredi 13 juillet 14h30 à Carantec. Une messe sera organisée cet automne à Paris et un hommage lui sera rendu par la BnF. Un article commémoratif paraîtra dans les Nouvelles de l’Estampe et une notice nécrologique détaillée dans la Bibliothèque de l’Ecole des Chartes.

Laure Beaumont-Maillet (1947-2016) a passé 29 années de sa carrière à la BnF où elle a dirigé le département des Estampes et de la photographie de 1983 à 2006. Après l’École des Chartes, elle entre à la Bibliothèque universitaire puis à la BM de Metz dont elle accompagne la rénovation, en 1978, de retour à Paris, elle choisit le département des Estampes et de la photographie. Elle est alors chargée d’harmoniser la recherche documentaire, d’établir un schéma descriptif de l’estampe et un rapport sur le dépôt légal des images. En 1982, elle se voit confier les relations extérieures auprès de l’administrateur général, Alain Gourdon, et le poste de rédactrice en chef de la Revue de la Bibliothèque Nationale avant d’être nommée, un an plus tard, à la tête du département des Estampes et de la photographie qu’elle ne quittera plus. Elle y poursuit l’informatisation (360 000 notices de catalogues ont été versées en 2006 dans BN-Opale Plus) et s’attache à enrichir les collections en encourageant le dépôt légal de l’estampe tout en développant les acquisitions et les dons par des choix remarquables dans tous les domaines. Parmi les enrichissements, figurent les grands noms de l’estampe (Callot et Nanteuil, Bonnard, Bresdin, Daumier, Degas, Gauguin, Renoir, Toulouse- Lautrec,…), de la photographie (Le Gray, Nadar, Niepce, Girault de Prangey,…) et du dessin (des carnets d’Helion et de François Houtin…), sans oublier les dons d’Antonio Saura, Tapiès, Jean Frélaut, Sean Scully ou Jim Dine et les dations pour les fonds Vieillard et Henri Rivière. Elle fut commissaire de plusieurs expositions, en France (Ivan Theimer, Sean Scully, Robert Capa, La Photographie humaniste) et à l’étranger (au Japon L’Estampe en France du XVIe au XIXe, aux Etats-Unis La Caricature française et la Révolution, en Australie Toulouse-Lautrec et en Europe, Dürer, Les Dessins de la Renaissance et Capa ). Elle a par ailleurs beaucoup écrit sur l’histoire de Paris à laquelle elle avait déjà consacré sa thèse et sur les collections de la BnF (Gardez-le toujours, Lettres et dessins des Enfants d’Izieu, Le Florilège de Nassau-Idstein… ). Personnalité originale, rigoureuse, généreuse, attachante, dotée d’un esprit brillant et d’un sens de l’humour décapant, elle a toujours été attentive aux autres, dans son département comme à l’extérieur. Elle nous manquera beaucoup.


Image de Une : Copyright Pascal Lafay/BnF.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Profession Culture

« Profession Culture » est un programme d’accueil en France de professionnels étrangers travaillant dans des institutions culturelles. Il a été mis en place en 2003 par le ministère français de la culture et de la communication.

Public concerné

Les « pensionnaires » de la BnF sont des chercheurs, des créateurs ou des professionnels dont le thème d’étude est en relation avec les collections et services de la BnF, ses travaux scientifiques, ses programmes culturels, ses modes de gestion et ses projets de développement. Les « pensionnaires » doivent proposer un projet solide basé sur l’échange de connaissances et de savoir-faire, dont le résultat peut contribuer à renforcer durablement les liens culturels entre la Bibliothèque et le pays de provenance.

Les collections de la Bibliothèque, constituées depuis le XVe siècle, remontent aux débuts de l’écriture et sont enrichies quotidiennement : par le dépôt légal, qui leur confère un caractère d’exhaustivité pour les publications françaises, et par une politique constante d’acquisitions qui aboutit à la constitution de fonds étrangers particulièrement remarquables. Elles sont de nature encyclopédique : histoire, philosophie, sciences de l’homme, littérature et arts, sciences et techniques, droit, économie et politique, musique et arts du spectacle ; tous les supports sont concernés : imprimés, manuscrits, cartes et plans, estampes, photographies et affiches, monnaies et médailles, globes et atlas, partitions, documents audiovisuels et électroniques.

L’éventail des travaux scientifiques et professionnels menés par les équipes de la BnF est particulièrement vaste : définitions et mise en oeuvre de la politique documentaire, services au public -accueil et communication de documents, sur place et à distance (bibliothèque numérique Galica), élaboration de catalogues de référence, chantiers de conservation. Une action majeure concerne les nouvelles technologies et leur mise au service de la captation, de la préservation à long terme et de la diffusion de l’information.

L’action culturelle de la Bibliothèque construite autour de l’idée-clef de valorisation des collections, se décline en expositions, conférences, éditions et produits pédagogiques. Enfin, la Bibliothèque est engagée dans un processus de modernisation de ses modes de gestion, de conduite stratégique de son évolution et de sa politique de communication, ainsi que de sa coopération nationale et internationale.

L’éventail s’avère donc large pour que des professionnels étrangers de la culture puissent se consacrer à l’étude d’un thème, d’un fonds ou d’un projet en lien avec les activités de la bibliothèque.

Participer au programme

Les « pensionnaires » doivent proposer un projet solide basé sur l’échange de connaissances et de savoir-faire dans le cadre défini, et dont le résultat peut contribuer à renforcer les liens culturels entre la Bibliothèque et le pays de provenance.

Les principaux éléments considérés au moment de la sélection des pensionnaires sont les suivants, ils concernent tous la réciprocité des échanges :

  • l’intérêt pour les départements de la BnF du projet proposé ;
  • le rayonnement potentiel du travail du pensionnaire une fois retourné dans son pays d’origine et ses propositions de rendu (publications, événements…) ;
  • l’appartenance du candidat à un établissement avec lequel la BnF a ou projette d’avoir une coopération approfondie ;
  • l’appartenance du candidat à un pays qui constitue une priorité de la politique extérieure de la France et de la BnF.

Conditions de séjour

Les séjours durent de 1 à 3 mois.

Le pensionnaire est accueilli dans un département de la BnF et suivi par un « tuteur », spécialiste du domaine concerné.

Le logement est assuré par la BnF au Centre international d’accueil et d’échanges des Récollets.

Une indemnité de séjour est allouée par le Ministère de la Culture et de la Communication.

Les frais de transport sont à la charge des candidats ; ils pourront être financés par leur établissement ou bénéficier de toute autre forme d’aide.

Processus de sélection des candidats

Le choix des pensionnaires est un processus attentif et minutieux. Dans le but de garantir au programme l’ouverture nécessaire à l’expression de projets originaux la BnF privilégie les propositions de sujets d’étude faites par le candidat.

Le dossier de candidature

Il doit comporter :

  • nom et âge du candidat, formation, indication des langues de travail et du niveau de français, parcours professionnel, fonctions actuelles ;
  • le projet : présentation argumentée du thème d’étude proposé par le candidat dans le cadre de son séjour à la BnF (20 lignes minimum) ;
  • les formes de rendu envisagées (publication, actions, production…), qui devront être consignées en fin de séjour dans une communication écrite ;
  • indication de la période de séjour envisagée.

Sélection

Les services culturels des Ambassades de France reçoivent l’information sur le programme « Profession Culture », la diffusent auprès des établissements professionnels concernés, recueillent les candidatures et procèdent à une première instruction des dossiers. Des candidatures peuvent parvenir directement à la Bibliothèque, voire être sollicitées par celle-ci.

Les dossiers de candidature sont transmis à la délégation aux Relations internationales. Elle en complète l’instruction en recueillant des suppléments d’information. Elle contextualise le dossier en fonction des relations que la BnF entretient avec l’établissement ou le pays d’origine des candidats.

Les dossiers des candidats sont ensuite communiqués aux directions et départements concernés. Ils évaluent l’étude proposée par le candidat ou son établissement en fonction de leur intérêt pour le sujet, de leur disponibilité et de leurs compétences.

Une commission, composée du ministère de la Culture et de la communication, de la direction de la BnF avec des représentants de la direction des Collections, de la direction des Services et réseaux, de la délégation aux Relations internationales procède à l’examen des dossiers instruits et sélectionne les candidats appelés désormais « pensionnaires ».

Contact

Délégation aux relations internationales
Téléphone : 33(0) 1 53 79 59 10
Fax : 33 (0)1 53 79 47 37
Courriel : relations[point]internationales[arobase]bnf[point]fr


Image de Une : Cosmographie universelle (détail) / Guillaume Le Testu, Le Havre, 1556. Manuscrit enluminé sur papier (118 p. dont 57 pl.), 53 x 36 cm. Vincennes, Service historique de la Défense, Bibliothèque, D.1.Z.14, f. 49v

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Anne Weddigen

DSCN6250Le Carnet de la BnF se propose de publier des portraits de chercheurs pour donner de la chair à des projets et acronymes et donner à voir qui sont les femmes et les hommes qui incarnent l’activité scientifique à la BnF.

Anne Weddigen, chargée de recherches documentaires au service des Manuscrits orientaux, évoque son quotidien.

Pouvez-vous vous présenter ?

Normalienne et agrégée de lettres Classiques, actuellement doctorante à l’Université de Reims sous la direction de Didier Marcotte. J’occupe un poste de CRD à la BnF au département des manuscrits grecs, où je rédige les notices de catalogue pour les manuscrits grecs 2430 à 2549 de l’ancien fonds, et assure une charge d’enseignement à l’École Pratique des Hautes Études (EPHE).

Quel est l’objet de vos recherches et le sujet de votre thèse ?

Je travaille sur la musique grecque antique, et plus précisément sur les traités scientifiques sur la musique, l’harmonie étant une des quatre disciplines mathématiques. Je prépare1 l’édition des Harmoniques de Manuel Bryenne, un mathématicien-astronome qui a écrit autour de 1300, à partir d’une collection de textes beaucoup plus anciens allant du IVè siècle av. J.-C. (Aristoxène de Tarente) au IIè siècle ap. J.-C. (Ptolémée).

Pouvez-vous nous dire quelques mots sur votre expérience de chargé de recherches documentaires ?

Le poste de CRD est une opportunité particulièrement enrichissante à la condition que le fonds documentaire traité soit en lien avec, voire partie intégrante du travail de thèse. Dans mon cas, le travail de catalogage me permet de me familiariser avec les manuscrits médiévaux dans le contact quotidien, ce qu’aucun séminaire de recherche ne pourrait transmettre. Non seulement j’ai accès directement aux manuscrits nécessaires à mon travail d’édition, mais je dois aussi étudier d’autres manuscrits dont les particularités  ouvrent des pistes de recherche ou de réflexion précieuses pour le travail de thèse.

Par ailleurs, la mission de rédaction des notices me forme aux outils bibliographiques spécifiques, et me donne peu à peu une connaissance fine et précise des collections de la BnF.

Comment conciliez-vous vos activités de recherche à la BnF et votre activité d’enseignant ?

Dans mon cas, la séparation est très nette entre ces deux activités. Les heures d’enseignement étant fixées dès le début de l’année, j’organise mon emploi du temps hebdomadaire de sorte à venir deux jours par semaine en moyenne à la BnF. Ce temps est alors entièrement consacré à la mission du CRD, et non à l’enseignement. En revanche, il peut m’arriver d’utiliser en cours des exemples de manuscrits que j’ai eu à cataloguer à la BnF. Mais cela n’est pas très fréquent, car j’enseigne le grec ancien pour débutants, et non la paléographie.

Quels sont vos projets à l’issue du doctorat ?

Affirmer mon orientation de recherche dans la mesure des opportunités professionnelles qui s’offriront alors. Je souhaite pouvoir continuer une carrière dans l’enseignement supérieur et la recherche, malgré la pénurie de postes qui s’intensifie en sciences humaines. Il est impossible de prévoir aujourd’hui quelle forme cela pourra prendre d’ici la fin de mon doctorat.

Quels conseils donneriez-vous aux normaliens qui souhaiteraient bénéficier d’un contrat de chargé de recherches documentaires ?

Je donnerais deux conseils contradictoires et complémentaires. Le premier : ne pas se censurer, ne pas éliminer cette option par principe. Le second : être sûr que ce poste correspond à son profil.

La charge de travail pour un CRD est nettement plus élevée que celle d’un doctorant contractuel avec monitorat. En échange, ce contrat et mieux rémunéré, plus intéressant, et bénéficie d’une année supplémentaire. Je déconseille ce choix à toute personne qui ne construirait qu’un lien factice entre son sujet de thèse et le projet sur fonds documentaire, car le CRD est chronophage, et n’est un formidable outil de travail que si le travail effectué apporte aussi un bénéfice à la recherche de thèse.

Le CRD a l’avantage de n’être pas prédéfini : c’est au candidat de réunir dans un projet commun un organisme documentaire et une institution d’enseignement supérieur. C’est donc un projet que l’on peut façonner pour qu’il nous soit le plus bénéfique possible. Il vaut la peine de le construire plusieurs mois à l’avance en concertation avec les différentes parties, notamment avec l’organisme documentaire. Cela permet d’élaborer et de définir en commun la mission de recherche, afin qu’elle soit véritablement complémentaire de la thèse et, pourquoi pas, de la charge d’enseignement.

  1. Édition, traduction et commentaire du traité des Harmoniques de Manuel Bryenne. Présentation disponible en ligne : <http://www.theses.fr/s153263> []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Thierry Pastorello

s200_thierry_pastorelloLe Carnet de la BnF se propose de publier des portraits de chercheurs pour donner de la chair à des projets et acronymes et donner à voir qui sont les femmes et les hommes qui incarnent l’activité scientifique à la BnF.

Aujourd’hui le Carnet accueille Thierry Pastorello, gestionnaire de collections et coordinateur de la valorisation au département Philosophie Histoire Sciences de l’homme.

Quel est votre parcours ?

Après des études d’histoire à L’Université Lyon 2 (Maîtrise d’histoire), j’ai obtenu le DEUST des métiers du livre et réussit un concours. J’ai été nommé à la BnF en 1996. J’ai préparé un Doctorat sociétés occidentales sous la direction d’André Gueslin de l’Université Denis Diderot Paris VII de 2002 à 2009. J’ai obtenu mon doctorat avec les félicitations de mon jury. Ma thèse portait sur l’homosexualité à Paris entre XVIIIe et XIXe siècle. Ensuite, j’ai publié ma thèse1 et j’ai continué mes activités de recherche à l’Université Paris VII laboratoire Identités – cultures – territoires et au Cahiers d’histoire : revue d’histoire critique : je suis membre du comité de rédaction. J’ai participé à des colloques et journées d’études.

Quels sont vos domaines de recherches actuels ?

Je suis un historien des homosexualités. Mes recherches portent sur les homosexualités en France principalement mais pas seulement entre XVIIIe siècle et aujourd’hui au plan des vécus, discours et juridique.

Quels aspects considérez-vous comme les plus marquants de votre carrière ?

La soutenance de ma thèse le 31 mars 2009, car il y eut un débat intéressant avec les membres de mon jury (Président Robert Muchembled, André Rauch, Elisabeth Roudinesco, André Gueslin, Didier Godard). Il y eut en même temps une véritable empathie. Ce fut un moment de débat passionnant et enrichissant et qui prolongeait le travail que j’avais produit2. Quelques autres moments marquants concernent plus spécifiquement la BnF, dans le cadre de mes activités de valorisation des présentations d’ouvrages avec bibliographie que l’on fit avec d’autres collègues : à l’occasion des trente ans de l’abolition de la peine de mort en 20113, en 2013 sur les études de genre : « Hommes femmes les différences au prisme des sciences humaines et sociales« .

 Quelles sont les applications de vos recherches ? Le quotidien d’un bibliothécaire-chercheur, c’est quoi au juste ?

Sur le plan de mon activité de bibliothécaire, je peux réinvestir les résultats de mes recherches : dans mes activités de correspondant valorisation haut de jardin à travers les bibliographies et présentations d’ouvrages, dans le cadre de ma contribution aux questions des chercheurs sur le Service d’information des bibliothèques à distance (SINBDAD) et aussi dans le cadre de mon travail sur les collections. Par ailleurs, je suis membre du comité de rédaction des Cahiers d’histoire : revue d’histoire critique et à cette occasion, je produit régulièrement des articles et comptes rendus de lecture sur mes thèmes de recherche. J’ai aussi de nouveaux projets de publication.
Un bibliothécaire chercheur doit établir un équilibre entre ses activités de bibliothécaire et ses activités de recherche et veiller à une bonne coordination entre les deux.

Le moment où vous vous êtes dit : je veux faire de la recherche ?

A la suite de ma thèse, j’ai voulu poursuivre les recherches dans le domaine que j’étudie tant les recherches se développent dans le domaine de l’histoire des homosexualités .

Quel objet patrimonial de la BnF vous a particulièrement marqué ?

La richesse et la diversité des collections de la BnF est marquante et pour mes recherches je trouve dans cette richesse de quoi faire progresser mes recherches.

En-dehors de la BnF et de la recherche quels sont vos loisirs et passions ?

La randonnée car la nature et la montagne me permettent de me relier à l’éternité. J’ai aussi une passion pour le cinéma, les expositions, les voyages, le dernier Dublin avec l’APBNF. Je fais aussi du sport. Par ailleurs, j’ai une pratique spirituelle.

Quelles sont vos plus belles réussites ?

Ma thèse fut pour moi une satisfaction. De plus, elle fut publiée par un bon éditeur de sciences humaines (Créaphis) et j’ai eu des retombées encourageantes. J’ai aussi participé à la publication de deux autres ouvrages. Enfin, dernièrement, avec une collègue des Cahiers d’histoire, Me Annie Burger Roussenac, nous avons dirigé un numéro consacré aux usages politiques du vêtement XVIIIe-XXe siècle4. J’ai réalisé une notice biographique sur Michel  Boué (1947-1993) journaliste de mode à L’Humanité et aussi homosexuel affirmé et qui a côtoyé Yves Saint Laurent, Pierre Bergé…

Quelles sont, selon vous, les principales qualités que doit avoir un chercheur ?

La curiosité et l’ouverture d’esprit et aussi savoir garder sa capacité d’émerveillement et aussi l’esprit de synthèse. Ai-je tout ceci ? Je ne peux vous répondre .

Quelle est, pour vous, la découverte majeure qui a pu influer sur l’histoire de l’humanité ?

La découverte du procédé d’impression par Gutenberg au XVe siècle a permis de produire en plus grande quantité des écrits et d’abord la Bible, ce qui a ouvert la possibilité d’une pensée critique sans quoi nous ne serions pas ici. Enfin, au plan médical, l’apparition de la pénicilline fin XIXe siècle début XXe siècle car ceci permet de vaincre un grand nombre de maux qui affecte les populations. Souvenons-nous des épidémies, par exemple la peste noire entre 1347 et 1352 en Europe et qui décima les populations.

Quelle place accordez-vous au hasard (opportunités, rencontres, chance…) dans votre travail de recherche ?

Les rencontres sont très importantes car la recherche est une confrontation et un échange. Sans ma rencontre avec Annie Burger Roussenac, je ne me serais intéressé au parcours de Michel Boué et au journalisme de mode et au lien entre mode et homosexualité au cours du XXe siècle. De même, les projets de publication et de recherche naissent souvent de rencontre. On ne peut tout planifier et il faut laisser la place au hasard que constituent les rencontres.

  1. Sodome à Paris : fin XVIIIe-milieu XIXe siècle, l’homosexualité masculine en construction, Grâne : Créaphis éd., impr. 2011, 302 p. []
  2. Sodome à Paris : protohistoire de l’homosexualité masculine fin XVIIIe – milieu XIXe siècle. Disponible en ligne : <https://halshs.archives-ouvertes.fr/tel-00392241/> []
  3. Commémoration des 30 ans de l’abolition de la peine de mort []
  4. Un usage politique du vêtement (XVIIIe-XXe siècles) []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Aurore Schoenecker

Reserve_Salle_20141104_155Le Carnet de la BnF se propose de publier des portraits de chercheurs pour donner de la chair à des projets et acronymes et donner à voir qui sont les femmes et les hommes qui incarnent l’activité scientifique à la BnF.

Aurore Schoenecker, chargée de recherches documentaires à la Réserve des livres rares de septembre 2012 à août 2016, répond à nos questions.

Pouvez-vous vous présenter ?

Agrégée de Lettres modernes, j’ai choisi de faire de la littérature du XVIIe siècle ma spécialité après avoir été formée dans la première promotion du Master Recherche spécialisé « De la Renaissance aux Lumières », co-habilité entre l’École Normale Supérieure de Paris et les Universités Paris-IV Sorbonne et Sorbonne Nouvelle Paris-3. Alors que j’obtenais le concours externe et préparais parallèlement mon inscription en thèse dans l’École Doctorale 540 transdisciplinaire de l’ENS de Paris, l’intérêt que je portais aux bibliothèques m’a conduite à postuler au statut de chercheur associé à la Bibliothèque nationale de France. J’ai ainsi eu l’opportunité d’être accueillie comme chercheur associé au département Littérature et art lors de ma première année de doctorat. Puis, toujours guidée par un intérêt pour le livre ancien qui ne faisait que se confirmer, c’est au seuil de ma seconde année de thèse que j’ai sollicité et obtenu le poste de chargée de recherches documentaires à la Réserve des livres rares que j’occupe jusqu’à aujourd’hui.

Quel est l’objet de vos recherches et le sujet de votre thèse ?

Mon travail de recherches documentaires vise à reconstituer et inventorier la bibliothèque de Gaston d’Orléans (1608-1660), le frère de Louis XIII. Cette collection de livres, qu’à son décès le prince légua à son neveu Louis XIV, est entrée à la fin du XVIIe siècle dans les collections de la bibliothèque royale, puis elle a été conservée jusqu’à nos jours dans les collections de ce qui est devenu la Bibliothèque nationale de France. Actuellement, la majorité des volumes provenant de cette bibliothèque sont conservés au Département de la Réserve des livres rares, où il s’est agi pour moi de les identifier par leur facture matérielle – ces exemplaires étant reliés au chiffre ou aux armes de Gaston d’Orléans – puis d’en faire un catalogage précis, intégrant la collation des exemplaires et la description des reliures. Mes recherches m’ont également amenée à rechercher des exemplaires présents dans les collections d’autres bibliothèques françaises conservant des collections patrimoniales, qu’elles soient parisiennes (bibliothèque Mazarine, bibliothèque de l’Institut, bibliothèque de la Sorbonne, bibliothèque Sainte-Geneviève etc.) ou provinciales (par exemple la bibliothèque de Chantilly, la bibliothèque municipale de Lyon, la bibliothèque Méjanes d’Aix en Provence etc.). À ce jour, j’ai pu identifier et décrire environ 2000 exemplaires.

Mes recherches doctorales portent quant à elles sur la diffusion du livre espagnol dans la France du premier XVIIe siècle, en accordant une attention particulière aux traductions françaises des textes espagnols. Cette étude, conduite sous la direction de Madame le Professeur Isabelle Pantin (ENS) se veut transdisciplinaire, à la croisée de la littérature et de l’histoire du livre. Je m’emploie tout d’abord à évaluer l’importance quantitative et qualitative de la pénétration des œuvres espagnoles en France en brossant un panorama général de la production imprimée de livres espagnols en France et en dressant une nomenclature de ce qu’on pourrait appeler la « bibliothèque espagnole de la France » (soit des livres espagnols imprimés par des presses françaises), dont l’ambition n’est pas d’être exhaustive mais suggestive et dont le principe fondamental réside dans l’intégration de tous les domaines du savoir (ainsi des romans côtoient-ils des livres de spiritualité ou d’histoire, des traités techniques ou des ouvrages médicaux…). L’étude se resserre ensuite sur quelques acteurs majeurs de la diffusion et de la traduction des livres espagnols en langue française, figures qui peuvent aussi bien être des traducteurs que des maîtres de langue ou des imprimeurs-libraires : considérant l’activité littéraire de ces « passeurs de textes » au sein de la vie sociale de leur cercle de plumes, je m’applique à mettre au jour les modalités pratiques et intellectuelles de la genèse et de la diffusion des traductions françaises des textes espagnols. Enfin, en suivant l’histoire textuelle et éditoriale de quelques œuvres espagnoles dont la circulation a été particulièrement féconde en France, je cherche à éclairer les choix théoriques et pratiques qui président au travail littéraire de version d’une langue en l’autre, ainsi qu’à déceler dans les circuits et les formes de leur diffusion les présupposés et l’impact, tant intellectuels qu’esthétiques, de leur réception française.

Bien que le champ de ma thèse et celui de mes recherches documentaires ne se recouvrent pas entièrement, ces deux recherches que je mène de front entretiennent des liens étroits. La bibliothèque de Gaston d’Orléans, qui était bon connaisseur de la langue espagnole, constitue pour la thèse un cas tout particulièrement digne d’intérêt car elle est riche de nombreux livres hispaniques ou en langue espagnole. En outre, l’exploration de ces deux champs de recherche suppose une approche méthodologique commune : alors que j’avais retenu pour mes recherches doctorales une approche transdisciplinaire qui permet de mettre au service d’un travail de littérature les données et les apports méthodologiques de l’histoire du livre, sous le double aspect de la bibliométrie (ou bibliographique quantitative) et de la bibliographie matérielle, le travail de recherches documentaires m’a familiarisée avec l’étude du livre ancien considéré en tant qu’objet et par là donné l’occasion d’affûter les outils de travail et d’analyse nécessaires à la bonne conduite de mes recherches doctorales.

Pouvez-vous nous dire quelques mots sur votre expérience de chargée de recherches documentaires ?

Me voir confier ce projet de recherches documentaires original m’a, comme je le soulignais précédemment, tout d’abord permis de mener parallèlement à ma thèse un travail formateur d’un point de vue méthodologique. Cela a en outre élargi mes horizons de travail et de recherche. Les spécialistes de la littérature d’Ancien Régime savent combien il est fondamental de ne pas borner l’étude de la production écrite de cette époque aux limites restreintes de ce que l’on tient aujourd’hui pour être la « littérature ». Mon travail de reconstitution de la bibliothèque de Gaston d’Orléans, en me permettant de travailler au plus près des collections d’imprimés anciens conservés à la Réserve, a fondé ainsi pour moi l’habitude et l’usage de considérer la production écrite dans l’extension large que lui confère la polymathie propre à la culture lettrée ancienne.

De surcroît, pour qui apprécie la fréquentation des livres anciens, il est évident que la Réserve des livres rares de la BnF constitue un lieu de travail privilégié : durant quatre années, j’ai eu l’opportunité et le privilège de pouvoir travailler sur des collections d’une exceptionnelle richesse patrimoniale, ce que je n’aurais pu faire hors de ce cadre institutionnel.

Comment conciliez-vous vos activités de recherche à la BnF et votre activité d’enseignant ?

Je souhaite en premier lieu mettre en exergue que le poste de CRD offre à de jeunes enseignants une occasion, unique au cours de leur carrière, d’approcher la vie des bibliothèques, à maints égards distincte de celle de l’université. Les deux milieux de travail et les deux activités qu’on y exerce étant extrêmement différents, il faut parvenir à concilier ces vies parallèles en étant adaptable et organisé.

Le plus important a été pour moi de garder à l’esprit que le poste était tripartite et devait se distribuer entre 1/3 de temps pour la recherche documentaire en bibliothèque, 1/3 de temps pour la charge de cours à l’université et 1/3 de temps pour l’avancement de la thèse. De manière pratique, j’ai choisi de cloisonner mon emploi du temps, entre 1) mon temps de travail à la BnF, pour lequel j’ai déterminé des horaires fixes ; 2) ma charge de cours, dont les horaires étaient bien évidemment fixés, mais auxquels il faut ajouter les préparations de cours, les corrections de copies, le suivi pédagogique et l’organisation des examens – que j’avais en charge en tant coordinatrice d’un UE de Licence – ; 3) du temps pour préparer ma thèse, qui nécessitait notamment de consulter des documents anciens en bibliothèque.

Si la recherche documentaire occupe un volume horaire plus important que les heures de cours, elle n’est, de loin, pas la plus difficile à gérer car elle est régulière : c’est surtout la variabilité de la charge de travail liée à l’enseignement qui tend à désorganiser le cours des semaines. Le plus difficile est de parvenir à ménager du temps pour la thèse, alors que d’autres obligations savent se faire sentir infiniment plus pressantes.

Quels sont vos projets à l’issue du doctorat ?

Si les cinq années passées à la Bibliothèque nationale de France, en tant que chercheur associé puis en tant que chargé de recherches documentaires, m’ont permis de mener ma thèse dans un cadre statutaire qui était nécessaire, la contrepartie était la charge de travail qu’elles impliquaient en sus de mes recherches doctorales, qui ne m’a pour l’heure pas permis de soutenir ma thèse. Il me faut donc encore me consacrer l’an prochain à l’achèvement de mon doctorat, ce que je pourrai faire de manière exclusive, puisque j’ai eu la grande opportunité d’être recrutée pour l’année 2016-2017 comme Membre scientifique de l’École des Hautes Études Hispaniques et Ibériques – Casa de Velázquez. Lorsque j’aurai achevé mon troisième cycle universitaire et obtenu des qualifications du CNU, je souhaite participer aux campagnes de recrutement des Maîtres de conférences en section 09 ou 10.

Quels conseils donneriez-vous aux normaliens qui souhaiteraient bénéficier d’un contrat de chargé de recherches documentaires ?

À un doctorant ou futur doctorant qui se pose la question de savoir si le statut de chargé de recherches documentaires pourrait lui convenir, je dirais en premier lieu que ce poste de CRD n’est pas l’équivalent d’un contrat doctoral, les principales différences étant de trois ordres : elles sont tout d’abord relatives à la durée du contrat, quadriennal (contre trois ans pour un contrat doctoral) ; elles tiennent ensuite au statut administratif, qui a des avantages évidents, puisque les chargés de recherches documentaires sont considérés comme des professeurs agrégés en activité à temps plein ; elles ont trait enfin à la charge de travail, beaucoup plus importante que celle d’un doctorant contractuel : non seulement la charge de cours est plus lourde (elle s’élève à 96h équivalent TD par an), mais il faut aussi y ajouter le travail de recherches documentaires, à hauteur de 400h par an. Si l’on peut être attiré par les avantages qu’offre le statut de chargé de recherches documentaires, il convient de ne pas s’engager dans une démarche de candidature sans avoir une claire conscience de l’impact qu’aura la charge de travail inhérente au poste sur l’avancement de la thèse.

À mon sens, la seule raison qui devrait être réellement déterminante dans ce choix réside dans l’intérêt scientifique que l’on porte aux collections que l’on se propose d’étudier dans le cadre du programme de recherches documentaires : quel sera le gain scientifique de ces recherches ? La réponse peut être un concourt immédiat à la thèse, notamment si l’on travaille directement sur son corpus de thèse, mais aussi – et cela était mon cas -, un apport méthodologique plus indirect. Il me semble que c’est à ces conditions, acceptées en conscience, que le poste de chargé de recherches documentaires pourra, malgré les entraves dont il assujettira la thèse, constituer une expérience formatrice dans la carrière d’un jeune chercheur.


Image de Une : Aurore Schoenecker dans la salle de lecture de la Réserve des livres rares, copyright Béatrice Lucchese/BnF.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Charles-Éloi Vial

vial_charles-eloiLe Carnet de la BnF se propose de publier des portraits de chercheurs pour donner de la chair à des projets et acronymes et donner à voir qui sont les femmes et les hommes qui incarnent l’activité scientifique à la BnF.

Aujourd’hui Charles-Éloi Vial, chargé de collections « manuscrits modernes et contemporains » au département des Manuscrits,  répond à nos questions.

Quel est votre parcours ?

Après deux années de classe préparatoire, j’ai intégré l’Ecole des chartes de 2007 à 2010 puis l’Enssib en 2011-2012. En parallèle, je me suis inscrit à Paris-Sorbonne où j’ai suivi un parcours Licence-Master-Doctorat. J’ai été recruté à la BnF en 2012 et j’ai soutenu ma thèse en 2013.

Quels sont vos domaines de recherches actuels ?

En continuité de mes travaux de thèse, je continue à étudier l’histoire du Premier Empire, tout particulièrement la figure de Napoléon Ier et son entourage. En parallèle, je m’intéresse à ce que j’appellerais les systèmes curiaux tardifs, et notamment les cours des souverains français de la fin du XVIIIe siècle au début de la IIIe République, et aussi à l’histoire du livre et des bibliothèques, notamment à des figures d’érudits proches du pouvoir comme Antoine-Alexandre Barbier ou Jean Vatout, respectivement bibliothécaires de Napoléon et de Louis-Philippe. Je m’intéresse également à l’histoire du cheval et de l’enseignement de l’équitation, et aussi à l’histoire de la chasse, notamment du point de vue iconographique.

Quels aspects considérez-vous comme les plus marquants de votre carrière ?

Mon arrivée au département des Manuscrits a été un grand moment, car j’ai pu passer de longs mois à découvrir la profondeur et la variété des collections de la BnF, à repérer les fonds non exploités puis à les signaler aux enseignants ou aux doctorants que je connaissais et même à ceux que je ne connaissais pas, mais dont je pensais que les travaux pourraient bénéficier de nouvelles sources. Cela m’a permis de faire venir quelques nouveaux lecteurs et d’attirer l’attention sur des manuscrits qui attendaient parfois depuis plus de deux siècles que des chercheurs s’intéressent à eux.

La soutenance de ma thèse a été un autre moment fort, parce que j’ai eu le plaisir de retrouver parmi l’assistance les chercheurs et les universitaires avec qui j’avais pu nouer des liens depuis plusieurs années, mais aussi mes collègues et supérieurs hiérarchiques du département des Manuscrits, qui m’avaient tous soutenu dans la phase de rédaction et qui tenaient à assister à ce grand moment.

Quelles sont les applications de vos recherches ? Le quotidien d’un bibliothécaire-chercheur, c’est quoi au juste ?

Concrètement, mes recherches ne servent pas à grand-chose, si ce n’est à faire un peu progresser la connaissance historique. Cela passe par la découverte de nouveaux manuscrits ou documents d’archive, par leur critique, souvent par leur édition, et par leur mise en résonnance avec d’autres fonds ou d’autres types de sources, comme des journaux intimes, des mémoires ou des documents graphiques. La publication d’un article, d’un livre ou même d’une notice dans un catalogue d’exposition permet parfois de revenir sur les conclusions formées par d’autres historiens, de les affiner ou de les contredire, voire même de les prendre en flagrant délit de mauvaise foi. L’histoire du Premier Empire, qui me préoccupe particulièrement, est particulièrement intéressante de ce point de vue, car de nombreux auteurs ont privilégiés un seul type de sources, généralement les autobiographies ou les archives militaires, en passant souvent à côté de documents conservés à la BnF ou aux Archives nationales. Souvent, de nombreux historiens se sont aussi contentés d’adapter ou de plagier sans vergogne des ouvrages un peu anciens, en présentant ensuite leur pensée comme novatrice. L’historiographie du Premier Empire a donc patiné pendant de très nombreuses décennies. Même si les travaux de Jean Tulard, puis plus dernièrement ceux menés à la Sorbonne ou à la Fondation Napoléon ont profondément renouvelé la connaissance de l’Empire, il reste encore beaucoup à découvrir. Quand on s’attaque sérieusement aux sources, on se rend ainsi compte qu’un personnage aussi célèbre que Napoléon est encore très peu connu, ce qui est vraiment paradoxal et qui contredit la doxa habituellement dispensée par certains historiens pour qui tout a déjà été dit sur les grands personnages. A ce titre, le premier devoir d’un conservateur-chercheur est de faire connaître ses sources et de les signaler aux chercheurs, que ce soit par des publications, des colloques, des cours, des séminaires, des billets de blog ou même des posts sur twitter, et naturellement en enrichissant le catalogue BnF-Archives et manuscrits. Si un conservateur ne met pas les richesses de la bibliothèque en avant, elles risquent de ne jamais servir à personne.

Pour ce qui est de mon quotidien, il n’est sans doute guère différent de celui de mes autres collègues : j’ai plusieurs dizaines de fonds sous ma responsabilité, je m’occupe d’en faire rentrer de nouveaux, en maintenant des contacts avec des écrivains, des éditeurs ou des universitaires, et je reprends des fonds dont le classement n’avait pas été achevé par mes prédécesseurs. Depuis mon arrivée à la BnF, je me suis par exemple occupé du classement et de la numérisation du fonds René Girard et du catalogage du fonds Masques et Persona, autour des mouvements LGBT des années 1970-1980. Je passe donc beaucoup de temps en magasin noyé dans des cartons, devant mon écran d’ordinateur à enrichir BnF-Archives et manuscrits, ou en salle de lecture à communiquer des documents aux lecteurs. Même s’il m’arrive de prendre un peu de mon temps de travail pour des projets transverses initiés par la BnF comme le projet des Essentiels de Gallica, il m’arrive souvent de revenir le samedi ou de rester au bureau le soir pour dépouiller des manuscrits concernant mes propres centres d’intérêt. Comme il est parfois dur de concilier recherche et vie professionnelle, je préfère prendre sur mes vacances ou mon temps de sommeil et travailler la nuit, en général entre 20 heures et 3 heures du matin. Cela me permet de produire plusieurs articles et au moins un livre par an. Je pense que c’est un des principaux devoirs du conservateur que de beaucoup écrire et d’étudier lui-même ses propres fonds. C’est aussi le seul moyen de parler d’égal à égal avec les universitaires, de comprendre leur démarche et leurs besoins.

Le moment où vous vous êtes dit : je veux faire de la recherche ?

Difficile de me souvenir du moment-clé, même si j’ai très vite voulu travailler sur le XIXe siècle, et plus particulièrement sur l’Empire et la Restauration. Il s’agit peut-être de ma première séance de dépouillement aux Archives nationales, où un conservateur m’avait conseillé de commander des cartons au hasard pour me faire une idée de ce qu’était la recherche en archives. J’étais tombé par chance sur des instructions au grand maître des cérémonies, annotées par Louis XVIII quelques jours avant sa mort, d’une main très tremblante. J’ai trouvé ça très émouvant et très intriguant, et j’ai eu envie d’en savoir plus.

Quel objet patrimonial de la BnF vous a particulièrement marqué ?

Dès mon arrivée à Richelieu, je me suis rendu compte que la BnF renfermait des trésors cachés, qui ne demandaient qu’à être redécouverts. J’ai été particulièrement ému par le fonds d’archives de Louis-Nicolas Planat de La Faye, un aide de camp de Napoléon, qui renfermait plusieurs lettres écrites après Waterloo, et un portrait au crayon absolument magnifique, représentant l’empereur quelques jours avant son départ pour Sainte-Hélène. Un autre beau souvenir est celui de la découverte du journal d’un révolutionnaire de 1830, qui avait collé dans son manuscrit la cocarde qu’il portait sur les barricades de Juillet. Enfin, je me souviens avec émotion de la découverte du journal tenu par le valet de chambre Anthoine sur la mort de Louis XIV, et sur la description des derniers moments du Roi-Soleil. Il y a d’autres souvenirs plus amusants, comme la découverte d’un manuscrit-reliquaire contenant des cheveux de Lucrèce Borgia !

Quelles sont vos plus belles réussites ?

Je suis très fier d’avoir pu faire entrer dans les collections publiques un manuscrit des mémoires de Napoléon Ier, dictées à Sainte-Hélène, entièrement dicté et corrigé de sa main, avec de nombreuses notes, des cartes et des anecdotes sur l’expédition d’Egypte. Je compte bien entendu me pencher dessus, mais j’espère que de nombreux chercheurs viendront le consulter dans les années à venir.

Quelles sont, selon vous, les principales qualités que doit avoir un chercheur ?

La patience, bien sûr, mais surtout l’inventivité et la vivacité d’esprit. La recherche impose de constamment innover, chaque sujet, chaque document demandant de mettre au point une nouvelle méthode de travail.

Quelle est, pour vous, la découverte majeure qui a pu influer sur l’histoire de l’humanité ?

Le papier. Sans papier, par d’archives, par de manuscrits ni de bibliothèques, et partant, pas d’historiens.

Quelle place accordez-vous au hasard (opportunités, rencontres, chance…) dans votre travail de recherche ?

Le coup de chance archivistique est une réalité. Il ne faut pas toujours compter dessus, mais on peut toujours faire de très belles découvertes, en se donnant la peine d’ouvrir un carton, de consulter un inventaire ou même de lire un document jusqu’au bout. Mais comme l’histoire est une science, la chance peut aussi se provoquer, en étudiant les catalogues, en dépouillant les références bibliographiques, jusqu’à localiser au plus près le document qui vous permettra d’avancer, d’étayer des conclusions ou au contraire de tout remettre en question. Parfois, un coup de foudre archivistique vous fera partir dans une toute autre direction, et vous mettra sur la piste d’un personnage ou d’un événement que vous n’auriez jamais pensé étudier.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Jean-Dominique Mellot

mellot_jean_dominiqueLe Carnet de la BnF se propose de publier des portraits de chercheurs pour donner de la chair à des projets et acronymes et donner à voir qui sont les femmes et les hommes qui incarnent l’activité scientifique à la BnF.

Aujourd’hui c’est au tour de Jean-Dominique Mellot, chef du service de l’Inventaire rétrospectif.

Quel est votre parcours ?

Passionné par l’histoire depuis la petite enfance, j’ai entendu parler vers l’âge de 12 ans de l’École des chartes et des disciplines qu’on y enseignait. L’idée d’acquérir cette formation chartiste pour accéder moi-même aux sources écrites de l’histoire ne m’a pas quitté de toute mon adolescence. J’étais initialement plutôt intéressé par l’histoire médiévale. Mais après ma réussite au concours, dès ma première année d’École, j’ai découvert l’histoire du livre imprimé grâce à l’enseignement d’Henri-Jean Martin (1924-2007) et souhaité m’orienter vers ce domaine de recherche. J’ai travaillé à une thèse d’École sur l’histoire de l’édition dans ma région d’origine, la Haute-Normandie, mais qui bien sûr m’obligeait aussi à recourir massivement aux ressources parisiennes ; ç’a été pour moi une période intense de découvertes et de rencontres qui m’a conforté dans l’idée de choisir la voie des bibliothèques, afin de rester au plus près des collections imprimées ou manuscrites et en même temps d’être en relation avec un public plus large et ouvert que celui des archives — j’avais déjà l’expérience des bibliothèques en tant que lecteur, grâce à ma fréquentation de celle du Havre. En terminant ma scolarité à l’École des chartes, major de promotion, j’envisageais surtout de trouver un poste dans une grande bibliothèque normande et de maintenir le lien tissé avec la recherche historique régionale. Mais les circonstances en ont décidé autrement.

Un poste qui m’intéressait particulièrement s’offrait au département des Imprimés de la Bibliothèque nationale, service de l’Inventaire. Ce service, qui venait alors d’achever le Catalogue général auteurs, était en train de devenir un service expert, spécialisé dans le livre ancien, et en même temps se lançait dans l’informatisation et dans la création des notices d’autorité — dont on perçoit enfin aujourd’hui l’importance capitale, avec le référencement des données sur Internet. C’était un tournant (1985) et un chantier exaltant où j’avais beaucoup à apprendre mais aussi ma pierre à apporter et où je pouvais contribuer à une dynamique de publication. Ce qui ne m’a pas empêché de rester un chercheur — même si ce n’était hélas pas toujours bien vu à l’époque car on soupçonnait, bien à tort dans mon cas, les jeunes chercheurs de prendre sur leur temps de travail BN pour avancer leurs travaux personnels —, de mener à son terme une thèse de doctorat (1992)1, de publier des articles puis des livres tout en intervenant dans des colloques.

La reconnaissance du bien-fondé de mon double statut de conservateur de bibliothèque et de chercheur n’est venue que progressivement, avec notamment ma responsabilité de chargé de conférences à l’École pratique des Hautes Études (à partir de 1999), mes cours de formation continue ENSSIB (à partir de 2000), les conférences que l’on m’a confiées dans le cycle Histoire du livre, histoires de livres de la BnF (à partir de 2006), les invitations à l’étranger et surtout peut-être la codirection scientifique du Dictionnaire encyclopédique du livre, une entreprise de référence internationale qui s’est étalée sur 15 ans (1996-2011). Depuis 2009, je dirige le service de l’Inventaire rétrospectif qui compte une quinzaine de personnes (conservateurs et bibliothécaires) et au sein duquel je contribue, je l’espère, à entretenir la flamme de la recherche et à encourager les publications et réalisations scientifiques. Je poursuis toujours parallèlement des recherches à titre personnel, dans le peu de temps libre dont je dispose.

Quels sont vos domaines de recherche actuels ?

L’histoire sociale et institutionnelle des métiers du livre. La police et la « police du livre » aux XVIIe-XVIIIe siècles. Les pratiques de la librairie d’Ancien Régime. Colportage et « libraires forains » aux XVIIe et XVIIIe siècles. Le régime des permissions et privilèges et « l’état civil du livre ». Les métiers du livre et l’édition en Normandie du XVIe au XIXe siècle. L’édition française au XIXe siècle. L’histoire religieuse des XVIIe-XVIIIe siècles.

Quels aspects considérez-vous comme les plus marquants de votre carrière ?

J’en vois beaucoup, mais les périodes de thèse (École des chartes, 1982-1985, et doctorat Paris-I, 1985-1992) se détachent évidemment par leur intensité et par la somme de découvertes et de rencontres qu’elles m’ont procurée. L’entrée dans le monde du travail (Bibliothèque nationale, été 1985), dont on attend souvent beaucoup, a tenu ses promesses, et ce à tous les points de vue. Mais il faut dire que la fin de mon service militaire, au Service historique de la Marine, en 1984, m’y avait, contrairement à ce que l’on pourrait croire, fort bien préparé. À la BnF, je relèverais deux moments-clés : les débuts au service de l’Inventaire, avec la participation aux grands chantiers qui s’y ouvraient alors (voir ci-dessus question 1) ; la prise de poste en tant que chef de service, à partir de 2009, qui m’a donné une palette plus large de responsabilités, y compris humaines et relationnelles, et m’a certes amené à minuter encore davantage mon emploi du temps, mais la bonne marche d’une équipe et la conduite de ses projets sont une source de satisfactions que l’on a du mal à se figurer tant que l’on n’a pas été en situation. Hors de la BnF, je retiendrais deux phases marquantes : l’invitation de Frédéric Barbier, successeur d’Henri-Jean Martin, à intervenir comme chargé de conférences à son séminaire Histoire et civilisation du livre de l’EPHE, qui m’a permis de développer et partager mes centres d’intérêt avec un public d’auditeurs réguliers et attachants ; la grande entreprise du Dictionnaire encyclopédique du livre, lancée en 1996 par les éditions du Cercle de la Librairie à l’initiative de Pascal Fouché, dont j’ai dirigé le domaine Histoire du livre (plus de 350 contributeurs), une aventure humaine de 15 ans dont tous les protagonistes gardent un souvenir ému et qui a abouti à un instrument de travail d’une qualité rare.

Quelles sont les applications de vos recherches ? Le quotidien d’un bibliothécaire-chercheur, c’est quoi au juste ?

Ce quotidien se caractérise par une grande diversité d’activités, d’autant plus lorsqu’on dirige un service où plusieurs chantiers et projets de recherche sont menés concurremment. La correspondance (interne et externe) — principalement lecture de courriels et réponses — y occupe beaucoup de place, parfois trop, mais c’est la rançon du rayonnement du service et de l’ouverture croissante (et louable) des métiers des bibliothèques. Il ne faut pas négliger non plus les contacts directs et briefings informels, avec les membres de l’équipe comme avec le public des chercheurs (à travers le service public en salle ou de façon plus personnalisée). La supervision du travail concret de l’équipe, la relecture et validation des notices rédigées, la révision des textes avant diffusion ou publication, les conseils experts prodigués au fur et à mesure des besoins sont un autre poste important de l’emploi du temps d’un conservateur-chercheur. Le travail administratif n’est pas négligeable non plus, mais variable selon les périodes (réunions et leur préparation, notes, rapports, entretiens annuels, lecture et diffusion de comptes rendus, statistiques, etc.). Quant au contact avec le livre-source comme avec le livre-objet, il reste permanent mais diffus, de même que la production scientifique proprement dite (articles, contributions, ouvrages, correction d’épreuves, préparation de supports…), qui du reste repose très largement sur le temps privé. Enfin les recherches dans des dépôts d’archives et dans d’autres bibliothèques sont des moments intenses et presque toujours fructueux mais extrêmement ciblés voire minutés.

Le moment où vous vous êtes dit : je veux faire de la recherche ?

En fait cela s’est décidé progressivement. Enfant, j’étais fasciné par la magie qui se dégageait des documents anciens, de leur écriture, de leur langue, et il me tardait de pouvoir un jour m’y initier pour accéder à ces pans du passé, même si je ne reliais pas encore tout cela à la dynamique de la recherche historique. Au collège et au lycée jusqu’en seconde, le plus souvent l’enseignement de l’histoire était terne, frustrant, cadré et superficiel ; cela en fait aiguisait mon désir d’aller plus loin et plus en profondeur, et je pense que cette période a été décisive dans le sens où j’ai été prêt à « ronger mon frein » avant d’espérer être un jour partie prenante dans la « fabrique de l’histoire ». Un peu plus tard, en première, le censeur de mon lycée du Havre, Jacques Ducher, me sachant intéressé par l’École des chartes, m’a fait rencontrer l’un de ses amis, conservateur chartiste à la Bibliothèque Mazarine, Jean-Claude Nardin (hélas décédé en février dernier) ; j’étais accompagné de ma mère et nous avons passé tous les deux un moment de découverte et de complicité fabuleux mais bien réel parmi les collections, les imprimés rares, les reliures et les boiseries de la Mazarine, escortés par un guide savant, discret et cordial. Cette rencontre m’a conforté dans ma vocation encore en pointillé et a fait aussi pencher ma balance vers le monde des bibliothèques. Les cours d’H.-J. Martin, à partir de la première année d’École des chartes, ont fait le reste, en levant le voile sur « l’histoire du livre en train de se faire » et en communiquant l’envie d’y être associé.

Quel objet patrimonial de la BnF vous a particulièrement marqué ?

J’en vois au moins trois, en considérant la BnF au sens large et en y incluant la bibliothèque de l’Arsenal. D’abord les reliures et demi-reliures aux armes royales, présentes sur le site François-Mitterrand comme sur celui de Richelieu et même de l’Opéra. J’ai découvert leur beauté sobre, leur solidité et leur abondance — que je ne soupçonnais pas — lors de mes premiers pas de chercheur. Ensuite, plus que la salle Labrouste, dont j’appréciais l’architecture élancée et les galeries ornées de fresques mais pas du tout la lumière « zénithale », c’est le magasin central du département des Imprimés du site Richelieu qui m’a conquis par la combinaison harmonieuse de leurs qualités pratiques et esthétiques. Je m’en voudrais de ne pas mentionner aussi les boîtes d’archives de la Bastille, mine inépuisable de documents policiers sauvés de la destruction en 1789 — et dont certains portent encore des traces de la boue des fossés où ils ont été jetés le 14 juillet ; leur fréquentation, dans le cadre superbement original de l’Arsenal, me procure toujours un moment riche de découvertes et d’émotions.

En dehors de la BnF et de la recherche, quels sont vos loisirs et passions ?

La lecture bien sûr (mais pas seulement en histoire), le jogging, les promenades et visites, les rencontres amicales, les bons moments en famille, le théâtre (grâce à mes enfants), le football, certains films et émissions de télévision, le jardinage.

Quelles sont vos plus belles réussites ?

Je ne crois pas avoir encore le recul nécessaire pour en juger et j’ignore si je l’aurai un jour.

Quelles sont, selon vous, les principales qualités que doit avoir un chercheur ?

Une grande curiosité mais également une humilité au moins aussi grande, la rigueur, la persévérance, l’exigence et le souci d’une écriture claire (la moins jargonnante » possible) et élégante, le goût du partage (y compris à travers la vulgarisation et la transmission directe) et l’esprit d’équipe.

Quelle est, pour vous, la découverte majeure qui a pu influer sur l’histoire de l’humanité ?

Je dirais un « couple » de découvertes : l’agriculture et l’écriture, deux pratiques parentes aux pouvoirs quasi magiques, ont influé de façon déterminante sur l’évolution de l’humanité. En traçant des sillons dans un espace délimité, elles permettent en effet de féconder celui-ci, puis de stabiliser et de « stocker » le produit de ce « dessin fertile », et ainsi de maîtriser et élargir le temps des hommes. L’agriculture et l’écriture ont été deux préalables essentiels qui ont permis à l’être humain de transcender l’horizon de la mémoire individuelle, familiale ou groupale pour accéder au temps de l’histoire.

Quelle place accordez-vous au hasard (opportunités, rencontres, chance…) dans votre travail de recherche ?

De mon point de vue, cette place est capitale. À chaque moment important de nos vies ou de nos carrières, il y a des rencontres, des exemples que l’on a envie de suivre à notre façon, des paroles qui résonnent en nous. Aussi vrai que « tout ce qui est important s’enseigne de personne à personne » (Nietzsche).

Dans le travail de la recherche, même si la méthode suivie ne doit rien au hasard, le hasard des contraintes de temps et de lieu, celui des trouvailles dans des sources à côté desquelles on ne passe pas, m’apparaît essentiel. Or les découvertes — de sources et dans des sources —, c’est ce qui peut faire évoluer voire révolutionner le regard non seulement du chercheur lui-même, mais aussi de toute une communauté scientifique à qui il les fait partager. J’ai été suffisamment chanceux pour connaître à plusieurs reprises, au cours de ma carrière, ce moment où le chercheur se découvre aussi « trouveur ». L’humilité nécessaire du chercheur, c’est donc celle également qui consiste à reconnaître la part décisive de la chance dans son apport.

  1. L’édition rouennaise et ses marchés : vers 1600-vers 1730 : dynamisme provincial et centralisme parisien, Paris : École des Chartes, 1998 , 816 p. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Philippe Chevallier

gallica 9718Le Carnet de la BnF se propose de publier des portraits de chercheurs pour donner de la chair à des projets et acronymes et donner à voir qui sont les femmes et les hommes qui incarnent l’activité scientifique à la BnF.

Philippe Chevallier est responsable des études à la délégation à la Stratégie et à la recherche, en charge du pilotage de plusieurs projets de recherche sur les publics, sur place et en ligne, de la Bibliothèque.

Quel est votre parcours ?

A l’origine je suis chercheur en philosophie ; j’ai donc dû tout apprendre des méthodes qui sont employées dans les établissements culturels (bibliothèques, musées, etc.) pour conduire ce que l’on appelle les « études de publics ». Ces méthodes nous viennent pour la plupart des sciences sociales, mais adaptées aux contraintes des institutions. Comme je garde en même temps un regard critique, au moins prudent, sur ces méthodes, j’aime dire que c’est 10% de science et 90% de bon sens, mais il faut néanmoins que les 10% soient bel et bien honorés !

Quels sont vos domaines de recherches actuels ?

La connaissance des publics en ligne de la Bibliothèque : comprendre la manière dont ils accèdent aux documents que nous leur mettons à disposition sous forme numérique, les représentations qu’ils en ont, ce qu’ils en font – qui excède la traditionnelle activité de lecture. Il ne faut pas projeter sur eux des présomptions d’usages qui nous viennent des bibliothèques physiques.

Quels aspects considérez-vous comme les plus marquants de votre carrière ?

Le dialogue avec des chercheurs capables de se mettre à l’écoute des problématiques que nous avons (par exemple : développer nos publics) tout étant aptes à les reformuler, parfois à les interroger.

Quelles sont les applications de vos recherches ? Le quotidien d’un bibliothécaire-chercheur, c’est quoi au juste ?

Je ne suis pas bibliothécaire et ne me considère pas, dans le cadre de mes missions à la BnF, comme un chercheur : je m’efforce plutôt de faciliter le travail de chercheurs qui partagent avec la BnF des questions sur l’évolution du rapport à lecture, au savoir, aux institutions, à l’heure du numérique. La Bibliothèque et ses usagers constituent un formidable terrain d’étude pour eux. En retour, je veille à ce que leur recherche produise des résultats dont l’institution puisse se saisir : il faut parfois un effort de traduction, saisir ce qui est vraiment neuf, ce qui fait rupture, et éviter surtout le discours de surplomb.

Le moment où vous vous êtes dit : je veux faire de la recherche ?

Traditionnellement, les études de publics à la BnF étaient confiées à des sociétés d’études ou de conseil ; ce qui reste un choix pertinent quand la Bibliothèque a une question simple : par exemple, évaluer la satisfaction des usagers de notre site web. Mais dans certains cas, la simplicité est trompeuse et il faut se donner plus de temps, le temps de la recherche justement, qui renvoie toujours à un labeur, un tâtonnement : explorer un terrain, se mettre à l’écoute de récits de vie, comprendre les logiques d’action des individus, tester des hypothèses. Récemment, Joëlle Le Marec, Judith Dehail et Igor Babou ont conduit durant 6 mois une recherche ethnographique passionnante sur les publics du « Haut-de-jardin » (bibliothèque pour tous du site François-Mitterrand), en variant les angles de vue et en dialoguant constamment avec nous. Ce fut un véritable compagnonnage intellectuel.

Quel objet patrimonial de la BnF vous a particulièrement marqué ?

Les archives de Michel Foucault.

Quelles sont vos plus belles réussites ?

Travailler dans la confiance depuis 2013 avec des enseignants-chercheurs de Télécom ParisTech sur la connaissance des usages en ligne, en particulier ceux de Gallica, dans le cadre d’un partenariat qui est très important pour nous : le « Bibli-Lab ». Nous en sommes à quatre projets de recherche, dont deux ont eu le soutien très précieux de labex (Les Passés dans le Présent, Obvil). Sur ces quatre projets, sept enseignants-chercheurs de Télécom ParisTech et trois postdoctorants ont été mobilisés, avec des compétences très diverses qui vont de la sociologie au traitement du signal. Je voudrais citer ici Nicolas Auray, qui nous a tragiquement quittés l’an dernier. Avec Valérie Beaudouin, également de Télécom ParisTech, il avait commencé à réfléchir aux pratiques scientifiques amateurs sur le web, autour des documents patrimoniaux numérisés, en particulier ceux de la Grande Guerre. Ce travail sera d’ailleurs prochainement publié, avec l’aide de Valérie Beaudouin et de Lionel Maurel (BDIC, Université Paris Lumières), et le soutien du labex Les passés dans le présent.

Quelles sont, selon vous, les principales qualités que doit avoir un chercheur ?

Le sens du concret ! Qui passe par le sens du résultat – même temporaire, même incomplet. Pour nous, il faut que le temps de la recherche puisse coïncider avec le temps de l’institution.

Quelle est, pour vous, la découverte majeure qui a pu influer sur l’histoire de l’humanité ?

Aucune, l’humanité a toujours su se débrouiller.

Quelle place accordez-vous au hasard (opportunités, rencontres, chance…) dans votre travail de recherche ?

Aucune, hélas, pas le temps pour ça !


Image de Une :  © O. Moravik/BnF

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts