Archives de catégorie : Chercheurs

Eugène Pirou, du portrait à l’image animée

La Bibliothèque nationale de France contribue à la formation à la recherche par la recherche en accueillant, depuis 2003, des masterants et doctorants dans ses départements. Afin de montrer la diversité des sujets d’étude et des parcours de chercheurs, nous nous proposons de rendre compte de quelques travaux.

Ainsi, de 2013 à 2014, le département des Estampes et de la photographie a accueilli Camille Blot-Wellens, chercheuse spécialisée dans le cinéma muet et restauratrice indépendante de films.

A l’origine du projet de recherche soumis à la BnF, se trouve l’œuvre cinématographique d’Eugène Pirou. L’étude de deux collections de films des premières années ainsi que l’identification de plusieurs copies nitrates ont amenée Camille Blot-Wellens à chercher des informations sur ce photographe, qui figure parmi les pionniers de l’art cinématographique dans la capitale française. Dans le cadre d’une étude réalisée en 2013 (publiée en juin  2014 par le Ministère de la Culture espagnol)1, elle s’était penchée sur l’œuvre cinématographique d’Eugène Pirou et avait alors découvert une œuvre beaucoup plus riche que ne le laissaient supposer les recherches publiées jusqu’alors. Pourtant, les activités cinématographiques d’Eugène Pirou sont depuis longtemps bien mieux connues que ses activités de photographie.

Les recherches effectuées grâce à la Bourse pour la photographie de la Fondation Louis Rœderer ont permis de découvrir un personnage passionnant, au cœur de la société photographique parisienne de la fin du siècle et résolument tourné vers l’avenir. Il était nécessaire d’étudier plus en profondeur le monde photographique, mais aussi politique et artistique de l’époque pour mieux comprendre le photographe. Ainsi les recherches se sont aussi portées sur les personnalités qui l’entouraient : Otto Wegener (qui a fait l’objet d’une recherche plus approfondie, réalisée entre la France et la Suède, Albert Kirchner, Félix et Paul Nadar, Clément-Maurice, ses fils René et Louis Pirou, Félix Antelme, Paul Boyer, Antoine Lumière, Arthur Engelfred ou les frères Oscar et Georges Mascré…

Recherches sur la personne d’Eugène Pirou

Eugène Pirou naît le 26 septembre 1841 à Thubeuf en Normandie d’un père serrurier. Le photographe s’établit dans la capitale assez jeune puisqu’il est annoncé dans le Didot-Bottin dès 1865. On connaît peu ses premières années à Paris, si ce n’es que selon le photographe Klary, qui rendrait hommage à Pirou dans sa revue Le Photogramme en 1905, « ses débuts furent pénibles »… Par ailleurs, quelques pièces de correspondance envoyées par Eugène Pirou à Félix Nadar, laissent penser qu’il l’a rencontré étant jeune et que Nadar aurait pu le guider dans ses débuts. Pirou semble être dévoué à Félix Nadar et assez intime avec lui. On sait d’autre part qu’il fut membre de la loge maçonnique des Sept Ecossais réunis (loge à laquelle appartenait aussi le photographe et éditeur Edmond Bénard) entre 1866 et probablement 1873 et que le 15 juin 1871, il épousa Emilia Pansoja de Borio à la mairie du XIIe arrondissement. Il était alors domicilié au 1 boulevard Saint-Germain. L’atelier de Pirou se développe, il ouvre des succursales et s’installe au 3 boulevard Saint-Germain. En avril 1880, sa première épouse décède. L’inventaire dressé après son décès, en avril 1881, fait état d’une fortune dont la plus grande richesse est « l’établissement  industriel ». Pirou doit même emprunter à un ami le montant des frais occasionnés par le décès de son épouse (13 139, 60 francs). Montant qu’il remboursera en partie grâce à l’apport de Marie Colas, qu’il épouse le 30 novembre 1880 à la mairie du XVIe arrondissement. La famille Pirou ne tarde pas à s’agrandir avec la naissance de ses deux fils, Louis René en 1885 et Roger Eugène en 1889. Par ailleurs, en novembre 1885, Eugène Pirou est nommé co-tuteur de la fille que Marie Colas a eu en première noce, Alice Louise Rion.

Portrait d’Eugène Pirou entre 1903 et 1909

Eugène Pirou semble être un personnage public dont certains faits ou gestes sont rapportés dans les journaux, comme le décès de sa première épouse (La Lanterne, avril 1880) ou encore un acte de courage du photographe qui a réussi à contrôler un cheval qui s’était emporté (Le Rappel, décembre 1884).

Il peut être intéressant de noter que plusieurs faits laissent penser qu’Eugène Pirou a pu épouser certains idéaux politique, sans avoir forcément mené d’action politique. Outre ses liens avec Nadar, il semble avoir été assez proche des milieux républicains et socialistes. Après avoir été sollicité par la Commune en 1871, il dépose dans le cadre du dépôt légal en 1880 un cliché représentant les « socialistes révolutionnaires russes, lutteurs et martyrs » (portraits des socialistes condamnés pour leur implication dans l’attentat contre le tsar le 14 avril 1879). D’autre part, celui qui représentera Eugène Pirou auprès du Bureau de la Propriété intellectuelle pour la demande d’un brevet d’invention en mars 1896 est Arthur Engelfred. L’ingénieur est connu pour son engagement politique et sa victoire contre Clémenceau dans le Var en 1893, avec à ses côtés le capitaine Lazare Antelme, frère de Félix et Paul, tous deux employés de Pirou. Enfin, un buste en plâtre représentant la République ornait un des bureaux de la rue des Chantiers.

L’œuvre photographique

Selon le Didot-Bottin, Pirou s’installe dans la capitale vers 1865 au 1 boulevard Saint-Germain. Les premières traces de son œuvre photographique sont ses portraits de gardes nationaux après les batailles  des 3 et 4 avril 1871. En effet, Pirou figure parmi les photographes sollicités par la Commune pour photographier, avant de les inhumer, les corps des gardes nationaux morts au combat (dont une centaine de portraits est conservée aux Archives de Paris).

Vers 1876, Pirou et son épouse, Emilia Pansoja de Borio, font construire un nouvel atelier de photographie au 3, boulevard Saint-Germain et ouvrent une succursale 117, rue Monge. En 1880, Pirou effectue alors des travaux pour une maison particulière et un atelier de photographie (travaux confiés à l’architecte Cartier, par ailleurs expert de sa compagnie d’assurance « La Renaissance ») au 3 boulevard Saint-Germain tandis qu’il signe un bail pur un terrain au n°5.

A partir de cette période le photographe s’implique dans les débats qui animent la profession et rejoint plusieurs organisations professionnelles : il devient membre du Syndicat de la Photographie ‘syndicat créé sous le patronage de la Chambre syndicale de Photographie) en 1883 et rejoint la Société française de photographie en 1884. Il figure souvent parmi les premiers noms associés à des actions en faveur de la reconnaissance du droit d’auteur ou de la propriété des clichés.

En 1890, Pirou participe – avec Gauthier-Villars, Vidal et Paul Nadar, entre autres – à la fondation de l’association L’Union Photographique dont l’objet est de venir en aide aux photographes dans le besoin. Malheureusement, il subsiste très peu d’informations sur la vie de l’association (les Archives de Paris ne conservent pas de documents).

D’autre part, les activités photographiques de Pirou se sont développées. Il annonçait dans l’édition du Didot-Bottin de 1882 : « agrandissements au charbon, reproductions d’anciens portraits, portraits émaillés, la plus belle installation de Paris ». Au même moment (4 octobre 1882 et 26 octobre 1883), il offrait à la Société de Géographie une importante collection des portraits de ses membres (concurrençant le photographe Alexandre Quinet qui avait été sollicité par la Société en 1875). Initiative qui serait suivie par les portraits des membres de l’Institut de France (1884). Ce qui luir permettrait d’annoncer dans le Didot-Bottin dès 1885 : « Photographe de l’Institut, de la magistrature, de l’Etat-major, de la Société de Géographie, de l’Ecole des Mines, de l’Ecole polytechnique, de l’Ecole du Val-de-Grâce et des célébrité contemporaines. » Pirou a alors déjà reçu plusieurs médailles en France et à l’étranger.

Officier d’Académie depuis 1883, il sollicite la Légion d’Honneur en 1887 : « Je commençais en 1882 l’Album de l’Institut de France, cet Album qui n’a été terminé qu’en 1885 contient le portrait de chacun des membres de chaque académie, et est déposé à la Bibliothèque de l’Institut. Les photographies sont toutes au charbon, inaltérables, directes dont je suis l’innovateur en France ».

Après avoir vendu son local de la rue Claude-Bernard en 1886, Pirou ouvre au 23, rue Royale une succursale, où il propose aussi des espaces d’exposition.

Les activités de Pirou sont florissantes, il reçoit plusieurs médailles d’or et la presse spécialisée fait l’éloge de ses oeuvres.

Verso du portrait de Ferdinand de Bulgarie par Eugène Pirou, 1894

Les années suivantes, Pirou participe à des jurys lors d’expositions internationale (1894), officie comme expert avec Paul Nadar dans l’estimation d’ateliers lors de ventes ou de cessions et dépose un brevet pour une « lanterne de photographie à éclair photogénique » (mars 1896).

Il poursuit activement son activité de photographe : il fait partie de la commission d’admission de la section photographique pour l’Exposition Universelle de 1900 et il participe à l’Exposition de Saint-Louis (1904). Par ailleurs dans ses lettres à Félix Nadar, Jules Hue, qui travaille chez Pirou pendant plus de quinze ans, ne cessera de commenter combien « le travail marche toujours fort chez Pirou ». Pirou forme aussi de nombreux photographes de la capitale. Il semblerait par ailleurs qu’il réaménage son atelier vers 1902, il annonce alors un « atelier spécial au rez-de-chaussée pour opérer INSTANTANEMENT par tous les temps. Même la nuit » (Didot-Bottin).

En 1903, à l’occasion de l’Exposition d’Hanoï, Pirou est enfin nommé Chevalier de la Légion d’Honneur à la demande du Ministre des Colonies.

En 1905, dans son hommage au photographe, Klary écrit : « Les superbes productions qui sortent de son atelier du boulevard Saint-Germain démontrent qu’il est un photographe habile, parmi les plus habiles, et bien qu’il soit un ardent puriste, il est toujours disposé à adopter les perfectionnements nouveaux. L’oeuvre d’Eugène Pirou est considérable. Pendant de nombreuses années, il a photographié des centaines de personnages parmi nos célébrités, dans tous les mondes. Cette collection, unique en son genre, constitue de très précieux documents pour l’histoire contemporaine. (…) Le monde photographique doit s’honorer de la personnalité d’Eugène Pirou. Homme simple, aimable, obligeant, causeur, charmant, il séduit tous ceux qui l’approchent par ses réparties amusantes et spirituelles. »

En 1907, Pirou décide d’attaquer en justice les frères Georges et Oscar Mascré, propriétaires de l’atelier « Photographie Eug. Pirou » situé rue Royale et dirigé par Edouard Spiegelberg. Il faut dire que les frères Mascré développent une stratégie assez offensive par rapport à Eugène Pirou, non seulement ils s’annoncent comme « Photographe de la haute société parisienne, de toute la noblesse française des Cours étrangères et du Corps diplomatique français et étranger. Photographies d’art, reproductions, peintures à l’huile, aquarelles, pastels, miniatures et émaux. Installation de haut luxe moderne le plus somptueux de tout Paris » (Didot-Bottin, 1907). en utilisant la signature d’Eugène Pirou mais ils présentent aussi « dans leur maison et dans leurs ateliers un de leurs employés comme étant Eugène Pirou lui-même aux personnes qui demandent à voir ce dernier » (Annales de la Propriété industrielle, 1909). Le photographe les attaque donc en novembre 1907 mais s’il perd sur l’interdiction d’utiliser son nom, qui devient « Photographie Eugène Pirou », les frères Mascré ne peuvent plus utiliser sa signature, ni présenter un de leurs employés comme étant le photographe ! Pirou fera appel en 1908, mais il sera une fois de plus débouté de sa requête par la 4e chambre de la Cour de Paris.

Lors de sa participation à l’Exposition Franco-Britannique de Londres en 1908 (organisée par la Chambre syndicale), Pirou possède un des plus grands ateliers de la capitale avec 25 ouvriers et employés.

Au décès du photographe, son fils Louis continue l’exploitation de l’atelier. Le studio sera pas ailleurs inscrit par les deux fils Pirou au registre du commerce le 18 janvier 1921 mais les locaux du 5, boulevard Saint-Germain sont vendus en 1923 et l’atelier disparaît définitivement du Didot-Bottin en 1931.

L’oeuvre cinématographique

L’oeuvre cinématographique d’Eugène Pirou a été mise en lumière par l’historien Jacques Deslandes grâce aux « papers prints » déposés par le photographe aux Estampes : « La Bibliothèque Nationale conserve des fragments (positifs sur papier) de films qui ont été réalisés (…) avant le mois de février 1897 par Eugène Pirou. Il est important de donner la liste de ceux-ci pour plusieurs raisons : elle montrera que le « Photographe des Rois » n’est pas l’homme d’un seul film (Le Coucher de la mariée), donnera un exemple précis de ce qu’était la production cinématographique à la fin de 1896, en dehors de celle plus connue des frères Lumière et de Méliès ; elle rappellera enfin à qui s’intéresse à l’histoire du cinéma que la Bibliothèque Nationale (et plus particulièrement le Cabinet des Estampes) est la première étape nécessaire dans toute recherche concernant les images animées. » (Le Boulevard du cinéma à l’époque de Georges Méliès, 1963).

C’est donc naturellement au département des Estampes et de la photographie que Camille Blot-Wellens a cherché ce qui lui permettrait de mieux comprendre la relation d’Eugène Pirou avec le cinématographe. Actif, innovateur et informé des nouveautés technologiques, il est par ailleurs ami d’Antoine Lumière, intime de Clément-Maurice (dont il photographie régulièrement le fils, Léopold) et on peut penser qu’il a été invité aux premières séances de cinématographe du boulevard des Capucines, fin décembre 1895.
Eugène Pirou se met alors à la recherche d’un dispositif lui permettant d’organiser des séances d’images animées (le cinématographe Lumière n’est pas en vente). En juin 1896, il écrit à George Eastman (dont son ami Paul Nadar est le représentant en France) concernant les possibilités d’acquisition d’un Vitascope Edison. L’historien Terry Ramsaye publia en 1921 la lettre d’Eastman à Edison, document qui a malheureusement disparu depuis. Cependant, le choix de Pirou va se porter sur le cinématographe Joly-Normandin.

Dès l’été 1896, Pirou et son opérateur Albert Kirchner, enregistrent leurs premières images animées : des saynètes de rue (souvent tournées dans les rues autour de l’atelier), des numéros de danse (comme les menuets ou quadrilles, alors très en vogue)… Puis le Tsar Nicolas II visite Paris au mois d’octobre. En tant que photographe renommé, Pirou obtient sans doute des autorisations lui permettant d’installer son appareil dans la cours de l’Ambassade russe. De cette visite officielle, résulte une série de films qui lancent le cinématographe Eug. Pirou installé dans les sous-sols du Café de la Paix.

L’opérateur Albert Kirchner (dit Léar) est un personnage intrigant. Originaire de Hambourg, il est venu à Paris apprendre le métier de photographe chez Nadar. En 1883, il s’associe avec un peinte d’origine russe pour ouvrir un atelier rue Saint-Lazare. Mais de sombres affaires de pornographie l’envoient en prison et il perd son atelier. Il retrouve alors une place chez Ogerau, avant de rejoindre Pirou vers 1896.

Pirou demande ensuite à ses connaissances de monde théâtral de reproduire devant la caméra les pantomimes ou scènes qui sont à l’affiche : outre le fameux Coucher de la mariée, interprété par Louise Willy de l’Olympia, le photographe propose aussi La Puce, du Casino de Paris, ou On demande un modèle, représenté au Concert Trianon. Cécile Sorel accepte même de tourner Mademoiselle Sorel dans sa loge.

Le cinématographe Eug. Pirou connaît un grand succès. Le photographe envoie un opérateur présenter ses films à Gand en Belgique et installe son cinématographe au casino de Nice pour la saison d’hiver.

Pendant ce temps-là à Paris, Albert Kirchner travaille sur un « appareil chronophotographique perfectionné » qu’il brevète le 8 janvier 1897 avec Paul Antelme. Kirchner prévoit donc de quitter Eugène Pirou, ce qui motive probablement ce dernier à déposer des « paper prints » au Cabinet des Estampes le 11 février 1897, pour s’assurer ainsi de la propriété des films tournés par Kirchner. Et en effet, quelques semaines après son départ de l’atelier Pirou il tournera une version de La Passion (en collaboration avec le Frère Basile), titre qui figure aussi parmi les « paper prints » déposés par le photographe. Kirchner brevète plusieurs dispositifs cinématographiques, néanmoins il cessera ses activités assez vite et mourra en 1901 à l’Hôpital Sainte-Anne.

Paper-print du film Bain de la Parisienne, produit entre octobre 1896 et février 1897

La production cinématographique de Pirou semble ralentir après le départ de Kirchner (Pirou a déposé aux Estampes 78 « paper prints » de films tournés entre l’été 1896 et février 1897) : outre les quelques films tournés à Nice par l’opérateur installé au Casino (entre fin décembre 1896 et fin avril 1897), Pirou chargera Daniel Frankel qu’il envoie au printemps 1897 en Italie (et probablement dans l’Empire austro-hongrois) de filmer des vues locales.

A l’été 1897, Pirou annonce  dans Le Photogramme qu’il fabrique des cinématographes (curieusement, à quelques pages des annonces pour le Biographe de Kirchner). Pirou ouvrira même un local spécialisé pour la vente de cinématographes et de films au 13, Boulevard Bonne-Nouvelle en 1899 et une salle de projection 37, avenue Rapp lors de l’Exposition Universelle. Il est d’ailleurs, le seul à exposer des appareils cinématographiques avec des films au sein de la classe 12 (Photographie). Cette même année, il filme avec Paul Boyer le Shah de Perse en visite à Paris (il semblerait, d’après les collections de la Société de Géographie, que Pirou ait déjà photographié la famille royale).

Selon les informations publiées dans les revues corporatives et les annuaires Didot-Bottin, Pirou aurait cessé ses activités cinématographiques en 1904.

Traitement des collections de la BnF

L’existence de deux studios au nom d’Eugène Pirou est à l’origine de la méconnaissance de l’oeuvre des photographes officiant sous le nom de Pirou. Ainsi, il n’est pas rare que les collections conservées dans de nombreuses institutions, en France à et l’étranger, soient objet de confusion. Il est donc nécessaire de classer le fonds à la lumière des informations nouvelles. Les recherches effectuées ont permis d’identifier les différents ateliers :

  • Eugène Pirou. Maison fondée en 1864-1865. Au décès du photographe en 1909, l’atelier est repris par ses deux fils et disparaîtra du Didot-Bottin en 1931.
  • Photographie Eugène Pirou. Elle découle de la vente du local du 23 rue Royale à Herbert en 1889, qui le cède à son tour aux frères Georges et Oscar Mascré en 1898. La « Photographie Eugène Pirou » existera jusqu’en 1928, lorsque les propriétaires associeront le nom de Pirou à celui d’Otto.
  • Otto Wegener. La vie de ce photographe d’origine suédoise, connu sous le nom d’Otto, est assez complexe et fascinante. Il serait arrivé en France entre 1867 et 1869 et il est possible qu’il se soit associé à Fière vers 1870. Il s’engage dans la Garde nationale avant de quitter la France pour Londres. A son retour d’Angleterre en 1883, il s’installe 3 Place de la Madeleine, où il demeurera jusqu’à son décès en 1924. A ses débuts, Otto est surtout proche des intellectuels scandinaves installés à Paris, notamment August Strindberg (les inscriptions de ses photographies sont rédigées en suédois) mais il s’intègre bientôt à la société culturelle française en faisant des portraits d’écrivains, Marcel Proust étant un de ses plus fidèles clients, ou d’artistes, comme Ida Rubinstein. Il a par ailleurs développé une oeuvre photographique personnelle, dont malheureusement il ne reste que peu de pièces, et il aimait peindre et fabriquer des meubles, qui ornaient son somptueux atelier. Il était aussi un ami intime de Félix et Paul Nadar. Il s’éloigne peu à peu de sa Suède natale (qui cependant publie certaines de ses photographies dans la presse nationale) et prendra la nationalité française en 1900. Apparemment l’atelier n’a pas été repris par un de ses fils, car c’est Alyette de Lareinty de Tholozan qui semble représenter l’atelier Otto lors de la formation de la maison Otto et Pirou.
  • Otto et Pirou. Malgré son nom, la firme Otto et Pirou, ne compte ni Otti ni Pirou, tous deux décédés lors de sa création le 22 août 1928. A l’origine de la firme : Oscar Mascré et son épouse (George, sculpteur, s’est depuis retiré de l’atelier), Antonin Adam et Alyette de Lareinty de Tholozan (qui représente la succession d’Otto Wegener). La société sera radiée le 30 mai 1950.
  1. Camille Blot-Wellens, El cinematógrafo Joly-Normandin (1896-1897). Dos colecciones : João Anacleto Rodrigues y Antonino Sagarmínaga, Ed. Filmoteca Española – Ministerio de Cultura, 2014 []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Les chansons des compagnons du Tour de France

La Bibliothèque nationale de France contribue à la formation à la recherche par la recherche en accueillant, depuis 2003, des masterants et doctorants dans ses départements. Afin de montrer la diversité des sujets d’étude et des parcours de chercheurs, nous nous proposons de rendre compte de quelques travaux.

D’octobre 2011 à 2014, le département de la Musique a accueilli Julie Hyvert1, qui a organisé son travail autour des fonds de chansons populaires de tradition française et plus particulièrement des chansons de compagnons du Tour de France.

Constitution d’un corpus et recensement des témoins dans les collections de la BnF

L’étude de Julie Hyvert avait pour premier objectif de réaliser un corpus de chansons de compagnons du Tour de France, afin d’en permettre le signalement. A ce titre et afin de fonder une réflexion sur cette collection, elle s’était proposée d’établir avec la Bibliothèque nationale de France une collaboration visant dans un premier temps à identifier, recenser, et signaler ces chansons de compagnons conservées au sein des collections imprimées de la BnF. C’est ce travail de recensement dans des chansonniers ou recueils imprimés, ayant pris la forme d’un corpus théorique désormais achevé, qui a fait l’objet de ses sources primaires. La constitution de ce corpus était essentielle pour pouvoir développer la réflexion menée dans le cadre de sa thèse de doctorat.

L’étape suivante de son travail a consisté à livrer un certain nombre d’informations bibliographiques sur les ouvrages consultés à la BnF et à procéder au dépouillement des bibliographies. Le temps lui a toutefois manqué pour une confrontation plus approfondie de ses notes de lecture avec les ressources de la BnF.

En parallèle, elle a localisé les chansons relevant du corpus  dans des collections autres que celles de la BnF afin de prendre toute la mesure de l’importance des pièces compagnonniques conservées à la BnF à l’échelle de l’ensemble de la production imprimée et manuscrite répartie sur le territoire national dans les bibliothèques et archives publiques ou privées. Une allocation de recherche du Ministère de la Culture (mission ethnologie) a permis de concrétiser la tâche mise en œuvre par la remise d’un inventaire de 1800 chansons au début de l’année 20132.

Dénombrement et lieux de conservation des chansonniers compagnonniques édités

Lieux de conservation Nombres de pièces
Paris, BnF 64
Paris, Archives de la Seine 1
Tours, Musée du compagnonnage 32
Tours, Collection privée L. Bastard 2
Tours, Archives municipales 1
Marseille, Mucem 10
Dijon, Collection privée M. Dutrion 1
Angers, Centre de la mémoire de l’AOCDDTF 5
Lyon, Collection privée J. Philippon 4
Rennes, Fonds privé du C. Blaive (J. Hyvert) 4

Création d’un corpus avec l’IReMus dans la base de données Neuma

Le travail de thèse de Julie Hyvert se donnant pour objet les chansons des compagnons du Tour de France, se proposait également d’analyser leur création, leur pratique, leur transmission du XVIIIe au XXIe siècle. Dans un double élan de distinction ouvrière et d’émulation par le métier manuel, les compagnons se saisissent puissamment du fonds culturel français en introduisant progressivement dans leur pratique chansonnière des éléments qui vont devenir constitutifs au fil du temps. L’analyse du processus de transmission des chansons impliquait la saisie des timbres et des paroles associées dans une base de données offrant des possibilités d’interrogations croisées. La participation au projet NEUMA de l’IReMus a été un des axes forts de son travail.

Copie d’écran de la page d’accueil de Neuma

Les questions de notations et de relevés musicaux des airs utilisés par les compagnons sont vite apparues comme centrales dans sa recherche doctorale. La possibilité d’une bibliothèque numérique à produire des rendus graphiques satisfaisants l’intéressait. Neuma, application développée au sein de l’IReMus, hébergée par Huma-Num, et régulièrement enrichie de nouvelles collections de partitions musicales pouvait produire ces rendus graphiques de manière satisfaisante. Conçue comme une bibliothèque numérique de partitions, représentées en MusicXML, la base se proposa aussi d’ouvrir un espace collaboratif. La question de la recherche comparative basée sur le contenu était également très enthousiasmante. En effet, Neuma permet d’exploiter les schémas mélodiques d’airs pour effectuer des recherches entre les différentes collections. La recherche active produit un classement de proximité par rapport à une mélodie donnée. La programmation du logiciel Neuma donne déjà des résultats en ce sens. L’insertion de son corpus « chants compagnonniques » dans la base de données Neuma a commencé lors de sa seconde année en tant que chercheur associée à la BnF.

Page d’accueil du corpus des timbres dans Neuma

En 2013, Julie Hyvert a construit et développé en collaboration avec l’équipe de recherche de l’IReMus, la collection « timbres » qui ne concerne plus uniquement des chants de compagnons mais des airs de musique notée de chansons françaises de tradition orale.  Le corpus de recherche a donc été ouvert à d’autres répertoires (militaires, St-Simoniens, religieux, mariages, carabins…) tandis que Neuma étendait son projet à des airs de musique « populaire ». Conjointement, l’équipe travaillant sur Neuma commença la saisie des airs de La Clé du caveau3 dans le catalogue « Timbres ».

Cette collaboration entre le département de la musique de la BnF et l’IReMus a permis d’étudier et de diffuser un patrimoine musical national dans un souci de qualité et de pertinence scientifique, rendu possible par Neuma qui en assure aujourd’hui encore la visibilité. L’ensemble des partitions et les informations brutes qu’elles contiennent permettront des exploitations ultérieures.

Le travail de Julie Hyvert a produit les résultats suivants :

  • Edition numérique et numérisation de sources existantes sous forme de codage,
  • Insertion du corpus de thèse dans un moteur de recherche,
  • Recherche rendue possible par des données appliquées à la notation musicale : rapport texte / musique, recherche de similarités, recherche par motif et/ou par incipit,
  • Etudes et analyses musicologiques,
  • Visibilité et connexion du corpus entre Neuma, Gallica et le Catalogue général de la BnF.

Quelques conclusions du projet de recherche

Les interactions entre les différentes sociabilités françaises en préparation au XIXe siècle ont permis aux compagnonnages de se construire puis de se structurer. C’est en effet au début du XIXe siècle que le compagnonnage se cristallise au confluent de la culture orale et de la culture écrite, des apports de la pensée romantique, de la Révolution, de la fin des corporations et de la libre pensée, d’une nouvelle approche de l’Histoire et du positivisme et ceci, dans le cadre du capitalisme naissant. Alors que les Français chantent beaucoup, la pratique chansonnière des compagnons résulte également d’un syncrétisme, entre ancrage chrétien, influence maçonnique, militaire ou encore saint-simonienne.

La musique des compagnons connaît progressivement un rapport d’ordre génétique et dialectique avec la société compagnonnique. Elle est également le reflet des évolutions de la société française qui participent et contribuent à son façonnement. L’organisation sociale et politique des compagnonnages d’aujourd’hui se caractérise par une organisation ouvrière qui ne garderait du passé que l’apparence.

Dès le milieu du XIXe siècle, les compagnonnages s’entourent de représentations (cannes, rubans, symboles, iconographie) auxquelles chacun des acteurs, membres d’une société compagnonnique ou observateurs profanes, va consentir. Les compagnons du Tour de France éprouvent également le besoin constant de faire naître des chansons au service de leur société. Julie Hyvert en a inventorié plus de 1800. Dès les années 1840, ils leur appliquent la dénomination de « chansons compagnonniques », artefact sémantique reflété dans les contenus textuels et le potentiel thématique qui encadrent l’utilisation du terme. Les sources font également état de l’exclusion de certaines chansons comme celles pratiquées dans les cafés concerts. Des valeurs communes sont instanciées dans les paroles alors que d’autres ne sont pas spécifiques au monde du compagnonnage. Elles permettent au groupe de se retrouver dans une pratique à deux dimensions qui croise l’instanciation thématique et la mise en action pratique du répertoire.

Si beaucoup de chants sont catégorisés comme des « chants compagnonniques », cette désignation ne signifie pas la même chose selon les périodes et selon les acteurs qui les désignent ainsi. On voit aussi que le regard sur la chanson, son contenu et sa pratique n’a pas toujours été le même que ce soit de la part des compagnons ou des autres acteurs qui s’y sont intéressés. Au demeurant, les significations du terme « chanson » ne sont pas les mêmes selon les évolutions à la fois des compagnonnages et de la société française (café-concert, music-hall, cabaret, radio, disque 78 tours). Tout comme les représentations, les manières de « faire compagnonnage » sont distinctes d’un temps à l’autre, d’une société à l’autre, d’un métier à l’autre. L’historicisation critique de ce qui a été légué par les compagnons eux-mêmes est riche d’enseignement car, soit ils ont pu décrire leurs pratiques avec pertinence, soit se tromper sur leur originalité ou encore user de chansons d’autres sociétés qui étaient à la fois flatteuses et distinctives en se les accaparant.

Au XIXe siècle, le genre « chanson compagnonnique », bien que formulé dans les titres des recueils édités par les compagnons, n’est pas stabilisé. L’étude de ces recueils montre des traces d’autonomie, de répétition de la tradition et une évolution dans le temps (mais pas dans l’espace). À partir de la désignation « chanson compagnonnique », les compagnons ont fabriqué et organisé un chansonnier pratique en s’appropriant des chants. Ils ont aussi progressivement ritualisés leurs usages. Les compagnons voyagent léger, et pourtant le recueil de chansons – manuscrit ou/et imprimé – fait partie de leurs bagages. Des chansons assemblées au nom de leur intitulé, de leur contenu et de leurs pratiques ont une place physique dans leur vie. L’idée progressive de l’établissement d’un chansonnier, manuscrit ou imprimé, identique pour chacun est donc sous-jacente de la pratique d’un chant routinier par le collectif compagnon.

Si, à un moment donné, les airs ont pu être très connus, la disparition des mélodies premières est advenue au cours du temps. Aujourd’hui, ils ont été si bien assimilés par les compagnons qu’ils paraissent n’appartenir qu’à eux. La notion même de timbres disparaît parfois des recueils comme pour Vive les Bordelaises4 ou Les Adieux de Bordeaux5, dans Chansons des Compagnons du Tour de France (2007) par exemple, où il n’est fait mention ni de l’air ni de la partition et que tous connaissent. Fondés sur une transmission orale, ces chants sont encore liés au contexte culturel du premier XIXe siècle et à la sociabilité du compagnonnage « en train de se faire », dans le cadre de laquelle ils ont acquis progressivement un espace précis. Par la chanson et sa pratique, les compagnons cherchent et/ou trouvent des repères dans la société d’hier et d’aujourd’hui.

Le chansonnier anthologique, qui se constitue au milieu du XXe siècle, devient un réservoir de textes avec l’incipit et le timbre de chaque chanson (UC, FCMB, AOCDD) et sa partition (AOCDD). Dans sa volonté de reconstruire le compagnonnage et « en mémoire de » ce qui avait été fait au XIXe siècle, la tendance institutionnelle des années 1940 a influencé la fabrication de cette collection de chansons à l’usage des compagnons. Imposé par la pratique, plutôt que déterminé de manière officielle, il y a eu une multitude de décisions, venues d’individus ou de groupes sociaux (édition dans des chansonniers imprimés, association du chant à une circonstance) afin de positionner certaines chansons comme des hymnes. Usages et pratiques antérieures ont conduit à les placer en « position hymnique » par plébiscite et popularité interne aux compagnonnages. À travers l’esquisse d’une hymnodie historiographique, il est aujourd’hui possible de suivre presque pas à pas les étapes de sa cristallisation. L’hymnodie compagnonnique actuelle est donc l’héritière directe des répertoires mobilisateurs de la rénovation du compagnonnage d’après-guerre.

Un des objectifs du compagnonnage est d’offrir une culture commune dans laquelle la chanson compagnonnique représente un moment d’intensité collective, où « des individus se détachent de leurs attitudes et de leurs opinions habituelles, et où ils constituent des collectifs »6. Le rôle profératoire et collectif du chant participe de l’activité conjointe des participants, de la valorisation unitaire du groupe, de la démonstration de la fusion du collectif. La chanson par cet aspect du collectif qui domine, tolère les approximations au niveau mélodique.

Ces différents axes de recherche conduisent tous les trois à la notion musicologique d’hymnodie, reprise et revisitée : un répertoire qui sert à la cohésion du groupe compagnon avec l’idée que de tout temps des groupes compagnons ont posé une action musicale (de chant) pour participer à leur définition extérieure et à leur homogénéité intérieure. Chanter n’est donc pas un pur divertissement mais d’abord un acte d’entretien des convictions.

Apparaît alors une mise en ordre extérieure au groupe compagnon, c’est-à-dire des personnes qui participent à la création de ce « Répertoire » et qui ne sont pas issus directement du milieu compagnonnique. De la même manière les chansonniers de marins, de soldats, de pèlerins ou d’étudiants sont des constructions, des classements opérés par des personnes extérieures au groupe. Un exemple célèbre de mise en ordre est l’Enquête d’État dite « Fortoul » (1852) qui avait été commanditée en « mémoire de » et dans laquelle un chapitre d’instructions consacré aux « chants de compagnon » affirme « que ça leur appartient ». Puis Roger Lecotté, conservateur à la Bibliothèque nationale et initiateur du Musée du compagnonnage de Tours, a été le premier à réaliser une bibliographie les répertoriant et les localisant en 19517 puis en 1956. On voit bien que cette façon de mettre en ordre n’est pas du fait des seuls compagnons du XIXe siècle (qui chantaient, la plupart du temps, des chants récents). Dans l’espace public, les institutions ont participé à la décision, à la mise en corpus.

L’étude et le croisement des différents acteurs a fait émerger d’une part les compagnons en tant qu’acteurs du compagnonnage et d’autre part les gatekeepers. Ce réseau intermédiaire de collecteurs, théoriciens, conservateurs et quelquefois les compagnons eux-mêmes qui essentialisent la chanson compagnonnique et la font exister par des classements, des présentations, des expositions, des discours, etc. Cette affirmation du genre « chanson compagnonnique » s’est accompagnée d’un mouvement de patrimonialisation, d’un processus d’institutionnalisation. La fabrication du genre par différenciation est progressive : elle débute au XXe siècle mais surtout dans les années 1940, et vise à sauver ce qui peut l’être des croyances compagnonniques afin de garantir la sauvegarde du compagnonnage et de ce répertoire menacé par la modernité, ainsi qu’à recueillir des documents inédits. À partir des années 1970, on ne parle plus de la chanson compagnonnique au passé mais on la récapitule en lui assignant des artistes, des enregistrements, des recueils qui font référence. Le genre « chanson compagnonnique » s’appréhende alors comme une activité de configuration progressive de toutes parts, dans laquelle les élaborations sont multiples à travers des classements, une confection par exemplification et formatage, attribution qui aboutit aujourd’hui à des règles constituées de la chanson compagnonnique dans l’esprit des compagnons d’aujourd’hui.

La mise en œuvre du projet de recherche a pu se conformer aux objectifs définis à chaque période du contrat qui la liait à la BnF. L’approfondissement de ses recherches a abouti à la soutenance de sa thèse intitulée Une hymnodie compagnonnique ? Les Compagnons et la chanson8 le 8 novembre 2013 à l’EHESS (Centre de la Vieille Charité, à Marseille). Le jury était composé de Xavier Bisaro, professeur à l’Université François-Rabelais de Tours, Jacques Cheyronnaud, directeur de recherche au CNRS, directeur de thèse, Elisabeth Giuliani, directrice du département de la musique à la Bibliothèque nationale de France, Lothaire Mabru, maître de conférences à l’Université Michel de Montaigne Bordeaux 3, Emmanuel Pedler, directeur d’études à l’EHESS.

Julie Hyvert a également été sollicitée pour donner une conférence à Dinan intitulée Pour une pratique chansonnière de l’ordinaire durant le Congrès des compagnons couvreurs du Devoir (AOCDDTF) le 31 mai 2014.

Enfin, les Presses Universitaires de Rennes ont publié en 2015 dans leur collection « Histoire », un ouvrage issu de sa thèse qui a pour titre : Le chant à l’œuvre. La pratique chansonnière des compagnons du Tour de France, XIXe-XXIe siècle.

  1. En tant que chercheur associée de 2011 à 2013 puis en tant que chercheur invitée de 2013 à 2014 []
  2. Julie Hyvert, Le patrimoine musical des compagnons du Tour de France : inventaire et catalogue des chants, http://www.culturecommunication.gouv.fr/content/download/30243/248454/version/1/file/Le+patrimoine+musical+des+compagnons+du+tour+de+France.pdf []
  3. Pierre-Adolphe Capelle, Le Clé du Caveau, à l’usage des chansonniers français, étrangers, des amateurs, auteurs, acteurs, chef d’orchestre et de tous les amis du vaudeville et de la chanson, Paris, Cotelle, 4e édition, 1861. []
  4. « Chansons des Compagnons du Tour de France », Parolier de la Fédération Compagnonniques des Métiers du Bâtiment, 2007, p. 35. []
  5. « Chansons des Compagnons du Tour de France », Parolier de la Fédération Compagnonniques des Métiers du Bâtiment, 2007, p. 39. []
  6. Daniel Cefaï, « Comportements collectifs », Dictionnaire des mouvements sociaux, Paris, Presses de Sciences Po, 2009, p. 124. []
  7. Lecotté, Roger, « Essai bibliographique sur les compagnonnages de tous les Devoirs du Tour de France et associations ouvrières à forme initiatique », Compagnonnage, Paris : Plon, 1951, pp. 271-446. []
  8. http://www.theses.fr/2013EHES0537 []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Figurations du patrimoine dans la photographie de mode : Philippe Pottier et les frères Séeberger 2ème gén.

La Bibliothèque nationale de France contribue à la formation à la recherche par la recherche en accueillant, depuis 2003, des masterants et doctorants dans ses départements. Afin de montrer la diversité des sujets d’étude et des parcours de chercheurs, nous nous proposons de rendre compte de quelques travaux.

D’octobre 2014 à septembre 2015, le département des Estampes et de la photographie accueillait Muriel Berthou Crestey1 pour son projet de recherche intitulé Figurations du patrimoine dans la photographie de mode : Philippe Pottier et les frères Séeberger 2ème génération. Le projet avait fait l’objet d’une « Mention spéciale », de la part du jury de la bourse de la Fondation Louis Roederer pour la photographie.

Philippe Pottier, modèle de couture signé Madame Grès, vers 1958-1960, Fonds Bibliothèque nationale de France

État des lieux, objectifs et dispositifs d’enquête

Le projet de recherche portait sur l’étude des représentations du patrimoine dans la photographie de mode des années 1950 des fonds « Ph. Pottier » et « Frères Séeberger 2ème génération » versés en exclusivité au Département des Estampes et de la photographie de la BnF entre 1943 et 1975. Les enjeux avaient trait à des questionnements à la fois techniques et matériels, mais aussi sociétaux, anthropologiques, économiques.
Des méthodes mixtes de recherche ont privilégiées deux axes d’approches complémentaires : d’une part, une expertise scientifique et d’autre part, une diffusion auprès du grand public.

Parallèlement à la recherche fondamentale et aux analyses d’images (consultation des tirages et des dossiers), un travail de préparation à la numérisation et à l’importation des visuels dans Gallica a été effectué.

Préparation de la numérisation des ektachromes de Philippe Pottier (3 boîtes, EH-10-5)

Dominique Versavel, chef du service de la photographie, a sélectionné un fond d’ektachromes de Philippe Pottier dont l’état de conservation était particulièrement menacé afin de garantir la préservation des images en engageant une campagne de numérisation.
D’une part, Muriel Berthou Crestey a procédé à l’identification et à la description technique des fonds étudiés.
Les trois boîtes d’ektachromes de « Philippe Pottier » comportent 789 positifs directs sur supports celluloïd réalisés entre 1948 et 1963, de format 12,5 x 10cm et 15 ektachromes de format 24 x 18cm. Le conditionnement d’origine a été réparti dans un album dédié aux chapeaux ainsi que des pochettes individuelles dont certaines sont étiquetées avec la date et le nom du couturier. Les images anonymes ont été pour la plupart identifiées et localisées. La
première étape a été de se référer systématiquement aux  exemplaires de L’Officiel de la couture et de la mode de Paris afin d’établir les métadonnées utiles pour la numérisation des photographies et leur classification. Plusieurs images ont ainsi pu être resituées dans le contexte chronologique, en apportant des informations complémentaires sur la griffe et les lieux figurés.
Le récolement s’est établi en plusieurs phases afin de réajuster progressivement les catégories sélectionnées en spécifiant des éléments supplémentaires (notamment les effets esthétiques,
les genres iconographiques, les sources bibliographiques, etc.) Il permet de dissocier les photographies de studios des prises de vue en extérieur. Le tableau permettra d’apporter toutes les informations essentielles afin de constituer les fiches intégrées à la base Gallica.
Cette action offre une visibilité des collections en leur donnant une dimension internationale.

D’autre part, Muriel Berthou Crestey  a constitué des séries, des répartitions chronologiques, géographiques et analyser les résultats.
Une réorganisation des fonds a permis de rassembler les prises de vue réalisées dans un même décor par catégories, en respectant l’ordre chronologique (puis alphabétique au sein de chaque série). Les protections d’origine sont remplacées par des pochettes de PH neutre. Cette seconde phase de vérification consiste à spécifier toutes les indications initiales enrichies par les résultats des enquêtes dans les publications. La consultation parallèle des tirages permet d’établir des recoupements entre les supports.
Une sélection d’images témoignant de l’introduction du patrimoine historique comme motif dans la photographie de mode a été notée dans les deux fonds afin d’en analyser les particularités : décors reconnaissables, identifiables ou figurations symboliques. L’utilisation d’un même lieu peut répondre à des objectifs différents. L’approche des sites patrimoniaux utilisés (châteaux, monuments, sites classés, mobiliers d’époque, chefs d’œuvre…) donne la possibilité de dresser une cartographie des localisations parisiennes.  La répartition des ektachromes est de 69,2% pour les prises de vue réalisées en studio2 (soit 546 ektas), de 15,8% pour les photographies en extérieur (soit 125 ektas) et 15% à l’intérieur de lieux patrimoniaux. Une typologie des sites est dressée. Elle se répartit selon plusieurs catégories :

  • Les musées (Marmottan, Musée Antoine Bourdelle, Musée de l’Ile-de-France, Salles napoléoniennes du Musée de Versailles)
  • Les quartiers et monuments parisiens (Concorde, Tour Eiffel, Madeleine, Place de l’Opéra, Saint-Germain
    des-Prés, Place Vendôme, grand foyer du théâtre français, etc.)
  • Les châteaux (Versailles, Chambord, Fontainebleau, etc.)
  • Les architectures contemporaines
  • Les événements ponctuels (Salon des réalités nouvelles de 1954, salon de l’automobile de 1957, etc.)
  • Les collections privées (images prises chez Marc du Plantier, décorateur)

La constitution de plusieurs listes favorise l’analyse statistique de ces résultats :

  • Répartition des couturiers dans les photographies de Philippe Pottier publiées dans L’Officiel de la mode et de la couture présentes dans les collections de la BnF.
  • Typologie des sites patrimoniaux investis.
  • Répertoire des personnalités associées au monde de la mode dans les années 1950 (photographes de L’Officiel, mannequins, rédacteurs, etc.)

Enfin, Muriel Berthou Crestey s’est livré à des travaux de valorisation, diffusion et synthèse.
Parallèlement, elle a en effet poursuivi les entretiens auprès des photographes, couturiers et théoriciens concernés afin de saisir les fondements historiques ainsi que les modalités de leur rencontre dans le contexte de la mode, du design et de la photographie des années 1950. Il s’agissait de mettre en perspective la richesse des collections de la BnF avec les autres institutions et organismes de recherche, en direction de différents publics.
Son intervention dans le cadre du colloque de l’Association of Dress Historians (London, 21 février 2015)3 a mis en exergue le rôle de Philippe Pottier et des frères Séeberger 2ème génération dans l’histoire de la photographie de mode et dans la définition d’une identité culturelle française en lien avec le patrimoine.  Dans cette perspective de valorisation scientifique des fonds « Pottier » et « Séeberger », elle a présenté ses recherches lors d’un colloque international organisé par le Groupement d’Intérêt Scientifique « Apparences, corps et sociétés » (Dir. Jean-Pierre Lethuillier). Le colloque s’est tenu au Musée des arts décoratifs du 11 au 13 mai 2015. Il s’intitulait : « Faire l’histoire de la mode dans le monde occidental ». Sa conférence « Histoire et mode : une symbiose photographique »4 analysait les paramètres techniques et esthétiques dans la réception des photographies de mode entre 1945 et 1960, en ciblant les sites liés à des faits historiques, à partir des collections de la BnF.  Enfin, elle a participé à l’écriture de l’article collectif sur les fonds de la BnF pour la revue de vulgarisation Bad to the Bone, établi sous le patronage de Dominique Versavel5.

Ceux qui souhaitent suivre les travaux de Muriel Berthou Crestey peuvent consulter son carnet de recherche à l’adresse : https://regard.hypotheses.org/

  1. docteure en 2010 en Arts (histoire, théorie, pratique) de l’université de Bordeaux 3 avec une thèse intitulé L’invisible : un révélateur pour la photographie contemporaine menée sous la direction de Pierre Sauvanet []
  2. Des monuments ou jardins sont parfois figurés sous la forme d’agrandissements photographiques en arrière-plan, faisant office de décors de studios. []
  3. French Fashion Photography : 1947-1960, https://regard.hypotheses.org/1200 []
  4. https://regard.hypotheses.org/1283 []
  5. Versavel, Dominique, « Photographie et mode des années 1900-1970 : les collections Séeberger et Philippe Pottier de la Bibliothèque nationale de France », Bad to the Bone, 2015, n° 6, p. 64-73. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Les débuts de l’édition vidéoludique française

La Bibliothèque nationale de France contribue à la formation à la recherche par la recherche en accueillant, depuis 2003, des masterants et doctorants dans ses départements. Afin de montrer la diversité des sujets d’étude et des parcours de chercheurs, nous nous proposons de rendre compte de quelques travaux.

Ainsi, de 2013 à 2016, le département de l’Audiovisuel a accueilli Benjamin Barbier de l’équipe INDEX1 du Laboratoire Paragraphe (EA 349 de l’université Paris 8).

Sujet de la recherche

Son sujet de recherche portait sur les débuts de l’édition vidéoludique en France. C’est-à-dire, la production française de jeux vidéo antérieure à la loi sur le dépôt légal du logiciel. La période retenue va du milieu des années 1970 à 1995. Il s’agit d’une période complexe au regard de la production vidéoludique. En effet, le marché n’est à l’époque pas encore stabilisé. De nombreux constructeurs qui ont aujourd’hui disparu ou se sont retirés du marché se lancent alors dans la production de consoles de jeux ou de micro-ordinateurs. Alors qu’il n’existe aujourd’hui que trois constructeurs majeurs de consoles (Sony, Microsoft et Nintendo), il en existait plus d’une dizaine il y a une trentaine d’années. Les supports étant multiples, l’univers des développeurs de logiciels qu’ils soient ludiques ou non était en conséquence assez complexe et difficile à appréhender dans sa globalité.

Une multitude d’acteurs se succèdent ou coexistent, dans un écosystème encore en construction. Les entreprises naissent pour ne durer que quelques années, changent de nom, sont absorbées par d’autres acteurs plus importants, changent de domaine de spécialité, etc.

En ce qui concerne les collections de la Bibliothèque nationale de France couvrant ce domaine, celles-ci sont parfois lacunaires avant 1995, date à laquelle le dépôt légal des logiciels est véritablement instauré. Les titres qui figurent dans les collections ont été acquis a posteriori et, étant donné l’abondance de la production française de ces années, tout n’avait pas pu encore être ajouté au fonds.

Objectifs de la recherche

A l’origine, les objectifs de cette recherche étaient multiples. Il s’agissait, par ordre de priorité, de faire un état des collections du département de l’Audiovisuel la BnF concernant la production de jeux vidéo français datant de cette période ; de repérer et d’identifier les éventuelles lacunes des collections dans ce domaine ; d’identifier les différents acteurs de cette production (développeurs, éditeurs) ; de contacter ces acteurs afin de solliciter des entretiens et éventuellement des dons qui pourraient venir enrichir les collections ; de penser l’organisation de manifestations qui pourraient permettre de valoriser ce fonds.

Bilan des recherches effectuées

Etat des collections

Les recherches effectuées ont permis d’identifier de nombreuses entreprises de l’édition et du développement vidéoludique français de la période concernée. La méthode choisie a été de partir d’éléments concernant ce domaine, publiés sur internet. Partir des collections de la BnF n’aurait en effet pas permis de certitudes quant à l’exhaustivité de la recherche. Partir de celles-ci aurait permis de collecter un certain nombre de développeurs ou d’éditeurs et, partant de leurs noms, de tenter de reconstituer leurs catalogues mais il n’aurait pas été possible de savoir si ceux-ci constituent la totalité des acteurs de l’époque ou un simple échantillon dont le point commun est d’avoir au moins un titre présent dans les collections de la BnF. De plus, lorsque l’on effectue une recherche concernant les logiciels sur le catalogue général de la BnF, il n’est pas toujours possible de savoir si le titre renvoyé par la base est un jeu vidéo ou un logiciel utilitaire. La plupart du temps, le titre suffit à distinguer ces deux catégories mais ce n’est pas systématiquement le cas.

La recherche sur internet a donné de bons résultats. Il s’agit en effet d’un domaine pour lequel il existe de nombreuses communautés en ligne, celles-ci étant le plus souvent constituées de passionnés très au fait du domaine auquel ils s’intéressent. Et bien que les recherches sur internet soient dans de nombreux domaines, notamment historiques, peu fiables et s’avérant très rapidement limitées, il s’agit ici d’une ressource majeure. Ceci est d’autant plus vrai qu’il n’existe que très peu de publications papier concernant cette production, les magazines spécialisés ne pouvant pas non plus être considérés comme exhaustifs et leur dépouillement étant extrêmement fastidieux. Il existe des sites internet de passionnés, voire des sites créés par les acteurs historiques eux-mêmes qui publient des catalogues répertoriant les productions des différents éditeurs. Bien sûr, ces catalogues ne sont pas systématiques et ils n’existent que dans le cas où la communauté entourant les productions de tel ou tel développeur ou éditeur est suffisamment active. Wikipédia peut également être une bonne source d’informations pour un début de recherche dans la mesure où, bien souvent, la page consacrée à un éditeur ou à un développeur expose un catalogue des productions de ce dernier. Restait toutefois à vérifier d’une part si ce catalogue présenté est bien exhaustif et, d’autre part, si les informations mentionnées étaient exactes (date de publication, auteur(s), plateformes, etc).

Autre ressource précieuse pour cette recherche, la thèse d’école des chartes de Colin Sidre : «Une histoire du jeu vidéo en France : l’objet vidéoludique et ses réseaux de distribution (1974-1988)»2, qui dresse un panorama assez complet du paysage des professionnels du jeu vidéo en France depuis les débuts de ce médium dans l’hexagone. Il s’agit, selon Benjamin Barbier, du seul travail d’envergure sur ce sujet comportant la rigueur scientifique nécessaire à une exploitation pour son travail de recherche.

Il semble que ce soit la conjugaison de ces différentes sources, publications web, publications papier de l’époque et publications scientifiques qui seule permette d’assurer l’exhaustivité de son travail. Benjamin Barbier a privilégié les sources les plus accessibles (le web et les publications scientifiques), mais la consultation des revues papier de l’époque s’est avérée nécessaire afin de pouvoir combler les éventuelles lacunes laissées par les précédentes sources.

Suite à ces recherches, Benjamin Barbier a établi une liste présentant les différents jeux produits en France des années 70 aux années 90. Il a choisi de présenter ces jeux par développeur afin de pouvoir plus aisément les distinguer. En plus des titres des jeux, cette liste présente les informations essentielles permettant de retrouver ces titres : la date de parution du titre, le nom de son ou ses principaux auteurs et les différentes plateformes sur lesquelles il a été publié. En plus de ces informations, il est indiqué si oui ou non les titres sont présents dans les collections de la BnF et, si oui, les différentes cotes (puisqu’il y en a une par plateforme de jeu) sont également indiquées.

Le jeu vidéo français

Un autre aspect de cette recherche a été d’étudier les jeux eux-mêmes afin de déterminer s’il était possible de dégager des traits dominants voire une certaine homogénéité au sein du paysage vidéoludique français de ces années. Il a été possible de consulter au travers de l’émulation un certain nombre de ces titres et force est de constater que, pour le moment, il est impossible de faire émerger un quelconque caractère commun à ces productions qui sont très différentes les unes des autres tant dans leurs graphismes que dans leurs modes de jeu. La période chronologique choisie qui couvre une trentaine d’années complique le relevé d’éléments communs. En effet, le jeu vidéo est un médium qui, techniquement, a évolué et évolue encore extrêmement rapidement, du moins si on le compare aux média apparus antérieurement. Il est donc malaisé de distinguer sur cette catégorie d’objets une certaine homogénéité, et a fortiori graphique, des titres produits dans l’hexagone. Les débuts de cette production laissent apparaître des contraintes qui sont liées au support lui-même, limité en taille d’octets mais, au-delà de cette caractéristique, on constate qu’il existe tout de même une multitude de jeux différents. La seule caractéristique commune de ces jeux, du moins pour la petite part à laquelle Benjamin Barbier a pu avoir accès, est leur ton résolument adulte. Mais il ne s’agit peut-être pas d’une spécificité française. En effet, le jeu vidéo n’était pas, avant le début des années 1990, un média grand public tel qu’il peut apparaître aujourd’hui. Il s’adressait avant tout à des passionnés, ayant à la fois les moyens et les connaissances nécessaires à cette activité de loisirs. C’est donc à un public d’adultes que les développeurs s’adressaient ; que ce soit par nécessité ou par choix. On distingue toutefois quelques productions originales, des recherches supplémentaires permettront d’attester véritablement de leur spécificité au regard du paysage mondial du jeu vidéo. Il s’agit par exemple de la série des «meurtres à» de Cobrasoft qui proposait au joueur de résoudre des énigmes à la fois dans le jeu mais aussi à l’aide d’objets fournis dans la boîte du jeu (textes, images ou autres éléments comportant des indices et permettant ainsi au joueur de progresser). Une approche doublement intéressante puisqu’elle est à la fois rare pour la période couverte par cette recherche mais a également aujourd’hui presque entièrement disparu du fait de la tendance à la dématérialisation des supports. On trouve également des productions de grande qualité, devenues aujourd’hui incontournables lorsque l’on parle de jeux vidéo. «Another World» ou «Flashback», tous deux développés par Delphine Software, constituent ainsi de bons exemples de ce que peut être un jeu vidéo aboutit tant au niveau des graphismes que de la jouabilité avec de plus un scénario et un univers captivants.

Par ailleurs, dans ces premières années du jeu vidéo, une à deux personnes suffisaient pour développer l’intégralité d’un titre. Le milieu est donc constitué d’une multitude d’entités qui, bien entendu, s’inspirent les unes les autres mais n’en sont pas moins fortement individualisées ce qui, lorsque l’on tente faire émerger une certaine homogénéité, complique la tache.

Interroger les acteurs

L’inventaire des jeux vidéo développés en France entre les années 1970 et le milieu des années 1990, a permis de relever un certain nombre de noms. Ces noms sont ceux des individus qui paraissent avoir joué un rôle déterminant dans le paysage vidéoludique français de ces années. Que ce soit par l’importance de leurs productions ou plus indirectement par ce qu’ils ont apporté au développement cette industrie dans sa globalité. Benjamin Barbier a contacté ces personnes afin de susciter des entretiens de nature à permettre de documenter cette période plus précisément. Benjamin Barbier souhaitait également avoir accès aux archives – si toutefois elles existent – de ces acteurs, afin de pouvoir observer les parties généralement non accessibles du développement d’un jeu : l’élaboration des graphismes, l’écriture des scénarii, la «bible» présentant les règles du jeu finalisées… Certains de ces acteurs jouent d’ores et déjà un rôle actif de promotion de leurs productions passées ce qui laissait espérer une réponse favorable de leur part. Bertrand Brocca par exemple, ancien président de Cobrasoft, est régulièrement présent à des rassemblements dédiés au «retrograming» durant lesquels il présente ses productions et met à disposition des passionnés certains documents difficilement trouvables aujourd’hui tels que des boîtes de jeux ou des affiches.

Valoriser les collections vidéoludiques de la BnF

Il semble à première vue que peu de personnes en dehors des milieux spécialisés connaissent l’existence du fonds de jeux vidéo de la BnF. Il s’agit pourtant d’un domaine vaste, touchant de multiples domaines (l’histoire des techniques, l’histoire du divertissement, la culture populaire, l’économie…) mais aussi particulièrement attractif pour le grand public. C’est pourquoi, en abordant cette recherche, Benjamin Barbier avait pensé valoriser ce fonds par le biais d’une exposition permettant de rejouer les plus emblématiques des titres parus lors de la période chronologique qui l’intéressait. Mais la présentation au public de ces collections pose de nombreux problèmes de conservation. Les appareils de lecture autant que les supports risqueraient d’être endommagés par les manipulations prolongées auxquelles une exposition les soumettrait et une exposition au travers d’émulateurs ne serait que partiellement satisfaisante.

Il a donc été proposé à Benjamin Barbier d’organiser un cycle de conférences3 portant sur les débuts du jeu vidéo en France. Ces conférences avaient pour but de retracer, au travers de quelques acteurs clefs interrogés par des universitaires spécialistes du jeu vidéo et de sa culture, les débuts de l’édition vidéoludique française. Il s’est agi de mettre l’accent sur les modalités de développement des jeux vidéo en France dans une période allant des années 1970 au début des années 1990 au travers de l’analyse de quelques titres emblématiques, présents dans les collections du département de l’Audiovisuel. Benjamin Barbier souhaitait également proposer les jeux dont il était question en accès libre pour le public des conférences (avant la conférence proprement dite) afin de permettre à ceux qui ne les connaissent pas ou n’ont jamais pu y jouer de découvrir ces titres et, par la même occasion, de mettre en avant l’expertise technique de la BnF pour la communication des jeux vidéo anciens.

En 2016, le public a ainsi pu entendre :

En décembre 2016, Benjamin Barbier a soutenu sa thèse intitulée Le processus de patrimonialisation des cultures populaires à l’ère numérique : le cas du jeu vidéo. Il est désormais attaché temporaire d’enseignement et de recherche (ATER) à l’Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis.

  1. http://paragraphe.info/index.php/equipes-axes-de-recherche/index-paragraphe []
  2. http://theses.enc.sorbonne.fr/2014/sidre []
  3. http://www.bnf.fr/documents/cp_jeu_video.pdf []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Les Lagides à la Bibliothèque nationale de France : collections du département des Monnaies, médailles et antiques

Octodrachme d’argent frappé à Alexandrie sous le règne de Ptolémée Ier Sôter, 28,05 g. BnF, Luynes 3556. Au droit, tête diadémée de Ptolémée Ier Sôter tournée à droite ; au revers, la légende ΠΤΟΛEMAIOY BAΣΙΛΕΩΣ qui encadre un aigle perché sur un foudre tourné à gauche.

 

De Ptolémée Ier Sôter (323-283 av. J.-C.), ancien général d’Alexandre le Grand, à Cléopâtre VII Théa (51-30 av. J.-C.), reine illustre dont les relations avec le triumvir romain Antoine défraient encore l’imaginaire collectif, la dynastie lagide marqua profondément l’histoire du bassin méditerranéen.

Ptolémée, qui obtint la satrapie d’Égypte suite à la mort d’Alexandre, fonda un royaume qu’il étendit rapidement aux territoires syro-phéniciens, chypriotes et libyens. Le contrôle des cités portuaires du Levant sud ainsi que la possession de l’île de Chypre assuraient aux Lagides la mainmise sur une partie des voies maritimes de l’Est méditerranéen ainsi que de substantielles rentrées fiscales. Les Ptolémées marquèrent leur temps, entre autres, avec la construction de la Grande Bibliothèque d’Alexandrie ou la création des Ptolemaia, fêtes dont la somptueuse procession faisait montre de tant de richesses que Callixène de Rhodes rapporte à son propos :

« Quelle monarchie, compagnons, est-elle devenue à ce point riche en or ? »

Mnaieion d’or frappé à Alexandrie sous le règne de Ptolémée II Philadelphe (vers avant 272-261 av. J.-C.), 27,75 g. BnF, Luynes 3563. Au droit, les bustes géminés de Ptolémée II et Arsinoé II Philadelphe tournés à droite, un bouclier dans le champ gauche ; au revers, les bustes géminés de Ptolémée I Sôter et Bérénice I tournés à droite ; répartie sur les deux faces, la légende ΑΔΕΛΦΩΝ ΘΕΩΝ.

La connaissance de l’histoire de cette dynastie est aujourd’hui enrichie par l’étude de ses émissions monétaires, matériel porteur de nombreuses informations. En effet, les ouvertures et fermetures des ateliers monétaires, leurs rythmes et volumes de production, leurs programmes iconographiques ainsi que les enfouissements de trésors sont autant de témoins de la politique lagide. Au début du IIIe s. av. J.-C., Ptolémée Ier Sôter a fermé le royaume aux monnaies étrangères et instauré un système de change aux frontières, ce qui constituait une véritable spécificité dans le monde hellénistique. Le monnayage lagide se distingue par ailleurs des numéraires contemporains par la quantité de monnaies émises et la place importante donnée à l’or et au bronze.

Triobole de bronze, série 5, frappé à Alexandrie sous Ptolémée IV Philopatôr, 35,29 g. BnF, F 7573. Au droit, la tête de Zeus Ammon tournée à droite ; au revers la légende ΠΤΟΛEMAIOY BAΣΙΛΕΩΣ qui encadre un aigle perché sur un foudre tourné à gauche, une corne d’abondance diadémée dans le champ gauche.

Dans le cadre de mon association à la Bibliothèque nationale de France, deux projets coordonnés par Julien Olivier (chargé des collections de monnaies grecques, BnF) sont menés concomitamment au département des Monnaies, médailles et antiques. Le premier consiste en la publication d’un catalogue de l’importante collection de monnaies lagides conservée à la Bibliothèque nationale de France. Le deuxième projet porte sur une nouvelle étude et publication du trésor de Meydancıkkale, trésor d’une grande valeur scientifique composé de 5 215 monnaies d’argent.

Sylloge Nummorum Graecorum. France 8, département des Monnaies, médailles et antiques. Les Ptolémées, rois d’Égypte

Plateaux de monnaies d’or lagides. BnF, département des Monnaies, médailles et antiques.

Comportant 2 602 monnaies, le fonds lagide du département des Monnaies, médailles et antiques est l’un des plus important à l’échelle mondiale. Julien Olivier, Thomas Faucher (chargé de recherche CNRS, laboratoire IRAMAT) et moi-même œuvrons à la publication de cette collection. Cette démarche s’inscrit dans la ligne des précédentes publications du fonds de monnaies grecques – 10 catalogues ayant été édités entre 1983 et 2015 – ainsi que dans une volonté de valorisation de cette collection face au regain d’intérêt de la communauté scientifique pour la numismatique lagide. En effet, la parution de ce catalogue coïncidera avec celle du premier volume du futur ouvrage de référence, Coins of the Ptolemaic Empire, par Catharine Lorber, avec qui nous collaborons étroitement. Un travail conséquent d’identification et d’inventaire des monnaies conservées à la BnF est mené préalablement à la construction du catalogue proprement dit, qui appartiendra à la série des Sylloge Nummorum Graecorum, placée sous le haut patronage de l’International Numismatic Council et impliquant notamment l’illustration de l’intégralité des monnaies. Cette publication nécessite une standardisation des vocabulaires employés pour les descriptions, laquelle, dans une optique de cohérence, sera appliquée par la suite à l’ensemble du fonds grec. Cette harmonisation sera précieuse dans le cadre de l’enrichissement des notices descriptives des collections du département des Monnaies, médailles et antiques, dont environ un tiers (soit 171 000 monnaies) est à ce jour consultable en ligne grâce à la bibliothèque numérique Gallica. Afin de faciliter la navigation des internautes au sein du fonds lagide, un parcours de médiation sera mis en place.

Le volume s’ouvrira par ailleurs sur une histoire de la collection, rédigée grâce à l’étude des archives du département de la fin du XVIIe siècle à nos jours. Ce travail de dépouillement vise à identifier les grandes étapes de l’enrichissement de la collection ainsi que leurs protagonistes, tout en retraçant l’histoire propre à chaque monnaie, celle qui a conduit à son intégration au sein des médailliers. Les résultats obtenus par l’étude de ces archives seront également présentés sur le blog L’Antiquité à la BnF au cours d’une série d’articles, le premier d’entre eux, consacré à la collection des rois de France [Les monnaies ptolémaïques de la BnF, I. La collection des rois de France (fin XVIIe – fin XVIIIe siècle)], étant déjà paru.

Ainsi, la publication simultanée de la Sylloge Nummorum Graecorum, l’enrichissement des notices en ligne sur le site de Gallica ainsi que l’élaboration d’un parcours de médiation permettront de valoriser et d’ouvrir à différents publics l’ensemble du fonds ptolémaïque, qu’il s’agisse de membres de la communauté scientifique, d’amateurs éclairés, de collectionneurs ou de simples curieux.

Le trésor de Meydancıkkale

Découverte du vase A du trésor de Meydancıkkale.
Illustration extraite de Davesne (A.), Le Rider (G.), Gülnar II. Le trésor de Meydancıkkale (Cilicie Trachée, 1980), Paris, 1989, p. 9.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce trésor monétaire a été découvert le 21 septembre 1980 au cours de fouilles archéologiques menées sur le site de Meydancıkkale, dans l’ancienne province de Cilicie Trachée, en actuelle Turquie. Ce site a été occupé par une garnison lagide à l’occasion de la troisième guerre de Syrie (246-241 av. J.-C.) au cours de laquelle Ptolémée III Évergète reprit aux Séleucides, dynastie rivale, des territoires ciliciens perdus par Ptolémée II Philadelphe lors de la deuxième guerre de Syrie.

Composé de 5 215 monnaies d’argent (découvertes réparties dans trois vases), il s’agit d’un trésor dit mixte, puisque constitué de 3 057 monnaies d’étalon attique et de 2 158 d’étalon lagide. Il comprend au total 2 554 alexandres (au nom d’Alexandre ou de Philippe III), 31 monnaies de Démétrios Poliorcète, 3 tétradrachmes d’Antigone Gonatas, 148 lysimaques, 261 monnaies séleucides, 60 tétradrachmes attalides et 2 158 monnaies ptolémaïques. En raison de la fermeture de l’économie monétaire ptolémaïque, la frontière politique est ainsi matérialisée de manière géographique et monétaire. De tels trésors mixtes sont en général retrouvés sur des positions frontalières, ce qui est le cas de la place forte de Meydancıkkale. Les autorités lagides de la forteresse auraient ainsi voulu cacher le numéraire en leur possession, probablement en raison d’une avancée des troupes séleucides.

Une étude de ce trésor a été publiée en 1989 par Alain Davesne et Georges le Rider. De par sa composition et son contexte d’enfouissement, le trésor de Meydancıkkale est une référence incontournable pour l’étude des émissions monétaires ptolémaïques de la première moitié du IIIe siècle av. J.-C. et de leur circulation. Le très important travail d’identification et de classement réalisé par Alain Davesne pour les monnaies ptolémaïques nécessite une réactualisation, notre connaissance concernant la numismatique lagide ayant depuis considérablement évolué. Une nouvelle étude des monnaies le constituant, appuyée de la diffusion des photographies de la totalité des exemplaires, est donc primordiale. Actuellement conservé au musée de Silifke en Turquie, le matériel est toutefois difficilement accessible aux chercheurs. Néanmoins, les négatifs de l’ensemble des photographies des monnaies du trésor, donnés par Alain Davesne, sont conservés au département des Monnaies, médailles et antiques. Ces documents uniques seront numérisés par la Bibliothèque nationale de France, dans le cadre de sa grande campagne de numérisation entreprise depuis 1990, puis intégrés à la bibliothèque numérique Gallica au sein de laquelle ils seront valorisés par une médiation, afin de toucher un public élargi.

Planche de négatifs du trésor de Meydancıkkale. BnF, département des Monnaies, médailles et antiques.

Julien Olivier et moi-même allons saisir cette chance exceptionnelle de pouvoir étudier et diffuser ce matériel, soit les 5 215 monnaies. Lors de sa publication, l’étude du trésor sera accompagnée des planches photographiques de l’intégralité des monnaies – complétées d’une version numérique – afin de mettre l’ensemble de ce matériel à la disposition de la communauté scientifique.

 

Ces travaux s’inscrivent dans un contexte de renouveau de la numismatique lagide et sont à appréhender dans un cadre pluriannuel. Les publications de la Sylloge Nummorum Graecorum ainsi que du trésor de Meydancıkkale mettront ainsi  à disposition de différents publics de précieux outils de recherche et de découverte.

Appel à chercheurs 2017-2018 de la Bibliothèque nationale de France

La BnF publie son appel à chercheurs, afin de s’associer le concours de chercheurs pour l’année universitaire 2017-2018. Cet appel propose aux chercheurs un soutien financier au travers de bourses de recherche pour un montant total de 50 000 euros, grâce à la générosité de la BnF et de ses mécènes. L’appel à chercheurs de la BnF s’adresse aux masterants et doctorants. Les candidats peuvent proposer spontanément des sujets de travaux. Afin d’éviter la dispersion des propositions, trois axes de recherche sont indiqués.

Professeur Metchnikoff [le scientifique travaillant au microscope]
Professeur Metchnikoff [le scientifique travaillant au microscope]

Thèmes de recherche

Modalités pratiques

L’appel à chercheurs de la BnF est disponible sur le site : https://bnf-aac-2017-18.sciencesconf.org/.
Les candidats peuvent y trouver toutes les informations nécessaires, notamment sur les axes thématiques ou les sujets proposés par les départements de collections.

Les candidatures sont à formuler directement sur le site dédié sciencesconf.org. Les dossiers de candidature doivent réunir :

– Fiche de candidature complétée ;
– Curriculum vitae ;
– Liste des publications du candidat ;
– Présentation du sujet de recherche proposé (4 pages maximum) ;
– Projet de valorisation envisagé (2 pages maximum) pour les candidats à une bourse de recherche (Fondation Louis Roederer, Mark Pigott, chercheur postdoctoral) ;
– Lettre de présentation de la part d’une personnalité qui peut apprécier vos travaux et vous recommander (2 au maximum).

Pour toute information relative à la soumission de votre candidature, merci de contacter la Bibliothèque à l’adresse suivante : appelachercheurs@bnf.fr

Date limite d’envoi des candidatures : 24 avril 2017

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Dominique Hollard

hollard_dominiqueLe Carnet de la BnF se propose de publier des portraits de chercheurs pour donner de la chair à des projets et acronymes et donner à voir qui sont les femmes et les hommes qui incarnent l’activité scientifique à la BnF.

Aujourd’hui le Carnet accueille Dominique Hollard, responsable d’un fonds spécialisé (collections patrimoniales romaines et celtiques) au département des Monnaies, médailles et antiques.

Quel est votre parcours ?

Économiste de formation, j’ai étudié à Paris X Nanterre (1976-1981, spécialité : économie publique et planification), ce qui m’a conduit à m’intéresser à la monnaie, mais pas sous l’angle de l’Histoire ou de l’Archéologie qui sera ensuite le mien. Ayant été incidemment en contact avec des monnaies romaines, j’ai bifurqué en préparant un DEA d’Histoire des techniques à l’EHESS (sur les techniques d’illustration en numismatique au XIXe siècle), complété par des enseignements en archéologie, économie et religion de l’antiquité romaine à l’EPHE (4e et 5e sections). L’opportunité d’étudier un trésor antique du IIIe s. s’étant offerte à moi, cela m’a alors permis d’en présenter, pour publication, le résultat dans une collection spécialisée de la BnF, celle des Trésors monétaires ((http://actions-recherche.bnf.fr/BnF/anirw3.nsf/IX01/A2012003761_tresors-monetaires)). Le manuscrit fut accepté et on me proposa, en 1984, de travailler pour le Centre d’étude et de publication des Trésors monétaires. Ce fut le début d’un long « stage » ininterrompu d’agent de recherche non-titulaire qui s’acheva fin 2002, par le concours de bibliothécaire d’État dans le cadre de la « Loi Sapin ». J’ai alors pris officiellement la charge du médailler romain (l’un des plus fournis au monde) puis, en 2007, des fonds monétaires celtiques. Entretemps, j’avais publié environ une centaine d’études1, dont une quarantaine portant sur des trésors et dépôts monétaires, principalement pour nourrir les volumes des Trésors monétaires.

Quels sont vos domaines de recherches actuels ?

Ils sont d’abord liés aux fonds dont j’ai la charge. Les monnayages romains – environ 100 000 exemplaires – et le numéraire celtique : environ 10 000 exemplaires constituant la collection internationale de référence. En numismatique romaine, je me dois d’être « généraliste » vu l’ampleur et la représentativité des fonds de la BnF. Toutefois, étant venu à l’Antiquité par les trésors monétaires découverts en France et la majorité d’entre eux étant datés du IIIe s. après J.-C., c’est naturellement à l’histoire et à la monnaie de cette période troublée que je me suis consacré. J’ai, en particulier, eu la chance de pouvoir, avec un autre chercheur de l’établissement, Daniel Gricourt, contribuer de manière significative à la recherche sur le monnayage des « empereurs gaulois ». On désigne ainsi des généraux gallo-romains qui régirent les provinces occidentales dans les années 260-274, période marquée par l’éclatement de l’Empire, les incursions barbares et les troubles politiques et économiques. Au détour de ces travaux, il a été possible à la fois d’enrichir, de reclasser et de mieux dater les productions officielles mais aussi de mettre en évidence une vaste équipe de faux-monnayeurs, exceptionnelle par la variété et l’ampleur de ses productions, qui a pu depuis être localisée dans l’agglomération antique située à Châteaubleau (Seine-et-Marne).
Dans le domaine gaulois, un examen attentif de l’iconographie – en premier lieu monétaire – des Celtes du continent et de l’île de Bretagne, associée aux sources textuelles médiévales de l’Irlande et du Pays de Galles, permet de reconstituer des pans de la mythologie commune du monde celtique, dont la cohérence peut être vérifiée par des recoupements comparatistes avec les traditions homologues des domaines grec ou indo-iranien. La continuité, par-delà la Conquête césarienne, entre la culture de La Tène finale et la religion gallo-romaine peut aussi être démontrée par la reprise de thématiques proprement gauloises sur les monnaies de nécessité fabriquées par les populations lors de périodes de pénurie de numéraire.

Quels aspects considérez-vous comme les plus marquants de votre carrière ?

D’abord le contact avec une documentation multiséculaire. J’ai pu étudier et classer des trésors antiques composés, suivants les cas, de matériaux fort communs (alliages cuivreux) ou précieux (or). Cela n’est pas donné à tout le monde et l’accès direct aux témoins du passé sans la médiation de catalogues est irremplaçable. Il en a découlé la possibilité de publier et de s’inscrire dans des courants de recherche. L’enseignement a ensuite pris le relai, sur la base de l’expérience acquise à la fois par mes travaux personnels mais également par la fréquentation d’un fonds considérable et polyvalent comme celui de la BnF (qui possède par exemple la plus vaste collection de monnaies de la République romaine : plus de 23 000).

Quelles sont les applications de vos recherches ? Le quotidien d’un bibliothécaire-chercheur, c’est quoi au juste ?

On doit distinguer les applications « internes » et « externes ». Comme pour n’importe quel chargé de fonds, la recherche portant sur des documents présents dans les collections de l’établissement peut amener à mieux les comprendre et donc mieux les classer. Dans mon cas, mes travaux sur l’Empire gallo-romain (260-274) m’ont conduit à affiner le classement des séries concernées. De même, pour le monnayage celtique, les travaux auxquels je suis associé me permettent de mieux évaluer, par exemple, les manques de notre fonds aussi riche soit-il. Pour ce qui est des applications externes, cela permet de donner une valeur ajoutée à des partenariats avec d’autres institutions et, naturellement, de densifier les échanges avec d’autres chercheurs.
De ce point de vue, notre quotidien est précisément composé d’échanges. Avec nos collègues, avec nos lecteurs qui sont aussi avant tout des chercheurs et viennent consulter nos fonds bibliographiques et numismatiques. Et puis il y a Internet. Les chargés de fonds spécialisés reçoivent très fréquemment des demandes d’information ou d’avis, la plupart informelles mais parfois aussi officielles lorsque, par exemple, des musées sollicitent, pour des acquisitions patrimoniales, notre accord en tant que Grand département de référence. Par ailleurs, les tâches courantes sont faites, comme partout à la BnF,  de plages de service public, de gestion de fonctions transverses et de missions de conservation et de valorisation des fonds avec, depuis quelques années, un accent particulier mis sur la numérisation des collections, particulièrement cruciale en numismatique, la discipline portant sur des ensembles à la fois sériels et composés d’individus généralement discernables.

Le moment où vous vous êtes dit : je veux faire de la recherche ?

Mon père était ingénieur électronicien (l’un des premiers « cybernéticiens ») et, dans mon enfance, mes premières lectures m’ont orienté vers les sciences exactes (astronomie, physique, biologie etc.). L’adolescence, au début des années 70 et dans l’ambiance politique de l’époque, m’a ouvert aux sciences sociales (économie d’abord, mais tout autant sociologie, psychologie, puis anthropologie). Mais je ne me projetais nullement vers l’avenir comme « chercheur », éventuellement comme enseignant car j’ai toujours eu une passion pour la transmission. C’est en travaillant sur les monnaies que je me suis rendu compte des limites des ouvrages et des connaissances et que, par voie de conséquence, j’ai tenté de porter la réflexion quelques pas plus loin à partir des objets concrets que j’avais en main. Je pense que dans mon cas – comme pour beaucoup –, la démarche de recherche a trouvé sa source dans la frustration de ne pas trouver à partir de l’état existant de la discipline les réponses aux questions que me posait ma documentation. Après coup, je me suis rendu compte que cela réveillait en moi de profondes résonances et je me suis efforcé de me forger une méthodologie adaptée à mes besoins.

Quel objet patrimonial de la BnF vous a particulièrement marqué ?

Le Cabinet des Médailles (le département des Monnaies, médailles et antiques) regorge d’objets précieux et prestigieux, parfois uniques et de renommée mondiale, accumulés par les rois de France, le premier et le second empires puis la République. Choisir parmi ces trésors est toujours discutable, voire absurde. Toutefois, parmi tant de documents exceptionnels pour l’Art et l’Histoire, l’un m’a particulièrement retenu il y a quelques années. Il s’agit d’un multiple d’or de Constantin (306-337) frappé à Ticinum/Pavie en 313-315 (coll. Beistegui 233). Il figure l’empereur à mi-corps en armes au côté du dieu Soleil célébrant, dans la tradition païenne du culte héliaque, leur victoire commune (celle du pont Milvius en octobre 312). Réalisé alors que Constantin s’était récemment – selon des sources écrites – « converti » au christianisme, ce médaillon de distribution montre à la fois que les monnaies sont des sources historiques infalsifiables et de première main et que la rupture entre paganisme et christianisme fut, dans le cas du premier empereur chrétien, exagérée par une illusion rétrospective.

Multiple de 9 solidi de Constantin, Ticinum (313)
Multiple de 9 solidi de Constantin, Ticinum (313)

Quelles sont vos plus belles réussites ?

« Réussite » est un terme inadapté. À mes yeux, les résultats les plus intéressants sont ceux qui surprennent et réorientent la réflexion loin des idées reçues. J’ai ainsi, au début de mes travaux, pu montrer à partir d’une fastidieuse compilation de données, que la « crise monétaire » du IIIe siècle (qui a aussi été une crise économique, sociale, politique et militaire…) avait emprunté une voie restée jusqu’alors incomprise. Entre les années 240 et 275, la production monétaire s’accéléra alors que la qualité des espèces se dégradait : un symptôme classique d’inflation. Il était admis que la hausse vertigineuse du nombre de monnaies frappées devait compenser la moindre qualité de chacune et qu’un stock stable de métal précieux (argent) avait ainsi été recyclé. Il n’en est rien : en quarante ans, plus de 90 % du stock monétaire d’argent-métal a fui sans retour hors de la circulation monétaire, le plus souvent thésaurisé. Ce fait, surprenant pour beaucoup, explique et conditionne les réformes monétaires des décennies suivantes : Aurélien en 274 puis Dioclétien en 294. Il permet aussi de comprendre pourquoi la monnaie d’argent ne put jamais retrouver au IVe et Ve siècles le rôle central qu’elle joua sous la République et les premiers siècles de l’Empire.
Plus récemment, dans le domaine celtique, nous avons, avec mon collègue Daniel Gricourt, pu montrer en croisant des images celtiques, gallo-romaines grecques et indiennes, des textes gréco-romains mais aussi irlandais et gallois, que le dieu gaulois Cernunnos, célèbre pour sa ramure cervine, était l’homologue celte du Dionysos grec et du Śiva indien. Cette correspondance, acceptée par d’éminents comparatistes, éclaire d’un jour nouveau la religion préhistorique commune des peuples indo-européens, dispersés par la suite de l’extrême occident au sous-continent indien.
Enfin, comme gestionnaire de fonds, je m’estime heureux d’avoir pu effectuer certaines acquisitions patrimoniales qui ont enrichi les collections nationales, tels des outillages monétaires gaulois : rarissimes coins et poinçons et, surtout, un unique et spectaculaire moule en bronze pour couler des monnaies en alliage plombeux.

Quelles sont, selon vous, les principales qualités que doit avoir un chercheur ?

Des capacités complémentaires. En premier lieu, celle d’approfondir méthodiquement et sans relâche les voies qu’il s’est tracées. Mais il est tout aussi important de savoir changer régulièrement d’angle d’approche, en remettant en cause les hypothèses que l’on a précédemment échafaudées. Une autre disposition essentielle est la capacité de dialoguer avec d’autres chercheurs qui n’ont pas nécessairement les mêmes démarches ou centres d’intérêt que vous. Cela permet une fécondation inconsciente mutuelle qui élargit la créativité et facilite la remise en cause des routines mentales dans lesquelles on enferme trop souvent son raisonnement. Si j’ai parfois eu personnellement des intuitions qui se sont ensuite avérées pertinentes, je n’ai pu les développer au mieux dans toutes leurs dimensions qu’en collaboration avec d’autres.

Quelle est, pour vous, la découverte majeure qui a pu influer sur l’histoire de l’humanité ?

Mon intérêt depuis l’enfance pour la cosmologie devrait me faire choisir la relativité d’Einstein ou la physique quantique, dont notre siècle et les suivants porteront profondément la marque. Mais mon goût pour le dévoilement des choses cachées m’incline toujours vers les déchiffreurs d’écritures ou de langues. L’Abbé Barthélémy, garde du Cabinet des Médailles (l’alphabet palmyrénien), Jean-François Champollion (les hiéroglyphes), Michael Ventris (le linéaire B crétois) et, récemment, David Stuart (l’écriture maya) sont pour moi de merveilleux passeurs qui nous donnent accès à l’univers mental et aux émotions d’hommes disparus depuis longtemps. Ils élargissent ainsi notre perception de notre commune humanité. Des anthropologues, linguistes et mythologues comme Claude Lévi-Strauss ou Georges Dumézil remplissent à mes yeux la même précieuse mission.

Quelle place accordez-vous au hasard (opportunités, rencontres, chance…) dans votre travail de recherche ?

Dans mon cas il fut déterminant à plusieurs reprises. J’ai croisé quasiment par hasard un trésor monétaire de petites monnaies de billon (alliage de cuivre et d’argent) du IIIe siècle dont le propriétaire, s’expatriant durablement outremer, ne pouvait assurer l’étude qu’il souhaitait. Il me confia ce dossier et je pus rapidement constater que le dépôt comprenait un lot cohérent de « fausses monnaies » d’époque rappelant le style d’un mystérieux atelier non-officiel (dit « atelier II »), repéré dès 1966 mais non-localisé, qui avait produit une masse de grands bronzes illicites (« doubles sesterces ») de l’empereur Postume (260-269). Sur la base de cette connexion, je pris contact avec le spécialiste de ces séries, qui allait d’ailleurs devenir mon collègue au Centre d’études des Trésors monétaires, et il apparut que nos documentations étaient complémentaires et devaient dès lors être étudiées ensemble. Peu après, un jeune archéologue travaillant en Seine-et-Marne, sur un site (Châteaubleau) où de tels bronzes étaient (comme en bien d’autres lieux) régulièrement découverts, nous contacta pour l’aider à classer ses exemplaires. Au fil des années, il est apparu peu à peu, au fil des fouilles archéologiques, que ce vicus antique avait abrité simultanément trois officines de faux-monnayeurs, à l’origine en définitive de ces nombreux grands bronzes et piécettes de billon. Parmi mille localisations possibles en Gaule du nord, c’est cette agglomération gallo-romaine qui est ainsi « venue à nous », sans que nous ayons à la chercher !
Et ce n’est pas tout. Quelques monnaies des mêmes faussaires, au lieu de copier les modèles impériaux officiels, portent des scènes inattendues : des divinités et des éléments mythologiques procédant clairement d’un héritage gaulois. Le caractère encore très indigène de cette communauté, plusieurs siècles après César, a d’ailleurs été confirmée par la découverte à Châteaubleau d’une longue inscription gauloise sur une tuile datant de la même période. L’étude de telles images monétaires a alors ouvert un nouveau chapitre de recherche, en histoire des religions cette fois-ci. La mise en parallèle des scènes gauloises et gallo-romaines avec les sources mythologiques conservées par l’Irlande et le Pays de Galles ont permis de démontrer que l’iconographie continentale illustre les mythes insulaires et que ces derniers expliquent, en retour, des images restées jusqu’alors mystérieuses. Ce domaine d’étude est aujourd’hui en pleine expansion et de nouvelles correspondances sont régulièrement mises en évidence.

  1. NLDR : cf. la bibliographie commentée de Dominique Hollard, http://www.archeophile.com/rw-bibliographie-hollard.htm et sa page personnelle : http://production-scientifique.bnf.fr/CV/hollard-dominique []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Giang Huong Nguyen

fullsizerender4Le Carnet de la BnF se propose de publier des portraits de chercheurs pour donner de la chair à des projets et acronymes et donner à voir qui sont les femmes et les hommes qui incarnent l’activité scientifique à la BnF.

Aujourd’hui le Carnet accueille Giang Huong Nguyen, Chargée de Collections en Langue et Littérature d’Asie du Sud-Est au département Littérature et art.

Quel est votre parcours ?

Après mes études en Français Langue Étrangère (FLE) à L’École nationale de Hanoi, j’ai obtenu en 2006 une bourse de pensionnaire scientifique international de l’École Normale Supérieure de Lyon. J’y ai poursuivi mes études de master en Littérature comparée et francophonie pendant deux ans. Je suis ensuite retournée au Vietnam pour un poste de chercheur en littérature comparée à l’Académie des Sciences Sociales du Vietnam. En parallèle à ce travail, je collaborais avec des éditeurs et des revues pour traduire des textes littéraires, des romans du français et de l’anglais en vietnamien et inversement.

Ces activités m’ont amené à approfondir le domaine de la francophonie au Vietnam et plus spécifiquement les apports de la littérature française à la littérature vietnamienne. En 2010, j’ai décidé de m’inscrire en doctorat à l’Université Paris Ouest Nanterre la Défense pour un sujet de thèse : La poétique du sujet multiculturel dans le roman vietnamien francophone de l’époque coloniale dans la première moitié du XXe siècle, que j’ai soutenue en janvier 2015.

Je travaille à la Bibliothèque nationale de France depuis mai 2011 comme chargée de collections de Langues et Littératures d’Asie du Sud-Est (Vietnam, Laos, Cambodge). Les collections de la langue vietnamienne occupent une place particulièrement importante au sein du Service des Littératures du Monde. Elles témoignent des débuts de l’Imprimé au Vietnam ainsi que de la naissance de plusieurs domaines scientifiques et culturels au moment où l’Asie commençait à s’ouvrir vers l’Europe.

Quels sont vos domaines de recherches actuels ?

La naissance du roman vietnamien à la fin du XIXe siècle et les influences françaises. La littérature francophone vietnamienne du XXe siècle et d’aujourd’hui, étude comparatiste avec les littératures francophones africaines. Le fonds d’archives et les manuscrits de l’écrivain d’origine vietnamienne Pham Van Ky. La traduction en vietnamien de Sodome et Gomorrhe, et celle d’Albertine disparue de Marcel Proust.

Quels aspects considérez-vous comme les plus marquants de votre carrière ?

Le poste de chargée de collections de Langues et Littératures d’Asie du Sud-Est, au sein du département Littérature et Art m’a offert l’occasion de connaître et d’approfondir un fonds documentaire très riches des littératures du Vietnam, du Laos et du Cambodge. Les missions liées à ce poste me permettent d’acquérir des compétences de gestion et d’organisation de la bibliothèque et surtout, de développer mon sens de la communication en assurant régulièrement le service public dans les salles de lectures.

Par ailleurs, la soutenance de ma thèse le 6 janvier 2015 a donné lieu à un débat passionnant avec les membres de mon jury. Cette soutenance m’a ouvert des opportunités pour prolonger le sujet de recherche que j’ai mené lors de mon doctorat, notamment de présenter aux chercheurs de l’équipe ITEM-CNRS mon projet d’explorer le fonds d’archives de l’écrivain Pham Van Ky, conservé aujourd’hui au Département des Arts du Spectacle de la BnF1. Ce fonds contient des tapuscrits inédits de cet écrivain : romans, théâtre, poésie, essais. Pham Van Ky a eu du succès de son vivant, a notamment eu le Grand Prix du roman de l’Académie française en 1961 avec son roman Perdre la demeure. Malheureusement, aujourd’hui, il est tombé dans l’oubli.

Récemment, j’ai obtenu le Prix Jeunesse de la Francophonie 35<352. Le voyage en Côte d’Ivoire pour la remise du prix a été pour moi une expérience formidable. Les 35 lauréats de ce prix ont été sélectionnés parmi plus de 200 candidatures dans tout l’espace francophone pour leur projet en matière d’innovation. Je suis fière d’être parmi eux pour mon travail de valorisation du fonds Pham Van Ky décrit ci-dessus. Cette occasion m’a permis de rencontrer des chercheurs étrangers ainsi que des jeunes innovateurs dans d’autres domaines que la bibliothéconomie. Ces contacts m’ont donné une vision plus complète sur la francophonie dont le Vietnam contribue activement à la promotion.

Quelles sont les applications de vos recherches ? Le quotidien d’un bibliothécaire-chercheur, c’est quoi au juste ?

Ce quotidien est caractérisé par une diversité des activités, entre la veille documentaire, l’acquisition, le catalogage et la valorisation des collections sur différentes voies de publication. Être en contact avec les lecteurs en banque de salles et à distance est aussi une partie enrichissante de ma fonction. Le travail de chercheur m’aide d’abord à comprendre les besoins ainsi que les difficultés des lecteurs venant étudier à la BnF, puis à répondre à leurs questions afin de mieux les guider dans leur quête documentaire. Par ailleurs, mes expériences dans la recherche favorisent la tâche de valorisation qui est souvent bien plus prenante que l’on peut l’imaginer. Il s’agit par exemple de rédiger des articles ou des ouvrages de qualité scientifique sur différents auteurs ou sur un certain corpus documentaire, d’organiser des rencontres, des tables rondes, des colloques, ou de participer à des chantiers, comme l’élaboration en cours du portail numérique France-Vietnam.

Le moment où vous vous êtes dit : je veux faire de la recherche ?

C’était peut-être en dernière année de ma maîtrise en Français Langue Etrangère (FLE) au Vietnam. Pour l’obtention du diplôme de fin d’étude, il fallait choisir un sujet de mémoire en linguistique, en didactique ou en littérature française. J’ai alors choisi de faire un mémoire en littérature française, en prenant A la recherche du temps perdu de Marcel Proust comme objet d’étude. En effet, j’ai été toujours attirée par la lecture des textes littéraires durant mon enfance. L’apprentissage de la langue française a été pour moi une porte ouverte vers d’innombrables œuvres qui n’avaient pas de traduction en vietnamien. Lorsque j’atteignais un niveau de français suffisant pour accéder à La recherche, le style de Proust m’émerveillait. Aujourd’hui, j’approfondis toujours le texte proustien avec l’ambition de le traduire en vietnamien – ce travail est en cours – tout en élargissant mon champ de recherche aux échanges culturels et littéraires franco-vietnamiens.

Quel objet patrimonial de la BnF vous a particulièrement marqué ?

La richesse des collections dans tous les supports (papiers, monnaies, objets et décors de théâtre, support multimédia, etc.) et sa vaste couverture dans le temps et dans l’espace géographique. Le rôle pionnier de la BnF dans la gestion des métadonnées, dans la numérisation et dans le partage des documents numériques à l’échelle internationale.

En-dehors de la BnF et de la recherche quels sont vos loisirs et passions ?

L’écriture et la lecture, la peinture, la cuisine vietnamienne et la pâtisserie française, le bricolage. J’aime aussi voyager pour découvrir de nouvelles cultures et de nouveaux amis provenant de tous les coins du monde.

Quelles sont vos plus belles réussites ?

Je crois que mes plus belles réussites m’attendent car le temps et les rencontres au travail et en dehors de celui-ci me font évoluer chaque jour.

Quelles sont, selon vous, les principales qualités que doit avoir un chercheur ?

Une grande curiosité, la persévérance, la rigueur, l’ouverture d’esprit, le sens du partage et la capacité à travailler en équipe.

Quelle est, pour vous, la découverte majeure qui a pu influer l’histoire de l’humanité ?

L’écriture qui permet à l’homme de communiquer d’une génération à une autre, de transcrire l’Histoire. Les systèmes d’écriture façonnent le raisonnement et l’imaginaire de l’être humain. Comme Pham Van Ky s’exprime à propos des idéogrammes d’Extrême-Orient :

Et même chez le jeune écolier qui ânonnait ses premiers caractères, la calligraphie primait sur le son. Elle lui proposait déjà un effort de dépassement, car elle ne cerne pas ce qui aboutit à des limitations et ce qu’elle éconduit avec urbanité : le regard furtif, éphémère, l’ombre instable – que la peinture elle-même bannit -, le phénomène et l’illusion. Elle va tout droit à l’être décanté, désincarné, essentiel, elle liquide la tension de tout ce qui vit et palpite, elle représente une sorte de demi-bouddhisme qui dénonce les futilités mortelles. Mais, ne niant pas la figure contrairement au bouddhisme primitif, elle confère validité et pérennité à la figure par excellence qu’est l’Idéogramme, elle en fait un archétype élucidé à vue, parfait, exemplaire. Et de même que l’Eglise romaine, lieu reconnaissable où se montre la grâce, forme le corps vivant du Christ, l’Extrême-Orient tout entier forme le corps vivant de son écriture.

Le pouvoir de l’écriture. » (Des Femmes assises ça et là, 1964, p. 25)

Aussi les autres systèmes d’écriture influencent d’une autre manière ceux qui les utilisent.

Quelle place accordez-vous au hasard (opportunités, rencontres, chance…) dans votre travail de recherche ?

Je rebondis sur ma réponse faite à propos de mes plus belles réussites pour dire que le hasard, si on le définit comme opportunités, rencontres ou chance, joue un rôle crucial dans la carrière et dans la vie en général.

Enregistrer

  1. « Fonds Pham Van Ky (théâtre, littérature) » : instrument de recherche consultable dans le catalogue BnF Archives et manuscrits de la BnF, url : <http://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc101230j> []
  2. NDLR : Giang Huong Nguyen a remporté le 3e prix dans la catégorie « Coup de coeur du Jury » du Prix Jeunesse de la Francophonie 35<35, url : <http://www.francophonie3535.com/> et <https://www.facebook.com/Francophonie3535/posts/1200389440018944>. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Conserver les traces, enregistrer les luttes : les mémoires de Lionel Soukaz

Lionel Soukaz est un réalisateur français qui oscille entre le cinéma que l’on qualifie par défaut de militant et le cinéma dit expérimental1, peu connu du grand public, mais dont l’oeuvre peut être considérée comme pionnière, eu égard de ses qualités esthétiques, de sa dimension historique et de son volume. Très actif dans les années 70, son cinéma accompagne les mouvements d’émancipation, notamment ceux de la communauté homosexuelle, puis s’éteint, à la fin des “années d’hiver”2, alors que le Sida fait les ravages que l’on connaît. Au début de la décennie 90, Lionel Soukaz se met à la vidéo, format peu coûteux alors en plein essor, et entame un journal-vidéo, qui compte aujourd’hui plus de 2000 heures. Son travail est redécouvert au début des années 2000 par Nicole Brenez qui programme Ixe, son film le plus outrageant à la Cinémathèque française lors de la rétrospective Jeune, dure et pure !.

Jusqu’en 2013, la recherche s’était relativement peu penché sur le travail de Lionel Soukaz, et hormis quelques articles notables et quelques mémoires, il n’y a pas eu de travaux conséquents sur son oeuvre3. En 2013, le Colloque “Eros Militant” organisé par l’Université Paris-8 de Saint-Denis, en partenariat avec la Bibliothèque nationale de France, un an après le début de mon travail de thèse et alors que je n’étais pas encore chercheur associé à la BnF, permît de dresser un état des lieux de la recherche sur cet auteur, d’évaluer l’ampleur du travail encore à accomplir et de rencontrer des perspectives et des problématiques stimulantes4.

Au même moment, Lionel Soukaz déposait à la BnF une partie de son journal-vidéo, Le Journal Annales. Un important chantier a été entamé par Stéphane Gérard : l’indexation et le catalogage de ce fonds vidéographiques afin de le rendre accessible aux chercheurs.

Mémoire, indépendance et politique

Ma thèse s’intitule “Témoigner, émanciper : le cinéma de Lionel Soukaz”. Un titre volontairement large, qui met l’accent sur deux aspects essentiels du sujet : d’une part, une conscience forte des capacités du cinéma à pouvoir construire – ou du moins participer à la construction – une Histoire pour les “sans-histoire”, c’est-à-dire pour les marginaux, les invisibles et les minorités dont l’histoire est écrite et raconter par les dominants. Tout au long de sa carrière, Lionel Soukaz s’est placé aux côtés de ces populations oppressées, avec pour exemple tutélaire, Jean Genet, lui-même pionnier dans le cinéma homosexuel5. De fait, les films de Lionel Soukaz font souvent office de documents historiques, à l’image de La Marche gaie, où, aux côtés de son ami Guy Hocquenghem, il participe à la première marche des homosexuels à Washington, le 14 octobre 1979. D’autre part, Lionel Soukaz fait preuve d’une volonté constante de s’émanciper, c’est-à-dire de se libérer des carcans moraux et des oppressions de tout type, tant économiques que politiques. Aussi pratique-t-il ce que l’on appelle un cinéma “pauvre”6, non par ses qualités artistiques, mais dans ses moyens de production, ce qui à la fois relève de revendications politiques – ne pas dépendre d’un producteur, du système industriel commercial dominant – et a des conséquences esthétiques (qualité de l’image de caméra type Super-8, expérimentations visuelles radicales…).

La recherche s’organise donc autour du fonds vidéographique déposé à la BnF, qui recouvre la production de Lionel Soukaz entre 1991 et 2000, et de deux autres fonds. Le premier est un fonds que nous dirons “numérique” : avec l’avènement d’internet et des outils numériques, Lionel Soukaz a modifié sa pratique de diffusion, autrefois orientée exclusivement vers les festivals et les projections spéciales, pour occuper un espace nouveau au public plus incertain, plus diversifié et qui peut tomber de façon aléatoire sur les travaux du réalisateur. Lionel Soukaz a une pratique intensive d’internet, que ce soit comme source d’inspiration (La Prison de Reines), comme matériau principal (www.webcam), ou comme plateforme de diffusion. En effet, qu’il s’agisse des réseaux sociaux (Facebook) ou des plateformes de partage en ligne comme YouTube et surtout Dailymotion, le cinéaste y trouve un moyen nouveau pour diffuser son oeuvre. Il est donc intéressant de se pencher sur les usages des outils numériques de partage de donnés, et de constater que, loin d’offrir une liberté totale, le net impose de “composer” avec ses propres limites et ses propres systèmes de censure.

Le dernier fonds est composé de documents papiers et de documents iconographiques de différents types (photographies, dessins, peintures). Il est le fruit d’un travail minutieux d’archivage de documents en lien avec les réalisations de Lionel Soukaz, mais aussi avec les festivals et les différentes manifestations organisées ou auxquelles il a participé durant plus de 40 ans. Ce fonds est très hétérogène, ce qui nécessite un travail d’indexation puis de réorganisation, afin de clarifier son ordonnancement et de rendre lisible sa composition. Les documents en présence renseignent beaucoup sur la période 1970-1980, notamment sur la conception des films et sur leur réception. Il est composé de très nombreux programmes de festivals et de document plus personnels (facture, photos de vacances ou de famille). Par ailleurs, de nombreux éléments s’y retrouvent en plusieurs exemplaires, originaux et photocopies. Un tri est donc nécessaire afin de discriminer ce qui doit véritablement constituer le fonds, en fonction de la valeur historique mais aussi de la valeur personnelle des documents.

Ces trois fonds ont de multiples intérêts : le fonds de documents papier renseigne à la fois sur la période “Super-8” de Lionel Soukaz et sur les périodes les plus récentes (jusqu’à aujourd’hui), permettant de saisir l’évolution d’une pratique cinématographique sur le temps long sans perdre de vue l’importance des conjonctures spécifiques dans lesquels elle prend place. Conjointement, les trois fonds mettent en avant l’histoire de la communauté homosexuelle d’avant la dépénalisation jusqu’à nos jours. Un axe spécifique peut être dégagé quant à la lutte contre le Sida, la façon dont elle s’est structurée au sein de la communauté homosexuelle, comment elle s’est déployée, mais aussi quant à la façon dont on vivait avec le Sida dans les années 1990. Un autre axe plus spécifique pourrait être celui du “cercle” Soukazien. Le cinéaste est à la fois une force centrifuge et une force centripète, attirant à lui de nombreuses personnalités et circulant à son tour autour d’autres, dessinant ainsi une “constellation”, à l’image de celle qui entourait l’un de ses proches amis, Guy Hocquenghem7. Plus largement, les fonds peuvent être des sources particulièrement pertinentes pour quiconque travaillerait sur les luttes sociales en France dans la deuxième partie du XXe siècle, et plus particulièrement sur les luttes des minorités ou pour des chercheurs travaillant sur le journal filmé et les formes autoréférentielles.

Mon travail de thèse consiste donc à recouper ces différents fonds et à en proposer une analyse historique et esthétique : comment l’auteur construit une démarche mémorielle afin de construire une histoire alternative, celle d’une frange spécifique d’une communauté, à différents moments du XXe siècle ? Comment se situe-t-il également dans l’espace politique, à la fois partie-prenante de l’action militante et en même temps à l’écart de toute structure partisane ? Enfin, comment construit-il une identité visuelle qui témoigne de ces deux aspects spécifiques de son travail ? En somme, qu’est-ce qui les cimente ?

De l’archive à la vidéo : rendre le Journal visible

La mission qui avait été proposée dans le cadre du contrat de chercheur associé à la Bibliothèque nationale de France, était de préparer le dépôt d’un futur fonds, à savoir celui des archives papiers. L’idée était d’en faire l’inventaire exhaustif afin, voire de créer les fiches de chaque document en vue d’un dépôt à moyen terme. Cette proposition allait dans le sens de la volonté du cinéaste, de protéger et de préserver ces ressources tout en se libérant du poids de leur conservation. Mais cela posait aussi un autre problème, celui de la disponibilité des documents pour Lionel Soukaz, certains éléments étant rares ou dotés d’une forte charge émotionnelle. L’exposition consacrée aux archives de Lionel Soukaz lors du colloque « Eros Militant » en 2013 fut une bonne occasion de se rendre compte de la richesse du fonds et d’entamer un inventaire. Las, organisée dans la hâte, il fut impossible de pratiquer un recensement des biens en présence. Les documents furent brièvement triés et classés par période ou par grande thématique (par film par exemple, par festival ou par personnalité). L’empressement du montage puis du démontage ne permît pas de travailler sereinement sur les documents et à peine plus de 150 documents purent être inventoriés.

Par la suite, les documents restants furent durant une longue période, indisponibles à la consultation. L’accès n’étant plus possible, il n’était alors plus question de procéder à un traitement préalable permettant la constitution du fonds. Avec Alain Carou, responsable du service Image, nous décidâmes de réorienter la mission vers un catalogage actif du fonds vidéographique déposé à la BnF.

De quoi est donc composé ce fonds ? Il se compose de cassettes au format Vidéo 8 ou Hi8. Il y a précisément, pour le moment, 470 Vidéo 8 et 171 Hi8, couvrant la période du 6 avril 1991 au 20 janvier 2001. Cela représente plusieurs centaines d’heures, les cassettes pouvant durer jusqu’à 3 heures pour certaines d’entre-elles. Le travail a été initié par Stéphane Gérard, qui a collaboré étroitement avec Lionel Soukaz afin de déterminer, préalablement les détails du contrat et la visibilité des cassettes. En effet, nous ne pouvons travailler sur l’ensemble des 641 cassettes déposées car certaines sont classées comme étant “Privé”, et ne peuvent être visionnées. Par ailleurs, lorsque nous travaillons à l’inventaire des cassettes qui ne sont pas préalablement jugée comme relevant du “Privé” – c’est-à-dire lors que nous en décrivons le contenu – nous devons estimer, en fonction de critères fournis par l’auteur (présence de certains proches, moments d’intimité douloureux…), si la cassette sera ou non accessible au public.

Méthodologie

L’inventaire du fonds et son catalogage se font le plus simplement du monde : afin de décrire au mieux les contenus de chaque cassette, il faut les visionner dans leur intégralité. C’est le seul moyen que nous ayons également pour savoir comment les discriminer entre “privé” et “public”. En effet, une même cassette ne correspond pas forcément à une date fixe, elle peut couvrir une semaine entière de journal. Aussi, dans cette cassette, l’on peut trouver tout à la fois, une manifestation publique (prenons, par exemple, un festival consacré aux films sur le Sida), de la veille télévisuelle (Lionel Soukaz filmait chaque émission ou reportage de télévision en lien avec les homosexuels ou le Sida) et un moment d’intimité avec un proche.

La question qui s’est posé à nous, face à la masse importante de vidéo à traiter, fut de savoir par où commencer. Une progression chronologique semblait tout indiquée, mais il était évident qu’il fallait d’abord répondre aux besoins précis des chercheurs qui souhaitaient travailler à partir du fonds (Stéphane Gérard, Simon Claude et moi-même, pour le moment). Aussi avons nous commencé en fonction des besoins et des délais. La progression chronologique est relativement récente (2015). À ce jour, 181 vidéos ont d’ores et déjà été décrites, 62 ont été rendues publiques, 47 ont été classés privées – conformément aux souhaits de l’auteur, leurs descriptions ne seront pas publiées dans le catalogue Archives et Manuscrits (http://archivesetmanuscrits.bnf.fr/) -, 70 vont être prochainement rendues accessibles. D’ici à octobre, les 200 premières vidéos (sur 470) auront été discriminées entre public et privé, et 133 vidéos jugées publiques auront été valorisées.

Valorisation

La valorisation du fonds d’archives vidéographiques passe avant tout par la publicisation des vidéos. Cette publicisation requiert beaucoup de temps étant donné le nombre important de bande à visionner. Par ailleurs, les 641 cassettes déposées ne représentent pas la totalité du Journal, puisque la période 2001-2016 n’a pas encore été délivrée à la BnF. Elle nécessitera un traitement équivalent en vue de son catalogage lorsqu’elle sera déposée. Par ailleurs, de nombreuses communication en France et en Grande-Bretagne ces deux dernières années ont permis de faire connaître, si ce n’est le travail de Lionel Soukaz, tout du moins l’existence de ce fonds d’archives et ses intérêts. Deux nouvelles communications sont espérées sur ce sujet d’ici à fin 2017.

Pour ce qui est de la valorisation du fonds de documents papiers, celle-ci passe vraisemblablement d’abord par le travail de thèse. Son exploitation a déjà connu un rebondissement ces derniers mois. Une grande partie des archives m’est à nouveau accessible. Une douzaine de cartons pleins à craquer ! J’ai de ce pas entamé un inventaire. Pour l’heure, la moitié du matériau disponible a été inventorié. Cela représente 104 pages d’index et plus de 1094 documents. Étant donné qu’il reste environ autant de cartons, on peut estimer que ce nombre de pages devrait doubler, même si la nature des pièces dans les autres cartons est différentes. Au vu de ce qui a pu être traité, les documents en présence sont majoritairement des documents liés à la production des oeuvres, qu’il s’agisse de factures, de revues de presse ou de coupures de presse (nous distinguons les deux car Lionel Soukaz a une pratique très particulière de la revue de presse, quasiment artistique), de scénarios et de découpages techniques, de documents commerciaux (affiches, tracts…). Ces documents essentiels pour établir une monographie analytique du cinéma de Lionel Soukaz, constituent le fondement du travail de thèse et viennent enrichir de façon notable la compréhension et l’analyse de ses productions filmiques et vidéographiques.

Ce travail ne pourrait être mené sans les conditions particulières offertes par la Bibliothèque nationale de France à ses chercheurs associés. L’accès au fonds, la possibilité de travailler sur place et d’avoir un suivi et un dialogue avec les personnels de la Bibliothèque sont un atout inestimable.

  1. Il est compliqué de situer Lionel Soukaz à l’intérieur de la catégorie « film militant », étant donné qu’il n’a jamais appartenu à une structure collective politique ou ayant des objectifs politiques. En cela, il contrevient à la définition du militant telle qu’elle est donnée par Guy Hennebelle dans Cinéma Militant (1976) ou par Joris Ivens dans le même ouvrage. De la même manière, le terme expérimental a fait l’objet d’un nombre important de controverses et de débat au sein même des cinéastes rattachés (volontairement ou non) à cette catégorie : cinéma différent, cinéma autre, cinéma underground… Nous renvoyons à la lecture de l’Éloge du cinéma expérimental, de Dominique Noguez (1979). []
  2. Nous reprenons ici le titre d’un ouvrage de Félix Guattari, Les Années d’hiver (1980-1985), Paris, Les Prairies Ordinaires, [1985] 2009. []
  3. Pour les articles, en plus de l’immense travail de Nicole Brenez, citons également les nombreux textes d’Hélène Fleckinger ainsi que les travaux d’Olivier Neveux. Pour les mémoires, citons les travaux de Maïa Etchart, de Yekhan Pinarligil et de Simon Claude. []
  4. Voir le programme du colloque à l’adresse url : <http://www.bnf.fr/documents/programme_soukaz.pdf>. []
  5. Voir son film Un chant d’amour (1950). []
  6. Nous reprenons l’expression à Jean-Louis Comolli, explicitée dans l’entretien accordé à Cédric Mal, « Eloge d’un cinéma pauvre, politique et populaire (Comolli) », Le blog documentaire, 6 février 2013. Disponible en ligne, url : <http://leblogdocumentaire.fr/eloge-dun-cinema-pauvre-politique-et-populaire-avec-jean-louis-comolli/>. []
  7. « La Constellation Hocquenghem », Gai Pied Hebdo, n° 396, 30 novembre 1989, pp. 66-67. []

Soutenance de thèse de Caroline Vrand

Le jeudi 15 décembre 2016, Caroline Vrand, chargée de collections des estampes des XVe et XVIe siècles au service de l’estampe ancienne et de la réserve du département des Estampes et de la photographie de la BnF, soutient sa thèse intitulée Les collections d’art d’Anne de Bretagne. Au rythme de la vie de cour1 préparée sous la direction de Monsieur Philippe Plagnieux.

anne_de_bretagne_assise_btv1b84002549
Anne de Bretagne, assise sur un trône dans un jardin

Jury

Le jury sera composé de :

  • Thierry Crépin-Leblond, directeur du musée national de la Renaissance
  • Philippe Lorentz, professeur à l’Université Paris-Sorbonne
  • Olivier Mattéoni, professeur à l’Université Panthéon-Sorbonne
  • Philippe Plagnieux, professeur à l’Université Panthéon-Sorbonne
  • Elisabeth Taburet-Delahaye, directrice du musée de Cluny
  • Gennaro Toscano, professeur, Conseiller scientifique et culturel à la Bibliothèque nationale de France pour le projet Richelieu

Soutenance

La soutenance se tiendra le jeudi 15 décembre, 13h30 à l’Université Panthéon Sorbonne, salle Duroselle (accès par la galerie J.-B. Dumas).

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

  1. Cf. les positions de sa thèse de l’Ecole des chartes, http://theses.enc.sorbonne.fr/2010/vrand []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Rémi Mathis

398px-remi_mathis_bnf_2011-11-07_n01
Portrait de Rémi Mathis. Photo prise sur le site Richelieu de la Bibliothèque nationale de France par Marie-Lan Nguyen

Le Carnet de la BnF se propose de publier des portraits de chercheurs pour donner de la chair à des projets et acronymes et donner à voir qui sont les femmes et les hommes qui incarnent l’activité scientifique à la BnF.

Aujourd’hui le Carnet accueille Rémi Mathis, chargé des estampes du XVIIème siècle au département des Estampes et de la photographie et rédacteur en chef des Nouvelles de l’Estampe.

Quel est votre parcours ?

Il est très classique pour occuper le poste qui est le mien : je suis passé par l’École des chartes (archiviste paléographe de la promotion 2007), et j’ai choisi l’enssib comme école d’application (enssib 2008 – DCB 16) afin de devenir conservateur des bibliothèques. Parallèlement au cursus en écoles et en lien avec ma thèse d’École des chartes, j’ai suivi des études d’histoire moderne à l’université, me spécialisant sur le XVIIe siècle à l’université Paris IV-Sorbonne.
Pour mon premier poste, j’ai dirigé une bibliothèque universitaire (bibliothèque de sciences humaines et sociales Paris-Descartes-CNRS) et j’ai cherché à exercer le plus rapidement possible sur un poste scientifique – d’où mon arrivée au département des Estampes de la BnF en 2010.

Quels sont vos domaines de recherches actuels ?

Ma thèse de l’École des chartes portait sur le personnel politique de Louis XIV, et en particulier sur Simon Arnauld de Pomponne, qui a dirigé la diplomatie française à l’apogée de sa puissance. Travailler sur un membre de la famille Arnauld amène  forcément à approfondir la question du jansénisme, sur lequel je travaille encore aujourd’hui de manière transversale.

Mais le fait de travailler comme conservateur amène surtout à se recentrer sur les fonds de bibliothèques et donc à privilégier l’histoire du livre (des stages à l’étranger m’ont amené à me passionner pour la bibliographie matérielle) et, surtout, pour moi, de l’estampe. La majeure partie de ma recherche actuelle a donc pour sujet l’estampe française du XVIIe siècle.

Ma tâche de fond en tant que chargé de collections pour le XVIIe siècle est de travailler à ce qu’on appelle l’Inventaire du fonds français. Il s’agit de réaliser un inventaire des estampes françaises du département, graveur par graveur, en les prenant systématiquement, par ordre alphabétique – mais étant donné l’incroyable richesse de la Bibliothèque nationale et le manque de recherches sur la plupart de ces œuvres, cet IFF se rapproche d’un catalogue raisonné – et souvent le premier jamais réalisé sur ces graveurs, dont il faut également rechercher les (trop rares) traces qu’ils ont laissé dans les archives – essentiellement des actes notariés – afin d’écrire leur biographie et replacer leurs créations dans le contexte de l’époque. À la fois l’IFF et le travail quotidien aux côtés des lecteurs nous amènent à voir de très nombreuses œuvres qui font jaillir des questions, nous oblige à faire des rapprochements, etc., d’où des recherches ponctuelles qui donnent lieu à des articles.

Quelles sont les applications de vos recherches ?

Il est forcément difficile de parler d’application pour de la recherche historique – qui est forcément une recherche fondamentale, très spécialisée, et sans forcément de retombées directes, ou en tout cas évidentes, pour le grand public.

Mais, d’abord, la recherche menée par un conservateur a des caractéristiques qui la différencient de celle d’un universitaire. Nous travaillons avant tout sur les fonds dont nous avons la responsabilité. Les recherches que nous menons permettent avant tout de publier des instruments de recherche donnant accès aux collections – que ce soit des catalogues publiés par les éditions de la BnF (Inventaire du fonds français…) ou les notices du catalogue général informatisé. Au-delà, quand j’écris un article de quinze pages sur un recueil d’estampes, ce n’est pas seulement parce que ça m’intéresse personnellement (même si c’est évidemment le cas !) mais parce que mon travail consiste à le mettre à disposition des lecteurs de la BnF et que cela ne peut se faire que si on comprend ce qu’est cet objet, pourquoi il a été créé, quand, par qui, en quoi il est original, ce qu’il dit. L’accès à des collections n’est pas immanent et le conservateur est là pour le faciliter – que ce soit en direction des chercheurs, d’autres institutions ou du grand public.

Le grand public sera, lui, touché par des ouvrages de diffusion que nous ne pouvons écrire que parce qu’un travail de spécialiste a été fait antérieurement. Dans mon cas, j’ai par exemple pu codiriger avec Valérie Sueur-Hermel un très joli ouvrage sur la représentation des animaux dans l’estampe1 (une question passionnante d’histoire des sociétés et des représentations, autant que d’histoire de l’art !), publier les poésies et maximes de Robert Nanteuil (l’un des meilleurs graveurs français sous Louis XIV)2 ou, dernièrement, publier un livret sur un des fleurons de notre collections : les dessins qu’un prince allemand a fait réaliser de son jardin de fleurs rares au milieu du XVIIe s3. À chaque fois, nous essayons de faire passer des connaissances qui existent ailleurs, mais que les gens n’iront pas chercher dans des revues universitaires ou des livres hors de prix écrits dans une langue rare… Il n’est pas rare non plus que nous donnions des conférences sur des sujets plus ou moins larges, dans des bibliothèques, des musées, des écoles, etc.

Nous organisons également régulièrement des expositions – qui se trouvent à la limite de la recherche, de la synthèse des recherches antérieures et de la présentation au grand public. J’ai ainsi récemment pu, avec Vanessa Selbach (BnF), Louis Marchesano (Getty) et Peter Fuhring (fondation Custodia) récemment, être le commissaire d’une exposition présentée à Los Angeles (Getty) et à la BnF (Tolbiac) qui fait le point sur près d’un siècle de recherche sur l’estampe française sous Louis XIV, qui a ainsi pu montrer à des dizaines de milliers de visiteurs des planches exceptionnelles qui ne sont habituellement consultées que par des spécialistes dans nos salles de lecture, et proposer à travers le catalogue4 une synthèse qui fera sans doute référence sur le sujet pendant quelques dizaines d’années, ouvrant ce monde de l’estampe aux étudiants, aux amateurs, et aux chercheurs non directement spécialistes du sujet.

Enfin, les applications, c’est aussi l’enseignement. Je suis chargé de cours en histoire de l’estampe à l’École des chartes et à l’École du Louvre : les cours que je prodigue se nourrissent de nos intérêts, de nos découvertes, des anecdotes, de nos curiosités récentes… Il est formidable de voir des étudiants se passionner pour de telles matières, éventuellement leur proposer des sujets, les retrouver quelques années plus tard…

Le quotidien d’un conservateur-chercheur, c’est quoi au juste ?

La recherche ne peut forcément constituer qu’une partie de notre temps. Le travail quotidien est constitué d’une multitude de petites tâches : accompagner les lecteurs et répondre à leurs questions – que ce soit sur place ou par mail ; gérer la vie du service et des collections dont nous avons la charge sous tous les aspects : restauration, numérisation, expositions (travailler aux dossiers de demandes de prêt avec le conservateur chargé de cette question, puis parfois accompagner les œuvres à paris comme à l’autre bout de la Terre après avoir rédigé un constat d’état), reproductions, acquisitions… À cela s’ajoute les questions de fonctionnement quotidien : depuis quelques mois, les travaux menés sur le site Richelieu ont une grande influence sur nos emplois du temps dans la mesure où l’ensemble de nos collections doivent être déménagés dans de nouveaux magasins, et que nos bureaux eux-mêmes vont être déplacés pour quelques années. Nous avons aussi quelques tâches transversales : en  ce qui me concerne, je suis par exemple le correspondant pour le département des Estampes du dépôt légal de l’Internet.

Une bonne partie de ces tâches sont directement liées à nos missions de service public. Comme il est difficile de trouver ce qu’on cherche dans nos collections labyrinthiques, le conservateur constitue une interface souvent mise à contribution… ce que nous faisons avec plaisir, mais qui prend beaucoup de temps. Rechercher une pièce en particulier peut en effet être compliqué : les collections sont organisées par série, comme dans des archives et non décrites pièce à pièce. À cela, une raison : nous gérons des centaines de milliers d’œuvres, souvent jamais décrites – ce qui nous interdit de nous référer à une quelconque littérature –, quand un musée en a quelques centaines, tout au plus quelques milliers.

La recherche, en particulier, celle qui permet de rédiger les inventaires, c’est donc notre tâche de fond, mais nous devons pour la mener à bien être extrêmement bien organisés, et vigilants, pour ne pas nous laisser manger par les petites urgences du quotidien.

Le moment où vous vous êtes dit : je veux faire de la recherche ?

J’ai toujours trouvé l’activité de recherche fascinante. Mon père pratiquait la paléontologie, il était spécialiste des mammifères de l’éocène et a décrit de nouvelles espèces. La recherche est une activité qui a toujours été très mise en valeur dans mon milieu : les exemples que je recevais enfant étaient plus ceux de grands archéologues, de scientifiques ou de prix Nobel que de chefs d’entreprises ou de présentateurs de télévision ! Mais je n’ai jamais fait une fixation sur cela et, si je m’intéressais à l’histoire, j’étais tout aussi curieux de géographie ou de sciences – j’ai d’ailleurs passé un bac scientifique. Un premier choix s’est opéré quand j’ai décidé de suivre une classe préparatoire littéraire (et non scientifique) et surtout de préparer le concours de l’École des chartes – les documents historiques me fascinaient alors, et j’achetais déjà des livres anciens avec mon argent de poche de lycéen. Et il était clair pour moi en intégrant l’École des chartes que je le faisais pour les postes spécifiques. Attention, cela ne signifie pas que je méprise les postes plus administratifs ou le management, tout au contraire : je suis persuadé qu’il est de toute première instance que les équipes scientifiques puissent être dotées d’un projet stratégique clair, qu’elles soient suivies et encadrées, que des objectifs réalistes soient fixés et des comptes rendus : j’ai pu effectuer ces tâches en BU et dans la vie associative, elles sont loin de me rebuter et je suis prêt à les assumer de nouveau… si c’est dans ce milieu patrimonial où le manager est le chef d’orchestre, le maïeuticien qui aide organiser, à rendre plus efficaces et plus cohérents le travail et la recherche de son équipe.

Quel objet patrimonial de la BnF vous a particulièrement marqué ?

Je ne désire pas mettre en valeur un objet en particulier : je suis assez critique envers l’habitude de starifier telle ou telle pièce, tel ou tel artiste, ce qui, les abstrayant de leur contexte,  modifie complètement leur sens, crée des anachronismes, trompe le spectateur. Notre rôle de scientifique est au contraire de remettre en contexte, de rendre représentatif, de faire comprendre des phénomènes. À cet égard, le département des Estampes et de la Photographie est un objet patrimonial à lui tout seul : il est exceptionnel d’avoir conservé à travers les siècles le cabinet des rois de France et de pouvoir encore aujourd’hui travailler sur leurs collections, au sein d’une structure qui a continué à vivre sa vie, à grandir, à travailler. Le « cabinet des estampes » est le plus complet au monde par ses collections, c’est le témoin du savoir et des interrogations de nos ancêtres, c’est une référence mondiale, et c’est une merveille patrimoniale en soi, dont je m’émerveille chaque jour en y travaillant !

En-dehors de la BnF et de la recherche quels sont vos loisirs et passions ?

Je crois qu’il est important de rappeler qu’un chercheur est une personne comme une autre : les physiciens ne sont pas des savants fous, les historiens ne rêvent pas de vivre à Versailles sous Louis XIV…
Mes loisirs sont donc tout à fait banals : je lis, je pratique le badminton, je jardine, je vois mes amis… même si je dois bien avouer que j’écris également des articles et ouvrages qui ne sont pas en relation avec mon travail à la BnF, les soirs et les week-ends (histoire du livre, histoire du jansénisme…)
Je suis très actif sur les réseaux sociaux et prends part à la vie citoyenne et intellectuelle de notre temps. En particulier, je suis très impliqué dans le mouvement pour la connaissance libre, dans Wikipédia (j’ai présidé Wikimedia France pendant quatre ans) : là encore, il s’agit sans doute du symptôme du fonctionnaire mais je suis extrêmement attaché à la notion de bien public. Quand on reçoit, il faut donner en échange. Et quand de l’argent est dépensé, il faut qu’il le soit efficacement en maximisant ses retombées. Internet a énormément fait à cet égard pour le partage des connaissances et des données, mais il reste encore de nombreux sujets de travail en matière d’open data, open content, voire open gov – et j’ai la chance de pouvoir œuvrer sur des projets en étant entendu. La société évolue… mais lentement, ce qui est parfois frustrant quand des évolutions sont à la fois inévitables et largement bénéfiques à moyen terme.

Quelles sont vos plus belles réussites ?

Là non plus, je ne veux pas donner une impression fausse de notre métier : on fait rarement des « coups » et, quand on en fait, nous travaillons sur des sujets qui semblent tellement spécialisés à l’immense majorité de la population, que cela ne peut impressionner que notre petit milieu, constitué de quelques dizaines de personnes à peine. Contrairement à ce que font souvent croire les médias, la recherche ne se nourrit pas de réussites ponctuelles et éclatantes mais d’une multitude de petites avancées.

Sans doute a-t-on tendance, en tant que spécialiste, à accorder de l’importance à des sujets qui ne toucheraient personne d’autre que nous, mais trouver une nouvelle œuvre d’un graveur sur lequel on travaille depuis des semaines est un vrai plaisir qui illumine votre journée. De même quand, aux Archives nationales, on trouve enfin le contrat de mariage ou l’inventaire après décès de l’artiste : un coup au cœur accompagne cette joie de la découverte et cet espoir d’ouvrir une nouvelle porte qui apportera de l’inédit !

Car, encore une fois, soyons conscients que nous travaillons en terra incognita : c’est justement là que réside nos plus belles réussites, dans la capacité à faire resurgir la vie de quelqu’un, à lui redonner une valeur alors que la personne est morte et oubliée depuis trois siècles. Dernièrement, dans le cadre de l’IFF, j’avais ainsi à peine quelques pièces signées d’un certain « P. Leroy ». Chercher partout où peuvent se trouver des pièces signées de lui permet de créer un petit corpus. On cherche alors un début de biographie aux Archives nationales : j’ai eu la chance de trouver à la fois son acte de mariage et son inventaire après décès – car il est mort à 32 ans à peine. Ce dernier document donne une liste d’estampes trouvées dans son atelier – ce qui permet de lancer de nouvelles recherches pour retrouver ces pièces. On regarde également ce qu’on peut trouver dans d’autres grands cabinets d’estampes : le British Museum, le Rijksmuseum, etc. Découvrant qu’il était originaire de Blois, c’est l’occasion de demander de l’aide à quelques collègues : les archives du Loir-et-Cher ont ainsi pu déterminer sa date de naissance en découvrant son acte de baptême. En quelques jours, un individu complètement oublié reprend vie, un œuvre apparaît, des hypothèses peuvent être émises pour combler les trous (son arrivée à Paris grâce à un oncle orfèvre déjà sur place, un apprentissage chez le graveur de portrait Antoine Masson, dont il réalise le portrait…). Je ne pense pas révolutionner l’histoire de l’art en faisant cela, et Pierre Le Roy demeure un graveur de troisième ordre, mais c’est très satisfaisant et donne une image de plus en plus nette de la production d’image à cette époque, de la condition d’artiste – loin de la vision faussée que l’on peut avoir quand on ne présente que les chefs d’œuvres et les mêmes noms qui reviennent sempiternellement.

Quelles sont, selon vous, les principales qualités que doit avoir un chercheur ?

La première qualité est la curiosité. On ne cherche que parce qu’on désire savoir toujours un peu plus, qu’on désire creuser, qu’on ne se satisfait pas des zones d’ombre ou des explications qui n’en sont pas. Cette curiosité, on l’a par son caractère, par son éducation, mais on la crée aussi en soi en se posant les bonnes questions.

C’est là qu’intervient la seconde qualité : l’esprit critique, la capacité à remettre en cause ce qui a été dit, ce qui n’est pas suffisant, ce qui ne va pas assez loin, ce qui n’est pas cohérent. Quand ce qui a été publié ne vous satisfait pas, on ne se contente pas de le regretter mais, dans la mesure du possible, on reprend le problème à son origine.

Après, il faut bien sûr faire preuve de rigueur, avoir une bonne culture pour remettre immédiatement en contexte ses trouvailles et leur assigner leur véritable signification, une capacité de synthèse… et beaucoup de patience, une grande capacité de travail. Toutes qualités qui peuvent être personnelles mais qui s’acquièrent : malgré les critiques que l’on entend régulièrement sur le système français, le passage en khâgne et à l’École des chartes m’a semblé une formation excellente, qui donne toutes les bases nécessaires pour permettre à notre esprit de progresser.

Quelle place accordez-vous au hasard (opportunités, rencontres, chance…) dans votre travail de recherche ?

Elle est sans aucun doute très importante. Vous savez, on a souvent l’impression, dans la vie quotidienne, qu’on n’a jamais entendu parler d’un phénomène et que, dès qu’on en apprend l’existence, on le voit partout dans les journaux et dans les livres. Je vous donne un exemple, quand j’étais étudiant : en stage dans une bibliothèque italienne, je tire au hasard des rayonnages un livre en français. Il s’agit de l’édition de récits de voyages de Français qui se sont engagés dans la Compagnie néerlandaise des Indes orientales (VOC) et qui ont donc vécu en Asie du Sud-Est (Indonésie actuelle…) au XVIIe siècle : ces récits sont rarissimes, on n’en connaît que deux. Le mois suivant, dans les archives du ministère des Affaires étrangères, je découvre dans les papiers personnels d’un commis des années 1660 un texte auquel personne n’a jusqu’alors prêté attention et qui n’a, a priori, rien d’exceptionnel : mais, en réalité, il s’agit d’un troisième récit d’un marin français de la VOC, inconnu jusqu’alors. Il est rédigé par un marin qu’on connaissait pour avoir été l’un des premiers Français du Québec, mais nous ignorions tout de sa jeunesse néerlandaise et des événements dont il parle ! C’est un texte fascinant, que je dois prochainement publier après l’avoir donné comme sujet d’étude à un étudiant de master, et que je n’aurais jamais remarqué si je n’avais pas pris ce livre au hasard un mois avant à Venise.

Il en est de même des rencontres, évidemment : je dois énormément non seulement à mes maîtres mais à de nombreux collègues que j’ai rencontrés ici et là. C’est par ces échanges que nous évoluons, approfondissons nos approches, découvrons des nouvelles questions. Lire les travaux des autres – y compris dans des disciplines pouvant paraître éloignées de la nôtre – et discuter avec de beaux esprits reste la meilleure manière de progresser soi-même !

  1. NDR : Rémi Mathis et Valérie Sueur-Hermel, Animal, [Paris] : Bibliothèque nationale de France, DL 2014, 164 p. ISBN 978-2-7177-2615-2 []
  2. NDR : Robert Nanteuil, Poèmes et Maximes, éd. R. Mathis, Paris, Comité national de l’estampe, 2016, 24 p. ISBN 979-10-96279-01-2. L’ouvrage s’acquiert par correspondance auprès de la rédaction des Nouvelles de l’estampe, dans leurs bureaux du département des Estampes de la BnF et dans une sélection de points de vente. Edition limitée à 500 exemplaires, numérotés. 8 € []
  3. Florilège : Jardin extraordinaire / choix et présentation de Rémi Mathis, [Paris] : Bibliothèque nationale de France, 2016, 48 p. []
  4. NDR : Images du Grand siècle : l’estampe française au temps de Louis XIV, 1660-1715 : [exposition, Paris, Bibliothèque nationale de France, site François Mitterrand, galerie 1, 3 novembre 2015-31 janvier 2016, Los Angeles, Getty center, 16 juin-6 septembre 2015] / [organisée en collaboration avec The Getty research institute] ; [catalogue] sous la direction de Rémi Mathis, Vanessa Selbach, Louis Marchesano et Peter Fuhring, Paris : Bibliothèque nationale de France ; Los Angeles : The Getty research institute, DL 2015, 271 p. ISBN 978-2-7177-2663-3 []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Soutenance de thèse d’Isabelle Delorme

Le lundi 12 décembre 2016, Isabelle Delorme, chercheur associé de la BnF, titulaire de la bourse de recherche Mark Pigott 2016 mention « Histoire, l’Art et l’histoire de l’art », soutient sa thèse intitulée Les récits mémoriels historiques : mémoire individuelle et mémoire collective du XXe siècle en bande dessinée menée sous la direction de Madame Laurence Bertrand Dorléac.

prisonniers_de_guerre_laurens_jean-pierre_bpt6k96078058
Prisonniers de guerre / par Jean-Pierre Laurens. Disponible en ligne, url : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k96078058>

Thèse

Un nouveau genre est apparu en bande dessinée, le récit mémoriel historique. Il retrace la mémoire d’un individu, celle de l’auteur (Marjane Satrapi Persépolis) ou de l’un de ses proches (Art Spiegelman Maus), au sein d’un événement historique majeur des XXe et XXIe siècles. Cette création artistique, en mots et en images, repose sur la nécessité de transmettre un passé le plus souvent familial. Le caractère intime et personnel de ce type d’album induit qu’un récit mémoriel historique est, sauf exception, l’oeuvre d’un unique auteur, qui en réalise le scénario, le dessin et éventuellement, la mise en couleur. L’engagement moral de ne pas trahir la mémoire
invoquée conduit ce dernier à mener d’importantes recherches documentaires et à restituer, le plus objectivement possible, les faits, personnels et historiques.

Le récit mémoriel historique en bande dessinée est l’expression d’une mémoire individuelle, représentative de la mémoire collective. L’apparition de ce nouveau genre est à mettre en relation avec l’intérêt croissant porté à la mémoire depuis la fin du XXe siècle. Il est, en quelque sorte, un marqueur visuel et narratif de l’« activisme mémoriel » mis en lumière par Henri Rousso. Il crée une mémoire imagée, laquelle est une mémoire traumatique où l’image est prédominante ; cette dernière, dessinée voire photographique, interagit avec le texte et impressionne durablement. Ces albums sont critiques, fidèles aux évènements et conformes à l’historiographie. Leur publication influence l’image que nous nous faisons des faits historiques. Maus, seul album au monde a avoir reçu un prix Pulitzer (1992) a ainsi contribué à un profond changement du regard porté sur la Shoah.

Soutenance

La soutenance se tiendra le lundi 12 décembre 2016 à 14h30 au Centre d’histoire de Sciences Po salle de réunion, 3e étage
199, boulevard Saint-Germain, Paris 7e

Le jury sera composé de :

  • Mme Laurence Bertrand Dorléac, Professeur, Sciences Po Paris
  • M. Jacques Dürrenmatt, Professeur des universités, Université Paris Sorbonne
  • M. Mark McKinney, Professeur, Miami University, États-Unis
  • M. Denis Peschanski, Directeur de recherche au CNRS, Centre d’histoire sociale du XXe siècle

Mise à jour du 12 décembre :
Malgré la disparition des mentions autrefois attribuées1, le président du jury a précisé que le jury était « très très satisfait » et aurait délivrer une mention si elles existaient encore.

Enregistrer

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Soutenance de thèse de Cécile Kubik, musicien chercheur invité Pasteur Vallery-Radot 2014-2015

Le mardi 15 novembre, Cécile Kubik, musicien chercheur associé de la BnF soutient sa thèse du doctorat de musique Recherche et pratique, menée conjointement à l’université Paris-Sorbonne et au Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris (CNSMDP).

Avant d’évoquer la thèse, faisons un petit rappel concernant ce statut dont bénéficiait Cécile Kubik à la BnF. En 2013-2014 la BnF élargissait en effet son dispositif d’accueil de chercheurs associés aux interprètes et musiciens chercheurs en créant le statut de musicien chercheur associé. C’est cette même année que la candidature de Cécile Kubik fut retenue pour son projet intitulé De la recherche à l’interprétation : les sonates françaises pour piano et violon (1800-1870).

En 2014-2015, sur proposition d’un jury ad hoc, le Président de la BnF a attribué l’une des bourses BnF – Pasteur Vallery-Radot à Cécile Kubik. Dotées de 10.000 euros, grâce au legs de la famille Pasteur Vallery-Radot, ces bourses sont attribuées chaque année depuis 2004 aux chercheurs associés les plus méritants de la Bibliothèque et dont les travaux de recherche portent principalement sur les collections de la BnF.

Désormais, la soutenance de thèse marque une nouvelle étape dans le cursus destiné aux interprètes menant une recherche pour et à travers l’interprétation.

duo_avec_violoniste_et_pianiste_btv1b69041755
Duo avec violoniste et pianiste par Georges Desvallières. Source : Gallica, http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b69041755

Thèse

Menée sous la direction de Jean-Pierre Bartoli, par une double approche, musicologique d’une part et d’interprète d’autre part, la thèse intitulée Penser l’interprétation des sonates françaises pour piano et violon au XIXe sièclevise à appréhender le langage musical de différents compositeurs et leurs codes stylistiques implicites, pour les restituer au mieux. Elle propose à cet effet la sélection d’un corpus de sonates représentatives des diverses tendances au long du siècle.

La sonate française pour piano et violon connaît en effet une considérable évolution au cours du XIXe siècle, depuis les exemples méconnus de l’Empire et de la Restauration jusqu’à la fin du siècle où son renouveau apparaît clairement.

L’étude des nombreuses sources, par exemple les méthodes de violon parues à cette époque, fournit d’innombrables indications techniques éclairant les modes de jeu appropriés, tel l’usage du vibrato, du port de voix ou encore des ornements. Un important effort de contextualisation – témoignages sur les créateurs des œuvres, presse musicale, environnement artistique, politique, vient compléter le travail mené sur l’évolution des instruments, du public ou des espaces acoustiques. Ces solides éléments musicologiques étayent la mise en pratique musicale concrète, lors de concerts, sur instruments d’époque comme modernes.

Le rôle et la place de l’interprète ont été questionnés, tant aujourd’hui qu’au XIXe siècle, ainsi que les problèmes inhérents à la notion d’authenticité, pour éviter d’aboutir à un monolithique ‘style XIXe‘. L’ambition de cette recherche était d’offrir une interprétation nouvelle de ces sonates françaises, propre à en susciter une écoute renouvelée ; une lecture consciente aussi bien de la genèse des œuvres que des conditions de leur représentation contemporaine.

Comme l’écrit Cécile Kubik, la thèse « considère la double inconnue d’un répertoire et d’un jeu violonistique encore inexplorés. Elle dévoile les sonates de cette période, mais questionne aussi leur interprétation. Une étude historique est menée sur le jeu des violonistes français : base de données, inventaires inédits, analyse de sources et témoignages, notamment un vaste corpus de traités de violon et les partitions annotées du fonds Baillot de la BnF, éclairent leur pratique à la lumière de multiples paradigmes. L’ambition est de construire aujourd’hui, violon en main, une interprétation de ces sonates méconnues et, avec la création d’outils destinés aux interprètes et aux scientifiques, d’œuvrer à leur diffusion. »

young_woman_with_violin_btv1b84339354
Young woman with violin : jeune violoniste / Orazio Gentileschi. Source : Gallica, http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b84339354

Programme de la soutenance

S’agissant d’un doctorat d’artiste chercheur1, la soutenance allie une soutenance de type académique à un récital public.

  • Lundi 14 novembre 2016, 19h, Philharmonie 2, Paris : récital public associé à la soutenance, avec des pianos forte des collections du Musée de la musique de Paris,  aimablement mis à disposition
  • Mardi 15 octobre 2016, 14h, Salon Vinteuil du CNSMDP : soutenance académique

Le jury sera composé de personnalités universitaires autant que musicales :

  • M. Bruno Mantovani, compositeur, chef d’orchestre, directeur du Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris
  • M. Jean-Pierre Bartoli, Professeur à l’université Paris-Sorbonne
  • M. Christophe Coin, violoncelliste, gambiste, professeur au CNSMDP
  • Mme Cécile Reynaud, conservateur en chef au département de la Musique de la Bibliothèque nationale de France, directeur d’études en musicologie à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes (section Sciences historiques et philologiques)
  • M. Jean-Jacques Kantorow, violoniste, chef d’orchestre
  • M. Guy Gosselin, Professeur à l’université François-Rabelais de Tours, Président de la Société française de musicologie

Entrée libre sans réservation

Mise à jour du 23 novembre 2016 : à l’issue des deux épreuves constituées d’un récital à la Philharmonie de Paris et de la soutenance académique, le jury a décerné à Cécile Kubik la mention très honorable avec les félicitations du jury. Elle revient sur cette soutenance dans son site, à la page : http://www.cecilekubik.fr/recherche/docteure/

Enregistrer

  1. Cécile Kubik, « A propos du doctorat de musique « Recherche et pratique » », Carnet de la revue Hermès, 1er décembre 2015. Disponible en ligne url : <https://hermes.hypotheses.org/44>. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

« Habiter la BnF » : un projet de recherche inédit sur les publics du Haut-de-jardin

Durant 6 mois une équipe de chercheurs en sciences sociales (du Groupe de recherches interdisciplinaires sur les processus d’information et de communication , GRIPIC/CELSA) est allée à la rencontre des usagers du Haut-de-jardin, niveau tous publics du site François-Mitterrand de la BnF.

Qui sont-ils ? Comment habitent-ils les espaces ? Pour quelle finalité, quels projets ? Quel est leur rapport aux collections, aux bibliothécaires ? Les entretiens réalisés par Joëlle Le Marec et Judith Dehail, avec l’aide des photographies d’Igor Babou, montrent le lien très fort de ces publics à l’institution, pour la sécurité et la légitimité qu’elle leur offre.

Le rapport du projet de recherche est disponible en ligne, à l’adresse url : <http://www.bnf.fr/documents/rapport_habiter_bnf.pdf>.
Y sont publiés les éléments du rapport de Joëlle Le Marec et Judith Dehail susceptibles d’intéresser largement chercheurs en sciences sociales et acteurs des bibliothèques et des institutions culturelles.
Les préconisations concrètes, à visée d’abord interne et opérationnelle, tenaient lieu de conclusion du rapport remis à la Bibliothèque nationale de France et n’ont pas été reprises dans le document.

Par ailleurs une vidéo illustre le projet et le terrain d’étude. Elle est accessible sur la chaîne YouTube de la BnF :

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Coline Arnaud

Histoire culturelle de la pâtisserie : facteurs et enjeux de la démocratisation du sucré entre 1870 et 1914

La pluralité des domaines d’investigation de l’histoire culturelle (Jean-Pierre Rioux ; Laurent Martin et Sylvain Venayre ; Pascal Ory) intègre depuis une vingtaine d’années l’étude de l’alimentation et plus spécifiquement du repas. Résultat d’un processus social complexe, la commensalité et ses représentations renouvellent l’analyse historique, en l’enrichissant de phénomènes ethnologiques, anthropologiques et culturels. Dans la lignée de l’Ecole des Annales théorisée par Fernand Braudel, Lucien Febvre et Marc Bloch, la gastronomie participe à une conception transdisciplinaire du fait historique. Cette réhabilitation du « manger » en tant qu’acte collectif ou individuel est issue d’une vaste réflexion impliquant un intérêt croissant pour le folklore, les usages et coutumes des civilisations occidentales dont les pratiques culinaires, les arts et les manières de tables constituent un axe fondamental, par le biais d’ouvrages fondamentaux comme Pour une histoire de l’alimentation en 1970.

Si les sciences et l’histoire de la gastronomie se sont aujourd’hui structurées dans le domaine universitaire français et font l’objet d’une reconnaissance publique et institutionnelle évidente grâce, entre autre, au classement du repas des Français au patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO, l’étude du gâteau et plus largement du dessert reste largement inexploré. Plusieurs études s’intéressent, depuis la diffusion du sucre en Occident à la Renaissance (Jean-Louis Flandrin, Jean Meyer), aux impacts sociologiques de sa consommation (Marie-Sylvie Billaux, Sidney Mintz) et témoignent des nombreux débats interrogeant ses valeurs diététiques, religieuses, mais également subversives, entre médicament et poison. Ces écrits permettent de juger de la place croissante du dessert dans les modes alimentaires, au point de dépasser le cadre institué du repas, par le plaisir coupable du grignotage solitaire, encouragé par l’essor de la confiserie, puis du goûter.

Ces temps de dégustations et les mets qui les caractérisent ne font l’objet d’aucune référence bibliographique très précise. Pourtant, une étude de ces phénomènes paraît essentielle pour comprendre la
place prépondérante attribuée à la consommation du sucre dans nos sociétés contemporaines, et expliquer ainsi des tendances actuelles fortes comme la réhabilitation des salons de thé en Europe comme en Orient, ou la popularisation croissante de la fabrication pâtissière, résultat d’une médiatisation littéraire et télévisuelle sans précédent.

Cette étude se propose donc de revenir aux origines possibles de cette démocratisation du sucré, en se concentrant sur la France, alors référence incontestée de la haute cuisine, et sur la période charnière de 1870-1914. Le début du XIXe siècle est en effet marqué par les théories ornementales de Carême, synthétisant elles-mêmes une tradition décorative du dessert depuis les pièces monumentales de la
Renaissance italienne jusqu’aux oeuvres de Gilliers et de Beauvilliers. Le travail de Carême repense les fondements du métier de pâtissier. Ce statut d’artisan évolue vers une ambition artistique et esthétique qui transforme le produit de sa création en une oeuvre architecturale ou picturale. Les pâtissiers des générations suivantes se positionnent comme des passeurs de ces thèses rénovatrices, militant pour une
reconnaissance accrue des institutions artistiques et politiques. Cette génération cultive à la fin du siècle une nostalgie de cette époque « bénie », cet « âge d’or » gastronomique où « [d]es gourmets, des appréciateurs, voilà ce qu’il y avait et ce qu’il nous faudrait pour arriver à la perfection » (Granvillier, L’art culinaire comparé, 1894). L’aristocratie déclinante est considérée alors comme le seul public capable d’apprécier la beauté pour sa seule valeur esthétique et envisager le luxe comme un art de vivre indispensable. Néanmoins, en 1870, la cohabitation de cette nostalgie avec l’avènement et l’affermissement de la IIIe République et les profonds changements économiques, provoque de nombreux débats au sein même de la profession, entraînant une modification profonde du rôle et de l’avenir du pâtissier. Ces bouleversements questionnent la survie même de la profession, et sa faculté à s’adapter aux enjeux synthétisés par le concept de « modernité » de la deuxième révolution industrielle. Les réponses proposées par la nouvelle génération de chefs, ou implicitement imposées par les contraintes du marché économique, ouvrent des perspectives inédites pour la pâtisserie du XXe siècle. Facteur principal de ce renouvellement, la démocratisation du dessert est en marche, interrogeant les rapports du métier au public, au lieu de vente et aux produits qu’il consomme.

exportDésormais productrice de ses propres modèles, la bourgeoisie instaure depuis les années 1850 de nouveaux rites sociaux déplaçant les temps de consommations du sucre vers l’après-midi et le soir par le biais du goûter et du lunch. Les femmes, symboliquement et socialement associées au sucre initient ce renouvellement, se créant ainsi de nouveaux espaces d’expression qui leur sont réservés. Consommatrices privilégiées de ces lieux de ventes et de dégustations, elles en définissent également les codes et les
tendances, dans un subtil jeu de dialogue entre l’offre et la demande. La reconnaissance progressive des droits et du statut de l’enfant contribuent également à influencer un marché économique qui désormais s’adresse à lui, tout comme aux classes ouvrières dès les années 1880.

Le produit, évolue également, sous l’influence croisée de l’essor de la biscuiterie et du patriotisme culinaire, qui oeuvre pour une réhabilitation du patrimoine gastronomiques français. L’essor des
restaurants et du dessert à l’assiette, la modernisation des moyens de production en usine comme dans l’espace domestique, redéfinissent les règles de fabrication d’un produit qui se simplifie dans le fond tout
en conservant sa spécificité décorative. Cette fonction ornementale et la dichotomie fond-forme et signifiant-signifié qu’elle suggère constituent le point central de ce processus complexe et potentiellement irrésolu de la possible et nécessaire démocratisation de la pâtisserie.

Dans le cadre d’une étude en histoire culturelle, la richesse et la diversité des fonds nécessaires à la contextualisation se doit de choisir des formes de représentations nécessairement diversifiées. Le processus de recherche se fonde donc sur le croisement des collections, permettant la création de liens inexistants entre différents départements de la BnF. La richesse des fonds retenus implique une sélection, se concentrant prioritairement sur les bornes chronologiques de 1870 à 1914, marquant l’avènement de la IIIe République jusqu’à la parenthèse historique de la 1ère Guerre Mondiale. La pâtisserie est envisagée dans son acception la plus large, c’est-à-dire en tant que produit, lieu de fabrication, mais également technique et profession. La disparition des corporations en 1791 et la législation favorisant la liberté d’entreprendre impliquent que la pâtisserie se conçoit légalement dès le début du XIXe siècle comme un métier diversifié pouvant se décliner sous les appellations de traiteur, de confiseur, de glacier ou de biscuitier. Si la fabrication du pain reste l’apanage des boulangers, la viennoiserie intègre progressivement la carte des pâtisseries et les relations conflictuelles entre ces deux métiers restent un fait à étudier, par le biais notamment d’articles de presses et d’arrêtés judiciaires.

La_Salle_à_manger_Revue_bpt6k938284nLe premier axe de ces recherches s’est construit autour de la confrontation du discours de l’élite gastronomique parisienne représentée par la Société des Cuisiniers Français avec la presse régionale professionnelle. Cette étude repose sur l’analyse d’un corpus comprenant trois revues culinaires généralistes (L’Art culinaire, Le Pot au feu et La Salle à manger), constituant une synthèse des voix, de l’élite des chefs à l’amateur éclairé, dans le domaine de la cuisine, de la pâtisserie, mais également des arts de la table et du bien recevoir entre 1883 et 1933. Par ailleurs, sur le fonds de 30 notices de périodiques spécialisés recensés au département Sciences et techniques, issus de la Chambre professionnelle des métiers de l’artisanat dès 1804, puis des chambres syndicales régionales à partir des années 1880, mon sujet se concentre sur une sélection de 15 titres.

Le_Journal_des_confiseurs_pâtissiers_bpt6k62660874Les ressources techniques de ces magazines professionnels sont complétées par une approche d’un autre fonds constitué des livres de recettes conservés conjointement aux départements Sciences et techniques et Littérature et art. Représentative des tendances éditoriales des XIXe et XXe siècles, ma période d’étude ne comprend que 12 manuels uniquement dédiés à la pâtisserie. En dépit de la revalorisation du métier par Carême en 1815 dans Le pâtissier national parisien, les ouvrages de 1870 à 1939 privilégient l’exhaustivité en abordant chaque aspect du repas. Symboles de l’économie bourgeoise et de l’avènement du rôle prépondérant de la maîtresse de maison, les ouvrages retenus s’adressent à 80% à des ménagères de petites ou moyennes conditions, comme en témoigne la réduction des formats et du prix de vente, significative entre 1870 et 1915. Les multiples rééditions de ces ouvrages écrits par des chefs parisiens, puis régionaux et enfin par des cuisinières sont complétées par une littérature professionnelle se raréfiant progressivement. Elle est composée de 8 publications luxueuses signées de professionnels issus principalement des grandes maisons aristocratiques étrangères ou de la nouvelle hôtellerie de luxe tels Urbain Dubois, Gustave Garlin, Pierre Lacam. Comprenant une abondante iconographie et de très nombreuses recettes (956 en moyenne sur une étude de 8 livres) ces éditions coûteuses sont relayées par des encyclopédies de vulgarisation scientifiques, telles que la collection Roret, qui évolue vers le manuel professionnel et commercial (1928), le dictionnaire (Larousse gastronomique de Montagné et Salles) puis vers le livre d’apprentissage, après la création du CAP pâtissier-boulanger en 1911.

Polka_des_crêpes_-_pour_Bonnamy_Émile_btv1b90763449Une première approche du fonds conservé au département de la Musique a révélé la présence de 73 notices de musique imprimée comprenant notamment des partitions et des textes de vaudeville autour de la thématique de la pâtisserie entre 1870 et 1939. Ce nombre considérable mérite une étude permettant de comprendre l’origine de cet engouement pour la figure du patronnet, le jeune apprenti pâtissier présent dans 79% des titres inventoriés, ainsi que pour la métaphore féminine du gâteau, en vogue dans la chanson populaire du début du siècle. Par ailleurs, une étude des collections de Recueils et notamment des catalogues Manufrance ou des grands magasins du Louvre ouvrira de nouvelles perspectives sur les liens certains entre ce mouvement de démocratisation et la vente par correspondance. Ces catalogues possédant une iconographie très riche permettraient également d’observer les évolutions de formes et de factures des moules, métonymie des mutations des goûts et des tendances du métier sur cette période d’étude.

Abécédaire_des_petits_gourmands_par_Dufrénoy_Adélaïde-Gillette_bpt6k5418385vEnfin, un recensement des collections conservées au département « Littérature et arts » comme des abécédaires ou des premiers magazines pour enfants permettra de mettre en valeur les liens entre les évolutions du discours diététique autour du sucre, le transfert de cible de la femme à l’enfant dans les publicités de la nouvelle industrie biscuitière française, la mode du goûter à l’anglaise puis du goûter scolaire avec cet important mouvement de popularisation de la pâtisserie au tournant des XIXe et XXe siècles. Ces collections d’imprimés sont à comparer avec les fonds d’éphémères et notamment de menus détenus par le département des Estampes entre autres. Une étude est donc actuellement en cours sur les menus de la Collection Braun comprenant 30 cartons. Ces derniers sont tout particulièrement représentatifs des modes alimentaires sur la période 1870-1914, grâce à un échantillon de plus de 550 feuilles issues aussi bien de la classe politique et des voyages diplomatiques que des cérémonies sociales ou religieuses marquant la vie quotidienne du XIXe siècle.

L’analyse de ce fond prouve son exception. Il regroupe en effet des pièces uniques comme des menus présidentiels mais également des corpus de 20 pièces permettant de retracer l’évolution des plats proposés par un même restaurant sur une période de 10 à 20 ans. Cet ensemble devrait permettre de confirmer certaines tendances culinaires comme la mode du chester pudding dénotant une forte anglomanie et l’appropriation française d’un patrimoine culinaire étranger. Par ailleurs, la terminologie des mets sucrés, leur place au sein même du repas et leur nombre sont autant de facteurs reflétant la progression du dessert à l’assiette et des entremets comme l’essor du biscuit individuel. Ces premiers constats tissent de nouveaux liens entre pâtisserie et patrimonialisation du culinaire, facteur possible de l’émancipation progressive du dessert de toute considération ornementale.

Par ailleurs, afin de saisir les phénomènes sociaux et culturels évoqués dans toute leur complexité, il parait nécessaire de compléter cette étude des représentations par une analyse des objets. Dans la lignée des travaux de Daniel Roche, cette étude se propose donc de confronter les sources imprimées ou manuscrites de la BnF avec des fonds d’objets, témoins des pratiques ne relevant ni de la figuration ni de la dénotation. Le rapport à l’objet, son lien culturel et social avec l’évolution des habitudes de table permet de saisir également les progrès techniques et industriels effectués dans le domaine de la ferronnerie et de la dinanderie, comme la création de nombreuses maisons spécialisées dans la ferblanterie (Dehillerin, Gobel, Létang et fils, etc.). Le musée des Arts Décoratifs, le MUCEM et les musées de Strasbourg et de Metz, sont les détenteurs d’une importante collection de moules, et d’ustensiles de cuisine de la période étudiée. Leur comparaison permet d’esquisser une autre histoire du sucré, basée sur la symbolique du geste associé à l’usage quotidien de chaque objet.


Images :

1 : « Forteresse en biscuit » et « Panier aux oeufs de Pâques », dans Grand livre des pâtissiers et des confiseurs (4e édition) / par Urbain Dubois,…, p. 193. Disponible en ligne, url : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5494326z>.

2 : La Salle à manger. Revue de la table et de l’office. Disponible en ligne, url : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k938284n>.

3 : Le Journal des confiseurs, pâtissiers, glaciers, fabricants de chocolats, biscuits, fruits confits, confitures, conserves, etc. : organe mensuel, technique, professionnel pour ces industries et celles qui s’y rattachent / rédacteur en chef F. Barthélemy. Disponible en ligne, url : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k62660874>.

4 : Polka des crêpes : pour piano / Emile Bonnamy ; [ill. par] Faria. Disponible en ligne, url : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b90763449>.

5 : « Beignets », dans Abécédaire des petits gourmands, par Mme Dufrénoy… Disponible en ligne, url : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5418385v>.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts