Archives de catégorie : Hors les murs

Hommage à Emmanuel Le Roy Ladurie, 13/2

À l’occasion de la publication de la biographie de l’historien, Emmanuel Le Roy Ladurie : une vie face à l’histoire, écrite par Stefan Lemny (BnF), et publiée par les Editions Hermann, le Centre de Recherches Historiques organise une séance en hommage à Emmanuel Le Roy Ladurie, ce mardi 13 février, de 15h à 17h, dans la salle Lombard, 96, Bd. Raspail.

Programme

  • Alain Guery : « Une ethnographie historique de la société française, XIVe-XVIIIe siècle »
  • Stefan Lemny : « Les défis de la biographie d’un historien »
  • Emmanuel Le Roy Ladurie : « Témoignage d’un ancien directeur du CRH »
  • La séance sera animée par Fanny Cosandey, Béatrice Delaurenti et Thomas Le Roux.

Rappelons que le Centre de recherches historiques est un laboratoire de l’EHESS et du CNRS (UMR 8558) fondé en 1949 par Fernand Braudel. Emmanuel Le Roy Ladurie, disciple de Fernand Braudel, lui succéda au Collège de France.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Sciences pour tous, 1850-1900

En écho à l’exposition Sciences pour tous, 1850-1900, présentée du 25 avril 2017 au 27 août 2017 sur le site François-Mitterrand de la Bibliothèque nationale de France, un site web est publié à l’adresse url : http://expositions.bnf.fr/sciencespourtous/.

Sa direction scientifique a été  assurée par Michel Netzer, directeur du département Sciences et techniques, Marie Boissière, chargée de collections, département Sciences et techniques et Anne Boyer, chargée de collections, département Sciences et techniques.

Très iconographique, le site propose un accès chronologique :

  • années 1850 : création de nombreuses revues qui popularisent les sciences : Cosmos (1852), La science pour tous et l’Année scientifique et industrielle (1856).
  • 1863 : Jules Verne publie son premier roman : Cinq semaines en ballonw.
  • 1864 : création par Edouard Charton de la Bibliothèque des merveilles.
  • 1873 : création de la revue La Nature par Gaston Tissandier.
  • 1879 : Camille Flammarion publie son Astronomie populaire.
  • 1889 : Exposition universelle à Paris où les visiteurs découvrent la Tour Eiffel.
  • 1890-1891 : publication de La science amusante de Tom Tit qui aura de très nombreuses éditions jusqu’en 1914.

Un accès thématique fournit des entrées (diffusion, pédagogie, nature, médecine, voyage, techniques) permettant de consulter une importante iconographie commentée et des focus.

En complément une web série de 14 vidéos est également publiée : chaque épisode porte sur différentes thématiques retraçant l’histoire de la science populaire dans la seconde moitié du XIXe siècle, de la médecine à la chimie, en passant par l’hygiène et l’aéronautique.

Sciences dans les journaux.

La féerie scientifique.

Des vulgarisateurs engagés

Mademoiselle Lili.

La science amusante.

La vie sur Mars.

L’histoire d’une bouchée de pain.

L’hygiène pour tous.

Le livre d’or de la santé.

L’invention de l’automobile.

Un triste record.

Le roman scientifique.

L’invention du cinématographe.

Le Globe Céleste.

Par ces productions, la BnF contribue à sa façon à la stratégie nationale de la culture scientifique, technique et industrielle1.
  1. Remise de la Stratégie nationale de la culture scientifique, technique et industrielle, url : <http://www.culturecommunication.gouv.fr/Thematiques/Enseignement-superieur-et-Recherche/La-culture-scientifique-et-technique/Remise-de-la-Strategie-nationale-de-la-culture-scientifique-technique-et-industrielle>. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Année Claude Debussy : ressources de la BnF

Ce 19 janvier 2018, un concert donné par Daniel Barenboim à la Philharmonie de Paris en présence du président français et de la chancelière allemande a marqué le lancement de la commémoration du centenaire de la mort du compositeur Claude Debussy (22 août 1862 – 25 mars 1918). Ce centenaire est l’occasion de mentionner les ressources disponibles à la Bibliothèque nationale de France (BnF).
Claude Debussy, tirage de démonstration de l’Atelier Nadar

Le jour anniversaire de la mort du compositeur, soit le 25 mars, se tiendra une « Nuit blanche Debussy ». Le ministère de la Culture prévoit la publication prochaine d’un site internet1 pour signaler  tous les événements de la commémoration qui durera jusqu’au 25 mars 2019.

Rappelons que la Bibliothèque nationale de France s’était mobilisée à l’occasion du centenaire de sa naissance en présentant une exposition sur le site Richelieu, galerie Mansart, du 22 juin au 30 septembre 19622 dont le commissariat était assuré par le musicologue, spécialiste de Debussy, François Lesure, conservateur au département de musique de la Bibliothèque Nationale3.

Est-il besoin de rappeler que c’est à François Lesure que l’on doit la création du Centre de documentation Claude Debussy4 – aujourd’hui hébergé dans les locaux du département de la Musique de la Bibliothèque nationale de France depuis 1996 – et ses Cahiers Debussy 5. François Lesure fut aussi l’initiateur de l’édition critique des œuvres complètes6 et de l’édition de la correspondance générale de Claude Debussy7 et l’auteur de travaux pionniers parmi lesquels l’édition du catalogue de l’œuvre8 et d’une biographie critique du compositeur9.

Dans l’attente du calendrier des événements, signalons d’ores et déjà le cycle de neuf conférences Claude Debussy, Claude de France10 organisé par la Philharmonie de Paris et au cours duquel interviennent nos collègues de l’Institut de recherche en musicologie (IReMus, CNRS, Université Paris-Sorbonne, Bibliothèque nationale de France, Ministère de la Culture) Denis Herlin et Myriam Chimènes. Le premier, qui a œuvré avec François Lesure pour l’établissement de la correspondance de Debussy11, a évoqué ce 11 janvier L’univers symboliste de Debussy : la Librairie de l’Art indépendant (1890-1895)12. Le 25 janvier, Myriam Chimènes a dressé le portrait de La société parisienne et la carrière de Debussy13. Jeudi 5 avril, Denis Herlin interviendra de nouveau : A la recherche de couleurs orchestrales : du Prélude à l’après-midi d’un faune aux trois Nocturnes14.

Mais alors que s’achève le Week-end Debussy 100 à la Philharmonie de Paris, donnons à voir quelques-unes des ressources de la BnF, notamment au travers de la base de données sémantique de la BnF, data.bnf.fr15, qui, si elle ne moissonne pas l’intégralité des recensements de collections de la BnF, permet de visualiser la richesse et la variété d’un grand nombre d’entre elles.

Ainsi, au jour où nous publions, le site propose :

  • 7 499 documents liés à la notice d’autorité de Claude Debussy dont 656 sont numérisés et donc consultables dans Gallica, la bibliothèque numérique de la BnF ;
  • 818 documents au sujet de Claude Debussy.

Le site data.bnf.fr, exploitant les codes de fonction attribués aux rôles de Claude Debussy dans les notices descriptives des 7 499 documents, offre la répartition suivante :

C’est ainsi que tout un chacun peut accéder et  déchiffrer la musique de Claude Debussy sur ses manuscrits musicaux, comme le donne à voir cet extrait de La Mer (accès au manuscrit complet en cliquant sur l’image) :

La mer : trois esquisses symphoniques pour orchestre : 4 mains : manuscrit autographe de Claude Debussy

Celui qui souhaite élargir sa recherche peut consulter les notices suivantes permettant de rebondir sur les notices bibliographiques qui leurs sont  liées dans les bases citées :

  1. Dans l’attente du site web, Claude Debussy figure sur la page des Commémorations nationales 2018 du portail des archives de France, FranceArchives, avec une notice qui renvoie à celle du 150e anniversaire de la naissance du compositeur, url : <https://francearchives.fr/fr/commemo/recueil-2018/82601648>. []
  2. Lesure, François, Claude Debussy, Paris : Bibliothèque Nationale, 1962, 1 vol. (72 p.-8 p. de pl.). Disponible en ligne, url : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6456586n/f10.image>. []
  3. « François Lesure », Wikipédia. Disponible en ligne, url : <https://fr.wikipedia.org/wiki/Fran%C3%A7ois_Lesure>. []
  4. Cf. son site internet : http://www.debussy.fr/cdfr/centre/centre.php []
  5. Cf. http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb34378787n []
  6. Œuvres complètes de Claude Debussy, Paris : Durand : Costallat, cop. 1985-, http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb395806552 []
  7. Lettres : 1884-1918 / Claude Debussy ; réunies et présentées par François Lesure, Paris : Hermann, 1980. Rééd. Paris : Hermann, 1993. Rééd. [Paris] : Gallimard, impr. 2005. []
  8. Catalogue de l’œuvre de Claude Debussy, Genève : Minkoff ; [Paris] : [diffusion Frankelve], 1977. []
  9. Claude Debussy : biographie critique, [Paris] : Klincksieck, 1994. []
  10. Cf. programme en ligne, url : <https://philharmoniedeparis.fr/fr/programmation/culture-musicale/cycles-et-seances-de-culture-musicale/claude-debussy-claude-de-france>. []
  11. Nous renvoyons à l’entretien qu’il donna à Florilettres au moment de la parution de la correspondance : « Entretien avec Denis Herlin. Propos recueillis par Nathalie Jungerman », Florilettres, 1er septembre 2005. Disponible en ligne, url : <http://www.fondationlaposte.org/florilettre/entretiens/entretien-avec-denis-herlin-propos-recueillis-par-nathalie-jungerman/>. []
  12. Cf. https://philharmoniedeparis.fr/fr/activite/college/18342-claude-debussy-claude-de-france []
  13. Cf. https://philharmoniedeparis.fr/fr/activite/college/18344-claude-debussy-claude-de-france. []
  14. Cf. https://philharmoniedeparis.fr/fr/activite/college/18348-claude-debussy-claude-de-france. []
  15. Cf. http://data.bnf.fr/. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Archives du patrimoine écrit / Patrimoine écrit des archives

Les Archives nationales, la Bibliothèque nationale de France et l’Institut national du patrimoine organisent un séminaire intitulé Archives du patrimoine écrit / Patrimoine écrit des archives avec le soutien du Labex Cap se tenant les jeudis de 16h à 18h du 15 février au 28 juin 2018.

Argument

Archives et bibliothèques constituent deux modes de conservation et de valorisation des documents écrits. Tout se passe comme si le patrimoine écrit et le patrimoine archivistique étaient deux entités parallèles s’ignorant mutuellement. Ce dispositif contradictoire est le produit d’une histoire que ce séminaire entend aborder à partir de la formation et des pratiques professionnelles, des enjeux politiques et juridiques et des fonctions assignées à la mise en archives et à la collecte des documents écrits.

Programme

15 février 2018 : Pour une histoire croisée du Patrimoine écrit, entre bibliothèques et archives

Séance d’introduction par Anne Leblay-Kinoshita, cheffe de la mission pour la gestion de la production documentaire et des archives, Bibliothèque nationale de France (BnF), Yann Potin, chargé d’études documentaires aux Archives nationales (AN), Anne Pasquignon, adjoint au directeur des Collections pour les questions scientifiques et techniques, BnF, et Philippe Barbat, directeur de l’INP

15 mars 2018 : Histoire comparée de l’administration des Archives nationales et de la Bibliothèque nationale (1790-1870)

Séance animée par Marie Galvez, archiviste paléographe, conservateur à la BnF, et Denise Ogilvie, conservateur en chef aux Archives nationales-Centre Jean Mabillon

5 avril 2018 : Enregistrer les fonds : la question des archives des entrées et des acquisitions

Séance animée par Clément Arnaud, Archives départementales de Seine-et-Marne, Christophe Gauthier, professeur d’histoire du livre et des médias contemporains (XIXᵉ-XXIᵉ siècles) à l’École Nationale des Chartes, Cécile Robin, chargée d’études documentaires aux AN, et Isabelle Le Masne de Chermont, directrice du département des manuscrits, BnF

3 mai 2018 : Bâtiments d’archives et de bibliothèques face à leur archives courantes et définitives

Séance animée par Jean-Luc Bichet, architecte, coordinateur bâtiment de Pierrefitte-sur-Seine, AN, et Christian Hottin, directeur des études du département des conservateurs, INP

31 mai 2018 : Mémoriser la consultation et le lectorat : l’enregistrement des recherches et les archives de la communication

Séance animée par Claire Béchu, chargée de mission pour la diffusion scientifique, AN, Emmanuel Rousseau, directeur des fonds, AN, et Jacqueline Sanson, présidente de la Société française d’archéologie et ancienne directrice générale de la BnF

28 juin 2018 : Exposer le patrimoine écrit : documenter et archiver la mise en vitrine des archives et des manuscrits

Séance animée par Ariane James-Sarrazin, conseillère scientifique à l’Institut national d’histoire de l’art, et Eve Netchine, directrice du département des Cartes et plans, BnF

Informations pratiques

Pour assister aux séminaires, l’inscription est obligatoire : formulaire d’inscription 

Le jeudi de 16 h à 18 h, à l’INP – Salle Champollion – 2 rue Vivienne – 75002 Paris

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Appel à contributions : Des lieux pour penser : musées, bibliothèques, théâtres… : colloque international, 20-22 juin 2018, Paris

Peut-on, comme d’autres ont défini des lieux de mémoire, ou des lieux de savoirs (Nora, 1984-87, Jacob, 2007-2011), envisager certains lieux aujourd’hui comme des espaces (publics) plus propices que d’autres à la pratique de la pensée, comme des lieux de pensée ? Dans quelle mesure, comment, et à quelles fins, des lieux – le musée, le théâtre, la bibliothèque… – peuvent-ils impulser, élaborer ou modeler de la pensée ? Quels sont les dispositifs (institutionnels, architecturaux, scénographiques) que mobilise et construit une telle volonté des pratiques professionnelles et artistiques de s’inscrire dans des enjeux de pensée ? Quels sont les enjeux, les bornes, les moyens, les effets de ces dispositifs ?

Vue intérieure de la nouvelle salle projetée pour l’agrandissement de la bibliothèque du Roi / Boullée invenit

La manière de présenter les objets (Newhouse, 2005), de même que la notion de dispositif (Mairesse et Hurley, 2012), dans les musées, révèlent l’importance accordée à l’agencement de l’espace au sein du musée (Davallon, 1992, Duncan & Wallach, 1978 et 1980). On peut dès lors envisager la mise en exposition comme un dispositif de dramatisation, autour d’objets conçus comme des pôles d’« attraction » de la pensée (Mouton-Rezzouk, 2016). Certains musées, comme le musée d’Ethnographie de Neuchâtel, se sont ainsi fait les champions des expositions visant à déconcerter puis forcer le visiteur à penser la place et les relations entre objets et les dispositifs qui lui sont présentés (Gonseth, Hainard et Khaer, 2005). De la même manière, nombre de projets artistiques visant le détournement ou l’installation dans les musées, visent à mettre en valeur une réflexion spécifique à partir de ces lieux (Putnam, 2001). Un premier travail de recensement de ces lieux a été largement opéré sur les expositions temporaires envisagées à partir de l’histoire de l’art (Altshuler, 2008, 2013).

Le « pouvoir des bibliothèques » (Baratin et Jacob, 1996) s’est tout aussi largement constitué à partir de ses espaces intérieurs, ce dont témoigne la diversité de son architecture, mais aussi la régularité de ses espaces reflétant les classements généraux (Dewey ou Otlet) ou ceux développés par quelques esprits particuliers, comme Warburg (Baratin et Jacob, 1996, Michaud, 1998). Si l’architecture des bibliothèques, comme celle des théâtres ou des musées, est étudiée depuis longtemps (Pevsner, 1976), le besoin d’une analyse de l’espace intérieur, interrogé ou photographié (Dawson 2014), apparaît forcément comme fondamental pour comprendre la manière dont fonctionne cette « pensée distribuée » (Latour, 2007), à un moment où la question du « commun des savoirs » vient relayer celle du « tiers lieu » (Dujol, 2017, Failla, 2017). On peut également s’intéresser aux enjeux et aux moyens de la médiatisation des contenus, et voir, par exemple, dans la mise en place d’une proposition culturelle renforcée (expositions, performances, rencontres, etc.) un processus de « dramatisation » ou de « scénarisation » destiné à élaborer de nouveaux modes d’appréhension des savoirs et à penser autrement l’accès au livre, et plus largement aux contenus documentaires et culturels qui sont à l’œuvre dans les collections des bibliothèques.

Dans le prolongement des analyses du théâtre comme fait social (Duvignaud, 1965), plusieurs publications, ces dernières années, se sont intéressées au lieu théâtral (Biet & Triau, 2006, Barbéris & Poirson, 2013, Urrutiaguer, 2014) et ont également cherché à mettre en évidence et à analyser la capacité heuristique et critique du théâtre (Suutela et alii, 2012) ; si c’est essentiellement, d’ailleurs, en termes politiques que cette pensée du théâtre (ou depuis le théâtre) est revendiquée et décrite (Hamidi-Kim, 2013, Neveux, 2013, Plana, 2014), elle l’est également, depuis peu, du côté de la philosophie, tant du fait des théoriciens (Badiou, 2014, Guénoun et alii, 2010, Lacoue-Labarthe & Nancy, 2013, Rancière, 2008) que des artistes et des institutions (Emmanuel Alloa au Théâtre de Gennevilliers, Alain Badiou et Marie-José Malis à Aubervilliers, Philippe Quesne au Théâtre des Amandiers de Nanterre et Bérangère Vantusso au Studio-Théâtre de Vitry). La pensée ne se réduit toutefois pas au politique et au philosophique, et peut être envisagée pour elle-même, quand elle est « savoir du théâtre » (Aït-Touati, 2017) ou « pensée-théâtre » (Garcin-Marrou, 2017).

Il semble aujourd’hui pertinent de comparer ces perspectives dans un cadre commun et d’envisager plus généralement le rapport de la pensée au lieu, à un moment ou s’affirme donc une redéfinition convergente des musées, théâtres et bibliothèques comme lieux publics dévolus à une pratique active et partagée (sinon nécessairement collective) de pensée. À l’ère des flux, à l’heure où la pensée se « liquidifie » (selon la formule de Bauman) ou se « gazéifie » (selon Michaud), peut-on croire encore à la matérialité des lieux comme cadres et bâtis nécessaires à la pensée ? Et, réciproquement, lorsque des lieux, aujourd’hui, se présentent comme des espaces ouverts à l’émergence et au déploiement de la pensée, qu’est-ce que cela (« la pensée ») signifie ? Qu’est-ce qui fait la matière (l’objet, les contenus, la forme, la dynamique) de cette pensée in situ ? Est-elle spécifique au lieu, ou non ? Comment la décrire, comment la caractériser ? A quels moments, et de qui, émerge-t-elle ? Est-elle partageable, partagée, collective ? Dans quelle mesure n’est-elle qu’un autre nom pour du didactisme, voire de la propagande ? Comment cette pensée se manifeste-t-elle, le cas échéant ? Et surtout, comment peut-elle être conditionnée, intentionnellement ou de facto, par le lieu ? Quels pourraient en être les modèles (structure, architecture) qui sous-tendent les représentations que s’en font les différents acteurs du lieu (professionnels, usagers) ?

Ce colloque s’inscrit dans un programme plus vaste, intitulé « ces lieux où l’on pense1 », dans lequel nous nous proposons, au cours d’un cycle de journées d’études et de colloques, d’examiner la façon dont des lieux – la scène, l’espace muséal et la bibliothèque, dans leur acception la plus large – génèrent et modèlent de la pensée. Il s’agit de mettre à l’épreuve une hypothèse : que ces « lieux » (espaces circonscrits dans un territoire, architecture, dispositif – scénographique, expographique, classificatoire … – , systèmes institutionnels et professionnels définis par des missions et des valeurs spécifiques, œuvres et objets présentés) déterminent des modes d’exercice de la pensée qui leur sont propres, tant du côté de ceux qui y « œuvrent » (concepteurs / artistes / programmateurs…) que du côté des publics (visiteurs, spectateurs, usagers) ; qu’ils peuvent, conjointement, être conçus – fabriqués, pensés, analysés, interprétés – comme des espaces de pratique de la pensée, voire de l’exercice philosophique, en son sens le plus ouvert de pratique d’une pensée contemplative, réflexive ou critique.

Nous nous proposons ici, durant les trois journées de ce colloque, de partir d’une collecte de cas concrets, c’est-à-dire de lieux spécifiques, permanents ou temporaires – musées, expositions, bibliothèques, théâtres et autres dispositifs scéniques (danse, performances, marionnettes, cirques), mais aussi parcs ou jardins publics, etc. – afin de mettre en évidence, ensemble, les points de convergence et les lignes de partage entre ces différents objets, et de développer des outils d’analyse visant à construire un cadre d’analyse commun pour mettre en lumière le rapport entre lieu et processus de pensée.

Les contributions recherchées consisteront donc en études de cas visant à expliciter ce rapport entre lieu spécifique (musée, théâtre, bibliothèque…) et processus de pensée, et, afin de permettre la discussion et la comparaison, proposeront en trois temps la caractérisation du lieu choisi (cadre institutionnel ou générique, architecture, scénographie), l’analyse du dispositif proprement dit, pour tenter de parvenir à une explicitation du ou des processus de pensée induits ou produits. Le texte en sera communiqué très en amont du colloque pour que celui-ci puisse être partagé avec tous les participants du colloque, afin d’être discutés en ateliers durant celui-ci.

Le colloque sera structuré en trois temps : une première journée, le 20 juin, en session plénière et ouverte à tous (dans la limite des places disponibles et après inscription), visera à présenter les enjeux majeurs que constituent, pour ces différents lieux que constituent la bibliothèque, le théâtre ou le musée, l’exercice de la pensée. Une seconde journée de travail sur la collection de lieux réunira en ateliers les contributeurs durant le 21 juin ; une troisième journée, le 22 juin, en comité restreint, rassemblera les organisateurs et les rapporteurs des ateliers afin de synthétiser ces discussions précédentes et d’envisager les étapes ultérieures de notre réflexion sur ces lieux où l’on pense.

Références

  • Aït-Touati F. “Les savoirs du théâtre. Histoire d’un dispositif”, Journée d’étude, 23/06/2017, CRAL, EHESS/CNRS.
  • Altshuler B. 2008. Salon to Biennial – Exhibitions That Made Art History, London, Phaidon.
  • Altshuler B. 2013. Biennials and beyond – Exhibitions That Made Art History, London, Phaidon.
  • Badiou A. 2014. Rhapsodie pour le théâtre. Court traité philosophique, Paris, Presses Universitaires de France, coll. Perspectives critiques.
  • Baratin M. Jacob C. (dir.). 1996. Le pouvoir des bibliothèques, Paris, Albin Michel.
  • Bessière, J., Payen, E., (dir.). 2015. Exposer la littérature, Paris, Éditions du Cercle de la librairie.
  • Davallon J. 1992. « Le musée est-il un média ? », Public & Musées, 2, décembre, p. 99-123.
  • Dawson R. 2014. The public Library. A photographic essay, New York, Princeton Architectural Press.
  • Dujol, L. (dir.), Communs du savoir et bibliothèques, Paris, Éditions du Cercle de la Librairie, coll. Bibliothèques.
  • Duncan C., Wallach C. 1980. « The universal survey museum », Art History, 3, p. 448-69.
  • Duncan C., Wallach C. 1978. « The Museum of Modern art as late capitalist ritual : an iconographic analysis », Marxist perspectives, 4, p. 28-51.
  • Failla, L., 2017. Du livre à la ville. La bibliothèque comme espace public, Métis presses.
  • Garcin-Marrou F. Beauchamp H. et alii, 2016. Les Scènes philosophiques de la marionnette, Montpellier, L’Entretemps.
  • Gonseth M.-O., Hainard J., Kaehr R. 2005. Cent ans d’ethnographie sur la colline de Saint-Nicolas. 1904-2004, Neuchâtel, MEN.
  • Guénoun D. 2010. avec Deguy M., Dommange T., Doutey N., Kirkkopelto E., Nowrousian S., Philosophie de la scène, Besançon, Les Solitaires intempestifs, coll. Expériences philosophiques.
  • Hamidi-Kim Bérénice. 2013. Les Cités du théâtre politique en France depuis 1989, Montpellier, L’Entretemps.
  • Jacob C. (dir.). 2007-2011. Les Lieux de Savoir, Paris, Albin Michel.
  • lacoue-Labarthe P., Nancy J-L. 2013. Scène suivi de Dialogue sur le dialogue, Christian Bourgois éditeur, coll. Détroits.
  • Latour B. 2007. « Pensée retenue, Pensée distribuée », in Jacob C., Les lieux de savoir. Espaces et communautés, p. 605-615.
  • Mairesse F., Hurley C. 2012. « Éléments d’expologie : matériaux pour une théorie du dispositif muséale », Media tropes e-Journal, Vol. III, n°2, pp. 1-27.
  • Michaud P.A. 1998. Aby Warburg et l’image en mouvement, Paris, Macula.
  • Mouton-Rezzouk A. 2016. « Exposer le théâtre? » dans Dufrêne, B., Glicenstein, J. (dir.) Histoires d’Expositions, Paris, Hermann.
  • Neveux O. 2013. Politiques du spectateur. Les enjeux du théâtre aujourd’hui, Paris, La Découverte.
  • Newhouse V. 2005. Art and the power of placement, New York, Monacelli Press.
  • Nora P. (dir.) 1984-1987. Les lieux de mémoire. La République, la Nation, les France, Paris, Gallimard.
  • Payen, E., Huchet, B. (dir.). 2015. L’action culturelle en bibliothèque, Paris, Éditions du Cercle de la librairie.
  • Pevsner N. 1976. A History of Building Types, London, Thames & Hudson.
  • Plana M. 2014. Théâtre et Politique. Modèles et concepts. Paris, Orizons.
  • Putnam J. 2001. Art and Artifact. The Museum as Medium, London, Thames & Hudson.
  • Rancière J. 2014. « Le Théâtre des pensées », Le Fil perdu. Essai sur la fiction moderne, Paris, La Fabrique éditions.
  • Suutela H. (dir.), 2012. Utopie et pensée critique dans le processus de création, Les solitaires intempestifs.
  • Urrutiaguer D. 2014. Les Mondes du théâtre. Désenchantement politique et économie des conventions, Paris, L’Harmattan.

Modalités de soumission

  • Une proposition brève, d’environ 2000 signes (présentation rapide du cas d’étude et caractérisation des processus de pensée envisagés) sera envoyée pour le 30 janvier 2018 à l’adresse suivante : cyclelieuxdepensee@gmail.com.
  • Les contributions, très synthétiques (12.000 signes maximum, notes et bibliographie comprises) seront envoyées pour le 15 avril 2018 (au plus tard) à la même adresse.
  • Les textes corrigés et mis en page seront envoyés à l’ensemble des participants au colloque, en version électronique, pour le 1er juin 2018.
  • Une version imprimée et éditée des textes sera remise aux participants lors du colloque.

Comité d’organisation

  • François Mairesse, Professeur d’économie de la culture et de muséologie à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 (CERLIS UMR 8070, labex ICCA)
  • Flore Garcin Marrou, Maître de conférences en Études Théâtrales à l’Université Jean Jaurès de Toulouse (LLA CREATIS, EA 4152)
  • Aurélie Mouton-Rezzouk, Maître de conférences en Études Théâtrales à l’Institut d’Études Théâtrales de l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 (IRET, EA 3959)
  • Des doctorants du CERLIS participeront également à la préparation du colloque.

Comité scientifique

  • Frédérique Aït Touati, Chargée de recherche CR1 CNRS/EHESS, centre de recherche sur les arts et le langage (CRAL)
  • Isabelle Barbéris, Maître de conférences, CERILAC, Université Paris Descartes
  • Cécile Camart Maître de conférences, LIRA, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3
  • Irène Bastard, cheffe de projet – Publics et usages à la délégation à la Stratégie et à la Recherche, Bibliothèque nationale de France
  • Yves Bergeron, Professeur, Université de Québec à Montréal
    Bruno Brulon Soares, Maître de conférences, Vice-Président d’ICOFOM, Université fédérale de Rio de Janeiro
  • Yves Girault, Professeur, Muséum national d’Histoire naturelle
    Elena Gordienko, Enseignant-chercheur, Russian Presidential Academy of National Economy and Public Administration, Moscou
  • Esa Kirkkopelto, Professor of Artistic Research, University of the Arts, Helsinki, metteur en scène et dramaturge
  • Joëlle Le Marec, Professeur, CELSA Paris 4
  • Emmanuelle Payen, conservateur des bibliothèques, Chef du service du Développement culturel & Actualité, BPI, Centre Pompidou
  • Martial Poirson, Professeur, Scènes du monde création, savoirs critiques, Université Paris 8, Vincennes-Saint-Denis
  • Daniel Schmitt, Maître de conférences, Université de Valenciennes

Comité d’organisation du cycle « Ces lieux où l’on pense »

  • Julie Deramond, Equipe Culture et Communication, CNE, Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse
  • Flore Garcin Marrou, LLA CREATIS, Université Toulouse Jean Jaurès
  • François Mairesse, CERLIS, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3
  • Aurélie Mouton-Rezzouk, IRET, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3
  1. https://udpn.fr/IMG/pdf/programme__ces_lieux_ou_lon_pense.pdf []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Colloque international : France, face et profil, 17-19/01/2018

L’exposition de la BnF « Paysages français. Une aventure photographique,1984-2017) »  porte au premier plan les questions conjointes du paysage national et de la commande photographique. Le colloque « France, face et profil » se donne pour tâche de revenir sur les enjeux portés par les projets des missions photographiques, et plus largement sur la construction d’une représentation du paysage national français entre le XIXe et le XXe siècles. Il s’agira de proposer une lecture aussi bien archéologique que prospective de ce paysage national qui articule les enjeux esthétiques, politiques et sociaux. Comment les missions photographiques ont-elles contribué à renouveler cette lecture depuis la Mission photographique de la DATAR des années 1980 jusqu’aux projets les plus contemporains ? Comment ces derniers peuvent-ils contribuer à la réflexion sur le devenir de nos territoires menée par les institutions locales et nationales ? Quel dialogue instaurer entre la création, la recherche et les acteurs du paysage autours des enjeux actuels des paysages ?

Organisé en trois temps, ce colloque proposera à la fois une synthèse des expériences menées depuis quatre décennies en France comme en Europe, et une mise en dialogue autour des enjeux et des perspectives du paysage contemporain.
La première journée (mercredi 17 janvier 2018) aura lieu à la BnF et portera sur la relation entre commande publique et création photographique en France et en Europe, des années 1980 à nos jours.
La deuxième journée (jeudi 18 janvier 2018), aux Archives Nationales, sera centrée sur la constitution d’un imaginaire du paysage national, dans une perspective historique et généalogique.
Enfin, la troisième journée (vendredi 19 janvier 2018) se déroulera à Tours. Elle interrogera les pratiques du paysage, depuis l’appropriation intime des lieux et les relations sensibles au territoire jusqu’aux usages du paysage dans les projets d’architecture, d’urbanisme et d’aménagement.

Programme

Mercredi 17 janvier 2018 : Recréer une culture du paysage

9h Accueil
9h30 Laurence Engel. présidente de Bibliothèque nationale de France
9h45 Jean-Benott Albertin, commissaire général de l’égalité des territoires

10h-12h LES MISSIONS PHOTOGRAPHIQUES FRANÇAISES, PROJETS ARTISTIQUES ET POLITIQUES
Modération : Sylvie Aubenas, directrice du département des Estampes et de la Photographie de la Bibliothèque nationale de France

10h-10h30 Bernard Latarjet, directeur de la Mission photographique de la DATAR
Pourquoi  et comment la Mission photographique de la DATAR ?

10h30-11h Raphaële Bertho, maitresse de conférences en arts, Université de Tours /lnTRu
Paysages politiques, le développement des missions photographiques en France

11h-11h30 Paul Wombell. directeur artistique de la mission France(s) territoire liquide
Tectonics Photographic [anglais – traduction simultanée]

11h30-12h Discussion

14h-15h30 UN PHÉNOMENE INTERNATIONAL
Modération : Héloïse Conesa, conservatrice de la photographie contemporaine, département des Estampes et de la Photographie de la Bibliothèque nationale de France

14h -14h30 Roberta Valtorta, historienne de la photographie Viaggio in ltalia, l’ école italienne du paysage» et les projets de commande publique sur le paysage contemporain en ltalie

14h30 -15h Lizz Wells, professeur en culture photographique, Plymouth University
Critical Landscapes : Aesthetics,Topagraphy and Environment
[anglais – traduction simultanée]

15h -15h30 Discussion

16h-17h30 ENTRE COMMANDE ET CRÉATION, QUELLE RELATION AU TERRITOIRE ?

Modération Raphaële Bertho, maîtresse de conférences en arts, Université de Tours / lnTRu

16h -16h30 Dialogue entre Frédéric Pousin, directeur de recherche HDR au CNRS, UMR Ausser / ENSA Paris-Bellevilte et Thierry Girard, photographe autour de l’Observatoire photographique du Parc naturel régional des Vosges du Nord (1997-2017)

16h30 -17h Dialogue entre Danièle Meaux,  professeur en esthétique et sciences de l’art, Université de Saint-Etienne /CIEREC. et Geoffroy Mathieu et Bertrand Stotleth, photographes sur le projet Paysages usagés, Observatoire photographique depuis le GR2013 (2012-2022)

17h -17h30 Discussion

18h-19h DANS L’ATELIER DE LA MISSION
Retour sur l’héritage de la Mission photographique de la DATAR avec le film de Christian Milovanoft, Travail dramaturgique autour du livre Bureaux. 2017 (39 min.)

Jeudi 18 janvier 2018 : Recréer une culture du paysage

9h Accueil

9h30 Introduction par Françoise Banat-Berger, directrice des Archives nationales

9h45 Conférence d’ouverture de Pascal Ory, professeur émérite, Université Paris I Panthéon-Sorbonne / CHS XXe siècle

10h30-13h  NORMES ET STEREOTYPES
Modération :   Sandrine Bula, conservateur en chef du patrimoine,  Archives nationales, direction des fonds, responsable de la mission Photographie.

10h30-11h Lucie Goujard, maître de conférences en histoire de l’art/ histoire de la photographie, Université de Grenoble-Alpes / LARHRA
Du pittoresque au vernaculaire. Contribution de la photographie à l’artialisation des territoires

11h-11h30 Sylvain Lesage, maître de conférences en histoire contemporaine, Université de Lille / IRHIS
Paysages à construire, L’imagerie Pellerin d’Epinal et la tardive émergence du panorama à la Belle Epoque.

12h-12h30 Marie-Ève Bouillon, chargée d’étude documentaire, Archives nationales, mission Photographie, docteur en Histoire et Civilisation, EHESS.
De la vue au stéréotype. Logiques industrielles et imaginaires de la carte postale au début du XXe siècle, le cas de l’entreprise Neurdein frères

12h30-13h Discussion

14h-15h30 INFORMATION ET PROPAGANDE

Modération :   Véronique Figini-Veron, maître de conférences en histoire de la photographie, ENS Louis-Lumière / CHS XXe siècle

14h-14h30 Françoise Denoyelle, professeur émérite, historienne de la photographie, ENS Louis-Lumière / CHS XXe siècle
Une image de la France. La France et la Révolution nationale : le fonds de l’ensemble des photographies de propagande diffusées par le Service central photographique depuis Vichy (1942-1944)

14h30-15h François Vatin, professeur en sociologie, Université Paris-Nanterre / IGHES et Gwenaële Rot, professeur en sociologie, Sciences Po Paris / CSO
Le tour de France industriel du peintre Reynold Arnould (1957-1958)

15h-15h30 Discussion

16h-17h PEDAGOGIE ET POLITIQUE

Modération : Françoise Denoyelle, historienne de la photographie, professeure des Universités émérite, ENS Louis-Lumière / CHS XXe siècle

16h-16h30 Sandrine Bula, conservateur en chef du patrimoine,  Archives nationales, direction des fonds, responsable de la mission Photographie.
Les usages pédagogiques des vues aériennes de l’entreprise LAPIE (Les Applications Photographiques d’Industrie et d’Édition) (1955-1980)

16h30-17h Véronique Figini-Véron, maître de conférences en histoire de la photographie, ENS Louis-Lumière / CHS XXe siècle.
L’information dite “ neutre ” de la Documentation française : la photographie au service d’une communication d’Etat (1945-1975)

17h-17h30 Discussion

Vendredi 19 janvier : Photographie & paysage,  dialogues contemporains

9h Accueil
9h30-11h  Table ronde Qualifier le paysage autour du travail d’Éric Tabuchi, Atlas des régions naturelles (depuis 2017)
Modération : Pascal Ferren , directeur adjoint du Pôle des arts urbains 
Intervenants :
Eric Boulay, Directeur du CAUE 37
Laurent Cailly, maître de conférences en géographie, Université de Tours / CITERES
Olivier Legros, maître de conférences en géographie, Université de Tours / CITERES

11h30-13h Table ronde Se projeter dans le paysage autour du travail d’Alban Lécuyer, Ici prochainement (2013)
Modération : Raphaële Bertho, maîtresse de conférences en arts, Université de Tours / InTRu
Intervenants :
Lolita Voisin, maître de conférences en Aménagement de l’espace et urbanisme, École Nature et Paysage, Blois / CITERES
Hovig Ter Minassian, maître de conférences en géographie, Université de Tours / CITERES
Maxime Vignolles, Ingénieur paysagiste, ADAC 37

14h30-16h  Table ronde S’approprier le paysage autour du travail d’Alexandra Pouzet, La carte du tendre (2013-2015)
Modération : Pascal Ferren, directeur adjoint du Pôle des arts urbains
Intervenants :
Benoît Feildel, maître de conférences en aménagement de l’espace et urbanisme, Université de Rennes 2 / UMR ESO
Karine Hurel, Cheffe du pôle Ressources, valorisation et cartographie du CGET, Géographe et cartographe
Héloïse Nez, maître de conférences en sociologie, Université de Tours / CITERES

Conférence de clôture Hugo Bevort, directeur des stratégies territoriales, CGET

Informations pratiques

  • Jeudi 18 janvier 2018 – 9h30-17h30
    Archives nationales, site de Pierrefitte-sur-Seine
    Entrée libre dans la limite des places disponibles
    59 rue Guynemer, 93380 Pierrefitte-sur-Seine
    Métro : Saint-Denis Université (Ligne 13)
  • Vendredi 19 janvier 2018 – 9h30-16h30
    Tours, Salle Jean de Ockeghem
    Entrée libre dans la limite des places disponibles
    15 place de Chateauneuf 37000 Tours

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Colloque international Foucault, les Pères et le sexe, Paris, 1-2-3 février 2018

A l’occasion de la parution du quatrième et dernier volume inédit du projet d’histoire de la sexualité de Michel Foucault, Les Aveux de la chair, la Bibliothèque nationale de France organise un colloque en partenariat avec l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, l’Institut des Sciences Juridique et Philosophique de la Sorbonne (UMR 8103, CNRS/Université Paris 1), l’Institut des Sources chrétiennes (UMR 5189 – Hisoma, CNRS/Université Lyon 2) et l’Association pour le Centre Michel Foucault.

Michel Foucault © Roland Allard/Agence VU’

Comité scientifique Philippe Büttgen, Philippe Chevallier, Agustín Colombo, Frédéric Gros, Bernard Meunier, Judith Revel, Philippe Sabot, Michel Senellart, Arianna Sforzini

Comité d’organisation Philippe Büttgen, Philippe Chevallier, Agustín Colombo, Laurence Le Bras, Bernard Meunier, François Nida, Arianna Sforzini

Programme

Jeudi 1er février

18h00-18h30 Introduction, par Laurence Engel, BnF, Philippe Büttgen, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, Véronique Chankowski, Université Lumière Lyon 2
18h30-19h30 Conférence inaugurale, par Paul Veyne, Collège de France, et Frédéric Gros, Sciences Po

Vendredi 2 février

9h30-9h45 Laurence Le Bras, BnF
Michel Foucault à la Bibliothèque nationale de France

1. Le tournant chrétien

Modérateur : Michel Senellart, ENS de Lyon

9h45-10h30 Agustín Colombo, Boston College, Arianna Sforzini, BnF
L’Antiquité chrétienne dans l’œuvre de Michel Foucault
10h30-10h45 PAUSE
10h45-11h30 Johannes Zachhuber, Trinity College, Oxford
L’intériorité de la conscience et l’extériorité des aveux : le sujet chrétien selon Michel Foucault
11h30-12h15 Frédérique Ildefonse, CNRS
Aucun de mes mouvements ne t’est caché. Modification de la sagesse antique dans le monachisme chrétien

12h15-14h15 DÉJEUNER

2. Une lecture singulière des Pères

Modérateur : Philippe Büttgen, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne

14h15-15h00 Paul Mattei, Université Lumière Lyon 2, Istituto Patristico « Augustinianum », Rome
Le Tertullien de Foucault : quelle cohérence et quelle pertinence philologique et historique ?
15h00-15h45 Michel Senellart, ENS de Lyon
Pastorat, conversion, aveu : limites d’un paradigme
15h45-16h00 PAUSE
16h00-16h45 Sébastien Morlet, Université Paris Sorbonne
Les aveux du roi David : l’interprétation chrétienne ancienne, et son interprétation par Foucault
16h45-17h30 Bernard Meunier, CNRS
Foucault et les évolutions de la parrêsia chrétienne

Samedi 3 février

3. Augustin, finalement

Modératrice : Arianna Sforzini, BnF

9h30-10h45 Elizabeth A. Clark, Duke University, Durham
Contextualizing Foucault’s Augustine
10h45-11h30 Michel-Yves Perrin, EPHE
Lectures foucaldiennes de saint Augustin. Entre histoire et historiographie
11h30-12h15 Laurent Lavaud, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne
L’insurrection du sexe. Foucault lecteur de saint Augustin

12h15-14h15 DÉJEUNER

4. Ouvertures

Modérateur : Daniele Lorenzini, Université Saint-Louis, Bruxelles

14h15-15h00 Jean Reynard, CNRS
Réflexions sur la question de la folie dans le christianisme ancien à la lumière des travaux de Foucault
15h00-15h45 Julie Mazaleigue-Labaste, CNRS
Les pratiques de la chair. Théologie morale, relations maritales et subjectivité
15h45-16h00 PAUSE
16h00-16h45 James Bernauer, Boston College
Foucault and Theological Practices: A Personal Review
16h45-17h15 Conclusions, par Philippe Büttgen, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne

Informations pratiques

  • Jeudi 1er février et vendredi 2 février :
    à l’Auditorium Colbert, 2 rue Vivienne, 75002 Paris.
    Entrée libre dans la limite des places disponibles
  • Samedi 3 février :
    à l’Amphithéâtre Turgot, 17 rue de la Sorbonne, 75005 Paris.
    Accès sur inscription préalable obligatoire à l’adresse : Philo-Recherche@univ-paris1.fr

Philippe Chevallier

Responsable des études à la délégation à la Stratégie et à la recherche de la Bibliothèque nationale de France

More Posts

Colloque : « Karin Waehner. Exposer/performer l’archive », 15-16/12/2017

L’Université Paris 8 et le département des Arts du spectacle organisent le colloque Karin Waehner. Exposer/performer l’archive  les 15 et 16 décembre 2017. Depuis 2015, le Groupe de recherche : histoire contemporaine du champ chorégraphique en France (Musidanse, Université Paris 8) mène un projet collectif autour de la chorégraphe, danseuse et pédagogue Karin Waehner, qui consiste à analyser le fonds d’archives déposé à la BnF, et éclairer ainsi le parcours et l’œuvre de l’une des artistes les plus engagées dans l’émergence de la danse contemporaine en France. Ce colloque conserve le même point de départ : l’archive, en invitant des chercheurs, danseurs, notateurs, à porter une pluralité de regards (France et Allemagne) sur ces documents.

Programme

Samedi 16 décembre

  • 9h30 — Accueil du public

Questions d’archives, une histoire des circulations

  • 10h — Introduction par Sylviane Pagès, Mélanie Papin et Guillaume Sintès
  • 10h30 — Présentation des fonds Karin Waehner par Stephan Dörschel (Akademie der Künste, Berlin), Joël Huthwohl (BnF) et Jean Masse (Ballet Théâtre Épiphane)

Waehner/Wigman : une relation fondatrice et complexe

  • 11h15 — « Karin qui ? », les pas de la passeuse de danse : messages de personne à personne. Une édition commentée des lettres de Mary Wigman à Karin Waehner (1949-1972) par Josephine Fenger
  • 11h45 — Revenir à Mary Wigman : assumer un geste expressionniste par Sylviane Pagès
  • 12h30 — déjeuner

Archives écrites d’une danseuse

  • 14h — Ecrire son histoire de la danse : l’autre oeuvre de Waehner par Guillaume Sintès
  • 14h30 — Cahiers Waehner, la trace du studio par Mélanie Papin

Regards sur le geste

  • 15h30 — Table-ronde avec Aurélie Berland, Marine Ghielmetti et Julie Meyer-Heine
  • 16h30 — Conclusion par Isabelle Launay
  • 17h — Fin de la journée

Modalités pratiques

Vendredi 15 décembre

Soirée-recherche
Centre National de la Danse
1, rue Victor-Hugo, 93507 Pantin
Métro 5 Hoche
RER E Pantin
T3b Delphine Seyrig
https://www.cnd.fr/fr/program/108-soiree-recherche

Samedi 16 décembre

Colloque
Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand, Galerie Jules Verne
Accès par l’entrée EST, face au 25 rue Émile Durkheim (marches) ou avenue de France (de plain-pied), à proximité de l’entrée du cinéma MK2-Bibliothèque, 75013 Paris

Métro : Lignes 6 (Quai de la Gare), 14 ou RER C (Bibliothèque François-Mitterrand)

Attention : en raison des contrôles d’accès, prévoir un temps d’attente à l’entrée de la BnF

Entrée libre dans la limite des places disponibles. Réservation conseillée par mail à : projet.waehner.2015.2018@gmail.com

Colloque organisé par Sylviane Pagès, Mélanie Papin et Guillaume Sintès dans le cadre des activités du Groupe de recherche : Histoire contemporaine du champ chorégraphique contemporain en France (Musidanse, Université Paris 8), en partenariat avec le Département des Arts du Spectacle de la BnF, et l’aimable concours de Jean Masse.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Conférence « Le quartier Richelieu. Topographie, architecture, patrimoine », 15/12/2017

Les établissements du quadrilatère Richelieu, à savoir la Bibliothèque nationale de France, l’École nationale des chartes, l’Institut national d’histoire de l’art, et leur voisin le Centre allemand d’histoire de l’art, ont lancé un ambitieux programme de recherche sur l’histoire du quartier Richelieu.

Quadrilatère Richelieu

Le Quadrilatère Richelieu, qui tient son nom d’une des rues qui le délimite, est le berceau historique de la Bibliothèque nationale de France (BnF). Autrefois composé du Palais Mazarin, de l’hôtel Tubeuf, de la galerie Mansart et de deux édifices abritant la Bibliothèque royale, il accueille la BnF dès la première moitié du XVIIIe siècle. La Bibliothèque de l’INHA, baptisée alors Fonds Jacques-Doucet, vient s’y installer en 1992, dans la salle Ovale. Elle y restera jusqu’à la fin 2016, date à partir de laquelle elle occupe la salle Labrouste (ancienne salle de lecture de la Bibliothèque nationale) avec également la bibliothèque de l’École nationale des chartes qui oc­cupe désormais la majeure partie de l’aile située le long de la rue des Petits-Champs.

Léon de Laborde, De l’organisation des bibliothèques dans Paris, 4e lettre : Le palais Mazarin et les habitations de ville et de campagne au XVIIe siècle, Paris, A. Franck, 1845, p. 4.

Le cardinal Richelieu, en faisant construire en 1634 son Palais Cardinal (l’actuel Palais Royal), ouvre la voie à la construction des terrains alentours. L’hôtel Bautru, situé à l’angle des actuelles rue Vivienne et rue des Petits-Champs, œuvre du tout jeune Louis Le Vau, est le premier édifice de ce nouveau quartier. Il devient en 1665 l’hôtel de l’Intendant des finances et surintendant des bâtiments du Roi, Jean-Baptiste Colbert, qui lui fait apporter quelques modifications. Au fil des années, l’hôtel change plusieurs fois de fonction : il abrite les écuries de Philippe d’Orléans, devient le bureau des Domaines puis, après la Révolution, la Caisse de la dette publique.

Au XIXe siècle, le quartier se modifie : très animé grâce à ses cafés et commerces, il voit se développer les passages couverts, qui offrent aux piétons des chemins protégés, ouverts sur des vitrines, leur permettant d’éviter l’encombrement, la boue et les crevasses alors courantes. La galerie Vivienne voit le jour en 1825 ; la galerie Colbert, sa sœur jumelle, deux années plus tard, en 1827.

Histoire du quartier Richelieu

Ce projet est proposé conjointement par le Centre allemand d’histoire de l’art, la Bibliothèque nationale de France, l’École nationale des Chartes, les Universités Paris I Panthéon Sorbonne et Paris-Sorbonne ainsi que l’Institut national d’histoire de l’art et porte sur l’histoire du « quartier » qu’ils occupent, celui du quadrilatère Richelieu étendu, entre Louvre, Opéra et Place des Victoires.

La synergie vivante de ces institutions, dont les ressources  documentaires et les services aux publics sont immenses et complémen­taires, conforte Richelieu comme véritable acteur de la recherche, proposant un ensemble de compétences et de ressources sans équivalent au monde.

Le but de ce projet collectif est moins de définir le périmètre exact du « quartier » que de dessiner les contours d’une géographie culturelle qui concentre au cœur de Paris les lieux du savoir et des arts. En se penchant sur l’histoire de ces espaces dans lesquels les partenaires du projet ont pris leur quartier, il s’agira de contribuer à une histoire des capitales culturelles, tout en réfléchissant à la meilleure manière de rendre visible et accessible cette histoire.

Dans un premier temps du projet, les partenaires proposent une série de rencontres sous forme de séminaire pour poser les jalons d’une réflexion commune sur l’histoire architecturale et culturelle du quartier Richelieu, sur les sources disponibles (en particulier à partir des fonds de la BnF et de l’INHA – sans évidemment oublier les archives qui seront repérées à cette occasion) et leur exploitation.

Séminaire « Histoire du quartier »

Vendredi 15 décembre aura lieu en Salle Walter Benjamin, INHA, 10h30-12h30, la séance inaugurale du séminaire « Histoire du quartier ».

Cette séance prendra la forme d’une conférence d’Alexandre Gady1 (Université Paris-Sorbonne) intitulée Le quartier Richelieu. Topographie, architecture, patrimoine.

Cette séance de séminaire inaugure une série de rencontres autour de l’histoire du « quartier » qui continuera d’évoluer avec la deuxième phase des travaux du quadrilatère. En effet, sur le parcours allant du Louvre à l’Opéra, près des Arts décoratifs, du Palais-Royal et de la Comédie française, Richelieu, avec ses deux entrées rue Vivienne et rue de Richelieu, deviendra en 2020 un pas­sage dans la ville, le lieu de découverte d’un patrimoine exceptionnel, ouvert à tous, au cœur de Paris.

  1. Cf. sa page personnelle : http://www.centrechastel.paris-sorbonne.fr/membres/alexandre-gady []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Colloque : Octave Mirbeau et les États-Unis. Regards croisés sur la réception critique de l’œuvre mirbellienne dans le Nouveau Monde

L’Université de Chicago, la Bibliothèque nationale de France et la Société Octave Mirbeau organisent un colloque international consacré à la réception critique de l’œuvre d’Octave Mirbeau dans le Nouveau Monde.

Octave Mirbeau par Dornac (1858-1941)

Argument

Aux États-Unis, l’œuvre de Mirbeau a reçu très tôt un accueil favorable. Nombreuses furent en effet outre-Atlantique les publications en français de ses romans et de ses pièces les plus célèbres à destination d’un public francophone local, mais aussi les traductions qui parurent du vivant de l’auteur et tout au long du XXe siècle. Le XXIe siècle n’a fait que confirmer cet intérêt pour les écrits mirbelliens. Ainsi, en 2015, sont parues les premières traductions américaines de Dans le ciel1 et des 21 jours d’un neurasthénique2.

Cet intérêt jamais démenti d’un lectorat américain pour l’auteur du Journal d’une femme de chambre se double encore d’une réception critique à bien des égards remarquable. Dans aucun autre pays étranger sans doute, l’œuvre de Mirbeau n’a suscité une telle production d’études et d’articles scientifiques. Dès 1966, à une époque où Mirbeau était encore largement ignoré par l’université française,  Martin Schwarz, professeur à l’Université de Virginie, publiait sa thèse Octave Mirbeau. Vie et œuvre. A partir de cette date, les travaux consacrés à Octave Mirbeau se sont multipliés outre-Atlantique notamment sous l’impulsion de Robert Ziegler, professeur à l’Université du Montana, dont les études récentes3 ont contribué, par leur approche psychanalytique, au renouvellement des études mirbelliennes.

Le colloque « Octave Mirbeau et les Etats-Unis. Regards croisés sur la réception critique de l’œuvre mirbellienne dans le Nouveau Monde », a pour but de faire dialoguer ensemble spécialistes américains et européens d’Octave Mirbeau autour de trois thèmes centraux dans l’œuvre mirbellienne qui ont particulièrement retenu la critique américaine : nature et animalité ; la représentation de la femme à la Belle Epoque et enfin littérature et peinture.

Nature et animalité chez Mirbeau

Pourfendeur de la société bourgeoise et technicienne, critique virulent de l’idée de progrès, Octave Mirbeau fut un ardent défenseur de la nature dans la lignée de Rousseau et de Montaigne. Cependant, cette défense de l’environnement, menacé de mort par la folie du système capitaliste, et des instincts naturels, par opposition aux « besoins artificiels » et à l’hypocrisie morale créés par la société moderne, n’est pas sans paradoxe. Pour Mirbeau, en effet, la nature obéit à « la loi du meurtre ». Il sait que l’homme si civilisé qu’il se prétende, est encore bien souvent dominé par des impulsions homicides qui lui viennent de ses ancêtres, les grands singes « cruels et lubriques ». Le monde naturel et animal est donc aussi celui de la cruauté décrite avec force et précision dans le Jardin des Supplices. Quelle part l’animalité occupe-t-elle dans la réflexion d’Octave Mirbeau sur l’homme et son devenir ? Qu’est-ce que l’animal peut nous apprendre sur la place et le rôle de l’homme dans le monde ? Comment Octave Mirbeau décrit-il les rapports entre le monde des hommes et celui des animaux, notamment dans son dernier roman Dingo dont le personnage principal n’est autre qu’un chien ? C’est à ces questions entre autres que la première demi-journée du colloque souhaiterait apporter des réponses en s’appuyant, si cela est jugé pertinent, sur les travaux théoriques récents dans le domaine des Animal Studies et de l’ecocritiscism qui ont vu le jour en Amérique du Nord.

La représentation de la femme à la Belle Époque

À l’instar de Léon Daudet qui dans un article de 1936 qualifia Octave Mirbeau de « gynophobe », on a souvent considéré l’auteur du Jardin des Supplices comme un des représentants les plus emblématiques de la misogynie Fin de siècle. Emily Apter dans les travaux qu’elle a consacrés à Mirbeau a contribué à renforcer cette image de misogyne associée à l’écrivain. La deuxième demi-journée du colloque consacrée à la représentation dans la femme à la Belle Epoque souhaiterait questionner cette interprétation univoque des écrits de Mirbeau en mettant notamment  l’accent sur la critique de la condition sociale réservée aux femmes présente dans les écrits romanesques (Le Journal d’une femme de Chambre) et les œuvres théâtrales (Les affaires sont les affaires). La question de la représentation de la femme chez Mirbeau sera encore abordée à travers l’analyse des trois adaptions cinématographiques du Journal d’une femme de chambre (Renoir, Bunuel et Jacquot) et de la réception de ces films outre-Atlantique.

Littérature et peinture

Octave Mirbeau fut une des plus ardents défenseurs de l’avant garde artistique de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle. Ami de Rodin et de Monnet, grand admirateur de Pissaro et de Camille Claudel, Mirbeau n’aura de cesse pendant toute sa vie de faire reconnaître l’art des Impressionnistes. La deuxième journée du colloque privilégiera deux axes d’analyse : la contribution d’Octave Mirbeau à la critique esthétique de son temps et les relations qu’entretiennent critique esthétique et création romanesque chez Mirbeau.

Programme

Mercredi 13 décembre
Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand, avenue de France, salle S70

  • 18h : conférence inaugurale « Octave Mirbeau et les Etats-Unis » par Pierre Michel, président de la Société Octave Mirbeau.

Jeudi 14 décembre
Université de Chicago, Centre à Paris, 6 rue Thomas Mann 75013
Nature, corps et animalité dans l’œuvre mirbellienne
Présidente de séance : Françoise Meltzer (Université de Chicago)

  • 9h – 9h30 : accueil et mot de bienvenue
  • 9h30 : Samuel Lair (Vice-Président de la Société Octave Mirbeau), « Le mythe de la nature chez Mirbeau » (titre provisoire)
  • 10h : Chloe VandenBerghe (Université Libre de Bruxelles), « Dans les yeux de Dingo : l’humain en question »
  • 10h30 : Alain (Georges) Leduc (Ecole supérieure d’Art de Lorraine/ESAL), « Dingo. Croc Blanc. Deux chiens politiques »
  • 11h – 11h15  : discussion
  • 11h15 -11h30 : pause
  • 11h30 : Anita Staron (Université de Lodz), « Les jardins de Mirbeau et de Rachilde – un rêve empoisonné »
  • 12h : Bertrand Marquer (Université de Strasbourg), « Les langages du corps dans L’Abbé Jules »
  • 12h30-12h45 : discussion
  • Déjeuner

Jeudi 14 décembre
Octave Mirbeau et la représentation de la femme à la Belle Epoque
Président de séance : Pierre Michel (Société Octave Mirbeau)

  • 14h : Ludivine Fustin (Université Paris-Sorbonne, Cellf), « Le cynisme au féminin dans l’œuvre d’Octave Mirbeau »
  • 14h30 : Lisa Rodrigues Suarez (Université Paris-Sorbonne, Cellf), « De l’insuffisance à l’excès : ambiguïté du consumérisme chez la femme mirbellienne »
  • 15h – 15h15 : discussion
  • 15h15 – 15h30 : pause
  • 15h30 : Lucia Campanella (Universidad de la Republica, Uruguay), « Réception de l’oeuvre de Mirbeau au Rio de la Plata : la figure de la femme travailleuse »
  • 16h : Elizabeth Muelsch (Angelo State University), « Le journal d’une femme de chambre et le journal d’une concierge. Sur la réception de Célestine et de Renée Michel aux Etats-Unis »
  • 16h30 – 17h : discussion

Vendredi 15 décembre
Université de Chicago, Centre à Paris, 6 rue Thomas Mann 75013
Octave Mirbeau, critique d’art

  • 9h30 : Marie-Bernard Bat (Université Paris-Sorbonne, Cellf), « Mirbeau amateur d’art et collectionneur éclairé »
  • 10h : Christian Limousin (poète et critique d’art), « Octave Mirbeau et l’érotisme dans l’art »
  • 10h30 – 10h45 : discussion
  • 10h45 -11h : pause
  • 11h : Andrei Pop (Université de Chicago), « Mirbeau, ennemi de l’absolu ? »
  • 11h30 – 12h : Annamaria Laserra (Université de Salerne), « La tentation de la science dans l’experience artistique de Lucien (Dans le Ciel) »
  • Discussion

Vendredi 15 décembre
Dans le Ciel. Littérature et peinture chez Octave Mirbeau

  • 14h : Ann Sterzinger (romancière et traductrice), « Dans le Ciel, une expérience de traduction »
  • Table ronde autour de Dans le Ciel : Annamaria Laserra, Ann Sterzinger, Christian Limousin, Marie-Bernard Bat, Pierre Michel

Enregistrer

  1. traduit par Ann Sterzinger []
  2. traduit par Justin Vicari []
  3. The Nothing Machine: the Fiction of Octave Mirbeau (2007) ; Octave Mirbeau’s Fictions of the Transcendental (2015 []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Enjeux et évolutions de la Bibliographie littéraire

La Société d’Histoire littéraire de la France organise une après-midi d’étude sur la Bibliographie de la Littérature française le samedi 25 novembre à la Sorbonne.

Après de longs efforts, la Bibliographie de la Littérature française1 a été mise en ligne en 2014 après avoir été longtemps un instrument de recherche uniquement imprimé, paraissant dans le hors-série annuel de la Revue d’Histoire littéraire de la France.

Programme

Ses porteurs, la Bibliothèque nationale de France, la Société d’Histoire littéraire de la France et Garnier Numérique, se proposent d’en assurer une présentation sur écrans.

La séance sera suivie d’une table ronde réunissant :

  • Frédéric BARBIER, directeur de recherche au CNRS et directeur d’études à l’EPHE
  • Claude BLUM, président de Garnier Numérique
  • Éric FEREY, conservateur à la BnF et ancien rédacteur en chef de la Bibliographie de la Littérature française
  • Romuald FONKOUA, directeur du Centre d’Études Francophones, Université Paris-Sorbonne
  • Marie GALVEZ, conservateur à la BnF et ancienne rédacteur en chef de la Bibliographie de la Littérature française
  • Istvan MONOK, directeur des bibliothèques et archives de l’Académie des Sciences de Hongrie
  • Monika PROCHNIEWICZ, conservateur à la BnF, rédacteur en chef de la Bibliographie de la Littérature française.

Modalités pratiques

En Sorbonne, bibliothèque Ascoli (escalier C, 2e étage) le samedi 25 novembre 2017 à 14 h.
Entrée libre dans la limite des places disponibles.
Accès par le 17 rue de la Sorbonne, sur présentation du programme joint, avec une pièce d’identité.

Programme à télécharger : Table_ronde_SHLF_2017

Pour accéder à la base (sur abonnement) : https://www.classiques-garnier.com/numerique/index.php?option=com_content&view=article&id=157%3A2014-08-20-07-19-26&catid=46%3Acatalogue-bases-biblio&Itemid=30

  1. Cf. brochure de Garnier numérique, url : <https://www.classiques-garnier.com/editions-bulletins/Brochure_BLF_Fr.pdf> []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Exposition : Reliures précieuses dans la collection de la BnF au musée du Louvre

En lien avec l’exposition de la Petite Galerie, Théâtre du pouvoir, où sont actuellement présentés les regalia, les instruments du sacre des rois de France, la Bibliothèque nationale de France a accepté le prêt de cinq de ses reliures les plus précieuses, conservées au département des Manuscrits : pendant huit mois, elles prennent ainsi provisoirement place dans les vitrines des salles médiévales du département des Objets d’art du Louvre.
Ces reliures forment un ensemble exceptionnel par leur somptuosité et leur histoire, du siècle de Charlemagne à la fin du Moyen Âge. A elles cinq, elles laissent entrevoir, chacune à leur manière, la richesse de l’art médiéval et, par-delà, celle de l’histoire culturelle et politique des différentes régions qui ont participé à la genèse de l’histoire de la France et des pays voisins.

Psautier de Dagulf, Ateliers dits de « l’École du palais » de Charlemagne (France du Nord actuelle ou Aix-la-Chapelle en Allemagne actuelle), entre 783 et 795. Plaques de reliure : Ivoire. Mentionné au Moyen Âge en Allemagne dans les trésors des cathédrales de Limbourg-sur-la Lahn, de Spire (avant 1065) puis de Brême (du XIe au XVe siècle). Le manuscrit est conservé à la Bibliothèque nationale autrichienne à Vienne. Musée du Louvre, MR 370-371. © RMN – Grand Palais (Musée du Louvre) / Martine Beck-Coppola

Conservés par la BnF depuis la Révolution et le Consulat, ces livres dialoguent, dans un parcours inédit, avec les Objets d’art des collections médiévales du Louvre et s’offrent sous un nouveau jour, en particulier pour   les deux reliures restaurées grâce au mécénat de la Fondation Polonsky.

Évangiles de la collégiale Saint-Louis de Metz. Plat inférieur de la reliure. Au centre, ivoire représentant une Crucifixion (Constantinople, XIe siècle). Encadrement de plaques d’argent et plaques émaillées, cabochons de cristal de roche (XIIIe -XIVe siècles). BnF, département des Manuscrits, latin 9391. © Bibliothèque nationale de France

Au Moyen Âge, les livres liturgiques utilisés pour la célébration du service divin faisaient partie des trésors des églises aux côtés d’autres objets sacrés comme les reliques. Ils revêtaient, pour l’établissement religieux qui les conservait, une fonction mémorielle essentielle : le trésor servait à perpétuer le glorieux souvenir de la fondation du lieu comme à incarner son histoire vivante et la puissance de son assise spirituelle et temporelle.

Deuxième Évangéliaire de la Sainte-Chapelle, Paris, vers 1240 (bordures extérieures de la reliure du XVIe siècle). Plat supérieur de la reliure : Crucifixion. Plat inférieur de la reliure : Christ en majesté. Argent doré, cabochons de verre et de pâte de verre. BnF, département des Manuscrits, latin 9455. © Bibliothèque nationale de France

Le statut d’unica des livres qui en faisaient partie et leur valeur hautement commémorative justifiait l’ornementation luxueuse qui était la leur et qui rivalisait sans peine avec les plus riches pièces d’orfèvrerie dans la glorification de Dieu.
Tous ont pour point commun d’avoir reçu une riche décoration enluminée et, en guise de couverture, de véritables joyaux dont la splendeur et l’iconographie élaborée sont à la mesure de la dimension spirituelle et symbolique de leur contenu. Ces manuscrits proviennent de centres variés : Metz pour les deux livres d’Évangiles présentés dans la première et dernière vitrine, Saint-Vaast d’Arras pour le Missel de Saint-Denis dans la vitrine de la salle 4 et Paris pour les deux Évangéliaires de la Sainte-Chapelle dans la vitrine centrale de la salle 2.

Premier Évangéliaire de la Sainte-Chapelle, Paris, vers 1230 et 1240-1248. Plat supérieur de la reliure : Résurrection du Christ. Plat inférieur : Crucifixion. Argent doré et niellé. BnF, département des Manuscrits, latin 8892. © Bibliothèque nationale de France
Missel à l’usage de Saint-Denis. Plat supérieur : Figurines d’ivoire de morse de l’école du palais de Charles le Chauve, vers 870. Feuille d’or gravée, repoussée, filigrané et orné de pierres précieuses et de perles remontant au XIe siècle (bordure extérieure du XIIIe siècle). BnF, département des Manuscrits, latin 9436. Plat inférieur : Plaque de cuivre dorée, gravée et ciselée, insérée dans un cadre d’argent estampé et contenant la figure de saint Jean l’Évangéliste (France, XVe siècle) . BnF, département des Manuscrits, latin 9436. © Bibliothèque nationale de France

Si l’exécution de ces manuscrits et de leurs enluminures est bien localisée dans l’espace et le temps, il n’en va pas toujours de même de leurs reliures, dont certaines présentent un aspect composite. Leur décor est formé à l’aide de matériaux aussi précieux que variés : or, argent, cuivre, ivoire, gemmes, perles… Ceux-ci, comme les techniques raffinées avec lesquelles ils étaient travaillés, avaient pour fonction d’accroître la valeur esthétique et spirituelle des livres.


Cette présentation est organisée par la Bibliothèque nationale de France et le musée du Louvre.

Évangiles de Drogon. Plaque d’ivoire d’éléphant illustrant des scènes de la Passion du Christ : Metz, vers 850. Bordure d’orfèvrerie à filigrane avec perles et pierres, XIe siècle. BnF, département des Manuscrits, latin 9388. © Bibliothèque nationale de France

Commissaires de l’exposition : Charlotte Denoël, conservatrice en chef, département des Manuscrits, BnF et Florian Meunier, conservateur en chef, département des Objets d’art, musée du Louvre.

Manuscrit de Denys l’Aréopagite. Manuscrit : Constantinople, 1403-1405 ; Ivoire : Paris, vers 1360-1380 ; Monture : argent doré, pierreries : Paris, vers 1400, remaniée au XVIIe siècle. Provient du trésor de l’abbaye de Saint-Denis. Musée du Louvre, MR 416. © RMN – Grand Palais (Musée du Louvre) / Jean-Gilles Berizzi

Œuvre en scène : Évangiles de Drogon, le mercredi 30 mai 2018 à 12h30, à l’auditorium du Louvre.
Par Charlotte Denoël, BnF, Jannic Durand et Florian Meunier, musée du Louvre.

Boîte-reliure de Maastricht, Empire ottonien (Trèves ou Ratisbonne ? Allemagne actuelle), vers 1020-1040. Provient du trésor de la cathédrale de Maastricht. Âme de bois, or, émaux cloisonnés, nielle, cabochons. Musée du Louvre, MR 349. © RMN – Grand Palais (Musée du Louvre) / Droits réservés

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Fenêtre sur jardins – Journée d’étude de la bibliothèque horticole (10/11/17)

La deuxième journée d’étude de la bibliothèque1 organisée en partenariat avec la Bibliothèque nationale de France se tiendra le 10 novembre 2017 dans l’amphithéâtre de la SNHF. Comme pour la première édition, seront présents les professionnels des bibliothèques, archives, musées ainsi que des chercheurs afin de dialoguer autour de l’histoire, de l’art et de la philosophie des jardins.

Programme

9h : Accueil
9h30 : Ouverture par Dominique Douard – Président de la Société Nationale d’Horticulture de France
Modération : Sophie Bertrand – Cheffe du service de la coopération – Bibliothèque nationale de France
9h45 : BnF – Les sociétés horticoles en région : l’exemple de Nancy par Alina Cantau et Luc Menapace
SNHF – Les collections de la bibliothèque de la Société Nationale d’Horticulture de France par Emmanuelle Royon
Mairie de Paris – Le centre de documentation des cimetières parisiens par Pierre Jourjon
11h : Pause
11h30 : Mairie de Paris – La Bibliothèque spécialisée et patrimoniale Du Breuil : une pluralité de missions pour répondre à la diversité de ses publics par Laurence Oudry
ENSP – Les collections de la bibliothèque de l’École nationale supérieure du paysage par Isabelle Sauvé

12h30 : Déjeuner libre

Modération : Françoise Dubost – Ethnologue
14h : CNAM – Le fonds expositions universelles de la bibliothèque du Conservatoire national des arts et métiers par Pascale Heurtel
Musée du Louvre – Les collections des jardins du musée du Louvre : un patrimoine fragile par Emmanuelle Héran
Université François Rabelais Tours – Qui sont les historiens des jardins, quel cursus pour quelles études ? par Christophe Morin
15h30 : Pause
16h : Paris I Panthéon Sorbonne – Le peintre au jardin public, de Manet à Hopper : un sujet d’histoire de l’art par Emmanuel Pernoud
Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis – La philosophie du Digital Land Art par Catherine Chomarat-Ruiz
17h30 : Clôture par Daniel Lejeune – Administrateur, chef de projet de la bibliothèque de la Société Nationale d’horticulture de France

Informations pratiques

Vendredi 10 novembre 2017 de 9h à 17h30
Amphithéâtre de la Société Nationale d’Horticulture de France
84, rue de Grenelle 75007 Paris.
Accès gratuit, sur inscription préalable par mail à bibliotheque@snhf.org.

  1. La SNHF est pôle associé de la BnF depuis 2012. Sa nouvelle bibliothèque a été inaugurée le 5 octobre 2017. Ses collections figurent parmi les premiers fonds horticoles de France. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Language matters : Presse anglophone en France / Presses d’exil et d’immigration au Royaume-Uni et aux Etats-Unis

Pour accompagne le colloque « La langue en questions : presse en anglais à l’étranger / presse en langue étrangère dans le monde anglophone« , qui se tiendra du 16 au 18 octobre, à L’Université Paris Diderot, à la Bibliothèque nationale de France et à l’University of Chicago Center in Paris, la Bibliothèque des Grands Moulins de l’Université Paris Diderot organise l’exposition Language matters : Presse anglophone en France / Presses d’exil et d’immigration au Royaume-Uni et aux Etats-Unis.

Argument

Saviez-vous que près de 6000 périodiques anglophones ont été publiés en France depuis la période révolutionnaire ? Ces documents appartiennent à une catégorie considérée comme marginale : celle des périodiques allophones, c’est-à-dire publiés dans une langue étrangère à celle du pays où ils paraissent. La richesse de la presse allophone est considérable, elle couvre tous les domaines. La presse anglophone constitue sa part principale. L’éventail de titres sélectionnés pour cette exposition met en lumière les liens qui ont unis, au cours de l’histoire, la France, le Royaume-Uni et les États-Unis.

Nous vous proposons un parcours du parchemin au numérique sur près de 300 ans de présence britannique et américaine en France. Ces journaux témoignent de l’activité politique, économique et artistique des Anglo-Américains à Paris et en province, ou encore rappellent le rôle capital des armées alliées lors des deux guerres mondiales. Ils nous montrent que la France n’est pas monolingue : elle parle anglais, tout comme elle s’est enrichie de toutes les autres langues des groupes étrangers qu’elle a accueillis et qui ont contribué à la façonner. Elle fait ainsi une large place à une presse allophone souvent issue de l’immigration et partage cette caractéristique avec le Royaume Uni et les États-Unis, deux pays où les périodiques en langue étrangère abondent.

Il y aura également :

  • une quinzaine de documents originaux exposés en vitrine,
  • la base de presse de la BnF, disponible sur un poste informatique,
  • des liens vers des archives en ligne, comme celles de l’International Herald Tribune dans Gale
  • une table documentaire vous présentant des livres sur ces thématiques

Visites

Visite et inauguration de l’exposition : Lundi 6 novembre à 18h30

Visites guidées :

  • Lundi 30 octobre à 14h
  • Lundi 20 novembre à 14h
  • Lundi 4 décembre à 11h30
  • Lundi 12 décembre à 16h
  • Samedi 13 janvier à 11h30

Visites spéciales :

  • Lundi 16 octobre à 18h15 : visite réservée aux hôtes de la conférence internationale ‘Language Matters’
  • Lundi 6 novembre à 12h : visite réservée au personnel de l’université Paris Diderot

Rencontres et débats :

  • Lundi 13 novembre à 18h30 : « Petite et grande histoire de l’International Herald Tribune » 

Atelier découverte animé par Marianne Haska (Gale).

  • Mercredi 17 janvier 2018 à 17h00 : rencontre avec Diana Cooper –Richet (UVSQ) « Les Anglais en France et leur publications »

Inscription recommandée : 01 57 27 66 57 ou claire.tirefort@univ-paris-diderot.fr

Informations pratiques

Du 11 octobre 2017 au 20 janvier 2018
Hall de la bibliothèque et Galerie (2ème étage)

Bibliothèque des Grands Moulins
Université Paris Diderot Paris 7
Bâtiments Grands Moulins
5 rue Thomas Mann
75205 Paris Cedex 13

Le dossier de presse.

Commissaires de l’exposition : Bénédicte Deschamps et Stéphanie Prévost, Université Paris Diderot

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Colloque international Foucault, les Pères et le sexe, Paris, 1-2-3 février 2018

A l’occasion de la parution du quatrième et dernier volume inédit du projet d’histoire de la sexualité de Michel Foucault, Les Aveux de la chair, la Bibliothèque nationale de France organise un colloque en partenariat avec l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, l’Institut des Sciences Juridique et Philosophique de la Sorbonne (UMR 8103, CNRS/Université Paris 1), l’Institut des Sources chrétiennes (UMR 5189 – Hisoma, CNRS/Université Lyon 2) et l’Association pour le Centre Michel Foucault.

Michel Foucault © Roland Allard/Agence VU’

Les travaux de Michel Foucault sur les Pères de l’Église forment au sein de l’œuvre un chantier qui reste à parcourir. D’un côté, ils inaugurent la réflexion sur la subjectivité et la subjectivation ; de l’autre, ils constituent un point d’analyse privilégié de l’émergence de la sexualité moderne et du rôle qu’y a joué le christianisme. S’y entendent la fréquentation de l’œuvre de Peter Brown et les échanges réguliers avec Paul Veyne.
Longtemps attendu par les spécialistes comme par le grand public, Les Aveux de la chair, quatrième et dernier volume inédit du projet d’histoire de la sexualité de Michel Foucault, paraissent début 2018 aux éditions Gallimard. Événement intellectuel et éditorial, cette parution vient refermer le volumineux dossier « Patristique » que Foucault avait ouvert dès 1976 et dont plusieurs pièces majeures nous étaient déjà accessibles. En 2012 est paru Du gouvernement des vivants, cours au Collège de France de 1980 consacré pour une large part aux Pères de l’Église (Hermas, Tertullien, Cassien, Clément de Rome, etc.), dont la lecture serrée était l’occasion d’analyses novatrices des « régimes chrétiens de vérité » (baptême, pénitence). Non seulement ces leçons annoncent ce que l’on a couramment appelé le « dernier Foucault » – celui des techniques de soi –, mais elles renouvellent profondément ce que nous croyions être la vision foucaldienne du christianisme, en apparence cristallisée en 1976 dans La Volonté de savoir et devenue doxa pour un large public : le christianisme ne serait que la religion de l’aveu et de l’obéissance. Une part important des Aveux de la chair reprend d’ailleurs le matériau du cours de 1980, augmenté d’une longue et étonnante analyse d’Augustin.
Si cette place du christianisme dans l’œuvre de Foucault a fait l’objet depuis une dizaine d’années d’une attention renouvelée, l’espace historique d’émergence et les acteurs majeurs de cette problématisation du sujet moderne – les Pères grecs et latins du IIe au Ve siècle – ont été rarement explorés pour eux-mêmes. La rencontre entre l’œuvre de Foucault et le monde de la recherche patristique (patrologues, philologues, historiens, théologiens) n’a pas encore eu lieu, alors même qu’elle est devenue une activité courante dans des domaines aussi variés que l’histoire de l’Antiquité gréco-romaine ou les sciences sociales.
Ce grand colloque international, le premier consacré à ce thème, espère combler ce manque.

En partenariat avec l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, l’Institut des Sciences Juridique et Philosophique de la Sorbonne (UMR 8103, CNRS/Université Paris 1), l’Institut des Sources chrétiennes (UMR 5189 – Hisoma, CNRS/Université Lyon 2) et l’Association pour le Centre Michel Foucault.

Comité scientifique
Philippe Büttgen, Philippe Chevallier, Agustín Colombo, Frédéric Gros, Bernard Meunier, Judith Revel, Philippe Sabot, Michel Senellart, Arianna Sforzini

Comité d’organisation
Philippe Büttgen, Philippe Chevallier, Agustín Colombo, Laurence Le Bras, Bernard Meunier, François Nida, Arianna Sforzini

Programme (sous réserve)

Jeudi 1er février
à l’Auditorium Colbert, 2 Rue Vivienne, 75002 Paris.
18h-19h30 : Conférence inaugurale, par Paul Veyne, suivie de Editer Les Aveux de la chair par Frédéric Gros

Vendredi 2 février
à l’Auditorium Colbert, 2 Rue Vivienne, 75002 Paris.
9h30-12h15 : Le tournant chrétien
14h15-17h30 : Une lecture singulière des Pères

Samedi 3 février
à l’Amphithéâtre Turgot, 17 rue de la Sorbonne, 75005 Paris.
9h30-12h15 : Augustin, finalement
14h15-17h30 : Ouvertures

Informations pratiques

Entré libre dans la limite des places disponibles
Jeudi 1er février et vendredi 2 février : à l’Auditorium Colbert, 2 rue Vivienne, 75002 Paris.
Samedi 3 février : à l’Amphithéâtre Turgot, 17 rue de la Sorbonne, 75005 Paris.

Accès le samedi sur inscription préalable à l’adresse : Philo-Recherche@univ-paris1.fr.

Enregistrer

Philippe Chevallier

Responsable des études à la délégation à la Stratégie et à la recherche de la Bibliothèque nationale de France

More Posts