Archives de catégorie : Hors les murs

Conférence « Le quartier Richelieu. Topographie, architecture, patrimoine », 15/12/2017

Les établissements du quadrilatère Richelieu, à savoir la Bibliothèque nationale de France, l’École nationale des chartes, l’Institut national d’histoire de l’art, et leur voisin le Centre allemand d’histoire de l’art, ont lancé un ambitieux programme de recherche sur l’histoire du quartier Richelieu.

Quadrilatère Richelieu

Le Quadrilatère Richelieu, qui tient son nom d’une des rues qui le délimite, est le berceau historique de la Bibliothèque nationale de France (BnF). Autrefois composé du Palais Mazarin, de l’hôtel Tubeuf, de la galerie Mansart et de deux édifices abritant la Bibliothèque royale, il accueille la BnF dès la première moitié du XVIIIe siècle. La Bibliothèque de l’INHA, baptisée alors Fonds Jacques-Doucet, vient s’y installer en 1992, dans la salle Ovale. Elle y restera jusqu’à la fin 2016, date à partir de laquelle elle occupe la salle Labrouste (ancienne salle de lecture de la Bibliothèque nationale) avec également la bibliothèque de l’École nationale des chartes qui oc­cupe désormais la majeure partie de l’aile située le long de la rue des Petits-Champs.

Léon de Laborde, De l’organisation des bibliothèques dans Paris, 4e lettre : Le palais Mazarin et les habitations de ville et de campagne au XVIIe siècle, Paris, A. Franck, 1845, p. 4.

Le cardinal Richelieu, en faisant construire en 1634 son Palais Cardinal (l’actuel Palais Royal), ouvre la voie à la construction des terrains alentours. L’hôtel Bautru, situé à l’angle des actuelles rue Vivienne et rue des Petits-Champs, œuvre du tout jeune Louis Le Vau, est le premier édifice de ce nouveau quartier. Il devient en 1665 l’hôtel de l’Intendant des finances et surintendant des bâtiments du Roi, Jean-Baptiste Colbert, qui lui fait apporter quelques modifications. Au fil des années, l’hôtel change plusieurs fois de fonction : il abrite les écuries de Philippe d’Orléans, devient le bureau des Domaines puis, après la Révolution, la Caisse de la dette publique.

Au XIXe siècle, le quartier se modifie : très animé grâce à ses cafés et commerces, il voit se développer les passages couverts, qui offrent aux piétons des chemins protégés, ouverts sur des vitrines, leur permettant d’éviter l’encombrement, la boue et les crevasses alors courantes. La galerie Vivienne voit le jour en 1825 ; la galerie Colbert, sa sœur jumelle, deux années plus tard, en 1827.

Histoire du quartier Richelieu

Ce projet est proposé conjointement par le Centre allemand d’histoire de l’art, la Bibliothèque nationale de France, l’École nationale des Chartes, les Universités Paris I Panthéon Sorbonne et Paris-Sorbonne ainsi que l’Institut national d’histoire de l’art et porte sur l’histoire du « quartier » qu’ils occupent, celui du quadrilatère Richelieu étendu, entre Louvre, Opéra et Place des Victoires.

La synergie vivante de ces institutions, dont les ressources  documentaires et les services aux publics sont immenses et complémen­taires, conforte Richelieu comme véritable acteur de la recherche, proposant un ensemble de compétences et de ressources sans équivalent au monde.

Le but de ce projet collectif est moins de définir le périmètre exact du « quartier » que de dessiner les contours d’une géographie culturelle qui concentre au cœur de Paris les lieux du savoir et des arts. En se penchant sur l’histoire de ces espaces dans lesquels les partenaires du projet ont pris leur quartier, il s’agira de contribuer à une histoire des capitales culturelles, tout en réfléchissant à la meilleure manière de rendre visible et accessible cette histoire.

Dans un premier temps du projet, les partenaires proposent une série de rencontres sous forme de séminaire pour poser les jalons d’une réflexion commune sur l’histoire architecturale et culturelle du quartier Richelieu, sur les sources disponibles (en particulier à partir des fonds de la BnF et de l’INHA – sans évidemment oublier les archives qui seront repérées à cette occasion) et leur exploitation.

Séminaire « Histoire du quartier »

Vendredi 15 décembre aura lieu en Salle Walter Benjamin, INHA, 10h30-12h30, la séance inaugurale du séminaire « Histoire du quartier ».

Cette séance prendra la forme d’une conférence d’Alexandre Gady (Université Paris-Sorbonne) intitulée Le quartier Richelieu. Topographie, architecture, patrimoine.

Cette séance de séminaire inaugure une série de rencontres autour de l’histoire du « quartier » qui continuera d’évoluer avec la deuxième phase des travaux du quadrilatère. En effet, sur le parcours allant du Louvre à l’Opéra, près des Arts décoratifs, du Palais-Royal et de la Comédie française, Richelieu, avec ses deux entrées rue Vivienne et rue de Richelieu, deviendra en 2020 un pas­sage dans la ville, le lieu de découverte d’un patrimoine exceptionnel, ouvert à tous, au cœur de Paris.

Enregistrer

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Colloque : Octave Mirbeau et les États-Unis. Regards croisés sur la réception critique de l’œuvre mirbellienne dans le Nouveau Monde

L’Université de Chicago, la Bibliothèque nationale de France et la Société Octave Mirbeau organisent un colloque international consacré à la réception critique de l’œuvre d’Octave Mirbeau dans le Nouveau Monde.

Octave Mirbeau par Dornac (1858-1941)

Argument

Aux États-Unis, l’œuvre de Mirbeau a reçu très tôt un accueil favorable. Nombreuses furent en effet outre-Atlantique les publications en français de ses romans et de ses pièces les plus célèbres à destination d’un public francophone local, mais aussi les traductions qui parurent du vivant de l’auteur et tout au long du XXe siècle. Le XXIe siècle n’a fait que confirmer cet intérêt pour les écrits mirbelliens. Ainsi, en 2015, sont parues les premières traductions américaines de Dans le ciel1 et des 21 jours d’un neurasthénique2.

Cet intérêt jamais démenti d’un lectorat américain pour l’auteur du Journal d’une femme de chambre se double encore d’une réception critique à bien des égards remarquable. Dans aucun autre pays étranger sans doute, l’œuvre de Mirbeau n’a suscité une telle production d’études et d’articles scientifiques. Dès 1966, à une époque où Mirbeau était encore largement ignoré par l’université française,  Martin Schwarz, professeur à l’Université de Virginie, publiait sa thèse Octave Mirbeau. Vie et œuvre. A partir de cette date, les travaux consacrés à Octave Mirbeau se sont multipliés outre-Atlantique notamment sous l’impulsion de Robert Ziegler, professeur à l’Université du Montana, dont les études récentes3 ont contribué, par leur approche psychanalytique, au renouvellement des études mirbelliennes.

Le colloque « Octave Mirbeau et les Etats-Unis. Regards croisés sur la réception critique de l’œuvre mirbellienne dans le Nouveau Monde », a pour but de faire dialoguer ensemble spécialistes américains et européens d’Octave Mirbeau autour de trois thèmes centraux dans l’œuvre mirbellienne qui ont particulièrement retenu la critique américaine : nature et animalité ; la représentation de la femme à la Belle Epoque et enfin littérature et peinture.

Nature et animalité chez Mirbeau

Pourfendeur de la société bourgeoise et technicienne, critique virulent de l’idée de progrès, Octave Mirbeau fut un ardent défenseur de la nature dans la lignée de Rousseau et de Montaigne. Cependant, cette défense de l’environnement, menacé de mort par la folie du système capitaliste, et des instincts naturels, par opposition aux « besoins artificiels » et à l’hypocrisie morale créés par la société moderne, n’est pas sans paradoxe. Pour Mirbeau, en effet, la nature obéit à « la loi du meurtre ». Il sait que l’homme si civilisé qu’il se prétende, est encore bien souvent dominé par des impulsions homicides qui lui viennent de ses ancêtres, les grands singes « cruels et lubriques ». Le monde naturel et animal est donc aussi celui de la cruauté décrite avec force et précision dans le Jardin des Supplices. Quelle part l’animalité occupe-t-elle dans la réflexion d’Octave Mirbeau sur l’homme et son devenir ? Qu’est-ce que l’animal peut nous apprendre sur la place et le rôle de l’homme dans le monde ? Comment Octave Mirbeau décrit-il les rapports entre le monde des hommes et celui des animaux, notamment dans son dernier roman Dingo dont le personnage principal n’est autre qu’un chien ? C’est à ces questions entre autres que la première demi-journée du colloque souhaiterait apporter des réponses en s’appuyant, si cela est jugé pertinent, sur les travaux théoriques récents dans le domaine des Animal Studies et de l’ecocritiscism qui ont vu le jour en Amérique du Nord.

La représentation de la femme à la Belle Époque

À l’instar de Léon Daudet qui dans un article de 1936 qualifia Octave Mirbeau de « gynophobe », on a souvent considéré l’auteur du Jardin des Supplices comme un des représentants les plus emblématiques de la misogynie Fin de siècle. Emily Apter dans les travaux qu’elle a consacrés à Mirbeau a contribué à renforcer cette image de misogyne associée à l’écrivain. La deuxième demi-journée du colloque consacrée à la représentation dans la femme à la Belle Epoque souhaiterait questionner cette interprétation univoque des écrits de Mirbeau en mettant notamment  l’accent sur la critique de la condition sociale réservée aux femmes présente dans les écrits romanesques (Le Journal d’une femme de Chambre) et les œuvres théâtrales (Les affaires sont les affaires). La question de la représentation de la femme chez Mirbeau sera encore abordée à travers l’analyse des trois adaptions cinématographiques du Journal d’une femme de chambre (Renoir, Bunuel et Jacquot) et de la réception de ces films outre-Atlantique.

Littérature et peinture

Octave Mirbeau fut une des plus ardents défenseurs de l’avant garde artistique de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle. Ami de Rodin et de Monnet, grand admirateur de Pissaro et de Camille Claudel, Mirbeau n’aura de cesse pendant toute sa vie de faire reconnaître l’art des Impressionnistes. La deuxième journée du colloque privilégiera deux axes d’analyse : la contribution d’Octave Mirbeau à la critique esthétique de son temps et les relations qu’entretiennent critique esthétique et création romanesque chez Mirbeau.

Programme

Mercredi 13 décembre
Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand, avenue de France, salle S70

  • 18h : conférence inaugurale « Octave Mirbeau et les Etats-Unis » par Pierre Michel, président de la Société Octave Mirbeau.

Jeudi 14 décembre
Université de Chicago, Centre à Paris, 6 rue Thomas Mann 75013
Nature, corps et animalité dans l’œuvre mirbellienne
Présidente de séance : Françoise Meltzer (Université de Chicago)

  • 9h – 9h30 : accueil et mot de bienvenue
  • 9h30 : Samuel Lair (Vice-Président de la Société Octave Mirbeau), « Le mythe de la nature chez Mirbeau » (titre provisoire)
  • 10h : Chloe VandenBerghe (Université Libre de Bruxelles), « Dans les yeux de Dingo : l’humain en question »
  • 10h30 : Alain (Georges) Leduc (Ecole supérieure d’Art de Lorraine/ESAL), « Dingo. Croc Blanc. Deux chiens politiques »
  • 11h – 11h15  : discussion
  • 11h15 -11h30 : pause
  • 11h30 : Anita Staron (Université de Lodz), « Les jardins de Mirbeau et de Rachilde – un rêve empoisonné »
  • 12h : Bertrand Marquer (Université de Strasbourg), « Les langages du corps dans L’Abbé Jules »
  • 12h30-12h45 : discussion
  • Déjeuner

Jeudi 14 décembre
Octave Mirbeau et la représentation de la femme à la Belle Epoque
Président de séance : Pierre Michel (Société Octave Mirbeau)

  • 14h : Ludivine Fustin (Université Paris-Sorbonne, Cellf), « Le cynisme au féminin dans l’œuvre d’Octave Mirbeau »
  • 14h30 : Lisa Rodrigues Suarez (Université Paris-Sorbonne, Cellf), « De l’insuffisance à l’excès : ambiguïté du consumérisme chez la femme mirbellienne »
  • 15h – 15h15 : discussion
  • 15h15 – 15h30 : pause
  • 15h30 : Lucia Campanella (Universidad de la Republica, Uruguay), « Réception de l’oeuvre de Mirbeau au Rio de la Plata : la figure de la femme travailleuse »
  • 16h : Elizabeth Muelsch (Angelo State University), « Le journal d’une femme de chambre et le journal d’une concierge. Sur la réception de Célestine et de Renée Michel aux Etats-Unis »
  • 16h30 – 17h : discussion

Vendredi 15 décembre
Université de Chicago, Centre à Paris, 6 rue Thomas Mann 75013
Octave Mirbeau, critique d’art

  • 9h30 : Marie-Bernard Bat (Université Paris-Sorbonne, Cellf), « Mirbeau amateur d’art et collectionneur éclairé »
  • 10h : Christian Limousin (poète et critique d’art), « Octave Mirbeau et l’érotisme dans l’art »
  • 10h30 – 10h45 : discussion
  • 10h45 -11h : pause
  • 11h : Andrei Pop (Université de Chicago), « Mirbeau, ennemi de l’absolu ? »
  • 11h30 – 12h : Annamaria Laserra (Université de Salerne), « La tentation de la science dans l’experience artistique de Lucien (Dans le Ciel) »
  • Discussion

Vendredi 15 décembre
Dans le Ciel. Littérature et peinture chez Octave Mirbeau

  • 14h : Ann Sterzinger (romancière et traductrice), « Dans le Ciel, une expérience de traduction »
  • Table ronde autour de Dans le Ciel : Annamaria Laserra, Ann Sterzinger, Christian Limousin, Marie-Bernard Bat, Pierre Michel

Enregistrer

  1. traduit par Ann Sterzinger []
  2. traduit par Justin Vicari []
  3. The Nothing Machine: the Fiction of Octave Mirbeau (2007) ; Octave Mirbeau’s Fictions of the Transcendental (2015 []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Enjeux et évolutions de la Bibliographie littéraire

La Société d’Histoire littéraire de la France organise une après-midi d’étude sur la Bibliographie de la Littérature française le samedi 25 novembre à la Sorbonne.

Après de longs efforts, la Bibliographie de la Littérature française1 a été mise en ligne en 2014 après avoir été longtemps un instrument de recherche uniquement imprimé, paraissant dans le hors-série annuel de la Revue d’Histoire littéraire de la France.

Programme

Ses porteurs, la Bibliothèque nationale de France, la Société d’Histoire littéraire de la France et Garnier Numérique, se proposent d’en assurer une présentation sur écrans.

La séance sera suivie d’une table ronde réunissant :

  • Frédéric BARBIER, directeur de recherche au CNRS et directeur d’études à l’EPHE
  • Claude BLUM, président de Garnier Numérique
  • Éric FEREY, conservateur à la BnF et ancien rédacteur en chef de la Bibliographie de la Littérature française
  • Romuald FONKOUA, directeur du Centre d’Études Francophones, Université Paris-Sorbonne
  • Marie GALVEZ, conservateur à la BnF et ancienne rédacteur en chef de la Bibliographie de la Littérature française
  • Istvan MONOK, directeur des bibliothèques et archives de l’Académie des Sciences de Hongrie
  • Monika PROCHNIEWICZ, conservateur à la BnF, rédacteur en chef de la Bibliographie de la Littérature française.

Modalités pratiques

En Sorbonne, bibliothèque Ascoli (escalier C, 2e étage) le samedi 25 novembre 2017 à 14 h.
Entrée libre dans la limite des places disponibles.
Accès par le 17 rue de la Sorbonne, sur présentation du programme joint, avec une pièce d’identité.

Programme à télécharger : Table_ronde_SHLF_2017

Pour accéder à la base (sur abonnement) : https://www.classiques-garnier.com/numerique/index.php?option=com_content&view=article&id=157%3A2014-08-20-07-19-26&catid=46%3Acatalogue-bases-biblio&Itemid=30

  1. Cf. brochure de Garnier numérique, url : <https://www.classiques-garnier.com/editions-bulletins/Brochure_BLF_Fr.pdf> []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Exposition : Reliures précieuses dans la collection de la BnF au musée du Louvre

En lien avec l’exposition de la Petite Galerie, Théâtre du pouvoir, où sont actuellement présentés les regalia, les instruments du sacre des rois de France, la Bibliothèque nationale de France a accepté le prêt de cinq de ses reliures les plus précieuses, conservées au département des Manuscrits : pendant huit mois, elles prennent ainsi provisoirement place dans les vitrines des salles médiévales du département des Objets d’art du Louvre.
Ces reliures forment un ensemble exceptionnel par leur somptuosité et leur histoire, du siècle de Charlemagne à la fin du Moyen Âge. A elles cinq, elles laissent entrevoir, chacune à leur manière, la richesse de l’art médiéval et, par-delà, celle de l’histoire culturelle et politique des différentes régions qui ont participé à la genèse de l’histoire de la France et des pays voisins.

Psautier de Dagulf, Ateliers dits de « l’École du palais » de Charlemagne (France du Nord actuelle ou Aix-la-Chapelle en Allemagne actuelle), entre 783 et 795. Plaques de reliure : Ivoire. Mentionné au Moyen Âge en Allemagne dans les trésors des cathédrales de Limbourg-sur-la Lahn, de Spire (avant 1065) puis de Brême (du XIe au XVe siècle). Le manuscrit est conservé à la Bibliothèque nationale autrichienne à Vienne. Musée du Louvre, MR 370-371. © RMN – Grand Palais (Musée du Louvre) / Martine Beck-Coppola

Conservés par la BnF depuis la Révolution et le Consulat, ces livres dialoguent, dans un parcours inédit, avec les Objets d’art des collections médiévales du Louvre et s’offrent sous un nouveau jour, en particulier pour   les deux reliures restaurées grâce au mécénat de la Fondation Polonsky.

Évangiles de la collégiale Saint-Louis de Metz. Plat inférieur de la reliure. Au centre, ivoire représentant une Crucifixion (Constantinople, XIe siècle). Encadrement de plaques d’argent et plaques émaillées, cabochons de cristal de roche (XIIIe -XIVe siècles). BnF, département des Manuscrits, latin 9391. © Bibliothèque nationale de France

Au Moyen Âge, les livres liturgiques utilisés pour la célébration du service divin faisaient partie des trésors des églises aux côtés d’autres objets sacrés comme les reliques. Ils revêtaient, pour l’établissement religieux qui les conservait, une fonction mémorielle essentielle : le trésor servait à perpétuer le glorieux souvenir de la fondation du lieu comme à incarner son histoire vivante et la puissance de son assise spirituelle et temporelle.

Deuxième Évangéliaire de la Sainte-Chapelle, Paris, vers 1240 (bordures extérieures de la reliure du XVIe siècle). Plat supérieur de la reliure : Crucifixion. Plat inférieur de la reliure : Christ en majesté. Argent doré, cabochons de verre et de pâte de verre. BnF, département des Manuscrits, latin 9455. © Bibliothèque nationale de France

Le statut d’unica des livres qui en faisaient partie et leur valeur hautement commémorative justifiait l’ornementation luxueuse qui était la leur et qui rivalisait sans peine avec les plus riches pièces d’orfèvrerie dans la glorification de Dieu.
Tous ont pour point commun d’avoir reçu une riche décoration enluminée et, en guise de couverture, de véritables joyaux dont la splendeur et l’iconographie élaborée sont à la mesure de la dimension spirituelle et symbolique de leur contenu. Ces manuscrits proviennent de centres variés : Metz pour les deux livres d’Évangiles présentés dans la première et dernière vitrine, Saint-Vaast d’Arras pour le Missel de Saint-Denis dans la vitrine de la salle 4 et Paris pour les deux Évangéliaires de la Sainte-Chapelle dans la vitrine centrale de la salle 2.

Premier Évangéliaire de la Sainte-Chapelle, Paris, vers 1230 et 1240-1248. Plat supérieur de la reliure : Résurrection du Christ. Plat inférieur : Crucifixion. Argent doré et niellé. BnF, département des Manuscrits, latin 8892. © Bibliothèque nationale de France
Missel à l’usage de Saint-Denis. Plat supérieur : Figurines d’ivoire de morse de l’école du palais de Charles le Chauve, vers 870. Feuille d’or gravée, repoussée, filigrané et orné de pierres précieuses et de perles remontant au XIe siècle (bordure extérieure du XIIIe siècle). BnF, département des Manuscrits, latin 9436. Plat inférieur : Plaque de cuivre dorée, gravée et ciselée, insérée dans un cadre d’argent estampé et contenant la figure de saint Jean l’Évangéliste (France, XVe siècle) . BnF, département des Manuscrits, latin 9436. © Bibliothèque nationale de France

Si l’exécution de ces manuscrits et de leurs enluminures est bien localisée dans l’espace et le temps, il n’en va pas toujours de même de leurs reliures, dont certaines présentent un aspect composite. Leur décor est formé à l’aide de matériaux aussi précieux que variés : or, argent, cuivre, ivoire, gemmes, perles… Ceux-ci, comme les techniques raffinées avec lesquelles ils étaient travaillés, avaient pour fonction d’accroître la valeur esthétique et spirituelle des livres.


Cette présentation est organisée par la Bibliothèque nationale de France et le musée du Louvre.

Évangiles de Drogon. Plaque d’ivoire d’éléphant illustrant des scènes de la Passion du Christ : Metz, vers 850. Bordure d’orfèvrerie à filigrane avec perles et pierres, XIe siècle. BnF, département des Manuscrits, latin 9388. © Bibliothèque nationale de France

Commissaires de l’exposition : Charlotte Denoël, conservatrice en chef, département des Manuscrits, BnF et Florian Meunier, conservateur en chef, département des Objets d’art, musée du Louvre.

Manuscrit de Denys l’Aréopagite. Manuscrit : Constantinople, 1403-1405 ; Ivoire : Paris, vers 1360-1380 ; Monture : argent doré, pierreries : Paris, vers 1400, remaniée au XVIIe siècle. Provient du trésor de l’abbaye de Saint-Denis. Musée du Louvre, MR 416. © RMN – Grand Palais (Musée du Louvre) / Jean-Gilles Berizzi

Œuvre en scène : Évangiles de Drogon, le mercredi 30 mai 2018 à 12h30, à l’auditorium du Louvre.
Par Charlotte Denoël, BnF, Jannic Durand et Florian Meunier, musée du Louvre.

Boîte-reliure de Maastricht, Empire ottonien (Trèves ou Ratisbonne ? Allemagne actuelle), vers 1020-1040. Provient du trésor de la cathédrale de Maastricht. Âme de bois, or, émaux cloisonnés, nielle, cabochons. Musée du Louvre, MR 349. © RMN – Grand Palais (Musée du Louvre) / Droits réservés

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Fenêtre sur jardins – Journée d’étude de la bibliothèque horticole (10/11/17)

La deuxième journée d’étude de la bibliothèque1 organisée en partenariat avec la Bibliothèque nationale de France se tiendra le 10 novembre 2017 dans l’amphithéâtre de la SNHF. Comme pour la première édition, seront présents les professionnels des bibliothèques, archives, musées ainsi que des chercheurs afin de dialoguer autour de l’histoire, de l’art et de la philosophie des jardins.

Programme

9h : Accueil
9h30 : Ouverture par Dominique Douard – Président de la Société Nationale d’Horticulture de France
Modération : Sophie Bertrand – Cheffe du service de la coopération – Bibliothèque nationale de France
9h45 : BnF – Les sociétés horticoles en région : l’exemple de Nancy par Alina Cantau et Luc Menapace
SNHF – Les collections de la bibliothèque de la Société Nationale d’Horticulture de France par Emmanuelle Royon
Mairie de Paris – Le centre de documentation des cimetières parisiens par Pierre Jourjon
11h : Pause
11h30 : Mairie de Paris – La Bibliothèque spécialisée et patrimoniale Du Breuil : une pluralité de missions pour répondre à la diversité de ses publics par Laurence Oudry
ENSP – Les collections de la bibliothèque de l’École nationale supérieure du paysage par Isabelle Sauvé

12h30 : Déjeuner libre

Modération : Françoise Dubost – Ethnologue
14h : CNAM – Le fonds expositions universelles de la bibliothèque du Conservatoire national des arts et métiers par Pascale Heurtel
Musée du Louvre – Les collections des jardins du musée du Louvre : un patrimoine fragile par Emmanuelle Héran
Université François Rabelais Tours – Qui sont les historiens des jardins, quel cursus pour quelles études ? par Christophe Morin
15h30 : Pause
16h : Paris I Panthéon Sorbonne – Le peintre au jardin public, de Manet à Hopper : un sujet d’histoire de l’art par Emmanuel Pernoud
Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis – La philosophie du Digital Land Art par Catherine Chomarat-Ruiz
17h30 : Clôture par Daniel Lejeune – Administrateur, chef de projet de la bibliothèque de la Société Nationale d’horticulture de France

Informations pratiques

Vendredi 10 novembre 2017 de 9h à 17h30
Amphithéâtre de la Société Nationale d’Horticulture de France
84, rue de Grenelle 75007 Paris.
Accès gratuit, sur inscription préalable par mail à bibliotheque@snhf.org.

  1. La SNHF est pôle associé de la BnF depuis 2012. Sa nouvelle bibliothèque a été inaugurée le 5 octobre 2017. Ses collections figurent parmi les premiers fonds horticoles de France. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Language matters : Presse anglophone en France / Presses d’exil et d’immigration au Royaume-Uni et aux Etats-Unis

Pour accompagne le colloque « La langue en questions : presse en anglais à l’étranger / presse en langue étrangère dans le monde anglophone« , qui se tiendra du 16 au 18 octobre, à L’Université Paris Diderot, à la Bibliothèque nationale de France et à l’University of Chicago Center in Paris, la Bibliothèque des Grands Moulins de l’Université Paris Diderot organise l’exposition Language matters : Presse anglophone en France / Presses d’exil et d’immigration au Royaume-Uni et aux Etats-Unis.

Argument

Saviez-vous que près de 6000 périodiques anglophones ont été publiés en France depuis la période révolutionnaire ? Ces documents appartiennent à une catégorie considérée comme marginale : celle des périodiques allophones, c’est-à-dire publiés dans une langue étrangère à celle du pays où ils paraissent. La richesse de la presse allophone est considérable, elle couvre tous les domaines. La presse anglophone constitue sa part principale. L’éventail de titres sélectionnés pour cette exposition met en lumière les liens qui ont unis, au cours de l’histoire, la France, le Royaume-Uni et les États-Unis.

Nous vous proposons un parcours du parchemin au numérique sur près de 300 ans de présence britannique et américaine en France. Ces journaux témoignent de l’activité politique, économique et artistique des Anglo-Américains à Paris et en province, ou encore rappellent le rôle capital des armées alliées lors des deux guerres mondiales. Ils nous montrent que la France n’est pas monolingue : elle parle anglais, tout comme elle s’est enrichie de toutes les autres langues des groupes étrangers qu’elle a accueillis et qui ont contribué à la façonner. Elle fait ainsi une large place à une presse allophone souvent issue de l’immigration et partage cette caractéristique avec le Royaume Uni et les États-Unis, deux pays où les périodiques en langue étrangère abondent.

Il y aura également :

  • une quinzaine de documents originaux exposés en vitrine,
  • la base de presse de la BnF, disponible sur un poste informatique,
  • des liens vers des archives en ligne, comme celles de l’International Herald Tribune dans Gale
  • une table documentaire vous présentant des livres sur ces thématiques

Visites

Visite et inauguration de l’exposition : Lundi 6 novembre à 18h30

Visites guidées :

  • Lundi 30 octobre à 14h
  • Lundi 20 novembre à 14h
  • Lundi 4 décembre à 11h30
  • Lundi 12 décembre à 16h
  • Samedi 13 janvier à 11h30

Visites spéciales :

  • Lundi 16 octobre à 18h15 : visite réservée aux hôtes de la conférence internationale ‘Language Matters’
  • Lundi 6 novembre à 12h : visite réservée au personnel de l’université Paris Diderot

Rencontres et débats :

  • Lundi 13 novembre à 18h30 : « Petite et grande histoire de l’International Herald Tribune » 

Atelier découverte animé par Marianne Haska (Gale).

  • Mercredi 17 janvier 2018 à 17h00 : rencontre avec Diana Cooper –Richet (UVSQ) « Les Anglais en France et leur publications »

Inscription recommandée : 01 57 27 66 57 ou claire.tirefort@univ-paris-diderot.fr

Informations pratiques

Du 11 octobre 2017 au 20 janvier 2018
Hall de la bibliothèque et Galerie (2ème étage)

Bibliothèque des Grands Moulins
Université Paris Diderot Paris 7
Bâtiments Grands Moulins
5 rue Thomas Mann
75205 Paris Cedex 13

Le dossier de presse.

Commissaires de l’exposition : Bénédicte Deschamps et Stéphanie Prévost, Université Paris Diderot

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Colloque international Foucault, les Pères et le sexe, Paris, 1-2-3 février 2018

A l’occasion de la parution du quatrième et dernier volume inédit du projet d’histoire de la sexualité de Michel Foucault, Les Aveux de la chair, la Bibliothèque nationale de France organise un colloque en partenariat avec l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, l’Institut des Sciences Juridique et Philosophique de la Sorbonne (UMR 8103, CNRS/Université Paris 1), l’Institut des Sources chrétiennes (UMR 5189 – Hisoma, CNRS/Université Lyon 2) et l’Association pour le Centre Michel Foucault.

Michel Foucault © Roland Allard/Agence VU’

Les travaux de Michel Foucault sur les Pères de l’Église forment au sein de l’œuvre un chantier qui reste à parcourir. D’un côté, ils inaugurent la réflexion sur la subjectivité et la subjectivation ; de l’autre, ils constituent un point d’analyse privilégié de l’émergence de la sexualité moderne et du rôle qu’y a joué le christianisme. S’y entendent la fréquentation de l’œuvre de Peter Brown et les échanges réguliers avec Paul Veyne.
Longtemps attendu par les spécialistes comme par le grand public, Les Aveux de la chair, quatrième et dernier volume inédit du projet d’histoire de la sexualité de Michel Foucault, paraissent début 2018 aux éditions Gallimard. Événement intellectuel et éditorial, cette parution vient refermer le volumineux dossier « Patristique » que Foucault avait ouvert dès 1976 et dont plusieurs pièces majeures nous étaient déjà accessibles. En 2012 est paru Du gouvernement des vivants, cours au Collège de France de 1980 consacré pour une large part aux Pères de l’Église (Hermas, Tertullien, Cassien, Clément de Rome, etc.), dont la lecture serrée était l’occasion d’analyses novatrices des « régimes chrétiens de vérité » (baptême, pénitence). Non seulement ces leçons annoncent ce que l’on a couramment appelé le « dernier Foucault » – celui des techniques de soi –, mais elles renouvellent profondément ce que nous croyions être la vision foucaldienne du christianisme, en apparence cristallisée en 1976 dans La Volonté de savoir et devenue doxa pour un large public : le christianisme ne serait que la religion de l’aveu et de l’obéissance. Une part important des Aveux de la chair reprend d’ailleurs le matériau du cours de 1980, augmenté d’une longue et étonnante analyse d’Augustin.
Si cette place du christianisme dans l’œuvre de Foucault a fait l’objet depuis une dizaine d’années d’une attention renouvelée, l’espace historique d’émergence et les acteurs majeurs de cette problématisation du sujet moderne – les Pères grecs et latins du IIe au Ve siècle – ont été rarement explorés pour eux-mêmes. La rencontre entre l’œuvre de Foucault et le monde de la recherche patristique (patrologues, philologues, historiens, théologiens) n’a pas encore eu lieu, alors même qu’elle est devenue une activité courante dans des domaines aussi variés que l’histoire de l’Antiquité gréco-romaine ou les sciences sociales.
Ce grand colloque international, le premier consacré à ce thème, espère combler ce manque.

En partenariat avec l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, l’Institut des Sciences Juridique et Philosophique de la Sorbonne (UMR 8103, CNRS/Université Paris 1), l’Institut des Sources chrétiennes (UMR 5189 – Hisoma, CNRS/Université Lyon 2) et l’Association pour le Centre Michel Foucault.

Comité scientifique
Philippe Büttgen, Philippe Chevallier, Agustín Colombo, Frédéric Gros, Bernard Meunier, Judith Revel, Philippe Sabot, Michel Senellart, Arianna Sforzini

Comité d’organisation
Philippe Büttgen, Philippe Chevallier, Agustín Colombo, Laurence Le Bras, Bernard Meunier, François Nida, Arianna Sforzini

Programme (sous réserve)

Jeudi 1er février
à l’Auditorium Colbert, 2 Rue Vivienne, 75002 Paris.
18h-19h30 : Conférence inaugurale, par Paul Veyne, suivie de Editer Les Aveux de la chair par Frédéric Gros

Vendredi 2 février
à l’Auditorium Colbert, 2 Rue Vivienne, 75002 Paris.
9h30-12h15 : Le tournant chrétien
14h15-17h30 : Une lecture singulière des Pères

Samedi 3 février
à l’Amphithéâtre Turgot, 17 rue de la Sorbonne, 75005 Paris.
9h30-12h15 : Augustin, finalement
14h15-17h30 : Ouvertures

Informations pratiques

Entré libre dans la limite des places disponibles
Jeudi 1er février et vendredi 2 février : à l’Auditorium Colbert, 2 rue Vivienne, 75002 Paris.
Samedi 3 février : à l’Amphithéâtre Turgot, 17 rue de la Sorbonne, 75005 Paris.

Accès le samedi sur inscription préalable à l’adresse : Philo-Recherche@univ-paris1.fr.

Enregistrer

Philippe Chevallier

Responsable des études à la délégation à la Stratégie et à la recherche de la Bibliothèque nationale de France

More Posts

Colloque « Oscar-Vladislas de Lubicz-Milosz », Paris, 15-16 novembre 2017

L’Association des Amis de Milosz, l’Observatoire de la vie littéraire (OBVIL, Labex), la Société Historique et Littéraire Polonaise, la Bibliothèque Littéraire Jacques Doucet et le Centre de Recherche en Littérature Comparée de l’université Paris-Sorbonne organisent un colloque consacré à Oscar-Vladislas de Lubicz-Milosz.

Dans son recueil d’essais Une Rencontre, Milan Kundera a souligné la place singulière de Milosz dans la littérature française, revendiquant pour lui l’intouchable solitude d’un étranger.
L’étrangeté, voilà qui caractérise peut-être toute littérature authentique. Oscar Vladislas de Lubicz-Milosz (1877-1939), poète de langue française, n’a cessé de paraître étranger à ce monde, de par le rythme de sa langue, de par ses sujets de prédilection, comme par ses origines ou son métier de diplomate au service de la Lituanie. Resté étranger en France, bien que de nationalité française depuis 1931, il l’est demeuré après sa mort. Sa destinée littéraire est à l’image de ce qu’en a dit André Blanchet : « Un des poètes les plus vrais, un des plus hauts de notre langue et de toute langue. L’un des plus exigeants, l’un des plus complètement ratés. Mais raté comme Nerval et Baudelaire, comme Rimbaud et Verlaine. Comme Van Gogh ».
C’est afin de contribuer à mieux comprendre la portée de cette œuvre et le sens qu’elle peut prendre pour nous aujourd’hui, que se tient ce colloque, organisé par l’Association des Amis de Milosz, avec la Bibliothèque nationale de France, la Société Historique et Littéraire Polonaise, l’Observatoire de la Vie littéraire (Labex OBVIL), la Bibliothèque Littéraire Jacques Doucet et le Centre de Recherche en Littérature Comparée de l’Université Paris-Sorbonne.
Oscar-Vladislas de Lubicz-Milosz (1877-1939)

Programme

Oscar-Vladislas de Lubicz-Milosz. L’intouchable solitude d’un étranger

Première journée – mercredi 15 novembre 2017
MATINÉE
Présidente de séance : Maria Delaperrière

9h00 : Accueil des participants – Introduction de la journée

9h30-11h00
Oscar-Vladislas de Lubicz-Milosz – un poète polonais ?
Jan Zieliński (Varsovie)
Contexte et sous-texte des Zborowski : le héros solitaire se serait-il trouvé un Maître abramowskien ?
Katia Vandenborre (Bruxelles)
Entre deux rives. Milosz, la Pologne et la Lituanie (1916-1927) : une décennie d’efforts, de rêves et de ruptures
Julien Gueslin (Strasbourg)
Discussion – Pause : 11h00-11h15

11h15-12h15
Paradis de Milosz et de Kafka
Clément Layet (Paris)
Milosz – Wöhrle : deux solitudes poétiques croisées par la Lituanie
Philippe Edel (Strasbourg)
Discussion – Déjeuner : 12h30-14h15

APRÈS-MIDI
Président de séance : Olivier Piveteau

14h30-15h00
Milosz, poète du secret
Pierre Brunel, membre de l’Institut (Paris)

15h00-15h45
Milosz à l’opéra : autour du Don Juan de Mañara d’Henri Tomasi
Table ronde animée par Olivier Piveteau, avec la participation de Pierre Brunel, Benoît Sitzia (compositeur) et Claude Tomasi (biographe d’Henri Tomasi).
Discussion – Pause : 16h00-16h30

16h30-17h45
Récital poésie et musique
Avec le comédien Francis Coffinet (lecture de poèmes de Milosz) et le musicien Etienne Champollion (piano, accordéon)

Deuxième journée – jeudi 16 novembre 2017
MATINÉE
Président de séance : Christophe Langlois

9h : Introduction de la journée

9h30-11h
Etude stylistique de l’épanalepse dans la poésiemiloszienne : une modalité itérative au service de la »réintégration » du « Séparé de lui-même »
Dorgelès Houessou (Bouaké)

L’intarissable silence d’un lieu sans âge. Un legs de Milosz pour notre temps
Elettra Bordino Zorzi (Trévise)

Lire Milosz en langue étrangère. Étude comparéed’une dizaine de poèmes traduits en anglais et en lituanien
Viktorija Skrupskelytė (Kaunas)

Discussion

11h15-12h15
La cosmologie de Milosz, George Sarton et l’histoire des sciences
David Palmieri (Boston)

L’épisode de David et Bethsabée selon Milosz :solitude, vision et mystère dans Méphiboseth
Olivier Piveteau (Rochefort)

Discussion

APRÈS-MIDI
Président de séance : Thierry Laurent

14h30-15h30
Oscar Milosz dans le contexte de la poésie lituaniennede l’exil
Nijolė Kašelionienė (Vilnius)

Oscar Milosz dans le champ littéraire lituanien
Genovaitė Dručkutė (Vilnius)

Discussion

16h-17h30
Milosz, source d’inspiration
Table ronde animée par Jean-Baptiste Para (revue Europe), avec les poètes et écrivains Olivier Barbarant,Marie Étienne, Hubert Haddad et Christophe Langlois.

17h30 : Clôture du colloque

Informations pratiques

Première journée de ce colloque le 15/11/2017 : Bibliothèque polonaise de Paris – 6, Quai d’Orléans, 75004 Paris
Réservation indispensable auprès de info@amisdemilosz.com ou 06 88 91 61 77

Deuxième journée le 16/11/2017 : Bibliothèque de l’Arsenal – 1, rue de Sully 75004 Paris
Réservation indispensable auprès de visites@bnf.fr ou 01 53 79 49 49

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Colloque : « Quand l’archéologie construit ses archives », 9-10 novembre 2017

Dans le cadre du programme Commission de Topographie des Gaules (1858-1879) financé par le Labex Les Passés dans le présent, le Musée d’Archéologie nationale et les Archives nationales organisent un colloque les 9 et 10 novembre 2017.

Commission de Topographie des Gaules (1858-1879)
Tampon de la Commission de Topographie des Gaules ©Musée d’Archéologie nationale

Archives et archéologie entretiennent des rapports étroits, et pour ainsi dire séminaux. À partir du moment où la fouille du sol est devenue, le point d’ancrage de l’administration de la preuve archéologique, la question de l’enregistrement des informations et objet recueillis dans leur contexte a pris une dimension à la fois symbolique et stratégique.

En s’arc-boutant sur les modèles parfois contradictoires mais complémentaires, de l’architecture et de la géologie, les archéologues ont précocément adopté, en guise de comparaison opératoire, la phrase de Buffon, comparant les couches sédimentées aux « archives de la terre ». Dans la seconde moitié du XIXe siècle, cette métaphore savante se transforme progressivement en un véritable protocole de travail : l’enregistrement systématique des données contextuelles à une activité de fouille est assimilé à un dépouillement des « archives du sol » (Leroi-Gourhan). Du plan au carnet de notes, du relevé aux estampages, de la photo au prélèvement sédimentaire, la recherche archéologique a donc généré une constellation de supports documentaires connectés aux objets et collections, eux-mêmes assimilés à des documents.

L’archéologie moderne et contemporaine s’est donc construite en parallèle de l’accumulation d’une documentation dont la « mise en archives », c’est-à-dire la transmission pérenne et partagée par l’accessibilité des documents, est au coeur de la réflexion proposée au cours des deux journées des 9 et 10 novembre 2017, au musée d’Archéologie nationale et aux Archives nationales, dans le cadre du Labex « Les Passés dans le Présent » (ANR-11-LABX-026-01).

Cette rencontre scientifique se propose d’aborder cette genèse mutuelle de l’archéologie et de ses archives à travers deux approches :

  • La première journée sera consacrée à l’histoire des archives du musée d’Archéologie nationale, depuis sa préfiguration à travers la commission de Topographie des Gaules créée en 1858, dont la transmission des archives est aussi complexe que dispersée, mais aussi à travers les fonds privés associés aux collections acquises. Moulages, collections d’archéologie comparée et collections Piette viendront illustrer l’ampleur des « archives archéologiques » vantées par Gabriel de Mortillet.
  • La seconde journée s’intéressera plus particulièrement aux lieux de conservation des archives historiques et contemporaines de l’archéologie, du Muséum à l’Institut, du bureau des fouilles à l’INRAP, dû à la manière dont la fouille (programmée, préventive, en France comme à l’étranger) produit et transmet des fonds d’archives, mais encore la manière dont ces derniers peuvent être remobilisés par la recherche actuelle, dans le cadre de « reprises » d’opérations sur des sites majeurs (chantier INRAP – Laboratoire Traces du Mas d’Azil par exemple).

Programme

Jeudi 9 novembre 2017

Musée d’Archéologie nationale – Domaine national de Saint-Germain-en-Laye (MAN)
Auditorium

9h15 – Accueil : Ces archives qui font le Musée d’Archéologie nationale
Hilaire Multon, directeur du musée d’Archéologie nationale et du Domaine national de Saint-Germain-en-Laye

9h30 – Introduction : Les archives du MAN, entre splendeur et misère
Corinne Jouys Barbelin, MAN

9h45 – La Commission de Topographie des Gaules : aux sources du musée gallo-romain
Elie Rafowicz, musée d’Évreux

10h15 – Les archives de l’épigraphie
Pauline Cuzel, AOROC / MAN

10h35 – Une histoire de bibliothèque
Grégoire Meylan, MAN

Pause

11h15 – 12h15 – Table ronde 1 : Quand archéologues et amateurs éclairés offrent au MAN leurs archives : petit panorama
Modération : Corinne Jouys Barbelin (MAN)

  • Le fonds de l’abbé Philippe, Mathilde Vauquelin, Master 2, École du Louvre
  • Le fonds Breuil, le fonds Suzanne Cassou de Saint-Mathurin, Yann Potin, Archives nationales
  • Le fonds Rayet, Anaïs Boucher, Sèvres – Cité de la céramique

12h15 -12h30 – Débat

Déjeuner – Visite libre des collections

14h15 -15h30 –Table ronde 2 : « Les archives archéologiques » (Gabriel de Mortillet)
Modération : Noël Coye (Pôle international de la Préhistoire)

  • Les moulages : des archives comme les autres ? Clotilde Proust, MAN
  • La salle d’archéologie comparée : un pan de la documentation ? Christine Lorre, MAN
  • La salle Piette : une oeuvre documentaire ? Catherine Schwab, MAN

Pause

16h00 – 17h – Un écrin pour le MAN

  • Les archives du Domaine : complexité et lacunes, Pauline Louvrier, archiviste, CNRS
  • Quand le musée d’Archéologie nationale assemble les archives de son château, Étienne Faisant, docteur en histoire de l’art

17h00 -17h15 – Débat

Introduction à la journée du 10 novembre 2017
Corinne Jouys Barbelin, MAN

19h – Lancement du site Internet : « Aux sources de l’archéologie : la Commission de Topographie des Gaules », collection Grands sites archéologiques (Thomas Sagory, MAN / MCC ; Fleuric Dupau-Delmas, chef de projet)

Vendredi 10 novembre 2017

Archives nationales – Site de Pierrefitte-sur-Seine
Auditorium

9h15 – Accueil par Emmanuel Rousseau, directeur des fonds, Archives nationales

9h30 – 10h – Conférence introductive
Alain Schnapp (université Paris 1)

Matin : Quelles archives de et pour l’archéologie ?

10h – 11h – L’archéologie dans les fonds des Archives nationales
Yann Potin, Pascal Riviale, Archives nationales

Pause

11h15 -12h45 – Table ronde 1 : Les grands gisements d’archives
Modération : Rosine Lheureux (Archives nationales)

  • Sous-direction de l’archéologie (M. Monnier/Ch. Périn) et Médiathèque de l’Architecture et du Patrimoine (J.-Ch. Forgeret)
  • Maison de l’Archéologie et de l’ethnologie, Nanterre (Elisabeth Bellon)
  • Institut de France (Françoise Bérard)
  • Bibliothèques du Muséum national d’histoire naturelle (Joëlle Garcia)

12h45 – 13h – Débat

Déjeuner

Après -midi : Quand les archives reconstruisent l’archéologie

14h30 – 15h – Contexte juridique de l’exercice de l’archéologie en France et conséquences sur les fonds documentaires
Vincent Négri (CNRS/ISP)

15h – 16h30 – Table ronde 2 : valorisations et revisites
Modération : Dany Barraud (MCC, Inspection général des patrimoines)

  • La reprise du Mas d’Azil (Marc Jarry, INRAP/Toulouse II)
  • Le projet de Moulin Quignon (Arnaud Hurel, MNHN)
  • Ethno-histoire et archéologie en Guadeloupe (André Delpuech, Musée de l’Homme)
  • La collection « Grands sites » (Thomas Sagory, MAN/MCC)
  • Lascaux et son chronogramme (Geneviève Pinçon, Centre national de la Préhistoire)

16h30 – 16h50 – Débat

Pause

17h – 17h30 – Conclusions et perspectives
Nathan Schlanger (École nationale des chartes)

Organisation

Corinne Jouys Barbelin (Musée d’Archéologie nationale)
Rosine Lheureux, Emmanuelle Giry, Yann Potin, Pascal Riviale (Archives nationales)

Enregistrer

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Colloque international Census, 12 et 13 octobre 2017

La rencontre internationale « Census » réunit de nombreux experts européens, du monde universitaire et des bibliothèques, pour réfléchir aux pratiques actuelles de recensement des manuscrits au sein des bases de données de référence et au sein des catalogues en ligne de bibliothèques. Ce partage d’expériences est l’occasion de mettre en lumière les nouveaux enjeux de recherche et les améliorations proposées au sein des différents outils et catalogues.

Programme

Jeudi 12 octobre 2017

9h309h45 IntroductionFrançois Bougard et Matthieu Cassin (IRHT)
9h4510h45 Recenser les manuscrits par langue : langues anciennes et médiévales (Salle Jeanne-Vielliard, IRHT, Paris 16e)François Bougard
9h45-10h15 Trismegistos: cataloguing all ancient texts (BC 800 BC – AD 800) – M. Depauw, KU Leuven
10h15-10h45 Pinakes (recenser et décrire les manuscrits grecs) et Diktyon (identifier les manuscrits grecs) – M. Cassin, IRHT
10h4511h Pause
11h-12h30 Recenser les manuscrits par langue : langues anciennes et médiévales (Salle Jeanne-Vielliard, IRHT, Paris 16e)Brigitte Mondrain (SAPRAT, EPHE)
11h-11h30 Digital Coptic – DH Projects in Coptic Studies – M. Rosenau, Akademie der Wissenschaften zu Göttingen
11h30-12h E-ktobe : une base pour les manuscrits syriaques – A. Binggeli, IRHT
12h-12h30 Classer les manuscrits hébreux par leur aire de production : enjeux et problèmes méthodologiques – J. Olszowy-Schlanger, SAPRAT, EPHE, IRHT
12h3014h Déjeuner
14h16h Recenser les manuscrits par paysClaudia Fabian
14h-14h30 Cultural objects and descriptions. Towards a new German Manuscript Portal – R. Giel, Berlin, Staatsb.zu Berlin – Preussischer Kulturbesitz, Handschriftenabteilung
14h30-15h Local – National – Global : How e-codices has made a national manuscript portal in Switzerland – Ch. Flüeler, Université de Fribourg
15h-15h30 manuscripta.at – Manuscrits médiévaux en Autriche – Ch. Glassner, Österreichische Akademie der Wissenschaften
15h30-16h Medieval and Renaissance Manuscripts in North America : Identification, Digitization, and Discoverability – L. Fagin Davis, Medieval Academy of America
16h2018h Recenser les manuscrits par paysPierre-Jean Riamond (Ministère de la Culture)
16h20-16h50 Documentare i manoscritti greci d’Italia : riflessioni in margine ad un lavoro in corso – M. Maniaci, Università degli studi di Cassino
16h50-17h20 Nuovi strumenti per la catalogazione in ManusOnLine: le Linee Guida per l’Authority File e la tastiera virtuale – L. NEGRINI, ICCU, Roma
17h20-18h Recenser et décrire les manuscrits des bibliothèques publiques de France : les catalogues en ligne. – A. Postec, BnF – C. Poiret, CCFr – P. Latour, Calames

Vendredi 13 octobre 2017

9h30-9h45 Accueil et Introduction (Petit auditorium de la Bibliothèque nationale de France, Paris 13e)Isabelle le Masne de Chermont
9h4510h45 Recenser les manuscrits par langue : langues modernes (Petit auditorium de la Bibliothèque nationale de France, Paris 13e)Isabelle le Masne de Chermont
9h45-10h15 Handschriftencensus (allemand) – N. Busch, Universität Siegen
10h15-10h45 Les deux visages de Jonas : répertoire ‘exhaustif’ des manuscrits contenant du français ou de l’occitan et outils d’analyse de corpus de recherche – M.-L. Savoye, IRHT
10h4511h Pause
11h12h30 Recenser les manuscrits par langue : langues modernes (Petit auditorium de la Bibliothèque nationale de France, Paris 13e)Marie-Laure Savoye
11h-11h30 Philobiblon (péninsule ibérique : espagnol, catalan, galicien et portugais) – G. Avenoza, Universitat de Barcelona
11h30-12h Les manuscrits de la littérature italienne des origines : une mise à jour – S. Bertelli, Università degli Studi di Ferrara
12h-12h30 The Past, Present and Future of the Bibliotheca Neerlandica Manuscripta (BNM) – A. Bouwman, Leiden, UL – B. Besamusca, Universiteit Utrecht
12h3014h Déjeuner
14h15h30 Ressources transversales et projets en cours (Petit auditorium de la Bibliothèque nationale de France, Paris 13e)Charlotte Denoël
14h-14h30 Biblissima – B. Giffard, IRHT, Biblissima – A.-M. Turcan, SAPRAT, EPHE, Biblissima
14h30-15h Les manuscrits en réseau – réinvention, réorganisation et visibilité dans un nouvel écosystème – C. Fabian, BSB, München
15h-15h30 Pour des identifiants uniques des manuscrits (ISMSN) : présentation d’un projet en cours. – M. Cassin, IRHT – C. Masset, IRHT
15h3016h Pause
16h17h30 Ressources transversales et projets en cours (Petit auditorium de la Bibliothèque nationale de France, Paris 13e)Anne-Marie Turcan
16h-16h30 Le programme Polonsky (BnF-British Library) : aspects scientifiques et interopérabilité des métadonnées. – Ch. Denoêl, BnF – F. Siri, BnF
16h30-17h L’innovation au service du partage des données : IIIF à la BnF – M. Bonicel, BnF
17h17h30 Conclusions

Informations pratiques

Jeudi 12 ocobre 2017
Institut de recherche et d’histoire des textes
Site Iéna, Salle Jeanne-Vielliard
40 avenue d’Iéna, 75116 Paris

Vendredi 13 ocobre 2017
Bibliothèque nationale de France,
Petit auditorium du site François Mitterrand
avenue de France, 75706 Paris cedex 13

 

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Colloque international : Alfred Binet, Expérimentateur. Entre archives de la psychologie et éducation physique

À l’occasion du don des Archives Alfred Binet de et par la Famille Binet, la Société Binet-Simon et la revue Recherches & Éducations organisent un organisé un colloque international sous la présidence des Pr. Guy Avanzini et Bernard Andrieu, avec le soutien de l’EA 3625 TEC (Techniques et Enjeux du corps) UFR STAPS Université Paris Descartes-USPC).

Alfred Binet

Argument

Acteur-clef dans l’émergence de la psychologie expérimentale en France, promoteur d’une œuvre au carrefour des sciences sociales et médicales qui fut un kaléidoscope des techniques d’observation et d’expérimentation de son temps, Alfred Binet fut un personnage clé de l’histoire des sciences.
Ce colloque entend mettre l’accent sur ce fil directeur de sa carrière de psychologue que fut sa posture d’expérimentateur, que ce soit dans ses recherches psychologiques ou dans ses propositions pédagogiques, notamment en éducation physique des anormaux.
À partir de l’étude de ses travaux autant que de ses archives, la diversité des méthodes d’expérimentation promues par Alfred Binet sera envisagée, afin notamment de travailler la nature de sa posture épistémologique, la qualification de son expérimentalisme propre, dans une période où les psychologies anglaise, allemande et française se déploient autour de paradigmes et d’approches singulières. Il s’agit notamment d’essayer de montrer comment les différentes approches expérimentales utilisées dans ces différentes phases de son œuvre participent toutes de la création d’un expérimentalisme original.
Les enjeux pédagogiques et pratiques de ses travaux en éducation spécialisée et en éducation physique seront abordés en montrant que l’anormalité étudiée est moins physiologique que psychosociale et neurocognitive, comme en témoigne sa psychologie des cancres. Les moyens développés par Binet pour prendre en charge ces situations seront explorés, comme sa proposition de création d’une éducation physique adaptée aux débiles corporels ou ses démarches pédagogiques et la prise en charge des anormaux.

Programme

Première partie : La posture de Binet : les instruments de la psychologie

9h30 Mot d’accueil de la BnF : Laurence Le Bras
Ouverture des présidents de la Société Binet-Simon : Bernard Andrieu, Serge Nicolas, Jacqueline Descarpentries et Guy Avanzini

Les archives Alfred Binet et l’influence familiale et sur les familles
Modérateurs : Alexandre Klein (Université de Laval, Québec) et Alix Garnier (Université de Lille 3, Profeor-Cirel)

9h50 Les archives Binet et la photographie familiale
Bernard Andrieu (Université de Paris Descartes, TEC) et Séverine Parayre (ISP-Faculté d’éducation, TEC)

10h15 Educability, Disability and the Making of Family : the case of American Adoption (conférence en anglais)
Sandy Sufian (University of Illinois-Chicago, États-Unis)

10h40 Echanges avec la salle

Archives et instruments d’Alfred Binet
Modérateurs : Bernard Andrieu (Université de Paris Descartes, TEC) et Guy Avanzini (Société Binet-Simon)

11h15 Les instruments d’Alfred Binet
Serge Nicolas (Université de Paris Descartes)

11h40 « Trouver la vraie formule de l’expérience », Comment les archives d’Alfred Binet nous éclairent sur la nature de son expérimentalisme
Alexandre Klein (Université de Laval, Québec)

12h05 Echanges avec la salle

L’expérimentalisme : psychologie et pédagogie
Modérateurs : Xavier Riondet (Université de Lorraine, LISEC) et Séverine Parayre (ISP-Faculté d’éducation, TEC)

14h « L’étude de l’intelligence des écoliers » : l’influence d’Alfred Binet sur la psychologie scolaire de Marcel Foucault
Sylvain Wagnon (Université de Montpellier, LIRDEF)

14h20 La réception espagnole de la mesure de l’intelligence chez Binet
Diego Delgado Pastor (Université de Cádiz, Espagne)

14h40 Echanges avec la salle

Instruments et normes chez Alfred Binet
Modérateurs : Henri-Louis Go (Université de Lorraine, LISEC) et Jacqueline Descarpentries (Université de Paris 8, EXPERICE)

15h30 La psychologie de la prestidigitation : approche pionnière de Binet fondée sur l’utilisation de la chronophotographie et de l’observation
Cyril Thomas et André Didierjean (Université de Franche-Comté)

15h50 Entre mesure et dramaturgie. L’usage du dynamomètre chez Alfred Binet
Loig Le Sonn (Université de Paris Descartes, TEC)

16h10 Norme, normalité et anormalité au XXIe siècle ?
Christelle Potier (ISP-Faculté d’éducation, ICP-Paris)

16h30 Echanges avec la salle

17h15-17h30 Synthèse par Jacqueline Descarpentries (Université de Paris 8, EXPERICE) et Prix de thèse

 

Deuxième partie : Cancres et « débiles corporels » : quelle éducation physique ?

Une deuxième journée de ce colloque a lieu le vendredi 13 octobre 2017 de 9h à 16h30 à l’Université Paris-Descartes, 1, rue Lacretelle, Paris 15e 

Education physique et débilités corporelles
Modérateurs : Olivier Vors (Université d’Aix-Marseille) et Isabelle Joing (Université de Lille 2)

9h30 Education physique et débilités corporelles
Bernard Andrieu (Université de Paris Descartes, TEC)

10h Tests, mesures céphalométriques et éducation corporelle des jeunes sourds-muets
Martial Meziani (INS HEA) et Didier Séguillon (INS HEA)

10h20 L’échelle métrique d’Alfred Binet (1857-1911) comme outil de diagnostic de la débilité mentale : contexte historique, médical, politique et social (1878-1911)
Isabelle Cavé (Docteure EHESS)

10h40 Echanges avec la salle

Fatigue physique et fatigue intellectuelle
Modérateurs : Jacqueline Descarpentries (Université de Paris 8, EXPERICE) et Stéphane Zygart (Université de Lille 3, STL)

11h20 Fatigue physique et fatigue intellectuelle dans le burnout
Pascal Perault (psychiatre)

11h40 L’éducation physique et/ou psychomotrice à l’école maternelle
Fabrice Delsahut (ESPE Paris)

12h Echanges avec la salle

Enfance, anormalités et débilités corporelles
Modérateurs : Bernard Andrieu (Université de Paris Descartes, TEC) et Loig Le Sonn (Université de Paris Descartes, TEC)

14h Débilités corporelles infantiles et redressement physique (XVIIIe-XIXe siècles)
Séverine Parayre (ISP-Faculté d’éducation, TEC)

14h20 Les enfants poliomyélitiques et l’élaboration des normes de rééducation dans la première moitié du XXe siècle
Stéphane Zygart (Université de Lille 3, STL)

14h40 La normativité dans la fabrique de l’enfant symptôme. Maxime Dauphin (Université de Paris 8, EXPERICE)

15h La norme des enfants anormaux
Jacqueline Descarpentries (Université de Paris 8, EXPERICE)

15h20 Echanges avec la salle

16h15 Synthèse par Alix Garnier (Université de Lille3, Proféor-Cirel)

16h30 Clôture par les présidents de la Société Binet-Simon Bernard Andrieu et Jacqueline Descarpentries

Informations pratiques

Jeudi 12 octobre 2017 – 9h00-17h30
Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand – Salle 70
Quai François-Mauriac – Paris 13e

Vendredi 13 octobre 20179h-16h30
Université Paris Descartes, UFR STAPS, 1 Rue Lacretelle, Paris 15e

Entrée libre

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

20e Rendez-vous de l’histoire de Blois

La 20e édition des Rendez-vous de l’histoire qui a lieu du 4 au 8 octobre 2017 à Blois, a pour thème cette année « Eurêka – inventer, découvrir, innover ». Comme chaque année, la BnF y est présente et propose des conférences.

Conférences proposées par la BnF

Transmettre et réfléchir sur la transmission

Vendredi 6 octobre – de 10h à 11h30 – Bibliothèque Abbé Grégoire

Cette rencontre invitera enseignants et responsables associatifs à réfléchir à des modes de transmission adaptés à des publics fragilisés socialement. Comment transmettre de façon inclusive ? Comment réfléchir à des modes d’appropriation qui rendent les personnes concernées acteurs et participants ?

Avec Sylvie Dreyfus Alphandery, responsable de la Mission de diversification des publics, à la BnF, et Jean-Charles Buttier, professeur à Blois et chercheur associé à la BnF.

De la drachme au bitcoin – La monnaie, une invention en perpétuel renouvellement

Vendredi 6 octobre – de 10h à 17h – Site Chocolaterie de l’IUT, salle 214

légende ci-après

Drachme, Épire

Le propos de cette journée sera d’étudier sur la longue durée, de la Chine antique au Bitcoin, le perpétuel renouvellement d’une monnaie de plus en plus immatérielle.

Modéré par Catherine Grandjean, professeur d’histoire grecque, université François-
Rabelais, Tours, CeTHiS et Pierre-Olivier Hochard, maître de conférences d’histoire grecque, université François-Rabelais, Tours, CeTHiS. Avec Patrice Baubeau, maître de conférences d’histoire contemporaine, université de Paris-Nanterre, IDHES, Marc Bompaire, directeur de recherches CNRS, histoire médiévale, IRAMAT-université d’Orléans, Yves Coativy, professeur d’histoire médiévale à l’université de Bretagne occidentale, CRBC, Ludovic Desmedt, maître de conférences en sciences économiques à l’université de Bourgogne, LEG, Vincent Drost, allocataire post-doctorant en histoire romaine, ARC 5 Région Rhône-Alpes, HISOMA, Jérôme Jambu, maître de conférences en histoire moderne à l’université de Lille III détaché au département des monnaies, médailles et antiques de la BnF, Michel Kaplan, professeur émérite d’histoire médiévale à l’université de Paris- Panthéon Sorbonne, Orient et Méditerranée, Arnaud Suspène, professeur d’histoire ancienne, université d’Orléans, IRAMAT, Bruno Théret, directeur de recherches au CNRS, sciences économiques, université de Paris-Dauphine, IRISSO.

Écrire l’histoire au XIXe siècle: romans historiques, récits de voyage classiques, manuels

Vendredi 6 octobre – de 17h30 à 19h – Université, amphi 2

Tout au long du XIXe siècle, une très importante production éditoriale a participé à la construction de l’histoire de France. La BnF, aidée par des historiens de renom, a réalisé une sélection de 100 textes qui méritent d’être relus aujourd’hui.

Avec Antoine Lefebure, historien, Frédéric Manfrin, chef du service histoire à la BnF, Paule Petitier, professeur à l’université Paris-Diderot, Agnès Sandras, chargée de collections à la BnF, et Emmanuel de Waresquiel, historien, spécialiste de la France du XIXe siècle. Modéré par Emmanuel Laurentin, producteur de La Fabrique de l’histoire sur France Culture.

Gustave Trouvé, un inventeur oublié de la seconde révolution industrielle

Vendredi 6 octobre – de 16h à 17h – Bibliothèque Abbé Grégoire, Fonds patrimonial

légende ci-après

Gustave Trouvé

EURÊKA ! C’est le nom de la société fondée par l’inventeur Gustave Trouvé ! Dans la 2e moitié du XIXe siècle, il déposa des dizaines de brevets dans le domaine de l’électricité. Cette intervention porte sur sa vie, ses brevets, ses inventions…

Par Anne Boyer, chargée de collections en histoire des sciences à la BnF, Luc Menapace, chargé de collections en biologie et paléontologie à la BnF.

Fouiller, découvrir, déchiffrer l’Orient au XIXe siècle

Vendredi 6 octobre – de 17h30 à 18h30 – Bibliothèque Abbé Grégoire, Fonds patriomonial

Entre émulation scientifique et enjeux diplomatiques, le XIXe siècle marque un tournant dans le déchirement des écritures de l’Orient ancien : égyptien, phénicien, cunéiforme se dévoilent progressivement grâce aux découvertes archéologiques.

Par Vanessa Desclaux, chargée de collections en préhistoire, histoire ancienne et archéologie à la BnF, Hélène Virenque, chargée de collections en lettres classiques à la BnF.

« L’historien de demain sera programmeur… » Emmanuel Le Roy Ladurie et les défis de la science

Samedi 7 octobre – de 11h à 12h – Bibliothèque Abbé Grégoire, Fonds patrimonial

Retour sur un célèbre article d’Emmanuel Le Roy Ladurie paru en mai 1968 et l’évocation d’autres préoccupations de l’historien visant l’ouverture de sa discipline vers de nouvelles conquêtes scientifiques.

Par Stefan Lemny, chargé de collections d’histoire à la BnF.

La conservation du patrimoine audiovisuel face à l’obsolescence technologique

Samedi 7 octobre – de 11h15 à 11h45 – École du Paysage, Gand amphi

Conférence dans le cadre de la journée d’étude « L’innovation dans les sciences du patrimoine »
Par Alain Carou, conservateur général, département de l’audiovisuel, Bibliothèque nationale de France.

Gallica, une bibliothèque numérique au service de la recherche

Samedi 7 octobre – de 14h à 15h30 – Site Chocolaterie de l’IUT, amphi 2

Gallica accompagne ses utilisateurs dans leurs pratiques de recherche et de production, par la réappropriation et la rediffusion de ses ressources vers les sites, blogs et outils collaboratifs, prolongeant expertises et spécialités déjà en ligne.

Par Arnaud Dhermy, coordinateur scientifique pour Gallica au département de la Coopération (BnF).

1848 et la « Foire aux idées nouvelles »

Samedi 7 octobre – de 15h à 16h – Bibliothèque Abbé Grégoire, Fonds patrimonial

Les « idées nouvelles » de 1848 (celles de Proudhon, Cabet, Considérant…) stimulent le crayon des caricaturistes et la plume des satiristes. Cet humour va-t-il à l’encontre des « inventions » politiques ou les accompagne-t-elles ?

Par Agnès Sandras, conservatrice à la BnF.

Le Moyen Age : temps obscures ou siècles d’innovations ?

Samedi 7 octobre – de 17h à 18h – Bibliothèque Abbé Grégoire, Fonds patrimonial

Longtemps considéré en Occident comme le basculement de l’Antiquité vers des siècles d’obscurantisme, le Moyen Âge s’avère une période bien plus nuancée. Des découvertes et des innovations médiévales à parcourir à travers Gallica.

Par Séverine Boullay, conservateur des bibliothèques.

Le cinéma aux rendez-vous de l’histoire

Partenaire de longue date des Rendez-vous de l’histoire, le département de l’Audiovisuel de la BnF collecte chaque année plus de 10 000 films pour en assurer la conservation et la transmission au public. Cette année, sa programmation se veut en écho à l’exposition qu’elle coproduit avec le CNC consacrée à Jean Rouch.

Moi, un Noir de Jean Rouch

Dimanche 8 octobre à 9h30 et lundi 9 octobre à 18h – Cinéma Les Lobis
Documentaire, France, 1959, Solaris, restauration CNC
Précédé de Télesphore Légaré, garde-pêche de Claude Fournier (Canada / Québec, 1959)

En 1959, le cinéaste-ethnographe Jean Rouch présente un film en rupture complète avec les normes du documentaire. Il a filmé un jeune manœuvre du port d’Abidjan dans son quotidien, puis lui a projeté les images et lui a demandé de les commenter. Pour la première fois, le sujet observé par l’ethnographe a véritablement la parole. Au même moment, au Canada, une révolution comparable s’opère dans la manière de filmer le quotidien de ceux qui ont été jusqu’alors des « sansvoix ».

Présentation par Alain Carou, responsable du département audiovisuel de la BnF et commissaire de l’exposition Jean Rouch, l’homme-cinéma.

Stand BnF au salon du livre d’histoire

Halle aux grains, emplacement 27.
Vendredi 6 et samedi 7 octobre : de 10h à 19h30
Dimanche 8 octobre : de 10h à 18h30

 

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

La carte de l’Afrique australe de François Levaillant (1753-1824)

À l’occasion du festival international de géographie, la Bibliothèque nationale de France et le musée Pierre-Noël de Saint-Dié-des-Vosges présentent la carte de l’Afrique australe de François Levaillant : une œuvre spectaculaire, tant par son format monumental que par la précision de ses illustrations, réalisée au terme de voyages menés entre 1781 et 1784. Cette carte d’exception est aujourd’hui conservée au département des Cartes et plans de la BnF.


Partie Méridionale de l’Afrique depuis le Tropique du Capricorne jusqu’au Cap de Bonne Espérance contenant les Pays des Hottentots, des Cafres et de quelques autres Nations / dressée pour le Roi sur les observations de M. Le Vaillant par M. de Laborde, ancien premier valet de chambre du Roi, gouverneur du Louvre, l’un des Fermiers généraux de Sa Majesté

Au terme de ses deux voyages en Afrique australe, le naturaliste François Levaillant (1753-1824) rapporte une somme considérable d’observations sur les régions qu’il a traversées. Elles feront l’objet de nombreuses publications mais aussi d’une oeuvre remarquable : la carte de l’Afrique australe, conçue avec le marquis de Laborde (1734-1794) et offerte à Louis XVI, lui-même passionné par la géographie et les voyages d’exploration lointaine.

Cette carte de grand format (183 x 267 cm) se veut suffisamment vaste pour permettre d’y faire figurer des représentations réalistes de spécimens de la faune et de la flore. Les deux hommes s’entourent de spécialistes : Perrier pour le dessin cartographique et les talentueux Willem van Leen et Lebrecht Reinold pour les 66 vignettes et les 5 tableaux peints que comporte la carte.
Si la réalisation finale pêche parfois par inexactitude cartographique, elle est novatrice par la précision avec laquelle est représenté et situé chaque spécimen. Le format même du document ne répond pas
seulement aux caractéristiques de l’objet de pouvoir – une carte monumentale offerte à un puissant – , elle est aussi une nécessité pour le cartographe afin de représenter plantes et animaux dans une élégante miniaturisation et permettre dans le même temps leur exact positionnement géographique.
Recueil détaillé de la faune et de la flore de ces régions, cette carte exceptionnelle se présente ainsi comme l’un des tout premiers essais de cartographie biogéographique.
Cette présentation de la carte de l’Afrique australe de François Levaillant s’inscrit à double titre dans la programmation du Festival international de géographie qui met cette année à l’honneur l’Afrique du Sud et propose comme thème « Territoires humains, mondes animaux ».
La carte est visible sur Gallica, la bibliothèque numérique de la BnF.

Informations pratiques

La carte de l’Afrique australe de François Levaillant (1753-1824)
du 29 septembre au 1er octobre 2017
Musée Pierre-Noël
11 rue saint Charles
88100 Saint-Dié-des-Vosges

Commissariat :

Olivier Loiseaux, conservateur en chef au département des Cartes et plans, BnF
Éléonore Buffler, directrice du musée Pierre-Noël, Saint-Dié-des-Vosges

Conférence :

Vendredi 29 septembre 2017 à 18h, par Olivier Loiseaux au Musée Pierre-Noël.

Enregistrer

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Colloque « Le luxe en Gaule », les 16 et 17 octobre 2017, au musée départemental Arles antique

Le musée départemental Arles antique, la Bibliothèque nationale de France et l’IRAMAT – Centre Ernest-Babelon (UMR 5060, CNRS, université d’Orléans) organisent un colloque intitulé “Le luxe en Gaule”, les 16 et 17 octobre 2017, au musée départemental Arles antique, dans le cadre de l’exposition temporaire “Le luxe dans l’Antiquité” (ouverte au public du 1er juillet 2017 au 21 janvier 2018).

Le Musée départemental Arles antique et la Bibliothèque nationale de France organisent en 2017 une exposition consacrée au luxe romain. Elle est centrée sur le trésor de Berthouville (Normandie).
Le Trésor de Berthouville
Cet ensemble regroupe environ 70 pièces d’argenterie du IIIe s. de notre ère découvertes fortuitement dans un champ en 1830. Il est exceptionnel par la très grande qualité des œuvres qu’il a livrées et par son contexte de découverte : il s’agit d’un des rares trésors de sanctuaire connus.
Entré dans les collections du Cabinet des médailles peu après sa découverte, il forme le cœur d’une exposition conçue par les conservateurs de la BnF et du Getty Museum (Los Angeles) après complète restauration par cet établissement. Les autres œuvres exposées, provenant intégralement des collections du département des Monnaies, médailles et antiques, évoquent différentes facettes du luxe romain : vaisselle précieuse, bijoux en or et pierres gravées, décor des demeures. Après avoir été présentée dans différents musées américains entre 2013 et 2017, l’exposition rejoint le Musée
départemental Arles antique durant l’été et l’automne 2017.
Le luxe tel qu’il était conçu en Gaule romaine s’y exprime au travers d’œuvres exceptionnelles d’orfèvrerie notamment, issues de fouilles anciennes et entrées dans les collections aux XVIIIe et XIXe siècles. Mais le luxe peut se traduire sous bien d’autres formes et les fouilles de la Verrerie de Trinquetaille à Arles, en révélant de riches maisons au décor d’influence italienne, en sont l’illustration. La rencontre d’œuvres issues des collections anciennes de la BnF, certaines provenant directement de la collection royale d’Ancien Régime, et des découvertes récentes de l’archéologie a conduit à proposer l’organisation d’un colloque autour du luxe en Gaule les 16 et 17 octobre 2017 au Musée départemental Arles antique.
Il sera l’occasion de faire le point sur ce que nous savons des manifestations de la richesse en Gaule indépendante et romaine. Fouilles archéologiques, réexamen d’œuvres connues de longue date,
mais aussi recherches récentes sur la monnaie d’or, sa circulation et
ses usages à travers les résultats du programme de recherche Aureus
(Université d’Orléans/CNRS) permettent de renouveler l’approche du luxe en Gaule. Parmi les points à aborder figurent l’évolution du luxe avant et après la conquête, les spécificités de la Gaule indépendante et de la Gaule romaine, les rythmes de la conversion aux formes romaines du luxe et les permanences éventuelles d’un luxe gaulois, les rapports des élites et du luxe, les différentes manifestations du luxe dans l’espace public et dans l’espace privé et,
enfin, les marqueurs du luxe, ou des luxes, dans l’Antiquité : ainsi l’urbanisme, l’architecture, le décor urbain, la pratique de l’épigraphie, l’usage de la monnaie et de l’orfèvrerie révèlent autant de facettes d’un phénomène social et économique qui devra aussi faire l’objet d’une définition renouvelée

Programme

Lundi 16 octobre 2017
(Journée commune à la formation du « PREAC Patrimoine antique » destinée aux enseignants et au personnel éducatif des musées)

• 8 h 45 : accueil des participants ;
• 9 h 15 : Introduction (Sylvia Nieto-Pelletier, Frédérique Duyrat, Fabrice Denise et Claude Sintes), Le trésor de Berthouville ;
• 9 h 30 : Mathilde Avisseau-Broustet (BNF), Le luxe antique au Cabinet des Médailles : brève histoire des collections ;
• 10 h : Cécile Colonna (INHA), Le Trésor de Berthouville ;
10 h 30 : François Baratte (Université Paris-Sorbonne/INHA), La vaisselle précieuse en Gaule romaine : circulation et chronologie ;
• 11 h : pause.

Luxe et pratiques funéraires
• 11 h 20 : Émilie Millet, Bastien Dubuis (INRAP), La tombe de Lavau (Aube), Ve s. av. n.è. ;
• 11 h 50 : Stéphane Verger (EPHE), Luxe et pratiques funéraires en Gaule ;
• 12 h 20 : repas libre.

Monumenta
• 14 h 30 : Pierre Gros (AIBL), La magnificentia publica dans les centres urbains de la Gaule romaine sous le Haut Empire : marqueurs, signification et limites ;
• 15 h : Xavier Delestre (SRA Paca), Manifestations du luxe en Narbonnaise ;
• 15 h 30 : David Djaoui (musée départemental Arles antique), L’expression du luxe dans les collections et fouilles du MDAA ;
• 16 h : Julien Boislève (Inrap), Manifestation du luxe dans les décors peints et stuqués de Gaule romaine : styles, matériaux et techniques ;
• 16 h 30 : débat ;
• 17 h : présentation de l’exposition temporaire Le Luxe dans l’Antiquité : visite libre des différents espaces d’exposition (collections permanentes, exposition Luxe, présentation des enduits peints) possible durant les deux jours du colloque sur présentation du badge du colloque.

Mardi 17 octobre 2017
(Journée réservée aux scientifiques, les enseignants repartant de leur côté pour étudier les aspects pédagogiques du thème)

Circulation des richesses et thésaurisation
• 9 h : Barbara Armbruster (CNRS, TRACES), Maryse Blet-Lemarquand (CNRS, IRAMAT-CEB), L’artisanat de l’orfèvrerie dans la culture du Hallstatt occidental. Entre traditions et innovations technologiques ;
• 9 h 35 : Sylvia Nieto-Pelletier (CNRS, IRAMAT-CEB), Or monnayé et thésaurisation en Gaule au second âge du Fer ;
• 10 h 10 : Philip de Jersey (Guernsey Museums & Galleries), Le dépôt de Jersey découvert en 2012 et sa fouille ;
• 10 h 45 : pause ;
• 11 h : Arnaud Suspène (Université Orléans, IRAMAT-CEB), Les aurei en Gaule romaine (fin de la République-Haut Empire) ;
11 h 35 : Susan Lansing Maish et Edouardo Sanchez (Getty Museum), Nouvelles découvertes sur le trésor de Berthouville et résultat des analyses de l’argent ;
• 12 h 15 : repas libre.

Les élites et le luxe
• 13 h 45 : Matthieu Poux (Université Lumière Lyon 2) : Fonction diacritique et emblématique des parures en or durant la période de transition La Tène finale-époque romaine ;
• 14 h 20 : Antony Hostein (EPHE), Michel Kasprzyk (Inrap) et Pierre Nouvel (Université Franche-Comté) : La monnaie et les objets marqueurs de « luxe » chez les Éduens du Haut-Empire ;
• 14 h 55 : Nicolas Tran (Université Poitiers) : Les hommes de métier, leurs associations et le luxe en Gaule romaine.

Conclusion
• 15 h 30 Kenneth Lapatin (Getty Museum) : Au-delà de la Gaule : Le luxe en Grèce et à Rome ;
16 h : fin du colloque.

Modalités pratiques

Pour assister aux sessions de ce colloque : réservation obligatoire dans la limite des places disponibles, auprès de Madame Sandrine Ferrand, Secrétaire de direction du musée départemental Arles antique, par mail à sandrine.ferrand@departement13.fr

Auditorium du musée départemental Arles antique
Lundi 16 et mardi 17 octobre 2017
Organisateurs : BnF (MMA) / IRAMAT-CEB CNRS-univ. Orléans / MDAA

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Journée de rencontre interprofessionnelle « L’Éducation artistique et culturelle et le patrimoine écrit, graphique et littéraire », 26 septembre 2017

À l’occasion de l’exposition Dans les collections de la BnF Mantegna graveur, le Conseil départemental d’Indre et Loire, et la BnF proposent une journée d’étude sur les actions d’Education Artistique et Culturelle (EAC) autour du patrimoine écrit, graphique et littéraire. Cette journée d’étude est proposée à un large public de professionnels (enseignants, bibliothécaires, documentalistes, médiateurs) afin de leur présenter des ressources et des actions développées en région, un regard croisé sur des actions pédagogiques régionales et des clés pour développer de nouveaux partenariats en s’appuyant sur les ressources locales.
L’éducation artistique et culturelle est une politique publique partagée entre les ministères de l’Éducation nationale et de la Culture qui permet la rencontre des élèves avec des œuvres, des artistes et des lieux. C’est un axe important dans le travail de coopération entre les établissements scolaires et les établissements conservant du patrimoine écrit et graphique. Ces nouveaux partenariats offrent une deuxième jeunesse au patrimoine et permettent une médiation innovante et une valorisation des collections d’un territoire.
Cette journée s’adresse à tout professionnel exerçant dans ou avec le milieu scolaire (enseignant, conseiller pédagogique, documentaliste, bibliothécaire, archiviste…).

Programme

  • 9h : Accueil café
  • 9h30 : Ouverture de la journée
  • 10h – 10h45 : Le développement de l’EAC dans les bibliothèques territoriales
    Thierry Claerr ou Colin Sidre, Service du livre et de la lecture du Ministère de la Culture et de la Communication.
    Échanges avec la salle
  • 10h45 – 11h30 : L’offre pédagogique de la BnF
    Jérôme Fronty, chef du service de l’action péda­gogique, BnF.
    Etudes de cas, portant sur l’histoire et les formes du livre.
    Échanges avec la salle
  • 11h30 – 12h15 : Les ressources pédagogiques à distance de la BnF
    « Les ressources en ligne de la BnF mobilisables par les enseignants et les professionnels du livre » : Catherine Schneider, adjointe au chef de service de l’action pédagogique, BnF.
    À partir de la présentation globale du portail de la BnF, les principales ressources numériques : classes.bnf, expositions.bnf, Gallica, Data.bnf… Échanges avec la salle
  • 12h30 : Pause déjeuner (libre)
  • 13h45 – 14h45 : Table-ronde « Monter un projet
    d’éducation artistique et culturelle»
    Avec Adeline Robin, coordinatrice départementale
    de l’éducation artistique et culturelle, Bérangère Rouchon
    Borie, responsable du secteur jeunesse de la bibliothèque municipale de Tours, et David Simon, responsable de
    l’éducation artistique de l’agence CICLIC.
    Échanges avec la salle
  • 15h – 16h : Ateliers et rencontres au choix
    Atelier Rétrocliché : promenade dans Tours, sur les traces des photographes du passé, appareil en main (avec la DdLLP).
    L’éducation à l’image : rencontre avec David Simon, responsable de l’éduca­tion artistique de l’agence CICLIC.
    Exemples concrets de médiation, idées de projets à mettre en place.
    Projets arts et culture du réseau Canopé, stand animé par Christian Durand, directeur de l’Atelier Canopé 37.
    La bibliothèque municipale de Tours au service des enseignants, stand animé par Bérangère Rouchon Borie, responsable du secteur jeunesse de la bibliothèque municipale de Tours.
    Soutenir l’éducation artistique et culturelle en Indre-et-Loire, stand animé par Hélène Pagnard et Anne Marie Otto, service de l’action culturelle du Conseil Départemental d’Indre et Loire
    Atelier pratique à partir d’une ressource de la BnF.
  • 16h10 : Restitution d’ateliers
  • 16h30 : Conclusion de la journée

Modalités pratiques

S’inscrire sur la page dédiée (Réponse demandée avant le 20/09)

Tours, Hôtel du Département, place de la Préfecture (salle Charles de Gaulle)

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts