Archives de catégorie : À la BnF

Cycle « Les écrivains et la presse » : George Sand et la presse

Les relations entre les écrivains et la presse sont souvent complexes, ambiguës, voire contradictoires. Ce cycle de conférences présente les activités journalistiques de Zola, Sand, Apollinaire, Aragon ou encore Colette et illustre cette ambivalence, entre attraction et répulsion, qui varie selon l’auteur et parfois même au cours d’une carrière. Lors de chaque conférence, deux spécialistes ou jeunes chercheurs évoquent les carrières journalistiques de ces écrivains, les liens avec leur œuvre littéraire, et l’état d’avancement de la recherche ainsi que les chantiers à venir.

Par Marie-Eve Thérenty, professeur à l’université de Montpellier III et Jean Rime, doctorant.

Informations pratiques

Jeudi 15 mars 2018, 18h30-20h
Bibliothèque nationale de France
François-Mitterrand – Salle 70
Entrée libre
Quai François-Mauriac – Paris 13e

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Cycle « Les écrivains et la presse » : Apollinaire et la presse

Les relations entre les écrivains et la presse sont souvent complexes, ambiguës, voire contradictoires. Ce cycle de conférences présente les activités journalistiques de Zola, Sand, Apollinaire, Aragon ou encore Colette et illustre cette ambivalence, entre attraction et répulsion, qui varie selon l’auteur et parfois même au cours d’une carrière. Lors de chaque conférence, deux spécialistes ou jeunes chercheurs évoquent les carrières journalistiques de ces écrivains, les liens avec leur œuvre littéraire, et l’état d’avancement de la recherche ainsi que les chantiers à venir.

Par Laurence Campa, professeur à l’université Paris Nanterre et Julia Ribeiro Thomaz, doctorante.

Informations pratiques

Jeudi 22 mars 2018, 18h30-20h
Bibliothèque nationale de France
François-Mitterrand – Salle 70
Entrée libre
Quai François-Mauriac – Paris 13e

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Nouveau projet soutenu : VisualCoins : un outil de représentation graphique des liaisons de coins

Cet automne la Maison des Sciences de l’Homme Val de Loire avait lancé son XIIe appel à projets, MSH-VdL 20181 visant à développer l’interdisciplinarité, les recherches transversales entre équipes de recherche en SHS et en Sciences (théoriques et/ou appliquées), tout en promouvant une action forte à l’international.

L’IRAMAT – Centre Ernest-Babelon (UMR 5060, CNRS – Université d’Orléans) et le département des Monnaies, médailles et antiques de la Bibliothèque nationale de France y ont répondu en soumettant le projet VisualCoins : un outil de représentation graphique des liaisons de coins.

Alors que ce 6 février 2018, la Maison des Sciences de l’Homme Val de Loire publie les résultats de son appel, l’IRAMAT et la BnF se réjouissent d’apprendre que le projet est sélectionné.

Porté par Guillaume Sarah, le projet est financé à hauteur de 4 200 €. Outre l’IRAMAT-CEB et le département des Monnaies, médailles et antiques de la Bibliothèque nationale de France, le projet implique Le Studium Fellowship « Monnaies, coins, argent : relire les débuts de la période féodale » (Institut d’Études Avancées en Région Centre-Val de Loire).

Résumé du projet VisualCoins

Avec une forte visée expérimentale et un caractère innovant, le projet VisualCoins entend tester et adapter un nouvel outil logiciel développé par l’Atelier numérique de la MSH Val de Loire (l’outil d’exploration des graphes VisualGraphs) dans le cadre d’une des principales problématiques des recherches actuelles dans le domaine de l’histoire de la monnaie : la quantification des productions monétaires par l’étude des liaisons de coins. La mise en œuvre de ce logiciel dans ce cadre spécialisé permettra de représenter de manière simple et immédiate des schémas de liaisons de coins de séries monétaires qu’il est actuellement long et complexe de produire faute de logiciel adapté. Une fois la pertinence du logiciel VisualGraphs validée et les éventuels nouveaux développements testés en lien avec l’Atelier numérique de la MSH par l’équipe du projet, membres permanents et rattachés à l’IRAMAT-CEB et de la BnF, une restitution des expériences d’utilisateurs sera proposée à l’occasion d’une session scientifique de présentation. A l’issue du projet, des travaux de recherche faisant usage de cet outil innovant seront publiés et son emploi sera proposé dans la communauté des chercheurs en numismatique, voire au-delà pour susciter d’autres développements spécifiques.

Pour la BnF, il s’agira de fournir des données afin d’alimenter les essais de l’outil.

Problématique : les liaisons de coins

Le propos du projet concerne l’une des pierres d’angle de la numismatique, à savoir la formalisation des études de coins et en particulier les liaisons de coins.

Une monnaie ancienne, d’un point de vue technique, est dans la plupart des cas un disque de métal frappé entre deux matrices appelées coins monétaires. Ces deux matrices portent, gravés en miroir, les motifs et légendes qui confèrent à une masse de métal la garantie de l’autorité émettrice. Ces coins étant confectionnés à la main, chacun est par définition unique. Les coins sont rarement parvenus jusqu’à nous, mais nous les connaissons par les empreintes qu’ils ont laissées sur les monnaies. Un examen attentif des monnaies anciennes permet par conséquent d’identifier des liaisons de coins : par cette expression, les numismates désignent le fait de déterminer si deux monnaies ont été frappées par un même coin pour l’une de leurs faces ou pour les deux. Au sein d’un trésor ou pour un corpus recensant l’intégralité des monnaies d’une même série qui nous sont parvenues, il est possible, sur la base de ces observations, de déterminer des indices caractéroscopiques qui nous renseignent sur la représentativité de l’échantillon pris en compte par rapport à la production initiale. Des calculs statistiques permettent ensuite d’évaluer le nombre de coins employés pour la fabrication d’une série monétaire, voire d’estimer le nombre de monnaies produites.

L’étude des liaisons de coins est un travail long et patient qui constitue la première étape incontournable de la quantification des productions monétaires anciennes. En fonction de la dimension du corpus d’étude, un nombre d’informations parfois considérable est consigné par le numismate, souvent sous la forme de tableaux. Ces données sont aussi précieuses qu’austères et difficiles à présenter et à publier. La représentation avec des symboles identifiant les coins de droit et les coins de revers, reliés entre eux par des traits, tend à s’imposer comme la forme graphique privilégiée.

Or, aussi bien pour les publications imprimées que les pages internet ou les diapositives de présentation, la synthèse des liaisons de coins d’un monnayage relève souvent de la gageure que les chercheurs tentent de relever par le moyen de logiciels peu adaptés, pour parvenir à présenter l’ensemble des informations d’une manière lisible et compréhensible pour le lecteur ou l’auditeur.

Le lecteur profane peut se reporter à l’article de François de Callatay, L’historique de l’étude des liaisons de coins2. La fiche Les liaisons de coins et le graphique (que nous citons ci-dessous) consacrés au sujet par Christian R. Raschle dans son module Numismatique d’Antiquit@s, projet du Campus Virtuel Suisse, permettent d’appréhender la complexité de la question :

Enjeu

Les logiciels de représentation en réseaux pourraient constituer un outil pertinent pour parvenir à ce type de représentation de manière automatisée. Si cela est juste en théorie, aucun des logiciels disponibles à l’heure actuelle n’est adapté aux problématiques des numismates, avec à la fois les fonctionnalités souhaitées et la facilité d’utilisation requise, et ce de manière gratuite. Le développement au sein de la MSH VdL du logiciel VisualGraphs permet d’envisager de fournir un outil de représentation graphique des liaisons de coins aux numismates. Les premiers essais réalisés ont confirmé la bonne adéquation entre l’outil logiciel en cours de finalisation et  les problématiques des historiens de la monnaie.


En tout, six projets ont été retenus et seront financés à hauteur de 4200 € ou 5000€ au titre de l’Appel à projets 2018 de la MSH Val de Loire :

  1. Cf. http://www.msh-vdl.fr/actualite/appel-a-projets-2018-de-la-msh-val-de-loire/ []
  2. François de Callatay, « L’historique de l’étude des liaisons de coins (XVIIIe-XXe s.) », Bulletin de la société française de numismatique, 2007, avril, n° 4, p. 86-92. Disponible en ligne, url : http://www.academia.edu/338113/L_historique_de_l_%C3%A9tude_des_liaisons_de_coins_XVIIIe-XXe_s._. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Appel à chercheurs 2018-2019 de la Bibliothèque nationale de France

La BnF publie son appel à chercheurs, afin de s’associer le concours de chercheurs pour l’année universitaire 2018-2019. Cet appel propose aux chercheurs un soutien financier au travers de bourses de recherche pour un montant total de 40.000 euros, grâce à la générosité de la BnF, de ses mécènes. Les candidats peuvent proposer spontanément des sujets de travaux. Afin d’éviter la dispersion des propositions, trois axes de recherche sont indiqués : étude et valorisation des collections ; histoire de la Bibliothèque nationale de France ; étude de la photographie et de l’histoire de la photographie.

Turpin [inventeur et industriel français spécialisé dans les explosifs, dans son laboratoire] : [photographie de presse] / [Agence Rol]

Thèmes de recherche

Les axes de recherche de l’appel à chercheurs de la BnF concernent trois principaux domaines :

  • Axe 1 : Études historiques du Comité d’Histoire de la Bibliothèque nationale de France
  • Axe 2 : Études sur la photographie et l’histoire de la photographie
  • Axe 3 : Études et valorisation des collections

Modalités pratiques

L’appel à chercheurs de la BnF est disponible sur le site : https://aacbnf2018.sciencesconf.org/
Les candidats peuvent y trouver toutes les informations nécessaires, notamment sur les axes thématiques ou les sujets proposés par les départements de collections.

Les candidatures sont à formuler directement sur le site dédié sciencesconf.org.

Pour toute information relative à la soumission de votre candidature, merci de contacter la Bibliothèque à l’adresse suivante : aacbnf2018@sciencesconf.org

Date limite d’envoi des candidatures : 29 avril 2017

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Cycle « Les écrivains et la presse » : Zola et la presse

Les relations entre les écrivains et la presse sont souvent complexes, ambiguës, voire contradictoires. Ce cycle de conférences présente les activités journalistiques de Zola, Sand, Apollinaire, Aragon ou encore Colette et illustre cette ambivalence, entre attraction et répulsion, qui varie selon l’auteur et parfois même au cours d’une carrière. Lors de chaque conférence, deux spécialistes ou jeunes chercheurs évoquent les carrières journalistiques de ces écrivains, les liens avec leur œuvre littéraire, et l’état d’avancement de la recherche ainsi que les chantiers à venir.

Emile Zola en couverture de Floréal : l’hebdomadaire illustré du monde du travail / directeur Paul-Boncour ; éditeur-fondateur Aristide Quillet

Par Adeline Wrona, professeur à l’université Paris-Sorbonne CELSA et Alain Pagès, professeur à l’université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle, directeur des Cahiers naturalistes et responsable de l’équipe Zola de l’ITEM (Institut des textes et manuscrits modernes, CNRS).

Informations pratiques

Jeudi 8 mars 2018, 18h30-20h
Bibliothèque nationale de France
François-Mitterrand – Salle 70
Entrée libre
Quai François-Mauriac – Paris 13e

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

La BnF rend hommage à Suzanne Citron

Suzanne Citron, son parcours et ses archives à la BnF (Bibliothèque de l’Arsenal)

Suzanne CitronSuzanne Citron, décédée le 22 janvier 2018, fut une femme passionnée qui ne cessa de s’engager, et de s’interroger avec une grande lucidité sur ses engagements, comme elle le raconte dans son livre de souvenirs publié en 2003, Mes lignes de démarcation : croyances, utopies, engagements. Après l’épisode dramatique de sa détention à Drancy en juillet-août 1944, elle reprend ses études, devient agrégée d’histoire en 1947 et commence une carrière d’enseignement, d’abord en lycée puis à l’Université de Villetaneuse. Pendant ses années d’enseignement puis après sa retraite en 1983, elle s’intéresse d’une manière critique et active à l’histoire de l’enseignement de l’histoire et à ses contenus, publie articles et ouvrages sur ce sujet et réfléchit aux possibilités de réforme. Les étapes les plus marquantes de cette retraite active sont la parution des ouvrages Le Mythe national (1987, plusieurs rééditions dont la dernière, en 2017, eut un certain retentissement), L’Histoire de France autrement (1992, réédition en 1995) et L’Histoire des hommes (1996, réédition en 1999) mais aussi sa participation active et tutélaire au groupe créé en 2011, « Aggiornamento », composé de professeurs désireux de proposer des « réflexions et propositions pour un renouvellement de l’histoire et de la géographie du Primaire à l’Université ».

C’est en 2011 qu’elle entre en contact avec la Bibliothèque de l’Arsenal, au moment où elle souhaite confier à la BnF les archives de son mari Pierre Citron, musicologue et universitaire de renom, spécialiste de Jean Giono. En bonne historienne, elle s’est prise au jeu de cet examen de son parcours et de ses traces. La plus grande partie des archives de Suzanne Citron est déjà présente à l’Arsenal, à la disposition des chercheurs qui s’intéressent à son œuvre et à son approche de l’histoire. Cet ensemble sera prochainement complété par les éléments qu’elle a souhaité garder auprès d’elle pour continuer à travailler. Sa curiosité, sa réflexion, sa lucidité et sa générosité pourront ainsi continuer à témoigner mais aussi à inspirer le travail des historiens et historiographes du futur.

Ce fonds vient enrichir les collections d’archives en sciences humaines et sociales de la BnF, particulièrement celles des historiens, des philosophes ou des ethnologues. Si l’entrée de certaines collections a fait l’objet d’une importante couverture médiatique, qu’on songe à l’acquisition des archives de Foucault1, celles de Guy Debord2 ou encore le don des archives de Roland Barthes3, d’autres méritent d’être signalées, comme par exemple :

  • Simone Weil (1909-1943) : déposés à la BnF depuis 1978, ses manuscrits entrent définitivement par dation en 2000, accessibles aux chercheurs qui en ont entrepris une publication exhaustive. Des Réflexions sur les causes de la liberté et de l’oppression sociale à L’Enracinement, des travaux Sur la science ou sur La Source grecque aux Intuitions préchrétiennes, de la Correspondance à l’admirable série des Cahiers,  l’essentiel de ce que la philosophe a écrit, y compris ses notes de cours, ses livres annotés ou les documents accumulés pendant ses derniers mois à Londres, figure dans le fonds Simone Weil ;
  • Jean Malaurie (1922- )((NAF 28421. Fonds Terre Humaine, http://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc124045)) ;
  • René Girard (1923-2015)4 ;
  • Claude Lévi-Strauss (1908-2009)5 ;
  • Jean-François Revel (1924-2006) : manuscrits de ses essais, de La Tentation totalitaire (1976) à L’Obsession anti-américaine (2002), en passant par La Connaissance inutile (1988) et Le Voleur dans la maison vide (1997). L’ensemble est complété par les manuscrits de ses articles et par une riche correspondance. Les abondantes archives de L’Express pour la période 1978-1981 offrent enfin à l’histoire du journalisme des sources inédites6;
  • Victor Ségalen (1878-1919) ;
  • Jean Cuisenier (1927-2017) ;
  • Germaine Tillon (1907-2008) : le fonds couvre l’ensemble des domaines d’activité de Germaine Tillion7 ;
  • Jean Rouch (1917-2004)8.

Si le statut des archives personnelles de chercheurs suscite parfois encore débat dans le monde académique9, de plus en plus d’établissements (bibliothèques universitaires, comme laboratoires, instituts de recherche et maisons des sciences de l’homme) se soucient désormais de plus en plus de la conservation des archives de la recherche et des chercheurs en parallèle de la réflexion sur la sauvegarde et la transmission des données de la recherche. A titre d’exemple, mentionnons ArchiFacile ! Le guide d’archivage au CNRS publié en 200810 ou le rapport présenté par Bertrand Müller en décembre 2012 intitulé Archiver les sciences humaines et sociales : positions de problèmes, propositions ((Cf. Bertrand Müller, « Archiver les sciences humaines et sociales », Lettre de l’InSHS, 27, janvier 2014, p. 13-19. Disponible en ligne, url : <http://www.cnrs.fr/inshs/Lettres-information-INSHS/lettre_infoinshs_27.pdf>.)).

Pour ce qui est de la BnF, le souci de l’accueil et de la conservation des fonds d’archives est réaffirmé dans sa charte documentaire : « une place plus grande encore pour les archives. Si la collecte d’archives est de tradition dans certains départements -département des Manuscrits, de la Musique, des Arts du spectacle- notamment pour les raisons documentaires déjà évoquées, on peut en constater encore le développement dans la période récente y compris dans les départements en charge du dépôt légal. »11)

  1. NAF 28730. Fonds Michel Foucault, http://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc98634s []
  2. Les archives de Guy Debord entrent à la Bibliothèque nationale de France, http://www.bnf.fr/documents/cp_archives_debord.pdf ; NAF 28603. Fonds Guy Debord, http://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc57433n []
  3. Les archives de Roland Barthes entrent à la Bibliothèque nationale de France, http://www.bnf.fr/documents/cp_roland_barthes.pdf ; NAF 28630. Fonds Roland Barthes, http://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc78608x []
  4. Fonds René Girard, http://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc94943q []
  5. NAF 28150. Fonds Claude Lévi-Strauss, http://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc134071 ; Catherine Faivre d’Arcier, « Les Archives de Claude Lévi-Strauss », Chroniques de la BnF, http://chroniques.bnf.fr/numero_courant/collections/archives_levi_strauss.htm []
  6. Le fonds Jean-François Revel entre à la BnF, http://www.bnf.fr/documents/cp_revel.pdf []
  7. NAF 28481. Fonds Germaine Tillion, http://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc12933d []
  8. NAF 28464. Fonds Jean Rouch, http://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc4402h, 1950-1997 : Fonds Jean Rouch – Archives sonores – Films finis, http://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc90685z ; 1961-1994 : Fonds Jean Rouch – Archives sonores – Films non finis, http://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc96277c []
  9. BERT, Jean-François. Qu’est-ce qu’une archive de chercheur ? Nouvelle édition [en ligne]. Marseille : OpenEdition Press, 2014 (généré le 30 janvier 2018). Disponible sur Internet : <http://books.openedition.org/oep/438>. ISBN : 9782821834620. DOI : 10.4000/books.oep.438. []
  10. http://www.cnrs.fr/paris-michel-ange/IMG/pdf/guide_ARCHIfacile.pdf et décliné par délégations, comme par exemple en Midi-Pyrénées, https://cnrs-hebdo.dr14.cnrs.fr/documents/361/document.aspx&usg=AOvVaw0fP3u8jERFFcS7EA9xKF88 []
  11. Charte documentaire 2015 : Politique d’enrichissement des collections, (version synthétique), url : <http://www.bnf.fr/documents/charte_doc_synthetique.pdf>. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Cycle « Les écrivains et la presse » : Proust et la presse

Les relations entre les écrivains et la presse sont souvent complexes, ambiguës, voire contradictoires. Ce cycle de conférences présente les activités journalistiques de Zola, Sand, Apollinaire, Aragon ou encore Colette et illustre cette ambivalence, entre attraction et répulsion, qui varie selon l’auteur et parfois même au cours d’une carrière. Lors de chaque conférence, deux spécialistes ou jeunes chercheurs évoquent les carrières journalistiques de ces écrivains, les liens avec leur œuvre littéraire, et l’état d’avancement de la recherche ainsi que les chantiers à venir.

Article de Jean Cocteau consacré à Marcel Proust, dans l’Excelsior : journal illustré quotidien
L’exemple le plus remarquable dans l’actualité de la recherche cette année est la parution du livre issu de la thèse de Yuri Cerqueira Dos Anjos, Proust et la presse de la Belle Époque, publié aux éditions Champion1. En effet, alors que l’œuvre de Proust a été largement analysée, ses articles publiés de 1890 à1922, dans une trentaine de journaux et revues littéraires, n’avaient pas encore fait l’objet d’une étude aussi large.
 Des documents seront présentés dans le foyer du petit auditorium.

Programme

  • Conférence inaugurale
    Par Jean-Yves Tadié, professeur émérite à la Sorbonne
  • Proust et la presse dans Gallica
    Par Sophie Robert, chargée de collections, service de la presse, DEP, BnF
  • Les débuts de Proust dans la presse
    Par Yuri Cerqueira dos Anjos, professeur à l’université Fédérale de Juiz de Fora, Brésil
  • Proust journaliste mondain
    Par Guillaume Pinson, professeur à l’université Laval, Canada
  • Proust critique littéraire dans la presse
    Par Luc Fraisse, professeur à l’université de Strasbourg et membre de l’Institut universitaire de France
  • L’adieu au journalisme
    Par Nathalie Mauriac Dyer, directrice de recherche au CNRS, responsable de l’équipe Proust de l’ ITEM (Institut des textes et manuscrits modernes)

Lectures par Gabriel Dufay, comédien.

Informations pratiques

Samedi 10 février 2018 – 14h00-19h00
Bibliothèque nationale de France
François-Mitterrand – Petit auditorium
Entrée libre
Quai François-Mauriac – Paris 13e

  1. Cf. son Carnet de recherche : Marcel Proust et la presse : archives, ressources et recherches, https://proustpresse.hypotheses.org/ []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Sommet sur l’identifiant ARK (Archival Resource Key) (21 mars 2018)

Le 21 mars 2018, la Bibliothèque nationale de France organise une  journée d’information et d’échanges sur l’identifiant ARK à même d’intéresser les acteurs des humanités numériques à la recherche de données validées.

Argument

Pour assurer l’interopérabilité des données, les acteurs des humanités numériques savent l’importance de l’attribution d’un identifiant unique à chaque donnée afin d’en garantir l’accessibilité dans le temps1 pour en garantir la citabilité car il désigne une ressource numérique indépendamment de sa localisation. D’aucuns connaissent les numéros handle gérés par la Corporation for National Research Initiatives2 ou encore le Digital object identifier (DOI)3. Il en existe d’autres comme Uniform Resource Name (URN)4) et l’Archival Resource Key (ARK) choisi par la Bibliothèque nationale de France.

ARK (Archival Resource Key) est un système d’identifiants mis en place par la California Digital Library (CDL), et qui a vocation à identifier des objets de manière pérenne. Il peut s’agir d’objets de tous types, physiques (table, livre), numériques (livre numérisé…) ou même immatériels (concepts…).

Organisée par le département des Métadonnées de la BnF, cette journée s’adresse autant aux utilisateurs confirmés qu’à des utilisateurs potentiels qui souhaiteraient mettre en place des permaliens et s’informer sur les atouts d’ARK. Elle proposera, dans la matinée, un tutoriel pour se familiariser avec les concepts fondamentaux qu’ARK mobilise et une présentation des bonnes pratiques et des tendances actuelles de l’identifiant. L’après-midi sera consacrée à des retours d’expérience d’utilisateurs.

Programme

    • 9h : Accueil des participants
    • 9h30 : Tutoriel (optionnel, sur inscription) – ARK pour les débutants (Sébastien Peyrard, chef du service Ingénierie des métadonnées, BnF)
    • Pause (10h30)
    • 11h : Conférence inaugurale : Passé, présent et futur d’ARK : historique, valeur ajoutée, adoption et perspectives (John Kunze, architecte des systèmes d’identification et créateur de l’identifiant ARK, California Digital Library)
    • 11h45 : Implémenter les identifiants ARK : les bonnes pratiques – foire aux questions pour les futurs utilisateurs (Bertrand Caron, expert de modélisation, BnF)
    • Déjeuner libre (12h30-14h)
    • 14h : Retours d’expérience
      > INIST (Nicolas Thouvenin, chef du service Recherche & développement)
      > Bibliothèque nationale de Luxembourg (Roxana Maurer-Popistașu, coordinatrice de la préservation numérique)
      > Archives départementales de la Gironde (Delphine Jamet, adjointe au chef de service de la collecte et du traitement)
    • Pause (15h30)
    • 16h : Table ronde – les éditeurs de logiciels, au service de la maîtrise des identifiants ARK par leurs institutions clientes
      > 1 égal 2 (Franck Bernardet)
      > Naoned (Alexis Moisdon)
      > Empreinte Digitale (Guillaume Lory)
    • 16h45 : Conclusion (Emmanuelle Bermès, adjointe chargée des questions scientifiques et techniques auprès du directeur des Services et des réseaux, BnF)

Modalités pratiques

Inscription en ligne via Eventbrite, gratuite et obligatoire, dans la limite des places disponibles

Mercredi 21 mars 2018, de 9h30 à 17h00, accueil à partir de 9h
Paris, Bibliothèque nationale de France
Site François-Mitterrand – Petit Auditorium (entrée principale – hall Est)

  1. raison pour laquelle on les nomme des identifiants pérennes ou PID, pour persistent identifier. []
  2. système employé par la Très grande infrastructure de recherche Huma-Num []
  3. mais dont l’attribution est payante. C’est le système choisi par OpenEdition qui  dépose des DOI auprès de l’agence Crossref pour les articles des revues d’OpenEdition Journals et bientôt pour les livres et chapitres d’OpenEdition Books. []
  4. Système employé par la Bibliothèque nationale suisse, la Deutsche Nationalbibliothek (DNB) et la Österreichische Nationalbibliothek (ÖNB []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Rencontres à la BnF : Les écrivains et la presse

Les relations entre les écrivains et la presse sont souvent complexes, ambiguës, voire contradictoires. Ce cycle de conférences présente les activités journalistiques de Zola, Sand, Apollinaire, Aragon ou encore Colette et illustre cette ambivalence, entre attraction et répulsion, qui varie selon l’auteur et parfois même au cours d’une carrière. Lors de chaque conférence, deux spécialistes ou jeunes chercheurs évoquent les carrières journalistiques de ces écrivains, les liens avec leur œuvre littéraire, et l’état d’avancement de la recherche ainsi que les chantiers à venir.

Programme

  • Samedi 10 février 2018 : Proust et la presse
  • Jeudi 8 mars 2018 : Zola et la presse
  • Jeudi 15 mars 2018 : George Sand et la presse
  • Jeudi 22 mars 2018 : Apollinaire et la presse
  • Jeudi 29 mars 2018 : Aragon et la presse
  • Jeudi 5 avril 2018 : Colette et la presse
  • Jeudi 12 avril 2018 : Sorj Chalandon, entre presse et littérature

Informations pratiques

Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand – Salle 70
Entrée libre
Quai François-Mauriac – Paris 13e

 

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Journée d’étude sur la diffusion des données de la BnF (20 mars 2018)

Le mardi 20 mars 2018, au lendemain du Salon du livre, la Bibliothèque nationale de France organise une nouvelle journée d’étude sur la diffusion des données de la BnF. Cette journée permettra notamment de découvrir de nouveaux modes d’accès aux données de la BnF et dressera un panorama des échanges de métadonnées entre les différents acteurs de la chaîne du livre.

La matinée sera l’occasion de présenter les nouveautés liées aux services d’accès (ouverture d’un service SRU d’interrogation du catalogue, lancement du site BnF API et jeux de données, placement des données du CCFr sous licence ouverte) et aux données (l’ISNI, les nouvelles zones liées à la Transition bibliographiques, les fichiers numériques adaptés pour les personnes en situation de handicap), avant une présentation du projet CORPUS de construction de services avec le monde de la recherche.

L’après-midi sera consacrée à une table ronde sur les échanges de métadonnées dans l’ensemble de la chaîne du livre avec les différents acteurs concernés (distributeurs, éditeurs, libraires…) et sur la place des données de la BnF dans cet environnement.

Elle se conclura sur une présentation de la future plateforme de services numériques du Puy-de-Dôme.

Programme

    • 9h : Accueil des participants
    • 9h30 : Ouverture (Arnaud Beaufort, directeur général adjoint et directeur des Services et réseaux, BnF)
    • 9h45 : Une nouvelle offre de services de diffusion
      Tous les moyens d’accéder aux données de la BnF : le site BnF API et jeux de données (Pauline Moirez, Innovation, BnF) et l’ouverture des données du CCFr (Wilfried Müller, Catalogue Collectif de France, BnF)
      Le nouveau service SRU d’interrogation de BnF catalogue général (Laure Mane, services aux professionnels, BnF) et la récupération anticipée des pré-notices du dépôt légal
      Les évolutions de data.bnf.fr (Aude Le Moullec-Rieu, data.bnf.fr, BnF)
    • Pause (11h)
    • 11h20 : Actualité sur les données
      Les nouvelles zones créées à la BnF dans le cadre de la Transition bibliographique (Clémence Agostini, services aux professionnels, BnF
      Récupérer l’ISNI : pourquoi ? comment ? (Valérie Dhiver, Agence d’enregistrement ISNI-BnF et Héloïse Lecomte, service des Référentiels, BnF)
      La mutualisation des fichiers adaptés à destination des personnes empêchées de lire (Chloé Cottour, Centre Exception handicap, BnF)
    • 12h : Co-construire les humanités numériques entre bibliothèques et chercheurs : le projet CORPUS (Emmanuelle Bermès, adjointe chargée des questions scientifiques et techniques auprès du directeur des Services et des réseaux, BnF)
    • Déjeuner libre (12h30-14h)
    • 14h : Les métadonnées dans la chaîne du livre
      Du créateur au lecteur, panorama de la circulation des données entre les différents acteurs de la chaîne du livre (Dominique Parisis, président de la commission FEL numérique de la CLIL, et Anne Bommier-Chasles, Extranet du dépôt légal, BnF)
      Table ronde interprofessionnelle (animée par Héloïse Lecomte, service des Référentiels, BnF) avec :
      > Véronique Backert, directrice générale, Dilicom
      > Joëlle Aernoudt, directrice qualité de la base de données bibliographique, Electre
      > Luc Audrain, direction innovation, Hachette
      > Xavier Guillot, expert sur les questions de Transition bibliographique auprès de la FULBI
    • Pause (15h30)
    • 15h50 : Production et exposition des métadonnées de la future plateforme de services numériques du Puy-de-Dôme (Renaud Aïoutz, chef de projet du développement numérique et Christophe Torresan, directeur de la Médiathèque départementale du Puy-de-Dôme)
    • 16h20-16h45 : Conclusion (Frédérique Joannic-Seta, directrice du département des Métadonnées, BnF)

Modalités pratiques

Mardi 20 mars 2018, de 9h30 à 17h00, accueil à partir de 9h Paris, Bibliothèque nationale de France
Site François-Mitterrand – Grand Auditorium (entrée principale – hall Est)

Inscription en ligne via Eventbrite, gratuite et obligatoire, dans la limite des places disponibles.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Séminaire « Sources iconographiques du quartier Richelieu dans les collections du département des Estampes et de la photographie de la BnF »

Dans le cadre du projet de recherche sur l’histoire du « quartier » Richelieu, le Centre allemand d’histoire de l’art, la Bibliothèque nationale de France, l’École nationale des Chartes, les Universités Paris I Panthéon Sorbonne et Paris-Sorbonne ainsi que l’Institut national d’histoire de l’art organisent le séminaire ‘Histoire de quartier ».

Programme

Après la conférence d’Alexandre Gady (Université Paris-Sorbonne) intitulée Le quartier Richelieu. Topographie, architecture, patrimoine du 15 décembre 2017, la deuxième séance se tiendra le vendredi 2 février 2018.

Intitulée « Sources iconographiques du quartier Richelieu dans les collections du département des Estampes et de la photographie de la BnF », la séance sera animée par Corinne Le Bitouzé, conservateur général, adjoint au directeur du département, Loïc Le Bail, conservateur en chef, responsable de la conservation, et Pauline Chougniet, conservateur, responsable des dessins.

Modalités pratiques

Date : vendredi 2 février 2018.

Lieu : Salle de réunion de la Bibliothèque de l’INHA, 58 rue de Richelieu (7ème étage), de 10h30-12h30.

Rendez-vous à 10h20 précises dans le hall Labrouste pour faciliter l’accès à la salle du séminaire.

Inscription sur Eventbrite : https://www.eventbrite.fr/e/billets-seminaire-sources-iconographiques-du-quartier-richelieu-dans-les-collections-du-departement-des-42531431657

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Appel à communications : SIBMAS Paris 2018 : Réussir ensemble. Participer, partager, coopérer pour le patrimoine du spectacle vivant

Du 5 au 8 juin 2018, la Bibliothèque nationale de France et le Centre national du costume de scène à Moulins accueillent le congrès 2018 de la Société internationale des bibliothèques et musées des arts du spectacle (SIBMAS). Aussi, nous publions ici son appel à communication. Le thème du congrès invite à réfléchir aux projets et aux pratiques professionnelles qui impliquent de collaborer et de travailler ensemble dans le but commun de préserver le patrimoine des arts de la scène. 

Réussir ensemble. Participer, partager, coopérer pour le patrimoine du spectacle vivant

Rien ne peut se faire en solitaire dans le domaine des arts du spectacle. Toutes les productions ont besoin d’une équipe unissant artistes, techniciens et personnel administratif. Même les one man shows se préparent à plusieurs. A l’inverse on pourrait croire que la vie dans les bibliothèques, les archives et les musées se passe avec pour tout compagnon les livres, les papiers, les œuvres d’art. Les membres de la SIBMAS savent que la réalité est bien différente et que nous ne sommes rien sans nos collègues, nos partenaires et notre public. C’est ce travail en commun que le colloque de 2018 propose d’explorer à la lumière des multiples expériences de nos organismes et des évolutions de nos métiers.

La question de la coopération peut se poser sous différents angles :

Les perspectives offertes par les collections – De longue date, les artistes circulent d’un pays à l’autre et leur passage a pu laisser des traces dans diverses institutions. On peut penser aux grandes tournées de Sarah Bernhardt comme aux productions du Cirque du Soleil. Les archives se trouvent parfois éclatées comme les différents fonds Edward Gordon Craig, Max Reinhardt ou les Ballets suédois. Comment rendre accessibles et compréhensibles ces ensembles conservés dans des organismes différents ? Expositions ? Publication d’inventaires collectifs ? Portails de ressources en ligne ? Simples renvois d’une base de données à une autre ? C’est un des défis à relever dans un paysage numérique où les grands réservoirs de données – moteurs de recherche et bibliothèques numériques – n’ont pas nécessairement la finesse et la pertinence attendues par les chercheurs.

Les relations avec les usagers – chercheurs, artistes et grand public – peuvent être considérées comme le deuxième champ d’exploration et d’innovation pour travailler ensemble. Longtemps le public a été tenu éloigné des réflexions sur les services et les pratiques des institutions patrimoniales. Les offres se construisaient avec beaucoup de dévouement mais sans consulter préalablement les usagers. Aujourd’hui les outils se sont multipliés pour favoriser le dialogue et l’élaboration commune de services. Des simples enquêtes auprès des publics aux réflexions participatives, en passant par la production et l’enrichissement de données, beaucoup de chantiers se sont ouverts dont les répercussions dans les métiers peuvent être importantes, particulièrement dans le domaine des arts du spectacle dont les collections sont multiformes et complexes à aborder.

Les partenariats – D’un point de vue plus structurel, leur mise en place est le fruit de l’envie mais aussi de la nécessité de travailler ensemble, qu’il s’agisse de partenariats entre institutions patrimoniales, ou entre maisons de spectacles et, universités, bibliothèques ou musées, ou encore de partenariats avec des entreprises privées dans le cadre de mécénat. Qu’ils soient mis en place à l’échelle locale, nationale ou internationale, ces accords de coopération ont leurs atouts mais aussi leurs contraintes. Le résultat obtenu est-il toujours à la mesure de l’effort consenti pour signer un accord de coopération ? Sans parler des collaborations imposées par les administrations culturelles ou les gouvernements, notamment les fusions d’organismes jusqu’alors indépendants.

Les propositions de communication devront s’inscrire dans l’un de ces trois axes et être illustrées par un cas concret de coopération, réussie ou non, en montrant les enjeux scientifiques, économiques, culturels et technologiques. Les communications à plusieurs voix seront évidemment la meilleure illustration de ce que travailler ensemble peut vouloir dire.

Calendrier

4 février 2018 : Date limite de soumission d’une proposition de communication
Pour soumettre une communication, veuillez utiliser le formulaire en ligne.
15 février 2018 : Date de notification d’acceptation aux auteurs
15 avril 2018 : Date de soumission de la communication complète. Ceci sera exigé afin de préparer la traduction simultanée en anglais.

Comment soumettre votre proposition

Les propositions de communications peuvent être présentées en anglais ou en français. La traduction simultanée des communications (anglais-français et français-anglais) sera assurée dans l’auditorium principal.

Le temps imparti à chaque communication est de 20 minutes au maximum, suivi d’une période de questions de 10 minutes.
Les communications seront programmées lors de sessions plénières, lors des groupes de discussion (table ronde ou ateliers) ou lors des présentations «posters».

Toutes les communications seront annoncées dans le programme du congrès puis publiées en anglais et en français dans les actes.

Trucs et conseils

La SIBMAS souhaite que l’expérience du congrès soit aussi dynamique et fascinante que possible. Pour que votre proposition de communication soit retenue, nous vous conseillons vivement de tenir compte de quelques trucs et conseils dans le pdf ci-joint : http://www.sibmas.org/wp-content/uploads/2017/10/SIBMASParis2018_CfPConseils.pdf

Contact

Pour des informations complémentaires sur l’inscription, l’appel à communications ou pour toutes autres questions relatives au congrès : Coordinatrice Paris, Véronique Meunier
E-mail: veronique.meunier@bnf.fr

Enregistrer

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Les périodiques comme médiateurs. Periodicals In-Between, 7e colloque international d’ESPRit (European Society for Periodical Research)

Grâce au concours financier de la Fondation des sciences du patrimoine (LabEx Patrima),  la Bibliothèque nationale de France va pouvoir accueillir le 7e colloque international de l’European Society for Periodical Research, du 27 au 29 juin 2018.
Société savante internationale qui promeut, encourage et diffuse la recherche sur tous les aspects des cultures périodiques européennes du 17e au 21e siècle, ESPRit tiendra son colloque annuel 2018 sur le thème : Les périodiques comme médiateurs. Les périodiques dans l’écosystème de la culture imprimée et visuelle.

Contexte

Les objectifs de la Société Européenne pour la Recherche sur les Périodiques (European Society for Periodical Research) sont résolument interdisciplinaires, son approche multilingue, et sa perspective transcende les études thématiques étroites. Centrée sur la recherche des périodiques européens, elle accueille aussi des recherches élargies à des aires culturelles collatérales (Amériques, Méditerranée orientale, Maghreb, etc.). La publication principale d’ESPRit, le Journal of European Periodical Studies (http://ojs.ugent.be/jeps), revue semestrielle en ligne, évaluée par les pairs, publie des articles de recherche relevant d’une vaste gamme d’approches critiques, théoriques et méthodologiques, incluant, sans s’y limiter, l’histoire culturelle, les études littéraires, l’histoire de l’art, les études de genre, les études de médias, l’histoire des sciences, et les humanités numériques. En tant que revue officielle d’ESPRit, le Journal of European Periodical Studies propose aux chercheurs une plate-forme de partage de la recherche et d’échange des idées par-delà les limites disciplinaires.
À l’heure actuelle ESPRit est représenté dans la plupart des pays européens ainsi qu’outre-Atlantique. Son colloque international annuel sert de point de référence. Ses 4e, 5e et 6e colloques, respectivement à Stockholm (The Nordic Museum), Liverpool (John Moores University Liverpool) et Milan (IULM – International University of Languages and Media), ont rencontré une audience de spécialistes dans les domaines des périodiques, de la culture imprimée et visuelle, et du patrimoine papier et numérique.
Organisé par Évanghélia Stead, professeure de littérature comparée et de culture de l’imprimé à l’UVSQ (laboratoire CHCSC), membre du comité exécutif d’ESPRit (European Society for Periodical Research), le colloque international sera précédé d’un atelier doctorat/master (Graduate Training School) sur sélection, accueilli en Sorbonne, et encadré par deux jeunes docteurs, spécialisés dans les périodiques, Rio Bassett (R-U) et Philipp Leu (UVSQ, docteur Patrima), ainsi que par des doctorants du réseau ESPRit en fin de thèse. La sélection d’une quinzaine de candidats, établie sur critères scientifiques, entraînera la gratuité de leur participation à la journée. L’objectif de l’atelier doctorat/master sur les périodiques est d’associer l’entraînement intellectuel et professionnel des jeunes chercheurs à l’expertise de chercheurs confirmés dans le domaine. L’atelier doctorat/master posera la question centrale des méthodes théoriques et des concepts employés dans l’approche du patrimoine périodique matériel et numérique européen, et la manière dont ils secondent et favorisent le travail de recherche. Sa tenue permettra des discussions significatives par delà les frontières linguistiques, les limites nationales et les périodes littéraires.

Appel à communications

Le 7e colloque international de la European Society for Periodical Research (ESPRit) abordera les périodiques comme médiateurs de publications alternatives ou expérimentales et comme tremplins vers d’autres activités éditoriales et culturelles du XVIIIe au XXIe siècle. De nombreux périodiques ont en effet donné naissance à des maisons d’édition en recourant aux réseaux de leurs imprimeurs, en testant dans leurs livraisons des formules expérimentales ou plus conventionnelles, et en devenant des moteurs économiques dans les domaines du livre, de l’imprimé, des arts, de l’artisanat et des métiers. Souvent, le périodique est un véhicule pour les amateurs de sciences, les organisations professionnelles ou commerciales, les amateurs de littérature et d’art : ses matériaux, égrenés tout au long de l’année, puis réunis en volumes sous reliure ou cartonnage pour résister au temps, répondent aux besoins de tels lecteurs. Ou l’inverse : les éditeurs ou les galeries publient un périodique ou un magazine pour soutenir leur catalogue, promouvoir leurs artistes, tester de nouvelles formules ou fidéliser leur public. Le phénomène s’étend aux estampes, à la fois comme prime aux abonnés et comme œuvres originales. L’étude d’un tel phénomène dans son envergure internationale mettrait en lumière les relations des périodiques avec le monde de l’édition, les galeries d’art, divers salons et cercles d’influence, ainsi qu’avec plusieurs formes alternatives de publication, de nouvelles idées, tendances et manifestes.

Comment l’histoire canonique de l’édition de livres et d’estampes s’amplifie-t-elle dès lors qu’on prend en compte les structures médiatiques – économiques et symboliques – qui accentuent le rôle des périodiques? Quelles questions émergent lorsqu’on considère les périodiques comme des moteurs clés de la culture de l’imprimé et de la culture visuelle, de la matérialité des publications, de leur valeur d’échange, et de leur fonction d’opérateurs culturels? Nous invitons à des communications, à des panels, et à des tables rondes autour de ces questions.

Les propositions pourraient inclure, sans s’y limiter:

  • Périodiques et maisons d’édition
  • Périodiques et galeries ou salons
  • Périodiques et réseaux d’imprimeurs
  • Économies des périodiques
  • Périodiques et intertextualité ; hybridation ; réinterprétation en un autre médium (remediation)
  • Parties; livraisons; suppléments; volumes annuels
  • Périodiques et estampes pour les abonnés
  • Périodiques et tirés à part
  • Périodiques et albums
  • Les périodiques comme volumes reliés/“livres”
  • Cultures périodiques quotidiennes
  • Cultures périodiques alternatives

Merci d’adresser vos propositions en français ou en anglais pour des présentations de 20 minutes (250 mots max.), des panels de trois ou quatre contributions, des ateliers d’une heure, ou d’autres formats adéquats, avec un bref CV (max. une page), à 2018ESPRit@gmail.com avant le 31 janvier 2018.

L’Atelier

L’Atelier s’adresse aux étudiants actuellement en Master ou en Doctorat qui souhaitent participer aux activités de recherche de la société. Les séances seront centrées sur : (1) différentes approches théoriques et méthodologiques des études périodiques, explorées lors de l’atelier avec les participants; et (2) la préparation des jeunes chercheurs en vue de leur implication professionnelle dans le domaine des études sur les périodiques. Les candidats sélectionnés auront l’occasion de présenter leur travail et de recevoir un retour personnalisé par les modérateurs. Les modérateurs de l’atelier incluent des chercheurs reconnus du domaine comme Laurel Brake, Anne-Rachel Hermetet, Matthew Phillpotts, Evanghelia Stead, Céline Mansanti, Hélène Védrine, etc.

L’atelier offrira aux participants l’occasion d’entrer en contact avec d’autres jeunes chercheurs à un niveau similaire d’études. Ils bénéficieront en outre du soutien et des conseils de chercheurs et d’experts du domaine plus avancés dans leur carrière et leurs travaux.

Procédure de candidature

Merci d’adresser les pièces suivantes, en français et/ou en anglais, par e-mail à l’adresse ESPRitPG2018@gmail.com au plus tard pour le  1er février 2018 :

  • une lettre de motivation expliquant les raisons de votre candidature (max. deux pages)
  • un bref CV (max. deux pages, caractères min. 11 point)
  • un résumé de votre projet de recherche principal (max. 500 mots)
  • une synthèse sur le rôle des études sur les périodiques dans votre recherche (max. 1000 mots).

ESRPit regrette de ne pouvoir prendre en charge les frais de transport, mais les candidats sélectionnés pour l’atelier bénéficieront de la gratuité des frais d’inscription au colloque Les Périodiques comme médiateurs. Les participants seront sélectionnés par un comité scientifique ad hoc en accord avec le comité de direction d’ESPRit. La décision sera communiquée aux candidats au plus tard le 15 mars 2018.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Colloque international : France, face et profil, 17-19/01/2018

L’exposition de la BnF « Paysages français. Une aventure photographique,1984-2017) »  porte au premier plan les questions conjointes du paysage national et de la commande photographique. Le colloque « France, face et profil » se donne pour tâche de revenir sur les enjeux portés par les projets des missions photographiques, et plus largement sur la construction d’une représentation du paysage national français entre le XIXe et le XXe siècles. Il s’agira de proposer une lecture aussi bien archéologique que prospective de ce paysage national qui articule les enjeux esthétiques, politiques et sociaux. Comment les missions photographiques ont-elles contribué à renouveler cette lecture depuis la Mission photographique de la DATAR des années 1980 jusqu’aux projets les plus contemporains ? Comment ces derniers peuvent-ils contribuer à la réflexion sur le devenir de nos territoires menée par les institutions locales et nationales ? Quel dialogue instaurer entre la création, la recherche et les acteurs du paysage autours des enjeux actuels des paysages ?

Organisé en trois temps, ce colloque proposera à la fois une synthèse des expériences menées depuis quatre décennies en France comme en Europe, et une mise en dialogue autour des enjeux et des perspectives du paysage contemporain.
La première journée (mercredi 17 janvier 2018) aura lieu à la BnF et portera sur la relation entre commande publique et création photographique en France et en Europe, des années 1980 à nos jours.
La deuxième journée (jeudi 18 janvier 2018), aux Archives Nationales, sera centrée sur la constitution d’un imaginaire du paysage national, dans une perspective historique et généalogique.
Enfin, la troisième journée (vendredi 19 janvier 2018) se déroulera à Tours. Elle interrogera les pratiques du paysage, depuis l’appropriation intime des lieux et les relations sensibles au territoire jusqu’aux usages du paysage dans les projets d’architecture, d’urbanisme et d’aménagement.

Programme

Mercredi 17 janvier 2018 : Recréer une culture du paysage

9h Accueil
9h30 Laurence Engel. présidente de Bibliothèque nationale de France
9h45 Jean-Benott Albertin, commissaire général de l’égalité des territoires

10h-12h LES MISSIONS PHOTOGRAPHIQUES FRANÇAISES, PROJETS ARTISTIQUES ET POLITIQUES
Modération : Sylvie Aubenas, directrice du département des Estampes et de la Photographie de la Bibliothèque nationale de France

10h-10h30 Bernard Latarjet, directeur de la Mission photographique de la DATAR
Pourquoi  et comment la Mission photographique de la DATAR ?

10h30-11h Raphaële Bertho, maitresse de conférences en arts, Université de Tours /lnTRu
Paysages politiques, le développement des missions photographiques en France

11h-11h30 Paul Wombell. directeur artistique de la mission France(s) territoire liquide
Tectonics Photographic [anglais – traduction simultanée]

11h30-12h Discussion

14h-15h30 UN PHÉNOMENE INTERNATIONAL
Modération : Héloïse Conesa, conservatrice de la photographie contemporaine, département des Estampes et de la Photographie de la Bibliothèque nationale de France

14h -14h30 Roberta Valtorta, historienne de la photographie Viaggio in ltalia, l’ école italienne du paysage» et les projets de commande publique sur le paysage contemporain en ltalie

14h30 -15h Lizz Wells, professeur en culture photographique, Plymouth University
Critical Landscapes : Aesthetics,Topagraphy and Environment
[anglais – traduction simultanée]

15h -15h30 Discussion

16h-17h30 ENTRE COMMANDE ET CRÉATION, QUELLE RELATION AU TERRITOIRE ?

Modération Raphaële Bertho, maîtresse de conférences en arts, Université de Tours / lnTRu

16h -16h30 Dialogue entre Frédéric Pousin, directeur de recherche HDR au CNRS, UMR Ausser / ENSA Paris-Bellevilte et Thierry Girard, photographe autour de l’Observatoire photographique du Parc naturel régional des Vosges du Nord (1997-2017)

16h30 -17h Dialogue entre Danièle Meaux,  professeur en esthétique et sciences de l’art, Université de Saint-Etienne /CIEREC. et Geoffroy Mathieu et Bertrand Stotleth, photographes sur le projet Paysages usagés, Observatoire photographique depuis le GR2013 (2012-2022)

17h -17h30 Discussion

18h-19h DANS L’ATELIER DE LA MISSION
Retour sur l’héritage de la Mission photographique de la DATAR avec le film de Christian Milovanoft, Travail dramaturgique autour du livre Bureaux. 2017 (39 min.)

Jeudi 18 janvier 2018 : Recréer une culture du paysage

9h Accueil

9h30 Introduction par Françoise Banat-Berger, directrice des Archives nationales

9h45 Conférence d’ouverture de Pascal Ory, professeur émérite, Université Paris I Panthéon-Sorbonne / CHS XXe siècle

10h30-13h  NORMES ET STEREOTYPES
Modération :   Sandrine Bula, conservateur en chef du patrimoine,  Archives nationales, direction des fonds, responsable de la mission Photographie.

10h30-11h Lucie Goujard, maître de conférences en histoire de l’art/ histoire de la photographie, Université de Grenoble-Alpes / LARHRA
Du pittoresque au vernaculaire. Contribution de la photographie à l’artialisation des territoires

11h-11h30 Sylvain Lesage, maître de conférences en histoire contemporaine, Université de Lille / IRHIS
Paysages à construire, L’imagerie Pellerin d’Epinal et la tardive émergence du panorama à la Belle Epoque.

12h-12h30 Marie-Ève Bouillon, chargée d’étude documentaire, Archives nationales, mission Photographie, docteur en Histoire et Civilisation, EHESS.
De la vue au stéréotype. Logiques industrielles et imaginaires de la carte postale au début du XXe siècle, le cas de l’entreprise Neurdein frères

12h30-13h Discussion

14h-15h30 INFORMATION ET PROPAGANDE

Modération :   Véronique Figini-Veron, maître de conférences en histoire de la photographie, ENS Louis-Lumière / CHS XXe siècle

14h-14h30 Françoise Denoyelle, professeur émérite, historienne de la photographie, ENS Louis-Lumière / CHS XXe siècle
Une image de la France. La France et la Révolution nationale : le fonds de l’ensemble des photographies de propagande diffusées par le Service central photographique depuis Vichy (1942-1944)

14h30-15h François Vatin, professeur en sociologie, Université Paris-Nanterre / IGHES et Gwenaële Rot, professeur en sociologie, Sciences Po Paris / CSO
Le tour de France industriel du peintre Reynold Arnould (1957-1958)

15h-15h30 Discussion

16h-17h PEDAGOGIE ET POLITIQUE

Modération : Françoise Denoyelle, historienne de la photographie, professeure des Universités émérite, ENS Louis-Lumière / CHS XXe siècle

16h-16h30 Sandrine Bula, conservateur en chef du patrimoine,  Archives nationales, direction des fonds, responsable de la mission Photographie.
Les usages pédagogiques des vues aériennes de l’entreprise LAPIE (Les Applications Photographiques d’Industrie et d’Édition) (1955-1980)

16h30-17h Véronique Figini-Véron, maître de conférences en histoire de la photographie, ENS Louis-Lumière / CHS XXe siècle.
L’information dite “ neutre ” de la Documentation française : la photographie au service d’une communication d’Etat (1945-1975)

17h-17h30 Discussion

Vendredi 19 janvier : Photographie & paysage,  dialogues contemporains

9h Accueil
9h30-11h  Table ronde Qualifier le paysage autour du travail d’Éric Tabuchi, Atlas des régions naturelles (depuis 2017)
Modération : Pascal Ferren , directeur adjoint du Pôle des arts urbains 
Intervenants :
Eric Boulay, Directeur du CAUE 37
Laurent Cailly, maître de conférences en géographie, Université de Tours / CITERES
Olivier Legros, maître de conférences en géographie, Université de Tours / CITERES

11h30-13h Table ronde Se projeter dans le paysage autour du travail d’Alban Lécuyer, Ici prochainement (2013)
Modération : Raphaële Bertho, maîtresse de conférences en arts, Université de Tours / InTRu
Intervenants :
Lolita Voisin, maître de conférences en Aménagement de l’espace et urbanisme, École Nature et Paysage, Blois / CITERES
Hovig Ter Minassian, maître de conférences en géographie, Université de Tours / CITERES
Maxime Vignolles, Ingénieur paysagiste, ADAC 37

14h30-16h  Table ronde S’approprier le paysage autour du travail d’Alexandra Pouzet, La carte du tendre (2013-2015)
Modération : Pascal Ferren, directeur adjoint du Pôle des arts urbains
Intervenants :
Benoît Feildel, maître de conférences en aménagement de l’espace et urbanisme, Université de Rennes 2 / UMR ESO
Karine Hurel, Cheffe du pôle Ressources, valorisation et cartographie du CGET, Géographe et cartographe
Héloïse Nez, maître de conférences en sociologie, Université de Tours / CITERES

Conférence de clôture Hugo Bevort, directeur des stratégies territoriales, CGET

Informations pratiques

  • Jeudi 18 janvier 2018 – 9h30-17h30
    Archives nationales, site de Pierrefitte-sur-Seine
    Entrée libre dans la limite des places disponibles
    59 rue Guynemer, 93380 Pierrefitte-sur-Seine
    Métro : Saint-Denis Université (Ligne 13)
  • Vendredi 19 janvier 2018 – 9h30-16h30
    Tours, Salle Jean de Ockeghem
    Entrée libre dans la limite des places disponibles
    15 place de Chateauneuf 37000 Tours

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Géolocalisation et spatialisation de documents patrimoniaux : trois heures de partage autour de la cartographie numérique

Dans le cadre du projet CORPUS, inscrit au plan quadriennal de la recherche 2016-2019 de la Bibliothèque nationale de France, et suite à l’atelier « Décrire, transcrire et diffuser un corpus documentaire hétérogène : méthodes, formats, outils », un deuxième atelier a eu lieu le 30 novembre après-midi sur le site Richelieu. Conçu dans une même logique de partage d’expertise, de dialogue entre les institutions patrimoniales et le monde de la recherche, il avait pour objectif de conduire une réflexion autour de la géolocalisation et de la spatialisation de documents patrimoniaux.

L’après-midi s’est articulé autour de huit présentations de projets pour lesquels les enjeux de la cartographie numérique sont plus au moins centraux.

Gallicarte, géolocalisation des données de Gallica.

Présentation par Matthieu Gioux, chef de produit Gallica, BnF.

Gallicarte

Lauréat du premier Hackathon BnF (2016), ensuite intégré dans Gallica Studio, Gallicarte est un projet qui vise à géolocaliser et à afficher sur un fond de carte les résultats d’une recherche effectuée dans Gallica, la bibliothèque numérique de la BnF.

Pour faire du projet issu du Hackathon un outil fiable pour les utilisateurs de Gallica, les équipes de la BnF se sont confrontées à une grande diversité de données en termes de provenance (elles sont issues de plusieurs institutions), en termes de type de collection (des manuscrits jusqu’aux jeux vidéo), en termes de normes de catalogage (elles diffèrent en fonction du type de document) et en termes de métadonnées.

La première phase de concrétisation de l’outil a donc consisté à identifier les collections plus simples à géolocaliser (un seul point par document) : le corpus des cartes et celui d’1,2 millions d’images présentes dans Gallica.

Pour ce qui concerne les cartes, la deuxième phase a consisté à positionner sur un fond de carte la géolocalisation préalablement existante ou bien, le cas échéant, à utiliser data.bnf.fr pour alimenter la base de Gallicarte. Pour ce qui concerne les images, la deuxième phase a vu Exalead – moteur de recherche de Gallica – détecter les occurrences de lieux dans les notices et dans les légendes des images. La troisième phase, portant sur le géocodage des données, a consisté à envoyer les entités détectées par Exalead au moteur Nominatim d’Openstreetmap capable d’attribuer des coordonnées géographiques.

En raison d’un taux d’erreur trop élevé, dû paradoxalement à l’excès de richesse des données décrites par les bibliothécaires, une deuxième approche consistera à refaire les mêmes opérations mais en s’appuyant cette-fois-ci sur les données du catalogue de la BnF.

À terme, la perspective de la Bibliothèque est de rendre disponible un lien SRU contenant un flux de données issues d’une recherche dans Gallica et le convertir dans le format GeoJSON, nécessaire pour la visualisation des résultats de la recherche sur une carte et compatible avec quasiment tous les outils de cartographie.

Des questions comme par exemple la dimension historique et évolutive des lieux ou la possibilité de réinjecter ce travail de géolocalisation dans le catalogue de la Bibliothèque restent ouvertes pour un horizon plus lointain. L’avancement du projet est documenté au fur et à mesure dans Gallica Studio.

Venice Time Machine

Présentation par Isabella di Leonardo, collaboratrice scientifique, Laboratoire d’humanités digitales, EPFL.

Text recognition in ancient hand-written documents
© DHLAB / EPFL

Venice Time Machine est un projet qui vise à numériser 80 km d’archives administratives de la ville de Venise couvrant une période de 1000 ans ainsi que plusieurs corpus de documents iconographiques liés à la ville de Venise et des millions de pages de sources secondaires, correspondant à la bibliographie qui a été produite au fil du temps sur la ville de Venise.

Un des enjeux du projet est de constituer une cartographie du passé en alignant les cartes historiques sur les cartes de la ville actuelle. À cet effet, il a été fait le choix de s’appuyer sur des logiciels de gestion d’information géographique open source tels que QJIS pour développer un logiciel ad hoc capable de répondre aux besoins de la cartographie historique : interprétation, précision, fiabilité et traçabilité de la donnée. L’interface développée permet de gérer les trois dimensions fondamentales de la description géographique – le point, la ligne et la surface – auxquelles s’ajoutent les dimensions du temps et du débat grâce au développement d’une plateforme en ligne.

Un autre enjeu du projet est de construire un modèle 3D de la ville de Venise. Des relevés photogrammétriques, croisés avec d’autres sources, ont permis de créer un modèle 3D en nuage de points où à chaque point sont accrochées des informations historiques. Cela permet de reconstruire une vision 3D de la ville de Venise et de ses transformations au cours des siècles sans négliger l’importance de la légitimité de la production des données.

Le code des outils développés, celui de l’Atlas en l’occurrence, est disponible sur Github.

ImaGÉO, archiver le patrimoine scientifique des géographes, vers de nouveaux objets de la recherche.

Présentation par Xavier Amelot, géographe, UMR 5319 Passages, Université Bordeaux-Montaigne.

Géolocalisation des cartes intégrées dans GéoLyon

ImaGEO est un consortium labellisé par la TGIR1 Huma-Num du CNRS qui rassemble les UMR2 Passages, Prodig, Migrinter. Il s’intéresse à l’archivage du patrimoine scientifique des géographes. Les équipes de recherche qui font partie de ce consortium disposent de fonds patrimoniaux importants en matière cartographique et photographique. L’idée qui sous-tend ce consortium est donc de s’appuyer sur les travaux de recherche d’historiens de la géographie et de numériser ces contenus patrimoniaux avec l’objectif à la fois de les conserver, de les archiver et de les valoriser en tant qu’objet de recherche. Le projet du consortium implique de géolocaliser les données, de les géoréférencer mais aussi d’avoir une approche réflexive sur ces fonds, sur la façon dont ils ont été constitués. Les données du projet ont vocation à être les plus ouvertes possibles. Les photographies sont actuellement disponibles sur la plateforme MediHal, qui permet de mettre en regard des corpus anciens avec des corpus plus récents et d’autres sources documentaires.

Data.bnf.fr 2018, cap sur les données géographiques.

Présentation par Raphaelle Lapôtre, cheffe de produit data.bnf.fr, BnF.

Dans data.bnf.fr la Bibliothèque nationale de France expose des données géographiques sous la forme de plusieurs syntaxes de RDF, le modèle descriptif du web sémantique.

La particularité des données géographiques présentes dans le catalogue de la Bibliothèque réside dans l’existence de deux types d’entité « lieu » : les données géographiques des cartes et plans (géolocalisées et issues du catalogage) et les données géographiques décrivant des lieux dans Rameau (non géolocalisées). Il s’agit donc de deux approches différentes pour traiter un lieu, au sein de la même institution, qui correspondent à deux objectifs différents : indexation d’un objet d’un côté, mention d’un lieu lié à un objet de l’autre.

Dans data.bnf.fr il a été fait le choix de réconcilier les deux approches en alignant, en déclarant des équivalences entre les lieux décrits dans les collections des cartes et plans et les mêmes lieux dans le thésaurus Rameau, afin de récupérer les coordonnées géographiques.

Si à l’heure actuelle existent deux pages d’entité « lieu » dans data.bnf.fr, à terme l’objectif est de fusionner ces deux pages en une seule qui contiendrait les informations issues du catalogage des cartes et plans ainsi que les informations issues de Rameau pour en faciliter la réutilisation.

Villa de Diomède, Pompéi : du corpus d’archives aux restitutions 3D

Présentation par Hélène Dessales, maître de conférence en archéologie, AOROC-UMR 8546, ENS-PSL.

Pompéi, Villa de Diomède. Exemple de modélisation 3D.
À gauche, modèle photogrammétrique ; au centre, modèle sans plaquage des photographies sur la géométrie reconstruite ; à droite, projection d’un plan aquarellé des années 1810 (F. Mazois, BNF, GD-12 (E)-FT 4).
Yves Ubelmann (Iconem).

Le projet Villa de Diomède porte sur un seul monument : la Villa à Pompéi appelée communément « villa de Diomède ».

Grand monument de 3 800 m2, très célèbre et représenté au fil des années, il fait l’objet de plusieurs documents et corpus d’archives conservées notamment à l’Archivio di Stato et à l’Archivio storico du musée archéologique de Naples. Le projet porté par l’UMR 8546 a donc consisté d’abord à rassembler les documents dispersés dans plusieurs collections principalement européennes. 120 documents graphiques et photographiques ont été réunis dans une base de données hébergée par Huma-Num pour les superposer à des plans existants du bâtiment. La photogrammétrie a été adoptée pour construire à partir de 25 000 photographies et grâce à un logiciel spécifiquement développé un modèle 3D géoréférencé du bâtiment avec une précision de 4/5 cm.

Les documents graphiques et photographiques récoltés dans la base de données ainsi que les documents d’archives ont été alors injectés manuellement dans le modèle 3D.

Outre la restitution des décors du monument au moment de l’éruption du Vésuve en 79, le fait de superposer les documents offre la possibilité de faire une archéologie du relevé, une archéologie du geste et d’identifier les points de vue des différents dessinateurs. Une quatrième dimension est également prise en compte dans le projet : celle du temps, qui retrace l’évolution du bâtiment de l’époque romaine jusqu’à nos jours.

Digital research support at Ghent University

Présentation par Hans Blomme, chargé d’études spécialisé en cartographie historique et traitement de données historiques, Centre pour les humanités numériques, Université de Gand.

Avec une forte expertise en matière de géolocalisation, le Centre pour les humanités numériques de l’Université de Gand a pour objectif de mener ses propres recherches dans le champ des humanités numériques, mais plus encore d’apporter un support technique et méthodologique aux projets menés par d’autres équipes de recherche dans différentes disciplines au sein de l’Université de Gand.

Un des axes de recherche et d’activités du centre est la cartographie numérique.

Dans ce domaine, le centre a développé deux plateformes pour que les utilisateurs puissent traiter, gérer, visualiser et explorer des données géographiques : Nodegoat, qui repose sur une base de données relationnelle, et Arches, qui s’appuie pour sa part sur une base de données de type graphe.

C’est en raison de ces compétences dans le domaine de la cartographie numérique que certains membres du centre coordonnent le groupe de travail « GeoHumanities » de DARIAH-EU dont l’un des objectifs principaux est de fournir à terme un référentiel géographique exprimé en linked open data.

CartoMundi, valorisation en ligne du patrimoine cartographique

Présentation par Olivier Loiseaux, chef de service acquisitions et collections géographiques, BnF.

Cartomundi n’est plus un projet mais un outil disponible en ligne.

Depuis une dizaine d’années, cette initiative est née à l’Université de Provence (aujourd’hui Aix-Marseille Université) et plus particulièrement à la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH). Il s’agit d’un site internet conçu pour valoriser le patrimoine cartographique en ligne et plus spécifiquement la cartographie organisée en séries, c’est-à-dire les cartes découpées en feuilles.

Avant la numérisation, des tableaux d’assemblage montraient le découpage des séries mais ces tableaux ont été perdus lors la numérisation. Cartomundi permet de reconstituer virtuellement ces anciens tableaux d’assemblage, de positionner les feuilles sur une interface cartographique interrogeable et de constituer un catalogue collectif à partir des métadonnées qui décrivent les documents dans toute institution qui souhaite valoriser son patrimoine cartographique.

Le site internet a été mis en ligne en 2011 à l’occasion de la Conférence Internationale de Cartographie à Paris, il est en production depuis 2013 et il épaule les catalogues des institutions en montrant les références bibliographiques et l’image, si disponible et libre de droits. Les notices du catalogue général de la BnF décrivant des cartes en série proposent ainsi un lien vers Cartomundi.

Girardin numérisé, ou la naissance des industries médiatiques

Présentation par Adeline Wrona et Pierre-Carl Langlais, professeure des universités et post-doctorant, GRIPIC, CELSA Paris-Sorbonne.

GIRANIUM est un projet de recherche d’un an qui vise à mieux comprendre l’apparition des premières industries culturelles et médiatiques en France à travers le prisme d’une personnalité emblématique du journalisme français du XIXème siècle : Émile de Girardin.

Le projet accorde une place importante à la ville de Paris, capitale médiatique et culturelle de l’époque.

Un des enjeux du projet consiste à visualiser comment les centres de gravité de lieux de production médiatique se déplacent dans la géographie parisienne au cours de la vie de Girardin. A cet effet, les titres de presse gérés par Girardin ont été géolocalisés dans le temps selon une approche spatiotemporelle.

Un colloque intitulé « Paris capital(e) médiatique, XIXème – XXIème siècle » est prévu pour le 28 et le 29 juin 2018 à la Sorbonne.

Conclusion

En conclusion, l’atelier « Géolocalisation et spatialisation de documents patrimoniaux » a mis en avant les enjeux de la cartographie, dans sa dimension historique tout particulièrement.

La cartographie numérique permet de représenter non seulement l’espace mais également d’autres dimensions : la dimension du temps, de l’histoire, de l’interprétation.

Concernant la toponymie ancienne, la Bibliothèque s’efforce de fournir plusieurs formes de nom pour un même lieu dans data.bnf.fr ; elle renseigne dans les notices d’autorités géographiques les formes anciennes des noms de lieu ainsi que la notion de forme officielle, celle d’exonyme français ou étranger, et les équivalences en différentes langues et alphabets. Les entités historiques se réfèrent à des autorités différentes mais elles sont reliées par des systèmes de « voir avant – voir après ».

La définition des périmètres, des frontières, d’un espace qui n’est jamais figé mais reste constamment dépendant du temps, demeure problématique : c’est vers une cartographie géotemporalisée que la recherche s’efforce de tendre.

À l’interprétation historique s’ajoutent les enjeux liées à l’interprétation littéraire, à travers une périphrase indiquant un lieu dans un corpus par exemple, et à la géographie imaginaire ; ce sont deux aspects qui semblent demander encore l’expertise de l’œil humain et nécessitent des protocoles de description partagés.

L’établissement de normes semble aussi de plus en plus urgent pour l’archivage de modèles 3D, destinés à se généraliser dans la perspective de cette approche spatiotemporelle.

Une dernière dimension, la dimension visuelle et sensorielle, joue en effet un rôle essentiel dans ce panorama. Mise en avant par Hans Blomme, la notion de deep mapping, pour ses éléments constitutifs – visualisation, narration, stratification, dynamisme, émotion, sens – ouvre des perspectives aussi bien pour la recherche que pour le monde des bibliothèques.

  1. Très Grande Infrastructure de Recherche []
  2. Unité Mixte de Recherche []