Tous les articles par viviensica

Conserver les traces, enregistrer les luttes : les mémoires de Lionel Soukaz

Lionel Soukaz est un réalisateur français qui oscille entre le cinéma que l’on qualifie par défaut de militant et le cinéma dit expérimental1, peu connu du grand public, mais dont l’oeuvre peut être considérée comme pionnière, eu égard de ses qualités esthétiques, de sa dimension historique et de son volume. Très actif dans les années 70, son cinéma accompagne les mouvements d’émancipation, notamment ceux de la communauté homosexuelle, puis s’éteint, à la fin des “années d’hiver”2, alors que le Sida fait les ravages que l’on connaît. Au début de la décennie 90, Lionel Soukaz se met à la vidéo, format peu coûteux alors en plein essor, et entame un journal-vidéo, qui compte aujourd’hui plus de 2000 heures. Son travail est redécouvert au début des années 2000 par Nicole Brenez qui programme Ixe, son film le plus outrageant à la Cinémathèque française lors de la rétrospective Jeune, dure et pure !.

Jusqu’en 2013, la recherche s’était relativement peu penché sur le travail de Lionel Soukaz, et hormis quelques articles notables et quelques mémoires, il n’y a pas eu de travaux conséquents sur son oeuvre3. En 2013, le Colloque “Eros Militant” organisé par l’Université Paris-8 de Saint-Denis, en partenariat avec la Bibliothèque nationale de France, un an après le début de mon travail de thèse et alors que je n’étais pas encore chercheur associé à la BnF, permît de dresser un état des lieux de la recherche sur cet auteur, d’évaluer l’ampleur du travail encore à accomplir et de rencontrer des perspectives et des problématiques stimulantes4.

Au même moment, Lionel Soukaz déposait à la BnF une partie de son journal-vidéo, Le Journal Annales. Un important chantier a été entamé par Stéphane Gérard : l’indexation et le catalogage de ce fonds vidéographiques afin de le rendre accessible aux chercheurs.

Mémoire, indépendance et politique

Ma thèse s’intitule “Témoigner, émanciper : le cinéma de Lionel Soukaz”. Un titre volontairement large, qui met l’accent sur deux aspects essentiels du sujet : d’une part, une conscience forte des capacités du cinéma à pouvoir construire – ou du moins participer à la construction – une Histoire pour les “sans-histoire”, c’est-à-dire pour les marginaux, les invisibles et les minorités dont l’histoire est écrite et raconter par les dominants. Tout au long de sa carrière, Lionel Soukaz s’est placé aux côtés de ces populations oppressées, avec pour exemple tutélaire, Jean Genet, lui-même pionnier dans le cinéma homosexuel5. De fait, les films de Lionel Soukaz font souvent office de documents historiques, à l’image de La Marche gaie, où, aux côtés de son ami Guy Hocquenghem, il participe à la première marche des homosexuels à Washington, le 14 octobre 1979. D’autre part, Lionel Soukaz fait preuve d’une volonté constante de s’émanciper, c’est-à-dire de se libérer des carcans moraux et des oppressions de tout type, tant économiques que politiques. Aussi pratique-t-il ce que l’on appelle un cinéma “pauvre”6, non par ses qualités artistiques, mais dans ses moyens de production, ce qui à la fois relève de revendications politiques – ne pas dépendre d’un producteur, du système industriel commercial dominant – et a des conséquences esthétiques (qualité de l’image de caméra type Super-8, expérimentations visuelles radicales…).

La recherche s’organise donc autour du fonds vidéographique déposé à la BnF, qui recouvre la production de Lionel Soukaz entre 1991 et 2000, et de deux autres fonds. Le premier est un fonds que nous dirons “numérique” : avec l’avènement d’internet et des outils numériques, Lionel Soukaz a modifié sa pratique de diffusion, autrefois orientée exclusivement vers les festivals et les projections spéciales, pour occuper un espace nouveau au public plus incertain, plus diversifié et qui peut tomber de façon aléatoire sur les travaux du réalisateur. Lionel Soukaz a une pratique intensive d’internet, que ce soit comme source d’inspiration (La Prison de Reines), comme matériau principal (www.webcam), ou comme plateforme de diffusion. En effet, qu’il s’agisse des réseaux sociaux (Facebook) ou des plateformes de partage en ligne comme YouTube et surtout Dailymotion, le cinéaste y trouve un moyen nouveau pour diffuser son oeuvre. Il est donc intéressant de se pencher sur les usages des outils numériques de partage de donnés, et de constater que, loin d’offrir une liberté totale, le net impose de “composer” avec ses propres limites et ses propres systèmes de censure.

Le dernier fonds est composé de documents papiers et de documents iconographiques de différents types (photographies, dessins, peintures). Il est le fruit d’un travail minutieux d’archivage de documents en lien avec les réalisations de Lionel Soukaz, mais aussi avec les festivals et les différentes manifestations organisées ou auxquelles il a participé durant plus de 40 ans. Ce fonds est très hétérogène, ce qui nécessite un travail d’indexation puis de réorganisation, afin de clarifier son ordonnancement et de rendre lisible sa composition. Les documents en présence renseignent beaucoup sur la période 1970-1980, notamment sur la conception des films et sur leur réception. Il est composé de très nombreux programmes de festivals et de document plus personnels (facture, photos de vacances ou de famille). Par ailleurs, de nombreux éléments s’y retrouvent en plusieurs exemplaires, originaux et photocopies. Un tri est donc nécessaire afin de discriminer ce qui doit véritablement constituer le fonds, en fonction de la valeur historique mais aussi de la valeur personnelle des documents.

Ces trois fonds ont de multiples intérêts : le fonds de documents papier renseigne à la fois sur la période “Super-8” de Lionel Soukaz et sur les périodes les plus récentes (jusqu’à aujourd’hui), permettant de saisir l’évolution d’une pratique cinématographique sur le temps long sans perdre de vue l’importance des conjonctures spécifiques dans lesquels elle prend place. Conjointement, les trois fonds mettent en avant l’histoire de la communauté homosexuelle d’avant la dépénalisation jusqu’à nos jours. Un axe spécifique peut être dégagé quant à la lutte contre le Sida, la façon dont elle s’est structurée au sein de la communauté homosexuelle, comment elle s’est déployée, mais aussi quant à la façon dont on vivait avec le Sida dans les années 1990. Un autre axe plus spécifique pourrait être celui du “cercle” Soukazien. Le cinéaste est à la fois une force centrifuge et une force centripète, attirant à lui de nombreuses personnalités et circulant à son tour autour d’autres, dessinant ainsi une “constellation”, à l’image de celle qui entourait l’un de ses proches amis, Guy Hocquenghem7. Plus largement, les fonds peuvent être des sources particulièrement pertinentes pour quiconque travaillerait sur les luttes sociales en France dans la deuxième partie du XXe siècle, et plus particulièrement sur les luttes des minorités ou pour des chercheurs travaillant sur le journal filmé et les formes autoréférentielles.

Mon travail de thèse consiste donc à recouper ces différents fonds et à en proposer une analyse historique et esthétique : comment l’auteur construit une démarche mémorielle afin de construire une histoire alternative, celle d’une frange spécifique d’une communauté, à différents moments du XXe siècle ? Comment se situe-t-il également dans l’espace politique, à la fois partie-prenante de l’action militante et en même temps à l’écart de toute structure partisane ? Enfin, comment construit-il une identité visuelle qui témoigne de ces deux aspects spécifiques de son travail ? En somme, qu’est-ce qui les cimente ?

De l’archive à la vidéo : rendre le Journal visible

La mission qui avait été proposée dans le cadre du contrat de chercheur associé à la Bibliothèque nationale de France, était de préparer le dépôt d’un futur fonds, à savoir celui des archives papiers. L’idée était d’en faire l’inventaire exhaustif afin, voire de créer les fiches de chaque document en vue d’un dépôt à moyen terme. Cette proposition allait dans le sens de la volonté du cinéaste, de protéger et de préserver ces ressources tout en se libérant du poids de leur conservation. Mais cela posait aussi un autre problème, celui de la disponibilité des documents pour Lionel Soukaz, certains éléments étant rares ou dotés d’une forte charge émotionnelle. L’exposition consacrée aux archives de Lionel Soukaz lors du colloque « Eros Militant » en 2013 fut une bonne occasion de se rendre compte de la richesse du fonds et d’entamer un inventaire. Las, organisée dans la hâte, il fut impossible de pratiquer un recensement des biens en présence. Les documents furent brièvement triés et classés par période ou par grande thématique (par film par exemple, par festival ou par personnalité). L’empressement du montage puis du démontage ne permît pas de travailler sereinement sur les documents et à peine plus de 150 documents purent être inventoriés.

Par la suite, les documents restants furent durant une longue période, indisponibles à la consultation. L’accès n’étant plus possible, il n’était alors plus question de procéder à un traitement préalable permettant la constitution du fonds. Avec Alain Carou, responsable du service Image, nous décidâmes de réorienter la mission vers un catalogage actif du fonds vidéographique déposé à la BnF.

De quoi est donc composé ce fonds ? Il se compose de cassettes au format Vidéo 8 ou Hi8. Il y a précisément, pour le moment, 470 Vidéo 8 et 171 Hi8, couvrant la période du 6 avril 1991 au 20 janvier 2001. Cela représente plusieurs centaines d’heures, les cassettes pouvant durer jusqu’à 3 heures pour certaines d’entre-elles. Le travail a été initié par Stéphane Gérard, qui a collaboré étroitement avec Lionel Soukaz afin de déterminer, préalablement les détails du contrat et la visibilité des cassettes. En effet, nous ne pouvons travailler sur l’ensemble des 641 cassettes déposées car certaines sont classées comme étant “Privé”, et ne peuvent être visionnées. Par ailleurs, lorsque nous travaillons à l’inventaire des cassettes qui ne sont pas préalablement jugée comme relevant du “Privé” – c’est-à-dire lors que nous en décrivons le contenu – nous devons estimer, en fonction de critères fournis par l’auteur (présence de certains proches, moments d’intimité douloureux…), si la cassette sera ou non accessible au public.

Méthodologie

L’inventaire du fonds et son catalogage se font le plus simplement du monde : afin de décrire au mieux les contenus de chaque cassette, il faut les visionner dans leur intégralité. C’est le seul moyen que nous ayons également pour savoir comment les discriminer entre “privé” et “public”. En effet, une même cassette ne correspond pas forcément à une date fixe, elle peut couvrir une semaine entière de journal. Aussi, dans cette cassette, l’on peut trouver tout à la fois, une manifestation publique (prenons, par exemple, un festival consacré aux films sur le Sida), de la veille télévisuelle (Lionel Soukaz filmait chaque émission ou reportage de télévision en lien avec les homosexuels ou le Sida) et un moment d’intimité avec un proche.

La question qui s’est posé à nous, face à la masse importante de vidéo à traiter, fut de savoir par où commencer. Une progression chronologique semblait tout indiquée, mais il était évident qu’il fallait d’abord répondre aux besoins précis des chercheurs qui souhaitaient travailler à partir du fonds (Stéphane Gérard, Simon Claude et moi-même, pour le moment). Aussi avons nous commencé en fonction des besoins et des délais. La progression chronologique est relativement récente (2015). À ce jour, 181 vidéos ont d’ores et déjà été décrites, 62 ont été rendues publiques, 47 ont été classés privées – conformément aux souhaits de l’auteur, leurs descriptions ne seront pas publiées dans le catalogue Archives et Manuscrits (http://archivesetmanuscrits.bnf.fr/) -, 70 vont être prochainement rendues accessibles. D’ici à octobre, les 200 premières vidéos (sur 470) auront été discriminées entre public et privé, et 133 vidéos jugées publiques auront été valorisées.

Valorisation

La valorisation du fonds d’archives vidéographiques passe avant tout par la publicisation des vidéos. Cette publicisation requiert beaucoup de temps étant donné le nombre important de bande à visionner. Par ailleurs, les 641 cassettes déposées ne représentent pas la totalité du Journal, puisque la période 2001-2016 n’a pas encore été délivrée à la BnF. Elle nécessitera un traitement équivalent en vue de son catalogage lorsqu’elle sera déposée. Par ailleurs, de nombreuses communication en France et en Grande-Bretagne ces deux dernières années ont permis de faire connaître, si ce n’est le travail de Lionel Soukaz, tout du moins l’existence de ce fonds d’archives et ses intérêts. Deux nouvelles communications sont espérées sur ce sujet d’ici à fin 2017.

Pour ce qui est de la valorisation du fonds de documents papiers, celle-ci passe vraisemblablement d’abord par le travail de thèse. Son exploitation a déjà connu un rebondissement ces derniers mois. Une grande partie des archives m’est à nouveau accessible. Une douzaine de cartons pleins à craquer ! J’ai de ce pas entamé un inventaire. Pour l’heure, la moitié du matériau disponible a été inventorié. Cela représente 104 pages d’index et plus de 1094 documents. Étant donné qu’il reste environ autant de cartons, on peut estimer que ce nombre de pages devrait doubler, même si la nature des pièces dans les autres cartons est différentes. Au vu de ce qui a pu être traité, les documents en présence sont majoritairement des documents liés à la production des oeuvres, qu’il s’agisse de factures, de revues de presse ou de coupures de presse (nous distinguons les deux car Lionel Soukaz a une pratique très particulière de la revue de presse, quasiment artistique), de scénarios et de découpages techniques, de documents commerciaux (affiches, tracts…). Ces documents essentiels pour établir une monographie analytique du cinéma de Lionel Soukaz, constituent le fondement du travail de thèse et viennent enrichir de façon notable la compréhension et l’analyse de ses productions filmiques et vidéographiques.

Ce travail ne pourrait être mené sans les conditions particulières offertes par la Bibliothèque nationale de France à ses chercheurs associés. L’accès au fonds, la possibilité de travailler sur place et d’avoir un suivi et un dialogue avec les personnels de la Bibliothèque sont un atout inestimable.

  1. Il est compliqué de situer Lionel Soukaz à l’intérieur de la catégorie « film militant », étant donné qu’il n’a jamais appartenu à une structure collective politique ou ayant des objectifs politiques. En cela, il contrevient à la définition du militant telle qu’elle est donnée par Guy Hennebelle dans Cinéma Militant (1976) ou par Joris Ivens dans le même ouvrage. De la même manière, le terme expérimental a fait l’objet d’un nombre important de controverses et de débat au sein même des cinéastes rattachés (volontairement ou non) à cette catégorie : cinéma différent, cinéma autre, cinéma underground… Nous renvoyons à la lecture de l’Éloge du cinéma expérimental, de Dominique Noguez (1979). []
  2. Nous reprenons ici le titre d’un ouvrage de Félix Guattari, Les Années d’hiver (1980-1985), Paris, Les Prairies Ordinaires, [1985] 2009. []
  3. Pour les articles, en plus de l’immense travail de Nicole Brenez, citons également les nombreux textes d’Hélène Fleckinger ainsi que les travaux d’Olivier Neveux. Pour les mémoires, citons les travaux de Maïa Etchart, de Yekhan Pinarligil et de Simon Claude. []
  4. Voir le programme du colloque à l’adresse url : <http://www.bnf.fr/documents/programme_soukaz.pdf>. []
  5. Voir son film Un chant d’amour (1950). []
  6. Nous reprenons l’expression à Jean-Louis Comolli, explicitée dans l’entretien accordé à Cédric Mal, « Eloge d’un cinéma pauvre, politique et populaire (Comolli) », Le blog documentaire, 6 février 2013. Disponible en ligne, url : <http://leblogdocumentaire.fr/eloge-dun-cinema-pauvre-politique-et-populaire-avec-jean-louis-comolli/>. []
  7. « La Constellation Hocquenghem », Gai Pied Hebdo, n° 396, 30 novembre 1989, pp. 66-67. []