Tous les articles par Vasta Morgane

Morgane Vasta

Réflexion sur les travaux menés à la Bibliothèque nationale de France, en tant que chercheur associé.

Les extraits mis en image ci-dessus proviennent de deux enquêtes qualitatives menées dans le cadre de mon mémoire de Master1 : en rouge, les propos d’un club de grands lecteurs adolescents et en bleu, le fruit d’échanges avec des lycéens en institut rural. L’ensemble de ces réactions témoigne de la diversité des représentations de la lecture, mais aussi des modes d’appropriation de l’objet littéraire par les adolescents. Une affirmation mise en exergue ici est symptomatique de l’évolution des pratiques culturelles des jeunes2 :

Je pense que la lecture n’est pas appropriée à la vie de maintenant.

Malgré un changement de paradigme culturel constaté dans les discours sur la lecture3, malgré une désaffection pour cette pratique à l’adolescence4, malgré les sollicitations toujours plus nombreuses d’autres médias5, les romans pour adolescents présentent aujourd’hui un intérêt scientifique singulier et tendent à s’affranchir de toutes les frontières :

  • des romans lus par un lectorat de plus en plus élargi,
  • des objets littéraires qui se caractérisent par une hybridité de genres,
  • une transtextualité manifeste avec des textes patrimoniaux,
  • des fictions inscrites dans des stratégies cross/trans-médiatiques, etc.

Certains phénomènes littéraires dits « pour adolescents » – des traductions sérielles de succès cross-médiatiques anglo-saxons – sont devenus « phénomènes sociologiques » ; en 2014 par exemple, la tétralogie Twilight avait été vendue en français à 6 millions d’exemplaires et Hunger Games, à 2 millions.

Présentation du projet de recherche.

Dans le cadre d’une thèse en cours, intitulée « Représentations du roman pour adolescents aujourd’hui (France, Etats-Unis) : de l’édition à la réception. », je m’interroge sur les changements de perception du lectorat adolescent, de son rapport à ses lectures, de ce qu’il y cherche et de ce qu’il devrait, selon les maisons d’édition, y trouver.

S’il existe aujourd’hui d’importants travaux de recherche sur les romans pour adolescents et leurs lecteurs6, j’ai voulu creuser un autre sillon vers ceux qui dessinent les lignes de l’offre littéraire : les éditeurs.

Quelles représentations du lectorat adolescent et de la littérature conditionnent la production ? Dans quelle mesure existe-t-il un décalage entre les présupposés des éditeurs et les usages sociaux de la lecture chez les adolescents ?

Mon travail de recherche au sein de la Bibliothèque nationale de France consiste en une étude synchronique et diachronique des paratextes d’éditeurs français, ces « hauts lieux stratégiques de l’influence et de l’action exercées par l’éditeur sur le lecteur7 » qui accompagnent les publications de romans pour adolescents : couvertures, quatrièmes de couverture, jaquettes, prières d’insérer/communiqués de presse, plaquettes publicitaires, sites internet, catalogues ou encore presses d’édition.

Ces premiers mois d’immersion à la Bibliothèque nationale se sont structurés autour de la découverte et de la recension des fonds disponibles, puis de l’élaboration de mon outil de recherche.

Fonds consultés.

L’étude synchronique en cours couvre de la manière la plus exhaustive possible l’ensemble des collections contemporaines de romans pour adolescents – c’est-à-dire des collections disponibles en 2015, dont on peut suivre l’évolution depuis leurs créations. Ces dernières comprennent parfois moins de dix titres (comme par exemple la collection « Romans ados » créée en 2010 aux éditions Balivernes8)), parfois plus d’une centaine (comme « Doado » aux éditions du Rouergue, créé en 19989)). Un premier travail de recension grâce au catalogue numérique de la Bibliothèque nationale de France révèle que peu de collections ont plus d’une décennie10).

En plus de l’ensemble des publications de romans pour adolescents disponible à la Bibliothèque nationale de France grâce au dépôt légal, le Centre national de la littérature pour la jeunesse (CNLJ) a sauvegardé un riche matériau depuis 2002 : les prières d’insérer et plaquettes publicitaires des éditeurs, accompagnant ces parutions. Ces fonds ont été en grande partie conservés dans soixante boites d’archivage en cours de classement. Par ailleurs, les documents numériques natifs en provenance des éditeurs sont catalogués et une partie des prières d’insérer numérisés (notamment la totalité de l’année 2011) sur le site du CNLJ11.

Ce travail d’analyse sur les paratextes éditoriaux contemporains est complété par une étude – plus synthétique pour le moment – des discours des éditeurs sur internet. Afin de mesurer les évolutions d’un support de communication numérique souvent « éphémère », je compte par la suite consulter les Archives de l’internet, via l’intranet de la Bibliothèque nationale de France.

Méthodologie de recherche.

J’enrichis actuellement une grille d’analyse des prières d’insérer et des quatrièmes de couverture des collections contemporaines, me permettant de révéler les occurrences et récurrences qu’ils contiennent – au sein de tableurs organisés « par éditeurs », selon plusieurs critères :

  • Comment l’ensemble de la collection étudiée a-t-elle évolué depuis ses débuts : rythme de parution, genres, thèmes, production sérielle ou non, traductions ou non, public cible.
  • Comment l’éditeur évoque-t-il le style de ses romans : « Antoine Dole compose, à coups de métaphores puissantes et de brusques ruptures syntaxiques, une écriture organique, où les mots semblent une matière vivante. », etc.
  • Leurs rythmes : « accélérations rythmiques », « urgence narrative », « scénario sans temps mort », « mené au rythme d’un thriller, minute par minute », etc.
  • Leurs structures : « structure en puzzle », « structure épistolaire », « structure flamboyante », « structure innovante », « structure tentaculaire », etc.
  • Leurs tons : « Féroce et bouleversant, l’humour est constamment présent, comme un rempart au désespoir », « Le dernier volet d’une série fantastique remarquée pour son humour, son ton rock’n’roll et sa réjouissante insolence. », etc.
  • Leurs références textuelles et audio-visuelles : « Un chef-d’œuvre […] parodiant Harry Potter, les séries TV Buffy contre les vampires, Dead Like Me… », etc.
  • Les effets de la lecture sur l’adolescent – ici les occurrences du sous-groupe témoignent d’un rapport « synesthésique » au support écrit : « prend aux tripes », « agrippe le lecteur », « foudroie le lecteur », « vous accroche au cœur », « renversera tous les lecteurs », etc.
  • Les arguments « didactiques » et/ou « engagés » : « à étudier en classe, d’urgence ! », « Le grand cri de colère d’une jeunesse confrontée à un monde chaotique […] », etc.
  • Les arguments commerciaux : les référents prescripteurs cités (blogueurs amateurs, journalistes, libraires), les liens internet diffusés en sus (site de l’éditeur, sites événementiels, page sur les réseaux sociaux, site de l’auteur), etc.
  • De quelle manière l’éditeur introduit-il les auteurs : récurrence en termes de parcours (enseignants, professionnels de l’audiovisuel, journaliste, diplômés de lettres, de psychologie, d’histoire, etc.), d’influences (ayant ici souvent trait aux littératures de genre : Lovecraft, Asimov, Ellroy, etc.), prix littéraires cités, etc.
  • Comment l’éditeur résume-t-il le roman : entre le communiqué de presse dédié aux prescripteurs et la quatrième de couverture à l’attention des lecteurs cibles.

Ce travail de recension se veut quantitatif et « qualitatif » – dans le sens où tout argument peut faire l’objet d’un questionnement. La linguistique textuelle, les sciences de la communication, la sociologie de la littérature sont sollicités lors d’une première phase d’analyse menée par collection – une analyse plus globale sera réalisée lorsque tous les composants auront été référencés.

En entamant cette recherche, il m’est vite paru indispensable de m’entretenir avec les éditeurs, afin de confronter mes hypothèses – bâties sur l’analyse des paratextes conservés à la Bibliothèque nationale de France – avec leurs points de vue. Ces rencontres nourrissent, déconstruisent, nuancent ma réflexion. J’ai par exemple pu découvrir différentes manières de travailler les textes et les paratextes, en relation directe avec le lectorat adolescent : les éditions Albin Michel (collection Litt’), Gulf Stream (Électrogène) ou encore Sarbacane (Exprim’), font ainsi très régulièrement appel à des « béta-lecteurs » adolescents dont les retours impactent plus ou moins le fond, et surtout la forme, de certaines de leurs publications.

Perspectives et valorisation.

Face à l’ampleur de la tâche en cours et des fonds disponibles à la Bibliothèque nationale de France, l’étude synchronique des paratextes éditoriaux devrait faire l’objet de mes recherches jusqu’à la fin de l’année 2016.

L’étude diachronique qui sera effectuée ensuite s’intéressera à une sélection d’éditeurs dont les collections ont traversé plusieurs décennies et permettra de mettre en perspective le fruit de l’analyse portant sur la production contemporaine. Virginie Meyer, chargée de collections en littérature pour la jeunesse et Marie Galvez, responsable du fonds de catalogues d’éditeurs et de libraires (Q10), m’ont permis d’appréhender l’étendue du fonds de catalogues d’éditeurs à ma disposition dans le cadre de cette recherche : les fonds Q10D (1960-1979), Q10E (1980-1999) et Q10F (depuis 2000) pour la période qui m’intéresse, conservés au sein du département Littérature et Art.

En parallèle de mes recherches, j’exerce une activité professionnelle : je forme des bibliothécaires à la littérature de jeunesse, j’anime des comités de lectures, des prix littéraires pour adolescents, je participe aux activités de l’association Lecture Jeunesse12. J’ai depuis peu intégré le groupe de recherche de l’Association Française de Recherche sur les Livres et les Objets Culturels de l’Enfance (Afreloce)13. Cette année, je donnerai également des cours sur le roman pour adolescents en Licence de lettres et des cours en Master Littérature de jeunesse sur, entre-autre, la veille éditoriale.

Toutes ces activités s’articulent autour de mon projet de recherche et sont autant d’occasions de communiquer sur mes travaux en cours et sur les collections de la Bibliothèque nationale de France.

  1. « Lecture réelle/lecture supposée des adolescents », Master 2 MEEF mention Littérature de jeunesse à Cergy []
  2. Voir à ce propos les travaux de Sylvie Octobre :
    – Sylvie Octobre, Deux pouces et des neurones, Paris, La Documentation française, 2014, « Questions de culture ».
    – Sylvie Octobre, Catherine Détrez, Pierre Mercklé, Nathalie Berthomier, L’enfance des loisirs, Paris, La Documentation française, 2010, « Questions de culture ». []
  3. Chartier Anne-Marie, Hébrard Jean, Discours sur la lecture (1880-2000), Paris, BPI – Centre Georges Pompidou, Fayard, 2000, chapitre XXVI : « Les pratiques de lecture ordinaire : la fin de l’exception culturelle », p.641-682. []
  4. Voir la récente synthèse de l’étude du Centre national du livre confiée à Ipsos, sur « Les jeunes et la lecture », qui montre comment « Le taux de lecture pour le loisir baisse fortement à l’âge de l’entrée au collège. » Disponible sur Internet : http://www.centrenationaldulivre.fr/fr/ressources/etudes_rapports_et_chiffres/les-jeunes-et-la-lecture/ []
  5. Voir l’enquête Ipsos « Junior Connect’ 2016 : Les enfants, nouveaux partenaires de consommation ? ». Disponible sur Internet : http://fr.slideshare.net/IpsosFrance/junior-connect-2016-les-enfants-nouveaux-partenaires-de-consommation []
  6. Notamment :
    – Ferrier Bertrand, Tout n’est pas littérature, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2009.
    – Delbrassine Daniel, Le roman pour adolescents, Créteil, Sceren, 2006.
    – Routisseau Marie-Hélène, Des romans pour la jeunesse ? Décryptage, Paris, Belin, 2008. []
  7. Lane Philippe, La Périphérie du texte, Paris, Nathan Université, 1992, « fac. linguistique », p. 19. []
  8. Comme les éditions Balivernes (catalogue en ligne : http://www.balivernes.com/index.php/romans-ados []
  9. Voir l’entretien avec Sylvie Gracia, directrice de la collection, avec l’association Lecture Jeunesse (disponible sur internet : http://www.lecturejeunesse.org/articles/rencontre-avec-sylvie-gracia/ []
  10. Disponible sur mon carnet de thèse en ligne : https://romandos.hypotheses.org/318 (avec mdp []
  11. Ressources disponibles à l’adresse suivante : http://lajoieparleslivres.bnf.fr/clientBookline/toolkit/p_requests/formulaire.asp?INSTANCE=joie&GRILLE=DOCNUMERIQUEPINS_0 []
  12. Pour plus d’informations à ce sujet, voir mon site professionnel : www.epigrammecollegram.com []
  13. Le site internet de l’Afreloce : https://magasindesenfants.hypotheses.org/lafreloce []