Tous les articles par Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

Publication de mélanges en l’honneur de Michel Amandry : Rome et les provinces, monnayage et histoire

A gauche, couverture de l’ouvrage ; à droite, Michel Amandry

Les amis, collègues et élèves de Michel Amandry, directeur honoraire du département des Monnaies, médailles et antiques de la BnF (1991-2013) et président de la Société française de Numismatique (depuis 2014) ont souhaité l’honorer samedi 2 septembre 2017 par la remise d’un volume de mélanges intitulé Rome et les provinces, monnayage et histoire.  Dirigé par L. Bricault, A. Burnett, V. Drost et A. Suspène et édité chez Ausonius Editions (collection Numismatica Antiqua, vol. 7), ce gros ouvrage de plus de 450 pages ne contient pas moins de 31 articles qui font écho aux abondants travaux du spécialiste renommé – 19 pages ne suffisent pas à rassembler l’intégralité de sa bibliographie -, qu’il s’agisse de numismatique grecque, romaine, et surtout provinciale romaine.

PS : Rappelons que Michel Amandry a été directeur du département des Monnaies, Médailles et Antiques de la Bibliothèque nationale de France de 1991 à septembre 2013.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Appel à communications : SIBMAS Paris 2018 : Réussir ensemble. Participer, partager, coopérer pour le patrimoine du spectacle vivant

Du 5 au 8 juin 2018, la Bibliothèque nationale de France et le Centre national du costume de scène à Moulins accueillent le congrès 2018 de la Société internationale des bibliothèques et musées des arts du spectacle (SIBMAS). Aussi, nous publions ici son appel à communication. Le thème du congrès invite à réfléchir aux projets et aux pratiques professionnelles qui impliquent de collaborer et de travailler ensemble dans le but commun de préserver le patrimoine des arts de la scène. 

Réussir ensemble. Participer, partager, coopérer pour le patrimoine du spectacle vivant

Rien ne peut se faire en solitaire dans le domaine des arts du spectacle. Toutes les productions ont besoin d’une équipe unissant artistes, techniciens et personnel administratif. Même les one man shows se préparent à plusieurs. A l’inverse on pourrait croire que la vie dans les bibliothèques, les archives et les musées se passe avec pour tout compagnon les livres, les papiers, les œuvres d’art. Les membres de la SIBMAS savent que la réalité est bien différente et que nous ne sommes rien sans nos collègues, nos partenaires et notre public. C’est ce travail en commun que le colloque de 2018 propose d’explorer à la lumière des multiples expériences de nos organismes et des évolutions de nos métiers.

La question de la coopération peut se poser sous différents angles :

Les perspectives offertes par les collections – De longue date, les artistes circulent d’un pays à l’autre et leur passage a pu laisser des traces dans diverses institutions. On peut penser aux grandes tournées de Sarah Bernhardt comme aux productions du Cirque du Soleil. Les archives se trouvent parfois éclatées comme les différents fonds Edward Gordon Craig, Max Reinhardt ou les Ballets suédois. Comment rendre accessibles et compréhensibles ces ensembles conservés dans des organismes différents ? Expositions ? Publication d’inventaires collectifs ? Portails de ressources en ligne ? Simples renvois d’une base de données à une autre ? C’est un des défis à relever dans un paysage numérique où les grands réservoirs de données – moteurs de recherche et bibliothèques numériques – n’ont pas nécessairement la finesse et la pertinence attendues par les chercheurs.

Les relations avec les usagers – chercheurs, artistes et grand public – peuvent être considérées comme le deuxième champ d’exploration et d’innovation pour travailler ensemble. Longtemps le public a été tenu éloigné des réflexions sur les services et les pratiques des institutions patrimoniales. Les offres se construisaient avec beaucoup de dévouement mais sans consulter préalablement les usagers. Aujourd’hui les outils se sont multipliés pour favoriser le dialogue et l’élaboration commune de services. Des simples enquêtes auprès des publics aux réflexions participatives, en passant par la production et l’enrichissement de données, beaucoup de chantiers se sont ouverts dont les répercussions dans les métiers peuvent être importantes, particulièrement dans le domaine des arts du spectacle dont les collections sont multiformes et complexes à aborder.

Les partenariats – D’un point de vue plus structurel, leur mise en place est le fruit de l’envie mais aussi de la nécessité de travailler ensemble, qu’il s’agisse de partenariats entre institutions patrimoniales, ou entre maisons de spectacles et, universités, bibliothèques ou musées, ou encore de partenariats avec des entreprises privées dans le cadre de mécénat. Qu’ils soient mis en place à l’échelle locale, nationale ou internationale, ces accords de coopération ont leurs atouts mais aussi leurs contraintes. Le résultat obtenu est-il toujours à la mesure de l’effort consenti pour signer un accord de coopération ? Sans parler des collaborations imposées par les administrations culturelles ou les gouvernements, notamment les fusions d’organismes jusqu’alors indépendants.

Les propositions de communication devront s’inscrire dans l’un de ces trois axes et être illustrées par un cas concret de coopération, réussie ou non, en montrant les enjeux scientifiques, économiques, culturels et technologiques. Les communications à plusieurs voix seront évidemment la meilleure illustration de ce que travailler ensemble peut vouloir dire.

Calendrier

4 février 2018 : Date limite de soumission d’une proposition de communication
Pour soumettre une communication, veuillez utiliser le formulaire en ligne.
15 février 2018 : Date de notification d’acceptation aux auteurs
15 avril 2018 : Date de soumission de la communication complète. Ceci sera exigé afin de préparer la traduction simultanée en anglais.

Comment soumettre votre proposition

Les propositions de communications peuvent être présentées en anglais ou en français. La traduction simultanée des communications (anglais-français et français-anglais) sera assurée dans l’auditorium principal.

Le temps imparti à chaque communication est de 20 minutes au maximum, suivi d’une période de questions de 10 minutes.
Les communications seront programmées lors de sessions plénières, lors des groupes de discussion (table ronde ou ateliers) ou lors des présentations «posters».

Toutes les communications seront annoncées dans le programme du congrès puis publiées en anglais et en français dans les actes.

Trucs et conseils

La SIBMAS souhaite que l’expérience du congrès soit aussi dynamique et fascinante que possible. Pour que votre proposition de communication soit retenue, nous vous conseillons vivement de tenir compte de quelques trucs et conseils dans le pdf ci-joint : http://www.sibmas.org/wp-content/uploads/2017/10/SIBMASParis2018_CfPConseils.pdf

Contact

Pour des informations complémentaires sur l’inscription, l’appel à communications ou pour toutes autres questions relatives au congrès : Coordinatrice Paris, Véronique Meunier
E-mail: veronique.meunier@bnf.fr

Enregistrer

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Appel à contributions : Des lieux pour penser : musées, bibliothèques, théâtres… : colloque international, 20-22 juin 2018, Paris

Peut-on, comme d’autres ont défini des lieux de mémoire, ou des lieux de savoirs (Nora, 1984-87, Jacob, 2007-2011), envisager certains lieux aujourd’hui comme des espaces (publics) plus propices que d’autres à la pratique de la pensée, comme des lieux de pensée ? Dans quelle mesure, comment, et à quelles fins, des lieux – le musée, le théâtre, la bibliothèque… – peuvent-ils impulser, élaborer ou modeler de la pensée ? Quels sont les dispositifs (institutionnels, architecturaux, scénographiques) que mobilise et construit une telle volonté des pratiques professionnelles et artistiques de s’inscrire dans des enjeux de pensée ? Quels sont les enjeux, les bornes, les moyens, les effets de ces dispositifs ?

Vue intérieure de la nouvelle salle projetée pour l’agrandissement de la bibliothèque du Roi / Boullée invenit

La manière de présenter les objets (Newhouse, 2005), de même que la notion de dispositif (Mairesse et Hurley, 2012), dans les musées, révèlent l’importance accordée à l’agencement de l’espace au sein du musée (Davallon, 1992, Duncan & Wallach, 1978 et 1980). On peut dès lors envisager la mise en exposition comme un dispositif de dramatisation, autour d’objets conçus comme des pôles d’« attraction » de la pensée (Mouton-Rezzouk, 2016). Certains musées, comme le musée d’Ethnographie de Neuchâtel, se sont ainsi fait les champions des expositions visant à déconcerter puis forcer le visiteur à penser la place et les relations entre objets et les dispositifs qui lui sont présentés (Gonseth, Hainard et Khaer, 2005). De la même manière, nombre de projets artistiques visant le détournement ou l’installation dans les musées, visent à mettre en valeur une réflexion spécifique à partir de ces lieux (Putnam, 2001). Un premier travail de recensement de ces lieux a été largement opéré sur les expositions temporaires envisagées à partir de l’histoire de l’art (Altshuler, 2008, 2013).

Le « pouvoir des bibliothèques » (Baratin et Jacob, 1996) s’est tout aussi largement constitué à partir de ses espaces intérieurs, ce dont témoigne la diversité de son architecture, mais aussi la régularité de ses espaces reflétant les classements généraux (Dewey ou Otlet) ou ceux développés par quelques esprits particuliers, comme Warburg (Baratin et Jacob, 1996, Michaud, 1998). Si l’architecture des bibliothèques, comme celle des théâtres ou des musées, est étudiée depuis longtemps (Pevsner, 1976), le besoin d’une analyse de l’espace intérieur, interrogé ou photographié (Dawson 2014), apparaît forcément comme fondamental pour comprendre la manière dont fonctionne cette « pensée distribuée » (Latour, 2007), à un moment où la question du « commun des savoirs » vient relayer celle du « tiers lieu » (Dujol, 2017, Failla, 2017). On peut également s’intéresser aux enjeux et aux moyens de la médiatisation des contenus, et voir, par exemple, dans la mise en place d’une proposition culturelle renforcée (expositions, performances, rencontres, etc.) un processus de « dramatisation » ou de « scénarisation » destiné à élaborer de nouveaux modes d’appréhension des savoirs et à penser autrement l’accès au livre, et plus largement aux contenus documentaires et culturels qui sont à l’œuvre dans les collections des bibliothèques.

Dans le prolongement des analyses du théâtre comme fait social (Duvignaud, 1965), plusieurs publications, ces dernières années, se sont intéressées au lieu théâtral (Biet & Triau, 2006, Barbéris & Poirson, 2013, Urrutiaguer, 2014) et ont également cherché à mettre en évidence et à analyser la capacité heuristique et critique du théâtre (Suutela et alii, 2012) ; si c’est essentiellement, d’ailleurs, en termes politiques que cette pensée du théâtre (ou depuis le théâtre) est revendiquée et décrite (Hamidi-Kim, 2013, Neveux, 2013, Plana, 2014), elle l’est également, depuis peu, du côté de la philosophie, tant du fait des théoriciens (Badiou, 2014, Guénoun et alii, 2010, Lacoue-Labarthe & Nancy, 2013, Rancière, 2008) que des artistes et des institutions (Emmanuel Alloa au Théâtre de Gennevilliers, Alain Badiou et Marie-José Malis à Aubervilliers, Philippe Quesne au Théâtre des Amandiers de Nanterre et Bérangère Vantusso au Studio-Théâtre de Vitry). La pensée ne se réduit toutefois pas au politique et au philosophique, et peut être envisagée pour elle-même, quand elle est « savoir du théâtre » (Aït-Touati, 2017) ou « pensée-théâtre » (Garcin-Marrou, 2017).

Il semble aujourd’hui pertinent de comparer ces perspectives dans un cadre commun et d’envisager plus généralement le rapport de la pensée au lieu, à un moment ou s’affirme donc une redéfinition convergente des musées, théâtres et bibliothèques comme lieux publics dévolus à une pratique active et partagée (sinon nécessairement collective) de pensée. À l’ère des flux, à l’heure où la pensée se « liquidifie » (selon la formule de Bauman) ou se « gazéifie » (selon Michaud), peut-on croire encore à la matérialité des lieux comme cadres et bâtis nécessaires à la pensée ? Et, réciproquement, lorsque des lieux, aujourd’hui, se présentent comme des espaces ouverts à l’émergence et au déploiement de la pensée, qu’est-ce que cela (« la pensée ») signifie ? Qu’est-ce qui fait la matière (l’objet, les contenus, la forme, la dynamique) de cette pensée in situ ? Est-elle spécifique au lieu, ou non ? Comment la décrire, comment la caractériser ? A quels moments, et de qui, émerge-t-elle ? Est-elle partageable, partagée, collective ? Dans quelle mesure n’est-elle qu’un autre nom pour du didactisme, voire de la propagande ? Comment cette pensée se manifeste-t-elle, le cas échéant ? Et surtout, comment peut-elle être conditionnée, intentionnellement ou de facto, par le lieu ? Quels pourraient en être les modèles (structure, architecture) qui sous-tendent les représentations que s’en font les différents acteurs du lieu (professionnels, usagers) ?

Ce colloque s’inscrit dans un programme plus vaste, intitulé « ces lieux où l’on pense1 », dans lequel nous nous proposons, au cours d’un cycle de journées d’études et de colloques, d’examiner la façon dont des lieux – la scène, l’espace muséal et la bibliothèque, dans leur acception la plus large – génèrent et modèlent de la pensée. Il s’agit de mettre à l’épreuve une hypothèse : que ces « lieux » (espaces circonscrits dans un territoire, architecture, dispositif – scénographique, expographique, classificatoire … – , systèmes institutionnels et professionnels définis par des missions et des valeurs spécifiques, œuvres et objets présentés) déterminent des modes d’exercice de la pensée qui leur sont propres, tant du côté de ceux qui y « œuvrent » (concepteurs / artistes / programmateurs…) que du côté des publics (visiteurs, spectateurs, usagers) ; qu’ils peuvent, conjointement, être conçus – fabriqués, pensés, analysés, interprétés – comme des espaces de pratique de la pensée, voire de l’exercice philosophique, en son sens le plus ouvert de pratique d’une pensée contemplative, réflexive ou critique.

Nous nous proposons ici, durant les trois journées de ce colloque, de partir d’une collecte de cas concrets, c’est-à-dire de lieux spécifiques, permanents ou temporaires – musées, expositions, bibliothèques, théâtres et autres dispositifs scéniques (danse, performances, marionnettes, cirques), mais aussi parcs ou jardins publics, etc. – afin de mettre en évidence, ensemble, les points de convergence et les lignes de partage entre ces différents objets, et de développer des outils d’analyse visant à construire un cadre d’analyse commun pour mettre en lumière le rapport entre lieu et processus de pensée.

Les contributions recherchées consisteront donc en études de cas visant à expliciter ce rapport entre lieu spécifique (musée, théâtre, bibliothèque…) et processus de pensée, et, afin de permettre la discussion et la comparaison, proposeront en trois temps la caractérisation du lieu choisi (cadre institutionnel ou générique, architecture, scénographie), l’analyse du dispositif proprement dit, pour tenter de parvenir à une explicitation du ou des processus de pensée induits ou produits. Le texte en sera communiqué très en amont du colloque pour que celui-ci puisse être partagé avec tous les participants du colloque, afin d’être discutés en ateliers durant celui-ci.

Le colloque sera structuré en trois temps : une première journée, le 20 juin, en session plénière et ouverte à tous (dans la limite des places disponibles et après inscription), visera à présenter les enjeux majeurs que constituent, pour ces différents lieux que constituent la bibliothèque, le théâtre ou le musée, l’exercice de la pensée. Une seconde journée de travail sur la collection de lieux réunira en ateliers les contributeurs durant le 21 juin ; une troisième journée, le 22 juin, en comité restreint, rassemblera les organisateurs et les rapporteurs des ateliers afin de synthétiser ces discussions précédentes et d’envisager les étapes ultérieures de notre réflexion sur ces lieux où l’on pense.

Références

  • Aït-Touati F. “Les savoirs du théâtre. Histoire d’un dispositif”, Journée d’étude, 23/06/2017, CRAL, EHESS/CNRS.
  • Altshuler B. 2008. Salon to Biennial – Exhibitions That Made Art History, London, Phaidon.
  • Altshuler B. 2013. Biennials and beyond – Exhibitions That Made Art History, London, Phaidon.
  • Badiou A. 2014. Rhapsodie pour le théâtre. Court traité philosophique, Paris, Presses Universitaires de France, coll. Perspectives critiques.
  • Baratin M. Jacob C. (dir.). 1996. Le pouvoir des bibliothèques, Paris, Albin Michel.
  • Bessière, J., Payen, E., (dir.). 2015. Exposer la littérature, Paris, Éditions du Cercle de la librairie.
  • Davallon J. 1992. « Le musée est-il un média ? », Public & Musées, 2, décembre, p. 99-123.
  • Dawson R. 2014. The public Library. A photographic essay, New York, Princeton Architectural Press.
  • Dujol, L. (dir.), Communs du savoir et bibliothèques, Paris, Éditions du Cercle de la Librairie, coll. Bibliothèques.
  • Duncan C., Wallach C. 1980. « The universal survey museum », Art History, 3, p. 448-69.
  • Duncan C., Wallach C. 1978. « The Museum of Modern art as late capitalist ritual : an iconographic analysis », Marxist perspectives, 4, p. 28-51.
  • Failla, L., 2017. Du livre à la ville. La bibliothèque comme espace public, Métis presses.
  • Garcin-Marrou F. Beauchamp H. et alii, 2016. Les Scènes philosophiques de la marionnette, Montpellier, L’Entretemps.
  • Gonseth M.-O., Hainard J., Kaehr R. 2005. Cent ans d’ethnographie sur la colline de Saint-Nicolas. 1904-2004, Neuchâtel, MEN.
  • Guénoun D. 2010. avec Deguy M., Dommange T., Doutey N., Kirkkopelto E., Nowrousian S., Philosophie de la scène, Besançon, Les Solitaires intempestifs, coll. Expériences philosophiques.
  • Hamidi-Kim Bérénice. 2013. Les Cités du théâtre politique en France depuis 1989, Montpellier, L’Entretemps.
  • Jacob C. (dir.). 2007-2011. Les Lieux de Savoir, Paris, Albin Michel.
  • lacoue-Labarthe P., Nancy J-L. 2013. Scène suivi de Dialogue sur le dialogue, Christian Bourgois éditeur, coll. Détroits.
  • Latour B. 2007. « Pensée retenue, Pensée distribuée », in Jacob C., Les lieux de savoir. Espaces et communautés, p. 605-615.
  • Mairesse F., Hurley C. 2012. « Éléments d’expologie : matériaux pour une théorie du dispositif muséale », Media tropes e-Journal, Vol. III, n°2, pp. 1-27.
  • Michaud P.A. 1998. Aby Warburg et l’image en mouvement, Paris, Macula.
  • Mouton-Rezzouk A. 2016. « Exposer le théâtre? » dans Dufrêne, B., Glicenstein, J. (dir.) Histoires d’Expositions, Paris, Hermann.
  • Neveux O. 2013. Politiques du spectateur. Les enjeux du théâtre aujourd’hui, Paris, La Découverte.
  • Newhouse V. 2005. Art and the power of placement, New York, Monacelli Press.
  • Nora P. (dir.) 1984-1987. Les lieux de mémoire. La République, la Nation, les France, Paris, Gallimard.
  • Payen, E., Huchet, B. (dir.). 2015. L’action culturelle en bibliothèque, Paris, Éditions du Cercle de la librairie.
  • Pevsner N. 1976. A History of Building Types, London, Thames & Hudson.
  • Plana M. 2014. Théâtre et Politique. Modèles et concepts. Paris, Orizons.
  • Putnam J. 2001. Art and Artifact. The Museum as Medium, London, Thames & Hudson.
  • Rancière J. 2014. « Le Théâtre des pensées », Le Fil perdu. Essai sur la fiction moderne, Paris, La Fabrique éditions.
  • Suutela H. (dir.), 2012. Utopie et pensée critique dans le processus de création, Les solitaires intempestifs.
  • Urrutiaguer D. 2014. Les Mondes du théâtre. Désenchantement politique et économie des conventions, Paris, L’Harmattan.

Modalités de soumission

  • Une proposition brève, d’environ 2000 signes (présentation rapide du cas d’étude et caractérisation des processus de pensée envisagés) sera envoyée pour le 30 janvier 2018 à l’adresse suivante : cyclelieuxdepensee@gmail.com.
  • Les contributions, très synthétiques (12.000 signes maximum, notes et bibliographie comprises) seront envoyées pour le 15 avril 2018 (au plus tard) à la même adresse.
  • Les textes corrigés et mis en page seront envoyés à l’ensemble des participants au colloque, en version électronique, pour le 1er juin 2018.
  • Une version imprimée et éditée des textes sera remise aux participants lors du colloque.

Comité d’organisation

  • François Mairesse, Professeur d’économie de la culture et de muséologie à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 (CERLIS UMR 8070, labex ICCA)
  • Flore Garcin Marrou, Maître de conférences en Études Théâtrales à l’Université Jean Jaurès de Toulouse (LLA CREATIS, EA 4152)
  • Aurélie Mouton-Rezzouk, Maître de conférences en Études Théâtrales à l’Institut d’Études Théâtrales de l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 (IRET, EA 3959)
  • Des doctorants du CERLIS participeront également à la préparation du colloque.

Comité scientifique

  • Frédérique Aït Touati, Chargée de recherche CR1 CNRS/EHESS, centre de recherche sur les arts et le langage (CRAL)
  • Isabelle Barbéris, Maître de conférences, CERILAC, Université Paris Descartes
  • Cécile Camart Maître de conférences, LIRA, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3
  • Irène Bastard, cheffe de projet – Publics et usages à la délégation à la Stratégie et à la Recherche, Bibliothèque nationale de France
  • Yves Bergeron, Professeur, Université de Québec à Montréal
    Bruno Brulon Soares, Maître de conférences, Vice-Président d’ICOFOM, Université fédérale de Rio de Janeiro
  • Yves Girault, Professeur, Muséum national d’Histoire naturelle
    Elena Gordienko, Enseignant-chercheur, Russian Presidential Academy of National Economy and Public Administration, Moscou
  • Esa Kirkkopelto, Professor of Artistic Research, University of the Arts, Helsinki, metteur en scène et dramaturge
  • Joëlle Le Marec, Professeur, CELSA Paris 4
  • Emmanuelle Payen, conservateur des bibliothèques, Chef du service du Développement culturel & Actualité, BPI, Centre Pompidou
  • Martial Poirson, Professeur, Scènes du monde création, savoirs critiques, Université Paris 8, Vincennes-Saint-Denis
  • Daniel Schmitt, Maître de conférences, Université de Valenciennes

Comité d’organisation du cycle « Ces lieux où l’on pense »

  • Julie Deramond, Equipe Culture et Communication, CNE, Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse
  • Flore Garcin Marrou, LLA CREATIS, Université Toulouse Jean Jaurès
  • François Mairesse, CERLIS, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3
  • Aurélie Mouton-Rezzouk, IRET, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3
  1. https://udpn.fr/IMG/pdf/programme__ces_lieux_ou_lon_pense.pdf []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

La BnF lance un site consacré à son histoire

2018 est une année exceptionnelle pour la Bibliothèque nationale de France puisqu’elle marque les 20 ans de l’ouverture de la bibliothèque de recherche (le Rez-de-jardin du site François-Mitterrand), inaugurée le 7 octobre 1998 et les 650 ans de la création de la Bibliothèque.

L’anniversaire de l’ouverture de la bibliothèque de recherche sera notamment célébré par une exposition consacrée à la création du site François-Mitterrand de la Bibliothèque nationale de France.

Croquis réalisés en 1990 par Dominique Perrault pour le projet de la future Bibliothèque François-Mitterrand © Dominique Perrault architecte / ADAGP

Conçue par l’architecte lui-même, Dominique Perrault, elle permettra dans une scénographie originale de revenir sur la genèse de ce bâtiment emblématique.

Au-delà de cet anniversaire, si l’on admet communément que la naissance de la bibliothèque remonte à l’an 1368, date de l’installation par le roi Charles V de sa bibliothèque personnelle au Château du Louvre, c’est donc le 650e anniversaire de la création de la Bibliothèque que l’on fête également en cette année 20181.

Pour célébrer ces anniversaires, la BnF a procédé à la rénovation de son Comité d’histoire, désormais doté d’un Conseil scientifique composé d’universitaires et lance un site (http://comitehistoire.bnf.fr/) qui permettra de faire mieux connaître ses travaux, de fédérer les recherches en cours et les ressources utiles à tous ceux qui s’intéressent à la longue histoire de la Bibliothèque royale, nationale, impériale, national de France…

Développé dans le cadre du plan quadriennal de la recherche 2016-2019, ce site propose des contenus sur l’histoire de l’Établissement et entend attirer les chercheurs en signalant des projets de recherche à mener.

La plateforme propose entre autres ressources appelées à s’enrichir :

Développé avec l’outil de gestion de contenu Drupal par Olivier Jacquot, coordonnateur à la recherche de la délégation à la stratégie et à la recherche, en charge de la documentation et diffusion numérique au sein du bureau du Comité d’histoire de la BnF, le site propose plusieurs moteurs de recherche dédiés à l’interrogation des importants ensembles documentaires qu’il propose :

Enregistrer

  1. Ayant été dispersée en 1435, après la mort du roi Charles VI, une continuité de l’établissement se met davantage en place avec la reconstitution de la bibliothèque royale par Louis XI (1461-1483), après la guerre de Cent Ans []
  2. précédemment consultable uniquement en intranet []
  3. en cours d’alimentation []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Caractérisation d’un colorant traditionnel mésoaméricain par spectroscopies non-invasives et méthodes séparatives

Grâce au concours financier de la Fondation des sciences du patrimoine (LabEx Patrima),  la Bibliothèque nationale de France va pouvoir accueillir un masterant pour caractériser un colorant traditionnel mésoaméricain par spectroscopies non-invasives et méthodes séparatives.
Le projet est co-porté par Anne Michelin (chercheuse au Centre de Recherche sur la Conservation des Collections, CRCC-MNHN), Witold Nowik (ingénieur de recherche au Laboratoire de recherche des monuments historiques, LRMH), Fabien Pottier (postdoctorant au CRCC), et Laurent Hericher (département des Manuscrits, BnF).
Mesure de micro-décoloration sur le Codex Borbonicus. @ Fabien Pottier, CRC.

L’étude du Codex Borbonicus réalisée récemment au CRCC1 a mis en évidence l’utilisation d’un colorant traditionnel extrait des feuilles de l’arbuste Justicia spicigera.

By i_am_jim (Own work) [CC BY-SA 4.0 (https://creativecommons.org/licenses/by-sa/4.0)], via Wikimedia Commons

Cette identification, à ce jour unique dans un manuscrit mésoaméricain, a été réalisée à l’aide des spectroscopies de réflexion diffuse, de fluorescence UV et Raman. Trois problématiques concernant l’usage, l’analyse et le vieillissement de ce colorant émergent de ce résultat :

  • L’utilisation particulière de ce colorant souligne-elle une éventuelle spécificité technico-culturelle de la région de Mexico-Tenochtitlan au début du XVIème siècle ?
  • L’extrait de cette plante étant mal caractérisé chimiquement, à quelle(s) molécule(s) les signaux analytiques détectés sont-ils associés ?
  • Enfin, ce colorant étant réputé peu stable, quelle est son évolution moléculaire lors d’un vieillissement ? Quel impact cette altération peut-elle avoir sur son identification par les méthodes spectrales et séparatives ?

L’objectif du stage consistera donc à répondre à ces trois questionnements, d’une part grâce à l’étude d’un corpus quatre manuscrits mexicains issus des collections de la Bibliothèque nationale de France, à l’aide des spectroscopies non-invasives utilisées sur le Codex Borbonicus, d’autre part avec la caractérisation de l’extrait de Justicia spicigera à l’aide de méthodes spectroscopiques et séparatives, avant et après vieillissement artificiel. Il s’agit des manuscrits :

Le fond Mexicain de la BnF2 est riche de centaines de documents, datant du XVIème siècle pour les plus anciens. Ce corpus constitue une base de données unique des pratiques picturales manuscrites de cette région au début de la colonisation espagnole. Cette sélection de manuscrits sera donc étudiée in situ lors de plusieurs campagnes de mesures, qui permettront de caractériser les matériaux constituants les polychromies, par imagerie hyperspectrale Visible et proche IR, spectroscopie FORS, XRF, FTIR, Fluorescence UV et Raman.

En parallèle, des échantillons de Justicia spicigera seront étudiés en laboratoire (les feuilles de l’arbuste seront fournies par le jardin exotique de Menton (MNHN)). Un protocole analytique sera mis en place, permettant la séparation et la caractérisation du mélange moléculaire par chromatographie en phase liquide à haute performance (CLHP ou HPLC en anglais). Ce développement nécessitera l’optimisation du protocole d’extraction et des conditions de séparations (colonne, éluant,…), ainsi que le couplage de techniques de détection multiples (absorption, fluorescence, spectrométrie de masse).
Enfin, des échantillons sous diverses formes (extrait aqueux, couche picturale,…) seront exposés à un vieillissement artificiel puis caractérisés par méthodes spectroscopiques et séparatives. Cela permettra d’étudier les variations de composition de la préparation colorante, et la stabilité des signaux spectroscopiques associés.

Après le Codex Borbonicus et les travaux d’Antonino Cosentino (https://bnf.hypotheses.org/577), ce projet illustre l’apport des méthodes d’analyse non invasive à l’étude et à la connaissance des codex mésoaméricains. Au-delà du cas particulier des codex, de nombreux exemples portant sur des manuscrits à divers états de conservation3 montrent combien l’imagerie hyperspectrale vient renouveler la codicologie. Cette science auxiliaire de l’histoire, qui déjà cherchait à aller au-delà de l’analyse macroscopique par l’identification physico-chimique des matériaux constitutifs des manuscrits (support, liants, colorants et pigments, etc.) et par l’imagerie scientifique que l’on pourrait qualifier de traditionnelle dans l’étude du patrimoine (photographie en UV, visible et IR ; radiographie), bénéficie depuis quelques années des développements apportés par les nouvelles techniques issues des avancées en matière d’enregistrement et de calculs numériques auxquels s’ajoutent les innovations dans l’analyse nanostructurale : 3D de surface, tomographie, imagerie hyperspectrale, photographie Haute Définition. Citons quelques unes de ces techniques :

  • spectroscopie Raman (du nom de Sir Chandrashekhara Venkata Râman, prix Nobel de physique en 1930),
  • spectroscopie de diffraction des rayons X (DRX [XRD en anglais]), spectroscopie X durs, spectrométrie de fluorescence des rayons X (SFX [XRF en anglais]),
  • microscopie électronique à balayage équipée de système de microanalyse X,
  • spectroscopie infrarouge, dont la spectroscopie infrarouge à transformée de Fourier ou spectroscopie IRTF (ou encore FTIR, de l’anglais Fourier Transform InfraRed spectroscopy),
  • spectroscopie de diffusion des rayons X aux petits angles (SAXS de l’anglais : Small Angle X-rays Scattering),
  • Fiber Optics Reflectance Spectra (FORS).
Il va de soi que les compétences exigées pour l’emploi de ces techniques et l’interprétation des données des analyses qui en résultent, impliquent la collaboration des paléographes et codicologues avec des ingénieurs et physico-chimistes. Au-delà de la collaboration c’est un véritable dialogue qui doit s’instaurer entre les spécialistes des sciences humaines et sociales, des sciences de l’information et des sciences physico-chimiques et du vivant.
C’est justement le défi qu’ont souhaité relever les porteurs du labEx Patrima en œuvrant à la constitution d’une communauté de chercheurs sensibilisés à l’approche interdisciplinaire et à la confrontation entre recherche et pratiques professionnelles du patrimoine.
Le projet sur les manuscrits méso-américains de la BnF en constitue un exemple de plus.
Pour aller plus loin concernant ces nouvelles techniques appliqués aux objets du patrimoine, nous renvoyons au carnet de recherche du C2RMF dédié à ces thèmes, Scientific imaging for cultural heritage / Images scientifiques pour le patrimoine.
  1. « Lumière sur les techniques de fabrication du Codex Borbonicus, un manuscrit aztèque rare », INSHS, 30 octobre 2017. Disponible en ligne, url : <http://www.cnrs.fr/inshs/recherche/codex-borbonicus.htm> ; Vahé Ter Minassian , « Les mystères d’un trésor aztèque au Palais-Bourbon », Le Monde, 6 octobre 2014. Disponible en ligne, url : <http://www.lemonde.fr/sciences/article/2014/10/06/azteques-un-calendrier-hors-du-temps_4501308_1650684.html> ; « Les sciences physico-chimiques appliquées à l’étude d’un manuscrit mésoaméricain, le Codex Borbonicus », FSP, 5 octobre 2017. Disponible en ligne, url : <https://fsp.hypotheses.org/487>. []
  2. Durand-Forest, Jacqueline de ; Swanton, Michael W., « Un regard historique sur le fonds mexicain de la Bibliothèque Nationale de France », Journal de la Société des Américanistes, 1998, vol. 84, n° 2, p. 9-19. Disponible en ligne, url : <http://www.persee.fr/doc/jsa_0037-9174_1998_num_84_2_1713> ; Galarza, Joaquín, Codex mexicains : catalogue [de la] Bibliothèque nationale de Paris, Paris : Société des américanistes, 1974, 1 vol. (97 p.). ; 25 cm. Disponible en ligne, url : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k255711v>. [Ne concerne que les manuscrits pictographiques] ;Omont, Henri, Catalogue des manuscrits mexicains de la Bibliothèque nationale, Paris : Emile Bouillon, 1899, 1 vol. (III-64 p.). Disponible en ligne, url : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k2557051>. []
  3. Cf. Les secrets du palimpseste d’Archimède, https://bnf.hypotheses.org/1402 ; Bernadette Arnaud, « Le secret de plomb des papyrus d’Herculanum« , Sciences et Avenir, 26 mars 2016 ; « La papyrologie d’Herculanum révolutionnée par l’imagerie multispectrale« , IRHT, 28 août 2015 []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Les périodiques comme médiateurs. Periodicals In-Between, 7e colloque international d’ESPRit (European Society for Periodical Research)

Grâce au concours financier de la Fondation des sciences du patrimoine (LabEx Patrima),  la Bibliothèque nationale de France va pouvoir accueillir le 7e colloque international de l’European Society for Periodical Research, du 27 au 29 juin 2018.
Société savante internationale qui promeut, encourage et diffuse la recherche sur tous les aspects des cultures périodiques européennes du 17e au 21e siècle, ESPRit tiendra son colloque annuel 2018 sur le thème : Les périodiques comme médiateurs. Les périodiques dans l’écosystème de la culture imprimée et visuelle.

Contexte

Les objectifs de la Société Européenne pour la Recherche sur les Périodiques (European Society for Periodical Research) sont résolument interdisciplinaires, son approche multilingue, et sa perspective transcende les études thématiques étroites. Centrée sur la recherche des périodiques européens, elle accueille aussi des recherches élargies à des aires culturelles collatérales (Amériques, Méditerranée orientale, Maghreb, etc.). La publication principale d’ESPRit, le Journal of European Periodical Studies (http://ojs.ugent.be/jeps), revue semestrielle en ligne, évaluée par les pairs, publie des articles de recherche relevant d’une vaste gamme d’approches critiques, théoriques et méthodologiques, incluant, sans s’y limiter, l’histoire culturelle, les études littéraires, l’histoire de l’art, les études de genre, les études de médias, l’histoire des sciences, et les humanités numériques. En tant que revue officielle d’ESPRit, le Journal of European Periodical Studies propose aux chercheurs une plate-forme de partage de la recherche et d’échange des idées par-delà les limites disciplinaires.
À l’heure actuelle ESPRit est représenté dans la plupart des pays européens ainsi qu’outre-Atlantique. Son colloque international annuel sert de point de référence. Ses 4e, 5e et 6e colloques, respectivement à Stockholm (The Nordic Museum), Liverpool (John Moores University Liverpool) et Milan (IULM – International University of Languages and Media), ont rencontré une audience de spécialistes dans les domaines des périodiques, de la culture imprimée et visuelle, et du patrimoine papier et numérique.
Organisé par Évanghélia Stead, professeure de littérature comparée et de culture de l’imprimé à l’UVSQ (laboratoire CHCSC), membre du comité exécutif d’ESPRit (European Society for Periodical Research), le colloque international sera précédé d’un atelier doctorat/master (Graduate Training School) sur sélection, accueilli en Sorbonne, et encadré par deux jeunes docteurs, spécialisés dans les périodiques, Rio Bassett (R-U) et Philipp Leu (UVSQ, docteur Patrima), ainsi que par des doctorants du réseau ESPRit en fin de thèse. La sélection d’une quinzaine de candidats, établie sur critères scientifiques, entraînera la gratuité de leur participation à la journée. L’objectif de l’atelier doctorat/master sur les périodiques est d’associer l’entraînement intellectuel et professionnel des jeunes chercheurs à l’expertise de chercheurs confirmés dans le domaine. L’atelier doctorat/master posera la question centrale des méthodes théoriques et des concepts employés dans l’approche du patrimoine périodique matériel et numérique européen, et la manière dont ils secondent et favorisent le travail de recherche. Sa tenue permettra des discussions significatives par delà les frontières linguistiques, les limites nationales et les périodes littéraires.

Appel à communications

Le 7e colloque international de la European Society for Periodical Research (ESPRit) abordera les périodiques comme médiateurs de publications alternatives ou expérimentales et comme tremplins vers d’autres activités éditoriales et culturelles du XVIIIe au XXIe siècle. De nombreux périodiques ont en effet donné naissance à des maisons d’édition en recourant aux réseaux de leurs imprimeurs, en testant dans leurs livraisons des formules expérimentales ou plus conventionnelles, et en devenant des moteurs économiques dans les domaines du livre, de l’imprimé, des arts, de l’artisanat et des métiers. Souvent, le périodique est un véhicule pour les amateurs de sciences, les organisations professionnelles ou commerciales, les amateurs de littérature et d’art : ses matériaux, égrenés tout au long de l’année, puis réunis en volumes sous reliure ou cartonnage pour résister au temps, répondent aux besoins de tels lecteurs. Ou l’inverse : les éditeurs ou les galeries publient un périodique ou un magazine pour soutenir leur catalogue, promouvoir leurs artistes, tester de nouvelles formules ou fidéliser leur public. Le phénomène s’étend aux estampes, à la fois comme prime aux abonnés et comme œuvres originales. L’étude d’un tel phénomène dans son envergure internationale mettrait en lumière les relations des périodiques avec le monde de l’édition, les galeries d’art, divers salons et cercles d’influence, ainsi qu’avec plusieurs formes alternatives de publication, de nouvelles idées, tendances et manifestes.

Comment l’histoire canonique de l’édition de livres et d’estampes s’amplifie-t-elle dès lors qu’on prend en compte les structures médiatiques – économiques et symboliques – qui accentuent le rôle des périodiques? Quelles questions émergent lorsqu’on considère les périodiques comme des moteurs clés de la culture de l’imprimé et de la culture visuelle, de la matérialité des publications, de leur valeur d’échange, et de leur fonction d’opérateurs culturels? Nous invitons à des communications, à des panels, et à des tables rondes autour de ces questions.

Les propositions pourraient inclure, sans s’y limiter:

  • Périodiques et maisons d’édition
  • Périodiques et galeries ou salons
  • Périodiques et réseaux d’imprimeurs
  • Économies des périodiques
  • Périodiques et intertextualité ; hybridation ; réinterprétation en un autre médium (remediation)
  • Parties; livraisons; suppléments; volumes annuels
  • Périodiques et estampes pour les abonnés
  • Périodiques et tirés à part
  • Périodiques et albums
  • Les périodiques comme volumes reliés/“livres”
  • Cultures périodiques quotidiennes
  • Cultures périodiques alternatives

Merci d’adresser vos propositions en français ou en anglais pour des présentations de 20 minutes (250 mots max.), des panels de trois ou quatre contributions, des ateliers d’une heure, ou d’autres formats adéquats, avec un bref CV (max. une page), à 2018ESPRit@gmail.com avant le 31 janvier 2018.

L’Atelier

L’Atelier s’adresse aux étudiants actuellement en Master ou en Doctorat qui souhaitent participer aux activités de recherche de la société. Les séances seront centrées sur : (1) différentes approches théoriques et méthodologiques des études périodiques, explorées lors de l’atelier avec les participants; et (2) la préparation des jeunes chercheurs en vue de leur implication professionnelle dans le domaine des études sur les périodiques. Les candidats sélectionnés auront l’occasion de présenter leur travail et de recevoir un retour personnalisé par les modérateurs. Les modérateurs de l’atelier incluent des chercheurs reconnus du domaine comme Laurel Brake, Anne-Rachel Hermetet, Matthew Phillpotts, Evanghelia Stead, Céline Mansanti, Hélène Védrine, etc.

L’atelier offrira aux participants l’occasion d’entrer en contact avec d’autres jeunes chercheurs à un niveau similaire d’études. Ils bénéficieront en outre du soutien et des conseils de chercheurs et d’experts du domaine plus avancés dans leur carrière et leurs travaux.

Procédure de candidature

Merci d’adresser les pièces suivantes, en français et/ou en anglais, par e-mail à l’adresse ESPRitPG2018@gmail.com au plus tard pour le  1er février 2018 :

  • une lettre de motivation expliquant les raisons de votre candidature (max. deux pages)
  • un bref CV (max. deux pages, caractères min. 11 point)
  • un résumé de votre projet de recherche principal (max. 500 mots)
  • une synthèse sur le rôle des études sur les périodiques dans votre recherche (max. 1000 mots).

ESRPit regrette de ne pouvoir prendre en charge les frais de transport, mais les candidats sélectionnés pour l’atelier bénéficieront de la gratuité des frais d’inscription au colloque Les Périodiques comme médiateurs. Les participants seront sélectionnés par un comité scientifique ad hoc en accord avec le comité de direction d’ESPRit. La décision sera communiquée aux candidats au plus tard le 15 mars 2018.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Identification et quantification des encollages utilisés dans les papiers de presse du XIXe siècle conservés à la BnF

Grâce au concours financier de la Fondation des sciences du patrimoine (LabEx Patrima),  la Bibliothèque nationale de France va pouvoir accueillir un masterant pour identifier et quantifier les encollages utilisés dans les papiers de presse du XIXe siècle conservés à la BnF.
Le projet est piloté par Stéphane Bouvet1 et Eleonora Pellizzi2 en collaboration avec Odile Fichet du laboratoire LPPI de l’Université de Cergy Pontoise et du CRCC.

Argument

La Bibliothèque nationale de France (BnF) réalise régulièrement des campagnes de désacidification de masse sur des documents constitués de papiers acides. Cette désacidification ralentit la dégradation du papier qui est autrement favorisée par l’hydrolyse acide de la cellulose. Toutefois ce traitement de conservation ne permet pas de renforcer le papier. Pour cette raison, la BnF est impliquée dans la recherche de nouvelles méthodes de désacidification et consolidation de documents cellulosiques en collaboration avec le CRC et le LPPI. Les résultats de ces recherches ont montré un intérêt avéré vis-à-vis de l’utilisation d’aminoalkylacoxysilanes (AAAS) pour la désacidification et le renforcement du papier. Les dernières études issues du projet de thèse CoMPresSil (financement Patrima 2012-2015) ont notamment mis en évidence l’influence de l’encollage utilisé dans la fabrication du papier sur l’efficacité du traitement à base d’AAAS. Pour vérifier l’applicabilité de la méthode développée au sein des collections de la BnF il s’avère donc fondamental de connaitre la nature et la quantité d’encollage présent dans les documents susceptibles de recevoir ce type de traitement.

Objectifs

Le stage programmé grâce au financement de la Fondation vient compléter les résultats du projet de thèse CoMPresSil. Il vise à développer une méthode analytique qui permettra d’identifier et de quantifier les différentes matières utilisées pour l’encollage des papiers de presse, comme la colophane, les dimères alkyl cétene (AKDs) ou les anhydrides alcényl succinique (ASAs). Les techniques analytiques utilisées pour l’étude seront la chromatographie en phase gazeuse couplée à la spectroscopie de masse (GC-MS) et la pyrolyse-GC/MS. Le protocole analytique sera mis au point sur des échantillons modèle et appliqué ensuite à des prélèvements de papiers de presse en provenance des collections de la BnF. Ces derniers ont été prélevés lors de la campagne d’échantillonnage réalisée dans le cadre du projet CoMPresSil. Ils ont déjà fait l’objet de plusieurs caractérisations : pH, pourcentage et nature chimique des charges minérales, composition des fibres et présence d’azurants optiques. Les résultats obtenus lors de ce stage permettront de compléter les informations sur la caractérisation des documents de presse qui sont susceptibles de nécessiter un traitement de désacidification et de renforcement et de mieux orienter les recherches en cours (thèse de Nathan Ferrandin-Schoffel « Renforcement et Désacidification d’Objets Patrimoniaux Cellulosiques par des Réseaux de Copolymères de Polyaminoalkylalcoxy Silanes. Application aux collections de Bibliothèques (CoSilBib) également financée par le labEx Patrima 2016-2019).

  1. Chargé d’études en physique-chimie au Service central du département de la Conservation, responsable du laboratoire sur le site de Bussy-Saint-Georges de  la BnF []
  2. Chargée d’études et de recherche en physique-chimie au laboratoire sur le site de Bussy-Saint-Georges de  la BnF []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Bibliothèques d’écrivains : lecture et création, histoire et transmission

Grâce au concours financier de la Fondation des sciences du patrimoine (LabEx Patrima),  un publication impliquant la Bibliothèque nationale de France va pouvoir être publiée.

Issu d’un séminaire de recherche et d’un colloque international, le volume Bibliothèques d’écrivains : lecture et création, histoire et transmission contribuera de manière substantielle (près de 30 articles de spécialistes, chercheurs et conservateurs) à l’étude matérielle  et symbolique de la bibliothèque d’écrivain, ce lieu emblématique de la patrimonialisation de la littérature. L’originalité des approches réunies tient non seulement à l’ampleur du cadrage historique et géographique (du Moyen Âge à nos jours, de la Chine à l’Europe) mais aussi au déploiement des différentes facettes de la bibliothèque, à la fois instrument de transmission culturelle qui jette un pont entre collection personnelle et institution publique, instrument de création littéraire, artistique et philosophique où la lecture s’avère indissociable de l’écriture, mais aussi espace d’échanges intertextuels et intellectuels qui dessinent une véritable circulation des idées, des discours et des mots. Autant d’axes qui sont examinés dans les différents parties de l’ouvrage et qui font de la bibliothèque d’écrivain un lieu ouvert -une aire de partages, de passages et de tissages culturels.

Le volume éclaire des processus d’institutionnalisation et de transmission qui naviguent souvent entre espace public et privé, devenant miroirs à la fois des lieux communs de la littérature et des ressources rares liées à tel parcours d’esthète. Il aborde la dimension matérielle des collections étudiées, ce qui pose la question de la conservation et du devenir des livres, documents originaux lus par les créateurs qui ont pu y laisser des traces.

La publication qui devrait paraître avant l’été 2018 dans la collection « Biblioteca du Studi Francesi » de la maison d’édition turinoise Rosenberg et Sellier, assurera une diffusion et valorisation internationales à ce volume, consacré à cet objet de la patrimonialisation littéraire et artistique : cette collection est en effet issue de l’expérience de la prestigieuse revue Studi Francesi, fondée en 1957, et qui contribue depuis au rayonnement européen de la littérature et à l’histoire culturelles françaises.

Le volume constitue pour partie les actes du colloque international « D’une bibliothèque l’autre » organisé les 27-28 novembre 2014 qui a mis en lumière le rôle des bibliothèque matérielles – instruments de la constitution du patrimoine – dans le triple espace de la création littéraire et artistique, de l’élaboration de la pensée philosophique ou scientifique, et de la circulation des idées et des cultures.

 

 

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Projets aidés par la Fondation des sciences du patrimoine (LabEx Patrima)

tl_files/patrima/Logos/Logo FSP vertical Labex Patrima.jpg

La Fondation des sciences du patrimoine (LabEx Patrima) a récemment publié les résultats de son appel à projets 2017 Bis, soit l’appel à projet d’automne visant à financer des masters, colloques et publications. Suite au classement effectué par le Comité scientifique de la Fondation, le Conseil d’administration a distribué une enveloppe d’aide d’un montant de 35 000€ qui bénéficie à la Bibliothèque nationale de France.

Parmi les dossiers soumis concernant la BnF, les projets suivants ont été retenus :

– 2 bourses de Master :

Enregistrer

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Offre de stage Master 2 – BnF

Grâce au concours de la Fondation des sciences du patrimoine (LabEx Patrima), la Bibliothèque nationale de France (BnF) propose un stage rémunéré de master 2 dont le sujet porte sur l’Identification et quantification des encollages utilisés dans les papiers de presse du XXème siècle conservés à la Bibliothèque nationale de France.

La Bibliothèque nationale de France (BnF) réalise régulièrement des campagnes de désacidification de masse sur des documents constitués de papiers acides. Cette désacidification ralentit la dégradation du papier qui est favorisée par l’hydrolyse acide de la cellulose. Toutefois ce traitement de conservation ne permet pas de renforcer le papier. Pour cette raison, la BnF est impliquée dans la recherche de nouvelles méthodes de désacidification et consolidation de documents cellulosiques en collaboration avec les laboratoires partenaires Centre de recherche sur la conservation  (CRC) et Laboratoire de Physicochimie des Polymères et des Interfaces (LPPI, EA 2528). Les résultats de ces recherches ont montré un intérêt avéré vis-à-vis de l’utilisation d’aminoalkylacoxysilanes (AAAS) pour la désacidification et le renforcement simultanés du papier. Les dernières études ont notamment mis en évidence l’influence néfaste de l’encollage utilisé dans la fabrication du papier sur l’efficacité du traitement à base d’AAAS. Pour vérifier l’applicabilité de la méthode développée au sein des collections de la BnF il s’avère donc fondamental de connaître la nature et la quantité d’encollage présent dans les documents susceptibles de recevoir ce type de traitement.

Ce stage vise donc à développer une méthode analytique qui permettra d’identifier et de quantifier les différentes matières utilisées pour l’encollage des papiers de presse, comme la colophane, les dimères alkyl cétene (AKDs) ou les anhydrides alcényl succinique (ASAs). Les techniques analytiques utilisées pour l’étude seront la chromatographie en phase gazeuse couplée à la spectroscopie de masse (GC-MS) et la pyrolyse-GC/MS. Le protocole analytique sera mis au point sur des échantillons modèle et appliqué ensuite à des prélèvements de papiers de presse en provenance des collections de la BnF. Les résultats obtenus lors de ce stage permettront de compléter les informations sur la caractérisation des documents de presse qui sont susceptibles de nécessiter un traitement de désacidification et de renforcement et de mieux orienter les recherches en cours.

Profil du candidat

Le(la) candidat(e) devra posséder des bonnes connaissances en chimie analytique et en particulier en chromatographie. Des connaissances en chimie des polymères naturels et synthétiques seront appréciées. Le(la) candidat(e) devra montrer un fort intérêt pour les problématiques liées à la conservation du patrimoine culturel.

Modalités pratiques

Pour postuler envoyer CV et lettre de motivation à eleonora.pellizzi@bnf.fr ou stephane.bouvet@bnf.fr

La prise de fonction est prévue entre janvier et février 2018.

Encadrants de stage

  • BOUVET Stéphane, Chargé d’études et de recherche, Laboratoire
    Bibliothèque nationale de France
  • PELLIZZI Eleonora, Chargée d’études et de recherche, Laboratoire Bibliothèque nationale de France
  • FICHET Odile, Professeur des Universités, LPPI-Université de Cergy Pontoise
  • DUPONT Anne-Laurence, Chargée de recherche, Centre de Recherche sur la Conservation (CRC)

Contexte

Le stage programmé grâce au financement de la Fondation des sciences du patrimoine (LabEx Patrima) vient compléter les résultats du projet de thèse CoMPresSil. Les résultats obtenus lors de ce stage permettront de compléter les informations sur la caractérisation des documents de presse qui sont susceptibles de nécessiter un traitement de désacidification et de renforcement et de mieux orienter les recherches en cours (thèse de Nathan Ferrandin-Schoffel Renforcement et Désacidification d’Objets Patrimoniaux Cellulosiques par des Réseaux de Copolymères de Polyaminoalkylalcoxy Silanes. Application aux collections de Bibliothèques  (CoSilBib) également financée par le labEx Patrima 2016-2019).

 

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Colloque international : France, face et profil, 17-19/01/2018

L’exposition de la BnF « Paysages français. Une aventure photographique,1984-2017) »  porte au premier plan les questions conjointes du paysage national et de la commande photographique. Le colloque « France, face et profil » se donne pour tâche de revenir sur les enjeux portés par les projets des missions photographiques, et plus largement sur la construction d’une représentation du paysage national français entre le XIXe et le XXe siècles. Il s’agira de proposer une lecture aussi bien archéologique que prospective de ce paysage national qui articule les enjeux esthétiques, politiques et sociaux. Comment les missions photographiques ont-elles contribué à renouveler cette lecture depuis la Mission photographique de la DATAR des années 1980 jusqu’aux projets les plus contemporains ? Comment ces derniers peuvent-ils contribuer à la réflexion sur le devenir de nos territoires menée par les institutions locales et nationales ? Quel dialogue instaurer entre la création, la recherche et les acteurs du paysage autours des enjeux actuels des paysages ?

Organisé en trois temps, ce colloque proposera à la fois une synthèse des expériences menées depuis quatre décennies en France comme en Europe, et une mise en dialogue autour des enjeux et des perspectives du paysage contemporain.
La première journée (mercredi 17 janvier 2018) aura lieu à la BnF et portera sur la relation entre commande publique et création photographique en France et en Europe, des années 1980 à nos jours.
La deuxième journée (jeudi 18 janvier 2018), aux Archives Nationales, sera centrée sur la constitution d’un imaginaire du paysage national, dans une perspective historique et généalogique.
Enfin, la troisième journée (vendredi 19 janvier 2018) se déroulera à Tours. Elle interrogera les pratiques du paysage, depuis l’appropriation intime des lieux et les relations sensibles au territoire jusqu’aux usages du paysage dans les projets d’architecture, d’urbanisme et d’aménagement.

Programme

Mercredi 17 janvier 2018 : Recréer une culture du paysage

9h Accueil
9h30 Laurence Engel. présidente de Bibliothèque nationale de France
9h45 Jean-Benott Albertin, commissaire général de l’égalité des territoires

10h-12h LES MISSIONS PHOTOGRAPHIQUES FRANÇAISES, PROJETS ARTISTIQUES ET POLITIQUES
Modération : Sylvie Aubenas, directrice du département des Estampes et de la Photographie de la Bibliothèque nationale de France

10h-10h30 Bernard Latarjet, directeur de la Mission photographique de la DATAR
Pourquoi  et comment la Mission photographique de la DATAR ?

10h30-11h Raphaële Bertho, maitresse de conférences en arts, Université de Tours /lnTRu
Paysages politiques, le développement des missions photographiques en France

11h-11h30 Paul Wombell. directeur artistique de la mission France(s) territoire liquide
Tectonics Photographic [anglais – traduction simultanée]

11h30-12h Discussion

14h-15h30 UN PHÉNOMENE INTERNATIONAL
Modération : Héloïse Conesa, conservatrice de la photographie contemporaine, département des Estampes et de la Photographie de la Bibliothèque nationale de France

14h -14h30 Roberta Valtorta, historienne de la photographie Viaggio in ltalia, l’ école italienne du paysage» et les projets de commande publique sur le paysage contemporain en ltalie

14h30 -15h Lizz Wells, professeur en culture photographique, Plymouth University
Critical Landscapes : Aesthetics,Topagraphy and Environment
[anglais – traduction simultanée]

15h -15h30 Discussion

16h-17h30 ENTRE COMMANDE ET CRÉATION, QUELLE RELATION AU TERRITOIRE ?

Modération Raphaële Bertho, maîtresse de conférences en arts, Université de Tours / lnTRu

16h -16h30 Dialogue entre Frédéric Pousin, directeur de recherche HDR au CNRS, UMR Ausser / ENSA Paris-Bellevilte et Thierry Girard, photographe autour de l’Observatoire photographique du Parc naturel régional des Vosges du Nord (1997-2017)

16h30 -17h Dialogue entre Danièle Meaux,  professeur en esthétique et sciences de l’art, Université de Saint-Etienne /CIEREC. et Geoffroy Mathieu et Bertrand Stotleth, photographes sur le projet Paysages usagés, Observatoire photographique depuis le GR2013 (2012-2022)

17h -17h30 Discussion

18h-19h DANS L’ATELIER DE LA MISSION
Retour sur l’héritage de la Mission photographique de la DATAR avec le film de Christian Milovanoft, Travail dramaturgique autour du livre Bureaux. 2017 (39 min.)

Jeudi 18 janvier 2018 : Recréer une culture du paysage

9h Accueil

9h30 Introduction par Françoise Banat-Berger, directrice des Archives nationales

9h45 Conférence d’ouverture de Pascal Ory, professeur émérite, Université Paris I Panthéon-Sorbonne / CHS XXe siècle

10h30-13h  NORMES ET STEREOTYPES
Modération :   Sandrine Bula, conservateur en chef du patrimoine,  Archives nationales, direction des fonds, responsable de la mission Photographie.

10h30-11h Lucie Goujard, maître de conférences en histoire de l’art/ histoire de la photographie, Université de Grenoble-Alpes / LARHRA
Du pittoresque au vernaculaire. Contribution de la photographie à l’artialisation des territoires

11h-11h30 Sylvain Lesage, maître de conférences en histoire contemporaine, Université de Lille / IRHIS
Paysages à construire, L’imagerie Pellerin d’Epinal et la tardive émergence du panorama à la Belle Epoque.

12h-12h30 Marie-Ève Bouillon, chargée d’étude documentaire, Archives nationales, mission Photographie, docteur en Histoire et Civilisation, EHESS.
De la vue au stéréotype. Logiques industrielles et imaginaires de la carte postale au début du XXe siècle, le cas de l’entreprise Neurdein frères

12h30-13h Discussion

14h-15h30 INFORMATION ET PROPAGANDE

Modération :   Véronique Figini-Veron, maître de conférences en histoire de la photographie, ENS Louis-Lumière / CHS XXe siècle

14h-14h30 Françoise Denoyelle, professeur émérite, historienne de la photographie, ENS Louis-Lumière / CHS XXe siècle
Une image de la France. La France et la Révolution nationale : le fonds de l’ensemble des photographies de propagande diffusées par le Service central photographique depuis Vichy (1942-1944)

14h30-15h François Vatin, professeur en sociologie, Université Paris-Nanterre / IGHES et Gwenaële Rot, professeur en sociologie, Sciences Po Paris / CSO
Le tour de France industriel du peintre Reynold Arnould (1957-1958)

15h-15h30 Discussion

16h-17h PEDAGOGIE ET POLITIQUE

Modération : Françoise Denoyelle, historienne de la photographie, professeure des Universités émérite, ENS Louis-Lumière / CHS XXe siècle

16h-16h30 Sandrine Bula, conservateur en chef du patrimoine,  Archives nationales, direction des fonds, responsable de la mission Photographie.
Les usages pédagogiques des vues aériennes de l’entreprise LAPIE (Les Applications Photographiques d’Industrie et d’Édition) (1955-1980)

16h30-17h Véronique Figini-Véron, maître de conférences en histoire de la photographie, ENS Louis-Lumière / CHS XXe siècle.
L’information dite “ neutre ” de la Documentation française : la photographie au service d’une communication d’Etat (1945-1975)

17h-17h30 Discussion

Vendredi 19 janvier : Photographie & paysage,  dialogues contemporains

9h Accueil
9h30-11h  Table ronde Qualifier le paysage autour du travail d’Éric Tabuchi, Atlas des régions naturelles (depuis 2017)
Modération : Pascal Ferren , directeur adjoint du Pôle des arts urbains 
Intervenants :
Eric Boulay, Directeur du CAUE 37
Laurent Cailly, maître de conférences en géographie, Université de Tours / CITERES
Olivier Legros, maître de conférences en géographie, Université de Tours / CITERES

11h30-13h Table ronde Se projeter dans le paysage autour du travail d’Alban Lécuyer, Ici prochainement (2013)
Modération : Raphaële Bertho, maîtresse de conférences en arts, Université de Tours / InTRu
Intervenants :
Lolita Voisin, maître de conférences en Aménagement de l’espace et urbanisme, École Nature et Paysage, Blois / CITERES
Hovig Ter Minassian, maître de conférences en géographie, Université de Tours / CITERES
Maxime Vignolles, Ingénieur paysagiste, ADAC 37

14h30-16h  Table ronde S’approprier le paysage autour du travail d’Alexandra Pouzet, La carte du tendre (2013-2015)
Modération : Pascal Ferren, directeur adjoint du Pôle des arts urbains
Intervenants :
Benoît Feildel, maître de conférences en aménagement de l’espace et urbanisme, Université de Rennes 2 / UMR ESO
Karine Hurel, Cheffe du pôle Ressources, valorisation et cartographie du CGET, Géographe et cartographe
Héloïse Nez, maître de conférences en sociologie, Université de Tours / CITERES

Conférence de clôture Hugo Bevort, directeur des stratégies territoriales, CGET

Informations pratiques

  • Jeudi 18 janvier 2018 – 9h30-17h30
    Archives nationales, site de Pierrefitte-sur-Seine
    Entrée libre dans la limite des places disponibles
    59 rue Guynemer, 93380 Pierrefitte-sur-Seine
    Métro : Saint-Denis Université (Ligne 13)
  • Vendredi 19 janvier 2018 – 9h30-16h30
    Tours, Salle Jean de Ockeghem
    Entrée libre dans la limite des places disponibles
    15 place de Chateauneuf 37000 Tours

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Offre d’emploi : Post-doctorant(e) – Chef(fe) de projet de recherche « Histoire du quartier Richelieu »

Les principaux acteurs du site « Richelieu, bibliothèques, musée, galeries » (Bibliothèque nationale de France, École nationale des chartes, Institut national d’histoire de l’art) ainsi que le Centre allemand d’histoire de l’art, les universités de Sorbonne Université et de Paris I Panthéon Sorbonne ont décidé de conduire en commun un programme de recherche pluriannuel autour de l’histoire du « quartier Richelieu » dans lequel ces institutions de recherche sont en grande partie implantées.

Le projet se donne pour objectif d’aborder différents facettes de l’histoire du quartier : urbanistique (transformations, destructions) ; architecturale (histoire des bâtiments : construction, réaffectation, destruction) ; économique, commerciale et administrative ; sociologique (personnalités célèbres ayant eu des liens : résidence, travail, etc. avec les lieux et institutions du quartier, réseaux de sociabilité), culturelle (théâtre, musique…), etc.

Le projet consiste à documenter et illustrer l’histoire du quartier en valorisant les collections patrimoniales des institutions participantes et les travaux herméneutiques menés par des chercheurs dans le cadre du programme ainsi qu’à rendre accessible le produit de ces travaux au moyen d’interfaces numériques adaptées à des consultations spécialisées et plus grand public.

Dans ce cadre, les institutions citées offrent un emploi pour un(e) post-doctorant(e) – Chef(fe) de projet de recherche « Histoire du quartier Richelieu ».

Missions du poste

Sous la responsabilité du Comité de pilotage du projet, le/la Chef(fe) de projet est chargé(e) de :

  • piloter le projet de recherche « Histoire du quartier » ;
  • définir avec le Comité de pilotage les objectifs, les livrables et les délais de réalisation des différentes tâches ;
  • établir les méthodes et outils de pilotage du projet ainsi que les modalités de communication entre les différents partenaires et chercheurs impliqués ;
  • superviser, coordonner le travail de l’ensemble des acteurs et animer des points réguliers avec l’ensemble des partenaires : état d’avancement du programme, suivi du partage de connaissances, validation des résultats, suivi du planning et respect du budget, etc. ;
  • promouvoir auprès des unités de recherche (Labex, écoles doctorales, écoles universitaires de recherche…) le projet pour susciter des vocations et des aides financières pour recruter des étudiants chercheurs ;
  • participer à l’organisation du séminaire de recherche du projet ;
  • collaborer aux travaux de valorisation et de communication sur le projet (carnet de recherche, …) ;
  • rédiger le projet scientifique pour financement de recherche (type ANR, ERC).

Contributions spécifiques attendues du (de la) chef(fe) de projet

  • Coordonner le répertoire des collections patrimoniales des institutions participantes relatives à l’histoire du « quartier Richelieu » selon les différents axes définis ;
  • Tenir régulièrement à jour un carnet de recherche rythmant la vie du projet créé sur la plateforme Hypothèses.org d’Open Edition.

Compétences

  • Etre titulaire d’un doctorat en Sciences humaines et sociales ou en Sciences et Technologies de l’Information et de la Communication au cours des cinq dernières années ;
  • Capacité à travailler en mode projet et aptitude à dialoguer avec des équipes de recherche ;
  • Rigueur attachée aux productions scientifiques mais aussi qualité rédactionnelle de vulgarisation, notamment sur le web ;
  • Intelligence des problématiques de recherche liées aux données numériques (big data, text and data mining, humanités numériques…) ;
  • Intérêt prononcé pour le patrimoine graphique et faculté à utiliser les outils bibliographiques pour repérer les collections et les données pouvant être utilisées par les chercheurs ;
  • Aisance avec les outils informatiques ;
  • Maîtrise du français et de l’anglais.

Personne(s) à contacter

  • France Nerlich, Directrice du département des études et de la recherche à l’INHA, france.nerlich@inha.fr
  • Gennaro Toscano, Conseiller scientifique et culturel sur le projet de Bibliothèque-Musée Richelieu, gennaro.toscano@bnf.fr
  • Thomas Kirchner, Directeur du Centre allemand d’histoire de l’art (ou « DFK Paris »), tkirchner@dfk-paris.org

Conditions de l’emploi

  • Structure de référence administrative : Institut national d’histoire de l’art
  • Localisation géographique : 6, rue des Petits Champs, 75002 Paris
  • Rattachement hiérarchique au sein de la structure : France Nerlich, Directrice du département des études et de la recherche
  • Quotité de travail inhérente au poste : 50%
  • Catégorie : contrat post-doctoral
  • Prise de fonction : 1er février 2018
  • Durée : CDD d’une durée de 12 mois

Modalités

Le dossier consistera en un CV, une présentation du doctorat, des activités et contrats de recherche antérieurs, et une lettre de motivation.
Les candidatures seront envoyées à l’adresse der-dir@inha.fr, en spécifiant comme sujet : Chef.fe de projet pour le programme Histoire du quartier Richelieu.
Date limite du dépôt des candidatures : 15 janvier 2018

Enregistrer

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Nouveau financement en faveur du monnayage grec en ligne : le projet ARCH

Le département des Monnaies, médailles et antiques de la BnF a le plaisir d’annoncer que l’Initiative de Programmation Conjointe sur le Patrimoine Culturel (le Joint Programming Initiative on Cultural Heritage) a accordé un financement de 570 000 € pour un nouveau projet de recherche visant à inscrire la monnaie grecque dans le web sémantique.

[Monnaie : Denier, Argent, Bolskan, Espagne]

Le projet ARCH: Ancient Coinage as Related Cultural Heritage établira, pour la première fois, une plate-forme pour l’étude, la conservation, l’archivage et la préservation du patrimoine monétaire du monde antique hébergée par l’université d’Oxford. Les apports historiques et économiques des résultats obtenus grâce aux nouveaux outils développés seront exploités en développant une étude de cas sur l’Espagne et le sud-ouest de la France. Le projet abordera les questions de connectivité monétaire et culturelle et les interactions transpyrénéennes dans l’Antiquité, en collaboration avec d’éminents chercheurs spécialisés dans l’histoire monétaire et culturelle de cette zone géographique, travaillant comme partenaires associés à Oxford, Paris, Bordeaux, Orléans, et Valence. Le projet développera un outil de référence en ligne (Monedaiberica) qui s’appuiera sur des collections publiques et des monnaies connues par les catalogues de vente, ainsi qu’un programme de recherche conçu pour exploiter les opportunités offertes par les données liées du web sémantique (Linked Open Data) : les vocabulaires standardisés et l’ontologie propre aux monnaies grecques seront mis à jour à cette occasion.

Le projet sera dirigé par Frédérique Duyrat (directrice du département des Monnaies, médailles et antiques, Bibliothèque nationale de France, Paris), Andrew Meadows (New College, Oxford) et Pere Pau Ripollès (Universitat de València).

Les 80 000 monnaies grecques de la BnF actuellement en ligne avec des descriptions sommaires seront décrites en détail, créant de facto le plus grand catalogue de référence disponible en ligne. 100 000 monnaies ibériques seront mises en ligne par l’université de Valence.

Selon les principes des programmes conjoints, le financement est assuré par l’Arts and Humanities Research Council (AHRC) pour les équipes britanniques, l’Agence Nationale de la Recherche pour les Français et le Ministerio de Economía, Industria y Competitividad (MINECO) pour les équipes espagnoles.

Pour plus de détails, voir l’annonce du JPI : http://www.jpi-culturalheritage.eu/wp-content/uploads/JPICH-website-Digital-Heritage-call-results.pdf.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Sauvegarder la Mémoire du monde : réunion d’information

Une réunion d’information et d’échange est organisée par le Ministère de la Culture et la Commission nationale française pour l’UNESCO, en concertation avec le BnF, autour du programme UNESCO Mémoire du Monde et de la Recommandation concernant la préservation et l’accessibilité du patrimoine documentaire le 11 janvier 2018 de 14h à 17h30 à la BnF, site François Mitterrand, petit auditorium.

Programme

  • 14 h 00 Introduction
    Laurence Engel, présidente de la Bibliothèque nationale de France
    Daniel Janicot, président de la Commission Nationale Française pour l’UNESCO
    Nicolas Georges, directeur, chargé du livre et de la lecture
  • 14 h 30 La place de Mémoire du monde au sein de l’UNESCO – M. Boyan Radoykov, chef de section, section accès universel et conservation, Secteur Communication et Information, UNESCO.
  • 14 h 45 Mémoire du monde en France, l’importance de la Recommandation de 2015 – M. Gerald Grunberg, président du comité français Mémoire du monde
  • 15 h 15 La mise en œuvre de la Recommandation ; l’exemple de la BnF, reconstitution de corpus  documentaires dispersés – Mme Isabelle Nyffenegger, directrice déléguée aux Relations internationales de la BnF
  • 15 h30 Présentation de trois inscriptions françaises  au Registre international Mémoire du monde
  • 16 h Echanges avec la salle
  • 16 h 45 Synthèse de la réunion de travail entre les gestionnaires de biens : bilan et perspectives – Mme Noëlle Balley, directrice de la bibliothèque Cujas
  • 16 h 55 Conclusion – Gérald Grunberg
  • 17 h Clôture

Modalités pratiques

Entrée libre dans la limite des places disponibles

Bibliothèque nationale de France
Quai François Mauriac
75013 Paris
Accès par l’entrée Est
Métro : lignes 6 (Quai de la gare), 14 et RER C (Bibliothèque François Mitterrand)
Bus : 89, 62, 132, 325

 

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Colloque : « Karin Waehner. Exposer/performer l’archive », 15-16/12/2017

L’Université Paris 8 et le département des Arts du spectacle organisent le colloque Karin Waehner. Exposer/performer l’archive  les 15 et 16 décembre 2017. Depuis 2015, le Groupe de recherche : histoire contemporaine du champ chorégraphique en France (Musidanse, Université Paris 8) mène un projet collectif autour de la chorégraphe, danseuse et pédagogue Karin Waehner, qui consiste à analyser le fonds d’archives déposé à la BnF, et éclairer ainsi le parcours et l’œuvre de l’une des artistes les plus engagées dans l’émergence de la danse contemporaine en France. Ce colloque conserve le même point de départ : l’archive, en invitant des chercheurs, danseurs, notateurs, à porter une pluralité de regards (France et Allemagne) sur ces documents.

Programme

Samedi 16 décembre

  • 9h30 — Accueil du public

Questions d’archives, une histoire des circulations

  • 10h — Introduction par Sylviane Pagès, Mélanie Papin et Guillaume Sintès
  • 10h30 — Présentation des fonds Karin Waehner par Stephan Dörschel (Akademie der Künste, Berlin), Joël Huthwohl (BnF) et Jean Masse (Ballet Théâtre Épiphane)

Waehner/Wigman : une relation fondatrice et complexe

  • 11h15 — « Karin qui ? », les pas de la passeuse de danse : messages de personne à personne. Une édition commentée des lettres de Mary Wigman à Karin Waehner (1949-1972) par Josephine Fenger
  • 11h45 — Revenir à Mary Wigman : assumer un geste expressionniste par Sylviane Pagès
  • 12h30 — déjeuner

Archives écrites d’une danseuse

  • 14h — Ecrire son histoire de la danse : l’autre oeuvre de Waehner par Guillaume Sintès
  • 14h30 — Cahiers Waehner, la trace du studio par Mélanie Papin

Regards sur le geste

  • 15h30 — Table-ronde avec Aurélie Berland, Marine Ghielmetti et Julie Meyer-Heine
  • 16h30 — Conclusion par Isabelle Launay
  • 17h — Fin de la journée

Modalités pratiques

Vendredi 15 décembre

Soirée-recherche
Centre National de la Danse
1, rue Victor-Hugo, 93507 Pantin
Métro 5 Hoche
RER E Pantin
T3b Delphine Seyrig
https://www.cnd.fr/fr/program/108-soiree-recherche

Samedi 16 décembre

Colloque
Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand, Galerie Jules Verne
Accès par l’entrée EST, face au 25 rue Émile Durkheim (marches) ou avenue de France (de plain-pied), à proximité de l’entrée du cinéma MK2-Bibliothèque, 75013 Paris

Métro : Lignes 6 (Quai de la Gare), 14 ou RER C (Bibliothèque François-Mitterrand)

Attention : en raison des contrôles d’accès, prévoir un temps d’attente à l’entrée de la BnF

Entrée libre dans la limite des places disponibles. Réservation conseillée par mail à : projet.waehner.2015.2018@gmail.com

Colloque organisé par Sylviane Pagès, Mélanie Papin et Guillaume Sintès dans le cadre des activités du Groupe de recherche : Histoire contemporaine du champ chorégraphique contemporain en France (Musidanse, Université Paris 8), en partenariat avec le Département des Arts du Spectacle de la BnF, et l’aimable concours de Jean Masse.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts