Tous les articles par Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

Colloque : Conservation du patrimoine vidéoludique. Quels enjeux ? Quels acteurs ? (13/12/2017)

Le Conservatoire National du jeu Vidéo (CNJV) et la Bibliothèque nationale de France organisent un colloque sur les acteurs et les enjeux de la conservation du patrimoine vidéoludique. 

Par Marcin Wichary from San Francisco, U.S.A. — Flickr, CC BY 2.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=48423746

Argument

Fragilité des supports, obsolescence des matériels de lecture, disparition des archives des éditeurs et concepteurs, dématérialisation des contenus… La conservation du patrimoine vidéoludique soulève des problématiques nombreuses et complexes sur le long comme sur le court terme. Ces questions sont au cœur des activités et des missions de la Bibliothèque nationale de France (BnF) et du Conservatoire National du Jeu Vidéo (CNJV). La BnF et le CNJV s’associent dans le cadre d’un colloque pour faire un point d’étape autour de ces enjeux, partager les réflexions et les avancées techniques entre les institutions et les différents acteurs de la filière vidéoludique.

Cette rencontre s’adresse à l’ensemble des personnes concernées par ce secteur : développeurs, éditeurs, producteurs, organismes professionnels (syndicats professionnels, clusters…) et institutionnels, mais aussi étudiants et chercheurs, conservateurs et archivistes, associations impliquées dans la conservation du jeu vidéo, acteurs de la valorisation (auteurs, journalistes, initiateurs de projets d’expositions ou de musées). Des tables rondes et des communications alterneront, faisant intervenir des acteurs français et étrangers.

En fin de matinée, l’équipe du département audiovisuel de la BnF proposera des visites des coulisses où sont conservés et traités les jeux vidéo.
Places limitées. Inscription par courriel.

Programme

14h – 14h15 : Ouverture du colloque par Pascale Issartel (BnF) et Bertrand Brocard (CNJV)

14h15 – 14h30 : Le jeu vidéo, objet culturel en cours de patrimonialisation
Benjamin Barbier (Paris 8) et Marion Coville (Paris 1)

14h30 – 15h15 : Patrimoine vidéoludique : De quoi parlons-nous ?
Louise Fauduet (BnF), Bertrand Brocard (CNJV), Isabelle Astic (MAM)

15h15 – 16h : Répertorier, référencer, donner accès
Joseph Redon (GPS – Japon), Olivier Cassou (Abandonware France), Marie-Pierre Bodez (BnF)

16h – 16h45 : Studios et éditeurs : Capitaliser sur la mémoire !
Emmanuel Martin (SELL), Julien Villedieu (SNJV), Laurant Weill (chef d’entreprise)

16h45 – 17h30 : Pause

17h30 – 18h15 : Conserver pour la recherche et la création
Alexis Blanchet (Paris 3), Colin Sidre (Paris 13), Hubert Chardot (ARFIS, )Yves Bolognini (Musée Bolo – Suisse)

18h15 – 18h45 : Supports en péril
Denis Lechevalier (spécialiste)

18h45 – 19h30 : Conserver pour rejouer ?
Philippe Dubois (MO5), Matthieu Charreyre (WDA), René Speranza (Silicium), Jean-Philippe Humblot (BnF)

19h30 – 19h40 : Une vision soutenue par l’État

Par Evan-Amos – Own work, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=18363755

Informations pratiques

Mercredi 13 décembre 2017 – 14h00-20h00
Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand, Petit auditorium

Quai François-Mauriac – Paris 13e

Adresse et transports – site François-Mitterrand
Plan d’accès au site François-Mitterrand [fichier .pdf – 62 Ko – 29/10/15 – 1 p.]
Inscription gratuite mais obligatoire via Eventbrite

 

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Hackathon BnF – 2e édition : 24h autour des données musicales de la BnF

Performances, concerts, installations, ateliers, soirée remix…

Les 25 et 26 novembre 2017, à l’occasion de la deuxième édition de son Hackathon qui porte cette année sur la musique, la BnF vous convie à une grande fête du numérique. Tout le week-end des performances, concerts, installations et ateliers pour tous en accès gratuit permettront d’explorer le patrimoine et le monde numérique et musical. Sans oublier une soirée remix autour d’extraits des collections de la BnF, par Jaïs Elalouf et Manaré, pour « bouger » entre deux lignes de code !

Evénement organisé dans le cadre de la semaine de l’innovation publique, une initiative nationale portée par le secrétariat général pour la modernisation de l’action publique.
En partenariat avec
Semaine de l’innovation publiqueLa SACEMClass’Code InaDeezerLibérationRadio NovaUsbek & RicaLes Inrockuptibles

Programme

Samedi 25 novembre 2017, de 14h à 22h
14h – Inauguration du Hackathon
14h30 – 19h – Conférences, animations et ateliers

– 14h30 – conférence « Terra Data : qu’allons nous faire des données numériques ? », par Valérie Peugeot (Orange Labs, CNIL)
Mentalista : soyez les plus concentrés pour gagner ! Un jeu qui permet de comprendre l’interaction entre le cerveau et notre environnement
Class’Code : apprenez à maîtriser l’informatique en jouant avec des objets du quotidien ! Une façon ludique de comprendre les enjeux des algorithmes et des programmes, du codage de l’information et leurs applications concrètes
– « Ce que je voulais c’est être heureux », installation sonore et visuelle immersive par Arnaud Sallé (compositeur) et Hervé Rabot (photographe) sur le thème du paysageAteliers sur inscription via ce formulaire :
– Voyageurs du code : codez votre premier jeu vidéo !
– Lab’sus : initiez-vous à la Musique Assistée par Ordinateur (MAO) avec cet atelier interactif expérimental de détournement de son (ou sampling)
Animations pour les étudiants et les chercheurs
– Présentations de Zotero, Framasoft : les outils libres de l’étudiant et du chercheur pour préparer un mémoire ou une thèse
– Démonstrations des recherches en musicologie du CESR (Tours)
– Découverte des ressources de la BnF et de l’Ina 19h – 22h – Au cœur du Hackathon
– 19h – Présentation des projets en cours du Hackathon BnF
– 20h-22h – DJ Set – Remix des collections sonores, par Jaïs Elalouf et Manaré.
Musicien, compositeur de musique électronique, vidéaste et collectionneur d’art psychédélique, Jaïs Elalouf est un artiste multitalents qui mixe en sons et en images depuis 2003. Manaré est tout à la fois DJ, producteur, PDG de la webradio alternative « Rinse France » et créateur de la griffe de vêtements « Noir Noir ». Il est membre du label ClekClekBoom.

Dimanche 26 novembre 2017, de 15h à18h
14h – 19h – Animations
– 15h et 16h – Musique et technologies : un voyage ludique dans l’histoire de la musique enregistrée et la lutherie du XXe siècle. Animé par PV NOVA, musicien et Youtubeur
– 15h30-17h – Lectures musicales de Gallica, avec les étudiants et les professeurs de musique ancienne du Conservatoire de Paris (CNSMDP)
– « Ce que je voulais c’est être heureux », installation sonore et visuelle immersive par Arnaud Sallé (compositeur) et Hervé Rabot (photographe) sur le thème du paysage16h-17h – Remise du prix Hackathon BnF
– 16h – Présentation des projets du Hackathon BnF
– 17h – Remise du prix Hackathon BnF

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Soutenance de thèse d’Arnaud Laborderie

Le 4 décembre 2017, Arnaud Laborderie, chef de projet éditorial multimédia de la BnF, soutiendra sa thèse de doctorat en Sciences de l’Information et de la Communication intitulée Le Livre augmenté : de la remédiatisation à l’éditorialisation, préparée sous la direction de Ghislaine Azémard (Université Paris VIII-Vincennes-Saint-Denis) et de Milad Doueihi (Université Paris IV-Sorbonne).

Jury

  • Rapporteur : Mme Raja FENNICHE, professeure des Universités, Université de la Manouba (Tunis)
  • Rapporteur : M. Dominique COTTE, professeur des Universités, Université Paris-IV, CELSA
  • Examinateur : M. Stéphane CHAUDIRON, professeur des Universités, Université de Lille
  • Examinateur : M. Imad SALEH, professeur des Universités, Université Paris-VIII
  • Directeurs de thèse : Mme Ghislaine Azémard, professeure des Universités, titulaire de la chaire Unesco-ITEN, Université Paris VIII-Vincennes-Saint-Denis et M. Milad Doueihi, professeur des Universités, titulaire de la chaire Humanum, Université Paris IV-Sorbonne
  • Invité : M. Henri HUDRISIER, maître de conférences HDR, Université Paris-VIII

Résumé

Cette thèse se propose d’examiner le concept de « livre augmenté » à partir d’une posture théorique articulée à une pratique de médiateur et d’éditeur multimédia exercée à la Bibliothèque nationale de France (BnF) pendant une vingtaine d’années. Notre recherche pose la question de la reconfiguration du livre dans l’espace numérique à travers les notions de remédiatisation et d’éditorialisation, c’est-à-dire du point de vue de l’évolution des formes médiatiques et des pratiques éditoriales. La conception de deux prototypes — le livre-application Candide réalisé à la BnF et le livre-web Odyssée réalisé à l’Université Paris-VIII — nous a permis d’interroger les frontières du livre et de formuler les concepts d’enrichissement et d’augmentation au regard de la clôture du livre. Nous défendons la thèse d’un objet-livre numérique nécessairement clos, enrichi par l’éditeur et le lecteur, augmenté par des extensions virtuelles sur le web ou en applications. L’expérience de lecture et la transmission des œuvres s’y trouvent renouvelées par des pratiques intermédiatiques et une nouvelle sensorialité des supports numériques.

Abstract

This thesis proposes to examine the concept of « enhanced book » from a theoretical posture articulated to a practice of mediator and multimedia editor exercised at the French National Library (BnF) during twenty years. Our research raises the question of the reconfiguration of the book in the digital environment through the notions of remediation and editorialization, that is to say, from the point of view of the media forms and editorial practices evolution. The design of two prototypes — the Candide app-book carried out at the BnF and the Odyssey web-book conducted at the University of Paris VIII — enabled us to examine the boundaries of the book and formulate the concepts of enrichment and enhancement regarding to the enclosure of the book. We defend the thesis of a digital object-book necessarily closed, enriched by the editor and the reader, enhanced by virtual extensions on the web or in applications. The experience of reading and transmitting the works are renewed by intermediate practices and a new sensoriality of digital media.

Soutenance

Le lundi 4 décembre 2017 à 10h, au Centre de Veille et d’Innovation de l’Université Paris-VIII, sis au 5e étage de la Tour Montparnasse, 55 avenue du Maine à Paris 15e.

Veuillez vous munir d’une pièce d’identité pour vous enregistrer à l’accueil de la tour et prévoir 10 minutes d’attente éventuelle au contrôle.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Enjeux et évolutions de la Bibliographie littéraire

La Société d’Histoire littéraire de la France organise une après-midi d’étude sur la Bibliographie de la Littérature française le samedi 25 novembre à la Sorbonne.

Après de longs efforts, la Bibliographie de la Littérature française1 a été mise en ligne en 2014 après avoir été longtemps un instrument de recherche uniquement imprimé, paraissant dans le hors-série annuel de la Revue d’Histoire littéraire de la France.

Programme

Ses porteurs, la Bibliothèque nationale de France, la Société d’Histoire littéraire de la France et Garnier Numérique, se proposent d’en assurer une présentation sur écrans.

La séance sera suivie d’une table ronde réunissant :

  • Frédéric BARBIER, directeur de recherche au CNRS et directeur d’études à l’EPHE
  • Claude BLUM, président de Garnier Numérique
  • Éric FEREY, conservateur à la BnF et ancien rédacteur en chef de la Bibliographie de la Littérature française
  • Romuald FONKOUA, directeur du Centre d’Études Francophones, Université Paris-Sorbonne
  • Marie GALVEZ, conservateur à la BnF et ancienne rédacteur en chef de la Bibliographie de la Littérature française
  • Istvan MONOK, directeur des bibliothèques et archives de l’Académie des Sciences de Hongrie
  • Monika PROCHNIEWICZ, conservateur à la BnF, rédacteur en chef de la Bibliographie de la Littérature française.

Modalités pratiques

En Sorbonne, bibliothèque Ascoli (escalier C, 2e étage) le samedi 25 novembre 2017 à 14 h.
Entrée libre dans la limite des places disponibles.
Accès par le 17 rue de la Sorbonne, sur présentation du programme joint, avec une pièce d’identité.

Programme à télécharger : Table_ronde_SHLF_2017

Pour accéder à la base (sur abonnement) : https://www.classiques-garnier.com/numerique/index.php?option=com_content&view=article&id=157%3A2014-08-20-07-19-26&catid=46%3Acatalogue-bases-biblio&Itemid=30

  1. Cf. brochure de Garnier numérique, url : <https://www.classiques-garnier.com/editions-bulletins/Brochure_BLF_Fr.pdf> []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Soutenance de thèse de Fedora Parkmann

Le 25 novembre 2017, Fedora Parkmann, ancienne chercheuse invitée Fondation Louis Roederer sur la photographie1, soutiendra sa thèse de doctorat en histoire de l’art intitulée Paris-Prague : transferts en photographie, 1918-1939, préparée sous la direction d’Arnauld Pierre (Université Paris-Sorbonne).

Jury

  • Christian Joschke, Université Paris Nanterre
  • Guillaume Le Gall, Université Paris-Sorbonne
  • Arnauld Pierre, Université Paris-Sorbonne, directeur de thèse
  • Michel Poivert, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
  • Maria Stavrinaki, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
  • Markéta Theinhardt, Université Paris-Sorbonne

Résumé

Les photographes actifs en France et leur production ont, tout au long de l’entre-deux-guerres, éveillé un intérêt continu chez leurs homologues tchèques. Cette thèse se propose d’étudier les transferts en photographie entre France et Pays tchèques qui résultèrent de cette fascination. Fondée sur une approche matérielle des circulations de personnes, d’images et de concepts, elle vise à définir la scène photographique tchèque en fonction de son rapport à la France et de ses métissages.
L’enquête a porté sur les flux photographiques – reproductions photomécaniques et catalogues d’exposition – et les activités des médiateurs et photographes à l’intersection entre les deux pays. Elle a montré, d’une part, que les Pays tchèques furent non seulement un lieu de passage d’apports français, particulièrement marquants au regard des impulsions allemandes et russes, mais aussi un centre d’exportation d’une production photographique locale. Elle a révélé, d’autre part, les hybridations auxquelles a donné lieu l’accueil de la scène photographique française. Le courant surréaliste tchèque en fut l’exemple le plus marquant : dépassant le simple geste d’adhésion, cette production originale s’est à son tour exportée, à la faveur d’un processus de circulation et de transformation réciproques caractéristique du phénomène de transfert. Les séjours et expériences photographiques des Tchèques en France et leur contribution à l’ « école de Paris de la photographie » complètent ce panorama des interactions entre les deux pays.
Le prisme des transferts culturels adopté dans notre étude a agi comme un révélateur d’acteurs, d’images et de concepts ignorés jusque-là des histoires nationales de la photographie. Il a également montré comment la réceptivité des photographes tchèques vis-à-vis de la France a pu, en retour, favoriser l’émergence du modernisme photographique dans leur pays.

Abstract

The continuous interest shown by Czech photographers in their French counterparts during the interwar period set the ground and provided favorable conditions for a transfer in photography between France and the Czech Lands, which this dissertation sets forth to explicate.
Rooted in a material approach towards the various circulations of individuals, images and concepts, this study considers the Czech photographic scene in light of its specific relation to France and analyzes the resulting hybridizations. The research focuses on photographic vectors such as photomechanical reproductions, exhibition catalogues and the activities of mediators and photographers working between the two countries. It illuminates a network of relations between French, German and Russian impulses and describes also the export of a local photographic production. The Czech surrealist current is a prominent hybridization that resulted from the strong reception of the French photographic scene. It was exported again as an original Czech production, and as such exemplifies the process of mutual circulation and transformation that describes the concept of transfer. An expansive study of Czech journeys to France, their photographic experience of the country and their subsequent contribution to the “Paris school of photography” complete this overview of the interactions and transfers between both countries.
By situating Czech photography within the discourse of cultural transfers, this dissertation reveals actors, images, concepts and developments that until now have been critically absent from national photography histories. It also demonstrates how the receptivity of Czech photographers to France in return favored the emergence of photographic modernism in their country.

Soutenance

Le samedi 25 novembre 2017 à 9h30, en salle Perrot,
à l’Institut national d’histoire de l’art (2 rue Vivienne, 75002 Paris).

  1. Cf. http://www.bnf.fr/documents/cp_bourse_roederer_2012.pdf []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Exposition : Reliures précieuses dans la collection de la BnF au musée du Louvre

En lien avec l’exposition de la Petite Galerie, Théâtre du pouvoir, où sont actuellement présentés les regalia, les instruments du sacre des rois de France, la Bibliothèque nationale de France a accepté le prêt de cinq de ses reliures les plus précieuses, conservées au département des Manuscrits : pendant huit mois, elles prennent ainsi provisoirement place dans les vitrines des salles médiévales du département des Objets d’art du Louvre.
Ces reliures forment un ensemble exceptionnel par leur somptuosité et leur histoire, du siècle de Charlemagne à la fin du Moyen Âge. A elles cinq, elles laissent entrevoir, chacune à leur manière, la richesse de l’art médiéval et, par-delà, celle de l’histoire culturelle et politique des différentes régions qui ont participé à la genèse de l’histoire de la France et des pays voisins.

Psautier de Dagulf, Ateliers dits de « l’École du palais » de Charlemagne (France du Nord actuelle ou Aix-la-Chapelle en Allemagne actuelle), entre 783 et 795. Plaques de reliure : Ivoire. Mentionné au Moyen Âge en Allemagne dans les trésors des cathédrales de Limbourg-sur-la Lahn, de Spire (avant 1065) puis de Brême (du XIe au XVe siècle). Le manuscrit est conservé à la Bibliothèque nationale autrichienne à Vienne. Musée du Louvre, MR 370-371. © RMN – Grand Palais (Musée du Louvre) / Martine Beck-Coppola

Conservés par la BnF depuis la Révolution et le Consulat, ces livres dialoguent, dans un parcours inédit, avec les Objets d’art des collections médiévales du Louvre et s’offrent sous un nouveau jour, en particulier pour   les deux reliures restaurées grâce au mécénat de la Fondation Polonsky.

Évangiles de la collégiale Saint-Louis de Metz. Plat inférieur de la reliure. Au centre, ivoire représentant une Crucifixion (Constantinople, XIe siècle). Encadrement de plaques d’argent et plaques émaillées, cabochons de cristal de roche (XIIIe -XIVe siècles). BnF, département des Manuscrits, latin 9391. © Bibliothèque nationale de France

Au Moyen Âge, les livres liturgiques utilisés pour la célébration du service divin faisaient partie des trésors des églises aux côtés d’autres objets sacrés comme les reliques. Ils revêtaient, pour l’établissement religieux qui les conservait, une fonction mémorielle essentielle : le trésor servait à perpétuer le glorieux souvenir de la fondation du lieu comme à incarner son histoire vivante et la puissance de son assise spirituelle et temporelle.

Deuxième Évangéliaire de la Sainte-Chapelle, Paris, vers 1240 (bordures extérieures de la reliure du XVIe siècle). Plat supérieur de la reliure : Crucifixion. Plat inférieur de la reliure : Christ en majesté. Argent doré, cabochons de verre et de pâte de verre. BnF, département des Manuscrits, latin 9455. © Bibliothèque nationale de France

Le statut d’unica des livres qui en faisaient partie et leur valeur hautement commémorative justifiait l’ornementation luxueuse qui était la leur et qui rivalisait sans peine avec les plus riches pièces d’orfèvrerie dans la glorification de Dieu.
Tous ont pour point commun d’avoir reçu une riche décoration enluminée et, en guise de couverture, de véritables joyaux dont la splendeur et l’iconographie élaborée sont à la mesure de la dimension spirituelle et symbolique de leur contenu. Ces manuscrits proviennent de centres variés : Metz pour les deux livres d’Évangiles présentés dans la première et dernière vitrine, Saint-Vaast d’Arras pour le Missel de Saint-Denis dans la vitrine de la salle 4 et Paris pour les deux Évangéliaires de la Sainte-Chapelle dans la vitrine centrale de la salle 2.

Premier Évangéliaire de la Sainte-Chapelle, Paris, vers 1230 et 1240-1248. Plat supérieur de la reliure : Résurrection du Christ. Plat inférieur : Crucifixion. Argent doré et niellé. BnF, département des Manuscrits, latin 8892. © Bibliothèque nationale de France
Missel à l’usage de Saint-Denis. Plat supérieur : Figurines d’ivoire de morse de l’école du palais de Charles le Chauve, vers 870. Feuille d’or gravée, repoussée, filigrané et orné de pierres précieuses et de perles remontant au XIe siècle (bordure extérieure du XIIIe siècle). BnF, département des Manuscrits, latin 9436. Plat inférieur : Plaque de cuivre dorée, gravée et ciselée, insérée dans un cadre d’argent estampé et contenant la figure de saint Jean l’Évangéliste (France, XVe siècle) . BnF, département des Manuscrits, latin 9436. © Bibliothèque nationale de France

Si l’exécution de ces manuscrits et de leurs enluminures est bien localisée dans l’espace et le temps, il n’en va pas toujours de même de leurs reliures, dont certaines présentent un aspect composite. Leur décor est formé à l’aide de matériaux aussi précieux que variés : or, argent, cuivre, ivoire, gemmes, perles… Ceux-ci, comme les techniques raffinées avec lesquelles ils étaient travaillés, avaient pour fonction d’accroître la valeur esthétique et spirituelle des livres.


Cette présentation est organisée par la Bibliothèque nationale de France et le musée du Louvre.

Évangiles de Drogon. Plaque d’ivoire d’éléphant illustrant des scènes de la Passion du Christ : Metz, vers 850. Bordure d’orfèvrerie à filigrane avec perles et pierres, XIe siècle. BnF, département des Manuscrits, latin 9388. © Bibliothèque nationale de France

Commissaires de l’exposition : Charlotte Denoël, conservatrice en chef, département des Manuscrits, BnF et Florian Meunier, conservateur en chef, département des Objets d’art, musée du Louvre.

Manuscrit de Denys l’Aréopagite. Manuscrit : Constantinople, 1403-1405 ; Ivoire : Paris, vers 1360-1380 ; Monture : argent doré, pierreries : Paris, vers 1400, remaniée au XVIIe siècle. Provient du trésor de l’abbaye de Saint-Denis. Musée du Louvre, MR 416. © RMN – Grand Palais (Musée du Louvre) / Jean-Gilles Berizzi

Œuvre en scène : Évangiles de Drogon, le mercredi 30 mai 2018 à 12h30, à l’auditorium du Louvre.
Par Charlotte Denoël, BnF, Jannic Durand et Florian Meunier, musée du Louvre.

Boîte-reliure de Maastricht, Empire ottonien (Trèves ou Ratisbonne ? Allemagne actuelle), vers 1020-1040. Provient du trésor de la cathédrale de Maastricht. Âme de bois, or, émaux cloisonnés, nielle, cabochons. Musée du Louvre, MR 349. © RMN – Grand Palais (Musée du Louvre) / Droits réservés

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Fenêtre sur jardins – Journée d’étude de la bibliothèque horticole (10/11/17)

La deuxième journée d’étude de la bibliothèque1 organisée en partenariat avec la Bibliothèque nationale de France se tiendra le 10 novembre 2017 dans l’amphithéâtre de la SNHF. Comme pour la première édition, seront présents les professionnels des bibliothèques, archives, musées ainsi que des chercheurs afin de dialoguer autour de l’histoire, de l’art et de la philosophie des jardins.

Programme

9h : Accueil
9h30 : Ouverture par Dominique Douard – Président de la Société Nationale d’Horticulture de France
Modération : Sophie Bertrand – Cheffe du service de la coopération – Bibliothèque nationale de France
9h45 : BnF – Les sociétés horticoles en région : l’exemple de Nancy par Alina Cantau et Luc Menapace
SNHF – Les collections de la bibliothèque de la Société Nationale d’Horticulture de France par Emmanuelle Royon
Mairie de Paris – Le centre de documentation des cimetières parisiens par Pierre Jourjon
11h : Pause
11h30 : Mairie de Paris – La Bibliothèque spécialisée et patrimoniale Du Breuil : une pluralité de missions pour répondre à la diversité de ses publics par Laurence Oudry
ENSP – Les collections de la bibliothèque de l’École nationale supérieure du paysage par Isabelle Sauvé

12h30 : Déjeuner libre

Modération : Françoise Dubost – Ethnologue
14h : CNAM – Le fonds expositions universelles de la bibliothèque du Conservatoire national des arts et métiers par Pascale Heurtel
Musée du Louvre – Les collections des jardins du musée du Louvre : un patrimoine fragile par Emmanuelle Héran
Université François Rabelais Tours – Qui sont les historiens des jardins, quel cursus pour quelles études ? par Christophe Morin
15h30 : Pause
16h : Paris I Panthéon Sorbonne – Le peintre au jardin public, de Manet à Hopper : un sujet d’histoire de l’art par Emmanuel Pernoud
Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis – La philosophie du Digital Land Art par Catherine Chomarat-Ruiz
17h30 : Clôture par Daniel Lejeune – Administrateur, chef de projet de la bibliothèque de la Société Nationale d’horticulture de France

Informations pratiques

Vendredi 10 novembre 2017 de 9h à 17h30
Amphithéâtre de la Société Nationale d’Horticulture de France
84, rue de Grenelle 75007 Paris.
Accès gratuit, sur inscription préalable par mail à bibliotheque@snhf.org.

  1. La SNHF est pôle associé de la BnF depuis 2012. Sa nouvelle bibliothèque a été inaugurée le 5 octobre 2017. Ses collections figurent parmi les premiers fonds horticoles de France. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Fouille de données : un nouveau service SRU de récupération des données de la BnF

Ce 23 octobre 2017, la BnF a ouvert un nouveau service d’interrogation de son catalogue général, qui peut notamment être utilisé par des chercheurs ayant besoin d’extraire de grands ensembles de données du catalogue.

Il s’agit d’un service SRU (Search/Retrieval via URL) qui intéresse aussi les éditeurs ou les fournisseurs de SIGB et de données bibliographiques et qui permet, via de simples requêtes HTTP, de récupérer en format XML l’ensemble des notices bibliographiques et d’autorité du Catalogue général, et d’effectuer des recherches sur un grand nombre de critères tels que mots, numéro et type de notice, identifiants ARK, ISBN, ISNI. Le service, accessible à tous, est interrogeable manuellement depuis n’importe quel navigateur Internet ou intégrable dans du code informatique.

Contenus interrogeables

Le contenu interrogeable est le même que celui du Catalogue général de la BnF, soit l’ensemble des données bibliographiques et d’autorité de ce catalogue 1. Le service permet de :

  • récupérer l’intégralité des notices bibliographiques et d’autorité du Catalogue général de la BnF
  • récupérer une sélection de notices en faisant des requêtes via un grand nombre de critères, par exemple
    • anywhere, author, title, doctype, recordtype, idrecord, ark, isbn, cote… pour les notices bibliographiques
    • anywhere, accesspoint, type, status, idrecord, ark, isni… pour les notices d’autorité

Un exemple : si vous cherchez les notices bibliographiques contenant les mots Julien Gracq dans les notices bibliographiques de la BnF, il vous suffit de saisir (ou copier) la requête suivante dans votre navigateur Internet (Internet Explorer, Firefox ou autre) :

ou pour ceux qui sont peu familiers avec le XML :

Formats de sortie

Les formats proposés en sortie sont :

  • Unimarc (avec ou sans notices analytiques)
  • Intermarc (avec ou sans notices analytiques)
  • Dublin Core (pour les notices bibliographiques uniquement).

L’Unimarc sans analytiques est le format par défaut. L’encodage est l’UTF-8. Le service SRU implémenté à la BnF est la version 1.2 du SRU.

Voir

Formulaire de requête SRU : http://catalogue.bnf.fr/api

Télécharger

  1. Rappelons à ceux qui récupéraient des données grâce à data.bnf.fr (http://data.bnf.fr/semanticweb#Ancre2) que data.bnf est loin de représenter l’ensemble des métadonnées de la BnF et du catalogue général. Si data.bnf.fr récupère davantage de silos de données, BnF catalogue général, BnF archives et manuscrits, Gallica, seules des données d’un certain niveau de qualité sont exposées. Ainsi, pour les seules notices d’autorité, au 31/12/2016, le catalogue général compte 2 745 733 notices diffusables sur 5 590 267. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Language matters : Presse anglophone en France / Presses d’exil et d’immigration au Royaume-Uni et aux Etats-Unis

Pour accompagne le colloque « La langue en questions : presse en anglais à l’étranger / presse en langue étrangère dans le monde anglophone« , qui se tiendra du 16 au 18 octobre, à L’Université Paris Diderot, à la Bibliothèque nationale de France et à l’University of Chicago Center in Paris, la Bibliothèque des Grands Moulins de l’Université Paris Diderot organise l’exposition Language matters : Presse anglophone en France / Presses d’exil et d’immigration au Royaume-Uni et aux Etats-Unis.

Argument

Saviez-vous que près de 6000 périodiques anglophones ont été publiés en France depuis la période révolutionnaire ? Ces documents appartiennent à une catégorie considérée comme marginale : celle des périodiques allophones, c’est-à-dire publiés dans une langue étrangère à celle du pays où ils paraissent. La richesse de la presse allophone est considérable, elle couvre tous les domaines. La presse anglophone constitue sa part principale. L’éventail de titres sélectionnés pour cette exposition met en lumière les liens qui ont unis, au cours de l’histoire, la France, le Royaume-Uni et les États-Unis.

Nous vous proposons un parcours du parchemin au numérique sur près de 300 ans de présence britannique et américaine en France. Ces journaux témoignent de l’activité politique, économique et artistique des Anglo-Américains à Paris et en province, ou encore rappellent le rôle capital des armées alliées lors des deux guerres mondiales. Ils nous montrent que la France n’est pas monolingue : elle parle anglais, tout comme elle s’est enrichie de toutes les autres langues des groupes étrangers qu’elle a accueillis et qui ont contribué à la façonner. Elle fait ainsi une large place à une presse allophone souvent issue de l’immigration et partage cette caractéristique avec le Royaume Uni et les États-Unis, deux pays où les périodiques en langue étrangère abondent.

Il y aura également :

  • une quinzaine de documents originaux exposés en vitrine,
  • la base de presse de la BnF, disponible sur un poste informatique,
  • des liens vers des archives en ligne, comme celles de l’International Herald Tribune dans Gale
  • une table documentaire vous présentant des livres sur ces thématiques

Visites

Visite et inauguration de l’exposition : Lundi 6 novembre à 18h30

Visites guidées :

  • Lundi 30 octobre à 14h
  • Lundi 20 novembre à 14h
  • Lundi 4 décembre à 11h30
  • Lundi 12 décembre à 16h
  • Samedi 13 janvier à 11h30

Visites spéciales :

  • Lundi 16 octobre à 18h15 : visite réservée aux hôtes de la conférence internationale ‘Language Matters’
  • Lundi 6 novembre à 12h : visite réservée au personnel de l’université Paris Diderot

Rencontres et débats :

  • Lundi 13 novembre à 18h30 : « Petite et grande histoire de l’International Herald Tribune » 

Atelier découverte animé par Marianne Haska (Gale).

  • Mercredi 17 janvier 2018 à 17h00 : rencontre avec Diana Cooper –Richet (UVSQ) « Les Anglais en France et leur publications »

Inscription recommandée : 01 57 27 66 57 ou claire.tirefort@univ-paris-diderot.fr

Informations pratiques

Du 11 octobre 2017 au 20 janvier 2018
Hall de la bibliothèque et Galerie (2ème étage)

Bibliothèque des Grands Moulins
Université Paris Diderot Paris 7
Bâtiments Grands Moulins
5 rue Thomas Mann
75205 Paris Cedex 13

Le dossier de presse.

Commissaires de l’exposition : Bénédicte Deschamps et Stéphanie Prévost, Université Paris Diderot

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Soutenance de thèse d’Héloïse Conesa

Le 14 novembre 2017, Héloïse Conésa, chargée de la photographie contemporaine au département des Estampes et de la photographie de la BnF, soutiendra sa thèse intitulée La photographie espagnole contemporaine de 1970 à 2010 : miroir d’un pays en quête d’identité préparée sous la direction du professeur Michel Poivert.

Couv. de la revue « Nueva Lente », nº 38, avril 1975 : phot. de Jorge Rueda

Signalons que cette même année, Héloïse Conésa a assuré le commissariat des deux expositions, Dans l’atelier de la Mission photographique de la DATAR. Regards de 15 photographes et Paysages français : une aventure photographique,1984-2017.

Jury

  • Paul-Henri GIRAUD, professeur en études hispaniques contemporaines à l’Université Lille 3 Charles de Gaulle
  • Michel POIVERT, professeur en histoire de l’art (photographie), Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne
  • Pascal ROUSSEAU, professeur en histoire de l’art, Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne
  • Jacques TERRASA, professeur en civilisation espagnole contemporaine, Université Paris IV Paris-Sorbonne

Résumé

Dans l’Espagne de la fin du franquisme à nos jours, l’histoire socio-politique mouvementée dessine une ligne qui, de la dictature franquiste à la démocratie retrouvée, permet l’émergence d’une identité labile de la photographie espagnole oscillant entre l’alignement sur des modèles esthétiques et critiques dérivés de la postmodernité nord-européenne et américaine et la valorisation de spécificités créatives forgées par la culture péninsulaire.

Dans ce processus de quête identitaire, nous avons déterminé trois phases : d’abord, dans les dernières heures du franquisme et le début de la transition démocratique, sous l’égide de la revue Nueva Lente, s’affirme une  génération  militante de photographes qui s’ouvrent à la création internationale et à l’esthétique postmoderniste et dont le paroxysme en Espagne sera la Movida ; puis, de la fin des années 80 et jusqu’au milieu des années 90, l’apport critique de la revue PhotoVisión et en parallèle l’atomisation des pratiques photographiques du fait de l’essor des communautés autonomes suscite une réévaluation du modèle postmoderne ; enfin, au début du XXIème siècle, la redécouverte d’une filiation territoriale avec les pays du Sud et l’avènement de l’ère digitale, génèrent chez les photographes ibériques de nouveaux déterminants idiosyncrasiques à même de privilégier une forme de transterritorialité.

Abstract

In Spain from the end of  Francoism to nowadays, the animated sociopolitical history draws a line which, from the Franco dictatorship to the refound democracy, allows the emergence of an unstable identity of the Spanish photography oscillating between  the alignment on esthetic and critical models derived of the north-European and American postmodernity and the promotion of creative specificities forged by the Peninsular culture.

In this process of search for identity, we determined three phases: at first, in the last hours of the Francoism and the beginning of the democratic transition, under the aegis of the magazine Nueva Lente, a militant generation of photographers assert themselves and open to the international creation and to the postmodernist esthetics, paroxysm of which will be in Spain the Movida ; then, from the end of the 80s till the middle of the 90s, the critical impact of the review PhotoVisión and,  in parallel, the atomization of the photographic practices because of the development of autonomous communities arouses a revaluation of the postmodernist model ; finally, at the beginning of the XXIth century, the rediscovery of a territorial filiation with the countries of the South and the advent of the digital era, generate for the Iberian photographers new idiosyncratic determiners taking the shape of a transterritoriality

Soutenance

Le 14 novembre 2017

Bibliothèque nationale de France, site Richelieu (58 rue de Richelieu 75002), salle Richelieu 1  à 14h.

José Ortiz Echagüe à Avila

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

La traduction dans tous ses états : une performance-débat de l’Outranspo (Ouvroir de translation potencial)

L’Outranspo (Ouvroir de translation potencial) est un groupe de traducteurs, écrivains, chercheurs et musiciens hétéroclite et multilingue, qui se consacre joyeusement aux approches créatives de la traduction, notamment lors de réunions mensuelles et virtuelles.

Fondé en 2012 à Rochester (États-Unis), dans le sillage de l’Oulipo, il est véritablement actif depuis octobre 2014, à l’occasion du colloque « Traduire les littératures à contrainte » de Baltimore. « No a Proust ! » est devenu, par la force de l’anagramme, son cri de guerre.

La Bibliothèque de l’Arsenal invite l’Outranspo pour une conférence performée, animée par Camille Bloomfield, Université-Paris 13, auteure du livre Raconter l’Oulipo (1960-2000) (Honoré Champion, 2017).

Camille Bloomfield enseigne à l’Université Paris 13 et à l’Université de Genève. Spécialiste de l’Oulipo et auteure de plusieurs ouvrages sur le sujet, elle a notamment été commissaire de l’exposition « Oulipo, la littérature en jeu(x) » à la BnF en 2014 et membre du projet ANR DifdePo : Différences de potentiel : histoire, poétique et esthétique de l’Oulipo.

Informations pratiques

 

 

Enregistrer

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Journée d’Étude : Sensualité et sexualité en numismatique, 2 décembre

La Bibliothèque nationale de France et la Société française de Numismatique organisent le samedi 2 décembre 2017 une journée d’étude dédiée à la sensualité et à la sexualité en numismatique. Cette thématique s’inscrit dans le renouvèlement des sciences historiques et sociales, notamment l’histoire des sensibilités et les études de genre. Objets certes à la mode, ils n’ont cependant pas épuisé toutes les sources disponibles. Ainsi les objets monétiformes, dans leur matérialité, dans une vaste Europe méditerranéenne de l’Antiquité (le matin) aux époques médiévales et modernes (l’après-midi), seront abordés sous cet angle, permettant un croisement disciplinaire, géographique et chronologique inédit.

Le nombre de places étant limité à 50, merci de s’inscrire par courriel à sfnum@hotmail.fr

Les questions de l’iconographie et de la représentation de motifs sensuels et sexuels, des pratiques et des usages des objets qui les portent, ou encore du regard des historiens et numismates sur ceux-ci, seront au cœur de nos préoccupations.

Statère d’or armoricain, (IIIe siècle – 1re moitié du IIe siècle av. J.-C. (BnF, MMA, 6756)

Dans quelle mesure un motif iconographique était-il choisi pour susciter le désir ? Comment les usagers de la monnaie percevaient-ils ces choix et cela a-t-il influencé la circulation des espèces ? Des pièces de monnaie étaient-elles par ailleurs particulièrement réservées à certaines pratiques, comme les échanges de faveurs ? Enfin, comment nos devanciers ont-ils perçu la nudité ou l’érotisme figuré sur certains monnayages et à quel point leurs travaux en ont-ils été influencés ?

C’est autour de cette problématique en trois axes – conception, perception et utilisation à l’époque et perception a posteriori – que les intervenants vont livrer et partager leurs observations.

Programme :

Matinée (9h30-12h30) :

Présentation et introduction (Sylvie Steinberg et François de Callataÿ).

S. Berger et Fr. Wojan – « Il n’est pas donné à tout le monde d’aller à Corinthe » : sexe et monnaies en Grèce ancienne.

S. Nieto-Pelletier, J. Genechesi et St. Martin – Pour une approche genrée des monnayages celtiques : iconographie et usages de la monnaie au second âge du Fer

D. Hollard – La violente nudité de la déesse celtique des combats.

V. Drost – La question de la nudité sur le monnayage romain.

M.-A. Le Guennec – De l’usage de jetons à motifs érotiques : le dossier des spintriae romaines.

Après-midi (14h00-17h00) :

V. Geneviève – Viril ou insultant ? A propos d’un graffiti sur un léopard d’or.

Th. Cardon – « Le cœur humain recèle des bas-fonds qu’il ne faut pas trop sonder en détail » : méreaux médiévaux à l’iconographie sexuelle.

J. Jambu – Sensuelles, les monnaies modernes ?

Chr. Charlet – Les luigini « à la Mademoiselle ».

P. Baubeau – Fausse monnaie de la débauche et or du mariage à Nice à la fin du XIXe siècle.

Conclusion et perspectives (Sylvie Steinberg et François de Callataÿ).

Informations pratiques

Paris, Bibliothèque nationale de France, site Richelieu, Salle Emilie
du Châtelet et Salon d’honneur
Samedi 2 décembre 2017

Organisation : Thibault Cardon et Jérôme Jambu.
Présidence : Michel Amandry et Jérôme Jambu.
Discussion : Sylvie Steinberg et François de Callataÿ.
Le nombre de places étant limité à 50, merci de s’inscrire à sfnum@hotmail.fr
Un buffet sera organisé le midi sur place.
La séance ordinaire de la SFN se tiendra en début d’après-midi.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Colloque « Oscar-Vladislas de Lubicz-Milosz », Paris, 15-16 novembre 2017

L’Association des Amis de Milosz, l’Observatoire de la vie littéraire (OBVIL, Labex), la Société Historique et Littéraire Polonaise, la Bibliothèque Littéraire Jacques Doucet et le Centre de Recherche en Littérature Comparée de l’université Paris-Sorbonne organisent un colloque consacré à Oscar-Vladislas de Lubicz-Milosz.

Dans son recueil d’essais Une Rencontre, Milan Kundera a souligné la place singulière de Milosz dans la littérature française, revendiquant pour lui l’intouchable solitude d’un étranger.
L’étrangeté, voilà qui caractérise peut-être toute littérature authentique. Oscar Vladislas de Lubicz-Milosz (1877-1939), poète de langue française, n’a cessé de paraître étranger à ce monde, de par le rythme de sa langue, de par ses sujets de prédilection, comme par ses origines ou son métier de diplomate au service de la Lituanie. Resté étranger en France, bien que de nationalité française depuis 1931, il l’est demeuré après sa mort. Sa destinée littéraire est à l’image de ce qu’en a dit André Blanchet : « Un des poètes les plus vrais, un des plus hauts de notre langue et de toute langue. L’un des plus exigeants, l’un des plus complètement ratés. Mais raté comme Nerval et Baudelaire, comme Rimbaud et Verlaine. Comme Van Gogh ».
C’est afin de contribuer à mieux comprendre la portée de cette œuvre et le sens qu’elle peut prendre pour nous aujourd’hui, que se tient ce colloque, organisé par l’Association des Amis de Milosz, avec la Bibliothèque nationale de France, la Société Historique et Littéraire Polonaise, l’Observatoire de la Vie littéraire (Labex OBVIL), la Bibliothèque Littéraire Jacques Doucet et le Centre de Recherche en Littérature Comparée de l’Université Paris-Sorbonne.
Oscar-Vladislas de Lubicz-Milosz (1877-1939)

Programme

Oscar-Vladislas de Lubicz-Milosz. L’intouchable solitude d’un étranger

Première journée – mercredi 15 novembre 2017
MATINÉE
Présidente de séance : Maria Delaperrière

9h00 : Accueil des participants – Introduction de la journée

9h30-11h00
Oscar-Vladislas de Lubicz-Milosz – un poète polonais ?
Jan Zieliński (Varsovie)
Contexte et sous-texte des Zborowski : le héros solitaire se serait-il trouvé un Maître abramowskien ?
Katia Vandenborre (Bruxelles)
Entre deux rives. Milosz, la Pologne et la Lituanie (1916-1927) : une décennie d’efforts, de rêves et de ruptures
Julien Gueslin (Strasbourg)
Discussion – Pause : 11h00-11h15

11h15-12h15
Paradis de Milosz et de Kafka
Clément Layet (Paris)
Milosz – Wöhrle : deux solitudes poétiques croisées par la Lituanie
Philippe Edel (Strasbourg)
Discussion – Déjeuner : 12h30-14h15

APRÈS-MIDI
Président de séance : Olivier Piveteau

14h30-15h00
Milosz, poète du secret
Pierre Brunel, membre de l’Institut (Paris)

15h00-15h45
Milosz à l’opéra : autour du Don Juan de Mañara d’Henri Tomasi
Table ronde animée par Olivier Piveteau, avec la participation de Pierre Brunel, Benoît Sitzia (compositeur) et Claude Tomasi (biographe d’Henri Tomasi).
Discussion – Pause : 16h00-16h30

16h30-17h45
Récital poésie et musique
Avec le comédien Francis Coffinet (lecture de poèmes de Milosz) et le musicien Etienne Champollion (piano, accordéon)

Deuxième journée – jeudi 16 novembre 2017
MATINÉE
Président de séance : Christophe Langlois

9h : Introduction de la journée

9h30-11h
Etude stylistique de l’épanalepse dans la poésiemiloszienne : une modalité itérative au service de la »réintégration » du « Séparé de lui-même »
Dorgelès Houessou (Bouaké)

L’intarissable silence d’un lieu sans âge. Un legs de Milosz pour notre temps
Elettra Bordino Zorzi (Trévise)

Lire Milosz en langue étrangère. Étude comparéed’une dizaine de poèmes traduits en anglais et en lituanien
Viktorija Skrupskelytė (Kaunas)

Discussion

11h15-12h15
La cosmologie de Milosz, George Sarton et l’histoire des sciences
David Palmieri (Boston)

L’épisode de David et Bethsabée selon Milosz :solitude, vision et mystère dans Méphiboseth
Olivier Piveteau (Rochefort)

Discussion

APRÈS-MIDI
Président de séance : Thierry Laurent

14h30-15h30
Oscar Milosz dans le contexte de la poésie lituaniennede l’exil
Nijolė Kašelionienė (Vilnius)

Oscar Milosz dans le champ littéraire lituanien
Genovaitė Dručkutė (Vilnius)

Discussion

16h-17h30
Milosz, source d’inspiration
Table ronde animée par Jean-Baptiste Para (revue Europe), avec les poètes et écrivains Olivier Barbarant,Marie Étienne, Hubert Haddad et Christophe Langlois.

17h30 : Clôture du colloque

Informations pratiques

Première journée de ce colloque le 15/11/2017 : Bibliothèque polonaise de Paris – 6, Quai d’Orléans, 75004 Paris
Réservation indispensable auprès de info@amisdemilosz.com ou 06 88 91 61 77

Deuxième journée le 16/11/2017 : Bibliothèque de l’Arsenal – 1, rue de Sully 75004 Paris
Réservation indispensable auprès de visites@bnf.fr ou 01 53 79 49 49

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Le mur du son. Quand le son fait sens

Dans son dernier numéro, la revue de la Bibliothèque nationale de France décide de « franchir le mur du son », pour dévoiler la charge de sens – culturel, social… – que dissimule cet ensemble de réalités sensibles. Si le son est une réalité physique omniprésente, il n’est devenu un objet autonome de savoir que récemment avec l’avènement des « sound studies ». Il ne se limite pas aux innovations techniques en matière de captation et de diffusion, mais embrasse les approches historiques, philosophiques et politiques se rapportant à cet objet familier.
Mettre en valeur la richesse et l’étendue des recherches qui sont aujourd’hui consacrées au son en traitant de sa dimension sensible, acoustique et technique et de son « historicité », telle est l’ambition de ce nouveau numéro, qui fait le constat que l’on n’entend pas de la même manière selon les lieux et les époques.
Comment entendre les sons du passé ? C’est la question que posent certains historiens du sensible tels qu’Alain Corbin dans son ouvrage pionnier Les Cloches de la terre. Ce à quoi tente de répondre également
le projet Bretez de reconstitution sonore du Paris du XVIIIe siècle. Ces approches se concentrent sur la question de la « fidélité », de l’authenticité de la restitution sonore, à l’opposé des pratiques des sound designers. Cette modernité dans la conception du son est au cœur de l’évolution historique du cinéma, de son écriture contemporaine et de l’histoire du jeu vidéo.
L’exploration du son dans le temps permet de confronter nos expériences d’écoute de la musique à celles d’autres aires géographiques : la définition d’une « bonne » écoute lors d’un concert ne sera pas la même en Inde ou en France. Certain sons sont jugés harmonieux ou inacceptables en fonction des époques, des lieux, des contextes. L’hypersensibilisation actuelle au bruit et aux nuisances témoigne par ailleurs d’une volonté nouvelle de s’isoler, souvent au détriment de l’identité sonore des villes.
Le son et la musique sont à l’honneur de la 2ème édition du Hackathon organisé par la BnF les samedi 25 et dimanche 26 novembre prochains, un événement qui réunit curieux et passionnés afin d’imaginer de nouveaux services et usages pour les données numériques de la BnF.

Sommaire

Éditorial, Ève Netchine, page 3

Dossier : Le mur du son, Bertrand Dicale, Pascal Cordereix, p. 9 à 11.

La leçon des cloches. Entretien avec Alain Corbin. Propos recueillis par Bertrand Dicale, et Pascal Cordereix, p. 12 à 19.

Sound studies. Sons de l’histoire et histoires du son, Philippe Le Guern, p. 21 à 29.

Archéologie du paysage sonore. Reconstruire le son du passé, Mylène Pardoen, p. 30 à 39.

Le ronéophone Pathé, au cœur de l’enquête des Ardennes, Pascal Cordereix, Luc Verrier, p. 40 à 51.

Les inventeurs de sons inouïs. Entretien avec Laurent de Wilde. Propos recueillis par Bertrand Dicale, p. 52 à 59.

À l’écoute du regard. Composer pour le cinéma indépendant aujourd’hui, Philippe Langlois, p. 60 à 69.

De Pong à Mario, quand le son devient musique, Jean Zeid, p. 70 à 76.

Les antonymes : les créatures sonores ambulantes, Azadeh Nilchiani, p. 77 à 87.

Nuisances sonores. Réflexion critique et principes opérationnels, Pascal Amphoux, p. 88 à 101.

Essai de géographie du son, du silence et de la nuisance, Henri Tournier, p. 102 à 113.

Autour d’une œuvre : Chronique d’une matinée poétique. Guillaume Apollinaire aux Archives de la parole, Pascal Cordereix, p. 114 à 125.

Découverte : « Rendre vie à une lettre, c’est entendre sa voix ». Roger Druet, Sophie Nawrocki, p. 126 à 137.

Galerie : Label image. Pochettes de disques 78 tours, Lionel Michaux,
p. 138 à 147.

Histoire de la bibliothèque : La Bibliothèque nationale au début du XIXe siècle. Visite guidée, Charles-Éloi Vial, p. 148 à 161.

Inédit : En direct de l’histoire : les archives sonores de Chronique d’un été, Frédérique Berthet, p. 162 à 173.

Portrait : Marcelle Lalou, une tibétologue à Paris, Emanuela Garatti, p. 174 à 183.

Informations pratiques

Revue de la BnF – Le mur du son
Sous la direction de Bertrand Dicale, journaliste spécialisé dans les musiques populaires et la chanson française et Pascal Cordereix, chef du service son au sein du département de l’Audiovisuel de la BnF.
17 x 24 cm, 184 pages, 120 illustrations, 25 euros
ISBN/EAN978-2-7177-2734-0 / 9782717727340
Parution : 12 octobre 2017

Enregistrer

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Colloque « Droit(s) et Gastronomie », 17/11/2017

Comment définir la gastronomie ? Peut-être l’art de jouir, de manière raffinée, de la fonction qui consiste à s’alimenter ; l’hédonisme de la bonne chère, en quelque sorte. De Brillat-Savarin à Instagram, la passion des Français pour la gastronomie ne s’est jamais tarie même si les goûts ont changé.

Confrontée au droit, la gastronomie se présente d’abord comme un élément du patrimoine, voire un art, avant d’être un enjeu économique et sociétal. En tant qu’art (même mineur), en tant qu’élément du patrimoine culturel, la gastronomie mérite-t-elle une protection juridique ? Si tel est le cas, comment peut s’opérer cette protection ? Les sites de partage en ligne tels que Tripadvisor emportent-ils de nouveaux besoins de protection pour les chefs ? Partie prenante des échanges humains et des repas d’affaires, dans quelle mesure est-elle prise en compte par les droits de la distribution, de la consommation, du travail ou de la santé, et par les accords internationaux encadrant la liberté du commerce ?

Pour répondre à ces interrogations, le colloque entend confronter différents points de vue et jeter des ponts entre des disciplines qui ont rarement l’occasion de se rencontrer. C’est donc dans le cadre d’un dialogue pluridisciplinaire constructif que sera proposée cette approche juridique de la gastronomie par les chercheurs associés. Des professionnels de la gastronomie participeront également à cette réflexion.

Programme

9h00 : Accueil

9h30 : Ouverture
Sylviane Tarsot-Gillery, Directrice générale, BNF
Anne Fauchon, Doyen de la Faculté de Droit, Sciences politiques et sociales, Université Paris13 – Sorbonne Paris Cité

9h45 : Introduction
Didier Guével, Professeur de droit privé, Doyen honoraire, Université Paris 13 – Sorbonne Paris Cité

9h55 : Témoignage d’un chef
Adeline Grattard, Yam’tcha

1 – La gastronomie, patrimoine culturel et artistique

Présidence de session : Bernard Haftel, Professeur de droit privé, Université Paris 13 – Sorbonne Paris Cité

Protection et valorisation du patrimoine

10h15 : Le repas à la française, patrimoine mondial
Isabelle Chave, Conservateur en chef du patrimoine, Direction des patrimoines, Ministère de la culture

AOC, AOP et terroirs
Philippe Tanchoux, Maître de conférences en histoire du droit, Université d’Orléans

Le corpus numérique « Gastronomie » de la BNF
Dominique Wibault, Chargée de collections en gastronomie, BNF
Coline Arnaud, chercheur associée à la BNF

Débats

11h30 : Pause

Du patrimoine à l’art

11h45 : Le 17ème siècle, naissance de la grande cuisine française
Frédéric Manfrin, Chef du Service Histoire, BNF

« L’artification » de la gastronomie
Roberta Shapiro, Chargée de recherches en sociologie, Ministère de la culture

La protection des recettes par le droit de la propriété intellectuelle
Nathalie Blanc, Professeur de droit privé, Université Paris 13 – Sorbonne Paris Cité

Débats

13h00 : Déjeuner libre

2 – La gastronomie, enjeu économique et sociétal

Présidence de session : Catherine Aurérin, Directrice du Département Droit Economie Politique, BNF

Enjeux de santé et de consommation

14h15 : Les enjeux de santé publique
Serge Hercberg, Professeur de médecine, Université Paris 13 – Sorbonne Paris Cité

Protection du consommateur et droit pénal
Stéphane Detraz, Maître de conférences en droit privé, Université Paris Sud

Le gastronome responsable
Géraldine Goffaux-Callebaut, Professeur de droit privé, Université d’Orléans

Débats

15h35 : Pause

Enjeux de souveraineté et perspectives

15h55 : Tafta, Ceta et autres accords internationaux
Dominique Plihon, Professeur d’économie, Université Paris 13 – Sorbonne Paris Cité

Droit européen : harmonisation ou uniformisation de nos assiettes ?
Jean-Paul Branlard, Maître de conférences en droit privé, Université Paris Sud

Et demain, que mangera-t-on ?
Nathalie Dion, Maître de conférences, Université d’Orléans
Raphaël Haumont, Maître de conférences, Université Paris Sud, Chaire universitaire « Cuisine du futur »

Débats

17h15 : Propos conclusifs
Marie Cornu, Directrice de recherches, CNRS

Direction scientifique

• Catherine Aurérin (Directrice du Département Droit, Economie et Politique, BnF)
• Géraldine Goffaux Callebaut (Professeur de droit privé, Université d’Orléans)
• Didier Guével (Professeur de droit privé, Doyen honoraire de la Faculté de Droit et Sciences politiques et sociales, Université Paris 13)
• Dominique Wibault (Chargée de collections en gastronomie, BnF)

Colloque organisé par la BnF, l’Institut de recherche pour un droit attractif (IRDA – université Paris 13), le Centre de recherche juridique Pothier (CRFJP – université d’Orléans).

Informations pratiques

Vendredi 17 novembre 2017 – 9h30-18h
Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand, Quai François-Mauriac – Paris 13e, Petit auditorium

Entrée gratuite sur inscription obligatoire avant le 13 novembre via ce formulaire

Renseignements : irda@univ-paris13.fr
Manifestation validée au titre de la formation continue des avocats

Enregistrer

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts