Florence Menez, docteure

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10536788kFlorence Ménez, gestionnaire de collections de langue et littérature italiennes au département Littérature et art de la BnF a obtenu le titre de docteur avec une mention très honorable, assortie des félicitations du jury. Elle est encouragée à publier les résultats de sa thèse intitulée « La parabole de la palourde : ontogénèse d’un attachement inter-spécifique dans la lagune de Venise. Ethnographie de son récit biographique », et préparée sous la direction de MM. Philippe Descola, EHESS et Glauco Sanga, Università Ca’ Foscari, Venise.

Jury

Le jury était présidé de : Mme Nadia Breda, professeur, Università degli studi di Firenze

Résumé de la thèse

Fondée sur une enquête de terrain menée dans la lagune de Venise entre 2009 et 2014, cette thèse vise à montrer les processus d’intégration à l’oeuvre lors d’une invasion biologique animale, en mettant l’objet de recherche, soit la palourde Philippine en tant qu’actif et actant, au centre des interactions, et en observant la manière dont les différents acteurs (palourde, pêcheurs, néo-pêcheurs et institutions), nouent des relations interspécifiques qui redéfinissent les ontologies de chacun dans une complexité partagée en constante mutation. Dans un territoire tiraillé par de multiples intérêts commerciaux, industriels, écologiques, touristiques, tapes philippinarum, espèce exotique envahissante, est devenue une source de prospérité inespérée et un vecteur de controverses écologiques et sociales depuis son introduction volontaire en 1983. La thèse est divisée en deux parties : la première concerne la définition de l’identité de la palourde, alors qu’usages, représentations, savoirs et pratiques redessinent les frontières de l’alterité. Pour rendre cette palourde singulière « bonne à manger », des stratégies discursives, législatives et techniques sont engagées. Une mythographie de l’abondance et un questionnement des catégories permettent l’hybridation de la sauvage et étrangère « palourde à la dioxine » en domestique « indigène » puis en « palourde d’Etat ». La seconde partie développe les actions matérielles, les innovations techniques, la législation et les politiques environnementales. Passant de la dynamique de la prédation à la contrainte institutionnelle de l’élevage, les pêcheurs s’hybrident eux aussi pour s’approprier une palourde qui résiste à la domestication.


Image de une : La marchande de palourdes : [estampe] ([2e état]) / Jean Emile Laboureur. Source : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10536788k


Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *