Prix Benabou/Aguirre-Basualdo pour la thèse de Cécile Kubik

Dans ce carnet de recherche nous avions annoncé la soutenance de thèse de Cécile Kubik, musicien chercheur invité Pasteur Vallery-Radot 2014-20151. Aujourd’hui, quelques nouvelles de la suite de son parcours.

Sa thèse intitulée Penser l’interprétation des sonates françaises pour piano et violon au XIXe siècle (1800-1870) : des sources au concert, s’est vue décerner le Prix Benabou/Aguirre-Basualdo pour l’année 2017, dans le cadre des Prix de la Chancellerie des Universités de Paris dont la cérémonie de remise des prix s’est tenue le 5 décembre 2017 au Grand Amphithéâtre de la Sorbonne.

Les prix solennels récompensent l’excellence de la valeur universitaire et scientifique d’une thèse de doctorat soutenue au cours de l’année civile précédant l’année d’attribution. Ils s’adressent à tous les étudiants franciliens en droit et sciences politiques, sciences économiques et gestion, médecine et sciences, lettres et sciences humaines et pharmacie. Sur les 15 prix en Lettres et Sciences Humaines, seul l’un d’entre eux était destiné aux arts et à l’histoire ancienne. La musicologie n’a qu’une seule fois remporté les faveurs du jury dans l’histoire des Prix de la Chancellerie.

Avec cette distinction, c’est aussi le doctorat de Musique : Recherche et Pratique (Université Paris-Sorbonne/CNSMDP), qui obtient une reconnaissance.

Comme l’écrit Gilles Pécout, recteur de la région académique Île-de-France et de l’académie de Paris, Chancelier des universités, dans le livret des lauréats 2016 :

Loin de couronner seulement la fin d’un cursus, ces prix marquent aussi le début d’un parcours prometteur, et doivent contribuer à aider tous les jeunes docteurs primés à réaliser leurs ambitions dans la poursuite de leur carrière, notamment pour ceux d’entre eux qui deviendront chercheurs ou enseignants-chercheurs. C’est une reconnaissance académique marquante de leurs talents quoi doit les encourager à continuer leurs travaux, avec la même exigence et la même liberté, dans la voie qu’ils ont commencé à tracer.

Formons le vœu que cette ancienne  musicienne-chercheuse associée puis musicienne-chercheuse invitée Pasteur Vallery-Radot à la Bibliothèque nationale de France (BnF) ainsi récompensée trouve, après sa qualification aux fonctions de maître de conférences (sections 18 et 22) un poste lui permettant de faire fructifier le doctorat « Recherche et Pratique ».

On peut toutefois s’étonner qu’un tel doctorat soit mis en place sans que la question du débouché professionnel permettant à la fois de mener des activités de recherche-enseignement et une pratique musicale n’ait été imaginé car, dans les faits, les postes proposés aux docteurs-interprètes concernent soit la recherche (maître de conférences en musicologie), soit l’enseignement dans les conservatoires et pôles supérieurs de musique. Rien encore ne semble leur permettre de poursuivre leur double activité professionnellement tout en étant évalués pour cette double compétence. Cécile Kubik, qui avait rendu compte des apports mais aussi des limites de ce doctorat « Recherche et Pratique », plaidait dès 2015 pour la création d’un statut d' »enseignants-chercheurs-interprètes »2.

  1. Soutenance de thèse de Cécile Kubik, musicien chercheur invité Pasteur Vallery-Radot 2014-2015, https://bnf.hypotheses.org/1135 []
  2. Cécile Kubik, « A propos du doctorat de musique « Recherche et pratique »», Hermès, 1er décembre 2015. Disponible en ligne, url : <https://hermes.hypotheses.org/44> []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *