Florence Ménez

Le Carnet de la BnF se propose de publier des portraits de chercheurs pour donner de la chair à des projets et acronymes et donner à voir qui sont les femmes et les hommes qui incarnent l’activité scientifique à la BnF.

Aujourd’hui le Carnet accueille Florence Ménez, qui fut gestionnaire de collections en langue et littérature italiennes de 2012 à 2016 au au service Littératures du monde du département Littérature et art.

Florence Ménez

Quel est votre parcours ?

Mon parcours est double puisque j’ai suivi à la fois une formation à l’anthropologie et aux métiers du livre. En novembre 2015, j’ai soutenu une thèse de doctorat en cotutelle entre l’EHESS et l’Université Ca’ Foscari de Venise en anthropologie sociale et ethnologie ainsi qu’en histoire sociale européenne (http://www.theses.fr/2015EHES0665). Ma thèse porte sur un objet qui peut sembler très étrange mais qui de fait est au croisement des préoccupations actuelles en matière de relations à l’environnement, à l’altérité, d’élaboration des frontières entre le domestique et le sauvage, entre l’allochtone et l’autochtone. J’ai en effet étudié les modes relationnels qui se sont tissés dans la lagune de Venise et dans le delta du Pô entre différents acteurs et actants (pêcheurs, gestionnaires de l’environnement, riverains) autour et à cause d’une prolifération de Tapes philippinarum (appelées palourdes japonaises en France) à partir de la fin des années 80. En ce qui concerne mon parcours professionnel, il a débuté par un DUT Métiers du livre grâce auquel j’ai ouvert en 1993 une librairie, et ai rempli par la suite des missions de documentaliste (entre autres à Brest au Cedre, Centre de documentation et de recherche sur la pollution accidentelle des eaux), puis en BDP1 et en BM2. En 2003, j’ai intégré par concours la fonction publique d’Etat. J’ai été nommée à la Bibliothèque du Musée de la Marine au Trocadéro puis à la BnF où je suis restée pendant 11 années très riches –avec une interruption d’un an pour congé-formation pour ma thèse. En septembre 2016, j’ai obtenu ma mutation pour la BU du Campus de Schoelcher, au pôle Martinique de l’Université des Antilles. J’y suis responsable des fonds de littérature et de linguistique française, francophone, anglophone, de la culture générale et de la bande-dessinée. Je suis également coordinatrice de la valorisation des collections et chargée d’une session de méthodologie documentaire à destination des masters en sciences de l’éducation.

Quels sont vos domaines de recherches actuels ?

Je continue ce double parcours car je suis chercheure affiliée au Laboratoire d’anthropologie sociale (EHESS) tout en étant en poste en BU. Je me suis penchée jusqu’à présent sur les représentations des proliférations des algues puis des palourdes, et sur les stratégies discursives de réappropriation du territoire après les marées noires, ce qui m’a amené à me servir des cadres théoriques de l’anthropologie de la nature, de l’ethnographie maritime et de l’anthropologie de l’alimentation. Membre du GT-IBMA (Groupe de travail national – Invasions biologiques en milieux aquatiques, de l’UICN), je mène actuellement des recherches sur les espèces invasives, et les incidences de celles-ci sur l’imaginaire collectif et sur les pratiques des populations locales, notamment le processus de patrimonialisation de ces espèces à travers la gastronomie : par exemple comment des vieilles recettes anglaises ont été retrouvées pour faire des fricassés de ces écureuils que vous pouvez voir pulluler dans les jardins londoniens ; ou les stratégies discursives et pratiques pour que le poisson-lion, qui pond jusqu’à 30 000 œufs tous les 4 jours, soit intégré dans les recettes caribéennes. Cependant, j’essaye de rapprocher mon métier et mon champ de recherche en m’orientant de plus en plus vers l’ethnographie de la lecture, l’étude des publics. Cette année, à l’Université des Antilles, j’ai été chargée de l’enseignement à l’Université des Antilles de Découverte des métiers de l’édition et du livre pour les L2, qui m’a permis d’approcher la dynamique des pratiques de lecture et d’écriture des étudiants, qui passent avec facilité du papier au numérique, sur ordinateur ou téléphone portable.

Quels aspects considérez-vous comme les plus marquants de votre carrière ?

Un des aspects est l’hétérogénéité de mes activités et des lieux du livre dans lesquels j’ai exercé, qui me permet de me considérer comme une sorte de transfuge entre la recherche et la lecture publique. Cette diversité également formatrice permet une adaptabilité d’un public à un autre, d’un monde à un autre. Au cours de ma carrière j’ai ainsi fait des entretiens d’accréditation pour le rez-de-jardin de la BnF avec des doctorants d’Helsinki, des professeurs du MIT, des chercheurs français ou japonais, alors que précédemment pour une BM en milieu semi-rural, j’ai été médiatrice du livre, ce qui impliquait d’animer des séances de lecture en maison de retraite et en crèche, et de faire du portage de livres à domicile. Cette variété de rencontres dans des mondes différents de par l’espace, l’origine, les rôles sociaux, je la retrouve aussi dans mes recherches : j’ai ainsi mené des entretiens avec des Gardes des finances, des policiers, des gestionnaires du territoire vénitien dans des administrations souvent logées dans des palais du centre historique ; et pendant d’autres séjours, je me suis installée au sud de la lagune sur une petite île, ou dans la commune de Chioggia surnommée la « Naples du Nord » par les habitants du centre historique vénitien pour y faire des observations participantes et des entretiens avec des pêcheurs ou d’anciens braconniers.

Quelles sont les applications de vos recherches ? Le quotidien d’un bibliothécaire-chercheur, c’est quoi au juste ?

En lagune de Venise j’ai tenté d’ouvrir un dialogue entre les gestionnaires et les pêcheurs mais je n’ai pas mené d’anthropologie appliquée qui aurait nécessité une mise en place sur plusieurs années afin d’apaiser des incompréhensions et des conflits latents ou directs. Je me suis contentée d’un travail de recherche, avec la préparation d’articles, de communications, qui est désormais nourri par le travail en bibliothèque, au cœur de la diffusion des connaissances, de l’expression des objets et des paradigmes de recherche. Ce qui découle de la formation anthropologique, avec les enquêtes sur le terrain, les observations participantes, les pratiques diaristes, permettent, à mon sens, de développer une capacité d’objectivation des tâches, même les plus techniques comme le catalogage. Il est vrai aussi que mes domaines de recherche sont proches des domaines professionnels : à la Bibliographie française –Livres je m’occupais des ouvrages de sciences sociales arrivées par dépôt légal. Ensuite au Département Littérature et art, j’étais gestionnaire des collections de littérature et linguistique italiennes. Dans mon poste actuel, je vois aussi bien cette relation théorique et pratique entre anthropologie et traductologie, entre sciences humaines et littérature, d’autant mieux que mes travaux de recherche puisent dans différents registres du réel et de l’imaginaire. Etant dans un entre-deux entre bibliothèque et recherche, je cherche à développer des applications concrètes : ainsi j’organise en ce moment une demi-journée d’études sur la bande-dessinée qui aura lieu en octobre dans le cadre du Festival de la BD de La Caravelle en Martinique.

Le moment où vous vous êtes dit : je veux faire de la recherche ?

Plus que de moment, d’instantané, ce serait plutôt un long processus de décantation de l’expérience personnelle qui m’a amené à considérer la recherche comme une aventure que je pouvais faire mienne. Le début du processus, je peux par contre le dater : c’était en 1983, lorsque, adolescente, je vivais avec ma famille dans une ville industrielle du Nord du Mexique. Lors de vacances à Mexico, nous avons visité le musée national d’anthropologie. J’ai une vision très nette, alors que nous nous approchions du bâtiment recouvert de mosaïques se détachant sur le ciel bleu, et je me souviens aussi que les cinq syllabes du mot « anthropologie » m’ont impressionné car leur signification dépassait le simple individu que j’étais. Dans mon souvenir, les visiteurs passaient d’une salle sombre à l’autre, où derrière des vitrines se trouvaient des reconstitutions de scènes de la vie quotidienne. Tout cela était figé bien-sûr -c’était la vision très naturaliste que l’on donnait à l’époque de la diversité des cultures-, et ces mises en scènes contrastaient avec l’âpreté de la vie à l’extérieur du musée, la pluralité des groupes ethniques. C’est au cours de ce séjour que les rapports de classe et de pouvoirs –entre autres, car c’est bien plus complexe- me sont apparus, mais je ne possédais pas les outils à l’époque pour décrypter les mécanismes sociaux. De ce séjour dans un ailleurs, j’ai adopté le « regard éloigné » dont parle Lévi-Strauss, et j’ai gardé la sensation d’être en décalage. Ce n’est pas pour autant que la discipline anthropologique m’apparait comme une méthode cathartique, mais comme une démarche réflexive qui permet de voir les différentes expériences « d’être au monde ». Pour étudier ces différentes expériences, et notamment dans des moments de crises, je me suis mise à faire de la recherche à partir de 1999 lorsque j’étais en maîtrise d’ethnologie à l’Université de Bretagne Occidentale, et lorsque je suis partie sur le terrain à Venise en 1999 pour enquêter sur les représentations des populations locales à propos des invasions algales.

Quel objet patrimonial de la BnF vous a particulièrement marqué ?

Il me parait ardu de distinguer un seul objet patrimonial parmi toute la richesse conservée à la BnF, entre les Globes de Coronelli, la collection Charles Cros, les manuscrits d’écrivains, les dessins, les cartes, les objets conservés à la Bibliothèque de l’Opéra, etc. J’en citerais tout-de-même un, car c’est une curiosité peu connue : il s’agit du cœur de Voltaire. Après un parcours sinueux retracé par Nathalie Buisson, il a été conservé pendant des décennies,  jusqu’en 2010, à l’intérieur de la statue de Voltaire à Richelieu3.

En-dehors de la BnF et de la recherche quels sont vos loisirs et passions ?

L’art sous toutes ses formes, notamment l’architecture et les arts décoratifs des années 1900 à 1960 environ, les voyages en train, la lecture, la voile côtière, les promenades urbaines. Sans oublier le bibliotourisme : arriver dans une bibliothèque partout dans le monde précédée du prestige de la BnF ouvre des portes insoupçonnées, et provoquent toujours des échanges entre professionnels du livre. Je me souviens par exemple de la visite de la bibliothèque Ursino Recupero dans le Monastère des bénédictins de Saint Nicolas (à Catane, en Sicile), dans le sous-sol de laquelle des étagères de livres jouxtent des coulées de lave fossilisées, ou de celle de la petite bibliothèque municipale de Luzzara, une commune d’Emilie Romagne le long du Pô, où est conservé un fonds patrimonial d’une figure du néoréalisme, Cesare Zavattini, originaire du lieu, et où il envoyait tous ses livres.

Quelles sont vos plus belles réussites ?

Une de mes plus belles réussites est d’avoir pu conjuguer sans trop de heurts mon métier, ma recherche et ma vie familiale. On ne soupçonne pas le pouvoir invasif de cette palourde philippine ! A cause de ce petit mollusque acéphale, la thèse s’est souvent transformée de recherche solitaire en véritable entreprise familiale et amicale où les rôles ont été distribués et redistribués au fil du cheminement : mes parents ont relu, corrigé des chapitres, émis des critiques, mon compagnon a vérifié des transcriptions d’entretiens. Et plus que de simples auditeurs, mes enfants ont été des acteurs et des auditeurs, proches ou à distance, de ma recherche sur le terrain et pendant la phase d’écriture. Ils ont vécu des années avec des histoires –parfois des légendes- de palourdes, et sans que celles-ci, heureusement, ne soient trop traumatiques ! Ils ne se sont lancés ni dans la biologie marine ni dans l’anthropologie puisque ma fille va entamer sa 5ème année de médecine à Paris-Diderot et mon fils vient d’obtenir son Brevet des métiers d’art en ébénisterie à l’Ecole Boulle.

Je suis aussi heureuse d’avoir pu organiser la soutenance de thèse à Venise et la venue de Mr Philippe Descola, de Mme Florence Brunois-Pasina et de Mme Christine Paillard, qui ont rejoint mes directeurs italiens Mr Glauco Sanga, Mr Francesco Vallerani et Mme Nadia Breda. Qui plus est –par un hasard de dernière minute car la salle que j’avais réservé, aménagée par Carlo Scarpa, mon architecte italien préféré, se révéla trop petite-, la soutenance s’est déroulée dans la splendide salle Marino Berengo, qui par les fenêtres de style gothique vénitien donne sur le Grand canal, au 1er étage du palais central de l’Université Ca’ Foscari. Il était important d’amener dans un lieu hautement symbolique la parole des pêcheurs, quand on sait combien celle-ci fait l’objet d’une négation, alors que les historiens notent qu’elle était sollicitée par le doge lors de la République Sérénissime.

Sur le plan professionnel, j’ai pu réaliser certains projets au sein du Département Littérature et art, dont des collaborations avec la Cinémathèque et avec l’Institut culturel italien lors du cycle et de l’exposition sur Michelangelo Antonioni. Restera aussi marquante la campagne de collecte des sites sur l’attentat contre Charlie-Hebdo pour les Archives de l’internet, coordonnée par Christine Genin, conservatrice au Département Littérature et art, que j’ai mené pour le service Littératures étrangères.

Et puis, sur un plan d’engagement citoyen, je suis aussi assez fière de la création de l’AMAP4 de la BnF. C’est une idée que j’avais proposé en 2009 à Michael Thevenin, alors en poste à l’Association du personnel de la BnF, à mon retour d’un séjour à Robecco-sul-Naviglio, une petite commune près de Milan où les parents d’une amie entretenaient un véritable éden et  étaient inscrits dans un GAS (Groupement d’achats solidaires).

Quelles sont, selon vous, les principales qualités que doit avoir un chercheur ?

Les principales qualités selon moi sont l’honnêteté intellectuelle dans l’enquête de terrain, envers les interlocuteurs, dans les observations, la collecte d’entretiens et dans la restitution, mais aussi envers les autres chercheurs, c’est-à-dire mener une réflexion éthique sur le traitement de ses données, restituer au plus juste, ne pas dévoyer les discours, ne pas empiéter sur un terrain de recherche et reconnaître aux autres chercheurs leurs apports. Et devant la palette infinie des savoirs et de leurs mises en pratique, reconnaître aussi avec modestie son ignorance, moteur de la recherche.

Quelle est, pour vous, la découverte majeure qui a pu influer sur l’histoire de l’humanité ?

En tant que bibliothécaire, je parlerais de l’invention des figures graphiques pour exprimer un concept, donc de la conceptualisation du langage, le long processus qui a fait en sorte que les différentes représentations du monde soient fixées, deviennent lisibles, transmissibles, tout en gardant leurs particularités. Il a fallu la volonté un jour de fixer les comptes, le début d’une inscription de l’histoire quotidienne, qui donne ensuite naissance aux récits épiques, aux romans, à une fixation de la mémoire, à des textes qui se déroulent encore aujourd’hui à travers l’espace. Et ce qui est très intéressant est que ces signes, ces symboles graphiques, outre d’être des moyens de communication, jouent sur les structures cognitives, des tablettes sumériennes aux nouvelles écritures sur portable incluant les émôticones.

Quelle place accordez-vous au hasard (opportunités, rencontres, chance…) dans votre travail de recherche ?

Le hasard, cette réalisation d’une rencontre, malgré sa potentielle grande improbabilité, a une place essentielle pour moi. Le hasard est bien à l’origine des prémices de ma recherche, mais aussi de l’existence même de mon objet de recherche. Ainsi c’est par une suite de hasards que la palourde philippine a été inséminée à la place d’une autre espèce, et qu’elle a rencontré dans la lagune de Venise son « habitat idéal ». C’est aussi tout-à-fait par hasard, en rencontrant mon professeur d’ethnologie à l’Université de Bretagne Occidentale, que j’ai fait mon terrain à Venise. Originaire du Trentin Haut-Adige, il avait obtenu en 1999 la coordination du versant anthropologique du programme INVABIO du Ministère de l’aménagement du territoire et de l’environnement. Le terrain ensuite est fait de hasards, de rencontres en arborescence. Ainsi c’est par hasard, au cours d’une virée dans un casino en Croatie avec mes interlocuteurs de l’île de Pellestrina, que j’ai pu découvrir comment la palourde –véritable manne financière et donc possibilité de sortir d’une endogamie jusque-là très marquée- avait non seulement influencé de manière notable les trajectoires sociales des différents acteurs de la lagune mais aussi les stratégies matrimoniales. Il m’est donc impossible de penser sans la possibilité qu’un hasard se révélera prometteur. Pour preuve : si vous flânez du côté de la rade de Brest, vous tomberez peut-être sur un petit voilier des années 60 que nous avons restauré en 2008 et baptisé « Le Par hasard ».

  1. NDLR : Bibliothèque départementale de prêt []
  2. NDLR : Bibliothèque municipale []
  3. Cf. Nathalie Buisson, Le cœur de Voltaire : un secret bien gardé, http://www.bnf.fr/documents/lettre_cons_32_art2.pdf []
  4. NDLR : Association pour le maintien d’une agriculture paysanne []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *