Parution de l’édition électronique du « Livre persan » de Francis Richard

Parution de l’édition électronique des conférences sur le livre persan proposées par Francis Richard dans le cadre des conférences Léopold Delisle organisées par la Bibliothèque nationale de France.

9782717720655L’auteur :

Francis Richard, conservateur de 1974 à 2003 à la division orientale du département des Manuscrits de la BnF,  puis directeur du nouveau Département des arts de l’Islam du Louvre et ensuite directeur scientifique de la BULAC jusqu’à son départ à la retraite en décembre 2014, était chargé du fonds persan et de la rédaction de son catalogue. Il a publié, en 1989, un Catalogue des manuscrits persans, I, Ancien fonds (BN) et, en 1997, un catalogue d’exposition : Splendeurs persanes. Manuscrits du XIIe au XVIIe siècle (BnF); il s’intéresse à la codicologie (ayant publié, en 1997, avec F. Déroche, à la BnF, Scribes et manuscrits du Moyen-Orient et participé à la rédaction du Manuel de codicologie des manuscrits en écriture arabe, BnF, 2000), aux manuscrits enluminés (Les Cinq Poèmes de Nezâmi. Chef-d’œuvre persan du XVIIe siècle, Paris, Anthèse, 1995) et à l’histoire de l’orientalisme (Raphaël Du Mans, missionnaire en Perse au XVIIe siècle, L’Harmattan, 1995). Il a également fait paraître de nombreux articles sur ces sujets dans diverses revues.

Le cadre :

Le cycle des conférences Léopold Delisle est organisé par la Bibliothèque nationale de France avec le soutien d’Henri Schiller, collectionneur, bibliophile.
Les conférences Léopold Delisle offrent à un public de curieux et d’amateurs éclairés des synthèses inédites, érudites et à jour sur le thème du livre et des manuscrits.

L’objet :

De 1739 à 2002, la BnF s’est enrichie d’une collection de plus de deux mille volumes manuscrits en persan, dont beaucoup sont enluminés, anciens ou contiennent des copies uniques de textes rares. La longue histoire de la constitution du fonds persan de la BnF met en scène savants, voyageurs, interprètes et collectionneurs les plus divers, militaires ou médecins, qui déposent ou vendent les collections accumulées durant leurs voyages et missions diplomatiques en Inde et en Perse. Dans ce tableau des études françaises sur la civilisation persane classique, émergent les noms prestigieux de L. M. Langlès, S. de Sacy, A. L. de Chézy, Otter, Simon de Vierville, ou encore Anquetil-Duperron. La transmission des textes persans pose le problème de la filiation des manuscrits, discipline érudite de l’histoire des textes où les arguments philologiques et stylistiques corroborent ou infirment les données de l’analyse codicologique.

Francis Richard se livre à une véritable traque des variantes, marques de relecture ou corrections et fait revivre des grands ateliers comme ceux de la ville de Chîrâz entre le XIIIe et le XVIIe siècle ; il apporte des éclairages sur le rôle du mécénat princier. À la frontière entre transmission orale et transmission écrite, l’étude du mode de survie des textes poétiques peut être illustrée, juste avant que la Perse n’adopte le chiisme comme religion officielle au début du XVIe siècle, par la vogue extraordinaire de l’œuvre de Djâmî, figure emblématique du Hérât timouride et poète adulé des Ottomans. Quelques exemples montrent de quelle manière s’est manifesté le succès de son œuvre, recopiée et illustrée à l’envi. Enfin, Francis Richard attire l’attention sur un type de décor à la fois omniprésent dans les manuscrits persans et éclipsé par la miniature qui a beaucoup plus attiré l’attention des amateurs et des spécialistes d’histoire de l’art, les frontispices initiaux ou sarlowh que l’on trouve en tête de nombre de manuscrits. Or il s’agit d’un des décors les plus classiques dans les manuscrits persans. Une certaine évolution des styles s’accompagne d’une extrême fidélité à des modèles et à un répertoire d’éléments auxquels on puise. Leur étude systématique pose de redoutables problèmes du fait de leur abondance et de leur caractère non figuratif. Rassembler systématiquement un corpus d’images est la condition préalable à une histoire véritable de ces chefs-d’œuvre qui, avec la calligraphie, sont presque emblématiques de l’art du livre persan.

Sommaire :

  • Le Supplément persan : l’acquisition de manuscrits par le département des Manuscrits de 1739 à nos jours
  • La transmission des textes dans le monde iranien : quelques pratiques liées à la culture manuscrite
  • Un cas de « succès littéraire » : la diffusion des œuvres poétiques de Djâmî de Hérât à travers tout le Proche-Orient
  • Le sarlowh ou frontispice enluminé : un décor fréquent dans les manuscrits persans

Accès en ligne sur la plateforme OpenEdition Books de la BnF : http://books.openedition.org/editionsbnf/2457

La version imprimée reste disponible à l’achat : http://editions.bnf.fr/le-livre-persan


Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *