Soutenance de thèse de Cécile Kubik, musicien chercheur invité Pasteur Vallery-Radot 2014-2015

Le mardi 15 novembre, Cécile Kubik, musicien chercheur associé de la BnF soutient sa thèse du doctorat de musique Recherche et pratique, menée conjointement à l’université Paris-Sorbonne et au Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris (CNSMDP).

Avant d’évoquer la thèse, faisons un petit rappel concernant ce statut dont bénéficiait Cécile Kubik à la BnF. En 2013-2014 la BnF élargissait en effet son dispositif d’accueil de chercheurs associés aux interprètes et musiciens chercheurs en créant le statut de musicien chercheur associé. C’est cette même année que la candidature de Cécile Kubik fut retenue pour son projet intitulé De la recherche à l’interprétation : les sonates françaises pour piano et violon (1800-1870).

En 2014-2015, sur proposition d’un jury ad hoc, le Président de la BnF a attribué l’une des bourses BnF – Pasteur Vallery-Radot à Cécile Kubik. Dotées de 10.000 euros, grâce au legs de la famille Pasteur Vallery-Radot, ces bourses sont attribuées chaque année depuis 2004 aux chercheurs associés les plus méritants de la Bibliothèque et dont les travaux de recherche portent principalement sur les collections de la BnF.

Désormais, la soutenance de thèse marque une nouvelle étape dans le cursus destiné aux interprètes menant une recherche pour et à travers l’interprétation.

duo_avec_violoniste_et_pianiste_btv1b69041755
Duo avec violoniste et pianiste par Georges Desvallières. Source : Gallica, http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b69041755

Thèse

Menée sous la direction de Jean-Pierre Bartoli, par une double approche, musicologique d’une part et d’interprète d’autre part, la thèse intitulée Penser l’interprétation des sonates françaises pour piano et violon au XIXe sièclevise à appréhender le langage musical de différents compositeurs et leurs codes stylistiques implicites, pour les restituer au mieux. Elle propose à cet effet la sélection d’un corpus de sonates représentatives des diverses tendances au long du siècle.

La sonate française pour piano et violon connaît en effet une considérable évolution au cours du XIXe siècle, depuis les exemples méconnus de l’Empire et de la Restauration jusqu’à la fin du siècle où son renouveau apparaît clairement.

L’étude des nombreuses sources, par exemple les méthodes de violon parues à cette époque, fournit d’innombrables indications techniques éclairant les modes de jeu appropriés, tel l’usage du vibrato, du port de voix ou encore des ornements. Un important effort de contextualisation – témoignages sur les créateurs des œuvres, presse musicale, environnement artistique, politique, vient compléter le travail mené sur l’évolution des instruments, du public ou des espaces acoustiques. Ces solides éléments musicologiques étayent la mise en pratique musicale concrète, lors de concerts, sur instruments d’époque comme modernes.

Le rôle et la place de l’interprète ont été questionnés, tant aujourd’hui qu’au XIXe siècle, ainsi que les problèmes inhérents à la notion d’authenticité, pour éviter d’aboutir à un monolithique ‘style XIXe‘. L’ambition de cette recherche était d’offrir une interprétation nouvelle de ces sonates françaises, propre à en susciter une écoute renouvelée ; une lecture consciente aussi bien de la genèse des œuvres que des conditions de leur représentation contemporaine.

Comme l’écrit Cécile Kubik, la thèse « considère la double inconnue d’un répertoire et d’un jeu violonistique encore inexplorés. Elle dévoile les sonates de cette période, mais questionne aussi leur interprétation. Une étude historique est menée sur le jeu des violonistes français : base de données, inventaires inédits, analyse de sources et témoignages, notamment un vaste corpus de traités de violon et les partitions annotées du fonds Baillot de la BnF, éclairent leur pratique à la lumière de multiples paradigmes. L’ambition est de construire aujourd’hui, violon en main, une interprétation de ces sonates méconnues et, avec la création d’outils destinés aux interprètes et aux scientifiques, d’œuvrer à leur diffusion. »

young_woman_with_violin_btv1b84339354
Young woman with violin : jeune violoniste / Orazio Gentileschi. Source : Gallica, http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b84339354

Programme de la soutenance

S’agissant d’un doctorat d’artiste chercheur1, la soutenance allie une soutenance de type académique à un récital public.

  • Lundi 14 novembre 2016, 19h, Philharmonie 2, Paris : récital public associé à la soutenance, avec des pianos forte des collections du Musée de la musique de Paris,  aimablement mis à disposition
  • Mardi 15 octobre 2016, 14h, Salon Vinteuil du CNSMDP : soutenance académique

Le jury sera composé de personnalités universitaires autant que musicales :

  • M. Bruno Mantovani, compositeur, chef d’orchestre, directeur du Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris
  • M. Jean-Pierre Bartoli, Professeur à l’université Paris-Sorbonne
  • M. Christophe Coin, violoncelliste, gambiste, professeur au CNSMDP
  • Mme Cécile Reynaud, conservateur en chef au département de la Musique de la Bibliothèque nationale de France, directeur d’études en musicologie à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes (section Sciences historiques et philologiques)
  • M. Jean-Jacques Kantorow, violoniste, chef d’orchestre
  • M. Guy Gosselin, Professeur à l’université François-Rabelais de Tours, Président de la Société française de musicologie

Entrée libre sans réservation

Mise à jour du 23 novembre 2016 : à l’issue des deux épreuves constituées d’un récital à la Philharmonie de Paris et de la soutenance académique, le jury a décerné à Cécile Kubik la mention très honorable avec les félicitations du jury. Elle revient sur cette soutenance dans son site, à la page : http://www.cecilekubik.fr/recherche/docteure/

Enregistrer

  1. Cécile Kubik, « A propos du doctorat de musique « Recherche et pratique » », Carnet de la revue Hermès, 1er décembre 2015. Disponible en ligne url : <https://hermes.hypotheses.org/44>. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *